Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie de la littérature : la question de l'illégitime

 | 
Sylvie Triaire
, 
Jean-Pierre Bertrand
, 
Benoît Denis

Sociologie de la littérature : la question de l'illégitime

Alphonse Rabbe, à la limite

Benoît Denis

Texte intégral

1Poser la question des « frontières de la légitimité » consiste pour une large part à interroger certaines trajectoires d’écrivains, certaines œuvres, voire certains genres, en tant qu’ils se situent « à la limite » ; c’est-à-dire en tant qu’ils se proposent à l’explication comme une expérience de la littérature qui, de diverses manières (par l’excès, le manque, la subversion des codes, etc.), explore les possibles littéraires disponibles jusqu’à atteindre un point de rupture par rapport à ceux-ci. Cette expérience des limites, que la modernité littéraire du vingtième siècle a survalorisée au point d’en faire une posture métaphysique a priori indépendante de tout contexte instrumental et institutionnel, offre schématiquement deux issues : soit elle est validée et sa portée subversive se trouve consacrée et bientôt considérée comme un nouveau possible littéraire ; soit cette même expérience n’est pas reçue ; en d’autres termes, elle apparaît comme irréductible aux règles du jeu littéraire et elle est interprétée comme un échec, une attitude aberrante, voire une forme de folie. La question qui se pose alors est encore celle de la limite, mais formulée différemment : par où — ou peut-être comment — passe la ligne de démarcation qui fait le partage entre ces deux destins littéraires diamétralement opposés et dont, pourtant, on peut parfois se dire que très peu de choses les sépare ?

2Le cas d’Alphonse Rabbe sera précisément un moyen d’explorer cette problématique : mort en 1829, il a vu — plus qu’il n’y a pris part — l’émergence du romantisme et des valeurs littéraires nouvelles qu’il instituait ; dans cette période de transition où l’on bascule vers un nouveau régime du littéraire — la modernité — la trajectoire de Rabbe mérite d’être interrogée, ainsi que son œuvre, restreinte et disparate, mais qui n’est pas sans retenir l’attention par certains de ses aspects.

  • 1 La comparaison est de Jules Marsan, dans l’édition qu’il donna en 1924 de l’Album d’un pessimiste (...)
  • 2 Édouard Roditi, « Présentation », dans Alphonse Rabbe, Album d’un pessimiste, suivi de Portefeuill (...)

3L’histoire d’Alphonse Rabbe prête à la caricature tant elle accumule et exhibe les signes de l’échec. L’homme est né aux environs de 1788, à Riez en Provence : de ses origines méridionales, il semble qu’il ait toute sa vie conservé une verve et une faconde que les commentateurs les mieux intentionnés qualifient de « bien latine », sans pouvoir néanmoins s’empêcher de faire à l’occasion le rapprochement avec Tartarin de Tarascon1. Très jeune encore, Rabbe se rend à Paris et il s’oriente d’abord vers la peinture : il est admis dans les ateliers de David, puis de Regnault, sans cependant « réussir à inspirer à ses maîtres assez d’espoir pour l’encourager à persévérer dans cette voie2 ». Il se dirige ensuite vers la musique, et renonce rapidement. Il pense alors à une carrière de comédien, mais son élocution « bien latine » semble lui avoir immédiatement barré toute chance de réussir, si ce n’est dans des comédies faciles où il tient nécessairement le rôle du méridional. Il choisit alors d’achever des études de droit et, en 1808, s’engage avec son frère dans l’administration militaire de l’Empire : il séjourne en Espagne, où il contracte une syphilis qui le défigurera bientôt et le contraindra à un usage intensif de l’opium. Rentré en France, il effectue divers petits travaux de plume, avant de devenir, vers 1814, un publiciste politique connu pour sa virulence : il est d’abord passionnément monarchiste, mais, devant le peu d’attention que lui prête le nouveau régime, il devient fanatiquement libéral ; ceci lui vaudra d’échapper de peu au lynchage à Marseille, où il dirigeait Le Phocéen, journal libéral dans une cité alors connue pour son légitimisme farouche. Couvert de dettes, Rabbe s’installe en 1822 à Paris et y mène la vie de la bohème : il assure sa subsistance en réalisant des compilations d’ouvrages historiques, publie de la critique d’art, dirige, non sans mal, la Biographie universelle des contemporains et parvient à faire publier quelques poèmes en prose. Miné par la maladie, il meurt dans la nuit du 31 décembre 1829, sans qu’on sache vraiment s’il s’est agi d’un suicide ou de la conséquence d’un abus involontaire d’opium. En 1935, son neveu Charles rassemble sous le titre d’Album d’un pessimiste ses écrits littéraires épars et inachevés, dont Philosophie du désespoir qui contient une apologie du suicide devenue plus ou moins fameuse.

