Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie de la littérature : la question de l'illégitime

 | 
Sylvie Triaire
, 
Jean-Pierre Bertrand
, 
Benoît Denis

Sociologie de la littérature : la question de l'illégitime

La beauté des femmes écrivains au xviiie siècle : la preuve de leur illégitimité ?

Suzan Van Dijk

Texte intégral

1La femme qui écrit ceci se plaint tout particulièrement de l’usage interdisant aux femmes l’écriture et la publication de leurs écrits. Mais elle s’est affranchie de ces contraintes : elle écrit ! Elle a pris une résolution dont elle prévoit que « quelques-uns [de ses] Lecteurs seront scandalisés » : non seulement celle de passer outre à l’interdiction, mais aussi celle de s’enlaidir volontairement. Il n’y a plus rien dans ses traits et dans sa taille « ni de rude ni d’efféminé » ; elle est devenue « une figure un peu équivoque, propre à paraître homme ou femme dans un extérieur postiche » (La Spectatrice, 1re semaine, p. 26).

2Elle en a besoin. En effet, en tant que narratrice spectatoriale elle a envers son public des obligations dont — depuis Addison et Steele — ses prédécesseurs lui ont donné l’exemple. Rédigeant La Spectatrice, en 1728, elle se doit de régaler ses lecteurs de tout ce qu’elle aura vu et entendu. Elle doit donc « avoir la liberté de [s]e promener, de voir et d’entendre des choses, dont la considération est un aliment nécessaire à [s]on esprit avide et spéculatif » (id., p. 25-26).

  • 1 Contrairement à une Spectatrice néerlandaise, le Vrouwelijke Spectator (1760-1761), où cette inten (...)

3Depuis les « spectateurs » précédents il est admis que cette liberté n’est pas réservée aux hommes encore jeunes ; elle l’est encore moins à des femmes. Est-ce qu’il y a, derrière la figure équivoque campée ici, un rédacteur masculin ou féminin ? Nous ne le savons pas. Le texte ne paraît pas assez satirique pour être attribué avec certitude à un homme1. Et en effet, ce sentiment d’être gêné par son corps de femme, des écrivaines bien réelles ont dû le ressentir également, puisqu’elles sortaient de leur rôle de femmes modestes. Il ne faut certainement pas exclure l’hypothèse d’une rédaction féminine de ce journal.

  • 2 Mais le portrait dont on dispose ne correspond pas à ses dires.
  • 3 Paru dans ses Lettres diverses et critiques (Nancy, 1750), publication qui semble préluder à son p (...)

4Le mensonge sur l’aspect physique se présente comme possibilité à tous ceux qui choisissent de ne communiquer que par la parole écrite. D’où résulte le choix de se dire laide sans nécessité absolue ? Celle qui écrit la Spectatrice n’est pas la seule à opter pour l’enlaidissement volontaire. En 1750, par exemple, Jeanne Leprince de Beaumont, qui est alors au début d’une carrière d’écrivain extrêmement prolifique, insiste également sur un prétendu (ou peut-être réel, peu nous importe2) manque de beauté. C’est à la fin d’un article quelque peu provocateur3 où elle fait de la critique littéraire — genre peu pratiqué encore par les femmes. Elle ajoute à l’intention du romancier incriminé, qui est Crébillon fils :

Comme je vous ai annoncé mon Sexe [...], vous pourriez regarder cette Lettre comme l’effet d’une vengeance ; c’est ce qui m’oblige à vous avertir, que pour des bonnes raisons je n’ai pu me piquer des traits dont vous nous accablez sans cesse. Je n’étais pas jolie à vingt ans, j’en ai quarante [...]. [(Lettre XXXVI, p. 181-182, je souligne).]

5Crébillon est prié de conclure qu’elle ne pourra être que « neutre dans les querelles qui regardent les femmes » (id.). Une femme laide et, qui plus est, âgée aurait ainsi la liberté de faire de la critique ; à une femme belle cette position d’autorité ne serait apparemment pas permise. La laideur — surtout librement choisie et assumée — serait libératrice.

  • 4 Périodique inséré dans un autre : celui de Jean-François de Bastide, Le Monde, dans deux livraison (...)

6Cette professionnelle qui bientôt devra son indépendance financière à sa plume n’a donc que faire des louanges vaines distribuées aux femmes. C’est cette manie que Marie-Jeanne Riccoboni, de son côté, attaque dans L’Abeille, le journal — d’inspiration spectatoriale également — qu’elle tenta de créer4, et où il lui arrive de s’adresser à un lecteur homme :

Vous me croyez femme, et vite, vite, vous voilà à mes pieds. [...] Eh ! levez-vous, Monsieur, supprimez ce langage flatteur : je hais la louange, j’aimerais à la mériter, sans jamais me plaire à l’entendre, [p. 14-15.]

7Elle ne se dit pas laide, ayant choisi l’autre des solutions trouvées par la Spectatrice, celle de laisser planer le doute quant à son sexe ; mais il est évident que le physique et l’attitude en société qu’elle décrit ne correspondent pas tout à fait aux normes acceptées :

Ma physionomie annonce de la candeur, mes procédés ne l’ont point encore démentie : j’ai l’air spirituel, quand je parle à une personne que j’aime ; et presque imbécile lorsque je m’ennuie, ce qui m’arrive souvent en compagnie, [p. 18-19.]

