Version classiqueVersion mobile

Nouvelle recherche en domaine occitan

 | 
Hervé Lieutard
, 
Marie-Jeanne Verny

Presentation

Paul Siblot

Texte intégral

1Le premier colloque de jeunes chercheurs organisé à l’université Paul Valéry l’a été en 1999 par les doctorants de l’UMR CNRS 5475. Il avait réuni les forces des deux équipes de cette unité, Redoc et Praxiling, pour des « Etats de la jeune recherche » en domaine occitan et en sciences du langage. Depuis, chacune des composantes s’est confortée dans ses domaines de compétence propres et les jeunes chercheurs, forts de leur expérience initiale, ont choisi de poursuivre de façon mieux circonscrite. Les linguistes ont en 2001 réfléchi sur les « Aspects de la prédication » et les occitanistes livrent maintenant les résultats de la confrontation de leurs réflexions en 2002. De ces travaux quelques constats immédiats peuvent être tirés.

2Le premier est celui de la diversification de la formule, de la continuité qui s’installe et de l’intérêt dont témoignent les intéressés. Le second est celui de la qualité scientifique des rencontres et d’une publication qui n’a rien à envier à celle de colloques universitaires plus classiques. Il suffit pour s’en convaincre de se reporter aux contributions dont ces actes présentent le recueil. Comment puis-je en juger, moi qui n’ai aucune autorité en domaine occitan ? Et bien, je revendique d’abord une lecture d’« honnête homme » en poétique. L’impression que je garde du Livre de Catoia est suffisamment forte, l’estime et l’intérêt que j’éprouve pour le libre, capricieux mais sûr cheminement de Roland Pécout entre les langues sont assez grands pour que je ne m’éprouve pas en pays de méconnaissance, pour que les études présentées me donnent à comprendre ce que j’avais ressenti, ou à découvrir ce que je n’avais pas su percevoir. Et j’en sais gré aux analystes. Je dois cependant avouer que ma maîtrise des langues romanes ne me permet pas de faire fond sur un « sentiment linguistique », ni sur le jugement personnel des nuances auxquelles se confronte le traducteur du texte occitan en italien ou en catalan. Je me heurte aux mêmes difficultés dans la comparaison des valeurs du futur en occitan, en français et en catalan. Du moins puis-je me faire une opinion sur l’usage des outils théoriques ou la rigueur d’une méthode. Pour certaines questions, en terrain scientifique reconnu, je peux alors pleinement suivre l’analyse et voir comment tel champ sémantique se trouve déplacé puis recomposé par le passage d’une frontière linguistique ou sous la contrainte d’une traduction. Voir qu’appeler la même langue occitan, gascon, béarnais ou patois illustre de façon exemplaire la dynamique et le dialogisme de la nomination. Je suis alors assuré de la vendange, et par là moi-même rassuré.

3Mais cette assurance me fait question. Est-ce bien toujours un colloque de « jeunes chercheurs » ? Par l’âge assurément, pour le contenu certainement pas. Propos sujet à caution puisque d’un chercheur qu’un usage bienséant et flatteur ne dit pas « âgé » mais « confirmé » ; en somme d’un chercheur qui se féliciterait de féliciter les autres. Aussi n’avez-vous, cher jeune ou moins jeune lecteur, d’autre ressource que d’aller dans cet ouvrage faire vous-même votre propre vendange. Vous verrez, vous n’en serez pas déçu.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search