Version classiqueVersion mobile

Nouvelle recherche en domaine occitan

 | 
Hervé Lieutard
, 
Marie-Jeanne Verny

Sociolinguistica

Le réseau occitaniste de la plaine

Ursula Nagy

Texte intégral

Introduction

  • 2 PLISKIN. Fabrice. 1999, « Occitan, la fierté retrouvée ». Le Nouvel Observateur, 825, p. 127.
  • 3 PERRET, Pierre. 2000. « Marseille trop puissant ». Nouvelle Vague, 52. p. 3.

1Cette observation d’un renouveau de la culture occitane, faite par un magazine régional, exprime bien la visibilité nouvelle de la langue régionale. Elle se traduit d’abord par une bonne réputation de la scène musicale occitaniste2 jugée « diverse et vivante »3. Des groupes occitans comme Massilia Sound System et Dupain connaissent de plus en plus un succès qui s’étend en dehors du Sud.

2A côté de ces apports musicaux, une multitude d’associations occitanes existent qui se concentrent dans le quartier de La Plaine et feront, par conséquent, l’objet de l’étude proposée. Comme ce quartier constitue le point de rencontre des militants occitanistes, le lieu où se tiennent des fêtes et d’autres activités occitanes, La Plaine peut être considéré comme le catalysateur d’une visibilité nouvelle de l’occitan à Marseille.

3Dans ce cadre, il se pose la question de savoir de quelle manière la langue régionale qui n’est plus transmise et presque plus parlée arrive à se créer une place dans un quartier et à quel point cette situation est liée aux conditions proposées par ce quartier marseillais. L’objectif principal de cet article sera par conséquent de comprendre comment et pourquoi ce phénomène occitaniste prend son ancrage dans le quartier.

Méthode

  • 4 SCHLIEBEN-LANGE. Brigitte. 1991. Soziolinguistik, Berlin/Köln. 3W. Kohlhammer, p. 121.

4L’analyse proposée ici s’appuie essentiellement sur un corpus d’une bonne vingtaine d’interviews menées pour la plupart avec le noyau dur du réseau occitan. Comme l’étude de ce réseau s’est effectuée pendant une période de plusieurs mois (de novembre 1999 à mai 2000 avec une remise à jour en 2001-2002), accompagnée d’une présence et d’une participation aux activités sur place, il s’agit de la méthode sociologique de l’observation participante4.

  • 5 Il s’agit de questions « intégratives » (cf. SCHLIEBEN-LANGE 1991, p. 120) qui incorporent la coll (...)
  • 6 Cette méthode d’interviews intensifs est conseillée par le sociologie Friedrichs pour obtenir des (...)

5Tout en respectant un formulaire standard (voir annexe) composé de questions ouvertes5 , j’ai laissé plutôt libre cours aux réflexions des militants afin de pouvoir cerner leurs priorités et les points centraux de leurs discours. En comparant des thèmes relevés, on essaiera ici de dégager les stéréotypes idéologiques de leur discours quotidien6.

Occitan ou provençal ?

6Avant de vous présenter le réseau occitan à Marseille, il me semble nécessaire d’évoquer brièvement le conflit particulier en Provence, celui entre ceux qui se disent provençaux et ceux qui se disent occitans. Malgré le fait qu’ils s’engagent pour la même cause, la survie de la langue régionale, ils ont deux approches différentes.

7Une fraction insiste sur l’emploi du terme « provençal ». comme le plus courant parmi les gens habitant la Provence. Ce substantif désigne la langue régionale comme une langue spécifique, c’est-à-dire à caractère indépendant des autres langues régionales.

8L’autre part, plus marginale en Provence, accepte le terme scientifique d’« occitan ». comme expression regroupant les différents dialectes méridionaux. Les militants de La Plaine en font partie : même s’ils parlent de temps en temps du « provençal (maritime) ». ils préfèrent employer le terme d’« occitan ». Comme notre étude porte essentiellement sur le réseau « occitan » de La Plaine, nous privilégions ce point de vue.

Hypothèses

9Ce conflit va nous servir de point de départ pour établir les hypothèses suivantes :

10L’engagement des Occitanistes pour la langue régionale est fondé sur un sentiment d’appartenance à Marseille ou à la Provence. Par un recours aux particularités régionales comme l’histoire et les traditions provençales, ils propagent une propre identité culturelle. Celle-ci est ancrée dans une utopie panoccitaniste. c’est-à-dire dans la référence à un territoire occitan commun qui sur le plan administratif ou social n’a jamais existé.

11A travers leur engagement pour la survie de l’occitan, ils essaient d’établir une nouvelle scène occitane à Marseille, qui se joue avant tout dans le domaine de la culture. Dans ce cadre, les occitanistes proposent un parcours identitaire qui mène de la simple communauté locale à une véritable ouverture multiculturelle.

Rencontre avec les militants

12Lors de la présentation de l’enquête sur le réseau occitan, les contacts ont été établis facilement. En général, les militants abordés étaient tout de suite prêts à m’aider et à consacrer du temps pour une interview enregistrée. Dans l’ensemble, ils ont été très chaleureux et disponibles.

13Ce comportement reflète bien l’ensemble du mouvement occitan. En général, il fait preuve d’un volontarisme et d’une grande solidarité, caractérisé par une entraide parmi les gens.

14Quant au déroulement des interviews, j’ai pu constater surtout parmi les personnages clés un flot de paroles et une grande sûreté et même élégance au niveau des idées exprimées. Leurs discours font preuve d’imagination et d’éducation, comprenant des termes abstraits, solennels et parfois assez poétiques. Ceci montre le niveau intellectuel de ces militants, issus souvent d’un milieu érudit et artistique (chanteur, chercheur, professeur, écrivain, journaliste, etc.).

15A travers les interviews se dégagent souvent les mêmes stéréotypes à commencer par leur anti-provençalisme systématique. La démarche de Mistral, voire des Félibres serait tournée vers le passé ou la célébration folklorique de la langue. Les militants occitanistes refusent avant tout le repli sur leur région qu’ils reprochent aux provençalistes en proposant une dimension d’ouverture envers les autres cultures :

On est dans un chemin de fraternité qui vise aussi la reconnaissance de l’occitan comme une nuance linguistique et culturelle sur la planète des cultures du monde [...]. Il s’agit de réclamer justice, de se positionner de manière universaliste par rapport aux langues et cultures du monde qui sont en voie de disparition [Loc. 1].

