Version classiqueVersion mobile

Crises de vers

 | 
Marie Blaise
, 
Alain Vaillant

Dossier : questions à la recherche dix-neuviémiste

Prétérition

Guy Rosa

Texte intégral

1La contribution de Guy Rosa a pris la forme, libre et impromptue, d’un « courriel », que nous transcrivons ici tel quel, avec l’autorisation de l’auteur. Seul le titre est de notre cru.

2Votre idée pour le numéro initial est excellente – encore qu’elle ressemble un peu à celle qu’a eue Dix-huitième siècle. Me demander ma contribution est très aimable et flatteur. Trop et tellement que je vais garder l’amabilité et l’honneur – et ne pas faire le travail. Dans ce numéro de Dix-huitième siècle dont je parlais, Michel Delon a donné un excellent article, du ton et de la portée que vous recherchez. Il est difficile de faire mieux – même de faire aussi bien. De surcroît, je n’ai guère à dire autre chose que ce qu’il dit (en moins noir).

3Et puis, vous savez ce que je pense – et que vous pensez aussi :

4A – La définition de la nouvelle thèse a produit une floraison de travaux de grande qualité. Leur nombre et leur valeur accroissent sensiblement la vitesse du renouvellement ou de l’enrichissement des connaissances.

  • Pour plusieurs raisons dont certaines tiennent à la faiblesse numérique de la génération, d’autres au rythme de travail résultant de la nouvelle thèse qui laisse les chercheurs exangues une fois arrivés à la trentaine), d’autres enfin à l’histoire de notre discipline, actuellement dans un creux, les habilitations ne suivent pas. Il n’y a que très rarement un saut significatif entre la thèse et le dossier d’habilitation, généralement prématuré.

  • Les institutions influent profondément sur la recherche parce qu’elles déterminent des rythmes de production. L’ancienne thèse bloquait tout ; le nouveau système produit une sorte de précocité généralisée, avec son revers d’immaturité.

5B – Les équipes de recherche sont une excellente chose. Elles sont bien articulées à la nouvelle thèse (plus qu’à l’habilitation). De ce point de vue, le rendement de l’institution est excellent.

  • Il est même peut-être trop bon. L’institution ne produit que ce qu’il est dans sa nature de produire : de l’institutionnel. Le scientifique n’y trouve pas son compte. D’autant moins que les équipes tendent à être définies de manière purement institutionnelle : non par leur objectif ou leur objet intellectuels, mais par l’appartenance de leurs membres à une Université.

  • Or les Universités recrutent en fonction des besoins de l’enseignement – une ou deux personnes par spécialité. Si bien que, sauf exception (très grande Université ou tradition très solide), les équipes sont scientifiquement artificielles : leurs intitulés et leurs thèmes sont des plus petits dénominateurs communs qui parfois frisent le ridicule. Il est urgent et important que les dispositions de contrôle non seulement permettent aux chercheurs d’appartenir à des équipes extérieures à leur Université, mais le favorisent. Faute de quoi, après l’élan auquel nous avons assisté (et qui est le fait des soixante-huitards collectivistes) on retombera dans l’exploitation des crédits au bénéfice des notables.

6C – Toutes sortes de raisons historiques mettent notre discipline – et d’ailleurs également son objet : la littérature – dans un état qui semble pitoyable aux personnes qui, comme moi, ont vécu les années 60-70. Le moindre assistant alors prenait la parole dans le colloque sur le mode : « Lao-Tseu l’a dit : il faut trouver la voie. Moi, je l’ai trouvée ; alors je vais vous couper la tête ». Maintenant, pour les meilleurs, le ton est au : « Je sais comme vous que cela n’a aucun intérêt ; mais quoi, il faut bien gagner sa vie – et mal encore ; vous qui avez fait hier ce que je fais aujourd’hui (et nous le referons demain) aidez-moi à sauver la face, comme je vous y ai aidés, et vous y aiderai ». La foi manque au point que la conviction déserte. Plus d’écoles, plus de gourous, pas le moindre fanatisme. Cela n’a pas que du mauvais : la tolérance y a beaucoup gagné ; la lucidité aussi. Et la communauté s’accorde beaucoup mieux sur la valeur des personnes et des travaux.

7– Cette situation épistémologique assez grise, mais dont l’Université pourrait profiter pour se réunir et se fortifier sur ses propres valeurs, s’accompagne au contraire d’une subordination calamiteuse aux autres institutions : presse, médias, édition surtout. Un signe : les enquêtes d’habilitation des équipes ont une colonne à remplir pour la publication des thèses soutenues – preuve que les 5 personnes d’un jury ne sont rien auprès de l’Éditeur (mieux vaudrait dire tout de suite qu’un jury doit être composé à moitié au moins de représentants qualifiés des maisons d’édition). Un autre : les presses universitaires qui, parfois, semblent uniquement destinées à absorber la (sur)production locale. Un dernier : la tyrannie du livre qui fait que, dans les soutenances, « votre thèse » est injurieux, il faut dire : votre livre.

8Or ce n’est pas sans effet sur l’activité des « chercheurs ». D’une part, ils perdent souvent à gratter des manuels améliorés un temps qui serait mieux employé à de vraies recherches. A cela un seul remède : la négociation des droits d’auteur par les Universités et à leur bénéfice, comme les brevets chez les scientifiques et les médecins. D’autre part, le nivellement des travaux dans une zone moyenne de difficulté – et d’innovation – intellectuelle. On se garde d’initiatives ardues : elles ne sont pas publiables. De là de grandes quantités d’eau tiède – mais avec colorant (pas trop), paillettes (ternes) et mousse (pour la pudeur).

9Et aussi la facticité de l’originalité. Le même universitaire qui bâcle honteusement un Lorenzaccio en Livre de Poche où il n’y a pas une idée neuve, consacre son énergie à réunir les textes d’un « Verlaine et les femmes » (par exemple) qu’il croit « porteur ».

10Est-ce à cela qu’on doit un étonnant décentrement de l’activité de commentaire vers les franges de la littérature ? Il est du moins certain : préfaces, correspondances, carnets, journaux de voyage, correspondances, journaux intimes, correspondances, articles de presse, dessins, correspondances, biographies, manuscrits et ratures, salons littéraires, correspondances, ragots, fragments, inchoata, tout vaut mieux que l’œuvre – et de préférence les correspondances (à 680 F. le volume chez Champion. Effectivement : comment vendre Les Fleurs du mal à ce prix là ?).

11La littérature ayant cessé d’être l’enjeu de l’activité critique, pourquoi en resterait-elle l’objet ? Mais nous pouvons plaider non coupables : la littérature ayant cessé d’être l’enjeu de l’activité créatrice, pourquoi serait-elle celui de l’activité critique ?

12D – On se plaint souvent de la disparition de la recherche érudite, qu’on impute à la nouvelle thèse. Cela me semble tout à fait inexact et destiné – une certaine fatigue du commentaire mou se faisant sentir – à l’être de plus en plus. Il est vrai, en revanche, que cette recherche ne renouvelle aucunement ses méthodes et ses objets : toujours des correspondances et des biographies. Le destin, épistémologiquement désastreux, de la bibliométrie le prouve.

13Vous voyez qu’il n’y a rien d’original dans ce que je pense. Pardi ! si j’avais pensé quelque chose de neuf, ça serait dans Le Magazine littéraire.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search