4Considéré sous cet angle, la vie de Rabbe peut incontestablement être indexée sur une trajectoire d’échec, ainsi que le faisait Pascale Casanova dans le compte rendu de la réédition de l’Album d’un pessimiste chez José Corti :

  • 3 Cité par Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seu (...)

Écrivain raté, oublié, passé sous silence par tous ses contemporains, poète médiocre, né en 1788 en Provence et qui échouera dans toutes ses entreprises. Peintre déçu, critique d’art sans grand talent, musicien amateur, acteur que son accent méridional condamnait à la comédie, historien secondaire, homme politique provincial, pamphlétaire anonyme, journaliste marginal, il mourut en 1829 [...]3.

5Il suffit ici de reprendre tous les adjectifs énumérés (raté, oublié, passé sous silence, médiocre, déçu, sans grand talent, amateur, secondaire, provincial, anonyme, marginal) pour constater qu’ainsi décrit, Rabbe condense avec une rigueur et une constance presque confondantes tous les traits qui, dans l’imaginaire littéraire, ont vocation à caractériser l’échec ou le ratage. On peut même penser que Rabbe, en ce domaine, se trouve dans une forme d’excès, tant il est difficile d’imaginer que l’on puisse ainsi cumuler toutes les tares, jusqu’à produire une image qui confine à la caricature. D’où cette notoriété paradoxale qui pourrait être, au bout du compte, celle de notre auteur : rester dans la postérité comme l’incarnation ultime et indépassable du raté. A bien y regarder cependant, on constatera que les signes de l’échec chez Rabbe se distribuent en fait sur deux registres distincts, dont la confusion explique peut-être la postérité ambiguë de l’écrivain.

  • 4 Charles-Augustin Sainte-Beuve, Portraits contemporains, t. I, Parts, Calmann-Lévy, 1889, p. 177.
  • 5 Alexandre Dumas, Mes Mémoires. Édition établie par Pierre Josserand. Paris, Gallimard, 1967, chap. (...)
  • 6 Victor Hugo, ode 21 du livre V (datée du 1er novembre 1825), Odes et Ballades, dans Œuvres poétiqu (...)
  • 7 Victor Hugo, Chants du crépuscule, XVII (daté du 14 septembre 1835), dans Œuvres poétiques, t. I, (...)

6Le premier de ces registres renvoie à l’échec proprement dit : provincialisme, absence de talent véritable, amateurisme, tout un pan du destin de Rabbe est marqué par l’incapacité à s’imposer comme un écrivain à part entière. Certes, il était relativement bien introduit dans le milieu littéraire : il semble avoir connu Charles Nodier ; Sainte-Beuve l’évoque dans ses Portraits contemporains4 ; Dumas-père, qui assista à son enterrement, lui consacre un chapitre de ses mémoires5, comme si Rabbe constituait une figure incontournable des « souvenirs littéraires ». Enfin et surtout, Victor Hugo paraît avoir eu pour lui une sollicitude affectueuse : en 1825, il lui dédie une Ode6 et l’évoque ensuite dans un poème de 1835 (« Hélas ! que fais-tu donc ! ô Rabbe, ô mon ami ! Sévère historien dans la tombe endormi7 ! »). En fait, Rabbe faisait partie du personnel administratif du romantisme émergent : ses fonctions au sein de la Biographie universelle des contemporains le mettaient en effet en contact avec l’ensemble du monde littéraire, soit qu’il assurât l’entrée des grandes figures du romantisme dans la Biographie, soit qu’il fournît à d’autres, plus modestes, des travaux de plume relatifs à cette entreprise. Il a donc servi d’intermédiaire et ce rôle secondaire lui a assuré la petite notoriété que possèdent de leur vivant les indispensables prestataires de service de la vie littéraire. Ses opinions libérales lui vaudront aussi une manière d’hommage de la part des dignitaires de la monarchie de Juillet : Charles Rabbe éditera l’Album d’un pessimiste grâce à une subvention des Ministères de l’Intérieur et de l’Instruction publique, Louis-Philippe et presque tous les cadres du régime souscrivant personnellement à cette publication posthume.

