Version classiqueVersion mobile

Les mystères du Grand Sertão

 | 
Francis Utéza

Avertissement

Texte intégral

1En 1983, la première lecture de Grande Sertão : Veredas, me laissait sur un sentiment de frustration jamais ressenti jusqu’alors face à une œuvre littéraire. Après douze années de contact permanent avec la langue portugaise (sept années au Brésil, à la direction de l’Alliance française de Belo Horizonte, cinq au Portugal à l’Institut français de Porto), l’unique roman de Guimarães Rosa s’avérait impénétrable — hermétique aurais-je dit alors, dans mon ignorance de ce que pareil terme pouvait signifier. Refoulé sur le parvis d’un bizarre labyrinthe par les maléfices d’une langue que je croyais connaître, je ne me lancerais en quête du fil d’Ariane que lorsqu’il s’agirait d’entreprendre ce travail de longue haleine qu’est une thèse universitaire.

  • 1 Cf. sa lettre au Philosophe Vicente Ferreira da Silva, in Cavalo Azul, São Paulo, no 3, p. 31-32 ( (...)

2Cette recherche, abordée sans idée préconçue, a été guidée par le seul désir de comprendre une œuvre dont l’auteur se disait profondément religieux et précisait que c’était moins de la littérature pure qu’un résumé de ses propres idées et croyances1. Sept années de patients recoupements aboutissaient en octobre 1990 à la thèse soutenue à l’université Paul-Valéry de Montpellier sous la direction du professeur Adrien Roig dont les conseils éclairés et l’appui sans faille m’ont été une aide précieuse pour mener à bien une entreprise scientifique fondée sur des hypothèses quelque peu hétérodoxes. Cette thèse, toujours inédite en langue française, verrait le jour au Brésil sous le titre de JGR : Metafísica do Grande Sertão (São Paulo, EDUSP, 1994) dans une version réalisée en commun avec le Professeur José Carlos Garbuglio de l’Université de São Paulo à qui je tiens à exprimer toute ma reconnaissance pour la qualité de la traduction autant que pour le rôle décisif joué dans la divulgation de ce travail. Depuis, j’ai poursuivi ma carrière universitaire, en mettant en application dans mes travaux les acquis que je devais dans le domaine de la symbolique au long cheminement sur les voies découvertes dans l’œuvre de Rosa.

3En 2006, Grande Sertão : Veredas est entré dans le domaine public avec, entre autres conséquences, sa publication sur Internet et les avantages que cela suppose pour la mémorisation des données linguistiques dans leur contexte. Par ailleurs, les manifestations organisées en 2008 notamment, à l’occasion de la célébration du centenaire de Guimarães Rosa, ont confirmé les deux grandes orientations qui ont marqué la réception critique de son œuvre depuis que l’écrivain a atteint la notoriété internationale : la prise en compte « régionaliste » focalisée sur cet intérieur du pays qui sous le nom de sertão fournit le cadre naturaliste de toute la production littéraire rosienne d’une part, et d’autre part, la perspective « universaliste » explorant le substrat métaphysique signalé par l’auteur lui-même comme fondant son ambition de remonter au Verbe primordial (Lorenz, 1983 : 83).

4Pour ma part, sans négliger les aspects relevant de la ligne « régionaliste » j’ai poursuivi l’approfondissement de la perspective « universaliste » en l’ouvrant sur l’ensemble des œuvres de Guimarães Rosa. En ce qui concerne Grande Sertão : Veredas, je suis aujourd’hui en mesure de publier une version française, profondément remaniée et enrichie d’investigations personnelles récentes, tenant compte des travaux publiés depuis 1990. Référencés entre parenthèses par le nom de l’auteur suivi de l’année et de la pagination utile, tous les ouvrages cités sont répertoriés dans la bibliographie fournie à la fin l’ouvrage.

