Version classiqueVersion mobile

Traces de l’histoire dans le roman espagnol contemporain

 | 
Nathalie Sagnes Alem

Deuxième partie. Transmission et réparation

Introduction

Texte intégral

1En guise d’introduction à l’ouvrage collectif consacré à la problématique « Mémoire et culture » (dans laquelle s’inscrit la question de la relation qui existe entre mémoire et écriture/fiction), on trouve cet avis au lecteur que nous faisons nôtre :

  • 1 Claude Filteau et Michel Beniamino (dir.), Mémoire et culture..., op. cit.

Je voudrais montrer que loin d’être passéiste, cette écriture mémorielle révèle en fait une hypertrophie de la catégorie du présent, dans l’exacte mesure où elle semble considérer le passé en ayant en vue le présent1 (par opposition à l’historiciste qui met en avant le passé pour lui-même).

  • 2 C’est ce que mettent en évidence tous les travaux sur la question : Jean-François Chiantaretto (di (...)

2Le roman est bien le récit d’une blessure mais il tend à effectuer, dans le même mouvement dialectique, sa cicatrisation. Par son dire et par son faire, il constitue une réponse du présent à la violence de l’histoire et à ses conséquences. Les manifestations du traumatisme oscillent entre le silence et le refoulement qui ont enfoui l’événement dans la mémoire, individuelle ou collective, et une hypertrophie de la parole métaphoriquement libérée2. L’abondance des productions culturelles mémorielles des dernières années en est l’illustration mais la fiction met encore en abyme ce double processus. Par la nature du texte lui-même (lorsqu’il s’agit de fictions de documents à déchiffrer dans la diègèse et/ou, à un autre niveau, dans l’acte de lecture lui-même), par l’engagement de l’auteur qui assume sa responsabilité dans l’écriture de l’histoire/Histoire, le roman est un espace de reconstruction, une entreprise de réparation qui tente de substituer aux « trous » de l’histoire, à ses déchirures, une continuité symbolique. Par ses stratégies propres, il lie le passé au présent, transforme l’oubli en mémoire, l’absence en présence. D’autres motifs, d’autres figures et d’autres procédés permettent de créer une chaîne de la transmission. La fiction se moule dans le document et le témoignage pour faire émerger une vérité de l’histoire, à laquelle le lecteur est associé.

Notes

1 Claude Filteau et Michel Beniamino (dir.), Mémoire et culture..., op. cit.

2 C’est ce que mettent en évidence tous les travaux sur la question : Jean-François Chiantaretto (dir.), Témoignage et trauma (Implications psychanalytiques), Paris, Dunod, 2004.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search