Version classiqueVersion mobile

Les Nomades de Mésopotamie au temps des rois de Mari

 | 
Jean-Robert Kupper

Chapitre III. Les Sutéens

Texte intégral

1A l’histoire des Sutéens, les archives de Mari ne font qu’ajouter un chapitre nouveau. En effet, les Sutéens sont connus depuis les premiers temps de l’assyriologie. En suivant leurs traces, la recherche cesse de se cantonner sur une aire géographique relativement restreinte et de se mouvoir dans un cadre chronologique étroit. Néanmoins, ce nouveau chapitre que les textes de Mari permettent d’écrire sur les Sutéens, est particulièrement instructif, car il porte sur la phase la plus haute de leur histoire.

  • 1 Les deux copies ont été publiées par A. Poebel : BE, VI, 2, n° 130, et PBSV, n° 75. Le texte en a (...)
  • 2 Telle est la formule que l’on retrouve généralement : cf. YOS, V, n° 141 : 35 ; n° 147 : 20 ; YOS.(...)

2En Babylonie, le témoignage le plus ancien est représenté par l’inscription de fondation du roi Lugal-anne-mundu, qui constitue à lui seul la dynastie d’Adab (IXe Dynastie). A trois reprises, mais dans des contextes incomplets, le souverain énumère successivement : « La Montagne des Cèdres, l’Élam, Marḫaši, Gutium, Subartu, Amurru, Sutiumet la Montagne d’Êanna ». Toutefois, l’inscription ne nous est parvenue que par l’intermédiaire de deux copies plus récentes, datées respectivement d’Abi-ešuḫ et d’Ammisaduqa, si bien que son authenticité a été sérieusement mise en doute1. Même si les copies procèdent d’un original ancien, le texte primitif peut avoir été amplifié ou remanié, en particulier dans le dessein de rajeunir sa nomenclature géographique. Par conséquent, il est prudent de n’utiliser les données du texte en question que pour la période à laquelle appartiennent les copies, c’est-à-dire la seconde moitié de la première dynastie babylonienne. Mais dès lors, il existe des témoignages directs plus anciens. La 14e année de règne de Rîm-Sin tire son nom de la victoire que le roi de Larsa remporta sur les armées coalisées d’Uruk, d’Isin, de Babylone, de Rapiqum et du Sutium2. Il est difficile d’apprécier le rôle exact dévolu aux Sutéens dans cette affaire, sur la seule base de cette formule. Heureusement, nous disposons maintenant d’une documentation contemporaine plus abondante, grâce aux lettres de Mari et, en particulier, à la correspondance échangée entre Šamši-Addu et ses fils.

  • 3 A la ligne 20, lire Ta-ad-m [i-ra-yuki] et traduire : « Parmi les Sutéens, les gens de Tadmer ont (...)
  • 4 L’identification de Na-ša-la-aki avec la NZL (Νáζαλα) des inscriptions palmyréniennes est due à M. (...)

3Les divers traits que l’on relève dans cette correspondance nous dépeignent les Sutéens comme des pillards invétérés. Suivant un message de Iasmaḫ-Addu à son père (ARM, I, 100 : 6-7), une bande de mille Sutéens s’apprête à razzier Iabliya, qui se trouve sur l’Euphrate, entre Ḫanat, actuellement ‘Ana, et Ḫarbê (cf. ci-dessus, p. 39, n. 3). Ailleurs, on informe Iasmaḫ-Addu que deux mille Sutéens se dirigent vers le pays de Qatna ; une soixantaine de leurs congénères ont tenté contre Tadmer et Našalâ un coup de main qui a complètement échoué (V, 23)3. Or cette dernière localité correspond, de nos jours, à Qaryateïn, à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Tadmer, c’est-à-dire Palmyre, sur la route de Damas4. Les nomades sutéens opèrent ainsi dans la partie occidentale du désert syro-arabique, faisant peser leur menace sur les routes et les cités caravanières.

  • 5 awîlumek Su-tu-ú a-bi. A. Falkenstein repousse cette traduction et propose de comprendre : « Les (...)
  • 6 A côté du sens général de « steppe », que G. Dossin a reconnu au vocable gaṣûm, d’origine sémitiqu (...)
  • 7 Cinq kor d’amidonnier et trois ugar d’orge. Cette dernière mesure, particulière à Mari, n’est pas (...)

4Ils apparaissent également dans la correspondance du temps de Zimri-Lim. Le gouverneur de Terqa signale au souverain qu’un campement sutéen s’est installé sur les berges de l’Euphrate, au nord de la ville, sur une étendue de trois lieues. Jusqu’à présent, les nomades entretiennent avec le gouverneur d’excellentes relations et aucun incident ne s’est produit (ARM, III, 12 : 10-15). En revanche, deux lettres provenant du dossier de Baḫdi-Lim, le préfet du palais de Mari, contiennent des nouvelles moins rassurantes. Naguère, un coup de main avait été éventé grâce à l’alerte donnée par un Sutéen ; le même personnage vient de révéler à un agent de Baḫdi-Lim qu’un nouveau raid se prépare (VI, 58 : 10 ss. ; cf. 57 : 4' ss.). Ce sont les troupeaux de moutons que les pillards convoitent. Aussi l’ordre est-il lancé : « Les Sutéens attaquent5 : faites passer à la steppe6 les moutons de votre district » (57 : 10-12). On voit que le pouvoir central disposait d’informateurs dans les propres rangs des nomades. Il est question, dans une autre lettre de Baḫdi-Lim, d’une grosse somme d’argent découverte par des Sutéens dans le Djebel Bishrî (VI, 44). Ayant eu vent de l’affaire, Baḫdi-Lim s’est adressé sur-le-champ à un certain Ḫammitilû ou Ḫammitalû, qui lui a fait parvenir un rapport, s’engageant en outre à lui communiquer tous les renseignements qu’il pourrait obtenir par la suite. Or Baḫdi-Lim mentionne ailleurs le Sutéen Ḫammitalû, qui s’est rendu à Mari pour y recevoir son dû des mains du préfet du palais (VI, 15 : 18-22). On peut supposer que le personnage était venu chercher auprès de Baḫdi-Lim le prix des services qu’il rendait au Palais. La quantité de céréales qu’il emporte7 fait croire que nous avons affaire non à un « indicateur » isolé, mais bien à un petit chef de clan que Zimri-Lim avait gagné à sa cause et dont il pourvoyait à la subsistance.

  • 8 On trouvera un commentaire sur ce document et d’autres se rapportant aux mêmes circonstances dans (...)

5Les Sutéens interviennent encore dans une autre lettre de Mari, mais on la classera en fait parmi les documents relatifs à la Babylonie, car elle émane du roi Ḫammurabi (VI, 51). Elle a été expédiée alors que Zimri-Lim se portait au secours de la ville de Razamâ, assiégée par des troupes élamites et ešnunnéennes8. Ḫammurabi presse Baḫdi-Lim de le tenir régulièrement au courant des événements. Il lui demande aussi de faire transmettre son message à Zimri-Lim : « Si tu peux faire passer les Sutéens que je t’ai envoyés, fais équiper les Sutéens que j’ai envoyés et envoie-les à Zimri-Lim ; mais si tu ne peux faire passer les Sutéens que je t’ai envoyés, fais porter toi-même cette tablette à Zimri-Lim » (lignes 13'-20'). On sait par ailleurs qu’un contingent de troupes babyloniennes était venu renforcer l’armée de Zimri-Lim (VI, 54), mais il ne paraît pas que les Sutéens dont il est question ici en fassent partie. Il s’agit plutôt d’un petit détachement qui aura escorté le messager de Ḫammurabi à Mari. En tout cas, la preuve est faite que des Sutéens servaient comme mercenaires dans les armées babyloniennes.

  • 9 Cf. Stamm, Namengebung, p. 268-269. La plupart des exemples cités par l’auteur sont d’époque cassi (...)

6D’autres documents confirment l’infiltration des Sutéens dans le pays, non seulement à cette époque, mais déjà bien auparavant. A Marad, en Moyenne Babylonie, sous le règne de l’ « Ouest-sémite » Iamsi-El, contemporain des débuts de la 1re dynastie babylonienne (cf. ci-dessous, p. 201), un certain Su-tu-um est nommé dans un texte juridique (Speleers, Inscriptions, n° 253,1. 7). Il n’est pas douteux que le terme joue ici le rôle d’un nom de personne, soit qu’on ait utilisé le gentilice comme une désignation commode, soit que le surnom que l’individu devait à son origine ait fini par supplanter son nom véritable9. Le document est largement antérieur à la 14e année de Rîm-Sin, mais il était inutile d’en faire état avant d’avoir reconnu l’identité des Sutéens.

  • 10 Les cas douteux sont laissés de côté, tels TCL, X, n° 55 : 14, et TCL, XVII, n° 20 : 16.

7Dans un contrat de partage daté de la 29e année de Rîm-Sin, on trouve un esclave portant également le nom de Su-tu-um (YOS, VIII, n° 98 : 15). Il pourrait s’agir d’un Sutéen capturé jadis sur le champ de bataille par les troupes de Rîm-Sin et emmené en esclavage à Larsa. Mais déjà en l’an 6 de Rîm-Sin, donc avant la victoire du roi sur les nomades, on rencontre à Ur deux esclaves sutéens : dŠamaš-ra-bi Su-tu-um et Warad-dŠamaš Su-tu-um (UET, V, n° 108 : 3 et 19). Désormais, les exemples se multiplient. La plupart du temps, on se contente de désigner les Sutéens par leur gentilice, comme dans le texte de Marad. C’est le cas pour un jardinier exploitant une palmeraie royale à Larsa (TCL, XI, n° 187 : 8), pour des rationnaires à Ur (UET, V, n° 496 : 11) et à Dilbat (75, VII, n° 187, col. XII, 1. 6, 14 ; col. XIII, 1. 29 ; col. XVIII, l. 3) et pour d’autres individus, de condition inférieure ou indéterminée (75, XVI, n° 65 : 6 ; Pinches, Berens Coll., n° 102 : 4 ; TCL, XVII, n° 52 : 8)10. Un document de Sippar, remontant au règne de Samsu-iluna, cite parmi les témoins un certain Su-tu-um, fils d’Ibiq-Ištar (PBS, VIII, 2, n° 230 : 19). Il est courant de voir un étranger baptiser son fils d’un nom babylonien, mais ici, c’est le fils qui porte un nom réservé d’ordinaire à des étrangers : peut-être était-ce un ancien esclave qu’un habitant de Sippar avait affranchi par adoption.

  • 11 Écrit Su-ü-tum : c’est le seul exemple d’allongement de la première voyelle. On trouve au nominati (...)

8Toutefois, le terme « Sutéen » ne prend pas toujours, on l’a déjà vu, la place du nom personnel. A Sippar, une liste de rations datée d’Ammiṣaduqa prévoit une livraison d’orge au bénéfice d’un Sutéen (awliSu-ti-i) qui garde un champ (CT, VIII, 21d : 10). Un autre Sutéen11 donne une maison en location à une « oblate » de Nergal (FS, XVI, n° 140 : 10-11 ; cf. P. Kraus, MVA G, XXXVI, 1, p. 101-105). Une lettre privée mentionne un Sutéen, du nom de Mi-il-ki-lu-i-la, au service d’un propriétaire de troupeaux (VS, XVI, n° 10 : 5). Sous le règne d’Ammiṣaduqa, un Sutéen nommé Ia-ab-sú-ú est installé à Sippar. On relève son nom sur divers contrats : il loue une terre, prête de l’argent ou intervient comme témoin (cf. ci-dessus, p. 19). Un de ses compatriotes, du nom de Ia-di-ú, demeure également à Sippar, où il prend un champ à bail pour un an (CT, VIII. 14a : 7, et son duplicata CT, VIII, 10b : 7). Un texte de Chagar Bazar signale la présence d’une femme sutéenne appelée A-at-ta parmi le personnel du palais d’Êkallâtum, en Assyrie (Gadd, Chagar Bazar, p. 43 et n° 991, p. 58).

9Jusqu’à présent, nous n’avons rencontré que des individus isolés, qui résident à des titres divers dans les villes babyloniennes, — ce qu’il ne nous avait pas été loisible d’observer dans le cas des Benjaminites. Un passage d’une lettre provenant d’Ur (TCL, XVII, n° 58) nous met aussi sur la trace d’une installation collective : « de ma demeure à la porte d’Ur, où j’habite en face des Sutéens... (l. 9 : ma-ḫar Su-ti-i) » écrit l’auteur de la lettre à son correspondant de Larsa. Il s’agit naturellement du campement que les Sutéens avaient établi près d’une des portes de la ville ; c’est à des établissements de ce genre que les localités de Sippar-Amnanûm et de Sippar-Iaḫrurûm avaient dû leur naissance (cf. ci-dessus, p. 76-77). On peut être assuré d’ailleurs que cette habitude était répandue dans toute la Babylonie et que des nomades gîtaient un peu partout à proximité des grandes cités. Remarquons pourtant que dans les deux cas de Sippar et d’Ur, les seuls qui soient documentés, il s’agit de centres religieux renommés, où l’on vénérait les grandes divinités astrales, le Soleil et la Lune.

10Une tablette découverte à Ur même et que son écriture classe approximativement à l’époque hammurabienne, énumère de modestes sommes d’argent offertes à la déesse Ningal, la parèdre de Sin. L’un des donateurs est présenté sous le nom de Mar. tu Su-ti-um (UET, V, n° 564, col. 1,l. 6). On hésite un instant à reconnaître le gentilice dans le terme Su-ti-um, réservé, semble-t-il, au pays des Sutéens, tandis que le gentilice s’exprime normalement par la forme Su-tu-ú ou Su-tu-um (cf. ci-dessus, p. 87, n. 3). Mais, dans ce cas, nous attendrions une indication supplémentaire, tout au moins le déterminatif géographique ki. Il faut donc croire qu’il y a bien là deux gentilices, le second précisant le premier : c’est un Amorrhéen, qui appartient au groupe des Sutéens. Le rapprochement des deux termes livrera toute son importance lors de l’étude du problème des Amorrhéens. Quant au Sutéen en question, il est probable que ce n’était pas un habitant d’Ur, étant donné la façon inaccoutumée de le désigner : ne serait-ce pas plutôt un de ces semi-nomades dont nous venons de rencontrer le campement aux portes de la ville ?

  • 12 Texte publié par de Liagre Böhl dans Bibl. orient., 8 (1951),p. 54 et pl. I et II ; selon W. F. Le (...)

11De leur côté, certains témoignages révèlent que les nomades sutéens n’avaient pas perdu leurs habitudes de pillards. L’expéditeur d’une lettre retrouvée à Sippar lance à son maître un pressant appel au secours : il est en prison, malade et mourant de faim. A son dire, chacun connaît à Sippar et à Babylone la vérité sur son histoire. Ce n’est pas lui qui est coupable ; son maître lui avait fait transporter de l’huile de l’autre côté du fleuve, mais les Sutéens la lui ont ravie (VAB, VI, n° 154 : 33-34). L’affaire s’est donc déroulée dans le nord de la Babylonie, au delà du fleuve, c’est-à-dire sur la rive droite de l’Euphrate. Une autre lettre, qui émane du roi Samsu-iluna, signale des Sutéens dans une direction toute différente. Des habitants de l’Idamaraṣ et d’Arrapḫa ont été capturés par les nomades ; le souverain déclare que le rachat de prisonniers aux Sutéens entraînera la perte des sommes déboursées12.

  • 13 Cf. Th. Jacobsen, Gimilsin Temple, p. 199, et F.R. Kraus, afo, 16, 2 (1953). p. 322. Selon Kraus, (...)

12Dans un texte daté de l’année inaugurale du mystérieux Rîm-Anum, dont on ne sait au juste où il régna et qui fut contemporain de Rîm-Sin de Larsa13, il est question de Sutéens (awliSu-tu-u[m]) détenus, semble-t-il, en compagnie de gens du pays de Mutiabal, à l’est du Tigre (VS, XIII, n° 41 [= HG, n° 1844], 1. 4-5).

13L’époque de la 1re dynastie babylonienne a fourni la documentation mise en œuvre jusqu’ici. Les témoignages contemporains qu’elle offre sont suffisamment nombreux pour permettre d’apprécier la situation de façon objective. C’est pourquoi il est utile de faire le point dès maintenant.

  • 14 On voit que la position de E. Forrer, qui assignait spécialement aux Sutéens le territoire compris (...)
  • 15 Les remarques de Šamši-Addu, l’expéditeur du document, montrent que l’on a affaire à forte partie  (...)
  • 16 Si la restitution proposée à la note précédente est exacte, il est question dans la lettre ARM, I, (...)

14D’après les textes de Mari, les Sutéens parcourent la steppe syrienne, de Mari et du Djebel Bishrî à Palmyre et à Qatna14. Ils fréquentent aussi les confins du désert sur la rive occidentale de l’Euphrate, jusqu’aux avant-postes de la Babylonie. C’est ainsi qu’ils opèrent un coup de main en force contre Iabliya, au sud de ‘Ana (ARM, I, 100 : 6-7). Un rezzou qui a Rapiqum pour objectif et dont une cassure a emporté le nom des auteurs (ARM, I, 83 : 15 ss.), leur sera attribué sans beaucoup d’hésitation15. Tout naturellement, on est amené à penser à ces Aḫlamû araméens, auxquels Téglath-phalasar Ier se heurtera, quelques siècles plus tard, exactement dans les mêmes parages : « Depuis la ville de Tadmar, — c’est-à-dire Palmyre, — qui est au pays d’Amurru, depuis la ville d’Anat, qui est au pays de Suḫi, et jusqu’à la ville de Rapiqu, qui est au pays de Karduniaš, je réalisai leur défaite... » ou encore : « Six de leurs villes qui sont au pied du mont Bishrî je conquis » (cf. ci-dessous, p. 110). Eux aussi, les Sutéens des archives de Mari sont des nomades, qui promènent leurs troupeaux de moutons16 dans les zones de climat sub-désertique et dont les relations avec les sédentaires sont le plus souvent hostiles. Même lorsque leurs intentions semblent pacifiques, les gens des villes se tiennent sur leurs gardes. Quand un groupe de Sutéens vient s’installer dans les environs de Terqa sans provoquer aucun trouble, le gouverneur du district n’omet pas pour autant de rappeler au roi que ses forces de gendarmerie sont solides (ARM, III, 12 : 7). L’attitude amicale de quelques nomades, voire de certains clans, constitue l’exception. Sur l’organisation des tribus, leur système politique, les textes ne nous livrent pas le moindre renseignement.

15Si nous passons à la Babylonie, la plupart de nos informations concernent des Sutéens qui se sont fixés dans le pays et ont adopté la vie sédentaire, comme c’était le cas des Benjaminites, et pour des raisons analogues. Il est vrai que c’est en guerriers qu’ils font leur première apparition en nombre dans ces contrées, puisque Rîm-Sin les compte parmi les adversaires qu’il a défaits au cours de sa 13e année de règne. L’ordre dans lequel le roi de Larsa énumère ses ennemis n’est pas indifférent ; il va du plus proche au plus éloigné : Uruk, Isin, Babylone, Rapiqum et le Sutium. Nous avons vu que les Sutéens poussaient des pointes jusqu’aux abords de Rapiqum. Le pays de Sutium, qui désigne le territoire occupé par les Sutéens, est donc parfaitement à sa place, mais on comprend mal son intervention dans les luttes dynastiques qui déchiraient la Babylonie. Les Sutéens n’avaient vraiment aucune raison particulière de se joindre aux coalisés pour combattre Larsa, à l’autre bout du pays de Sumer, sinon l’espoir de prendre leur part du butin. Le caractère belliqueux des nomades était suffisamment connu pour que l’on fît appel à leur concours intéressé. Même Isin, semble-t-il, ne fournit qu’un corps auxiliaire à la coalition, dont Uruk était l’âme (cf. F. R. Kraus, JCS, 3 [1951], p. 39) ; l’apport des Sutéens fut sans doute du même ordre. En tout cas, il n’est pas question de voir ici la première manifestation de la puissance politique des Sutéens en Babylonie ; l’événement ne fait que confirmer les données des lettres de Mari.

16L’acte de brigandage commis par des Sutéens dans le nord de la Babylonie, sur la rive droite de l’Euphrate, doit être considéré dans la même perspective. Si les nomades infestent la région de Rapiqum, certaines de leurs bandes peuvent aussi s’aventurer plus au sud, sur les franges du désert ; trois journées de marche seulement séparent Rapiqum de Sippar. En somme, il n’y a que la brève allusion à un campement aux portes d’Ur pour nous rappeler le genre de vie primitif des nomades en Babylonie. Partout ailleurs, il n’est question que de Sutéens passés au service des habitants ou travaillant pour leur propre compte. La plupart des témoignages sont relativement tardifs ; le plus ancien, qui remonte au début de la 1re dynastie de Babylone, est tout à fait isolé. Ils ne deviennent abondants qu’avec l’époque de Rîm-Sin et de Ḫammurabi.

  • 17 La 37e année du règne de Ḫammurabi est datée de la défaite infligée aux armées de Turukkum, de Kak (...)
  • 18 Sur les événements du règne de Samsu-iluna, voir l’article capital de Thureau-Dangin, Chron. Ire d (...)

17Certains passages méritent une mention spéciale ; ils intéressent en effet des régions qui semblaient échapper jusqu’à présent à la pénétration des Sutéens. La servante sutéenne qui vit au palais d’Êkallâtum, sous le règne de Šamši-Addu, est sans doute une esclave venant de la vallée de l’Euphrate. En revanche, la lettre de Samsu-iluna à propos des habitants d’Arrapḫa et de l’Idamaraṣ tombés entre les mains des Sutéens pose des questions plus embarrassantes. Ce ne sont pas des nomades cantonnés dans le désert syrien qui auraient pu lancer un rezzou au delà des deux fleuves, dans des contrées aussi éloignées que l’Idamaraṣ et le pays d’Arrapḫa, qui s’étend autour de Kerkuk. Par conséquent, il faudrait admettre que des clans sutéens avaient pris pied sur la rive orientale du Tigre. Bien que notre texte soit le seul à témoigner dans ce sens17, l’hypothèse ne peut être écartée à priori. Mais pourquoi Samsu-iluna portait-il intérêt aux captifs ? On n’ignore pas que le monarque babylonien avait soumis, pour un temps au moins, le pays d’Idamaraṣ18. Au retour de son expédition victorieuse, il avait emmené en captivité la population des régions conquises. D’autre part, nous avons appris par les archives de Mari que Ḫammurabi, son père, avait eu des Sutéens à son service. Dès lors, on est tenté de mettre la lettre de Samsu-iluna en rapport avec l’expédition en question, ce qui nous conduirait à reconstituer les faits de la manière suivante. Les Sutéens ont pris part à la campagne en qualité de troupes auxiliaires dans l’armée babylonienne. Les captifs qu’ils mettent en vente, hommes et femmes ramenés d’Arrapḫa et de l’Idamaraṣ, ont été déportés sur les ordres du souverain ; ils appartiennent à l’état et personne n’a le droit d’en disposer à son gré. C’est ce qui motive l’intervention royale : les marchands qui seraient tentés de racheter des prisonniers aux Sutéens se les verraient confisquer, sans nulle indemnité.

18Quant aux Sutéens que Rîm-Anum retient prisonniers, il est impossible de savoir à la suite de quelles circonstances ils avaient été capturés. Le texte qui nous les signale appartient à une série de documents de contenu plus ou moins analogue (=H G, nos 1836 à 1856), qui n’ont pas encore été interprétés de façon satisfaisante.

  • 19 L’ordre géographique n’est pas respecté ; Su-ti-umki vient à la suite de Elamki, Duṣ-duṣ-liKi, Kiš(...)
  • 20 Ch.-F. Jean, Tell Sifr, Paris, 1931, n° 13, l. 14 : mât Su-tu-ú-um (ne cite pas l’Élam) ; UET, V, (...)

19Le pays des Sutéens est mentionné beaucoup plus rarement. En dehors de l’inscription de Lugal-anne-mundu, qui est un texte littéraire selon toutes les apparences, et d’une liste géographique rédigée à l’ancienne époque babylonienne (IV R2 36, n° I, l. 23)19, l’expression « pays de Sutium » se retrouve seulement dans la formule de la 14e année de Rîm-Sin et dans une curieuse clause qui revient dans deux actes d’adoption : au cas où l’intéressé renierait ses parents adoptifs, il courrait le risque d’être vendu comme esclave en Élam, au pays des Sutéens ou au pays de Iaḫmutum20.

  • 21 C’est sous la seconde forme que le nom se retrouve dans une lettre du temps de Šamši-Addu, où il e (...)

20Dans le domaine de l’onomastique, nous pourrons consulter avec fruit tant les archives de Mari que les documents émanant de Babylonie. La réponse est presque unanime : les noms livrés relèvent de la meilleure tradition « ouest-sémitique ». La lettre qui rapporte les entreprises des Sutéens contre Palmyre et Našalâ révèle les noms des têtes de l’expédition : ce sont Ga-zi-za-nu-[um], A-bi-sa- ri-[e] et Ḫa-mi-ur-ku-x [x x]-um (ARM, V, 23 : 5-7). Il est vraiment significatif de voir réapparaître ici le nom du sixième roi de la dynastie de Larsa, porté par un chef de bande sutéen. Le nom du premier pillard doit être dérivé de la racine GZZ, qui a donné en hébreu le nom propre TTJ (I Chroniques, II, 46). Quant au troisième, que je ne puis restituer, son élément initial trahit clairement son appartenance. Cet élément identifie de même le nom du Sutéen que le préfet du palais de Mari interroge sur la découverte d’un trésor dans le Djebel Bishrî ; il s’appelle, en effet, Ḫa-am-mi-ta-lu-ú (ARM, VI, 15 : 18 ; 44 : 9’) ou Ḫa-am-mi-ti-lu-ú (VI, 44 : 3')21.

