Version classiqueVersion mobile

Nouvelle recherche en domaine occitan

 | 
Hervé Lieutard
, 
Marie-Jeanne Verny

Sociolinguistica

Quelle place pour l’occitan dans l’Education Nationale aujourd’hui ?

Yan Lespoux

Texte intégral

1Il est bien difficile de répondre à la question que pose le titre de cette communication, mais elle peut au moins nous permettre de brosser un rapide tableau de la situation de renseignement de l’occitan dans les premier et second degrés.

2C’est à travers l’étude rapide des textes officiels dont relève cet enseignement, puis de quelques exemples particulièrement parlants de la situation sur le terrain, que nous pourrons faire le point sur cette situation et montrer le décalage existant entre la parole et les prérogatives de l’administration et leur application dans les établissements scolaires.

  • 1 GROSCLAUDE David. 2001. « On ei passada la lei Deixonne ? ». La Setmana, 333.

3Bien qu’elle ait connu maintes modifications depuis sa création et que le Code de l’Education, publié au J.O. du 15 juin 2000 l’abroge officiellement, on peut dire que c’est la loi Deixonne du 11 janvier 1951 qui régit encore en France l’enseignement des langues dites « régionales » (en effet, ainsi que l’a montré D. Grosclaude. elle est encore citée en décembre 2000 dans un texte concernant les Départements d’Outre Mer1).

  • 2 LAFONT Robert, 1974, La revendication occitane, Paris, Flammarion, coll. L’histoire vivante, p. 22 (...)

4Adoptée, après de nombreuses péripéties, suite à un long travail conjoint de la part des Bretons du mouvement Ar Falz et des Occitans de l’Institut d’Estudis Occitanas auprès de leurs députés, cette loi présente essentiellement, ainsi que l’écrit Robert Lafont : « des avantages moraux. Elle met lin à la répression scolaire ». Pour ce qui est de l’occitan : « elle adopte le terme de « langue ocitane ». Elle l’officialise »2.

  • 3 MARTEL Philippe. « L’héritage révolutionnaire : de Coquebert de Montbret à Deixonne », in GIORDAN (...)

5En effet, le texte adopté par le Parlement est loin d’apparaître comme révolutionnaire. En primaire, les « langues et dialectes locaux » pourront être utilisés par les maîtres lorsqu’ils « pourront en tirer profit pour leur enseignement, notamment l’étude de la langue française » et « dans les écoles normales, des cours et des stages facultatifs seront organisés (...) à l’usage des élèves-maîtres et des élèves-maîtresses ». Pour le primaire comme pour le secondaire, cet enseignement est facultatif. Quant au baccalauréat, là aussi l’épreuve est facultative et les points obtenus ne comptent que pour l’attribution de la mention, ce qui, ainsi que le note Philippe Martel : « du point de vue du candidat réaliste, en limite singulièrement l’intérêt »3. La loi Deixonne favorise en fait surtout renseignement supérieur par la création de licences et de chaires spécifiques dans certaines universités et la possibilité de thèses de doctorat pour ces matières.

  • 4 Cite par TORREILLES Claire, 1991. ≪ La loi Deixonne ≫. Lenga e Pais d'Oc, 20. p.3l.

6Si le projet de loi a été édulcoré au fil du temps, ce qui fait dire à Robert Lafont que : « tout le monde savait bien, en 1951. qu’elle avait été votée à l’unanimité du Parlement parce qu’elle était inopérante, et parce qu’on pensait « en haut lieu » que la destruction des langues régionales était assez avancée pour qu’on leur rendît un hommage sans risque... »4, il n’en demeure pas moins que, par son existence même, il constitue une base pour de nouvelles revendications légitimées par le fait que les langues de France sont enfin reconnues officiellement par la République française.

7Cette inscription dans la loi va aussi permettre au fil du temps la rédaction de plusieurs circulaires importantes qui vont se fonder sur cette reconnaissance explicite des langues de France pour ouvrir un peu plus les possibilités de leur enseignement.