16Un grand nombre d’Occitanistes considère la langue occitane comme un passeport pour les autres langues voisines, permettant la communication entre tous les locuteurs des langues romanes et du domaine d’oc : « De Barcelone à Turin en passant par Toulouse, Perpignan, on peut se comprendre par l’occitan » [Loc. 2]. Ici, se dégage de nouveau le concept d’un « pan-occitanisme », fondé sur la référence à un ensemble linguistique ou à un territoire commun.

Actions dans le quartier
L’institutionnalisation de l’occitan : L’Ostau Dau Pais Marselhés

17Parmi les multiples associations de La Plaine, un espace entièrement consacré à l’occitan a vu le jour le mois de décembre 2000 : L’Ostau dau Païs Marselhés, membre de l’IEO et de la Fédération européenne des Maisons de Pays.

18Sa facade est décorée d’un graffiti tape-à-l’œil, multicolore, évoquant la mer et le port de Marseille. On y voit en plus la croix occitane et l’inscription « Ostau Dau Païs Marselhés - Maison du pays Marseillais ».

19Cette visibilité depuis la rue nous permet déjà de parler d’institutionnalisation et de territorialisation de l’occitan.

20L’Ostau met à la disposition du public une médiathèque et une bibliothèque avec des livres en graphie occitane. L’établissement est de plus équipé de revues bilingues en occitan, de tracts de l’IEO, mais aussi d’une carte de « l’Occitanie ».

21Par conséquent, on y retrouve des références à une région occitane qui intègrent le provençal de Marseille dans l’ensemble des autres formes de la langue d’oc, sur un modèle pan-occitaniste. On assiste ainsi au marquage d’un territoire occitan dans l’espace urbain marseillais.

22L’objectif de l’Ostau est globalement le développement de la culture occitane à Marseille. Le but est de proposer à La Plaine un endroit ouvert au public avec des rencontres conviviales comme de petits concerts, des expositions de peinture, du théâtre, et des débats autour de la culture occitane. De plus, on y donne des cours et on y propose des stages d’occitan. Même si le nombre de gens qui apprennent systématiquement la langue reste marginal, ils attestent de façon symbolique de l’existence de l’occitan sur La Plaine.

23A côté de l’Ostau. une multitude d’associations culturelles sont ancrées à La Plaine.

24Parmi celles-ci, c’est avant tout Massilia Chourmo qui gravite autour de l’occitan. Fondée par des jeunes fans de Massilia Sound System en 1991. elle compte aujourd’hui plus de 900 adhérents dont un certain nombre se trouve hors de Marseille.

  • 7 Comme par exemple le groupe occitan Fabulons Troubadours de Toulouse et Nux Vomica de Nice (cf. Lo (...)

25Massilia Chourmo essaie de se constituer en tant que relais d’information et de soutien aux projets des artistes ou des associations. Aujourd’hui, elle a établi un lien avec d’autres collectifs et artistes, entre autres avec des groupes musicaux occitans7. Par cette coopération. Massilia Chourmo est probablement l’association qui a le plus réussi à réaliser le pan-occitanisme mis en avant par les militants.

  • 8 Il s’agit d’une soirée fondée sur le principe du Sound System (base instrumentale fournissant une (...)

26En outre, elle organise des événements festifs (loto, concours de boules. Raga Baletti8). Enfin, l’association publie le journal « Vé qui y’a ! ». écrit en occitan et en français. Dans celui-ci figurent de multiples références au sujet de l’occitan. A côté d’une page consacrée au « cours de patois », se trouvent des références aux institutions occitanes comme l’IEO, le CREO ainsi qu’à des théoriciens occitanistes comme Robert Lafont et Félix Castan.

27Ces actions illustrent bien la conception pan-occitaniste de ces militants ainsi que leur recours aux traditions régionales.

La musique à La Plaine

  • 9 Ce nom vient du provençal et signifie « le lien ».

28Dans l’ensemble, la promotion de l’occitan à La Plaine doit beaucoup à la musique occitane et notamment au « Festival des Musiques d’Occitanie et de la Méditerranée ». Celui-ci est organisé par l’association Lo Liame9 qui se donne pour but de promouvoir les musiques régionales traditionnelles. Fondée en 1995, elle propose une à deux fois par an un programme de chanteurs occitans aux côtés de groupes d’autres langues ethniques.

J’essaie d’observer un savant équilibre entre groupes occitans et autres groupes : en ce qui concerne les groupes occitans, ils viennent principalement de Marseille (Gacha Empega, Dupain. d’Aqui Dub, ...) mais aussi de toute l’Occitanie : Italie (I.o Seriol. Lo Dalfin. Gai Saber). sud-ouest de la France (Luc Aussibal, Banda Sagana. Goulamas’k). Provence (Nux Vomica, Mina de Ren. Rivatge, Carlotti,...). Le festival est ouvert principalement aux musiques du pourtour méditerranéen (Italie, Grèce, Maghreb....) et aux musiques de cultures minorisées (berbères, corses, napolitains, occitans mais aussi bretons) [Loc. 4].

29L’approche du festival reflète bien l’attitude globale des Occitanistes : ils proposent un parcours identitaire qui mène de la simple communauté locale suffisamment réelle, bien que reconstruite en partie, à une véritable ouverture multiculturelle fondée sur l’utopie pan-occitaniste.

30Comme il se tient au bar de l’Intermédiaire sur la place Jean Jaurès, endroit situé un peu au cœur de La Plaine où se déroulent toutes les grandes manifestations culturelles, le festival joue un rôle important par rapport au marquage occitan dans le quartier. Par le biais de la musique il semble sensibiliser le public de l’Intermédiaire à l’occitan.

  • 10 Abréviation pour « mouvement innovant en coordination de moyen et d’actions culturelles ».
  • 11 Son siège se trouve en dehors des limites de La Plaine, tout en n’étant pas loin. L’association cr (...)

31Micmac10 st une autre association de La Plaine à orientation musicale11. Il s’agit d’une production qui soutient et promeut des groupes chantant en langues minoritaires, en occitan notamment. Dans ce cadre, ils mettent en place des coopérations entre des groupes musicaux étrangers (par exemple Algériens ou Italiens) et des groupes occitans ainsi qu’un plateau « Occitania qu’es aquò », point de rencontre des musiciens occitans de tout le territoire linguistique occitan. C’est bien la preuve d’une ouverture de l’association micmac envers les autres cultures et les autres occitanophones.

32A part cela, deux groupes musicaux se sont créés dans le quartier de La Plaine. Le plus récent est Lo Còrde la Plana, un chœur d’hommes.

