Version classiqueVersion mobile

Les Nomades de Mésopotamie au temps des rois de Mari

 | 
Jean-Robert Kupper

Chapitre Premier Les Ḫanéens

Texte intégral

  • 1 La graphie courante est Ḫa-na, mais c’est un pseudo-idéogramme, comme le prouvent les graphies pho (...)

1Parmi les populations nomades dont les archives de Mari nous ont fait connaître l’existence, les Ḫanéens1 occupent une place de choix. Leur soumission aux maîtres de la capitale du Moyen- Euphrate a été la condition première de son essor. Le territoire propre de Mari semble avoir été le principal centre de peuplement des Ḫanéens ; la documentation qui les concerne sera donc d’autant plus aisée à maîtriser, les problèmes qu’elle soulève pourront être circonscrits avec d’autant plus de clarté. En prenant l’étude des Ḫanéens pour point de départ, nous pourrons faire avancer notre enquête avec plus d’économie et plus d’assurance.

  • 2 Un billet du gouverneur de la ville annonce qu’une délégation d’Anciens des Ḫanéens est partie pou (...)
  • 3 Qattunân, sur le Ḫabur, est l’étape obligée en direction des villes de la Haute Mésopotamie. C’est (...)
  • 4 La lecture « occidentale » Addu paraît désormais assurée : cf. J. Bottéro, ARMT, XV, p. 86, n » 39 (...)

2Sur la présence des Ḫanéens dans la vallée de l’Euphrate, au cœur même du royaume, nous sommes abondamment documentés. Des soldats ḫanéens sont cantonnés à Mari et à Ṣuprum, une localité des environs (M. Birot, RA, 47 [1953], p. 127). D’autres, levés dans le pays, sont rassemblés à Mari en vue d’opérations militaires (ARM, I, 42 ; II, 48 ; VI, 67 et 68). Ils possèdent des terres le long du fleuve (I, 6 : 26-43) ou y installent leurs campements, à hauteur de Terqa (III, 15). Le gouverneur de cette ville en mobilise à son tour plusieurs milliers dans son district (III, 14). Au nord, en remontant la vallée du Ḫabur, on en trouve à Sagarâtim2 et à Qattunân (I, 82 : 13-15 ; II, 80 : 7)3. De là, on gagne le « Haut-Pays ». Écrivant à son frère Iasmaḫ-Addu4, Išme-Dagan, le fils aîné de Šamši-Addu, fait allusion à un coup de main lancé par les Ḫanéens contre Šubat-Enlil : les pillards ont enlevé tout le bétail qu’ils ont pu trouver (IV, 80 : 3-5).

3La question de la localisation de Šubat-Enlil s’est posée dès le début du déchiffrement des tablettes de Mari. L’hypothèse de G. Dossin, qui suggérait d’y reconnaître un autre nom d’Assur, fut accueillie favorablement par Fr. Thureau-Dangin (RA, 34 [1937],Ρ. 135) et reprise ensuite par la plupart des assyriologues. En 1950, B. Landsberger se prononçait pour une solution différente, mais sans la justifier ; selon lui, il fallait retrouver Šubat-Enlil dans le site de Chagar Bazar, au cœur de la Haute Djézireh (Belleten, 14 [1950], p. 252). En 1953, A. Goetze publiait un itinéraire remontant à l’ancienne époque babylonienne, qui retrace la marche d’une expédition faisant route de Larsa vers le haut Euphrate, par la vallée du Tigre et la Mésopotamie supérieure, et reprenait à son compte la thèse énoncée par B. Landsberger (Itinerary, p.58). Toutefois, l’un des arguments décisifs, la mention simultanée d’Assur et de Šubat-Enlil, prête flanc à la critique, parce que la lecture du nom d’Assur n’est pas assurée. Reprenant l’étude du même document, que l’on appellera l’itinéraire d’Urbana, du nom de la ville américaine où il est conservé, J. Lewy a repoussé dans un article récent l’interprétation de Goetze pour conclure que Šubat-Enlil désignait le quartier ancien de la capitale assyrienne où résidait Šamši-Addu (Mél. Lévy, p. 319-320). Non seulement le problème est important en soi sur le plan historique, mais de sa solution dépend encore une série de localisations géographiques. Nous ne pouvons donc le laisser en suspens.

4Logiquement, ce sont les textes de Mari qu’il importe de consulter en premier lieu. Dans une lettre qu’il adresse à Iasmaḫ-Addu (ARM, I, 74), Šamši-Addu se préoccupe de statues qui ont été fabriquées, dit-il, « ici et à Šubat-Enlil » (1. 5-6). Il en résulte que le souverain ne se trouve pas à Šubat-Enlil. Plus loin, il parle des comptes relatifs à ces statues : « de même que, ici, les comptes ont été faits ces jours-ci dans le temple d’Assur, toi, fais faire là-bas les comptes de la statue dans le temple de Dagan » (l. 32-35). Il y a donc un temple d’Assur dans la ville où réside le roi. Les comptes doivent être établis, d’une part, dans le temple de Dagan, vraisemblablement à Terqa, où s’élevait le sanctuaire principal du dieu, et, de l’autre, dans le temple d’Assur ; il est légitime de penser qu’il s’agit là aussi du temple principal du dieu, c’est-à-dire celui de la ville d’Assur. Par conséquent, la capitale assyrienne ne peut être confondue avec Šubat-Enlil.

  • 5 L’habitude d’appeler Assur « la Ville », connue notamment par les tablettes cappadociennes, se ret (...)
  • 6 A la ligne 13, il faut restituer, collation faite sur l’original, nu-ba-at-ta-t [u-ia] « [mes] éta (...)