8Il faut attendre les années 1970 pour qu’une autre loi fasse référence (brièvement) aux langues de France. La loi 75-620 du 11 juillet 1975 relative à l’éducation, dite loi Haby, précise en effet dans son article 12 qu’« un enseignement des langues et cultures régionales peut-être dispensé tout au long de la scolarité ». Là encore le verbe »pouvoir" indique le caractère facultatif de cet enseignement, même si deux circulaires, en dates du 21 novembre 1975 et du 29 mars 1976, viennent appuyer le texte en organisant des stages de langues et de cultures « régionales » dans les académies concernées, ce qui n’avait pas été réellement mis en place après la loi Deixonne.

9Mais les textes qui vont réellement faire avancer la situation de l’enseignement de l’occitan et des autres langues de France sont les circulaires Savary du 21 juin 1982 et Bayrou du 7 avril 1995.

10Dans la 56ème de ses 110 propositions pour la France de la campagne présidentielle de 1981. François Mitterrand indique que : « la promotion des identités régionales sera encouragée, les langues et cultures minoritaires respectées et enseignées ». Cette proposition qui vient s’insérer dans le cadre plus large de la volonté décentralisatrice affichée par le candidat socialiste, aboutit, une fois la victoire de la gauche consommée, à la circulaire n° 82-261. dite circulaire Savary complétée par la circulaire n° 83-547 du 30 décembre 1983 (Texte d’orientation sur l’enseignement des cultures et langues régionales).

11La circulaire Savary reprend pour l’essentiel, mais de manière édulcorée. les propositions d’un militant occitaniste. Pierre Lagarde. auquel le ministre de l’Education Nationale a demandé verbalement un rapport sur l’enseignement de l’occitan, elle entend articuler l’enseignement des « cultures et langues régionales » selon trois grands axes :

  • un engagement officiel de l’Etat en faveur de cet enseignement,
  • la création d’un véritable statut de cet enseignement dans l’Education Nationale.
  • le volontariat des élèves et des enseignants.

12Elle assure notamment une continuité entre le primaire et la 4ème en créant une option facultative d’une heure hebdomadaire en 6ème et 5ème, crée des groupes d’inspecteurs chargés de mettre en œuvre sur le terrain les mesures prévues, et surtout lance l’idée de créer des classes expérimentales bilingues.

  • 5 Pais Gascons n° 140 1989.

13La circulaire Bayrou est une réponse à l’attente d’enseignants et de militants déçus par la difficile application de la circulaire Savary. (concernant par exemple l’heure facultative de 6ème, le ministère a accordé en 1983 120 heures de de moyens, chiffre qui passe à 63 heures en 1989 de la 6ème à la 3ème)5. Elle se contente donc pour l’essentiel de réitérer la promesse d’engagement de l’Etat dont la circulaire Savary était déjà porteuse, et son apport majeur est sans aucun doute la reconnaissance explicite de l’enseignement bilingue et le désir affiché de voir sa continuité assurée au collège.

14Les circulaires de Jack Lang de l’été 2001 ne sont pas foncièrement innovantes. Elles ont surtout pour but de réaffirmer encore l’intérêt du bilinguisme à parité horaire, et aussi d’affirmer celui de l’immersion (afin de faciliter l’intégration des écoles Diwan). Surtout, dans le même temps, le ministère met en place un concours spécial pour le primaire, dont la première session a lieu en 2002, qui participe de l’institutionnalisation de l’enseignement de l’occitan et de la structuration de la formation des enseignants. Cette institutionnalisation a d’ailleurs déjà été largement entamée dans le secondaire avec la création, en 1991, du CAPES occitan-langue d’oc, mais aussi dans les écoles Calandretas qui, depuis 1994, avec la création de leur centre de formation des maîtres conventionné par l’Education Nationale en 1995. forment des stagiaires au concours de Professeur des Ecoles de l’enseignement privé.

