Version classiqueVersion mobile

Les mystères du Grand Sertão

 | 
Francis Utéza

Deuxième partie. Ordo ab Chao

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

Trente rayons se joignent en un moyeu unique.
Ce vide dans le char en permet l’usage.
D’une motte de glaise on façonne un vase.
Ce vide dans le vase en permet l’usage.
On ménage des portes et des fenêtres pour une pièce.
Ce vide dans la pièce en permet l’usage.
(Tao-Te-King, 11)

1Le récit du vieux fazendeiro met en scène directement ou par l’intermédiaire de narrateurs secondaires des événements où l’irrationnel joue un rôle déterminant. Pour accéder à cet irrationnel dont il a été vecteur ou simple spectateur, le narrateur principal a entrepris de revivre les circonstances de sa manifestation. La première partie de ce travail a permis d’identifier dans ce récit un substrat culturel où se faisaient jour des références précises aux traditions d’Occident et d’Orient. Il s’agira maintenant d’approfondir la recherche de cette convergence, par l’analyse de trois filons spécifiques, à savoir :

  • l’enchaînement qui conduit de la tentative frustrée de franchir le Liso do Sussuarão, sous la direction de Medeiro Vaz, à la traversée d’un autre espace similaire, le village de Sucruiu, cette fois sous les ordres de Zé Bebelo,
  • les leçons transmises par des porteurs occultes de l’héritage spirituel d’Hermès Trismégiste figure-clef de la Gnose occidentale,
  • les événements et rencontres illustrant la présence efficace des valeurs orientales et de leurs représentants dans un cadre où a priori on ne les attendrait pas.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search