Version classiqueVersion mobile

Les Nomades de Mésopotamie au temps des rois de Mari

 | 
Jean-Robert Kupper

Chapitre V. Les Ḫabiru

Texte intégral

  • 1 Ce dossier, paru en 1954 dans les Cahiers de la Société Asiatique de Paris, est essentiellement un(...)

1Une enquête sur les nomades au IIe millénaire avant notre ère serait incomplète si elle ne s'étendait pas au problème des Ḫabiru. Ce problème est évidemment trop vaste pour être traité ici in extenso. Il déborderait largement, dans l'espace et dans le temps, le cadre de notre recherche. A lui seul, il pourrait faire le thème d'une étude approfondie, à laquelle il serait souhaitable que plusieurs spécialistes travaillent de concert. D'autre part, la IVe Rencontre assyriologique internationale lui a réservé une journée d'étude (Paris, 30 juin 1953), qui a mis en relief, outre l'abondance de la documentation déjà recueillie, la complexité des questions qui se posent et la diversité des thèses en présence. En même temps, elle a donné l'occasion à J. Bottéro de réunir en un seul dossier tous les éléments du problème1. Enfin, tout porte à croire que le terme Ḫabiru a passé par différentes étapes au cours de sa carrière, c'est-à-dire qu'il a pu revêtir des acceptions variant suivant les temps et les lieux. Pour ces raisons, j'entends m'intéresser aux Ḫabiru seulement dans la mesure où ils interviennent en Mésopotamie à l'époque de la Ire dynastie babylonienne, sans viser à dégager des conclusions générales. Pour le reste, on trouvera la bibliographie et l'ensemble des références dans l'ouvrage de J. Bottéro.

  • 2 On peut négliger la mention des LÚ.MEŠ SA.GAZ dans un fragment hittite qui met en scène Narâm-Sin (...)
  • 3 Cf. Bottéro, op. cit., p. 141-143. Les lexicographes accadiens n'ont pas signalé l'équivalence SA (...)
  • 4 Cf. Bottéro, op. cit., p. 3-5 ; B. Landsberger, ibid., p. 199-200, traduit partout « brigandage » (...)
  • 5 Cf. Bottéro, op. cit., p. 13-15. M. Greenberg a cité encore un passage du code de Lipit-Ištar, où (...)

2C'est précisément à l'ancienne époque babylonienne qu'apparaissent les plus anciennes mentions du terme Ḫabiru lui-même, mais son équivalent idéographique sa.gaz se rencontre déjà dans des textes remontant à la IIIe dynastie d'Ur2. Il importe toutefois de savoir à partir de quel moment l'idéogramme, que les vocabulaires s'accordent à expliquer par l'accadien ḫabbâtu « pillard »3, a servi à désigner spécifiquement les Ḫabiru. Dans les passages mentionnés par les spécialistes lors de la journée d'étude de Paris, c'est le sens de « jeter à bas », « commettre une agression », ou celui d'« agresseur », lorsqu'on a LÚ.SA.GAZ, qui s'attache à l'expression4. Quelques textes littéraires sumériens datant de la fin de la IIIe dynastie ou du temps d'Isin-Larsa appliquent le terme (LÚ).sa.gaz à des malfaiteurs, à des bandits de grand chemin5. Le sens est clairement péjoratif, mais il n'autorise pas pour autant à reconnaître nos Ḫabiru dans ces individus peu recommandables. Il est donc prudent, dans l'état actuel de nos connaissances, de faire commencer leur histoire à la première apparition de l'écriture syllabique de leur nom.

  • 6 Archives d'histoire du droit oriental, II (1938), p. 128-131. Cf. Bottéro, op. cit., p. 8-10 ; vo (...)

3Parmi les textes en vieil-assyrien découverts à Alishar, au cœur de l'Anatolie, et publiés par I. J. Gelb, figure une lettre, qui concerne la libération d'un groupe de Ḫabiru captifs (OIP, XXVII, n° 5). Comme l'a fait ressortir J. Lewy, qui a repris l'étude du document6, ces Ḫabiru devaient être des mercenaires au service d'un prince local, détenus, vraisemblablement à Alishar même, à la suite d'un épisode qui n'est pas rapporté. J. Lewy suppose qu'ils avaient pénétré illégalement sur le territoire d'un autre état, c'est-à-dire celui de la ville où ils sont internés ; ne s'agit-il pas plus simplement de prisonniers de guerre ? L'expéditeur de la lettre prie son correspondant, qui est sur place, d'interroger les autorités à leur sujet : ont- elles l'intention de renvoyer les captifs ? Sinon, qu'il s'emploie à les racheter et qu'il lui fasse connaître le montant de la rançon ; les Ḫabiru ont largement de quoi payer leur rachat. Ce détail, qui éclaire la portée de l'affaire, — une opération commerciale (cf. E. Dhorme, RHR, 1938, II, p. 183), — prouve que les intéressés n'étaient pas de pauvres hères, dépourvus de ressources.