5D’autres textes tendent à la même conclusion, pour des raisons d’ordre géographique. Les circonstances ont empêché Iasmaḫ-Addu de rejoindre son père ; il attend à Qattunân que le roi vienne à Šubat-Enlil (ARM, I, 37). Mais Šamši-Addu l’en dissuade, étant lui-même engagé dans des négociations avec le roi d’Ešnunna. Les pourparlers traînent en longueur : « C’est pourquoi, dit-il, je m’attarde dans la ville ». (l. 29-30). De quelle ville peut-il s’agir, sinon de la « Ville » par excellence, Assur5 ? Dès lors, la situation est claire. Iasmaḫ-Addu s’est installé à Qattunân en attendant que son père arrive à Šubat-Enlil, mais le roi veut rester à Assur, pour garder plus aisément le contact avec Esnunna. La lettre ARM, I, 10 nous conduit pareillement à placer Šubat-Enlil au nord-ouest d’Assur. Šamši-Addu, à la tête d’une expédition en marche vers le pays de Zalmaqum, qui est le nom donné à la région de Ḫarrân (cf. G. Dossin. Mél. Dussaud, p. 986), est arrivé à Šubat-Enlil, venant de Ninive (1. 10'-15'). En descendant de Ninive vers Assur, le souverain tournerait le dos au Zalmaqum. Pour se rendre de Mari à Šubat-Enlil, on prend la route du Haut-Pays. Un chargement de bois syrien est entreposé dans une localité voisine de Mari et doit être acheminé, en lots égaux, sur Êkallâtum, Ninive et Šubat-Enlil (ARM, I, 7). Le lot destiné à Šamši-Addu, qui se trouve alors à Šubat-Enlil, remontera l’Euphrate puis le Ḫabur en bateau jusqu’à Qattunân, d’où les habitants de l’endroit le transporteront en chariot jusqu’à Šubat-Enlil. L’itinéraire de Šubat, Enlil à Sagarâtim, tel qu’il nous est donné par une lettre de Šamši-Addu à son fils (ARM, I, 26), ne nous apporte pas l’aide qu’on en aurait pu espérer, les stations intermédiaires qu’il énumère n’étant pas localisées elles-mêmes. Pourtant, cet itinéraire nous apprend, comme A. Goetze l’a bien souligné (Itinerary, p. 58), que le voyage de Šubat-Enlil à Sagarâtim comportait cinq étapes en tout6.

  • 7 Des archives de Chagar Bazar provient un bon de sortie de fourrage destiné à des bœufs appartenant (...)
  • 8 Sur l’importance stratégique de Chagar Bazar, voir M. E. L. Mallowan, Iraq, 3 (1936). P. 7 ; 4 (19 (...)

6En définitive, les textes de Mari nous invitent formellement à dissocier Šubat-Enlil d’Assur et à rechercher la première localité dans la Haute Djézireh. Comme Tillâ, la première station sur la route de Šubat-Enlil à Sagarâtim, se trouve dans l’orbite de Chagar Bazar7, nous sommes amenés ainsi à étudier de plus près la candidature de ce dernier site. On sait que les tells abondent particulièrement dans la région ; celui de Chagar Bazar, un des plus importants, bénéficie en outre d’une position-clé sur les grandes voies de communication unissant la Syrie du Nord au Tigre, d’une part, et les monts de Mardin aux vallées du Ḫabur et de l’Euphrate, de l’autre8.

  • 9 La grande majorité des 94 textes catalogués appartient à quelques mois d’une seule année (cf. Gadd(...)
  • 10 ŠE.BA É Šu-ba-at-dEn-lilki : Gadd, Chagar Bazar, n° 980, p. 56 ; nos 985 et 986, p. 57 ; nos 998 e (...)
  • 11 ŠE.BA é-kál-lim : ibid., n° 974, p. 54 ; n° 982, p. 56 ; n° 987, p. 57 ; n° 993, p. 59.
  • 12 On pourrait objecter qu’on trouve également un état du personnel employé au palais d’Êkallâtum (n° (...)
  • 13 A Chagar Bazar comme à Mari, NÍG.DU se trouve pour naptanum et désigne « le repas » (cf. apud J. B (...)
  • 14 Le nombre d’hommes n’est pas donné, mais il est calculé sur la base du n° 926 (3 250 sila, à raiso (...)
  • 15 Le sceau de Mašum n’est apposé que sur les tablettes appartenant à ce groupe (cf. Gadd, Chagar Baz (...)

7Le site a abandonné un petit nombre de documents écrits et leur distribution dans le temps les rend peu représentatifs9. Toutefois, ils permettent de faire certaines constatations qui ont leur intérêt. C’est ainsi que l’on compte cinq listes portant sur des rations allouées à des membres du personnel de la « maison » de Šubat-Enlil10. Quatre autres, plus longues, se contentent de faire allusion au « palais »11. On s’expliquerait mal la présence de ces pièces comptables dans une cité provinciale à l’écart12. Mais Chagar Bazar est une localité moins insignifiante qu’il ne paraît à première vue. On s’y rend pour procéder à la têbibtum, une institution sur laquelle nous reviendrons plus loin (p. 23). Sous l’éponymat d’Adad-bani, aux premiers jours du mois d’Ayâr, on enregistre une sortie d’orge destinée à nourrir 2 770 hommes du district de Kirda-ḫat venus dans la ville à cette occasion (Gadd, Chagar Bazar, n° 926, p. 48)13. Sous le même éponymat, au cours du mois de Magrânum, c’est Iasmaḫ-Addu en personne qui arrive en compagnie d’un contingent de 3 250 Ḫanéens (ibid., n° 957, p. 52). Il reste au moins une huitaine de jours à Chagar Bazar, où il a amené ses attelages d’ânes, de mules et de chevaux14. Or des contrats de Mari commentent en ces termes l’éponymat d’Adad-bani : « Année où la têbibtum eut lieu dans le pays » (G. Dossin, St. mariana, p. 54). Cette têbibtum, ou « purification », jugée digne de donner son nom à l’année, dut être organisée simultanément en divers centres, dont l’un était Chagar Bazar ; Iasmaḫ-Addu y vint même de Mari, où il résidait d’ordinaire. L’impression du sceau de Mašum, « serviteur » de Šamši-Addu, sur la plupart des documents relatifs à cet événement, fait penser que le jeune prince opérait en dehors du territoire soumis à sa juridiction personnelle, puisque les sorties de denrées alimentaires à son bénéfice devaient être contrôlées par le personnage en question15.

