Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouvelle recherche en domaine occitan

 | 
Hervé Lieutard
, 
Marie-Jeanne Verny

Traduccion

Les traductions en occitan et en catalan de L’Arbre des batailles d’Honorat Bovet

Hélène Biu

Texte intégral

  • 1 COVILLE Alfred. 1941. La vie intellectuelle dans les domaines d’Anjou-Provence de 1380 à 1435. Par (...)

1C’est vraisemblablement entre 1386 et 1389 que le Provençal Honorat Bovet1, docteur en Décret, rédige en français, à l’intention du roi Charles VI, L ‘Arbre des batailles. Ce traité de vulgarisation se présente comme une vaste réflexion sur la guerre, organisée selon quatre approches correspondant chacune à une partie du traité : dans la première. Bovet propose une nouvelle interprétation des visions de saint Jean appuyée sur des exemples historiques plus ou moins proches, mais toujours liés à la guerre. Dans la deuxième, il livre une histoire abrégée des quatre empires antiques, en insistant surtout sur Rome et Carthage. Les deux autres parties sont consacrées aux implications juridiques de la guerre, donc au droit de la guerre : la troisième partie, très courte, traite « des batailles en général ». tandis que la quatrième partie, de loin la plus étoffée, examine les « batailles en particulier ». soulevant des cas juridiques liés aux pratiques guerrières et aux duels. Mais l’originalité de l’œuvre ne tient pas tant aux thèmes développés qu’à la langue de rédaction : c’est en effet la première fois que les idées des civilistes italiens du xive siècle passent en français, qui plus est dans un traité qui examine le droit de la guerre, et pas seulement le droit des armes, dans un style clair qui n’exclut pourtant ni l’humour ni la sensibilité. Ces atouts rendent très vite l’œuvre incontournable pour les acteurs de la guerre, mais elle se diffuse également parmi les non-combattants. L’Arbre des batailles constitue donc un hapax dans la littérature de la guerre, et c’est à ce titre que les historiens l’ont abondamment exploité pour étayer des études sur les principes juridiques censés régir les pratiques guerrières à la fin du Moyen Âge.

  • 2 NYS Ernest. 1883. L’Arbre des batailles d’Honoré Bonet, Bruxelles-Leipzig. C. Muquardt.
  • 3 COOPLAND George William. 1923. « The Tree of Battles and some of ils sources ». Tijdschrift voor r (...)
  • 4 RICHTER Reinhilt. 1983. « La tradition manuscrite de L’Arbre des batailles par Honoré Bonet ». Stu (...)

2En revanche, l’œuvre n’a guère attiré les philologues, puisque c’est à un juriste belge féru de droit international, Ernest Nys2, que l’on doit la simple transcription qui a révélé le traité au public en 1883. Depuis. George William Coopland3 en a étudié les sources et en a donné une traduction anglaise, mais sans établir d’édition critique, et les travaux de Reinhilt Richter4 sur la tradition manuscrite de L’Arbre des batailles n’ont pas abouti. À ce jour, il n’existe donc aucune édition critique de l’œuvre maîtresse d’Honorat Bovet, peut-être victime de son succès même : une immersion dans les manuscrits de L’Arbre des batailles a de quoi décourager tant ils sont nombreux et éparpillés entre bibliothèques publiques et collectionneurs privés. Ainsi, aux 82 manuscrits du domaine public renfermant le texte français s’en ajoutent au moins 8 aux mains de possesseurs privés. En outre, 13 manuscrits contiennent des traductions du xve siècle. Parmi eux. deux manuscrits, le BnF esp. 206 et le manuscrit 83 de la bibliothèque universitaire de Barcelone, renferment le texte catalan, tandis qu’une traduction occitane figure dans un témoin unique, le manuscrit Bnf fr. 1277.

3Le texte critique de la version française n’étant pas encore établi, il peut paraître incongru de proposer une étude des textes en occitan et en catalan de L’Arbre des batailles, mais leur existence même a des implications importantes du point de vue de l’histoire linguistique. D’une part, avec la traduction en oc se reposent le problème de la pénétration du français dans les terres de langue d’oc et la question de l’intercompréhension entre Français du Nord et Français du Midi ; en outre. Honorat Bovet étant Provençal de naissance, on peut se demander s’il a été son propre traducteur. D’autre part, le petit corpus constitué par ces trois versions de L’Arbre des batailles est l’occasion de comparer les techniques de traduction mises en œuvre par des traducteurs quasiment contemporains.

4Dans cette double perspective, il faudra tout d’abord tenter de retracer l’histoire de ces manuscrits grâce aux apports de la codicologie. puis on les replacera dans la tradition manuscrite de L’Arbre des batailles afin d’éclairer les liens éventuels qu’ils pourraient entretenir. Dès lors, on pourra analyser très rapidement les caractéristiques de ces traductions qui semblent très dépendantes du texte français de l’œuvre, et l’on tentera d’expliquer cette prégnance du modèle français en formulant des hypothèses sur l’identité des traducteurs, mais aussi sur l’état de l’occitan et du catalan à la fin du Moyen Âge.

  • 5 BIU Hélène. 2001. Prolégomènes à une édition critique de L’Arbre des batailles d’Honorat Bovet (mé (...)
  • 6 BRIQUET Charles Moïse. 1907. Les filigranes. Dictionnaire historique des marques du papier dès leu (...)
  • 7 Briquet. 1907, t. 4, 663

5L’analyse codicologique5 des trois manuscrits permet de les dater du début du xve siècle. Le manuscrit occitan BnF fr. 1277 est constitué de 22 cahiers, pour la plupart en papier encarté de vélin, et deux sortes de papiers ont servi de support à la copie. Le premier, le plus fin. comporte un filigrane représentant trois monts dont le deuxième est surmonté d’une croix, ce qui le rapproche du numéro 11689 de Briquet6, attesté entre 1411 et 1421 à Florence, avec des variantes identiques à Brunswick en 1412 et à Pise en 1416 ; le deuxième type de papier est pourvu d’un filigrane représentant une roue dentée qui s’apparente aux numéros 13261 à 13264 de Briquet7, dont il existe des variantes échelonnées de 1412 à 1437. parmi lesquelles on peut citer Perpignan (1412-1416). Toulouse (1417), Pignerol (1420), Armagnac (1425). De même, on ne peut proposer de datation sûre pour le manuscrit 83 de Barcelone, lui aussi copié sur des cahiers de papier encarté de vélin, mais les conservateurs de la bibliothèque universitaire situent son exécution au début du xve siècle. Enfin, le problème de la datation ne se pose pas pour le dernier manuscrit, le BnF esp. 206. car il comporte un colophon attestant qu’il a été achevé le 21 mars 1429.