21De son côté, l’un des Sutéens qui ont mis la main sur l’argent se nomme Ḫa-zi-ru-um (VI, 44 : 5'). La lettre qui traite de cette affaire contient en outre, dans un passage mutilé, le nom de A-bi-sa-ri-e (l. II') ; grâce au document qui vient d’être mentionné, on l’attribuera à l’un des Sutéens du Djebel Bishrî.

  • 22 C’est ainsi qu’il apparaît à Nippur (cf. ARN, p. 119), où ne se décèle aucune influence « ouest-sé (...)

22La Sutéenne d’Êkallâtum, citée par un texte de Chagar Bazar, s’appelle A-at-ta. Il n’est pas certain que le nom se confonde avec A-at-ta-a, que l’on retrouve toujours en milieu babylonien et qui est porté d’ordinaire par des hommes22.

Mi-il-ki-lu-i-la Ia-ab-sú-ú CT,a Ιa-di-ύ CT, b :a23 Ia-di-ú Ša-ak-, Ιa-aš-ki-it-Èl,24 Ia-ab-sú-ú, Su-ga-gi, A-la-zum,Su-ga-gi BAP, Ia-ab-sú-ú, elêṣum.25

23Il n’y a finalement que les noms des deux esclaves en service à Ur au temps de Rîm-Sin à faire exception : dŠamaš-ra-bi et Warad-dŠamaš (UET, V, n° 108 : 3, 19). Toutefois, on sait maintenant que le nom du dieu-soleil peut entrer en composition dans des noms propres « ouest-sémitiques », tels Ḫa-ad-ni-Sa-ma-ás à Mari (ARM, IV, 37 : 5) et Zi-im-ri-Sa-maš à Alalaḫ (Wiseman, Alalakh, n°56 : 46).

24Si, malgré les objections soulevées plus haut, le nom Su-ga-gi était bien issu de la fonction, on pourrait en déduire que les Sutéens connaissaient l’institution des sugâgu, ce qui est d’ailleurs, en tout état de cause, extrêmement probable.

  • 26 Le signe KU ne peut être mis en doute dans la copie de G. Dossin.
  • 27 L’absence de mimmation ne constitue pas un argument décisif : Su-tu-ú est employé à plusieurs repr (...)

25A ce sujet, il faut citer un texte qui n’a pas été utilisé jusqu’ici. Dans une lettre adressée à son frère Išme-Dagan, après la disparition de Šamši-Addu, Iasmaḫ-Addu décrit le succès qu’il vient de remporter. Tous les cheikhs (sugâgu), dit-il, ont été tués. Suivent alors plusieurs noms, tous de frappe « ouest-sémitique », qui doivent désigner les adversaires vaincus. Plus loin, dans un contexte mutilé, sont rapportés divers épisodes de la bataille, à l’issue de laquelle il semble que le roi et les girsiqqû de l’ennemi aient réussi à s’échapper (ARM, V, 2 : revers). Le quatrième personnage de la liste, qui se nomme Ia-si-im-dAddu, est qualifié de Gutéen (l. 11' : Qú-tu-ú). Or les Gutéens, peuple descendu des montagnes à l’est de la Mésopotamie dès l’époque d’Agadé, ont laissé un nombre suffisant de noms de personnes pour exclure toute affinité avec les Sémites de l’Ouest. En outre, leur activité ne s’étend pas jusqu’à la région de Mari. Par conséquent, l’information que nous avons sous les yeux est à ce point inattendue que l’idée d’une erreur vient naturellement à l’esprit : ne doit-on pas comprendre Su-tu-ú au lieu de Qú-tu-ú26 ? La solution serait satisfaisante ; elle confirmerait, s’il en était encore besoin, le caractère « ouest-sémitique » des noms propres sutéens. On pourrait aussi, comme l’a fait G. Dossin dans sa traduction (ARMT, V, p. 17), faire porter l’épithète sur tousles noms qui précèdent ; l’hypothèse me paraît moins vraisemblable, vu la place du terme au milieu de l’énumération, mais on ne peut l’exclure27.Outre les noms propres A-ḫi-ma-ra-a, Ia-ma-aṭ ṭi-Èl et Zi-im-ri-ilu-ma à ajouter à notre collection, nous obtiendrions par la même occasion de précieux renseignements sur l’organisation politique des Sutéens. La mention des sugâgu renforcerait la suggestion faite plus haut ; en revanche, l’apparition des girsiqqû ne laisserait pas de surprendre. Toutefois, le nom de Iasîm-Addu est suivi de plusieurs autres, dont deux contiennent l’élément divin Dagan. Il est probable que les personnages cités ici n’étaient pas des Sutéens, puisque seuls les quatre premiers, si l’on suit l’hypothèse de G. Dossin, sont désignés expressément comme tels. Certains détails significatifs peuvent avoir disparu dans une des nombreuses cassures du texte, dont la fin est particulièrement mal conservée. C’est pourquoi il est prudent de n’en pas faire usage, malgré l’intérêt qu’il éveille, mais il ne pouvait être passé sous silence, car de nouveaux documents permettront peut-être d’en tirer parti plus tard.

26De tout ce qui précède, il ressort qu’à l’époque de la 1re dynastie babylonienne, les Sutéens sont des nomades qui circulent sur un territoire fort étendu sans doute, mais bien délimité : la steppe syrienne, entre l’Euphrate et la branche occidentale du « Croissant fertile ». Leurs noms sont, pour la plupart, typiquement « ouest-sémitiques ». La constatation a d’autant plus de poids que ces noms proviennent de différentes sources, non seulement de Mari, où l’élément « ouest-sémitique » était prédominant, mais aussi de Babylonie, où il était en minorité ; c’est l’assurance qu’ils reflètent fidèlement la situation. Par conséquent, sans préjuger la question de l’origine et de la signification propre du vocable Sutû, il est clair qu’on l’appliquait en ce temps-là à une population qui présentait une réelle unité ethnique. On l’a considéré parfois comme un appellatif. L’étude de l’état le plus ancien de la question semble bien infirmer cette vue. Il est difficile de tenir le terme de Sutéen pour un appellatif désignant les nomades du désert, quand on le voit utilisé en Babylonie à propos de gens ayant, si l’on ose dire, pignon sur rue.

27L’histoire des Sutéens ne se termine pas ici. Il est instructif de la poursuivre, même au delà du cadre qui a été convenu, car elle nous éclairera sur le comportement des groupes nomades s’in- filtrant peu à peu dans les terres sédentaires. En Babylonie proprement dite, la dynastie de Ḫammurabi éteinte, les Sutéens disparaissent des textes pour longtemps. Mais ils vont bientôt manifester leur présence dans les régions situées à l’ouest de la steppe syrienne.

  • 28 Selon S. Smith, l’éditeur de sa biographie, Idrimi aurait régné approximativement de 1414 à 1385 ((...)
  • 29 D’après une lettre inédite, utilisée par G. Dossin (Alep, p. 235), que Zimri-Lim adresse au roi d’ (...)
  • 30 Ajoutons qu’en gagnant la vallée de l’Euphrate, Idrimi s’écartait résolument des états de son père (...)

28Le roi Idrimi, qui régnait sur Alalaḫ vers le début du xve siècle avant notre ère28, nous a laissé sa biographie ; elle est inscrite sur sa statue, qui a été exhumée dans un temple de la ville (Smith, Idri-mi, p. 14 et suiv.). Le souverain commence par relater sa fuite, en compagnie de ses frères, à la suite de troubles qui avaient éclaté à Alep et avaient provoqué, selon toute apparence, la mort de son père. C’est d’Alep même, semble-t-il, que les princes s’étaient enfuis, bien que le texte ne soit pas décisif à cet égard (cf. Smith, ibid., p. 73). Leur première étape sur la route de l’exil est la ville d’Emâr (E-marki), où ils vont chercher refuge auprès de la famille de leur mère. Idrimi décide ensuite de se séparer de ses frères. Il quitte Emâr, emmenant avec lui ses chevaux, son char et son écuyer, traverse le désert et pénètre chez les Sutéens (l.15 : li-bi ṣâbêmeš Su-tu-úki), où il passe la nuit. De là, il se rend au pays de Canaan pour gagner la ville d’Ammiya (lignes 3-20). Par les lettres d’Amarna, on sait que cette dernière localité se trouvait à hauteur de la baie qui s’ouvre au nord du promontoire de Râs esh-Shaqqa (cf. Smith, ibid., p. 72-73). Quant à Emâr, S. Smith écarte l’hypothèse d’une localisation au sud d’Alep pour placer la ville sur la rive gauche de l’Oronte, à une trentaine de kilomètres en amont d’Alalaḫ (ibid., p. 73-74 et carte). Or on peut difficilement éviter l’identification d’Emâr avec le pays d’Imâr, que les archives de Mari situent sur l’Euphrate, dans la direction d’Alep29. Du coup, le terme « désert » (l. 14 : ma-at ḫu-ri-ib-teki) conserve son plein sens, alors que S. Smith est contraint de l’appliquer au territoire qui s’étend à l’ouest de l’Oronte moyen ; il désigne la portion septentrionale de la steppe syrienne, où il est tout naturel de rencontrer des clans de Sutéens nomades. A la vérité, l’identification soulève deux objections. En marchant vers l’Euphrate, Idrimi se rapprochait du royaume de Ḫurri, avec lequel il devait être en termes hostiles (cf. lignes 43-44 de l’inscription). Mais nous ne connaissons pas exactement la situation politique qui prévalait au temps de la disparition d’Ilim-ilimma, le père d’Idrimi, situation qui est en relation mutuelle avec la chronologie adoptée. Il est possible d’ailleurs que c’est par souci de sa sécurité que le fugitif quitta ensuite Emâr pour rallier l’Ouest30. En second lieu, de l’Euphrate au pays de Canaan, la distance est assez longue : presque trois cents kilomètres. Or le récit d’Idrimi donne à croire que le voyage s’effectua en deux étapes : le jeune prince traverse le désert, passe la nuit chez les Sutéens, puis se met en route le lendemain pour gagner le pays de Canaan. Toutefois, il est évident que notre texte, qui rappelle en moins de cent lignes les événements marquants de la vie et du règne d’Idrimi, ne s’attarde pas sur les détails superflus. On peut admettre sans difficulté que le seul fait mémorable de la traversée du désert fut la rencontre d’une tribu de nomades, accueillante au fugitif. En attendant que de nouveaux documents de Mari fixent avec précision la situation d’Imâr, l’essentiel est de savoir que le désert franchi par Idrimi représente la steppe syrienne, toujours habitée par les Sutéens.

  • 31 Le texte porte SU.MEŠ (1. 84. pl. XII). On peut retenir ici la suggestion de S. Smith (Idri-mi, p. (...)

29De longues années plus tard, après avoir repris pied dans son royaume, conclu un traité d’alliance avec le Ḫurri et conduit une campagne victorieuse contre les Hittites, Idrimi songe à consolider son pouvoir à l’intérieur. « Les Sutéens31 qui (se trouvaient) dans mon pays, déclare-t-il, je les fis demeurer dans le contentement ; ceux qui n’habitaient pas dans une demeure, moi, je les installai et j’affermis mon pays » (inscription, l. 84-86). Il apparaît donc que certains clans sutéens s’étaient déjà fixés sur les confins du pays d’Alep ; quant à ceux qui nomadisaient encore et risquaient de provoquer des troubles, Idrimi se targue de les avoir attachés au sol. Mais c’était là vouloir remplir le tonneau des Danaïdes, car de nouveaux groupes surgissaient sans cesse du désert, à mesure que leurs devanciers s’installaient à la lisière des terres fertiles ou y pénétraient.

  • 32 On lit encore, entre deux lacunes (pl. I) : mi-in-d [ì x] x.GAR.MEŠ mi-in-di ṣâmeš mât Su-tiki « (...)
  • 33 Transcription du texte, op. cit., p. 71 ; copie dans JCS, 8 (1954), p. 11. Voir aussi M. Greenberg(...)

30Le prologue d’un traité d’extradition conclu entre Niqmepa, fils d’Idrimi et contemporain de Saussatar de Mitanni, et son voisin, le prince de Tunip, fait état de guerriers sutéens (Wiseman Alalakh, n° 2, 1. 5). Malheureusement, tout le passage est mal conservé32 ; il ne permet pas d’affirmer que ces guerriers étaient au service de Niqmepa. En tout cas, les Sutéens n’avaient pas perdu leurs vieilles habitudes. Un texte datant approximativement de la même époque énumère des Sutéens détenus pour brigandage dans différentes cités (ibid., n° 228, p. 80). Dans une liste de guerriers SA.GAZ, figure un certain dIM.EN mâr Su-ti (ibid., n° 181, l.17)33· Les noms des autres personnages mentionnés sont suivis, pour la plupart, d’un nom de lieu. Il est donc possible que l’expression mâr Su-ti désigne ici, comme l’a suggéré J. Bottéro (Ḫabiru, p. 40), l’appartenance à une tribu plutôt que la filiation. Aussi bien le passage est-il surtout intéressant pour la question des Ḫabiru.

31A Nuzi, une liste d’esclaves mis en vente par le roi mentionne deux individus, dont le premier s’appelle Ša-ar-tum, qui sont originaires du pays des Sutéens : ša mât Su-ti-i (voir E. Lacheman, BASOR, n° 78 [avril 1940], p. 23). Comme il s’agit d’esclaves échoués à Nuzi on ne sait comment, le renseignement est de peu de valeur.

  • 34 Le texte a été repris par W. F. Albright dans BASOR, n° 82 (1941), p. 44-46, et récemment par J. N (...)

32Revenons à l’Ouest. Dans une lettre recueillie à Ras Shamra et publiée naguère par E. Dhorme (Mél. Dussaud, p. 203-207), le roi de Carkémiš communique au roi d’Ugarit Ammistamru le résultat de l’enquête menée, sur sa demande, au sujet d’un esclave, porteur d’une somme d’argent, qu’on avait pu racheter aux Sutéens qui l’avaient capturé34. On voit comment les nomades tiraient profit de leurs coups de main.

33Les lettres d’Amarna, elles aussi, connaissent bien les Sutéens, à la fois comme pillards et comme mercenaires ; rien n’avait changé depuis le temps de Zimri-Lim et de Ḫammurabi. Nous apprenons par un message du roi d’Assyrie Aššur-uballit à Aménophis IV que des Sutéens avaient retenu, sans doute pour les rançonner, des courriers égyptiens qu’ils ramenaient d’Assyrie dans leur pays (VAB, II, n° 16 : 38 ss.) ; les nomades servaient apparemment de guides aux messagers du Pharaon pour la traversée du désert entre l’Euphrate et les possessions égyptiennes. Un prince local, du nom de Dagan-takala, supplie le Pharaon de le sauver de la main des Ḫabiru (SA.GA.AZ), des pillards (ḫa-ba-ti) et des Sutéens (ibid., n° 318 : 13). On ignore malheureusement où résidait le personnage, bien que Knudtzon le fasse régner, sans raison apparente, en Palestine méridionale (ibid., p. 1039). Un autre roitelet, le prince de Gézer, dans le sud-ouest de la Palestine, se trouve, semble-t-il, dans une situation critique à cause des Sutéens, mais le passage est assez obscur (ibid., n° 297 : 16 ; traduction récente par W. F. Albright, ANET, p. 490). Dans le cas de Dagan-takala, les Sutéens sont mis sur le même pied que les « pillards » ; ici, on ne sait dans quel camp il convient de les ranger. Dans une lettre fort habile, un fils du célèbre Aziru d’Amurru se plaint auprès d’un haut fonctionnaire égyptien que son père soit retenu à la cour d’Égypte. Les rois de Nuḫašše l’accusent d’avoir vendu son père au Pharaon ; tout son entourage prétend qu’Aziru ne reviendra plus, et les Sutéens, qui pensent de même, se lèvent pour engager les hostilités (VAB, II, n° 169). Le royaume d’Amurru englobait certainement, dans l’hinterland de la Phénicie, en bordure de la steppe syrienne, des territoires qui pouvaient être fréquentés par les nomades, mais il est plus probable que les Sutéens en question (l. 25 et 29 : amîlûmeš ṣâbû Su-u-du) étaient des mercenaires au service d’Aziru.

  • 35 Publication par F. Hrozný dans E. Sellin, Tell Ta‘annek (= Denkschriften der kaiserl. Akad. der Wi (...)
  • 36 Son nom est Zi-ra-ya (= PI). A. Gustavs, qui lit Zi-ra-wa, suggère de rapporter le vocable soit à (...)

34En effet, des auxiliaires sutéens figuraient dans les armées des dynast es locaux. Le prince Biryawaza, qui gouvernait le pays d’Upi, c’est-à-dire le pays de Damas, se met à la disposition du Pharaon avec ses guerriers, ses chars, ses frères, ses Ḫabiru et ses Sutéens (ibid., n° 195). Rib-Addi de Byblos dénonce au Pharaon un résident égyptien, probablement de la région de Damas (cf. O. Weber, ibid., p. 1222), qui l’a fait attaquer par des Sutéens ; les assaillants lui ont tué ou enlevé plusieurs hommes (ibid., n° 122 : 34 et n° 123 : 14). Un document faisant partie du lot découvert à Ta‘annak, à peu de distance au sud de Megiddo, et qui est légèrement antérieur aux lettres d’Amarna35, mentionne pareillement un Sutéen parmi un groupe de soldats (n° 3, rev., l. 4)36.

  • 37 Sur les principaux événements de l’histoire hittite au temps des prédécesseurs de Šuppiluliuma, vo (...)

35Ces Sutéens jouaient leur rôle dans les combats incessants que les roitelets de Syrie et de Palestine se livraient entre eux. Leurs puissants voisins du nord, les Hittites, qui allaient mettre à profit ces luttes intestines, songèrent eux aussi à prendre à leur service les belliqueux habitants de la steppe. Il est probable que c’est par l’intermédiaire des princes syriens qu’ils apprirent à les connaître et à apprécier leur valeur au combat ; en effet, jusqu’à la conquête de la Syrie septentrionale par Suppiluliuma, les Hittites n’avaient plus eu de contact direct avec le domaine des nomades, depuis l’époque où Tudhaliya l’Ancien, l’arrière grand-père de Šuppiluliuma, avait étendu pour un temps sa domination sur Alep37. Or les Sutéens sont déjà mentionnés dans un texte qui relate les premières campagnes de Šuppiluliuma, alors qu’il était encore associé à son père Tudḫaliya (KUB, XIX, 11 [ =2 BoTU, n° 34], I : 6 et IV : 6). Ils apparaissent à plusieurs reprises dans les annales de Šuppiluliuma (KUB, XIX, 14 : 16 ; 18, I : 6 ss. ; 2 BoTU, n° 37, 1 : 6, 7, 9), notamment dans le récit de la conquête du pays de Car-kémiš (KBo, V, 6 [ =2 BoTU, n° 41], II : 1-5), et dans celles de son successeur, Muršili (2 BoTU, n° 53, I : 8 ; KUB, XIX, 37 [ = 2 BoTU, n° 60], III : 27). A. Goetze, à qui j’ai emprunté la plus grande part de mon information dans ce domaine, a supposé que les Hittites avaient enrôlé primitivement des Sutéens pour les employer dans des formations légères, mais que, par la suite, le nom en était resté à ces formations, sans qu’elles eussent été composées nécessairement de Bédouins de la steppe syrienne (MVA G, XXXVIII [1933], p. 242). L’hypothèse est ingénieuse, mais elle ne permet pas de faire le départ entre les véritables fils du désert et les guerriers armés à leur instar, auxquels ils auraient légué leur nom. Il faudra simplement retenir pour notre enquête que des éléments sutéens étaient enrégimentés dans les armées hittites, à l’époque d’Amarna.

  • 38 L’existence de Palmyre est attestée non seulement dans les lettres de Mari (cf. ci-dessus, p. 84, (...)

36Au total, pour le quinzième siècle et les premières décades du siècle suivant, nous sommes relativement bien renseignés sur l’activité des Sutéens dans les secteurs occidentaux et septentrionaux de leur habitat traditionnel. Comme le désert proprement dit entre peu dans les préoccupations de nos textes, — c’est ainsi que la cité de Palmyre, malgré son ancienneté38 n’est pas nommée dans la correspondance d’Amarna, — il est naturel que la plupart des informations concernent les Sutéens qui ont pénétré dans la branche méditerranéenne du « Croissant fertile », où ils ont pris du service comme mercenaires, en Syrie, en Palestine et même chez les Hittites. A l’occasion, un texte ou l’autre s’intéresse néanmoins aux gens de la steppe ; par exemple, la biographie d’Idrimi ou la lettre d’Aššur-uballit au Pharaon. Dès l’époque de la 1re dynastie de Babylone, les Sutéens sont les habitants du désert syro-arabique ; la situation n’a pas changé au temps des archives d’Amarna. Par conséquent, il n’est pas nécessaire d’imaginer, notamment avec S. Smith (EHA, p. 222-223) et R· Bowman (JNES, 7 [1948], p. 69), que les Sutéens, établis jadis sur l’Euphrate, avaient émigré plus tard en direction de la Syro-Palestine, à la suite de mouvements de population plus lointains. Les textes nous montrent simplement que la pression des nomades s’exerçait dans toutes les directions, sur les confins des pays fertiles qui cernent leur domaine. En réalité, s’ils ne font guère parler d’eux de l’autre côté du désert, il faut en chercher la raison dans l’absence de sources en provenance du Moyen-Euphrate pendant la même période. D’ailleurs, les Sutéens réapparaissent bientôt dans des documents de l’époque cassite ; ils n’avaient donc pas disparu complètement de l’horizon de la Babylonie.

  • 39 L’ordre de succession des dynastes cassites pose des problèmes délicats, dans lesquels on n’entrer (...)
  • 40 Tablette publiée par F. R. Kraus et A. Goetze dans JCS, 6 (1952), p. 143-144, en complément d’un a (...)

37Une lettre envoyée de Dilmun au haut fonctionnaire qui gouvernait Nippur au temps de Burnaburiaš II, le contemporain d’Aménophis IV, et de son successeur39, fait mention d’une femme sutéenne (Ni. 615, 1. 8)40. Le contexte est assez obscur et on ne voit pas où la femme doit arriver à destination ; nous ignorons aussi sa condition.

  • 41 Voir F. Delitzsch, Die Babylonische Chronik (=Abhandlungen der Sächsischen Gesellschaft der Wissen (...)
  • 42 II R 51, n° I, 1. 19c-d : šad ḪI.ḪI » (= lipšur) šad A-mur-ri-i (cf. ci-dessus, p. 42). A propos d (...)
  • 43 C’est la solution adoptée par Mme H. Lewy, Mél. Livy, p. 275-277. Voir aussi, à propos des difficu (...)

38Un second témoignage est emprunté à la chronique babylonienne, dite Chronique P, qui rapporte les exploits de Kadašman-Ḫarbe, prétendûment petit-fils d’Aššur-uballiṭ d’Assyrie. Le roi ordonne de faire massacrer jusqu’au dernier des Sutéens, du levant au couchant ; il établit une forteresse sur le mont ḪI.ḪI, ouvre un puits sur les lieux et y installe une colonie pour en assurer la garde (I : 6-9)41. Le mont ḪI.ḪI n’est pas localisé, mais il est considéré traditionnellement comme une montagne d’Amurru42. Le passage soulève toutefois de très sérieuses difficultés. Kadašman-Ḫarbe, qui vécut avant Aššur-uballiṭ, n’est pas le petit-fils du roi d’Assyrie. L’anéantissement des Sutéens n’est signalé que par la Chronique Ρ ; en revanche, les autres faits qu’elle relate à cet endroit sont attribués par l’Histoire synchronique à Karaḫardaš, donné également pour le petit-fils d’Aššur-uballiṭ (CT, XXXIV, 38, col, I, l. 8 ss. ; cf. Smith, EHA, p. 389, n. 14). En l’absence de documents contemporains, il est difficile de trancher en faveur d’une des deux sources. Si c’est bien un petit-fils Aššur-uballiṭ qui est en cause, la défaite des Sutéens se situe approximativement vers la seconde moitié du xive siècle. Enhardis par l’anarchie qui régnait alors dans les pays riverains de l’Euphrate moyen, et qu’ils contribuaient certainement à entretenir, les nomades avaient sans doute poussé en force vers le sud, menaçant le territoire de la Babylonie. En effet, il est peu concevable que le souverain cassite ait pris l’offensive de son propre mouvement, sans y avoir été incité par un danger imminent. La situation se présente différemment si l’on met sur le compte de Kadašman-Ḫarbe la défaite des Sutéens, en admettant que la notice est déplacée dans la Chronique P. Dans ce cas, l’événement doit être reculé d’un siècle environ. Comme Kadasman- Harbe entretenait des relations suivies avec la cour d’Égypte, on peut croire que son action visait à pacifier la steppe syrienne pour rendre plus sûres les voies de communication43.

  • 44 Les Aḫamû et leurs compagnons sont nommés immédiatement après la mention : « vainqueur du pays de (...)
  • 45 Le texte est daté de l’éponymat de dBe-ir-bêl-la-i-te, qui appartient au règne de Tukulti-Ninurta (...)
  • 46 Le dépôt, assigné par Weidner au règne bref de Ninurta-tukulti-Aššur (AfO, 10 [1935-1936], p. g), (...)
  • 47 Une partie du texte a été restituée par l’éditeur grâce à l’inscription rappelant les campagnes an (...)

