Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement de l’érotisme dans la poésie de Constantin Cavafy

 | 
Sophie Coavoux

Introduction

Texte intégral

1Depuis que la critique s’est penchée sur l’œuvre de Constantin Cavafy, la question des poèmes d’inspiration amoureuse ou sensuelle n’a cessé de susciter maintes analyses. En cela, banalisé par la pléthore de références qui s’y rattachent, le sujet pourrait au premier abord sembler éculé. Cependant, la plupart des articles ou travaux recensés semblent, le plus souvent, prisonniers de carcans idéologiques, moraux, ou d’habitudes herméneutiques qui constituent autant d’obstacles à la distance critique indispensable. Il règne ainsi un éternel parfum de scandale, un climat « passionnel », nuisant à la fois à l’œuvre et à la critique, laquelle, assujettie à des partis pris axiologiques et à des jugements de valeur — favorables ou défavorables à l’œuvre —, ne parvient pas à éviter l’écueil des affirmations péremptoires ou des approximations. Par ailleurs, alors que, cela va sans dire, de nombreux spécialistes se sont déjà intéressés à l’érotisme dans l’œuvre de Cavafy, il n’existe pas d’étude qui ait traité cette question de manière exhaustive et méthodique, en l’abordant non plus par le détour, mais comme objet particulier. Cette lacune bibliographique est regrettable puisque, plus qu’un simple thème, l’érotisme est au cœur du processus démiurgique et constitue le fil rouge de l’œuvre.

  • 1 Présentation critique de Constantin Cavafy 1863-1933 suivie d’une traduction des Poèmes par Margue (...)

2En outre, il reste non seulement beaucoup à dire sur ce sujet spécifique et particulier, mais également à redire, en apportant nuances ou rectifications à certaines analyses, même chez les critiques les plus brillants et les plus perspicaces. Ainsi, par exemple, dans son introduction à la traduction des cent cinquante-quatre poèmes du corpus officiel qu’elle rédigea conjointement avec Constantin Th. Dimaras, Marguerite Yourcenar1 évoque l’» inspiration exclusivement pédérastique » de la poésie de Cavafy. La notion de pédérastie, dont le sens est bien défini et circonscrit notamment par l’humanisme socratique et platonicien, est inappropriée : il conviendrait davantage de parler d’inspiration homosexuelle, puisque les amours décrites dans les poèmes de Cavafy ne respectent pas les conditions définitoires de la pédérastie. En effet, Cavafy met en scène de jeunes hommes adultes du même âge (sans qu’on retrouve donc le lien entre « éraste » et « éromène »), dont le choix sexuel est définitif (et non une période transitoire « précédant l’hétérosexualité ») et ne se trouve pas justifié ou légitimé par un rapport pédagogique. Même si l’emploi par Marguerite Yourcenar du terme « pédérastique » trouve sa justification dans un certain usage linguistique qui a prévalu de la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 1950 environ, ou peut encore être interprété comme une sorte d’euphémisme, il prête au contresens et doit être rectifié puisque, sur ce point, Cavafy est bien loin de la Grèce antique.

3D’emblée se pose le problème de l’érotisme, de sa définition et de ses limites, problème terminologique épineux et encombrant. La difficulté se rencontre en premier lieu surtout en français, et se trouve ensuite aggravée par le passage incessant du grec au français et réciproquement, puisque les mots « érotisme » et « érotique » n’ont pas le même sens, ou du moins, pas les mêmes connotations, dans les deux langues. Par ailleurs, ce problème lexical touche à une question plus générale relevant de la théorie littéraire et de ses usages et, par conséquent, à un choix terminologique fondamental car définitoire pour la poésie de Cavafy. De ce point de vue en effet, concernant l’œuvre cavafienne, la critique ne s’est jamais accordée sur aucun usage ni aucune typologie, et recourt par conséquent à l’envi à des termes aussi variés qu’imprécis (poésie sensuelle, poésie amoureuse, osée, etc.), aggravant ainsi la lacune bibliographique par cette carence terminologique.

  • 2 Sur ce sujet, voir John E. Jackson, Le corps amoureux. Essai sur la représentation érotique de l’é (...)
  • 3 Jean-Jacques Pauvert, La littérature érotique, Paris, Flammarion, coll. « Dominos », 2000, p. 8.
  • 4 Franck Évrard, La littérature érotique ou l’écriture du plaisir, Toulouse, Milan, 2003, p. 3.

4Comment ce problème se présente-t-il, d’abord pour la langue française et, au-delà, pour la théorie littéraire ? Aborder une œuvre du point de vue de l’érotisme revient, de façon plus générale, à « affronter » littéralement la notion de « littérature érotique », et plus spécifiquement l’acception qu’elle revêt dans chaque cas particulier. Pourquoi « affronter » ? C’est que cette notion est en elle-même sujette à caution, voire polémique, en ce qu’elle recouvre un champ immensément vaste dont les limites n’ont pas été ni ne peuvent, semble-t-il, être définies de manière catégorique. Les dictionnaires de référence eux-mêmes ne s’accordent pas sur une définition commune. En outre, il apparaît que les notions d’« érotisme » et de « littérature érotique » ne trouvent pas de définition arrêtée et unanime. Dans l’usage, on rencontre des acceptions qui, couvrant un champ aussi vaste qu’hétéroclite, varient du plus trivial au plus noble, du domaine artistique jusqu’à la pornographie la plus crue, de la légèreté à l’obscénité, de la farce comique au mysticisme, etc. Par ailleurs, variable selon le temps, le lieu, la personne, l’érotisme semble être le lieu par excellence de la subjectivité. En effet, toutes les œuvres artistiques qui s’intéressent au corps, et particulièrement au corps érotisé, sont confrontées à un problème double : d’abord, rien n’est moins univoque que le rapport d’un sujet à l’érotisme ; ensuite, la représentation poétique de l’érotisme met en jeu deux facteurs problématiques et souvent conflictuels : le facteur contextuel et le facteur individuel2. Que peut-on se permettre de dire du corps ? Cela dépend du code de l’époque, fixé par l’accord tacite que constituent les conventions sociales et les mœurs, ou imposé par exemple par la limite de la censure. Or, dans le cas de Cavafy, compte tenu de la place privilégiée accordée à l’érotisme, dont l’inspiration est de surcroît clairement homosexuelle, on comprend fort bien que, vivant dans un siècle d’hétérosexualité triomphante, il occupait une place marginale aux yeux d’une société farouchement attachée à la norme. Ce contexte a priori défavorable eut son importance dans l’orientation morale, idéologique et poétique de Cavafy. Il est donc impossible d’aborder la question de l’érotisme dans sa dimension poétique sans s’intéresser au contexte social et culturel. En effet, du point de vue de l’histoire comme de la littérature, l’érotisme ne peut se comprendre que dans une perspective globale, en ce qu’il recoupe de nombreux domaines de l’histoire universelle (histoire des mentalités, histoire des mœurs, histoire littéraire, histoire de l’imaginaire, histoire des représentations, etc.). La subjectivité inhérente à l’érotisme vient donc accroître la difficulté définitionnelle. Comment alors classer la littérature érotique ? Qu’est-ce que la littérature érotique ? Qu’est-ce que l’érotisme dans la littérature ? Jean-Jacques Pauvert, spécialiste de littérature érotique, constatant la difficulté — et l’inutilité — de ranger tel ou tel ouvrage par genre dans des « catégories préfabriquées », considère la formule même de « littérature érotique » comme vide de sens3. La littérature érotique ne serait donc pas un genre à proprement parler. Par conséquent, face à cette aporie, on demeure encore gêné par le choix des termes, oscillant entre une richesse des tours, registre indistinct d’adjectifs tels que « lascif », « osé », « libertin », « licencieux », « pornographique », « sensuel », des périphrases de convenance, pudiques et bienséantes, ou, au contraire, des accusations outrées de censeurs de la morale. Ce choix pléthorique et confus laissé au hasard par la critique pour désigner indifféremment la chair, le vice, le péché, la sensualité, ou l’amour, est significatif. Dès lors, les spécialistes s’orientent vers des définitions contextuelles et relatives, et proposent, en guise de classification et d’identification, des distinctions plus fines relevant de la place quantitative accordée à l’érotisme dans chaque œuvre, du mode de représentation de l’amour (amour charnel ou pétrarquisant par exemple), de sa « philosophie » et de son objectif, et enfin, des variations selon le contexte et la norme, eux-mêmes relatifs. Enfin, autre type de définition : pour Jean-Jacques Pauvert et Franck Évrard, la littérature érotique se définit, par défaut, à travers la censure car « [...] elle évoque moins une catégorie introduite pour classifier les genres littéraires qu’une définition juridique donnée par la censure4 ».