7Même le provincialisme de Rabbe ne peut être complètement assimilé à un obstacle infranchissable : l’auteur fait en effet partie de cette petite troupe de méridionaux qui, dans les années 1820, montent à Paris pour y occuper, dans certains cas, une position en vue : on pense d’abord aux historiens Adolphe Thiers et Auguste Mignet, dont Rabbe fit ses exécuteurs testamentaires, non sans avoir souffert de leur réussite dans un domaine où il ambitionnait une reconnaissance que ses seuls digests historiques ne pouvaient évidemment lui apporter. De même, il semble que notre auteur ait exercé de son vivant un véritable ascendant sur une troupe de jeunes littérateurs qui s’étaient groupés autour de lui : Joseph Méry et Auguste Barthélémy, deux autres provençaux, Armand Carrel, Louis-François L’Héritier, notamment. Les témoignages concordent pour indiquer que, dans ce petit cercle de fidèles, on attendait des merveilles de Rabbe et qu’on le considérait comme une manière d’écrivain génial, s’il consentait cependant à produire une œuvre achevée, lui-même ayant annoncé deux « grands » textes : un roman intitulé La Sœur grise (dont on n’a retrouvé aucune trace) et l’Album d’un pessimiste, qui a donné son titre à l’ouvrage posthume et inégal que nous connaissons aujourd’hui.

8Du coup, l’échec de Rabbe perd le caractère superlatif qu’on pouvait lui prêter. L’homme a évolué dans les cercles du romantisme naissant et du libéralisme d’opposition, mais il n’a été en mesure d’accéder ni au statut d’acteur du mouvement ni à celui d’écrivain. Il n’a pris aucune part dans les débats et les premiers combats romantiques, parce que, comme on le verra, cette esthétique lui était relativement étrangère. Par ailleurs, il paraît s’être dispersé dans des ambitions multiples et successives (la politique, l’histoire, la critique d’art, la littérature) qui ne lui ont pas permis d’incarner une figure spécifique d’écrivain, son statut étant davantage celui d’un publiciste et d’un littérateur — Hugo ayant quant à lui retenu le « sévère historien ». Enfin, il est dépourvu d’une œuvre sur laquelle il aurait été possible de s’appuyer pour le défendre ; de ce point de vue, le disparate Album d’un pessimiste publié après sa mort, loin de donner consistance à cette œuvre, tend plutôt à confirmer qu’elle est introuvable. S’est ainsi imposée à propos de Rabbe l’opinion d’un talent gâché par les difficultés matérielles et physiques et barré par des besognes alimentaires trop absorbantes.

9On passe de la sorte insensiblement au second registre dans lequel se déploie le ratage « rabbique » : celui de la « malédiction ». Le personnage était en effet un candidat idéal au mythe de l’écrivain maudit : reconnu comme génial par ses proches et ignoré de la multitude, toujours empêché par la précarité matérielle d’écrire le chef-d’œuvre qui devait le révéler, jeune homme de grande beauté défiguré par la maladie et devenu opiomane, solitaire ayant perdu précocement le seul être qui acceptait encore de l’aimer, il y a jusqu’au soupçon d’une mort par suicide qui contribue à ériger cette vie en archétype de la malédiction romantique, tel que Chatterton, peu après, allait durablement en fixer l’image. Hugo, le premier, allait associer Rabbe à cette représentation, en lui dédiant cette ode qui mettait en scène l’infortune et la maladie de l’intéressé.

10Mais il est plus remarquable encore de constater que, si Alphonse Rabbe est parvenu jusqu’à nous, c’est grâce à la mention que Charles Baudelaire et André Breton lui ont accordée. Baudelaire, dans ses Fusées, fait en effet de Rabbe un éloge certes laconique et énigmatique, mais néanmoins considérable :

  • 8 Charles Baudelaire, Fusées. Mon cœur mis à nu. La Belgique déshabillée. Édition établie par André (...)