33Leur ambition initiale est de se consacrer au répertoire religieux occitan de Provence. Même si leur premier disque sera consacré aux chants religieux, d’autres choix thématiques sont apparus au cours des séances de travail, plus liés à la politique locale et à la vie quotidienne au quartier de La Plaine. En effet, ce quartier joue un rôle très important pour le groupe. Les chanteurs de Lo Còr participent non seulement aux fêtes de La Plaine, mais aussi aux actions des autres associations occitanes sur place.

34Cette imbrication des associations occitanistes et l’imbrication entre elles sont assez typiques de la structure de « réseaux en réseaux » de La Plaine.

35Si. jusqu’à présent. Lo cor de la plana a surtout donné des concerts dans la région et dans les alentours, il lui arrive aussi de partir avec Du-pain. l’autre groupe occitan, au Maroc pour y travailler avec les musiciens marocains. Cette action montre bien l’ouverture des militants occitans à d’autres cultures, avec lesquelles ils cherchent à échanger. « Je veux quand même qu’on parte d’une espèce de tradition ». explique le fondateur du groupe :

Ce que j’essaie de faire, c’est de donner aux chansons un écho contemporain aujourd’hui : en essayant de m’inspirer de tout ce qu’on connaît par ailleurs comme autres musiques méditerranéennes [Loc. 6].

  • 12 Gacha Empega est l’ancien groupe de « polyphonies marseillaises » de La Plaine.

36Dans cette démarche s’inscrit de même son ancien collègue (du groupe Gacha Empega12 [Loc. 7]). depuis quatre ans chanteur du groupe occitan Dupain. Aimant à « faire le tour du monde », le groupe a déjà joué un peu partout en Europe, par exemple en Italie du sud. où il a développé une collaboration avec un groupe qui s’appuie sur ses traditions vivantes. Comme Lo Car, ce n’est pourtant pas de la musique traditionnelle qu’il cherche à faire, comme illustre cet extrait d’une interview avec un chanteur :

[Loc. 7] Je crois, même ici hein, même si tu chantes en occitan et que tu défends des idées ... si musicalement, tu es pas bon. tu plairas pas aux gens d’ici, faut pas croire. [...] Dans la musique occitane, il y a beaucoup de ... bon. de musiques traditionnelles, et : souvent, je trouve que c’est pas tellement : ... par rapport à nos attentes, l’attentes des jeunes, ça colle pas trop. Trop esthétique, trop rural aussi, parce que nous on est en ville... c’est pas la même, c’est pas la même vibration quoi.
Enq [UN] Vous essayez donc de dépasser ce traditionnel ?
[Loc. 7] Je pense que ce serait faux, à mon avis, de dire que nous, on fait de la musique traditionnelle. Nous, on s’inspire de musiques traditionnelles ... on en écoute beaucoup. Moi. je vais voir des concerts. [...] j’écoute de la musique du Liban, iranienne, beaucoup de musique du Maghreb, flamenco, les musiques traditionnelles vivantes.
Enq [UN] Donc, tu n’écoutes pas seulement de la musique occitane ?
[Loc. 7] Non. j’écoute plus de musique étrangère que de musique occitane.
Enq [UN] Ca t’inspire ?
[Loc. 7] A fond, et c’est une tradition vivante. Le problème de la Provence, c’est que... la tradition musicale provençale, elle s’est affaiblie. Plus personne s’y intéressait, bon. ça a été la perte de la langue. [...] [et] de la musique. Donc c’est pour ça que nous, c’était important de reconquérir la langue, parce que la musique occitane, ça veut dire chanter en occitan et ça va pas l’un sans l’autre

37Dans cette citation, nous retrouvons non seulement une ouverture vers les autres cultures mais aussi une référence à la ville, que l’on présente comme opposée à la campagne. Le chanteur y confronte des « traditions vivantes » aux traditions mortes de la Provence qui seraient à ressusciter et à moderniser pour attirer les gens. L’aspect urbain de Marseille, doté d’un port « ouvert aux cultures du monde » [Loc. 7] est donc vécu comme une sorte de distinction importante du reste de la Provence plus rurale. Il y a peut-être là implicitement une démarcation par rapport aux mouvements provençalistes.

38Chanter en occitan irait de pair avec un certain « un état d’esprit » :

Si c’est chanter en occitan et dire les mêmes conneries qu’en français, c’est pas intéressant. Ça va bien au delà de ça. Tout les gens qui chantent en occitan ont un projet derrière et un point de vue. Déjà le fait de chanter une langue pas acceptée, ça met en question le centralisme, aussi à l’échelle internationale. Nous, on est assez solidaires avec les gens qui ont la même démarche. Peut-être qu’on comprend mieux le problème des Chiappas. des Kurdes, des Kabyles, des Berbères. C’est le respect des identités culturelles [Loc. 7].

39Cette solidarité avec toutes les cultures minoritaires opprimées ainsi que la remise en question de la politique centraliste de la France peuvent être considérées comme des thèmes phares des militants occitans. Or. dans ses textes même, Dupain se consacre avant tout aux habitants de sa région en reprenant des textes traditionnels d’ouvriers en langue d’oc.

40« Construire la culture au quotidien, dans son quartier » semble ainsi être la devise des deux groupes musicaux comme aussi des Occitanistes dans l’ensemble.

  • 13 Après leur premier disque « L'Usina » (2000). qui s'est vendu à 5-6 milles exemplaires (!). Dupain(...)

41Avec des instruments assez simples (chant, tambourin, vielle à roue). Dupain a rapidement réussi à se faire connaître dans toute la France jusqu’à décrocher des contrats avec la maison de production parisienne Virgin13. De cette manière. Dupain joue beaucoup plus en dehors du Sud et rencontre d’autres groupes musicaux pendant des concerts communs.

  • 14 Il s’agit d’un mélange d’électronique, jungle et de trance.

42Son style, intitulé « tradinnovation »14. est caractérisé par des nouvelles technologies et sonorités.

43Ces explications nous montrent l’approche moderne des groupes occitans qui essaient de créer une nouvelle culture occitane sur la base de la musique traditionnelle.

44En dehors des groupes musicaux, deux chorales occitanes de femmes existent à La Plaine. Elles reprennent à 90 % des chants traditionnels et populaires occitans.

La vie occitaniste de La Plaine

45Le dynamisme de l’occitan est rythmé par la vie du quartier comme des concerts ou festivals avec des groupes occitans, débats, fêtes, etc. Comme La Plaine est un quartier de sortie « branché ». les nombreux bars jouent un rôle important. Parmi les affiches, tracts et journaux informant sur les prochains concerts et spectacles, on trouve souvent un mot, une phrase ou un texte en occitan, parfois avec une traduction en français. Ces annonces contribuent donc considérablement à la sensibilisation des visiteurs ou habitants de La Plaine à l’occitan.