  • 16 Cf. Gadd, loc. cit., p. 28 et 33, qui observe toutefois que le silence des tablettes quant au trav (...)
  • 17 Lire ma-ri-i et non ba-ri-i : 1o le signe est clairement ma dans le seul texte reproduit (n° 976 : (...)
  • 18 Le premier signe : NU ou BE, est douteux (cf. Gadd, Chagar Bazar, p. 24).

8Centre politique, Chagar Bazar est aussi un centre économique. Si l’activité « industrielle » de la ville semble faible16, elle possède, en revanche, à côté de ses greniers (Gadd, Chagar Bazar, n° 969, p. 53), un parc à bestiaux : c’est le bît marî17 (ibid., nos 951, 954, 976), situé dans la localité voisine de Nušannim18 (ibid., nos 975, 976, 983). Un relevé, portant sur une quinzaine de jours, enregistre des envois de denrées alimentaires et de bétail à destination de différentes localités, notamment Šubat-Enlil, Kaḫat et Urgiš (ibid., n° 994, p. 59 et pl. IV). Chaque catégorie de produits est placée sous la surveillance d’un responsable attitré. Le préposé au bétail, Ia-ku-ia (1. 12, 27 et rev. 17), est précisément un des « engraisseurs » en fonction à Nušannim (ibid., n° 976 : 8 ; n° 983 : 1 ; cf. ci-dessus, note 1), d’où doit provenir par conséquent la pièce en question, ainsi que les nombreux documents relatifs au bétail que l’on a recueillis à Chagar Bazar. On conçoit aisément que ce sont les services du palais qui vérifiaient et conservaient la comptabilité émanant du parc destiné à subvenir aux besoins de la ville et qui se trouvait à proximité.

  • 19 Les considérations théoriques ne sauraient prévaloir sur les données des textes. C’est pourquoi je (...)

9Sans qu’il soit besoin d’avoir recours à d’autres sources, l’étude combinée des textes de Mari et de Chagar Bazar plaide éloquemment en faveur de l’identification de Šubat-Enlil avec le site fouillé par M. E. L. Mallowan19. L’itinéraire publié par A. Goetze ne fait que nous apporter une confirmation, qui est d’ailleurs la bienvenue, car elle nous permet de préciser nos connaissances sur la géographie historique de la Mésopotamie supérieure.

  • 20 A. Goetze a attiré l’attention sur des tablettes à attribuer au règne de Narâm-Sin d’Ešnunna et qu (...)
  • 21 Cf. Bilgiç, Ortsnamen, p. 23, et Goetze, Itinerary, p. 67. L’hypothèse de J. Lewy, qui place Naḫur (...)
  • 22 Pour Talḫayûm dans les textes de Chagar Bazar, voir ci-dessus, p. 5, n. 1. D’autres indications in (...)

10Précisément, le document d’Urbana va nous servir à propos des Ḫanéens. Poursuivant sa route vers l’ouest, l’expédition fait halte à Ašnakkum, à deux étapes de Šubat-Enlil (col. II, l. 7). Là aussi, les archives de Mari nous révèlent leur présence. Un agent de Zimri-Lim rassemble une troupe de Ḫanéens qui l’accompagneront dans une tournée ayant pour but de protéger Ašnakkum (ARM, II, 33 : II' ss.). Le roi de la ville, Šadumlaba, arrive à Terqa, escorté de gardes Ḫanéens (III, 46). Enfin, un texte mentionne les Ḫanéens qui habitent dans le district de Na-ḫu-urki, Ta-al-ḫa-yi-i-imki, Ki-ir-da-ḫa-atki et Aš-na-ak-ki-imki (V, 51 : 12-15). A priori, il est évident que ces quatre localités doivent être voisines. C’est ce que confirme l’ensemble de la documentation. La situation d’Ašnak-kum par rapport à Šubat-Enlil laisse encore vraisemblablement la ville sur la rive gauche du Ḫabur20. En revanche, Naḫur se trouve sur la rive opposée, entre la rivière et Ḫarrân21. Quant à Talḫayûm et Kirdaḫat, elles se rangent pareillement dans l’horizon géographique de Chagar Bazar22.

  • 23 Notons encore que Ḫurrâ est mise en relation avec Urgiš (ARM, II, 38 ; IV, 40) ; or nous savons ma (...)

