Version classiqueVersion mobile

Les Nomades de Mésopotamie au temps des rois de Mari

 | 
Jean-Robert Kupper

Chapitre IV. Les amorrhéens

Texte intégral

1On a vu comment les différents groupes nomades, qui circulaient en Mésopotamie ou rôdaient sur ses frontières à l’époque des rois de Mari, étaient solidaires les uns des autres. En tâchant d’établir leur degré de relation, on est amené à s’intéresser à la question des Amorrhéens.

2Cette question a été l’objet, depuis une trentaine d’années, d’une controverse si connue qu’il paraît superflu d’en refaire l’historique dans les détails. Il suffira de rappeler ici les grandes positions défendues jusqu’à présent et les problèmes capitaux qui se posent. L’opinion traditionnelle tenait pour originaires du pays d’Amurru, c’est-à-dire de l’Ouest, les Sémites dont le nom révèle le caractère non accadien et qui apparaissent en grand nombre au temps de la Ire dynastie babylonienne, dont ils étaient les propres fondateurs. A cette vue s’est opposée la thèse énoncée par B. Landsberger (ZA, 35 [1924], p. 236-238) et développée ensuite par Theo Bauer (Die Ostkanaanäer, Leipzig, 1926) ; elle tend principalement à dissocier les prétendus Amorrhéens des porteurs de noms « ouest-sémitiques ». Les premiers seraient venus à l’origine du pays d’Amurru, situé dans une contrée montagneuse au nord-est de la Babylonie, le gentilice se transformant rapidement par la suite en nom de fonction, et les seconds, qui sont dénommés « Cananéens de l’Est », seraient arrivés eux aussi du nord-est, surgissant brusquement en Babylonie au temps de la Ire dynastie.

  • 1 Les articles de E. Dhorme ont été repris dans le Recueil, p. 81-165, et notes complémentaires, p. (...)

3Ces conceptions révolutionnaires suscitèrent de vives réactions. Au premier rang, il faut signaler l’étude critique de E. Dhorme, qui prit la forme d’une série d’articles, parus sous le titre général « Les Amorrhéens », dans la Revue biblique, en 1928, 1930 et 1931, et le compte rendu de J. Lewy dans la Zeitschrift für Assyriologie (38 [1929], p. 243-272)1. Ces deux savants aboutissaient aux antipodes des conclusions de l’ouvrage de Bauer.

  • 2 Th. Bauer a donné lui-même un premier supplément à sa liste dans MAOG, IV (1928), p. 6-8. Parmi le (...)

4L’enquête initiale devait porter sur les noms propres caractéristiques. C’est à cette tâche que Theo Bauer consacra la plus grande part de son ouvrage. Depuis, le matériel onomastique s’est enrichi par la publication de nombreux documents parmi lesquels figurent en bonne place les archives de Mari. Il y aura donc intérêt à reprendre plus tard, sur des bases considérablement élargies, l’étude philologique de Bauer2. En attendant, on pourra faire fond sur cette étude, sans qu’il soit nécessaire de s’arrêter à chaque cas douteux.

5Si l’on entend se cantonner sur le terrain de l’histoire, le désaccord porte avant tout sur deux points : 1°) les porteurs des noms en cause doivent-ils ou non être regardés comme des Amorrhéens, en d’autres termes, faut-il les assimiler à ceux que les sources anciennes nomment Amurrû ? 2°) sont-ils originaires de l’Est ou de l’Ouest ? En effet, les « Cananéens de l’Est » doivent leur désignation à la double circonstance que leur langage serait à classer dans le groupe cananéen de la famille du sémitique occidental, et qu’eux- mêmes seraient issus de la région transtigrine, à l’est de la Babylonie. C’est le second point qui constituait l’innovation la plus hardie de la thèse Landsberger-Bauer. Par conséquent, il a paru préférable de distinguer les deux problèmes et d’étudier séparément, d’une part, la question du pays d’Amurru et des Amorrhéens, et de l’autre, celle des porteurs de noms « ouest-sémitiques » de l’ancien empire babylonien, pour examiner en fin de compte s’il y a des points de contact entre les deux groupes.

1. Le pays d’Amurru et les Amorrhéens

  • 3 La lecture sumérienne semble bien être offerte par le texte AO 4331 + 4335 (G Cros L Heuzey et Fr. (...)

6Sous le nom de Martu en sumérien3, en accadien Amurrum ou Amurrûm suivant le cas, on entend une entité géographique, les personnes qui en sont originaires, et peut-être une profession.

  • 4 « Geste » de Sargon, publiée par J. Nougayrol dans RA, 45 (1951), P. 169- 183 ; à attribuer à la I(...)

7Dans la recherche qui va suivre, il ne sera fait état que des données contemporaines. Il est évident que certains textes tardifs puisent fidèlement à des sources anciennes, mais ils peuvent avoir été « rajeunis », de façon à offrir des concepts ou des vocables qui n’avaient pas cours au moment de la rédaction des originaux. La prudence conseille de n’en tenir compte que pour d’éventuelles confirmations. Ainsi, on ne peut plus douter à l’heure présente de la réalité des campagnes menées par Sargon d’Agadé vers l’Ouest, dans la direction de la Méditerranée. Pourtant, la mention en toutes lettres du pays d’Amurru ne figure que dans des documents postérieurs, d’allure poétique ou didactique, dont le plus ancien date de l’époque ḫammurabienne4. Pareillement, un texte signale parmi les adversaires de Narâm-Sin le roi du pays d’A-mur-ri (2 BoTU, n° 3, l. 12), mais il s’agit d’un récit légendaire, composé en hittite de longs siècles plus tard (cf. ci-dessous, p. 242, n. 2).

  • 5 La formule, connue depuis longtemps par deux textes de Tello (voir Thureau- Dangin, ISA, p. 320, I (...)
  • 6 Le texte porte :ba11.sal.la ḫur.sag mar.tu. Pour l’équivalence des deux noms, cf. J. Lewy, ZA, 38 (...)

8Le premier témoignage historique sur Amurru remonte toutefois au temps du successeur de Narâm-Sin. Une des années de règne de Šarkališarri tire son nom de la victoire que le roi remporta sur Amurrum dans la montagne de Basar5. Or cette montagne n est autre que le Djebel Bishrî, l’éternel lieu de refuge des nomades du désert syrien (cf. ci-dessus, p. 136). On la rencontre encore dans une inscription de Gudéa, qui nous apprend que le prince de Lagaš avait fait venir de grandes pierres de « Basalla, montagne d’Amurru », pour la construction du temple de Ningirsu (statue B, col. VI, 1.5-6)6.

  • 7 La mention de Mar.tu est suivie d’un terme qui désigne vraisemblablement la profession de l’intére (...)
  • 8 Ces textes sont apparemment antérieurs à Šarkališarri. En effet, plusieurs pièces du lot sont daté (...)
  • 9 C. Frank, Strassburger Keilschrifttexte, Berlin-Leipzig, 1928, n° 43, pl. XVII, rev., l. 6.

9C’est dans les parages du Moyen-Euphrate que les Amorrhéens font donc leur entrée dans l’histoire, du temps de Šarkališarri. En corps, faut-il préciser, car les documents économiques mentionnaient déjà auparavant des personnages qualifiés de Martu. L’exemple le plus ancien est fourni par une tablette de Fara, environ deux siècles avant Sargon. Une liste qui comprend surtout des cultivateurs nomme un certain É.ág.gid mar.[t]u (A.Deimel, WVDOG, XLV, n° 78, rev., l. 10). A l’époque d’Agadé, une tablette de Lagaš donne les noms de dix travailleurs (guruš) originaires du pays d’Amurru (ITT, I, n° 1475, pl. 30) ; parmi ces noms, trois sont sémitiques, les autres sumériens. Sur une stèle de même provenance figure un dignitaire qui porte le titre de « laputtûm des Amorrhéens » : U-ṣi-dMa-lik [n] u.bànda mar.tu.[n]e (Thureau-Dangin, ISA, p. 244, n° IX, col. III, l. 10). A Adab, le cas est un peu différent ; c’est un particulier qui est désigné sous le seul nom de Mar.tu (Luckenbill, OIP, XIV, n° 180, l. 9)7 La lecture accadienne Amurrum est déjà attestée à cette époque, d’après la date de Šarkališarri (cf. p. 149, n. 3). Par conséquent, dans la liste donnée plus loin (p. 167, n. 1) pour illustrer l’existence de l’hypocoristique Âmurum à travers les âges, il n’est pas impossible qu’en réalité il s’agisse parfois du gentilice, employé de la même façon que son équivalent Martu. On trouve même des Amorrhéens en Élam, d’où nous est parvenu un lot de documents comptables découverts à Suse. Une ration est accordée à un mar.tu, sans autre indication de nom, comme à Adab (MDP, XIV, n° 9, p. 71, rev., l. 6), et un rôle du personnel en signale un groupe de vingt-et-un (ibid., n° 18, p. 77, l. 12)8. Une tablette d’Umma fait état de rations allouées à des mar.tu9. Comme ils sont mentionnés en même temps que des Gutéens, ce qui semble dater le texte (cf. Gelb, MAD, II, p. 16), il est clair que le terme doit être pris dans son sens ethnique.

  • 10 SAL Mar.tu : ITT, II, n° 918 (texte non copié) ; n° 962, 1. 5. Mar.tu SAL : HSS, IV, n° 51, l. 7 ; (...)
  • 11 TCL, II, n° 5500, rev., col. I, l. 14 ; J. B. Nies, Ur Dynasty Tablets from. Telloh and Drehem, Le (...)
  • 12 Notons, comme exemple significatif, le cas du nom Izânum, porté par un Martu à Dréhem (TCL, II, n° (...)

10La question va se poser, en effet, à propos de l’emploi du terme à l’époque de la IIIe dynastie d’Ur, où les exemples se multiplient. L’opinion courante y voit un appellatif : les Martu qui s’établissaient en Babylonie s’adonnant à des occupations spéciales, leur nom aurait fini par s’attacher à la fonction qu’on les voyait exercer de préférence. L’hypothèse semble plausible, mais il faut bien remarquer qu’elle n’a jamais été démontrée. Proposée par Thureau- Dangin (ISA, p. 244, n.4 ; TCL, I, p. 18, n.2), elle fut suivie d’une manière générale, sans que personne se souciât de la justifier. Th. Bauer la reprit à son compte, parce qu’elle cadrait avec sa théorie (Ostkan., p. 86) : si l’expression kur.mar.tu représente seulement un pays montagneux au nord-est de la Babylonie, comment expliquer qu’on rencontre tant de ses habitants dans nos documents, qui n’ont guère l’habitude de noter le lieu d’origine des individus ? Pourtant, on ne le nie point, le terme Martu garde parfois son acception première. Ici, la preuve est vite faite. Les femmes Martu dont parlent les textes sont évidemment originaires du pays d’Amurru10. Le cas est clair aussi lorsque le Martu Nablânum se trouve mentionné au milieu d’un groupe de personnages importants venus de plusieurs pays étrangers11. Enfin, on a reconnu depuis longtemps que nombre de Martu portaient des noms d’un type particulier, sémitiques, mais étrangers à l’onomastique accadienne. Qu’en conclure, sinon qu’ils sont la marque d’une population différente12.

  • 13 Cf. ITT, II, n° 644 ; ITT, IV, nos 7635, 7696, 7761 ; HSS, IV, n° 82, rev., l. 4. A noter ITT, II, (...)
  • 14 Un Martu est ukuš royal en ITT, II, n° 644 (il escorte la femme du sukkal. maḫ) ; un autre est mes (...)
  • 15 Travailleurs sig,.a (cf. Oppenheim, op. cit., p. 46) : T. Fish, Catalogue of Sumerian Tablets in t (...)
  • 16 Voir les nombreuses références groupées par Crawford dans BIN, IX, p. 39. Il y a même des sandales (...)
  • 17 Martu présentant des ouvrières : ITT, IV, n° 7523 ; G. Reisner, op. cit., n° 159, col. VI, l. 23-2 (...)
  • 18 Cf. E. Sollberger, AfO, 17, 1 (1954-1955).p. 45. n. 179- Ajouter maintenant Bûr-Sin 8 (Puzriš-Daga (...)

11A ceci, les tenants de l’hypothèse de Thureau-Dangin pourraient répondre qu’à l’époque envisagée, le terme Martu signifiant habituellement une fonction déterminée, il n’était que naturel de rencontrer dans les rangs de ceux qui l’exerçaient une forte proportion de gens originaires du pays d’Amurru, puisque ce sont eux qui lui avaient légué leur nom. Mais, de ce qui précède, il ressort qu’on ne peut refuser au terme Martu, au moins dans certains cas, une signification ethnique. Ce qu’il faut démontrer dès lors, c’est qu’il servait aussi à désigner une profession ; une profession caractéristique, bien entendu, pour rendre compte du processus. Or, jusqu’à présent, on n’a pu donner de précisions à cet égard ; on a parlé d’agriculture ou de commerce, ou, plus souvent, du métier des armes, mais sans prendre appui sur les textes eux-mêmes. L’existence du titre de pa.mar.tu laissait supposer, a-t-on pensé, une certaine organisation chez les Martu. Seulement, le titre, n’est attesté que plus tard, à l’époque de la Ire dynastie babylonienne, et l’abondance des documents datant de la IIIe dynastie d’Ur empêche de prétexter le hasard des publications. En réalité, même si nos sources sont souvent muettes à ce sujet, les quelques renseignements que nous pouvons glaner sont divergents. A Lagaš, c’est principalement dans les tablettes relatives aux indemnités de route que l’on signale des Martu ; on leur confie des missions de divers ordres13. Là et ailleurs, tandis que certains sont investis de charges officielles14, d’autres pratiquent des métiers en rapport avec l’agriculture15. A Isin, les Martu sont engagés dans le travail ou le commerce du cuir16. Leurs conditions sociales varient de la même façon. La plupart ne sont sans doute que des mercenaires ; d’aucuns peuvent se permettre d’offrir des esclaves à un temple, mais pareille libéralité semble être à la portée de travailleurs de condition modeste17. En revanche, certains Martu, comme Nablânum dont le nom revient dans une quinzaine de tablettes de Dréhem18, appartiennent incontestablement à une classe plus élevée.

  • 19 A la vérité, les vues de Thureau-Dangin avaient évolué ; si le terme Martu avait été, comme il l’a (...)
  • 20 Cf. par exemple ITT, IV, n° 8023. L’hypothèse avancée par Oppenheim, suivant laquelle le terme NIM (...)

12Pourtant, les noms que portent les Martu ne relèvent pas tous de l’onomastique particulière évoquée plus haut ; quelques-uns sont accadiens, beaucoup, la majorité même, sumérienne. Cette circonstance obligera-t-elle à revenir à l’opinion courante ? Pour rendre compte de la situation, Thureau-Dangin imagina que la charge exercée par les Martu était héréditaire ; beaucoup d’entre eux, nés en Sumer et en Accad, auraient porté de ce fait des noms indigènes (RA, 37 [1940], p. 79-80)19. On connaît d’ailleurs d’autres cas. Parmi les Élamites qui figurent dans les documents économiques de la même époque, nombreux sont ceux qui portent des noms accadiens ou sumériens20. Il en va de même des Sutéens qui s’établiront plus tard en Babylonie ; certains portent des noms « ouest- sémitiques », tandis que d’autres ont des noms accadiens. C’est pourquoi je suis enclin à admettre que le terme Martu avait pour fonction essentielle de signifier l’origine.

  • 21 Les textes publiés par V. E. Crawford dans BIN, IX, acquis dans le commerce, sont d’origine inconn (...)

13Il est intéressant, en outre, d’établir la proportion des noms sumériens et accadiens selon la provenance des tablettes. A Lagaš, ces noms représentent la quasi-unanimité, presque tous les Martu portant des noms sumériens. C’est exactement l’inverse qui se passe à Dréhem, où les noms sumériens sont l’exception, les non accadiens l’emportant sur les accadiens dans la catégorie sémitique. La situation est à peu près semblable à Isin, au temps d’Išbi-Irra, mais les noms sumériens ont tout à fait disparu et les accadiens ne constituent plus qu’une très faible minorité21. Pour Ur et Umma, la documentation est trop mince pour donner lieu à des conclusions valables, bien que l’élément sumérien semble dominer à Umma. Il est évident que ces constatations dépassent le cadre de cette étude et qu’elles devraient être éclairées par une statistique générale, encore absente, sur la répartition des noms de personnes en Sumer et en Accad. Seule une enquête objective sur le milieu serait susceptible de rendre raison des divergences relevées.

  • 22 En réalité, Jacobsen lisait Ià-an-pil--nim ; la présente lecture est due à Gelb, MAD, II, p. 109 (...)
  • 23 A vrai dire, la qualité de Martu n’est pas indiquée, mais deux des individus qui figurent dans la (...)
  • 24 Il n’est pas certain toutefois que le terme Martu (rev. l. 3) s’applique à tous les individus cité (...)
  • 25 H. Holma et A. Salonen, Some Cuneiform Tablets from the Time of the Third Ur Dynasty, Helsinki, 19 (...)

14Quant aux noms sémitiques non accadiens, l’afformante -ânum, qui caractérise une bonne part d’entre eux, trahit leur affinité avec l’Ouest, ainsi que l’ont reconnu notamment J. Lewy (ZA, 38 [1929], p. 259) et Thureau-Dangin (loc. cit.). Toutefois, une comparaison avec les noms qui seront portés ultérieurement par les « Ouest-Sémites » contemporains de la Ire dynastie babylonienne ne révèle que de rares points de contact. Le premier, Th. Jacobsen a attiré l’attention sur trois noms, livrés par un texte de Dréhem, qui commencent par le préfixe Ia- et affectent, selon lui, une allure « ouest-sémitique » (OIC, 13, apud H. Frankfort, p. 28, n. 1) : -an--î- lum, -an-p/bu-li et -a-mu-tum (TCL, II, n° 5508, col. I, l.11,7, 12). Il est certain que le premier et le dernier de ces noms donnent raison à l’hypothèse de Jacobsen22 ; quant au deuxième, n’oublions pas que le seul préfixe Ia-, si typique pourtant, ne suffit pas pour ranger automatiquement un nom dans la catégorie considérée. En revanche, quatre nouveaux noms viennent apparemment grossir notre embryon de liste : Ab-de4-il (BIN, IX, n° 316, col. 1,l. 13), Da-mi-ru-um (ibid., n° 224, l. 5)23 -ma-am-û et -a-nu-ú et Ià-a-nu-ZU-um (UET, III, n° 1678, l. 2 et 4)24. Enfin, il faut aussi tenir compte de AN-la-il25, à mettre en parallèle avec Su-mu-la-el.

  • 26 Na-ap-ša-nu-um (TCL, II, n° 5508, col. I, l. 12) ou Na-ap-sa-nu-um (Puz- riš-Dagan-Texte, n° 335, (...)
  • 27 Un fils de Nablânum est déjà suffisamment âgé pour être mentionné en l’an 4 de Bûr-Sin (TCL, II, n (...)

15Ces rapprochements paraissent se réduire à peu de chose en somme, mais ils autorisent néanmoins une conclusion importante, à savoir qu’il n’y a pas de césure absolue entre les deux séries dé noms. Ces deux séries, successives dans le temps, sont différentes, mais certaines des particularités qui caractériseront la secondé se manifestent déjà dans la première, bien que d’une façon timide et sporadique. D’autre part, si l’on retrouve encore maints noms en-ânum à l’époque de la Ire dynastie babylonienne, — à l’exclusion des formations accadiennes, — les noms mêmes que portaient les Martu sous la IIIe dynastie d’Ur semblent avoir disparu, à peu d’exceptions près26. Le cas de Nablânum, noté par Theo Bauer, est à mettre à part, le nom n’étant repris que par le fondateur de la dynastie de Larsa, contemporain des derniers souverains d’Ur. On peut même se demander, avec B. Landsberger (ZA, 35 [1924], p. 237, n. 6), si nous n’avons pas affaire à un seul per- sonnage, le Martu Nablânum commençant à jouer un rôle non négligeable, d’après les tablettes de Dréhem, tout à la fin du règne de Šulgi. Ce n’est pas certain, car l’hypothèse suppose que le Martu jouissait d’une belle vitalité27, mais elle n’est pas en contradiction avec les données de l’histoire sur la ruine de la IIIe dynastie d’Ur, marquée notamment par la volte-face des Martu. De toute façon, la dynastie de Larsa fut fondée par un Martu, qui parvint à se tailler un domaine aux dépens du royaume sumérien, soit qu’il l’ait conquis les armes à la main à la tête d’un clan amor-rhéen, soit qu’il ait usurpé le titre royal après avoir été au service d’Ibbi-Sin, comme l’a suggéré A. Falkenstein (ZA, 49 [1949], p. 78) ; la solution dépend en partie de la chronologie relative à laquelle on se rallie.

  • 28 nam.ra.AG kur mar.tu : W. M. Nesbit, Sumerian Records from Drehem, New York, 1914, n° 9, l. 5 (Šul (...)
  • 29 KUR MAR.TU, KUR TI.ID.NU.UM.KI et KUR GÌR.GÌR.KI correspondent pareillement à šad A-mur-ri-e, selo (...)
  • 30 Gudéa, statue B, col. VI, l. 13-14 : ti-da-num ḫur.sag mar.tu. L’équivalence Tidnum/Tidanum, déjà (...)
  • 31 Inscription de fondation du temple de Šara, à Umma, l. 20-26 : YOS, I, n° 20 ; CT, XXXII, 6 ; ZA, (...)

16Par le biais de Nablânum, nous venons de rejoindre les événements historiques. Il nous faudra remonter quelque peu en arrière pour assister aux premiers démêlés des rois d’Ur avec les Martu. Deux textes font allusion à des prisonniers de guerre du pays de Martu. Le premier est daté de la quarante-septième année de Šulgi, le second, de la quatrième année de Bûr-Sin28. Il s’agit sans doute de coups de main sans importance, dont il est normal que nous n’ayons pas d’autre écho. Quelques années plus tard, Šû-Sin doit faire face à une menace plus pressante. Pour y parer, il fait édifier une forteresse ; l’événement a servi à désigner la quatrième année de son règne : « année où il construisit la forteresse de Martu, (appelée) Murîq-Tidnim » (RLA, II, p. 144, n° 180). On voit clairement qu’il s’agit d’une mesure de défense, le nom de la forteresse signifiant : « qui écarte Tidnum ». Or Tidnum est donné pour un équivalent d’Amurru par les textes lexicographiques29 ; on sait aussi que Gudéa fit venir de l’albâtre de « Ti-da-num, montagne d’Amurru », dans les circonstances évoquées plus haut (p. 150), et les deux termes sont naturellement identiques30. Le danger qui pesait sur Sumer était réel ; une inscription de Šû-Sin complète heureusement la formule de sa quatrième année : « lorsqu’il eut construit la forteresse de Martu (appelée) Murîq-Tidnim et qu’il eut repoussé la force de Martu dans sa steppe (?) »31.

17L’ennemi allait pourtant revenir à la charge. Une lettre adressée par Išbi-Irra, le futur fondateur de la dynastie d’Isin, à Ibbi-Sin, fils et successeur de Šû-Sin, et qui a été étudiée par Th. Jacobsen (JCS 7 [1953]. p. 39-40), nous a conservé le souvenir d’une invasion désastreuse. Išbi-Irra, qui occupait alors vraisemblablement un poste élevé dans l’armée d’Ibbi-Sin, avait été chargé par le souverain d’aller acheter de grosses quantités de blé à Isin et à Kazallu. A la nouvelle que les Martu avaient fait irruption dans le pays, il a concentré à Isin, par mesure de sécurité, tout le blé recueilli. Mais voici maintenant que les Martu pénètrent jusqu’au cœur de Sumer, enlevant les places fortes les unes après les autres. Leur avance empêche Išbi-Irra de faire acheminer vers la capitale les approvisionnements attendus ; c’est pourquoi il demande au roi de lui fournir des bateaux, suggérant en même temps qu’on lui confie la défense d’Isin et de Nippur.

18Cette fois, c’est bien une invasion en masse, invasion qui doit avoir joué un rôle déterminant dans l’histoire du règne d’Ibbi-Sin. La dynastie qui siégeait à Ur depuis près d’un siècle ne s’est pas effondrée d’une seule pièce. Le régime s’est désagrégé graduellement, comme rongé par un chancre intérieur. Dès son avènement, peut-on dire, Ibbi-Sin voit son trône vaciller ; il n’est pas au pouvoir de trois ans qu’Ešnunna et l’Élam ont déjà fait défection (cf. Jacobsen, ibid., p. 38). Dans ces conditions, on comprend que les chocs venus du dehors aient été d’autant plus funestes et n’aient fait que hâter une décadence désormais irrémédiable. Comme Jacobsen l’a très bien montré, l’assaut victorieux que les Martu avaient conduit à travers les lignes de défense sumériennes allait engendrer une situation catastrophique dans l’ordre économique : les campagnes abandonnées à l’envahisseur, les villes repliées sur elles-mêmes, les communications interrompues, la capitale isolée, la famine grandissante, voilà les suites de la débâcle militaire, sans parler des conséquences politiques, à plus longue échéance. Pourtant, la fin n’était pas en vue ; les défenseurs se ressaisirent-ils, les Martu se contentèrent-ils de piller le pays à la débandade, pour se retirer ensuite gorgés de butin, on l’ignore ; en tout cas, le royaume d’Ur, bien que s’effritant de plus en plus, allait se survivre encore pendant quelque temps. En effet, si l’on situe l’invasion, avec Jacobsen (ibid., p. 41), dans la cinquième année du règne d’Ibbi-Sin, ce n’est qu’une vingtaine d’années plus tard que la capitale, dernier lambeau de l’empire, et le souverain lui-même allaient tomber aux mains des Élamites.

  • 32 On sait que l’ordre des années de règne d’Ibbi-Sin n’est pas établi définitivement. Voir à ce prop (...)

19Dans l’intervalle, il y avait eu place pour des retours de fortune éphémères. C’est ainsi qu’Ibbi-Sin parvint à briser une nouvelle incursion des Martu. Les vaincus lui firent leur soumission, si nous en croyons le nom donné à l’année en cours : « année où à Ibbi-Sin, roi d’Ur, Martu, une force impétueuse qui depuis toujours ne connaissait pas de ville, se soumit » (UET, I, n° 206). L’événement dut avoir lieu vers le milieu du règne d’Ibbi-Sin. Une tablette, provenant d’Ur et portant une date d’Ibbi-Sin, mentionne des prisonniers de Martu (UET, III, n° 1244, l. 20). Il est impossible de savoir s’il faut mettre le fait en relation avec la victoire qui provoqua la soumission des Martu32.

  • 33 Cette lettre, dont le contenu nous est livré par trois tablettes provenant de Nippur, a été recons (...)
  • 34 Les événements qui ont marqué la fin de la IIIe dynastie d’Ur ont donné lieu à une littérature déj (...)
  • 35 Un modèle de foie découvert à Mari contient le présage suivant : « si A-mu-ru- um s’amoindrit, (ce (...)

20On peut se demander finalement s’il ne faut pas expliquer par cette circonstance le revirement des Martu, qui passèrent dans le camp d’Ibbi-Sin au cours des dernières années précédant sa chute. Dans une lettre qu’il écrit au gouverneur de Kazallu, à un moment où Išbi-Irra a déjà affirmé son indépendance à Isin depuis un certain temps, le souverain admet que la royauté a été accordée par la faveur divine à son ancien officier, mais il annonce qu’à présent Enlil a fait venir les Martu et que ceux-ci abattront les Élamites et captureront Išbi-Irra33. Les espoirs d’Ibbi-Sin devaient être vite déçus ; c’est lui, au contraire, qui fut capturé par les Élamites, lesquels occupèrent l’antique capitale sumérienne, jusqu’au jour où ils en furent délogés par le nouveau roi d’Isin34. On ne sait quel fut en réalité le rôle des Martu dans toute cette affaire35. Une chose du moins est sûre, la date d’Ibbi-Sin le dit expressément, les Martu étaient des nomades ; ils rôdent sans cesse à la lisière de la steppe, prêts à faire irruption en masse ou à s’infiltrer par petits groupes dans les zones fertiles. Cette situation n’est pas différente de celle qui se présentera à l’époque de Ḫammurabi et au cours des siècles suivants ; si les populations changent, les conditions géographiques ne varient pas. De la même façon, on ne s’étonnera pas de voir les Martu devenir les alliés d’Ibbi-Sin ; à Mari, il arrive à Šamši-Addu de prendre à son service des tribus benjaminites.

  • 36 Sur la chronologie de la littérature sumérienne, voir l’exposé de A.Falkenstein dans CR IIe RAI (1 (...)
  • 37 Texte étudié par h. G. Güterbock dans ZA, 42 (1934). P. 25 et suiv., et par R. Jestin dans RA, 39 (...)
  • 38 Cf. sur ce point l’interprétation de A. Falkenstein, CR IIe RAI, p. 17. Sur le poème du « Mariage (...)

21Si nous interrogeons la littérature de l’époque dite « néo-sumérienne », c’est-à-dire plus ou moins contemporaine de la période qui nous occupe36, nous pourrons sans peine compléter le tableau. Le héros Lugalbanda, personnage central de l’épopée de Lugalbanda et d’Enmerkar, souhaite l’expulsion de Sumer et d’Accad des « Martu qui ne connaissent pas le blé » (Langdon, OECT, I, p. 8 et pl. 8, col. III, 1. 37). La même expression (lú.še.nu. zu) revient dans une lamentation sur la destruction d’Agadé (TCL, XVI, n° 64, l. 46 ; n° 66, l. 12)37. En fait, elle est devenue une sorte d’épithète de nature, car, selon ce dernier texte, les « Martu de la montagne, qui ne connaissent pas le blé », amenaient au pays de Sumer des bœufs et des béliers. Des populations pratiquant l’élevage des bovidés ne pouvaient ignorer le blé. L’auteur ancien désirait avant tout exalter les effets bienfaisants de la paix imposée par Narâm-Sin : les fiers nomades eux-mêmes s’étaient mués en éleveurs et en marchands de bétail. Ailleurs, faisant écho à la date d’Ibbi-Sin, un scribe évoque « les Martu qui ne connaissent pas de maison, ni de ville, les rustres de la montagne » (Chiera, SEM, n° 112, col. II, l. 7-8). La fille du dieu Numušda est à la veille d’épouser le dieu Martu. C’est en ces termes qu’une de ses amies38 lui dépeint son fiancé : « lui qui déterre des truffes au pied de la montagne, qui ne sait plier les genoux (pour travailler le sol), qui mange de la viande crue, qui ne possède pas de maison pendant sa vie, qui n’est pas enseveli après sa mort » (Chiera, ibid., n° 58, col. IV, l. 26-29). « Mon amie, conclut-elle, pourquoi veux-tu épouser le dieu Martu ? » En réalité, si cette description peu flatteuse s’applique au dieu en personne, on peut supposer légitimement qu’elle convenait aussi aux nomades qui portent son nom. Le portrait est sans doute chargé, plein du mépris et de l’hostilité que ressent le sédentaire à l’égard du pillard nomade, mais l’essentiel ne peut manquer d’être vrai. Comme un leit-motiv revient l’affirmation que le Martu ne connaît ni maison ni ville, qu’il ignore aussi l’agriculture : voilà tous les traits caractéristiques de la vie errante.

  • 39 Liste publiée par Taha Baqir dans Sumer, 4 (1948), p. 103-114. Deux ou trois lignes ont disparu au (...)

22Environ le temps où les Martu se soumettaient à Ibbi-Sin, leur nom apparaît en relation avec Išbi-Irra. En effet, la découverte d’une liste contenant les noms d’années du règne d’Išbi-Irra a permis de situer une date que l’on connaissait auparavant, mais sans pouvoir la classer : « année où la ville de Martu fut dévastée »39.

  • 40 La place, qualifiée de « verrou du pays » (sag.kul ma.da.ka), était encore entre les mains d’Ibbi- (...)

23L’événement a lieu au moment où Ibbi-Sin proclame que les Martu ne connaissaient pas de ville. Il semble donc logique de retrouver ici, malgré l’emploi du terme uru.ki « ville » au lieu de bàd « forteresse », la position fortifiée que Šû-Sin avait bâtie précisément pour tenir en respect les Martu. La destruction de ce point d’appui par Išbi-Irra, dans les premières années de son règne à Isin (quatrième ou cinquième année), est révélatrice de ses empiétements sur le territoire d’Ur. Il est regrettable que nous ne disposions d’aucune information sur l’emplacement de la forteresse40.

  • 41 Sur les principaux événements de l’histoire d’Ešnunna, tels qu’on peut les reconstituer après les (...)

24Le ruine de l’empire sumérien d’Ur ne met pas un terme aux agissements des Martu. C’est maintenant au tour des souverains d’Ešnunna d’avoir maille à partir avec eux. Le district qui avait pour centre la ville d’Ešnunna, dans une zone actuellement désertique, à une quinzaine de kilomètres à l’est de la Diyala, était passé sous le contrôle des rois d’Ur au moins depuis la 30e année de Šulgi. Les gouverneurs locaux paraissent avoir secoué très rapidement le joug d’Ibbi-Sin lors de l’effondrement progressif de son autorité ; les dernières tablettes inscrites en son nom qui ont été retrouvées dans les ruines de la cité datent de la deuxième année de son règne41. Dès le début, le nouvel état indépendant étend ses frontières, si l’on peut en croire les titres que se décernent ses princes. Le plus connu d’entre eux est Bilalama, un grand bâtisseur, qui semble être le contemporain de Šû-ilišu, successeur d’Išbi-Irra à Isin. Sa politique est en ordre principal orientée vers l’Est : il entretient des relations diplomatiques avec Anu-mutabil de Dêr et sa fille épouse Tan-Ruḫu- ratir, gouverneur de Suse et futur maître de l’Élam (cf. Th. Jacobsen a pud H. Frankfort, OIC, 13, p. 27, n.2). C’est sous son règne que réapparaissent les Martu. A la vérité, Th. Jacobsen, qui a lu les textes d’Ešnunna, fait remonter à une époque antérieure, mais sans argument décisif, une formule d’année qui les concerne ; l’unique tablette qui livre la formule a été découverte dans des débris, hors de tout contexte archéologique. Le libellé lui-même est peu circonstancié : « année où Martu frappa le territoire (a.šà) d’Ibbi- Sin » (Gimilsin Temple, p. 175, n° 55).

  • 42 Cf. Th. Jacobsen, op. cit., p. 178, n. au n° 64. Plus tard, la ville sera de nouveau conquise par (...)
  • 43 Mot à mot, le texte sumérien porte : « ... infligea une blessure à la tête de Martu ».

25Six ou sept noms d’années, deux autres se contentant de répéter la formule de l’année précédente, peuvent être assignés avec plus ou moins de certitude à Bilalama ; quatre font intervenir les Martu. A deux reprises sont évoqués des actes hostiles : « année où Martu saccagea Išur » (ibid., p. 177, n° 64) et « année où Martu frappa Bâb-Iba’um » (ibid., p. 178 et 179, nos 66 à 68). La localité d’Išur se trouvait vraisemblablement à peu de distance d’Ešnunna42 ; quant à celle de Bâb-Iba’um, elle n’est connue que par cette formule et par une autre, qui rappelle la construction de Bàd.bar.ki et de KÁ-dI-ba-um (ibid., p. 179, n° 69), et doit appartenir pareillement au règne de Bilalama. Il est assez surprenant de voir le roi d’Ešnunna faire allusion à des événements malheureux ; bien mieux, il va jusqu’à désigner trois années consécutives de la ruine de Bâb- Iba’um. La première formule doit être rapprochée d’une autre, rédigée de la façon suivante : « année où Martu confia à Bilalama le pouvoir sur Išur » (ibid., p. 178, n° 65). Cette nouvelle formule n’est encore satisfaisante qu’à demi pour l’amour-propre de Bilalama. Une quatrième enfin est plus glorieuse : « année où Bilalama, iššakkum d’Ešnunna, frappa Martu à la tête43 » (ibid., p. 180, n° 70).

26Bref, les Martu nous apparaissent tour à tour comme les adversaires, heureux ou malheureux, de Bilalama, et comme ses alliés. L’explication qu’a proposée H. Frankfort (OIC, 13, p. 31-32 ; Gimilsin Temple, p. 4) mérite sans doute d’être retenue. A son avis, c’est de connivence avec Bilalama que les Martu auraient porté leurs coups sur des cités voisines d’Ešnunna ; les villes pillées par les nomades seraient passées ensuite sous le contrôle de Bilalama. L’accord aurait eu pour objectif principal d’écarter les brigands du propre territoire d’Ešnunna. La situation qui avait cours sous le règne d’Ibbi-Sin appuie l’hypothèse, tout en suggérant une légère retouche. Le dernier souverain d’Ur fit appel aux services des Martu, dont il avait triomphé, pour enrayer l’avance de ses autres adversaires. Ne pourrait-on supposer que c’est en qualité d’auxiliaires, et non d’alliés, que les Martu avaient saccagé les villes nommées par Bilalama ? Comme les mercenaires de tous les temps, les Martu ne devaient chercher qu’à embrasser le parti qui leur assurait le meilleur profit. Les défaites qu’ils auraient infligées à des villes hostiles ou rebelles à Bilalama auraient été comptées naturellement par ce dernier comme autant de victoires à son propre actif, et ceci justifierait leur rappel dans les noms d’années de son règne. On hésite toutefois sur la nature exacte de leurs relations, quand le dynaste d’Ešnunna reconnaît qu’il doit aux Martu le gouvernement de la ville d’Išur ; cette fois, nous avons affaire à des alliés, ou à des adversaires avec lesquels un accord a été conclu, mais en aucune façon à des auxiliaires. En tout cas, les relations ne furent pas toujours aussi pacifiques, puisque Bilalama enregistre d’autre part une victoire sur ses partenaires momentanés.

  • 44 La tablette qui rapporte l’événement provient non seulement du palais, mais encore du niveau de Bi (...)

27On ne sait s’il faut également attribuer à Bilalama le succès remporté sur les Martu, que signale une tablette découverte dans le palais du souverain, mais que Th. Jacobsen situe dans la période comprise entre Bilalama et son quatrième successeur, Ur-Ninmar, contemporain de Gungunum à Larsa. La tablette est datée de l’« année où Martu fit sa soumission » (Gimilsin Temple, p. 182, n° 81). De graves événements s’étaient déroulés à Ešnunna pendant la période envisagée par Jacobsen. Sous Išar-ramašu, qui succéda à Bilalama, un incendie dévora le palais royal, vraisemblablement à la suite de l’assaut donné à la ville par Anu-mutabil de Dêr. Uṣur-awâ- su, qui monta ensuite sur le trône, semble avoir commencé sa carrière comme représentant d’Anu-mutabil à Ešnunna. Après le règne mal connu d’Azuzum, une nouvelle ère de prospérité s’ouvrit avec Ur-Ninmar (ibid., p. 4-5, 197). Il reste tentant de supposer que la soumission des Martu s’adresse bien à Bilalama44.

  • 45 E. Chiera, Sumerian Religions Texts, Upland, 1924, n° 8. Traduction récente par A. Falkenstein dan (...)
  • 46 M. G. Goossens me signale à ce sujet l’article de R. J. Gettens, Lapis Lazuli and Ultramarine in A (...)

28L’intervention des Martu dans l’histoire d’Ešnunna pose une question capitale : d’où leurs assauts étaient-ils dirigés ? Dès les premiers temps de son indépendance, le royaume d’Ešnunna semble avoir pris une extension remarquable ; le souverain qui rompt avec Ur, Ilušu-ilia, « roi puissant », « roi des quatre régions », aurait étendu sa domination jusqu’au voisinage de Kerkuk (cf. Th. Jacobsen, op. cit., p. 143, note au sceau n° 6). Mais, jusqu’à présent, aucun indice ne fait croire que le territoire d’Ešnunna ait débordé le Tigre sur sa rive occidentale. Pour autant que la rareté des sources ne fausse pas notre perspective, nous avons vu que Bilalama lui-même s’était tourné principalement vers l’Est. Partant, il saute aux yeux que les Martu avec lesquels les princes d’Ešnunna étaient entrés en contact avaient dû, eux, sortir de leur habitat primitif, le désert de Syrie. Après avoir franchi l’Euphrate à hauteur de Rapi- qum, ils avaient dû pousser dans la direction du Tigre. On peut même se demander s’ils n’opéraient pas franchement dans la région transtigrine. Une fois encore, les textes littéraires sumériens vont se révéler de précieux témoins. Plusieurs d’entre eux nous parlent des « Martu de la montagne » (cf. ci-dessus, p. 160). Un chant à la gloire du dieu Martu nous apprend que le dieu habite à l’extrémité du pays montagneux ; Anu, son père, lui a donné en apanage la « Montagne du Lapis-lazuli »45. Le désert syrien est loin ; la mention de la « Montagne du Lapis-lazuli » indique la direction que le dieu a prise, et, avec lui, la population qu’il symbolise. En effet, on sait que l’unique gisement de lapis-lazuli exploité par les Anciens se trouvait en Afghanistan46. La « Montagne du Lapis-lazuli » ne correspond apparemment à aucune réalité géographique, mais on peut en conclure néanmoins que les Martu s’étaient installés au pied des montagnes d’où débouchaient les caravanes qui apportaient en Mésopotamie la précieuse pierre bleue. A. Falkenstein a avancé l’hypothèse que ce trafic était aux mains des Martu eux- mêmes, les tribus nomades pratiquant traditionnellement le commerce caravanier (Sumerische und akkadische Hymnen und Gebete, p. 362) ; les moyens font défaut pour vérifier cette suggestion extrêmement intéressante. On comprend maintenant pourquoi l’une des épithètes favorites du dieu était bêl šadê « seigneur de la montagne », qui apparaît dans des textes contemporains (cf. A. Poebel, ZA, 37 [1926-1927], p. 161 et suiv.).

  • 47 F. R. Kraus identifie la localité en question avec son homonyme, qui figure dans un nom d’année du (...)

29Comme ces divers documents remontent à la période dite « néosumérienne », l’état de choses qu’ils reflètent était par conséquent déjà antérieur à l’époque de l’indépendance d’Ešnunna. L’hypothèse se confirme grâce à un passage de la réponse d’Ibbi- Sin à la lettre d’Išbi-Irra dont il a été question plus haut (p. 157). Apprenant que les Martu ont percé les défenses du pays, le souverain s’étonne que le commandant de Bàd.igi.ḫur. sag.gá n’ait pas réussi à contenir les envahisseurs (cf. Th. Jacobsen, JCS, 7 [1953], p. 41). On voit par là que la forteresse sur laquelle Ibbi- Sin comptait pour barrer la route aux Martu était située face à la montagne, c’est-à-dire qu’elle regardait vers l’est47.

  • 48 Voir S. N. Kramer, Sumerian Mythology, p. 107, n. 2. Le texte d’où est extrait le passage en quest (...)
  • 49 On peut citer aussi, à moins que l’association suggérée ne soit fortuite, une tablette enregistran (...)

30Ces constatations, qui résultent de témoignages d’ordres différents, semblent renforcer la position de ceux qui veulent faire venir les Martu des régions montagneuses au nord-est de la Babylonie. En réalité, ce serait aller à la fois contre les faits et contre la tradition. Au temps de la dynastie d’Agadé, c’est dans l’Ouest, au Djebel Bishrî, que Šarkališarri combat les Martu. D’autre part, quelle que soit l’explication que l’on propose, Martu représente l’Ouest et cette tradition est suffisamment ancienne pour que l’on doive en tenir compte dès le début. Pour décrire l’univers de l’âge d’or, qui donnait d’une seule voix louange à Enlil, le poète de l’épopée d’En- merkar énumère successivement Subartu, Sumer, Accad et Martu, c’est-à-dire, dans l’ordre, l’Est, le Sud, le Nord et l’Ouest48. Dans le domaine plus prosaïque des relevés cadastraux, l’expression tumu. mar.tu désigne l’Ouest, depuis l’époque d’Agadé (cf. F. R. Kraus, ZA, 51 [1955], p. 52). Il y a donc un lien définitif entre les Martu et l’Occident49, lien confirmé d’ailleurs par l’onomastique.

  • 50 Numušda est considéré généralement comme le dieu patron de Kazallu, mais il est aussi associé parf (...)
  • 51 Cf. A. Falkenstein, CR IIe RAI, p. 17 ; Sumerische und akhadische Hymnen und Gebete, p. 362.

31Comme tous les Sémites nomades, les Martu sont sortis de la steppe syro-arabique pour pénétrer dans les zones fertiles tenues par les sédentaires. Certains groupes ont dû s’y fixer, absorbés peu à peu par la population locale. L’épithalame qui célèbre les noces du dieu Martu nous montre comment le jeune conquérant est entré dans la famille de Numušda, un antique dieu babylonien50. Ainsi, le poème nous fait assister au passage des Martu à l’état sédentaire, à la suite des relations pacifiques qu’ils avaient nouées avec les habitants du pays51. D’autres groupes ont fini par gagner les territoires encore libres qui bordaient la Babylonie orientale, jusqu’aux premières pentes du Pusht-i-Kuh. C’est la même voie que devaient suivre, bien des siècles plus tard, les Araméens. Surgis, à l’origine, des mêmes contrées, ils inondent toute la Mésopotamie pour s’arrêter au terme de leur course sur les rives du Tigre, du Surappu et de l’Uknû (cf. ci-dessus, p. 128-129). Les steppes qui s’étendent à l’est de la vallée du Tigre devaient attirer les nomades en quête de grands espaces libres. On ne peut perdre de vue cette circonstance lorsqu’on s’applique à retracer l’histoire de cette époque : à certains moments, les Martu pouvaient survenir simultanément de l’Est et de l’Ouest.