15Mais les circulaires ne restent malgré tout que des textes incitatifs (d’autant qu’elles ne sont quasiment jamais accompagnées de lignes budgétaires clairement identifiées) et leur application peut s’avérer difficile puisqu’elle dépend avant tout de la bonne volonté de l’administration de l’Education Nationale. Depuis la loi Deixonne, l’Etat insiste sur la notion de volontariat des familles pour ouvrir des enseignements de langue de France plutôt que sur une offre dont il serait lui-même porteur. Jusqu’à la circulaire Bayrou. cette notion s’est aussi appliquée aux enseignants et aux chefs d’établissements (qui pouvaient donc, même si un nombre suffisant de familles le demandait, refuser d’offrir cet enseignement). Mais aujourd’hui encore, on s’aperçoit que ce double volontariat n’a pas disparu, à quelque niveau que ce soit de l’administration de l’Education Nationale, laissant l’enseignement de l’occitan tributaire d’un éventuel enchainement de bonnes volontés.

16Une comparaison de la situation de l’enseignement de l’occitan dans les académies de Toulouse et de Bordeaux est d’ailleurs révélatrice.

17Pour l’année scolaire 2000-2001. alors que 71 établissements publics du secondaire accueillent un enseignement de l’occitan dans l’académie de Bordeaux (soit une augmentation de 7,5 % depuis 1995), ils sont 159 dans celle de Toulouse (soit + 18.20 % depuis 1996). De plus, il convient de signaler que l’augmentation de ces chiffres pour l’académie de Bordeaux est due avant tout à l’augmentation des options facultatives au collège tandis que le nombre de lycées proposant un enseignement de l’occitan baisse, ce qui s’accompagne d’une chute du nombre de candidats au baccalauréat présentant une épreuve d’occitan.

  • 6 Fac-similé de cette convention in MERCADIER Gilbert. « Quel partenariat institutionnel pour souten (...)

18L’académie de Toulouse bénéficie en fait d’une politique rectorale particulièrement favorable marquée notamment par la signature, en 1994. d’une convention liant le rectorat à la région qui a permis la mise en place d’une campagne de communication en faveur de renseignement de l’occitan, et le déblocage de fonds pour l’ouverture de sites bilingues (le rectorat s’engageant à répondre à la demande d’enseignement bilingue « lorsqu’elle est clairement formulée par les familles »6). A cela s’ajoute la publication de deux circulaires rectorales, en 1999 et 2000, en faveur de l’enseignement de l’occitan.

19Mais l’exemple de l’académie de Toulouse ne doit pas faire oublier les différents blocages qui existent encore dans l’Education Nationale vis à vis des langues régionales.

  • 7 D'après les archives de l'Ostau Biarnès.

20Un exemple parlant est celui du collège d’Artix (64) où. en mars 1993, des parents d’élèves demandent l’ouverture d’une option d’occitan et rencontrent le principal. Celui-ci refuse de faire remonter cette demande à l’inspecteur d’Académie en arguant le fait qu’elle vient trop tard et ceci alors que dans le même temps les principaux des collèges de Nay et Mourenx (64) envoient une demande d’ouverture d’une telle option dans leurs établissements respectifs. Ce sont finalement les parents d’élèves qui prennent rendez-vous avec l’Inspecteur d’Académie qui accepte de débloquer des moyens... si le Conseil d’Administration du collège vote son accord. Mais rien n’est fini puisque le principal refuse de mettre ce point à l’ordre du jour du Conseil d’Administration. L’inspecteur d’Académie intervient alors une nouvelle fois pour faire réviser sa position au chef d’établissement. Ce point est finalement abordé, mais les enseignants du collège, craignant que la mise en place d’une telle option nuise aux autres enseignements, votent contre ! Finalement, après une lettre ouverte au principal, une autre au ministre de l’Education Nationale, et des interventions dans la presse associative locale (bulletin de la FCPE) et la presse d’information régionale, il est décidé de l’ouverture d’un enseignement de l’occitan au collège d’Artix. en initiation pour la 6ème et en option pour la 4ème, pour la rentrée 19947.

21Mais au-delà de ces blocages dont les exemples foisonnent, d’autres problèmes, plus latents, existent, qui nuisent à l’enseignement de l’occitan. Notamment en ce qui concerne la formation des enseignants et l’édition de matériel pédagogique.