  • 8 Hanly, Millet. 1996. 143.
  • 9 ALVAR Carlos. 1989. « Traducciones francesas en el siglo xv : el caso del Arbol de Batallas. de Ho (...)
  • 10 Gilbert of the Haye’s Prose Manuscript (AD. 1456), 1, The Buke of the law of armys or Buke of bata (...)

6Ainsi, ces trois versions se caractérisent d’abord par leur précocité, puisque Honorat Bovet a vraisemblablement achevé son traité en 1389. date à laquelle il l’offrit à Charles VI, peut-être à l’occasion de son voyage en Languedoc8 ; ce sont aussi les plus anciennes traductions de L’Arbre des batailles, dont il existe deux versions castillanes et une version écossaise. En effet. Don Iñigo López de Mendoza, marquis de Santillane, et Alvaro de Luna, connétable de Castille, doublèrent leur inimitié politique d’une rivalité littéraire par le biais d’une course à la traduction de cette œuvre prestigieuse. Anton de Zorita acheva le 20 septembre 1441 la traduction castillane demandée par Santillane, tandis que Diego de Valera en exécutait une autre pour Alvaro de Lima entre 1439 et 14479. Quant au texte écossais, il est le fait d’un noble écossais. Gilbert Hay ou of the Haye, qui a traduit L’Arbre des batailles en 1456 à la demande du chancelier d’Écosse, le comte d’Orkney and Caithness10.

  • 11 A.D. des Pyrénées Atlantiques. E 392. fol. 2-26.
  • 12 Hanly. Millet, 1996, 142.
  • 13 Hanly. Millet, 1996, 144.
  • 14 RIQUER Martí de. 1964, Història de la Literatura catalana, Barcelone, t. 2. p. 380.
  • 15 RIQUER. 1964. t. 2. 420-422 : voir aussi RIQUER Marti de. 1960. « El Somnium de Honoré Bouvet (o B (...)

7L’existence même de ces traductions en occitan et catalan prouve donc que L’Arbre des batailles a connu dans les terres du Midi et en Catalogne une diffusion rapide, à laquelle Honorat Bovet a peut-être directement contribué : à partir de 1389, il est chargé de plusieurs missions dans le sud de la France, et il est fort possible qu’il ait mis à profit ces voyages pour diffuser son œuvre dans le Midi. C’est ainsi qu’en 1389-1390. il participe à la commission réformatrice en Languedoc, aux côtés de Pierre de Chevreuse et en octobre 1391, il est dépêché en Armagnac avec Pierre Sanglier pour obtenir du nouveau comte, Bernard VII, qu’il prête hommage au roi de France. Surtout, il semble qu’il ait noué des liens étroits avec le comte de Foix Gaston Fébus, auquel il a probablement dédié une ode versifiée en occitan ; son texte nous est parvenu par le biais d’un archiviste des comtes de Foix. Michel de Bernis. qui a inséré les vers d’Honorat Bovet dans sa chronique rédigée en 1445 à la gloire de la maison de Foix11. D’après Hélène Millet, s’il n’est pas possible de dater précisément la composition de l’ode versifiée, on peut tout de même la situer entre 1371 et 139112. Des missions diplomatiques ont également mené Bovet en Espagne : entre 1387 et 1392. participant à une ambassade dépêchée par le roi Louis II d’Anjou à Sant Cugat del Vallès, il séjourna plusieurs mois en Aragon sous le règne du roi Jean13 : ce fut l’occasion pour lui de s’entretenir personnellement avec Bernat Metge14, auquel il a probablement inspiré le titre de son œuvre Lo somni qui entretient de nombreuses similitudes15 avec le Somnium super materia scismatis rédigé par Bovet en 1394. Peut-être apporta-t-il avec lui un bel exemplaire de L’Arbre des batailles ? Quoi qu’il en soit, le manuscrit catalan 83 de la bibliothèque universitaire de Barcelone a été copié sur un modèle d’excellente qualité codicologique et textuelle, contrairement aux deux manuscrits actuellement conservés à Paris.

8D’un point de vue qualitatif, en effet, on peut opposer les deux manuscrits actuellement conservés à Paris à celui de Barcelone. Les deux premiers se caractérisent par une grande sobriété, allant même parfois de pair avec un manque de soin dans les finitions du manuscrit. Ainsi, une main unique a exécuté la copie du BnF fr. 1277 ainsi que les quelques éléments de décoration qui l’émaillent. Le texte à longues lignes est rehaussé de titres courants rubriqués écrits par la même main. Des initiales également rubriquées, assez grossières et ornées de décors vaguement zoomorphes donnant à certaines parties des lettres des allures de poissons, se trouvent au début de chaque chapitre, tandis que quelques pieds de mouches rubriqués structurent le texte. La facture est dans l’ensemble peu soignée : la couleur de l’encre n’est pas uniforme, car elle est tantôt très claire, tantôt quasiment noire ; on relève plusieurs taches d’encre dans le manuscrit ; il arrive que deux chapitres consécutifs portent le même titre ; enfin, les erreurs se multiplient dans la foliotation. La médiocre qualité du manuscrit occitan ne révèle donc pas le savoir-faire d’un copiste professionnel au service d’un commanditaire : peut-être le premier possesseur de ce manuscrit en a-t-il exécuté la copie.

9Le manuscrit catalan BnF esp. 206 est également très sobre, mais la facture de la copie révèle le travail d’un professionnel, ce que confirme d’ailleurs un colophon : les rares éléments de décoration qui rehaussent le texte à deux colonnes sont beaucoup plus délicats et travaillés que ceux du BnF fr. 1277, notamment les initiales des chapitres, tracées alternativement en vermeil ou en bleu, dont le champ et le pourtour sont emplis de filigranes extrêmement fins. Mais le manuscrit, en dépit de sa qualité esthétique, n’est pas d’une lecture aisée : d’une part, les grandes articulations logiques du texte passent inaperçues, car il n’y a aucun pied de mouche pour délimiter des unités de sens à l’intérieur de chaque chapitre ; d’autre part, il n’y a pas de titres courants. Certes, la table des matières rassemblée au début du manuscrit permet de connaître les titres des chapitres, mais elle est peu utile dans la mesure où le manuscrit ne comporte aucune foliotation d’époque.