  • 52 Šattum ša Li-pí-it-Ištar A-mu-ru-um iṭ-ru-du-uš. La traduction adoptée est la seule qui soit gramm (...)
  • 53 Sur les noms composés avec l’élément verbal âmur, voir Stamm, Namengebung, p. 183 et suiv. Contrai (...)

32En Babylonie propre, pendant la première partie de la période dite d’Isin-Larsa, les Martu manifestent à peine leur présence, si ce n’est par leurs occupations paisibles à Isin, sous les règnes d’Isbi- Irra et de Šû-ilišu (cf. ci-dessus, p. 153). Seule, une formule d’année met peut-être à leur actif un exploit plus violent. Attestée par un unique document, qui semble originaire de Sippar (CT, IV, 22 c), elle est ainsi libellée : « année où A-mu-ru-um chassa Lipit-Ištar » (l. 11-12)52. Théoriquement, le terme A-mu-ru-um peut s’interpréter de plusieurs façons. Il s’agit, soit d’un gentilice, soit d’un hypocoristique. La première hypothèse donne lieu à son tour à deux solutions : ou bien le gentilice tient la place d’un nom personnel et s’attache à un individu particulier, de la même manière que seront employées plus tard les épithètes Aḫlamû et Sutû, ou bien le terme prend une valeur collective et sert à désigner l’ensemble des Amur- rû. D’autre part, de la forme verbale âmur « j’ai vu » provient l’hy- pocoristique Âmurum, attesté dès la plus haute époque53. Seuls des personnages de premier plan pouvaient être jugés dignes de figurer dans les noms d’années, comme l’usage le prouve abondamment. Or aucun grand personnage du nom d’Âmurum (hypocoristique) ou d’Âmurrûm (gentilice) ne nous est connu à cette époque. Par conséquent, à moins d’une lacune, toujours possible, dans notre information, A-mu-ru-um ne peut être qu’une désignation collective pour signifier les Amorrhéens en général.

  • 54 Cf. H. Ranke, OLZ, 1907, col. III. Suivant l’un des exemplaires de la liste royale, le père d’Ur-N (...)
  • 55 Cf. F. R. Kraus, JCS, 3 (1951). p. 30. et L. MatouŠ, Ar. Or., 20 (1952), p. 302-303.
  • 56 On notera par exemple les signes NA et KÙ à la première ligne. Une comparaison entre l’écriture de (...)
  • 57 D’après son numéro, la tablette fait partie d’un lot originaire de Sippar. Les témoins qui y figur (...)
  • 58 Th. Bauer arrivait à une conclusion assez proche, mais voyait dans A-mu-ru- um le nom du fondateur (...)

33Le même raisonnement vaut pour l’adversaire, Lipit-Ištar. Le seul personnage qui réponde aux conditions est le cinquième roi de la dynastie d’Isin. Du point de vue historique, on peut admettre sans difficulté que Lipit-Ištar connut une fin malheureuse. En effet, tandis que jusqu’à lui, la succession par voie de filiation directe était la règle, Ur-Ninurta, qui lui fit suite sur le trône d’Isin, n’est pas donné pour son fils par les listes royales ; il semble donc qu’il y eut alors une rupture dans la tradition dynastique54. On sait, d’autre part, que c’est à Gungunum, dont le règne coïncida en partie avec celui de Lipit-Ištar, qu’il appartint d’affranchir Larsa de la tutelle d’Isin, à laquelle il ravit notamment l’antique cité d’Ur55. Une défaite de Lipit-Ištar pourrait rendre compte à la fois de l’avènement d’une nouvelle famille régnante à Isin et de l’entrée en scène de Larsa. Quant au document qui en porterait le souvenir, les critères externes n’empêchent pas de le faire remonter à l’époque en question. Son écriture, l’ancienne cursive babylonienne, présente des traits archaïsants56, qui lui affectent une date nettement pré-ḫammurabienne. Néanmoins, le problème essentiel n’est pas résolu, qui consiste à connaître le nom de la ville où la formule fut en usage. On peut exclure Isin d’office. Larsa n’entre pas non plus en question ; d’ailleurs, tous les noms d’années du règne de Gungunum nous sont conservés. Mais on retiendra que le texte provient apparemment de Sippar57. Aussi peut-on supposer, en bonne logique, que nous sommes en présence d’une formule locale, qui commémorait la retraite de Lipit-Ištar et la fin de l’hégémonie d’Isin sur Sippar. Ce pourrait être là le point de départ de la dynastie qui tenait encore la ville du temps des deux premiers rois de Babylone. Elle serait arrivée au pouvoir à la suite d’un raid des Amorrhéens, mettant en fuite la garnison étrangère qui occupait la cité ; les pillards s’étant retirés, un personnage local en aurait profité pour proclamer, à son profit, l’indépendance de Sippar58.

  • 59 La règle a été dégagée clairement pour les lettres de Mari (cf. A. Finet, ARMT, XV, p. 103-104), o (...)
  • 60 On observera par exemple la forme des signes NA et TUM à la l. 1, UM à la l. 2, SA et AD à la l. 4 (...)

34Une lettre provenant de Larsa (Y0S, II, n° 118) semble faire du terme Amurrum un usage identique. L’expéditeur, un certain Enki-mansum, adresse à son supérieur, qui porte le nom de Ziatum, un rapport relatif au voyage qu’il a entrepris dans le nord de la Babylonie. « Les gardes, dit-il, occupent les environs de Kiš et je n’ai pu passer à Dibubu ; A-mu-nr-ru-um est parti en campagne et personne ne veut me laisser aller » (l. 4-14). Il ressort de ces lignes que leur auteur se trouve à Kiš même, mais que des événements militaires l’ont empêché de poursuivre sa route. La ville de Dibubu, qui constituait l’étape suivante ou la destination finale du voyageur, nous est inconnue. Quant à A-mu-ur-ru-um, l’absence du clou vertical qui doit précéder normalement les noms de personnes au début des lignes59 nous permet d’y reconnaître un collectif désignant les Amorrhéens. Le nom de Zi-ia-tum n’est pas inconnu à Larsa ; il apparaît dans plusieurs lettres expédiées par Ḫammurabi à Šamaš- ḫâṣir et à Sin-idinnam (OECT, III, 17 : 6, 8, 6’ ; VAB, VI, 23 : 10 ; 37 : 13), mais d’après son écriture, archaïsante d’une façon caractéristique60, le document ne peut être qu’antérieur à la période ḫammurabienne.

  • 61 ARN, n° 20, col. I, l. 4’-6’ ; PBS, VIII, 2, n° 169, col. I, l. 7-9· Le premier texte porte dumu m (...)
  • 62 Pour la traduction de nam.bur.šu.ma « part d’offrandes », voir D. Cocquerillat, Revue internationa (...)

35Tandis que le nom d’année commémorant l’expulsion de Lipit- Ištar et la lettre d’Enki-mansum se font l’écho des troubles causés par les clans amorrhéens dans le nord de la Babylonie, les premiers textes à nous signaler des Amorrhéens établis dans le pays remontent à Sumu-El de Larsa. Deux contrats de partage d’héritage provenant de Nippur et appartenant, l’un au début, et l’autre à la fin du règne de ce souverain, attachent à une fonction sacrée de Ninlil « la part d’offrandes des gens de Nippur, des gens d’Isin et des gens du pays de Martu »61. Il s’agit donc, semble-t-il, des offrandes62 apportées au temple par diverses catégories de personnes, parmi lesquelles sont représentés les Amorrhéens qui vivaient en Babylonie.

  • 63 Les plus récents témoignages datent d’Išbi-Irra et des trois premières années du règne de son succ (...)

36Le Martu venu présenter son offrande au temple de Ningal à Ur est qualifié de Sutéen (cf. ci-dessus, p. 88), sans doute parce que le scribe jugeait trop vague la portée du premier terme. L’opinion selon laquelle celui-ci aurait servi à désigner une profession a déjà été rejetée plus haut (p. 154). Sous cette forme, le terme a disparu d’ailleurs à l’époque de la Ire dynastie babylonienne, en tant qu’épithète appliquée à des individus isolés63.

  • 64 Le redoublement du r est sans importance. On rencontre de même Imgurum et Imgurrum (Ranke, EBPN, p (...)
  • 65 A-mu-ri-tum/tim : VS, IX, 179 : 18 ; VS, XVI, 47 : 13 ; TCL, I, 65 : 31. A-mur-ri-tum : VS, XIII, (...)
  • 66 La restitution que Thureau-Dangin propose dubitativement (p. 20) pour la ligne 16 : Da-da-tum a-mu(...)
  • 67 Ar-ru-wa (l. 8), lu erronément Ar-ru-ut-rum par Thureau-Dangin, p. 16 : cf. A-ru-wa, NPN, p. 36, s (...)

37Son équivalent Amurrûm est attesté assez rarement et l’emploi dans lequel on le confine exclut tout aussi bien un nom de métier : La question ne se pose pas lorsqu’il joue le rôle d’un nom propre. Sur une liste de rationnaires, non datée, découverte à Nippur (PBS, VIII, 1, n° 98), on relève parmi d’autres noms l’« Élamite » (l. 1 : E-la-mi-tum) et l’« Amorrhéen » (l. 9 : A-mu-ru-u). Un autre document similaire offre également le nom d’A-mu-ur-ru-um (VS, IX, 124 : 4), mais il pourrait s’agir de l’hypocoristique (cf. ci-dessus, p. 166)64. Il y a aussi des femmes que l’on connaît sous le nom d’« Amor- rhéenne »65. Une tablette datée de Samsu-iluna (TCL, I, 109) énu- mère quinze personnes qui ont reçu des « vêtements magnifiques » ; en seconde place vient A-ḫi-ma-ra-aṣ a-mur-ru-ú66. Si le terme dénote l’origine du personnage, qui porte un nom « ouest-sémitique », on devine le parti que l’on pourra tirer de cette simple donnée. En tête de la liste figure un nom pareillement « ouest-sémitique » : Ia-šu-ub-xDa-gan. La forme a-mur-ru-ú peut être naturellement un pluriel, mais on attendrait plutôt dans ce cas N. ù N. a-mur-ru-ú.. La liste comprend aussi plusieurs étrangers dont l’origine, en l’occurrence hurrite67, n’est pas indiquée. Enfin, on pourrait croire que tous les personnages nommés étant mis sur le même pied, ils exercent une commune profession ; or l’un d’eux est désigné comme kizûm (l. 5). Le terme en discussion pourrait donc décidément se rapporter ici à une profession. Il reste toutefois que le cas serait unique ; partout ailleurs, on entend par Amurrûm un individu appartenant à une population particulière. Les considérations qui viennent d’être développées ne paraissent pas de nature à faire admettre une exception à cette règle.

  • 68 Th. Meek, A JSL, 33 (1916-1917), p. 227, n° 11, l. 3-4 :... ša mârimeš A-mu- ur-ri-i. Pour la lect (...)
  • 69 La lecture KA.BÀD de Lutz est certainement fautive (cf. op. cit., n° 20, l.14). D’une façon généra (...)
  • 70 Le texte, de provenance indéterminée, est daté de la prise de la ville de Lugal-dEn.zu.ki ; cette (...)
  • 71 On sait que le terme mârum exprime communément l’appartenance à une classe. Cf. par exemple G. Dri (...)

38On a recours parfois à d’autres expressions pour désigner les Amorrhéens. Un texte fait état de boeufs et de moutons, appartenant aux « enfants des Amorrhéens »68. Dans une lettre retrouvée à Larsa, des agents administratifs (šatammû) tiennent leur maître au courant des travaux de la moisson (Lutz, UCP, IX, 4, n° 22). La tâche est terminée sur une partie du domaine, mais les moissonneurs viennent d’arriver pour entamer un nouveau lot. On distingue parmi eux les trois groupes suivants : erín DI-a-aḫ-ku-ú (l. 6, 18), erín ka, šèr lugal (l. 7, 19) et erín dumu mar.tu (l. 8, 20). Je ne sais comment interpréter le premier terme. Le second groupe est formé d’hommes de l’armée royale (kiṣir šarrim)69 ; on voit qu’ils se livrent ici aux travaux des champs en compagnie des Amorrhéens. L’expression qui sert à désigner ceux-ci est inaccoutumée ; on trouve simplement erín mar. tu dans une tablette qui enregistre une sortie de sésame à leur profit (AJSL, 33 [1916-1917], p. 243, n° 39, l. 5)70. Peut-être a-t-on voulu insister sur le fait que les Amorrhéens ne se confondaient pas avec le reste de la population et qu’ils constituaient vraiment une classe à part71. Toutefois, on ne peut perdre de vue le cas des dumu kur mar.tu, c’est-à- dire des gens originaires du pays de Martu, du contrat de Nippur (cf. ci-dessus, p. 169) ; de toute façon, il n’est pas besoin d’envisager de nouveau une désignation professionnelle.

  • 72 L’hypothèse a déjà été proposée par M. Schorr, VAB, V, p. 415-416, et par Dhorme, Recueil, p. 82. (...)
  • 73 A moins que la requérante ne soit pas sur le même rang que les deux autres demandeurs ; il faut no (...)
  • 74 Il faudrait sí-ni-iš-tim. Le texte n’est donc pas exempt de fautes, mais une erreur s’explique plu (...)

39Un document juridique, rédigé à Sippar sous le règne de Zabium, offre matière à discussion dans un autre sens. Il s’agit d’un jugement rendu à l’issue d’une action en revendication. Les demandeurs sont déboutés : « A l’avenir, Be-li-sú-nu, Na-ap-sa-nu-um et Ma-ta- tum, fille dI-zi-da-ri-e, aussi bien homme que femme des enfants d’A-mur-ru-um (l. 21 : mârumeš A-mur-ru-um), ne porteront plus plainte contre Ma-ia-tum et Su-mu-ra-aḫ, enfants d’A-sà-li-ia » (CT, II, 50 = HG, n° 690). Si l’on veut entendre l’expression dans un sens ethnique, la forme est malaisée à justifier ; on attendrait, comme dans les passages étudiés précédemment, mârumeš A-mu-ur- ri-i ou du mu kur mar.tu. En tout cas, le nominatif est inexplicable. En revanche, on évite la difficulté en considérant A-mur-ru-um comme un nom de personne72 ; en effet, en règle générale, l’hypoco- ristique de ce type n’est pas décliné (cf. ci-dessus, p. 167, n. 1). A l’objection que la filiation du troisième demandeur est précisément indiquée, on peut répondre que mâru doit avoir ici le sens plus large de « descendant »73. La solution est également satisfaisante du point de vue juridique. L’expression iš-tu zi-ka-ri-im a-di sí-ni-iš-tum (l. 19-20)74 constitue une apposition de caractère généralisant ; par conséquent, si elle vise les Amorrhéens, elle englobe tous les Amorrhéens, hommes et femmes, et non seulement les trois demandeurs cités nommément. On devrait en conclure que les Amorrhéens possédaient des biens en communauté, puisque l’arrêt prend soin d’interdire à tous ceux de leur race de faire valoir désormais leurs titres à la propriété du domaine en litige. En réalité, c’est aux héritiers d’un personnage bien déterminé que la décision était intimée, l’apposition en discussion ayant été ajoutée comme précaution supplémentaire pour exclure définitivement tous les ayants droit éventuels.

  • 75 A.GAR A-mu-ur-ri-i(ki) : Meissner, BAP, n° 42, l. 1, 21 (Ammiṣaduqa). A.GAR Mar.tu : BE, VI, 1, n° (...)
  • 76 Première publication par St. Langdon dans PSBA, 36 (1904), p. 100-106 ; nouvelle étude par M. Scho (...)
  • 77 Voir à ce sujet P. Koschaker, ZA, 43 (1936), p. 219-220, et B. Landsberger, Symb. Koschaker, p. 23 (...)

40Lorsqu’une série de contrats de Sippar, remontant à Ḫammurabi et à Ammiṣaduqa, font allusion au « canton des Amorrhéens »75 qui devait se trouver dans les environs de la ville, il est clair que le lieu dit tirait son nom d’un établissement amorrhéen. Nous savons que les nomades avaient une prédilection particulière pour Sippar, où leurs traces ont été déjà relevées à plusieurs reprises ; en voilà une nouvelle preuve. Enfin, le meilleur témoignage que l’on puisse invoquer pour établir la présence d’éléments amorrhéens en Babylonie nous est fourni par un texte que nous avons déjà mis à profit (cf. ci-dessus, p. 31), la « seisachthie » d’Ammiṣaduqa76. Le document enregistre les différentes mesures qui ont été prescrites par le souverain à l’occasion d’une de ces lois exceptionnelles de libération des dettes et d’exemption des impôts, connues sous le nom de mî- šarum77. Ces mesures, précise le texte, s’appliquent tant aux Acca- diens qu’aux Amorrhéens : Ak-ka-du-ú ù A-mu-ru-ú. Ainsi, au temps d’Ammiṣaduqa, les Amorrhéens étaient admis au rang des.citoyens babyloniens, au même titre que les Accadiens. Il faut admettre dès lors que, loin d’être représentés par un petit nombre de personnes ou par quelques groupes isolés, les Amorrhéens devaient constituer un élément important de la population vers la fin de la première dynastie babylonienne.

41Quant aux Martu de l’extérieur, l’hégémonie grandissante de Babylone semble avoir mis un frein à leurs incursions hostiles. Seule la formule qui sert à désigner la 36e année du règne de Samsuiluna révèle qu’ils n’avaient pas désarmé tout à fait. Malheureusement, la formule, qui n’est connue que par des listes d’années (RLA, II, p. 185), est abrégée à l’extrême : « les troupes du pays d’Amurru » (erín kur mar.tu.a). Il va de soi qu’elle devait commémorer une victoire.

  • 78 RA, 9 (1912), p. 122, col. I, l. 8 ; CT, XXI, 33 : 4 ; UET, I, 122 : 6 ; 123 : 6. Warad-Sin attrib (...)
  • 79 Pour G. Cameron, History of Early Iran, p. 71, le titre venait d’Élam ; il avait été déjà porté pa (...)
  • 80 Inscription d’Ibiq-Ištar, roi de Malgûm, dans VS, I, 32 ; traduite par O. Schroeder dans ZA, 31 (1 (...)
  • 81 On relève le titre sur deux fragments de tablettes, découverts à Kiš et publiés par H. de Genouill (...)

42Nous sommes amenés finalement à aborder l’étude d’un problème qui a été déjà débattu, l’introduction du pays d’Amurru dans la titulature des rois de Babylone. C’est à Larsa que l’innovation est observée en premier lieu. L’Élamite Kudur-Mabuk, qui devait installer successivement ses deux fils, Warad-Sin et Rîm-Sin, sur le trône de Larsa, se proclame ad.da kur mar.tu « Adda du pays d’Amurru » dans diverses inscriptions votives78. Mais aucun de ses deux fils ne reprend le titre, qui sera relevé ultérieurement par Ḫammurabi. Cependant, dans l’intervalle, il est attribué à un certain Ibiq-Ištar par un document comptable provenant de Nippur et daté de la 24e année du règne de Rîm-Sin : I-bi-iq-Ištar ad.da mar.tu (PBS, VIII, 1, n° 79, l. 3-4). Le titre d’Adda, dont l’origine n’est pas encore définitivement élucidée, doit se traduire littéralement par « Père » (cf. ci-dessous et p. 178, n. 1), mais signifie le « maître », le « seigneur »79. Quelles que soient les raisons de son adoption, il est évident que ceux qui le portaient devaient occuper un rang princier ; l’exemple de Kudur-Mabuk et de Ḫammurabi est là pour le prouver. Partant, le texte de Nippur ne peut désigner qu’un personnage considérable. Or, pour reprendre ici une ancienne suggestion de E. Dhorme (Recueil, p. 115), on sait qu’un prince nommé Ibiq-Ištar occupa le trône de Malgûm un peu avant l’époque de Ḫammurabi ; il est difficile d’éviter l’identification des deux homonymes, en accord avec la chronologie80. Plus tard enfin, ce sera au tour de Ḫammurabi de s’intituler ad.da kur mar.tu81.

  • 82 On notera cependant qu’un des personnages nommés dans la lettre, A-zi-ia (l. 8), se confond peut-ê (...)

43La version accadienne du titre vient d’apparaître dans un document recueilli à Ur (UET, V, n° 62). Il s’agit d’une lettre dont l’entête est mutilé d’une façon malencontreuse, laissant ignorer les noms du destinataire et de l’expéditeur. Celui-ci, traitant d’une importante affaire de personnel, s’étonne qu’on n’ait point mis A-bi- a-mu-ur-ri-im au courant de la situation (l. 11-12). Il n’y a pas lieu de douter qu’on ait affaire à un titre ; un nom de personne signifiant « père du dieu Amurru » est évidemment impossible. Quant à l’intéressé lui-même, il touche de près au palais. En effet, à trois reprises, il est nommé en compagnie du roi : a-na (ou ba-lum) šar-ri-im ù a-bi-a-mu-ur-ri-im (l. 14-15, 21-22, 24-25). L’association étroite des deux titres ne doit pas faire croire qu’ils s’appliquaient en réalité à une seule et même personne ; un tel usage serait contredit par les traditions en vigueur. La lettre n’est pas datée, comme de coutume, et elle ne contient aucune allusion susceptible de nous éclairer à cet égard82. Néanmoins, l’identification des deux personnages en question me paraît assurée. On sait que Kudur-Mabuk n’exerça jamais la royauté en termes formels ; ce n’est pas son nom qui figure dans les listes dynastiques, mais bien ceux de ses deux fils. Dans une inscription votive où il s’intitule « Père d’Amurrum », il donne à son fils aîné le titre de roi de Larsa (CT, XXI, pl. 33 ; UET, I, n° 123). Pareille situation se trahit dans notre lettre, où interviennent côte à côte le roi et le « Père d’Amurrum », en l’occurrence Warad-Sin et Kudur-Mabuk. L’âge des documents épisto- laires recueillis à Ur ne s’oppose pas à cette vue ; on y compte deux missives émanant de Warad-Sin (UET, V, nos 58 et 59) et une de Kudur-Mabuk lui-même (ibid., n° 75).

  • 83 L’inscription est livrée par une brique dont on possède plusieurs exemplaires : Genouillac, op. ci (...)
  • 84 Pour la suite du texte, cf. Walther, Gerichtswesen, p. 109. Ni King (op. cit., III, p. 195-196), n (...)
  • 85 Meissner, BAW, I, p. 79, col. 1, l. 57-60 : lugal mar.tu = šar-ru a-mur-ri-i.

44Si Ḫammurabi a revendiqué le titre en question, il ne s’en est pas contenté. Dans une inscription qui commémore la restauration du temple de Zababa à Kiš, en la 35e année de son règne, le monarque se proclame : « roi fort, roi de Babylone, roi de la totalité du pays d’Amurru (lugal da.ga.an kur mar .tu), roi de Sumer et d’Accad »83. La copie néo-babylonienne d’une inscription originale du troisième successeur de Ḫammurabi, Ammiditana, nous a conservé une titulature à peu de chose près identique : « roi fort, roi de Babylone, roi de Kiš, roi de Sumer et d’Accad, roi de la totalité du pays d’Amurru (lugal da.ga.a[n] kur mar.tu.ki) » (King, LIH, II, n° 100). Le titre apparaît ici au milieu de plusieurs autres, qui sont consacrés depuis longtemps par la tradition ; son importance est encore soulignée par le fait qu’une inscription votive, rédigée en sumérien, pour la vie de Ḫammurabi, qualifie uniquement le souverain de « roi d’Amurru (lugal mar.[tu] ) » (ibid., I, n° 66, col. II, l. 2-3)84. On notera que le titre a même sa place dans les textes lexicographiques. En effet, la série lú = ša enregistre successivement : « roi de Sumer et d’Accad, roi de Iamutbal, roi des quatre régions, roi d’Amurru », ou plutôt, en suivant la version accadienne, « roi des Amorrhéens »85

  • 86 Cette localisation, établie en particulier par Th. Jacobsen, Af0, 12 (1939), p. 363. n. 1. a été g (...)

45« Père » ou « Roi d’Amurru », le titre devait avoir une portée pratique, qu’il importe de préciser. On ne saurait mieux faire qu’en remontant aux plus anciennes mentions. Le cas le plus simple est sans doute celui d’Ibiq-Ištar, car la dynastie indépendante de Malgûm à laquelle il appartient n’eut guère qu’une importance locale. On ignore l’emplacement exact de la ville de Malgûm elle-même ; le territoire qui lui était soumis s’étendait, semble-t-il, le long du Tigre, d’un point situé au sud de l’embouchure de la Diyala jusqu’à hauteur de l’actuelle localité de Kut-el-Amara86. Il s’agit donc d’un pays voisin d’Ešnunna, au nord-est de la Babylonie ; c’est donc logiquement dans cette direction qu’il faudra rechercher le pays d’Amurru sur lequel Ibiq-Ištar prétendait exercer son autorité.

  • 87 Cf. Gelb, HS, p. 86 et n. 6 ; E. Weidner, loc. cit., p. 17. Sur l’histoire du pays
  • 88 Ad-da E-mu-ut-ba-la : voir les références dans E. Weidner, MVAG, XXVI, 2 (1921). p. 42, et ajouter(...)

46Quant à Kudur-Mabuk, qui avait inauguré le titre, on sait qu’il s’était rendu maître de Larsa et du pays d’Emutbal, sur la rive orientale du Tigre. Ces deux territoires sont distincts l’un de l’autre, ce que l’on n’a pas toujours reconnu. Le pays d’Emutbal ou de Iamutbal s’étendait des frontières d’Ešnunna et de Malgûm aux contreforts du Pusht-i-Kuh ; il avait pour centre la ville de Dêr, dont le site correspond de nos jours à Badrah87. Venant du plateau élamite, c’est naturellement par cette contrée que Kudur-Mabuk avait dû commencer ses conquêtes. A quel moment prit-il le titre qui nous intéresse ? Toutes les inscriptions à son nom qui nous sont parvenues sont postérieures à la prise de Larsa ; c’est pourquoi il paraît impossible de répondre avec pertinence à cette question. Néanmoins, il est fort improbable que le titre ait quelque relation avec la capitale sud-babylonienne. On vient de voir que Kudur-Mabuk ne fut jamais roi de Larsa, titre qui fut réservé à ses fils, même de son vivant ; les deux titres ne peuvent donc se recouvrir. Aussi bien, Ibiq-Ištar, qui régnait sur Malgûm, n’étendit point sa domination sur la région de Larsa. Par conséquent, ce n’est jamais qu’avec le pays d’Emutbal que le titre d’« Adda d’Amurru » pourrait être associé. Or Kudur-Mabuk se dit tour à tour « Adda d’Amurru » et « Adda d’Emutbal »88. On comprend dès lors qu’on ait cru à l’équivalence, dans une certaine mesure, des deux termes géographiques Amurru et Emutbal. Je n’irai pas aussi loin ; à mon avis, il ne saurait être question d’identifier les deux termes, ni de les mettre strictement sur le même pied, en les considérant comme des districts voisins. En fait, le pays d’Amurru représente, d’une façon générale, toute la région transtigrine, où les Amorrhéens avaient pris pied depuis longtemps. C’est de là, on l’a vu, qu’ils avaient porté leurs coups contre les souverains d’Ešnunna, c’est là aussi que le dieu Amurru avait pris ses quartiers, selon la tradition littéraire sumérienne. Peu importe le tracé exact des frontières du pays d’Emutbal ; les nomades avaient dû se répandre partout dans les vastes steppes qui courent du Tigre à la montagne. C’est ce qui explique comment le roi de Malgûm, dont le territoire ne se confondait pas avec celui d’Emutbal, pouvait prétendre, lui aussi, au titre porté avant lui par Kudur-Mabuk. On pourrait, à la rigueur, imaginer une autre solution, en dépouillant le titre de son caractère concret et en lui donnant une portée vague et générale, comme c’est le cas par exemple de šar Kiššati. Mais il reste que le terme Amurru a un sens particulier, que le titre est nouveau à l’époque et qu’il faut bien lui trouver un point de départ, qu’il a été introduit enfin en Babylonie par un étranger, lequel régnait sur une contrée où les Amorrhéens étaient nombreux ; on ne peut faire abstraction de ces diverses circonstances. Que, par la suite, on ait étendu la portée du titre, cela est probable. Lorsque Ḫammurabi et après lui Ammi- ditana s’attribuent celui de « roi d’Amurru », il ne faut pas oublier la place prise par l’élément amorrhéen au sein même de la population babylonienne.

  • 89 Ce document a été présenté par M. G. Dossin à la Ire Rencontre assyriolegique internationale, tenu (...)

47Si nous avons été contraints de nouveau de rechercher un pays d’Amurru au nord-est de la Babylonie, il n’est point question, en revanche, de le transplanter d’une pièce sur la rive orientale du Tigre. En effet, il ne s’agit pas d’abandonner la théorie traditionnelle qui voyait dans l’Ouest le berceau d’Amurru. On vient de constater que les Sutéens, dont la steppe syrienne au nord-ouest de la Babylonie constituait l’habitat primitif, étaient regardés comme des Amorrhéens. Des témoignages venus des marches occidentales elles-mêmes confirment la coexistence de plusieurs pays d’Amurru. Un texte significatif des archives de Mari fait allusion aux pâturages dont les Benjaminites disposaient aux pays de Iam-ḫad, de Qatna et d’Amurrum (cf. ci-dessus, p. 49). L’énumération prouve que le terme Amurrum ne correspondait pas à un concept flou, mais qu’il désignait une contrée déterminée et que cette contrée se situait apparemment au sud du district de Qatna et de l’Oronte moyen. Un autre document, également inédit, mentionne des princes amorrhéens en relation avec la ville de Ḫaṣôr, en Palestine septentrionale89.

  • 90 Les textes nos 246, 247, 267, 277 et 281 ont été publiés en copie par D. J. Wiseman dans JCS, 8 (1 (...)
  • 91 N° 239 (JCS, 8 [1954], P· 15). l· 5. 10 : awîl mâr a-mu-ur-ri (variante a-mu-ri) ; n° 247 (ibid., (...)
  • 92 Une seule localité se trouve au delà de l’Euphrate ; c’est Irrid, mais elle n’apparaît que dans un (...)

48A leur tour, les tablettes cunéiformes découvertes à Alalaḫ, entre Alep et l’embouchure de l’Oronte, font état d’un pays d’Amurrum : kur mar.tu.ki ou mar.tu.ki. Un long mémorandum, qui tient note de rations accordées à de multiples personnages, signale des commerçants qui vont au pays d’Amurrum ou qui en viennent (Wiseman, Alalakh, n° 269, l. 28, 53, 75) ; du fourrage a été fourni pour des chevaux provenant également d’Amurrum (ibid., l. 49, 71 ; cf. n° 246, l. 20, 27, 34, 36 ; n° 267, l. 16 ; n° 281, l. 7-8). Ailleurs, il il est question de palefreniers originaires du pays d’Amurrum (n° 247, l. 21, 25 ; n° 277, l. 13 ; n° 281, l. 9)90. Enfin, dans deux cas, la seule qualification d’Amorrhéen sert à désigner des bénéficiaires de rations91. Malheureusement, pas un mot dans tout ceci sur la situation du pays. A l’examen, l’horizon géographique des textes d’Alalaḫ, en particulier ceux de la période ancienne, qui suit celle des archives de Mari (cf. ci-dessous, p. 233), se révèle peu étendu. L’Euphrate en marque la limite orientale92. Vers le sud, on ne semble pas dépasser Ugarit. Ce n’est qu’avec les documents du xve siècle qu’apparaîtront Ammiya et le pays de Canaan (ibid., index, p. 154-155). On ne trouve aucune mention de Qatna. Compte tenu de la limitation de nos sources, on risquerait donc de s’égarer en voulant rechercher trop loin de la vallée de l’Oronte ce pays d’Amurrum avec lequel Alalaḫ entretenait des relations commerciales, qui se poursuivirent d’ailleurs au cours du xve siècle (cf. ibid., p. 8 et index, p. 156).

  • 93 Sur l’histoire d’Amuiru, voir principalement Dhorme, Recueil, p. 128 et suiv. ; sur son extension (...)

49Une solution s’impose : l’Amurrum des textes de Mari et d’Alalaḫ ne saurait guère différer de la principauté plus récente d’Amurru, dont l’histoire nous est bien connue grâce aux lettres d’Amarna et aux archives hittites. Au début de cette histoire, c’est-à-dire avant le grand effort d’expansion et d’unification entrepris, aux dépens de l’Égypte, par Abdi-Aširti et son fils Aziru, l’état d’Amurru comprenait essentiellement l’hinterland phénicien, la région de l’Anti-Liban, du pays de Damas à la vallée de l’Oronte, à hauteur du Nahr-el-Kebir, l’Éleuthère des Anciens93. C’est vers l’intérieur qu’il était tourné, vers le désert de Syrie ; les villes de la côte étaient entre les mains de petits princes indépendants. Le territoire ainsi délimité répond sans difficulté aux données du premier texte de Mari ; aucun démenti n’est apporté par les informations puisées à Alalaḫ. On conçoit que les tribus benjaminites y soient allées chercher des pâturages, à la lisière de la zone désertique.

  • 94 Cf. W. F. Albright, BASOR, n° 83 (1941), p. 33 ; A. Goetze, BASOR, n° 127 (1952), p. 25.

50Il est évident que l’étendue de cet état et ses frontières ont pu varier au cours des siècles. A l’époque d’Amarna, le concept « Amurru » représentait une entité politique. Rien ne distingue le royaume d’Aziru des états voisins ; nombre de princes syriens, alliés ou adversaires d’Aziru et de son père, appartiennent à la même couche de population, d’après le témoignage de leurs noms. On ne peut expliquer pourquoi le nom d’Amurru fut réservé à un état particulier. Les révélations des archives de Mari et d’Alalaḫ ne contribuent nullement à éclairer le problème ; elles ne font que le reculer dans le temps. Alors déjà, les Amorrhéens avaient pénétré en bien des secteurs du « Croissant fertile », et pourtant leur nom s’était attaché d’une manière spéciale à un seul d’entre eux. On aimerait aussi connaître l’antiquité de cette tradition. Les textes égyptiens d’exécration nous ont permis de reconnaître l’étendue de la domination égyptienne en Palestine et en Syrie94 ; sur la carte, la sphère d’influence de l’Égypte paraît contenue par une ligne qui va approximativement de l’embouchure du Nahr-el-Kebir au nord de Damas. Le territoire décrit plus haut se trouve donc en partie à l’intérieur de ces limites. Or les textes en question n’ont livré aucune allusion à un pays d’Amurru. A la vérité, les points d’appui des Égyptiens étaient situés en ordre principal dans la zone côtière ; l’intérieur, comme il est naturel, avait pu davantage préserver son indépendance. Par conséquent, l’absence du nom d’Amurru dans la liste des ennemis possibles du Pharaon, à une époque de peu antérieure à celle de Mari, ne doit pas, à priori, entraîner des conclusions trop catégoriques. Néanmoins, si un district portant ce nom existait malgré tout à cette date, on en déduira qu’il ne devait pas s’enfoncer profondément vers le sud, ni représenter une puissance considérable. De l’époque des archives de Mari au temps des lettres d’Amarna, la situation ne semble pas avoir changé d’une façon notable ; déjà au temps de Mari, le pays d’Amurru est à rechercher au sud de Qatna. Quant aux circonstances qui sont à l’origine de la localisation particulière du nom d’Amurru, elles nous échappent, encore qu’elles doivent être certainement en relation avec la présence des envahisseurs surgis de la steppe. Le fait que le pays d’Amurru est connu sous ce nom à Alalaḫ, c’est-à-dire dans une contrée voisine et située au nord, rend de plus en plus improbable, en effet, l’hypothèse selon laquelle il aurait dû sa désignation à sa situation géographique.

51Avant de quitter les archives de Mari, rappelons qu’un des clans représentés parmi les soldats ḫanéens qui résident dans la capitale est désigné sous le nom d’A-mu-rum (RA, 49 [1955], p. 17, col. II, l. 45) ; aucun des autres clans ne porte un nom connu (cf. ci-dessus, p. 20). Partant, on manque d’éléments de comparaison pour interpréter le vocable, que l’on se contentera de verser au dossier en attendant d’être mieux informé.

  • 95 S. N. Kramer est d’un avis différent (BASOR, n° 96 [1944], p. 20, n. 13) : le mot kur.signifiant i (...)
  • 96 ištu Abul-šur-šimki adi DIM.EGIR KUR MAR.TU.KI šd pâṭ É-zuki mât Šu-me-riki. Cette lecture est le (...)
  • 97 2 UŠ bêrî ri-bit mât TU(?).KI išlu La-ab-na-nu α-di Tu-ruk-ki iki. Non seulement le signe TU se pr (...)

52Il ressort de l’examen de ces faits qu’il faut user de prudence chaque fois que le pays d’Amurru est évoqué hors d’un contexte précis. Lorsque Samsu-iluna tire gloire, dans la formule désignant sa 26e année de règne (RLA, II, p. 184), d’avoir extrait de la « grande montagne du pays d’Amurru (ḫur.sag.gal kur mar.tu.ki) » d’énormes blocs de pierres de taille, faut-il se souvenir des récits de Gudéa, qui faisait venir certaines pierres des montagnes d’Amurru (cf. ci-dessus, p. 150 et 157) ? On a observé plus haut (p. 149) que les descriptions des campagnes menées par Sargon d’Agadé vers la Mésopotamie supérieure et la Méditerranée devaient reposer sur une base historique. Un des textes en question, qui appartient à l’époque ḫammurabienne, rapporte la conquête d’Amurrum par Sargon (cf. ci-dessus, p. 149, n. 2) ; il s’agit évidemment d’un pays situé à l’ouest de la Babylonie. Dans l’inscription célèbre du roi Lugal-anne-mundu, dont les deux copies qui nous sont parvenues datent respectivement d’Abi-ešuḫ et d’Ammiṣaduqa, le pays d’Amurru se retrouve dans une énumération où l’ordre géographique ne semble pas rigoureusement observé95 : « la Montagne des Cèdres, Élam, Marḫaši, Gutium, Subartu, Amurru (Mar.tu), Sutium et la Montagne d’Êanna » (cf. ci-dessus, p. 83). La place d’Amurru en compagnie du domaine des Sutéens plaide pourtant en faveur de l’Ouest. Enfin, le pays d’Amurru apparaît dans le texte géographique KAV, n° 92, qui décrit l’empire de Sargon d’Agadé (cf. ci- dessus, p. 149, n. 2). Le texte est de basse époque, néo-assyrienne, mais ses sources sont anciennes et certaines doivent remonter au siècle de Ḫammurabi ; il n’est donc pas hors de propos d’en parler ici. Le premier passage qui nous intéresse doit à son obscurité d’avoir suscité des interprétations divergentes. Selon E. Weidner, on y lirait que le pays de Sumer s’étendait d’Abul-šuršim au DIM inférieur (?) du pays d’Amurru dans la région frontière d’Ezu (l. 29)96. Le sens obtenu, il faut l’avouer, est loin d’être satisfaisant. Si le pays de Sumer voisinait au nord avec le pays d’Amurru, c’est que celui-ci commençait déjà au Moyen-Euphrate dans l’esprit de l’auteur ancien ; c’est là sans doute la seule indication que l’on peut tirer du passage, comme l’a noté Weidner. La seconde mention est encore plus douteuse, la lecture du terme Amurru lui-même étant sujette à caution. La route d’Amurru (?), nous dit le texte, qui va du Liban jusque chez les Turukkû, mesure 120 doubles- lieues (l. 38-39)97. Si la lecture suggérée par Weidner est exacte, il faudrait en conclure que le nom d’Amurru pouvait s’appliquer à un territoire extrêmement étendu, allant de la Syrie aux monts Zagros, en passant par le désert syro-arabique.

  • 98 Cf. J. Lewy, ZA, 38 (1928-1929), p. 256-257 ; G. Eisser et J. Lewy, MVAG, XXXIII (1930), p. 148, n (...)
  • 99 Par exemple, CCT, II, 5a, 1. 20 : a-na A-mu-ri-im. Autres références dans F. J. Stephens, Personal (...)
  • 100 Pour les tablettes cappadociennes, les références sont données par Bilgiç, Ortsnamen, p. 34-35, et (...)
  • 101 Références dans Bilgiç, loc. cit., p. 32. L’étude qu’il a faite sur l’économie des métaux en Anato (...)

53A plusieurs reprises, les textes assyriens de Cappadoce font allusion à des Amorrhéens98. Tous les passages qui ont été invoqués ne sont pas nécessairement pertinents, car l’hypocoristique Âmurum n’est pas toujours exclu99 ; on s’en tiendra donc aux seuls témoignages certains. Un personnage au nom parfaitement assyrien, Aššur-ṭâb, se qualifie lui-même d’Amorrhéen dans la légende de son sceau : dumu mar.tu (Th. G. Pinches, AAA, 1 [1908], p. 69 et pl. XVIII, n° 14, sceau). Une lettre parle d’Amorrhéens (a-na A-mu-ri-e), sans préciser davantage (CCT, IV, 1b, l. 22) ; une autre mentionne « les deux Amorrhéens (A-mu-ri-en) de Niḫriya » (CCT, II, 49a, l. 13-14). Dans les deux cas, les personnages en cause se livrent au commerce. La ville de Niḫriya figure également dans les archives de Mari ; elle se trouvait en Mésopotamie supérieure, vraisemblablement au nord du triangle du Ḫabur100, Enfin, il est aussi question d’« argent amorrhéen » : kaspam a-mu-ra-am101. Pour J. Lewy, il s’agirait d’une indication d’origine, suivant l’exemple d’autres dénominations analogues (ZA, 38 [1928-1929], p. 257). En fait, les détails manquent encore pour nous permettre d’apprécier la portée pratique de l’expression ; on ignore notamment d’où provenait le métal précieux baptisé d’amorrhéen. En conclusion, des éléments amorrhéens participaient certainement à l’activité commerçante des colonies assyriennes de Cappadoce.

  • 102 Cf. P. Koschaker, Orient., N.S., 4 (1935). p· 42 εt n. 3. Le terme attârum ne semble pas avoir exa (...)
  • 103 En effet, des quatre localités mentionnées : Maškan-dar-aki, Ḫa-bi-riki, Dûr-Šul-giki et Du-un-nu- (...)

54On retrouve également la trace de leur présence bien loin de là, en Élam. Deux actes officiels, émanant du régent Kuk-Našur, contemporain d’Ammiṣaduqa, concernent des champs confiés à des Amorrhéens ainsi qu’à d’autres catégories de personnes. Le premier document énumère les « champs des pâtres, des soldats (rêdû), des hommes de réserve (wa-at-ta-ri), des Amorrhéens (A-mu- ur-ri-i) et des coureurs (la-sí-mi) » (MDP, XXIII, n° 282, l. 6-7) ; le second, « les champs et les jardins alimentaires des pâtres, des soldats et des Amorrhéens (A-mu-úr-ri-i) » (ibid., n° 283, l. 5-6). Il s’ensuit de là que les Amorrhéens appartenaient à une classe particulière102. L’allusion aux « champs alimentaires », institution bien connue en Babylonie par la correspondance de Ḫammurabi, suffit à déterminer dans une certaine mesure leur statut juridique : ce sont des détenteurs de fiefs qui leur ont été concédés en rémunération des services qu’ils devaient au souverain. Mais la nature de leurs fonctions est laissée dans l’ombre : étaient-ils des employés subalternes, des hommes de métier, des soldats ? La mention, par un document juridique susien, légèrement antérieur aux deux précédents, d’un « canal des Amorrhéens » (atap A-mu-úr-ri-i : MDP, XXIII, n° 169, l. 43), qui a pour pendant un « canal des Subaréens » (cf. Gelb, HS, p. 44, n. 147), ne nous apprend rien. En revanche, un petit texte comptable, datant approximativement de la même époque, nous met sur la bonne voie. La tablette enregistre des sorties de moutons, chaque poste étant accompagné du nom d’une localité ; le total est suivi de l’indication erín mar.tu « soldats amorrhéens » (MDP, XXVIII, n° 511 = RA, 31 [1934], p. 172, n° 2). Ces moutons étaient destinés aux contingents amorrhéens qui tenaient garnison dans les différentes localités mentionnées, vraisemblablement proches des confins de l’Élam et de la Babylonie103. Les Amorrhéens dont il était question dans les chartes de Kuk-Našur devaient servir dans les mêmes conditions. Le nom d’Amurru apparaît aussi dans une formule d’année malheureusement incomplète : mu.ús.sa x (= [k]i ?) mar.tu im.[g]in.na (MDP, XXVIII, n° 514, rev.). Le terme semble pris ici dans un sens géographique, bien qu’il ne soit pas suivi d’un suffixe directionnel. On aimerait savoir si cette date se rapporte à quelque événement de l’histoire babylonienne.