4Vers la même époque, la présence des Ḫabiru est signalée en Babylonie. Une série de documents provenant d'Ur et datés du règne de Warad-Sin enregistrent des livraisons de petit bétail destiné au ravitaillement des .sa.gaz (YOS, V, nos 33, 46, 47, 50, 51, 52, 53 = Bottéro, Ḫabiru, nos 9-15, p. 16-18). Ces pièces comptables diffèrent des listes de rationnaires courantes, qui ont l'habitude d'énumérer les divers bénéficiaires. Les scribes ne considèrent ici que des groupes d'individus, qui devaient vivre ensemble et exercer une activité commune, sur laquelle nous ne sommes pas renseignés ; en tout cas, ils étaient au service de l'État. On peut estimer qu'ils devaient être assez nombreux. A part deux textes qui appartiennent à l'an 5 de Warad-Sin (nos 33 et 47), les autres remontent à l'an 2 ; trois sont datés du 7e mois (nos 51 à 53) et deux du 9e (nos46 et 50). Pour le 7e mois, l'indication du jour faisant défaut, les livraisons portent sur un total de 67 moutons ; or il serait bien échu que la comptabilité tout entière nous soit parvenue.

5Appartenant au début du règne suivant, celui de Rîm-Sin, une petite tablette, qui a été publiée jadis par le P. Scheil 12 [1915], p. 115 = Bottéro, op. cit., n° 16, p. 18), fait état de la livraison de quatre ou cinq tuniques (túg. gú.è), dont les destinataires sont désignés comme des uku.uš.meš awilḪa-bi-ri. On pourrait comprendre soit « les rêdû des Ḫabiru », soit « les rêdû qui sont des Ḫabiru ». Comme le terme rêdûm s'applique à une catégorie particulière de militaires plutôt qu'à des officiers d'un certain grade, il est préférable d'adopter la seconde interprétation (cf. Bottéro, op. cit., p. 26). Nous tenons maintenant la preuve que les Ḫabiru au service des rois de Larsa pratiquaient le métier des armes. Il est probable qu'il y avait de même des Ḫabiru dans l'armée babylonienne. Dans une lettre à Sin-idinnam, Ḫammurabi fait allusion à un personnage qu'il qualifie de pa .sa.gaz.meŠ « chef des Ḫabiru » (VAB, VI, 26 [= Bottéro, op. cit., n° 17, p. 18], l. 8). Un nouveau document, provenant sans doute de Basse Mésopotamie et daté par son éditeur, J. J. Finkelstein, de la fin de la Ire dynastie babylonienne (apud Bottéro, op. cit., p. 177-180), énumère huit individus, qualifiés de lú.sa. gaz.meš. Six portent des noms accadiens, deux, des noms « ouest-sémitiques ». L'un de ceux-ci, Lânasûm, est distingué de la façon suivante : libbi ṣâb Al-la-mu-ti-i. Le terme est un gentilice ; il désigne vraisemblablement une tribu.

6Hors de la Babylonie, dans l'Est, on rencontre des Ḫabiru jusqu'en Élam. Rappelons ici le texte de Suse, cité plus haut (p. 185=Bottéro, op. cit., n° 35, p. 24), qui mentionne des localités proches de la frontière babylonienne, où étaient cantonnés des contingents amorrhéens ; l'une de ces localités s'appelle Ḫa-bi-riki. Qu'il s'agisse d'un véritable centre urbain ou, plus probablement, d'un poste militaire, l'endroit devait tirer son nom de la présence actuelle ou ancienne de Ḫabiru.

  • 7 Il faut comprendre ebertam annîtam (l. 12) « sur la rive en face d'ici », suivant l'interprétation (...)
  • 8 L. 13-14 : Ḫa-bi-ri ša ma-a-tim. A. L. Oppenheim entend par mâtum le territoire situé en dehors de (...)