10Face à ces deux manuscrits, celui de Barcelone paraît beaucoup plus soigné. Le texte est écrit sur deux colonnes, et les initiales peintes qui ouvrent le prologue et les chapitres sont de bonne qualité ; le manuscrit comporte une foliotation correcte, des titres courants rubriqués ; les références au droit canonique et au droit civil apparaissent en abrégé dans le texte, alors que les deux autres manuscrits en sont dépourvus ; la table des matières, contrairement à celles des manuscrits BnF fr. 1277 et BnF esp. 206. distingue bien les quatre parties du traité. Mais surtout, le manuscrit de Barcelone comporte la miniature de « l’arbre de deuil » imaginé par Bovet pour illustrer son prologue. Toutefois, cette miniature constitue un hapax parmi la trentaine de manuscrits enluminés de L’Arbre des batailles, tant l’arbre qu’elle représente est stylisé. En principe, l’arbre doit illustrer de façon imagée les luttes qui minent la société : sur le niveau le plus élevé des branches se font face, de part et d’autre du tronc, les papes et les antipapes, puis sur un ou deux niveaux plus bas. les rois et les princes, tandis que les luttes entre les sujets apparaissent au niveau inférieur ; l’ensemble est surmonté par la Fortune, représentée avec ses attributs traditionnels. Or, faute de temps ou de talent, l’enlumineur du manuscrit 83 a dessiné un tronc rehaussé de filigranes géométriques, pourvu de part et d’autre de trois branches s’apparentant plutôt à des feuilles d’acanthe sur lesquelles n’évolue aucun personnage. Pour suppléer leur absence, des mentions en latin commençant par Hic pingat pictor décrivent la miniature du manuscrit modèle, tandis que d’autres phrases latines, qui figurent dans nombre de manuscrits enluminés de l’œuvre, entourent l’arbre.

11Ces variations dans le soin apporté à la copie des manuscrits ne sont pas nécessairement la marque d’éventuels écarts de fortune d’un commanditaire à l’autre : peut-être sont-elles également le reflet des différents usages qu’on réservait aux manuscrits : ainsi, l’absence de miniature dans deux des trois manuscrits peut certes s’expliquer par les manuscrits modèles utilisés, qui en étaient probablement dépourvus eux-mêmes, mais cela tient peut-être aussi au fait que les possesseurs désiraient avant tout disposer d’un texte, sans se soucier de fioritures esthétiques. De même, si la copie et les éléments décoratifs du manuscrit occitan sont plus grossiers que ceux des deux manuscrits catalans, on peut toutefois noter que le copiste n’a pas hésité à utiliser une grande quantité de papier : table des matières comprise, le manuscrit occitan est constitué de 288 feuillets, tandis que le manuscrit BnF esp. 206 en comporte 107, et le manuscrit de Barcelone. 75 (dont deux se sont perdus aujourd’hui). Il semble que le premier possesseur du manuscrit occitan ait ainsi privilégié une copie très aérée, à raison de 18 à 22 longues lignes à la page, alors que les deux manuscrits catalans sont copiés sur deux colonnes très compactes de 38 à 43 lignes pour le BnF esp. 206 et de 37 lignes en moyenne pour le manuscrit de Barcelone. Ainsi, des trois manuscrits, c’est celui qui est le moins esthétiquement réussi, l’occitan BnF fr. 1277, qui est le plus lisible.

  • 16 BnF fr. 1277, fol. 22v, 36v, 49v, 50v, 101v, 102, 109, 111v, 130, 134, 156v. 165, 167, 169v.

12Il est d’ailleurs manisfeste que deux des trois manuscrits ont été lus. Le manuscrit occitan ne comporte aucune mention manuscrite, mais on peut y relever à maintes reprises, dans la marge, un trait vertical accompagné d’un point à gauche ou à droite16 : or ce type de note était encore fréquemment utilisé aux xve-xvie siècles pour signaler un passage important aux yeux du lecteur. Dans le manuscrit, ces marques sont généralement placées en face de conclusions partielles dans le raisonnement de Bovet. mais certaines semblent apposées pour signaler un fait anecdotique (les Romains qui vident leurs prisons pour avoir davantage de soldats, le soutien de l’empereur Henri III à un antipape, le nom de la femme qui éleva Romulus et Rémus, etc...). En outre, ces traits ont été tracés dans une encre plus claire que le reste du texte : ils ne paraissent donc pas avoir été notés au moment où le scribe copiait le manuscrit, mais témoignent d’une lecture après coup, par lui ou par quelqu’un d’autre. Le manuscrit catalan de la bibliothèque universitaire de Barcelone comporte quant à lui des manchettes dans certaines de ces marges. En revanche, le manuscrit BnF esp. 206 ne porte aucune mention permettant d’affirmer qu’il a été lu par l’un de ses possesseurs.

  • 17 OMONT Henri. 1908-1913. Anciens inventaires et catalogues de la Bibliothèque Nationale, Paris, Ern (...)
  • 18 Omont. 1908-1913. t. 1 p. 389. n° 2602 ; t. 2. p. 314, n° 1026 ; t. 3. p. 52. n° 977.
  • 19 AVRIL François, ANIEL Jean-Pierre, MENTRÉ Mireille, SAULNIER Alix. ZALUSKA Yolanta. 1983. Manuscri (...)

13Il n’est d’ailleurs pas aisé de retracer l’histoire de ces manuscrits ou de connaître leurs possesseurs successifs. Le BnF fr. 1277, écrit dans un dialecte toulousain tirant un peu vers Foix, a appartenu à un Italien avant d’entrer dans les collections royales, comme l’attestent deux mentions en italien sur les gardes. On ne sait par quel biais le manuscrit est entré dans les collections royales, mais il est mentionné dès 1544 dans le catalogue de Mellin de Saint-Gellais17. Il est d’ailleurs très souvent confondu dans les inventaires royaux avec l’actuel esp. 20618 : l’occitan est assimilé à la langue cathalane ou à l’espaignol, tandis que le catalan est pris pour du provençal. Certains catalogues actuels, se fondant sur ces descriptions erronées des xvie et xviie siècles, ne parviennent pas à distinguer dans les anciens catalogues royaux le manuscrit occitan BnF fr. 1277 et le catalan BnF esp. 206 et fournissent des indications fausses19.