  • 104 LUḪ.MAR.TU : Chiera, SLT, n° 100, col. II, l. 8 ; n° 109, col. I, l. 10. GÌR. NITÁ.MAR.TU : ibid., (...)
  • 105 Cf. Β. Landsberger, JCS, 9 (1955). p. 122, n. 11 suggère *ugulamartû comme lecture possible.
  • 106 A part l’article sommaire de O. Krückmann dans RLA, l, p. 447, il faut noter surtout les remarques (...)

55Plusieurs titres, en usage à l’époque, font intervenir le nom d’Amurru. Quelle relation peut-on établir entre eux et les Amorrhéens ? Ces titres sont au nombre de cinq : luḪ.mar.tu, gÌr.nit á. mar. tu, pa.mar.tu, gal.mar.tu et dub.sar.mar.tu ; chacun répond à des conditions d’emploi particulières. Les deux premiers ne sont encore attestés que par la littérature lexicographique ; ils figurent dans des textes « précurseurs » de la série lú = š104. La version canonique nous livre la lecture accadienne de luḪ.mar.tu, qui est évidemment suk-kal a-mur-ri-e (Meissner, BAW, I, p. 80, l. 30), le « vizir des Amorrhéens ». Quant à gÌr.nitÁ.mar.tu, sa place dans l’énumération, entre le « préfet des soldats (erín) », le « préfet des soldats du cloître » et le « préfet de la porte du palais », semble lui donner une allure militaire, mais les seules considérations théoriques ne peuvent nous convaincre, comme l’enseigne le cas du pa.mar.tu. Ce dernier, qui est ignoré des textes lexicographiques et dont l’équivalent accadien n’apparaît nulle part105, revient fréquemment dans les documents économiques, juridiques et épistolaires de la 1re dynastie babylonienne. Plusieurs hypothèses ont déjà été avancées à son sujet, mais aucune étude approfondie ne lui a été consacrée jusqu’à présent106. Bien qu’une telle recherche, rendue possible par une documentation assez abondante, soit vivement souhaitable, elle ne serait pas ici à sa place ; néanmoins, quelques observations générales s’imposent.

  • 107 Cf. Leemans, op. cit., p. 120. Ajouter TCL, XI, 156 : 12, 23 (document daté de Ḫammurabi) ; 232 : (...)
  • 108 Deux textes, datés de Rîm-Anum, mentionnent des PA.MAR.TU, qui viennent d’ailleurs de Babylone (VS (...)

56Il n’est pas indifférent de remarquer que le pa.mar.tu exerce essentiellement ses fonctions dans le nord de la Babylonie. Ainsi, il est mentionné surtout par les textes de Sippar et de Dilbat. On ne saurait parler d’un hasard dû aux fouilles, car il n’intervient ni à Nippur, autre site fécond en trouvailles épigraphiques, ni à Ur, par exemple. A Larsa toutefois, il n’est pas inconnu, mais les quelques documents qui le nomment sont tous postérieurs à la conquête babylonienne107. Dans les archives de Mari, il n’en est pas question. Une lettre provenant du pays de Suḫi, au sud de Mari, fait bien allusion à un pa.mar.tu (VAB, VI, n° 238, l. 16-17), mais elle date, elle aussi, d’une époque où la vallée de l’Euphrate moyen était passée sous le contrôle de Babylone. De même, des pa.mar.tu interviendront, plus tard encore, dans des contrats de Ḫana (TCL, I, n° 237 : 25 ; VS, VII, n° 204 : 42). Voilà donc la question chronologique à peu près résolue par la même occasion : le pa.mar.tu ne quitte le territoire où il se cantonnait primitivement qu’à la suite de l’expansion de la puissance babylonienne. D’autre part, il n’est pas certain qu’il ait fait son apparition avant Ḫammurabi108. On pourrait objecter, pour rendre compte du silence observé, que nos sources sont infiniment moins abondantes pour les règnes des premiers rois de la lignée que pour ceux de Ḫammurabi et de ses successeurs. Mais, en tout cas, le terme est absolument ignoré des textes économiques du temps de la IIIe dynastie d’Ur, lesquels, en revanche, contiennent de nombreuses références à des personnages qualifiés de Martu. Il n’est donc pas téméraire d’attribuer à un souverain babylonien la création de la charge de pa.mar.tu.

  • 109 Les trois textes ΜΑΗ 15916, 15970 et 15914 ont été transcrits, traduits et commentés par E. Szlech (...)

57Les fonctions qu’elle comportait ne se regroupent pas aisément sous une seule rubrique. On a déjà souligné le rôle que jouait le pa.mar.tu dans l’administration des terres octroyées à diverses catégories de militaires ou d’hommes de métier. Certains accompagnent les soldats soumis à leur juridiction, qui vont prendre possession des champs concédés par le roi (TCL, VII, n : 21 ; OECT, III, 25 : 7). Un pa.mar.tu fait placer des gardes sur un champ en litige (TCL, VII, 36 : 4). Un autre intervient dans la location d’une terre appartenant à la ville de Sippar (CT, VIII, 7a : 9-10 ; cf. M. Schorr, VAB, V, p. 185-186). Un soldat est en contestation avec son remplaçant au sujet du partage de son fief. Un pa.mar.tu assiste, en tête des témoins, à la conclusion d’un premier accord (ΜΑΗ 15916, JCS, 5 [1951], p. 78, l. 19) ; l’affaire se poursuivant, les deux parties se rendent par la suite auprès d’un autre pa.mar.tu, qui en décide différemment (ΜΑΗ 15970, ibid., p. 80, l. 4-6). Un troisième pa.mar. tu rend son arrêt dans un litige qui oppose le même soldat à son propre frère, cette fois, au sujet de l’entretien de leur champ (μαΗ 15914, ibid., p. 85, l. 1, 13)109.

  • 110 Selon B. Landsberger, la hiérarchie s’établit comme suit : PA.MAR.TU « général », PA.PA « capitain (...)
  • 111 Voici, après collation sur l’original, la transcription de ce document, dont la face est pratiquem (...)
  • 112 Les RÁ.GAB.MEŠ LÚ.BAN dont il est question en TCL, VII, 11 : 3 doivent se confondre avec les RÁ.GA (...)

58En second lieu, on doit reconnaître que les pa.mar.tu occupaient une place précise dans la hiérarchie militaire, à savoir le premier rang110. Une lettre de Samsu-iluna est adressée à une série de personnages, où le pa.mar.tu précède le pa.pa et le laputtûm (VS, XVI, 165 : 7). Un texte daté de Ḫammurabi clôt une liste de pa.pa et de laputtû par la mention : « pa.mar.tu, un tel » (Speleers, Inscriptions, n° 228, rev., l. 8)111. A la suite d’un voyage ou d’une expédition (girrum), quelqu’un se plaint que les laputtû qui lui avaient été adjoints ne lui aient été d’aucun secours ; il écrit à ce sujet au pa.mar.tu (Ungnad, ABB, 42 : 19). Dans deux des textes cités plus haut, les pa.mar.tu agissent en compagnie de pa.pa (MAH 15916, l. 19 ss. ; ΜΑΗ 15914, l. 13). Comme on l’a vu, des soldats figuraient parmi les subordonnés des pa.mar.tu, mais ils n’étaient pas les seuls112. Réciproquement, on consulte le « commandant des soldats » (šâpir rêdê) dans une affaire qui concerne un pa.mar.tu (BIN, VII, 50 : 17 ss.). Dans d’autres cas, la qualité des personnages dont ils dépendent n’est pas précisée (Speleers, op. cit., n° 228, rev., l. 9 ; Boyer, Contribution, HE 113, pl. VI, l. 32).

  • 113 Pour la moisson : VS, VII, 76 : 2-3 ; E. Grant, Cuneiform Documents in the Smith College Library, (...)
  • 114 Cf. Lautner, op. cit., p. 87, 157. Dans Grant, op. cit., n° 262, le PA.MAR.TU prend la somme avanc (...)

59Enfin, en plusieurs occasions, les pa.mar.tu participent à l’activité commerciale ou économique du Palais. A Larsa, sous le régime babylonien, ils s’occupent de la vente du poisson pour le compte du Palais (Pinches, Berens Coll., nos 94 et 95 ; Boyer, op. cit., HE III, pl.V l. 7, 10 ; HE 113, pl. VI, l. 5, 32). A Dilbat, ils engagent des travailleurs pour la moisson ou pour exécuter une certaine tâche encore inexpliquée113. Bien que les textes juridiques en cause aient une allure privée, ils se rapportent certainement à l’activité officielle des pa. mar.tu. Il est possible aussi que le blé que ceux-ci prêtent à des particuliers (VS, VII, 89 : 3 ; 94 : 3 ; 96 : 3 ; 104 : 2 ; 105 : 3) provienne des greniers de l’état114.

  • 115 L. 14-18 : « J’ai réuni la ville ; ils (les personnages dont il est question auparavant) n’ont pas (...)
  • 116 BE, VI, ι, 99 : 3, 4 ; BIN, VII, 50 : 6, 7 ; Boyer, Contribution, HE 111 : 7, 10 ; CT, VIII, 7a : (...)

60De l’ensemble de la documentation, il ressort clairement que le pa.mar.tu est un fonctionnaire nommé et appointé par le pouvoir central. Ajoutons encore que le roi parle de « son » pa.mar.tu (VAB, VI 192 : 11) et que c’est lui qui le libère de son service (TCL, XVII, 31 : 15-16). Enfin et surtout, le pa.mar.tu dispose d’un « champ alimentaire » (BIN, VII, 8 : 29 ss. ; 50 : 6-8), marque irréfutable de son statut. Quant au rang social du personnage, plusieurs indices permettent de l’apprécier, pour autant qu’il ne varie pas, suivant des circonstances qui nous échappent. Citons en particulier la lettre TCL, XVII, 30, expédiée à un pa.mar.tu, dont le nom n’est pas donné, par deux fonctionnaires en résidence à Lagaš, comme l’atteste la mention du dieu Ningirsu dans l’adresse. La lettre est rédigée en termes déférents, alors que ses auteurs remplissent visiblement des fonctions dirigeantes dans l’administration de leur cité115. Ailleurs, le maire et les Anciens d’une ville écrivent à des pa.mar.tu, et peut-être à des pa.pa, au sujet, semble-t-il, d’exactions commises par un fonctionnaire (YOS, II, 109). Observons en passant que non seulement plusieurs pa.mar.tu peuvent être en fonction au même moment116, mais encore qu’ils paraissent agir parfois de concert (OECT, III, 25 : 6-7). On sait aussi que certains pa.mar.tu possédaient des terres (VS, VII, 59 : 3 ; 139 : 4 ; TCL, I, 139 : 4 ; BE, VI, 1, 119, rev., I : 16 ; Lutz, OBL, 1 : 7). — mais, dans cer- tains cas, il s’agit peut-être de fiefs et non de véritables propriétés personnelles, les fiefs pouvant être eux-mêmes donnés en location, — une maison (VS, VII, 55 : 1-2), des esclaves (BE, VI, 1, 116 : 6 ; VS, XVI, 56 : 15). Leur filiation n’étant indiquée qu a titre exceptionnel, il est hasardeux de vouloir retracer leur carrière, ainsi qu’on a déjà tenté de le faire (cf. Lautner, Personenmiete, p. 157-158), sans disposer de preuves plus solides qu’une simple homonymie.

  • 117 Zi-im-ri-Ḫa-na-ta (VAB, VI, 238 : 16) et I-gi-id-Li-im (TCL, I, 237 : 25). Un troisième document p (...)
  • 118 Lu Ia-ab-ru-uq-Li-im, d’après A. Goetze, BASOR, n » 95 (1944). P.19 ; la copie de Ch. Jean (TCL, X (...)
  • 119 Šu-ḫu-ut-ki (PBS, VIII, 2, 252 : 29), dont le père porte un nom hurrite, fréquent à Nuzi : Ku-uz-z (...)

61Dans la mesure où l’on peut se fier au critère des noms propres, la plupart des pa.mar.tu sont de bonne souche babylonienne. Trois seulement portent des noms « ouest-sémitiques » : deux dans la région du Moyen-Euphrate117, c’est-à-dire une contrée où l’élément « ouest-sémitique » était prépondérant, et un à Larsa118. Un autre est peut-être hurrite119. On ne relève aucun nom sumérien.

  • 120 A l’exception de l’élamite Wa-li-i (TCL, I, 5 : 22).

62Concluons. Le pa.mar.tu représente une institution d’état, propre à Babylone. Elle apparaît dans nos documents sous le règne de Ḫammurabi ; elle remonte peut-être plus haut, mais c’est en tout cas de cette époque que date l’extension qu’on lui connaît. On ne parvient pas à discerner clairement le rôle fondamental du pa.mar. tu, ni à unifier ses différentes activités. S’il occupe un rang éminent dans l’armée, il est peut-être naturel qu’il exerce sa surveillance sur les terres confiées à titre de fiefs à ses soldats, mais on ne s’explique guère, en revanche, son intervention dans les transactions commerciales du Palais. Le sens littéral du terme, « chef des Martu », ne justifie pas son emploi dans la titulature babylonienne. On pourrait néanmoins reconnaître dans le pa.mar.tu l’officier chargé à l’origine de distribuer des terres aux Martu désireux de s’installer en Babylonie. En effet, le pa.mar.tu, fonctionnaire de l’État, ne peut jamais être considéré comme leur chef ou comme leur délégué. L’hypothèse reste possible, mais elle ne trouve aucune confirmation dans la réalité. Nos sources ne permettent pas de déceler une évolution quelconque dans les attributions du pa.mar.tu. Les individus, soldats ou non, qui dépendent de lui, ne sont qualifiés nulle part de Martu et ne paraissent aucunement former une classe particulière ; eux aussi portent des noms babyloniens120. L’étude qu’il a fallu consacrer au pa.mar.tu aboutit ainsi à un résultat négatif ; elle n’est susceptible de n’apporter aucune lumière sur le problème des Amorrhéens.

  • 121 Le nom de Nidnat-Sin est encore porté par d’autres personnages, mais on doit les éliminer pour l’u (...)
  • 122 Le texte porte e-li-nu-um é-kál-la-tim (l. 6-7). Au lieu de traduire, comme Ungnad, « au-dessous d (...)
  • 123 Au lieu de Tíl-ag-mi-imki (l. 9), qui n’apparaît pas ailleurs, lire sans doute Ka( !)-ak-mi-imki. (...)
  • 124 Sur l’interprétation juridique du texte, voir Leemans, Merchant, p. 8.

63A côté du pa.mar.tu, le gal.mar.tu fait figure de parent pauvre, à peine connu des textes babyloniens. Au cours d’un procès relatif à une succession, qui se déroule à Sippar sous le règne de Ḫammurabi, c’est un certain Nidnat-Sin, gal.an.mar.tu, qui agit en qualité de juge (VS, IX, 142 : 6). Attribuons provisoirement la graphie gal.an.mar.tu à une méprise du scribe, d’après les témoignages qui vont suivre. On retrouve peut-être Nidnat-Sin dans l’expéditeur d’une lettre, provenant également de Sippar, qui réclame d’un ton bref à son correspondant la libération de quatre rêdû, lesquels avaient été arrêtés et emmenés à Kiš (VAB, VI, 183) ; il est possible qu’il s’agisse d’un officier, les hommes réclamés appartenant à l’armée121. C’est dans cette direction que semble-nous orienter un second document, un message adressé par deux prisonniers de guerre à l’épouse d’un gal.mar.tu, qui porte le nom malheureusement très courant de Sin-idinnam (VAB, VI, 134). Les deux compagnons ont été capturés près de la frontière assyrienne122 et ils sont détenus dans le palais d’une ville ennemie123. Ils prient la dame en question, dont ils se disent les serviteurs, de bien vouloir intervenir auprès de leurs pères respectifs pour que ceux-ci décident le tamkarum à les racheter124. C’est sur le conseil du gal.mar.tu en personne qu’ils soumettent leur requête à sa femme (l. 5-6). Faut-il supposer qu’il était tombé, lui aussi, aux mains de l’ennemi (cf. Ungnad, VAB, VI, p. XXIV, n. 1) ou qu’il avait renvoyé les deux captifs à sa femme parce qu’il était en campagne ? Dans les deux cas, on peut considérer Sin-idinnam comme le supérieur hiérarchique des prisonniers et, vraisemblablement, comme un officier d’un rang élevé.

  • 125 En mettant bout à bout les deux séries livrées par ARM, II, 13, l. 23 et 29, on voit que les gradé (...)
  • 126 Α. Ungnad a déjà attiré l’attention sur les particularités grammaticales du document en question ((...)

64A l’encontre de ce que l’on a observé à propos du pa.mar.tu, le gal.mar.tu, quasi ignoré en Babylonie, joue un rôle en vue à Mari, où il apparaît sous les traits d’un officier supérieur. « Le déplacement du gal.mar.tu est une affaire importante », fait remarquer Iasmaḫ-Addu à son beau-père Išḫi-Addu, roi de Qatna (ARM, V, 18 : 12-13). Dans les énumérations, c’est toujours lui qui vient en tête, avant les capitaines (ARM, II, 13 : 29 ; IV, 74 : 20 ; VI, 64 : 7’)125. Toutefois, il ne s’agit pas du général en chef, car il peut y avoir plusieurs gal.mar.tu (ARM, IV, 74 : 20 ; VI, 64 : 7’). Le préfet du palais de Mari, Baḫdi-Lim, signale qu’à Babylone on désignait un gal.mar.tu pour deux ou trois cents hommes (ARM, VI, 28 : 14-15). Rien ne prouve que l’armée babylonienne n’ait jamais connu un officier portant ce titre ; les deux prisonniers dont il a été question plus haut n’étaient sûrement pas babyloniens126. Par conséquent, il est probable que Baḫdi-Lim ne faisait qu’employer abusivement le terme usité à Mari, et qu’à Babylone on eût donné un autre nom au gradé correspondant. Pour la même raison, on ne peut décider si l’expression était connue en réalité à Alep (ARM, III, 30 : 37 ; VI, 35 : 5, 13) et dans d’autres pays (II, 26 : 10 ; 78 : 37, 38 ; 135 : 12). D’autre part, Baḫdi-Lim cite en exemple l’usage babylonien ; c’est qu’à Mari on avait coutume de confier au gal.mar.tu des contingents plus nombreux. Le préfet du palais ne dit rien à ce sujet, mais un correspondant de Zimri-Lim nous montre un gal. mar.tu opérant en Haute Mésopotamie à la tête d’un parti fort de trois mille hommes (ARM, II, 135 : 12), tandis que Iasmaḫ-Addu s’occupe de l’envoi d’un gal.mar.tu et de cinq cents hommes de renfort (V, 18 : 7). En somme, on devait entendre par gal.mar.tu un commandant de corps, l’effectif des troupes à ses ordres variant suivant les circonstances.

  • 127 A propos des différents sites de la Diyala, on consultera maintenant l’utile exposé, accompagné d’ (...)
  • 128 Cf. Taha Baqir, Sumer, 5 (1948), p. 35-36 ; A. Goetze, JCS, 4 (1950), p. 95, n 43.
  • 129 Sur Diniktum, cf. A. Goetze, loc. cil. ; J.-R. Kupper, RA, 42 (1948), p. 49-50 ; W. F. Leemans, Le (...)
  • 130 La valeur bi est attestée dans les inscriptions officielles de l’époque (cf. W. von Soden, Akk. Sy (...)
  • 131 A. Walther, qui tient pour erronée la leçon GAL.AN.MAR.TU du document de Sippar (Gerichlswesen, p. (...)

65Une brique ramassée en dehors de tout contexte archéologique, à Tell Harmal, à une dizaine de kilomètres à l’est de Bagdad, entre le Tigre et la Diyala127, porte l’inscription suivante : dSin-ga-mi- il ra-bí an.mar.tu ša Di-ni-ik-timki mâr dSin-še-mi (S. Smith, Sumer, 2 [1946], p. 20). La lecture et l’interprétation du titre du personnage présentent une réelle difficulté. On avait cru naguère que Tell Harmal occupait la place de l’ancienne cité de Diniktum128 ; on s’accorde maintenant à y retrouver celle de Šaduppûm, mais Diniktum ne devait pas être bien loin. Sous le règne de Sin-idinnam, la ville faisait partie du royaume de Larsa ; au temps des archives de Mari, elle dépendait d’Ešnunna. De toute façon, elle était située sur la rive gauche du Tigre129. L’écriture du document est celle de là Ire dynastie babylonienne, sans qu’on puisse préciser davantage130. Il est clair que Sin-gâmil, l’auteur de l’inscription, était un personnage puissant ; pour avoir son nom imprimé sur une brique, il ne pouvait être moins que le chef de sa cité. Quant au titre dont il se prévaut, S. Smith a proposé de le lire ra-bí-an mar.tu, parce que, dit-il, celui de rabûm d’un dieu n’est pas attesté et qu’il est difficile d’admettre que le signe an soit superflu (loc. cit., p. 19-20). On se rallierait volontiers à cette hypothèse, qui fait de Sin-gâmil un rabi’ânum aux attributions particulières, s’il n’était la tablette de Sippar, qui offre précisément la graphie gal.an.mar.tu. A tout esprit non prévenu, ra-bi dmar.tu se présente comme l’équivalent phonétique de gal dmar.tu, tandis qu’il est interdit de lire cette dernière expression rabi-an mar.tu. La solution, en soi la plus logique, qui consisterait à unir dans ce sens les deux lectures, a néanmoins contre elle la remarque pertinente de S. Smith et le fait que ni Sin-gâmil ni Nidnat-Sin ne paraissent remplir des fonctions religieuses ; l’un fait office de gouverneur et l’autre, de juge. En revanche, il serait téméraire de supprimer systématiquement le signe an dans les deux passages, empruntés l’un et l’autre à des documents officiels131. Reste alors à disjoindre les deux cas : dans le texte de Sippar, le titre de rabûm d’un dieu apparaîtrait pour la première fois, à moins que la graphie ne soit fautive malgré tout, tandis qu’à Diniktum, nous aurions affaire de la même façon à un titre nouveau. S’il en était ainsi, on ne manquerait pas d’évoquer les points de contact déjà observés entre Martu et la région transtigrine. Mais, à la vérité, on ne voit aucune raison décisive de trancher dans un sens ou dans l’autre ; chaque solution est un peu arbitraire et se heurte à des difficultés.

66Avant d’en finir avec le gal.mar.tu, disons un mot du dub. sar.mar.tu, un titre documenté seulement à Mari, dans la correspondance de l’époque de Šamši-Addu. Sa place dans la hiérarchie, entre le gal.mar.tu et le capitaine (ARM, II, 13 : 29 ; cf. ci-dessus, p. 191, n. 4), fait ressortir son importance. On connaît le nom d’un des titulaires de la charge, Mašum (ARM, I, 60 : 6), ce qui permet d’étudier les attributions qui lui étaient réservées. Ce Mašum faisait partie d’un petit groupe de hauts fonctionnaires que Šamši-Addu avait adjoints à son jeune fils Iasmaḫ-Addu pour le conseiller et au besoin le surveiller (ARM, I, 52 : 6 ; 60 : 6 ; 74 : 13). En particulier, Mašum s’occupait de l’organisation de la « purification » (ARM, I, 62 : 6 ss. ; IV, 7 : 3’ ; à Chagar Bazar, cf. ci-dessus, p. 6), dont on a vu la signification militaire. D’après son titre, le personnage devait être avant tout un scribe ; on peut donc supposer qu’il était spécialement chargé de l’administration de l’armée. Toutefois, il ne faut pas s’attendre à une séparation des pouvoirs bien nette ; il arrive à notre « secrétaire » de prendre en personne un commandement et de marcher à l’ennemi (ARM, II, 131).

67En dehors de Mari, où il se présente incontestablement comme un officier supérieur, le gal.mar.tu intervient rarement. Les témoignages apportés par les quelques textes qui le mentionnent ne permettent pas encore de se prononcer catégoriquement à son sujet ; il n’est pas exclu d’ailleurs que l’un d’eux, la lettre des deux prisonniers, se rattache au monde de Mari (cf. ci-dessus, p. 191, n. 5). Comme le pa.mar.tu, le gal.mar.tu apparaît soudainement, à l’époque de Šamši-Addu et de Ḫammurabi. D’emblée, il occupe une place déterminée dans la hiérarchie militaire et il n’existe aucune raison de le mettre à part des autres gradés ; il ne commande pas à des formations spéciales et on ne voit point qu’il appartienne à une classe particulière. Entre le sens littéral du titre et les fonctions exercées par celui qui le porte, on pourrait imaginer qu’un écart s’était creusé, mais ceci conduirait à postuler une évolution qui nous échappe, comme dans le cas du pa.mar.tu. Pourtant, on ne peut refuser à priori l’idée d’une relation originelle entre ce titre militaire et les groupes de mercenaires étrangers venus s’engager au service des souverains, tels les Ḫanéens à Mari. Quant à la nature de cette relation, on en est, il va de soi, réduit aux hypothèses : entendait-on par gal.mar.tu les chefs de bandes eux-mêmes ou plutôt les officiers chargés d’encadrer les contingents étrangers ? Pour notre enquête, le gain est médiocre ; on en retiendra que la figure du gal.mar.tu rappelle peut-être un des aspects de la pénétration des Martu dans les milieux sédentaires, en particulier dans le Moyen-Euphrate.

  • 132 Syria, 12 (1931), pl. XLVI, col. I, l. 27 : giš.MA mar.tu.ki. Il s’agit d’un texte « précurseur » (...)
  • 133 Syria, 12 (1931). pl· XLVII, col. II, l. 11 : giš.mar.gíd.da mar.tu.ki. Même remarque que dans le (...)
  • 134 JNES. 4 (1945). p. 156, l. 18 : udu mar.tu = im-me-ri a-mur-ri-i. Voir aussi ibid., p. 160, l. 69.
  • 135 Par exemple, L. Legrain, Le temps des rots d’Ur, n° 252, l. 1 ; n° 300, l. 20 ; Puzriš-Dagan-Texte(...)
  • 136 VR 14, l. 18 c-d : síg mar.tu.ki = ŠU-tum.

68Les textes lexicographiques font intervenir encore le terme mar. tu en d’autres occasions. En suivant l’ordre de la série Ḫar.ra = ḫubullu, on rencontre d’abord une variété de figues qui est qualifiée d’« amorrhéenne »132 ; vient ensuite un type de chariot133, puis une variété de moutons134. Notons que les documents économiques du temps de la IIIe dynastie d’Ur font état non seulement de moutons, mais encore de bœufs et d’ânes « amorrhéens »135. Enfin, il existe, toujours selon la série Ḫar.ra = ḫubullu, de la laine connue sous le nom d’« amorrhéenne »136 ; il faut apparemment la mettre en rapport avec les moutons désignés de la même manière.

69Au cours de cette enquête, menée à travers la Mésopotamie et les contrées limitrophes, depuis le temps de Fara jusqu’aux dernières années de la Ire dynastie babylonienne, les Amorrhéens n’ont cessé de se manifester, isolés ou en groupes plus ou moins nombreux, se livrant à des tâches modestes ou intervenant avec bruit dans l’histoire. A toutes les époques, la situation peut se résumer de la même façon : sur les talons des Amorrhéens qui se sont installés dans le pays fertile, d’autres suivent, qui cherchent à y entrer à leur tour, parfois par la violence. Šarkališarri proclame qu’il a vaincu leur nation sur les bords de la steppe syrienne, mais deux siècles plus tard, Šû-Sin devra élever une forteresse pour les contenir et Ibbi-Sin verra leurs bandes s’abattre sur son royaume affaibli. Les princes d’Ešnunna libérés du joug d’Ur auront maille à partir avec eux et Samsu-iluna devra encore les mettre au pas. Qui sont- ils ? Les textes répondent en chœur : ce sont des nomades, qui errent en quête de pâturages et de butin. Qu’on n’aille pas voir là de pures réminiscences littéraires d’un âge révolu, car Ibbi-Sin ne s’exprime pas autrement sur leur compte dans la formule qui désigne l’année de leur soumission. Et pendant ce temps, leurs frères passés dans le camp des sédentaires s’adonnent à l’agriculture, font du commerce, mettent leurs bras au service des princes.

70Il y a pourtant deux étapes marquantes dans cette histoire à première vue tout unie. La plus ancienne, c’est l’arrivée des envahisseurs sur la rive orientale du Tigre, la seconde, l’avènement d’un des leurs sur le trône de Larsa. On n’a retrouvé, jusqu’à présent, nulle trace de leur migration. Sous Šarkališarri, ils sont encore sur la rive droite de l’Euphrate. Au temps de la IIIe dynastie d’Ur, il semble que le gros de leurs troupes se soit déjà répandu dans les plaines qui s’étendent à l’est de la Babylonie. Tout porte à croire que les nomades avaient mis à profit l’ère troublée qui s’était ouverte après la chute de l’empire d’Agadé pour passer de l’autre côté de la Mésopotamie. Lorsque Nablânum se fit reconnaître roi de Larsa, de nombreux Amorrhéens l’avaient précédé sur le sol de la Babylonie depuis de longs siècles, mais il était le premier à y prendre le pouvoir. Conséquence surprenante, à partir de ce moment, le flux de l’immigration paraît ralentir, si l’on s’en tient aux données de la statistique, car les Amorrhéens sont nommés de plus en plus rarement dans nos sources ; c’est sans doute, en réalité, parce que le phénomène d’assimilation s’était accéléré.

2. Les « Ouest-Sémites »

71Dès les débuts de la Ire dynastie de Babylone, on voit apparaître nombre de gens porteurs de noms « ouest-sémitiques ». Ces noms, dont les caractéristiques ont été si bien dégagées par Théo Bauer, sont suffisamment reconnaissables en général pour que l’on puisse les utiliser sans trop d’hésitation. Mais l’étude historique de la population représentée par les personnes en question, rendue plus aisée par une documentation nouvelle très abondante, reste à faire. Une telle enquête doit porter en ordre principal sur la chronologie méthodique de leur pénétration, leur dispersion en Mésopotamie et dans les contrées voisines, et les conditions sociales et politiques de leur existence. Alors seulement, on pourra examiner dans quelle mesure leur histoire coïncide avec celle des Martu.

72On a observé plus haut (p. 154-155) que parmi les Martu contemporains de la IIIe dynastie d’Ur certains portaient des noms qui tranchaient sur l’onomastique proprement accadienne, révélant leur appartenance à une tradition occidentale. S’il s’en glisse dans le nombre quelques-uns qui annoncent déjà ceux de la période que nous allons envisager, il faut bien reconnaître qu’ils constituent l’exception et n’autorisent pas à confondre les deux groupes sans autre forme de procès.

73L’élément nouveau se manifeste d’abord à Larsa, où un « Ouest-Sémite », — nous continuerons de nous en tenir à ce vocable conventionnel, — nommé Abi-sarê, occupe le trône plus d’un siècle avant l’avènement de Ḫammurabi. Partout, lorsqu’ils apparaissent dans l’histoire, les « Ouest-Sémites » sont déjà maîtres du pouvoir. En effet, il ne s’agit pas ici d’un événement local. En même temps que Sumu-El succède à Abi-sarê, un de ses congénères, Sumu-abum, fonde à Babylone la dynastie qu’illustrera Ḫammurabi.

  • 137 Cf. Taha Baqir, Sumer, 5 (1949), p. 64. Sur l’interprétation à donner au geste d’Ibal-pî-El II, vo (...)
  • 138 Lugalmaradda : Genouillac, Kick, II, D 6, pl. 30. Numušda : PSBA, 33 (1911), pl. XXX, n° 1, l. 15, (...)
  • 139 Sur cette localisation de Kazallu, qu’on a longtemps située sur la rive orientale du Tigre, voir m (...)

74A une vingtaine de kilomètres à l’est de la future capitale du pays, d’autres « Ouest-Sémites » tiennent l’antique cité de Kiš. Leur histoire sort à peine de l’obscurité. L’un d’entre eux, Mananâ, est contemporain de Sumu-abum, car un texte où l’on prête serment par son nom est daté de la 13e année du souverain babylonien (RA, 8 [1911], p. 69, AO 4664). A Mananâ succède Iawium, dont on sait, pour des raisons semblables, qu’il régnait en l’an 6 de Sumu-la-El (ibid., p. 74, AO 4667), le fils de Sumu-abum. Un serment où l’on invoque à la fois Mananâ et Iawium (PSBA, 33 [1911], pl. XXXIV, n° 7, l. 12-13) montre que ce dernier fut associé au pouvoir avant la disparition de son prédécesseur. Les choses se compliquent avec un document au nom de Iawium, daté de la mort d’un certain Sumu-ditana (RA, 8 [1911], p. 72, AO 4666). Mananâ et Iawium ayant exercé ensemble la corégence, on ne sait comment intercaler entre eux le nouveau venu. On pourrait se demander si Sumu-ditana a régné effectivement à Kiš, en pensant à l’exemple d’Ibal-pî-El II d’Ešnunna, dont une des années de règne tire son nom de la mort de Šamši-Addu, étranger au trône d’Ešnunna137. Mais l’hypothèse ne tient pas : trois tablettes provenant de Kiš portent le nom de Sumu-ditana en personne. Comme elles offrent des dates différentes, la ville de Kiš lui fut soumise au moins pendant trois ans. D’autre part, la formule du serment inscrite sur l’une des tablettes associe au nom de Sumu-ditana celui du dieu Lugalmaradda ; dans les deux autres, c’est le dieu Numušda qui apparaît138. Le dieu Lugalmaradda évoque la ville de Marad, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Kiš ; Numušda fait songer à Kazallu, au sud-ouest de Kiš, au delà de l’Euphrate de Hilleh139. Le problème est posé ; de toute façon, l’impression se dégage nettement que Sumu-ditana était un conquérant étranger. La solution a le mérite de supprimer la difficulté qui était apparue plus haut et, chemin faisant, elle élimine un nom de la liste royale de Kiš, déjà bien fournie.

  • 140 Iluma achète des biens fonciers à Labisama et consorts sous Abdi-Araḫ (Lutz, UCP, X, 3, nos 4 et 6 (...)
  • 141 Labisama intervient comme témoin sous Ḫaliûm (Lutz, op. cit., n° 3 : 19) et sous Mananâ (ibid., n° (...)
  • 142 Le rapprochement a déjà été proposé par Lutz, op. cit., p. 187. On sait qu’au cours de la 8e année (...)

75En effet, on connaît par ailleurs sept autres représentants de la dynastie locale. Deux au moins sont antérieurs à Mananâ. Sous le règne de celui-ci, un propriétaire revend des terres qu’il avait acquises du temps du roi Abdi-Araḫ140. Jusqu’à présent, seule l’année de son avènement est documentée. Il ne dut pas occuper le trône très longtemps, car des particuliers interviennent à la fois dans des documents datés de Mananâ, d’Abdi-Arah et d’un troisième prince, du nom de Ḫaliûm141. Comme Iawium a succédé à Mananâ, Ḫaliûm doit être plus ancien. Une de ses années de règne est désignée par la formule : « année où Ur-Ninurta fut massacré » (Lutz, UCP, X, 3, n° 3, l. 20). Du point de vue chronologique, la coïncidence est trop frappante pour que l’on se refuse à reconnaître ici le sixième roi de la dynastie d’Isin, dont la mort survint, quel que soit le système adopté, au cours du règne d’Abi-sarê de Larsa142. Il est donc légitime d’imaginer que Ḫaliûm, contemporain d’Ur-Ni- nurta et d’Abi-sarê, précéda Abdi-Araḫ et Mananâ.

  • 143 Ces noms sont livrés par les tablettes de Kiš dont Melle M. Rutten a annoncé la publication au XXI(...)
  • 144 On connaissait précédemment près d’une vingtaine de formules (en plus de celles qui ont été réunie (...)
  • 145 Pour Abdi-Araḫ, cf. page précédente, n. 1 ; pour Mananâ, voir Lutz, op. cit., n° 7, l. 30. La vers (...)
  • 146 MelleRutten a fait état d’un nouveau synchronisme : la 31e année de Sumu- la-El (op. cit., p. 142) (...)

76Quant aux autres rois de Kiš, Naqimum, Aḫimaraṣ, Iarwium, Sumu-liru et Sumu-iamûm143, on ignore tout de la durée de leurs règnes respectifs et de leur ordre de succession. Thureau-Dangin avait supposé que les souverains de Babylone n’avaient pu tolérer une dynastie semi-indépendante à Kiš que pendant les premiers temps de leur domination ; partant, cette dynastie aurait dû disparaître lors de la destruction de la ville, accomplie par Sumu-la-El en la douzième année de son règne (RA, 8 [1911], p. 68). En réalité, comme Sumu-la-El devait opérer de nouvelles destructions à Kiš six ans plus tard, il semble que la ville n’était pas restée entre les mains des Babyloniens dans l’intervalle. De toute façon, l’hypothèse ne laisse guère de place aux nouveaux rois de Kiš qui nous ont été révélés depuis, à moins que certains d’entre eux n’aient précédé le groupe que l’on vient de reconnaître. Comme plus de cinquante noms d’années ont été relevés jusqu’à présent144, si l’on prend pour limite l’an dix-huit de Sumu-la-El, on voit que les origines de la dynastie remonteraient jusqu’au règne de Gungunum, le prédécesseur d’Abi-sarê. Il faudra attendre la publication intégrale de tous les documents utiles pour vérifier ce point. Quoi qu’il en soit, neuf souverains sont d’ores et déjà attestés pour une période de temps relativement courte, ce qui signifie qu’elle dut être fort agitée. L’on notera à cet égard la formule inusitée employée par Abdi-Araḫ et par Mananâ : « année où N. prit possession du trône »145. Il est probable que l’hérédité n’était pas encore acquise ; de là, une instabilité constante, entretenue par la rivalité des chefs de clan désireux de s’emparer du pouvoir146.

  • 147 Les textes au nom de Sumu-Numḫim ont été publiés par Speleers, Inscriptions, nos 233, 234, 251, 25 (...)
  • 148 Iamsi-El intervient dans trois documents juridiques : Speleers, op. cit., n° 253 ; E. Grant, The H (...)
  • 149 Grant, op. cit., n° 10, p. 244 s. Sur cette date, cf. F. R. Kraus, JCS, 3 (1949), p. 227.

77Le site de Marad, dont il a été question, n’a abandonné jusqu’ici qu’un petit nombre de tablettes, où l’on trouve la mention de deux noms royaux « ouest-sémitiques ». Sumu-Numḫim, dont plusieurs noms d’années nous sont parvenus, est contemporain de Sumu-la-El147. On n’a découvert aucun synchronisme intéressant Iamsi-El148, mais tout porte à croire qu’il appartient approximativement à la même époque ; on imagine difficilement qu’une dynastie autonome eût pu s’établir beaucoup plus tard, après les progrès de l’expansion babylonienne. Le rôle des princes de Marad n’apparaît pas comme négligeable, lorsque l’on considère le conflit qui mit aux prises Sumu-Numhim et le souverain d’un petit état dont le territoire englobait le site de Hafadjé, sur la rive gauche de la Diyala (cf. ci-dessous, p. 205), et l’intervention à Nippur d’un roi de Marad, qui n’a pas encore été identifié149.

  • 150 Takûn-mâtum, prêtresse de Šamaš, fait l’acquisition d’un verger du temps d’Immerum (CT, IV, 50a = (...)
  • 151 Une même personne intervient dans des documents datés d’Iluma-ilâ et d’Immerum : cf. H. Ranke, BE, (...)
  • 152 Le texte en question (publié par Pinches dans PSBA, 21 [1899], p. 159 et pl. I) est entré par acha (...)
  • 153 Le nom revient encore ailleurs : cf. Bauer, Ostkan., p. 23. Avec d’autres noms portés par des Ḫané (...)
  • 154 Sa-na-ak-ra-tum, fille de Mu-sa-li-mu-um, est témoin en CT, IV, 476 : 27 (le présent document), et (...)

78Dans le nord de la Babylonie, des princes locaux régnent sur Sippar. Deux d’entre eux, Bunutaḫtun-ilâ et Iluma-ilâ, sont d’origine « ouest-sémitique », à en juger par leurs noms, tandis qu’un troisième, Immerum, porte un nom accadien. Ce dernier a précédé Bunutaḫtun-ilâ150 ; tous deux sont contemporains de Sumu-la-El, comme nos sources en témoignent formellement (RLA, II, p. 192- 193). Quant à Iluma-ilâ, il a dû vivre, lui aussi, vers le même temps151. On a l’impression de se trouver devant une situation semblable à celle qui avait cours à Kiš, où le sceptre passait rapidement de main en main. Un roi, qui répond au nom typiquement « ouest-sé- mitique » de Ma-na-ba-al-te-el, lu sur un document isolé, a été rangé par Theo Bauer parmi les souverains de Sippar, sans qu’aucune raison nous soit donnée (Ostkan., p. 34)152. En revanche, un texte de Sippar livre le nom d’un prince qui régna peut-être sur la cité, à moins qu’il n’ait joué un rôle important dans l’histoire de son temps. En effet, le texte est daté de l’« année où mourut I-zi-su-mu-a-bu- um » (CT, IV, 47 b, l. 30-31)153. On peut situer le document avec assez de précision, l’un des témoins qui y figure intervenant dans un contrat enregistré sous le règne d’Immerum154.

  • 155 Suivant l’explication de Taha Baqir, la date se lit : mu Ia-aḫ-zi-ir-ì-il ba .ú š, tandis que la t (...)
  • 156 La tablette provient du niveau III, qui a livré un texte daté apparemment du roi Ḫammidušur (cf. T (...)

79On a toujours vu dans Iaḫzir-El, le principal adversaire de Sumu- la-El, un roi de Kazallu. En fait, son titre n’est mentionné nulle part. Lorsque Sumu-la-El tient à rappeler que Iaḫzir-El est sorti de Ka-zallu (formule de l’an 18 de Sumu-la-El), il pourrait parfaitement s’agir d’un conquérant étranger, selon la remarque ingénieuse de F. R. Kraus [AfO, 16, 2 [1953], p. 322), et non du dynaste local. Plus tard, le souverain babylonien mentionnera la défaite de Iaḫzir- El, sans faire allusion à Kazallu (formule de l’an 25). Or une tablette découverte à Tell Harmal (cf. ci-dessus, p. 192) est datée de la mort d’un certain Iaḫzir-Il, qui semble qualifié de roi de Zibir, une localité inconnue jusqu’ici155. Comme, pour des raisons archéologiques, le document remonte approximativement au temps de Sumu-la-El156, il est tentant de reconnaître l’adversaire malheureux du souverain babylonien dans le personnage, dont la place dans l’histoire prendrait ainsi plus de relief.

  • 157 Les arguments sont les suivants. Une lettre, retrouvée dans le palais d’Ešnunna, est adressée à Ib (...)
  • 158 En lisant Ia-wi-um dans la formule du serment et ba. [an]. dib dans le nom de l’année (cf. ci-dess (...)
  • 159 šanat Su-mu-a-bu-um a-na Dêrki i-ṭà-ar-du (voir Gimilsin Temple, p. 191).
  • 160 Notons qu’un roi du nom de Sumu-abum figure dans un texte de Nippur (publié par A. Poebel, PBS, IV (...)

80A l’est de la Diyala, le royaume d’Ešnunna se trouve pour un temps sous la domination de deux « Ouest-Sémites », Abdi-Araḫ et Abi-madar. Si, comme l’a proposé Th. Jacobsen, Abdi-Araḫ était bien le fils d’Ibiq-Adad Ier et le frère de Šiqlânum, il devait appartenir à une famille accadisée, c’est-à-dire qu’il faudrait admettre que la dynastie au pouvoir à Ešnunna était en réalité d’origine « ouest-sémitique ». Néanmoins, les liens de parenté d’Abdi-Araḫ avec les deux autres souverains ne paraissent pas établis d’une manière irréfutable157. Quant à la date de son règne, il faut malheureusement abandonner le synchronisme avec Iawium, que Jacobsen avait proposé à la suite de la lecture erronée d’une des dates de Kiš examinées plus haut158. Toutefois, la situation n’est pas sans recours. Après Abdi-Araḫ et Abi-madar, nous allons le voir, des dy- nastes locaux font leur apparition à Hafadjé, un site voisin d’Eš- nunna. L’un d’eux, Ḫammidušur, était le contemporain de Sumu-Numḫim de Marad ; or celui-ci vivait au temps de Sumu-la-El de Babylone (cf. Th. Jacobsen, Gimilsin Temple, p. 123-124). D’autre part, on a découvert à Ešnunna une tablette datée de l’« année où Sumu-abum fut envoyé (ou chassé) à Dêr »159, qui doit appartenir à l’époque d’Abdi-Araḫ ou d’un de ses proches successeurs (Jacobsen,·ibid., p. 191-192). S’il s’agit bien du fondateur de la dynastie de Babylone, nous disposons là d’un recoupement précieux pour situer approximativement le règne d’Abdi-Araḫ. Sinon, car l’identification, pour tentante qu’elle soit, n’est pas assurée, il faut ajouter un nouveau nom à notre liste, décidément abondante160. De toute façon, on peut affirmer sans témérité qu’Abdi-Araḫ fut contemporain des débuts de la Ire dynastie babylonienne.