11L’agent de Zimri-Lim qui a la garde d’Ašnakkum se rend, en une autre occasion, dans la ville d’Ašlakkâ pour y sceller une alliance entre les Ḫanéens et l’Idamaraṣ (ARM, II, 37). Suivant la coutume, on tue un ânon et l’alliance est conclue ; les Ḫanéens sont satisfaits « dans Ḫurrâ, dans l’Idamaraṣ tout entier » (l. 15-16). Ḫurrâ et Ašlakkâ se trouvent dans le voisinage des villes que nous venons de rencontrer. La première est explicitement associée à Ašnakkum : « La ville de Ḫurrâ, d’Ašnakkum et le pays tout entier appartiennent à Zimri-Lim » nous rapporte un serviteur du souverain (Dossin, Arch. ép., p. 122-123). Ailleurs, le roi d’Ašnakkum se plaint des déprédations commises par les gens de Ḫurrâ (ARM, II, 33 : 4'-7'). De son côté, le territoire de Ḫurrâ confine à celui d’Ašlakkâ, suivant une information en provenance de Naḫur : le prince d’Elaḫut presse celui de Ḫurrâ de répondre aux feux que va lever le prince d’Ašlakkâ et d’accepter son alliance (Dossin, Signaux, p. 184). C’est également de Naḫur qu’on nous tient au courant des difficultés que les Ḫabiru causent au prince d’Ilânûṣrâ, Ḫali-sumu (cf. ci-dessous, p. 255). Or celui-ci projette de mener une action commune avec les princes d’Ašlakkâ et d’Ašnakkum ; il a des gens à lui dans Naḫur (ARM, II, 62 : 6'-7', II'-14'). Enfin, c’est d’une même source qu’émanent des informations relatives à Ašnakkum, Ašlakkâ et Ḫurrâ (II, 33 : 3' ss ; 37 et 38). Toutes ces villes se tiennent23.

  • 24 Cf. notamment Th. Jacobsen, AfO, 12 (1939), p. 364 ; Thureau-Dangin, Chron. 1re dyn. bab., p. 19-2 (...)
  • 25 A première vue, un passage semble contredire cette affirmation : on avertit Zimri-Lim que des trou (...)

12L’apparition du pays d’Idamaraṣ, que l’on a coutume de situer à l’est du Tigre, au nord d’Ešnunna24, ne laisse pas de surprendre dans le contexte précité. Mais le correspondant de Iasmaḫ-Addu, qui fait allusion aux Ḫanéens de Naḫur, Talḫayûm, Kirdaḫat et Ašnakkum, précise qu’ils se trouvent i-na ḫa-la-aṣ I-da-ma-ra- aṣki e-li-i-im « dans le district supérieur de l’Idamaraṣ » (ARM, V, 51 : 6-7). Il faut se rendre dès lors à l’évidence : dans les archives de Mari, le nom d’Idamaraṣ s’applique à une région de la Mésopotamie du Nord, qui touche au Haut-Ḫabur. La qualification de « supérieur » paraît impliquer l’existence d’un Idamaraṣ inférieur, mais ce pays, qui pourrait correspondre à l’Idamaraṣ « classique », n’est attesté nulle part avec certitude dans les textes de Mari, comme A. Finet l’a fait justement observer (ARMT, XV, p. 127)25. On comprend mieux maintenant que Zimri-Lim et son père Iaḫdun-Lim aient pu exercer sur l’Idamaraṣ un certain contrôle (Dossin, Arch. ép., p. 109 ; ARM, II, 130 : 38-40) et que Zimri-Lim en ait ramené de grands troupeaux de moutons à la suite d’une expédition victorieuse (Dossin, Arch. éc., p. 104).

  • 26 Les textes de Mari indiquent seulement que Kaḫat se trouve dans le Haut- Pays (références chez A. (...)
  • 27 Par suite de la disette (traduire l. 5-6 : « Depuis trois ans, à cause des sauterelles, mon distri (...)

13C’est toujours dans la région du Haut-Ḫabur, mais plutôt vers l’est, cette fois, qu’il faut rechercher Kaḫat26, où est installé un campement de Ḫanéens (ARM, II, 59). D’autres Ḫanéens résident dans le district de Zalluḫân (Jean, Lettres, p. 71, 1. 37-38), proche, lui aussi, de ces parages27.

  • 28 Le texte offre : Ḫa-š [i(?)]-imki ša Me-im-bi-da (1. 32-33). Même si la lecture est exacte, il ne (...)
  • 29 La lecture [Ḫa-n] ameš d’après G. Dossin, ARMT, IV, p. 82, n’est pas tout à fait assurée, car le s (...)

14En résumé, on rencontre des Ḫanéens sur tout le territoire qui s’étend approximativement du Djaghdjagh au Balîḫ supérieur. C’est dans ses limites que doit se trouver la localité de Ḫašum ( ?) de Membida28, où Iasmaḫ-Addu reçoit l’ordre de se rendre, en passant par Qattunân, pour y procéder à la « purification » des Ḫanéens. « Là (est) le cœur du pays, lui rappelle Šamši-Addu, et tous les Ḫanéens y sont rassemblés » (ARM, I, 37 : 34-36). Il n’est pas certain qu’il y ait des Ḫanéens à l’est du territoire ainsi délimité. Ils interviennent pourtant dans deux lettres d’Išme-Dagan à son frère Iasmaḫ-Addu. On sait que, du temps de Šamši-Addu, Isme-Dagan administrait la portion orientale de l’empire, ayant son siège à Êkallâtum ; à la mort de son père, il recueille le sceptre, mais, l’empire se disloquant, il finira par ne plus garder que l’Assyrie propre. Parmi les lettres qu’il a adressées à son frère à Mari, certaines datent du vivant de son père, mais d’autres appartiennent au début de son règne à Assur (cf. Dossin, ARMT, IV, p. 3, n. 1), alors que l’héritage était encore intact, ou presque. C’est pourquoi, lorsque Išme-Dagan annonce, sans préciser le lieu, que les Ḫanéens et le pays ont été « purifiés » (ARM, IV, 57 : 9), nous ne pouvons en tirer aucune conclusion29 ; encore moins quand Išme-Dagan informe son frère qu’il lui a envoyé des Ḫanéens (I. 134 : 5-9). parce que ceux-ci servaient dans l’armée et suivaient par conséquent les mouvements des troupes.

