Version classiqueVersion mobile

Nouvelle recherche en domaine occitan

 | 
Hervé Lieutard
, 
Marie-Jeanne Verny

Linguistica

L’occitan contemporain et l’expression verbo-temporelle du futur : la proximité de la langue d’oc avec le français, son opposition avec le catalan

Gérard Jean Barcelo

Texte intégral

  • 1 Ajoutons à ce propos que les langues romanes disposent d’un praesens pro futuro. Ronjat 1937. 213 (...)

1Le futur, on ne sait pas ce que c’est. De nombreuses langues n’ont pas de « tiroir »1 spécifique (pour reprendre le terme proposé par Damourette et Pichon) pour exprimer l’époque future ; même si on prend les langues indo-européennes, il est impossible de reconstituer un futur proto-indo-européen. Qui plus est, dans le cas du futur en français (et dans quelques autres langues romanes, nous le verrons), il convient d’observer que l’expression de l’avenir passe par une périphrase sous-jacente, qui était à l’origine modale. « je chanterai » (de « j’ai à chanter », « je dois chanter »). et une périphrase encore perçue comme telle, « je vais chanter », qui elle est d’origine aspectuelle. Nous n’avons pas la prétention de résoudre dans cette seule communication les problèmes que pose le futur, en particulier la question des rapports qui unissent temporalité, aspectualité et modalité en ce qui concerne cette époque, mais plus modestement nous essaierons de définir les grandes lignes du système occitan de l’expression verbo-temporelle du futur, dans le cadre des langues romanes, et surtout face aux deux langues considérées comme les plus proches de la langue d’oc : le français et le catalan.

I. Présentation générale

2Notre corpus repose sur quatre nouvelles et recueils de nouvelles (VERNET Florian. 2001, Ont ‘a passat ma planeta ? seguit de Suça-sang connexion, IEO ; RAP1N Cristian, 1986, Nòvas agenesas, IEO & EOE ; LAGARDA Pèire, 1992, Lo Mort de San ! Joan, IEO ; BARSÔTTI Glaudi. 1994. Un papier sensa importància, IEO) ; il faut y ajouter San Jòrgi Roc, pièce d’André Benedetto, parue dans la revue Auteurs en scène, n° 3, 1998, Montpellier, Les Presses du Languedoc ; les trois autres numéros, consacrés à Max Rouquette (n° 1. 1996), à Bernard Manciet (n° 2, 1997) et Jan dau Melhau (n° 4, 2001), nous ont été très utiles, car figurent à côté des textes occitans (de dialectes respectivement languedocien, gascon et limousin) des traductions françaises, dont certaines écrites par les auteurs eux-mêmes. De plus, nous avons pu, en observation directe, étudier quelques courriels en occitan. Signalons aussi la traduction languedocienne d’une chanson catalane de Lluis Llach, « L’Estaca ». Enfin, deux ouvrages sociolinguistiques contenant des corpus oraux nous ont été très utiles : il s’agit de JAGUENEAU Liliane, VALIÈRE Michel. 1976, L’occitan parlé à Lespignan (Hérault) : la langue des viticulteurs, Toulouse, Université de Toulouse II -Le Mirail, et de GONZALEZ Daniel. 1977. L ‘occitan parlat jos tèrra. -Los carbonièrs de Carmaus : tèxtes sul trabalh del cròs, Toulouse, Université de Toulouse II - Le Mirail.

3On considère d’ordinaire le futur occitan comme un temps grammatical, comme un tiroir formé à l’origine sur l’infinitif suivi du présent de habere. On sait qu’il était donc, à l’origine, une périphrase, et le fait est qu’il a été en ancien occitan senti comme tel, puisqu’on peut y relever la possibilité de disjoindre l’infinitif de l’auxiliaire sous-jacent : a cantar au lieu du moderne cantarà (Lafont 1967, 209). Ce phénomène n’est pas étranger à d’autres langues romanes, puisqu’il existait en castillan archaïque et que de nos jours le portugais intercale obligatoirement entre infinitif et terminaisons les pronoms personnels compléments (autrement dit. les clitiques) : cantâ-lo-ei « je le chanterai » (littéralement : « chanter-le-ai »).

  • 2 Il construit son futur sur devoir ainsi que sur une périphrase construite sur l’auxiliaire app’a ;(...)
  • 3 Le roumain possède trois tiroirs, tous analytiques. Le premier, littéraire, s’appuie sur des varia (...)

4Ce tiroir est bien attesté dans les langues romanes, mais il serait abusif de le qualifier de panroman : le sarde2, le roumain et le rhéto-roman3 ne le connaissent pas stricto sensu.

  • 4 Pour des raisons de commodité, il nous arrivera de recourir aux abréviations FS et FP, pour « futu (...)

5Au sujet du FS4, un fait particulier de syntaxe ne doit pas être passé sous silence : la présence du subjonctif au lieu du tiroir futur dans les subordonnées, en particulier les subordonnées temporelles. Les grammairiens attribuent cet emploi au gascon et à l’Ouest du domaine languedocien. Notre corpus le confirme, puisque nous n’en avons relevé aucune occurrence, sauf dans les textes de Bernard Manciet (en gascon) et dans les Nòvas agenesas, qui comme leur titre indique, relèvent du languedocien occidental. Outre les liens entre futur et subjonctif (que nous n’aborderons pas ici. car ils méritent un plus ample commentaire), on peut donner comme explication à cet emploi du subjonctif la proximité géographique de langues où il constitue la règle, c’est-à-dire les langues ibériques.