7Pour la Haute Mésopotamie, la parole est aux archives de Mari. Dès le début du déchiffrement, M. Dhorme a réuni et commenté plusieurs textes inédits ayant trait aux Ḫabiru, qui proviennent de ces archives (RHR, 1938, II, p. 174-176). Depuis, le dossier s'est notablement enrichi, si bien qu'il paraît justifié de reprendre l'examen de toute la documentation. Dans la majorité des cas, les Ḫabiru sont formés en bandes hostiles. Le dub.sar.mar.tu Mašum (cf. ci-dessus, p. 194) rapporte à Šamši-Addu l'action qu'il a menée contre un parti ennemi, fort de deux mille Ḫabiru (ARM, II, 131 = Bottéro, op. cit., n° 18, p. 18-19). A peine arrivé à Šubat-Šamaš, où il s'était rendu pour répondre à l'appel du gouverneur de la ville, Mašum est averti que l'ennemi a fortifié une localité sur les bords de l'Euphrate7 : « avec deux mille soldats Ḫabiru du pays, il se tient dans cette ville ». A la tête de ses propres troupes et de la garnison de Šubat-Šamaš, Mašum se hâte alors de fortifier à son tour une localité faisant face à la ville tenue par l'adversaire. Voyant la parade de Mašum et l'aide que lui fournit la population, l'ennemi lève un feu auquel répondent toutes les villes de la rive opposée, celle du pays d'Ursum. Mašum, lui, n'ose passer à l'attaque, parce que, dit-il, les troupes na-bu-[tum] (l. 33) sont nombreuses à l'intérieur du rempart. Si l'on accepte cette lecture, due à W. von Soden (Orient., N.S., 22 [1953], p. 202), on se demandera à qui s'applique le terme de « fuyard ». C'est aux Ḫabiru que l'on serait tenté de penser, car ils occupent la ville en nombre. Mais ce sont des « Ḫabiru du pays »8. Par conséquent, il faut chercher ailleurs ; peut-être s'agit-il de déserteurs de l'armée de Šamši-Addu.

  • 9 Cf. Bottéro, op. cit., p. 19, n. 1. Un personnage nommé Ia-a-pa-aḫ-dAddu se rend auprès des rois d (...)

8Quant au théâtre de ces événements, il doit se trouver en Haute Mésopotamie occidentale. Le district de Šubat-Šamaš est voisin de la Tuttul du Balîḫ (cf. A. Finet, ARMT, XV, p. 134-135). La mention d'Ursu dans le contexte m'a conduit, il y a quelques années, à reconsidérer le problème, vivement controversé, de la localisation de cette cité (RA, 43 [1949], p. 79-87). Malgré la prise de position catégorique de J. Lewy (HUCA, XXIII [1950-1951], p. 371, n. 46), qui néglige le présent passage, l'identification d'Ursu avec ‘Arsuz, sur le golfe d'Alexandrette, doit être, à mon sens, définitivement abandonnée. En revanche, la solution que je défendais, à savoir l'identification avec Urfa, est infirmée par le propre texte que nous étudions. Le royaume de Šamši-Addu englobait la Mésopotamie supérieure, c'est-à-dire qu'il s'étendait à l'est de l'Euphrate. Par conséquent, le territoire d'Ursu, se trouvant de l'autre côté du fleuve, en bordait nécessairement la rive droite. C'est pourquoi l'hypothèse de E. Bilgiç (Ortsnamen, p. 25-26), à laquelle A. Goetze s'est rallié (Itinerary, p. 70), qui place Ursu au nord de l'Euphrate, en Commagène méridionale, semble actuellement répondre le mieux à toutes les exigences. Ainsi, l'épisode relaté par Mašum peut s'être déroulé entre Biredjik et Samosate. Quant à son adversaire, Ia-pa-ḫa-aAddu, il est peu connu9 ; il n'y a aucune raison de le considérer lui-même comme un Ḫabiru.

  • 10 Cf. A. Goetze, apud Bottéro, op. cit., p. 201. En revanche, E. Bilgiç a soin de distinguer les deu (...)
  • 11 La thèse savamment développée par J. Lewy, qui aboutit à placer Eluḫut à Qinnesrîn, au sud-ouest d (...)
  • 12 Sur la qualité d'Ibal-Addu, voir Dossin, Arch, éc., p. 109 ; Finet, ARMT, XV, p. 148. Les lettres (...)
  • 13 Traduire (l. 11-13) : « à cause de leur anxiété constante, ils sont partis vers les passes ( ?) (n (...)

9Les textes qui suivent proviennent de la correspondance de ZimriLim. Dans une lettre adressée au roi, Ibal-Addu annonce qu'il se rend à Lu-ḫa-iaki. La ville, qui se trouve en face du pays de Zalma-qum, vient d'être razziée par des gens de Talḫayûm et des Ḫabiru. Les pillards ont enlevé cinq cents moutons et ont tué ou emmené dix hommes (Bottéro, Ḫabiru, n° 28, p. 22). Ici, les Ḫabiru ont fait cause commune avec les habitants d'une cité située dans la région comprise entre le haut Ḫabur et le Balîḫ (cf. ci-dessus, p. 8), qui devait être plus ou moins voisine de la localité attaquée, celle-ci étant proche du Zalmaqum, autrement dit le pays de Ḫarrân. Il est possible d'ailleurs que Luḫaya ne soit qu'un autre nom de la ville d'Elaḫut, ou Eluḫut, suivant la suggestion de J. Lewy, qui identifie Eluḫut et Luḫa, les deux localités apparaissant pareillement dans les tablettes cappadociennes (Studies, p. 393-397)10. En tout cas, il semble bien que toutes deux doivent être recherchées approximativement dans la même région : Luḫaya est sur les confins du Zalmaqum et Elaḫut se trouve, selon toute apparence, dans le secteur occidental de la Mésopotamie supérieure11. Enfin, l'expéditeur de la lettre, Ibal-Addu, n'est autre que le roi d'Ašlakkâ, devenu le vassal de Zimri-Lim12 ; or la ville d'Ašlakkâ était proche d'Ašnakkum et de Naḫur (cf. ci-dessus, p. 9). Dans un autre message également destiné à Zimri-Lim, Ibal-Addu évoque la menace que les Ḫabiru font peser sur sa propre cité (Bottéro, op. cit., n° 27, p. 22) ; pris de panique, les habitants ont fui13, mais, quant à lui, il montera bonne garde.