5En tout état de cause, le sens actuel fixé en français depuis la fin du XIXe siècle garde une connotation suspecte, voire une certaine charge péjorative qui a tendance à vouer les œuvres érotiques à l’oubli ou à les reléguer au rang de genre mineur. Finalement, une définition dénuée de critère moral dépréciatif, telle que celle proposée par René Étiemble, semble plus judicieuse :

  • 5 Encyclopédie thématique Universalis, IV, Paris, Encyclopædia Universalis, 2004, p. 2683. Sur le su (...)

Quant à la vraie littérature érotique : celle qui enseigne l’amour, ou le célèbre en beauté, elle est incroyablement rare sur la planète. Outre quelques traités pieusement ou laïquement didactiques, elle compte un petit nombre de poésies ou de proses dont, orthodoxes ou non, les pratiques, les sentiments ne sortent pas de l’ordinaire. La littérature érotique n’a donc rien à voir avec celle qui peuple les enfers de toutes les bibliothèques, et qui n’est qu’» érotique », c’est-à-dire cochonne, croustilleuse, crue, curieuse, égrillarde, émoustillante, galante, gauloise, graveleuse, grivoise, lascive, leste, libertine, libidineuse, libre, licencieuse, lubrique, luxurieuse, obscène, paillarde, polissonne, pornographique, rare, salace, satyrique, scatologique, tout ce que vous voudrez, tout, sauf érotique5.

  • 6 D’après Georges Babiniotis, Λεξικό της νέας ελληνικής γλώσσας, 2e éd., Athènes, Κέντρο Λεξικολογία (...)
  • 7 Polys Modinos et Alécos Sengopoulos, « Διάλεξη περὶ τοῦ ποιητικοῦ ἔργου τοῦ Κ. Π. Καβάφη », Ἐπιθεώ (...)
  • 8 Voir Alécos Sengopoulos, Ἀνέκδοτα σχόλια σὲ ποιήματα τοῦ Καβάφη (1918), présentation G. P. Savidis (...)
  • 9 Michalis Péridis, Ὁ Βίος καὶ τὸ ἔργο τοῦ Κωνστ. Καβάφη, Athènes, Icaros, 1948, p. 169.
  • 10 Ch. L. Κaraoglou, Εκτός ορίων. 2+1 κείμενα για τον Καβάφη, Thessalonique, University Studio Press, (...)

6En ce qui concerne le grec, le problème se pose en des termes bien différents, car s’il demeure linguistique, il n’en est pas moins culturel et référentiel. En effet, la littérature grecque n’offre pas, loin s’en faut, l’éventail riche et varié de littérature érotique des lettres françaises ou encore anglaises. À cet égard, il est significatif que le terme « ερωτισμός » soit, malgré son étymologie grecque, un emprunt du substantif français « érotisme », attesté seulement en 18946. Par ailleurs, le terme grec « ερωτικός » ne porte pas la charge sémantique péjorative que lui prête le français, et revêt un large spectre d’acceptions. Appliqué à la poésie de Cavafy, le terme « ερωτικός » ne semble pas faire l’unanimité. La multitude des expressions employées par la critique grecque est significative d’un certain flottement sémantique. Malgré tout, on trouve le plus fréquemment l’expression « ἐρωτικά ποιήματα » — « ἐρωτικός » étant compris dans sa première acception et signifiant, de manière générale, « qui a rapport à l’amour ». Ailleurs, et notamment sous la plume d’Alécos Sengopoulos, on rencontre une nuance lexicale intéressante. Outre le texte de la conférence qu’il donna à Alexandrie le 23 février 19187 en collaboration avec Polys Modinos, il avait en effet rédigé deux articles dont nous sont parvenus le brouillon et le plan, et dans lesquels il classe les poèmes de Cavafy en six catégories (« περιοχές ») désignées comme suit8 : « Ιστορικά, Ηδονικά, Τεχνικά, Σκέψεως, Αισθηματικά, Εντυπώσεις » (« Historiques, Sensuels, Artistiques, Relatifs à la pensée, Sentimentaux, Impressions »). Alécos Sengopoulos opère donc une distinction entre les poèmes respectivement qualifiés par les adjectifs « Ηδονικά » et « Αισθηματικά », induisant vraisemblablement une différence entre ceux qui se réfèrent plutôt à la chair et ceux qui s’attachent davantage au sentiment. Michalis Péridis a lui aussi utilisé le terme « Ηδονικά9 », mais sans plus faire de distinction entre le charnel et le sentiment puisqu’il scinde le corpus canonique de Cavafy en trois catégories distinctes, « Φιλοσοφικά » (« Philosophiques »), « Ἡδονικά » (« Sensuels »), « Ἱστορικά » (« Historiques »), suivant la tripartition proposée par le poète lui-même. Le professeur Ch. L. Karaoglou donne à son tour une épithète différente, « ηδονιστικά10 », entendu comme sous-ensemble des « ερωτικά ποιήματα », qui laisse entendre que l’adjectif « ερωτικός » n’est pas propre à exprimer correctement l’aspect charnel de certains poèmes. Il apparaît ainsi que les différents choix opérés par la critique rendent compte de la richesse mais aussi de la complexité de la représentation de l’amour chez Cavafy. Enfin, Georges Séféris a utilisé le terme « ἐρωτισμός » en évoquant la poésie de Cavafy. Cet emploi est probablement dû à un certain mimétisme du français permis par la vaste culture, notamment francophone, du poète. Hormis cette occurrence, aucun autre critique n’a fait usage du même terme concernant la poésie cavafienne.