22Le manque d’une formation officielle appropriée est l’un des problèmes les plus importants de l’enseignement de l’occitan. Bien que des progrès aient été faits grâce aux différentes circulaires, en particulier concernant le second degré, les lacunes sont flagrantes, dans le primaire comme dans le secondaire.

23Longtemps, les enseignants d’occitan ont été formés à cette matière « sur le tas » et les cours d’initiation, dispensés par l’instituteur de la classe ou par un maître itinérant, ont été le fait de personnes dont l’occitan était la langue maternelle mais qui n’avaient bénéficié d’aucune évaluation officielle. La circulaire Savary a pointé ces manques mais n’a pas réellement su les combler. Elle s’est en effet bornée à proposer la création d’une option « facultative et bonifiante de langue régionale » dans l’épreuve d’admission à l’Ecole Normale et à poursuivre les stages de langues et cultures régionales en place depuis les années 1970.

  • 8 Entretien du 28 juin 2001 avec Serge Mahourat, instituteur en section bilingue et maitre itinérant

[Une formation] en occitan ? Aucune. Chez moi c’était la langue de la maison en partie. Et on se rend compte, quand on l’entend, qu’elle revient très vite. Et puis après c’est les copains, c’est se forcer à la parler le plus possible, c’est bouquiner, travailler tout seul et progresser tous les jours. Quand on enseigne en occitan, on fait forcément des progrès parce qu’on se pose des tas de questions et c’est comme cela qu’on avance8.

  • 9 Chiffres cités in « Ensenhament de l’occitan dins lo primièr gra. Una enquista del CREO de Montpel (...)

24Ce témoignage, fourni par un instituteur chargé de l’enseignement de l’occitan, puis en occitan après la diffusion de la circulaire Bayrou, décrit clairement la situation qui prévaut encore aujourd’hui en ce qui concerne la formation initiale des enseignants travaillant en section bilingue ou en initiation. Malgré les vœux pieux émis par les ministres responsables des circulaires citées précédemment. l’Education Nationale s’appuie encore beaucoup sur les compétences « naturelles » de ces enseignants. Ainsi, une enquête menée par le CREO de Montpellier auprès des enseignants d’occitan du premier degré de l’Académie de Montpellier en 1995 nous révèle que 61 % des enseignants ayant répondu à ce questionnaire (50 % des personnes sollicitées) expriment le désir de bénéficier d’une formation didactique9.

25Les enseignants du second degré sont un peu mieux lotis, grâce aux évolutions dont a bénéficié leur formation pendant les décennies 1980 et 1990.

26Tout comme leurs collègues du premier degré, ils ont longtemps reçu une formation partielle quasi-clandestine, sans aucune reconnaissance officielle de leur travail, mais un véritable progrès s’opère en 1991 avec la création du CAPES. Cependant, ce concours pose encore des problèmes puisque certains lui reprochent sa bivalence considérée comme une difficulté supplémentaire pour le recrutement des professeurs d’occitan. De plus cette bivalence, qui ne concerne que quatre matières (lettres, histoire-géographie, espagnol et anglais), limite la portée de la circulaire Bayrou de 1995. En effet, cette dernière souhaite favoriser la continuité du bilinguisme au collège mais ne crée pas de valences dans les matières scientifiques qui seraient pourtant très utiles à un tel mode d’enseignement. Enfin, et ce n’est pas le moindre des problèmes posés concernant ce CAPES, tous les IUFM ne dispensent pas une préparation à ce concours. L’IUFM d’Aquitaine s’y refuse et la formation au CAPES des étudiants des universités de Pau et de Bordeaux qui n’ont pas choisi de s’inscrire à Toulouse est assurée, sans aucune officialité, par les départements d’occitan de ces deux facultés.

27Si les enseignants d’occitan souffrent d’un manque flagrant de formation appropriée, la carence en matériel pédagogique n’est pas moins problématique.