39A leur tour, les documents assyriens viennent nous renseigner. C’est dans le protocole des inscriptions d’Adad-nîrâri Ier que les Sutéens figurent pour la première fois. Le roi y rappelle le triomphe de son père Arik-dên-ilu (1316-1305) sur les Aḫlamû, les Sutéens et les Iauru (AOB, I, p. 62,1. 23). Cette fois, les nomades ont franchi l’Euphrate. Toutes les campagnes que le texte en question attribue à Arik-dên-ilu se déroulent en Mésopotamie orientale ; elles ont pour théâtre le pays des Turukkû, les montagnes du Gutium ou le pays de Kudmuḫi (ibid., p. 60, 1. 19 ss.)44. C’est seulement Adad-nîrâri Ier, le vainqueur du Ḫanigalbat, qui atteint l’Euphrate ; Rapiqum au sud et Carkémiš au nord marquent les limites occidentales de ses conquêtes (ibid., p. 58-60, 1. 5 à 14). Nous ne savons où son père s’était heurté aux Sutéens, mais certainement bien à l’est de l’Euphrate. Quelques décades plus tard, des Sutéens apportent leur tribut, consistant en moutons, à la cour d’un souverain assyrien (KA J, n° 314,1. 6), vraisemblablement Tukulti-Ninurta Ier (1242-1206)45. Ce prince fut un guerrier infatigable, qui ravagea aussi bien le Subartu et les pays du Naïri que la Babylonie, conquérant au passage Mari et le pays de Ḫana. On ne saurait donc rien conclure du texte ; une seule chose pourtant est sûre, ce n’est pas du désert de Syrie que les pasteurs sutéens ont envoyé des moutons au monarque assyrien. On peut en dire autant à propos d’un fait du même genre, rapporté par un groupe de trois tablettes, qui proviennent d’un dépôt découvert à Assur et remontant à Aššur-dân Ier (1178-1133)46. La date ne coïncide pas avec un des grands moments de l’expansion assyrienne ; les groupes de Sutéens qui entretenaient de bons rapports avec Assur devaient être installés à proximité des marches occidentales du pays, dans une direction où la frontière était ouverte. Enfin, un document plus récent, postérieur en tout cas à Téglath-phalasar Ier, nomme les Sutéens dans un contexte fort endommagé (VAT 9539 : E. Weidner, AfO, 6 [1930-1931], p. 88-92)47 ; on doit d’autant plus le regretter que le passage est le seul jusqu’à présent à citer en même temps les Sutéens, les Aḫlamû et les Araméens.

  • 48 Sur l’interprétation du passage de l’Histoire synchronique relatif à cet événement, voir E. Weidne (...)

40Par la suite, c’est en Babylonie de nouveau que l’on retrouve les Sutéens. A la mort du roi Marduk-šâpik-zêr-mâti48, contemporain d’Aššur-bêl-kala, auquel il faut peut-être rattacher le texte qui vient d’être mentionné (cf. note 2), un usurpateur, Adad-apal- iddin, monte sur le trône au pays de Karduniaš. Sous son règne, il se produit, au dire d’une chronique néo-babylonienne, une désastreuse invasion de Sutéens : « Le Sutéen se leva et emmena dans son pays le butin de Sumer et d’Accad » (King, Chronicles, II, n° VI, l. 10-11). Deux siècles plus tard, les Sutéens seront accusés par le roi Nabû-apal-iddin (première moitié du ixe siècle) d’avoir ruiné le temple de Šamaš à Sippar, abolissant ainsi son culte. Ce méfait est antérieur à la IIe dynastie du Pays-de-la-Mer, s’il est vrai que son premier représentant, Simmaš-Siḫu, avait tenté déjà de relever le sanctuaire ; il aurait rétabli les offrandes, sans parvenir toutefois à récupérer la statue divine. Finalement, comme nous le raconte la tablette de pierre exhumée à Sippar, c’est à Nabû-apal-iddin, vainqueur des Sutéens « dont le péché était grand », que Samas en personne confia la mission de restaurer intégralement son culte (King, BBSt, n° 36). Par conséquent, c’est à la catastrophe qui assombrit le règne d’Adad-apal-iddin, antérieur seulement d’une vingtaine d’années à celui de Simmaš-Šiḫu, que l’inscription de Nabû-apal-iddin doit faire allusion.

  • 49 Les textes concernant Sargon sont cités d’après l’édition de H. Winckler, Die Keilschrifttexte Sar (...)

41Les dernières mentions des Sutéens datent des Sargonides. Marduk-apal-iddin II (Mérodach-baladan), roi du Bît-Iakîn au Pays-de-la-Mer, qui avait usurpé le trône de Babylone, avait entraîné dans la révolte, selon Sargon, toute une série de tribus, notamment l’ « ensemble des Sutéens, gens du désert » (Annales, l. 233 ; Fastes, l. 123)49 ; l’épithète ṣâb ṣêri, « gens du désert », sera répétée inlassablement à chaque occasion. L’année suivant la rébellion, décidé de reconquérir la Babylonie, Sargon s’avance jusque sous les murs de Dûr-Iakîn, capitale du Bît-Iakîn ; il détruit les troupes auxiliaires venues au secours de son adversaire, parmi lesquelles on remarque les Sutéens (Annales, l. 337 ; Fastes, l. 130). Maître de la cité après la fuite de Mérodach-baladan, l’Assyrien libère les habitants de Sippar, de Nippur, de Babylone et de Borsippa qui y étaient détenus et il leur restitue les terres que les Sutéens leur avaient prises « depuis des jours lointains (ul-tu u4-mi ul-lu-ti), lors des troubles dans le pays » ; quant aux Sutéens, ils sont massacrés (Annales, l. 361-362 ; Fastes, l. 135-136). Ces terres, situées dans le nord de la Babylonie, les Sutéens devaient les avoir occupées à la faveur de la confusion générale, mais il est difficile de distinguer les événements que Sargon vise en particulier. L’expression qu’il emploie semble désigner une période reculée ; on sait que les attaques continuelles des nomades, principalement des Araméens, désolaient depuis longtemps la Babylonie.

  • 50 Sur la situation du pays de Iatburu, voir Fastes, 1. 150 (mâtIa-at-bu-ri šd i-te-e mâtElamti), et (...)
  • 51 Le texte porte : 10 awilrab ki-ṣirmeš a-di INergal-na-ṣir awilSu-tu-ú la a-di-ru ta-ḫa-zu. On trad (...)

42Dans les inscriptions qui commémorent les principaux faits de son règne, Sargon mentionne aussi les Sutéens, à la suite des tribus araméennes installées sur les rives du Tigre, du Surappu et de l’Uknû (cf. ci-dessous, p. 139) ; ils occupent le pays de Iatburu, qui se trouve de l’autre côté du Tigre, non loin de la frontière élamite (Fastes, l. 19-20 ; Pavé des Portes, 1, l. 14-15 ; IV, l. 77-78 ; V, l. 20-21)50. Plus tard, Sargon déportera en Commagène les archers sutéens (awilSu-ti-i ṣa-ab iṣqašti) qu’il avait capturés au cours de ses expéditions (Fastes, l. 82). A la mort du souverain, son fils Sennachérib inaugure son règne par une campagne contre Méro-dach-baladan, revenu à la charge avec l’appui du roi d’Élam. Parmi les troupes qui combattent les Assyriens figurent de nouveau des Sutéens (Luckenbill, OIP, II, p. 49, l. 8)51. Ultérieurement, dans l’inscription du taureau du palais de Ninive, où il rappelle ses exploits, Sennachérib se vante d’avoir « extirpé la totalité des Aḫla-mû et des Sutéens » (ibid., p. 77, l. 13).

  • 52 Le texte de l’inscription a été publié par F. H. Weissbach dans Die Denkmäler un riften des Nahr e (...)

43On retrouve encore une mention des Sutéens dans la stèle de victoire gravée par Assarhaddon à l’embouchure du Nahr-el-Kelb, au nord de Beyrouth. Lors du pillage du palais de Memphis, après a défaite de Taharqa, les Assyriens avaient fait main basse sur toutes sortes d’objets précieux, dont certains sont mis en relation avec les Sutéens52 ; le contexte étant mutilé, l’allusion reste obscure. Enfin, un rapport adressé à Assarhaddon au sujet d’une éclipse évoque le pays de Sutû (Harper, ABL, VI, n° 629, 1. 22), à côté de ceux d’Amurru, de Ḫattu et de Kaldu. A priori, le passage ne peut être mis sur le même pied que les autres, car les documents de ce genre ont recours à une terminologie particulière.

44Au temps de la Ire dynastie babylonienne, les Sutéens constituaient une population apparemment homogène, qui occupait la steppe syrienne. On constate maintenant que la situation avait évolué au cours des siècles : ou bien les Sutéens s’étaient déplacés dans diverses directions, ou bien le terme qui servait à les désigner avait reçu d’autres acceptions. Au problème posé à l’époque ancienne par la relation existant entre les Sutéens et les Benjaminites (cf. ci-dessous, p. 142), correspond un problème analogue, soulevé par les textes plus récents, qui associent fréquemment les Sutéens à des peuples qui leur sont apparentés d’une façon ou d’une autre, les Aḫlamû d’abord, les Araméens ensuite. Il conviendra, à présent, de dire un mot de ceux-ci et de ceux-là, dans le dessein de mettre en lumière ce qui les rapproche ou ce qui les sépare des Sutéens, avant de pouvoir préciser ce que signifiait alors le terme de Sutéen.

  • 53 La transcription de ces textes, qui doivent être publiés par M. Birot, figure dans l’étude de A. D (...)

45Jusqu’ici, on admettait que les Aḫlamû étaient apparus beaucoup plus tard que les Sutéens, seulement à l’époque d’Amarna : Voici que les archives économiques de Mari nous permettent de faire un bond en arrière de plusieurs siècles. Trois reçus d’huile destinée à la table du roi sont établis au nom d’un officier du palais, nommé Aḫ-la-mu53. De la même façon que le terme de Sutéen, celui d’Aḫlamû tient le rôle d’un nom personnel, comme le cas se représentera souvent plus tard.

46Après ce témoignage isolé, il faut attendre longtemps, jusqu’à ce qu’une lettre d’Amarna, adressée au Pharaon, mentionne les Aḫlamû dans un passage très mutilé, dont on ne peut guère tirer parti (VAB, II, n° 200, 1. 8 et 10) ; néanmoins, comme le roi de Karduniaš est cité en même temps, on peut croire que l’affaire des Aḫlamû concernait la Babylonie.

  • 54 Sur la localisation de Dilmun, voir P. B. Cornwall, JCS, 6 (1952), p. 137 et suiv.

47Des documents récemment publiés, qui remontent à la même époque, signalent la présence d’Aḫlamû à Dilmun, c’est-à-dire l’île de Bahrein ou le littoral qui iui fait face54. Il s’agit de deux lettres envoyées par un fonctionnaire résidant à Dilmun au gouverneur de Nippur (cf. ci-dessus, p. 102). Dans la première, l’expéditeur rapporte ce qui suit : « Avant moi, les Aḫlamû ont enlevé les dattes et de mon côté, il n’y a rien que je puisse faire » (Ni. 615, 1. 13-16, loc. cit., p. 143-144). L’autre message dépeint l’attitude des Aḫlamû, qui se répandent en propos hostiles et violents à l’adresse du gouverneur local (Ni. 641, l.12 ss., ibid., p. 143 et 145). Il n’est pas nécessaire de se représenter le personnage aux prises avec une bande de nomades, qui auraient fait main basse sur la récolte. Environ ce temps-là, on va le voir, des Aḫlamû s’infiltrent en Babylonie pour y chercher du travail, comme Sutéens et Cassites l’ont fait avant eux. La seconde lettre prouve que le fonctionnaire babylonien était en rapports suivis avec les mécontents ; on a donc plutôt l’impression qu’une contestation, dont les motifs ne sont pas donnés, s’était élevée entre les deux parties, c’est-à-dire le gouverneur local, d’une part, et un groupe d’Aḫlamû engagés comme ouvriers agricoles, de l’autre. Sinon, cette irruption d’Aḫlamû à Dilmun pose un problème difficile à résoudre.

  • 55 Sont donnés pour Aḫ-la-mu-ú : Ki-din-dNinurta (BE, XIV, 16 : 6) et Ia-an- ku-ú (BE, XV, 168 : 16). (...)
  • 56 A part BE, XIV, 16 (reconnaissance de dette), BE, XVII, 31 et PBS, 1,2, 51 (lettres), les autres t (...)

48Dans d’autres textes provenant également de Nippur, le terme Aḫlamû sert parfois à qualifier des individus, le plus souvent à les désigner à la manière d’un nom personnel55. Il s’agit donc d’immigrants isolés qui se sont établis en Babylonie, se mettant généralement au service des sédentaires56.

  • 57 Traduction dans J. Friedrich, Der Alte Orient, XXIV, 3 (1925), p. 26 ; pour le passage qui nous in (...)

49Simultanément, des bandes d’Aḫlamû s’agitent dans le nord, près des frontières de l’Assyrie, puisque, au dire de son fils, Arik-dên-ilu triompha des Sutéens et des Aḫlamû. Un peu plus tard, une lettre du souverain hittite Ḫattušili III révèle que son correspondant, Kadašman-Enlil II, avait cessé de lui envoyer ses messagers à cause de l’hostilité des Aḫlamû ; d’après la suite du texte, il semble que la route n’était plus sûre au delà de Tuttul (KBo, I, 10, 1. 36 ss.)57. La voie qui reliait la Babylonie au pays des Hittites suivait naturellement la vallée de l’Euphrate. En amont de Tuttul, les abords du fleuve étaient soumis aux attaques des nomades qui infestaient la steppe ; malgré les paroles ironiques de Ḫattuši- li pour le jeune roi cassite, la menace devait être réelle. Il est vrai que, de son côté, le Hittite avait recours aux services des Aḫlamû, qu’il employait comme auxiliaires dans son armée. Salmanasar Ier, qui occupait alors le trône d’Assur, eut à combattre les forces des Hittites et des Aḫlamû, qui avaient pris le parti du roi de Ḫani-galbat, et il se félicite de les avoir taillées en pièces (AOB, I, p. 116, 1. 21 ; p. 118, 1. 38-40).

  • 58 Un fragment de texte annalistique, à attribuer à Téglath-phalasar Ier à cause de la mention du roi (...)
  • 59 Téglath-phalasar a traversé l’Euphrate vingt-huit fois, à raison de deux fois par an, c’est-à-dire (...)

50Le successeur de Salmanasar 1er, son fils Tukulti-Ninurta 1er (1242-1206), confirme la présence des Aḫlamû sur le Moyen-Eu- phrate, déjà signalée par Hattusili III, en consignant dans ses annales la conquête des « montagnes des Aḫlamû » (šá-da-an Aḫ- la-mi-i), après celle des pays de Mari, de Hana et de Rapiqu (KAH, II, 60 : 69). Un siècle plus tard, c’est encore dans les mêmes parages que l’on rencontre les Aḫlamû. Téglath-phalasar Ier (1114-1076), dont le père, Aššur-rêš-iši, affirme avoir dispersé les bandes nombreuses des Aḫlamû (III R 3, n° 6, 1. 6), prend la tête d’une vaste opération de nettoyage dans le désert. « En un jour » ( !), le souverain ravage le territoire des Aḫlamû depuis le pays de Suḫi, sur l’Euphrate moyen, jusqu’à Carkémiš. Les nomades étaient répandus sur les deux rives du fleuve ; ceux d’entre eux qui ont pu échapper aux armes assyriennes se réfugient sur la rive occidentale. Mais, derrière eux, Téglath-phalasar franchit l’Euphrate et s’empare de six de leurs villes, qui se trouvaient au pied du Djebel Bishrî (Prisme, col. V, l. 44 ss.)58. C’est de ce côté-là que les Aḫlamû disposaient de leurs principaux points d’appui, comme jadis les Sutéens. Mais ils menaient aussi des incursions à l’est du fleuve, jusqu’aux marches de l’Assyrie. Voilà pourquoi Téglath-phalasar avait résolu de prendre l’offensive contre eux. Lorsqu’il veut frapper fort, il ne se contente pas de chasser les pillards de la Djézireh, il les poursuit dans leur propre domaine, sans grand succès, faut-il le dire. En effet, l’adversaire ne lui offre pas la bataille ; il se disperse aussitôt dans la steppe, où, chaque année, les troupes d’Assur s’essoufflent à le traquer. C’est ce qui ressort de la lecture des prétendus bulletins de victoire de Téglath-phalasar : au cours de quatorze campagnes consécutives, le roi a traversé l’Euphrate sur les talons des fuyards59 et il leur a infligé une défaite « depuis la ville de Tadmar, qui est au pays d’Amurru, la ville d’Anat, qui est au pays de Suḫi, jusqu’à la ville de Rapiqu, qui est au pays de Karduniaš » (KAH, II, n° 63, III, 1. 3 ss. ; n° 71, 1. 19-23). Si Téglath-phalasar devait reprendre ainsi chaque année le chemin du désert à la poursuite des Aḫlamû, c’est que ceux-ci, nullement affaiblis par ses coups, regroupaient leurs forces dès que l’armée assyrienne avait tourné le dos. Nous connaissons maintenant l’étendue du territoire d’élection des nomades : la steppe syrienne, avec la grande oasis de Palmyre et le Djebel Bishrî dont les contreforts atteignent l’Euphrate, et la frange du désert en bordure du fleuve jusqu’aux frontières de la Babylonie, dont Rapiqu constitue l’avant-poste.

  • 60 KAH, II, n° 63, III, 1. 4-5 : mâtAḫ-la-me-emâtAr-ma-a-iameš ; n° 71, l. 19 : même leçon, avec omis (...)

51Détail important, on voit apparaître pour la première fois dans les textes assyriens le nom des Araméens ; ce sont les Aḫlamû eux-mêmes qui sont qualifiés d’Araméens60. Dans un texte fragmentaire, qu’il faut peut-être attribuer à Aššur-bêl-kala, fils de Téglath-phalasar Ier, et qui s’inspire manifestement des inscriptions qui viennent d’être étudiées, il n’est plus question que des Araméens tout court (mâšA-ra-me), qui se sont enfuis de l’autre côté de l’Euphrate et ont été défaits depuis la ville d’Anat au pays de Suḫi (cf. ci-dessus, p. 105).

52On retrouvera ultérieurement les Aḫlamû araméens dans un passage des annales d’Adad-nîrâri II (909-889), qui les appelle les « gens du désert » (ṣâbêmeš ṣêri) et les mentionne pareillement en relation avec le pays de Suḫi (KAH, II, n° 84,1. 33). Ils apparaissent de nouveau au temps de son petit-fils Aššur-nâṣir-apal II (883-859), mais cette fois dans une autre direction. Le souverain, après avoir repris aux Araméens des forteresses établies au pays de Naïri, voisin du lac de Van, y réinstalle des garnisons assyriennes ; d’autre part, il déporte en Assyrie quinze cents Aḫlamû araméens de la région de Mardin-Diarbékir (Monolithe de Kurkh, rev., l. 46-47).

  • 61 Une lettre adressée conjointement à Assurbanipal et à son frère Šamaššumukîn parle de femmes Aḫ-la (...)

53Téglath-phalasar III (745-727), qui lutte énergiquement contre les Araméens pendant toute la durée de son règne, combat les Aḫlamû au delà du Zab (Annales, 1. 134), c’est-à-dire, s’il s’agit bien du Zab inférieur (cf. ci-dessous, p. 129, n. 4), sur la frontière méridionale de l’Assyrie. Par la suite, la septième campagne de Sennachérib (704-681) va nous mener jusqu’à la frontière élamite. En effet, prenant l’offensive contre l’Élam, le monarque assyrien réoccupe plusieurs localités dont il confie l’administration au préfet de Dê_, puis s’empare d’une série de villes fortes, dont l’une s’appelle Bît-Aḫ-la-me-e (Prisme de Taylor, IV, l. 52 = prisme de Chicago, IV, l. 62). Il y avait donc, sur les confins de l’Élam et de la Babylonie, un ancien centre de ralliement des nomades, qui s’était mué finalement en place forte. Bien que cette allusion aux Aḫlamû soit la seule contenue dans ses annales, Sennachérib n’en proclame pas moins qu’il a « extirpé la totalité des Aḫlamû et des Sutéens » (cf. ci-dessus, p. 107). On fera bien de ne pas le prendre au mot, car les Aḫlamû n’auront pas encore disparu sous ses successeurs, Assarhaddon et Assurbanipal61.

54Quant aux Araméens, les débuts de leur histoire vont retenir tout spécialement notre intérêt. La question a été traitée attentivement par A. Dupont-Sommer dans une étude récente (cf. ci-dessus, p. 108, n. 1) ; néanmoins, elle peut encore être reprise sur des bases plus larges.

  • 62 La traduction de erin par « colons militaires », adoptée par A. Dupont-Sommer (Congr. Vol., p. 42) (...)
  • 63 A propos de la localisation de Simurrum, voir en dernier lieu E. Weidner, AfO, 15 (1945-1951), p. (...)
  • 64 Il a déjà été utilisé par A. Dupont-Sommer, op. cit., p. 43.
  • 65 A Nuzi, on relève en outre A-ra-am-pa-te (cf. NPN, p. 24a, 203b). La graphie simple ou double du m(...)

55Il y a quelques années, N. Schneider attirait l’attention sur un document datant de la IIIe dynastie d’Ur et publié jadis par le P. Deimel (Orientalia, n° 2 [1920], p. 62), qui mentionne une localité appelée A-ra-miki (Biblica, 30 [1949], p. 109-111). Le texte énumère des animaux de sacrifice amenés à Dréhem par des travailleurs62 qui viennent de diverses localités, dont la première est Áš-nunki, c’est-à-dire Esnunna, et la seconde, A-ra-miki. Comme, d’autre part, un fonctionnaire nommé A-ra-mu apparaît dans un texte économique de la même époque (Keiser, BRM, III, n° 159), il n’en fallait pas davantage à N. Schneider, suivi bientôt par S. Moscati (RSO, 26 [1951], p. 16-22), pour reconnaître dans la localité en question un ancien établissement fondé par les Araméens dans la région du Tigre, et dans le nommé Aramu, un Araméen fixé en Babylonie. Cette vue nous oblige à admettre que certains clans araméens avaient déjà franchi les deux fleuves et pris pied sur la rive orientale du Tigre pour y atteindre le stade de la civilisation urbaine dès le temps des rois d’Ur, alors que la grande expansion araméenne ne prendra place qu’au xie siècle avant notre ère. Or une formule d’année, dont nous devons la connaissance à I. J. Gelb, nous entraîne encore plus haut, jusqu’à la période d’Agadé. En effet, deux tablettes retrouvées à Hafadjé sont datées de l’année où Narâm-Sin triompha de Simurrum et enchaîna les iššakku de Simurrum et d’A-ra-meki (MAD, I, n° 217, p. 110 ; n° 220, p. 111-112). Les deux villes doivent être voisines ; A-ra-meki, ou A-ra-miki selon la tablette du P. Deimel, est donc bien située dans la région transtigrine, vraisemblablement entre le Zab inférieur et la Diyala63. Il ne paraît pas raisonnable de reculer jusqu’à cette époque lointaine la date des premières installations araméennes, et, qui plus est, dans l’est de la Mésopotamie. Toute la suite de l’histoire des Araméens se dresserait contre une pareille hypothèse. Quant au personnage nommé Aramu, il compte plusieurs homonymes à l’époque de la Ire dynastie de Babylone. Le nom figure à Mari dans une liste de rationnaires (RA, 49 [1955], p. 18, col. VII, 1. 1)64. Il apparaît aussi à plusieurs reprises dans les tablettes d’Alalah, mais écrit A-ra-am-mu (Wiseman, Alalakh, p. 128). Or, en même temps, on relève certains noms dont l’origine hurrite ne peut être mise en doute : A-ra-am-ma-ra et A-ra-am-mu-su-ni (ibid.). Les trois noms sont manifestement formés à partir du même élément initial Aram-65, d’où il ressort que notre A-ra-mu porte bel et bien un nom hurrite.

56Ainsi les jalons que l’on avait cru pouvoir poser pour pénétrer dans la protohistoire araméenne se sont évanouis. Aucun fait nouveau ne permet de rouvrir le débat sur l’inscription, dont nous n’avons conservé qu’une copie sur tablette d’argile, où Narâm-Sin se proclamait vainqueur de Ḫar-ša-ma-at-ki, seigneur d’A-ra-am et d’Am, qu’il avait terrassé au mont Ti-ba-ar (RA, 8 [1911], p. 199-200). Thureau-Dangin, l’éditeur du texte, estimait probable que cet Aram n’avait rien à voir avec les Araméens. Par la suite, E. Dhorme proposa au contraire d’y reconnaître l’ « Aram-des-deux fleuves » (RB, 37 [1928], p. 488). De son côté, J. Lewy a voulu l’identifier avec le pays d’Armânum, mentionné par d’autres inscriptions de Narâm-Sin, le situant à l’est du mont Amanus (HUCA, XXIII [1950-1951], p. 12 et suiv.). A notre tour, allons-nous mettre Aram en rapport avec la ville d’Arame, au delà du Tigre ? On voit, en tout cas, que le seul nom d’Aram ne suffit pas à créer un lien nécessaire avec les Araméens. C’est pourquoi, tant qu’on ne disposera pas de témoignages plus décisifs, l’inscription de Narâm-Sin ne pourra être prise en considération.

57Néanmoins, on sait à présent, ainsi que Dupont-Sommer l’a mis en lumière, que les Araméens avaient fait leur apparition avant Téglath-phalasar Ier. Nous allons suivre maintenant leur marche vers le « Croissant fertile », dans le dessein de saisir la façon dont ils pénétrèrent en Mésopotamie et la direction de leurs mouvements. Cette étude nous permettra ensuite de mieux comprendre ce que représentaient les Sutéens et les Aḫlamû dans les derniers siècles de leur histoire.