7Face à la multiplicité et à la confusion des propositions d’acceptions dans les deux langues, l’emploi, en français, des termes « érotisme » et « érotique », au sémantisme riche et complexe, offre à l’évidence un champ plus libre. Ils correspondent par ailleurs aux différents niveaux de la représentation cavafienne de l’éros et sont propres à rendre compte de la philosophie du poète : le terme « érotisme », notamment, laisse entendre le lien avec le spirituel, présuppose la question de la censure, fait le lien avec la littérature érotique, et ne se laisse pas cloisonner dans une approche prenant en compte la préférence sexuelle du poète. Marguerite Yourcenar a d’ailleurs rappelé le sens grec de ces termes, contribuant ainsi à les réhabiliter :

  • 11 Yourcenar, Présentation critique, p. 30.

Et regrettons en passant que la formule « poèmes érotiques » se soit chargée en français d’une signification fâcheuse ; lavée de ce qu’elle a de pire, mais non point complètement dépouillée de son acception courante, elle définit exactement ces poèmes à la fois si empreints d’expérience voluptueuse et si éloignés des excès du lyrisme amoureux11.

8À l’instar de la difficulté terminologique, l’histoire de la critique face à l’érotisme cavafien est particulièrement houleuse, et mérite, à cet égard, d’être commentée. En effet, l’œuvre de l’Alexandrin a toujours suscité de nombreuses exégèses et, précisément au sujet de la dimension érotique des poèmes, la critique oscille bien souvent entre les interprétations personnelles et subjectives, les approximations et les propos extravagants, parfois odieux et infamants, au service, dans la plupart des cas, d’une forme de récupération idéologique et privilégiant de toute évidence le jugement aux dépens de l’analyse. Qu’il s’agisse donc de partis pris bienveillants ou malveillants, l’ambiguïté subsiste et, en un mot, rares sont les analyses qui ont su aborder la question avec la distance et la méthodologie qui s’imposaient. L’érotisme, considéré à juste titre comme un thème principal de l’œuvre, a fait l’objet d’études diverses, selon des méthodes et des conceptions variées que l’on peut classer en deux catégories : d’un côté, certains critiques ont perçu l’érotisme de la poésie de Cavafy d’un point de vue esthétique et philosophique, tandis que pour les autres, c’est la mise en miroir de la vie du poète et de son œuvre qui a primé (qu’il s’agisse alors d’une critique biographique ou psychanalytique). Une troisième catégorie englobe tous ceux qui ont ignoré délibérément la dimension érotique de l’œuvre.

  • 12 Γράμματα, Alexandrie, 1/9-10 (octobre-novembre 1911), p. 329.

9Alors que les premiers articles sur Cavafy remontent à 1891, il faut attendre 1911 pour trouver une référence à l’érotisme de l’œuvre, dans un texte anonyme paru dans la revue alexandrine Grammata12, qui commente, en le paraphrasant, le poème Τὰ Ἐπικίνδυνα (Les Dangers), première publication audacieuse qui fit date dans l’histoire de la critique. Puis en 1912, avec la publication d’un livre écrit sous le pseudonyme de Robertos Cambos, Τὸ ποιητικὸν ἔργο τοῦ Κ. Π. Καβάφη (L’œuvre poétique de C. P. Cavafy), derrière les griefs jusque-là habituels des critiques à l’égard de la poésie de Cavafy, axés sur la forme (langue prosaïque, absence de sentiments, de descriptions, de grâce et d’harmonie), on voit poindre pour la première fois un sous-entendu concernant les beaux corps évoqués par le poète. Ce n’est donc plus seulement l’aspect formel des poèmes qui est visé, mais le fond et, de manière indirecte, la vie privée du poète que semble dévoiler son inspiration.

  • 13 Georges Vrissimitzakis, Τὸ ἔργο τοῦ Κ. Π. Καβάφη. Ἀπὸ τὰ ποιήματα τοῦ Κ. Π. Καβάφη. Ἀπὸ τὰ βιβλία (...)
  • 14 Ibid., p. 12-13, note 1.

10L’ouvrage qui révèlera réellement l’érotisme cavafien paraît en 1917, sous la plume de Georges Vrissimitzakis : Τὸ ἔργο τοῦ Κ. Π. Καβάφη. Ἀπὸ τὰ ποιήματα τοῦ Κ. Π. Καβάφη (L’œuvre de C. P. Cavafy. Poèmes de C. P. Cavafy)13. Ce court texte, que la critique a ignoré au moment de sa publication, met en exergue l’érotisme cavafien, compris comme un ars vivendi — le plaisir devenant légitime dès lors qu’il est nécessaire à la création artistique14.

  • 15 Ὄρθρος, 1, septembre 1923, p. 31.
  • 16 Ἐπιθεώρηση, 9 août 1924.
  • 17 Georges Vrissimitzakis, « Οἱ Ἀπουάνοι καὶ ὁ Καβάφης », Βωμός, 15 mars 1919, p. 122.

11Très vite, les détracteurs de Cavafy s’emparent à leur tour de la dimension érotique des poèmes. En août 1917, Timos Malanos, répondant à un article de presse de Vassilis Athanassopoulos, fait publier dans la revue littéraire satirique alexandrine I Evdomas un article dénonçant violemment chez Cavafy le « culte de l’éphèbe », taxé de « maladif ». Le pas est franchi. Timos Malanos, que d’autres ne tarderont pas à suivre, confondant vie privée et production artistique, jugement littéraire et appréciation morale, s’attaque aux mœurs du poète et à ceux de ses textes qui mettent en scène de jeunes éphèbes sensuels. En réalité, c’est avec Timos Malanos que commencèrent les « commérages », et ce fut lui l’instigateur de ce que l’on peut appeler la campagne de dénigrement insidieuse, voire la cabale, qui présenta Cavafy comme un Socrate des temps modernes, ou comme un cas pathologique, qui corrompait la jeunesse et portait atteinte aux bonnes mœurs, avec une poésie rendue obscène15 et immorale16 par son hédonisme dégoûtant17. Mais les années 1917-1918 ne marquent que le commencement d’une longue série de polémiques visant à discréditer le poète et son œuvre, et dont le motif plus ou moins avoué n’est pas indifférent à la question érotique ni à l’audace sensuelle des poèmes cavafiens publiés dès 1911, mais surtout à partir de 1917.

  • 18 Cf. Michel Foucault dans Histoire de la sexualité. Tome I. La volonté de savoir, Paris, Gallimard, (...)
  • 19 Denis Kohler, « Situation de Cavafis », Desmos, 14, Hommage à Cavafis, Paris, 2003, p. 9.
  • 20 Timos Malanos, Ὁ Ποιητὴς Κ. Π. Καβάφης. Ὁ ἄνθρωπος καὶ τὸ ἔργο του, 3e éd., Athènes, Diphros, 1957
  • 21 Kohler, « Situation de Cavafis », p. 9.
  • 22 John P. Anton, Ἡ Ποίηση καὶ ἡ Ποιητικὴ τοῦ Κ. Π. Καβάφη, Athènes, Icaros, 2000, p. 50.