  • 161 D’après la tablette publiée par Langdon, Abdi-Araḫ a régné effectivement à Kiš (cf. ci-dessus, p. (...)
  • 162 Sur le règne d’Abi-madar, voir maintenant R. Harris, loc. cit., p. 52-53.
  • 163 Cf. Th. Jacobsen, Gimilsin Temple, p. 187, n° 96 ; OIC. 13, p. 50. est marquée du sceau d’un servi (...)

81Comme, de son côté, Abdi-Araḫ de Kiš était au pouvoir vers les premières années du règne de Sumu-abum, la question se pose de savoir si l’on n’a pas affaire au même personnage. A Kiš, la seule date du règne d’Abdi-Araḫ qui nous soit parvenue, commémore non son accession régulière au trône, mais sa prise du pouvoir (cf. ci-dessus, p. 200), ce qui pourrait signifier une usurpation161. En revanche, tous les princes de Kiš portent des noms « ouest-sémitiques », alors que, à cet égard, Abdi-Araḫ fait plutôt exception à Ešnunna. La publication des textes recueillis sur ce dernier site par la mission de l’Oriental Institute de Chicago permettra sans doute de trancher le problème. Quant à Abi-madar, il est probable qu’il succéda immédiatement à Abdi-Araḫ162. Celui-ci s’était désigné lui- même un successeur, nommé Amurru-ili, mais on n’a découvert aucun témoignage relatif à son règne163. Une seule date concerne Šiqlânum, le prétendu frère d’Abdi-Araḫ, celle qui rapporte sa mort (cf. Jacobsen, Gimilsin Temple, p. 187, n° 97). Les tablettes de Hafadjé, dont certaines datent d’Abdi-Araḫ et d’Abi-madar, ne mentionnent ni Amurru-ili, ni Šiqlânum.

  • 164 Cf. Th. Jacobsen, op. cit., p. 124. Il semble de plus en plus probable que le site recouvre l’anci (...)
  • 165 Le texte porte A-an-qí-im-Èl (JCS, 9 [1955]. p. 46, date n° 1)· Cette graphie particulière est cou (...)

82Le tell de Hafadjé, qui abrite les ruines de l’ancienne ville de Tutub, sur la rive gauche de la Diyala, à peu près à hauteur de Bagdad, a livré également les noms de cinq princes locaux (cf. R. Harris, JCS, 9 [1955], p. 48 et suiv.). Comme à Kiš, leur histoire a dû être mouvementée ; ils n’ont pas régné ensemble plus d’un quart de siècle. L’un d’eux, Ikûn-pî-Sin, a un nom accadien ; les autres portent des noms justiciables de l’onomastique « ouest-sémitique ». Ce sont : Iš-me-ba-li, Su-um-mu-na-a-ri-im, Ta-ta-nu-um et Ha- am-mi-du-su-ur. Ce dernier semble avoir exercé sa domination sur un territoire assez étendu. Le conflit qui l’opposa à Sumu-Numḫim de Marad se termina par un traité, dont le texte nous a été conservé par une tablette retrouvée à Ischali, sur la rive gauche de la Diyala, à une heure de marche au sud de Hafadjé164. D’autres souverains, la plupart portant des noms « ouest-sémitiques », apparaissent encore dans les tablettes de Hafadjé ; cependant, il est possible qu’ils n’aient pas régné à Tutub même, mais bien dans des villes voisines. Une date commémore la prise du pouvoir par Ianqim-El165. D’autres rappellent la mort de Bali-apuḫ, de Iadkur-El et d’Ili-diḫad.

  • 166 Une des tablettes datées de la mort de I-la-da-ḫa-ad (Ì-li-di-ḫa-ad à Hafadjé)
  • 167 Cf. ci-dessus, p. 69, n. x. Pour le second nom, il faut lire MU I KAM Sa-ak- ru-rum au début de la (...)

83Des sondages effectués à Tell Dhiba’i, proche de Tell Harmal, donc à peu de distance de Hafadjé, ont mis au jour une petite collection de tablettes, dont presque toutes les dates, — six sur sept, — font part de la mort d’un certain personnage (cf. Taha Baqir, Sumer, 5 [1949], p. 140-143). On y reconnaît notamment les deux derniers princes du groupe précédent, qui occupaient peut-être le trône local166. On ne sait où régnaient As-du-um-la-a- bu-um et Sa-ak-ru-rum, dont le premier au moins semble être d’origine « ouest-sémitique »167. Le personnage de Iarîm-Lim, dont la mort a servi à dater le traité conclu entre Ḫammidušur et Sumu-Numḫim (cf. R. Harris, loc. cit., p. 49), est pareillement inconnu. Ce n’est d’ailleurs pas ici le lieu de s’attarder sur l’histoire de ces princes. Il suffira de constater l’importance du rôle joué par les conquérants « ouest-sémitiques » dans les petits états riverains de la Diyala, vers les débuts de la première dynastie babylonienne.

  • 168 Statues portant les noms des gouverneurs Puzur-Ištar (cf. E. Nassouhi, AfO, 3 [1926], p. 109-111), (...)
  • 169 Cinquante-huit tablettes ont été éditées par R. Jestin dans RA, 46 (1952), p. 185-202 ; un texte i (...)
  • 170 Voir les observations de I. J. Gelb à propos des noms des personnages originaires de Mari, qui int (...)

84La contribution des archives de Mari à l’étude de l’onomastique « ouest-sémitique » est considérable, mais elle ne porte pas sur la phase la plus haute. La grande masse des textes appartient en effet à l’époque de Šamši-Addu et de Zimri-Lim. Les documents les plus anciens remontent au règne de Iaḫdun-Lim, dont le père, Iaggid- Lim, le premier représentant de la dynastie qui nous soit connu, doit être monté sur le trône du temps où Zabium régnait sur Babylone. L’hiatus regrettable qui existe entre l’époque des archives du palais et celle de la IIIe dynastie d’Ur, documentée à Mari par quelques inscriptions168, n’est que très partiellement comblé par un petit lot de pièces comptables, qui doivent dater des premiers temps de la dynastie d’Isin169. Ni dans ces textes ni dans les documents de la IIIe dynastie d’Ur qui intéressent Mari, on ne retrouve de noms à classer dans la catégorie « ouest-sémitique »170.

  • 171 Au début de la l. 17, au lieu de [ma-a-a]t, restituer sans doute : [ù mâr-š]u Ia-aḫ-du-Li-im ik-šu (...)
  • 172 1 lú Ì--ka-ab-ka-bu (Th. Jacobsen, Gimilsin Temple, p. 125, n. 34). La tablette a été retrouvée (...)

85Outre sa dynastie locale, Mari a connu un usurpateur étranger dans la personne de Šamši-Addu, qui avait subjugué auparavant l’Assyrie et qui était le fils d’un certain Ilâ-kabkabû. La liste royale assyrienne ne mentionne pas ce dernier parmi les souverains. Pourtant, s’il est nommé, c’est qu’il n’était pas de naissance obscure ; sinon, on aurait qualifié Šamši-Addu de « fils de personne ». L’hypothèse a été heureusement vérifiée. Dans une lettre éloquente qu’il adresse à son dieu, vraisemblablement Dagan, Iasmaḫ-Addu rappelle les relations qui avaient existé entre sa famille et la dynastie de Mari (ARM, I, 3). Jadis, dit-il, son grand-père Ilâ-kabkabû et Iaggid-Lim avaient échangé des serments solennels. Comme Iaggid- Lim viola sa parole ultérieurement, le dieu accorda son appui à Ilâ-kabkabû, qui détruisit la forteresse de son ex-allié et s’empara, semble-t-il, de son fils Iaḫdun-Lim171. La suite du passage intéressant Ilâ-kabkabû est mutilée et inutilisable, mais ce qui précède suffit pour que nous reconnaissions en lui un prince indépendant, capable d’imposer sa loi à la future capitale du Moyen-Euphrate. Quant au domaine sur lequel il régnait, on peut seulement conclure qu’il avoisinait le territoire de Mari. Une formule d’année remontant au règne de Iaḫdun-Lim rapporte que le roi de Mari « incendia la moisson du pays de Šamši-Addu » (G. Dossin, St. mariana, p. 52, n° 7). Un texte recueilli à Ischali a attiré l’attention sur l’importance du personnage d’Ilâ-kabkabû, en faisant état d’une ration allouée à l’un de ses agents172. Il en résulte que le père de Šamsi- Addu, en même temps qu’il intervenait victorieusement à Mari, entretenait aussi des relations avec les souverains d’Ešnunna, qui contrôlaient Ischali.

  • 173 La liste royale assyrienne est connue actuellement par deux exemplaires, l’un trouvé à Khorsabad e (...)

86En parcourant la liste royale173, on est frappé de rencontrer bien avant Šamši-Addu un autre souverain qui répond au même nom que son père. Pris isolément, le fait n’offre rien d’exceptionnel ; pour ne citer qu’un exemple, quatre rois d’Assyrie reprendront, au cours des siècles, le nom glorieux de leur prédécesseur Šamši-Addu. Mais le point de vue change, lorsque l’on considère la situation dans son ensemble. Examinons la liste. Une série de six rois, allant d’Erišum Ier à Erišum II, et dont la filiation est indiquée, précède immédiatement Šamši-Addu. Puis vient un groupe comprenant également six rois, cette fois sans mention de leur filiation, sauf pour le premier, Sulili, fils d’Amînu. Le texte signale à leur propos : « au total, six rois dont les éponymes sont perdus ». Si les noms des trois derniers, Puzur-Aššur, Šallim-aḫḫê et Ilušumma, relèvent de l’onomastique accadienne, en revanche, ceux des trois premiers, Sulili, Kikkia et Akia, lui sont tout à fait étrangers. Plus haut encore, figure un nouveau groupe de dix rois, où intervient Ilâ-kabkabû, premier du nom. Ce groupe offre la particularité de se présenter dans l’ordre inverse à la chronologie, c’est-à-dire qu’il commence par le dernier de la lignée, Amînu, fils d’Ilâ-kabkabû. Comme on l’a généralement remarqué, il s’agit en fait d’un tableau généalogique incorporé tel quel dans la liste royale. Nous apprenons ainsi qu’Ilâ-kabka-bû a succédé à son père Iaskur-El, lequel a succédé à son tour à Iakmeni, venu lui-même à la suite de Iakmesi, d’Ilu-Mer, de Ḫaiânu, de Samânu, de Ḫalê, d’Apiašal et d’Ušpia. Dans la liste royale, l’énumération s’arrête à Apiašal, fils d’Ušpia, mais les deux personnages réapparaissent dans le groupe précédent comme deux souverains successifs, sans qu’il soit fait état de leur lien de parenté. Ce groupe, qui vient en tête de la liste, nomme « dix-sept rois qui vécurent sous la tente », comme le précise la notice récapitulative.

  • 174 Aminu est attesté plus tard (cf. Bauer, Ostkan., p. 12), de même que Iaskur-El (ibid., p. 30, et G (...)
  • 175 F. R. Kraus a justement montré qu’il était fort difficile d’accepter la donnée de la Chronique bab (...)

87Or, tandis que les souverains qui précèdent Šamši-Addu portent, jusqu’à Puzur-Aššur Ier, des noms accadiens, Ilâ-kabkabû appartient à un milieu « ouest-sémitique », comme le prouvent tant les noms de ses ascendants que le sien propre et celui de son fils Amî-nu174. Quelle que soit la façon dont on raisonne, plus de trois siècles séparent Erišum Ier d’Ušpia, si l’on suit la liste royale175. Par conséquent, la dynastie « ouest-sémitique » qui compte Ilâ-kabkabû parmi ses membres, aurait dû faire son apparition dès l’époque d’Agadé, compte tenu du chevauchement des dynasties d’Agadé et de Gutium. Pareille conclusion semble incompatible avec l’ensemble des données que les sources contemporaines nous fournissent sur la pénétration « ouest-sémitique ». Plus grave encore, les éléments amenés par cette première vague, qui auraient dirigé l’Assyrie au temps de la domination gutéenne et de la IIIe dynastie d’Ur, auraient disparu ensuite sans laisser de traces, pour resurgir brusquement environ deux siècles plus tard, à une date où leurs congénères avaient fondé de nouvelles dynasties depuis longtemps déjà en divers endroits de la Mésopotamie. La solution la plus brutale, mais la plus simple aussi, qui a été préconisée par B. Landsberger (Ass. Königsliste, p. 33-34), consiste à tenir le père de Šamši-Addu et son prétendu prédécesseur lointain pour une seule et même personne, et le second groupe de souverains de la liste royale pour la série des ancêtres directs de Šamši-Addu.

  • 176 A la différence de la grande liste royale, le fragment KAV, n° 14, donne les noms de trois descend (...)
  • 177 Si, de longs siècles plus tard, Adad-nîrâri III, se réclamant d’Ilâ-kabkabû, le place avant Sulili (...)
  • 178 Cf. Landsberger, op. cit., p. 43, 109. Th. Jacobsen a fait la même remarque à propos de la liste r (...)
  • 179 Cf. Ch. Jean, RÉS, 1939, p. 66, n. 4. La lecture A-mi-nim-ša-al, adoptée par Jean, est certainemen (...)

88On ne peut dissimuler que cette vue se heurte à de sérieuses difficultés. Elle postule une série d’erreurs ou de méprises de la part des compilateurs de la liste royale. C’est par abus qu’ils ont fait une place aux ancêtres de Šamši-Addu, puisque ceux-ci n’ont pas régné sur l’Assyrie. L’éclat du rôle joué par Šamši-Addu dans l’histoire assyrienne et le désir de dissimuler son origine étrangère expliquent sans doute cette dérogation à la règle. Šamši-Addu n’était pas un usurpateur ordinaire, mais un conquérant venu de l’extérieur, qui avait réussi à évincer les dynastes locaux, à Assur comme à Mari. C’est à Assur même qu’il parvint à établir le plus solidement sa domination, car c’est là seulement que ses descendants purent se maintenir après sa disparition176. Quant à savoir pourquoi le tableau généalogique a été greffé à cet endroit particulier de la liste, il est probable, comme l’a suggéré B. Landsberger (loc. cit.), que l’on a voulu attribuer à Šamši-Addu un haut lignage, en le faisant descendre du dernier roi nomade, Apiašal. Il va de soi que l’on ne peut accepter le prétendu lien de parenté qui unit Sulili à Amînu177. L’erreur paraîtra peut-être trop grossière, mais ce ne serait pas le seul cas où l’information du rédacteur ancien est prise en défaut178. Notons que, dans cette même section qui s’ouvre par Sulili, on a omis d’indiquer la filiation entre Puzur-Aššur Ier, son fils Šallim-aḫḫê et son petit-fils Ilušumma. S’il est interdit de faire de Sulili le neveu de Šamši-Addu, en revanche, on est forcé de considérer Amînu comme son propre frère. Or on retrouve mention du personnage dans une lettre de Mari, où il est mis en parallèle avec Šamši-Addu ; malheureusement, on ne possède encore qu’une transcription partielle du document, qui semble en fort mauvais état de conservation179. A l’autre bout de la liste, il faut évidemment dans Ḫalê le véritable chef de la famille, en tenant pour fictif son lien de parenté avec Apiašal.

  • 180 L. Delaporte, Catalogue des Cylindres orientaux, t. II (Paris. 1923), n° A 360.
  • 181 Sur le passage en question, voir Landsberger, op. cit., p. 34-35. Contrairement à l’avis de ce der (...)

89Si l’hypothèse est acceptée, il reste à en tirer les conséquences, tant pour l’histoire de Šamši-Addu que pour celle de la pénétration « ouest-sémitique » en Mésopotamie. On peut croire que si Amînu figure dans la liste royale, c’est qu’il a régné effectivement. Un sceau- cylindre, conservé au Musée du Louvre et inscrit au nom d’un serviteur d’A -mi-nim180, nous en fournit la preuve. On imaginerait volontiers son frère cadet Šamši-Addu quittant le pays pour aller chercher fortune ailleurs. La notice que la liste royale consacre au futur maître de l’Assyrie nous apprend que Šamši-Addu passa d’abord au pays de Karduniaš pour en revenir plus tard et s’emparer de la ville d’Èkallâtum, dont la conquête constitua le prélude à la campagne qui devait le conduire finalement sur le trône d’Assur. C’est là tout ce que nous savons des premières étapes de sa carrière181.

90On ne peut guère espérer que la correspondance diplomatique de Mari nous apporte d’intéressantes révélations à ce sujet ; nous devrons sans doute nous résoudre à ignorer quelle fut la fin d’Amînu, auquel succéda Šamši-Addu.

  • 182 Ititi, la plus ancienne figure connue de l’histoire d’Assyrie, qui doit avoir vécu au temps de l’e (...)
  • 183 Les niveaux profonds de Chagar Bazar remontent jusqu’au IVe millénaire av. J. C. (cf. M. E. L. Mal (...)
  • 184 Β. Landsberger a suggéré Terqa (op. cit.. p. 35. n. 26 ; cf. déjà W. von Soden, WO, I. 3 [1948], p (...)

91Il faut regretter surtout l’absence de renseignements sur la situation exacte de leur fief ancestral. En effet, il apparaît maintenant que c’est là qu’il convient de rechercher les traces de la première dynastie « ouest-sémitique » en Mésopotamie. Amînu appartenant à la même génération que Šamši-Addu, on peut estimer que leur famille fut fondée un peu plus de deux siècles avant l’avènement de Šamši-Addu, c’est-à-dire vers le temps où allaient naître les royaumes de Larsa et d’Isin182. Si nous examinons la carte, nous constaterons que les possibilités sont assez restreintes, vu la position excentrique de Mari, avec laquelle Ilâ-kabkabû entretint des relations, amicales d’abord, hostiles ensuite. Un des centres de l’empire de Šamši-Addu sera Šubat-Enlil, où le souverain résidera volontiers. Il est possible que la ville ait été une de ses propres fondations, tout au moins sous un nom nouveau, car le site en était fort ancien183. Pour nous, l’essentiel est que le souverain se soit installé dans cette région du Haut-Ḫabur, au cœur d’un pays fertile et peuplé, proche des vastes steppes qui s’étendent en direction du Balîḫ et de l’Euphrate, parcourues par les clans nomades. Il n’est pas interdit de croire que c’est dans ces parages qu’était situé le berceau de la famille de Šamši-Addu184. Si lui-même fut une des figures maîtresses de son temps, rien n’empêche le royaume de ses ancêtres d’avoir été bien modeste. Il est vrai qu’il semble avoir prospéré sous le règne d’Ilâ-kabkabû, mais les relations de ce prince avec Ešnunna pourraient s’expliquer, à la rigueur, par les conquêtes de Narâm-Sin en Haute Mésopotamie, qui atteignirent Ašnakkum, à l’ouest de Šubat-Enlil (cf. ci-dessus, p. 8, n. 1).

92Jusqu’à présent, seuls les noms des souverains ont été pris en considération. Cette discrimination est imposée par les circonstances. En effet, on parvient à dater plus facilement les noms royaux ; à leur tour, ceux-ci pourront servir de points de repère pour situer les textes qui seront utilisés dans la suite de l’enquête.

  • 185 Dans sa publication de textes remontant au début de la dynastie d’Isin, V. E. Crawford estime que (...)
  • 186 Voir l’index des noms propres dans Alexander, BIN. VII ; les textes datés de Sumu-El sont numéroté (...)
  • 187 Deux noms « ouest-sémitiques » sous le règne de Sumu-El (an 27) : UET, V, 172. On peut compter sur (...)
  • 188 La période est documentée par quelques textes publiés par J. E. Gautier, Archives d’une famille de (...)
  • 189 Les tablettes de Hafadjé ont été publiées dans JCS. 9 (1955), p 59-88 et 91- 120 ; transcription e (...)
  • 190 Aux textes de Marad cités précédemment (ci-dessus, p. 201, n. 1, 2 ; p. 202 n. 1), il faut ajouter (...)
  • 191 · Les documents datés des rois de Babylone Sumu-abum et Sumu-la-El sont énumérés par Miss Β. E. Mo (...)
  • 192 Si la formule d’année qui rapporte l’expulsion de Lipit-Ištar concerne bien le roi d’Isin et a été (...)

93Pour l’étude de la population en général, nos sources sont fort limitées. Nous ne disposons d’aucun document pour certaines des villes où l’on a reconnu l’existence de dynasties « ouest-sémitiques ». Pour d’autres, rien encore n’a été publié. Ailleurs, la rareté des documents anciens rend précaires les conclusions statistiques qu’on aimerait en déduire. C’est à Larsa et à Kiš que les nouveaux venus paraissent s’être implantés en premier lieu185. Jusqu’ici, aucun nom « ouest-sémitique » n’a été observé à Larsa du temps d’Abi-sarê ; les premiers apparaissent sous le règne de son successeur, Sumu-El186. La situation est identique à Ur, où la proportion des noms « ouest- sémitiques » restera d’ailleurs toujours infime187. En revanche, ils sont nettement plus nombreux à Kiš, où ils sont attestés dès le règne de Ḫaliûm, contemporain d’Abi-sarê. En s’appuyant sur l’ensemble des textes de Kiš déjà publiés, on peut estimer que l’élément « ouest-sémitique » y représentait un dixième à un cinquième de la population. Il est pratiquement inexistant à Dilbat, dans la même région, du temps des deux premiers souverains de Babylone, Sumu- abum et Sumu-la-El188. Datant de la même époque, un lot d’une centaine de tablettes a été recueilli dans les ruines du temple de Sin à Hafadjé, dans le secteur de la Diyala. Parmi les noms de personnes qui y sont mentionnés, au moins dix pour cent sont « ouest- sémitiques »189. En Babylonie moyenne, les tablettes contemporaines de Marad n’ont livré aucun nom « ouest-sémitique », à part ceux des rois190. On sait aussi que les textes de Nippur en sont totalement exempts. Enfin, dans la ville la plus septentrionale, à Sippar, la liste que l’on peut en dresser est peu fournie191. On a l’impression que les « Ouest-Sémites » y étaient moins nombreux qu’à Kiš, mais il faut se défier des généralisations hâtives. Par exemple, sur une douzaine de tablettes au nom d’Immerum, on ne relève que cinq noms qui soient sûrement « ouest-sémitiques ». En revanche, les six textes remontant à Iluma-ilâ qui nous sont parvenus en offrent plus du double. Va-t-on en conclure que les immigrants n’avaient fait que s’infiltrer timidement sous le règne d’Immerum, pour se multiplier ensuite sous celui d’Iluma-ilâ ? En réalité, il suffit de deux textes datés de ce souverain (BE, VI, 1, n° 1 et CT, VIII, 38b), qui contiennent chacun un certain nombre de noms « ouest-sé- mitiques », pour établir la proportion à laquelle on voudrait attacher foi. Pour obtenir un résultat valable, il est évident qu’il faudrait disposer d’une plus grande quantité de documents. Pourtant, une conclusion s’impose dès maintenant, malgré la pauvreté dé nos ressources : la proportion des « Ouest-Sémites » alors présents à Kiš et même à Sippar était relativement élevée, au regard des chiffres qui se dégagent pour les périodes ultérieures, par exemple celle de Ḫammurabi (cf. ci-dessous, p. 219). Il semble donc que c’est vers ce moment que se place le point culminant de leur pénétration en Babylonie192.

  • 193 Sur la ville, cf. Bauer, Ostkan., p. 24-25 ; Dossin, Arch, ép., p. 122 ; Finet, ARMT, XV, p. 126.
  • 194 Ia-i-ilki (ARM, I, 119 : 6) ; Ia-a-ilki (III, 5 : 42) ; gentilice : Ia-i-la-yuki (l, 119 : 9)·
  • 195 La localité est rapprochée de Apqum ša Adad de l’itinéraire d’Urbana par Goetze, Itinerary, p. 66  (...)
  • 196 De toute façon, ManKišum devait se trouver en amont du confluent de la Diyala, car l’itinéraire ne (...)

94A côté de l’étude des noms de personnes, celle des noms de lieux peut fournir des jalons utiles. La plupart des localités qui entrent en ligne de compte ne se manifestent qu’à une époque relativement récente, vers le milieu de la Ire dynastie babylonienne, et semblent n’avoir eu qu’une importance médiocre. Leur distribution géographique, encore qu’elle ne nous apprenne rien de très neuf, offre seule quelque intérêt. Autour de Lagaš, on rencontre Ia-en-ku-úki, Ia-zi-lumki et Ia-ku-du-umki (BRM, IV, n° 53, pl. 49, l. 23, 38 et 47), cette dernière localité étant à différencier de son homonyme qui dépend de Larsa (VAB, VI, 16 : 16 ; Lutz, OBL, 5 : 2 ; sans doute aussi KS, XIII, n° 104, rev., col. II : 6). I-ṣi-da-ri-eki est proche de Sippar (TCL, 1, 130 : 7). Iabliya se trouve sur l’Euphrate, au nord de Ḫarbê (cf. ci-dessus, p. 39, n. 1)193. Iâ-il fait partie du territoire de Mari194. Bît-Iaptaḫarna, Bît-Zarḫân, Ḫimarân et Sama- num relèvent du district de Terqa (cf. Finet, ARMT, XV, p. 122, 123, 126 et 133). La ville de Iaḫmu-Dagan, mentionnée plus tard par un contrat de ana (VS, VII, 204 : 2), doit être recherchée de même dans le Moyen-Euphrate. Qattunân est le chef-lieu d’un district riverain du Ḫabur (cf. ci-dessus, p. 2, n. 2). Apqum (ARM, V, 43 : 13) ne doit pas être loin de la vallée du Tigre195. C’est également dans la vallée du Tigre que se trouve Ia-aḫ-bi-laki (ARM, I, 35 : 16 ss.), que l’itinéraire d’Urbana cite sous la forme Ia-ḫa-ab-AN, à trois étapes en amont de ManKisum, c’est-à-dire à peu près à hauteur de Samarra, selon les vues de Goetze (Itinerary, p. 57)196. De Iandiḫa, on annonce que des troupes d’Ešnunna se concentrent à ManKisum (ARM, V, 59 : 5) ; nous sommes donc dans la même région. Iakunum, ville conquise par les souverains d’Ešnunna, est vraisemblablement proche de la Diyala (cf. Th. Jacobsen, Gimilsin Temple, p. 198). Iapṭurum, dont parlent les archives de Mari et l’itinéraire d’Urbana, est sise entre le Tigre et Šubat-Enlil (cf. ci-dessus, p. 11, n. 1). Enfin, Iaḫmumum se trouve en Haute Mésopotamie, sans doute à l’ouest du Ḫabur (cf. ci-dessus, p. 48), de même que Apqum du Balîḫ (cf. ci-dessus, p. 49, n. 2) et Ilânṣûrâ (cf. ci-dessus, p. 8, n. 1).

  • 197 E. Weidner a souligné également sa place dans la littérature (AfO, 16, 1 [1952], p. 17).
  • 198 Par exemple, le cas de la ville de Razamâ de Iamutbal est assez gênant. Références : Ch. Jean, RÉS(...)

95Certains districts tirent leur nom des populations qui s’y étaient installées. Le cas le plus célèbre est celui du pays de Iamutbal, connu surtout pour avoir été l’enjeu de la lutte entre Ḫammurabi et Rîm-Sin et derechef entre Samsu-iluna et Rîm-Sin II. En fait, l’existence de ce pays, qui englobait les approches du Pusht-i-Kuh, est attestée bien plus tôt. Une tablette inédite de Tell Asmar nous a conservé le texte d’un serment d’allégeance au roi Belakum, qui régnait sur Ešnunna à peu près en même temps que Sumu-la- El sur Babylone. Il mentionne, dans l’ordre, les pays d’Accad, de Iamutbal, de Numḫim et d’Idamaraṣ (cf. Th. Jacobsen, Gimilsin Temple, p. 198). Vers le même moment, un prince du nom de Sumu- Iamutbal était à la tête d’une ville inconnue de la Babylonie septentrionale (cf. ci-dessus, p. 200, n. 3). Le nom de Iamutbal appartenait probablement au héros, promu au rang d’éponyme, d’une tribu « ouest-sémitique » (cf. A. Goetze, JCS, 4 [1950], p. 72). Pour que son nom ait été appliqué au territoire qu’elle occupait et qu’il ait acquis une telle notoriété197 à l’époque envisagée, la tribu devait avoir planté ses tentes au delà du Tigre depuis un certain temps déjà. Qu’il s’agisse bien d’une tribu ou d’un clan, une lettre de Mari le confirme. Numḫâ et Iamutbal, signale un correspondant du roi, avec garçons et filles, serviteurs et servantes, bœufs et ânes, sont dans le plus complet dénuement sur le territoire de Terqa ; leur blé épuisé, ils devront faire cuire les roseaux qui croissent sur les berges de l’Euphrate (ARM, II, 99 : 7 ss.). Jamais les lettres de Kibri-Dagan, qui administre le district de Terqa, ne font allusion à des populations du nom de Iamutbal ou de Numḫâ. On en déduira que les deux tribus étaient en marche le long du fleuve, poussées par la disette. Partout ailleurs dans les textes de Mari, le terme « Iamutbal » est pris dans son sens géographique ; si l’on songe au cas du pays d’Idamaraṣ, il n’est pas absolument certain qu’il corresponde à la notion classique198. Quoi qu’il en soit, alors qu’une partie de la tribu avait fait halte définitivement dans une contrée hospitalière, d’autres éléments, peu nombreux sans doute à en juger par le silence des textes, poursuivaient toujours leur vie errante.

  • 199 A Mari, la forme est régulièrement Nu-um-ḫa-a. La lettre ARM, II, 130 fait état de troupes de Nu-m (...)

96Jusqu’à présent, le terme « Numḫum » apparaissait seulement dans le nom d’un roitelet de Marad, Sumu-Numḫim, que nous savons avoir été le vassal de Sumu-la-El (cf. ci-dessus, p. 201). On voit maintenant qu’il désignait à la fois un pays jouant un rôle actif dans la politique internationale vers la même époque et une tribu semi-nomade. Qu’il s’agisse du territoire ou de la tribu, il faut souligner sa relation constante avec Iamutbal. Dans une lettre adressée à Zimri-Lim de Mari, il est question d’un campement (nawûm) en pâture entre Numḫâ et Iamutbal (ARM, VI, 42 : 18, 20). La « seisachthie » d’Ammiṣaduqa accorde un statut privilégié aux habitants de certains pays ; Numḫia, Emutbal et Idamaraṣ sont cités en tête (cf. Landsberger, .Ass. Königsliste, p. 66)199. Le cas est donc strictement parallèle au précédent. C’est celui d’une population d’origine « ouest-sémitique », dont une fraction s’était établie dans le voisinage de Iamutbal.

97On peut en dire autant d’Idamaraṣ. La tribu qui porte ce nom n’est pas évoquée par nos textes, mais ses pérégrinations ont donné naissance à deux pays d’Idamaraṣ, l’un situé traditionnellement à l’est du Tigre, proche du royaume d’Ešnunna, et l’autre qui nous est connu par les archives de Mari et qu’il faut rechercher en Haute Mésopotamie (cf. ci-dessus, p. 10). Le premier, on vient de le voir, était déjà constitué à l’époque de Sumu-la-El.

  • 200 En revanche, Kudur-Mabuk et son fils Warad-Sin célèbrent leurs victoires sur les armées coalisées (...)

98Le pays de Mutiabal est à classer, lui aussi, dans la même catégorie. Le nom est « ouest-sémitique » et il entre en composition dans le nom de personne Su-mv-Mu-ti-a-ba-la (Chiera, PBS, XI, 2, n° 1, col. I, l. 35), à mettre en parallèle avec Sumu-Numḫim et Sumu- Iamutbal. Le territoire qu’il sert à désigner s’étendait sans doute sur la rive orientale du Tigre, car un envoyé du roi de Mari à Babylone signale que des fuyards de Mutiabal sont entrés en Iamutbal (ARM, II, 72 : 19-21)200. En général, les textes qui le mentionnent remontent approximativement au milieu de la Ire dynastie babylonienne (cf. Bauer, Ostkan., p. 35 et 92), mais la liste publiée par Chiera, où figure le nom de Sumu-Mutiabal, est incontestablement plus ancienne.

  • 201 Ch. Jean, Tell Sifr, n° 13, l. 15 : Ia-aḫ-mu-lu ; UET, V, n° 97, l. 21 : Ia-aḫ- mu-lu-umki. A vrai (...)

99Le pays de Iaḫmutum est connu seulement par deux textes juridiques, qui stipulent que l’adopté qui renierait ses parents adoptifs pourrait être vendu en Élam, au pays des Sutéens ou en Iaḫmutum (cf. ci-dessus, p. 93)201.

100Les quatre premiers « pays » mentionnés, tous situés dans la région transtigrine, apparaissent au plus tard une génération après la fondation de la Ire dynastie babylonienne. Des informations qu’on peut glaner à leur sujet, il ressort que les immigrants « ouest-sémitiques » avaient pénétré primitivement en Babylonie et au delà, groupés en tribus. Au temps des archives de Mari, certains clans, apparentés à ceux qui avaient anciennement franchi le Tigre, sont encore en mouvement le long de l’Euphrate moyen ; d’autres se sont installés en Haute Mésopotamie. Ces constatations rejoignent celles auxquelles a donné lieu l’examen des noms géographiques en rapport avec les Benjaminites. En effet, tandis que des tribus benjaminites, souvent hostiles aux sédentaires, parcouraient inlassablement les steppes de la Haute Mésopotamie et les rives du Balîḫ, du Ḫabur et de l’Euphrate, des groupes plus ou moins importants de leurs congénères s’étaient fixés depuis longtemps en Babylonie proprement dite, les uns autour de Larsa, d’Uruk et de Sippar, les autres, notamment des membres du clan des Iaḫrurû, dans la vallée du Tigre. Nous apprenons maintenant que les tribus « ouest-sémitiques » avaient pris pied très tôt, et avec des effectifs nombreux, sur la rive orientale du Tigre.

101Suivant les circonstances locales, l’installation des nouveaux venus prit des visages différents. La Babylonie était peu propice aux divagations des clans nomades. Ceux d’entre eux qui s’y arrêtèrent se mêlèrent à la population indigène pour s’y fondre rapidement. C’est dans les documents les plus anciens, en effet, que la proportion des noms « ouest-sémitiques », peu abondants pourtant, est la plus forte. Plus tard, elle s’affaiblit sans aucun doute, bien qu’il soit pratiquement impossible d’établir des statistiques valables sur une grande échelle, pour diverses raisons. Il importe d’abord de distinguer les différentes parties de la Babylonie. La situation peut varier d’une cité à l’autre, pour des motifs qui nous restent cachés ; rappelons à cet égard le cas de Nippur, où l’élément « ouest-sémitique » paraît complètement absent. En second lieu, nos sources doivent être datées. Avec ses onze souverains, la première dynastie babylonienne a duré trois siècles. On n’imagine pas des statistiques sérieuses, qui enregistreraient pêle-mêle des données onomastiques portant sur une dizaine de générations. Enfin, ce ne sont pas seulement les noms qu’il faudrait dénombrer, mais bien plutôt les individus qu’ils désignent. Certains noms sont extrêmement populaires et ils sont d’autant plus répandus qu’ils ont cours parmi la population locale, c’est-à-dire la plus nombreuse. Dans ces conditions, et vu le manque d’instruments de travail appropriés, il est permis seulement de donner quelques coups de sonde, en s’assignant des objectifs limités.

  • 202 Ces noms ont été recensés par Th. Bauer, MAOG, IV (1928). p. 6-8.

102Un groupe de quarante-cinq documents juridiques provenant de Sippar et appartenant aux règnes de Sin-muballiṭ, de Ḫammurabi et de Samsu-iluna (BE, VI, 1, nos 19-25 et 27-65), permet de dresser une liste de plus de quatre cents personnes portant des noms accadiens ; deux portent des noms « ouest-sémitiques ». De même, à Kiš, où l’élément « ouest-sémitique » était relativement mieux représenté qu’à Sippar du temps des deux premiers rois de Babylone, les tablettes recueillies par H. de Genouillac (Kich, I-II), qui datent de la seconde moitié de la dynastie, ne livrent plus qu’un petit nombre de noms à faire entrer en ligne de compte202. Deux circonstances peuvent expliquer cette régression : un ralentissement réel dans l’afflux des immigrants et l’assimilation progressive des éléments présents. Les exemples sont fréquents de « Ouest-Sémites » qui donnent à leurs enfants des noms relevant de la meilleure tradition babylonienne ; l’inverse est beaucoup plus rare. Par conséquent, il n’est pas exclu que la population ait été en fait moins homogène qu’elle ne paraît à première vue.

  • 203 Pour Larsa aussi, ces chiffres sont sans précédent. A titre de comparaison, un rapide pointage dan (...)
  • 204 Le cas se présente le plus souvent à l’époque ancienne (par ex. CT, VIII, 44a ; VS. VIII, 14 ; cf. (...)

103D’autre part, on peut se demander si les textes dont nous disposons permettent bien d’atteindre l’ensemble de la population dans ses différentes classes. La diversité des documents mis en jeu : lettres officielles et privées, textes juridiques où prennent place, aux côtés des notables et des propriétaires, des artisans de tout genre et même des esclaves, listes de travailleurs et de soldats, semble une garantie suffisante à cet égard. Le doute naît pourtant quand on considère tel état de salaires, publié naguère par A. Goetze (BASOR, n° 95 [1944], p. 18-24), qui laisse entrevoir une population singulièrement mêlée. La provenance exacte du document est inconnue. Son éditeur l’attribue, pour des raisons d’orthographe, à la Babylonie méridionale, suggérant Larsa. Quant à la date, son écriture le situerait vers le temps de Rîm-Sin. Sur les 74 noms qui sont utilisables, à peu près la moitié (36) sont incontestablement accadiens. Parmi les autres, quatorze sont « ouest-sémitiques » et six hurrites ; un seul est sumérien. Dix-sept noms ne peuvent être classés avec certitude, mais peu d’entre eux doivent être accadiens. De toute façon, le pourcentage des noms « ouest-sémitiques » est extraordinairement élevé, surtout pour l’époque, puisqu’ils fournissent environ un cinquième de l’effectif total203. Ce résultat jette la suspicion, par contre-coup, sur une documentation que nous estimions représentative. Les travailleurs dont les noms sont consignés sur le document en discussion sont groupés par équipes d’une dizaine d’hommes. Or la majorité des noms « ouest-sémitiques » qui ont été dénombrés, — huit sur quatorze, — provient d’une seule équipe. On pourrait faire la même remarque à propos des Hurrites ; cinq d’entre eux sont réunis au sein d’une même équipe. Le fait n’est pas exceptionnel. Il arrive que plusieurs « Ouest-Sémites » interviennent conjointement dans telle ou telle occasion204. Ne serait-ce pas qu’il y avait par places des îlots d’immigrants qui avaient préservé leur personnalité grâce à leur réunion, les éléments isolés se laissant absorber plus aisément par le milieu local ? Dans ces conditions, il serait normal que l’existence de ces petites communautés ne transparaisse que de loin en loin. Mais il y a aussi, pour nous intriguer, le cas des Hurrites, et peut-être celui d’un troisième groupe étranger, qui serait à reconnaître dans certains des noms qui n’ont pas été identifiés. On reste sceptique devant cette accumulation de hasards, qui ferait surgir à nos yeux, d’un seul coup, les différents groupes ethniques que les autres sources s’obstinent, d’un commun accord, à laisser dans l’ombre. Il reste une dernière solution, très peu probable à vrai dire, c’est de supposer, en refusant les suggestions de Goetze, que le document vient d’une autre région, située peut-être au delà des frontières de la Babylonie proprement dite. Sinon, il faut accepter l’idée qu’une bonne partie de la réalité nous sera toujours dissimulée.

  • 205 Sur ce personnage, voir Walther, Gerichtswesen, p. 130-131 ; sur Abdi-Araḫ, ibid., p. 118-119.

104Toutefois, le portrait qui nous est restitué doit être fidèle, au moins pour un large secteur de la population, groupant non seulement les classes supérieures, mais aussi la classe moyenne, prise dans un sens étendu. Le peu d’importance numérique de la colonie « ouest-sémitique » va de pair avec le rôle de second plan que jouent ses membres dans la vie publique. Rares sont ceux qui détiennent de hautes charges. Abdi-Araḫ est maire (rabi’ânum) de Sippar du temps de Sin-muballiṭ (CT, VIII, 1a : rev., 10 ; VS, IX, 40 : 14) ; Išar-Lim exerce les mêmes fonctions du temps de Ḫammurabi (CT, VI, 47b : 17), et Bunu-Ammu, sous le règne d’Ammiṣaduqa (PBS, VIII, 2, 238 : 11). C’est sans doute également à Sippar que résidait le šakkanakkum Amanânum (CT, VI, 8 : passim), contemporain du roi Apil-Sin205. Un Išar-Lim, celui qui vient d’être mentionné ou un homoyme, est conseiller privé (ša piristam kašdu) de Ḫammurabi (ARM, II, 23 : 13), en même temps que Mutu-ḫadkim, officier supérieur dans l’armée babylonienne (ibid., 122 : 7). A Larsa, les deux frères E-šu-ub-Èl et (Ia)-e-im-ú-um occupent des postes officiels à la cour du roi Sumu-El (cf. Alexander, BIN, VII, index, p. 11-12) ; le second se donne le titre de ugula ukuš sag.gá. On a déjà vu qu’un seul pa.mar.tu portait un nom « ouest-sémitique », Iabruq-Lim, à Larsa (cf. ci-dessus, p. 189). Parmi le personnel religieux, on peut citer Iaḫilatum, prêtresse de Šamaš à Sippar (CT, VI, 22a : 12). Bien entendu, cette liste, qui ne prétend pas être complète, ne tient compte que des porteurs de noms « ouest-sémitiques ». On ne peut reconnaître leurs congénères qui exhibaient un nom babylonien ou, plus rarement, sumérien. A supposer même que les « Ouest-Sémites » installés en Babylonie aient été plus nombreux qu’on ne l’imagine, on devrait en conclure que la tendance à la babylonisation prévalait dans une large mesure. Que les immigrants « ouest-sémitiques » aient préféré taire leur origine par intérêt, par mode ou pour tout autre motif, c’est la preuve en tout cas qu’ils n’occupaient pas dans l’échelle sociale une place éminente. Lorsqu’une minorité venue de l’extérieur parvient à s’imposer dans un pays, les membres de la nouvelle aristocratie n’ont aucune raison de délaisser leurs patronymes distinctifs.

105Fait digne de remarque, en Babylonie, les rois seuls vont à l’encontre du courant. Sauf un court intermède auquel met fin l’avènement de Ḫammurabi, les souverains de la première dynastie resteront fidèles à des noms qui ne renient pas leurs ancêtres. Il y aurait là un problème double à considérer, l’un, d’ordre psychologique, qui porte sur le revirement de Sin-muballiṭ, renouant, pour donner un nom à son fils, avec une tradition familiale un moment interrompue, et l’autre, d’ordre historique, qui concerne la façon dont les « Ouest-Sémites » s’emparèrent du pouvoir. En effet, nulle part, ni à aucun moment, ne se manifeste une véritable classe dirigeante « ouest-sémitique », qui aurait pu compenser par son prestige la faiblesse numérique de ses effectifs. Cette situation est vraiment générale. La première vague des envahisseurs semble les avoir portés directement au pouvoir, mais encore en fallait-il les moyens. Les souverains paraissent parfois isolés au milieu de la population indigène, même dans les débuts. On finit par se demander comment les antiques cités, à l’abri derrière leurs remparts, ont pu tomber si aisément aux mains de quelques poignées d’anciens Bédouins. Malheureusement, les sources qui intéressent la période critique ne sont ni abondantes, ni éloquentes ; il est à craindre que la question posée ne doive rester longtemps encore sans réponse. Toutefois, on est fondé de croire que l’élément nouveau devait être particulièrement actif. Quant à la tactique qu’il mit en œuvre pour forcer les portes des palais, il est possible que le métier des armes n’ait pas été toujours étranger à sa soudaine promotion, suivant l’exemple du Martu Nablânum, qui avait commencé sa carrière en prenant du service auprès d’Ibbi-Sin, et de tant d’autres soldats de fortune.

106Telle était, dans ses grandes lignes, la physionomie de la population babylonienne vers l’époque de Ḫammurabi. Franchissons à présent le Tigre afin de prospecter sa rive orientale, où les tribus « ouest-sémitiques » avaient pénétré assez tôt. Au cours des fouilles fructueuses conduites de 1930 à 1937 sur les sites de la Diyala par la mission de l’Oriental Institute de Chicago, un important butin épigraphique a été mis au jour. Tell Asmar, qui recouvre l’ancienne cité d’Ešnunna, en a abandonné la plus grande part, soit quinze cents tablettes environ ; plusieurs centaines d’autres ont été recueillies sur les sites voisins de Hafadjé et d’Ischali. Comme ces documents s’étendent sur une longue période, du temps d’Agadé à l’annexion du royaume d’Ešnunna par Ḫammurabi, les informations qu’ils contiennent ne peuvent manquer d’offrir le plus vif intérêt. Il est regrettable qu’on n’ait publié jusqu’à présent que les textes en vieil-accadien (Gelb, MAD, I) et ceux qui proviennent du temple de Sin à Hafadjé, contemporains des deux premiers rois de Babylone (cf. ci-dessus, p. 214).