Style. / La note éternelle, le style éternel et cosmopolite. Chateaubriand, Alph. Rabbe, Poe. [Feuillet 18.]
Le ton Alphonse Rabbe. [Feuillet 208.]

11Cité ainsi avec Chateaubriand et Poe, que Baudelaire fit consacrer en France, Rabbe n’est pas en si mauvaise compagnie. On peut s’étonner pourtant que, citant notre auteur aux côtés d’écrivains d’un format tout différent du sien, Baudelaire n’ait pas montré plus d’empressement ou d’obstination à le faire reconnaître alors même qu’il semblait le placer si haut par la qualité et l’originalité de son style. La chose est d’autant plus étonnante que Rabbe est l’auteur de ce qu’il faut bien appeler des poèmes en prose : pourquoi Baudelaire n’a-t-il pas, en composant Le Spleen de Paris, exhumé Rabbe comme il le fit d’Aloysius Bertrand ? On ajoutera enfin qu’il y avait suffisamment d’affinités biographiques entre Baudelaire et Rabbe pour justifier un investissement plus important et plus explicite du premier dans la réhabilitation du second.

  • 9 André Breton, Manifeste du surréalisme, dans Œuvres complètes, t. I, édition établie par Marguerit (...)

12On retrouve la même ambiguïté et la même incomplétude avec le surréalisme : on sait en effet que le titre de gloire le plus définitif de Rabbe est d’avoir été cité dans le premier Manifeste du surréalisme comme « surréaliste dans la mort9 ». Cette phrase lapidaire a sans doute beaucoup fait pour éviter à Rabbe un oubli définitif et irréversible, mais il faut aussi admettre que cette référence implicite à l’apologie du suicide développée dans Philosophie du désespoir n’ouvre guère la porte à une relecture de l’œuvre de l’intéressé.

13Le cas de Rabbe apparaît donc remarquable non par la très faible légitimité littéraire dont il a bénéficié de son vivant — ce qui est très aisément explicable si l’on tient compte de son absence quasi totale d’œuvre publiée et de son implication très rudimentaire dans les batailles esthétiques du romantisme —, mais bien par l’inaccomplissement de toutes les tentatives de réhabilitation posthume dont il a bénéficié. Il faut d’ailleurs souligner que Rabbe a été distingué par deux des plus considérables agents de relégitimation que la littérature française ait connus, sans néanmoins que ni Baudelaire, ni le surréalisme ne soient parvenus à porter le processus entamé jusqu’à son aboutissement complet. Ou plutôt, il semble que ni l’un ni l’autre n’aient vraiment voulu aller jusqu’à ce point. Tout se passe comme si Rabbe s’était présenté comme un candidat possible à la relégitimation et qu’il s’était finalement avéré que celle-ci n’était pas praticable, quelle que soit la puissance d’intervention dont Baudelaire ou Breton bénéficiaient par ailleurs. En cela, Rabbe est en effet un auteur-limite, qui semble avoir posthumément circulé sur la crête étroite d’une possible réhabilitation, avant de basculer de façon irréversible du côté d’un échec irrécupérable et non idéalisable.

  • 10 Suzanne Bernard (Le Poème en prose de Baudelaire jusqu’à nos jours, Paris, Nizet, 1988) cite une s (...)

14Pour tenter de cerner les raisons de cette incapacité de Rabbe à accéder à une forme, même partielle, de légitimité, on se centrera sur la question des poèmes en prose, telle qu’indirectement la référence à Baudelaire suggère de la poser. L’édition constituée par Edouard Roditi reproduit six poèmes en prose de Rabbe, ceux-ci constituant la presque totalité de sa production dans ce registre10. La qualification générique de « poèmes en prose » qui est accolée à ces pièces n’est évidemment pas de leur auteur ; elle relève d’une stratégie qui vise à faire de Rabbe un précurseur, sans néanmoins que cette précursivité soit autrement argumentée ou analysée : il suffit de rappeler que certaines de ces pièces sont parues vers 1825 et de les identifier sans ambages comme poèmes en prose pour faire de Rabbe un devancier.