8Encore une dizaine d’années plus tard, Madame de Princen, troisième rédactrice du Journal des Dames, refuse de se décrire, et se borne à poser cette question cruciale :

Qu’importe à notre Gloire, que [les hommes] adorent les charmes que la nature nous a donnés s’ils veulent dénigrer les vertus ou les talents que le Ciel nous a départis ? [Novembre 1774, p. 9.]

9Ces quatre journalistes — l’une peut-être imaginée, les trois autres fort réelles même si elles adoptent pour l’occasion un personnage — manifestent une attitude contradictoire. Elles entrent en contact avec un public inconnu en utilisant la voie de l’écrit et de l’imprimé. Mais, devant ce public, elles se montrent conscientes de la primauté — puisqu’elles sont femmes — de la présence physique. Cependant, si elles parlent de leur propre apparence corporelle, c’est en la dépréciant ou en insistant sur le peu d’intérêt qu’il y a à en parler. Apparemment elles tiennent à souligner que l’intérêt véritable réside ailleurs : dans leur production écrite.

10Nous venons de citer en effet des passages où ces femmes auteurs parlent en tant que telles — même pire : en tant que journalistes —, et où elles ne font pas de ces « portraits » écrits dont on connaît la mode à cette époque. Tout en s’indignant de voir les hommes moins admirer des talents d’écrivain que les charmes féminins, elles semblent bien se justifier d’être auteurs en se référant à un manque de beauté ou en dédaignant d’en parler. On voit donc à l’œuvre des sujets féminins qui ont décidé de s’écarter des normes régissant le comportement des femmes. Elles confirment cette décision par un abandon explicite de la norme en particulier qui régit — même dans un contexte où la vue semblerait ne jouer aucun rôle — les apparences visibles.

11En approchant l’écriture des femmes par ce biais, on devrait arriver à mieux interpréter leur démarche comme écrivaines, ainsi que le succès de leur entreprise. Les quelques cas présentés plus haut seront, dans la suite de cet article, situés dans ce cadre.

Le discours sur les écrivains femmes

  • 5 Voir mon article « Early historiography of Dutch and French women’s literature », dans Suzan van D (...)
  • 6 Dont 35 romancières et 14 autres écrivaines, auteures d’écrits (auto)biographiques.
  • 7 Pour le siècle entier on en dénombrera deux cents de plus ; comptage fait d’après les données que (...)
  • 8 Dans son « Avertissement », il en annonçait d’ailleurs « trois ou quatre cents » (I, VIII). Précis (...)
  • 9 Paris, Lacombe, 1769, 5 vol.

12Les femmes étaient malgré tout assez nombreuses à écrire et à publier leurs écrits dans la France du xviiie siècle5, pratiquant toutes sortes de genres, avec une certaine préférence cependant pour les textes narratifs. En 1769 l’abbé Joseph de La Porte, journaliste, polygraphe et compilateur, dénombra une centaine d’écrivaines6 pour les soixante-huit premières années du siècle7. Les quelque deux cent cinquante femmes dont il avait retrouvé les traces depuis le Moyen Âge8 remplissent les cinq volumes de son Histoire littéraire des femmes françaises9. Il prétend y rassembler l’ensemble de la production littéraire féminine : à partir d’Héloïse et de ses lettres à Abélard jusqu’à une certaine Madame de Laboureys et son roman paru en 1768, Métamorphoses d’une Religieuse, sur une religieuse qui, elle, « quitte son Couvent et se marie » (V, 602).

13L’objectif que La Porte s’était fixé n’est pas seulement encyclopédique ; il prétend aussi prouver :

que l’esprit n’est point incompatible avec la beauté [...] les Muses avec les Grâces ; que les femmes, destinées à plaire par les charmes de la figure, peuvent également aspirer à la gloire des talents, et cueillir autant de lauriers que de myrthes ; qu’on peut être aussi satisfait de les entendre, que de les voir ; de lire leurs ouvrages, que de contempler leurs attraits. [I, V, je souligne.]

14Le ton est rassurant, à l’adresse notamment des lectrices qui auraient voulu suivre les exemples qui vont être présentés. Habituées peut-être aux succès dans le monde, elles pourraient y ajouter des gloires supplémentaires — c’est ce que La Porte semble leur promettre. Et en effet, dans ces conditions, pourquoi ces lectrices n’auraient-elles pas envie de

se mettre au rang des Auteurs ? S’il leur faut des exemples qui les y autorisent, et des modèles qu’elles puissent imiter, l’Ouvrage que nous offrons au Public, leur en fournira dans tous les genres. [I, VI.]

  • 10 David Le Breton, Corps et sociétés. Essai de sociologie et d’anthropologie du corps, Paris, Méridi (...)
  • 11 « Votre intention, Madame, est que je vous entretienne de toutes les femmes qui ont écrit dans not (...)