14S’il n’y a aucune mention de possesseur dans le manuscrit occitan, on connaît en revanche les noms du commanditaire et du copiste du manuscrit BnF esp. 206 - mais nos renseignements sur ces deux personnes s’arrêtent là - grâce à un colophon qui, en outre, présente le texte catalan comme une traduction originale :

  • 20 BnF esp. 206. fol. 103v.

« Aquest libre a fet tralladar lo honorable Ramon de Caldes en l’any mil CCCCXXIX, lo qual a escrit Loren de Exarch a pregares deldit mossen Ranion. E fonch acabat dilluns que tenien XXI de març del demunt dit any ».20

  • 21 MARINIS Tamara de. 1947-1952. La Biblioteca napoletana dei re d’Aragona, Milan, t. 2. p. 35 : voir (...)

15Le manuscrit est ensuite passé aux mains de possesseurs moins obscurs : avant son intégration aux collections de la bibliothèque royale, où sa présence est attestée dès la fin du xvie siècle, il aurait appartenu aux rois d’Aragon de Naples21.

  • 22 VILLANUEVA Y ASTENGO Jaime. 1803-1852. Viage literario a las iglesias de España, Madrid, vol. 18. (...)
  • 23 MOREL-FATIO Alfred. 1892. Catalogue des manuscrits espagnols et des manuscrits portugais, Paris. B (...)

16Enfin, le manuscrit catalan de Barcelone porte une seule mention de possesseur, celle d’un certain Nicolau Alague. La miniature aurait peut-être pu livrer des informations sur le commanditaire du manuscrit, car l’arbre prend racine dans un écu : malheureusement, le décor intérieur en est effacé. Par la suite, il passa dans la bibliothèque du couvent des carmes déchaussés de Saint-Joseph, à Barcelone ; Jaime Villanueva y Astengo. après sa visite au couvent, en donna une description identifiant la langue du manuscrit comme du lemosi22, terme qui désignait, conformément à l’usage de l’époque, le catalan. Cela explique peut-être l’erreur de Morel-Fatio qui le désignait, dans son catalogue, comme « un autre témoin de la version provençale »23. À ces confusions d’ordre linguistique s’en ajoutent d’autres sur les liens éventuels qu’entretiendraient les deux textes catalans d’une part, les textes catalans et occitan d’autre part. Or. un examen précis des trois textes permet d’éclairer quelque peu leur place dans la tradition manuscrite de l’œuvre.

  • 24 Morel-Fatio. 1892. 35.
  • 25 BARTSCH Karl. 1880. Chrestomathie provençale (Xe-XVe siècles). Elberfeld. 4R. L. Friderichs. col. (...)

17Alfred Morel-Fatio24 estimait que la traduction catalane du manuscrit BnF esp. 206 avait été faite « plutôt sur la version provençale que sur l’original français ». arguant du fait que le texte catalan suivait « exactement le texte provençal tel qu’il est contenu dans le manuscrit de la Bibliothèque nationale ». Il fondait cette affirmation sur une comparaison entre l’extrait du manuscrit occitan BnF fr. 1277 publié par Bartsch25 et le passage correspondant dans le manuscrit catalan. Il ne donnait cependant aucune autre preuve de cette filiation supposée de l’occitan au catalan.

  • 26 BIU Hélène. 2000. La traduction occitane de l’Arbre des batailles d’Honorat Bovet (BnF fr. 1277). (...)
  • 27 BIU. 2000. t. 4. 663-664.

18Un examen approfondi des deux textes révèle en effet qu’ils sont très proches, tous deux présentant quelque 580 fautes inhérentes à la tradition manuscrite française26. Ils appartiennent ainsi à la famille de manuscrits la plus corrompue de L ‘Arbre des batailles. Cependant, la comparaison des deux textes permet d’infirmer l’hypothèse émise par Morel-Fatio : il est assuré désormais que la traduction catalane contenue dans le manuscrit BnF esp. 206 ne s’est pas établie à partir de la tradition occitane représentée par le BnF fr. 1277 : un certain nombre de leçons, correctes ou non, communes au manuscrit esp. 206 et à d’autres manuscrits français, ne figurent pas dans le texte occitan.27

19Il reste toutefois à déterminer la langue du manuscrit qui a servi de modèle au traducteur. Certains éléments invitent à privilégier une filiation de l’occitan au catalan, notamment la présence de deux mots français exactement au même endroit dans les deux manuscrits : c’est le cas par exemple du verbe français gecter. On pourrait voir dans la présence de cette forme française le fruit d’une incompréhension du traducteur catalan, mais alors comment expliquer que ce mot soit convenablement traduit par la suite en gitar, tout comme dans le manuscrit occitan ? Mais rien n’exclut, dans l’état actuel de ma recherche, une filitation du français au catalan ; et si l’on admet que le traducteur catalan a utilisé un manuscrit source en français, il faut reconnaître qu’il s’est davantage affranchi de la prégnance de ce modèle que le traducteur occitan qui a laissé quantité de mots français dans son texte. Il est donc délicat de trancher, et seul un examen approfondi de la langue du manuscrit catalan esp. 206 permettra de déceler des gallicismes ou des occitanismes ; encore faudra-t-il s’assurer que ces derniers ne sont pas dus à une influence de l’occitan sur le catalan de l’époque.

  • 28 Alvar. 1989, 27. note 15 ; BASTARDAS Carme. 1980. « Notes sobre la versiò catalana de l’Arbre des (...)
  • 29 Bastardas. 1980.