15Dans les faits, c’est-à-dire à la lecture, les choses apparaissent néanmoins de façon beaucoup moins nette. Relativement variés dans leur facture et leur argument, les poèmes de Rabbe adoptent presque toujours une structure strophique, qui fragmente le texte, assez long, en une série d’éléments de taille variable et dont l’unité est avant tout de contenu. Sur le fond, les pièces témoignent du goût antiquisant de Rabbe, puisque leur argument est souvent mythologique. Tantôt narratifs, tantôt empruntant la forme d’une méditation, ils ont tous en commun de se présenter comme des poèmes métaphysiques ou philosophiques. Assez curieusement d’ailleurs, renonciation met assez systématiquement en scène une figure idéalisée de penseur ou de philosophe et jamais celle d’un poète ou d’un écrivain :

  • 11 Alphonse Rabbe, « Les combats de la vie », strophes VII, VIII, IX, dans Album d’un pessimiste, op. (...)

[...] car ceux qui s’occupent des grandes questions de l’être sont rarement propres à faire dans ce monde un autre métier.
[...] La pire condition ici-bas, est celle de ces malades du savoir, lorsque la fortune bizarre qui préside à la distribution des chances sociales, leur a jeté quelque numéro de rebut.
[...] Il les faut plaindre et moins envier le beau privilège de la pensée11.

16Chez Rabbe, on l’aura compris, le maudit par excellence, celui qui porte dans le malheur et la misère les stigmates de son génie est « malade du savoir », non de la littérature : la chose mérite sans doute d’être relevée, dans la mesure où elle indique qu’il y a bien, à l’époque de Rabbe, un discours de la malédiction qui circule et permet l’assomption de l’échec en réussite éclatante. Et Rabbe lui-même se montre capable de mobiliser les grands traits de ce discours ; simplement, il les utilise à contre-emploi, les appliquant à une figure, le penseur, qui est, à cette époque, en train de se détacher de celle de l’écrivain et qui n’est donc plus la « bonne » et, surtout, pas la sienne.

17Un autre trait caractéristique des poèmes en prose de Rabbe a été justement relevé par Suzanne Bernard dans la vaste enquête qu’elle a consacrée à ce genre. Rabbe, en effet, se situe assez exactement dans le moment de transition qui voit le passage de la prose poétique au poème en prose, tel qu’Aloysius Bertrand en est réputé l’inventeur (ce que Rabbe n’est évidemment pas) : Suzanne Bernard indique ainsi que cette évolution vers le poème en prose s’est d’abord engagée à travers un mouvement de traduction (Ossian, Gessner, Young), puis et surtout de pseudo-traductions, comme si l’émergence progressive d’une poésie prosaïque s’était faite par la bande, sous le couvert des contraintes qu’imposaient les difficultés de traduction de poètes étrangers. Or, Rabbe, en 1825, se situe partiellement, mais clairement, dans cette lignée : Le Centaure (1825) est réputé « traduit d’un manuscrit grec », Le Poignard du moyen âge (1825) « traduit d’un auteur anonyme », Le Naufrage « tiré d’une inscription antique ». Ces poèmes, dans leur facture massivement classicisante et antiquisante, présentent d’ailleurs une forte dose de prose poétique :

  • 12 Alphonse Rabbe, « Le Centaure », dans Album d’un pessimiste, op. cit., p. 177.

Rapide comme le vent de l’ouest, amoureux et superbe, un jeune centaure vient enlever à son vieil époux la belle Cymothoë. Les cris impuissants du vieillard s’entendent au loin... orgueilleux de sa proie, impatient de désir, le ravisseur s’arrête sous l’épais ombrage qui borde la rive du fleuve. La vélocité de sa course fait encore battre ses doubles flancs ; sa respiration est forte et précipitée... Il s’arrête : ses jarrets vigoureux plient ; il étend une jambe, et de l’autre s’agenouille avec flexibilité12.