15On leur confirme en quelque sorte, pour reprendre la terminologie de David Le Breton dans Corps et Sociétés, que « les deux axes symboliques de la vie humaine [...] qui fondent le sujet comme être social10 » fonctionnent pour elles aussi : le corps et la langue, et celle-ci même sous la forme de l’écrit et de l’imprimé. Cependant, 1’« Avertissement » ne s’adresse pas directement à celles qu’il semble vouloir rassurer : les femmes n’y figurent qu’à la troisième personne. Ce qui frappe aussi, c’est que le préfacier suppose de l’étonnement aux lecteurs qui verront sa démonstration (I, V). Ce n’est sans doute pas là le même public que celui qui est censé lire le reste des cinq volumes. En effet, les différents chapitres sont conçus comme des lettres envoyées à une dame, présente aussi bien dans l’apostrophe ouvrant chaque fois le texte, qu’à l’intérieur du discours. Entre l’« Avertissement » et les chapitres de cette Histoire littéraire, on remarque donc un écart considérable sur ce point. C’est la dame — anonyme — destinataire des chapitres, qui lui aurait demandé de faire cet inventaire11, et La Porte suggère un accord entre elle et lui sur la matière traitée, à savoir les femmes auteurs dont il lui parle.

16Cependant, les ouvrages de celles-ci sont, certes, présentés dans ces volumes avec un certain éclat, mais ils ne sont pas véritablement respectés pour autant. L’intention de les « rectifier » au besoin avait été ouvertement affirmée dans l’« Avertissement », et d’ailleurs mise en pratique dans le corps du texte :

On présente [ici] tout ce qu’il y a de plus ingénieux dans [ces] écrits. [... mais] l’on ne met sous les yeux du Lecteur que [...] les endroits [...] les plus capables de faire impression sur le cœur ou sur l’esprit. [...] et on laisse de côté tout ce que l’auteur même, pour sa gloire et pour la satisfaction du Public, aurait dû supprimer. [I, VII-VIII, je souligne.]

17Bref, l’ouvrage semble contenir quelques incohérences. La principale est peut-être cette façon de mélanger les appréciations, celles de la beauté d’un auteur et de l’intérêt de son texte. Elle est liée au peu de clarté en ce qui concerne le rôle joué ici par les femmes : instigatrice(s) du projet, destinataires — exclusives ou non ? — de l’ouvrage, simples sujets traités en tant qu’objets de curiosité.

La laideur des célébrités

18Tout ceci n’a pas empêché que cette Histoire littéraire des femmes françaises a joué un certain rôle : elle a préservé de l’oubli une grande quantité de noms d’auteures, d’autant plus que des historiens venus après La Porte ont puisé à cette source. Voyons donc de plus près son contenu.

19Celui-ci se compose surtout de résumés d’écrits féminins, avec de larges fragments cités et commentés. Mais dans la mesure du possible l’auteur décrit aussi — de l’extérieur, forcément — leurs vies et leurs personnes : au niveau du caractère aussi bien que des aspects physiques. Voici quelques exemples de la façon de les représenter : parmi ces femmes il y a celles qui « joi[gne]nt les grâces aux talents » (I, 102), une qui « réuni[t] les qualités du cœur, les agréments de l’esprit, et les charmes de la figure » (III, 458), telle que « [l’on] compare aux Grâces pour la figure, et aux Muses pour l’esprit, le goût et son génie pour la Poésie » (III, 464), et même une à qui « [on] donnait la noblesse et la majesté de Junon, l’esprit et le savoir de Minerve, la beauté et les grâces de Vénus » (I, 335).

20Retrouvant les formules utilisées dans l’« Avertissement », un lecteur peut avoir l’impression — à voir ces quelques exemples — que La Porte est effectivement en train de fournir les preuves annoncées de la parfaite compatibilité entre le statut d’auteur et la féminité — charmes féminins compris. Rien n’est pourtant moins vrai, puisque les beautés, dont La Porte vante ici les charmes, ne sont guère présentées dans son ouvrage comme des auteures appréciées, dont les œuvres mériteraient d’être connues — au contraire. Il s’agit successivement de : Pernette du Guillet et Clémence de Bourges, qui n’auraient rien produit « d’assez remarquable pour en grossir cette Lettre » (I, 102) ; de Madame Vatry, qui « faisait [...] des vers passables pour ses sociétés, mais peu dignes de remplir l’espace immense qu’ils occupent » dans le recueil où La Porte les avait rencontrés (III, 458) ; de Madame du Hallay : « [q]uelques vers de sa façon, que je ne rapporte pas, semblent démentir une partie des éloges que lui ont prodigués les beaux esprits de son temps » (III, 464) ; et de Madame de la Suze, dont, selon La Porte, les poésies « paraissent fort au-dessous de la réputation de leur Auteur », réputation abusive due, justement, à ses charmes (I, 335). La nullité littéraire semble bien avoir eu besoin de ce contrepoids qu’est la beauté, représentée — à y regarder de près — en des termes consacrés où la mythologie, plus que l’enthousiasme véritable, est pour beaucoup.

21Par contre, parmi celles dont La Porte est bien forcé de reconnaître le mérite littéraire ou l’importance historique, certaines sont traitées d’une façon inversement désobligeante. Quelques exemples : Marie-Anne Barbier, première femme à voir, au début du xviiie siècle, ses tragédies jouées par la Comédie française, est présentée — avec encore une certaine discrétion — comme « ni riche, ni jolie » (IV, 84). À propos de la romancière Madeleine de Scudéry (à l’œuvre de laquelle il consacre cent quarante-cinq pages), on trouve une remarque plus explicite :

La nature [...] lui avait refusé les grâces et les beautés de la figure. Mademoiselle de Scudéry était singulièrement laide [...] [I, 142.]