  • 30 Le troisième signe paraît être une forme archaïsante du signe AḪ, suivant une suggestion de M. Dos (...)

15A l’ouest, les textes d’Alalaḫ nous signalent la présence des Ḫanéens dans l’état d’Alep. Un contrat de vente est conclu en présence d’une série de témoins dont le premier est le roi Abban en personne (Wiseman, Alalakh, n° 56, pl. XV, 1. 42 ss.). Viennent ensuite d’autres personnages de qualité, parmi lesquels on note un certain Ia-pa-aḫ ( !)-su-mu-a-bi30 PA Ḫa-na (1. 47).

16La dispersion des Ḫanéens sur un aussi vaste territoire trouve son origine dans leur mobilité. Les textes nous apprennent en effet qu’ils se déplacent aisément. « Que les Ḫanéens descendent ici sur la rive de l’Euphrate et qu’il (le roi) leur donne un village parmi les villages des Benjaminites » conseille un agent de Zimri-Lim (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 984). Pour parer à une incursion ennemie, le gouverneur de Terqa suggère de faire passer le campement des Ḫanéens sur l’autre rive du fleuve (ARM, III, 15). Ailleurs, c’est le roi qui propose aux Ḫanéens de rassembler leurs campements sur les bords de l’Euphrate (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 989).

  • 31 ARM, II, 48 : 8 ; 59 : 4 ; III, 15 : 10 ; G. Dossin, Mil. Dussaud, p. 989 ; Ch. Jean, RÉS, 1937, Ρ (...)
  • 32 ARM, II, 35 : 7-8, 19 ; Dossin, Arch. ép., p. 109, l. 25, 29 ; Mél. Dussaud, p. 986, N. 1, p. 987, (...)
  • 33 ARM, III, 15 : 26-27 : Dossin, Mél. Dussaud, p. 989.
  • 34 ARM, II. 59 : 4-6 ; III, 15 : 10-13 ; VI, 42 : 18-19.
  • 35 Selon les contextes, G. Dossin a proposé de traduire nawûm par « steppe », « installation », « ter (...)

17Le premier passage cité est le seul à parler d’un village (kaprum) ; d’ordinaire, les Ḫanéens résident dans des campements31, que désigne le terme nawûm. Ce sens, qui n’est pas attesté en dehors des lettres de Mari, ne fait aucun doute : le campement est situé en un certain endroit32, mais il peut se déplacer33. On dit aussi qu’il est en pâture34. En fait, c’est même, à Mari, l’acception la plus fréquente du terme35. On traduira donc Ḫana ša nawîm (ARM, I, 6 : 26, 41 ; 42 : 5, 10) « les Ḫanéens du campement », peut-être au sens collectif « des campements », par opposition aux Ḫanéens cantonnés dans les villes ; nous savons en effet que certains tenaient garnison à Mari et dans d’autres cités (cf. ci-dessus, p. I).

  • 36 On retrouve même le pluriel là où on attendrait le singulier. Le gouverneur de Terqa veut interdir (...)
  • 37 Le texte porte : « entre les villes (bi-ri-it a-la-ni-e), jusqu’à Ḫutnim et Appân ». Les deux loca (...)

18Une lettre d’un haut fonctionnaire de Mari pourrait faire croire que les Ḫanéens possédaient leurs propres villes. En vue de rejoindre le roi parti en expédition, des Ḫanéens devaient se rassembler à Mari, où le préfet du palais, Baḫdi-Lim, les attend en vain. Ils ont quitté leur campement, mais ils s’obstinent à s’attarder dans les villes, malgré les ordres réitérés. Baḫdi-Lim est d’avis de faire un exemple : qu’on tranche la tête à un détenu et qu’on la promène entre les villes pour effrayer les insoumis (ARM, II, 48) ! Si cette mention de villes (âlânu) est unique pour les Ḫanéens, en revanche, les passages sont nombreux qui font allusion aux villes des Benjaminites (cf. ci-dessous, p. 56). On ne peut vraiment pas admettre que le pays était couvert de villes bâties par les nomades. Ces « villes », — il faut souligner l’emploi constant du pluriel36, — ne peuvent être que les installations précaires que les non-sédentaires occupent d’une façon intermittente, à leur retour de transhumance, ou qui abritent leurs femmes et leurs enfants quand ils partent en rezzou. On peut imaginer ces installations plus ou moins fixes, groupées à peu de distance les unes des autres, notamment à proximité des centres urbains ; c’est ainsi qu’une série de « villes » benjaminites entourent Terqa (ARM, III, 16 : 5-6). Voilà pourquoi Zimri-Lim est invité à ne pas franchir les portes de la capitale, à un moment où les Benjaminites fomentent des troubles (Dossin, Signaux, p. 179, 1. 25-26) : la zone d’insécurité commence au pied même des remparts de Mari. C’est aussi ce qui donne son sens à la suggestion de Baḫdi-Lim : on promènera la tête du supplicié « entre les villes »37 aux abords de Mari.

  • 38 Voir I. J. Gelb, JNES, 13 (1954), P. 210-211 : a-ši-bu-tu kúl-ta-ri.
  • 39 Cf. W. F. Leemans, Legal and Economic Records from the Kingdom of Larsa, Leyde, 1954, P. 89-90.