  • 5 J. Bouzet n’a pas adopté la graphie alibertienne.

6L’occitan gascon, en particulier le béarnais, possède une autre originalité, cette fois morphosyntaxique : un futur du passé, formé sur l’ancien plus-que-parfait latin. Bouzet 1975. 31 donne pour exemple : « E credès que bengoùri oey ? »5.

7Pour revenir au futur du présent, d’autres formes que le FS sont possibles, surtout pour exprimer un futur proche, dans le présent comme dans le passé, au point qu’on peut parler sans exagération de l’extrême richesse de l’expression verbo-temporelle du futur dans la langue occitane.

  • 6 Jensen 1986. 229 remarque qu’il arrive dès l’ancien occitan que la périphrase anar cantar soit l’é (...)

8Commençons par la plus curieuse : Alibèrt 1976, 323. et Vernet 2000. 184 signalent un futur dit immédiat formé sur le futur de anar suivi de l’infinitif. Le premier donne pour exemple : « l’anaràs perdre », et le second : « t’anaràs negar se te banhas ara. » Dans la mesure où ces formes sont absentes de notre corpus, nous avons pu croire qu’elles étaient rares, mais des occitanophones l’ont démenti. Si, hors co(n)texte, il nous est difficile de l’analyser avec toute la rigueur nécessaire, on peut cependant penser qu’il s’agirait d’un redoublement expressif du FS, l’auxiliaire n’ayant pas perdu complètement son signifié de verbe de mouvement, de même que, comme l’affirme Lafont 1967, 198, « anèt cantar redouble camtèt »6. On pourrait également se demander si ce futur dit immédiat ne s’est pas figé : en effet, les deux exemples que donnent les grammaires se ressemblent beaucoup. On y reconnaît la deuxième personne du singulier, et dans les deux cas il s’agit de prévenir d’un danger, que ce soit la perte d’un objet ou un risque de noyade. Cette forme n’apparaîtrait-elle donc que dans ce type de situation discursive ?

  • 7 Cette périphrase existerait dans certains dialectes et parlers régionaux de l’Est, ceux de Walloni (...)
  • 8 Cette forme était courante dans la langue classique : « il y a quelques petits dégoûts à essuyer a (...)
  • 9 Toutefois, il ne faut pas perdre de vue que « soi per far » a également un signifié modal. Ainsi. (...)
  • 10 C’est pour cette raison que nous donnons comme modèle vol plòure. On pourrait encore citer comme e (...)

9Plus fréquentes, du moins à la lecture de notre corpus, sont les formes : soi a mand de far ; vòl plòure, soi per far, ai de far (devi far), vau far. On remarque la richesse des moyens, même si l’on retrouve partiellement ces procédés dans d’autres langues romanes (par exemple fr. régional il veut pleuvoir7 , être pour8 ; cast. estar por, port, estar para, it. stare per ; sans compter les différentes traductions d’être sur le point de), mais on ne doit pas pour autant confondre effets de sens et véritables tiroirs : il convient en effet de prendre garde au signifié de base. Les périphrases comme soi a mand de far ou soi per far sont bien moins temporelles qu’aspectuelles9 : il s’agit de représenter le procès comme n’ayant pas encore commencé. De son côté, si l’on en croit la tradition grammaticale, le semi-auxiliaire voler ne semble pas pouvoir être dissocié de contextes météorologiques10. Toutefois, dans le corpus oral de Gonzalez 1977, 90, nous avons pu observer : « E se jamai lo carbon vòl tombar », et cette périphrase semble d’autre part prendre des caractéristiques plus nettement temporelles dans une autre occurrence de notre corpus : « Lo [lo diable] vòle mestrejar se me vos ajudar per un repentitge verai », que l’auteur, Max Rouquette. dans La pastoral a dels volurs (1957). traduit par « Je le gagnerai si tu veux m’y aider par un vrai repentir » (Auteurs en scène, n° l, 106-107). La traduction de la périphrase vòle mestrejar par « je gagnerai » se limite-t-elle au souci esthétique et stylistique d’éviter en français une répétition (on sait combien cette langue a la réputation d’en être une ennemie farouche) ? Il paraît cependant difficile, si l’on s’attache seulement au texte occitan, de conditionner une volonté à une autre volonté sans que la première en soit très affaiblie. Par conséquent, le sens de vòle semble ici atténué, au point que l’on serait tenté d’y voir une grammaticalisation. Mais l’exemple est trop isolé pour qu’on puisse parler de la constitution d’un véritable tiroir du futur, comme en roumain, par exemple. Il est en tout cas évident que la volonté porte son objet sur l’avenir.

  • 11 Dans le cas de l’occitan, c’est dès l’époque médiévale que dever + infinitif sert de substitut au (...)
  • 12 Cf. BIANCARELLI Marcu, 2001, San Ghjuvanni in Patmos. Ajaccio, Albiana.
  • 13 Voir aussi Fleischman 1982. 131. qui résume dans un tableau les diverses possibilités d’expression (...)