46Les membres des associations ou du quartier fréquentent souvent les mêmes bars et activités à La Plaine. Ils se connaissent en grande partie et apprécient la musique des groupes occitans comme Massilia Sound System et Dupain et les discours qui les accompagnent. Sans être directement concernés, ils ne peuvent donc ignorer la présence de l’occitan dans le quartier et constituent une force importante pour la visibilité du mouvement occitan. Ceci montre que la démarche occitaniste passe par les relations sociales et une convivialité des réseaux de La Plaine. En général, les militants sont ouverts aux étrangers et accueillent bien les inconnus, voire d’autres cultures, comme j’ai pu le constater par ma propre expérience.

47Passons à l’analyse détaillée du discours des militants occitanistes.

Analyse du discours des militants
Signification de l’occitan pour les militants occitanistes

48A leurs yeux, l’occitan n’a pas seulement des particularités linguistiques, comme les citations suivantes illustrent.

C’est pas seulement une langue, c’est aussi une civilisation : c’est mille ans de littérature [Loc. 9],
L’occitan, c’est un besoin, une manière d’être, une manière de rire, d’être ému. [...]. Dans l’occitan, il y a du social et de l’humanisme derrière [Loc. 1].
[...] une certaine conception de la sociabilité, de l’humour, de la pudeur, de l’honneur, un certain comportement vis-à-vis du pouvoir et de l’autorité centraliste sont autant des marques vivantes de la culture [Loc. 10].
Pour moi. c’est un peu un rapport à l’altérité qui passe par quelque chose de volontaire, de joyeux et de désordonné alors de très latin finalement : absolument pas romantique ou classique. Au-delà de ça. il y a mille ans de littérature [Loc. 6].

49Les mots ne manquent pas pour décrire la signification et la portée de l’occitan pour eux, touchant apparemment à des dimensions les plus diverses (un certain état d’esprit, une attitude sociale, une culture, etc.). Dans ce cadre, les militants se réfèrent, avec Fierté, à un grand héritage de poètes, de chansonniers et d’ouvriers. Ils mentionnent par exemple Victor Gélu. Max Roquette. Robert Lafont. Paul Castela et Felix-Marcel Castan.

50En général, il semblerait donc que c’est souvent un sentiment de différence linguistique, culturelle et identitaire par rapport à d’autres régions qui amène les militants à s’engager pour l’occitan. Sans se heurter au concept du pan-occitanisme. ils éprouvent un lien affectif fortement ancré dans la région, les reliant à leur parler régional.

51Dans ce sens, le quartier de La Plaine leur permet de fixer ce sentiment sur un certain territoire qui offre les conditions favorables. Il s’agit d’un milieu sensible à leurs propos, caractérisé par un mélange de cultures, une convivialité ainsi qu’une grande activité culturelle (concerts [entre autres occitans], apéritifs, repas de quartier, sardinades. carnaval, etc.).

Motifs pour la défense de l’occitan

52Dans l’ensemble, on peut constater que c’est souvent une (ré)appropriation d’une identité fondée sur le lieu où ils vivent, sur leur propre histoire et leurs origines, qui les amène vers la langue régionale, comme l’illustrent bien ces deux citations :

Les gens qui habitent ici. ils cherchent la langue, à travers plein de choses qui font une soit disant identité marseillaise [Loc. 6].
La culture occitane est présente en nous du fait qu’on habite ici. on a grandi ici. Elle fait partie de nous-mêmes. On a poussé à l’extrême en apprenant le provençal pour se révéler nous-mêmes, gens d’ici - c’est une façon de dire on est d’ici, on s’enracine en apprenant le provençal [Loc. 7].

53Certains s’y intéressent assez tard tandis qu’un bon nombre de jeunes apprennent la langue d’oc au lycée et à l’université. Dans la jeune génération, ce sont de plus les festivals de musique occitane ou les groupes occitans comme Massilia Sound System ou Les Fabulons Troubadours qui éveillent leur intérêt envers la culture occitane, sans qu’ils aient toujours une idée très claire de ce que signifient les termes « provençal » ou « occitan ».

54Par ailleurs, les rencontres et les activités communes des gens dans les associations, pendant les fêtes et les repas du quartier de La Plaine constituent un facteur important car c’est un espace-temps où jeunes et vieux se retrouvent. Cela ouvre une autre dimension à l’appartenance de chacun, notamment celle qui est constituée par le lien social autour de la culture occitane. Comme l’exprime un des militants :

C’est une identité collective, une sorte de connivence, on s’invente un peu. (...). une relation de sympathie centrée sur l’Occitanie. Ça nous fait une identité collective réelle, englobant tous les âges [Loc. 8],

55La défense de l’occitan leur permet ainsi de se retrouver autour d’un but, de sentir une appartenance à quelque chose ou à quelqu’un et aussi de s’opposer par exemple à la politique actuelle. Selon l’engagement politique personnel, les militants se serviraient par exemple de l’occitan pour exprimer leur attitude critique envers l’actualité politique à Marseille et envers le centralisme. Leur discours essentiellement de gauche mènerait pourtant rarement à un véritable engagement politique, qui préconiserait par exemple la revendication d’une nation occitane. Jusqu’à présent, les militants tentent avant tout de développer la culture occitane à l’échelle locale, dans le quotidien de Marseille.

56Contrairement aux Occitanistes très politisés des années 60, le réseau occitan de La Plaine essaie donc plutôt d’avancer sur le plan culturel et social. Cependant, les revendications des militants n’ont pas diminué. Ils aspirent à une véritable politique linguistique dans laquelle l’occitan serait reconnu comme une entité linguistique et culturelle à côté du français, avec un statut social véritable. Ils réclament par exemple une présence plus forte de l’occitan dans l’Education Nationale.

Rôle de La Plaine

57Selon les militants occitanistes, il y a une volonté militante des gens à La Plaine de « faire surgir cette langue à nouveau sur la scène artistique et sociale » [Loc. 1] depuis les cinq dernières années. Certains désignent le quartier même comme un endroit idéal pour rassembler les gens du quartier :

C’est un moyen pour les gens de classes sociales différentes, de métiers différents, d’âge différent, de se retrouver. Et ça. on le voit dans le quartier et dans les associations avec le vecteur de l’occitan [Loc. 11].