12Ce type de jugement péremptoire et diffamatoire, fondé sur des arguments fallacieux, fut rapidement relayé pendant l’entre-deux-guerres par l’arrivée du freudisme en Grèce : la critique littéraire découvre alors la psychanalyse et commence à vouloir l’appliquer dans ses analyses. Cette nouvelle discipline ouvre notamment des voies inexplorées à l’étude de la sexualité et de l’hédonisme : la fin du XIXe siècle et le début du XXe connaissent ainsi l’émergence puis la dictature de la « scientia sexualis18 » qui dicte la nécessité impérieuse de dire la vérité sur la sexualité. L’érotisme devient par conséquent pour la critique littéraire un thème d’étude privilégié. Le discours critique est soudain contaminé par un vocabulaire pseudo-médical qui se réclame de la psychopathologie. Il faut noter que la poésie de Cavafy fut sans doute la première, dans le domaine grec, à être passée au crible de l’analyse psychanalytique, probablement du fait de l’audace sensuelle des textes, mais plus certainement encore en raison de leur inspiration homosexuelle — rappelons qu’au XIXe siècle, et jusqu’aux années 1950, la psychanalyse a imposé l’idée que l’homosexualité était une perversion. L’exemple le plus frappant et le plus catastrophique à cet égard est « la psychanalyse d’opérette du fielleux Timos Malanos19 » qui, particulièrement dans son ouvrage écrit entre 1927 et 1932 et publié en 1933, Ὁ Ποιητὴς Κ. Π. Καβάφης. Ὁ ἄνθρωπος καὶ τὸ ἔργο του (Le Poète C. P. Cavafy. L’homme et son œuvre)20, concentra toute son attention sur l’homosexualité de Cavafy avec une indiscrétion exemplaire à la suite de laquelle on a voulu voir celui-ci « à travers un prisme égrillard de son uranisme21 ». Une partie de la critique a ainsi perdu de vue son objet en s’obstinant à disséquer la vie personnelle du poète. Il faut cependant préciser que toutes les critiques dites « psychanalytiques » ne furent pas nécessairement hostiles à l’œuvre de Cavafy. Toutefois, ce type d’approche fut, et reste encore, un terreau singulièrement propice aux interprétations douteuses, à la récupération idéologique, ou au fantasme. Ajoutons malgré tout qu’il convient de distinguer les approches qui se réclament du modèle freudien — critique pyschanalytique s’intéressant soit au texte, soit à l’homme — et celles qui sont à rattacher à la médecine psychiatrique et s’inscrivent donc davantage dans une littérature « médicale », si l’on peut dire, ou du moins présentées comme telle. Depuis les années 1920, cette tendance à la critique psychanalytique ou psychiatrique se poursuit jusqu’aux années 1940, et même au-delà. De nos jours, et alors qu’elle est globalement passée de mode et controversée, on en trouve encore ici et là quelques traces, sous forme de remarques éparses plus que d’études exhaustives recourant à une méthode ouvertement psychanalytique. Ainsi par exemple, dans un ouvrage paru en 2000, John P. Anton verse dans la psychologie privée en sous-entendant, semble-t-il, que la préférence sexuelle de Cavafy trouve une explication dans le schéma psychologique « mère dominatrice/ père absent », perpétuant ainsi un discours déterministe dans lequel l’homosexualité est restée longtemps sclérosée22.

  • 23 Modinos-Sengopoulos, Διάλεξη.
  • 24 Dimitris Nikolaréizis, « Ὁ ἡδονισμὸς καὶ ἡ ποίηση τοῦ Καβάφη », Νέα Ἑστία, 10, 1er novembre 1931, (...)
  • 25 Dimitris Nikolaréizis, « Ἡ διαμόρφωση τοῦ καβαφικοῦ λυρισμοῦ », Νέα Ἑστία, 14, 15 juillet 1933, p. (...)
  • 26 C. Th. Dimaras, Σύμμικτα, Γ’.ΠερὶΚαβάφη, éd. G. P. Savidis, Athènes, Gnossi, 1992, p. 23-48 et p. (...)
  • 27 Ibid., p. 56.
  • 28 Georges Séféris, Δοκιμές, vol. I, Athènes, Icaros, 1974, p. 362.
  • 29 X. A. Kokolis, Πίνακας λέξεων τῶν 154 ποιημάτων τοῦ Καβάφη, Athènes, Hermis, 1976.
  • 30 Michaïla Karambini-Iatrou, Η βιβλιοθήκη του Κ. Π. Καβάφη, Athènes, Hermis, Archives Cavafy, 2003.

13Ces différentes approches de l’œuvre de Cavafy, biographiques, psychanalytiques ou psychiatriques, suscitées par un certain engouement pour le freudisme, ne doivent cependant pas nous faire oublier l’existence conjointe d’une critique plus traditionnelle qui, se plaçant d’un point de vue esthétique ou philosophique, privilégie l’étude de l’œuvre plutôt que l’anecdote biographique ou les conjectures d’ordre psychologique, en se méfiant farouchement des lectures freudiennes. Dans sa conférence de 1918, consacrée à l’œuvre de Cavafy, Alécos Sengopoulos23 accorde une place prédominante au thème de l’hédonisme (c’est-à-dire au culte du plaisir et aux liens unissant la vie et l’œuvre d’art). Ce texte, qui relève davantage du genre apologétique que du commentaire littéraire, marque une étape décisive dans la révélation de l’érotisme. Treize ans plus tard, en 1931, puis en 1933, Dimitris Nikolaréizis, s’opposant à la vague de critique psychanalytique, publie deux articles, « Ὁ ἡδονισμὸς καὶ ἡ ποίηση τοῦ Καβάφη24 » (« L’hédonisme et la poésie de Cavafy ») et « Ἡ διαμόρφωση τοῦ καβαφικοῦ λυρισμοῦ25 » (« La formation du lyrisme cavafien »). Son objectif est double : comprendre l’hédonisme de la poésie de Cavafy en le resituant dans l’histoire littéraire et philosophique et le justifier d’un point de vue esthétique par une approche strictement textuelle. De même, Constantin Th. Dimaras reste attaché à une approche littéraire et rédige dans les années 1932-1933 deux textes où il est question de la dimension érotique de la poésie de Cavafy, Μερικὲς πηγὲς τῆς καβαφικῆς τέχνης (Quelques sources de l’art cavafien, 1932) et Ὁμι- λία στὸ φιλολογικὸ μνημόσυνο τοῦ ποιητῆ Καβάφη (Discours pour la commémoration littéraire du poète Cavafy, 1933)26. Dans le premier, il cherche à déchiffrer la « préhistoire » de la poésie cavafienne et insiste sur l’importance de la notion de plaisir dans le lien, consciemment établi, entre la vie du poète et son œuvre. Dans le second, revenant sur la question de l’hédonisme, il en fait le point de départ, la source essentielle de la poésie cavafienne, avançant même que pour Cavafy, « l’art apparaît comme un substitut de la volupté27 ». D’autres commentateurs ont opté pour ce même type d’approche, et parmi eux, les plus grands noms de la critique cavafienne, Michalis Péridis, É. P. Papanoutsos, G. P. Savidis, Ch. L. Karaoglou notamment. Mais, exception faite de ce dernier, aucun d’entre eux n’a consacré d’étude exhaustive à la dimension érotique de la poésie de Cavafy. Ce thème a donc essentiellement nourri les approches fantaisistes, empêtrées dans les oripeaux de la pudibonderie ou du préjugé, et souvent à peine dissimulées derrière le prétexte de la psychanalyse ou de la défense de la morale. Parmi les exceptions : Georges Séféris, qui ne s’est jamais départi d’une grande méfiance face au recours abusif à l’anecdote biographique pour expliquer une œuvre, et dont la réflexion a contribué très largement à redonner une orientation plus saine à la critique cavafienne. Choqué par les intrusions de la critique voyeuriste, avide de révélations scandaleuses, il prend la défense de Cavafy, notamment en faisant siens les arguments de Marcel Proust dans le Contre Sainte-Beuve, et recadre ainsi avec force le débat28. Si, malgré l’injonction de Georges Séféris, certains commentateurs persistent occasionnellement dans l’approche biographique, la critique cavafienne, suivant en cela l’histoire de la critique littéraire en général, a évolué vers le primat du texte, sous l’influence du structuralisme. Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’en 1966, Roman Jakobson, avec qui la description formaliste de la littérature atteindra sa perfection et influencera d’autres critiques à partir des années 1960, a rédigé une étude du poème cavafien Θυμήσου, Σῶμα... (Corps, souviens-toi...). Hormis le modèle extrême du formalisme, la critique s’est tournée vers d’autres méthodes pour étudier la poésie de Cavafy et notamment la question de l’érotisme (littérature comparée et intertextualité, analyse thématique, étude des sources), et a cherché à se doter de nouveaux outils (lexicologie quantitative à base statistique29, inventaire de la bibliothèque de Cavafy30, etc.).