19Il est regrettable que nous ne possédions pas le moindre renseignement sur la nature de ces diverses installations. La tente est l’un des attributs les plus caractéristiques de la vie nomade et pourtant les textes de Mari n’y font pas allusion. Les autres documents contemporains ne nous en apprennent pas davantage. La liste royale, qui signale que les premiers souverains assyriens vivaient sous la tente38, ne peut être prise en considération, bien qu’elle puise à des sources anciennes. Un contrat de Sippar, appartenant au règne de Sumu-la-El, porte sur la vente d’une certaine étendue de jachère i-na ku-uš-ta-ra-a-tim « dans les tentes » (CT, VIII, 44a, 1. 10). Qu’il s’agisse d’un endroit occupé effectivement par des nomades ou d’un lieu dit tirant son nom de la même circonstance, on peut en conclure que les nomades fréquentaient également les parages des grandes villes babyloniennes. Une liste, datant vraisemblablement de Rîm-Sin et provenant de Larsa ou des environs, nomme la ville de Âl-kuštarâtum (TLB, I, n° 63, 1. 14). Ici, c’est un ancien campement, qui a fini par donner naissance à une véritable localité39. On rencontre le même cas sur la rive orientale de la Diyala, où une localité, proche de Hafadjé, s’appelle Kuštaru ou Kuštarâtum (cf. R. Harris, JCS, 9 [1955], p. 39).

  • 40 Texte étudié par A. Goetze dans A JSL, 52 (1936), p. 154, n. 66.
  • 41 Voir AfO, 7 (1931), pl. I, fig. 1 et 3 ; description par D. Opitz, ibid., p. 7 et suiv. Sur l’habi (...)
  • 42 C’est le cas dans une lettre du gouverneur de Terqa, qui signale le retour, dans son district, des (...)

20On relève encore le terme kuštarum dans un vocabulaire d’époque ancienne : ZA.LAM.GAR = ku-uš-ta-ru-um (PBS, V, n° 136, col. V, l. 19)40. Plus tard, l’idéogramme GIŠ.ZA.LAM.GAR est employé dans les textes de Boghaz-Köi (cf. J. Friedrich, ΖA, 37 [1926], p. 185) ; on peut y reconnaître sans difficulté une « tente », mais non dans le sens strict du mot, car il s’en trouve aussi en roseaux. Quant aux représentations figurées, il faut descendre jusqu’à la période assyrienne pour découvrir de véritables tentes. Sur des bas-reliefs du palais d’Assurbanipal à Ninive, on aperçoit des tentes de forme circulaire, simulant un campement arabe41. Il est évident qu’elles devaient être en usage depuis toujours chez les nomades ; on aimerait toutefois en retrouver la trace dans les archives de Mari. En réalité, la tente n’est pas tout à fait absente de nos textes, car elle se dissimule parfois sous le vocable banal de bîtum42.

21Ainsi, l’image se complète. Les Ḫanéens connaissent encore partiellement la vie nomade, mais ils ont commencé de se fixer. A côté de leurs campements, ils possèdent des installations plus stables et détiennent des terres sur les rives de l’Euphrate. Ils pratiquent l’élevage du mouton (ARM, V, 81 : 5), n’hésitant pas à l’occasion à enrichir leurs troupeaux par la rapine (II, 79 : 13-16 ; IV, 80 : 4-5). Il semble que les Ḫanéens se livraient également au commerce caravanier, et même sur une grande échelle. Un prince de la Mésopotamie supérieure interdit qu’on leur livre de la laine (Jean, Arišen, p. 22,1. 6' ss.) ; or le passage qui rapporte l’incident fait allusion à un troupeau de trois mille ânes (ibid., 1. 8').

  • 43 Voir toutefois ci-dessous, p. 32. Le roi de Ḫana dont parle une lettre, malheureusement très mutil (...)
  • 44 Nom. sg : su-ga-gu-um ARM, I, 6 : 18 ; III, 38 : 17 ; Mél. Dussaud, p. 98616 ; su-ga-ag-šu (-nu) A (...)
  • 45 Il ne s’agit ni de l’antique ville de Dêr, à l’est du Tigre, qui n’est pas encore attestée dans le (...)

22Sur l’organisation sociale et politique des Ḫanéens, nous sommes peu renseignés. On ne leur connaît pas de rois43. A leur tête, on trouve seulement des Anciens (ARM, III, 65 : 6-7) et des sugâgu, une classe de notables dont il serait bon de définir le rôle. La graphie su-ga-gu est à peu près constante et suggère une lecture en g plutôt qu’en q, puisque le syllabaire de Mari utilise communément le signe qa, qui n’est pas employé ici44. Jusqu’à présent, on n’a pu découvrir aucune étymologie satisfaisante ; il existe un terme sûqâqum « ruelle » (Delitzsch, HWB, p. 510a), mais le rapprochement manque de solidité. Pratiquement, le terme paraît s’appliquer à différentes catégories de personnages. Les textes mentionnent des sugâgu chez les Benjaminites (ARM, I, 6 : 18 ; II, 53 : 12, 26 ; 92 : 12 ; III, 21 : 7 ; 38 :17 ; IV, 1 : 12, 21 ; G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 986, 1. II) et chez les Ḫanéens (ARM, I, 128 : 10 ( ?) ; II, 98 : 9'). Les sugâgu des bords de l’Euphrate (IV, 7 : 11) sont peut-être des Benjaminites, mais il y en a aussi dans les pays de Suḫi (IV, 16 : 11') et de Iamutbal (II, 18 : 9). Leurs relations avec le pouvoir central varient suivant les circonstances. Ils sont tenus pour responsables par les autorités lorsqu’il s’agit de réunir leurs hommes (ARM, I, 6 : 18-19 ; III, 6 : 17-19 ; VI, 32 : 13-16) ou de les empêcher de partir (II, 92 : 12-19). Un sugâgum prévient un agent de Zimri-Lim de la menace qui pèse sur la ville de Dîr45 (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 986, 1. 16-18), alors qu’un sugâgum benjaminite refuse sans détour de prêter main forte au gouverneur de Terqa (ARM, III, 38 : 17-22) ; d’autres exigent, sur un ton agressif, qu’on leur restitue leurs « villes » (II, 53 : 12 ss.).