10Quant à lui, ai de (et devi, qui cependant indique aussi, de même qu’en français la probabilité) exprime avant tout l’obligation et la nécessité ; c’est donc une périphrase à signifié modal, mais qui elle aussi a un lien avec l’avenir, puisque l’obligation et la nécessité portent sur des procès qui ne sont pas encore réalisés. Dans notre corpus, nous avons pu relever ces exemples : « Restarai pas longtèmps, Danièla. que o sabes qu’ai de partir deman » (Un papier sensa importància, 12). et « [...] n’ai de besonh per aquesta venda que devi signar totara » (ibid., 13). La traduction française (« je dois partir demain », « je dois signer tout à l’heure ») montre que dans cette langue comme en occitan les effets de sens produits par devoir aboutissent à l’expression d’un futur, ce qui explique l’emploi de ce verbe lorsque des contraintes morphosyntaxiques empêchent l’utilisation du FS dans des formulations comme « je ne crois pas qu’il doive faire » ou « devant faire »11 . Le lien entre obligation et nécessité, d’une part, et époque future, d’autre part, explique que dans d’autres langues et dialectes romans ce sens peut s’atténuer au point qu’il y ait constitution d’un véritable tiroir du futur : ainsi, en corse, aghju da fà qui correspond morphologiquement au ai de far occitan et qui donc peut se rendre en français par « je dois faire », peut également jouer le rôle d’un équivalent à « je vais faire », comme le montrent, par exemple, les traductions de nouvelles de Marcu Biancarelli12. Bien sûr, il faut remarquer que c’est l’évolution qu’a suivie le futur simple lui-même, et dont témoigne le sarde avec ses deux auxiliaires. Notons à ce propos que le castillan he de hacer en vient lui aussi à exprimer quelquefois (aux premières personnes du singulier et du pluriel) l’époque future, et encore davantage le portugais hei-de fazer (Allières 2001, 97)13.

  • 14 « Une variante intéressante [du présent de narration] est la périphrase « anar au présent + infini (...)
  • 15 Nous rappelons que Jules Ronjat suivait la graphie mistralienne.

11La périphrase van far est plus complexe à analyser, en raison de sa polysémie. Si on laisse de côté les cas où van n’est pas grammaticalisé et garde donc pleinement son sens de verbe de mouvement, l’infinitif s’interprétant alors comme un infinitif de but, il s’agit au départ d’une périphrase aspectuelle, de sens inchoatif, plutôt que d’un tiroir du futur (cf. Vernet 2000). En occitan s’ajoute le fait que la périphrase pourrait exprimer le passé. En effet, selon Jensen 1986, 229, en ancien occitan, elle exprime un futur très proche à valeur inchoative et constitue en même temps un équivalent rare du prétérit. Si l’on en croit Sauzet-Ubaud 1995, 3014 elle conserve encore aujourd’hui ce sens, mais Vau far est-il vraiment un véritable futur périphrastique en occitan ? En effet, la périphrase, telle que l’analyse Alibert 1976, 323, est considérée comme synonyme d" « être sur le point de ». Si Ronjat 1937, 212 traduit vau conta15 par « je vais chanter » et précise qu’il s’agit dans les deux langues d’un futur rapproché, le commentaire de Lafont 1967. 198 :

L’oc. ne paraît pas lui [à la périphrase devenue « futur prochain » et inchoatif] avoir fait le même sort que le fr. L’a. occ. ne présente que des cas peu probants par suite d’un souvenir de représentation locative [...] Ce qui a certainement interdit cette généralisation, c’est certainement la valeur de passé de va cantar, qui s’est répandue au point que le cat. par exemple ne peut plus utiliser comme outil d’ouverture du futur que va a cantar.

12souligne que français et occitan sont dissemblables sur ce point, tout en reconnaissant plus bas que « les exemples récents montrent cependant un certain usage de la périphrase. »

13Ces remarques nous conduisent dans un premier temps à vérifier dans notre corpus ce qu’il en est de la périphrase vau far dans la langue actuelle face au FS. et cela par contraste avec le français. Dans un second temps, il faudra prendre en considération une comparaison avec le catalan, en se demandant quelle direction a prise dans chacune des langues la périphrase qu’elles ont en commun depuis l’origine.

II. La périphrase vau far en occitan contemporain : la constitution récente d’un concurrent au futur simple

14Un seul ouvrage de notre corpus paraît refléter une très faible extension de vau far comme FP : il s’agit de Lo Mòrt de Sant Joan. On y trouve en effet 5 FP seulement, contre 41 FS. Il faut cependant observer que ce roman policier comporte de nombreux dialogues écrits en catalan (nous verrons plus loin les caractéristiques de cette langue quant à l’expression du futur). Dans les autres textes, y compris les courriels, et à la différence de ce que dit Lafont 1967. 198. et de ce que sous-entend l’analyse diachronique de Fleischman 1982. 83. on n’observe pas de différences entre français et occitan en ce qui concerne les emplois du futur périphrastique et du futur simple. Qui plus est, si l’on oppose San Jòrgi Ròc avec les autres nouvelles, on semble même trouver une confirmation de l’extension du futur périphrastique dans la langue de la conversation, puisque dans le texte d’André Benedetto. qui est pour l’essentiel un dialogue (il s’agit d’une pièce de théâtre), on trouve 28 occurrences de FP contre 3 seulement de FS. alors que dans les nouvelles et romans, la proportion s’inverse : 33 contre 125 (Un papier sensa importància), 68 contre 198 (Ont’a passat ma planeta ? et Suça-sang connexion) et 30 contre 72 (Nòvas agenesas). Toutefois, l’examen des deux corpus oraux que nous avons utilisés montre lui aussi une prédominance du FS : 14 contre 3 dans Jagueneau-Valière 1976 et 17 contre 4 dans Gonzalez 1977. L’extension du FP dans la conversation est-elle moindre en occitan qu’en français ? Si la réponse était oui. ce serait un indice du caractère récent de l’acquisition d’un second tiroir du futur en langue d’oc. Mais pour y répondre avec certitude, un corpus plus large serait nécessaire. Toujours est-il que si nous avons relevé grosso modo une proportion d’un tiers de FP contre deux tiers de FS, ces chiffres ne sont pas étrangers au français (Wilmet 1997. 381).