  • 31 Cf. Dimitris Tziovas, « Η ομοφυλοφιλία του Καβάφη », Τὸ Βῆμα, 14 décembre 2003, Α51.
  • 32 « Special double issue. C. P. Cavafy », Journal of the Hellenic Diaspora, 10/1-2, printemps-été 19 (...)
  • 33 Peter Bien, « Cavafy’s homosexuality and his reputation outside Greece », Journal of Modern Greek (...)
  • 34 Voir Dimitris Papanikolaou, « From The Darkrooms of Philology », février 2006, sur le site officie (...)
  • 35 Dominique Fernandez, Le rapt de Ganymède, Paris, Grasset, 1989, p. 256.
  • 36 Yorgos Ioannou, Ὁ τῆς φύσεως ἔρως. Παπαδιαμάντης, Καβάφης, Λαπαθιώτης, Athènes, Kédros, 1985, p. 1 (...)

14Au cours des vingt-cinq dernières années, le thème de l’érotisme, le plus souvent traité dans des articles, a continué à nourrir bien des analyses. Mais la véritable nouveauté concernant les études cavafiennes sur le sujet de l’érotisme est apparue dans les années 1980. Après avoir étudié le « Cavafy érotique », une partie de la critique étrangère — surtout anglo-saxonne — s’est intéressée à un « Cavafy homosexuel31 ». Ce mouvement critique existe depuis fort longtemps dans les pays anglo-saxons, stimulé par les Gay and Lesbian Studies — qui par ailleurs commencent à émerger péniblement en France — dont les travaux portent sur l’homosexualité en histoire, en littérature, en sociologie, etc. Ce type de critique ne s’est intéressé à Cavafy que tardivement : en 1983 en effet, année du cinquantenaire de la mort du poète (qui vit proliférer les parutions), paraît un numéro spécial du Journal of the Hellenic Diaspora consacré au poète alexandrin qui ouvre un débat, affirmant, en introduction, l’importance de son homosexualité. Ni érotique, ni vulgaire, ni déviant, Cavafy y est perçu, avant tout, en tant qu’homosexuel32. En 1990, Peter Bien publie dans le Journal of Modern Greek Studies un article intitulé « Cavafy’s homosexuality and his reputation outside Greece33 », où il soutient à son tour que l’homosexualité de Cavafy a joué un rôle déterminant dans la diffusion de son œuvre à l’étranger, à en juger par les nombreux admirateurs homosexuels non hellénophones du poète. De manière générale, dans les années 1990, divers articles consacrés à Cavafy, ou le mentionnant, furent publiés, sous la plume de spécialistes de « littérature homosexuelle » (ou littérature écrite par des homosexuels), comme Mark Lilly (Gay Men’s Literature in the 20th Century paru en 1993), Gregory Woods (A History of Gay Literature : The Male Tradition), ou des articles encyclopédiques consacrés au poète (Peter G. Christensen dans An Encyclopedia of Gay, Lesbian, Bisexual, Transgender, and Queer Culture). Les Gender Studies abordent l’œuvre de Cavafy dans une perspective spécifique plaçant au centre de toutes les problématiques l’homosexualité du poète. Ces nombreux travaux ont érigé Cavafy en figure majeure et incontournable de la littérature homosexuelle. La volonté de rattacher le poète à la culture homosexuelle (ou plus largement à la culture gay, à la queer culture, à la transgender culture, etc.), promue essentiellement par des universitaires anglo-saxons tenants des Gender Studies et des Queer Critics, ne semble pourtant pas avoir touché la critique grecque : pour preuve la polémique récente qui a notamment opposé Dimitris Papanikolaou (université d’Oxford) et Manolis Savidis34. En dehors de ce qui paraît constituer un véritable courant dans le domaine de la recherche universitaire, on trouve également ici et là quelques témoignages similaires, chez des auteurs en général eux-mêmes homosexuels qui mettent en exergue l’homosexualité de Cavafy. En France, c’est l’écrivain et essayiste Dominique Fernandez qui voit en lui « le plus grand poète homosexuel35 ». Dans le même ordre d’idée, le poète et critique grec Yorgos Ioannou, insistant sur la dimension érotique de la poésie de Cavafy, a défini ce dernier par son homosexualité (« Cavafy est un poète homosexuel — passif — qui s’est contraint d’écrire à mots couverts [...] C’est un poète érotique, un poète érotique homosexuel36 »).

