Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie de la littérature : la question de l'illégitime

 | 
Sylvie Triaire
, 
Jean-Pierre Bertrand
, 
Benoît Denis

Sociologie de la littérature : la question de l'illégitime

Avant-propos : la légitimité et ses frontières

Jean-Pierre Bertrand et Benoît Denis

Texte intégral

1La légitimité est le capital de crédit qu’une œuvre, un auteur, un courant reçoit de l’institution littéraire à tel moment de l’histoire. Elle se définit en fonction des valeurs littéraires en cours, doit son efficience au taux d’intérêt et de reconnaissance qu’elle suscite dans le monde social et peut se figer dans un processus de consécration, voire de canonisation. Toute œuvre, tout auteur, tout courant se mesure à l’aune des signes de légitimité que lui renvoie l’institution littéraire à travers des instances ad hoc (qui vont de la famille à l’école, en passant par l’éditeur, la critique, les jurys, etc.). La légitimité est donc théoriquement inhérente à la production littéraire, l’œuvre sécrétant fatalement sa valeur d’usage, d’échange et de reconnaissance. Dans l’économie de marché qui régit la production de la littérature, il se fait néanmoins que c’est le volume de légitimité qui définit la valeur littéraire : les œuvres (les auteurs) de petite ou de faible légitimité sont celles qui sont reconnues dans leur incapacité à atteindre (ou à rivaliser avec) un niveau d’exigence d’autant plus difficile d’accès qu’il se refuse à toute définition et qu’il relève du jugement social. Au Québec, d’un artiste qui est estimé dans les sphères cultivées, on dit qu’il est « respecté » : l’expression connote tout ensemble reconnaissance, admiration, mais aussi autorité et pouvoir.

2La notion de légitimité a donc ses frontières. Des frontières floues, mobiles et labiles. Des frontières qui se dessinent aussi en regard de ce qu’elles rejettent ou du moins empêchent de passer. Le légitime n’a de sens qu’en fonction de ce qui ne l’est pas, ne peut l’être, ou ne pourra le devenir qu’au prix d’une reconnaissance marginale ou parallèle.

3Ce sont ces limites que les présentes contributions cherchent à reconstituer, à comprendre dans leur logique historique, sociale et littéraire. Du xviie au xxe siècle, on s’aperçoit que les mécanismes de légitimation changent et qu’il leur arrive même de se renverser. Il en découle pour le chercheur trois types de nécessités, autant théoriques que méthodologiques. La première consiste à faire valoir les lieux d’où se parle – car elle est avant tout objet de discours – la légitimité : le réflexe anachronique qui consiste à nous faire apprécier la valeur de la littérature d’après les normes qui nous ont été enseignées ou transmises se trouve déjoué lorsque sont prises en considération les circonstances des processus de légitimation et d’exclusion. La seconde, à comprendre ce qui dans la trajectoire d’un écrivain peut produire des effets de non-légitimité – le ratage littéraire peut constituer une stratégie à l’envers, qui fait de l’échec la promesse inversée d’une reconnaissance postérieure, comme l’ont compris entre autres les justement nommés « petits romantiques ». La troisième, à chercher au cœur des œuvres elles-mêmes, dans leur poétique, les raisons quasiment techniques qui donnent à comprendre leur impertinence historique et leur insolence esthétique : une œuvre, qu’on qualifie alors significativement d’« atypique » produit nécessairement les conditions de sa non-légitimité, comme le montre par exemple la naissance de genres nouveaux.

4Au terme de ces études, on se rend compte de la diversité des formes d’illégitimité littéraire, dont l’effet le plus paradoxal est d’engendrer la dynamique même de l’invention littéraire, comme si, selon une loi souterraine, la littérature avançait ou progressait en raison même de ce qui enfreint ses normes et ses valeurs, comme si elle fondait son orthodoxie en déniant les emprunts qu’elle opère dans ses marges.

5L’avantage d’interroger la notion de légitimité en termes de frontières est double. Il permet tout d’abord de reconsidérer certaines notions et catégories qui « ont la peau trop dure » dans les études littéraires. Celles de rupture ou de marginalité, par exemple. Ce qui est non légitime n’est pas forcément dans la rupture, bien au contraire : la littérature s’accommode mal des œuvres qui se conforment par trop aux modèles dominants, et qui peuvent la révéler comme pratique doxique là où elle se rêve comme foncièrement indépendante et autonome, unique et originale. Ce qui est non légitime n’est pas davantage nécessairement dans les marges : entre la marginalité rebelle ou maudite puissamment entretenue (on pense notamment à la tradition qui s’est imposée et développée de Vigny à Verlaine) et les effets d’exclusion effective, il y a toute une gamme de motifs (sociaux, historiques, esthétiques, moraux, judiciaires et légaux aussi) qui donnent à comprendre le statut complexe des littératures marginales, en marge ou à la marge. Par ailleurs, en adossant les notions de légitimité et de frontières (au pluriel), on perçoit plus finement la dynamique complexe qui les articule et qui rend compte non seulement des faits littéraires en eux-mêmes, mais aussi des mutations culturelles que ceux-ci véhiculent dans des horizons historiques et esthétiques marqués. C’est pour cette raison que l’on retrouvera la problématique non seulement chez des écrivains qui, comme Rabbe ou comme Vallès, inventeur de la littérature « réfractaire », ont presque fait foi de non-légitimité, mais chez ceux qui ne souffrent d’aucune carence en matière de reconnaissance, et qui, comme Baudelaire, comme Maupassant, comme Proust ont su jouer sur les limites, quelquefois à leurs dépens, de ce qui est légitime et de ce qui ne l’est pas.

6Les études réunies ici, et qu’Anthony Olinoer a mises en forme pour la publication, sont le fruit d’un colloque qui s’est tenu à l’université de Liège en 1999, organisé dans le cadre d’un programme de recherches initié par le Collège de sociocritique de Montréal auquel ont été associées, de 1996 à 2000, les universités de Tours et de Liège, et dont l’objet portait sur « Les marginalités littéraires (xviiie-xixe siècles) ». Communément appelé le MADONNA (Module d’analyse des originaux, nébuleux et noéticiens allodoxiques), ce groupe de chercheurs était notamment composé de Marc Angenot (université McGill de Montréal), Jean-Pierre Bertrand (université de Liège), Michel Biron (université du Québec à Montréal), Benoît Denis (université de Liège), Jacques Dubois (université de Liège), Jean-Marie Goulemot (université de Tours et Institut de France), Benoît Melançon (université de Montréal) et Pierre Popovic (université de Montréal).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540