28Là encore, malgré les propositions développées dans les circulaires Savary et Bayrou, la mise en place de structures sur le terrain s’avère longue, laborieuse, et surtout inégale d’une Académie à l’autre.

  • 10 Cinq livres et vidéos pour les primaires, tous en languedocien, et huit pour les collèges et lycée (...)
  • 11 Tous les ouvrages du primaire et cinq du secondaire (les autres étant l'œuvre du C.R.D.P. de Montp (...)

29Cette politique ne fut pas des plus efficaces puisque aujourd’hui encore le catalogue du C.N.D.P., au chapitre consacré à l’occitan, est bien peu fourni10. Et le rare matériel qui y est proposé provient pour l’essentiel du C.R.D.P. de Midi-Pyrénées11 (où la convention de partenariat entre le Rectorat et la Région en 1994 a favorisé le développement de l’édition pédagogique par l’attribution de fonds nécessaires), et de celui de Languedoc-Roussillon qui public la revue pédagogique Lenga e Pais d’Oc. On peut aussi signaler la création par le C.R.D.P. d’Aquitaine en 2000 du Cap’àc. unité d’animation pédagogique en occitan, basée au C.D.D.P. de Pau. qui doit lui aussi travailler sur la création de matériel pédagogique.

30Mais les moyens financiers mis à disposition des Centres de Documentations Pédagogique sont dans l’ensemble faibles, d’où un développement du partenariat avec le milieu associatif que préconisait déjà en 1982 la circulaire Savary. Ainsi les C.R.D.P. allient en général leurs efforts à ceux de l’I.E.O. et plus localement, les C.R.D.P. de Midi-Pyrénées et d’Aquitaine produisent des ouvrages en relation avec l’Institut Occitan ou l’association des Regents Caminaires.

31Cependant, ces ouvrages édités en partenariat avec d’autres associations sont aussi adaptés à une politique éditoriale plus large, plus ouverte vers le « grand public ». c’est à dire qu’ils ne sont pas purement pédagogiques, il s’agit plutôt de contes pour enfants, de livres d’histoires...

32Et de fait, on ne trouve quasiment pas de matériel pédagogique pour les enseignants comme des fiches ou des livres d’exercices. Sur ce point là, il est clair que la situation n’a pas évolué en 20 ans et les maîtres de sections bilingues, qui représentent le public le plus intéressé par ce matériel puisqu’ils enseignent diverses matières en occitan, doivent fournir un important effort supplémentaire afin de traduire eux-mêmes des ouvrages :

  • 12 Entretien avec Serge MAHOURAT, op. cit.

Tout ce qui est matériel pédagogique en occitan, on se le fait puisqu’il n’y a pas de manuels traduits. Il y a des manuels traduits qui circulent bien sûr. mais on n’a normalement pas le droit de s’en servir. Après, chacun se fait son matériel, on se le passe pour que la charge de travail soit un peu allégée12.

33Ainsi, malgré une indéniable professionnalisation. le militantisme reste de mise chez les enseignants mais aussi chez les parents et les élèves qui doivent accepter, comme c’est souvent le cas dans le secondaire, des horaires décalés (pendant l’interclasse de midi par exemple) et se battre pour que se créent des cours d’occitan en primaire et au collège et lycée. De fait, on peut vraiment se demander si l’Education Nationale est véritablement en phase avec les parents qui désirent que leurs enfants apprennent l’occitan, ce qui les amène parfois à chercher d’autres solutions.

34L’exemple du village de Laruns (64) est sur ce point particulièrement éclairant. En 1996. des familles ont demandé l’ouverture d’une section bilingue. Les instituteurs se sont, par le biais du Syndicat des Enseignants (FEN). opposés à ce projet au prétexte qu’il ferait fermer un poste « français ». et ont été suivis sur ce point par l’inspecteur d’Académie. Les parents, une partie tout au moins, se sont alors tournés vers Calandreta et ont ouvert en 1997. dans le village voisin de Béost, une école occitane, avec toujours l’opposition du Syndicat des Enseignants qui se mit alors à demander l’ouverture d’une section bilingue !