15Ce nouveau type d’approche critique, même s’il découle d’une volonté compréhensible de la communauté gay ou de certains homosexuels de s’approprier l’histoire et la culture des homosexuels, expose pourtant à un nouveau danger : le piège de la revendication homosexuelle ou du « fétichisme identitaire ». Le discours critique risque alors de s’enfermer dans une pensée ghetto autour de l’idée de l’homosexualité, et de devenir ainsi partiel et limitatif, cherchant peut-être à ériger le poète en icône du mouvement gay. Ainsi, attribuer une place prédominante à l’homosexualité de Cavafy ne semble pas s’accorder avec la prudence nécessaire à une étude qui se veut, avant tout, littéraire, et rejoint d’une certaine manière les dérives critiques fondées sur la biographie ou la psychologie du poète et les débats oiseux. A contrario, il serait tout aussi dangereux de nier l’importance de son homosexualité et de la considérer comme un simple épiphénomène : elle ne fonde certes pas, à elle seule, son identité, mais elle est fondatrice de l’œuvre, participant à une problématique qui englobe un vaste ensemble de thèmes-liens ou de caractéristiques formelles qui se réfèrent tous à la question sexuelle (entre autres thèmes, citons par exemple le problème de la religion, la peur, l’écriture et le silence). C’est là en substance l’idée qu’André Gide, parlant de lui-même, écrivit dans une lettre à Ramon Fernandez en 1934 : « Je crois fort juste de dire [...] que la non-conformité sexuelle est pour mon œuvre la clé première ». Car écrire l’érotisme, et a fortiori au travers d’une préférence sexuelle contraire à la norme, implique l’élaboration d’une mythologie personnelle, oscillant entre le vécu, le fantasme et la représentation littéraire. L’homosexualité de Cavafy, ou l’inspiration homosexuelle de sa poésie, objet d’une parole à la fois interdite et indispensable, place donc d’office le lecteur dans un entre-deux complexe qui sépare le corps vécu du corps littéraire.

  • 37 C. P. Cavafy, Κρυμμένα ποιήματα (1877-1923), éd. G. P. Savidis, 3e éd., Athènes, Icaros, 2000, p. (...)

16Étudier l’érotisme cavafien ne revient donc ni à extraire des textes de Cavafy des hypothèses biographiques, ni à chercher à tracer un portrait psychologique du poète, ni encore à n’aborder ses textes qu’à travers le prisme de son homosexualité ou de l’inspiration homosexuelle de ses compositions. Suivant l’injonction qu’il semble faire à son lecteur dans le poème Κρυμμένα37 (Choses voilées, 1908), le seul examen des textes prévaut :

Ἀπ’ ὅσα ἔκαμα κι ἀπ’ ὅσα εἶπα
νὰ μὴ ζητήσουνε νὰ βροῦν ποιὸς ἤμουν.
Ἐμπόδιο στέκοταν καὶ μεταμόρφωνε
τὲς πράξεις καὶ τὸν τρόπο τῆς ζωῆς μου.
Ἐμπόδιο στέκοταν καὶ σταματοῦσε με
πολλὲς φορὲς ποὺ πήγαινα νὰ πῶ.
Οἱ πιὸ ἀπαρατήρητές μου πράξεις
καὶ τὰ γραψίματά μου τὰ πιὸ σκεπασμένα —
ἀπὸ ἐκεῖ μονάχα θὰ μὲ νιώσουν.
Ἀλλὰ ἴσως δὲν ἀξίζει νὰ καταβληθεῖ
τόση φροντὶς καὶ τόσος κόπος νὰ μὲ μάθουν.
Κατόπι — στὴν τελειοτέρα κοινωνία —
κανένας ἄλλος καμωμένος σὰν ἐμένα
βέβαια θὰ φανεῖ κ’ ἐλεύθερα θὰ κάμει.

De tout ce que j’ai fait, de tout ce que j’ai dit,
qu’on ne cherche pas à savoir qui je fus.
Un obstacle se dressait qui m’empêchait
d’agir et de vivre à ma guise.
Un obstacle se dressait qui m’arrêtait
souvent sur le point de parler.
Mes actions les plus insignifiantes
et mes écrits les plus voilés,
c’est par là seulement qu’on me comprendra.
Mais sans doute est-il vain de se donner
tant de peine, de fournir tant d’efforts pour me connaître.
Plus tard, dans une société moins imparfaite,
un autre, fait comme moi, apparaîtra,
c’est certain, et agira librement.

  • 38 G. P. Savidis, Οἱ Καβαφικὲς Ἐκδόσεις (1891-1932). Description et commentaire. Étude bibliographiqu (...)

17Malgré tout, les notes personnelles du poète qui sont explicitement ou implicitement liées à la question érotique constituent un matériau riche d’enseignements et le recours à cette source mise en relation avec la production poétique de Cavafy est indispensable à la compréhension de l’itinéraire créateur de ce dernier. Ainsi par exemple, l’hypothèse, énoncée par G. P. Savidis, de la « great crisis of libidinousness38 » que traversa Cavafy vers 1903, bien qu’ancrée sur le plan biographique, s’inscrit dans une perspective strictement littéraire puisque déterminante dans le développement du traitement littéraire de l’érotisme. Il est en effet impossible de dissocier totalement un auteur de son œuvre. En revanche il est possible et souhaitable de nuancer l’analyse en dissociant le « je » poétique et la voix personnelle du poète qui parle en son nom propre. Par ailleurs, comme l’a judicieusement fait remarquer Ch. L. Karaoglou, il ne serait pas pertinent d’aborder la question de l’érotisme à la seule lumière d’éléments biographiques : cela reviendrait à ignorer la part, primordiale, réservée à l’imagination en ce domaine, car entre l’érotisme vécu et l’érotisme rêvé et retranscrit en parole littéraire, il ne peut y avoir de parfaite concordance.