5Cette nouvelle approche du roman débute par une synthèse de l’analyse du discours de réception de Guimarães Rosa à l’Académie brésilienne, authentique testament philosophique élaboré en fonction des valeurs sur lesquelles l’écrivain a construit son œuvre. Cette analyse, sous une forme différente, faisait partie de l’appareil critique mis en place en introduction à la thèse de 1990, en vue de démontrer l’intérêt de l’écrivain pour ce qu’il identifiait sous le nom de « métaphysique » ; en revanche, tous les autres éléments de cet appareil critique introductif relatifs aux lettres, aux déclarations (notamment l’entrevue accordée à Günter Lorenz en 1965), au contenu de la bibliothèque de l’écrivain n’ont pas été repris. Il en sera fait mention à l’appui du commentaire de certains points particuliers. Qu’il suffise de rappeler ici la lettre que Rosa envoyait à son traducteur italien le 25 novembre 1963 (Bizarri, 1981 : 57-58), où il précisait que les spéculations métaphysiques imprégnaient tous ses livres, dans le rejet constant des « présomptions de la mégère cartésienne ». Après avoir cité comme références essentielles le Tao, les Vedas, les Upanishad, les Évangélistes, Platon, Plotin, Bergson, Berdiaeff et le Christ, il y classait ses œuvres selon quatre critères :

  • décor et réalité du sertão : 1 point ;
  • intrigue : 2 points ;
  • poésie : 3 points ;
  • valeur métaphysico-religieuse : 4 points.

6Conservant comme orientation fondamentale l’exploration de ce substrat métaphysico-religieux, les résultats de cette nouvelle analyse sont ordonnés en trois grandes parties ; chaque partie est organisée à son tour en trois chapitres subdivisés en deux ensembles, selon une structure suggérant la complémentarité du binaire et du ternaire et renvoyant à l’Unité inscrite dans le Triangle d’Occident autant que dans le cercle Yin-Yang d’Orient.

7La première partie, « Réalisme et transcendance », identifie d’abord quelques repères essentiels dans le labyrinthe auquel le lecteur se trouve confronté. Le premier chapitre fait le point sur le cadre narratif pour aborder ensuite la question du substrat régionaliste avec une ambition d’exhaustivité tant géographique qu’historique ; en contrepoint, est analysée la question du bien et du mal, telle qu’elle se pose en filigrane dans les premières pages du roman où le discours n’a pas encore adopté l’ordre chronologique de l’aventure du héros. Le deuxième chapitre s’intéresse au cheminement de Riobaldo, cette fois selon l’ordre chronologique que le narrateur impose définitivement au récit : il s’agit d’en établir la logique qui s’avère d’ordre initiatique depuis la traversée du Rio-de-Janeiro de Minas, jusqu’à l’intégration dans l’univers de Joca Ramiro sur les rives du Rio das Velhas, en passant par le matin de Mai où le héros adolescent reçoit la révélation du chant de Siruiz. Le troisième chapitre étudie les frontières spatiales et temporelles sur lesquelles le héros adulte a vécu les expériences transcendantales qui l’ont précipité dans l’abîme après l’avoir conduit au sommet du pouvoir ; on y retrouve les analogies fondamentales qui assurent la cohérence occulte de hiérogamies du Ciel et de la Terre illustrées successivement par la plongée dans la matrice de la Nuit sur les Veredas Mortas, par les renaissances dans la fontaine de jouvence de la Guararavacã et du Verde-Alecrim, et enfin par l’exaltation sur l’Axe du monde tant au Tamanduá-tão qu’au Paredão.