  • 46 Sur le šâpirum d’une ville et son rôle dans l’organisation judiciaire, cf. Walther, Gerichtswesen, (...)

23A côté de ces sugâgu, chefs de clans ou de villages, qui forment généralement une sorte de collège, — le singulier est l’exception (cf. ci-dessus, p. 16, n. 1), —d’autres semblent administrer seuls certaines localités, comme le sugâgum de Dîr qui vient d’être mentionné. Deux lettres font part du décès d’un sugâgum local et s’occupent de son remplacement (ARM, I, 119 ; V, 24) ; la seconde nous offre de précieux renseignements sur la nomination du nouveau « maire ». Ce sont les notables de la localité qui viennent trouver le représentant de Iasmaḫ-Addu pour lui recommander un candidat, lequel a promis une mine d’argent au Palais. Le fonctionnaire, que le candidat en question n’aura pas manqué de gagner de même à sa cause par quelque don discret, envoie le personnage à son maître en lui conseillant de l’agréer et d’accepter la somme promise. Nous avons donc affaire ici à un sugâgum proposé par les habitants et investi dans ses fonctions par le souverain ; en termes modernes, il est bien plus près du moqtar que du cheikh. Sa charge est évidemment lucrative, vu qu’elle lui sera concédée à titre onéreux. On peut supposer qu’il avait droit à une part des impôts ou qu’il tirait un revenu des fonctions judiciaires qu’il exerçait ; en effet, les notables de l’endroit qualifient sa charge de šâpirûtum (1. II)46. Dans le cas présent, on ne voit pas ce qui distingue le sugâgum du ḫazannum, un fonctionnaire local qui apparaît également à Mari (cf. ARMT, XV, p. 206, s.v.).

  • 47 Ailleurs, Išme-Dagan distribue des vêtements à plusieurs catégories d’officiers ; on y voit les su (...)

24Il faut admettre enfin l’existence d’une troisième catégorie de sugâgu, agents au service du roi, mais dépourvus cette fois d’attributions locales. Un émissaire de Zimri-Lim rapporte à des sugâgu, — « tes serviteurs », dit-il au roi, — le contenu d’un message que Ḫammurabi de Babylone avait adressé au souverain, et il leur demande de délibérer sur l’affaire (ARM, II, 33 : 1-12). Ce ne sont pas, il va sans dire, de simples chefs de villages que l’on consulterait sur des questions de politique extérieure. On pourrait citer aussi la lettre où Išḫi-Addu de Qatna marque son accord de faire paître les troupeaux de Iasmaḫ-Addu avec les siens ; il propose à son « frère » de lui envoyer ses sugâgu pour qu’il leur donne ses instructions et leur confie les troupeaux (V, 15). Mais il n’est pas exclu que les sugâgu en question aient été les cheikhs des tribus nomades auxquelles on remettait le soin de mener les moutons en pâture. Enfin, certains sugâgu jouent un rôle dans le domaine militaire. Des sugâgu siègent aux côtés du commandant pour juger un officier qui s’était emparé indûment d une partie du butin (V, 72 : 9'-10'). D’autres sont envoyés à Qatna pour enchaîner des déserteurs (1,13). Soulignons que le texte présente ces sugâgu comme les subordonnés du général : « Samidâḫum envoie ses sugâgu » (l. 8)47.

25Il serait facile de poursuivre ces recherches en analysant toutes les données relatives aux sugâgu, mais ce n’est pas ici le lieu de le faire. Il suffisait de montrer le caractère complexe du problème et de dégager les conclusions qui peuvent nous intéresser. Le personnage du sugâgum paraît exercer des fonctions diverses et il n’est pas forcément lié à l’élément non sédentaire de la population ; il ne pourra donc être cité comme témoin direct dans notre enquête sur les nomades. Néanmoins, on est en droit de s’interroger sur son origine. Le terme est propre à Mari et n’appartient pas au vocabulaire accadien. Quel qu’ait été son sens primitif, il est clair qu’il connut par la suite une extension plus ou moins abusive. Or, dans la majorité des cas, les fonctions que les sugâgu remplissent ne sont pas nouvelles ; seule l’étiquette est différente. Partout, on rencontre en effet des magistrats municipaux, mais ailleurs ils s’appellent Sâpirum, ḫazannum ou rabi’ânum. En revanche, les institutions des nomades nous sont inconnues. Il semble donc raisonnable, en observant les cas typiques, de mettre le sugâgum en rapport avec la population nomade, qui a tenu une si grande place à Mari. A la suite du processus constant de fixation, les cheikhs se sont mués en chefs de village et le titre s’est enrichi de nouvelles acceptions. A l’époque des archives de Mari, ce stade est atteint et le sugâgum n’est plus nécessairement un chef nomade. L’emploi du terme semble strictement localisé, à la fois dans l’espace et dans le temps, puisqu’il n’apparaît jusqu’à présent ni dans les textes de Chagar Bazar et d’Alalaḫ, ni dans les documents plus récents dits de Ḫana, mais il faut prendre garde que les uns comme les autres sont des documents économiques ou juridiques, où les sugâgu n’ont guère l’occasion d’intervenir.