15Parallèlement, on constate l’élimination de vau far comme équivalent du prétérit en occitan. S’il n’est pas exclu que cet emploi soit encore attesté dans certains parlers gascons, en particulier béarnais (Fleischman 1982, 83), nous n’en avons relevé aucune occurrence dans notre corpus. On peut donc à bon droit qualifier cet emploi d’« archaïque » (Vernet 2000, 78), et il est permis de supposer que l’apparition d’un FP ait pu être en corrélation avec la disparition de vau far en tant que prétérit.

16Nous avons relevé dans notre corpus des occurrences de futurs périphrastiques dans le texte occitan, traduits par des futurs simples dans le texte français, et vice-versa. C’est sans doute le reflet de l’évolution du futur périphrastique, devenu, dans certains emplois au moins, l’équivalent du futur simple, l’écart entre les deux formes n’étant plus que stylistique. Remarquons que dans les trois exemples qui suivent l’auteur et le traducteur sont la même personne. Nous citons chaque fois d’abord le texte original, puis sa traduction.

17a. Bernard Manciet Roncesvals (1997) (Auteurs en scène, n° 2, 77)

quan passis tu a Iruña
la Pampeluna santa deus cent còrns de taur
la desconsolis pas
ventena de Bisa qu’a sas murras esparejadas
de ta lutz de Mieijom se van arrebastir d’eras avant
lorsque tu passeras à Irufia
la Pampelune sainte aux cent cornes de taureau
ne la console pas
tempête du nord a dispersé ses murailles
de ta lumière du midi elles se rebâtiront d’elles-mêmes

18b. Max Rouquette Lapastorala dels volurs (1957) (Auteurs en scène, n° 1, 83)

PUJARNISCLE : Dintrar en el. Agachar de cara son pecat. Ne reconóis-
ser la negror. Prene consciència que s’es daissat menar per la votz dau
Mau. per los conselhs terribles de l’infern. Lo diable te trèva. Calista. e
vai èstre quicom coma estafadís.
Rentrer en lui-même. Regarder de face à face son péché. En mesurer
l’horreur. Prendre conscience qu’il a obéi aux voix du mal. aux conseils
épouvantables de l’enfer. Le diable est en toi. Caliste. et ce sera un dur
combat.

19c. Bernard Manciet L’Enterrament a Sabres (1996) (Auteurs en scène. n° 2, 122)

Nous avons tous ici en avons besoin et si vous continuez
on ne vous croira plus — faites luire —
le monde est un pain rond qui a besoin d’un pain de lumière
Tots ací tant coin èm que n’am dau e si hètz
atau vos vam pas mèi créder - hètz véder aquò...
lo mon qu’es un pan ardon dont a hami de pan lusent

20Le troisième exemple est particulièrement intéressant. En effet, en ce qui concerne le français, le FP à la forme négative est beaucoup plus rare que le FS. aussi bien dans la langue parlée (cf. Jeanjean 1988, 253) que dans la langue littéraire (cf. Sundell 1991, 98). Le gascon irait-il plus loin que le français dans l’extension du FP ? Toujours est-il que le contraste montre que les deux formes, en français comme en occitan, finissent par être équivalentes. Peut-être y a-t-il entre ces deux tiroirs une différence de nature, qui serait peut-être aspectuelle : Novakova 2001 soutient en effet que le FP serait d’aspect prospectif, le procès étant vu comme un processus qui part du présent de l’énonciation en direction de l’avenir, alors que le FS serait lui d’aspect global, le procès étant vu comme un événement coupé du ME (moment de renonciation) dont on envisage le début et la fin. Il est cependant permis de douter de cette hypothèse, car, comme Novakova 2001 le reconnaît elle-même sans pour autant intégrer ce fait à son analyse, les deux tiroirs peuvent l’un et l’autre exprimer un aspect inaccompli. Or, admettre qu’un tiroir peut être de deux aspects à la fois, n’est-ce pas en fin de compte dire qu’il n’a pas de signifié aspectuel propre ? Qui plus est, le FP dans les deux langues peut parfaitement être global. En effet, en ce qui concerne le français, nous avons souvent remarqué, par exemple au cours de conversations familiales, des occurrences de Quand + FP : or, la conjonction permet de définir les contours d’un événement ; elle paraît donc inviter à une lecture globale du procès, ou plus exactement n’être pas incompatible avec cette lecture. Qui plus est, on se demande dans cet emploi quel peut être le lien du FP avec le ME. Dans ces conditions, pourquoi ne pas dire que le FP peut tout à fait être d’aspect global ? En occitan, la même question se pose qu’en français. Vernet 2000, 74 suggère que FP et FS sont synonymes dans Quand vas arribar (arribaràs), partirai. Cependant, force est de constater, dans notre corpus occitan, qu’une seule occurrence de Quand + FP apparaît dans Un papier sensa importància : « De qué dirá lo pichòt quora o va aprene ? » (p. 27).