20La comparaison des deux manuscrits catalans permet en outre de revenir sur une idée communément admise faute d’un examen précis des deux textes : les deux manuscrits catalans seraient deux témoins d’une seule et même traduction catalane, et plusieurs articles récents28 évoquent « la » traduction catalane de L’Arbre des batailles. Certaines recherches ont été menées au début du siècle pour éclairer les rapports entre les deux manuscrits, mais on ne connaît pas leur résultat, et il était tentant de supposer des liens directs entre ces deux manuscrits rédigés dans une même langue. Une fois que le manuscrit catalan 1359 du couvent des Carmes déchaussés de Saint-Joseph eut intégré la bibliothèque universitaire sous la cote 83. Fouché-Delbosc écrivit à Angel Aquiló une lettre datée du 26 janvier 1907, accompagnée d’une reproduction d’un des folios du manuscrit catalan BnF esp. 206. Ces documents qui sont restés un moment entre les feuillets du manuscrit de Barcelone ont aujourd’hui disparu sans qu’il soit possible de savoir le résultat de la comparaison. Ensuite, il semble que personne ne se soit intéressé à ce manuscrit barcelonais jusqu’à ce que Carme Bastardas en entreprenne une transcription. Celle-ci n’a malheureusement pas été publiée à ce jour, mais elle a donné lieu à un article29 où n’était faite aucune mention des liens du manuscrit de Barcelone avec celui de Paris.

21On a donc supposé jusqu’à aujourd’hui qu’il n’y avait qu’une seule traduction catalane. Or, la collation intégrale des deux textes catalans révèle qu’ils sont totalement indépendants et qu’il sont donc le fait de deux traducteurs distincts. En effet, alors que le manuscrit BnF esp. 206, extrêmement corrompu, comporte environ 580 fautes imputables aux déficiences de la tradition manuscrite française, le manuscrit de Barcelone n’en présente que 67, preuve que les deux traducteurs ont pris pour modèles deux manuscrits appartenant à deux familles très différentes. Dans l’état actuel de mes recherches sur la tradition manuscrite de L’Arbre des batailles, le manuscrit catalan de Barcelone semble être la traduction de l’un des meilleurs témoins du texte de Bovet.

22Il est donc désormais certain que les trois manuscrits sont indépendants les uns des autres et sont le fruit de trois entreprises distinctes de traduction dont il convient d’analyser les principales caractéristiques.

  • 30 BRUCKER Charles. 1997. « Pour une typologie des traductions en France au xive siècle ». dans Tradu (...)
  • 31 BIU. 2000, t. 1. 96-113 ; BIU Hélène, 2000. « La traduction occitane de L ‘Arbre des batailles d’H (...)

23Aucun des trois traducteurs n’a ajouté de prologue exposant sa méthode de traduction, ou bien les difficultés éventuellement rencontrées dans son entreprise ; ils n’ont pas davantage eu recours à la glose. Certes, la présence de gloses se justifie davantage dans une traduction du latin à une langue vulgaire que dans une traduction entre deux langues vulgaires aux structures linguistiques proches ; mais on peut toutefois s’étonner que ces traducteurs n’aient pas inséré de gloses alors qu’ils traduisaient des phrases ou des passages incompréhensibles du modèle utilisé. Or, selon Charles Brucker, « d’une manière générale, la glose révèle, de la part du traducteur, une sensibilité particulière aux difficultés du métier de traducteur et une prise de conscience de la problématique de la traduction »30. En outre, tous trois sont restés si dépendants du texte français de L’Arbre des batailles que les passages susceptibles de révéler leur personnalité de traducteur sont bien rares, et la prégnance du modèle traduit transparaît aussi bien dans les tournures grammaticales et syntaxiques que dans le choix des équivalents lexicaux. Toutefois, la traduction la plus fortement conditionnée par le modèle français est sans conteste la version occitane. S’il n’est pas question ici de mener une étude exhaustive des trois traductions considérées, on peut néanmoins les comparer à travers l’examen de quelques points saillants, sans s’arrêter aux modifications plus marginales31.

  • 32 LAFONT Robert. 1965. « Remarques sur l’emploi de E introductif du verbe principal en ancien occita (...)
  • 33 Lafont, 1965, 38.
  • 34 Lafont, 1965, 39.

24D’un point de vue syntaxique, la traduction occitane se singularise par deux traits particuliers. Au niveau de la phrase tout d’abord, le traducteur occitan est le seul à procéder régulièrement à l’adjonction de la coordination e aussi bien entre des propositions effectivement parallèles qu’entre des propositions exprimant des idées très différentes, ce qui brouille quelque peu la hiérarchisation des idées. Il va même jusqu’à l’introduire en tête de la proposition principale lorsque celle-ci est précédée d’une proposition conjonctive. Selon Robert Lafont, ce réflexe syntaxique qui se trouve représenté un peu partout dans le domaine occitan au xve siècle, mais surtout à l’est (Provence et Languedoc)32, permet de relancer la phrase et « d’accorder une attention particulière au sujet principal »33. Mais peut-être l’introduction de ce e énonciatif est-elle liée, dans le manuscrit occitan, à l’usage très marqué du pronom personnel sujet. Selon Robert Lafont, les deux faits syntaxiques pourraient aller de pair : l’occitan jusqu’au xviie siècle a développé le recours aux pronoms personnels sujets avant de revenir sur cette tendance. « Sans doute avait-il. à l’étape moyenne de son évolution, un besoin mental de souligner l’identité du sujet. Ce n’est pas désir d’insistance, mais de netteté. L’emploi de e et celui du pronom sujet répondent ensemble à cette même tentation de l’expression »34. Il convient cependant de noter que les deux traducteurs catalans, qui eux aussi expriment constamment les pronoms personnels sujets, n’introduisent pas pour autant ce e introductif.

  • 35 JENSEN Frede. 1994. Syntaxe de l’ancien occitan, Tubingue. Max Niemeyer verlag. (Beihefte zur zeit (...)
  • 36 BnF fr. 1270. fol. 61v et 98.

25L’autre trait syntaxique saillant réside précisément dans l’expression des pronoms personnels. Alors que l’usage des pronoms personnels sujets est identique dans les trois traductions - ils sont constamment exprimés, même dans des phrases où il n’y a aucune ambiguité sur l’identité du sujet -, la version occitane se singularise par le traitement des pronoms régimes atones de la troisième personne. En occitan ancien, lorsque les pronoms atones de la troisième personne accusatif (lo) et datif (li) sont exprimés, l’accusatif précède toujours le datif, et seul ce dernier est susceptible de se contracter, d’où des formes lo.y, la.y par exemple. Or, dans le manuscrit occitan BnF fr. 1277, on constate des phénomènes d’écrasement du pronom régime direct par le pronom régime indirect, qui sont tout à fait étrangers aux deux traducteurs catalans. Certes, d’après Jules Ronjat, l’écrasement serait un phénomène ancien en occitan, bien qu’il ne soit pratiquement pas représenté dans la documentation écrite avant le xixe siècle, et Frede Jensen35 n’en a d’ailleurs relevé que deux exemples, dont l’un semble sujet à caution ; de plus, l’écrasement existe dans la langue occitane moderne, notamment en gascon. Toutefois, une comparaison du texte occitan avec le manuscrit BnF fr. 127036. issu de la même famille que le manuscrit source de la traduction, révèle que ces quelques cas d’écrasements dans la version occitane sont calqués sur ceux, tout aussi peu nombreux, du manuscrit français traduit.