  • 206 Sur le matériel épigraphique fourni par les sites de la Diyala, voir R. Harris, JCS, 9 (1955). p. (...)
  • 207 Le nom du roi Ibal-pî-El lui-même n’est pas purement accadien ; l’élément i-ba-al, qui apparaît gé (...)
  • 208 En tout, une vingtaine de formules différentes sont rapportées. A la liste dressée par Lutz, UCP, (...)

107Les renseignements très fragmentaires qu’on peut glaner dans les études préliminaires206 n’autorisent encore aucune conclusion. Une petite collection de sceaux et d’empreintes de sceaux a livré quelques noms de personnes, parmi lesquels on note celui de A-šu- ub-li-el (Th. Jacobsen, Gimilsin Temple, p. 154, sceau n° 48). Pour l’époque ḫammurabienne, les archives épistolaires de Mari sont aussi d’un secours relatif. Elles contiennent de fréquentes allusions à l’activité diplomatique et militaire des souverains d’Ešnunna. Par contre, il est rare qu’elles donnent des noms. Sur les huit que l’on relève, deux sont « ouest-sémitiques ». L’un désigne, semble- t-il, un prince vassal d’Ešnunna, Sa-am-si-dDa-gan (ARM, I, 76 : 12, 20), l’autre, un messager royal, I-zi-na-bu-ú (ARM, II, 128 : 11)207. Ces données restent insuffisantes. Par chance, un lot de tablettes économiques et juridiques, découvert à Ischali par des fouilleurs clandestins, satisfait en partie notre curiosité. Ces tablettes constituent les archives privées de deux hommes d’affaires, le père et le fils (H. F. Lutz, UCP, X, 1). Les dates qu’elles portent appartiennent aux règnes de Daduša et de son fils Ibal-pî-El II, le premier étant contemporain de Šamši-Addu et le second, de Šamši-Addu et de Ḫammurabi208. Au total, ces documents font mention d’environ quatre cent cinquante personnes, dont une vingtaine sont désignées par des noms « ouest-sémitiques ». Au regard des chiffres obtenus jusqu’ici de l’autre côté du Tigre, la proportion paraît plus élevée, mais elle reste néanmoins bien faible. L’élément « ouest- sémitique » ne devait pas tenir une place considérable à Ischali. La publication des textes ramenés par l’Oriental Institute montrera jusqu’à quel point ces conclusions sont valables pour l’ensemble des sites de la Diyala.

  • 209 A-bi-E-ra-aḫ (MDP. X, 53 : 5 ; 83 : 2 s.) et Ḫa-mi-ì-lí (MDP, XXIII, 307 : 16).

108En Élam, les « Ouest-Sémites » sont pratiquement absents. Deux des leurs seulement interviennent dans la collection des textes juridiques et économiques contemporains de la Ire dynastie de Babylone209.

109Les découvertes récentes de Mari, de Chagar Bazar et d’Alalaḫ vont nous permettre d’élargir à présent notre champ d’investigation vers le nord et surtout le nord-ouest. En effet, les renseignements recueillis intéressent non seulement les centres cités, mais encore d’autres secteurs situés dans un large rayon.

  • 210 A elles seules, les deux listes publiées par M. Birot (voir page suiv.) fournissent près de 400 no (...)

110C’est pourquoi il convient d’utiliser avec un maximum de prudence les informations tirées des archives royales de Mari. On a le tort trop souvent de considérer ces textes en bloc, alors qu’il faut tenir compte soigneusement de la provenance des lettres, des régions considérées et de la date. Il est clair qu’une statistique qu’on bâtirait sur l’ensemble des noms de personnes livrés par les archives n’aurait aucune signification réelle, puisqu’elle porterait à la fois sur des individus vivant dans les vallées moyennes de l’Euphrate et du Tigre, en Babylonie, à Ešnunna, en Haute Mésopotamie et en Syrie septentrionale. Même en serrant de plus près les problèmes, il faut procéder avec discernement. C’est ainsi, par exemple, que le personnel au service de Zimri-Lim doit être d’origine locale, tandis qu’on ignore la plupart du temps d’où sont issus les hauts fonctionnaires dont s’entoure Šamši-Addu et qu’il adjoint à son fils Iasmaḫ-Addu, en résidence à Mari. La correspondance de Kibri-Dagan, gouverneur de Terqa (ARM, II, nos 83 à 94 ; ARM, III), enregistre cinquante-cinq noms de personnes, dont seize seulement s’appliquent avec certitude à des habitants du district. Ces chiffres peuvent paraître assez bas. Au total, le fichier de Mari ne dépasse pas à l’heure actuelle neuf cent cinquante noms. Il ne faut pas oublier que le matériel publié est représenté à peu près exclusivement par des lettres. Or, ce sont les documents juridiques, avec leurs énumérations de témoins, les états de salaires et les listes de tout genre, que l’on exploite normalement avec le plus de succès. La publication des documents de cette espèce aura tôt fait de mettre la collection des noms de personnes des archives de Mari au niveau des grands recueils onomastiques (cf. I. J. Gelb, NPN, p. 5)210. En attendant et compte tenu des précautions indiquées, on peut dès maintenant atteindre à certains résultats positifs.

111Aux individus qui habitent le domaine propre de Mari, c’est-à-dire les rives de l’Euphrate moyen et la basse vallée du Habur, ajoutons les fonctionnaires et agents de tout rang, gouverneurs, ambassadeurs, officiers, messagers, qui sont aux ordres de Zimri-Lim et dont on peut supposer qu’ils se recrutaient parmi la population locale. La liste ainsi dressée comprend environ cent cinquante noms, dont plus de la moitié sont indiscutablement « ouest-sémitiques ». Pour quelques-uns, moins d’une dizaine, la solution est encore en suspens. Deux ou trois doivent être hurrites ; le reste est ac- cadien. Pour le personnel administratif employé par Šamši-Addu et qui fournit près d’une centaine de noms, les proportions sont différentes : Accadiens et « Ouest-Sémites » sont à égalité, sans compter quelques noms sumériens. Si la situation a évolué de la sorte, en faveur des « Ouest-Sémites », sous le règne de Zimri-Lim, c’est certainement parce que l’on comptait dans les rangs des agents de Šamši-Addu des personnages originaires des diverses parties de son empire, qui englobait l’Assyrie et ses dépendances ainsi que la Haute Mésopotamie.

  • 211 Le deuxième groupe comprend des hommes ša te-me-ni et le troisième, des hommes ša nu-ba-lim. Pour (...)

112Outre les Hanéens, le personnel d’une longue liste de rationnaires publiée par M. Birot (cf. ci-dessus, p. 34) comprend plusieurs catégories de travailleurs. Les deuxième et troisième groupes doivent représenter des corps spécialisés211. Ensemble, ils totalisent soixante- huit noms (RA, 49 [1955], p. 18-19, col· VI ; col· VII, l. 10).·L’élément « ouest-sémitique » occupe encore la première place, mais les accadiens sont relégués à la troisième, dépassés de peu par les non sémitiques ; en effet, il y a au moins une douzaine de noms hurrites. Une autre liste, retrouvée au palais de Mari et datée de la même année du roi Zimri-Lim, a été publiée récemment par M. Birot (RA, 50 [1956], p. 57-72). Elle aligne plus de cent soixante-dix noms de femmes, groupées d’après leurs fonctions. On y rencontre surtout des chanteuses, mais aussi des femmes-scribes, des intendantes, des femmes de chambre, des cuisinières et des porteuses d’eau, sans oublier la grande prêtresse d’Adad et des « filles du roi ». De nouveau, les proportions sont renversées. Les noms accadiens viennent en tête, avec près des deux tiers du total. L’élément « ouest- sémitique » est représenté par vingt-cinq ou trente noms, l’élément non sémitique, où les Hurrites sont en majorité, par une vingtaine de noms. Ces résultats si divergents montrent l’impérieuse nécessité de dresser des tableaux séparés. Il est probable que nombre de ces femmes avaient été recrutées en dehors de Mari ; quelques-unes d’ailleurs, comme le texte le précise, avaient été ramenées de Kaḫat (cf. ci-dessous, p. 231, n. 1). Quant aux nomades et semi-nomades qui hantent les steppes du Moyen-Euphrate et de la Mésopotamie supérieure, Benjaminites, Sutéens et Ḫanéens, on sait déjà que presque tous portaient des noms « ouest-sémitiques ».

  • 212 La ville de Nurrugum, mentionnée à plusieurs reprises dans les archives de Mari (cf. Finet, ARMT, (...)
  • 213 Ar-da-ka-an-da est roi de Qabrâ (Dossin, Arch, éc., p. 109) ; un messager de cette cité s’appelle (...)
  • 214 Le texte n° 983 tient compte de deux livraisons de bœufs et de bouvillons à Êkallâtum, a-na qa-at (...)

113Sur la population du secteur oriental, les pays riverains du Tigre, les archives de Mari sont à peu près muettes. En fin de la première liste publiée par M. Birot vient un groupe d’hommes originaires de Nurrugum212 (RA, 49 [1955], p. 18, col. VII, l. 15 ss.). Sur une douzaine de noms suffisamment reconnaissables, un seul est accadien ; trois sont apparemment « ouest-sémitiques ». Les autres sont hurrites ou tout au moins ne sont pas sémitiques. Dans les lettres, de loin en loin, un nom isolé intéresse Qabrâ, Arrapḫa ou Êkallâtum213 Heureusement, à propos de cette dernière localité, nous disposons d’une autre source. Les textes découverts à Chagar Bazar sont d’ordre administratif et leur horizon géographique est d’ordinaire assez limité. Les localités qu’ils mentionnent doivent presque toutes se situer, selon l’expression de J. Nougayrol, dans « le rayon normal de leur économie » (RA, 42 [1948], p. 19), c’est-à-dire le territoire arrosé par le haut Ḫabur et ses affluents. Ceci confère à l’ensemble de cette documentation une réelle unité. Cependant, deux pièces concernent Êkallâtum ; on peut même se demander si elles ne proviennent pas de cette ville. La première énumère cinq personnes, qui sont sous les ordres d’un certain Iaḫḫab-El (Gadd, Chagar Bazar, n° 932). Un homme se trouve à Êkallâtum, trois hommes et une femme dans deux localités situées vraisemblablement dans les environs de la ville. En effet, un second texte montre que le dit Iaḫḫab-El devait occuper le poste d’intendant au palais d’Êkallâ- tum, où résidait Išme-Dagan, le fils aîné de Šamši-Addu. Il s’agit d’une liste de travailleurs, hommes, femmes et enfants, employés au palais d’Êkallâtum et confiés à la surveillance de Iaḫḫab-El (ibid., n° 991)214. Les deux documents sont datés du même jour ; il est probable qu’ils faisaient partie d’un inventaire plus complet adressé pour contrôle à Chagar Bazar, à l’administration centrale (cf. ci-dessus, p. 5, n. 6). On y relève, suivant l’index des noms de personnes dressé par C. J. Gadd (Chagar Bazar, p. 35 et suiv.), quarante-quatre noms. Ce n’est donc qu’un coup de sonde, mais il est déjà révélateur. Si cinq ou six seulement de ces noms sont accadiens et autant « ouest-sémitiques », plus de la moitié sont de bonne frappe hurrite, les autres présentant des difficultés d’interprétation. Jusqu’à présent, c’est la plus forte proportion de noms hurrites qui ait été rencontrée. Sans doute, les conclusions doivent- elles être nuancées, car les documents dont elles procèdent ne concernent qu’une couche particulière de la population, à savoir les esclaves du palais. Néanmoins, comme à l’époque de la IIIe dynastie d’Ur, les principaux centres de peuplement hurrites se situaient précisément dans les territoires à l’est du Tigre (cf. Gelb, HS, p. 58-60), on est en droit de supposer que cet élément était toujours actif dans ces contrées au temps de Šamši-Addu, même si sa place était plus mesurée que les tablettes de Chagar Bazar ne le portent à croire.

  • 215 Les archives de Mari livrent quatorze ou quinze noms (G. Dossin, St. mariana, p. 53-54 ; les nos 7 (...)
  • 216 Voir la liste des lîmu des tablettes cappadociennes dans K. Balkan, op. cit., p. 79 et suiv.

114Pour la capitale assyrienne, le tableau est tout autre, si l’on s’en réfère à la série des éponymes en fonction sous le règne de Šamši- Addu, dont les noms ont été conservés par les archives de Mari et de Chagar Bazar. La liste comprend actuellement quinze ou seize noms, l’un d’eux étant porté par deux personnages différents215. Dans trois cas, la filiation du magistrat est signalée. De tous ces noms, pas un seul qui soit hurrite, ni aucun sans doute « ouest-sémitique », bien que l’un ou l’autre résiste encore à l’examen. En somme, ils ne s’écartent pas de la ligne traditionnelle représentée un peu plus tôt par les magistrats éponymes qui interviennent dans les tablettes cappadociennes ; plusieurs noms se retrouvent identiques dans les deux listes216. Mais il faut de nouveau se garder de conclure trop vite. Si, à Êkallâtum, on n’avait pris contact qu’avec la couche la plus basse de la population, en revanche, on a affaire ici à la classe dirigeante d’Assur, aux lîmu, membres des quelques grandes familles qui monopolisaient les honneurs et les charges. C’est uniquement l’aristocratie assyrienne qui est en cause ; de ce qui précède, il apparaît qu’elle était exempte d’éléments étrangers.

  • 217 Iraq, 4 (1937), p. 181 et suiv· ; Iraq, 7 (1940). P· 35 et suiv· Sont exclus de la liste les noms (...)
  • 218 Cf. Gadd, Chagar Bazar, p. 34-35 ; Gelb, HS, p. 64. A la population du Haut-Ḫabur devaient être mê (...)

115Comme on l’a vu, on peut s’attendre à saisir dans l’onomastique des textes de Chagar Bazar un fidèle reflet de la population de la Mésopotamie supérieure. Le total des noms de personnes relevés par C. J. Gadd, les textes n’ayant pas été publiés intégralement, s’élève à plus de cinq cents217. C’est le groupe accadien qui fournit le plus gros contingent, sans atteindre pourtant la majorité absolue. Viennent ensuite, à bonne distance, les Hurrites, qui sont eux-mêmes approximativement deux fois plus nombreux que les « Ouest-Sémites ». Il y a lieu de tenir compte d’un résidu relativement important de noms qui n’ont pu être classés avec certitude ; quelques- uns représentent sans doute des groupes nouveaux218. De toute façon, même si on leur attribue la part principale de ces noms, les « Ouest-Sémites » ne doivent pas constituer plus d’un cinquième de l’ensemble de la population.

  • 219 « Ouest-Sémites » : A-du-na-dAddu, un des princes d’Idamaraṣ (Dossin, Arch. ép., p. 109 ; Mél. Dus (...)
  • 220 Parmi le personnel féminin du palais de Mari enregistré par la tablette évoquée plus haut, on comp (...)

116De leur côté, les archives de Mari, qui nous livrent les noms de plusieurs princes de la Haute Mésopotamie, confirment l’aspect composite de la population de cette région, considérée cette fois dans sa plus grande extension. Mais le dosage est assez différent. Ce sont ici les « Ouest-Sémites » qui tiennent la tête, dépassant largement les Hurrites. Il n’est pas certain qu’un seul de ces noms soit vraiment accadien219. Ce bilan ne laisse pas de surprendre, au regard de la prépondérance de l’élément accadien à Chagar Bazar. Faut-il croire que cet élément était cantonné dans des zones restreintes, formant îlots, par suite de la pression exercée par les nouvelles populations, ou bien que l’accadisation de la Mésopotamie supérieure, commencée dès l’époque d’Agadé, n’avait jamais dépassé ce stade ? On peut aussi faire appel à une autre explication, qui semble plus justifiée : l’élément accadien avait été supplanté dans l’ordre politique par les nouveaux venus, mais il était présent en réalité dans les fiefs tenus par les princes hurrites et « ouest-sémitiques », les seuls dont les noms nous soient parvenus220. En tout cas, la Haute Mésopotamie, alors comme toujours, présentait bien le caractère d’une marche, où confluaient des courants issus de diverses directions. C’est le spectacle qu’elle offre aujourd’hui, avec sa population arabe, turque, kurde. Du temps de Ḫammurabi, les vagues « ouest-sémitiques » et hurrites étaient venues s’y mêler.

  • 221 Ku-ul-bi-a-tal est fils de Ḫa-aṣ-ri-A-mi-im (ARM, I, 78 : 4-5). Vice versa, Ia-an-ti-in-Èl est fil (...)
  • 222 Ar-ri-yu-uk (cf. à Nuzi A-ri-ú-uk-ki : I. J. Gelb, NPN, p. 30) est « fils » de Zimri-Lim (ARM, II, (...)
  • 223 En dehors des deux listes publiées par M. Birot (cf. ci-dessus, p. 226), les noms hurrites sont ra (...)
  • 224 Les textes hurrites de Mari ont été publiés par Thureau-Dangin, RA, 36 (1939). Ρ· 1-28 ; cf. Gelb,(...)

117Sur la seule base des noms de personnes, il serait hasardeux d’affirmer l’appartenance ethnique d’un individu ; on peut trouver dans la même famille des noms hurrites et « ouest-sémitiques »221. Les constatations qui précèdent ne peuvent donc avoir qu’une portée générale. C’est ainsi qu’il n’est pas exclu qu’au sein de la population de Mari la proportion de Hurrites ait été plus élevée que les textes ne le font apparaître. Néanmoins, il est hors de doute que l’apport hurrite fut nettement plus faible sur les rives de l’Euphrate moyen que dans les principautés du nord de la Mésopotamie. Si l’on en excepte naturellement les étrangers, au premier rang desquels figurent les roitelets dont il vient d’être question222, le nombre des porteurs de noms hurrites qui résident dans le domaine de Mari ou qui sont au service des souverains est très peu élevé223 ; aucun ne semble appartenir à la classe dirigeante. La seule trace matérielle de l’influence des Hurrites à Mari est représentée par six textes de caractère religieux, rédigés en langue hurrite, qui ont été découverts dans les archives du palais. Il est possible que cette influence se soit bornée précisément au domaine religieux224.

  • 225 Comme l’a montré B. Landsberger (Ass. Königsliste, p. 51-52), la filiation rapportée par les sceaux (...)
  • 226 A Alep même, tous les noms des souverains sont « ouest-sémitiques », à l’exception de celui d’Irka (...)
  • 227 Les témoins dont les noms figurent au bas du testament d’Ammitakum, enregistré en présence du roi (...)

118Si le Moyen-Eupbrate a été à peine atteint par la pénétration hurrite, il n’en va pas de même de la Syrie septentrionale. La ville d’Alep était alors à la tête d’un puissant royaume, qu’on appelait aussi pays de Iamḫad et qui s’étendait de la Méditerranée à la grande boucle de l’Euphrate. Ce sont les archives diplomatiques et économiques de Mari qui nous ont apporté les plus anciens témoignages sur son histoire. Par un hasard déconcertant, ces témoignages nous avaient donné pourtant une idée fausse de la composition de la population du royaume syrien. Les quelques noms de personnes recueillis jusqu’à présent, ceux des souverains ou de messagers royaux, relevaient presque tous de l’onomastique « ouest-sémitique » (cf. Dossin, Alep, p. 237-238). On pouvait en déduire légitimement que les « Ouest-Sémites » constituaient l’élément dominant de la population alépine. Depuis, la publication des tablettes livrées par le site d’Alalaḫ, aujourd’hui Atshana, dans la basse vallée de l’Oronte, a contraint de réformer cette vue. Le gros de ces tablettes se répartit en deux groupes. Le premier est un peu plus récent que les archives de Mari ; commençant immédiatement après celles-ci, il s’étend sur un siècle et demi environ225. Le second groupe date du milieu du IIe millénaire avant notre ère. Le lot qui nous intéresse compte environ cent soixante-quinze pièces, parmi lesquelles se trouvent trois textes de portée historique ou religieuse ; tous les autres ont un caractère juridique ou administratif. On peut donc admettre que la grande majorité des noms offerts par ces documents désignent des individus qui habitaient Alalaḫ ou des localités des environs ; de toute façon, on ne quitte pas les limites du royaume d’Alep. L’enquête reposera sur des bases solides, car on dispose de plus de cinq cents noms. Or les Hurrites l’emportent nettement sur les « Ouest-Sémites », dans la proportion de cinq contre trois, le groupe accadien représentant environ un vingtième du total. On remarque aussi la présence de noms hybrides sémitico-hurrites (cf. Landsberger, Königsliste, p. 52, n. 87). La répartition des noms ne paraît pas correspondre à une differentiation sociale. L’autorité royale semble être, il est vrai, entre les mains des « Ouest-Sémites »226, mais les Hurrites ne sont pas exclus pour autant des hautes charges civiles et religieuses227.

  • 228 On se trouve en présence de plus d’un calendrier, car on peut dénombrer une vingtaine de noms pour (...)
  • 229 Les sonores et les sourdes sont souvent confondues, les emphatiques ne sont généralement pas disti (...)
  • 230 Un certain nombre d’objets fabriqués, notamment en métal, sont désignés par des termes hurrites (c (...)

119L’importance du facteur hurrite se manifeste aussi dans d’autres domaines. Sur le plan religieux, il faut souligner la place occupée par la grande déesse Ḫebat, aux côtés d’Ištar et d’Adad, dans le seul texte historique qui nous soit parvenu de l’ancienne époque, l’acte par lequel le roi Abban cède à son frère Iarîm-Lim la ville d’Alalaḫ (Wiseman, Alalakh, n° 1). C’est qu’un culte officiel était rendu à la déesse hurrite. De son côté, le calendrier est très significatif, avec une majorité de noms hurrites. On n’est pas encore en état de démontrer l’origine de chacun des vocables, mais il est certain que peu d’entre eux sont sémitiques228. Le syllabaire offre les particularités que l’on relève dans les textes d’Amarna, de Boghaz- Köi et de Nuzi229, c’est-à-dire qu’il est de type « hurrite ». Se séparant de la tradition graphique en usage à Mari, les scribes d’Alep avaient donc reçu des Hurrites leur syllabaire, qui apparaît ainsi comme le témoin le plus ancien de cette classe. Dans le vocabulaire, maints termes hurrites ont pénétré, affectant notamment la langue technique et même la langue religieuse230. Enfin, si l’on parcourt la liste des toponymes (Wiseman, Alalakh, p. 154-157), on observera que bien rares sont ceux qui pourraient revendiquer une origine sémitique. De l’ensemble de ces faits, il ressort, comme l’a déjà constaté leur éditeur, que les tablettes d’Alalaḫ, loin de nous faire assister au début de la pénétration hurrite en Syrie septentrionale, nous plongent dans un milieu positivement hurrite (Wiseman, op. cit., p. 9).

120L’apparente divergence qui se manifeste entre nos deux sources, Mari et Alalaḫ, va-t-elle être invoquée pour imaginer une invasion massive et pacifique de Hurrites en l’espace de quelques décades, après la chute de Zimri-Lim ? Un décalage de deux ou trois générations ne paraît pas suffire pour rendre compte d’une transformation aussi radicale. Gardons-nous de mettre les deux témoignages strictement sur le même pied. A Alalaḫ, nous disposons de plus de cinq cents noms de personnes, à Mari, pas même d’une dizaine, y compris les deux noms royaux de Iarîm-Lim et de Ḫammurabi. En outre, à Alalaḫ, toutes les conditions, toutes les classes sociales sont représentées, du grand vizir au cultivateur et du devin au tisserand ; à Mari, en revanche, il s’agit exclusivement de messagers officiels, de fonctionnaires royaux. Même si la situation a évolué rapidement, il nous faut reconnaître l’erreur de perspective que nous faisaient commettre les archives de Mari. Dès cette époque, les Hurrites devaient être présents, en nombre, en Syrie septentrionale. Il ne nous appartient pas de rechercher ici la date et l’ordre d’arrivée des divers éléments qui peuplaient alors le territoire.

  • 231 Mission de Ras Shamra, t. VI, p. XLI-XLII ; photo et copie du document. ibid., pl. XVI-XVII. A pro (...)
  • 232 G. Dossin, apud Cl. Schaeffer, Ugaritica, I (Mission de Ras Shamra, t. III, Paris, 1939), p. 16 ; (...)
  • 233 dAddu-ba-aḫ-li (ARM, VI, 15 : 8, 13) ; E-bi-Il (ibid., 19 : 7) ; Ḫa-ab-du-ba- aḫ-la (ibid., 78 : 1 (...)
  • 234 Voir G. Dossin, Le royaume de Qatna au xviiie siècle avant notre ère d’après les « Archives royale (...)

121On aurait peine à croire que les Hurrites n’aient pas avancé plus loin vers le sud. C’est pourtant l’impression qui se dégage de nos sources, mais la leçon des textes d’Alalaḫ invite à la prudence. Le butin épigraphique recueilli à Ras Shamra est, comme on sait, de date plus basse, mais une série d’actes royaux récemment découverts portent l’empreinte d’un cylindre au nom d’un souverain qui avait dû régner de longs siècles plus tôt, Ia-qa-rum, fils de Ni-iq-mà(!)-du, roi de la ville d’Ugarit. J. Nougayrol, à qui l’on doit la connaissance de ce remarquable document, l’a attribué à l’époque d’Isin-Larsa231. En tout état de cause, les noms de ces deux personnages princiers doivent être versés au dossier de l’expansion « ouest-sémitique » en Syrie. Les textes de Mari mentionnent la ville d’Ugarit232, mais ils n’ont pas révélé jusqu’ici le nom du prince qui régnait pour lors sur elle. En revanche, ils nous renseignent plus abondamment sur Qatna, où une dynastie « ouest-sémitique » occupait le pouvoir. Deux de ses représentants sont connus : Išḫi-Addu, dont une fille épousa Iasmaḫ-Addu, le vice-roi de Mari, et Amût-pî-El, contemporain de Zimri-Lim (cf. G. Dossin, RA, 36 [1939], p. 50-54)· Plusieurs messagers qatanéens apparaissent également dans la correspondance diplomatique. Les noms qu’ils portent sont tous justiciables d’une étymologie « ouest-sémitique »233. On ne peut, ainsi qu’on vient de le constater, se fier complètement à ces données, mais il n’en reste pas moins que les « Ouest-Sémites » étaient maîtres de Qatna, sans le moindre doute, et qu’ils en avaient fait le centre d’un important royaume234.

  • 235 Bien plus, le nom ne paraît pas être le simple décalque accadien d’un nom « ouest-sémitique ». En (...)

122Si l’on descend encore plus au sud, nos sources deviennent à peu près muettes. On sait, par les archives économiques de Mari, qu’un « Ouest-Sémite » détenait le pouvoir à Byblos, qui s’appelait alors Gubla, comme du temps d’Amarna ; c’est le roi Ia-an-ti-in-Ḫa-mu (cf. Dossin, Arch, éc., p. 111). En revanche, on est surpris d’apprendre que le roi de Ḫaṣôr, la seule cité palestinienne à laquelle les textes de Mari édités jusqu’à présent fassent allusion, portait un nom accadien : Ibni-Adad (cf. G. Dossin, CR Ire RAI, p. 21). Il est difficile d’imaginer que le personnage n’ait pas été lui-même un Sémite occidental, mais on ne s’explique pas pourquoi il avait adopté un tel nom235. Comment l’influence accadienne aurait-elle été plus forte en Palestine qu’en Syrie ? La preuve est faite que des relations directes existaient entre Ḫaṣôr et Babylone (ARM, VI, 78 : 13-17), mais la route des échanges passait par Mari.

  • 236 Ce cylindre, publié par Th. G. Pinches et P. E. Newberry dans JEA, 7 (1921), p. 196-199, a été dis (...)
  • 237 Publication par S. Smith, JEA, 8 (1922), p. 207 et pl. XXIII, n° 1 ; dernières études par le même,(...)
  • 238 Cf. M. Noth, ZDPV, 65 (1942), p. 31. Sur les données archéologiques, voir M. Dunand, RB, 59 (1952) (...)

123Des sceaux-cylindres originaires de Syrie ont été utilisés dans le débat qui a pour objet la chronologie de la Ire dynastie babylonienne. L’un d’eux, acquis au Caire, porte une inscription bilingue. Le texte cunéiforme n’offre plus que le nom du titulaire : Ia (= PI)- ki-in-AN. Comme la légende hiéroglyphique désigne, de l’avis général, le pharaon Amenemhat Ier, ce personnage au nom « ouest-sémitique », qui ne pouvait être qu’un des roitelets de la côte syrienne, vivait à l’aube du deuxième millénaire avant notre ère236. Un autre sceau, trouvé en Égypte, mais dont le titulaire devait être également syrien, a livré le nom de Ia-aq-qú-ub-e-da, serviteur du dieu Adad. Toutefois, sa datation, fondée uniquement sur l’iconographie, est moins sûre237. On connaît aussi, par des objets découverts dans leurs tombeaux, les noms de deux princes de Byblos, contemporains des pharaons Amenemhat III et IV (seconde moitié du xixe siècle et début du xviiie siècle avant J.C.), qui se rattachent à l’onomastique « ouest-sémitique ». Il s’agit de ’bšmw et de son fils jpšmw’238.

  • 239 Les publications essentielles sont citées par A. Parrot, op. cit., p. 406, n. 94 ; voir aussi J. W (...)
  • 240 On trouvera toutes les indications utiles dans le chapitre consacré par A. Parrot à la question de (...)
  • 241 Voir W. F. Albright, JPOS, 8 (1928), p. 223-256 ; M. Noth, loc. cit., p. 20-34.

124A côté de ces témoignages disparates, il existe une autre source d’information, déjà mise à profit plus haut (p. 141 et 181), qui vient également de l’extérieur, les textes égyptiens d’exécration. On sait qu’il s’agit de vases intentionnellement brisés (collection du Musée de Berlin) ou de figurines de prisonniers (collection des Musées d’art et d’histoire de Bruxelles), recouverts d’inscriptions qui énumèrent les ennemis possibles de l’Egypte. Parmi eux, apparaissent des pays et des princes asiatiques. Ces documents datent de la fin de la XIIe dynastie égyptienne ou sont même un peu plus récents239. Comme cette dynastie occupe le premier quart du IIe millénaire avant notre ère, les textes d’exécration sont plus ou moins contemporains de Ḫammurabi, que l’on se rallie, comme A. Goetze, à la solution « longue » de Thureau-Dangin (Ḫammurabi régnant de 1848 à 1806), ou que l’on adopte, avec S. Smith et A. Parrot, une solution moyenne (Ḫammurabi : 1792-1750)240. Pour W. F. Albright, tenant de la chronologie ultra-courte (Ḫammurabi : 1728-1686) et qui fait remonter les figurines de Bruxelles au milieu du xixe siècle (entre 1850 et 1825), le synchronisme s’établirait avec le début de la Ire dynastie de Babylone. En tout cas, la situation sur le plan ethnique qui se fait jour à travers les textes en question vaut pour la période au cours de laquelle l’expansion « ouest-sémitique » s’est manifestée en Mésopotamie. Or les noms des princes qui régnent alors sur la Palestine et la Phénicie, morcelées en de multiples petits états, correspondent pour la plupart à ceux des immigrants « ouest-sémitiques » rencontrés à l’est du désert syrien241. D’une extrémité à l’autre du « Croissant fertile », de Babylone en Palestine, en passant par Mari et Alep, ce sont les mêmes éléments qui détiennent le pouvoir (cf. G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 995-996).

  • 242 Sur le vocabulaire, cf. Dossin, Arch, ép., p. 108-110. D’autres mots d’emprunt ont apparu depuis. (...)

125Partout où nous avons accès, nous constatons que ces éléments se sont assimilé la culture suméro-accadienne. Dans les contrées où ils étaient en petit nombre, la langue qu’ils parlaient à leur arrivée dut disparaître rapidement. Ailleurs, il est probable qu’elle se maintint pendant un certain temps au stade parlé, mais il n’en a subsisté aucun monument écrit. Seule, l’onomastique nous en a conservé des vestiges. C’est sur cette base qu’on a essayé de l’identifier et de la classer avec rigueur. Pour Theo Bauer, il s’agissait de cananéen. Plus récemment, A. Goetze a voulu y reconnaître une langue autonome, douée de caractères originaux ; l’« amurrite » serait assez proche de l’« ugaritique », mais distinct du cananéen proprement dit (Language, 17 [1941], p. 133 et suiv.). Cette thèse ne semble pas avoir rallié tous les suffrages, bien des auteurs continuant de qualifier de « cananéennes » les influences non accadiennes que trahit la langue des archives de Mari. En effet, ces textes nous présentent maintenant les premiers témoins de la langue parlée, en dehors des noms propres, sous la forme de mots étrangers au vocabulaire accadien ou de particularités grammaticales242. Il y a là matière à un nouveau chapitre dans l’étude de cette langue, dont le problème des origines n’est pas, en fait, entièrement résolu. Il est toujours délicat, et parfois arbitraire, de déterminer les caractéristiques permettant de définir une langue par rapport à d’autres, qui lui sont plus ou moins étroitement apparentées. Le désaccord qui règne à l’heure actuelle entre spécialistes pour le classement de l’ugaritique en est la meilleure preuve. Le problème est encore plus ardu lorsque les langues considérées ne sont pas contemporaines et qu’il faut tenir compte d’une évolution reconstituée en théorie. Or plusieurs siècles séparent la langue des noms propres « ouest-sémitiques » de celle des textes de Ras Shamra ou du cananéen contenu dans les gloses des lettres d’Amarna. Enfin, la terminologie intervient dans le débat. Comme l’a fait remarquer J. Friedrich, lui aussi partisan de l’« éclatement » du cananéen, on pourrait peut-être conserver l’étiquette de « cananéenne » à l’ensemble des dialectes sémitiques occidentaux qui se différencient de l’araméen (Scientia, 84 [1949], p. 223). De toute façon, le problème linguistique est circonscrit. La solution finale qu’on sera à même de lui donner n’affectera que faiblement les positions prises sur le plan historique.

126C’est vers la fin du temps des rois d’Ur que les premiers « Ouest-Sémites » ont fait une timide apparition en Babylonie. Leur histoire nous échappe à peu près complètement pendant la période d’Isin-Larsa. Pourtant, c’est à cette époque que leur mouvement de pénétration doit s’être fait de plus en plus intense ; la fondation d’une dynastie indépendante à Babylone en marque un des points culminants. A cette date, en effet, on trouve soudain les envahisseurs au pouvoir dans presque toutes les villes du vieux pays de Sumer et d’Accad aussi bien que dans la région de la Diyala. En même temps, certains de leurs clans s’étaient établis dans les steppes qui s’étendent à l’est de la vallée du Tigre. Le dynamisme et l’esprit entreprenant des nouveaux venus les plaçaient partout au premier plan de la scène politique. En réalité, c’était seulement le fait d’une minorité agissante. Au temps de Ḫammurabi en tout cas, les « Ouest-Sémites », présents dans toute la Babylonie, sauf à Nippur, sont vraiment peu nombreux. Ils le sont davantage, semble-t-il, sur la Diyala, mais c’est le Moyen-Euphrate qui constitue leur place forte ; dans le royaume de Mari, ils sont en majorité. Plus au nord, en Haute Mésopotamie, où ils sont concurrencés par les Hurrites, nous savons qu’ils contrôlent une série de petits états, mais nous sommes mal renseignés sur la composition de la population elle- même. Dans un centre comme Chagar Bazar, au cœur du « triangle » du Ḫabur, les « Ouest-Sémites », venant en troisième position derrière les éléments accadisés et les Hurrites, ne représentent pas plus d’un cinquième de la population. Assur, bien qu’étant tombée entre les mains d’une dynastie issue de leurs rangs, semble en dehors de leur zone d’expansion. En revanche, dans l’Ouest, leur mainmise politique sur la Syrie septentrionale s’accompagne d’une occupation assez dense, encore que les Hurrites forment le gros de la population. Leur domination s’étend également sur la Phénicie et la Palestine, comme nous l’apprennent les textes égyptiens d’exécration, mais la situation ethnique de ces contrées reste enveloppée d’obscurité.

127D’où venaient-ils ? C’est en sortant du désert syrien qu’ils avaient pénétré sur tout le pourtour du « Croissant fertile ». Ce sont, en effet, d’anciens nomades. Déjà le cas des tribus « ouest-sémitiques » qui avaient légué leur nom aux territoires où elles avaient planté leurs tentes sur la rive orientale du Tigre, ne laissait aucun doute à cet égard. Benjaminites, Ḫanéens, Sutéens, tous les nomades et semi- nomades qui hantent le monde de Mari nous en donnent maintenant une preuve vivante. Eux aussi portent des noms qui appartiennent au même type linguistique que ceux des rois de Babylone, de Mari, d’Alep et de Byblos. La communauté de leurs origines et de leurs traditions est illustrée éloquemment par l’exemple des noms de Ḫammurabi et de Iaqarum, portés par des soldats ḫanéens cantonnés à Mari, et du nom d’Abi-sarê, auquel répond un cheikh sutéen, rôdant dans la steppe syrienne. Inlassablement, les clans se succèdent dans leur marche vers les terres fertiles. Les premiers ont adopté depuis longtemps la civilisation et les mœurs des sédentaires dont ils partagent les destinées que leurs successeurs continuent toujours de mener leur vie errante de pasteurs et de pillards. Au temps des archives de Mari, c’est-à-dire sous les règnes de Sin-muballiṭ et de Ḫammurabi à Babylone, les steppes qui couvrent la Haute Mésopotamie entre l’Euphrate, le Balîḫ et le Çabur, apparaissent comme le pays d’élection des nomades. Mais ils ne s’y cantonnent pas. Les Benjaminites descendent l’Euphrate en direction de la Babylonie et ils s’aventurent à l’ouest jusqu’au delà de Qatna. Les Sutéens parcourent de préférence le désert syro- arabique, de l’Euphrate à l’Oronte. Il est naturel que l’afflux des nouvelles populations « ouest-sémitiques » se soit déversé davantage sur les contrées proches de cette zone, le Moyen-Euphrate et la Syrie septentrionale.

  • 243 La source utilisée, empruntée à la série astronomique kakkabΑΡΙΝ, se contente d’intercaler une dyn (...)
  • 244 Il faudrait, pour affirmer leur présence dès l’époque d’Agadé, un témoignage plus convaincant que (...)

128Le moment est venu de reparler des Amorrhéens. Si les contacts explicites entre les deux groupes sont fort rares, du moins on ne peut les nier. Le plus instructif est la qualification de Martu attribuée à plusieurs individus vivant au temps de la IIIe dynastie d’Ur, dont les noms se rattachent à l’onomastique « ouest-sémitique » (cf. ci-dessus, p. 155). Sous le règne de Samsu-iluna, un ou deux personnages, qui portent des noms présentant les mêmes affinités, sont désignés pareillement comme Amorrhéens (p. 170). Enfin, un Sutéen est appelé Amorrhéen par un scribe d’Ur (p. 88). Il n’y a pas lieu de retenir le titre de « dynastie d’Amurru » qui aurait été décerné à la Ire dynastie babylonienne (cf. E. Weidner, MVA G, XXVI [1921], p. 40), car il est issu de l’érudition tardive243. D’autre part, les rapprochements se multiplient dès qu’on institue une comparaison entre les deux mouvements. Les Amorrhéens sont, eux aussi, d’anciens nomades, sortis originairement du désert de Syrie. Ils ont réussi, de la même façon, à s’infiltrer en Babylonie et à passer, en groupes compacts, sur la rive gauche du Tigre. Leurs noms dénotent des rapports avec l’Ouest. Jugera-t-on ceci suffisant pour identifier les deux groupes et les confondre sous la désignation commune d’« Amorrhéens » ? Aussitôt s’élève une grave objection, d’ordre chronologique. Alors que les ancêtres de Ḫammurabi et de Zimri-Lim ont commencé seulement de pénétrer en Babylonie, en nombre appréciable, au temps des dynasties d’Isin et de Larsa244, les Amorrhéens sont aux prises avec les sédentaires depuis l’époque d’Agadé ; leurs assauts achèvent de disloquer l’empire édifié par les souverains d’Ur. Certains des leurs étaient déjà établis en Babylonie dès l’âge présargonique (cf. ci-dessus, p. 150).

129L’élément particulier, caractérisé par une onomastique originale, qui devait faire irruption plus tard, représente donc une phase nouvelle dans le mouvement sans fin qui pousse les tribus hors du désert. Il est impossible de tracer entre elles une ligne de démarcation rigoureuse. Le phénomène ne cessera de se répéter avec les autres groupes qui surgiront à leur tour du désert ; tous sont apparentés. A en juger d’après les noms étrangers que portaient certains d’entre eux, les Amorrhéens parlaient sans doute un dialecte à rattacher également à la branche du sémitique occidental. Il n’y a pas eu de vagues successives, s’enflant l’une après l’autre, mais un courant continu, où les alluvions charriées par le flot viraient insensiblement d’une teinte à l’autre. Les Amorrhéens qui chassèrent Lipit- Ištar, vraisemblablement de Sippar, comme ceux qui battaient la campagne dans les environs de Kiš (cf. ci-dessus, p. 166-169), doivent avoir fait partie des bandes qui allaient par la suite prendre le pouvoir en Babylonie. Ce sont, par conséquent, les intrus eux-mêmes qui auront doté Sippar de la dynastie « ouest-sémitique » que nous lui connaissons, et la date en question doit nous conserver le souvenir de la conquête de la ville par les « Ouest-Sémites ». A l’époque de Ḫammurabi, les descendants des Amorrhéens primitifs avaient été absorbés par la population locale ou se confondaient désormais avec ceux qui étaient venus sur leurs traces. Ce sont eux, les derniers arrivés, que la « seisachthie » d’Ammiṣaduqa désigne sous le nom d’Amorrhéens (cf. ci-dessus, p. 173), et ceci conduit à penser que les « Ouest-Sémites » étaient plus nombreux en Babylonie que l’étude de l’onomastique ne le montre. De même, si les termes Amurru et Emutbal alternent parfois (cf. ci-dessus, p. 178), c’est que les clans « ouest-sémitiques » qui avaient occupé la région trans- tigrine avaient pris la place et le nom des Amorrhéens qui les y avaient précédés.

  • 245 B. Landsberger suppose que le terme de Ḫanéen servait à désigner toute la branche occidentale des (...)

130On voit que les Babyloniens n’avaient pas eu le souci de recourir à un vocable différent pour désigner les nouvelles populations qui se présentaient à leurs frontières. Allons-nous les imiter, en laissant au terme d’Amorrhéen une signification étendue et, par là même, imprécise ? Ce serait mettre sur le même pied des populations qui n’ont pas tout en commun et risquer, en attribuant aux plus anciennes des traits qui appartiennent aux plus récentes, de déformer l’histoire. Le terme de « Cananéens de l’Est », introduit par B. Landsberger et Theo Bauer, a contre lui des objections à la fois d’ordre linguistique (cf. ci-dessus, p. 239) et historique (cf. M. Noth, Mari und Israel, p. 151). Ainsi, par des voies différentes, on rejoint la conclusion de M. Noth, à savoir qu’on ne dispose d’aucun vocable approprié pour nommer, si l’on peut dire, les « néo-Amorrhéens » (ZDPV, 65 [1942], p. 33-34). Il n’est pas indiqué de déposséder les premiers Amorrhéens du nom qui leur est réservé dès le début dans la littérature cunéiforme. La question est posée. M. Noth, après avoir renoncé, à juste titre, au terme de « Proto-araméen » auquel il avait songé auparavant, proposait d’attendre la réponse des sources anciennes elles-mêmes, en l’occurrence les textes de Mari. On se rappellera qu’une lettre du préfet du palais de Mari nous apprend que Zimri-Lim régnait tant sur les Accadiens que sur les Ḫanéens (cf. ci-dessus, p. 31). Comme le terme d’Accadien ne peut s’appliquer qu’à la partie babylonisée ou accadisée de la population de Mari, il faut bien admettre que les Ḫanéens représentent ici, par une extension insolite, l’ensemble des « Ouest-Sémites » installés sur le territoire de Mari, tout au moins ceux qui acceptent l’autorité du roi245. Mais, d’habitude, le terme a un sens plus particulier ; il paraît donc exclu de lui reconnaître une acception généralisée. En effet, à côté des Ḫanéens, les archives de Mari nous parlent encore des Sutéens, des Benjaminites et d’autres tribus « ouest-sémitiques ». Si la langue des sédentaires ne nous est d’aucune aide, nous aurons encore moins de chance, ainsi que A. Jepsen l’a fait observer (AfO, 15 [1945-1951], p. 62-63), de trouver dans la bouche des envahisseurs un terme capable de les englober tous. Nous serons donc contraints, d’une ou d’autre manière, d’adopter une désignation conventionnelle. Toutefois, la solution choisie par Jepsen, qui consiste à appeler Hébreux tous les groupements sortis du désert syrien au début du IIe millénaire avant notre ère, ne ferait, en tout état de cause, qu’accroître encore la confusion existante. Le problème reste donc à résoudre. Il mériterait d’être étudié avec soin et dans ses divers aspects, car l’insuffisance de la terminologie ne peut que nuire à la rigueur et à la clarté de la synthèse historique.