22Le cas de Madame de Beaumer, première journaliste du Journal des Dames, donne lieu à une suggestion insidieuse concernant ses motifs :

Privée des dons de la fortune, des agréments de la figure et des grâces de son sexe, Madame de Beaumer crut suppléer à ces avantages, en s’engageant dans la carrière du bel-esprit. [IV, 525, je souligne.]

23Le comble : pour Mademoiselle de Lussan, auteur célèbre à l’époque par ses nombreux contes et romans (qui a droit à cent soixante-neuf pages),

sa figure [...] n’annonçait pas les obligations qu’elle avait à l’amour : elle était louche et brune à l’excès. Quiconque l’eût entendue sans la voir l’eût prise pour un homme ; et quiconque l’eût vue sans qu’elle parlât, l’eût encore prise pour un homme. [III, 291, je souligne.]

  • 12 Qu’il s’agisse d’un jugement partial (particulier à La Porte, ou « typiquement » masculin ? peu im (...)
  • 13 Il est certain que La Porte précise que l’ouvrage est le résultat de la collaboration d’une « soci (...)

24Là où il est difficile, par conséquent, de nier un succès obtenu, c’est la laideur — du moins un certain manque de beauté physique ou l’équivoque quant à son sexe — qui est invoquée pour aboutir à un jugement moins exclusivement positif. Bien sûr, ces qualifications ne proviennent pas toutes de La Porte et la partialité qu’il manifeste12 ne se réduit pas à lui. En est garant le simple fait que les textes de cet ouvrage ne sortent pas tous de sa plume, mais qu’il y en a beaucoup qui proviennent de comptes rendus parus précédemment dans la presse et/ou qui seront repris dans la suite par d’autres13.

  • 14 Autres exemples : à propos de Madame de Motteville, La Porte parle « des agréments de sa figure », (...)
  • 15 Il est clair que tout ceci nous mènera vers les « bas-bleu ». L’usage du terme s’imposera en Franc (...)

25A la rigueur on peut, évidemment, se rassurer en se rappelant que pour un nombre considérable de femmes mentionnées dans cet ouvrage, la question des charmes physiques n’est pas soulevée. Néanmoins les déclarations citées ici ne sont pas absolument les seules non plus14, et il faut insister sur les deux faits suivants : qu’une femme célèbre par des écrits, s’ils sont appréciés d’une façon ou d’une autre, n’a que peu de chances de voir sa beauté mentionnée ; et qu’une femme appelée « belle » ne se trouve guère être auteure de quelque importance. Bref, il y a — contrairement à ce que laissait supposer l’« avertissement » — incompatibilité entre l’état d’écrivain et la beauté féminine. Dans la mesure où la beauté, plus que la laideur, représente un idéal reconnu, La Porte confirme, en la déplaçant, l’opposition qu’il prétendait dénoncer, à savoir celle entre l’état de femme et celui d’écrivain : une marge de manœuvre est laissée aux femmes laides15.

La laideur comme défi

26On a pu voir que, pour profiter de cette marge, certaines femmes n’ont vu aucun inconvénient à se dire laides. D’autres ont dû tenir davantage à leur beauté, être d’une nature moins provocatrice, ou avoir d’autres raisons pour respecter les conventions. Mais les trois ou quatre écrivaines citées au début de cet article, qui mettaient en avant un prétendu manque de beauté, ont pu chercher en fait à se légitimer comme écrivaines. Elles avaient choisi de ne pas se restreindre aux genres littéraires jugés féminins, puisqu’elles se mêlaient de journalisme et de critique littéraire. Dans ce contexte d’un genre inhabituel pour les femmes, l’auto-représentation comme disgracieuse, avec le refus de compliments galants, représente nettement un défi.

  • 16 La Porte respecte cet anonymat ou ignore son nom, mais Briquet le révèle : il s’agit de Madame de (...)

27Ce défi s’oppose à la solution plus commune au même problème, qu’est l’emploi du topos de la modestie féminine, et qui mène tout droit à l’emploi du pseudonyme masculin. Le lien étroit entre le topos de la modestie, l’auto-représentation comme laide et l’anonymat d’un auteur-femme, est illustré par un ouvrage publié sous l’anonymat et intitulé Réflexions hasardées d’une femme ignorante (1766). L’auteur16 non seulement se dit ignorante, mais précise au début de son ouvrage qu’« elle a peu d’agréments dans l’esprit et dans la figure », raison pour elle de se mettre à réfléchir et de « renoncer à tous les plaisirs qui sont le partage de son sexe » (d’après La Porte IV, 607).

  • 17 Journal des Dames, mars 1763, p. 198.

