Version classiqueVersion mobile

Traces de l’histoire dans le roman espagnol contemporain

 | 
Nathalie Sagnes Alem

Première partie. Trauma et fictions

Introduction

Texte intégral

  • 1 Nous n’envisageons pas de trouver les symptômes d’une pathologie chez l’auteur ou ses personnages.

1Au sens étymologique du terme, le trauma est une blessure ouverte mais le terme est compris aujourd’hui aussi comme la trace d’un événement violent dans la mémoire du sujet qui en a souffert. Cette définition communément admise est la conséquence de la contamination du discours culturel, au sens large, par le discours psychanalytique, ce qui tend à simplifier certains phénomènes, voire à les banaliser, en essayant de les identifier en les nommant. Pourtant, le mot recouvre bien un phénomène qui, bien que flou et difficile à cerner, n’en n’est pas moins réel et omniprésent dans les sociétés qui ont été confrontées à la violence d’une histoire qui ne peut s’effacer de l’horizon du présent. C’est bien le cas de la guerre d’Espagne. En ayant recours à cette notion, il ne s’agit pas de démontrer une théorie psychanalytique1 par la fiction mais de nous servir d’un outil, d’un concept opératoire aussi dans le champ littéraire. Si l’on accepte de prendre le terme dans son acception la plus large, la littérature est le lieu privilégié de la manifestation tout autant que de la représentation du trauma, ces deux dimensions étant parfois solidaires ou au contraire en tension dans le texte. C’est dans cette relation que se construit aussi un système de représentation du passé et du présent qui en est la conséquence. Le concept de trauma s’avère opératoire parce que justement il permet d’appréhender conjointement la cause et la conséquence de la blessure, l’histoire et sa trace dans le présent, à l’instar de la fiction. Par ailleurs, la fiction rend compte, en la diégétisant parfois, de cette dialectique qui existe entre l’écriture de l’histoire en tant que restitution des faits du passé et en tant que conséquence directe de ces mêmes faits. La guerre civile a constitué par sa violence un traumatisme qui a affecté les individus pris dans la tourmente de l’histoire. Le fait que l’événement soit inscrit dans l’incipit des trois romans comme le fondement du récit est ce qui ancre cette lecture de l’histoire dans le texte lui-même.

2Les processus de rupture, de déchirure se déclinent ensuite dans le roman en une multitude de motifs dont la structure du texte se fait l’écho, en suggérant parfois même l’impossibilité de la représentation, dans une tension dialectique caractéristique de cette écriture héritée d’une mémoire meurtrie.

Notes

1 Nous n’envisageons pas de trouver les symptômes d’une pathologie chez l’auteur ou ses personnages.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search