  • 66 Les deux documents ont été publiés depuis par J. Nougayrol dans Mission de Ras Shamra. t. VI, resp (...)

58Une tablette bilingue de Ras Shamra, publiée par Thureau- Dangin (RA, 37 [1940-1941], p. 97 et suiv.), contient le recensement des arcs et des frondes qui sont entre les mains des habitants de diverses localités. Au nombre des hommes inscrits figure un certain Bn.Army (col. III, l. 22) « Fils-de-Army » ; Army est un ethnique que Thureau-Dangin n’a pas hésité à rendre par « araméen » (p. 115, n. 6). A. Dupont-Sommer a pu utiliser également certains textes accadiens inédits, faisant partie du lot recueilli à Ras Shamra au cours des fouilles récentes (Congr. Vol., p. 46). Un contrat privé (RS 15. 37) livre le nom d’un témoin : Ar-me-ya, où Dupont-Sommer suggère de reconnaître l’ethnique « Araméen ». Un acte de donation royale (RS 16. 178) cite le lieu dit : eqlêtmeš a-ra-mi- ma. Le dernier terme pourrait être la transcription en cunéiformes accadiens du pluriel oblique, propre à la langue d’Ugarit, du terme army ; on pourrait traduire dès lors « Champs-des-Araméens »66.

  • 67 Bien que la lettre soit expédiée d’Assyrie, elle a été écrite par un Babylonien, qui doit avoir re (...)

59Un peu plus tard, une tribu araméenne intervient en Mésopotamie. O. Gumey a publié il y a quelques années une série de textes provenait de Dûr-Kurigalzu, la capitale de la dynastie cassite (Iraq, II [1949], p. 131-149). Parmi ces documents, une lettre émanant d’un agent au courant des affaires d’Assyrie relate qu’une bande de guerriers i-ra-na, associés aux guerriers Ḫa-as-mi, a été pourchassée par un officier assyrien. Une moitié des Ḫi-ra-na se trouve dans les villes du Subartu conquises par le roi d’Assyrie et l’autre moitié dans les pays de Suḫi et de Mari (texte n° 10, loc. cit., p. 139-140 et 148). Selon l’éditeur, la tablette pourrait appartenir à l’époque d’Adad-nîrâri Ier. Or une des tribus araméennes installées en Basse Mésopotamie, qui seront défaites ultérieurement par Téglath-phalasar III, porte le nom de Ḫi-ra-a-nu (cf. Schiffer, Aramäer, p. 2). Il est probable que nous avons affaire déjà à la même tribu, dont les membres sont dispersés sur les rives de l’Euphrate moyen (Suḫi et Mari) et en Mésopotamie supérieure (Subartu)67.

60Deux siècles se passent ensuite avant que les annales de Téglath-phalasar Ier nous racontent les victoires du souverain sur les Aḫlamû araméens (cf. ci-dessus, p. 110). A ce moment, les Araméens, — nous reviendrons plus tard sur la question de leurs rapports avec les Aḫlamû, — étaient répandus à travers la steppe syrienne et en bordure de l’Euphrate, depuis les approches de la Babylonie jusqu’à Carkémiš. Leur pénétration n’en était pas à ses débuts ; nous en avons la preuve maintenant, un de leurs clans s’étant avancé jusqu’en Haute Mésopotamie deux cents ans plus tôt. Il faut croire qu’au temps de Téglath-phalasar Ier, ils avaient entrepris de franchir l’Euphrate en force et de progresser en direction du territoire assyrien ou que la pression qu’ils exerçaient déjà au delà du fleuve avait pris des proportions inquiétantes. Mais il paraît bien qu’ils commençaient seulement de prendre pied dans la région que la Bible appelle l’ « Aram-des-deux-fleuves ».

  • 68 Il faut noter que le terme « Araméen » est écrit A-ra-me (l. 7), en contradiction avec la loi assy (...)

61Assur-bêl-kala, fils et second successeur de Téglath-phalasar 1er, mène à son tour une campagne contre les Araméens. Malheureusement, le passage de ses annales où l’événement est consigné est fort endommagé. C’est à peine si l’on peut restituer le nom des Araméens (mâtA-r [i-mi...), qui apparaît seul cette fois (E. Weidner, AfO, 6 [1930-1931], p. 84, col. III, l. 27). Suivant un autre document, déjà cité plus haut (p. 105), que son éditeur, E. Weidner, a proposé d’attribuer à Assur-bêl-kala, le souverain dont on rapporte les hauts faits s’est lancé à la poursuite des Araméens et les a vaincus depuis Anat au pays de Suḫi (AfO, 6 [1930-1931], p. 88-92). C’est là tout ce que le texte permet d’affirmer68 ; visiblement, il suit de près l’inscription de Téglath-phalasar Ier, qui a dû lui servir de modèle. En somme, il ne fait que confirmer le passage fragmentaire des annales d’Aššur-bêl-kala, si la suggestion de Weidner est recevable, nous montrant en même temps que les Araméens restaient actifs le long de l’Euphrate.

  • 69 Chronique de King, l. 8 : IdAdad-apal-iddin apal IItti-dMarduk-balâṭi mâtA-ra-mu-u šar ḫammê ; His (...)
  • 70 L’attitude de S. Smith, qui admet l’origine araméenne d’Adad-apal-iddin (EHA, p. 307), est command (...)

62Fait curieux, c’est le même Aššur-bêl-kala qui aurait aidé, selon une chronique néo-babylonienne, l’usurpateur araméen Adad-apal-iddin à monter sur le trône de Babylone après la mort du roi légitime, lui-même alliéde l’Assyrie (King, Chronicles, II, n°VI, l. 4 ss.). On se demande s’il faut accorder grand crédit à ce témoignage tardif. La tradition n’est même pas unanime, car l’Histoire synchronique assigne une filiation différente à Adad-apal-iddin69. Comment expliquer que le roi d’Assyrie ait donné son appui à l’un de ces pillards araméens qui menaçaient ailleurs ses propres frontières ? Espérait-il que les immigrants fixés en Babylonie finiraient par prendre le parti des autochtones pour repousser avec plus de succès les nouvelles vagues d’envahisseurs ? Dans ce cas, son calcul fut déjoué, la même chronique enregistrant une invasion de Sutéens sous le règne d’Adad-apal-iddin (cf. ci-dessus, p. 105). On pourrait aussi s’étonner de voir des éléments araméens s’emparer du pouvoir à Babylone, alors que le gros de l’invasion se dirigeait nettement vers le nord ; toutefois, on n’insistera pas sur ce point, car nos sources relatives à la Babylonie sont très pauvres70. De même, le fait que l’usurpateur et son père, Adad-apal-iddin et Itti-Marduk-balâṭi, portent des noms babyloniens, au contraire des princes araméens qu’Adad-nîrâri ii et ses successeurs rencontreront plus tard sur le Ḫabur et sur l’Euphrate, n’est pas décisif en soi.

63En tout cas, la pression des Araméens était déjà forte en Syrie septentrionale au temps de Téglath-phalasar Ier, car celui-ci, nous apprend Salmanasar III, prit soin de faire occuper plusieurs localités au sud de Carkémiš pour tenir les nomades en respect. Ces forteresses resteront aux mains des Assyriens pendant un siècle. En effet, narre Salmanasar III, c’est sous Aššur-rabi II (1010-970) que les Araméens s’emparèrent de la ville de Pitru, sur la rivière Sadjur, affluent de droite de l’Euphrate, et de la ville de Mutkînu, sur la rive orientale du fleuve (cf. ci-dessous, p. 127). De son côté, on va le voir (p. 118), Aššur-dân II confirme les progrès des Araméens sous le règne de son arrière grand-père Aššur-rabi II. Désormais, leur avance se poursuivra inexorablement, avec des succès et des revers pour les défenseurs, mais le fleuve est en marche et il finira par déboucher sur le golfe Persique.

  • 71 Sur le pays de Ḫanigalbat, voir Gelb, HS, p. 72 et suiv. Pour Gidara, cf. E. Forrer, RLA, 1, p. 13

64Vers la même époque, la Babylonie est, elle aussi, en butte aux attaques des nomades. Les incursions répétées des Araméens désolent le pays sous Nabû-mukîn-apal, fondateur de la VIIIe Dynastie. Bien souvent, le souverain, qui a cessé de résider à Babylone, ne peut se rendre dans l’ancienne capitale pour y célébrer la fête du Nouvel An (King, Chronicles, II, n° VII, col. III, 1. 4 ss.). Sur le front assyrien, dès Téglath-phalasar II (964-933), petit-fils d’Aššuri-rabi II, les Araméens ont pénétré jusqu’au cœur de la Haute Mésopotamie. Dans le récit de sa quatrième campagne contre le pays de Ḫanigalbat, Adad-nîrâri II rappelle que c’est sous le règne de Téglath-phalasar II que les Araméens avaient occupé la ville de Gidara, appelée par eux Radammate, qu’on a située au sud-ouest de Mardin (KAH, II, n° 84, 1. 49 ss.)71.

  • 72 Elle s’appuie (loc. cit., p. 156, n. 3 et 11) sur la lecture [...mâtI]a-ḫa-a-nu (l. 23), qui rappe (...)

65Avec Aššur-dân II (932-910), fils et successeur de Téglath-phalasar II, la lutte continue. D’après un texte annalistique, reconstitué partiellement par E. Weidner, le roi ramène un gros butin d’une expédition dirigée contre une tribu araméenne en la première année de son règne. Plus tard, il s’empare de villes qui étaient perdues depuis Aššur-rabi II, pourchasse l’ennemi avec vigueur et déporte les prisonniers (AfO, 3 [1926], p. 152 et suiv., l. 7-15 et 23-32). Selon Weidner, la campagne aurait eu pour théâtre la région de Carkémiš. L’hypothèse, qui repose sur une base assez fragile72, entraîne des difficultés dans la reconstitution des événements. Aššur-dân II aurait déjà franchi l’Euphrate ; or ses successeurs auront encore à batailler ferme bien en deçà de cette ligne. C’est seulement Aššur-nâṣir-apal II qui traversera le fleuve pour la première fois, et son fils Salmanasar III qui pourra s’emparer de l’état araméen de Bît-Adini, réoccupant ainsi les positions assyriennes en aval de Carkémiš. Il faudrait donc qu’elles eussent été reperdues après Aššur-dân II, mais Salmanasar signale précisément qu’elles avaient été enlevées par les Araméens au temps d’Aššur-rabi II. La campagne d’Aššur-dân II n’aurait-elle été qu’une expédition heureuse, mais sans lendemain ? Néanmoins, la traversée de l’Euphrate est une étape trop importante pour qu’on puisse l’accepter sans hésiter. D’autre part, les combats opiniâtres menés par Adad-nîrâri II, qui succéda à son père Aššur-dân II, semblent bien marquer le début de l’œuvre de redressement ; or ils se déroulèrent au centre de la Haute Mésopotamie. C’est pourquoi on a peine à partager les vues de Weidner.

  • 73 Les arguments tirés des autres noms géographiques contenus dans les passages en question, presque (...)

66E. Forrer les a repoussées, pour les mêmes raisons, mais en allant trop loin dans l’autre sens. Il fait habiter sur le Tigre, à 80 kilomètres environ en amont de Ninive, c’est-à-dire aux portes mêmes du réduit assyrien, la tribu malmenée par le souverain, et il recherche le théâtre de la seconde expédition dans la vallée du fleuve, au sud de l’Assyrie (RLA, I, p. 291)73. Nos sources sont muettes jusqu’ici sur la présence des Araméens, à cette époque, dans le secteur compris entre le Djebel Hamrîn et l’embouchure de l’Adhem. Puisqu’il s’agit d’une reconquête, c’est que les Araméens y étaient établis depuis quelque temps. Lorsque le successeur d’Aššur-dân II consolide les frontières méridionales de son royaume, en annexant Arrapḫa et Lubdi, il ne souffle mot des Araméens ; au contraire, ces deux villes sont, dit-il, des forteresses babyloniennes (KAH, II, n° 84, l. 29). En fait, à part un témoignage, peut-être discutable, datant de Tukulti-Ninurta II, c’est seulement sous Téglath- phalasar III que l’on verra les Araméens installés sur les rives du Tigre, mais beaucoup plus au sud. A mon sens, la solution de Forrer n’est guère plus satisfaisante que celle de Weidner, et le problème n’est pas résolu.

67On ne peut négliger le caractère particulier de la lutte qui mit aux prises les Assyriens et les Araméens. Il ne s’agit pas d’une guerre entre pays, avec des frontières clairement dessinées. D’ailleurs, cet état de choses n’a jamais existé en Mésopotamie, même dans les conflits opposant des royaumes entre eux. Ici, par surcroît, l’adversaire est mouvant ; c’est une mer qui monte, inondant les bas-fonds, s’infiltrant à travers les brèches, contournant parfois de grands espaces suivant un dessin qui nous paraît capricieux. Des textes qui racontent les combats menés par les rois assyriens ne peut sortir qu’une vue tronquée de la situation. S’ils nous donnent une idée des progrès de la puissance politique des Araméens, ils ne permettront jamais de reconstituer intégralement l’histoire des relations entre l’Assyrie et les Araméens, encore moins de suivre sur la carte la « coulée » du peuple araméen à travers la Mésopotamie. En effet, la lutte ne s’est engagée que dans certains cas, les envahisseurs n’ayant pas tenté partout de constituer des états indépendants ou de se dresser contre l’autorité assyrienne. On peut être assuré que nombre d’entre eux parvinrent à s’introduire en Mésopotamie et à s’y installer progressivement, sans provoquer de réactions violentes. En tout état de cause, le récit des campagnes d’Adad- nîrâri II va nous montrer l’ampleur de la poussée araméenne d’un bout à l’autre des marches occidentales de l’Assyrie.

  • 74 Transcription et traduction du document par J. Seidmann, MAOG, IX, 3 (1935), p. 8 et suiv. J. Lewy(...)

68Le nouveau souverain (909-889) reprend résolument à son compte la politique d’expansion abandonnée depuis Téglath-phalasar Ier. Nous suivrons les efforts qu’il déploie contre les Araméens non dans l’ordre chronologique, mais selon les indications de la géographie. En Haute Mésopotamie, Adad-nîrâri II lance une série d’expéditions contre le pays de Ḫanigalbat. A plusieurs reprises, il lutte contre des princes qui appartiennent à une puissante tribu araméenne, celle des Têmanites : Nûr-Adad, Mamli et Muquru. Les combats se déroulent au pied des monts Kašiari, c’est-à-dire l’actuel massif du Tur Abdîn, et dans la région de Nisibe (KAH, II, n° 84, I. 39 ss. ; 45 ss. ; 62 ss.)74. Les Araméens sont expressément mentionnés. Muquru se révolte, mettant sa confiance dans ses troupes nombreuses et les Araméens. Alors Adad-nîrâri s’avance vers Gidara, occupée par les Araméens depuis Téglath-phalasar II, investit la ville et la prend d’assaut (ibid., 1. 49-60).

  • 75 Cf. E. Dhorme, op. cit., p. 224, n. 3, et sur le sens de Bît, ibid., p. 241-242.
  • 76 Sur le pays de Laqê (La-qi-e), voir S. Horn, ZA, 34 (1922), p. 144 et suiv. Une tablette datant de (...)
  • 77 Ba-ar-a-ia-ra mâr tḪa-lu-pi-e. J. Lewy a souligné avec raison le fait que ce passage nous révèle l (...)
  • 78 Cf. J.-R. Kupper, RA. 41 (1947), p. 150, 157. A la ligne 116 du texte, il faut lire Si-ir-gi au li (...)

69Au cours d’une autre expédition, le long de la vallée du Ḫabur ; le souverain assyrien se heurte à différents petits états araméens. Il marche d’abord contre la ville de Guzâna, qui a été retrouvée sur le site de Tell Ḥalaf, aux sources du Ḫabur, et lui impose un tribut. La ville était tenue par un prince local, nommé Abi-salamu, « fils » de Bahiani, c’est-à-dire qu’il était originaire de Bît-Baḫiani75. Le roi passe ensuite par plusieurs localités, où il lève également un tribut, pour arriver dans le pays de Laqê, qui correspond au territoire situé à l’embouchure du Ḫabur76. C’est un certain Bar-Atara, « fils » de Ḫalupê77, qui se soumet le premier. On sait que Bît-Ḫalupê avait pour centre Sûru, qu’on localise généralement au tell Suwar, à une quarantaine de kilomètres en amont de l’embouchure du Ḫabur (cf. J. Lewy, Studies, p. 267). Les autres villes du pays de Laqê suivent l’exemple, notamment Sirqu, — qui s’appelait Terqa au temps des archives de Mari78, — avec son prince Mudadda. La dernière étape est Ḫindânu, au sud de Mari. En aval s’étend le pays de Suḫi, dont les sources assyriennes n’ont plus soufflé mot depuis sa conquête par Téglath-phalasar Ier (KAH, II, n° 71, l. 34-35 ; Histoire synchronique, II, 1. 24). Or, avant de faire campagne au Ḫanigalbat, Adad-nîrâri II s’était occupé de raffermir ses frontières méridionales. Comme on l’a vu plus haut (p. m), il avait notamment infligé une défaite aux Aḫlamû araméens du désert, après quoi il avait reçu le tribut du pays de Suḫi. Ainsi, du cours supérieur du Tigre à la frontière babylonienne, les traces de l’occupation araméenne sont apparentes, bien que la situation ne soit pas identique partout. La turbulence des princes araméens de la Haute Mésopotamie laisse à supposer qu’ils s’appuient sur une immigration nombreuse. Le long du Ḫabur, de petits états se sont constitués, mais il semble qu’ils se soumettent sans difficulté aux Assyriens ; partout des tributs sont présentés spontanément à Adad-nîrâri II. Il est clair qu’on a affaire ici à une population sédentarisée. En revanche, sur l’Euphrate, dans la région de Suḫi, où depuis toujours on a combattu les nomades, le souverain assyrien doit livrer bataille aux Araméens du désert et les refouler avant de pouvoir établir son autorité dans la vallée. La steppe ne cesse pas de fournir de nouveaux contingents d’envahisseurs, qui tentent, à la suite de leurs frères déjà installés, de se frayer un chemin vers les terres fertiles.

  • 79 Sur le site de Til-Barsib et son histoire, voir Fr. Thureau-Dangin et M. Dunand, Til-Barsib, Paris (...)
  • 80 Ibid., p. 134. De son côté, B. Landsberger place vers 950 la fondation de l’état de Bît-Adini (Sam (...)

70C’est encore dans les annales d’Adad-nîrâri II que l’on trouve la première mention de l’état de Bît-Adini, appelé ici mât mâr A-di-ni (KAH, II, n° 84, 1. 48), dont la capitale, Til-Barsib, a été identifiée avec Tell Ahmar, sur la rive gauche de l’Euphrate, à une vingtaine de kilomètres en aval de Carkémil. Plus tard, Aššur- nâṣir-apal II et surtout Salmanasar III entreront en conflit avec cette principauté araméenne, qui leur coupait l’accès de la Syrie du Nord. Finalement, Salmanasar III s’emparera de Til-Barsib, où il installera une colonie assyrienne, et la ville, rebaptisée du nom de Kâr-Šulmânašared, restera désormais sous le contrôle de l’Assyrie79. Ce qui nous intéresse, c’est de savoir à quel moment les Arạméens l’avaient conquise. D’après les vestiges matériels qu’ils ont laissés, leur occupation aurait été relativement brève ; c’est pourquoi Thureau-Dangin, qui explora le site, a supposé que les Araméens s’y seraient installés vers l’an 100080. Cette solution est en accord avec la remarque de Salmanasar III, notant que les villes de Pitru, sur le Sadjur, et de Mutkînu, sur la rive gauche de l’Euphrate, qui devaient faire partie de l’état de Bît-Adini, avaient été enlevées par les Araméens au temps d’Aššur-rabi II (cf. ci-dessus, p. 117), dont le règne chevauche le IIe et le Ier millénaire avant notre ère.

  • 81 D’après l’itinéraire de Tukulti-Ninurta II (Annales, rev., l. 22), Dûr-katlimmu est à mi-chemin en (...)
  • 82 Annales de Tukulti-Ninurta II, rev., l. 33 ; annales d’Aššur-nâṣir-apal II, col. III, l. 3 (Ma-ga- (...)

71A cet endroit de l’enquête, il faut verser au dossier un témoignage important, dont on n’a peut-être pas tiré un parti suffisant jusqu’ici. Il s’agit de l’ « Obélisque brisé », qui contient dans sa première partie des allusions à une série d’expéditions contre les Araméens (Budge-King, AKA, p. 132 et suiv.). Il est possible en plusieurs cas de reporter ces expéditions sur la carte. C’est ainsi qu’il est question de la ville de Dûr-katlimmu (col. III, l. 22) ; or nous savons que cette localité est arrosée par le Ḫabur, en amont de Tell Ṣuwar81. La ville de Magrisi (l. 21) se trouve sur la route qui quitte la rivière à hauteur de son coude pour rejoindre l’Assyrie, sans doute à peu près à mi-chemin du Tigre82. La ville de Ρa-ύ-za, sise au pied des monts Kašiari (1. 8-9) est évidemment identique à la ville de Pa-a’-zi, elle aussi proche de ce massif, où Adad-nîrâri II combat les princes araméens du Ḫanigalbat (KAH, II, n° 84, 1. 40). Nabula (l. 10) est elle-même une cité du Ḫanigalbat (cf. E. Weidner, AOB, I, p. 60, n. 2). Au district de Ši-na-mu (l. 14) correspond, dans les archives de Mari, le pays de Sinamum, situé de toute façon dans la Haute Mésopotamie (voir Finet, ARMT, XV, p. 134, s. v.). Le pays de Šubria (l. 18) est à rechercher dans la région comprise entre le Tigre et le lac de Van (cf. Gelb, HS, p. 47). Une ville, dont le nom est partiellement mutilé, est sise sur le Tigre, au dire du texte (l.12). Par conséquent, les Assyriens avaient alors à combattre les Araméens sur une ligne s’étirant à travers la Haute Mésopotamie, des parages du lac de Van au Ḫabur moyen. Les engagements répétés soulignent le caractère pressant du danger. Il va de soi qu’il faut tenir compte de ces circonstances pour dater les événements relatés par le monument.

72Si l’on suit la marche de l’expansion araméenne, on doit reconnaître que la théorie traditionnelle, qui rapporte ces événements au règne de Téglath-phalasar Ier, semble exclue. En effet, c’est vers le début de son règne, — dès sa cinquième année, — que le souverain inaugure ses campagnes contre les Araméens. Son premier acte est de gagner le désert (mudbara), un terme qui peut s’appliquer difficilement à la Haute Mésopotamie. S’il doit aussi pourchasser les pillards dans la Mésopotamie proprement dite, il apparaît pourtant que c’est encore le désert syrien, au delà de l’Euphrate, qui constitue leur base de départ et c’est là que toutes les expéditions ultérieures se dérouleront. Cette objection n’est d’ailleurs pas la seule. Les prismes d’Assur nous racontent les événements des cinq premières années de Téglath-phalasar Ier. De son côté, l’ « Obélisque brisé » livre, dans sa partie conservée, le récit d’événements qui se sont passés également au début d’un règne. Or les deux récits ne se recouvrent pratiquement pas, à part certaines ressemblances dans les sections consacrées aux exploits cynégétiques du roi.

  • 83 J. Seidmann, qui a repris l’étude de la question en dernier lieu, a tenu compte de l’étendue de la (...)

73En prenant pour critère les progrès de la pénétration araméenne, on peut même dire que toute date antérieure à Aššur-rabi II doit être écartée, puisque c’est seulement sous le règne de l’arrière petit-fils de Téglath-phalasar Ier que les Araméens délogent les Assyriens des positions qui leur servaient à garder le passage de l’Euphrate au voisinage de l’embouchure du Sadjur. Admettra-t-on que les Araméens s’étaient infiltrés en Mésopotamie beaucoup plus au sud, dans la région de l’Euphrate moyen et du Ḫabur ? Mais ils avaient aussi atteint et même dépassé le Tigre. Ou bien parlera-t-on d’incursions sans lendemain ? L’étendue du territoire sur lequel le souverain de l’ « Obélisque brisé » est obligé de livrer combat révèle l’ampleur de l’invasion. C’est une marée qui monte et les défenseurs doivent se porter tantôt ici, tantôt là, sur tous les points où une brèche menace de s’ouvrir. Ces considérations invitent à situer les événements en question au temps d’Aššur-rabi II ou de ses successeurs immédiats Aššur-rêš-iši II et Téglath-phalasar II, alors que la poussée araméenne battait son plein. Mais le souverain qui s’efforçait ainsi de refouler un ennemi dangereusement proche de l’Assyrie était le même qui avait lancé auparavant une expédition jusqu’au territoire de Carkémiš et avait franchi l’Euphrate (col. II, l. 21 ss.). Le problème de l’attribution de l’ « Obélisque brisé » reste ardu et je ne prétends pas lui apporter une nouvelle solution. Une étude approfondie dépasserait, il va de soi, les limites de la présente enquête ; aussi bien, le document ne nous offre rien de foncièrement neuf sur la question des invasions araméennes. En tout cas, on ne peut négliger les allusions qu’il contient à ce sujet et la situation générale qu’elles supposent, si l’on veut parvenir à un résultat satisfaisant en tout point83.

  • 84 Édition de V. Scheil, Annales de Tukulti-Ninip II, Paris, 1909.
  • 85 Les Itu’u sont cités à partir de Salmanasar IV (cf. ci-dessous, p. 128, n. 2). Voir les différente (...)