28La laideur féminine, on l’a vu pour Mademoiselle de Lussan, peut être décrite comme s’il s’agissait d’une apparence masculine. Dans ce cas il ne s’agit pas d’un compliment. Ressembler à un homme par d’autres aspects peut tenir de l’idéal cependant : « Faites-vous hommes » écrivit Madame de Beaumer aux lectrices du Journal des Dames, « car ne sommes-nous pas hommes, lorsque nous pensons aussi bien qu’eux17 ? » Il vient en effet un moment où la femme auteur prend les devants et où la fiction de la laideur fait place au choix pour une identité masculine. George Sand, assumant complètement son pseudonyme qu’elle fit passer comme nom à ses descendants, en est l’exemple le plus célèbre. Comme le formule Béatrice Didier,

  • 18 Béatrice Didier, « Femme/Identité/Écriture. À propos de l’Histoire de ma vie de George Sand », Rev (...)

[g]râce à son costume, George Sand échappe aux entraves traditionnelles de la féminité — et pas seulement à celles qui réduisent la possibilité de marcher ; mais aussi aux assujettissements du paraître, à la sujétion de plaire qui limite la personnalité. [...] Le déguisement permet de retrouver une force, une agressivité, une capacité de colère que la société s’est efforcée de refouler chez la femme18.

  • 19 Le cas, bien que relativement rare, se produisait cependant, comme l’a montré Roger Bellet, « Masc (...)
  • 20 « Pendant longtemps en France [...] la pseudonymie devait représenter la seule voie tant soit peu (...)

29Avec Sand — exceptionnellement et malgré la connaissance que l’on avait de l’existence de ses amants — le pas vers la masculinité se faisait donc « sur les deux axes ». Le plus grand nombre de femmes auteurs françaises se contentait (avec moins de succès qu’elle) de la fiction utilisant uniquement l’axe du langage : l’adoption de l’autorité masculine grâce à celle d’un pseudonyme. En effet, contrairement à ce qui se passait par exemple aux Pays-Bas, le pseudonyme est pratiquement toujours masculin19 et il est à noter que même une critique moderne comme Anne McCall Saint-Saëns n’imagine pas qu’il puisse être au féminin20.

Effets obtenus

30De l’auto-représentation comme disgracieuse au xviiie siècle, à l’auto-dénomination comme masculine au siècle suivant, c’est toujours à une « subversion du système social » (id., p. 49) qu’arrivent, semble-t-il, ces femmes. De même que le pseudonyme masculin, la laideur déclarée

est un déguisement nominal, qui devient essentiel en ce qu’il permet une reconquête personnelle ; l’affirmation d’un Je. [Bellet, p. 251.]

  • 21 Voir Geneviève Fraisse, Muse de la raison. La démocratie exclusive et la différence des sexes, Aix (...)
  • 22 Ainsi qu’à l’auteur de La Spectatrice. N’en sachant pas davantage sur son identité, nous la laisse (...)

31Le choix librement fait contre la beauté et la féminité a pu être inspiré aussi bien par l’exhortation de Madame de Beaumer en 1763, que par un discours comme celui de La Porte sur Mesdames de Scudéry, de Beaumer et de Lussan (en 1769). Ce discours de l’histoire littéraire en gestation correspondait bien sûr à un état des choses qu’on allait même tenter de fixer par voie législative21 et qui n’était pas inconnu à des femmes comme Mesdames Leprince de Beaumont, Riccoboni et de Princen22. Cependant on peut se demander si la laideur prétendue des auteures a été d’un grand secours pour la réussite des écrits en question, et pour la survie de leur réputation auprès de l’abbé de La Porte.

32A la première question, on ne peut pas répondre franchement par l’affirmative. Si toutes trois ont fini par publier un nombre considérable d’écrits, il convient de préciser que ce n’est pas dans le genre du journal (spectatorial ou autre) ni de la critique littéraire qu’elles ont été les plus appréciées. En effet, Madame Leprince de Beaumont a bien fait, après ses Lettres diverses et critiques une tentative de rédaction de journal, où elle continuait ses comptes rendus critiques. Ce Nouveau magasin français, accueilli avec une certaine réserve même par une catégorie du public féminin auquel il s’adressait, n’a cependant pas été durable. La célébrité est venue à Madame Leprince de Beaumont par des Magasins, adressés à l’enfance et à la jeunesse, qui ne relevaient pas de la publication périodique.

33Quant à Madame Riccoboni, la façon de publier son Abeille était déjà par elle-même une preuve d’échec, puisque celui qui aurait été son concurrent avait bien voulu intégrer ses écrits dans son propre périodique. C’est ainsi du moins qu’elle explique la présence de ses textes dans Le Monde de Jean-François de Bastide. L’écriture de romans lui a donné une notoriété, qui aurait d’ailleurs rapporté davantage d’argent à son éditeur qu’à elle-même, comme elle le fait remarquer dans sa correspondance. Madame de Princen, enfin, n’a dirigé le Journal des Dames que pendant une brève période, l’abandonnant en 1775 après un peu plus d’un an pour des raisons de santé. Elle a cependant continué à écrire : Fortunée Briquet relève notamment des pièces de théâtre, qu’elle a fait jouer à partir de 1781.