58Dans ce sens, les militants évoquent une véritable sensibilité, « un retour motivé » [Loc. 12] du quartier aux propos occitanistes :

Déjà, on peut dire qu’il n’y a plus d’indifférence comme avant. Je sais pas, si c’est vraiment un intérêt. Je sais que les gens maintenant, en tout cas dans le quartier où on est. quand on dit « occitan ». ils savent exactement de quoi on parle, que c’est la langue de Marseille. Pourquoi. parce que sur La Plaine il y a un travail considérable qui a été effectué, pas d »une façon délibérée et volontaire niais d’une façon continue et festive par des groupes comme Massilia. Gacha Empega et d’autres... et par des associations comme « La Plaine sans Frontière ». « L’œil de Mars ». par des bars comme « l’Intermédiaire ». les « Maraîchers ». le « Balthazar ». l’espace Julien, plein de lieux qui ont su. dans le quartier, réveiller et faire se réveiller la conscience occitane [Loc. 6].

59Cette citation illustre non seulement la sensibilisation des gens du quartier à l’occitan mais aussi l’importance des groupes musicaux et des associations et bars dans la « renaissance occitane » de La Plaine. Ainsi, on a l’impression que le quartier a été imprégné petit à petit et de façon plutôt indirecte par les propos occitanistes grâce aux actions persistantes des associations qui ont trouvé les portes ouvertes chez plusieurs bars de La Plaine, (même s’il est fort douteux que tous les habitants de La Plaine aient une notion claire de ce que représente le terme « l’occitan ». cf. citation).

60Les grands discours et manifestations politiques occitanistes des années 60/70 semblent donc avoir cédé la place à la convivialité culturelle et à la sociabilité d’un microcosme urbain, celui du quartier.

Parole en occitan

  • 15 « Comme depuis longtemps on milite dans des associations occitanistes (IEO. Mesclun, etc.), eh. au (...)

61Les militants parlent entre eux en occitan en essayant de réinsérer la langue dans le discours quotidien (au bar. au téléphone), une pratique qui ne leur a pas été facile au départ15 . Ils sont ainsi nombreux à enregistrer leur message de répondeur en occitan, à « occitaniser » leur nom (Peire. Joan-Glaudi, etc.) et à étiqueter leurs correspondances en occitan. Par cette démarche, ils s’auto-persuadent d’une expression naturelle occitane qu’ils appliquent même aux gens qui ne l’ont pas appris.

62A côté de cette tentative de « réanimer » des fonctions perdues par la langue, les militants tentent également de montrer toutes ses capacités de langue moderne en l’engageant dans des sujets actuels (débats sur l’environnement, problèmes sociaux, intégration, etc.).

63La reconquête de la langue passe donc par sa (revalorisation, une illustration de ses potentialités par exemple dans la littérature, des chansons, et une initiation plus ou moins formelle à la pratique et la lecture. Mais malgré ces efforts, notre enquête montre que le provençal n’est peu, sinon pas du tout entendu dans le quartier. Par contre, le travail de langue aurait eu pour conséquence que les militants étaient maintenant plus au moins capables d’avoir des discussions en occitan sur tous les sujets dans un rapport naturel.

64Au niveau linguistique les militants occitanistes font un véritable travail sur la langue occitane. Ils essaient non seulement de respecter sa forme originale mais aussi d’adapter l’occitan aux besoins actuels en créant des néologismes pour des mots qui n’existent dans la langue régionale.

65Cet effort illustre l’approche moderne que poursuivent les militants. Par cette mise à jour de la langue régionale, ils veulent rendre possible son emploi dans le quotidien. Leur but final est de créer une conscience linguistique occitane pas dans le sens d’un maintien de la langue mais de sa reconquête.

66Le fait que les militants occitanistes soient prêts à se pencher sur des anciens œuvres et des manuels occitans pour « moderniser » leur langue, illustre finalement à quel point ce réseau occitan est érudit et volontaire.

Leur vision de l’état actuel et de l’avenir

67Dans l’ensemble, on peut constater que les militants se rendent bien compte de la place marginale que l’occitan ainsi que leur mouvement occupent dans la vie quotidienne aujourd’hui. Tous craignent et certains prédisent la disparition de la langue régionale s’il n’y a pas de volonté politique de promouvoir la langue d’oc et de la soutenir économiquement.

Aujourd’hui, l’occitan est une langue mise à genoux. On est au bout du souille, les gens qui parlent cette langue meurent et dans dix ans. il y en aura encore moins. Il n’y a aucune volonté politique derrière. Les occitans n’existent pratiquement plus, il y a quelques militants... c’est pas vraiment reconnu par les institutions [Loc. 1].

68Tous sont d’accord sur le fait que l’occitan est parlé seulement par les militants occitanistes et des personnes âgées. Mais malgré ce bilan plutôt négatif, certains semblent observer un véritable besoin de (re)trouver leur langue, leur identité et leur histoire. Un chanteur occitan [Loc. 6] va même plus loin en affirmant : « Marseille a besoin de sa langue pour exister ».

69Parmi les facteurs qui sont considérés comme un soutien ou qui pourront au moins le devenir, ils évoquent d’un côté les médias comme la presse qui commence à s’intéresser à leur mouvement et de l’autre l’Internet qui pourra aider à diffuser leurs propos. Par ailleurs, la communauté européenne et l’internationalisation des intérêts économiques et culturels sont vus par certains comme des avantages pour la diffusion de l’occitan.

Dans un cadre supranational, une entité dite régionale va plus facilement pouvoir être reconnue [Loc. 1]

70En général, les estimations des militants occitanistes envers l’ampleur et l’avenir de leur mouvement paraissent assez réalistes. Ils sont bien conscients du fait que le nombre de gens motivés pour apprendre la langue et la civilisation régionales est (et restera probablement) restreint. C’est pourquoi, ils voient un avenir de la langue occitane surtout à l’échelle locale, dans le domaine culturel et en tant que langue de connivence.

Pour défendre cette langue, il faut pas mal d’outils et d’esprits critiques et de bagage culturel et peut-être de l’argent. Les gens qui défendent cette langue doivent être bien ancrés dans le monde social et professionnel. J’ai deux raisons d’espérer. C’est ce que tu fais, l’intérêt des universités envers cette langue, les gens qui viennent d’ailleurs qui s’intéressent à cette langue, qui va se nourrir de l’autre, qui va aussi cheminer dans l’universel. Des outils comme l’Internet peuvent aussi être des outils performants. La deuxième voie, c’est le chemin des artistes à Marseille. Il y a plein d’expériences dans le monde des musiciens qui donnent des raisons d’espérer avec le travail de Massilia Sound System. Manu Théron. Dupain. Je crois que notre avenir est le métissage, l’apprentissage et le mélange de l’occitan avec d’autres langues et dans les domaines de l’art [Loc. 1].

Conclusion

  • 16 LACROIX. Philippe. 1999. « La culture occitane en marche ». Taktik, 520. p. 16.