21Les remarques de Lafont 1967 et Fleischman 1982 (cf. supra) suggèrent que le rythme de la grammaticalisation du FP a dû être différent en français et en langue d’oc, ce que confirme Buridant 2000, 213 :

L’ancien français ignore la périphrase aller + infinitif signifiant au dé-
part le futur proche, devenue la forme normale du futur en français parlé
du moins, tendant à remplacer le futur synthétique en un véritable cycle,
mais il connaît, comme d’autres langues romanes, des procédés équivalents, comme l’emploi d’adverbes de temps :
Renart le savra tout a tans (RenartR. I. 2848)
(Renard va l’apprendre sans tarder)

22puisque la langue d’oïl médiévale ignorait le futur proche, à la différence de l’ancien occitan, mais cela n’empêche pas de reconnaître, à la lecture de ce commentaire de Buridant 2000, que les deux langues ont suivi la même évolution. Si l’on considère toutes les données, on peut donc supposer que l’occitan a véritablement acquis un second tiroir du futur, à une date assez récente, sans doute au vingtième siècle, et cela aux dépens de la valeur de prétérit. Un indice de ce caractère récent se trouve peut-être dans le corpus de Gonzalez 1977, 119 : « Anatz vos’n, farem petar ». Dans le contexte d’un avertissement signalant l’imminence d’une explosion, en français le futur périphrastique paraît plus naturel : « nous allons faire péter ». Une page plus loin, c’est le FP qui apparaît dans la transcription occitane : « Bon. E ben a tala ora, anam far petar ». On peut donc supposer que dans l’état de langue auquel correspond ce corpus le FP vient d’apparaître comme concurrent du FS.

  • 16 Elle cite ANDERSON E. W., 1979. « The Development of the Romance future Tense : Morphologization I (...)
  • 17 LIMA Emma Eberlein O.F., IUNES Samira A. 1987 (11981 ). Falando... lendo... escrevendo... Portuguê (...)

23Pour expliquer l’apparition d’un second tiroir du futur, il est possible que la situation de bilinguisme et le recul de la langue d’oc face au français aient pu influencer les locuteurs, au point que la périphrase occitane se soit conformée à la périphrase française. Mais il convient de remarquer d’un autre côté que cette même évolution n’est pas étrangère à d’autres langues romanes, le castillan et le portugais, sans que l’on puisse soupçonner une quelconque influence française. Dans toutes ces langues, on comprend sans difficulté que la périphrase, à l’origine spatiale, ait pu devenir aspectuelle. et qu’en raison des liens entre l’entrée dans le procès et l’avenir vu subjectivement comme époque à atteindre par le locuteur, elle ait abouti à la constitution d’un tiroir, qui peut concurrencer et même menacer de supplanter le FS. A ce sujet, Fleis-chman 1982. 85-86 signale16 que dans des variétés familières de castillan d’Amérique centrale serait en train de se constituer une forme synthétique du FP (yo vadormir pour voy a dormir) et nous avons constaté nous-même qu’en portugais du Brésil le FS a quelques soucis à se faire. Ainsi, dans un manuel de langue17, donc destiné à transmettre la norme à des apprenants étrangers, nous avons relevé « islo nunca vai ser possi-vel ». qu’en français on ne peut traduire autrement que par « ce ne sera jamais possible ».

24En résumé, l’occitan ne calque pas forcément le français : ce renouvellement de l’expression verbo-temporelle du futur est commun à d’autres langues romanes. Il s’explique peut-être par la nécessité ou la volonté de réancrer l’époque future dans le moment de l’énonciation. puisque l’auxiliaire du FP est au présent de l’indicatif, alors que les terminaisons du FS ne sont plus perçues comme présentes.

III. L’occitan face au catalan

25Français et occitan sont donc extrêmement proches quant à l’existence du futur périphrastique. Qu’en est-il en de l’occitan et du catalan ? On les considère traditionnellement comme deux langues jumelles, au point que l’on a proposé de les regrouper dans une même unité linguistique, comme le rappelle Allières 2001. 214. Or. il y a au moins un point sur lequel on peut clairement distinguer le catalan et l’occitan : le catalan vaig fer a de fait supplanté le prétérit hérité du parfait latin, au point que pour exprimer une tension vers l’avenir, la périphrase a dû recourir à la préposition a : vaig a fer.

26Contrairement au vau far de l’occitan, qui est devenu un véritable futur périphrastique, vaig a fer semble être resté, nous allons le voir, dans ses emplois non spatiaux, une périphrase aspectuelle. symétrique d’acabo de fer (« je viens de faire »).

  • 18 ROSQUELLAS I GILL Joan. 1998. Catalans a la Romana, Barcelona. Editorial Millà.

27D’emblée, il faut en souligner la rareté. Ainsi, dans une pièce catalane. Catalans a la romana, de Joan Rosquellas i Gill18, nous n’en avons relevé aucune occurrence, ce qui contraste fortement avec les œuvres dramatiques occitanes de notre corpus, et, pour donner un exemple moins littéraire, dans la correspondance de plus de trente ans (de 1940 à 1975) de deux poètes catalans. Rosa Leveroni et Josep Palau i Fabre, on ne relève qu’une seule apparition de cette forme, dont par ailleurs le sens est. dans ce cas précis, aspectuel. puisqu’il s’agit d’un futur immédiat :

  • 19 LEVERONI. Rosa. et PALAU I FABRE, Josep. 1998. Epistolari, Barcelona. Publicacions de l’Abadia de (...)