3. Le dieu Amurru

  • 246 Il n’y a pas lieu d’approfondir ici la personnalité du dieu Amurru ni les spéculations théologique (...)

131Le dieu Amurru passe communément pour le dieu patron des Amorrhéens. Il porte leur nom et sa figure convient sans peine, en soi, à la divinité protectrice d’un peuple sorti primitivement du désert246.

  • 247 Il reçoit des sacrifices et son nom sert d’élément théophore dans des noms de personnes : cf. N. S (...)
  • 248 Un agent de Zimri-Lim s’appelle Ib-bi-dAmurru (ARM, II, 134 : 3).
  • 249 Voir les listes de noms de personnes dans MDP, XXII et XXIII.
  • 250 Sur ce point, mon enquête n’est pas exhaustive, mais, jusqu’à présent, je n’ai relevé que le nom d (...)
  • 251 Temple : TCL, X, 11 : 3 ; YOS, VIII, 58 : 2 ; 128 : 2. Fonctions sacerdotales : TCL, XI, 174, rev. (...)
  • 252 Temple : PBS, VIII, 1, 81 : 11 ; 82 : 2. Fonctions sacerdotales : BE, VI, 2, 7 : 1, 16 ; 36 : 15 ;(...)
  • 253 Un contrat de Sippar porte sur des champs situés dans les terres (ugar) du dieu Amurru (V. Scheil,(...)

132Il est clair qu’il ne peut s’agir que des Amorrhéens proprement dits, leur cas ayant été disjoint de celui de leurs successeurs. Or le dieu Amurru était déjà connu et vénéré à l’époque de la IIIe dynastie d’Ur247. Par conséquent, les congénères de Ḫammurabi et de Zimri-Lim ne peuvent être tenus pour responsables de l’introduction de son culte. Aussi bien ne trouvons-nous aucun point de contact entre eux et le dieu. Tous les noms de personnes contemporains de la Ire dynastie de Babylone où intervient l’élément divin dMAR. tu sont de frappe accadienne. L’abondant matériel onomastique de structure « ouest-sémitique » recueilli ces derniers temps ne fait que confirmer à cet égard l’observation ancienne de Theo Bauer (Ostkan., p. 90) : on n’y relève aucun nom en l’honneur du dieu. C’est le cas à Mari, à Chagar Bazar et à Alalaḫ. Fait plus significatif, même parmi les éléments accadisés de ces régions, le dieu Amurru était peu connu ; un seul nom accadien lui est consacré à Mari248, aucun dans les deux autres centres. En revanche, en Élam, où l’infiltration « ouest-sémitique » est à peine décelable, il jouit d’une certaine popularité, d’après le nombre relativement élevé de noms qui l’évoquent249. La légende type des sceaux-cylindres de l’époque proclame la soumission du titulaire à tel prince ou à telle divinité. Parmi les nombreux fidèles du dieu Amurru, les « Ouest-Sémites » sont l’exception250. Qu’il y en ait tout de même quelques-uns ne constitue pas une objection valable, puisque le dieu avait sa place dans la religion babylonienne. En effet, c’est non seulement à Larsa qu’un temple lui était affecté251, mais encore à Nippur252, dans l’antique métropole religieuse du pays de Sumer, où l’on n’a pas observé jusqu’ici la moindre trace d’occupation « ouest-sémitique ». Ailleurs, à Sippar, à Dilbat, à Lagaba, à Ur, on a des preuves qu’un culte était rendu à Amurru, bien que l’existence d’un temple n’y soit nulle part attestée formellement253.

133Au regard de ces témoignages non équivoques, que trouvons-nous dans les contrées où l’influence « ouest-sémitique » était importante, voire prépondérante ? Aucun vestige d’un culte quelconque à Alalaḫ. A Mari, le dieu ne figure pas dans la liste des vingt-cinq divinités qui composaient le panthéon de la ville (cf. G.Dossin, St. mariana, p. 41 et suiv.). Pourtant, il n’est pas absent du culte officiel ; une statue représentait le roi dans l’attitude de l’orant, devant l’image du dieu Amurru (cf. Dossin, Arch, ép., p. 125). Comme la liste qui énumère les dieux du panthéon spécifie qu’il s’agit de la totalité des temples, — ou chapelles, — l’image en question devait se trouver dans la maison d’un autre dieu, Amurru ne disposant pas d’un sanctuaire particulier. On a vu que la religion populaire, à laquelle l’onomastique est seule à nous ouvrir accès, ne faisait pas plus de cas du dieu. Amurru n’a rien à voir avec les populations « ouest-sémitiques » qui ont donné naissance aux dynasties de Babylone, de Mari et d’Alep, telle est la conclusion qui s’impose.

  • 254 Il faut signaler toutefois que dans un document remontant au début de la dynastie d’Isin, on sembl (...)

134Quant aux Amorrhéens de la tradition, les liens qui peuvent les rattacher au dieu ne se manifestent pas d’une façon directe. Certains d’entre eux portent des noms typiques, qui découvrent leur origine étrangère, mais aucun n’est théophore. Les autres ont adopté des noms sumériens, plus rarement accadiens ; on n’y entend jamais le nom du dieu Amurru254. Cependant, il est incontestable que dans la littérature de l’époque néo-sumérienne, le dieu prend les traits d’un héros éponyme, incarnant les tribus nomades qui portent son nom. Ce rôle est mis pleinement en lumière dans le poème qui a pour thème le mariage d’Amurru avec la fille du dieu Numušda (cf. ci-dessus, p. 160).

135Malgré le rang distingué que lui assure dans la hiérarchie divine la filiation qu’on lui reconnaît d’emblée, car les plus anciens documents le proclament déjà fils d’Anu, le dieu Amurru ne peut faire remonter très haut ses origines ; il apparaît seulement sous les rois de la IIIe dynastie d’Ur. D’autre part, la tradition littéraire, on vient de le voir, le met en rapport avec les envahisseurs amorrhéens. Dès lors, il est difficile de nier qu’il doive exister une certaine relation entre leur arrivée et la diffusion de son culte. Il resterait toutefois à savoir si, au lieu d’un dieu amené par les nomades eux-mêmes et introduit par leurs soins dans leur pays d’adoption, il ne s’agit pas plutôt d’une divinité à l’image des nouveaux venus, née des conceptions religieuses des sédentaires. Aux yeux des habitants des villes, le désert représentait certes un monde mystérieux et redoutable ; on comprendrait aisément qu’ils eussent voulu se concilier les faveurs des puissances qui le hantaient en les vénérant sous les traits du dieu Amurru. Tant qu’on ne pourra disposer de témoignages sûrs, attestant le culte rendu par les Amorrhéens à leur prétendu héros éponyme, il sera raisonnable, semble-t-il, de pencher en faveur de la seconde hypothèse.

Notes

1 Les articles de E. Dhorme ont été repris dans le Recueil, p. 81-165, et notes complémentaires, p. 759-762. Parmi les autres comptes rendus importants du livre de Bauer, citons ceux de W. F. Albright, dans AfO, 3 (1926), p. 124-126, et de P. Schnabel, dans Göltingische gelehrte Anzeiger, 1927, p. 46-53. Au cours du débat, BAUER publia un article destiné à justifier sa position : Eine Überprüfung der « Amoritsr » Frage, dans ZA, 38 (1929), P- 145-170.

2 Th. Bauer a donné lui-même un premier supplément à sa liste dans MAOG, IV (1928), p. 6-8. Parmi les documents nouveaux en dehors des textes de Mari, citons en ordre principal les tablettes de Chagar Bazar (Gadd, Chagar Bazar, p. 35-42), d’Ischali (H. Lutz, UCP, X, 1 [1931]) et d’Alalaḫ (D. J. Wiseman, The Alalakh Tablets, 1953), certains textes de Larsa (D. Faust, YOS, VIII, 1941 ; A. Goetze, BASOR, n° 95 [1944], p. 18-24, et JCS, 4 [1940], p. 83-118) et une série de textes de provenance variée publiés par J. Alexander, BIN, VII, 1943. Les noms livrés par les archives de Mari ont été étudiés par Ch.-F. Jean, St. mariana, p. 63-98, M. Noth, Mari und Israel, et M. Birot, RA, 47 (1953), p. 128-130, 161-174 : RA, 49 (1955). p. 20-31 ; RA, 50 (1956), p. 60-67.

3 La lecture sumérienne semble bien être offerte par le texte AO 4331 + 4335 (G Cros L Heuzey et Fr. Thureau-Dangin, Nouvelles fouilles de Tello, Paris, 1910, p. 207), col. III, l. 2 : mà.ar.d[u].e (cf. A. Poebel, ZA, 37 [1927], P. 175-176).

4 « Geste » de Sargon, publiée par J. Nougayrol dans RA, 45 (1951), P. 169- 183 ; à attribuer à la Ire dynastie babylonienne. L. 102 : [A]-mu-ur-ra-[am e]-ni-ir-ma. Textes divinatoires de la bibliothèque d’Assurbanipal, rappelant plusieurs campagnes de Sargon contre le pays d’Amurru (kur mar.tu) : voir King. Chronicles, II p 27 28 29. Sur la valeur de cette source, cf. J. Nougayrol, dans École pratique dès Hautes-Études, section des sciences religieuses, Annuaire 1944-1945, p. 32-34. Melun,1945. Mentions du pays d’Amurru dans le texte géographique bien connu KAV, n° 92, réédité récemment par E. Weidner (cf. ci-dessus, p. 41, n. 2).

5 La formule, connue depuis longtemps par deux textes de Tello (voir Thureau- Dangin, ISA, p. 320, IIb), est complétée à présent par une tablette découverte a Tell Agrab, au sud-est d’Ešnunna (Gelb, MAD, I, p. 139, n° 268). Les deux formules sont légèrement différentes. La première (Tello) est abrégée : (Dans l’année où Šarkališarri) MAR.TU-am (c’est-à-dire Amurrum) in Ba-sa-ar šadîm. La seconde (Tell Agrab) porte :... X MAR.TU išx-a-ru (X = Fr. Thureau-Dangin, Recherches sur l’origine de l’écriture cunéiforme, n° 169 ; pour la lecture du signe LAM+KUR = išx, cf. Gelb, MAD, II, p. 139, n° 254a).

6 Le texte porte :ba11.sal.la ḫur.sag mar.tu. Pour l’équivalence des deux noms, cf. J. Lewy, ZA, 38 (1928-1929), p. 269-270, et I. J. Gelb, AJSL. 55 (1938), p. 73. Une tablette datée de Šulgi mentionne la montagne de Ba-ša-ar en relation avec le dieu Amurru (E. Dhorme, RA, 9[1912], pl. 1, n° 3, l. 3). Plus tard, comme on l’a vu, on relèvera les formes Bi-si-ir, à Mari (ARM, V, 27 : 26 ; VI, 44 : 6) ; Bi--ri (Prisme de Téglath-phalasar Ier, col. V, 1. 59) ; Bi-su-ru (Annales d’Aššur- nâṣir-apal II, 1. 40) ; Bi-šir (liste géographique contenue dans le commentaire BM 82-9-18, 4163, l. 10, publié dans AfO, 16, 1 [1952], pl. II), et de nouveau Ba-šár dans le texte religieux mentionné ci-dessus, p. 42 : šad Ba-šár » (= lipšur) šad A-mur-ri-i (II R 51, n° 1, l. 20 a-b ; voir la collation de Fr. Délitzsch dans Wolag das Parodies ?, Leipzig, 1881, p. 102). Pour ces alternances, on comparera Tabal, Tibar, Tibir(a) (cf. J.Lewy, HUCA, XXIII [1950-1951], p. 365, n. 28, et p. 367).

7 La mention de Mar.tu est suivie d’un terme qui désigne vraisemblablement la profession de l’intéressé. La lecture SU.BAPPIR.a, qui semble ressortir de la copie, est mise en doute par Gelb, HS, p. 27, n. 32.

8 Ces textes sont apparemment antérieurs à Šarkališarri. En effet, plusieurs pièces du lot sont datées d’un certain Enammune, que Narâm-Sin avait installé comme gouverneur (cf. G. Cameron, History of Early Iran, Chicago, 1936, p. 34).

9 C. Frank, Strassburger Keilschrifttexte, Berlin-Leipzig, 1928, n° 43, pl. XVII, rev., l. 6.

10 SAL Mar.tu : ITT, II, n° 918 (texte non copié) ; n° 962, 1. 5. Mar.tu SAL : HSS, IV, n° 51, l. 7 ; n° 53, l. 10 ; n° 92, rev., l. 1 ; Th. G. Pinches, The Am herst Tablets, I (Londres, 1908), n » 80, l. 2 ; G. Reisner, Tempelurkunden aus Telloh, Berlin, 1901, nos 206 et 207, rev., l. 1 ; n° 208, l. 5 ; nos 234, 235 et 236, l. 2. Ces femmes ne semblent pas être vouées à un métier particulier ; en ITT, II, n° 962, elles font du feutre, selon l’interprétation d’Oppenheim, Eames Coll., p. 90 (I 1) et p. 18, n. 41. Comme les suivantes, ces références sont données à titre d’exemple, sans aucune prétention à une documentation complète.

11 TCL, II, n° 5500, rev., col. I, l. 14 ; J. B. Nies, Ur Dynasty Tablets from. Telloh and Drehem, Leipzig. 1919. n° 92. l. 14 (cf. A. Goetze, JNES, 12 [1953]. p. 119-120). Voir aussi TCL, II, n° 5508, et cf. Gelb, HS, p. 100-101.

12 Notons, comme exemple significatif, le cas du nom Izânum, porté par un Martu à Dréhem (TCL, II, n° 5502, col. II, l. 26 : I-za-núm Mar.tu) et par un captif d’origine amorrhéenne (UET, III, n° 1391, col. IV, l. 5-6 : I-za-nu-um nam.ra.AG mar.tu).

13 Cf. ITT, II, n° 644 ; ITT, IV, nos 7635, 7696, 7761 ; HSS, IV, n° 82, rev., l. 4. A noter ITT, II, n° 778, où sont mentionnés des hommes d’armes accompagnant les Martu ; en ITT, II, n° 7717, des Martu se rendent en bateau à Nippur.

14 Un Martu est ukuš royal en ITT, II, n° 644 (il escorte la femme du sukkal. maḫ) ; un autre est messager royal en ITT, II, n° 3810, rev., l. 4-5. Certains exercent la charge de maškim (Oppenheim, Eames Coll., C 1 (pl. VIII), col. VI, l. 11- 12 ; Puzr-Dagan-Texte, n° 171, rev., l. 4). Autres fonctions officielles dans G. Contenau, Contribution à l’histoire économique d’Umma. Paris, 1915. n° 56, l. 4 et 5 (texte similaire AO 5649 dans RA, 8 [1911], p. 156). Je ne sais ce que représentent exactement les ukuš mar.tu, mentionnés par Oppenheim,.op. cit., p. 146.

15 Travailleurs sig,.a (cf. Oppenheim, op. cit., p. 46) : T. Fish, Catalogue of Sumerian Tablets in the John Rylands Library, n° 728, col. 1, l. 9 ; col. II, l. 3, 4 et passim. Erín gi.bil (?) : G. Reisner, op. cit., n° 152, col. II, l. 1. Oiseleurs : ITT, IV, n° 7955. Notons aussi une profession indéterminée : GUR.DA (cf. Oppenheim, op. cit., p. 156) dans Speleers, Inscriptions, n° 86, col. II, l. 47.

16 Voir les nombreuses références groupées par Crawford dans BIN, IX, p. 39. Il y a même des sandales qui portent leur nom : kuš.e.sír mar.tu (nos 383 : 2 et 388 : 9).

17 Martu présentant des ouvrières : ITT, IV, n° 7523 ; G. Reisner, op. cit., n° 159, col. VI, l. 23-24 ; Th. Jacobsen, Cuneiform Texts in the National Museum, Copenhague, 1939, n° 54, col. IX, l. 10 ; col. XIII, l. 13. Pour la condition sociale des donateurs, cf. Jacobsen, ibid., p. 57, s. v. arua.

18 Cf. E. Sollberger, AfO, 17, 1 (1954-1955).p. 45. n. 179- Ajouter maintenant Bûr-Sin 8 (Puzriš-Dagan-Texte, nos 344 et 548), Bûr-Sin 9 (ibid., n° 579) et Šû-Sin 2 (ibid., n° 299 [sans la mention mar.tu]).

19 A la vérité, les vues de Thureau-Dangin avaient évolué ; si le terme Martu avait été, comme il l’avait prétendu d’abord, seulement un titre, un nom de fonction, pourquoi n’aurait-il pu mettre en cause des gens d’origine sumérienne ou babylonienne ? Mais Thureau-Dangin en était venu à l’idée d’une classe militaire, apparemment héréditaire : cf. RA, 38 (1941). p. 42. n. 7.

20 Cf. par exemple ITT, IV, n° 8023. L’hypothèse avancée par Oppenheim, suivant laquelle le terme NIM « Élamite » désignerait une certaine profession (op. cit., p. 12), a été repoussée par A. Goetze, JNES, 12 (1953), p. 116, n. 7, lequel estime qu’il s’agit bien d’Élamites, cantonnés dans diverses villes.

21 Les textes publiés par V. E. Crawford dans BIN, IX, acquis dans le commerce, sont d’origine inconnue ; toutefois, comme ils datent du règne d’Išbi-Irra et des premières années du règne de son successeur, on peut supposer avec beaucoup de vraisemblance qu’ils proviennent de la capitale de la nouvelle dynastie. A part quelques cas isolés, la plupart des Martu sont groupés dans les textes nos 224 (cf. p. suiv., n. 2), 316 et 408.

22 En réalité, Jacobsen lisait Ià-an-pil--nim ; la présente lecture est due à Gelb, MAD, II, p. 109. L’interprétation proposée par Jacobsen pour ce nom et pour le suivant, qu’il rattachait à la même racine npl, n’est donc plus valable. Pour Ianbi-, ci. à Mari Ia-ab-bi-dDa-gan (ARM, III, 52 : 9) et Ia-ab-bi-d Addu (RA, 49 [1955], P- 17. col. IV, l. 60), avec assimilation du « ; pour l’hypocoristique Iamutum, cf. Ia-mu-ut-ba-lum, Ia-mu-ut-Li-im (Bauer, Ostkan., p. 28), et à Mari Ia-mu-ut-Mé-rum (cf. G. Dossin, Syria, 21 [1940], p. 156).

23 A vrai dire, la qualité de Martu n’est pas indiquée, mais deux des individus qui figurent dans la même liste sont donnés ailleurs pour tels : Sa-ma-mu-um (nos 383 : 3 ; 423 : 8) et Ma-na-um (n° 409 : 3). Le nom de Da-me-ru-um, qui revient plus tard à Kiš, est considéré comme « est-cananéen » par Bauer, Ostkan., p. 17.

24 Il n’est pas certain toutefois que le terme Martu (rev. l. 3) s’applique à tous les individus cités, car il ne semble pas suivi de la marque du pluriel. Le seul individu qu’il qualifie à coup sûr porte un nom accadien : Ià-a-um (cf. UET, III, n° 566, l. 7).

25 H. Holma et A. Salonen, Some Cuneiform Tablets from the Time of the Third Ur Dynasty, Helsinki, 1940, n° 21, rev., l. 3.

26 Na-ap-ša-nu-um (TCL, II, n° 5508, col. I, l. 12) ou Na-ap-sa-nu-um (Puz- riš-Dagan-Texte, n° 335, l. 9) réapparaît sous ses deux formes : Na-ap-ša-nu-um (BIN, VII, n° 92, l. 7, 12) et Na-ap-sa-nu-um (Bauer, Ostkan., p. 46 ; Lutz, UCP, X, 1, n° 64, l. 1). Ba-da-nu-um (Puzriš-Dagan-Texte, n° 335, l. 6) ou Ba-ta-núm (ITT, II, n° 3470, l. 4) se retrouve à Hafadjé (JCS, 9 [1955], P. 74. n° 15, rev., l. 4) : Ba-da-nu-um. Le cas de Mu-ra-nu-um (L. Legrain, Le temps des rois d’Ur, Paris, 1912, n° 267, l. 19) ou Mu-ra-nu (BE, VI, 1, n° 93, l. 2) est à réserver ; il pourrait s’agir d’une formation accadienne.

27 Un fils de Nablânum est déjà suffisamment âgé pour être mentionné en l’an 4 de Bûr-Sin (TCL, II, n° 5508, col. I, l. 9). Par conséquent, Nablânum aurait eu au moins soixante ans quand il s’empara du pouvoir à Larsa.

28 nam.ra.AG kur mar.tu : W. M. Nesbit, Sumerian Records from Drehem, New York, 1914, n° 9, l. 5 (Šulgi) ; Puzriš-Dagan-Texle, n° 32, l. 5-6 (Bûr-Sin).

29 KUR MAR.TU, KUR TI.ID.NU.UM.KI et KUR GÌR.GÌR.KI correspondent pareillement à šad A-mur-ri-e, selon II R 50, l. 57-59 c-d (cf. F. Weissbach, ZDMG, 53 [1899], p. 656-657). Le vocabulaire Sb offre : Ti-id-nu (vaiiante Ti-di-nu) = GÌR.GÌR = A-mur-ru-û (MSL, III, p. 114,l. 209).

30 Gudéa, statue B, col. VI, l. 13-14 : ti-da-num ḫur.sag mar.tu. L’équivalence Tidnum/Tidanum, déjà acceptée par Bauer (Ostkan., p. 85), est confirmée encore par une variante de la date de Šû-Sin, relevée sur une tablette d’Umma : mu-ri-iq Ti-da-nim (cf. Oppenheim, Eames Coll., p. 174, n. 33).

31 Inscription de fondation du temple de Šara, à Umma, l. 20-26 : YOS, I, n° 20 ; CT, XXXII, 6 ; ZA, 29 (1914-1915), p. 179-181 et pl. I. Sur le sens spécifique de mada, traduit ici par « steppe », voir Th. Jacobsen, JCS, 7 (1953), P. 40. n. 47.

32 On sait que l’ordre des années de règne d’Ibbi-Sin n’est pas établi définitivement. Voir à ce propos A. Falkenstein, JAOS, 72 (1952), p. 42 ; Th. Jacobsen, JCS, 7 (1953), p. 43 ; E. Sollberger, AfO, 17, 1 (1954-1955), p. 38-45. Dans le classe- ment proposé par Sollberger (voir la table de concordance, loc. cit., p. 43), l’année de la victoire d’Ibbi-Sin reçoit le n° 17, celle qui date la tablette d’Ur, le n° 14.

33 Cette lettre, dont le contenu nous est livré par trois tablettes provenant de Nippur, a été reconstituée et étudiée par A. Falkenstein dans ZA, 49 (1949), P. 59-79. Voir aussi la récente traduction de S. N. Kramer dans ANET, p. 480-481. C’est la traduction de Kramer qui est suivie pour le passage qui nous intéresse (l. 35-36) ; elle a été confirmée par Th.. Jacobsen, loc. cit., p. 44 et n. 60. L’historicité des événements consignés tant dans cette lettre que dans les autres documents épistolaires de l’époque est généralement acceptée dans les grandes lignes : cf. Kramer, op. cit., p. 480, et Jacobsen, loc. cit., p. 40, n. 45.

34 Les événements qui ont marqué la fin de la IIIe dynastie d’Ur ont donné lieu à une littérature déjà abondante (cf. Crawford, BIN, IX, p. 23-24). Voir en dernier lieu E. Sollberger, loc. cit., p. 44-45. On versera au dossier un nouveau témoignage, apporté par une tablette datant de la « 9e » année d’Išbi-Irra (c’est-à- dire, en réalité, de la 11e ou de la 12e année : voir page suivante, n. 3) ; on y trouve un compte de peaux, destinées à confectionner des bourses, « gages des Martu, le jour où l’Élamite fut battu par les armes » (BIN, IX, 152 : 5-7).

35 Un modèle de foie découvert à Mari contient le présage suivant : « si A-mu-ru- um s’amoindrit, (cela) se présentera ainsi » (M. Rutten, RA, 35 [1938], texte n° 12, p. 44 et pl. VI). Comme les autres présages historiques transmis par ces documents font allusion à Ibbi-Sin et aux rois d’Isin Išbi-Irra et Išme-Dagan, celui-ci se rapporte probablement à un épisode du règne du dernier souverain d’Ur.

36 Sur la chronologie de la littérature sumérienne, voir l’exposé de A.Falkenstein dans CR IIe RAI (1951), p. 12 et suiv. (sur la question des Martu en particulier, p. 16-18). La période néo-sumérienne va de la Ve dynastie d’Uruk à la fin de la IIIe dynastie d’Ur.

37 Texte étudié par h. G. Güterbock dans ZA, 42 (1934). P. 25 et suiv., et par R. Jestin dans RA, 39 (1942-1944). p. 83 et suiv. Nouvelle traduction par A. Falkenstein dans A. Falkenstein et W. von Soden, Sumerische und akkadische Hymnen und Gebete, Zurich-Stuttgart, 1953, p. 187-189.

38 Cf. sur ce point l’interprétation de A. Falkenstein, CR IIe RAI, p. 17. Sur le poème du « Mariage du dieu Martu », voir aussi S. N. Kramer, Sumerian Mythology, Philadelphie, 1944, p. 98-101.

39 Liste publiée par Taha Baqir dans Sumer, 4 (1948), p. 103-114. Deux ou trois lignes ont disparu au début de la tablette (cf. Jacobsen, JCS, 7 [1953]. p. 43) ; la formule qui nous intéresse (mu uru.ki mar.tu ba.ḫul) vient en seconde place après la cassure. L’événement est répété pour l’année suivante. Sur les dates d’Išbi-Irra, cf. Crawford, BIN, IX, p. 6-21 ; S. N. Kramer, JAOS, 75 (1955), p. 128-129.

40 La place, qualifiée de « verrou du pays » (sag.kul ma.da.ka), était encore entre les mains d’Ibbi-Sin en la quatrième année de son règne (UET, III, n° 1685, l. 3-4). A. Falkenstein a suggéré, à simple titre d’hypothèse, d’identifier la « ville de Martu » avec Kazallu (ZA, 49 [1949], p. 77). La localité appelée Dûr-Amurru (BÀD AN.MAR.TU.KI ou BÀD AN.KUR.KI) n’apparaît qu’à l’époque cassite et elle est dédiée expressément au dieu Amurru (cf. RLA, II, p. 242).

41 Sur les principaux événements de l’histoire d’Ešnunna, tels qu’on peut les reconstituer après les fouilles exécutées par l’Oriental Institute de Chicago sur le site de la ville, voir le chapitre de Th. Jacobsen dans Gilmilsin Temple, p. 116 et suiv., en particulier le résumé synoptique, p. 196-200.

42 Cf. Th. Jacobsen, op. cit., p. 178, n. au n° 64. Plus tard, la ville sera de nouveau conquise par un souverain d’Ešnunna, du nom de Warassa (ibid., p. 189, n. 98). Mais la place de ce dernier n’est pas assurée dans l’ordre de succession des rois d’Ešnunna (ibid., p. 121) ; on ne sait au juste s’il précéda ou suivit Belakum, qui restaura la puissance d’Ešnunna, si bien que l’on ne peut tirer de l’événement aucune conclusion quant à la situation de la ville par rapport à la capitale.

43 Mot à mot, le texte sumérien porte : « ... infligea une blessure à la tête de Martu ».

44 La tablette qui rapporte l’événement provient non seulement du palais, mais encore du niveau de Bilalama (cf. Gimilsin Temple, p. 257).

45 E. Chiera, Sumerian Religions Texts, Upland, 1924, n° 8. Traduction récente par A. Falkenstein dans Sumerische und akkadische Hymnen und Gebete, p. 62- 64 (les passages utilisés ici se trouvent aux lignes 1-2 et 31-32).

46 M. G. Goossens me signale à ce sujet l’article de R. J. Gettens, Lapis Lazuli and Ultramarine in Ancient Times, paru dans Alumni (Revue du Cercle des Alumni de la Fondation Universitaire, Bruxelles), 19 (1949-1950). p. 342 et suiv. Une légende de sceau (règne de Sin-muballit), déjà notée par E. Ebeling (RLA, I, p. 102), considère également la montagne fabuleuse comme le fief de Martu (L. Delaporte, Musée du Louvre, Catalogue des cylindres orientaux, II [Paris, 1923], A 518, sceau H).

47 F. R. Kraus identifie la localité en question avec son homonyme, qui figure dans un nom d’année du règne de Sumu-la-El, et la situe non loin de Babylone (ZA, 51 [1955], p. 61, n. 5). Dans ce cas, l’argument présenté ici est à abandonner, mais on se demande de quelle montagne il peut s’agir dans cette région.

48 Voir S. N. Kramer, Sumerian Mythology, p. 107, n. 2. Le texte d’où est extrait le passage en question a été publié depuis par le même savant dans Enmerkar and the Lord of Aratta, Philadelphie, 1952, p. 14-15, l. 141-146. Pour l’âge du texte, cf. A. Falkenstein, CR IIe RAI, p. 16.

49 On peut citer aussi, à moins que l’association suggérée ne soit fortuite, une tablette enregistrant la sortie de deux agneaux, l’un destiné au dieu Amurru et l’autre, à la montagne de Bašar, c’est-à-dire le Djebel Bishrî (cf. ci-dessus, p. 150, n 1)

50 Numušda est considéré généralement comme le dieu patron de Kazallu, mais il est aussi associé parfois à ŠID-tab, ce qui s’explique aisément, si les deux villes sont voisines (cf. F. R. Kraus, loc. cit., p. 55 et 68). Sur la localisation de Kazallu, voir ci-dessous, p. 198.

51 Cf. A. Falkenstein, CR IIe RAI, p. 17 ; Sumerische und akhadische Hymnen und Gebete, p. 362.

52 Šattum ša Li-pí-it-Ištar A-mu-ru-um iṭ-ru-du-uš. La traduction adoptée est la seule qui soit grammaticalement acceptable (cf. Br. Meissner, OLZ, 1907, col. 313).

53 Sur les noms composés avec l’élément verbal âmur, voir Stamm, Namengebung, p. 183 et suiv. Contrairement à l’assertion de Bauer (Ostkan., p. 59, n. 5), un hypocoristique du type Amurum n’est nullement à exclure (cf. Stamm, op. cit., p. 114). En voici des exemples provenant de différentes époques. Agadé : A -mur-ru-um (PBS, IX, n° 71, col. III, l. 5 ; ITT, 1, n° 1441, rev., 1. 3 ; HSS, X, n° 167, rev., l. 3) ; A-mur-rúm (d’après Gelb, MAD, II, p. 101, n° 123). Ur III : A-mu-ru-um (G. Reisner, Tempelurkunden aus Telloh, n° 160, col. VIII, 1. 23). Ire dynastie babylonienne : A-mu-ru-um (CT, II, 34 : 3 ; CT, IV, 48b : 4 ; 50a : 7 ; CT, VI, 28a : 27 ; 42a : 5 ; et passim) ; A-mu-rum (BIN, VII, 58 : 7). A Suse, on relève également l’hypocoristique A-mu-ri-ia (MDP, XXII, 14 : 19 ; MDP, XXIII, 172 : II ; 182 : 14). En règle générale, le nom n’est pas décliné (N. mâr A-mu-ru-um CT, VI, 28a : 27 ; N. mârat A-mu-ru-um CT, IV, 50a : 7 ; CT, VI, 42a : 5 ; CT, VIII, 39a : 31 ; 46 : 12, 49 ; on a pourtant A-mu-ri-im en CT, VIII, 386 : 3, 5), si bien que dans la formule en discussion, A-mu-ru-um pourrait être à la rigueur un accusatif, mais, de toute façon, on ne saurait justifier le suffixe du verbe.

54 Cf. H. Ranke, OLZ, 1907, col. III. Suivant l’un des exemplaires de la liste royale, le père d’Ur-Ninurta s’appelait dAdad-[x-x] (PBS, V, n° 2, col. X, l. 10’) ; cf. Th. Jacobsen, The Sumerian King List, p. 21, n. 39.

55 Cf. F. R. Kraus, JCS, 3 (1951). p. 30. et L. MatouŠ, Ar. Or., 20 (1952), p. 302-303.

56 On notera par exemple les signes NA et KÙ à la première ligne. Une comparaison entre l’écriture de la tablette et celle, plus soignée, d’un petit groupe de textes datant d’Išme-Dagan, c’est-à-dire antérieurs de quelques années (UET, V, nos 278 à 281), ne révèle aucun désaccord sensible. Quelques signes pourtant ont une allure plus récente, notamment le ḪI (1. 6, 8) et le BI (l. 11), qui les classerait à première vue dans la « younger cursive » de Goetze (YOS, X, p. 1), mais on retrouve un ḪI semblable sur une des tablettes précitées remontant à Išme-Dagan (n° 281, l. 8), et des textes contemporains ou un peu plus récents emploient simultanément le BI « archaïque » et le BI « récent » (UET, V, 269 : 16, 25 [Gungunum] ; ARN, 5, rev. : 7, 13 [Lipit-Enlil]). La seule objection réside dans la présence du déterminatif divin devant Ìr-ra (l. 16) ; est-elle insurmontable ?

57 D’après son numéro, la tablette fait partie d’un lot originaire de Sippar. Les témoins qui y figurent, seuls individus dont la filiation soit donnée, ne réapparaissent pas, à ma connaissance, dans d’autres documents de Sippar, ce qui permet d’attribuer plus aisément le texte à une période antérieure à la masse des archives économiques retrouvées sur le site. Le contexte lui-même s’écarte des formules courantes (traduction dans HG, n° 759).

58 Th. Bauer arrivait à une conclusion assez proche, mais voyait dans A-mu-ru- um le nom du fondateur de la dynastie (Ostkan., p. 94).

59 La règle a été dégagée clairement pour les lettres de Mari (cf. A. Finet, ARMT, XV, p. 103-104), où le clou vertical s’écrit régulièrement quand le nom personnel intervient au début d’une ligne ; dans le corps du texte, son emploi est facultatif et il est omis le plus souvent. Il semble bien que cet usage ait été général ; il se vérifie, en tout cas, dans la collection des lettres de Larsa.

60 On observera par exemple la forme des signes NA et TUM à la l. 1, UM à la l. 2, SA et AD à la l. 4, toute la l. 8.

61 ARN, n° 20, col. I, l. 4’-6’ ; PBS, VIII, 2, n° 169, col. I, l. 7-9· Le premier texte porte dumu mar. tu, le second, dumu kur mar.tu. Les deux documents ont été étudiés par F. R. Kraus dans JCS, 3 (1949), p. 152-155.

62 Pour la traduction de nam.bur.šu.ma « part d’offrandes », voir D. Cocquerillat, Revue internationale des Droits de l’Antiquité, 3e série, t. II (1955), p. 58 et suiv.

63 Les plus récents témoignages datent d’Išbi-Irra et des trois premières années du règne de son successeur, Šû-ilišu (cf. ci-dessus, p. 154, n. 2), c’est-à-dire de la période de transition entre la IIIe dynastie d’Ur et l’ancienne époque babylonienne. A Ur, un certain Bu-nu-ú-bi-i-lum est qualifié de Martu dans un texte attribué par ses éditeurs au règne de Sumu-El (H. Figulla et W. Martin, UET, V, n° 548 ; cf. catalogue, p. 19), mais cette date est sujette à caution. En effet, le texte porte mention du mois de Ki.síg dNin.a.zu ( !), que l’on sait appartenir au calendrier en usage à Ur au temps de la IIIe dynastie (cf. Legrain, UET, III, p. 278). Or les plus anciens documents économiques des dynasties de Larsa et d’Isin qui nous soient parvenus en provenance d’Ur emploient déjà le calendrier « standard » de l’ancienne époque babylonienne : pour Gungunum (Larsa), cf. UET, V, 101 : 40 ; 269 : 26 ; 282 : 19 ; pour Išme-Dagan (lsin), cf. ibid., 279 : 13 ; 280 : 18 ; 281 : 14. Même constatation à propos des textes d’Isin ; cf. Crawford, BIN, IX, p. 20. Quant à l’année elle-même, sa désignation est peu explicite : mu.ús.sa mu.ús.sa.a.bi. On ne trouve qu’une seule formule qui soit parfois abrégée de la sorte, c’est celle de la 39e année de Šulgi (cf. N. Schneider, Die Zeitbestimmungen der Wirtschaftsurkunden von Ur III [= Anal, orient., 13, 1936], p. 19). Pourtant, l’écriture du document autorise difficilement de le faire remonter si haut ; on laissera donc le cas en suspens.

64 Le redoublement du r est sans importance. On rencontre de même Imgurum et Imgurrum (Ranke, EBPN, p. 108), Imlikum et Imlikkum (UET, V, p. 45).

65 A-mu-ri-tum/tim : VS, IX, 179 : 18 ; VS, XVI, 47 : 13 ; TCL, I, 65 : 31. A-mur-ri-tum : VS, XIII, 3 : 2.

66 La restitution que Thureau-Dangin propose dubitativement (p. 20) pour la ligne 16 : Da-da-tum a-mu[r-ru-ú], est peu probable, vu l’exiguïté du passage endommagé.

67 Ar-ru-wa (l. 8), lu erronément Ar-ru-ut-rum par Thureau-Dangin, p. 16 : cf. A-ru-wa, NPN, p. 36, s.v. Arrumpa. Aš-tu-ḫa (l.14) : cf. P. Purves, NPN, p.206, et J. Lewy, Ar. Or., 18, 3 (1950), p. 403.

68 Th. Meek, A JSL, 33 (1916-1917), p. 227, n° 11, l. 3-4 :... ša mârimeš A-mu- ur-ri-i. Pour la lecture du passage et l’interprétation du document, cf. B. Landsberger, JCS, 9 (1955), p.123 ; voir aussi CAD, VI, p. 30a.

69 La lecture KA.BÀD de Lutz est certainement fautive (cf. op. cit., n° 20, l.14). D’une façon générale, l’interprétation de l’éditeur (ibid., p. 308) doit être réformée sur bien des points. Celle de Lautner, Personenmiete, p. 215, n. 621, ne paraît pas justifiée pour les passages cités ; en effet, il ne s’agit pas, comme on l’a vu, de sections de travailleurs aux ordres de personnages désignés nommément (« les hommes de A, de Β et de C »), mais bien de groupes désignés comme tels.

70 Le texte, de provenance indéterminée, est daté de la prise de la ville de Lugal-dEn.zu.ki ; cette formule n’est pas encore identifiée (cf. L. MatouŠ, Ar. Or., 20 [1952]. p.300).

71 On sait que le terme mârum exprime communément l’appartenance à une classe. Cf. par exemple G. Driver et J. Miles, The Assyrian Laws, Oxford, 1935, p. 16, et Thureau-Dangin, RA, 21 (1924). p. 10, n. 1 (à propos de l’expression mârimeš iššakkimeš).

72 L’hypothèse a déjà été proposée par M. Schorr, VAB, V, p. 415-416, et par Dhorme, Recueil, p. 82. Le passage lui-même a été diversement interprété ; cf. par exemple Ranke, EBPN, p. 33, Bauer, Ostkan., p. 87, et J. Lewy, ZA, 38 (1928-1929), p. 259-260.

73 A moins que la requérante ne soit pas sur le même rang que les deux autres demandeurs ; il faut noter que ceux-ci sont seuls à figurer dans le document CT, IV, 26b (= HG, n° 691), qui donne la description du domaine en litige. Ils interviennent encore, à titre de témoins, dans un contrat passé sous Sumu-la-El, qui enregistre l’achat, par Ma-ia-tum, fille d’A-sa-li-ia, d’un terrain situé i-na ta-wi-ir-tim ša A-mu-ru-um (CT, II, 34 = HG, n° 687). Peut-être retrouvons-nous ici notre personnage. Toutefois, l’acte ne constitue pas le point de départ du procès qui nous occupe, car il porte sur un bien-fonds différent.

74 Il faudrait sí-ni-iš-tim. Le texte n’est donc pas exempt de fautes, mais une erreur s’explique plus aisément dans ce cas (signe exprimant consonne + voyelle + m) que dans celui d’A-mur-ru-um (cf. J. Nougayrol, JAOS, 70 [1950]. p. 111 ; A. Finet, ARMT. XV. p. 101).

75 A.GAR A-mu-ur-ri-i(ki) : Meissner, BAP, n° 42, l. 1, 21 (Ammiṣaduqa). A.GAR Mar.tu : BE, VI, 1, n° 42a, l. 1 (Ḫammurabi) ; Meissner, BAP, n° 74, l. 2 (Ammiṣaduqa). Böhl a cité un texte de Dilbat, datant du règne de Ḫammurabi, qui décrit un terrain contigu par derrière à « la maison des Amorrhéens » (Mededee- lingen uit de Leidsche Verzameling van Spijkerschrift-inscripties, II [= Mededee- lingen der Kon. Nederl. Akademie van Welenschappen, afd. Letterkunde, n° 78, série Β 2, Amsterdam, 1934], p. 16, n° 698), mais le passage n’est pas donné en transcription.

76 Première publication par St. Langdon dans PSBA, 36 (1904), p. 100-106 ; nouvelle étude par M. Schorr dans Sitzungsberichte der Heidelberger Akad. der Wiss., 1915, Abh. 4 ; résultats d’une collation par C. J. Gadd dans Symb. Koscha- ker, p. 102 et suiv. (avec photo). Un duplicata a été découvert par F. R. Kraus au Musée de Stamboul et attend publication (cf. Leemans, Merchant, p. 32, n. 101). Voir aussi B. Landsberger, Ass. Königsliste, p. 66.

77 Voir à ce sujet P. Koschaker, ZA, 43 (1936), p. 219-220, et B. Landsberger, Symb. Koschaker, p. 230.

78 RA, 9 (1912), p. 122, col. I, l. 8 ; CT, XXI, 33 : 4 ; UET, I, 122 : 6 ; 123 : 6. Warad-Sin attribue également le titre à son père : RT, 32 (1910), p. 44, l. 6-7.

79 Pour G. Cameron, History of Early Iran, p. 71, le titre venait d’Élam ; il avait été déjà porté par le père de Kudur-Mabuk. En revanche, J. Lewy considère Addâ comme un mot amorrhéen signifiant « père », « maître » (ZA, 38 [1928-1929], p. 253-256 ; Studies, p. 268, n. 5). Sur l’idée d’autorité évoquée par le terme de « père », voir G. Dossin et R. Fohalle, Mélanges de philologie orientale (publiés à l’occasion du Xe anniversaire de la création de l’Institut Supérieur d’Histoire et de Littératures orientales de l’Université de Liège, Liège, 1932). p. 81-84 ; cf. aussi ci-dessus, p. 32-33.

80 Inscription d’Ibiq-Ištar, roi de Malgûm, dans VS, I, 32 ; traduite par O. Schroeder dans ZA, 31 (1917-1918), p. 91 et suiv. Pour la date, cf. Th. Jacobsen, AfO, 12 (1939), p. 363. Toutefois, un doute subsiste. Comment expliquer l’intervention du prince Ibiq-Ištar à Nippur, où l’on signale qu’il a amené deux têtes de bétail ? Or un document de même provenance et de même date mentionne un berger du nom d’Ibiq-Ištar (PBS, VIII, 1, n° 32, col. I, l. 2). Assurément, on serait bien en peine de justifier le titre accordé à un personnage aussi modeste, mais il faut peut- être prendre garde au fait qu’il s’intitule ad.da mar.tu, et non ad.da kur mar.tu, comme Kudur-Mabuk et Ḫammurabi. Pour sa part, B. Landsberger a suggéré d’identifier Ibiq-Ištar de Malgûm avec un des princes éphémères qui régnèrent sur l’Assyrie au cours de l’époque troublée qui précéda l’avènement d’Adasi (Ass. Königslisle, p. 38).

81 On relève le titre sur deux fragments de tablettes, découverts à Kiš et publiés par H. de Genouillac, Kick, t. I. Sur l’un des fragments, on lit [Ḫa-am-m]u-ra-bi ad.da kur mar.tu (n° B 53, pl. 9) ; sur l’autre, le nom du roi est remplacé par l’épithète « pasteur intelligent » : síb bar.su ad.da kur mar.tu (n°B 45, pl. 8).

82 On notera cependant qu’un des personnages nommés dans la lettre, A-zi-ia (l. 8), se confond peut-être avec le témoin du même nom qui intervient dans un contrat daté de Warad-Sin (n° 91,l. 23).

83 L’inscription est livrée par une brique dont on possède plusieurs exemplaires : Genouillac, op. cit., t. II, n° 06, pl. 2 et XXII ; St. Langdon, Excavations at Kish, 1 (Paris, 1924). pl. XXIV, n° 3, et AJSL, 40 (1923-1924), p. 230, brique B 3.