26Les tendances dans le choix des équivalents lexicaux sont déterminées, dans les trois traductions, par un souci louable de fidélité aux usages de la langue cible en matière de démonstratifs et d’adverbes de quantité. Mais en règle générale, les traducteurs recourent à des cognates, au calque étymologique plutôt qu’à un éventuel synonyme ayant une autre racine, ce qui révèle la prégnance du manuscrit source. Encore une fois, c’est surtout la version occitane qui manque de recul par rapport au modèle français. Non seulement le traducteur occitan recourt constamment au mot occitan le plus francisé possible (ainsi, « apres » devient apres et pas aprop), mais il emploie aussi des mots mêlant français et occitan, jutgement ; bien plus, les mots français laissés tels quels dans la version occitane, tonnes verbales comprises, sont nombreux, sans compter les cas d’attractions homophoniques qui sont sources d’erreurs (« vos faut savoir » devient « vos faite asaber ») et quelques néologismes. Le traducteur catalan du BnF esp. 206 paraît moins assujetti au modèle : ainsi, il utilise un mot de la même racine que le terme traduit, mais il en modifie le suffixe ou le préfixe par exemple. C’est toutefois le manuscrit catalan de Barcelone qui offre la version la plus affranchie, semble-t-il, par rapport au texte source. Mais dans les trois versions, la dépendance à l’égard du texte traduit est telle qu’aucun traducteur n’introduit d’éléments susceptibles de renforcer l’expressivité du vocabulaire : ainsi, la pratique de la réduplication synonymique, si fréquente dans la prose des traducteurs médiévaux, leur est presque totalement étrangère.

  • 37 BIANCIOTTO Gabriel. 1979. « Langue conditionnée de traduction et modèles stylistiques au xve siècl (...)
  • 38 CHANDÈS Georges. 1996. « Adaptation médiévale et modèles de communication. L’exemple du roman d’an (...)

27Le corollaire de ce net manque de recul par rapport au modèle français est la faible valeur littéraire intrinsèque de ces traductions qui s’apparentent globalement à ce que Gabriel Bianciotto et Jean Rychner ont nommé une « langue conditionnée de traduction »37, ou bien, pour reprendre le terme de Geoges Chandès, à un « transcodage »38 ; la version occitane, surtout, se rapproche d’une sorte de transposition phonétique simple tant le traducteur occitan a du mal à se soustraire à la pression du modèle. En outre, le traitement par les traducteurs des passages corrompus dus aux déficiences du modèle français source révèle leur façon de travailler : ils n’ont pas cherché à combler les lacunes évidentes par le mot courant ou la simple préposition qui aurait suffi dans certains cas à rétablir un sens correct. Les trois traducteurs avaient manifestement une bonne connaissance du français (ou de l’occitan si l’on accepte l’idée d’une filiation occitancatalan), car les erreurs de traductions ne sont pas fréquentes ; mais on peut se demander si au-delà de cette compréhension interlinguale, ils ont fait l’effort de comprendre le fond de ce qu’ils traduisaient tant ils ont suivi le modèle jusque dans ses fautes. Cette fidélité, presque mot pour mot, atteste un travail de traduction non au niveau de la phrase, mais par tronçons.

  • 39 BRUNETTO LATINI, Llibre doit tresor : Versio catalana de Guillem de Copons. éd. WITTLIN Curt J., 1 (...)
  • 40 Wittlin, 1971, 32

28Les traducteurs s’en seraient donc tenus à ce que Curt J. Wittlin appelle « el tradicional i comode mètode del « verbum verbo, del mot a mot »39 : les structures linguistiques des deux langues en jeu se ressemblant beaucoup, peu de mots du manuscrit modèle étaient dépourvus de correspondant remontant à un même étymon dans la langue d’arrivée. Dans ces conditions, traduire un texte, c’était en faire un calque dans une autre langue, et non le comprendre, encore moins jouer sur des effets de style personnels.40

29Mais la dépendance de ces traductions en occitan et catalan à l’égard du modèle français ne relève-t-elle que d’une solution de facilité, le traducteur s’en tenant globalement à un parti de simple translation bien commode ? Il me semble que d’autres hypothèses doivent être formulées. Le manque de recul de ces versions par rapport à l’original français ne pourrait-il s’expliquer par une intervention directe d’Honorat Bovet en personne dans l’entreprise de traduction ? Une telle implication de Bovet est à exclure si l’on considère les deux manuscrits actuellement conservés à Paris : l’auteur n’aurait pas manqué de choisir un bon manuscrit français pour établir une traduction occitane, voire catalane ; or, ces deux versions ont été faites à partir de manuscrits modèles extrêmement corrompus. En revanche, sa participation à l’autre entreprise de traduction représentée par le manuscrit de Barcelone est envisageable, car ce témoin offre un texte de bonne qualité. Il reste toutefois à déterminer si cette version catalane a pris pour modèle un manuscrit français ou bien un manuscrit issu d’une tradition occitane aujourd’hui perdue.

  • 41 GASTON PHÉBUS, Livre de la chasse édité avec introduction, glossaire et reproduction des 87 miniat (...)
  • 42 Le voyatge d’oultremer en Jherusalem de Nompar, seigneur de Caumont, éd. NOBLE Peter S., 1975. Oxf (...)

30La dépendance tiendrait-elle au français d’Honorat Bovet qui en raison de son éducation provençale aurait laissé passer de nombreux occitanismes dans sa prose ? Il faut également infirmer cette hypothèse, car le texte français de l’Arbre des batailles ne comporte pas les occitanismes syntaxiques et lexicaux qu’on relève par exemple dans Le livre de la chasse de Gaston Fébus41 ou dans certains passages du Voyage d’Oultremer en Jherusalem de Nompar de Caumont42.