  • 14 Le texte présente ici une difficulté. Au lieu de a-na pa-an Ḫ., qu'on attendrait normalement (cf. (...)
  • 15 Le nom de la localité s'écrit Šuruzim (outre le présent passage, cf. Dossin, Arch. ép., p. 115) ou(...)
  • 16 La restitution [II-ba]-al-dAddu (texte n° 21) paraît assurée. Un autre passage, très fragmentaire, (...)

10Les lettres d'Itûr-Asdu, gouverneur de Naḫur, contiennent plusieurs allusions aux menées hostiles des Ḫabiru. Dans un message antérieur, Itûr-Asdu avait signalé à son maître, sur la foi d'un rapport émanant d'Aškur-Addu, que les Ḫabiru, qui étaient sortis de Šuruzim et se trouvaient en face de Ḫali-sumu, avaient capturé pendant la nuit la ville de Iaḫmumum ; à présent, le gouverneur de Naḫur annonce que Ḫali-sumu a pu réoccuper la ville (Bottéro, op. cit, n° 20, p. 19). Les antécédents de l'affaire ne sont pas exposés, mais on peut imaginer qu'elle s'est déroulée de la façon suivante : à la nouvelle de l'arrivée de Ḫali-sumu, roi d'Ilânṣûrâ, accouru pour les déloger de Šuruzim qu'ils venaient de mettre à sac, les Ḫabiru se sont retirés de la ville afin de n'y être pas surpris comme rats au piège. Dans la campagne environnante, ils prennent position devant Ḫali-sumu14. La nuit tombée, profitant de l'obscurité, ils s'esquivent pour tomber à l'improviste sur une autre cité, probablement mal défendue. Comme Itûr-Asdu signale que celle-ci est revenue au pouvoir de Ḫali-sumu, sans parler de victoire, il est à croire que les Ḫabiru s'étaient contentés de piller la ville pour disparaître ensuite. Tous les noms de lieux dont il est question nous sont connus : Naḫur (cf. ci-dessus, p. 8), Ilânṣûrâ (p. 8, n. 1), Šuruzim (ibid.)15 et Iaḫmumum (p. 48). Ils doivent jalonner la carte de la Haute Mésopotamie, à l'ouest du Ḫabur. Selon d'autres lettres d'Itûr-Asdu, les Ḫabiru se proposent de prendre la ville d'Ašušik, qui est inconnue par ailleurs (Bottéro, op. cit., nos 21 et 22, p. 20). Cette fois, les pillards n'agissent pas pour leur propre compte, mais bien pour celui du roi d'Ašlakkâ16 !

11A son tour, le roi d'Ašnakkum, Šadunlaba (cf. ci-dessus, p. 230, n. 1), parle des Ḫabiru dans un contexte fort mutilé (Bottéro, op. cit., n° 26, p. 21) ; il semble toutefois qu'une attaque ait été menée jusqu'à la porte de la ville. Un autre correspondant du roi, dont le nom est perdu, signale que les Ḫabiru ne cessent de lancer des rezzous dans l'Idamaraṣ (ibid., n° 25, p. 21).

  • 17 Dans la lettre ARM, II, 62, l. 5' ss., il est question de l'annexion de Naḫur par Aškur-Addu. D'ap (...)

12Les Ḫabiru, on vient de le voir, louent parfois leurs services aux princes locaux. Itûr-Asdu lui-même ne craint pas d'avoir recours à eux (ibid., n° 24, p. 20). Une lettre d'un certain Iabḫur-Lim nous montre des Ḫabiru en service auprès d'Aškur-Addu (ša it-ti A. iz-zi-iz-zu), qui se rendent chez un prince du nom de Iarkab-Addu, au district de Šubat-Šamaš (ibid., n° 29, p. 23). Iarkab-Addu doit être un personnage assez considérable, car il écrit à Zimri-Lim sur un ton d'égalité (cf. Dossin, Arch, ép., p. 120). Quant à Aškur-Addu, plusieurs documents le donnent formellement pour roi de la ville de Karanâ (cf. Finet, ARMT, XV, p. 142), que l'on place de coutume sur la rive gauche du Tigre moyen, mais il paraît parfois en relation avec la Mésopotamie du Nord17. En tout cas, Subat- Šamaš se trouvait dans le voisinage de la vallée du Balîḫ (cf. ci-dessus, p. 253).