35Il convient d’ailleurs de noter le rôle moteur des Calandretas. Elles viennent en effet suppléer les lacunes de l’Etat, en ce qui concerne l’enseignement par immersion bien entendu, mais aussi tout simplement en offre d’enseignement de la langue. De plus, par leur présence et leur militantisme, elles peuvent contribuer à pousser une Education Nationale parfois jalouse de ses prérogatives à élever le niveau de son offre afin de ne pas être en reste vis à vis d’elles. Ce qui à d’ailleurs incité les derniers ministres de l’Education Nationale (Jack Lang mais aussi, dans une moindre mesure. Claude Allègre) à faire des propositions d’intégration aux écoles immersives : propositions qui ont faillit aboutir dans le cas de Diwan à un accord, qui n’a pas réussi à passer l’épreuve de son examen par le Conseil d’Etat et le Conseil Constitutionnel qui ont tous deux émis des avis défavorables à son application et. plus largement, à la quasi totalité des textes sur renseignement des langues régionales émis par l’administration Lang. Les autres écoles immersives se montrant plutôt rétives face une intégration qu’elle jugent plus proches d’une désintégration.

36Il ressort de ce rapide tour d’horizon, bien qu’il soit loin d’être exhaustif, l’importance capitale d’un socle militant. Ce qui est vrai pour Calandreta, école associative, l’est aussi pour l’Education Nationale où l’expression militante est nécessaire à l’enseignement de l’occitan, tant par le biais de la FELCO et des CREO pour les enseignants, que par celui d’Oc-bi et de la FLAREP pour les parents.

37Bien que séduisant, car impliquant et liant parents et enseignants dans la mise en place et la création des enseignements, il n’en demeure pas moins que ce militantisme pointe aussi la relative inefficacité de l’Education Nationale à dépasser le cadre des circulaires, et son incapacité latente à s’investir dans une politique volontariste en faveur de cet enseignement. Politique qui ne peut passer que par une reconnaissance législative voire constitutionnelle de l’existence et d’une importance autre que simplement patrimoniale (avec tout ce que cela peut impliquer de poussiéreux et de désuet) des langues de France.

SIGLES DES ASSOCIATIONS ET SYNDICATS CITÉS :

  • C.D.D.P.. C.R.D.P., C.N.D.P. : Centre Départemental (ou Régional, ou National) de Documentation Pédagogique.
  • C.R.E.O. : Centre Régional des Enseignants d’Occitan.
  • F.E.L.C.O. : Fédération des Enseignants de Langue et Culture d’Oc.
  • F.E.N. : Fédération de l’Education Nationale (aujourd’hui UNSA-Education), le Syndicat des Enseignants, rattaché à cette fédération, se consacrant à l’enseignement primaire.
  • FLAREP : Fédération pour les Langues Régionales dans l’Enseignement Public.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Généralités sur les langues minorisées :

GIORDAN Henri (sous la direction de), 1992, Les minorités en Europe, Paris. Kimé. 685 p.

Sur le mouvement occitan :

LAFONT Robert, 1974, La revendication occitane, Paris, Flammarion, coll. « L’histoire vivante », 324 p.

Sur le statut de l’occitan :

VIAUT Alain (sous la direction de). 1996. Langues d’Aquitaine : dynamiques institutionnelles et patrimoine linguistique, Ta-lence. Ed. de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine. 308 p.

Sur l’enseignement de l’occitan :

« Ensenhament de l’occitan dins lo primièr gra, una enquista del CREO de Montpelhièr », in Lenga e Pais d’Oc, n° 29, 2ème trimestre 1996. pp. 34-38.

Sur le statut juridique de l’enseignement de l’occitan :

GROSCLAUDE David, 2001. « On ei passada la lei Deixonne ? » in La Setmana n° 333.

POUGET Philémon. 1991. « La circulaire Savary », in Lenga e Pais d’Oc. n° 20. pp. 33-34.

TORREILLES Claire, 1991. « La loi Deixonne », in Lenga e Pais d’Oc. n° 20, pp. 30-32.