8La deuxième partie intitulée « Ordo ab Chao », est organisée autour d’éléments du récit où sont identifiés des échos des traditions d’Occident et d’Orient. Le premier chapitre, engage le processus d’exploration de la dimension verticale du Grand Temps par la catabase mise en scène lors de la traversée du Liso do Sussurão sous les ordres de Medeiro Vaz ; la progression de Riobaldo-Tatarana vers le commandement permet de suivre ensuite la destinée de Zé Bebelo dans le second chapitre, dont le contexte mythique renvoie aussi bien à l’Ancien Testament qu’à la Grèce antique. Enfin le dernier chapitre poursuit l’exploration de cette dimension verticale du grand Temps en regroupant deux étapes du pèlerinage aux sources : l’immobilisation à la fazenda dos Tucanos placée sous l’invocation de l’ancienne Égypte, et une nouvelle descente aux enfers, à savoir, la plongée dans les profondeurs du sertão de Sucruiu où l’échec de Zé Bebelo préfigure l’exaltation prochaine de Tatarana au poste de commandement. Cette seconde catabase est l’occasion de mesurer l’importance cachée de la symbolique du Tarot sur laquelle reposent certains personnages intégrés à l’équipée du héros. Le deuxième chapitre placé sous l’égide d’Hermès Trismégiste, regroupe trois épisodes en rapport avec la Gnose Hermétique : en premier lieu l’histoire intercalée de Maria Mutema, puis le séjour du nouveau chef à la Fazenda Barbaranha point de départ de son ultime traversée du sertão, et enfin la « désertion » des anciens compagnons de Zé Bebelo, ces cinq urucuianos qui abandonnent la troupe d’Urutú-Branco alors qu’aucun exploit guerrier n’est encore venu en asseoir la renommée. L’analyse de cet épisode constitue l’un des principaux passages dans lesquels est mise en exergue la présence d’allusions à la tradition maçonnique dans le substrat culturel du roman. Quant au troisième chapitre, il regroupe les énigmes dont la solution réside dans la spiritualité orientale que le narrateur ne peut reconnaître étant donné le contexte brésilien de sa propre culture judéo-chrétienne.

9La troisième et dernière partie, « La célébration des mystères », entend embrasser la globalité de la traversée qui, de l’innocence de la première enfance aura conduit le héros à la part de connaissance que suppose le discours de son ultime avatar désormais sédentaire qui s’interroge et nous interroge sur le sens de sa destinée. Le premier chapitre consacré aux mystères célébrés sous l’égide de la Grande Mère et de l’Androgyne, propose, entre autres, une nouvelle analyse de l’épisode du Verde-Alecrim ainsi que de la féminité singulière de Diadorim. Le second est dédié au Père-tout-puissant ; un premier parallèle établi entre la figure ténébreuse d’Hermógenes et les figures lumineuses de Joca Ramiro et de Medeiro Vaz, met en évidence dans l’image de ce dernier les rapports à la Kabbale hébraïque et à l’arbre séphirotique ; la synthèse sur le pseudo-pacte des Veredas Mortas, permet ensuite d’enrichir la Nigredo alchimique d’une dimension « sociale » nouvelle, en démontrant que l’onction de la Nuit y est complétée par l’acclamation des hommes en présence de personnages réincarnant des figures majeures de l’Ancien et du Nouveau Testament. Le troisième et dernier chapitre, couronne l’interprétation du Grand Œuvre dans ses deux dimensions : la dimension métaphysique qui illustre l’aventure spirituelle du héros et la dimension poétique d’une œuvre littéraire qui prétend en rendre compte en élaborant un instrument linguistique spécifique censé transmettre le Gay Sçavoir du Sertão dans une nouvelle « Langue des oiseaux ».

10Tout au long de ce travail, le roman sera désigné sous le sigle GSV, et les citations identifiées entre parenthèses par la pagination de la quatorzième édition publiée à Rio de Janeiro, en 1980, chez José Olympio. La plupart sont en italique, intégrées au commentaire qui en explicite systématiquement le sens de façon à ne pas porter préjudice au lecteur qui ne comprendrait pas parfaitement la langue portugaise. Enfin, de façon à ne pas alourdir le corps de l’exposé, les concepts fondamentaux de l’Hermétisme, du Taoïsme et du Bouddhisme Zen, ont été réunis en annexe de manière à fournir un minimum de données à qui n’est pas familiarisé avec ces modes de pensée si éloignés de la vision « rationnelle » qui prédomine en Occident depuis le siècle dit « des Lumières ». Leur peu de consistance fera certainement sourire ceux qui savent à quoi s’en tenir sur ces questions.

Notes

1 Cf. sa lettre au Philosophe Vicente Ferreira da Silva, in Cavalo Azul, São Paulo, no 3, p. 31-32 (sans date, ni éditeur) et Revista Agulha, Octobre 2003, in www.revista.agulha.nom.br/ag36silva.htm.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search