13C'est encore sous cet aspect d'auxiliaires que les Ḫabiru se présentent dans un document décisif, révélé déjà avant la guerre par Ch. Jean (RÉS, 1938, p. 132 = Bottéro, op. cit., n° 19, p. 19), mais resté inaperçu, De nouveau, il s'agit d'une lettre expédiée à Zimri- Lim par le gouverneur de Naḫur. « A présent, relate-t-il, un homme du nom d'Izinabû, un Iamutbaléen, trente Iamutbaléens ḫabiru vont sous son commandement ». Comme le message émane de Naḫur, on se prend à mettre en doute l'assimilation du pays de Iamutbal des archives de Mari au Iamutbal classique, de l'autre côté du Tigre. Mais on a rencontré, en marche le long de l'Euphrate, une tribu portant le nom de Iamutbal (cf. ci-dessus, p. 216) ; la solution est sans doute là. Il faut encore expliquer l'expression Ia-mu-ut-ba-la- yu ḫa-bi-ru. Le premier terme est un gentilice. A la rigueur, on pourrait concevoir deux gentilices successifs, en évoquant l'exemple de l' « Amorrhéen sutéen » (cf. ci-dessus, p. 88). Mais les deux cas ne sont pas parallèles. La tribu de Iamutbal constitue déjà un groupe relativement restreint et le terme de Ḫabiru s'applique à un ensemble beaucoup plus vaste, sans compter qu'il n'a pas la forme d'un gentilice. Va-t-on songer plutôt à une apposition : « trente Iamutbaléens, c'est-à-dire des Ḫabiru » ? Dans ce cas, on devrait considérer que tous les Iamutbaléens, et non seulement certains d'entre eux, faisaient partie des Ḫabiru. L'interprétation ne peut se défendre ; pourquoi aurait-on cru utile de rappeler, ce que chacun devait savoir, que les Iamutbaléens appartenaient au peuple des Ḫabiru ? Force est donc de retirer au terme de Ḫabiru une éventuelle signification ethnique et d'admettre qu'il joue ici le rôle d'un adjectif descriptif, évoquant un genre de vie ou caractérisant une certaine classe de la population. En d'autres termes, Itûr-Asdu qualifie de Ḫabiru certains membres de la tribu « ouest-sémitique » de Iamutbal en raison de leurs activités particulières ou de leur condition sociale.

  • 18 NPN, p. 214 ; cf. Bottéro, op. cit., p. 2, n. 1. L'hypothèse est acceptée, avec une certaine réser (...)

14Jusqu'à présent, nous n'avons rencontré que des groupes de Ḫabiru ; le terme apparaît aussi, une seule fois, au singulier, pourvu naturellement de la mimmation. Un envoyé de Zimri-Lim dans un pays du Moyen-Tigre fait allusion à un awîlḫa-bi-ri-im, qui s'est enfui d'Ešnunna (Bottéro, op. cit., n° 30, p. 23). Enfin, Ḫabirum est employé aussi comme nom de personne ; il est porté par un messager d'Ešnunna et par un habitant du pays de Suḫi, au sud de Mari (ibid., nos 32 et 33, p. 24). On avait déjà relevé le nom de Ḫa-bi- ra-am (au nominatif !) sur un document vieil-accadien de Tell Brak, dans le Haut-Ḫabur (Iraq, 7 [1940], pl. V, F 1159, rev. l. 8), mais P. M. Purves l'a classé comme hurrite18. Si l'hypothèse est recevable, elle doit valoir aussi pour les archives de Mari. En tout cas, celles-ci ne contiennent pas d'exemple d'hommes désignés par leur nom et qualifiés personnellement de Ḫabiru. Jusqu'à nouvel ordre, les textes de Nuzi nous livrent les plus anciens témoignages dans ce sens.

  • 19 Texte accadien : šanat Ir-kab-lum šarrum IŠe-mu-ba ù ṣâbûme Ḫa-ab(= ḪAR)- bi-ru iš-li-mu. Je lis a (...)

15Les Ḫabiru sont aussi connus à Alalaḫ. Un contrat de vente est daté de l' « année où le roi Irkabtum, Šemuba et les guerriers Ḫabiru ont été sains et saufs » (Wiseman, Alalakh, n° 58 = Bottéro, op. cit., n° 36, p. 33)19. Irkabtum a succédé à Niqmi-epuḫ sur le trône d'Alep ; son règne appartient donc à peu près à la phase la plus récente des anciennes archives d'Alalaḫ (cf. ci-dessus, p. 233, n. 1). Nous ne savons qui était Šemuba : probablement le chef des Ḫabiru enrôlés par Irkabtum. La formule tait l'événement lui-même d'où le souverain et les Ḫabiru étaient sortis sans dommage ; on ne peut songer qu'à un épisode militaire. Le point intéressant pour nous est de voir une bande de Ḫabiru au service de la monarchie alépine. Les textes d'Alalaḫ contiennent encore d'autres mentions des Ḫabiru ou des sa.gaz, mais il s'agit de documents datant du xve siècle, contemporains des archives de Nuzi et, par conséquent, en dehors de notre sujet.