34Toutes trois changèrent donc de genre, optant pour le roman, le théâtre et l’écriture pédagogique, qui effectivement leur ont permis de prendre place dans le canon de la littérature féminine. Laissant de côté Madame de Princen, trop jeune pour être admise chez La Porte, nous constatons que Mesdames Riccoboni et Leprince de Beaumont, dont les productions journalistiques ne sont guère relevées, sont apparemment « prises au sérieux » pour leurs autres écrits. Il n’y a ni louanges pour leur beauté, ni commentaires désagréables sur leur manque de charmes. Elles se sont visiblement émancipées de leur corps — à des degrés divers cependant. La série de chapitres sur Madame Leprince de Beaumont (IV, p. 364-466) commence ainsi :

Il y a peu de femmes, Madame, qui aient donné plus d’ouvrages en tous genres, et peu d’hommes qui aient plus écrit sur l’éducation en particulier, que Madame Leprince de Beaumont. [IV, p. 364.]

35Si on a des reproches à lui faire, c’est celle de plagier ses collègues : Madame de Villeneuve par exemple (IV, p. 399), ainsi que les auteurs qui lui auraient fourni de la matière pour les contes dont elle a parsemé ses Magasins — raison pour La Porte de ne pas en parler (IV, p. 408).

36Quant à Madame Riccoboni, les chapitres qui lui sont consacrés (V, p. 1-78) débutent par le portrait que l’auteure avait donné de son personnage spectatorial dans l’Abeille. Mais le texte a été, selon la technique laportienne, quelque peu adapté : alors que — on s’en souvient — ce portrait était d’une scrupuleuse neutralité, il est présenté maintenant comme étant un auto-portrait, par conséquent féminin. Certaines formules sont enlevées (« Vous me croyez femme [...] ») ou adoucies (« j’ai l’air presque imbécile [...] » étant devenu : « j’ai l’air [...] très froid avec les étrangers », V, p. 1). Aucun lien n’est établi entre ce portrait et l’appréciation de ces romans, qui paraît franche :

Ce Roman [Histoire du Marquis de Cressy], Madame, a eu un grand succès, et il le mérite. [V, p. 13.]
Cette production de Madame Riccoboni [Histoire de Miss Jenny] mérite de justes éloges ; [...] on ne peut balancer à le regarder comme un des meilleurs ouvrages de ce genre. [V, p. 50.]

  • 23 Voir mon article « Les audaces des romancières. Comment les reconnaître », dans Lieselotte Steinbr (...)

37Il n’est pas sûr cependant que la forme romanesque, à laquelle ces auteures ont eu recours, n’ait pas empêché la bonne compréhension de leurs idées. La Porte notamment, en parlant des romans de Madame Riccoboni regrette les dénouements trop sombres (V, p. 13 et 50), tout en louant les fins plus heureuses qui, elles, ont paru — à la critique moderne du moins — d’une invraisemblance trop grande pour s’expliquer autrement que comme une concession au goût régnant23

Dernier exemple

38Le choix du roman, genre plus spécifiquement féminin, n’est en effet pas sans nous poser quelques problèmes d’interprétation. Un exemple en sera fourni qui concerne encore la beauté féminine. C’est qu’on ne saurait — étant donné ce qui précède — passer sous silence ces remarques de Pierre Fauchery, faites à partir d’un corpus important de romans du xviiie siècle :

  • 24 Pierre Fauchery, La Destinée féminine dans le roman européen du dix-huitième siècle, 1713-1807, Pa (...)

Dans l’univers romanesque, la beauté noue d’étroits rapports avec le destin. [...] la beauté est nécessaire. [...] Le roman confinera donc, en général, les femmes sans beauté dans la fonction de repoussoir. On ne compte guère qu’un petit nombre d’œuvres où le projecteur s’attarde sur une de ces créatures disgraciées : il est intéressant de noter que leurs auteurs sont souvent féminins24.

39S’il est vrai que, plus que les hommes, les romancières mettent en scène des femmes laides, cela remet en question aussi leur emploi romanesque de la beauté féminine. D’autant plus que, comme Fauchery l’avait constaté précédemment, les romancières — au lieu de prendre exemple sur les images flatteuses que leur proposait le roman masculin —, manifestaient un « profond réalisme féminin, lequel, à mesure qu’il se rév[élait] à lui-même, travaillait] à « réduire » les mythes les plus romanesques » (p. 101).

40Il faudrait peut-être procéder à une recherche plus vaste concernant l’emploi de la beauté et de la laideur féminines dans le roman féminin de l’époque. Qu’il suffise ici de suggérer que la figure de l’ironie est à présumer en arrière-fond. Les premières phrases d’un roman de Madame Benoist, Célianne ou les amants séduits par leurs vertus (1766), ont déjà été lues ainsi :

Célianne était un vrai miracle de beauté, un prodige d’esprit, un phénomène de vertu. Qui pourra douter de tout cela, quand j’ajouterai qu’elle jouissait d’une grande fortune, qu’elle était d’une illustre naissance ? [p. 1.]

  • 25 Joan H. Stewart, Gynographs. French novels by women of the late eighteenth cen-tury, Lincoln/Londr (...)
  • 26 Journal des Dames, mai 1766 p. 72, repris par La Porte, 1769, t. V, p. 331.
  • 27 Annonces, Affiches et Avis divers, 21-1-1767, p. 10.
  • 28 Correspondance littéraire, mai 1766, t. VII (éd. Tourneux), p. 35.
  • 29 Journal des Dames, mai 1766, p. 74, et La Porte, 1769, t. V, p. 331.