Vaig a donar-li una notícia que potser encara no sap — potser sí. corren tant les coses a casa nostra ! —. ja en tenim un més a la colla dels bons : en Ferran Soldevila ha arribat fa pocs dies a Barcelona. (Rosa Leveroni à Josep Palau i Fabre. 15/09/1943)19

28Cette périphrase, avec anar à l’imparfait, semble plus fréquente pour exprimer un futur du passé (nous avons en effet trouvé, au bout de huit mois de lecture, deux occurrences d’anava a fer dans le journal Vilaweb sur internet, alors que nous n’en avons relevé aucune pour vaig a fer) ; et encore faut-il rester prudent, car on n’en relève pas dans le quotidien bilingue El periòdico du 10 février 2002. De plus, la norme rejette cette périphrase, comme le prouve la condamnation par les grammaires (Lòpez del Castillo 1999, 124). On pourrait donc dire que le catalan manifeste, du moins dans la langue écrite, une préférence marquée pour le futur simple.

  • 20 DORANDEU Joan. PRUDON Monteserrat Moral de. 1979. El catalán sin esfuerzo de acuerdo con las norma (...)

29Remarquons au passage que le FS catalan est peut-être moins modal que celui de l’occitan. La langue d’oc connaît un futur conjectural : nous en avons trouvé un exemple dans notre corpus : « ”Ara será en sosten o en braïetas ”, se diguèt Felip. » (Nòvas agenesas, p. 78). En catalan, en revanche, la probabilité est plutôt exprimée à l’aide du présent de deure (mais on observera que ce semi-auxiliaire est pleinement attesté en langue occitane, comme le montrent des occurrences, notamment dans les Nôvas agenesas). si l’on en croit la grammaire (Lôpez del Castillo 1999. 121), et surtout (fions-nous d’abord aux faits !) la méthode Assimil El catalán sin esfuerzo, qui met en contraste catalan et castillan20, et où n’apparaît, face à ceux de l’espagnol, aucun exemple de futur conjectural dans l’autre langue ibérique.

30Cette préférence marquée du catalan pour le FS, nous pouvons l’illustrer par un exemple contrastif. Nous avons trouvé sur le site internet de l’académie de Montpellier21 un exemple qui montre clairement qu’occitan et catalan ne sont pas du tout jumeaux quant au FP. Il s’agit d’une chanson de Lluís Llach, « L’Estaca ». dont figure d’abord la version originale catalane, et ensuite une traduction occitane (languedocienne, pour être plus précis). Les quatre premiers vers du refrain :

Si estirem tots. ella courà)
i molt de temps no pot durar.
segur que tomba, tomba, tomba
ben corcada deu ser ja

31sont traduits en langue d’oc de la manière suivante :

Se tiram totes. vai tombar
gaire de temps pòt pas durar
segur que tomba, tomba, tomba
plan clinada es adejà.

  • 22 SAGRISTÀ I ARTIGAS Marc. 2000. Diccionari Català-Castellà -Diccionario Castellano-Catalán, Barcelo (...)

32La rareté de vaig a fer est manifeste, mais, pour que l’analyse soit plus fine, peut-être faudrait-il distinguer entre semi-auxiliaire et véritable auxiliaire de temps. La périphrase semble davantage aspectuelle que temporelle dans une langue comme le catalan, puisqu’elle ne paraît exprimer que l’entrée dans le procès. Lôpez del Castillo 1999. 124 dit qu’il s’agit d’une « perífrasi de futur immediat ». et un dictionnaire castillan-catalan22 propose les traductions suivantes : « ir a [seguido de infinitivo] [indicando el futuro] [se traduce en futuro] Voy a escribir un libro, escriuré un llibre ; [estar a punto de] anar a. Voy a comer ahora mismo, vaig a dinar ara mateix. »

  • 23 CASTELLANOS Caries. LENOIR Françoise. 2000, Diccionari de paranys de traducciò francés-català, Bar (...)

33C’est donc une périphrase inchoative, mais même dans cet emploi, condamné par les grammaires, rappelons-le. elle est nettement concurrencée par le futur simple, éventuellement accompagné de l’adverbe ara. Par exemple, dans un dictionnaire franco-catalan des faux amis23, nous lisons, en guise de traduction de « nous allons dîner » : « ara soparem ».

34Les deux langues, occitan et catalan, ont donc pris des directions opposées. Comment expliquer ces divergences ? Peut-être qu’il fallait choisir, car comment exprimer à la fois le futur et le passé ? Il faut remarquer la proximité morphologique originelle de vaig fer et de vaig a fer, d’autant plus que la préposition ne fait initialement que préciser la valeur finale de l’infinitif. On pourrait par conséquent parler d’une synonymie fonctionnelle originelle des deux formes ; notons à titre de comparaison qu’en rhéto-roman le futur s’exprime à l’aide d’un auxiliaire suivi ou non de la préposition a : jau vegn ou jau vegn a. De fait, on relève des risques de confusion phonétique entre vaig fer et vaig a fer (Fleischman 1982. 83 ; López del Castillo 1999, 124), et ce sont sans doute ces risques qui expliquent la condamnation par la norme. Cependant, la confusion peut être évitée par la réfection partielle des formes de l’auxiliaire lorsqu’elles permettent de construire le prétérit périphrastique. A la personne 4 et 5, on ne trouve plus anem et aneu, formes réservées au verbe, mais vam et vau, réservées elles à l’auxiliaire, et aux personnes 2, 4, 5 et 6, on trouve des variantes analogiques : vàres, vàrem, vàreu et vàren.