  • 20 Voir les observations divergentes de plusieurs spécialistes dans Bottéro, op. cit., p. 157-164 et (...)
  • 21 L'origine même de SA.GAZ est encore inconnue (cf. Bottéro, op. cit., p. 147- 149) ; de toute faço (...)

16A l'issue de cet examen, il apparaît avec certitude que le terme de « Ḫabiru » ne représente pas une désignation ethnique ; ce ne peut être qu'un appellatif. La lumière ne s'est pas faite encore sur sa signification primitive, malgré des essais répétés. Toutes les étymologies proposées ont été contestées ; aucune, on peut le dire, n'est parvenue à s'imposer20. Il n'est pas absolument exclu que le terme soit d'origine accadienne, mais les chances en faveur de cette hypothèse sont, en fin de compte, des plus réduites. Quant au recours à une langue étrangère, il n'a pas donné de résultat plus décisif. Si l'écriture idéographique sa.gaz est connue des anciens lexicographes, le terme Ḫabiru, lui, manque de lettres de créance puisqu'il n'est pas accueilli dans leurs listes (cf. ci-dessus, p. 250, n. 2). Son équivalence pratique avec sa.gaz n'exige certainement pas que les deux expressions se recouvrent. On a appelé les Ḫabiru des sa. gaz21 parce qu'on les tenait en piètre estime et qu'on leur faisait une réputation de pillards et de brigands. A juste titre, si l'on en croit le témoignage des lettres de Mari, où l'on voit des localités razziées par des troupes de Ḫabiru. Pourtant, si ce trait paraît fondamental, étant donné qu'il rend raison de l'emploi du terme sa.gaz, il ressort de nos sources que les Ḫabiru mettaient aussi leurs aptitudes guerrières au service des princes. C'est ce qui arrive en Babylonie, en Anatolie, à Alep et en Mésopotamie ; les deux mille Ḫabiru dont parle Mašum combattaient probablement Šamši-Addu pour le compte d'un de ses adversaires.

17En étudiant de près cette documentation, on voudrait y découvrir d'autres indices qui nous rapprocheraient du sens premier de l'appellation. A propos des Ḫabiru détenus à Alishar, on pourrait se demander s'ils portaient déjà ce nom avant leur internement ou s'ils le devaient aux circonstances. Autrement dit, les a-t-on appelés des Ḫabiru précisément parce qu'ils étaient des fuyards, des déserteurs venus d'un pays voisin, ou bien parce qu'ils avaient franchi — illégalement — la frontière, ou encore parce qu'ils étaient des prisonniers d'une condition particulière ? Déjà les textes provenant de Babylonie permettaient d'éliminer cette dernière hypothèse. Quant aux deux autres, la réponse est fournie par un détail de la lettre de Mašum à Šamši-Addu : il s'agit de « Ḫabiru du pays ». Ces Ḫabiru-là ne sont pas venus de l'extérieur pour une raison quelconque.

18Il n'est pas indifférent de constater que la zone d'action des Ḫabiru, selon les archives de Mari, s'étend essentiellement sur l'ouest de la Haute Mésopotamie, c'est-à-dire un territoire familier aux nomades « ouest-sémitiques ». C'est parmi eux que doivent se recruter les Ḫabiru ; l'hypothèse est confirmée par la mention des Ḫabiru, membres de la tribu de Iamutbal. En même temps, il devient de plus en plus probable que le mot a été emprunté à la langue parlée par ces populations, mais il faut insister surtout sur son caractère appellatif. Les gens qui sont désignés de cette façon, sans que nous sachions encore exactement pourquoi, sont constitués en bandes guerrières, qui combattent et pillent à leur profit ou se louent aux puissants. A Mari et peut-être partout ailleurs à l'époque de la Ire dynastie de Babylone, ils sont issus des groupements « ouest-sémitiques » en marche sur les lisières du « Croissant fertile ». Sur ce point, le tableau pourra changer plus tard, car l'appartenance ethnique doit avoir été secondaire dès l'origine. En tout cas, au temps de Šamši-Addu et de Zimri-Lim, l'activité des Ḫabiru représentait un des aspects de la vie nomade ; à ce titre, ils méritaient qu'une place leur fût réservée dans cette étude.