74Tukulti-Ninurta II (888-884) traverse à peu près les mêmes territoires que son père Adad-nîrâri II, mais il les aborde dans l’autre sens (Annales, l. 41 ss.)84. Il descend le long du Tartare, puis rejoint le Tigre. C’est là, non loin de l’embouchure de l’Adhem, qu’il rencontre une population peut-être araméenne, les Utu’ate (1. 49 : mâtÚ-tu-u’-a-te) ; en effet, on trouvera plus tard la tribu araméenne des Itu’u établie sur le Tigre85. Si le rapprochement n’est pas illusoire, il nous fournit le plus ancien témoignage sur l’arrivée des Araméens dans la vallée moyenne du Tigre. Après être passé par Dûr-Kurigalzu et Sippar, le monarque assyrien remonte l’Euphrate, dont les riverains, à partir du pays de Suḫi, lui offrent des présents, puis le Ḫabur, qu’il quitte en cours de route pour regagner la vallée du Tigre. Dans tout le Moyen-Euphrate, les princes locaux s’empressent au-devant du roi ; il n’est plus fait mention des nomades.

  • 86 Le nom du personnage n’est pas donné. On se contente du gentilice Ḫa-ma-ta- a-a (Annales, I, l. 75 (...)
  • 87 D’après l’édition de Budge-King, AKA, p. 280 et suiv.

75En revanche, le fils de Tukulti-Ninurta II, Aššur-nâṣir-apal II (883-859), rencontre, lui, une vive opposition dans toute la contrée. C’est d abord la ville de Sûru de Bît-Ḫalupê qui se révolte contre son gouverneur, un Araméen86, naguère trop empressé de faire sa cour à Tukulti-Ninurta II, et elle le met à mort ; on proclame à sa place un autre Araméen, de naissance obscure, venant de Bît-Adini. Le roi intervient aussitôt et rétablit la situation. Les coupables sont châtiés, un nouveau gouverneur installé. Assur-nâsir-apal en profite pour étendre son pouvoir sur tout le pays de Laqê (Annales, I, l. 75-96)87. Quelques années auparavant, alors qu’il traversait le pays, Tukulti-Ninurta II avait reçu les tributs de ses princes ; l’action entreprise par Aššur-nâṣir-apal II montre que l’autorité des rois d’Assyrie n’était que nominale dans la contrée ; il ne fallait pas moins que la présence des souverains sur les lieux pour la rendre effective. Nous en tenons l’aveu de la bouche même d’Aššur-nâṣir-apal ; à la suite des événements qui viennent d’être rapportés, le gouverneur de Suḫi se rend à Assur, ce qui ne s’était jamais vu auparavant (ibid., l. 100). La satisfaction du roi devait être de courte durée. En effet, il est question plus tard d’une nouvelle expédition sur le Ḫabur et l’Euphrate moyen, au cours de laquelle on rencontre pour la première fois l’installation araméenne de Bît-Ša-bâia, située sur la rive gauche du fleuve entre Ḫindânu et Anat. La campagne se termine par le siège d’une place forte du pays de Suḫi, où s’est enfermé son gouverneur rebelle, soutenu par des contingents babyloniens. L’affaire tourne à la déroute des adversaires de l’Assyrie et derechef Aššur-nâṣir-apal II rétablit sa domination sur le pays de Suḫi ; il prend soin cette fois d’y construire une ville forte sur chacune des rives de l’Euphrate (ibid., III, l. 21-25). A peine revenu à Kalaḫ, il apprend que les gens de Laqê, de Ḫindânu et de Suḫi se sont révoltés une fois de plus et qu’ils ont franchi l’Euphrate. La répression n’est pas aisée, car la résistance renaît sans cesse. Un des principaux meneurs, Azi-ilu de Laqê, que le roi avait installé naguère en qualité de gouverneur à Sûru de Bît-Ḫalupê, parvient finalement à s’échapper (ibid., 1. 26-48). Détail significatif : c’est au Djebel Bishrî qu’il se réfugie, là où s’étaient enfuis jadis les Aḫlamû araméens poursuivis par Téglath-phalasar Ier (cf. ci-dessus, p. 110). On comprend dès lors pourquoi Aššur-nâṣir-apal II se vante avec insistance d’avoir soumis les pays de Laqê et de Suḫi jusqu’à Rapiqu (par ex. ibid., II, l.128 ; III, l.121) ; c’était une entreprise qui lui avait coûté beaucoup de peine.

76D’autres campagnes mènent Aššur-nâṣir-apal II dans l’ouest de la Haute Mésopotamie et en Syrie septentrionale, jusqu’à la Méditerranée. En cours de route, il reçoit les tributs de plusieurs états araméens, notamment de Bît-Baḫiani et de Bît-Adini (ibid., III, l. 50 ss.). On parlera plus loin (p. 130) des royaumes araméens qui s’étaient constitués au delà de l’Euphrate.

  • 88 Annales de Tukulti-Ninurta II, 1. 14 ss. Sur l’étendue de Bît-Zamâni et la localisation de Tîdu, c (...)

77Enfin, il est question de nouveau des Araméens établis dans la région du Haut-Tigre. Déjà Tukulti-Ninurta II était intervenu à Bît-Zamâni, un état qui avait pour centres importants Amedi, l’actuelle Diarbékir, et Tîdu, aux environs de Mardin. Victorieux, il avait accordé sa grâce au prince Ammi-ba’li et en avait fait un vassal de l’Assyrie88. Sous le règne d’Aššur-nâṣir-apal II, Ammi-ba’li est assassiné par les grands du royaume. Le monarque assyrien se hâte de soumettre les rebelles et impose un nouveau prince, Ilânu, le propre frère de l’instigateur de la révolte. En garantie, il fait occuper par des garnisons assyriennes deux places fortes, dont la ville de Tîdu, tenues jadis par Salmanasar II contre le Naïri, mais que les Araméens avaient conquises par la suite, et il déporte en Assyrie quinze cents Aḫlamû araméens de l’armée d’Ammi-ba’li (Annales, II, l. 117-125 ; Monolithe de Kurkh, rev., l. 35-47). Ces mesures n’empêchent pas Ilânu de se soulever à son tour un peu plus tard, déclenchant aussitôt une nouvelle intervention d’Aššur-nâṣir-apal (Annales, III, l. 105). Sur tous les états araméens, la domination assyrienne est précaire. Les princes indigènes auxquels les conquérants accordent leur confiance sont massacrés par leurs sujets à cause de leur politique de « collaboration », quand ils ne fomentent pas eux-mêmes des rébellions.

78Sous Salmanasar III (858-824), nous sommes mal renseignés sur les Araméens, du moins sur ceux qui se trouvent en Mésopotamie, car le souverain livre maints assauts à leurs congénères de l’Ouest. C’est précisément pour garder ouverte la route de la Syrie du Nord qu’il s’empare de Til-Barsib et fait de la principauté de Bît-Adini, qui s’étendait sur les deux rives de l’Euphrate, une province assyrienne ; il réoccupe alors les villes de Pitru et de Mutkînu, où son ancêtre Téglath-phalasar Ier avait installé des garnisons que les Araméens avaient balayées dans la suite (Monolithe, III R 8, col. II, 1. 35 ss.).

  • 89 Rm. III 105, publié en transcription par H. Winckler, Altorientalische Forschungen, I (Leipzig, 18 (...)

79En Babylonie, où les sources sont rares, le silence est rompu par le successeur de Salmanasar III, Šamši-Adad V (823-810). Celui-ci fait campagne contre le roi Marduk-balâṭsu-iqbi, qui a à ses côtés des Chaldéens, des Élamites, des gens du pays de Namar et des Araméens (I R 31, col. IV, 1. 37-39). Ce n’est pas la première fois que les Araméens apparaissent en qualité d’alliés des Babyloniens ; Nabû-apal-iddin n’avait-il pas envoyé des renforts aux révoltés du pays de Suḫi ? En revanche, une chronique néo-babylonienne rapporte que le roi Erîba-Marduk, qui régnait sur la Babylonie dans la première moitié du viiie siècle, infligea une défaite aux Araméens ; les vergers et les champs, situés à Šigiltu et au Subartu, dont ils avaient dépossédé des habitants de Borsippa et de Babylone, furent restitués à leurs propriétaires légitimes (King, Chronicles, II, n° VI, rev., 1. 8-12). Il est malaisé de localiser exactement l’épisode, dont l’intérêt est sans doute médiocre ; dans les documents néo-babyloniens, c’est l’Assyrie qu’on entend généralement par Subartu (cf. Gelb, HS, p. 45). Sous le règne suivant, celui de Nabû-šum-iškun, la situation semble des plus confuses. Au dire d’un texte provenant de Borsippa, la lutte contre les envahisseurs avides de terres s’accompagne de querelles intestines. C’est une mêlée générale où s’affrontent les gens de Babylone et de Borsippa, les Chaldéens et les Araméens89. Ainsi les deux documents se recoupent et permettent de suivre les efforts des Araméens qui tentent de prendre pied dans le nord de la Babylonie.

  • 90 P. Rost, Die Keilschrifttexte Tiglat Pilesers III nach den Papierabklatschen und Originalen des Br (...)
  • 91 Les quatre premiers noms énumérés dans le texte de Sargon (H. Winckler, Die Keilschrifttexte Sargo (...)

80Les combats incessants que va mener le roi d’Assyrie Téglath-phalasar III, dont le règne (745-727) est de peu postérieur à celui du Babylonien Nabû-šum-iškun, jettent une vive lumière sur l’extension de la poussée araméenne, qui menaçait de tout submerger au sud de l’Assyrie. Ce n’est qu’après dix-sept années de lutte que le souverain pourra proclamer qu’il a conquis « tous les Araméens riverains du Tigre, de l’Euphrate et du Surappu, jusqu’au fleuve Uknû, qui est au bord de la Mer Inférieure ». Le territoire des tribus vaincues, qui sont énumérées avec soin, est annexé et confié à un gouverneur assyrien (Tablette de Nimrud, 1. 5-10)90. La situation qui se révèle alors dans toute son ampleur n’était pas nouvelle ; il semble bien que la plupart des groupements étaient déjà sur place depuis un certain temps. Un généralissime assyrien, qui néglige dans ses inscriptions de victoire de mentionner le nom de son maître Salmanasar IV (781-772), avait remporté des succès sur plusieurs tribus araméennes une quarantaine d’années avant le triomphe décisif de Téglath-phalasar III. Or ces tribus sont nommées plus tard exactement dans le même ordre par Sargon dans son inscription des Fastes91 ; cet ordre devait être fondé sur des réalités géographiques.

  • 92 La liste en est donnée par Schiffer, op. cit., p. 2 et suiv. ; on voudra bien, pour le passage qui (...)
  • 93 Voir Fr. Hommel, Ethnologie und Geographie des alten Orients, Munich, 1926, p. 189. Pour Schiffer,(...)
  • 94 Sur les Puqudu en particulier, voir Schiffer, op. cit., p. 4, n. 4, et p. 126 et suiv.
  • 95 Les textes sont groupés par Luckenbill, OIP, II, p. 25, l. 39-42 ; p. 54, l. 52 ; p. 57, l. 12.
  • 96 C’est à cet endroit qu’est rapportée une campagne contre les Aḫlamû (cf. ci-dessus, p. III) ; ceux (...)

81Il serait intéressant de connaître la distribution des tribus araméennes, tout au moins dans les grandes lignes, pour les enseignements qu’elle est susceptible de nous fournir sur la marche de l’invasion. Ces tribus sont au nombre d’une cinquantaine92. Les plus importantes d’entre elles, comme les Gambulu, les Ḫindaru, les Puqudu et d’autres encore ont leurs établissements sur les rives de l’Uknû, c’est-à-dire l’actuelle rivière Kerḫa, qui se jetait alors directement dans le golfe Persique, et du Surappu, qui représente peut-être le cours inférieur du Tigre de nos jours93. Après leur soumission à Téglath-phalasar III, les Puqudu sont confiés, en même temps que diverses localités de la frontière élamite, à l’autorité du gouverneur d’Arrapḫa, aujourd’hui la ville de Kerkuk (Tablette de Nimrud, l. 13-14)94. D’autres groupes se sont propagés en Babylonie, entre Dûr-Kurigalzu, Sippar et Nippur (cf. Schiffer, Aramäer, p. 120-121, 153). 11 y a même des Araméens qui se sont introduits dans les villes. Sennachérib capture ceux d’entre eux qui se trouvaient dans Sippar, Kiš et Ḫursag-kalama, Kutha, Nippur et Uruk95. Certains sont signalés plus près de l’Assyrie, au sud du Zab inférieur (Annales de Téglath-phalasar III, l. 134 ss.)96. Mais d’une façon générale, ce sont surtout les steppes de la région trans- tigrine qu’occupent les Araméens, le territoire qui s’étend de la Diyala au golfe Persique, jusqu’au rebord de l’Élam. Les rives du Tigre, de l’Uknû et du Surappu, voilà les lieux qui reviennent le plus souvent dans les inscriptions des rois assyriens pour décrire l’habitat de leurs adversaires.

  • 97 Tout au moins en ce qui concerne les Araméens. En effet, à leur tour, les Arabes ont déjà fait leu (...)

82Les textes qui viennent d’être mis à profit appartiennent à plusieurs règnes : ceux de Téglath-phalasar III, Sargon, Sennachérib. En effet, la situation s’est plus ou moins stabilisée ; le gros des Araméens est passé à la vie sédentaire. Ils ont leurs établissements fixes, voire leurs places fortes. Leur histoire est pourtant loin d’être finie. Politiquement sans doute, sous les coups très rudes que leur ont assénés les Sargonides, qui pratiquent la déportation sur une large échelle, ils ont perdu leur indépendance. En revanche, par le fait même de leur dispersion, leur langue, qui se note par une écriture claire et rapide, va s’imposer partout à leurs vainqueurs. Mais le flot de l’invasion s’est tari désormais97.

  • 98 Les dates données ici, à la suite de B. Landsberger, Sam’al. p. 37-38, sont sensiblement plus bass (...)
  • 99 H. Ingholt, qui a fouillé le site, estime que les Araméens sont arrivés au pouvoir vers l’an 1000 (...)

83Avant de clore définitivement cette enquête, il est instructif, pour découvrir dans toute son ampleur le mouvement parti du désert, de rappeler les conquêtes des Araméens en dehors de la Mésopotamie et de passer en revue les installations qu’ils créèrent au nord et à l’ouest de la steppe syrienne. On a rencontré déjà l’état de Bît-Adini, qui débordait largement sur les deux rives de l’Euphrate et qui avait dû être occupé par les envahisseurs à l’aube du xe siècle. La Syrie du Nord était aux mains des Hittites, qui s’y étaient maintenus malgré la disparition de l’empire de Boghaz- Köi. Naturellement, la population des royaumes qui se partageaient le territoire était en bonne partie sémitique. Il n’est guère aisé de préciser le moment où les Araméens firent leur apparition dans la région98. Leur accession au pouvoir dans certains de ces états ne fournit qu’un terminus ante quem et ne signifie point qu’ils n’aient pas réussi à s’infiltrer dans les pays voisins. Au pied du mont Amanus, la ville de Zendjirli devient la capitale d’un petit état, isolé au milieu du domaine hittite, qui prend le nom de Sam’al, c’est- à-dire le royaume du « Nord ». Une dynastie araméenne y est attestée dès le dernier quart du Xe siècle. Le Bît-Agusi, dont le centre est Arpad, au nord d’Alep, est fondé au début du siècle suivant. Dans la vallée de l’Oronte, Ḫamat est certainement aux mains des Araméens vers la fin du même siècle99.

  • 100 Pour les références, voir Schiffer, Aramäer, p. 75-76, 135 et suiv.

84Les établissements araméens paraissent plus anciens dans le sud de la Syrie. On en trouve mention dès l’époque de David, c’est-à-dire vers l’an 1000. Les plus importantes de leurs principautés sont celles de Damas et de Ṣôbâh. L’« Aram-de-Ṣôbâh », qui se situe en Coelé-Syrie, apparaît déjà du temps de Saül. Au sud de Damas, le royaume de Gesûr s’étend jusqu’au Yarmuk. Celui de Ma’akâh comprend la région de Dan et celui de Bêt-Rehôb domine la vallée du Litani100. Bref, poussant vers l’ouest, les Araméens se sont répandus presque partout, du Jourdain à la haute vallée de l’Oronte, mais sans réussir à atteindre la Méditerranée.

85Ce n’est pas ici le lieu de retracer les vicissitudes de leurs états dans cette région, les luttes qu’ils soutinrent contre le royaume d’Israël d’abord, contre les Assyriens ensuite, auxquels ils devaient finalement se soumettre. Toutefois, deux épisodes de l’Ancien Testament mettent en cause les Araméens de Mésopotamie, offrant ainsi des recoupements avec les informations de source assyrienne. Parmi les Araméens, le plus farouche adversaire de David est Hadadézer, roi de Ṣôbâh. Vaincu une première fois par David, il fait appel aux Araméens de l’autre côté du Fleuve, qui lui envoient des renforts (II Samuel, X, 16). Au cours d’une autre campagne, David inflige une lourde défaite au même Hadadézer, qui était en route pour rétablir sa domination sur le Fleuve, c’est-à-dire l’Euphrate (ibid., VIII, 3). Le royaume de Ṣôbâh, qui tenait alors le premier rôle parmi les principautés araméennes, avait-il vraiment étendu ses frontières jusqu’à l’Euphrate ? En tout cas, à cette époque, qui correspond en Assyrie au règne d’Aššur-rabi II, les Araméens avaient déjà franchi le fleuve et occupé certaines positions sur sa rive gauche, au sud de Carkémiš (cf. ci-dessus, p. 117). Sur la situation dans la vallée plus en aval, nous ne disposons d’aucun renseignement ; il faudra attendre un siècle pour que le voile se lève avec Adad-nîrâri II, et encore s’agira-t-il seulement de la contrée au delà de l’embouchure du Ḫabur. Il n’est donc peut-être pas nécessaire de remonter l’Euphrate jusqu’à la région de Carkémiš pour retrouver les Araméens dont nous parle l’Ancien Testament.

86Quant à leurs frères qui auraient peuplé la Haute Mésopotamie, en particulier le secteur de Ḫarrân, au temps des Patriarches, il est évident qu’ils ne doivent leur existence qu’à une certaine confusion dans l’esprit des auteurs qui fixèrent ces récits à une époque ultérieure. Ce n’est qu’au début du xiiie siècle qu’on relève la présence, probable, d’éléments araméens en Haute Mésopotamie (cf. ci-dessus, p. 114), et plus tard seulement qu’ils s’y implantèrent d’une façon dense. Toutefois, la confusion est assez compréhensible.

  • 101 Cf. A. Dupont-Sommer, Les Araméens, Paris, 1949, p. 15-16. Pour les références bibliques, voir Dho (...)

87Dans la première moitié du IIe millénaire, c’est-à-dire à l’époque patriarcale, les steppes qui avoisinent le Balîḫ et le Ḫabur sont parcourues par des groupes de pasteurs, tels les Benjaminites ; ce ne sont pas des Araméens (cf. ci-dessous, p. 135), mais les uns et les autres sont des nomades issus d’une souche commune et surgis du désert de Syrie dans un effort incessant pour pénétrer dans les terres fertiles. Les auteurs sacrés ont eu sans doute en vue la situation qui prévalait bien longtemps après les migrations des Patriarches, mais ils se sont aussi rappelé les liens de parenté qui unissaient entre eux tous les anciens habitants du désert101.

  • 102 Par exemple : «... les Araméens qui sont au bord du Tigre, du Surappu et de l’Uknû, la totalité de (...)

88L’enquête qui leur a été consacrée a fourni les points de comparaison nécessaires pour tenter de distinguer les uns des autres Sutéens, Aḫlamû et Araméens. Constatons d’abord que ces trois noms ne se sont pas vraiment succédé dans le temps. S’ils ont apparu à des époques différentes, ils ont coexisté par la suite. C’est parfois le même texte qui les cite simultanément. Arik-dên-ilu et Sennachérib se glorifient tous deux d’avoir triomphé des Aḫlamû et des Sutéens (ci-dessus, p. 104 et 107). Un fragment d’inscription historique, dont il a été question à propos d’Aššur-bêl-kala (ci-dessus, p. 105), mentionne à la fois les Araméens, les Sutéens et les Aḫlamû. Sargon rappelle à plusieurs reprises ses victoires sur les grandes tribus araméennes et sur les Sutéens102. Enfin, une lettre de la même époque, malheureusement très mutilée, fait allusion aux Araméens et aux Aḫlamû (Harper, ABL, Χ, n° 1013, l. 7 ; rev., l. 3).

  • 103 Le R. P. R. de Vaux a exposé les diverses opinions émises dans la discussion, RB, 55 (1948), p. 34 (...)

89Les derniers nommés forment en quelque sorte la transition entre les Sutéens et les Araméens. Leur rôle semble avoir été beaucoup moins marquant que celui des deux autres groupes ; en tout état de cause, les textes qui les concernent sont assez peu nombreux au total. D’autre part, ces textes les qualifient expressément d’Araméens à plusieurs reprises. C’est pourquoi certains considèrent que dès le début nous avons affaire en réalité à des Araméens. Mais, en retournant l’argument, du fait que les Aḫlamû sont qualifiés parfois d’Araméens, on pourrait aussi déduire que tous les Aḫlamû indistinctement n’étaient pas des Araméens, d’où l’emploi, en apparence arbitraire, de l’épithète restrictive. Toutefois, l’objection n’est pas inattaquable, car on ne trouve point d’autre épithète appliquée aux Aḫlamû103. Aucune des deux opinions ne s’imposant à priori, il faut bien s’en tenir aux seuls faits.

  • 104 L’origine araméenne d’Adad-apal-iddin et les raids araméens qui ont troublé la Babylonie au temps (...)
  • 105 Monolithe de Kurkh, rev., l. 44 et 45 : mâtA-ru-mu ; l. 47 : Aḫ-la-me-e mâtAr- ma-a-ia (Budge-King(...)
  • 106 J. A. Knudtzon, Assyrische Gebete an den Sonnengott, Leipzig, 1893, n° 108, l. 10-12. Une autre me (...)

90Une observation préliminaire est à souligner : de longs siècles se sont écoulés entre l’apparition des Aḫlamû à Mari, puis dans des textes d’Amarna et de Nippur, et la première mention des Aḫlamû araméens par Téglath-phalasar Ier. Le terme d’Araméen tout court mettra du temps à être reçu par l’usage assyrien. A cet égard, le passage des annales d’Aššur-bêl-kala qui cite les Arimi (p. 116) est isolé ; les autres documents relatifs aux Araméens dans les premiers temps de leur histoire ne sont pas contemporains des événements qu’ils relatent ou bien c’est leur date qui est sujette à caution104. Si les Araméens figurent dans les annales attribuées à Assur-dân ΙΓ, en revanche, il arrive encore à Adad-nîrâri II et à Aššur-nâṣir-apal II de parler des Aḫlamû araméens. Le récit d’Aššur-nâṣir-apal II est significatif : les deux appellations y sont employées l’une pour l’autre105. Même constatation à propos d’un passage des annales de Téglath-phalasar III ; ici, c’est le vocable Aḫlamû seul qui est utilisé concurremment avec celui d’Araméen (cf. ci-dessus, p. 129, n. 4). Chez Sennachérib, visiblement Aḫlamû n’est plus qu’un archaïsme. Comme Arik-dên-ilu plus de six siècles auparavant, le roi se vante d’avoir vaincu les Aḫlamû et les Sutéens ; or il est à peine question de ceux-ci dans les textes de Sennachérib, et jamais de ceux-là, la mention de la place forte de Bît-Aḫlamê n’ayant pas à entrer en ligne de compte. Enfin, sous Assarhaddon et Assurbanipal, ce n’est plus dans les inscriptions historiques, mais bien dans les textes religieux ou divinatoires qu’il faut rechercher les Aḫlamû. S’adressant à Šamaš, Assarhaddon énumère les ennemis qui le menacent ; il nomme les Aḫlamû en compagnie des Élamites, des Accadiens, des Cimmériens, des Égyptiens et des Éthiopiens106.

  • 107 Textes dans E. Klauber, Politisch-religiöse Texte aus der Sargonidenzeit, Leipzig, 1913, n° 44, l. (...)

91Malgré la mention de la puissante tribu araméenne des Itu’u en tête de la liste, il ne faut voir sans doute dans Aḫlamû qu’un terme un peu recherché pour désigner les Araméens. Un passage parallèle à cette prière, contenu dans une demande d’oracle d’Assurbanipal à Šamaš, mentionne également les Aḫlamû, mais passe sous silence les Araméens, ce qui serait inattendu, si le premier terme n’était pas employé en lieu et place du second. Une autre fois, le souverain questionne le dieu sur les intentions du roi du Pays-de-la-Mer : celui-ci va-t-il engager la lutte avec les troupes d’Assurbanipal, « soit avec les Assyriens, soit avec les Accadiens, soit avec les Chaldéens, soit avec les Aḫlamû, qui tiennent les pieds d’Assurbanipal »107 ? Il est évident qu’Assurbanipal songeait aux Araméens, qu’il avait soumis sous son autorité ; les deux mots sont devenus synonymes.

  • 108 Cf. B. Landsberger, Sam’al, p. 38. Voir aussi les remarques de Gelb, HS, p. 87.