18On mesure ici combien la poéticité du texte est obtenue massivement par le recours à une manière de phraséologie poétique hellénisante sans grand intérêt. D’autant que le recours à ces formules est tellement affirmé qu’on hésite ici constamment à l’attribuer à une imitation un peu servile et sans inspiration ou à une volonté de pastiche — dépassant l’alternative, Suzanne Bernard parle ici de « pastiche appliqué ». Mais cette hésitation est elle-même significative : au moment où Charles Nodier sacrifie lui aussi au genre de la pseudo-traduction et où il invente le genre du pastiche, Rabbe, lui, est en quelque sorte incapable de choisir son camp ; l’intention de ses poèmes demeure obscure et on balance constamment entre l’hypothèse d’une imitation laborieuse et celle d’un pastiche volontaire, sans qu’on puisse juger de la réussite de ce projet parce qu’on est incapable de déterminer en quoi il consistait précisément.

19Quelques poèmes échappent cependant au style de la pseudo-traduction et présentent une facture qui évoque plus clairement le poème en prose, tel que Bertrand ou Baudelaire nous ont habitué à le considérer. La Pipe en particulier, se révèle plus intéressante : sorte de méditation un peu zigzagante sur le plaisir et les avantages du tabac, ce poème, à l’inverse de ceux évoqués plus haut, se développe à partir d’un objet concret, issu de la réalité triviale et quotidienne ; la pipe y est le support d’une réflexion libre sur les hommes et le monde, réflexion aussi labile que la fumée qui s’exhale de l’objet. Tantôt le texte prend un ton solennel et doctrinal :

  • 13 Alphonse Rabbe, « La pipe », dans Album d’un pessimiste, op. cit., p. 169.

Pour moi, je hais la multitude et son stupide empressement : je hais ces tréteaux sacrés ou profanes, ces fêtes et tous ces jeux imposteurs, aux prix desquels un peuple malheureux consent si aisément à l’oubli des maux qui l’accablent. Je hais ces marques d’un servile respect, que la foule abusée prodigue à qui la trompe et l’opprime. Je hais ce culte d’erreur qui absout le crime, contriste l’innocence et pousse au meurtre le fanatique, par ses inhumaines doctrines d’exclusion13.

20tantôt, le registre s’oriente du côté du trivial et de l’humour :

  • 14 Ibid., p. 172.

Ο ma pipe, que je te dois de biens ! Qu’un importun, un sot discoureur, un méprisable fanatique vienne à m’aborder, soudain je tire un cigare de mon étui ; je commence à fumer, et dès lors si je suis condamné au déplaisir de l’entendre, j’échappe du moins au supplice de lui répondre.
Par intervalles, un sourire amer fait contracter mes lèvres ; et le sot s’applaudit, croyant que je l’approuve. Il attribue à l’effet du cigare indiscret l’expression équivoque dont je paie son babil... Il redouble d’audace... Mais suffoqué de son impertinence, je pousse tout à coup les flots d’une épaisse fumée amassée dans ma bouche, comme le dépit dans mon sein14 ».

21Un tel texte, sans être génial, est au moins récupérable. Mais cela suffit-il à en faire un poème en prose ?

22Ce qui spécifie en effet le poème en prose, c’est qu’il est le lieu d’une incertitude générique ou, si l’on préfère, d’un questionnement critique sur les deux grandes catégories du littéraire que sont le poétique et le prosaïque. En cela, le poème en prose est aussi un genre « à la limite », puisque, opérant une disjonction entre poésie et versification, il subvertit les habituelles distinctions entre prose et poésie. À partir du cas de Rabbe, on peut se poser la question de savoir comment une démarche de ce type peut être validée et reconnue comme un possible littéraire acceptable. Comment, en d’autres termes, la production de poèmes en prose peut-elle apparaître comme une démarche qui institue le genre lui-même (il y a alors des précurseurs et des inventeurs) ? Ou bien, comment éviter que la production de poèmes en prose n’apparaisse comme une maladresse d’écriture ou une aberration générique irrecevable ? À ces questions, une seule réponse : est poème en prose ce qui se veut et se revendique comme tel ; le poème en prose est un texte qui doit inscrire en lui sa propre appartenance générique et, dès lors, instituer le genre. Ce mouvement instituant qui commande le poème en prose implique donc nécessairement une forme de réflexivité critique dans la démarche du poète, réflexivité critique qui est elle-même inscrite dans la subversion générique opérée par le texte.