« Si la culture occitane se cherche encore, elle rassemble (...) aujourd’hui assez d’adeptes pour pouvoir se façonner, à tenue, une identité propre »16.

  • 17 CALVET, Louis-Jean, 1994, Les voix de la ville. Paris. Payot.

71Si on voulait parler, dans le cas que nous avons examiné, de l’acquisition d’une identité, ce serait surtout dans le sens d’un discours homogène qui se dégage à travers les interviews. Son parallélisme frappant nous montre à quel point une ville peut être à la fois un lieu d’unification et celui d’une différentiation linguistique17. La structure de La Plaine contribue ainsi à la formation et à l’adaptation de concepts idéologiques au moins pour un noyau dur. A travers les interviews apparaît un discours homogène ou collectif, appuyé sur la tolérance, la solidarité et l’ouverture envers les autres cultures. Ainsi, on peut constater que les militants considèrent leur engagement comme une chance pour une coexistence multiculturelle. Cette coopération avec d’autres cultures est probablement une des particularités des militants occitanistes de Marseille, ce qui n’est pas très étonnant, vu la composition multiculturelle de la ville. En outre, l’analyse des actions occitanistes a montré que les militants partent d’un concept pan-occitaniste, qui les amène à chercher des contacts avec d’autres régions occitanes.

72Le phénomène de La Plaine, notamment l’ancrage social de l’occitan dans ce quartier, nous montre finalement l’interdépendance de la langue régionale avec son environnement, voire avec la ville et les pratiques urbaines. Cette observation rejoint la notion exprimée par Thierry Bulot à propos du territoire linguistique :

  • 18 BULOT. Thierry. 1998. « Langues en ville : une signalisation sociale des territoires ». Rouen : re (...)

La ville est une entité complexe et multiforme où se côtoient des communautés fort diverses, mais produit une culture urbaine spécifique [...]18

  • 19 GASQUET-CYRUS. 2001. « Etude sociolinguistique d’un quartier : le provençal (« occitan ») à La Pla (...)

73Dans ce cadre, on peut constater que l’occitan bénéficie de son insertion dans un réseau très dense à La Plaine. C’est finalement grâce à cette organisation de réseaux très concentrés, c’est-à-dire très proches l’un de l’autre au niveau géographique, qu’un bon contact et une collaboration entre les habitants et entre les militants occitanistes ont pu s’établir. Ceci leur permet finalement une identification au et du quartier19.

74De cette manière, l’occitan a pu prendre une place considérable dans le quartier de La Plaine. Aujourd’hui, aussi bien au niveau culturel qu’au niveau social et communautaire, des offres concernant la langue et la culture occitanes existent. Contrairement aux mouvements provençaux plus attachés aux anciennes traditions, l’engagement des militants se fait remarquer par un dynamisme contemporain inscrit dans les activités du quartier.

75Il faut, cependant, constater que le militantisme occitan n’a pas atteint ses objectifs dans la mesure où il a été incapable de modifier les usages linguistiques. La faible participation au cours de langues montre par exemple que la ré-appropriation actuelle est plutôt symbolique et ne concerne que des minorités militantes ou apparentées, issues d’un milieu plutôt intellectuel et volontariste. Mais même si la pratique ne suit pas forcément les actions, celles-ci ont su éveiller l’intérêt de la presse et sensibiliser un bon nombre des habitants de La Plaine. Dans cet enjeu, les groupes musicaux jouent un rôle majeur dans le sens ou ils ont pu transporter l’occitan en dehors des limites du quartier marseillais. C’est peut-être cette médiation par la musique qui aura dans l’ensemble le plus de succès dans le combat pour la survie de la langue régionale. Grâce aux résonances modernes que les musiciens créent à partir de spécificités régionales et locales, ils démontrent que l’héritage culturel peut renaître sous une forme moderne et attrayante. Cette nouvelle scène culturelle occitane (au niveau des activités et des concepts concernant la langue d’oc), semble finalement être un des buts les plus importants buts et un des mérites du réseau occitaniste de Marseille dans l’ensemble. Mais va-t-elle permettre de dépasser le stade de la sensibilisation et de l’intérêt des Français envers leurs langues régionales ?

76Un bon nombre de chercheurs (Blanchet. Field. Kremnitz) estiment que le mouvement occitan semble porter ses fruits au niveau populaire là où une conscience culturelle s’était forgée au cours des dix dernières années, entraînant un changement discret dans les attitudes de la population envers l’occitan. Effectivement, les interviews avec les militants et les gens du quartier montrent que la langue des ancêtres est souvent perçue de façon positive, parfois même comme repère identitaire et comme motif de fierté. Il est sûr que ces efforts ont réussi pour une certaine partie de la population marseillaise à lever le sentiment de « honte » qui pesait sur la plupart des locuteurs occitanophones.

  • 20 BOURDIEU. Pierre. 1982. Ce que parler veut dire, Fayard, pp. 140/41.

77Cette évolution pourrait peut-être promouvoir petit à petit, l’usage de l’occitan dans le quartier de La Plaine, voire Marseille. Mais il faudrait pour cela, d’un côté, que les militants jouissent d’une certaine autorité20 et, de l’autre, un soutien plus fort de la part de l’Etat. Celui-ci leur permettrait de renforcer et d’élargir leurs actions pour aboutir à une plus grande visibilité occitane à Marseille. Aujourd’hui, les militants semblent déjà avoir acquis une certaine puissance par leurs appartenances aux multiples réseaux ainsi que grâce à la popularité des groupes musicaux.

78Néanmoins, il ne faut pas oublier que la ré-acquisition de l’occitan exige un grand investissement personnel que seulement peu seront prêts à faire si l’utilité, voire l’urgence ne se présente pas. Dans le cas que nous avons examiné, il faut avouer qu’il ne s’agit que d’une poignée de militants actifs - autour de 10 à 20 - vraiment engagés.

79Si l’impact du réseau présenté reste globalement difficile à évaluer, il évolue cependant tout en cherchant constamment à s’agrandir et à nouer des contacts un peu partout. C’est peut-être cette ouverture qui permettra finalement au mouvement de La Plaine de se propager en dehors du quartier, voire de Marseille.

  • 21 Ce conflit n’a pas été approfondi dans cette enquête. Il sera intéressant de l’inclure dans des re (...)