Notes

1 Ce dossier, paru en 1954 dans les Cahiers de la Société Asiatique de Paris, est essentiellement un corpus des textes relatifs aux Ḫabiru, rassemblés et commentés par J. Bottéro, avec le concours de nombreux spécialistes. En 1955, paraissait un nouvel ouvrage sur le même sujet, dû à M. Greenberg : The Ḫab/piru (New Haven). Ce travail ne fait pas absolument double emploi avec le recueil de Bottéro et devra donc être consulté ; il présente à la fois les avantages et les inconvénients d'une œuvre plus personnelle.

2 On peut négliger la mention des LÚ.MEŠ SA.GAZ dans un fragment hittite qui met en scène Narâm-Sin d'Agadé (KBo, III, n° 20 = Bottéro, Ḫabiru, n° 71, p. 71), parce que ce texte (étudié par H. G. Güterbock dans ΖA, 44 [1938], p. 58- 59, 65-67) est légendaire et de rédaction largement postérieure ; cf. Bottéro, op. cit., p. 2, n. 2.

3 Cf. Bottéro, op. cit., p. 141-143. Les lexicographes accadiens n'ont pas signalé l'équivalence SA.GAZ = ḫabiru, qui a été tirée par h. Winckler des lettres d'Amarna (Altorientalische Forschungen, III, 1901, p. 90-94) et confirmée ensuite par les archives de Boghaz-Köi (cf. Dhorme, Recueil, p. 496-501). Notons, à propos de ḫabbâtu, que le sens de « pillard » est parfois mis en doute (cf. Bottéro, op. cit., p. 143, 146, 162-163).

4 Cf. Bottéro, op. cit., p. 3-5 ; B. Landsberger, ibid., p. 199-200, traduit partout « brigandage » ou « brigand », suivant le cas. A. Goetze a donné une nouvelle interprétation, légèrement divergente, du texte MLC 109 (publié par lui dans Bottéro, op. cit., p. 5, 7) dans M. Greenberg, op. cit., p. 15.

5 Cf. Bottéro, op. cit., p. 13-15. M. Greenberg a cité encore un passage du code de Lipit-Ištar, où il est question d'un bateau utilisé à des fins apparemment illégales : sa.gaz.šè (op. cit., p. 16, n° 3 ; cf. ibid., p. 61).

6 Archives d'histoire du droit oriental, II (1938), p. 128-131. Cf. Bottéro, op. cit., p. 8-10 ; voir aussi les remarques de B. Landsberger, ibid., p. 200. Sur la date des tablettes d'Alishar, cf. ci-dessus, p. 228, n. 2. On peut laisser de côté un passage tiré d'une autre lettre cappadocienne, cité par Bottéro (op. cit., n° 5'. p. 10), parce que la traduction de la forme verbale iḫ-bi-ar ne repose sur rien de sûr (cf. W. von Soden, ibid., p. 11, n. 1).

7 Il faut comprendre ebertam annîtam (l. 12) « sur la rive en face d'ici », suivant l'interprétation de A. Falkenstein, bibl. orient., 11 (1954). p. 116 3 li-mi iméruḫá ša awîlḪa-nu ri-qú-su-nu i-tu-ru-nim (cf. ci-dessus, p. 1, n. 1). Le texte n° 15 de M. Greenberg, op. cit., p. 18, est donc à supprimer.

8 L. 13-14 : Ḫa-bi-ri ša ma-a-tim. A. L. Oppenheim entend par mâtum le territoire situé en dehors des voies de communication (JNES, 11 [1953]. p. 133)·Mais il ne peut être question de la steppe, car la lettre ARM, II, 78 fait une nette distinction entre le « chemin de la steppe » et le « chemin de l'intérieur du pays » (cf. ci-dessus, p. 85, n. 2). Dès lors, le sens proposé par Oppenheim ne paraît pas s'imposer dans le cas présent. Cf. B. Landsberger, apud BoTTéRO, op. cit., p. 204, in fine.

9 Cf. Bottéro, op. cit., p. 19, n. 1. Un personnage nommé Ia-a-pa-aḫ-dAddu se rend auprès des rois de Iamḫad et de Carkémiš d'après une lettre qui doit appartenir à l'époque de Zimri-Lim (Jean, Arišen, p. 22, 1. 15'), alors que la lettre ARM, II, 131 date, elle, du règne de Šamši-Addu (cf. RA, 43 [1949]. Ρ· 79)· Le texte précité contient également un passage où Ch. Jean a voulu retrouver les Ḫabiru (loc. cit., p. 21), mais qui se rapporte en réalité aux Ḫanéens. En effet, à la l. 8', il faut lire :

10 Cf. A. Goetze, apud Bottéro, op. cit., p. 201. En revanche, E. Bilgiç a soin de distinguer les deux localités (cf. Ortsnamen, p. 24, n. 174, et index). La ville de Luḫaya n'est pas nommée ailleurs, sous cette forme, dans les archives de Mari. C'est son homonyme, située en Babylonie, dont Ch. Jean a relevé la mention dans un texte inédit : i-na Lu-ḫa-a-iaki e-le-nu Bâbiliki (RÉS, 1937, p. 108). Il est exact, comme A. Goetze l'a fait remarquer (loc. cit.), que Lu-ḫa-ia et Ta-al-ḫa-yu sont des gentilices, mais il faut tenir compte de l'habitude qu'avaient précisément les scribes de Mari d'utiliser des gentilices en guise de toponymes (cf. J. Lewy, Studies, p. 269, n. 2 ; p. 397, n. 1). C'est ainsi qu'ils n'emploient jamais le véritable nom de la ville de Talḫat (cf. Finet, ARMT, XV, p. 135).