23Le poème en prose peut être ainsi considéré comme un genre typiquement moderne : à la fois critique et réflexif, il porte en lui une interrogation qui questionne le littéraire dans son entier. On mesure mieux dès lors pourquoi Rabbe n’est pas récupérable dans la perspective du poème en prose : non seulement sa production est trop faible et trop erratique pour donner le sentiment qu’existe chez lui une démarche concertée et réfléchie qui préside à la rédaction de ses poèmes ; mais, de plus, il n’y a pas chez lui une forme implicite ou explicite de retour sur sa pratique, qui signalerait que ses poèmes sont le produit d’une intention spécifique et définie. Rabbe est en quelque sorte un poète en prose amateur et par rencontre qui, manifestement, n’avait pas conscience des enjeux contenus dans ce genre qu’a posteriori il illustre plutôt mal que bien.

24Rabbe est décidément un auteur à la limite : non seulement, il se situe à la lisière de la légitimité, mais il n’a cessé de se placer en position d’entre-deux : entre exclu et maudit, entre penseur et écrivain, entre imitation et pastiche, entre prose poétique et poème en prose. À force de s’installer toujours à la frontière des choses, et de plus au moment où celle-ci tend à s’instituer, il a fini par séjourner dans une manière de no man’s land incertain, d’où il est très difficile de le sortir. On s’explique sans doute mieux dès lors, l’échec de toutes les velléités de réhabilitation posthume de Rabbe : singulièrement, cet homme monstrueusement défiguré par la syphilis n’avait d’image ni de lui, en tant qu’écrivain, ni de sa pratique. Il est d’ailleurs symptomatique de ce point de vue qu’il se soit emporté contre Victor Hugo lui dédiant une ode : incapable de se voir, Rabbe n’a pas même consenti à ce qu’on le fasse voir.

Notes

1 La comparaison est de Jules Marsan, dans l’édition qu’il donna en 1924 de l’Album d’un pessimiste aux Presses françaises.

2 Édouard Roditi, « Présentation », dans Alphonse Rabbe, Album d’un pessimiste, suivi de Portefeuille d’un pessimiste, Paris, José Corti, « Collection romantique » n° 32, 1991, p. 11. C’est à cette édition que nous nous référerons dans la suite.

3 Cité par Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, « Libre examen », 1992, p. 305.

4 Charles-Augustin Sainte-Beuve, Portraits contemporains, t. I, Parts, Calmann-Lévy, 1889, p. 177.

5 Alexandre Dumas, Mes Mémoires. Édition établie par Pierre Josserand. Paris, Gallimard, 1967, chap. CLXXXIV, t. IV, p. 189-202.

6 Victor Hugo, ode 21 du livre V (datée du 1er novembre 1825), Odes et Ballades, dans Œuvres poétiques, t.I, édition établie par Pierre Albouy. Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1964, p. 481-483. Comme on le verra plus loin, la dédicace de 1825 (« À mon ami R. ») suscita l’indignation de Rabbe, ce qui obligea Hugo à gommer cette référence dans les éditions ultérieures et à la remplacer finalement par « A Ramon, duc de Benav[ente]. »

7 Victor Hugo, Chants du crépuscule, XVII (daté du 14 septembre 1835), dans Œuvres poétiques, t. I, op. cit., p. 864-867. Voir aussi le poème « Il n’avait pas vingt ans » (Chants du crépuscule, XIII, 4 septembre 1835, p. 837) qui comporte le vers « Quand Rabbe de poison inonde ses blessures ».

8 Charles Baudelaire, Fusées. Mon cœur mis à nu. La Belgique déshabillée. Édition établie par André Guyaux, Paris, Gallimard, « Folio classique », 1986, p. 78-79.

9 André Breton, Manifeste du surréalisme, dans Œuvres complètes, t. I, édition établie par Marguerite Bonnet, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1988 [1924], p. 329.

10 Suzanne Bernard (Le Poème en prose de Baudelaire jusqu’à nos jours, Paris, Nizet, 1988) cite une septième pièce, intitulée Le Poignard du moyen âge.

11 Alphonse Rabbe, « Les combats de la vie », strophes VII, VIII, IX, dans Album d’un pessimiste, op. cit., p. 158-159.

12 Alphonse Rabbe, « Le Centaure », dans Album d’un pessimiste, op. cit., p. 177.

13 Alphonse Rabbe, « La pipe », dans Album d’un pessimiste, op. cit., p. 169.

14 Ibid., p. 172.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540