18Par ailleurs, il y aurait quelque présomption à vouloir définir de façon catégorique les limites de l’érotisme dans l’œuvre poétique de Cavafy, non seulement du fait des difficultés de simple repérage, mais surtout à cause des difficultés de nuances évocatoires propres aux faits de connotations ou aux réseaux qui relient entre eux des thèmes connexes. Cette difficulté tient en outre à la forme singulière que revêt en propre l’œuvre cavafienne, qui n’obéit à aucune structure porteuse de sens comparable, par exemple, à celle des Fleurs du mal de Charles Baudelaire. La généalogie de l’œuvre ainsi que son histoire éditoriale sont à cet égard un véritable casse-tête chinois. Fait significatif : la première édition, canonique, des Poèmes, constituée avec l’agrément de Cavafy, ne parut qu’en 1935, soit deux ans après sa mort. Avant cette date, c’est uniquement sous la forme de feuilles volantes constituées en florilèges personnalisés ou insérés dans des revues littéraires que Cavafy fait circuler une partie de ses poèmes (les pièces désavouées, cachées, inachevées et autres inédits ne paraîtront que bien plus tard, de même que les formes primitives de certains poèmes officiels). Les seules indications permettant alors d’appréhender cette œuvre que l’absence d’armature fait paraître décousue (et pourtant si cohérente) résident peut-être dans les catalogues chronologiques et thématiques tenus par Cavafy, et minutieusement analysés par G. P. Savidis — rappelons à ce propos que l’un des catalogues thématiques porte le titre révélateur de « Πάθη » (« Passions »). Pourtant, cet outil reste insuffisant et ne permet pas, à lui seul, de circonscrire l’érotisme cavafien, renvoyant à la question du repérage. La tripartition de l’œuvre, méthode typologique commode, bien que légitime, n’est pas non plus propre à répondre à la question de l’érotisme, car dresser une liste de poèmes érotiques — c’est-à-dire traitant exclusivement et explicitement de ce thème — est une tâche, pour ainsi dire, hasardeuse. En effet, comme n’ont pas manqué de le faire remarquer certains critiques, les limites entre les champs de l’histoire, de la philosophie et du domaine personnel sont mouvantes : un même poème peut participer à la fois des trois catégories. Par ailleurs, l’érotisme peut s’exprimer à des degrés différents (quantitativement parlant), et sur des modes d’expression et de représentation variés (parole directe ou voilée, primat du sentiment ou de la chair par exemple), et la richesse des jeux d’intratextualité du discours poétique et des réseaux, marqués ou non marqués, renvoyant à la question érotique vient encore complexifier le repérage. Malgré tout, certains critiques, comme Michalis Péridis ou Ch. L. Karaoglou, ont tenté de dresser des listes des poèmes érotiques de Cavafy. Concernant ces tentatives, un triple constat s’impose : d’abord, chaque classement est différent, ensuite, aucun auteur n’a préalablement justifié son choix ou énoncé ses critères typologiques, enfin, tous reconnaissent, d’une manière ou d’une autre, les limites de la tripartition et par conséquent de la notion même de poème érotique dans le cas précis de Cavafy. Pour cette raison, il est plus prudent d’évoquer l’» érotisme » dans la poésie de Cavafy, plutôt que les « poèmes érotiques ». Il ne s’agit pas de contourner ainsi la difficulté, mais d’aborder la question différemment. Car il n’y a pas lieu de s’attacher absolument à la recherche d’une classification des poèmes permettant, hypothétiquement, d’identifier les poèmes dits « érotiques ». Au contraire, l’érotisme cavafien, protéiforme, est une notion transversale qu’il est préférable d’aborder comme telle, en recourant à une lecture intratextuelle.

  • 39 Sur l’exploitation des bibliothèques, voir l’exemple de Marie-Paule Masson-Vincourt, Paul Calligas (...)

19Il existe néanmoins des anthologies de poèmes érotiques de Cavafy. En outre, certains textes érotiques de Cavafy sont parfois répertoriés dans des anthologies érotiques qui ne lui sont pas consacrées. Dans les deux cas, il apparaît qu’aucun auteur de ces anthologies n’a pris soin de définir la notion de « poème érotique » ni de préciser les critères typologiques qui ont présidé au choix des textes cavafiens. Cette question des anthologies et du repérage des poèmes érotiques renvoie à celle du corpus. Puisque la question érotique se distingue par sa caractéristique transversale, le corpus cavafien doit être étudié dans son intégralité : poèmes officiels, désavoués, inédits, inachevés, textes poétiques en prose, textes critiques, mais aussi notes et écrits personnels du poète. Balayer l’ensemble de la production écrite de Cavafy paraît la méthode la plus pertinente pour repérer l’érotisme, en ce qu’elle permet de mettre en évidence non seulement les occurrences explicites, mais aussi les références implicites via les jeux d’échos et de connotations, ainsi que les thèmes connexes. Enfin, un autre outil se présente, même s’il n’offre aucune conclusion définitive : la bibliothèque de Cavafy39. L’ensemble des ouvrages possédés par le poète a été répertorié et offre potentiellement de précieuses informations sur ses intérêts littéraires. Cependant, cette source doit être exploitée avec la plus grande prudence dans la mesure où la bibliothèque qui nous est parvenue ne contient pas tous les livres lus ou étudiés par Cavafy qui, n’ayant pas le « culte » des livres, avait l’habitude d’emprunter des ouvrages à ses frères, à ses amis, ou dans diverses bibliothèques d’Alexandrie. D’autre part, certains titres qui y figurent n’ont pas été lus par le poète — on sait notamment qu’une partie des volumes recensés appartenaient à son frère. Malgré tout, cette source présente un intérêt certain puisque le poète a annoté ou coché en marges certains ouvrages qu’il jugeait particulièrement intéressants, laissant au chercheur un matériel propre à lui permettre de retracer, ne fût-ce qu’en filigrane, l’itinéraire intellectuel du poète.

  • 40 Yourcenar, Présentation critique, p. 34.
  • 41 Référence au poème Two Loves de Lord Alfred Douglas, célèbre compagnon d’Oscar Wilde (« I am the l (...)

20L’examen de l’ensemble du corpus cavafien révèle l’érotisme comme une clé de l’œuvre qui oriente son développement et dont le rôle est crucial dans l’économie générale du processus démiurgique. En d’autres termes, c’est pour et par l’érotisme que Cavafy accède à son art et que, selon la formule de Marguerite Yourcenar, « il a fini par faire de sa sensualité la cheville ouvrière de son œuvre40 [...] ». La nature même de l’itinéraire créateur de Cavafy, pourvu d’un caractère tripartite, impose ici une méthologie respectant le découpage chronologique, suivant une logique diachronique qui rende compte des étapes successives de l’érotisme. Cette approche doit être complétée par un regard volontiers comparatiste qui aborde l’érotisme cavafien dans le cadre de l’histoire littéraire grecque et européenne. Toutefois sera isolée dans un chapitre préliminaire la période d’avant 1891, celle des débuts poétiques de Cavafy, dans la mesure où n’y apparaissent aucun témoignage manifeste d’un intérêt pour la question érotique ni de compositions marquées par l’érotisme. Malgré tout, il est indispensable de prendre en compte ces « prémices », afin de mieux apprécier la naissance de la voix personnelle du poète qui s’affranchit peu à peu des clichés, phanariotes et romantiques, de la poésie amoureuse. Dès les années 1890, au fil de réflexions et de lectures diverses, Cavafy élabore en quelque sorte les fondements théoriques de l’érotisme qui le conduisent progressivement au dilemme entre, d’une part, le verbe et le silence, et d’autre part, les aspirations de sa chair et celles de son esprit, premières manifestations, par défaut, de l’expression érotique. Après cette étape de formation, que l’on peut voir comme la source de l’érotisme, Cavafy entame le deuxième volet de son itinéraire créateur, période capitale dans le développement de l’érotisme. Autour de 1900, il traverse en effet une grave crise personnelle et poétique, « the great crisis of libidinousness », qui ne trouvera de résolution que dans la mise en œuvre littéraire de l’érotisme et la transformation de la parole poétique. Cette étape fondamentale prend tout son sens à la lumière d’un éclairage plus général, qui met en évidence le contexte social, culturel et littéraire, en Europe comme dans le monde grec, au sein duquel la question érotique est particulièrement prégnante. Enfin, malgré les entraves extérieures et après avoir puisé dans sa poétique une légitimation définitive de l’érotisme, Cavafy parvient à la libération et à l’aboutissement de son érotique, indissociable de « l’amour qui ose dire son nom41 », dont Μέρες τοῦ 1908 (Jours de 1908), ultime poème publié de son vivant, en 1932, est la plus parfaite illustration.