41Cette « lumbering irony » comme elle a même été qualifiée par Joan Stewart25, ne fut pas reconnue par les critiques contemporains. Pleins de sérieux, ils paraphrasent : « Esprit, beauté, fortune, Célianne avait tous les avantages26 », et attribuent à Benoist l’intention — conventionnelle — de « faire voir l’inévitable danger d’une liaison conçue par un cœur novice27 » pour décider ensuite l’« insipidité » de ce roman28. Tout au plus arrive-t-il aux critiques de faire remarquer que « le fond du roman s’éloigne trop de la nature29 ». Ce sont de pareils commentaires qui ont fini par faire sombrer ce roman dans l’oubli.

42Sans vouloir proposer l’insertion de ce roman précis dans le canon littéraire, je voudrais constater l’intérêt de cette ironie, employée précisément à propos de la beauté féminine par un auteur féminin. Un auteur, qui plus est, qui avait eu elle aussi des velléités de journaliste et de critique : Madame Benoist avait en effet participé au Journal des Dames lorsqu’il était encore dirigé par son premier rédacteur, Cam-pigneulles. A cette même époque, elle avait ainsi réagi à Fréron et à son éloge de Madame Lemarchand, auteur de Boca, qui « [...] ne craignait rien tant que la réputation d’Auteur » :

pourquoi [...] blâmer [les femmes] de la noble ambition qu’elles ont, de vouloir donner l’être à un ouvrage sans la participation d’une cause seconde [...]. Il me semble que s’il [Fréron] avait seulement une partie de l’indulgence qu’on doit avoir, je ne dis pas, pour les charmes de notre sexe, mais pour les étroites bornes que l’on met à notre éducation, il n’employerait pas les traits de sa plume à plaisanter les femmes sur l’envie qu’elles ont de faire passer leur nom à la postérité, [p. 51, je souligne.]

43Elle se permettait ici de placer clairement le problème là où il se trouvait, alors que la forme romanesque avait plutôt obscurci son message. Précisons que, pour Madame Benoist non plus, La Porte ne fait mention de son apparence physique, se contentant de mettre en valeur « le naturel de son esprit, la bonté de son cœur et la douceur de son caractère » (V, p. 311).

Notes

1 Contrairement à une Spectatrice néerlandaise, le Vrouwelijke Spectator (1760-1761), où cette intention est très nette. La permission de la Spectatrice française a été enregistrée au nom du « Sr. *** ». Ce journal (BnF ms. f. fr. 21954 f. 81) a paru en 1728 et 1729.

2 Mais le portrait dont on dispose ne correspond pas à ses dires.

3 Paru dans ses Lettres diverses et critiques (Nancy, 1750), publication qui semble préluder à son périodique paru à Londres, le Nouveau magasin français (1750-1752).

4 Périodique inséré dans un autre : celui de Jean-François de Bastide, Le Monde, dans deux livraisons de l’année 1761 (t. III) : n° 2, p. 132-147 et n° 4, p. 42-69.

5 Voir mon article « Early historiography of Dutch and French women’s literature », dans Suzan van Dijk, Lia van Gemert, Sheila Ottway (dir.), Writing the history of women’s writing. Toward an international approach, Amsterdam, KNAW, 2001, p. 81-94.

6 Dont 35 romancières et 14 autres écrivaines, auteures d’écrits (auto)biographiques.

7 Pour le siècle entier on en dénombrera deux cents de plus ; comptage fait d’après les données que contient Fortunée Briquet, Dictionnaire historique, littéraire et bibliographique des Françaises [...] connues par leurs écrits [...] depuis l’établissement de la monarchie jusqu’à nos jours, Paris, Treuttel et Würtz, 1804 (reprint Paris, Indigo et côté-femmes éditions, 1997 ; bientôt consultable sur Internet : www.siefar.femmes.free.fr ).

8 Dans son « Avertissement », il en annonçait d’ailleurs « trois ou quatre cents » (I, VIII). Précisons tout de suite qu’il y en a vingt-quatre dont il est incapable de nommer un ouvrage ou même de dire quel genre elles auraient pratiqué.

9 Paris, Lacombe, 1769, 5 vol.

10 David Le Breton, Corps et sociétés. Essai de sociologie et d’anthropologie du corps, Paris, Méridiens Klincksieck, 1988, p. 42.

11 « Votre intention, Madame, est que je vous entretienne de toutes les femmes qui ont écrit dans notre langue, quelque faibles que soient leurs productions » (IV, 49).

12 Qu’il s’agisse d’un jugement partial (particulier à La Porte, ou « typiquement » masculin ? peu importe) est très nettement indiqué par cet inventaire publié trente-cinq ans plus tard par une femme, Fortunée Briquet (voir n. 7). Se fondant entre autres sur La Porte, elle reproduit parfois grosso modo ses remarques, mais en enlevant systématiquement la charge négative, ou en ajoutant des témoignages positifs provenant d’autorités reconnues, que La Porte n’avait pas citées. Voici comment Briquet rectifie la formule utilisée à l’égard de Madame de Beaumer : « [...] privée de ce qu’on appelle ordinairement le mérite des femmes, les dons de la fortune, et les agréments de la figure ; elle eut le bon esprit d’y suppléer par l’étude » (p. 33, mes italiques).