92Pendant plusieurs siècles, le terme d’Aḫlamû a été le seul en usage à l’est du désert syrien. S’il lui est advenu d’être doublé plus tard par celui d’Araméen, c’est que la situation avait évolué. On a coutume d’admettre que les nomades se sont abattus sur la Mésopotamie en vagues distinctes et successives. En réalité, si le fleuve alimenté par la steppe a eu ses périodes de crue et de disette, il ne s’est jamais tari. Que la pression des nomades s’accentue, pour des raisons qui nous échappent, ou que la résistance des sédentaires faiblisse, et le ruisselet devient torrent. Mais la steppe fut toujours habitée et en tout temps des nomades parvinrent à s’introduire dans la zone des cultures. On l’a vu dans les chapitres précédents. Les vues traditionnelles ne faisaient pas de place à d’importants mouvements migratoires à f époque de Ḫammurabi. Or les archives de Mari nous révèlent, au contraire, la présence de groupements nomades, turbulents et considérables : les Benjaminites, répandus à travers toute la Haute Mésopotamie et dans le Moyen-Euphrate, et les Sutéens, sur les rives mêmes du fleuve, en bordure du désert. Le mouvement a été continu et il était d’autant plus difficile de distinguer les groupes les uns des autres qu’en fin de compte ils étaient d’une commune origine et parlaient des dialectes apparentés. Par conséquent, les critères nous manqueront toujours pour établir des frontières bien nettes, et les Accadiens eux-mêmes, qui n’avaient avec les nomades que des contacts intermittents, pouvaient s’y tromper. Quant aux différents noms qu’ils donnaient aux envahisseurs et dont aucun ne semble porter la frappe babylonienne, comment déceler la réalité qu’ils recouvraient ? La tribu qui a fait prévaloir son propre nom était peut-être la tribu la plus nombreuse, la plus puissante, celle qui s’imposait vraiment, mais ce peut être aussi la tribu qui est entrée la première en contact avec les sédentaires, pour une raison fortuite. Dans les deux cas, on aura eu tôt fait d’étendre le vocable, plus ou moins légitimement, à d’autres groupes. Lorsque les Assyriens franchirent l’Euphrate et se trouvèrent en présence des petits royaumes de la Haute Syrie, ils donnèrent indifféremment à leurs habitants le nom de Hittites, englobant aussi bien les Araméens sous cette désignation108.

93En conclusion, on peut essayer de reconstituer les événements de la façon suivante. Pendant un certain temps, les Aḫlamû représentent le groupe nomade le plus vigoureux à parcourir la steppe syro-arabique, tentant de pénétrer dans les pays riverains du désert. Surviennent ensuite les Araméens, qui les supplantent et finissent par les éliminer complètement, soit en les absorbant, soit en les repoussant devant eux. Dès l’aube du xiiie siècle, les Araméens ont atteint la Mésopotamie. Les combats menés par Téglath-phalasar Ier laissent entendre qu’ils étaient en train de prendre l’ascendant à la fin du siècle suivant. A partir de ce moment, la situation est confuse pour nous ; il n’est plus possible de savoir, dans chaque cas particulier, si nous avons encore affaire à des Aḫlamû, ou déjà à des Araméens proprement dits. Dans les textes plus récents, en tout cas, le terme d’Aḫlamû a perdu sa signification originelle, bien qu’il survive encore dans la tradition. Que des liens de proche parenté aient uni les deux peuples, la double désignation d’Aḫlamû araméens en est la meilleure preuve, mais il ne faut pas pour autant les confondre sans autre forme de procès et tenir les premiers Aḫlamû pour des Araméens. On pourrait prétendre ici qu’il ne s’agit, au fond, que d’une question de terminologie. Répondons que, si l’on ne veut pas garder au vocable « araméen » son sens précis, restreint, suivant des critères bien établis, on en arrivera à élargir progressivement son champ jusqu’à l’appliquer non seulement aux Sutéens et aux Benjaminites, mais encore à tous les Amorrhéens. A ce moment, il faudra inventer un nouveau terme pour désigner le peuple qui entre dans l’histoire au cours de la seconde moitié du IIe millénaire avant notre ère et dont la langue commence à se révéler dès le ixe siècle. Quant au terme de « Proto-araméen » (cf. R. de Vaux, RB, 55 [1948], p. 345-346), il se heurte à la même objection, si l’on tient compte de la continuité du flux qui s’est déversé, à un rythme variable, sur la Mésopotamie.

  • 109 L’opinion la plus courante rapporte le mot à aḫlâm, pluriel arabe de ḫilm « camarade », « ami » ; (...)

94Pour le mot Aḫlamû, quelle que soit la façon dont on l’explique109, il est étranger à la langue babylonienne et, comme tel, il a dû être introduit par les envahisseurs eux-mêmes. Il ne me paraît pas qu’on puisse y voir, dès l’origine, un appellatif. Pourquoi cet appellatif d’emprunt aurait-il remplacé à un certain moment un autre appellatif, également d’origine étrangère, pour désigner la même population du désert syrien ? L’apparition du nouveau terme doit coïncider avec l’entrée en scène de nouveaux éléments.

95Des Aḫlamû proprement dits, nous connaissons peu de chose en somme. Grâce à la mention d’un Aḫlamû dans les archives économiques de Mari, nous savons qu’ils avaient déjà commencé de sortir du désert à cette époque. Comme dans le cas des Benjaminites, le passage à l’état sédentaire a dû se produire plus rapidement dans les zones cultivées du Sud ; les nombreux Aḫlamû qui interviennent dans les textes de Nippur en font foi. Ailleurs, leurs bandes continuent à mener la vie des clans semi-nomades. Les revers que leur inflige Arik-dên-ilu montrent qu’ils parcouraient la Haute Mésopotamie ; certains iront s’enrôler dans les armées hittites. Mais ils tiennent surtout le secteur du Moyen-Euphrate, où ils entravent les communications entre le Ḫatti et Babylone, à l’époque de Salmanasar Ier. Dans les « montagnes des Aḫlamû » conquises par Tukulti- Ninurta Ier en même temps que les pays de Mari, de Ḫana et de Rapiqu, il faut reconnaître sans doute la chaîne du Djebel Bishrî. Toutes les fois que cette chaîne apparaît dans les textes, c’est en relation avec les habitants du désert. Dans les lettres de Mari, on voit des Benjaminites franchir l’Euphrate en direction du Djebel Bishrî et des Sutéens y découvrir un trésor. Plus tard, Téglath-phalasar Ier y incendiera les installations des Aḫlamû araméens et l’un des princes araméens du Laqê, mis en déroute par Aššur-nâṣir- apal II, ira s’y réfugier. La tradition semble constante ; on imagine mal d’ailleurs quelle autre montagne pourrait être occupée par les Aḫlamû. On ne sait où Aššur-rêš-iši Ier remporta la victoire dont il s’enorgueillit sur les Aḫlamû. Sous le règne de son fils Téglath-phalasar Ier, les Araméens, déjà connus depuis longtemps sous leur nom de l’autre côté du désert, se manifestent subitement à leur tour. C’est un peuple en plein essor, qui inquiète les premières lignes des sédentaires, de la frontière babylonienne à Carkémiš. De ce côté-ci, leur nom ne s’est pas imposé d’emblée, car on les appelle des « Aḫlamû araméens » ; par le fait même, nous perdons pied et nous devons renoncer à rechercher les traces des Aḫlamû.

96Le problème de la relation entre les Aḫlamû et les Araméens se pose, en termes à peu près identiques, à propos des Sutéens et des Aḫlamû ; la question est encore plus compliquée, parce que les Sutéens coexistent également avec les Araméens. Une fois de plus, il faut s’en tenir aux strictes données de nos textes.

  • 110 Un des plus anciens documents remontant à cette époque est seul à signaler la présence simultanée (...)

97Au temps de la Ire dynastie de Babylone, les Sutéens, qui ont été amenés par la vague « ouest-sémitique », sont dispersés sur presque toute l’étendue du territoire où Téglath-phalasar Ier pourchassera plus tard les Aḫlamû araméens. Certains d’entre eux sont déjà fixés en Babylonie, où ils fusionneront bientôt avec la population locale ; ils y précèdent les Aḫlamû, que l’on trouvera installés dans le pays sous les rois cassites110. Sur l’activité des Sutéens à l’ouest de la steppe syrienne, les témoignages ne manquent pas : textes d’Amarna, de Ta‘annak, inscription d’Idrimi. C’est aussi dans les lettres d’Amarna que figure la première mention des Aḫlamû. Comme ils y sont mis en rapport, semble-t-il, avec la Babylonie, il ne paraît pas qu’ils soient entrés en concurrence avec les Sutéens de ce côté-là. L’épisode où l’on voit un roi cassite écraser les Sutéens est le dernier à montrer les nomades opérant dans le désert syro-arabique, s’il met bien en scène un petit-fils d’Aššur-uballiṭ (cf. ci- dessus, p. 103). Dans ce cas, toutefois, comme il est emprunté à une source tardive, la Chronique P, il n’est pas exclu que l’on doive entendre en réalité les Aḫlamû, au lieu des Sutéens (cf. O’Callaghan, Aram Naharaim, ρ. 101). C’est en Haute Mésopotamie, en tout cas, c’est-à-dire sur l’autre rive de l’Euphrate, que le roi d’Assyrie Arik-dên-ilu combat victorieusement les Sutéens vers la fin du xive siècle. C’est encore dans cette région que doivent habiter les Sutéens qui envoient des moutons en guise de tribut à Tukulti-Ninurta Ier et à Aššur-dân Ier, au cours des siècles suivants. Après le second de ces souverains, les sources assyriennes se taisent, à l’exception toutefois du texte litigieux attribué à Aššur-bêl-kala (cf. ci-dessus, p. 105). Désormais les Sutéens n’interviendront plus dans le Haut-Pays.

98Pendant trois siècles environ, pas un seul document contemporain n’est disponible. Les déprédations que les Sutéens auraient commises en Babylonie sous le règne d’Adad-apal-iddin nous sont racontées par une chronique néo-babylonienne. L’événement semble confirmé par l’inscription du roi Nabû-apal-iddin, dans la première moitié du ixe siècle, qui rappelle en même temps sa propre victoire sur les Sutéens (ci-dessus, p. 105). On peut de nouveau mettre en doute la correction des termes. Vingt-cinq ou trente ans à peine après qu’Aššur-dân Ier a reçu le tribut des pasteurs sutéens, Téglath-phalasar Ier combat les Araméens sur l’Euphrate, jusqu’aux portes de la Babylonie, à Rapiqu. Au ixe siècle, alors que Nabû- apal-iddin se flatte d’avoir vaincu les Sutéens, les Araméens occupent tout le Moyen-Euphrate, notamment le pays de Suḫi. Comme dans le cas de la Chronique P, le terme de Sutéen sert peut-être à désigner d’autres populations. Remarquons que les documents en question sont babyloniens ; il n’est pas impossible que l’usage ait varié de Babylonie en Assyrie. Par exemple, les Aḫlamû sont inconnus de la tradition babylonienne tardive. On voit comme il est souvent difficile de préciser sans hésitation l’acception du terme, dans un cas déterminé. Une liste géographique provenant d’Aššur identifie la ville de Terqa, sise sur l’Euphrate en amont de Mari, avec « Sirqu qui est face aux Sutéens » (KAV, n° 183, 1. 16) ; ce sont ici les nomades du désert de Syrie qui sont clairement visés. En revanche, il y avait à Aššur une « route des Sutéens » (ΚAJ, n° 39, 1. 7), qui devait mener aux territoires proches de la frontière occidentale du royaume, où s’étaient établis les Sutéens soumis à Tukulti- Ninurta Ier et à Aššur-dân Ier (cf. ci-dessus, p. 105).

99Il reste enfin le cas des Sutéens de Babylonie, dont Sargon parle avec insistance. Il les qualifie presque chaque fois de nomades, mot à mot de « gens du désert », leur attribue comme habitat propre le pays de Iatburu, voisin de l’Élam, et prend soin de les distinguer des Araméens ; il les cite tantôt à la suite des différentes tribus, tantôt en compagnie des Araméens nommés en bloc. Faut-il considérer ces Sutéens comme des débris de la puissante peuplade qui, refoulés par les Araméens, se seraient retirés finalement dans les steppes au delà du Tigre, où ils auraient réussi à subsister, ou bien comme des Araméens auxquels leur genre de vie nomade aurait valu le nom de Sutéens, resté vivace dans la tradition ? A ce moment, la plupart des Araméens s’étaient installés, s’adonnant à l’agriculture et au commerce ; d’autres se livraient encore à l’élevage, mais les vrais nomades devaient être rares. La seconde hypothèse vaut peut-être aussi pour les prétendus Sutéens défaits par Nabû- apal-iddin. En effet, les Araméens qui tiennent alors la vallée de l’Euphrate n’ont plus rien de commun avec les hordes de pillards de jadis. Le souverain babylonien a d’ailleurs partie liée avec eux ; il soutient, par l’envoi de troupes, la révolte du prince de Suḫi contre Aššur-nâṣir-apal II (Annales d’Aššur-nâṣir-apal II, col. III, 1.16 ss.). Mais, s’il est en bons termes avec les petits états araméens du Moyen-Euphrate, ce n’est pas une raison de tolérer les incursions de leurs congénères restés au désert. En conclusion, il serait dangereux de faire pleine confiance à nos sources ; par contre, toute reconstruction est nécessairement subjective.

100Quant à une migration éventuelle des derniers clans sutéens sur la rive orientale du Tigre, elle serait en accord avec ce que nous savons de la route suivie par l’invasion araméenne. A la fin du xiie siècle, le domaine des Araméens est encore la steppe syrienne, de la Babylonie à Palmyre et aux royaumes hittites de la Haute Syrie, ce qui n’empêche pas leur avant-garde d’avoir déjà pénétré dans les terres sédentaires. Leur pression va s’exercer ensuite sur les deux branches du « Croissant fertile ». Vers l’ouest, les témoignages font défaut sur les débuts de leur occupation. Pourtant, les textes d’Ugarit signalent déjà la présence d’Araméens au sein de la population de la ville et des alentours. Dès la fin du xie siècle, ils sont solidement installés dans le sud de la Syrie, la Béqa, la région de Damas, où ils ont créé des royaumes indépendants, ambitieux et déjà puissants. Vers la même époque, d’autres groupes franchissent en force l’Euphrate, sur les rives duquel ils fondent l’état de Bît-Adini. A partir de ce moment, leur progression vers l’est ne connaît plus de répit ; ils se répandent dans tous les cantons de la Haute Mésopotamie, dépassent le Ḫabur et les monts Kašiari, traversent même le Tigre, en direction du lac de Van. Ils descendent également vers le sud-est ; dans la première moitié du ixe siècle, leurs établissements jalonnent les vallées du Balîḫ, du Ḫabur et de l’Euphrate moyen. En même temps, en Haute Syrie, plusieurs états tombent aux mains des envahisseurs.

  • 111 D’après le plus ancien témoignage à notre disposition, des membres de la tribu des Ḫi-ra-na se tro (...)

101Jusqu’alors, nous n’avions sur la Babylonie que des renseignements sporadiques et d’une valeur douteuse. Maintenant, la situation va brusquement s’éclaircir. Vers la fin du ixe siècle, Šamši- Adad V nous confirme que les Araméens sont parfois les alliés du roi de Babylone. Moins d’un siècle plus tard, on trouve les tribus araméennes installées en masse dans la Basse Mésopotamie, en particulier dans la région transtigrine. A quelle date la tête de l’invasion avait-elle atteint les rives du golfe Persique, et par quelles étapes, nous l’ignorons ; le rideau ne se lève que sur la scène finale. Sur l’Euphrate, les Araméens sont aux portes de la Babylonie depuis le début111. C’est au temps de Tukulti-Ninurta II que l’on relève le plus ancien indice de leur présence dans la vallée du Tigre moyen. S’ils ont choisi de s’établir de préférence dans les steppes qui s’étendent à l’est du fleuve, vers l’Élam, c’est qu’ils avaient besoin de grands espaces libres. Comme on l’a vu à propos des Benjaminites (ci-dessus, p. 78), la Babylonie devait offrir peu de ressources à cet égard. Affaiblie, elle constituait sans doute une proie tentante ; nombreux furent certainement les Araméens qui se mêlèrent à la population de ses villes et de ses campagnes, mais le gros des envahisseurs fut contraint d’aller planter ses tentes plus loin.

102Malgré l’obscurité qui règne encore sur plusieurs points, on peut donc reconstituer dans ses grandes lignes la route de l’invasion araméenne. Bien entendu, il serait dangereux de raisonner uniquement par analogie et d’utiliser ailleurs sans examen les résultats obtenus. Les événements ne se répètent jamais d’une façon identique. Néanmoins, certains facteurs sont immuables : ce sont les données physiques. Or le climat et la géographie conditionnent d’une manière toute particulière la vie et les déplacements des tribus nomades ; par conséquent, l’histoire des Araméens doit se révéler féconde pour l’étude des peuples qui les avaient précédés, compte tenu des éléments qui peuvent varier, notamment les circonstances politiques.

  • 112 Cf. notamment Smith, EHA, p. 221-223 ; E. Forrer, RLA, I, p. 233 ; R. Bowman, JNES, 8 (1948), p. 6 (...)

103Dans le cas des Sutéens, comme dans celui des Araméens, le point de départ est le désert syro-arabe. C’est là que les documents contemporains de Mari situent leurs exploits. Certains savants ont voulu faire remonter plus haut l’histoire des Sutéens, en les assimilant aux Setiu (Śṯ.tyw > Styw) des textes égyptiens112. Ce terme ne désigne pas un peuple particulier, mais les « Asiatiques » en général. On pourrait supposer ainsi que c’est par l’intermédiaire des Setiu, alias Sutéens, que les Égyptiens étaient entrés en contact avec l’Asie. Mais le terme, que l’on commence seulement à employer au Moyen Empire, sous la xie dynastie, est un gentilice du type nisbe, tiré d’un vocable plus ancien, Setiet (Śṯ.t), l’ « Asie », c’est-à-dire les territoires qui s’étendent à l’est et au nord-est de l’Égypte, qui est attesté déjà par des documents datant des premières dynasties. Le rapprochement semble dès lors plus malaisé à établir.

  • 113 BASOR, n° 83 (oct. 1941), p. 34, n. 8 ; JBL, 63 (1944), p. 220, n. 89.
  • 114 Les textes de Berlin citent trois princes (K. Sethe, Die Ächtung feindlicher Fürsten, Völker und D (...)
  • 115 Albright considère les Šutu comme un peuple nomade, de même que leurs voisins dans l’énumération, (...)

104D’autre part, W. F. Albright a proposé de voir une relation entre les Sutéens et le nom d’un pays mentionné par les textes égyptiens d’exécration, le pays de Šutu (Šwtw)113. Il est évident que les deux hypothèses s’excluent mutuellement, le même terme ne pouvant être rendu à la fois par Śṯ.t et par Šwtw. Le pays de Sutu comprenait au moins deux subdivisions ; on distingue un Šwtw supérieur et un Swtw inférieur. Au total, les noms de cinq de ses princes sont donnés114. Tous sont parfaitement sémitiques, mais l’un d’eux est particulièrement intéressant ; c’est Šmw’bw, que l’on rapproche sans hésiter de l’ « ouest-sémitique » Sumu-abum. Si l’on se souvient qu’un chef sutéen mentionné par les archives de Mari portait le même nom qu’un roi de Larsa, on ne sera pas surpris de voir un prince sutéen installé quelque part en Palestine être l’homonyme du fondateur de la première dynastie babylonienne. Au temps de Šamši-Addu et de Zimri-Lim, les Sutéens qui hantent les rives de l’Euphrate sont encore des nomades ; au contraire, il semble bien que le terme Šwtw soit employé ici dans un sens local, comme le suggère notamment la distinction entre les deux parties du pays115. On se rappellera toutefois que la constitution des états araméens dans le sud de la Syrie avait précédé l’établissement des nouveaux venus en Mésopotamie. Il n’y a donc, semble-t-il, aucune objection à formuler à priori contre l’hypothèse d’un rapprochement entre Šwtw et les Sutéens, ce qui permettrait d’éliminer du même coup celle qui concerne les Styw.

105Il reste à considérer la question de la relation existant entre les Sutéens et les Benjaminites. Les deux peuples se rattachent à la migration « ouest-sémitique » ; ils interviennent en même temps dans les archives de Mari. Du point de vue chronologique, si l’on excepte les textes d’exécration, qui intéressent la branche occidentale du « Croissant fertile », nos sources semblent montrer néanmoins que les Benjaminites ont devancé les Sutéens. En Babylonie, dès le règne de Sumu-la-El, il y avait dans le sud du pays un territoire qui tirait son nom d’un établissement benjaminite (cf. ci-dessus, p. 51). A la même époque, le dossier des Sutéens ne comporte que la mention isolée d’un individu installé à Marad ; tous les autres témoignages ne remontent pas au delà du règne de Rîm-Sin. Un coup d’œil sur les aires de dispersion des deux peuples, d’après la correspondance de Mari, nous confirme dans cette vue. Les Benjaminites ont déjà pénétré dans les terres fertiles de la Syrie septentrionale et surtout dans les steppes de la Haute Mésopotamie, s’infiltrant dans les vallées de l’Euphrate et du Ḫabur, alors que les Sutéens sont encore contenus dans les limites du désert syrien où les Benjaminites ne sont jamais signalés. Leurs genres de vie respectifs sont forcément liés aux milieux différents. Les Benjaminites sont plus près de s’accrocher au sol que les Sutéens, à cause de leurs contacts constants avec les sédentaires.

106Comme devant les Aḫlamû et les Araméens, on a l’impression de se trouver en présence de deux groupes, étroitement apparentés, qui sont sortis du désert l’un à la suite de l’autre. Pourtant, les deux cas ne sont pas strictement parallèles. Il est juste de souligner, d’une part, la restriction locale impliquée par le nom même des Benjaminites, — comme par celui des Benê-Sim’âl, — et le fait que ce vocable n’est usité que dans les lettres de Mari, et, de l’autre, la grande extension du terme Sutéen, à la fois dans l’espace et dans le temps. Cette disparité incite à poser la question : les Benjaminites ne constitueraient-ils pas une subdivision des Sutéens ? Leur groupe, qui était à l’avant-garde, aurait été désigné sous un nom particulier parce qu’il était mieux connu des sédentaires. Sans doute pénétrons-nous ici sur un terrain peu sûr. Il n’y a pas d’indices décisifs qui permettent de séparer avec clarté les groupes les uns des autres. Le contenu réel des différents noms donnés aux envahisseurs nous échappe, quand bien même ces noms n’auraient pas été transférés à d’autres groupes. En effet, de la même façon qu’un gentilice peut voir son domaine s’étendre (cf. ci-dessus, p. 135), un terme de caractère géographique servant à désigner une certaine population se maintient parfois malgré l’arrivée de nouveaux éléments. Ainsi, le problème énoncé à propos des Aḫlamû et des Araméens rebondit d’âge en âge, sans laisser apercevoir autre chose qu’une large vue d’ensemble. Peuples et appellations se succèdent dans un mouvement continu, mais non synchronisé. Quant au cas particulier des Benjaminites, il est évident que leur nom a une portée beaucoup plus restreinte que celui des Sutéens et qu’il paraît, par conséquent, les situer sur un plan différent.

  • 116 KAV, 73 + 145,1. 10 : [dIštar Su]-ti-it = Su-ti-tu. La déesse a son image dans un temple d’Assur : (...)
  • 117 Cf. E. Weidner, AfO, 2 (1924), p. 15, col. III, l. 6, 7. La déesse Araḫitum paraît être la déesse (...)
  • 118 Un kudurru daté de Nabû-šum-iškun (VS, I, n° 36 ; transcription et traduction par Thureau-Dangin, (...)
  • 119 Sur Sumuqan, voir Thureau-Dangin, RA, 11 (1914), p. 103 ; les animaux confiés spécialement au dieu (...)

107L’attention portée aux Sutéens se révèle également dans le domaine religieux. S’il y a un dieu Amurru, que l’on considère comme l’éponyme des « Amurrites », il existe aussi une déesse Sutî- tum, la « Sutéenne ». Elle a des affinités avec Ištar, dont elle n’est parfois, semble-t-il, qu’une épithète116, mais il lui arrive d’être proclamée sa fille aînée (BRM, IV, n° 25, l. 44). A Borsippa, elle est la compagne de Nanâ, épouse de Nabû (Thureau-Dangin, RA, 16 [1919], p. 142, n. 7). Enfin, deux divinités secondaires, Arahtum et Miuššar, lui sont assimilées117. Le culte de la déesse est attesté effectivement ; elle a des prêtres à son service à Borsippa, vers le milieu du viiie siècle avant notre ère, et des fidèles portent son nom à basse époque118. La déesse était donc bien connue en Babylonie ; on devine un peu sa personnalité, mais on ne saisit pas le lien qui l’unissait dans la réalité aux nomades du désert syro-arabe, de sorte qu’elle ne nous apprend rien sur les traditions religieuses de ceux-ci. En revanche, un texte associe le dieu Sumuqan aux Sutéens (CT, XXIV, 42, 1. 91-93). Or Sumuqan veille sur les troupeaux et le croît ; il féconde la brebis, la gazelle et l’ânesse. Les pasteurs nomades devaient vénérer des divinités bienfaisantes de ce type. Notons qu’en tant que dieu des Sutéens, Sumuqan est identifié aux dieux Amurru et Šaršar (ibid.)119.

  • 120 G. Meier, Die assyrische Beschwörungssammlung Maqlû, neu bearbeitet (= AfO, Beiheft 2, 1937), p. 3 (...)
  • 121 Un autre passage du mythe d’Irra évoque les manifestations bruyantes des Sutéens, hommes et femmes (...)