Notes

1 Présentation critique de Constantin Cavafy 1863-1933 suivie d’une traduction des Poèmes par Marguerite Yourcenar et Constantin Dimaras, 2e éd., Paris, Gallimard, 1978, p. 30.

2 Sur ce sujet, voir John E. Jackson, Le corps amoureux. Essai sur la représentation érotique de l’éros de Chénier à Mallarmé, Neuchâtel, Éditions de la Baconnière, 1986, p. 9-10.

3 Jean-Jacques Pauvert, La littérature érotique, Paris, Flammarion, coll. « Dominos », 2000, p. 8.

4 Franck Évrard, La littérature érotique ou l’écriture du plaisir, Toulouse, Milan, 2003, p. 3.

5 Encyclopédie thématique Universalis, IV, Paris, Encyclopædia Universalis, 2004, p. 2683. Sur le sujet, voir aussi René Étiemble, L’érotisme et l’amour, Paris, Arléa, Le Livre de poche, 1987, p. 17-24 (« De l’érotisme. Le propre de l’érotisme »).

6 D’après Georges Babiniotis, Λεξικό της νέας ελληνικής γλώσσας, 2e éd., Athènes, Κέντρο Λεξικολογίας, 2005, p. 675-676.

7 Polys Modinos et Alécos Sengopoulos, « Διάλεξη περὶ τοῦ ποιητικοῦ ἔργου τοῦ Κ. Π. Καβάφη », Ἐπιθεώρηση Τέχνης, 108, décembre 1963, p. 614-621.

8 Voir Alécos Sengopoulos, Ἀνέκδοτα σχόλια σὲ ποιήματα τοῦ Καβάφη (1918), présentation G. P. Savidis, Athènes, Χάρτης, 5-6, Hommage à Cavafy, avril 1983, p. 549 sqq.

9 Michalis Péridis, Ὁ Βίος καὶ τὸ ἔργο τοῦ Κωνστ. Καβάφη, Athènes, Icaros, 1948, p. 169.

10 Ch. L. Κaraoglou, Εκτός ορίων. 2+1 κείμενα για τον Καβάφη, Thessalonique, University Studio Press, 2000, p. 13.

11 Yourcenar, Présentation critique, p. 30.

12 Γράμματα, Alexandrie, 1/9-10 (octobre-novembre 1911), p. 329.

13 Georges Vrissimitzakis, Τὸ ἔργο τοῦ Κ. Π. Καβάφη. Ἀπὸ τὰ ποιήματα τοῦ Κ. Π. Καβάφη. Ἀπὸ τὰ βιβλία τῆς ζωῆς (4), Γράμματα, Alexandrie, 1917.

14 Ibid., p. 12-13, note 1.

15 Ὄρθρος, 1, septembre 1923, p. 31.

16 Ἐπιθεώρηση, 9 août 1924.

17 Georges Vrissimitzakis, « Οἱ Ἀπουάνοι καὶ ὁ Καβάφης », Βωμός, 15 mars 1919, p. 122.

18 Cf. Michel Foucault dans Histoire de la sexualité. Tome I. La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976 (chapitre III : « Scientia sexualis », p. 69).

19 Denis Kohler, « Situation de Cavafis », Desmos, 14, Hommage à Cavafis, Paris, 2003, p. 9.

20 Timos Malanos, Ὁ Ποιητὴς Κ. Π. Καβάφης. Ὁ ἄνθρωπος καὶ τὸ ἔργο του, 3e éd., Athènes, Diphros, 1957.

21 Kohler, « Situation de Cavafis », p. 9.

22 John P. Anton, Ἡ Ποίηση καὶ ἡ Ποιητικὴ τοῦ Κ. Π. Καβάφη, Athènes, Icaros, 2000, p. 50.

23 Modinos-Sengopoulos, Διάλεξη.

24 Dimitris Nikolaréizis, « Ὁ ἡδονισμὸς καὶ ἡ ποίηση τοῦ Καβάφη », Νέα Ἑστία, 10, 1er novembre 1931, p. 1148-1153.

25 Dimitris Nikolaréizis, « Ἡ διαμόρφωση τοῦ καβαφικοῦ λυρισμοῦ », Νέα Ἑστία, 14, 15 juillet 1933, p. 768-773.

26 C. Th. Dimaras, Σύμμικτα, Γ’.ΠερὶΚαβάφη, éd. G. P. Savidis, Athènes, Gnossi, 1992, p. 23-48 et p. 49-58.

27 Ibid., p. 56.

28 Georges Séféris, Δοκιμές, vol. I, Athènes, Icaros, 1974, p. 362.

29 X. A. Kokolis, Πίνακας λέξεων τῶν 154 ποιημάτων τοῦ Καβάφη, Athènes, Hermis, 1976.

30 Michaïla Karambini-Iatrou, Η βιβλιοθήκη του Κ. Π. Καβάφη, Athènes, Hermis, Archives Cavafy, 2003.

31 Cf. Dimitris Tziovas, « Η ομοφυλοφιλία του Καβάφη », Τὸ Βῆμα, 14 décembre 2003, Α51.

32 « Special double issue. C. P. Cavafy », Journal of the Hellenic Diaspora, 10/1-2, printemps-été 1983.

33 Peter Bien, « Cavafy’s homosexuality and his reputation outside Greece », Journal of Modern Greek Studies, 8/2, 1990, p. 197-211.

34 Voir Dimitris Papanikolaou, « From The Darkrooms of Philology », février 2006, sur le site officiel du poète : www.cavafy.com.

35 Dominique Fernandez, Le rapt de Ganymède, Paris, Grasset, 1989, p. 256.

36 Yorgos Ioannou, Ὁ τῆς φύσεως ἔρως. Παπαδιαμάντης, Καβάφης, Λαπαθιώτης, Athènes, Kédros, 1985, p. 108-109-110 (voir aussi p. 104-112).

37 C. P. Cavafy, Κρυμμένα ποιήματα (1877-1923), éd. G. P. Savidis, 3e éd., Athènes, Icaros, 2000, p. 92.

38 G. P. Savidis, Οἱ Καβαφικὲς Ἐκδόσεις (1891-1932). Description et commentaire. Étude bibliographique, Athènes, 1966, Tachydromos, p. 143-144.

39 Sur l’exploitation des bibliothèques, voir l’exemple de Marie-Paule Masson-Vincourt, Paul Calligas et la fondation de l’État grec, Paris, L’Harmattan, coll. « Études grecques », 1997.

40 Yourcenar, Présentation critique, p. 34.

41 Référence au poème Two Loves de Lord Alfred Douglas, célèbre compagnon d’Oscar Wilde (« I am the love that dare not speak its name »). En 1927, il inspira à François Porché le titre de son essai sur Wilde, Proust, Custine, Whitman et Gide, L’Amour qui n’ose pas dire son nom (Paris, Grasset, 1927). Voir aussi Dominique Fernandez, L’amour qui ose dire son nom, Paris, Stock, 2005.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540