84 Pour la suite du texte, cf. Walther, Gerichtswesen, p. 109. Ni King (op. cit., III, p. 195-196), ni Winckler,.son premier éditeur (Altorientalische Forschungen, I, p. 197-198), ne donnent d’indication sur la provenance du document (= BM 22454), qui passe pour avoir conservé les traits de Ḫammurabi. A. T. Clay affirme, sans autre explication, qu’il a été découvert près de Diarbékir (The Empire of the Amerites, New Haven, 1919, p. 97), mais M. D. J. Wiseman m’a aimablement signalé qu’il semble être entré au British Museum en même temps qu’un lot de tablettes originaires de Abu-Habba. On notera, à titre documentaire, que parmi les tablettes recueillies à Kiš, H. de Genouillac a enregistré un « fragment d’enveloppe avec sceau dédié à un roi dans le nom duquel entre l’élément bi, roi de l’Ouest » (op. cit., I, p. 34, n° 144).

85 Meissner, BAW, I, p. 79, col. 1, l. 57-60 : lugal mar.tu = šar-ru a-mur-ri-i.

86 Cette localisation, établie en particulier par Th. Jacobsen, Af0, 12 (1939), p. 363. n. 1. a été généralement acceptée. Cf. A. Goetze, JCS, 4 (1950), p. 94-95 ; E. Weidner, AfO, 16, 1 (1952), p. 16 ; L. MatouŠ, Ar. Or., 20 (1952), p. 305.

87 Cf. Gelb, HS, p. 86 et n. 6 ; E. Weidner, loc. cit., p. 17. Sur l’histoire du pays

de Iamutbal, voir ci-dessous, p. 216.

88 Ad-da E-mu-ut-ba-la : voir les références dans E. Weidner, MVAG, XXVI, 2 (1921). p. 42, et ajouter UET, I, 125 : 13 ; 128 : 11 ; 129 : 7 ; 134 : 9. Le titre est aussi traduit en accadien : a-bu E-mu-ut-ba-la (RA, 11 [1914]. p. 93. col. I, 1-2).

89 Ce document a été présenté par M. G. Dossin à la Ire Rencontre assyriolegique internationale, tenue à Paris en juin 1950 (cf. A. Pohl, Orient., N.S., 19 [1950], p. 509). Il mentionne ensemble des messagers de Ḫaṣôr et des messagers de plusieurs princes amorrhéens. Dans ce texte comme dans le précédent, le terme Amurrum est écrit phonétiquement, ainsi que veut bien me le signaler M. Dossin. Sur Ḫa-ṣú-ra-a, comme l’écrivaient les scribes de Mari (ARM, VI, 23 : 23 ; 78 : 5, 10, 14, 15) cf. G. Dossin, CR Ire RAI, p. 21 ; A. Alt, ZDPV, 70 (1954), p. 130-134. Malgré les doutes de B. Landsberger (Ass. Königsliste, p. 115, n. 233), qui invoque une graphie assyrienne récente (Ḫa-sur), il faut certainement identifier la ville, qui était un centre important au sud de Qatna, avec Ḫaṣôr de Nephtali.

90 Les textes nos 246, 247, 267, 277 et 281 ont été publiés en copie par D. J. Wiseman dans JCS, 8 (1954), respectivement aux p. 16, 21, 23 et 24. A noter, au n° 277, la seule graphie syllabique, qui a la forme du gentilice hurrite : A-mu-ru- uḫ-ḫi.

91 N° 239 (JCS, 8 [1954], P· 15). l· 5. 10 : awîl mâr a-mu-ur-ri (variante a-mu-ri) ; n° 247 (ibid., p. 16), l. 7 : LÚ MAR.TU (suivi d’un ou deux signes effacés).

92 Une seule localité se trouve au delà de l’Euphrate ; c’est Irrid, mais elle n’apparaît que dans un document politique, où il est question de son échange contre la ville d’Alalaḫ elle-même (Wiseman, Alalakh, p. 2). Quant à la localisation d’Apišal, elle n’est pas encore assurée (ibid., p. 107).

93 Sur l’histoire d’Amuiru, voir principalement Dhorme, Recueil, p. 128 et suiv. ; sur son extension géographique, voir aussi les remarques de Smith, Idri-mi, p. 72.

94 Cf. W. F. Albright, BASOR, n° 83 (1941), p. 33 ; A. Goetze, BASOR, n° 127 (1952), p. 25.

95 S. N. Kramer est d’un avis différent (BASOR, n° 96 [1944], p. 20, n. 13) : le mot kur.signifiant ici « pays » et non « montagne », le « Pays des Cèdres » représenterait Dilmun (à situer selon Kramer au sud-ouest de l’Iran) et l’expression kur é.an.na désignerait le pays de Sumer.

96 ištu Abul-šur-šimki adi DIM.EGIR KUR MAR.TU.KI šd pâṭ É-zuki mât Šu-me-riki. Cette lecture est le résultat d’une nouvelle collation faite sur l’original au Musée de Berlin et sur une photographie prise lors des fouilles. Voir le commentaire de E. Weidner, AfO, 16, 1 (1952), p. 18, où l’on trouvera une critique des interprétations proposées antérieurement.

97 2 UŠ bêrî ri-bit mât TU(?).KI išlu La-ab-na-nu α-di Tu-ruk-ki iki. Non seulement le signe TU se présente avec deux clous verticaux au lieu d’un seul, mais il faut encore supposer que le signe MAR a été omis par le scribe. Commentaire de Weidner, loc. cit., p. 21.

98 Cf. J. Lewy, ZA, 38 (1928-1929), p. 256-257 ; G. Eisser et J. Lewy, MVAG, XXXIII (1930), p. 148, n. a ; Bilgiç, Ortsnamen, p. 32. Voir aussi B. Hroznỳ, Inscriptions cunéiformes du Kultépé, vol. I (Prague, 1952), index, p. 18.

99 Par exemple, CCT, II, 5a, 1. 20 : a-na A-mu-ri-im. Autres références dans F. J. Stephens, Personal Names from Cappadocia, p. 12, s. v. A-mu-ra-am. La présence, dans l’onomastique « cappadocienne », de l’élément âmur- (cf. F. J. Stephens, op. cit., p. 12-14) rend l’explication plausible. Naturellement, il pourrait s’agir aussi bien du gentilice tenant lieu d’un nom personnel, suivant un usage souvent observé (cf. J. Lewy, Ar. Or., 18, 3 [1950], p. 369-370), mais il est impossible d’établir dans la pratique un critère valable. Bilgiç (loc. cit.) n’enregistre qu’un seul cas de gentilice (CCT, II, 22, l. 7), considérant, sans donner ses raisons, qu’on a affaire partout ailleurs à un nom de personne (n. 217).

100 Pour les tablettes cappadociennes, les références sont données par Bilgiç, Ortsnamen, p. 34-35, et par Lewy, Studies, p. 404, n. 2. A Mari : ARM, I, 19 : 4 ; 103 : 8’ ; G. Dossin, Symb. Koschaker, p. 116. Selon J. Lewy, c’est le nom de la ville qui réapparaîtrait plus tard sous les formes Na-’-ri et Ni-’-ri dans le nom du pays bien connu de Naïri (loc. cit., p. 407). Voir aussi Goetze, Itinerary, p. 61.

101 Références dans Bilgiç, loc. cit., p. 32. L’étude qu’il a faite sur l’économie des métaux en Anatolie (parue dans les Dil ve Tarih-Coğrafya Fakültesi Yillik Çahşmala Dergisi, I [Stamboul, 1941], p. 9I3-950). où il traite notamment de cette question (d’après l’analyse de H. G. Güterbock, AfO, 15 [1945-1951]. P· 128)· m’est inaccessible.

102 Cf. P. Koschaker, Orient., N.S., 4 (1935). p· 42 εt n. 3. Le terme attârum ne semble pas avoir exactement le même sens qu’en Babylonie (sur son emploi en Babylonie, cf. Lautner, Personenmiete, p. 225).

103 En effet, des quatre localités mentionnées : Maškan-dar-aki, Ḫa-bi-riki, Dûr-Šul-giki et Du-un-nu-um Ka-na-pu-um, la première se retrouve, comme J. Bottéro l’a fait remarquer (Ḫabiru, p 25, n. 1), dans la liste géographique de Tell Harmal (Sumer, 3 [1947], p. 79. col. VI, l. 184), et la troisième aurait été, selon la Chronique P, le théâtre d’une bataille entre le souverain cassite Kurigalzu III et le roi d’Êlam Ḫurpatila (cf. G. Cameron, History of Early Iran, p. 96).

104 LUḪ.MAR.TU : Chiera, SLT, n° 100, col. II, l. 8 ; n° 109, col. I, l. 10. GÌR. NITÁ.MAR.TU : ibid., n° 102, col. Ill, l. 5 (= PBS, XII, 1, n° 9).

105 Cf. Β. Landsberger, JCS, 9 (1955). p. 122, n. 11 suggère *ugulamartû comme lecture possible.

106 A part l’article sommaire de O. Krückmann dans RLA, l, p. 447, il faut noter surtout les remarques de Boyer, Contribution, p. 32 ; Lautner, Personen- miete, p. 86-87, 157-158, 203 ; P. Koschaker, ZA, 47 (1941-1942), p. 145 et suiv. ; Leemans, Merchant, p. 119-120, et B. Landsberger, JCS, 9 (1955). P· 122-126.

107 Cf. Leemans, op. cit., p. 120. Ajouter TCL, XI, 156 : 12, 23 (document daté de Ḫammurabi) ; 232 : 1 (non daté), et les références fournies par une série de lettres de Ḫammurabi à Šamaš-ḫâṣir : TCL, VII, 11 : 21 ; 35 : 6 ; 36 :4 ; Lutz, OBL, 1 : 7 ; OECT, III, 25 : 7 ; BIN. VII, 8 : 30.

108 Deux textes, datés de Rîm-Anum, mentionnent des PA.MAR.TU, qui viennent d’ailleurs de Babylone (VS, XIII, 48 : 6 ; 49 : rev., 3). Ils remontent donc soit à Sin-muballit, soit à Ḫammurabi lui-même (cf. ci-dessus, p. 89, n. 2). Dans un troisième document, publié en partie par V. Scheil (RT, XX [1898], p. 64-65), qui date également de Rîm-Anum, intervient un PA.MAR.TU dont le nom purement babylonien, Marduk-nâṣir, incite à y voir un des PA.MAR.TU babyloniens en cause dans les deux premières tablettes.

109 Les trois textes ΜΑΗ 15916, 15970 et 15914 ont été transcrits, traduits et commentés par E. Szlechter, respectivement sous les nos 19, 22 et 24, dans JCS, 7 (1953), p. 92 et suiv. Étude récente par B. Landsberger dans JCS, 9 (1955). p. 121-131 ; 10 (1956), p. 39.

110 Selon B. Landsberger, la hiérarchie s’établit comme suit : PA.MAR.TU « général », PA.PA « capitaine », laputtûm « sergent », rêdûm « simple soldat », taḫḫum « remplaçant » (JCS, 9 [1955]. P· 122)· A noter que Landsberger repousse pour PA.PA la lecture couramment adoptée dékûm (ibid., n. 12).

111 Voici, après collation sur l’original, la transcription de ce document, dont la face est pratiquement perdue. (Rev.) [ ] xxxx /[I]Ì-lí-iš-me-ni PA.PA /IU-bar-Ki-eš PA.PA / IQí-iš-ti-d MAR.TU PA.PA/(5) ISà-an-qum PA.PA / IIlu-šu-i-bi PA.PA/ù NU.BÀNDA.MEŠ / PA.MAR.TU dSin-ri-me-ni / NÍG.ŠU dSin-im-gur-an-ni/ (10) MÁ.NI.DUB UKU.UŠ.MEŠ/ša i-na Kar-UD.NUN.KI a-na É.GAL/ir-ka-bu/(Tr.) ITU APIN.DU8.A UD 10 KAM/MU Ḫa-am-mu-ra-bi LUGAL/(15) dTaš-me-tum.

112 Les RÁ.GAB.MEŠ LÚ.BAN dont il est question en TCL, VII, 11 : 3 doivent se confondre avec les RÁ.GAB.MEŠ ERÍN.GIŠ.GAG.KUD mentionnés ibid., 22 : 7. Le scribe qui les accompagne est le secrétaire des gardes du palais (OECT, III, 25 : 10). Les possesseurs de fiefs cités par VAB, VI, 64 et 150 sont peut-être aussi des militaires. En VS, VII, 164, aucun renseignement n’est donné sur les travailleurs dépendant des PA.MAR.TU (l. 6 et 14). Ailleurs, il s’agit d’un ouvrier en bois (TCL, VII, 36 : 5), d’un corroyeur (VS, XVI, 70 : 18). En VAB, VI, 46 : 4, la lecture PA.MAR.TU est extrêmement douteuse (cf.-A. Ungnad, ibid., p. 42, n. 46c) ; les considérations de Lautner, op. cit., p. 203, fondées sur ce seul passage, peuvent donc être laissées de côté.

113 Pour la moisson : VS, VII, 76 : 2-3 ; E. Grant, Cuneiform Documents in the Smith College Library, Haverford, 1918, p. 22, n° 262, l. 4· « Pour entrer et sortir » : VS, VII, 61 : 5 ; 144 : 5 ; sur l’expression, cf. Lautner, op. cit., p. 86-87.

114 Cf. Lautner, op. cit., p. 87, 157. Dans Grant, op. cit., n° 262, le PA.MAR.TU prend la somme avancée aux journaliers sur des fonds appartenant au Palais. On ne peut rien conclure des prêts d’argent consentis par des PA.MAR.TU (VS, VII 106 : 3 ; 122 : 3).

115 L. 14-18 : « J’ai réuni la ville ; ils (les personnages dont il est question auparavant) n’ont pas de faute. Je les ai traités avec bienveillance, je leur ai imposé le serment, je les ai établis auprès de moi ».

116 BE, VI, ι, 99 : 3, 4 ; BIN, VII, 50 : 6, 7 ; Boyer, Contribution, HE 111 : 7, 10 ; CT, VIII, 7a : 9, 30 ; Genouillac, Kich, II, D 13 : 14, rev. 6’ ; VS, VII, 59 : 3, 7 ; 164 : 6, 14 ; 197 : 12 ; KS, XIII, 48 : 6 ; 49 : rev. 3.

117 Zi-im-ri-Ḫa-na-ta (VAB, VI, 238 : 16) et I-gi-id-Li-im (TCL, I, 237 : 25). Un troisième document provenant de la même région livre le nom de Gu-ri (VS. VII, 204 : 42), que je ne sais comment interpréter ; cf. Gu-ri-ia à Hafadjé (JCS, 9 [1955]. p. 72, n° 8, l. 5).

118 Lu Ia-ab-ru-uq-Li-im, d’après A. Goetze, BASOR, n » 95 (1944). P.19 ; la copie de Ch. Jean (TCL, XI, 156 : 12) offre Ia-ad-ru-uq-Li-im.

119 Šu-ḫu-ut-ki (PBS, VIII, 2, 252 : 29), dont le père porte un nom hurrite, fréquent à Nuzi : Ku-uz-za-tal (cf. P. Purves, NPN, p. 231b).

120 A l’exception de l’élamite Wa-li-i (TCL, I, 5 : 22).

121 Le nom de Nidnat-Sin est encore porté par d’autres personnages, mais on doit les éliminer pour l’une ou l’autre raison. Par exemple, un receveur des impôts du temps d’Abi-ešuḫ (VAB, VI, 71 : 4), plusieurs homonymes actifs à Ur (cf. UET, V, p. 52), et ailleurs.

122 Le texte porte e-li-nu-um é-kál-la-tim (l. 6-7). Au lieu de traduire, comme Ungnad, « au-dessous des palais » (VAB, VI, p. 111), comprendre plutôt : « en aval d’Êkallâtum », la ville assyrienne qui se trouvait au sud du Zab inférieur, sur la rive gauche du Tigre.

123 Au lieu de Tíl-ag-mi-imki (l. 9), qui n’apparaît pas ailleurs, lire sans doute Ka( !)-ak-mi-imki. La localité est connue par les textes de la IIIme dynastie d’Ur (St. Langdon, Tablets from the Archives of Drehem, Paris, 1911, n° 67, l. 7 : Kak- miki) et par les archives de Mari (ARM, VI, 79 : 17 : Ka-ak-mi-imki).

124 Sur l’interprétation juridique du texte, voir Leemans, Merchant, p. 8.

125 En mettant bout à bout les deux séries livrées par ARM, II, 13, l. 23 et 29, on voit que les gradés s’échelonnaient dans l’ordre suivant : GAL.MAR.TU, DUB. SAR.MAR.TU, GAL.KUD, NU.BÀNDA, PA IO LU, UKU.ÚS SI.SA. Cf. Thureau-Dangin, RA, 38 (1941), p. 41-42 ; Jean, RA, 42 (1948). Ρ· 136·

126 Α. Ungnad a déjà attiré l’attention sur les particularités grammaticales du document en question (VAB, VI, p. 111, n° 134, n. c). L’emploi du démonstratif Ša-tu (l. 15) au lieu de Šu-a-tu n’est pas exceptionnel, mais celui du pronom enclitique -ni-ti (l. 6, 8, 12, 18) à la place de -ni-a-ti est beaucoup plus remarquable. A noter que -nîti est la forme normale dans la langue de Mari, qui connaît également Ša-tu à côté de Ša-a-tu (cf. Finet, ALM, p. 32, § 17 d ; p. 96, § 39 b).

127 A propos des différents sites de la Diyala, on consultera maintenant l’utile exposé, accompagné d’une carte, de Mme R. Harris dans JCS, 9 (1955), p. 31 et suiv.

128 Cf. Taha Baqir, Sumer, 5 (1948), p. 35-36 ; A. Goetze, JCS, 4 (1950), p. 95, n 43.

129 Sur Diniktum, cf. A. Goetze, loc. cil. ; J.-R. Kupper, RA, 42 (1948), p. 49-50 ; W. F. Leemans, Legal and Economic Records from the Kingdom of Larsa, p. 82 ; R. Harris, loc. cit., p. 55. La ville figure dans la liste géographique de Tell Harmal (Sumer, 3 [1947], p. 79, col. VI, l. 202). On trouvera dans RLA, II, p. 228, les références aux textes plus récents.

130 La valeur bi est attestée dans les inscriptions officielles de l’époque (cf. W. von Soden, Akk. Syll., n° 122). Notons pourtant qu’elle n’est pas encore apparue dans les inscriptions d’ešnunna posterieures a la iiie dynastie d’ur (cf. Gimilsin temple, p. 135 et suiv.).

131 A. Walther, qui tient pour erronée la leçon GAL.AN.MAR.TU du document de Sippar (Gerichlswesen, p. 146-147), a signalé également la graphie aberrante PA.AN.MAR.TU dans un contrat de Ḫana (TCL. I, 237 : 25). Toutefois, le cas est différent. Tandis que la leçon GAL.AN.MAR.TU est répétée trois fois (l. 6, 19 ; enveloppe, l. 6), l’expression PA.AN.MAR.TU n’intervient qu’une seule fois, pour qualifier un témoin, dans une contrée où cette institution avait été introduite à la suite de l’occupation babylonienne.

132 Syria, 12 (1931), pl. XLVI, col. I, l. 27 : giš.MA mar.tu.ki. Il s’agit d’un texte « précurseur » provenant de Ras Shamra. Dans la version canonique, la figue « amorrhéenne » a fait place à la figue « gutéenne » (LTBA, I, n° 62, 1. 17). Les deux versions s’accordent à énumérer d’abord les variétés de Mari, de Subartu et d’Élam.

133 Syria, 12 (1931). pl· XLVII, col. II, l. 11 : giš.mar.gíd.da mar.tu.ki. Même remarque que dans le cas précédent. Pour la version canonique, voir la reconstruction du passage par A. Salonen, Die Landfahrzeuge des alten Mesopo- tamien, Helsinki, 1951, p. 174, l. 76a-79. Le « chariot de Mari », ignoré par cette version, est attesté à Mari même (ARM, IV. 79 : 8, 13, 18). On voit donc que les données des listes ne sont pas seulement théoriques ou artificielles.

134 JNES. 4 (1945). p. 156, l. 18 : udu mar.tu = im-me-ri a-mur-ri-i. Voir aussi ibid., p. 160, l. 69.

135 Par exemple, L. Legrain, Le temps des rots d’Ur, n° 252, l. 1 ; n° 300, l. 20 ; Puzriš-Dagan-Texte, n° 428, l. 2 ; n° 596, l. 2 ; n° 670, l. 4. Cf. Oppenheim, Eames Coll., p. 5 ; Gelb, HS, p. 100.

136 VR 14, l. 18 c-d : síg mar.tu.ki = ŠU-tum.

137 Cf. Taha Baqir, Sumer, 5 (1949), p. 64. Sur l’interprétation à donner au geste d’Ibal-pî-El II, voir en dernier lieu A. Goetze, RA, 46 (1952), p. 157, n. 6.

138 Lugalmaradda : Genouillac, Kick, II, D 6, pl. 30. Numušda : PSBA, 33 (1911), pl. XXX, n° 1, l. 15, et texte inédit cité par C. H. Johns, ibid.., p. 101, date if. D’après la collation que M. J. Nougayrol a faite aimablement à mon intention, on lit sur la tablette publiée par H. de Genouillac (rev. l. 1-2) : [m]u dLugal-ma- [rad-da] ù [S]u-mu-di-ta-an in. pàd (entre le déterminatif divin et Lugal, les traces copiées par l’éditeur existent, mais doivent être négligées). La leçon Nu-muš-da paraît sûre dans les autres textes, à en juger à la fois par la copie de Langdon et par les lectures de Johns (la date M mentionnée par celui-ci, loc. cit., est celle du document publié par Langdon). Il peut être à propos de noter que le dieu Numušda intervient dans une date de Sumu-Numḫim de Marad (RLA, II, p. 194, date 34). F. R. Kraus a opiné pour l’hypothèse de Kazallu, à cause du dieu Numušda, mais il n’a pas tenu compte de la mention de Lugalmaradda (AfO, 16, 2 [1953], p. 320).

139 Sur cette localisation de Kazallu, qu’on a longtemps située sur la rive orientale du Tigre, voir maintenant F. R. Kraus, ZA, 51 (1955), p. 60-62. ŠID-tab (cf. ci-dessus, p. 166, n. 1) n’entre pas en ligne de compte, car la ville avait disparu à cette époque (cf. F. R. Kraus, AfO, 16, 2 [1953], p. 320).

140 Iluma achète des biens fonciers à Labisama et consorts sous Abdi-Araḫ (Lutz, UCP, X, 3, nos 4 et 6) et les revend sous Mananâ (ibid., n° 1). Les premiers documents sont datés de l’« année où Abdi-Araḫ prit possession du trône ». Cette formule était publiée depuis longtemps, mais n’avait pas été reconnue. Dans un texte édité par Langdon, la formule du serment porte effectivement Ab-di-A-r[a-aḫ] (PSBA, 33 [1911], pl. XXXIII, n° 4), et non la-wi-um, qu’on avait déchiffré avec beaucoup de bonne volonté. Quant au libellé de la date, il faut lire à la seconde ligne giš. [gu.za in].dib, comme dans les documents copiés par Lutz, au lieu de ba.[an]. dib. Sur ces corrections, voir également F. R. Kraus, loc. cit., p. 321.

141 Labisama intervient comme témoin sous Ḫaliûm (Lutz, op. cit., n° 3 : 19) et sous Mananâ (ibid., n° 1 : 28), comme vendeur sous Abdi-Araḫ (ibid., n° 4 : 8 ; n° 6 : 3) et sous Mananâ (ibid., n° 7 : 7). Šumšunu-watar intervient dans des contrats datés de Ḫaliûm (RA, 8 [1911], p. 78, AO 4670, l. 11) et de Mananâ (ibid., p. 69, AO 4664, l. 12) ; Ṣîsu-nawirat, dans des contrats datés d’Abdi-Araḫ (PSBA, 33 [1911], pl. XXXIII, n° 4), de Mananâ (RA, 8, p. 76, AO 4668, l. 5) et de Iawium (ibid., p. 74, AO 4667,l. 7).

142 Le rapprochement a déjà été proposé par Lutz, op. cit., p. 187. On sait qu’au cours de la 8e année de son règne, le roi Abi-sarê vainquit l’armée d’Isin (formule de la 9e année). Si l’on suit la chronologie défendue par L. MatouŠ (Ar. Or., 20 [1952]. p. 295), on constate que l’événement coïncide à peu près avec la disparition d’Ur-Ninurta. La fin tragique du roi d’Isin serait-elle une conséquence de sa défaite ?

143 Ces noms sont livrés par les tablettes de Kiš dont Melle M. Rutten a annoncé la publication au XXIe Congrès des Orientalistes (Actes, Paris, 1949, p. 140-142). Les deux premiers trouvent leurs correspondants dans la liste de Bauer (Ostkan., p. 36 et 12) ; le radical nqm est fréquemment attesté à Mari (cf. G. Dossin, Syria, 20 [1939], p. 174-176 ; Ch. Jean, St. mariana, p. 87). L’onomastique de Mari fournit également le nom de Su-mu-ia-ma-am (cf. G. Dossin, St. mariana, p. 52, n. 4). Celui de A-ar-wi-Èl est livré par une tablette de Hafadjé (JCS, 9 [1955]. p. 117, n° 98, rev., l. 7).

144 On connaissait précédemment près d’une vingtaine de formules (en plus de celles qui ont été réunies par Ungnad, RLA, II, p. 192-194, il faut tenir compte de plusieurs dates communiquées par Johns, PSBA, 33, p. 101-102, et de deux ou trois autres contenues dans les textes publiés par Lutz, op. cit. ; voir à ce sujet les observations de Kraus, loc. cit., p. 321). Les documents inédits du Louvre dont il est question à la note précédente permettent d’en ajouter trente-cinq nouvelles.

145 Pour Abdi-Araḫ, cf. page précédente, n. 1 ; pour Mananâ, voir Lutz, op. cit., n° 7, l. 30. La version accadienne de la formule (iṣkussâ iṣ-ba-tu) figure sur des tablettes de Hafadjé, à propos de plusieurs souverains (cf. R. Harris, JCS, 9 [1955]. p. 46-47).

146 Melle Rutten a fait état d’un nouveau synchronisme : la 31e année de Sumu- la-El (op. cit., p. 142), d’où il ressortirait que Kiš avait conservé sa dynastie locale, vassale de Babylone, même après les victoires de Sumu-la-El. Dans ce cas, la plupart des nouveaux rois, sinon tous, pourraient trouver place à la suite de Iawium. Une autre solution consisterait à n’admettre dans la dynastie locale que les seuls souverains dont le nom est associé à celui de la divinité tutélaire de Kiš, Zababa. Ainsi, Ḫaliûm, Abdi-Araḫ et Mananâ, associés au dieu Nanna/Sin, auraient eu pour résidence principale non pas Kiš même, mais une cité voisine (cf. notamment L. Matous, loc. cit., p. 298-299 ; F. R. Kraus, loc. cit., p. 321). Il est vrai que ces associations sont quasi constantes. Toutefois, les noms théophores contenus dans les documents en provenance de Kiš font la part très belle à Sin ; le dieu-lune était donc spécialement vénéré dans la ville. D’autre part, un contrat où l’on prête serment par Mananâ porte une date babylonienne (RA, 8 [1911], p. 69, AO 4664) ; partant, il faudrait en conclure que Kiš était soumise à cette époque à une double suzeraineté étrangère. A. Goetze a publié naguère des documents au nom d’un certain Sumu- Iamutbal, qui fut tour à tour vassal de Sumul-la-El de Babylone et de Sin-idinnam de Larsa (JCS, 4 [1950], p. 65 et suiv.). Il a proposé de reconnaître dans le personnage un successeur de Mananâ, principalement à cause de son association avec Nanna (par exemple, dans la formule du serment). S’il en était ainsi, Sumu-Iamutbal aurait suivi immédiatement le prince qui régnait sur Kiš en la 31e année de Sumu- la-El, selon le renseignement fourni par Melle Rutten, qui a omis malheureusement de donner son nom. Comme Sumu-la-El devait être vaincu quelques années plus tard par Sin-idinnam (cf. Goetze, ibid., p. 101), Sumu-Iamutbal n’aurait été soumis à Babylone que pour peu de temps, tout au début de son règne, et l’acte où les parties prêtent serment à la fois par Sumu-la-El et par Sumu-Iamutbal (ibid., p. 69), ne pourrait être daté, ainsi que Goetze l’a suggéré, de la 26e année de Sumu-la-El. La publication des textes inédits du Louvre est indispensable pour pouvoir prendre position. Retenons toutefois de ces nouveaux documents qu’ils confirment l’existence de dynasties locales, vassales de Babylone, jusqu’à la fin du règne de Sumu- la-El.

147 Les textes au nom de Sumu-Numḫim ont été publiés par Speleers, Inscriptions, nos 233, 234, 251, 252, [254] et 255 (la date du n° 252 a été négligée par Ungnad, RLA, II, p. 194). A propos du synchronisme avec Sumu la-El, cf. Th. Jacobsen, Gimilsin Temple, p. 124. Comme un document appartenant au même fonds que la précédente et daté de la 20e année de Sumu-la-El enregistre un serment par Lugalmaradda et par Sumu-la-El (n° 232), il est possible qu’à cette date la dynastie locale avait déjà été expulsée par les Babyloniens.

148 Iamsi-El intervient dans trois documents juridiques : Speleers, op. cit., n° 253 ; E. Grant, The Haverford Symposium on Archaeology and the Bible, New Haven, 1938, n° 1, p. 226 s., et n° 2, p. 228 s.

149 Grant, op. cit., n° 10, p. 244 s. Sur cette date, cf. F. R. Kraus, JCS, 3 (1949), p. 227.

150 Takûn-mâtum, prêtresse de Šamaš, fait l’acquisition d’un verger du temps d’Immerum (CT, IV, 50a = HG, n° 380). L’achat, contesté par la suite, donne lieu à deux procès dont l’un se déroule au cours de la 1re année du règne de Bunutaḫtun-ilâ (L. Waterman, Business Documents of the Ḫammurapi Period from the British Museum, Londres, 1916, n° 31 = HG, n° 1744).

151 Une même personne intervient dans des documents datés d’Iluma-ilâ et d’Immerum : cf. H. Ranke, BE, VI, 1, p. 8.

152 Le texte en question (publié par Pinches dans PSBA, 21 [1899], p. 159 et pl. I) est entré par achat dans une collection particulière et ne contient aucune allusion utile. Sur le sens du nom, attesté aussi à Ischali (Lutz, UCP, X, 1, 107 : 26) et à Mari (ARM, 11, 107 : 9), voir A. Goetze, Language, 17 (1941), p. 135, n. 70.

153 Le nom revient encore ailleurs : cf. Bauer, Ostkan., p. 23. Avec d’autres noms portés par des Ḫanéens (cf. ci-dessus, p. 12, n. 1), il montre que le fondateur de la 1re dynastie de Babylone avait été en quelque sorte divinisé.

154 Sa-na-ak-ra-tum, fille de Mu-sa-li-mu-um, est témoin en CT, IV, 476 : 27 (le présent document), et en CT, VIII, 476 : 27 (Immerum). L’observation a été faite par Ranke, EPBN, p. 42, n. 2.

155 Suivant l’explication de Taha Baqir, la date se lit : mu Ia-aḫ-zi-ir-ì-il ba .ú š, tandis que la tranche porte : lugal Zi-bi-irki (Sumer, 5 [1949], p. 137). On ne voit pas bien pourquoi le titre ne suit pas immédiatement le nom ; en outre, les formules qui rapportent la mort d’un souverain ne mentionnent jamais le titre du défunt. A propos de Zibir, on peut noter qu’une prêtresse de Šamaš à Sippar s’appelait Zi-bi-ri-tum (L. Waterman, op. cit., n° 34, l. 5) ; Stamm a rapproché ce nom de Sippar, tout en s’étonnant qu’une habitante de la ville ait pu porter un tel nom (Namengebung, p. 269, n. 1). Signalons qu’un texte inédit de Mari nomme la localité de Dûrki-Zi-ib-bi-irki (d’après Ch. Jean, RÉS, 1937, p. 99).

156 La tablette provient du niveau III, qui a livré un texte daté apparemment du roi Ḫammidušur (cf. Taha Baqir, loc. cit., p. 139 ; R. Harris, JCS, 9 [1955], p. 49), contemporain de Sumu-la-El (cf. ci-dessous, p. suiv.). Le même niveau a encore abandonné une tablette dont la date concerne derechef un prince « ouest-sémitique » : « année où mourut Ia-mi-NI-[x] » (Taha Baqir, loc. cit., p. 143, n° 2).

157 Les arguments sont les suivants. Une lettre, retrouvée dans le palais d’Ešnunna, est adressée à Ibiq-Adad conjointement par Abdi-Araḫ et par Šiqlânum. Dans un passage mutilé de cette lettre, Abdi-Araḫ dit à Ibiq-Adad : « si toi tu es mon père, ... » (Th. Jacobsen, OIC, 13, p. 49 ; Gimilsin Temple, p. 120-121). Si l’on s’en réfère aux usages du temps, l’emploi du terme « père » n’implique pas nécessairement une relation de parenté. Par exemple, Iatar-Ami, roi de Carkémiš, se dit le « fils » de Zimri-Lim et l’appelle son « père » (cf. G. Dossin, Symb. Koschaker, p. 116 ; Mél. Dussaud, p. 990).

158 En lisant Ia-wi-um dans la formule du serment et ba. [an]. dib dans le nom de l’année (cf. ci-dessus, p. 199, n. 1), on établissait que cette date appartenait à Iawium et qu’elle rappelait la capture d’Abdi-Araḫ par le roi de Kiš (cf. Jacobsen. op. cit., p. 122-123).

159 šanat Su-mu-a-bu-um a-na Dêrki i-ṭà-ar-du (voir Gimilsin Temple, p. 191).

160 Notons qu’un roi du nom de Sumu-abum figure dans un texte de Nippur (publié par A. Poebel, PBS, IV, 1, p. 81), en mauvais état de conservation, qui concerne une dynastie inconnue. Th. Jacobsen a suggéré de mettre cette dynastie en rapport avec Uruk et de voir dans les huit mois de règne attribués au prince en question la trace d’une brève occupation babylonienne (The Sumerian King List, Chicago, 1939, p. 8, n. 15).

161 D’après la tablette publiée par Langdon, Abdi-Araḫ a régné effectivement à Kiš (cf. ci-dessus, p. 199, n. 1) ; on voit par là que les souverains ne craignaient pas de rappeler la manière brutale dont ils avaient pris possession du trône, contrairement à l’avis exprimé par Mme R. Harris (JCS, 9 [1955], p. 47).

162 Sur le règne d’Abi-madar, voir maintenant R. Harris, loc. cit., p. 52-53.

163 Cf. Th. Jacobsen, Gimilsin Temple, p. 187, n° 96 ; OIC. 13, p. 50. est marquée du sceau d’un serviteur de Ia-ad-kùr-Èl (A-ad-ku-ur-Èl à Hafadjé) ; cf. Taha Baqir, Sumer, 5 (1949), p. 141.

164 Cf. Th. Jacobsen, op. cit., p. 124. Il semble de plus en plus probable que le site recouvre l’ancienne ville de Neribtum (cf. R. Harris, loc. cit., p. 33).

165 Le texte porte A-an-qí-im-Èl (JCS, 9 [1955]. p. 46, date n° 1)· Cette graphie particulière est courante à Hafadjé : cf. A-aḫ-qú-ub-Èl (ibid,., p. 73, n° 12, l. 3) ; A-ab-zi-ib-Èl (p. 106, n° 57, l. 2) ; A-am-lik-Èl (p. m, n° 76, tr. lat.).

166 Une des tablettes datées de la mort de I-la-da-ḫa-ad (Ì-li-di-ḫa-ad à Hafadjé)

167 Cf. ci-dessus, p. 69, n. x. Pour le second nom, il faut lire MU I KAM Sa-ak- ru-rum au début de la formule.

168 Statues portant les noms des gouverneurs Puzur-Ištar (cf. E. Nassouhi, AfO, 3 [1926], p. 109-111), Idi-ilum (cf. Thureau-Dangin, RA, 34 [1937], p. 172 ss.) et Išṭup-ilum (cf. A. Parrot, Syria, 17 [1936], p. 24 et pl. VIII), et d’un certain Lasgan (cf. Thureau-Dangin, loc. cit., p. 175 s.) ; inscriptions de fondation des gouverneurs Niwar-Mer, Apil-kîn, Išma-Dagan et Išṭup-ilum (cf. G. Dossin, Syria, 21 [1940]. p. 152-165) ; brique inscrite au nom du gouverneur Ilum-išar (cf. A. Parrot, loc. cit., p. 24) ; crapaudine et fragment de coulant au nom du roi Enim-Dagan (cf. A. Parrot, Syria, 19 [1938], p. 10 et 16 ; 30 [1953], p. 199)

169 Cinquante-huit tablettes ont été éditées par R. Jestin dans RA, 46 (1952), p. 185-202 ; un texte isolé a été publié auparavant par G. Dossin dans Syria, 21 (1940), p. 167-168. La publication du reste du lot a été confiée à A. Finet. La date de ces documents a été établie récemment par I. J. Gelb, RA, 50 (1956), p. 1-7, d’après divers indices concordants.

170 Voir les observations de I. J. Gelb à propos des noms des personnages originaires de Mari, qui interviennent dans les documents babyloniens (AJSL, 55 [1938], p. 80 ; JNES, 13 [1954], p. 270 ; cf. ci-dessus, p. 70, n. 3), et au sujet des noms de personnes livrés par les textes plus récents découverts à Mari (RA, 50, [1956], p. 6). Deux cas offrent pourtant matière à discussion. On a coutume de mettre au nombre des « gouverneurs » de Mari, vassaux de la IIIe dynastie d’Ur, un certain Izi-Dagan, dont le nom doit être « ouest-sémitique », bien que l’élément izi ne soit pas encore expliqué d’une manière définitive (cf. Bauer, Ostkan., p. 22, 55 ; A. Goetze, Language, 17 [1941], p. 135, n. 67). Le personnage est connu seulement par une empreinte de sceau découverte dans l’un des temples archaïques d’Ištar à Assur (W. Andrae, WVDOG, XXXIX, p. 102-103 et fig. 76b, p. 103). La légende porte : I-zi-dDa-gan šakkanak Μα-ri warad x-dDa-ga[n]. Elle s’écarte ainsi du formulaire traditionnel en usage au temps de la IIIe dynastie d’Ur (cf. notamment Th. Jacobsen, op. cit., p. 140-141). Cette période semble donc exclue, d’autant plus que le nom du « patron » n’appartient pas à un personnage connu. Or il ne peut s’agir que d’un souverain indépendant. Le signe BAR(?) qui sépare warad du nom divin ne serait-il pas illusoire (défaut du sceau ou griffe dans l’argile imprimée) ? De toute façon, il faut abaisser la date du sceau. Le titre de šakkanakkum n’intervient pas dans les archives de Mari (noter pourtant LÚ.GÌR dans Semitice, 1 [1948], p. 18, l. 5), mais il est attesté encore en Babylonie à la même époque (cf. Walther, Gerichtswesen, p. 127-134). Par ailleurs, l’identification du šakkanakkum Izi-Dagan avec un habitant du district de Suḫi, Issi-Dagan, au temps de l’occupation babylonienne (cf. A. Ungnad, OLZ, 1914, col. 343 ; E. Forrer, RLA, I, p. 245), ne repose sur aucun argument sérieux et doit être abandonnée. Le second cas litigieux est soulevé par un document comptable de Mari, où R. Jestin a relevé le nom de personne A-mu-ra-bi-í-[lí] (RA, 46 [1952], p. 190 et pl. IV, n° 25, l. 3). Cette lecture ne peut être correcte, car elle entraînerait l’existence d’un souverain du nom de A-mu-ra-bi. De toute façon, le nom n’a rien à voir avec celui de Ḫammurabi, qui n’apparaît jamais sous cette graphie. On le rapprochera plutôt des noms cités par A. MacRae, NPN, p. 298-299, tels que A-mur-ra-bi ou A-mu-ra-bi. Quant aux signes qui suivent A-mu-ra-bi sur la tablette de Mari, ils appartiennent sans doute au titre ou à une autre qualification du personnage en question.

171 Au début de la l. 17, au lieu de [ma-a-a]t, restituer sans doute : [ù mâr-š]u Ia-aḫ-du-Li-im ik-šu-ud « [et] il s’est emparé de son [fils] Iaḫdun-Lim ». Iaggid-Lim régnant (son nom revient encore plus loin dans un contexte perdu), son royaume ne pouvait être appelé « pays de Iaḫdun-Lim ».

172 1 lú Ì--ka-ab-ka-bu (Th. Jacobsen, Gimilsin Temple, p. 125, n. 34). La tablette a été retrouvée dans le temple d’Ištar Kititum.

173 La liste royale assyrienne est connue actuellement par deux exemplaires, l’un trouvé à Khorsabad et conservé à l’Oriental Institute de Chicago, l’autre, de provenance inconnue, déposé au Seventh-day Adventist Theological Seminary de Washington. Publication provisoire des deux documents par I. J. Gelb dans JNES, 13 (1954), p. 209-230. Un exemplaire, très mutilé, qui se trouve au musée de Constantinople, a été publié jadis par E. Nassouhi dans AfO, 4 (1927). p. 1-11.

174 Aminu est attesté plus tard (cf. Bauer, Ostkan., p. 12), de même que Iaskur-El (ibid., p. 30, et Goetze, Language, 17 [1941], p. 134, n. 60) et Samânu (Bauer, op. cit., p. 47, 62). Iakmeni et Iakmesi n’ont pas encore été expliqués. Ḫaiânu porte le même nom que le roi araméen de Sam’al (cf. J. Lewy, HUCA, XIX [1946], p. 443, n. 179) et Ḫalê est à rapprocher de Ḫa-li-ú-um ou Ḫa-li-yu-un. (cf. Bauer, op. cit., p. 19). Bien que le dieu Mer (dans Ilu-Mer) ne semble pas d’origine « ouest-sémitique », son nom entre parfois en composition avec des éléments « ouest-sémitiques » (cf. G. Dossin, Syria, 21 [1940], p. 156).

175 F. R. Kraus a justement montré qu’il était fort difficile d’accepter la donnée de la Chronique babylonienne, qui fait d’Ilušumma, petit-fils de Puzur-Aššur Ier, un contemporain de Sumu-abum de Babylone (JCS, 3 [1951], p. 24-26). On peut tenter de réduire au maximum les règnes de plusieurs prédécesseurs de Šamši-Addu (cf. W. von Soden, OLZ, 48 [1953], col. 425-426), mais on ne peut négliger la succession des générations ; cf. B. Landsberger, Ass. Königsliste, p. 71, n. 184 ; p. 110.

176 A la différence de la grande liste royale, le fragment KAV, n° 14, donne les noms de trois descendants de Šamši-Addu : IIš-me-[dDa-gan], [IMu-u] t-àš-kur et IRi-mu-s [a(?)]. Cette source doit être prise en considération, puisque Mut-aškur intervient dans la correspondance de Mari en tant que fils d’Išme-Dagan (ARM, II, 39 : 33 ; 40 : 8)·Voir à ce sujet les observations de Landsberger, op. cit., p. 31, 36-37·

177 Si, de longs siècles plus tard, Adad-nîrâri III, se réclamant d’Ilâ-kabkabû, le place avant Sulili (cf. A. Poebel, JNES, i [1942], p. 274), c’est simplement parce qu’il utilisait déjà la liste que nous avons sous les yeux (ibid., p. 278).

178 Cf. Landsberger, op. cit., p. 43, 109. Th. Jacobsen a fait la même remarque à propos de la liste royale sumérienne (JCS, 7 [1953], p. 36, n. 3). Si Narâm-Sin est bien à identifier avec son homonyme d’Ešnunna (cf. ci-dessus, p. 8, n. 1), il n’était pas le fils de Puzur-Aššur II, comme la liste le prétend. Pour Landsberger, op. cit., p. 33, mâr Amîni constitue une addition tardive.

179 Cf. Ch. Jean, RÉS, 1939, p. 66, n. 4. La lecture A-mi-nim-ša-al, adoptée par Jean, est certainement inexacte. Le document n’est sans doute pas sans rapport avec les événements relatés dans la lettre A RM, J, 3 (cf. ci-dessus, p. 207), car il y est question d’une faute commise par Iaḫdun-Lim.