SOURCES

Textes officiels :

Loi 51-46 relative à l’enseignement des langues et dialectes régionaux. dite « loi Deixonne », J.O. du 11 janvier 1951.

Loi 75-620 relative à l’éducation du 11 juillet 1975. dite « loi Haby ». BOEN n° 29 du 24 juillet 1975, pp. 2281-2285.

Circulaire n° 76-123 du 29 mars 1976 (Prise en compte dans l’enseignement des patrimoines culturels et linguistiques français). BOEN n° 14 du 8 avril 1976, pp. 1470-1471.

Circulaire n° 82-261 du 21 juin 1982, dite « circulaire Savary », (L’enseignement des cultures et langues régionales dans le service public de L’Education Nationale). BOEN n° 26 du 1er juillet 1982. pp. 2163-2172.

Circulaire n° 83-547 du 30 décembre 1983, (Texte d’orientation sur l’enseignement des cultures et langues régionales). BOEN n° 3 du 19 janvier 1984. pp. 299-303.

Circulaire n° 95-086 du 7 avril 1995. (Enseignement des langues et cultures régionales), dite « circulaire Bayrou » ou « circulaire Darcos », Recueil des Lois et Règlements. 525-6.

Rapports :

LAGARDE Pierre. 20 janvier 1982, Eléments pour une politique de l’enseignement de l’occitan, rapport établi à la demande de M. Alain Savary, Ministre de l’Education Nationale.

GIORDAN Henri, février 1982. Démocratie culturelle et droit à la différence, rapport présenté à Jack Lang, Ministre de la Culture. Paris. La Documentation Française.

POIGNANT Bernard. 1er juillet 1998. Langues et cultures régionales. rapport à M. Lionel Jospin, Premier Ministre, Paris, La Documentation Française.

Sources privées :

-Archives de l’Ostau Biarnès.

Sources orales :

Entretien avec Serge Mahourat, instituteur en classe bilingue et maître itinérant d’occitan, réalisé le 28 juin 2001 à Bordes (64).

Divers :

Chiffres fournis par ITPR chargé des langues régionales du Rectorat de Bordeaux.

Catalogue du C.N.D.P. (2001).

Notes

1 GROSCLAUDE David. 2001. « On ei passada la lei Deixonne ? ». La Setmana, 333.

2 LAFONT Robert, 1974, La revendication occitane, Paris, Flammarion, coll. L’histoire vivante, p. 226.

3 MARTEL Philippe. « L’héritage révolutionnaire : de Coquebert de Montbret à Deixonne », in GIORDAN Henri (s.l.d.), 1992. Les minorités en Europe, Paris. Kimé. p. 124.

4 Cite par TORREILLES Claire, 1991. ≪ La loi Deixonne ≫. Lenga e Pais d'Oc, 20. p.3l.

5 Pais Gascons n° 140 1989.

6 Fac-similé de cette convention in MERCADIER Gilbert. « Quel partenariat institutionnel pour soutenir l’enseignement de l’occitan ? L’exemple de l’Académie de Toulouse ». in VIAUT Alain. 1996. Langues d’Aquitaine : dynamiques institutionnelles et patrimoine linguistique, Talence, Ed. de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, pp. 183-186.

7 D'après les archives de l'Ostau Biarnès.

8 Entretien du 28 juin 2001 avec Serge Mahourat, instituteur en section bilingue et maitre itinérant.

9 Chiffres cités in « Ensenhament de l’occitan dins lo primièr gra. Una enquista del CREO de Montpelhièr ». Lenga e Païs d’Oc, 29. p37.

10 Cinq livres et vidéos pour les primaires, tous en languedocien, et huit pour les collèges et lycées (plus la revue pédagogique Lenga e Païs d'Oc), la aussi en languedocien. Source. Cap'òc.

11 Tous les ouvrages du primaire et cinq du secondaire (les autres étant l'œuvre du C.R.D.P. de Montpellier).

12 Entretien avec Serge MAHOURAT, op. cit.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search