108Un passage de la série Maqlû semble attribuer aux Sutéens des talents particuliers de sorcellerie. Le conjurateur se demande d’où vient la sorcière : est-elle élamite, gutéenne, sutéenne, originaire de chez les Lullubû ou du pays de Ḫanigalbat (tabl. IV, l. 119-123)120 ? On n’accordera pourtant aucun crédit à ce texte assyrien récent, qui se plaît simplement à énumérer les contrées lointaines, toutes situées à la périphérie de la Mésopotamie, d’où pourrait surgir le personnage mystérieux de la sorcière. Le cas n’est pas fort différent dans le mythe d’Irra, où sont cités tout au long, avec le voeu qu’ils se déchirent entre eux, les multiples ennemis de la Babylonie : le Pays-de-la-Mer, Subartu, Assur et l’Élam, les Cassites, les Sutéens, les Gutéens et les Lullubû (KB, VI, I, p. 66, col. IV, 1. 9-14)121. Ces deux passages, où les Sutéens incarnent les habitants du désert d’une façon générale, n’ont d’autre intérêt que de souligner, une fois de plus, à quel point le souvenir des Sutéens était resté vivace dans les esprits. Les Araméens, eux, n’ont pas connu cette sorte de consécration, car elle n’est jamais l’œuvre des contemporains. Pour les Assyriens et les Babyloniens des derniers âges, les Araméens avaient trop de réalité pour pouvoir être introduits dans la tradition littéraire ou religieuse. Au contraire, les Sutéens, dont les origines devaient paraître si lointaines, avaient pu s’y ménager une place. Apparus dès la première moitié du second millénaire avant notre ère, ils avaient erré pendant longtemps sur les frontières du monde mésopotamien. Leur nom était connu d’un bout à l’autre du « Croissant fertile », leurs exploits rapportés avec crainte. Tentant partout de pénétrer dans les terres sédentaires, les Sutéens ont dû représenter, des siècles durant, la menace barbare, jaillissant du désert.

Notes

1 Les deux copies ont été publiées par A. Poebel : BE, VI, 2, n° 130, et PBSV, n° 75. Le texte en a été étudié attentivement par H. G. Güterbock, ZA, 42 (1934), Ρ. 40-47· Voir aussi Ungnad, Subartu, p. 31-37. Güterbock dénie toute historicité à l’inscription, qu’il tient pour une composition littéraire (ibid., p. 15, 46-47) ; Th. Jacobsen a émis de nettes réserves à l’égard de cette thèse (The Sumerian King List, Chicago, 1939, p. 102, n. 183), mais A. Falkenstein l’a renforcée par de nouveaux arguments (CR IIe RAI, p. 18).

2 Telle est la formule que l’on retrouve généralement : cf. YOS, V, n° 141 : 35 ; n° 147 : 20 ; YOS. VIII, n° 23 : 28 ; VET, I, n° 138 : 23. La formule adoptée par Ungnad (RLA, II, p. 162), où Su-iu-umki (au lieu de Su-ti-umki) précède Rapiqum, provient de la liste des noms d’années des rois de Larsa publiée jadis par Thureau-Dangin (RA, 15 [1918], p. 7, col. III, l. 14).

3 A la ligne 20, lire Ta-ad-m [i-ra-yuki] et traduire : « Parmi les Sutéens, les gens de Tadmer ont tué un homme ».

4 L’identification de Na-ša-la-aki avec la NZL (Νáζαλα) des inscriptions palmyréniennes est due à M. Ch. Virolleaud (cf. Dossin, ARMT, V, p. 130).

5 awîlumek Su-tu-ú a-bi. A. Falkenstein repousse cette traduction et propose de comprendre : « Les Sutéens, (qui font partie de) mes gens » (Bibl. orient., 13 [1956], p. 31). Dans ce cas, la construction de la phrase est complètement rompue et devient confuse. De toute façon, les assaillants sont des Sutéens, qui ont les troupeaux pour objectif. Les autres corrections de Falkenstein sont à retenir.

6 A côté du sens général de « steppe », que G. Dossin a reconnu au vocable gaṣûm, d’origine sémitique occidentale (ARMT, V, p. 132-133), on peut se demander si le terme n’a pas aussi une signification spécialisée. En effet, dans le cas présent, il est étrange qu’en mène les moutons dans la steppe pour les mettre hors d’atteinte. De surcroît, l’ordre donné manque de précision, car la steppe s’étend des deux côtés de l’Euphrate, au delà des cultures. D’autres passages se trouvent dans le même cas. En ARM, V, 81, sous la menace de l’ennemi, on parle de faire passer le bétail à la steppe, apparemment sur l’autre rive de l’Euphrate (l. 23-25). En V, 36 : 31-32 et 37 : 6-9, c’est de nouveau le bétail que l’on conduit dans la steppe par mesure de sécurité. Ailleurs, une troupe franchit le Tigre à Mankisum, en direction de la steppe (V, 33 : 6-10). Dès lors, on est tenté d’attribuer à qaṣûm un sens plus spécifique ; ne pourrait-on y voir le territoire qu’on appelle aujourd’hui en Syrie la Djézireh : « l’Ile », « la Mésopotamie » ? Les Sutéens venant du désert syrien, il est naturel de faire passer les troupeaux sur la rive orientale de l’Euphrate. Les soldats qui ont traversé le Tigre à Mankisum se dirigent, eux, vers l’ouest. Cette traduction vaudrait encore dans d’autres passages, où le sens de « steppe » n’est pas entièrement satisfaisant. En VI, 42 : 5-6 (« N. que mon seigneur a envoyé à la steppe »), c’est dans une région déterminée plutôt qu’au désert que le roi a envoyé le personnage dont il est question. En II, 120 : 23, ka-sa-am-ma est un accusatif de relation qui indique sur quelle rive le voyageur suivra le fleuve (ka-ṣa-am-ma a-aḫ na-ri-im i-la-ak). Par contre, en II, 78, la distinction entre le « chemin de la steppe » (1. 31 : ḫarrân ka-ṣi-im) et le « chemin de l’intérieur du pays » (1. 32 : ḫarrân li-ib-bi ma-a-tim), pour se rendre de Razamâ à Qattunân (cf. p. suiv., n. 2), n’est pas claire (même opposition en V, 37 : 7-8). M. Dossin me suggère de considérer le « chemin de l’intérieur du pays » comme la route de la vallée et le « chemin de la steppe » comme la route tracée en bordure du désert, qui est la seule praticable à la saison des pluies.

7 Cinq kor d’amidonnier et trois ugar d’orge. Cette dernière mesure, particulière à Mari, n’est pas encore identifiée : cf. A. Finet, ARMT, XV, p. 189.

8 On trouvera un commentaire sur ce document et d’autres se rapportant aux mêmes circonstances dans RA. 42 (1948), p. 35 et suiv. Sur la localisation de Razamâ, voir Lewy, Studies, p. 269-271, et Goetze, Itinerary, p. 66. La question n’est pas encore réglée définitivement, parce que les archives de Mari comptent certainement, comme les tablettes cappadociennes, deux villes portant ce nom. Néanmoins, la plus importante des deux, c’est-à-dire celle qui est gouvernée par le roi Šarriya, allié de Zimri-Lim, est située entre le Tigre et le Ḫabur, au sud du Djebel Sindjar, d’après les indications de la lettre ARM, II, 78. C’est elle, très vraisemblablement, qui fait l’objet de la lutte entre Zimri-Lim et les assaillants venus d’Ešnunna et de l’Élam.

9 Cf. Stamm, Namengebung, p. 268-269. La plupart des exemples cités par l’auteur sont d’époque cassite (voir aussi A. Clay, Personal Names from Cuneiform Inscriptions of the Cassite Period, New Haven, 1912, p. 25). Pour l’époque de la 1re dynastie babylonienne, on peut ajouter Šubarûm, dans plusieurs textes mentionnés par Gelb, HS, p. 43-44.

10 Les cas douteux sont laissés de côté, tels TCL, X, n° 55 : 14, et TCL, XVII, n° 20 : 16.

11 Écrit Su-ü-tum : c’est le seul exemple d’allongement de la première voyelle. On trouve au nominatif soit Su-tu-um (ex. : TCL, XVII, n° 52 : 8 ; ARM, V, n° 23 : 15), soit Su-tu-ú (ex. : CT, IV, 31a, 1. 4 ; ARM, VI, n° 15 : 18 ; et passim) ; aux autres cas, Su-ti-i (ex. : TCL, XVII, n° 58 : 9 ; ARM, I, n° 100 : 6 ; et passim), Su-te-i (ARM, V, n° 23 : 20). Noter le féminin Su-te-i-tum (Gadd, Chagar Bazar, p. 43). Dans le texte VS. VII, n° 187, provenant de Dilbat, on lit tantôt Su-tu-ύ, tantôt Sú-tu-ú, mais il est parfois difficile de distinguer les deux signes SU et ZU dans la cursive ordinaire. Le nom semble également écrit Sú-tu-um dans le contrat de Larsa YOS, VIII n° 98, l. 15.

12 Texte publié par de Liagre Böhl dans Bibl. orient., 8 (1951),p. 54 et pl. I et II ; selon W. F. Leemans, le document proviendrait de Lagaba, une petite ville située au sud de Babylone (Ishtar of Lagaba, Leyde, 1952, p. 41).

13 Cf. Th. Jacobsen, Gimilsin Temple, p. 199, et F.R. Kraus, afo, 16, 2 (1953). p. 322. Selon Kraus, Rîm-Anum serait un contemporain plus âgé de Rîm-Sin de Larsa. Notre texte appartenant à la première année de Rîm-Anum, la mention des Sutéens qu’il contient serait donc la seconde en date dans l’ordre chronologique.

14 On voit que la position de E. Forrer, qui assignait spécialement aux Sutéens le territoire compris entre le Tigre, l’Euphrate et le Djebel Sindjar (RLA, I, p. 233, 244), est sans fondement, de même d’ailleurs que la plupart de ses considérations sur les Sutéens et leurs rapports avec les colonies assyriennes de Cappadoce.

15 Les remarques de Šamši-Addu, l’expéditeur du document, montrent que l’on a affaire à forte partie ; il s’agit d’un ennemi puissant, dont on ne pourra venir à bout que par la ruse (cf. W. von Soden, Orient., N.S., 21 [1952], p. 82). Dès lors, il n’y a que deux tribus qui soient susceptibles d’entrer en ligne de compte : les Benjaminites et les Sutéens. Or le nom das pillards figurait dans le texte :... ša LÚ [ ] /iš-ḫi-ṭú (1. 16-17). Deux ou trois signes seulement ont disparu dans la lacune finale de la ligne 16 ; de plus, le déterminatif LÚ ne précède jamais le nom des Benjaminites, tandis que le cas est fréquent avec Su-tu-ú (cf. ARM, III, 12 : 10 ; V, 23 : 8, 15 ; VI, 44 : 5, 7’). La restitution LÚ [Su-tu-ú] semble donc à peu près assurée.

16 Si la restitution proposée à la note précédente est exacte, il est question dans la lettre ARM, I, 83 des moutons des Sutéens qui iront s’abreuver aux eaux de l’Euphrate (l. 34 ss.).

17 La 37e année du règne de Ḫammurabi est datée de la défaite infligée aux armées de Turukkum, de Kakmum et du pays de Subartu. La formule abrégée se contente de mentionner ugnim tu-ru-uk-kum, mais A. Ungnad a cité la variante ugnim ( !) su-tu-ú ù tu-ru-ku-ú (RLA, II, p. 181, n° 139). En réalité, la copie de Ch.-F. Jean (TCL, XI, n° 158 : 19-20), qui a fourni la variante, porte nettement qú-tu-ú et non su-tu-ú ; cette lecture élimine l’étrange association des Turukkû et des Sutéens.

18 Sur les événements du règne de Samsu-iluna, voir l’article capital de Thureau-Dangin, Chron. Ire dyn. bab., p. 8-24. Cf. aussi de Liagre Böhl, Bibl. orient., 8 (1951), p. 50-55, et les observations de S. Smith dans CR IIe RAI, p. 69, et de Goetze dans Itinerary, p. 71.

19 L’ordre géographique n’est pas respecté ; Su-ti-umki vient à la suite de Elamki, Duṣ-duṣ-liKi, Kiški ( ?), Su-bir4ki. Cf. A. Goetze, JNES. 12 (1953), p. 121.

20 Ch.-F. Jean, Tell Sifr, Paris, 1931, n° 13, l. 14 : mât Su-tu-ú-um (ne cite pas l’Élam) ; UET, V, n° 97, l. 20 : mât Su-tu-umki. Cf. F. R. Kraus, WO, II, 2 (1955), p. 130. Le premier texte est daté de la 15e année de Rîm-Sin ; le second, non daté, remonte approximativement à la même époque.

21 C’est sous la seconde forme que le nom se retrouve dans une lettre du temps de Šamši-Addu, où il est porté par un individu chargé d’escorter des messagers telmunites à leur départ de Mari (ARM, I, 17 : 36, 38, 40). On aimerait y voir de nouveau un Sutéen, dans l’exercice d’une activité traditionnelle chez les nomades, celle de guide.

22 C’est ainsi qu’il apparaît à Nippur (cf. ARN, p. 119), où ne se décèle aucune influence « ouest-sémitique ». Il s’agit apparemment d’un hypocoristique ; sur les noms composés avec Atta-, voir Stamm, Namengebung, p. 102-103, 129-130. A noter aussi qu’on rencontre à Nuzi, c’est-à-dire en milieu hurrite, un nom écrit At-ta-a-a (voir NPN, p. 38 et 207).

23 Le caractère « ouest-sémitique » de ces noms a déjà été reconnu par P. Kraus, MV AG, XXXV, 2, p. 18. En revanche, Bauer a été forcé par sa propre thèse d’écarter cette solution pour les deux hypocoristiques, malgré l’apparence, concède- t-il, sous le prétexte qu’ils désignaient des Sutéens (Ostkan., p. 3).

24 Il faut lire Ša-ak-ti, avec Ranke, EBPN, p. 142, et non Ta-ak-ti, selon Kraus, loc. cit., comme il ressort d’une comparaison attentive avec les signes TA et SA contenus ailleurs dans le texte. Pour Ia-aš-ki-it-Èl, cf. Bauer, op. cit., p. 30, 81, et M. Birot, RA, 47 (1953), Ρ. 166, n. 5. On peut hésiter sur la lecture du signe AŠ ; la valeur às, adoptée par Birot, est très rare à Mari (cf. J. Bottéro, ARMT, XV, P.59).

25 Le nom d’Alazum, relevé également sur des documents provenant d’Ur (UET. V, n° 397 : 14 ; n° 796 : 11) et sur une tablette énumérant des Ḫabiru (cf. ci-dessous, p. 252), est tenu toutefois pour accadien par B. Landsberger (apud Bottéro, Ḫabiru, p. 181).

26 Le signe KU ne peut être mis en doute dans la copie de G. Dossin.

27 L’absence de mimmation ne constitue pas un argument décisif : Su-tu-ú est employé à plusieurs reprises pour le singulier (cf. ARM, VI, 15 : 18 ; 57 : 16' ; 58 : 10).

28 Selon S. Smith, l’éditeur de sa biographie, Idrimi aurait régné approximativement de 1414 à 1385 (Idri-mi, p. 58 et suiv.). Par la suite, W. F. Albright, établissant l’ordre exact de succession des souverains d’Alalaḫ, a placé Idrimi entre les années 1480 et 1450 (BASOR, n° 118 [avr. 1950], p. 19) ; ses vues ont été reprises par A. Goetze, JCS, 4 (1950), p. 231, et par Wiseman, Alalakh, p. 6-7. De son côté, B.Landsberger a conclu à des dates encore plus hautes : 1510-1480 (Ass. Königsliste, p. 54).

29 D’après une lettre inédite, utilisée par G. Dossin (Alep, p. 235), que Zimri-Lim adresse au roi d’Alep Iartm-Lim, la famine règne à Mari. Zimri-Lim a pu acquérir du blé au pays d’Imâr, mais Iarîm-Lim a empêché les marchands de le lui faire parvenir. Le souverain reproche son geste à son beau-père et allié, insistant pour que le blé qui se trouve au pays d’Imâr lui soit expédié sans retard. Il s’ensuit que le pays d’Imâr relevait alors des rois d’Alep. Anciennement, il était peut-être indépendant, car le père de Zimri-Lim, Iaḫdun-Lim, se vante d’avoir tué le dâwîdûm d’Imâr (St. mariana, p. 52, date n° 4). Dans la lettre ARM, II, 134, il est question d’envoyer des jeunes filles à Imâr, soit en bateau, soit par la route, sous la protection d’une escorte. La situation d’Imâr sur le haut Euphrate a déjà été proposée depuis longtemps par G. Dossin (Arch, ep., p. 116). Un texte de l’époque cassite, sur lequel B. Landsberger a attiré l’attention (loc. cit., p. 115, n. 233), place également E-mar entre Mari et Alep.

30 Ajoutons qu’en gagnant la vallée de l’Euphrate, Idrimi s’écartait résolument des états de son père. Ce n’est pas le cas dans l’hypothèse de S. Smith, si l’on situe, avec Albright (loc. cit., p. 15. n. 12) et Goetze (loc. cit., p. 230), le pays de Ni’, qui appartenait au roi Ilim-ilimma, dans la région d’Apamée, sur l’Oronte moyenau sud de Mukiš.

31 Le texte porte SU.MEŠ (1. 84. pl. XII). On peut retenir ici la suggestion de S. Smith (Idri-mi, p. 21), qui voit dans l’expression une forme abrégée du terme Sutû.

32 On lit encore, entre deux lacunes (pl. I) : mi-in-d [ì x] x.GAR.MEŠ mi-in-di ṣâmeš mât Su-tiki « soit des, soit des guerriers du pays de Suti ».

33 Transcription du texte, op. cit., p. 71 ; copie dans JCS, 8 (1954), p. 11. Voir aussi M. Greenberg, The Ḫab/piru, New Haven, 1955, p. 21.

34 Le texte a été repris par W. F. Albright dans BASOR, n° 82 (1941), p. 44-46, et récemment par J. Nougayrol dans Mission de Ras Shamra, t. VI (Paris, 1955), p. 7-8.

35 Publication par F. Hrozný dans E. Sellin, Tell Ta‘annek (= Denkschriften der kaiserl. Akad. der Wissenschaften in Wien, Phil.-hist. Klasse, L [1904]). Pour la date, cf. W. F. Albright, BASOR, n° 94 (1944), p. 26-27 ; Landsberger, Ass. Königsliste, p. 59, η. 123.

36 Son nom est Zi-ra-ya (= PI). A. Gustavs, qui lit Zi-ra-wa, suggère de rapporter le vocable soit à Image img02.jpg, soit à Image img03.jpg, avec élision du Image img04.jpg (ZDPV, 51 [1928], p. 206). Notons qu’à Nuzi, on trouve le nom de Zi-ra-a-a, interprété comme hurrite par P. Purves (NPN, p. 278).

37 Sur les principaux événements de l’histoire hittite au temps des prédécesseurs de Šuppiluliuma, voir A. Goetze, JAOS, 72 (1952), p. 69-70.

38 L’existence de Palmyre est attestée non seulement dans les lettres de Mari (cf. ci-dessus, p. 84, et G. Dossin, CR Ire RAI, p. 20), mais déjà dans les textes cappadociens (cf. Bilgiç, Ortsnamen, p. 36, s. v. Tadmur).

39 L’ordre de succession des dynastes cassites pose des problèmes délicats, dans lesquels on n’entrera pas ici. Je regrette de n’avoir pu prendre connaissance de la plus récente étude sur l’histoire cassite, due à K. Balkan, qui est écrite en turc et accompagnée d’un résumé allemand extrêmement bref (Belleten, XII, n° 48 [1948] P. 723-757).

40 Tablette publiée par F. R. Kraus et A. Goetze dans JCS, 6 (1952), p. 143-144, en complément d’un article de P. B. Cornwall, ibid., p. 137-142.

41 Voir F. Delitzsch, Die Babylonische Chronik (=Abhandlungen der Sächsischen Gesellschaft der Wissenschaften, XXV, 1 [1906]), p. 43. Bibliographie dans Ε. Weidner, MVA G, XX, 4 (1915), p. 53, n. 3 ; cf. aussi Smith, EHA, p. 389,11. 14.

42 II R 51, n° I, 1. 19c-d : šad ḪI.ḪI » (= lipšur) šad A-mur-ri-i (cf. ci-dessus, p. 42). A propos de ce passage, P. Jensen semble admettre l’idée d’une confusion entre les deux idéogrammes ḪI.ḪI et GÌR.GÌR (KB, VI, 1, p. 383 ; cf. H. Winckler, Allorientalische Forschungen, I [Leipzig, 1893], p. 146). L’hypothèse de Forrer, qui identifie le mont ḪI.ḪI avec le Hauran (RLA, I, p. 250), n’a aucune vraisemblance. Celle de S. Smith (voir carte annexée à EHA) est beaucoup plus raisonnable, bien que non démontrée ; elle situe la chaîne en question dans le désert syrien, au sud de ‘Ana et à l’ouest de la Babylonie, à hauteur du Wadi Tbel. Le mont ḪI.ḪI joue aussi un rôle dans le mythe d’Irra, où l’on voit Išum, le messager divin, s’emparer de la montagne (voir E. Ebeling, Der akkadische Mythos vom Pestgotte Era, Berlin, 1925, ρ· 32).

43 C’est la solution adoptée par Mme H. Lewy, Mél. Livy, p. 275-277. Voir aussi, à propos des difficultés posées par le passage en question, E. Weidner, RLA, Ip. 226.

44 Les Aḫamû et leurs compagnons sont nommés immédiatement après la mention : « vainqueur du pays de Kudmuḫi et de tous ses alliés » (l. 22), si bien qu’on pourrait considérer les nomades comme les alliés des montagnards du Kudmuḫi (cf. Smith, EHA, p. 269). Toutefois, la ligne citant le pays de Kudmuḫi est omise en entier dans nombre d’exemplaires de l’inscription (cf. AOB, I, p. 62, n. 1). Il serait surprenant que l’on ait pris soin d’évoquer les comparses, alors que l’on passait sous silence l’adversaire principal. Les deux passages doivent donc être indépendants l’un de l’autre, les alliés du Kudmuḫi n’étant pas nommés ; par conséquent, on ne peut trouver ici aucune indication sur les mouvements des Sutéens.

45 Le texte est daté de l’éponymat de dBe-ir-bêl-la-i-te, qui appartient au règne de Tukulti-Ninurta Ier selon E. Weidner, AfO, 13 (1939). P. 112.

46 Le dépôt, assigné par Weidner au règne bref de Ninurta-tukulti-Aššur (AfO, 10 [1935-1936], p. g), a été attribué par A. Poebel à celui de son père Aššur- dân Ier (JNES, 2 [1943], p. 65). Textes utilisés : n° 78 (AfO. 10, p. 38), n° 105 (ibid., p. 43-44) et n° 24 (MAOG, VII, 1 /2, p. 41). Dans le premier texte, il est question de Sutéens (Su-ti-ύmeš), comme dans le document signalé à la note précédente ; dans les deux autres, d’un habitant du district des Sutéens (mâr na-gi Su-ti-e).

47 Une partie du texte a été restituée par l’éditeur grâce à l’inscription rappelant les campagnes annuelles de Téglath-phalasar Ier contre les Aḫlamû. Comme deux autres lignes du texte reproduisent un passage de l’« Obélisque brisé », E. Weidner, qui attribue ce monument à Aššur-bêl-kala (AfO, 6, p. 92-94), suggère de rapporter également à ce souverain le document en discussion ; cf. ci-dessous, p. 116, n. 1.

48 Sur l’interprétation du passage de l’Histoire synchronique relatif à cet événement, voir E. Weidner, loc. cit., p. 76 et n. 8.

49 Les textes concernant Sargon sont cités d’après l’édition de H. Winckler, Die Keilschrifttexte Sargons, Leipzig, 1889.

50 Sur la situation du pays de Iatburu, voir Fastes, 1. 150 (mâtIa-at-bu-ri šd i-te-e mâtElamti), et Annales, l. 278 ss. ( forteresses élamites à la frontière de Iatburu). Cf. Schiffer, Aramäer, p. 118-119.

51 Le texte porte : 10 awilrab ki-ṣirmeš a-di INergal-na-ṣir awilSu-tu-ú la a-di-ru ta-ḫa-zu. On traduit généralement « ...avec Nergal-nâsir, le Sutéen... », mais on pourrait aussi comprendre : « dix commandants de division avec Nergal-nâṣir, des Sutéens qui ne craignaient pas le combat... ». Il est vrai pourtant qu’il ne sera plus question des Sutéens dans la suite du récit.

52 Le texte de l’inscription a été publié par F. H. Weissbach dans Die Denkmäler un riften des Nahr el-Kelb, Berlin-Leipzig, 1922, p. 27-30 et pl. XII ; traduction récente par A. L. Oppenheim dans ANET, p. 293. On lit à la ligne 23 : [ ].GA.MEŠ awilSu-u-ti.

53 La transcription de ces textes, qui doivent être publiés par M. Birot, figure dans l’étude de A. Dupont-Sommer, Sur les débuts de l’histoire araméenne, parue dans Congress Volume (= Suppléments à Vetus Testamentum, I, Leyde, 1953). p. 40-49.

54 Sur la localisation de Dilmun, voir P. B. Cornwall, JCS, 6 (1952), p. 137 et suiv.

55 Sont donnés pour Aḫ-la-mu-ú : Ki-din-dNinurta (BE, XIV, 16 : 6) et Ia-an- ku-ú (BE, XV, 168 : 16). Le premier nom est d’un type attesté fréquemment à l’époque cassite (cf. Stamm, Namengebung, p. 277) ; le second est apparemment un hypocoristique de structure « ouest-sémitique ». Partout ailleurs, l’épithète Aḫlamû remplace le nom : BE, XV, 44 : 11 ; 154 : 26 ; 155 : 10, 15 (Al-ḫa-mi-tum [sic]) ; 188, col. V : 11 (Aḫ-la-mi-tum) ; BE, XVII, 31 : 25 (A-la-mi-ti) ; PBS, I, 2, 51 : 22 ; PBS, II, 2, 18 : 18 ; 56 : 3 ; 114 : 16. Ceux des documents qui sont datés portent les noms de Kurigalzu et de Kaštiliaš ; d’après H. Radau, le texte BE, XVII, 31 remonterait au règne de Burnaburiaš (II) (ibid., p. 36, n. 7) et représenterait donc notre plus ancien témoignage.