35Cependant, pour se faire une idée plus précise de la présence ou de l’absence de vaig a fer, peut-être faudrait-il également prêter attention aux dialectes du catalan où le prétérit simple (pretèrit perfet) est encore vivant. A la lecture d’articles d’un journal baléare, sur internet, Diari de Balears24, on remarque que prédominent les prétérits simples, puisqu’on en compte 27 contre 4. A l’inverse, à la même date, le 27 mars 2002, dans le journal catalan Avui25 le prétérit périphrastique règne sans partage : aucune occurrence de prétérit simple n’est relevée. Une question se pose alors : quand vaig fer n’a pas complètement supplanté le prétérit simple, et que par conséquent le risque de confusion phonétique est plus faible, vaig a fer est-il plus fréquent ? Pourtant, aucune occurrence de cette forme n’apparaît dans le journal publié aux Baléares. La norme paraissant déconseiller l’emploi aspectuel de vaig a fer, est-ce l’effet d’une hypercorrection ? On pourrait penser qu’il s’agit de català normalitzat plutôt que de mallorqui, puisqu’on remarque l’absence de l’article défini baléare es, sa : cependant, dans la phrase « el president ha pres una decisió que acceptam », on reconnaît dans acceptant « nous acceptons » une forme majorquine : en catalan central et standard, on aurait acceptem.

36Une dernière question se pose : sachant que les catalanophones d’Espagne sont tous bilingues, quelle pourrait être l’influence du castillan, qui lui a un FP. voy a hacer ? Mais, en l’absence d’une enquête très précise, rien n’empêche de considérer qu’à l’inverse ce soit le catalan qui influence le castillan.

Conclusion

37L’occitan ne manque pas de moyens verbo-temporels (qui ne sont pas pour autant tous des tiroirs) pour exprimer le futur. Certains d’entre eux apparaissent également dans d’autres langues romanes, et peuvent donc être envisagés selon une perspective englobant cette famille linguistique. D’autres mériteraient une analyse plus approfondie, que l’espace de cette communication n’a pas permise. Nous pensons en particulier à des tonnes comme l’anaràs pèrdre. Dans la langue d’aujourd’hui, la langue d’oc semble très proche du français en ce qu’elle a deux paradigmes flexionnels spécifiques, c’est-à-dire un futur simple et un futur périphrastique. le second paraissant empiéter sur le premier. Cette proximité est peut-être due à la situation de bilinguisme des locuteurs de l’occitan en France, mais elle peut également s’expliquer par un mouvement général, dans les langues romanes de l’Ouest de l’Europe, de renouvellement de l’expression verbo-temporelle du futur. Ce mouvement général illustre sans doute une tendance des langues à renouveler l’expression linguistique de l’époque à venir, tendance qui mériterait une étude elle aussi plus approfondie.

38La comparaison avec le catalan, dont la périphrase vaig a fer, outre bien entendu son sens spatial, semble restée aspectuelle, alors que vaig fer est la forme de prétérit la plus courante, montre que les deux langues ont divergé, l’une réservant à la périphrase qu’elles avaient en commun l’expression de l’avenir, l’autre celle du passé. La faible extension de vaig a fer est peut-être due à la trop grande proximité morphologique avec vaig fer, même si le paradigme a subi quelques réfections. Si l’on observe la situation actuelle, on peut considérer que, chacun de son côté, l’occitan et le catalan paraissent avoir voulu désambiguïser la périphrase.

39Pour confirmer ces résultats, une enquête de terrain paraît nécessaire. Il serait particulièrement intéressant d’étudier ce qu’il en est de la périphrase dans une zone de contact de l’occitan (gascon) et du catalan, c’est-à-dire le Val d’Aran.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES26

ALIBÈRT Lois, 1976. Gramatica occitana. Montpelhièr. (1Societat d’estudis occitans. 1935), 2Centre d’Estudis Occitans.

ALLIÈRES Jacques. 2001. Manuel de linguistique romane. Paris. Honoré Champion.

BOUZET Jean, 1975, Manuel de grammaire béarnaise. Dttsau edicioû especiale ta las escoles. Pau (11928), Edicioûs de l’Escole Gastoû Febus.

BURIDANT Claude, 2000, Grammaire nouvelle de l’ancien français. Paris, SEDES.

FLEISCHMAN Suzanne. 1982. The Future in thought and language, Cambridge. Cambridge University Press.

IMBS Paul, 1960. L’Emploi des temps en français moderne. Paris, Klincksieck.

JEANJEAN Colette, 1988, « Le futur simple et le futur périphrastique en français parlé. Etude distributionnelle » in BLANCHE-BENVENISTE Claire (éd.). Grammaire et Histoire de la grammaire. Hommage à la mémoire de J. Stéfanini, p. 235-257.

JF.NSEN Frede, 1986. The Syntax of Medieval Occitan. Tübingen, Max Niemeyer.

LAFONT Robert, 1967. La Phrase occitane. Essai d’analyse systématique. Paris. Presses Universitaires de France.

LLÓPEZ DEL CASTILLO Lluís. 1999, Gramàtica del calalà actual. Sintaxi i morfologia. Barcelona, Edicions 62.

MISTRAL Frédéric. 1932, Lou Tresor dóu felibrige ou Dictionnaire Provençal-Français (1Champion, 1878-1887), I, Paris, 2Delagrave.

NOVAKOVA Iva. Sémantique du futur. Étude comparée français-bulgare, Paris. L’Harmattan.

RONJAT Jules, 1937, Grammaire istorique (sic) des parlers provençaux modernes, III, Montpellier. Société des Langues Romanes.