31Peut-être faudrait-il expliquer les liens étroits entre les trois traductions et le texte original de L’Arbre des bataille par le style même d’Honorat Bovet, si clair qu’il n’aurait nécessité aucune glose de la part du traducteur. En effet, Bovet a systématiquement glosé par des mots courants les quelques mots de réfection savante qu’il a insérés dans sa prose et qui sont issus des sources latines qu’il a traduites pour composer son œuvre. De plus, la présence pléthorique de doublets et de séries ternaires dans le texte original, qu’elle soit de la part d’Honorat Bovet le fruit d’un choix stylistique conscient ou bien un tic de langage, dispensait les traducteurs de créer de nouveaux doublets synonymiques : leur insertion dans le texte aurait considérablement alourdi les phrases et porté atteinte à la lisibilité de l’œuvre.

32Enfin, pour ce qui est du texte occitan, peut-être cette dépendance révèle-t-elle l’état de la langue occitane à la fin du xive siècle et au début du xve siècle, laquelle serait devenue perméable au style de la prose française et à son vocabulaire ? La vérification de cette dernière hypothèse ne peut se passer d’une comparaison avec d’autres textes occitans qui ne sont pas suspects d’être des traductions faites à partir du français. Il est assuré que les emprunts lexicaux au français ne sont pas l’apanage de notre traducteur, mais déterminer si la syntaxe mise en œuvre dans la traduction occitane de L’Arbre des batailles est le fruit d’un calque servile sur le modèle français ou au contraire si elle est conforme à l’état de la langue occitane des xive-xve siècles requiert une étude plus fouillée dans un corpus de textes approximativement contemporains de cette traduction. La même méthode s’impose pour évaluer la langue des deux textes catalans, mais il reste au préalable à déterminer si ces deux traductions catalanes sont issues de manuscrits-sources en français ou bien de deux traditions occitanes distinctes, aujourd’hui perdues, différentes de celle représentée par le BnF fr. 1277. Cela reviendrait à supposer qu’il n’y a pas eu une traduction occitane, mais trois.

33Évaluer ces trois traductions de L’Arbre des batailles par rapport au texte original de Bovet est donc une entreprise délicate : il est désormais certain que Bovet n’est pas l’auteur de la traduction occitane contenue dans le BnF fr. 1277 et qu’il existe deux traductions catalanes distinctes : mais l’édition critique du texte français de l’œuvre n’étant pas encore achevée, il n’est pas aisé de discerner dans ces versions les leçons dues à d’éventuelles interventions du traducteur et celles qui découlent directement du manuscrit modèle utilisé. On ne peut donc s’en tenir, pour le moment, qu’à des considérations somme toute assez approximatives.

34Toutefois, même après avoir établi l’édition critique du texte français de l’œuvre, il restera à déterminer si la langue de ces trois traductions est conditionnée par la lanque du modèle utilisé ou bien si elle est conforme à l’état de l’occitan / du catalan de l’époque. Or. une telle recherche ne peut se passer d’outils de comparaison, notamment d’une synthèse sur la langue occitane à la fin du Moyen Âge, qui pour l’heure n’existent pas.

35Il faudra enfin confronter ces trois traductions avec celles des professionnels qui, vers le milieu du xve siècle, traduisirent l’œuvre maîtresse de Bovet en castillan et en écossais, afin de comparer leurs techniques respectives. L’existence de ces 6 versions en 4 langues de L’Arbre des batailles est en effet l’occasion de compléter le panorama de la traduction entre langues vulgaires au Moyen Âge, nettement moins étudiée que la traduction à partir du latin.

Notes

1 COVILLE Alfred. 1941. La vie intellectuelle dans les domaines d’Anjou-Provence de 1380 à 1435. Paris. Droz. p. 213-318 : HANLY Michael. MILLET Hélène. 1996. « Les batailles d’Honorat Bovet. Essai de biographie. ». Romania, 114. p. 135-181.

2 NYS Ernest. 1883. L’Arbre des batailles d’Honoré Bonet, Bruxelles-Leipzig. C. Muquardt.

3 COOPLAND George William. 1923. « The Tree of Battles and some of ils sources ». Tijdschrift voor rechtsgeschiedenis. V. 2. Harlem. H.D. Tjeeak Willink en zoon. pp. 173-207 ; 1949, The Tree of battles, of Honoré Bonet. An English version with introduction [...] with a hitherto unpublished historical interpolation. Cambridge (Mass.). Harvard University Press - Liverpool, C. Tinling.

4 RICHTER Reinhilt. 1983. « La tradition manuscrite de L’Arbre des batailles par Honoré Bonet ». Studi provenzali e francesi, 82. (Romanica Vulgaria. Quaderni 6). pp. 129-141.

5 BIU Hélène. 2001. Prolégomènes à une édition critique de L’Arbre des batailles d’Honorat Bovet (mémoire pour le diplôme d’études approfondies de Langue française), dactyl., Université Paris IV-Sorbonne. t. III : Notices codicologiques, pp. 384-396.

6 BRIQUET Charles Moïse. 1907. Les filigranes. Dictionnaire historique des marques du papier dès leur apparition vers 1282 jusqu’en 1600, Paris. Picard & Fils. t. 3. p. 591

7 Briquet. 1907, t. 4, 663

8 Hanly, Millet. 1996. 143.

9 ALVAR Carlos. 1989. « Traducciones francesas en el siglo xv : el caso del Arbol de Batallas. de Honoré Bouvet », Miscellanea di studi in onore di Aurelio Roncaglia a cinquant’anni dalla sua laurea. Modène. Mucchi Editore. I. pp. 25-34.

10 Gilbert of the Haye’s Prose Manuscript (AD. 1456), 1, The Buke of the law of armys or Buke of bataillis, éd. STEVENSON John H., Edimbourg-Londres: Scottish Text Society, 1901.

11 A.D. des Pyrénées Atlantiques. E 392. fol. 2-26.

12 Hanly. Millet, 1996, 142.

13 Hanly. Millet, 1996, 144.

14 RIQUER Martí de. 1964, Història de la Literatura catalana, Barcelone, t. 2. p. 380.

15 RIQUER. 1964. t. 2. 420-422 : voir aussi RIQUER Marti de. 1960. « El Somnium de Honoré Bouvet (o Bonet) y Juan I de Aragon », AST. 32. pp. 229-235.