80Or, il reste encore un problème à résoudre : celui de l’appellation de la langue régionale (provençal/occitan), liée à une certaine vision des choses21. Certes, il est commun que des rassemblements idéologiques aient leurs propres tendances mais dans le cas qui nous occupe, il s’agit d’une discorde qui ne peut que nuire aux objectifs des militants. De plus, cette opposition des discours peut entraîner une confusion au niveau de la réception par les locuteurs plus âgés qui ne connaissent pas ces nouveaux termes. M. Gasquet-Cyrus craint, ajuste titre, qu’en plus

  • 22 GASQUET-CYRUS 2001. p. 60.

d’un décalage inévitable entre des générations qui ne partagent pas la même conception de la culture (a fortiori « urbaine »). on pourrait assister à une attitude ambiguë ou hésitante de la part de locuteurs qui saluent l’initiative de plus jeunes pour redynamiser la langue, mais qui ne suivent pas toujours bien leur logique ni leurs discours (musique, politique. cosmopolitisme) ou qui ne reconnaissent plus leur « patois » dans la bouche des jeunes22.

81Il se demande donc si l’approche différente de la langue régionale (provençal ou occitan) repose sur une opposition imaginaire, ou si, à force, elle est en train de devenir une réalité.

82Comme il s’agit d’une langue retrouvée, le provençal n’a sûrement pas pu garder sa forme originale en entier. Mais s’agit-t-il ici d’un néo-provençal/occitan ou plutôt d’un parler urbain, parlé seulement entre les militants de La Plaine ?

  • 23 GASQUET-CYRUS 2001. p. 60.

83De toute façon. « la guerre des langues peut aussi n’avoir lieu que sur le terrain des représentations, faute de combattants sur celui des pratiques »23. Par conséquent, les représentations socioculturelles de la langue, qu’elles soient symboliques ou médiatiques, ainsi que son ancrage dans un quartier, une culture urbaine, sont amenées à jouer un rôle déterminant pour le sort des langues régionales, surtout dans une ville plurilingue comme Marseille.

Bibliographie

Extrait de bibliographie

BLANCHET. Philippe. 2001. « Situation actuelle du provençal dans la conscience régionale ». in J.-L. Fauconnier (dir.). micRo-mania 38, Charleroi. CROMBEL, pp. 3-12.

BULOT. Thierry, 1998. « Langues en ville : une signalisation sociale des territoires », in Rouen : reconstruction, langages (Sociolinguistique normande : langues en ville). Etudes normandes, 1, Association Etudes Normandes, Mont Saint Aignan, pp. 59-71.

BULOT. Thierry. 1990. « La production de l’espace urbain à Rouen : mise en mots de la ville urbanisée », in T. Bulot (dir.) et N. Tsekos. Langue urbaine et identité (Langue et urbanisation à Rouen, Venise, Berlin, Athènes et Mons). Paris. L’Harmattan, pp. 41-70.

BOURDIEU. Pierre. 1982. Ce que parler veut dire, Paris. Fayard.

CALVET, Jean-Louis, 1994, Les voix de la ville, Paris, Payot.

CASTAN. Félix-Marcel. 1984. Manifeste multi-culturel et anti-régionaliste. Montauban. Cocagne.

CRYSTAL, David, 1999, « La diversité linguistique : un atout pour l’humanité », Courrier International, 486, p. 36.

FISCHER, Mathilde. 1988, Sprachbewusstsein in Paris, Wien, Böhlau.

FRIEDRICHS, Jiirgen. 1980, Methoclen empirischer Sozialforschung, Opladen,l4 Westdeutscher Verlag.

GASQUET-CYRUS, Médéric, 2001, « Etude sociolinguistique d’un quartier : le provençal (« occitan ») à La Plaine (Marseille) » in Cahiers de Sociolinguistique, 6, T. Bulot, C. Bauvois et T. Blanchet (dirs.), Sociolinguistique urbaine -Variations linguistiques : images urbaines et sociales. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, pp. 48-63.

GILLES, Bruno, 2000, « Marseille, capitale occitane », Culture, 106, pp. 16-20.

GILLES Bruno, 2001, « D’oc Quichotte du chant », Le Pavé, 147, p. 15.

HUMBERT, Valéry, 1999, « Dossier : identité Marseille (3) », Taktik, 519. p. 4.

KISTERS, Andreas, 1997, Un païs que vol cantar. Okzitanische Musik der Gegenwart als Beispiel fur Regionalismus in der populären Musikkultur, Wien. Ed. Praesens (Beihefte zu Quo Vadis, 2).

KREMNITZ, Georg. 1981. Dos Okzitanische. Sprachgeschichte und Soziologie, Tübingen, Max Niemeyer (Romanistische Arbeitshefte, 23).

LACROIX, Philippe, 1999, « La culture occitane en marche », Taktik, 520. p. 16.

PERRET. Pierre. 2000, « Marseille trop puissant ! », Nouvelle Vague. 52, p. 3.

PLISKIN, Fabrice. 1999, « Occitan : la fierté retrouvée », Le Nouvel Observateur, 1825, p. 126.

RISPAIL. Marielle, 2000, « Quand les villes se mettent à chanter ». in L.-J. Calvet et A.

MOUSSIROU-MOUYAMA (éds.). Le plurilinguisme urbain, actes du colloque de Libreville (25-29 septembre 2000). Didier Erudition, coll. Langues et Développement, pp. 405-211.

SCHLIEBEN-LANGE. Brigitte 1991, Soziolinguistik, Berlin/Köln :3 W. Kohlhammer.

l.,La Plaine’. Soziolinguistische Untersuchung eines Marseiller Stadtviertels okzitanischer Prägung. Vorgelegt im Rahmen der Diplom-prüfung tür den Studiengang »Frankreichstudien« im Fachbereich »Philosophie- une! Geisteswisscnschaften« Paris. 30. März 2002,Gutachter : Professor Dr. Jürgen Trabant.

et l’article : 2. Nagy. Ursula (2002). « Le réseau occitan de la Plaine », in M. Gasquet-Cyrus et al., Marseille au filtre d’un quartier : la Plaine. Etude sociolinguistique d’un quartier dans sa ville, rapport de recherches remis au Ministère de l’Education Nationale, de la Recherche et de la Technologie et au CNRS, action concertée incitative »Villes", inédit. 288 pages.