56 A part BE, XIV, 16 (reconnaissance de dette), BE, XVII, 31 et PBS, 1,2, 51 (lettres), les autres textes sont des listes de rationnaires. La femme qui fait l’objet d’un rapport médical en BE, XVII, 31 était vraisemblablement chanteuse dans un temple (cf. H. Waschow, MAOG, X. 1 [1936], p. 25).

57 Traduction dans J. Friedrich, Der Alte Orient, XXIV, 3 (1925), p. 26 ; pour le passage qui nous intéresse, voir aussi E. Forrer, RLA, I, p. 261.

58 Un fragment de texte annalistique, à attribuer à Téglath-phalasar Ier à cause de la mention du roi de Ḫatti Nini-Tešub, nomme également les Aḫlamû (Aḫ-la-me-i) dans un contexte malheureusement perdu (V. Scheil, RT, XXII [1900], p. 157,1. 13).

59 Téglath-phalasar a traversé l’Euphrate vingt-huit fois, à raison de deux fois par an, c’est-à-dire à l’aller et au retour de chaque campagne (cf. E. Weidner, AfO, 6 [1930-1931]. P. 92, n. 81).

60 KAH, II, n° 63, III, 1. 4-5 : mâtAḫ-la-me-emâtAr-ma-a-iameš ; n° 71, l. 19 : même leçon, avec omission du déterminatif mât ; prisme, V, 1. 46-47 : Aḫ-la-mi-i mâtAr-ma-(a)-iameš.

61 Une lettre adressée conjointement à Assurbanipal et à son frère Šamaššumukîn parle de femmes Aḫ-la-mi-tú (Harper, ABL, IX, n° 878, I. 5). Sur la mention des Aḫlamû dans des demandes d’oracles formulées par Assurbanipal, voir ci-dessousP. 134.

62 La traduction de erin par « colons militaires », adoptée par A. Dupont-Sommer (Congr. Vol., p. 42) à la suite de Deimel, risque d’induire en erreur. En réalité, les erin sont des travailleurs d’un type particulier, dont le statut juridique n’a pas encore été tout à fait éclairci : cf. Oppenheim, Eames Coll., p. 17 (B8), 27-28 (C 13).

63 A propos de la localisation de Simurrum, voir en dernier lieu E. Weidner, AfO, 15 (1945-1951), p. 75-80, et A. Goetze, JNES, 12 (1953), P. 120 et 123. Il est vraisemblable que la localité d’« Arramu du pays de Subartu », citée récemment par J. J. Finkelstein d’après un texte inédit (JCS, 9 [1955], p. 1-2), doit être identifiée avec Arame.

64 Il a déjà été utilisé par A. Dupont-Sommer, op. cit., p. 43.

65 A Nuzi, on relève en outre A-ra-am-pa-te (cf. NPN, p. 24a, 203b). La graphie simple ou double du m est sans importance : cf. à Alalaḫ A-ra-am-ma-ra et A-ra-mara (Alalakh, p. 128), A-ri-im-mu et A-ri-mu (ibid., p. 129) ; Purves cite aussid’après Clay, A-ra-mu-uz-ni (NPN, p. 235b). Enfin, A-ra-me (Ch. Jean, Šumer et Akkad, Paris, 1923, n° 168 [= CCXVI], 1. 1) ou A-ra-am-me ( !) (UET, V, 197 : 4) doit appartenir à la même formation.

66 Les deux documents ont été publiés depuis par J. Nougayrol dans Mission de Ras Shamra. t. VI, respectivement p. 35 et pl. XV (RS 15.37), et P. 148 et Pl. LIX (RS 16. 178).

67 Bien que la lettre soit expédiée d’Assyrie, elle a été écrite par un Babylonien, qui doit avoir recours à la terminologie en usage chez ses compatriotes. Malgré cela, l’interprétation proposée n’est pas en accord avec les vues de Gelb, qui font du Subartu, aux yeux des Babyloniens, un pays situé entre le Tigre, les monts Zagros et la Diyala (HS, p. 84 et suiv.). Il est difficile d’admettre que les Ḫirana aient occupé un territoire aussi étendu, enjambant la zone désertique qui sépare les deux grands fleuves, puisque certains d’entre eux se trouvent dans les pays de Mari et de Suḫi. D’autre part, la Mésopotamie supérieure et le Moyen-Euphrate représentent les voies de pénétration traditionnelles des nomades. Si le texte date bien, comme le suppose son éditeur, du règne d’Adad-nîrâri Ier, les villes du Subartu tombées aux mains du roi d’Assyrie pourraient être les cités du Ḫanigalbat conquises précisément par Adad-nîrâri 1er. Enfin, du terme Ḫa-as-mi, Gurney (loc. cit., p. 139, n. 9) a déjà rapproché les noms du pays de Ḫa-sa-mu, sur la route de Ninive à Til-Barsib, d’après Salmanasar III (Luckenbill, ARAB, I, § 599, 601, 602), et de la localité de Ḫa-sa- me, mentionnée dans le recensement du district de Ḫarrân (C. H. Johns, An Assyrian Doomsday Book, Leipzig, 1901, n° 1, col. II, l. 32) ; les archives de Mari font également état d’un pays ou d’une montagne de Ḫa-sa-am (cf. A. Finet, ARMT, XV, p. 125).

68 Il faut noter que le terme « Araméen » est écrit A-ra-me (l. 7), en contradiction avec la loi assyrienne de l’harmonie vocalique (le a bref s’assimile à la voyelle finale voisine : A-ru-mu, A-ri-mi), généralement observée jusqu’à l’époque de Sargon. D’autre part, l’attribution à Aššur-bêl-kala de ce texte fragmentaire, qui reproduit un passage de l’« Obélisque brisé », est liée à l’attribution par E. Weidner de ce dernier monument au même souverain. Cf. ci-dessous, p. 122-124.

69 Chronique de King, l. 8 : IdAdad-apal-iddin apal IItti-dMarduk-balâṭi mâtA-ra-mu-u šar ḫammê ; Histoire synchronique, II, l. 31 : apal IÉ-sag-gil-šadu-ú-ni apal la ma-ma-n[a].

70 L’attitude de S. Smith, qui admet l’origine araméenne d’Adad-apal-iddin (EHA, p. 307), est commandée en ordre principal par son interprétation de la ligne 7 de la chronique néo-babylonienne : « le roi vint d’Assyrie à Sippar ». Marduk-šâpik- zêr-mâti, revenant d’Assyrie, où il avait été demander du secours, n’aurait pu dépasser Sippar, la contrée étant devenue la proie des envahisseurs. Or l’Histoire syn- chronique nous apprend qu’Aššur-bêl-kala épousa la fille de l’usurpateur qui succéda à Marduk-šâpik-zêr-mâti, et qu’il la ramena en Assyrie avec une riche dot (II, 1. 33- 35). C’est vraisemblablement du roi d’Assyrie qu’il est question dans le passage de la chronique (cf. E. Weidner, AfO, 6, p. 77). Notons aussi que Marduk-šâpik- zêr-mâti ne fut pas chassé de son pays ; c’est après sa mort qu’Adad-apal-iddin fut proclamé roi (cf. ci-dessus, p. 105, n. 3).

71 Sur le pays de Ḫanigalbat, voir Gelb, HS, p. 72 et suiv. Pour Gidara, cf. E. Forrer, RLA, 1, p. 13.

72 Elle s’appuie (loc. cit., p. 156, n. 3 et 11) sur la lecture [...mâtI]a-ḫa-a-nu (l. 23), qui rappelle un pays situé au delà de l’Euphrate, au nord d’Alep (cf. E. Forrer, Die Provinzeinteilung des assyrischen Reiches, p. 26, 56), et sur le fait qu’Aššur-dân II s’exprime dans les mêmes termes que Salmanasar III à propos de la perte de la région de l’embouchure du Sadjur sous Aššur-rabi II.

73 Les arguments tirés des autres noms géographiques contenus dans les passages en question, presque tous inconnus ou mutilés, sont insuffisants. Seule la ville de Ḫal-ḫa-la-uš est mentionnée par un autre document, dans un contexte sans intérêt pour nous (Obélisque d’Aššur-näṣir-apal [Ier], publié par E. Unger, MAOG, VI, 1/2 [1932], l. 7).

74 Transcription et traduction du document par J. Seidmann, MAOG, IX, 3 (1935), p. 8 et suiv. J. Lewy fait venir la tribu des Têmanites (Te-ma-na-a-a, Te-man-na-a-a, Te-man-na-a-ia) de l’oasis de Teimâ, en Arabie nord-occidentale (HUCA, XIX [1946], p. 422 [18 du t. à p.]), mais l’identité matérielle des deux termes n’implique pas nécessairement une relation, E. Dhorme a reconnu simplement dans le gentilice l’hébreu Image img05.jpg « Sud » (Recueil, p. 223, n. 3).

75 Cf. E. Dhorme, op. cit., p. 224, n. 3, et sur le sens de Bît, ibid., p. 241-242.

76 Sur le pays de Laqê (La-qi-e), voir S. Horn, ZA, 34 (1922), p. 144 et suiv. Une tablette datant de la fin de la Ire dynastie de Babylone livre le nom de ILa-ki-tum (VS, VII, 163 : 6). Faut-il y voir un gentilice (dans les annales d’Adad-nîrâri II, la forme est La-qa-a-ia) et supposer que la désignation de Laqê était déjà en usage à cette époque ? Stamm interprète « la faible » (Namengebung, p. 267).

77 Ba-ar-a-ia-ra mâr tḪa-lu-pi-e. J. Lewy a souligné avec raison le fait que ce passage nous révèle l’existence d’une reine araméenne (loc. cit., p. 426 [22 du t. à p.]).

78 Cf. J.-R. Kupper, RA. 41 (1947), p. 150, 157. A la ligne 116 du texte, il faut lire Si-ir-gi au lieu de Si-ú-qi, d’après la collation de J. Seidmann, op. cit., p. 33, n. 4.

79 Sur le site de Til-Barsib et son histoire, voir Fr. Thureau-Dangin et M. Dunand, Til-Barsib, Paris, 1936, p. 3 et suiv.

80 Ibid., p. 134. De son côté, B. Landsberger place vers 950 la fondation de l’état de Bît-Adini (Sam’al, Ankara, 1948, p. 37).

81 D’après l’itinéraire de Tukulti-Ninurta II (Annales, rev., l. 22), Dûr-katlimmu est à mi-chemin entre Sûru de Bît-Ḫalupê, c’est-à-dire Tell Ṣuwar, et Qatnu, qui est peut-être à identifier avec Qattunân (cf. ci-dessus, p. 2, n. 2). Voir aussi les annales d’Aššur-nâṣir-apal II, col. III, 1. 6. L’identification, proposée par E. Unger (rla, II, p. 245), de Dûr-katlimmu (le premier signe est toujours kat-, et non kit-, comme l’écrit Unger) avec Dûr-Igid-Lim mérite considération.

82 Annales de Tukulti-Ninurta II, rev., l. 33 ; annales d’Aššur-nâṣir-apal II, col. III, l. 3 (Ma-ga-ri-si). R. Dussaud a suggéré d’en rechercher le site à Tell Gharase, près d’un pont antique, à une trentaine de kilomètres au sud-est de Nisibe (Topographie historique de la Syrie antique et médiévale, Paris, 1926, p. 490). On a pensé aussi à Magrus, une station qui figure dans la Table de Peutinger (cf. Schiffer, Aramäer, p. 101, n. 3 ; S. Horn, ZA, 34 [1922], p. 155, n. 3). On relève enfin le nom de la localité de Ma-ag /k-ri-su dans le recensement du district de Ḫarrân (C. H. Johns, An Assyrian Doomsday Book, n° 2, col. II, 1. 13), et celui de Ma-ag /k-ri-sa-a dans les lettres de Mari (ARM, II, 28 : 5, 27, 36).

83 J. Seidmann, qui a repris l’étude de la question en dernier lieu, a tenu compte de l’étendue de la pénétration araméenne pour dater le monument, mais il l’attribue néanmoins aux successeurs immédiats de Téglath-phalasar Ier, c’est-à-dire Šamši-Adad IV ou Aššur-nâṣir-apal Ier (op. cit., p. 71-79).

84 Édition de V. Scheil, Annales de Tukulti-Ninip II, Paris, 1909.

85 Les Itu’u sont cités à partir de Salmanasar IV (cf. ci-dessous, p. 128, n. 2). Voir les différentes leçons dans Schiffer, op. cit., p. 2, n. 2, 3, p. 120 ; noter les variantes Ú-tu-u’-a-a (Harper, ABL, IV, n°349, rev., 1. 3) et Ú-tu-u’ (Thureau-Dangin, Til-Barsib, p. 146,1. 10). Pour l’identité des deux noms, cf. Schiffer, op. cit., p. 121, et S. Horn, loc. cit., p. 126, n. 4.

86 Le nom du personnage n’est pas donné. On se contente du gentilice Ḫa-ma-ta- a-a (Annales, I, l. 75) ; sur cette forme, cf. J. Lewy, HUCA, XVIII (1944), p. 432- 433 [4-5 du t. à p.].

87 D’après l’édition de Budge-King, AKA, p. 280 et suiv.

88 Annales de Tukulti-Ninurta II, 1. 14 ss. Sur l’étendue de Bît-Zamâni et la localisation de Tîdu, cf. J. Lewy, loc. cit., p. 477 [49 du t. à p.], et Goetze, Itinerary, p. 59, n. 47 ; sur le nom du prince Ammi-ba‘li, cf. J. Lewy, loc. cit., p. 468 [40 du t. à p.J, n. 205.

89 Rm. III 105, publié en transcription par H. Winckler, Altorientalische Forschungen, I (Leipzig, 1893), p. 254-258, col. I. deuxième partie, l. 14 ss.

90 P. Rost, Die Keilschrifttexte Tiglat Pilesers III nach den Papierabklatschen und Originalen des Britischen Museums, Leipzig, 1893, I, p. 54-56 ; II, pl. XXXV. D’autres textes parallèles sont commodément groupés chez Schiffer, Aramäer, p. 153 et suiv.

91 Les quatre premiers noms énumérés dans le texte de Sargon (H. Winckler, Die Keilschrifttexte Sargons, p. 30 et pl. 64, l. 18) correspondent à ceux qui figurent dans l’inscription des lions de Til-Barsib (Thureau-Dangin, Til-Barsib, p. 146, l. 10-11), les Itu’u en tête (cf. Thureau-Dangin, ibid., p. 150, n. 1).

92 La liste en est donnée par Schiffer, op. cit., p. 2 et suiv. ; on voudra bien, pour le passage qui suit, s’en rapporter aux commentaires de l’auteur, ibid., p. 115 et suiv., où l’on trouvera les références nécessaires. L’étude des noms de ces tribus, laissée de côté par Schiffer, a été traitée par B. Moritz, Oriental Studies, P. Haupt Anniversary Volume, t. III (Leipzig, 1926), p. 184-211 ; ses conclusions surprenantes, qui consistaient à séparer les Arumu des Araméens et à leur assigner une origine arabe, ont été justement critiquées par F. Rosenthal, Die aramäistische Forschung seit Th. Nöldeke’s Veröffentlichungen, Leyde, 1939, p. 11-12.

93 Voir Fr. Hommel, Ethnologie und Geographie des alten Orients, Munich, 1926, p. 189. Pour Schiffer, op. cit., p. 116, 119, il s’agirait d’un cours d’eau entre le Tigre et l’Uknû.

94 Sur les Puqudu en particulier, voir Schiffer, op. cit., p. 4, n. 4, et p. 126 et suiv.

95 Les textes sont groupés par Luckenbill, OIP, II, p. 25, l. 39-42 ; p. 54, l. 52 ; p. 57, l. 12.

96 C’est à cet endroit qu’est rapportée une campagne contre les Aḫlamû (cf. ci-dessus, p. III) ; ceux-ci sont nommés à la ligne 134, tandis que les lignes suivantes parlent des Araméens. La mention de la localité de Sa-ar-ra-gi-tu (1. 137) et de certaines tribus (l. 134 : Gu-ru-me ; l. 143 : Da-mu-ni), qui réapparaissent dans la tablette de Nimrud où Téglath-phalasar récapitule ses succès sur les Araméens, semble indiquer que l’expédition s’est déroulée au sud du Zab inférieur. Cf. Schiffer, op. cit., p. 120, 125 ; E. Dhorme incline pour le Zab supérieur (Recueil, p. 228, n. 8).

97 Tout au moins en ce qui concerne les Araméens. En effet, à leur tour, les Arabes ont déjà fait leur apparition dans la littérature cunéiforme dès le règne de Salmanasar III ; un chef arabe prend part à la bataille de Qarqar sur l’Oronte dans les rangs des coalisés menés par le roi de Damas (Monolithe, III R 8, col. II, l. 94). Sur les Arabes dans les sources cunéiformes, voir T. W. Rosmarin, Journal of the Society of Oriental Research. 16 (1932), p. 1-37.

98 Les dates données ici, à la suite de B. Landsberger, Sam’al. p. 37-38, sont sensiblement plus basses que celles que l’on a coutume d’aaopter, mais elles ont l’avantage d’être documentées avec certitude. Une date plus haute reste donc toujours possible dans certains cas.

99 H. Ingholt, qui a fouillé le site, estime que les Araméens sont arrivés au pouvoir vers l’an 1000 (Rapport préliminaire sur sept campagnes de fouilles à Hama en Syrie, Copenhague, 1940, p. 81), mais il faut reconnaître que les indices archéologiques sont bien minces.

100 Pour les références, voir Schiffer, Aramäer, p. 75-76, 135 et suiv.

101 Cf. A. Dupont-Sommer, Les Araméens, Paris, 1949, p. 15-16. Pour les références bibliques, voir Dhorme, Recueil, p. 217-219.

102 Par exemple : «... les Araméens qui sont au bord du Tigre, du Surappu et de l’Uknû, la totalité des Sutéens, gens de la steppe, qui habitent le pays de Iatburu... » (Pavé des Portes, 1, 12-15).

103 Le R. P. R. de Vaux a exposé les diverses opinions émises dans la discussion, RB, 55 (1948), p. 345-346.

104 L’origine araméenne d’Adad-apal-iddin et les raids araméens qui ont troublé la Babylonie au temps de Nabû-mukîn-apal sont rapportés par des chroniques néobabyloniennes. L’avance des Araméens sous Aššur-rabi II et Téglath-phalasar II est décrite par Salmanasar III et Adad-nîrâri II. L’« Obélisque brisé » est un monument postérieur aux événements dont il contient le récit. Quant au fragment de texte annalistique qui cite les A-ra-me, son attribution à Aššur-bêl-kala n’est certes pas assurée (cf. ci-dessus, p. 116, n. 1).

105 Monolithe de Kurkh, rev., l. 44 et 45 : mâtA-ru-mu ; l. 47 : Aḫ-la-me-e mâtAr- ma-a-ia (Budge-King, AKA, p. 239).

106 J. A. Knudtzon, Assyrische Gebete an den Sonnengott, Leipzig, 1893, n° 108, l. 10-12. Une autre mention des Aḫlamû dans un fragment en mauvais état, ibid., n° III, l. 7.

107 Textes dans E. Klauber, Politisch-religiöse Texte aus der Sargonidenzeit, Leipzig, 1913, n° 44, l. 10 ; n° 105, rev., l. 8 ss. Cf. Dhorme, Recueil, p. 239-240, qui note également l’emploi du terme Aḫlamû pour désigner les Araméens dans une série de présages.

108 Cf. B. Landsberger, Sam’al, p. 38. Voir aussi les remarques de Gelb, HS, p. 87.

109 L’opinion la plus courante rapporte le mot à aḫlâm, pluriel arabe de ḫilm « camarade », « ami » ; cf. notamment Dhorme, Recueil, p. 227 ; R. de Vaux, loc. cit., p. 345, n. 7 ; O’Callaghan, Aram Naharaim, p. 95. En revanche, F. Rosenthal estime qu’aucune des étymologies proposées jusqu’ici n’est valable (Die aramäistische Forschung..., p. 6, n. 3).

110 Un des plus anciens documents remontant à cette époque est seul à signaler la présence simultanée d’une Sutéenne et d’Aḫlamû, à Dilmun (cf. ci-dessus, p. 102 et 108, à propos de la lettre Ni. 615).

111 D’après le plus ancien témoignage à notre disposition, des membres de la tribu des Ḫi-ra-na se trouvent dans les pays de Mari et de Suḫi (cf. ci-dessus, p. 115). La fameuse stèle de Šamaš-rêš-usur, gouverneur de Mari et de Suḫi (publiée par F. H. Weissbach dans Babylonische Miscellen [= WVDOG, n° IV], p. 9 et suiv. et pl. 2-5), contient le récit d’une agression commise par les awilTu-u’-ma-a-nu (col. II, l. 17). S’il faut identifier ceux-ci avec les Tu-u’-mu-na, qui sont installés en Babylonie au temps de Sargon et de Sennachérib (voir Schiffer, Aramäer, p. 5, 132 ; S. Horn, ZA, 34 [1922], p. 141, n. 3), on trouverait dans l’épisode un écho du passage dans la région de Mari d’une tribu en marche vers la Babylonie, à condition toutefois que le monument soit antérieur à la dynastie des Sargonides, ce qui paraît peu probable.

112 Cf. notamment Smith, EHA, p. 221-223 ; E. Forrer, RLA, I, p. 233 ; R. Bowman, JNES, 8 (1948), p. 67. Sur l’âge et la signification des termes égyptiens en discussion, voir A. Erman et H. Grapow, Wörterbuch der aegyptischen Sprache, t. IV (Leipzig, 1930), p. 348. M. B. van de Walle m’a obligeamment aidé de ses précieux conseils pour l’examen des témoignages égyptiens.

113 BASOR, n° 83 (oct. 1941), p. 34, n. 8 ; JBL, 63 (1944), p. 220, n. 89.

114 Les textes de Berlin citent trois princes (K. Sethe, Die Ächtung feindlicher Fürsten, Völker und Dinge auf altägyptischen Tongefässscherben des Mittleren Reiches [= Abhandl. preuss. Akad. Wiss., 1926, Phil.-hist. Klasse, n°5],e 4-6),tandis que les figurines de Bruxelles en nomment deux, un pour le Šutu supérieur et un pour le Šutu inférieur (G. Posener, Princes et pays d’Asie et de Nubie, Bruxelles, 1940,E 52-53) Sur la date de ces documents et leur synchronisme avec les événements de Mésopotamie, cf. ci-dessous, p. 238.

115 Albright considère les Šutu comme un peuple nomade, de même que leurs voisins dans l’énumération, les Kušu (JBL, loc. cit.). Mais les formules varient. On lit en effet : « Le chef des tribus de Kwšw » (E 50-51) et « Le prince de Šwiw », ce qui implique une organisation politique et sociale différente. Quant à la localisation de leur territoire dans le pays de Moab, elle repose sur une nouvelle interprétation d’un passage des oracles de Balaam (Nombres, XXIV, 17) et reste une simple hypothèse.

116 KAV, 73 + 145,1. 10 : [dIštar Su]-ti-it = Su-ti-tu. La déesse a son image dans un temple d’Assur : III R 66, l. 31 a. On la trouve encore dans la capitale assyrienne en compagnie d’autres divinités obscures, la plupart étant seulement des épithètes d’Ištar. qui sont toutes dites šá Su-ti (III R 66, rev., l. 18/ et suiv.).

117 Cf. E. Weidner, AfO, 2 (1924), p. 15, col. III, l. 6, 7. La déesse Araḫitum paraît être la déesse du canal de ce nom. Mais ce canal, déjà en service à l’époque de la 1re dynastie babylonienne (cf. J. E. Gautier, Archives dune famille de Dilbat, Le Caire, 1908, p. 2), était constitué par un bras de l’Euphrate à Babylone. Pour expliquer sa relation avec la « Sutéenne », S. Smith a suggéré d’y voir un nom particulier de l’Euphrate dans le voisinage de la Palmyrène ; c’est là aussi qu’aurait été située la ville d’Araḫtu, mentionnée par Šuppiluliuma (Idri-mi, p. 43 et carte, E-F 3). Quant à la déesse Miuššar, elle est associée au culte de Marduk et de Sarpa-nitum (voir ses épithètes dans K. Tallqvist, Akkadische Gölterepitheta, Helsingfors, 1938. p. 376).

118 Un kudurru daté de Nabû-šum-iškun (VS, I, n° 36 ; transcription et traduction par Thureau-Dangin, RA, 16 [1919], p. 141-144) cite un êrib bîti dSu-ti-ti et un šangû dSu-ti-ti (col. IV, l. 2 et 9). Noms propres : tAmat-dSu-ti-ti (BE, VIII, n° 115 : 36) et Ardi-dSu-ti-ti (Strassmaier, Darius, n° 388 : 4, 8), tous deux sous Darius Ier.

119 Sur Sumuqan, voir Thureau-Dangin, RA, 11 (1914), p. 103 ; les animaux confiés spécialement au dieu sont énumérés dans Maqlû, VII, l. 24-25.

120 G. Meier, Die assyrische Beschwörungssammlung Maqlû, neu bearbeitet (= AfO, Beiheft 2, 1937), p. 33. D’autres allusions, sans intérêt, se retrouvent dans la même série, tablette III, I. 78, 80 (ibid., p. 24).

121 Un autre passage du mythe d’Irra évoque les manifestations bruyantes des Sutéens, hommes et femmes, dans l’Êanna d’Uruk (KB, VI, I, p. 62, col. II, l. 8-9).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/997/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

© Presses universitaires de Liège, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search