16 BnF fr. 1277, fol. 22v, 36v, 49v, 50v, 101v, 102, 109, 111v, 130, 134, 156v. 165, 167, 169v.

17 OMONT Henri. 1908-1913. Anciens inventaires et catalogues de la Bibliothèque Nationale, Paris, Ernest Leroux, t. 1. p. 248. n° 1704 : t. I p. 389, n° 2603 : t. 2, p. 357, n° 1893 ; t. 3. p. 51. n°943 : t. 4. p. 56. n° 78072.

18 Omont. 1908-1913. t. 1 p. 389. n° 2602 ; t. 2. p. 314, n° 1026 ; t. 3. p. 52. n° 977.

19 AVRIL François, ANIEL Jean-Pierre, MENTRÉ Mireille, SAULNIER Alix. ZALUSKA Yolanta. 1983. Manuscrits enluminés de la péninsule ibérique, Paris. Bibliothèque nationale, p. 172. n° 229.

20 BnF esp. 206. fol. 103v.

21 MARINIS Tamara de. 1947-1952. La Biblioteca napoletana dei re d’Aragona, Milan, t. 2. p. 35 : voir aussi MAZZATINII Giuseppe. 1897. La biblioteca dei re d’Aragona in Napoli. Rocca S. Casiciano. p. 135. n° 341. Cité par AVRIL, ANIEL, MENTRÉ, SAULNIER, ZALUSKA, 1983. 172. n° 229.

22 VILLANUEVA Y ASTENGO Jaime. 1803-1852. Viage literario a las iglesias de España, Madrid, vol. 18. pp. 234-239.

23 MOREL-FATIO Alfred. 1892. Catalogue des manuscrits espagnols et des manuscrits portugais, Paris. Bibliothèque Nationale, p. 35. n° 103.

24 Morel-Fatio. 1892. 35.

25 BARTSCH Karl. 1880. Chrestomathie provençale (Xe-XVe siècles). Elberfeld. 4R. L. Friderichs. col. 401-404.

26 BIU Hélène. 2000. La traduction occitane de l’Arbre des batailles d’Honorat Bovet (BnF fr. 1277). Édition critique et commentaire. (Thèse pour le dipl. d’archiviste paléographe), dactyl., t. 4. pp. 599-663.

27 BIU. 2000. t. 4. 663-664.

28 Alvar. 1989, 27. note 15 ; BASTARDAS Carme. 1980. « Notes sobre la versiò catalana de l’Arbre des batailles par Honoré Bovet ». Homenatge a Josep M. de Casacuberta. Estudis de lengua i literatura catalanes, Montserrat : Publicacions de l’Abadia de Montserrat, pp. 187-196 : CONTRERAS MARTIN Antonio M., 1994. « La didáctica de la guerra en los siglos xiv y xv : la traductión catalana del Arbre des batailles de Honoré Bouvet ». Actas del XV Congreso de Historia de la Corona de Aragón. El poder real en la Corona de Aragon (siglos xiv-xvi), Zaragosse. Gobierno de Aragon. Departamento de Educación. t. 2. vol. 2. pp. 141-157.

29 Bastardas. 1980.

30 BRUCKER Charles. 1997. « Pour une typologie des traductions en France au xive siècle ». dans Traduction et adaptation en France. Actes du colloque organisé par l’Université de Nancy II, 23-25 mars 1995, pp. 63-79, p. 65.

31 BIU. 2000, t. 1. 96-113 ; BIU Hélène, 2000. « La traduction occitane de L ‘Arbre des batailles d’Honorat Bovet. Édition et commentaire. », dans Positions des thèses soutenues par les élèves de la promotion de 2000. Paris. École des Chartes, pp. 25-31, spéc. pp. 29-30.

32 LAFONT Robert. 1965. « Remarques sur l’emploi de E introductif du verbe principal en ancien occitan ». dans Actes et mémoires du IIIe Congrès international de langue et littérature d’oc (Bordeaux, 3-8 septembre 1961), Bordeaux. Faculté des lettres et sciences humaines : Mâcon, Protat ; Rodez. Subervie, t. 1. p. 34-41. p. 41.

33 Lafont, 1965, 38.

34 Lafont, 1965, 39.

35 JENSEN Frede. 1994. Syntaxe de l’ancien occitan, Tubingue. Max Niemeyer verlag. (Beihefte zur zeitschrift für romanische Philologie, 257), p. 101, § 241.

36 BnF fr. 1270. fol. 61v et 98.

37 BIANCIOTTO Gabriel. 1979. « Langue conditionnée de traduction et modèles stylistiques au xve siècle ». dans Sémantique lexicale et Sémantique grammaticale en Moyen Français, Bruxelles, pp. 51-80 ; RYCHNER Jean. 1964. « Observations sur la traduction de Tite-Live par Pierre Bersuire (1354-1356) ». L’Humanisme médiéval dans les littératures romanes du xiie au xive siècle. Colloque organisé par le Centre de philologie et de littératures romanes de l’Université de Strasbourg du 29 janvier au 2 février 1962, éd. FOURRIER Anthime, Paris, Klincksieck, pp. 167-195, p. 167.

38 CHANDÈS Georges. 1996. « Adaptation médiévale et modèles de communication. L’exemple du roman d’antiquité ». Bien dire et bien aprandre n° 13 : Traduction, transposition, adaptation au Moyen Age. Villeneuve d’Ascq, Université de Lille III. Centre d’études médiévales et dialectales de Lille III. 22-24 sept. 1994, pp. 25-37. p. 27.

39 BRUNETTO LATINI, Llibre doit tresor : Versio catalana de Guillem de Copons. éd. WITTLIN Curt J., 1971. Barcelone, Barcino, vol. 1, p. 32.

40 Wittlin, 1971, 32

41 GASTON PHÉBUS, Livre de la chasse édité avec introduction, glossaire et reproduction des 87 miniatures du manuscrit 616 de la Bibliothèque nationale de Paris, éd. TILANDER Gunnar. 1971, Karlshamn, J. Boktryckeri, (Cynegetica. 18). pp. 44-45.

42 Le voyatge d’oultremer en Jherusalem de Nompar, seigneur de Caumont, éd. NOBLE Peter S., 1975. Oxford, Basil Blackwell (Study of mediaeval languages and literature - Medium aevum monographs new series VII). p. 198-202 ; extr. publ. par RICKARD Peter, 1976, Chrestomathie de la langue française au quinzième siècle, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 70-73 et pp. 303-305.

Auteur

Université Paris IV-Sorbonne

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540