11 La thèse savamment développée par J. Lewy, qui aboutit à placer Eluḫut à Qinnesrîn, au sud-ouest d'Alep (Studies, p. 412), est battue en brèche par les données des archives de Mari elles-mêmes. Comment admettre notamment qu'une ville si proche de la capitale du puissant état de Iamḫad, ait constitué le centre d'un royaume hurrite (d'après le nom du souverain, Šukru-Tešub) d'une certaine importance ? Voir aussi la note suivante. Du point de vue des textes de Mari, l'opinion de Goetze, qui envisage la région comprise entre Derik et Samosate, au sud de l'Euphrate supérieur (Itinerary, p. 68), ne rencontre pas d'objection.

12 Sur la qualité d'Ibal-Addu, voir Dossin, Arch, éc., p. 109 ; Finet, ARMT, XV, p. 148. Les lettres où Ibal-Addu affecte la déférence à l'égard de Zimri-Lim doivent être postérieures à sa soumission au roi de Mari (cf. G. Dossin, St. mariana, p. 54, dates 2 et 3). Notons qu'lbal-Addu était l'allié de Šukru-Tešub, roi d'Eluḫut (cf. ARM, II, 110; Dossin, Signaux, p. 184).

13 Traduire (l. 11-13) : « à cause de leur anxiété constante, ils sont partis vers les passes ( ?) (nabalkatti) de la montagne ».

14 Le texte présente ici une difficulté. Au lieu de a-na pa-an Ḫ., qu'on attendrait normalement (cf. ARM, I, 5 : 27), il offre IGI, qui se rend d'ordinaire par maḫar (cf. Finet, ARMT, XV, p. 219). Toutefois, si les Ḫabiru se trouvaient « chez » Ḫalisumu, c'est-à-dire à son service, ils désertent à présent sa cause, puisqu'ils vont s'emparer d'une de ses propres villes.

15 Le nom de la localité s'écrit Šuruzim (outre le présent passage, cf. Dossin, Arch. ép., p. 115) ou Šurušim (ARM, II, 135 : 18). Pour un autre cas d'alternance š/z, cf. Šapanašim/Šapanazim (voir Finet, ARMT, XV, p. 134).

16 La restitution [II-ba]-al-dAddu (texte n° 21) paraît assurée. Un autre passage, très fragmentaire, d'une lettre du gouverneur de Naḫur n'apporte aucun élément positif (Bottéro, op. cit., n° 23, p. 20).

17 Dans la lettre ARM, II, 62, l. 5' ss., il est question de l'annexion de Naḫur par Aškur-Addu. D'après une autre lettre, Aškur-Addu relâche une caravane qui était en route vers Kaniš (G. Dossin, RHA, 5 [1939], p. 73-74) ; l'intervention du roi est difficile à expliquer s'il avait son domaine au sud du Zab inférieur.

18 NPN, p. 214 ; cf. Bottéro, op. cit., p. 2, n. 1. L'hypothèse est acceptée, avec une certaine réserve, par Gelb, HS, p. 54, n. 37, et p. 115.

19 Texte accadien : šanat Ir-kab-lum šarrum IŠe-mu-ba ù ṣâbûme Ḫa-ab(= ḪAR)- bi-ru iš-li-mu. Je lis ab le signe HAR, très clair sur la copie, suivant une suggestion de M. Dossin, qui dispose d'autres exemples à l'appui. La graphie Ḫabbiru n'est pas unique ; elle se retrouve parfois dans les textes de Boghaz-Köi (cf. Bottéro, op. cit., p. 151-152). La traduction adoptée par D. J. Wiseman « année où Irkabtum fit la paix avec Šemuba et les Ḫabiru » est assurément plus satisfaisante, mais elle exigerait un texte accadien différent : šanat I. it-ti Š. ù ṣâbêmes Ḫa-ab-bi-ri is-li-mu.

20 Voir les observations divergentes de plusieurs spécialistes dans Bottéro, op. cit., p. 157-164 et p. 186.

21 L'origine même de SA.GAZ est encore inconnue (cf. Bottéro, op. cit., p. 147- 149) ; de toute façon, un sens péjoratif était attaché à l'expression dès le début.

© Presses universitaires de Liège, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search