SAUZET Patrick. UBAUD Josiane, 1995. Le Verbe occitan. Lo Vèrb occitan, Aix-en-Provence, Edisud.

SUNDELE Lars-Göran, 1991, Le temps futur en français moderne. Uppsala, Acta Universitatis Upsaliensis.

VERNET Florian, 2000, Dictionnaire grammatical de l’occitan moderne selon les parlers languedociens. Montpelhièr, Centre d’Estudis Occitans.

WILMET Marc. 1997. Grammaire critique du français, Paris, Duculot.

Notes

1 Ajoutons à ce propos que les langues romanes disposent d’un praesens pro futuro. Ronjat 1937. 213 en signale un très intéressant en occitan, puisqu’il combine présent de l’indicatif et adverbe puei (« puis ») : minjou puei deman « je mangerai demain ». Ce sont des formes caractéristiques des vallées occitanes d’Italie, dues à l’influence du piémontais.

2 Il construit son futur sur devoir ainsi que sur une périphrase construite sur l’auxiliaire app’a ; mais on pourrait considérer que cette dernière est une variante analytique de cantare habeo. Même si l’on adopte cette interprétation, il faut remarquer que cette langue n’a pas développé de futur « simple ». c’est-à-dire synthétique.

3 Le roumain possède trois tiroirs, tous analytiques. Le premier, littéraire, s’appuie sur des variantes de vouloir, pris comme auxiliaire : voi face « je ferai ». La langue parlée utilise soit un morphème o suivi du subjonctif, soit le présent de l’indicatif de avoir suivi lui aussi du subjonctif. Quant au rhéto-roman. il utilise venir comme auxiliaire.

4 Pour des raisons de commodité, il nous arrivera de recourir aux abréviations FS et FP, pour « futur simple » et « futur périphrastique ».

5 J. Bouzet n’a pas adopté la graphie alibertienne.

6 Jensen 1986. 229 remarque qu’il arrive dès l’ancien occitan que la périphrase anar cantar soit l’équivalente du verbe simple.

7 Cette périphrase existerait dans certains dialectes et parlers régionaux de l’Est, ceux de Wallonie, de Lorraine, de Bourgogne et du Lyonnais, selon Imbs 1960. 57.

8 Cette forme était courante dans la langue classique : « il y a quelques petits dégoûts à essuyer avec un tel époux, mais cela n’est pas pour durer » (MOLIERE, L’Avare, III. 4).

9 Toutefois, il ne faut pas perdre de vue que « soi per far » a également un signifié modal. Ainsi. Ronjat 1937. 213 cite « de que siau pèr faire ? ». qu’il traduit par « que devons-nous, que nous faut-il faire maintenant ? ». et Mistral 1932. 1032, donne de son côté les exemples de « de qu’ère pèr faire ? » et de « quand siguè pèr parti », qu’il rend par « que pouvais-je faire ? » et « lorsqu’il fallut partir ». Le signifié aspectuel est en fait indissociable du signifié modal, puisque l’obligation implique une tension vers l’avenir.

10 C’est pour cette raison que nous donnons comme modèle vol plòure. On pourrait encore citer comme exemple-type : lo temps vòl virar (Alibèrt 1976, 323).

11 Dans le cas de l’occitan, c’est dès l’époque médiévale que dever + infinitif sert de substitut au tiroir futur quand la grammaire en exclut la présence, comme le relève Jensen 1986, 229-230.

12 Cf. BIANCARELLI Marcu, 2001, San Ghjuvanni in Patmos. Ajaccio, Albiana.

13 Voir aussi Fleischman 1982. 131. qui résume dans un tableau les diverses possibilités d’expression de l’époque future dans les langues romanes.

14 « Une variante intéressante [du présent de narration] est la périphrase « anar au présent + infinitif ». qui peut remplacer le prétérit dans le récit pour produire un effet de vivacité. »

15 Nous rappelons que Jules Ronjat suivait la graphie mistralienne.

16 Elle cite ANDERSON E. W., 1979. « The Development of the Romance future Tense : Morphologization II and a Tendency Toward Analyticity ». Papers in Romance I. p. 21-35.

17 LIMA Emma Eberlein O.F., IUNES Samira A. 1987 (11981 ). Falando... lendo... escrevendo... Português. Um curso para estrangeiros, São Paolo. 2E.P.U. p.l29.

18 ROSQUELLAS I GILL Joan. 1998. Catalans a la Romana, Barcelona. Editorial Millà.

19 LEVERONI. Rosa. et PALAU I FABRE, Josep. 1998. Epistolari, Barcelona. Publicacions de l’Abadia de Montserrat.

20 DORANDEU Joan. PRUDON Monteserrat Moral de. 1979. El catalán sin esfuerzo de acuerdo con las normas gramaticales del Institut d’Estudis Catalans. Chennevières-sur-Mame. Assimil.

21 http://www.acmontpellier.fr/Pedagogie/Disciplines/occitan/ressorsas.

22 SAGRISTÀ I ARTIGAS Marc. 2000. Diccionari Català-Castellà -Diccionario Castellano-Catalán, Barcelona. Enciclopèdia catalana. p. 416

23 CASTELLANOS Caries. LENOIR Françoise. 2000, Diccionari de paranys de traducciò francés-català, Barcelona, Enciclopèdia catalana. p. 44.

24 http://www.diaridebalears.com.

25 http://wwvv.avui.com.

26 Ne comprenant pas le corpus, pour lequel nous renvoyons au texte de notre communication.

Auteur

Université Paul Valéry - Montpellier III

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search