13 Il est certain que La Porte précise que l’ouvrage est le résultat de la collaboration d’une « société de gens de lettres » (I, VIII) ; pour les contemporaines notamment, il s’est beaucoup servi d’articles ayant paru dans la presse (voir mon article « L’abbé de La Porte et la canonisation des romancières du xviiie siècle. Le cas de Françoise de Graffigny », Romanistische Zeitschrift für Literaturgeschichte, 21, 1997, p. 43-54).

14 Autres exemples : à propos de Madame de Motteville, La Porte parle « des agréments de sa figure », et de son style « prolixe, languissant, obscur même et peu naturel » (I, 287-288). Madame de Brégy a fait des « Poésies peu remarquables », mais « conserva toute sa beauté [...] jusque dans un âge avancé » (I, p. 346, 350). Madame Deshoulières avait « [d]e la beauté, une taille au-dessus de la médiocre », « mais vous sentez, comme moi, sans doute, que les matières élevées n’étaient pas faites pour Madame Deshoulières » (I, p. 516, 530). Madame l’Evêque a fait des vers parmi lesquels il « n’en trouve point qui puissent lui faire honneur », mais « [e]lle était d’une belle figure » (IV, p. 264, 269). Pour Madame du Mont, il vante « les charmes toujours soutenus de la figure », mais ses « pièces fugitives [...] n’exige[nt] pas un long détail » (IV, p. 524). Mademoiselle de Saint Phalier « joignait une assez belle figure à un esprit cultivé », mais elle faisait des « vers de société, qui, hors de l’à-propos, n’ont plus de sel, et qui, dans l’à-propos même, en manquaient le plus souvent » (V, p. 249, 257).

15 Il est clair que tout ceci nous mènera vers les « bas-bleu ». L’usage du terme s’imposera en France autour des années 1830 ; le phénomène va être illustré notamment par Daumier par une série de caricatures paraissant dans le Charivari en 1844 (voir Christine Planté, « Die Bas-Bleus von Daumier : Worüber wird gelacht in der Karikatur ? », dans Raimund Rutten e.a. (dir.), Die Karikatur zwischen Republik und Zensur. Bildsatire in Frankreich 1830 bis 1880 — eine Sprache des Widerstands ?, Jonas Verlag, 1991, p. 211-223).

16 La Porte respecte cet anonymat ou ignore son nom, mais Briquet le révèle : il s’agit de Madame de Verzure.

17 Journal des Dames, mars 1763, p. 198.

18 Béatrice Didier, « Femme/Identité/Écriture. À propos de l’Histoire de ma vie de George Sand », Revue des sciences humaines, n° 168, Écriture, féminité, féminisme, 1977, p. 574.

19 Le cas, bien que relativement rare, se produisait cependant, comme l’a montré Roger Bellet, « Masculin et féminin dans les pseudonymes des femmes de lettres au xixe siècle », dans Femmes de lettres au xixe siècle. Autour de Louise Colet, Lyon, PUL, 1982, p. 263 et suiv.

20 « Pendant longtemps en France [...] la pseudonymie devait représenter la seule voie tant soit peu honorable pour celle qui voulait écrire, publier et signer ses œuvres », Anne E. McCall Saint-Saëns, De l’être en lettres. L’autobiographie épistolaire de George Sand, Amsterdam/Atlanta, Rodopi, 1996, p. 50. McCall Saint-Saëns ne tient pas compte non plus des Saint-Simonistes qui se désignent uniquement par leur ou un prénom féminin.

21 Voir Geneviève Fraisse, Muse de la raison. La démocratie exclusive et la différence des sexes, Aix-en-Provence, Alinéa, 1989, notamment p. 28 : « Que pour l’ordinaire, une femme perd de ses grâces et même de ses mœurs, à mesure qu’elle gagne en savoir et en talents. »

22 Ainsi qu’à l’auteur de La Spectatrice. N’en sachant pas davantage sur son identité, nous la laisserons de côté dans la suite de cet article.

23 Voir mon article « Les audaces des romancières. Comment les reconnaître », dans Lieselotte Steinbrugge et Hans-Erich Boedeker (dir.), Conceptualizing woman in Enlightenment thought — Conceptualiser la femme au siècle des Lumières, Berlin, Berlin-Verlag, 2001, p. 59-72.

24 Pierre Fauchery, La Destinée féminine dans le roman européen du dix-huitième siècle, 1713-1807, Paris, Armand Colin, 1972, p. 181-182 (je souligne).

25 Joan H. Stewart, Gynographs. French novels by women of the late eighteenth cen-tury, Lincoln/Londres, University of Nebraska Press, 1993, p. 8.

26 Journal des Dames, mai 1766 p. 72, repris par La Porte, 1769, t. V, p. 331.

27 Annonces, Affiches et Avis divers, 21-1-1767, p. 10.

28 Correspondance littéraire, mai 1766, t. VII (éd. Tourneux), p. 35.

29 Journal des Dames, mai 1766, p. 74, et La Porte, 1769, t. V, p. 331.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540