180 L. Delaporte, Catalogue des Cylindres orientaux, t. II (Paris. 1923), n° A 360.

181 Sur le passage en question, voir Landsberger, op. cit., p. 34-35. Contrairement à l’avis de ce dernier (ibid., p. 35 ; p. 110, n. 210), il semble bien que Šamši-Addu avait déjà soumis l’Assyrie quand il étendit sa domination sur Mari. Déjà du temps de Iaḫdun-Lim, l’expansion du domaine de Šamši-Addu menaçait un prince de la Haute Mésopotamie (ARM, l, 1 et 2). Il est normal que les archives de Mari, de loin plus abondantes que celles de Chagar Bazar, aient livré un plus grand nombre de lîmu. Toutefois, un des noms qui figurent sur les tablettes de Chagar Bazar, A-i-ia-ia (Gadd, Chagar Bazar, p. 23), n’apparaît pas à Mari (un autre nom, lu -Ìi-aḫi [= ŠEŠ.MU] par Gadd, Iraq, 4 [1937], p. 180, n° 387, est identifié au Ì-lí-ellatiti de la liste de G. Dossin par Landsberger, op. cit., p. 110, n. 210). L’année pendant laquelle ce personnage a exercé l’éponymat pourrait appartenir à la période qui a précédé l’annexion du royaume de Iaḫdun-Lim. En tout état de cause, le recours au système de l’éponymat, en vigueur à Assur, tend à prouver que Šamši-Addu agissait en véritable souverain assyrien. Une objection subsiste néanmoins. On a relevé à Mari deux formules d’années au nom de Šamši-Addu et une au nom de son fils Iasmaḫ-Addu (G. Dossin, op. cit., p. 53). Disposerait-on là de témoins du règne de Šamši-Add u à Mari, avant sa mainmise sur Assur ? Les archives de Mari ne font pas la moindre allusion à une conquête de cette importance, ce qui semble bien être l’argument décisif. Les dates en question sont probablement de simples variantes de lîmu. En effet, une tablette exhibe une date double, utilisant simultanément les deux modes de comput : « Année où la « purification » eut lieu dans le pays — lîmu : Adad-bani » (G. Dossin, op. cit., p. 54).

182 Ititi, la plus ancienne figure connue de l’histoire d’Assyrie, qui doit avoir vécu au temps de l’empire d’Agadé, nous a laissé le nom de son père (KAH, II, n° 1). Sur la foi de la lecture première Ia-ku-la-ba, on avait voulu y reconnaître un « Ouest-Sémite » (cf. J. Lewy, ZA, 38 [1928-1929]. p· 252). Mais A. Poebel a montré qu’il fallait lire I-nin-la-ba (JNES, 1 [1942]. p. 259. n. 29 ; cf. I. J. Gelb, NPN, p. 198, s. v. aiakke).

183 Les niveaux profonds de Chagar Bazar remontent jusqu’au IVe millénaire av. J. C. (cf. M. E. L. Mallowan, Iraq, 3 [1936], p. 10-11). Le nom de Šubat-Enlil se retrouve dans la légende de Narâm-Sin d’Agadé (CT, XIII, 44. col. II, l. 8 ; Anatolian Studies, 5 [1955]. p. 100, l. 54), mais le texte doit appartenir précisément à l’époque de la Ire dynastie babylonienne (cf. H. G. Güterbock, ZA, 42 [1934]. p 76) Il n’est d’ailleurs pas certain qu’il s’agisse bien de notre ville de Šubat-Enlil (cf. E. Speiser, JAOS, 72 [1952]. p. 101. n. 40 ; O. R. Gurney. Anatolian Studies. 5 [1955], p. 111).

184 Β. Landsberger a suggéré Terqa (op. cit.. p. 35. n. 26 ; cf. déjà W. von Soden, WO, I. 3 [1948], p. 191), pour des raisons cultuelles. Mais la ville était entre les mains de Iaḫdun-Lim (cf. Thureau-Dangin, RA, 33 [1936]. p. 51, col. II. l. 7-8), et dans aucune des deux inscriptions de fondation qui rappellent les hauts faits de son règne, celui-ci ne fait état d’une éventuelle expulsion de Šamši-Addu.

185 Dans sa publication de textes remontant au début de la dynastie d’Isin, V. E. Crawford estime que les noms amorrhéens y sont représentés en nombre considérable (BIN, IX. p. 5). Il s’agit de s’entendre sur les mots. En réalité, tous les noms sémitiques non accadiens que l’on relève dans le recueil sont portés par des Martu (voir notamment les textes nos 316 et 408). Parmi eux, deux seulement sont du type « ouest-sémitique » caractérisé (cf. ci-dessus, p. 155).

186 Voir l’index des noms propres dans Alexander, BIN. VII ; les textes datés de Sumu-El sont numérotés de 103 à 161.

187 Deux noms « ouest-sémitiques » sous le règne de Sumu-El (an 27) : UET, V, 172. On peut compter sur les doigts de la main les noms de cette catégorie enregistrés dans l’index de ce volume.

188 La période est documentée par quelques textes publiés par J. E. Gautier, Archives d’une famille de Dilbat, Le Caire, 1908. Trois ou quatre noms « ouest- sémitiques » aux numéros 1, 2 et 4.

189 Les tablettes de Hafadjé ont été publiées dans JCS. 9 (1955), p 59-88 et 91- 120 ; transcription et traduction par Mme R. Harris, copie par Th. Jacobsen Suivant l’analyse de Mme Harris (loo. cit., p. 63). 5 % des noms sont sumériens 55 % accadiens, 10 % « ouest-sémitiques », 25 % ne sont pas classés et 5 % se terminent en -ânum. Mais il y a certainement des noms « ouest-sémitiques » dans les deux dernières catégories ; par exemple, Da-wi-da-nu-um, père de Ma-ta-a-ki-el (p. 76, n° 19, l. 6), Ma-na-nu-um, père de A-bi-E-ra-aḫ et de Sa-me-ra-[aḫ] (p. 108 n° 65, l· 3 ; p. 112, n° 77, rev., l. 6), et Ba-aḫ-da-num (p. 119, n° 106, l.5).

190 Aux textes de Marad cités précédemment (ci-dessus, p. 201, n. 1, 2 ; p. 202 n. 1), il faut ajouter Speleers, Inscriptions. nos 240, 256, 257 ; a. f. Schollmeyer MAOG, IV (1928-1929), p. 195.

191 · Les documents datés des rois de Babylone Sumu-abum et Sumu-la-El sont énumérés par Miss Β. E. Morgan, Manchester Cuneiform Studies, 3 (1953), p. 16-18. On distinguera sans peine ceux qui proviennent de Sippar. Il convient naturellement d’ajouter à la liste les textes qui portent les noms des souverains locaux Immerum, Bunutaḫtun-ilâ et Iluma-ilâ (cf. ci-dessus, p. 202). En CT, IV, 9b (Sumu-la-El), seul le dieu Marduk est invoqué ; la tablette, qui contient deux noms « ouest-sémitiques », provient donc probablement de Babylone (cf. Bauer, Ostkan p. 89).

192 Si la formule d’année qui rapporte l’expulsion de Lipit-Ištar concerne bien le roi d’Isin et a été utilisée à Sippar (cf. ci-dessus, p. 167-168), elle atteste la présence d’un « Ouest-Sémite » dans la ville déjà à cette date (CT, IV, 220, l. 5 : Ia-an-ti-in- Èl).

193 Sur la ville, cf. Bauer, Ostkan., p. 24-25 ; Dossin, Arch, ép., p. 122 ; Finet, ARMT, XV, p. 126.

194 Ia-i-ilki (ARM, I, 119 : 6) ; Ia-a-ilki (III, 5 : 42) ; gentilice : Ia-i-la-yuki (l, 119 : 9)·

195 La localité est rapprochée de Apqum ša Adad de l’itinéraire d’Urbana par Goetze, Itinerary, p. 66 ; J. Lewy situe ailleurs Apqum ša Adad (Mél. Lévy, p. 315).

196 De toute façon, ManKišum devait se trouver en amont du confluent de la Diyala, car l’itinéraire ne compte pas moins de cinq étapes entre la ville et Sippar (cf. ci-dessus, p. 7, n. 3).

197 E. Weidner a souligné également sa place dans la littérature (AfO, 16, 1 [1952], p. 17).

198 Par exemple, le cas de la ville de Razamâ de Iamutbal est assez gênant. Références : Ch. Jean, RÉS, 1937, p. 102 ; 1938, p. 132, n. 4 ; Finet, ARMT, XV, p. 127. Cf. aussi ci-dessous, p. 256.

199 A Mari, la forme est régulièrement Nu-um-ḫa-a. La lettre ARM, II, 130 fait état de troupes de Nu-ma-ḫa-a (l. 12) ; le terme n’est sans doute qu’une variante de Numḫâ (à noter une fois de plus que le passage contient en même temps une allusion à des gens de Iamutbal, l. 16). Dès lors, il est probable que c’est encore le même terme qui entre en composition dans le nom de personne La-ri-im-nu-ma-ḫa-a (ARM, V, 21 : 6, 11) ou La-ri-im-nu-ma-a (ibid., 72 : 9). Ni le texte d’Ešnunna ni le passage de la « seisachthie » où apparaît le nom du pays, n’ont encore été édités. W. F. Albright a été le premier à signaler la relation entre le vocable et le nom de Sumu-Numḫim (BASOR, n° 67 [1937]. p. 28, n. 11).

200 En revanche, Kudur-Mabuk et son fils Warad-Sin célèbrent leurs victoires sur les armées coalisées de Kazallu et de Mutiabal (Thureau-Dangin, RA, 9 [1912], p. 122, col. I, l. 13 ; C. J. Gadd et L. Legrain, UET, I, n° 266).

201 Ch. Jean, Tell Sifr, n° 13, l. 15 : Ia-aḫ-mu-lu ; UET, V, n° 97, l. 21 : Ia-aḫ- mu-lu-umki. A vrai dire, le mot de « pays » ne figure dans aucun des deux passages, mais il est clair, par comparaison avec les deux autres termes, que nous n’avons pas affaire à une simple localité.

202 Ces noms ont été recensés par Th. Bauer, MAOG, IV (1928). p. 6-8.

203 Pour Larsa aussi, ces chiffres sont sans précédent. A titre de comparaison, un rapide pointage dans la liste des noms de personnes de D. E. Faust, Contracts from Larsa dated in the Reign of Rîm-Sin (= YOS, VIII), ne donne qu’une dizaine de noms qui soient manifestement « ouest-sémitiques » sur un total d’environ huit cents noms ; si l’on comptait les individus au lieu des noms, on atteindrait probablement le millier. Notons en outre qu’on relève dans cette liste près de 70 noms sumériens. Il n’est pas certain qu’il s’y trouve un seul nom hurrite, ce qui concorde avec l’ensemble des observations faites jusqu’à présent (cf. Gelb, HS, p. 65), tandis qu’on en découvre au moins six sur la tablette publiée par Goetze.

204 Le cas se présente le plus souvent à l’époque ancienne (par ex. CT, VIII, 44a ; VS. VIII, 14 ; cf. ci-dessus, p. 214), mais aussi plus tard (par ex. TCL, I, 158, sous Ammiditana), alors que la proportion des « Ouest-Sémites » était en baisse.

205 Sur ce personnage, voir Walther, Gerichtswesen, p. 130-131 ; sur Abdi-Araḫ, ibid., p. 118-119.

206 Sur le matériel épigraphique fourni par les sites de la Diyala, voir R. Harris, JCS, 9 (1955). p. 34-35· Les rapports préliminaires de l’expédition d’Iraq ont paru dans la série des OIC, nos 13, 16, 17, 19 et 20. Voir aussi le chapitre, déjà signalé, de Th. Jacobsen dans The Gimilsin Temple, p. 116-200, où l’on trouvera notamment les formules des dates locales.

207 Le nom du roi Ibal-pî-El lui-même n’est pas purement accadien ; l’élément i-ba-al, qui apparaît généralement dans un contexte « ouest-sémitique » (cf. Bauer, Ostkan., p. 20-21, 54 ; pour Mari, cf. Finet, ARMT, XV, p. 148), doit représenter une forme « ouest-sémitique » (cf. Noth, Mari und Israel, p. 139). La-wi-la-dAddu, qui commande un contingent ešnunnéen opérant en Haute Mésopotamie (ARM, II, 135 : 12-14), n’est pas nécessairement originaire d’Ešnunna (cl. la lettre de Ḫammurabi, ARM, VI, 52). Quant au nom d’un autre commandant de troupes d’Ešnun- na, Da-nu-um-ta-ḫa-az (ARM, V, 59 : 11) ou Dan-nu-ta-ḫa-az (VI, 37 : 7), je ne sais comment l’expliquer.

208 En tout, une vingtaine de formules différentes sont rapportées. A la liste dressée par Lutz, UCP, X, 1, p. 50-52, on ajoutera la formule incomplète qui termine la tablette n° 91, à attribuer à Daduša d’après les légendes des sceaux qui la marquent (cf. ibid.., p. 73). La formule n° 30 est certainement à restituer [mu I-ba-al-pi-el] lugal, c’est-à-dire l’an 1 d’Ibal-pî-El. La formule n° 7 appartient au règne d’Ibal-pî-El Ier, suivant les observations de Jacobsen (op. cit., p. 190, date n° 111), en accord avec l’écriture plus archaïque de la tablette où elle figure (n° 36). Comme on connaît maintenant, dans l’ordre, les onze premières années du règne d’Ibal-pî-El II (cf. Taha Baqir, Sumer, 5 [1949]. p. 45), on arrive à la conclusion que ces archives ont dû se poursuivre jusqu’à la quatorzième ou la quinzième année de ce règne. Pour l’identification probable d’Ischali avec Neribtum, cf. ci-dessus, p. 205, n. 3.

209 A-bi-E-ra-aḫ (MDP. X, 53 : 5 ; 83 : 2 s.) et Ḫa-mi-ì-lí (MDP, XXIII, 307 : 16).

210 A elles seules, les deux listes publiées par M. Birot (voir page suiv.) fournissent près de 400 noms. A propos de tels documents à Mari, cf. A. Parrot, Syria, 20 (1939).p· 20 ; Dossin, Arch. éc., p. 104.

211 Le deuxième groupe comprend des hommes ša te-me-ni et le troisième, des hommes ša nu-ba-lim. Pour nûbalum dans le présent contexte, j’ai proposé le sens de « chaussée » (cf. ARMT, VI, p. 123, note au n° 76). On pourrait penser ainsi à des équipes attelées à des travaux de terrassement (temenum) et de construction de routes ; en somme, les troupes du génie.

212 La ville de Nurrugum, mentionnée à plusieurs reprises dans les archives de Mari (cf. Finet, ARMT, XV, p. 131), se trouvait, selon G. Dossin, dans la vallée du Tigre, en aval d’Êkallâtum (Signaux, p. 182, n. 4) ; A. Finet la place maintenant dans le secteur de Ninive (loc. cit.). Šamši-Addu considérait la conquête de Nurrugum comme un événement capital de son règne (cf. C. Thompson, AAA, 19 [1932]. p. 105, l. 17).

213 Ar-da-ka-an-da est roi de Qabrâ (Dossin, Arch, éc., p. 109) ; un messager de cette cité s’appelle Ia-ás-ma- aḫ-Èl (ARM, VI, 22 : 16). Gi-mil-dŠamaš vient d’Arrapḫa (ibid., 15 :12). dSin-Ìl (ibid., 14 : 7) et Ia-ds-ki-in-d [x] (ibid., 79 : 9) sont des messagers d’Êkallâtum.

214 Le texte n° 983 tient compte de deux livraisons de bœufs et de bouvillons à Êkallâtum, a-na qa-at Ia-aḫ-ḫa-ab-Èl.

215 Les archives de Mari livrent quatorze ou quinze noms (G. Dossin, St. mariana, p. 53-54 ; les nos 7 et 8 sont peut-être identiques : cf. Landsberger, Ass. Königsliste, p. 110, n. 210), auxquels s’ajoute le nom fourni par les textes de Chagar Bazar (cf. ci-dessus, p. 211, n. 3). Les tablettes exhumées dans la couche 1b de Kültepe et celles qui proviennent d’Alishar sont notoirement plus récentes que le gros des tablettes cappadociennes, qui ont été abandonnées par la couche 2 de Kültepe. Κ. Balkan assigne les premières au règne de Šamši-Addu, parce qu’elles mentionnent deux lîmu qui interviennent à Mari et à Chagar Bazar (Observations on the Chronological Problems of the Kārum Kaniš, Ankara, 1955, p. 43-44. 47)·S’il en est ainsi, il y a lieu de tenir compte des six lîmu dont les noms apparaissent dans les textes de Kültepe 1b et d’Alishar (voir la liste dans K. Balkan, op. cit., p. 100-101). On notera en tout état de cause que la mention de Kaniš dans la correspondance de Mari (cf. G. Dossin, RHA, 5 [1939]. p. 73) prouve que la ville n’avait pas cessé son activité commerciale à cette époque.

216 Voir la liste des lîmu des tablettes cappadociennes dans K. Balkan, op. cit., p. 79 et suiv.

217 Iraq, 4 (1937), p. 181 et suiv· ; Iraq, 7 (1940). P· 35 et suiv· Sont exclus de la liste les noms déjà utilisés auparavant, c’est-à-dire ceux des serviteurs du palais d’Êkallâtum et ceux des magistrats éponymes et des hauts fonctionnaires au service de Šamši-Addu, qui interviennent dans les archives de Mari.

218 Cf. Gadd, Chagar Bazar, p. 34-35 ; Gelb, HS, p. 64. A la population du Haut-Ḫabur devaient être mêlés certains éléments descendus du plateau anatolien ; cf. Landsberger, op. cit., p. 122, 124. On notera à ce propos le nom Ka-ni-šu-ú (Gadd, Chagar Bazar, p. 39), qui est en réalité un gentilice : « Kanésite » ; le féminin Kanišî- tum est connu à Mari (M. Birot, RA, 50 [1956], p. 64, n. 12).

219 « Ouest-Sémites » : A-du-na-dAddu, un des princes d’Idamaraṣ (Dossin, Arch. ép., p. 109 ; Mél. Dussaud, p. 990 ; Jean, Arišen, p. 22, l. 22’) ; As-di-ta-ki-im, roi de Ḫarrân (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 986) ; Bu-nu-Ištar, dont la principauté est proche du pays d’Idamaraṣ (ARM, II, 130 : 3 ss.) ; Bu-nu-ma-dAddu, roi de Niḫriya (G. Dossin, Symb. Koschaker, p. 116) ; Ḫa-a-ia-a-bu-um, roi d’Abum (Dossin, Arch, éc., p. 109) ; Ḫa-lí-su-ú-mu ou Ḫa-lí-su-mu-ú, roi d’Ilânṣûrâ (Dossin, ibid. ; ARM, II, 62 : 2 ; 79 : 6 ; cf. L. Delaporte, Musée du Louvre, Catalogue des cylindres orientaux, II, n° A 337) ; I-ba-al-dAddu, roi d’Ašlakkâ (Dossin, Arch, éc., p. 109 ; Signaux, p. 184 ; A. Finet, ARMT, XV, p. 148) ; Ia-wi-Èl, roi de Talḫayûm (Dossin, Arch, éc., p. 109) ; Ka-bi-ia, roi de Kaḫat (Dossin, ibid. ; ARM, II, 57 à 60) ; Si-ib-ku-na-dAddu (variante : Si-ib-ku-na-da, d’après G. Dossin, Syria, 20 [1939], p. 171), roi de Šudâ (Dossin, Arch, éc., p. 109 ; Mil. Dussaud, p. 991 ; ARM, II, 65 : 3) ; A-bi-sa-ma-ar (expéditeur des lettres ARM, I, 1 et 2) règne sur un territoire non encore identifié. Hurrites : A-ni-iš-ḫu-ur-pí, roi de Ḫaššum (Dossin, Aroh. éc., p. 109) ; A-ri-Se-(en)-ni, roi de Naḫur et de Purundum (Jean, Arišen, p. 18) ; Ḫa-zi-ib-ul-me, roi d’Azu(?)... (ARM, II, 78 : 36) ; Ša-du-ša-ar-ri, roi d’Azuḫinum (Dossin, Arch, éc., p. 109 ; ARM, II, 109 : 48) ; Še-en-na-am, roi d’Ursum (G. Dossin, ibid.) ; Šu-uk-rum-Te/i-šu-ul, roi d’Elaḫut (Dossin, Signaux, p. 184 ; ARM, II, 109 : 3, 7, 27 ; 110 : 3 ; 111 : 5) ; Úš (ou Usx ?)-su-ug-ga (cf. P. Purves, NPN, p. 274, s. v. uzz), roi de Šinamum (Jean, Arišen, p. 22, l. 4’, 9’). Je ne sais comment interpréter le nom du roi de Ḫurrâ, I-lu-ul-li (Dossin, Signaux, p. 184), ni celui du roi d’Urgiš, Te-ir-ru (Ch. Jean, RÉS, 1938, p. 132). Le nom du roi d’Ašnakkum est orthographié de diverses façons : Ša-du-la-ba (Dossin, Arch, éc., p. 109), Ša-du-um-la-ba (ARM, III, 46 : 8), Ša-du-un-la-ba (ARM, II, 33 : 3’, 4’, 11’). On trouve aussi Ša-du-um-la-bu-a (Ch. Jean, Ar. Or., 17 [1949], pl. V, l. 3) et Ša-du- um-la-bi (Dossin, Arch, ép., p. 119), mais il s’agit de personnages différents. Si le premier élément peut être accadien ou hurrite (cf. P. Purves, NPN, p. 252), le second est certainement sémitique (cf. Gelb, MAD, II, p. 190-191, 196 ; à noter son emploi dans le nom « ouest-sémitique » Su-mu-la-ba [ARM, VI, 73 : 6’]) ; l’ensemble paraît pourtant relever difficilement de la pure tradition accadienne. Il en va de même pour le nom du roi de Susâ, Šu-up-ra-am (ARM, II, 109 : 11). Aucun nom accadien n’est composé avec cette forme verbale ; peut-être hurrite à cause de la désinence -am (cf. Gelb, HS, p. 115). Enfin, le nom de Zu-ú-zu, roi du pays d’Abum (Dossin, Arch, éc., p. 109), appartient peut-être à l’onomastique hurrite ; il est attesté à Nuzi (NPN, p. 182, 279) et à Alalaḫ (Wiseman, Alalakh, p. 153). A Carkémiš, certains membres de la famille régnante portent des noms « ouest-sémitiques » : Ia-tar-dA-mi (G. Dossin, RA, 35 [1938], p. 120), [x-d]a(?)- Li-im et [x]-x-dA-mi (L. Woolley, Carchemish : Report on the Excavations at Jerablus on Behalf of the British Museum..., III [Londres, 1952], pl. A 33k ; B. Landsberger, Ass. Königsliste, p. 52, n. 88, et H. G. Güterbock, JNES, 13 [1954]. p. 110, lisent le second nom [Bi-i]n-dA-mi). Le nom du roi Ap-la-ha-an-da est plus discuté. La thèse de G. Dossin, qui le considérait comme composé d’un élément accadien et d’un nom divin amorrhéen (Syria, 20 [1939], p. 173, n. 1), a été repoussée généralement ; cf. W. F. Albright, BASOR, n » 78 (1940), p. 27 ; M. Noth, ZDPV, 65 (1942), p. 31, n. 2 ; Gelb, HS, p. 63, n. 121 ; Landsberger, op. cit., p. 48, n. 69 ; H. G. Güterbock, loc. cit., p. 114 ; H. Bossert, Syria, 31 (1954), p. 245. Toutefois, M. Dossin me fait savoir qu’il ne croit pas devoir abandonner son interprétation première. L’élément divin ḫanda n’est qu’une forme nasalisée de Ḫadda, Ḫada, le dieu Adad. Dans trois comptes inédits des archives de Mari, M. Dossin a relevé les noms de deux lamḫadéens écrits : Ab-du-ia-an-du et Ḫu-at-ri-ia-an-du, Ḫa-ab-di- ia-an-du et Al-ri-ia-an-du, Ab-di-ia-du et At-ri-a-du. A Ras Shamra, M. J. Nougay- rol lui a signalé que le nom du prince d’Ugarit Niqmadu se présente sous la forme Ni-iq-ma-an-du « Ma protection est le dieu Addu » ; déjà à Mari, on retrouve parmi les messagers d’Alep le nom de Ni-iq-mi-ia-ad-du (ARM, III, 54 : 9). Quant à la princesse Ma-at-ru-un-na (sceau publié par G. Dossin, RA, 35 [1938], p. 115 ; actuellement dans une collection privée américaine : OIP, XLVII, n° 130, p. 58), fille d’Aplaḫanda et, par conséquent, sœur de Iatar-Ami, elle porte un nom dont l’origine ne doit être ni sémitique, ni hurrite.

220 Parmi le personnel féminin du palais de Mari enregistré par la tablette évoquée plus haut, on compte six femmes « qu’on a amenées de kaḫat » (RA, 50 [1956], p. 68, col. III, l. 7-16). Ainsi que l’a noté M. Birot, il s’agit de femmes capturées lors de la prise de la ville par Zimri-Lim, événement qui a servi à désigner l’année datant le document (ibid., p. 58, n. 7). Deux noms sont accadiens, un troisième est de composition hybride (accado-hurrite) ; deux autres sont vraisemblablement hurrites, un dernier appartient à la catégorie des noms à réduplication. On remarquera l’absence de noms « ouest-sémitiques ».

221 Ku-ul-bi-a-tal est fils de Ḫa-aṣ-ri-A-mi-im (ARM, I, 78 : 4-5). Vice versa, Ia-an-ti-in-Èl est fils de Ti-eš-ul-me (ARM, V, 35 : 27-28).

222 Ar-ri-yu-uk (cf. à Nuzi A-ri-ú-uk-ki : I. J. Gelb, NPN, p. 30) est « fils » de Zimri-Lim (ARM, II, 63 : 3 ; 64 : 3), c’est-à-dire vraisemblablement un prince vassal. A-ri-tu-ub-ki (Jean, Arišen, p. 18, l. 5, 15), Ḫa-zi-ib-Te-iš-šu-ub (ARM, VI, 62 : 8, 14), Ku-ul-bi (ARM, III, 53 : 11) et Za-al-pu-ḫi (ibid., 53 : 8) sont des messagers ou des agents étrangers. Šar-ra-(a)-ia (Dossin, Arch, éc., p. 109 ; Jean, Arišen, p. 20, l. 22 ; ARM, VI, 65 : 7, 9) ou Šar-ri-ia (Dossin, Arch, éc., p. 111 ; ARM, II, 78 : 7, 16), dont le nom est peut-être hurrite, est roi de Razamâ. Ku-um- me-en-a-tal est originaire de Si-lu-u ḫ-me-niki, une localité inconnue par ailleurs (Thureau-Dangin, RA, 36 [1939]. p. 7-8). Uš-ta-an-š ar-ri et son père Ul-lum-ti-iš-ni sont des Turukkû (ARM, IV, 5 : 5). Ši-me-ta-gu-ub (hurrite ?) ne semble pas résider au palais de Mari (ARM, II, 72 : 29, 34).

223 En dehors des deux listes publiées par M. Birot (cf. ci-dessus, p. 226), les noms hurrites sont rares. On relève seulement : A-ki-ia, s’il faut bien lire A-ki-ia LÚ.MU (ARM, I, 14 : 11) ; E-te-ia (ARM, IV, 57 : 5) ; Ku-ul-bi-a-tal (ARM, I, 78 : 4), mais dont le père porte un nom « ouest-sémitique » (cf. p. préc., n. 2) ; Ku-wa-ri-ia (ARM, I, 81 : 17) Na-wa-ar-ka-na-zi (G. Dossin, Syria, 20 [1939], p. 174, n. 3) ; Ta-ma-[k]u- me-ni (ARM, V, 67 : 16) ; Ta-ar-ni-ip-ki (ARM, II, 113 : 13) ; Ti-eš-ul-me (ARM, V, 35 : 28). Sont peut-être hurrites : Ma-li-ia, GAL.MAR.TU sous le règne de Šamši-Addu (ARM, V, 43 : 17), et fI-ni-ib-šar-ri, « fille du roi » au palais de Zimri-Lim (cf. M. Birot, RA, 50 [1956], p. 64).

224 Les textes hurrites de Mari ont été publiés par Thureau-Dangin, RA, 36 (1939). Ρ· 1-28 ; cf. Gelb, HS, p. 62. Notons qu’aucune divinité hurrite n’a été accueillie dans le panthéon de Mari (cf. G. Dossin, St. mariana, p. 49).

225 Comme l’a montré B. Landsberger (Ass. Königsliste, p. 51-52), la filiation rapportée par les sceaux royaux oblige d’admettre que le roi Iarîm-Lim qui intervient dans les textes d’Alalaḫ était l’arrière petit-fils du roi Iarîm-Lim, dont Zimri- Lim avait épousé la fille ; son père, Abban, n’apparaît pas dans les archives de Mari. Toutefois, le tableau dressé par Landsberger n’est pas entièrement satisfaisant. Entre Niqmi-epuḫ et Iarîm-Lim III doit s’intercaler Irkabtum, fils du premier nommé, d’après la légende de son sceau (Wiseman, Alalakh, n° 443a, pl. XLIV). Il ne faut pas le confondre avec son homonyme, le fils du gouverneur d’Alalaḫ, Ammi- takum. En effet, la formule de son année inaugurale sert à dater un acte par lequel Ammitakum achète un village à son propre fils Irkabtum (ibid., n° 54, pl. XV). Celui-ci ne semble avoir joué aucun rôle politique ; c’est son frère Ḫammurabi qui fut désigné par Ammitakum pour lui succéder à Alalaḫ (ibid., n° 6, pl. V), mais aucun texte ne porte mention de son activité. A la suite d’Irkabtum, il faut encore ajouter, selon Landsberger, Iarîm-Lim III et Ḫammurabi II. En admettant que la succession de père en fils se soit maintenue pour les trois derniers souverains, on en déduirait que les archives d’Alalaḫ se sont étendues sur l’espace de six générations. Comme il ne faut vraisemblablement pas tenir compte du règne de Ḫammurabi II, dont on n’a conservé que la formule de la ire année (ibid., nos 21 et 22), on arrive ainsi à une durée totale d’environ 150 ans. Mais la question n’est pas résolue pour Alalaḫ où, pour la même période de temps, deux noms seulement sont attestés. C’est ainsi qu’Ammitakum aurait gouverné la ville sous quatre souverains successifs : Niqmi-epuḫ (ibid., n° 55), Irkabtum (n° 54), Iarîm-Lim III (nos 6 et 27) et Ḫammurabi II (nos· 21 et 22). Il y a là un problème qui reste à élucider.

226 A Alep même, tous les noms des souverains sont « ouest-sémitiques », à l’exception de celui d’Irkabtum, qui doit être de formation hybride (« ouest-sémitique »- hurrite). A Alalaḫ, le nom du prince local, Am-mi-ta-kum, se range dans la même catégorie.

227 Les témoins dont les noms figurent au bas du testament d’Ammitakum, enregistré en présence du roi Iarîm-Lim, sont tous des personnages officiels (Wiseman, Alalakh, n° 6). Plus de la moitié d’entre eux, y compris le scribe, portent des noms hurrites. C’est aussi le cas de Ta-al-ma-am-mu, haut dignitaire et riche propriétaire (références : ibid., p. 149 ; noter surtout les nos 35 et 58), et du devin Na-ak-ku-uš-še (lire MAŠ.ŠU.BU.B[U] au n° 54, l. 31, pl. XV), qui semble jouer un rôle actif dans la vie publique (cf. Wiseman, ibid., p. 16 et références, p. 142), sans compter les fonctionnaires de tout rang qui interviennent dans les documents officiels.

228 On se trouve en présence de plus d’un calendrier, car on peut dénombrer une vingtaine de noms pour la seule période ancienne. Aux quatorze noms énumérés par Wiseman (op. cit., p. 4-5), il convient en effet d’ajouter ceux des mois suivants : ka-al-x (269 : 76), mi-ša-ri (33 : 27), NI(?)-la(?)-ni (257 : 17 ; copie dans JCS, 8 [1954], p. 19), AN.KAL (266 ; en transcription seulement), SUḪ(?) É.GAL (238 : 28) et NÍG.KUR (267 : 5 ; copie dans JCS. 8 [1954]. P· 21)·

229 Les sonores et les sourdes sont souvent confondues, les emphatiques ne sont généralement pas distinguées (pourtant, on connaît qa [n° 11, l. 20 : qa-qa-ad] et ṭà [n° 54, l. 2 : pa-ṭà-šu ; n° 58, l. 10 : ṭà-ab], comme à Mari). Les exemples relevés par l’éditeur, op. cit., p. 19, auraient gagné à être classés par époque, d’autant plus que les astérisques qui doivent signaler les textes anciens, ont disparu dans plusieurs cas. Notons aussi l’emploi occasionnel du signe ḪÉ (n° 1, l. 3, 17 : dḪé-bat ; n° 23, l. 9 : Zu-ḫé-ra-ši), qui est particulier aux syllabaires agadéen et hurrite.

230 Un certain nombre d’objets fabriqués, notamment en métal, sont désignés par des termes hurrites (cf. par ex. les nos 366, 413 et 432) ; pour la langue religieuse, cf. le n° 126.

231 Mission de Ras Shamra, t. VI, p. XLI-XLII ; photo et copie du document. ibid., pl. XVI-XVII. A propos de la graphie Ni-iq-má-du, cf. Ni-iq-má-a-du dans la légende d’un cylindre provenant d’Alep, publiée jadis par le P. Scheil (RA, 13 [1916], p. 8 ; Bauer, Ostkan., p. 36, enregistre erronément Ni-ig-da-du). Le personnage se dit le serviteur d’un certain A-ḫi-ṣa-du-uq, au nom bien « ouest-sémitique », qui devait être un dynaste local de la Syrie septentrionale. Quant au nom de Ia-qa-rum, on se souviendra qu’il était porté par un soldat ḫanéen en garnison à Mari (cf. ci-dessus, p. 34).

232 G. Dossin, apud Cl. Schaeffer, Ugaritica, I (Mission de Ras Shamra, t. III, Paris, 1939), p. 16 ; Arch, éc., p. 111 ; Ch. Jean, RA, 36 (1939). p. 112·

233 dAddu-ba-aḫ-li (ARM, VI, 15 : 8, 13) ; E-bi-Il (ibid., 19 : 7) ; Ḫa-ab-du-ba- aḫ-la (ibid., 78 : 19) ; Ḫa-am-mu-ta-ar (V, 26 : 8) ; Ia-ar-pa-dAddu (VI, 14 : 22 ; 19 : 12) ; Ia-si-im-dDa-gan (V, 26 : 9) ; Ia-ás-li-im-ia-[x]-x (VI, 22 : 14) ; Na-ap- si-ia-an-du (VI, 15 : 10) ; Iaḫṣur-A ddu et Samsi-Lim (cités par G. Dossin dans l’article signalé à la note suivante, p. 423, n. 1, et p. 425 ; en ARM, VI, 22 : 14, G. Dossin lit Iaslim-Iandu [ibid., p. 425]). Le caractère « ouest-sémitique » des noms royaux, déjà reconnu par W. F. Albright (BASOR, n° 78 [1940]. p. 24). n’est pas accepté par m. Noth (ZDPV, 65 [1942], p. 31. n. 3)· On notera pourtant la graphie A-mu-ut-pí-i-la (G. Dossin, RA, 36 [1939], p. 51, l. 4) et l’emploi de l’élément išḫi dans les noms Iš-ḫi-ma-dar (ARM, V, 40 : 5, 8, 16), Iš-ḫi-e-ba-al et Iš-ḫi-Li-im (m. birot, RA, 49 [1955]. ρ· 27).

234 Voir G. Dossin, Le royaume de Qatna au xviiie siècle avant notre ère d’après les « Archives royales de Mari », dans Bulletin de l’Académie royale de Belgique (Classe des lettres), 5e série, t. XL (1954), p. 417-425. Malgré son nom, la ville n’avait pas été fondée par les « Ouest-Sémites ». Son site était occupé depuis très longtemps ; le fameux sanctuaire de Nin-Egal doit avoir été édifié vers la fin de la III· dynastie d’Ur (cf. R. du Mesnil du Buisson, Le site archéologique de Mishrifé-Qatna, Paris, 1935, p. 12 et suiv.).

235 Bien plus, le nom ne paraît pas être le simple décalque accadien d’un nom « ouest-sémitique ». En effet, sa version occidentale n’est pas encore attestée, tandis que les noms babyloniens composés avec l’élément verbal ibni sont particulièrement nombreux (cf. Ranke, EBPN, p. 92-94). A noter pourtant que le nom est porté par un Ḫanéen (M. Birot, RA, 49 [1955], p. 17, col. IV, l. 61).

236 Ce cylindre, publié par Th. G. Pinches et P. E. Newberry dans JEA, 7 (1921), p. 196-199, a été discuté en dernier lieu par S. Smith, Alalakh and Chronology, Londres, 1940, p. 14-15, et par A. Parrot, Archéologie mésopotamienne, II (Paris, 1953). p. 399-403· Il n’y a aucune preuve qu’il vienne de Byblos (cf. A. Parrot, Op. cit., p. 403, n. 91). Sa légende partage avec celle du sceau inscrit au nom de Ni-iq-má-a-du la particularité exceptionnelle de faire précéder du clou vertical, déterminatif des noms masculins, le nom du titulaire.

237 Publication par S. Smith, JEA, 8 (1922), p. 207 et pl. XXIII, n° 1 ; dernières études par le même, Alalakh and Chronology, p. 13-14, et par A. Parrot, op. cit., p. 401. La lecture adoptée ici, qui ressort nettement de la photographie, comme M. Dossin me l’a fait observer, a déjà été proposée par W. F. Albright, Journal of the Palestine Oriental Society, 15 (1935), p. 217. L’élément e-da se retrouve à Alalaḫ : cf. Aš-kur-e-da (Wiseman, Alalakh, 54 : 25), Sa-ap-si-e-da (ibid., 57 : passim).

238 Cf. M. Noth, ZDPV, 65 (1942), p. 31. Sur les données archéologiques, voir M. Dunand, RB, 59 (1952). p. 82-90.

239 Les publications essentielles sont citées par A. Parrot, op. cit., p. 406, n. 94 ; voir aussi J. Wilson, ANET, p. 328-329. G. Posener, qui date les figurines de Bruxelles de la fin de la XIIe dynastie, exclut pour elles une date antérieure à Sésostris III (environ 1880-1840), tout en notant qu’« une date un peu plus récente n’est pas impossible » ; les vases de Berlin seraient « légèrement plus anciens » (Princes et pays d’Asie et de Nubie, Bruxelles, 1940. P· 34-35)· W. F. Edgerton a émis la même opinion, mais à propos des textes de Berlin, les plaçant plus volontiers dans la seconde période intermédiaire (JAOS, 60 [1940], p. 492, n. 44). Il est vrai que sa proposition a été faite avant la publication de Posener. Quoi qu’il en soit, un certain intervalle de temps sépare les deux séries, puisque les noms des princes sont différents de part et d’autre lorsque le même pays est nommé à la fois par les vases et par les statuettes. Albright évalue cet intervalle à un siècle environ, s’appuyant en ordre principal sur un argument externe, l’évolution de la situation politique (BASOR, n° 83 [1941], p. 32-33). Voir également à ce sujet les remarques de M. Noth, loc. cit., p. 13.

240 On trouvera toutes les indications utiles dans le chapitre consacré par A. Parrot à la question de la chronologie de la Ire dynastie babylonienne, dans Archéologie mésopotamienne, II, p. 334 et suiv. Voir, plus récemment, Landsberger, Ass. Königslistep. 115 et suiv.

241 Voir W. F. Albright, JPOS, 8 (1928), p. 223-256 ; M. Noth, loc. cit., p. 20-34.

242 Sur le vocabulaire, cf. Dossin, Arch, ép., p. 108-110. D’autres mots d’emprunt ont apparu depuis. Citons notamment : šipum et šapâum (cf. Thureau-Dangin, Orient., N. S., 12 [1943], p. 110-112) ; râsum (ARM, III, 14 : 7) ; miškabtum (ibid., 16 : 24) ; šuḫrûm (ibid., 31 : 8) ; gâyûm (voir ci-dessus, p. 20) ; qaûm (voir ci-dessus, p. 85, n. 2) ; aqdamâtum et aḫarâtum (ARM, III, 15 : 12, 17, 18). Il serait exagéré toutefois de prétendre que les lettres de Mari abondent en termes amorrhéens. Sur les faits de grammaire, voir les observations de A. Finet, RA, 46 (1952), p. 19-24, et ALM, p. VI. A. Caquot a utilisé le matériel fourni par les documents de Mari pour étudier la place de l’« amurrite » parmi les langues sémitiques (Annales archéologiques de Syrie, I [1951], p. 206-225).

243 La source utilisée, empruntée à la série astronomique kakkabΑΡΙΝ, se contente d’intercaler une dynastie d’Amurru entre les rois d’Ur et les Cassites. Th. Bauer avait proposé d’abord la dynastie de Larsa, fondée par le Martu Nablânum (Ostkan., p. 86). Plus tard, à la suite d’une remarque de Weidner (AfO, 3 [1926], p. 69, n. 4), il admit que le titre de roi d’Amurru porté par Ḫammurabi pouvait avoir été à l’origine de la désignation en discussion (ZA, 38 [1928-1929], p. 154, note).

244 Il faudrait, pour affirmer leur présence dès l’époque d’Agadé, un témoignage plus convaincant que les noms d’apparente formation « ouest-sémitique » portés par quatre ou cinq adversaires de Narâm-Sin d’après une légende hittite relativement tardive (2 BoTU, 3 = KBo, III, 13), à laquelle A. Goetze entend faire crédit (Language, 17 [1941], p. 137, n. 85). Comme l’a souligné h. G. Güterbock (ΖA, 44 [1938], p. 79), le roi d’Amurru qui y est mentionné répond précisément à un nom qui n’a rien de sémitique : Ḫu-wa-a-ru-wa-aš.

245 B. Landsberger suppose que le terme de Ḫanéen servait à désigner toute la branche occidentale des « Cananéens de l’Est » (Ass. Königsliste. p. 56, n. 103).

246 Il n’y a pas lieu d’approfondir ici la personnalité du dieu Amurru ni les spéculations théologiques, généralement tardives, qui le concernent ; il s’agit uniquement de l’étudier sous l’angle de ses rapports avec le peuple dont il partage le nom. Pour le reste, on s’en référera aux notices de Dhorme, Recueil, p. 118-119 et note complémentaire p. 761, et de E. Ebeling, RLA, I, p. 101-103. Pour les représentations du dieu dans la glyptique, voir H. Frankfort, Cylinder Seals, Londres, 1939. Ρ· 154- 165.

247 Il reçoit des sacrifices et son nom sert d’élément théophore dans des noms de personnes : cf. N. Schneider, Die Gö lternamen von Ur III (= Anal, orient., 19 [1939]). p. 41. n° 307.

248 Un agent de Zimri-Lim s’appelle Ib-bi-dAmurru (ARM, II, 134 : 3).

249 Voir les listes de noms de personnes dans MDP, XXII et XXIII.

250 Sur ce point, mon enquête n’est pas exhaustive, mais, jusqu’à présent, je n’ai relevé que le nom de I-zi-a-um (A. Moortgat, Vorderasiatische Rollsiegel, Berlin, 1940, n° 488). Le nom d’un autre serviteur du dieu, TVR-a-aḫ-nu-ú, fils de Sa-ba- a-ú-um (G. A. Eisen, OIP, XLVII, n° 66), est probablement « ouest-sémitique ». Dans deux autres cas, les titulaires portent des noms accadiens, mais leur filiation révèle une origine « ouest-sémitique » : lli-atamar, fils de A-i-ma-ra-aṣ (A. Moortgat, op. cit., n° 486), et Nergal-emuqa, fils de I-a-ab-Èl (H. H. von der Osten, OIP, XXII, n° 262).

251 Temple : TCL, X, 11 : 3 ; YOS, VIII, 58 : 2 ; 128 : 2. Fonctions sacerdotales : TCL, XI, 174, rev. 34 ; YOS, VIII, 83 : 33.

252 Temple : PBS, VIII, 1, 81 : 11 ; 82 : 2. Fonctions sacerdotales : BE, VI, 2, 7 : 1, 16 ; 36 : 15 ; ARN, 35 : 1-2.

253 Un contrat de Sippar porte sur des champs situés dans les terres (ugar) du dieu Amurru (V. Scheil, Une saison de fouilles à Sippar, p. 99, S. 10, l. 12). Un mouton est destiné à la consommation du dieu, selon un fragment de tablette provenant vraisemblablement de Sippar (BE, VI, 2, 79, rev. 11-12). A Dilbat, il existe sur la rive de l’Araḫtum un « verger du dieu Amurru » (VS, VII, 34 : 1). A Lagaba, Amurru figure dans une liste groupant plusieurs divinités (TLB, I, 76 : 10). Les textes recueillis à Ur font mention d’une charge sacerdotale (UET, V, 194 : 1), ainsi que d’un tisserand du dieu Amurru (ibid., 393 : 5). Signalons qu’à Suse, le dieu est appelé comme témoin dans un acte juridique (MDP, XXIII, 198 : 17).

254 Il faut signaler toutefois que dans un document remontant au début de la dynastie d’Isin, on semble trouver un personnage nommé LÚ.dMAR.TU, au milieu d’une liste de Martu (BIN, IX, n° 316, col. II, l. 32).

© Presses universitaires de Liège, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search