Annexes

Annexes

Personnes interrogées (citées dans l’article)

[Loc. 1] H, env. 40 ans. fonctionnaire, rédacteur à France 3. écrivain occitan

[Loc. 2] H, organisateur de spectacles culturels à Marseille, membre d’un groupe occitan en cours de formation

[Loc. 3] F, enseignante d’occitan dans une école primaire à Marseille

[Loc. 4] H, env. 40 ans. organisateur des Festivals de musiques méditerranéennes et occitanes à l’Intermédiaire, ancien enseignant de la langue d’oc à l’intermédiaire

[Loc. 5] H, membre fondateur de l’association micmac

[Loc. 6] H, env. 35-40 ans. chanteur occitan, chef de chœur d’une chorale de chants provençaux au Tipi, ancien enseignant de la langue d’oc au Tipi

[Loc. 7] H, env. 30-45 ans. chanteur dans un groupe occitan

[Loc. 8] H, adhérent à La Plaine sans frontières, militant occitan

[Loc. 9] F, env. 55 ans. chercheuse au CNRS, ancienne enseignante de la langue d’oc dans une librairie

[Loc. 10] H, env. 65 ans. spécialiste des traditions populaires, enseignant de la langue occitane à Marseille en 1994/95

[Loc. 11] H, env. 35 ans. adhérent à l.a Plaine sans frontières, ancien journaliste dans le journal Taktik. spécialisé sur les groupes occitans

[Loc. 12] H, env. 30-35 ans. instituteur, un des organisateurs principaux du projet L’Ostau dau païs marselhés. ancien enseignant de la langue d’oc à l’Intermédiaire

[Loc. 13] H, env. 70 ans. membre du Parti occitan un des organisateurs principaux du projet L’Ostau dau païs marselhés

Protocole d'entretiens

1. Votre démarche personnelle : Pourquoi est-ce que vous vous êtes intéressé à l’occitan ?

2. Qu’est-ce que c’est l’occitan ? (Définition)

Y a-t-il une spécificité de la langue occitane par rapport au Français standard, en quoi se distingue-t-elle du français ?

3. Quelle graphie utilisez-vous et sur quel occitan est-ce que vous vous appuyez ?

4. Qu’est-ce que l’occitan signifie pour vous ? (au niveau culturel, identitaire, historique, idéologique...)

5. Pourquoi défendez-vous l’occitan ?

6. Qu’est-ce que ça signifie d’être un militant occitan ?

7. Est-ce que la défense de l’occitan va de pair avec une idée politique ?

8. Qu’est-ce que vous revendiquez pour l’occitan ? Qu’est ce qui ne vous plaît pas dans l’état actuel ?

9. Quel rôle joue l’occitan aujourd’hui à Marseille et à La Plaine ?

10. Est-ce que vous entendez du provençal dans les rues, à La Plaine ? Combien de gens le parlent ou le comprennent encore ?

11. Comment ressentez-vous l’intérêt qui se manifeste envers le provençal ? Est-ce qu’il y a eu un changement, une évolution / régression ?

12. Peut-on parler d’une diglossie à Marseille ?

13. Est-ce que vous rencontrez des gens qui ont un complexe, refusent de parler l’occitan ? Quels sont les réactions lorsque vous vous adressez aux gens en provençal ?

14. Quels sont vos références (littérature, auteurs) ?

15. Quel avenir attribuez-vous à l’occitan ?

Notes

2 PLISKIN. Fabrice. 1999, « Occitan, la fierté retrouvée ». Le Nouvel Observateur, 825, p. 127.

3 PERRET, Pierre. 2000. « Marseille trop puissant ». Nouvelle Vague, 52. p. 3.

4 SCHLIEBEN-LANGE. Brigitte. 1991. Soziolinguistik, Berlin/Köln. 3W. Kohlhammer, p. 121.

5 Il s’agit de questions « intégratives » (cf. SCHLIEBEN-LANGE 1991, p. 120) qui incorporent la collusion de phénomènes sociaux et linguistiques.

6 Cette méthode d’interviews intensifs est conseillée par le sociologie Friedrichs pour obtenir des informations détaillées en tenant compte de la perspective, de la langue et des exigences des interlocuteurs en question (cf. FRIEDRICHS. Jür-gen. 1980. Methoden empirischer Sozialforschung. Opladen. 14Westdeutscher Verlag, p. 224).

7 Comme par exemple le groupe occitan Fabulons Troubadours de Toulouse et Nux Vomica de Nice (cf. Loc. 3).

8 Il s’agit d’une soirée fondée sur le principe du Sound System (base instrumentale fournissant une mélodie basique sur laquelle les danseurs peuvent chanter) qui passent le micro à des volontaires.

9 Ce nom vient du provençal et signifie « le lien ».

10 Abréviation pour « mouvement innovant en coordination de moyen et d’actions culturelles ».

11 Son siège se trouve en dehors des limites de La Plaine, tout en n’étant pas loin. L’association créée en mars 1997. compte environ 180 membres dans toute la fiance, mais elle s’étend surtout vers le sud de la France [cf. Loc. 5].

12 Gacha Empega est l’ancien groupe de « polyphonies marseillaises » de La Plaine.

13 Après leur premier disque « L'Usina » (2000). qui s'est vendu à 5-6 milles exemplaires (!). Dupain a produit, sous la direction de Virgin, un remix du premier disque, sorti en avril 2001.

14 Il s’agit d’un mélange d’électronique, jungle et de trance.

15 « Comme depuis longtemps on milite dans des associations occitanistes (IEO. Mesclun, etc.), eh. au début, c’était... il fallait se forcer pour parler l’occitan. Et puis ça durait 5 minutes et puis dès qu’il y en avait un qui savait pas comment dire en occitan il parlait français c’était foutu. Maintenant, c’est le contraire. Dans les mêmes associations tout le monde parle occitan et si y en a un qui dit trois mots de français, il revient à l’occitan quand même » [Loc. 13].

16 LACROIX. Philippe. 1999. « La culture occitane en marche ». Taktik, 520. p. 16.

17 CALVET, Louis-Jean, 1994, Les voix de la ville. Paris. Payot.

18 BULOT. Thierry. 1998. « Langues en ville : une signalisation sociale des territoires ». Rouen : reconstruction, langages (Sociolinguistique normade : langues en ville). 1. p. 59.

19 GASQUET-CYRUS. 2001. « Etude sociolinguistique d’un quartier : le provençal (« occitan ») à La Plaine (Marseille) », Cahiers de Sociolinguistique. 6, T. Bulot. C. Bauvois et P. Blanchet (dirs.). Sociolinguistique urbaine - Variations linguistiques : images urbaines et sociales. Rennes. Presses Universitaires de Rennes, pp. 48-63.

20 BOURDIEU. Pierre. 1982. Ce que parler veut dire, Fayard, pp. 140/41.

21 Ce conflit n’a pas été approfondi dans cette enquête. Il sera intéressant de l’inclure dans des recherches ultérieures.

22 GASQUET-CYRUS 2001. p. 60.

23 GASQUET-CYRUS 2001. p. 60.

Auteur

Université Libre de Berlin

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search