26A vrai dire, le vocable sugâgum n’est pas tout à fait inconnu en dehors de Mari ; il se retrouve dans plusieurs textes de l’époque de la première dynastie de Babylone, mais en tant que nom propre (cf. Ranke, EBPN, p. 166).

  • 48 On relève, à propos du même personnage, les deux graphies Sú-ga-gi (CT IV 30a, l. 10) et Su-ga-gi (...)
  • 49 A Ešnunna et à Hafadjé, on trouve aussi la variante Sukakum (Th. Jacobsen, lac. cit. ; JCS, 9 [195 (...)

27Un certain Sú-ga-gu-um est cité comme témoin dans un acte passé en l’an 16 de Sumu-El de Larsa (BIN, VII, n° 161, 1. 9). Un autre Sú-ga-gu-um est affranchi sous le règne de Sumu-la-El (CT, IV, 42a, l. 1 ss.). Un document qui remonte approximativement à l’époque de Ḫammurabi mentionne la fille d’un nommé Sû-ga-gu (FS, IX, 174, l. 43). Au temps d’Ammiṣaduqa, on rencontre deux habitants de Sippar qui se disent fils de Su-ga-gi48. Le premier se nomme A-la-zum (Meissner, BAP, n° 3, l. 20) et le second, un Sutéen, Ia-ab-sú-ú (PBS, VIII, 2, n° 223, l. 4 ; CT, IV, 31a, l. 4-5, et 30d, l. 10). Le nom de Su-ga-gum apparaît également dans des textes inédits d’Ešnunna, d’après Th. Jacobsen (OIC, 13. P 52, note 3). Enfin, Sú-ga-gu-um est enregistré parmi les noms de la liste publiée par Chiera (PBS, XI, 2, n° 1, rev., col. 8,l. 22)49.

28Le nom n’a pas été expliqué ; tout comme pour le titre, on ne saurait valablement faire appel à sûqâqum « ruelle ». Dès lors, on pourrait se demander si nous n’avons pas affaire au même terme, le nom de fonction ayant pris la place du véritable nom personnel. Toutefois, l’usage courant ne confirme pas cette vue, les désignations de professions ou de fonctions n’ayant pas donné naissance, en règle générale, à des noms de personnes (cf. Stamm, Namengebung, p. 270-271). Il arrive que certains se prévalent du titre porté par un ancêtre, ce qui donne lieu à une sorte de nom de famille. A la rigueur, ce pourrait être le cas des deux personnages qui se disent mâr su-ga-gi, mais la coutume n’est attestée qu’à partir de l’époque cassite. En outre, l’inclusion du mot dans la liste de Chiera semble bien lui conférer le statut d’un réel nom de personne.

29A part les sugâgu, qui interviennent rarement, on n’observe guère de traces d’une organisation politique chez les Ḫanéens.

30Ainsi, lorsque le préfet du palais de Mari suggère de prendre des mesures brutales pour couper court à la mauvaise volonté des Ḫanéens (cf. ci-dessus, p. 13), il ne souffle mot de chefs responsables. En fait, les Ḫanéens se trouvent entièrement sous le contrôle du pouvoir central et ne semblent pas jouir d’une quelconque autonomie.

  • 50 Avec G. Dossin, on rattachera gâyûm à l’hébreu (...)
  • 51 Ce sont, dans l’ordre où ils sont mentionnés : Ia-am( ?)-sa, Ia-ka-li-it, A-mu-rum, Ka-zu, Na-ḫa-a (...)
  • 52 Pour des raisons de facilité, je me conforme à la lecture adoptée par G. Dossin, bien que la valeu (...)

31En revanche, leur organisation tribale n’a pas été éliminée. Les soldats Ḫanéens stationnés dans Mari et Ṣuprum sont groupés par clan ou tribu : gâyûm50. Les deux cent vingt-deux hommes en garnison à Mari appartiennent à neuf clans différents ; ceux de Ṣuprum, au nombre de trente-six, à quatre clans (cf. M. Birot, RA, 49 [1955], p. 15-16). Les noms de plusieurs clans ont disparu ; huit sont conservés. A l’exception de celui d’A-mu-rum, dont il sera question au chapitre réservé aux Amorrhéens, les autres portent des noms qui nous sont tout à fait inconnu51. En dehors de cette liste, on ne rencontre qu’un seul clan apparemment ḫanéen, celui des Iamaḫamû52.

  • 53 La localité de Dûr-Iasmaḫ-Addu, où les Iamaḫamû vont mener paître leurs troupeaux, ne serait autre (...)

32Une lettre d’un fonctionnaire de Iasmaḫ-Addu rapporte en effet que les Ḫanéens Iamaḫamû (Ḫanameš Pl-ma-ḫa-mu-um) ont franchi le fleuve et paissent leurs moutons dans une région au nord de Mari (ARM, V, 81 : 9-12)53 ; l’emplacement est confirmé par un texte qui fait mention des Iamaḫamû du district de Sagarâtim (V, 86 : 9'-II'). Or une lettre de Šamši-Addu nous apprend que cinq hommes ont abandonné leur clan, qui est celui de Iamaḫamûm (IV, 1 : 13). Le passage qui signale la traversée du fleuve par les Ḫanéens est suivi d’un autre passage, mal conservé, où il est question d’un éventuel coup de main des Benjaminites, cherchant à s’emparer des troupeaux des premiers nommés. On verra plus loin (p. 65) que les rapports des souverains de Mari avec les Benjaminites furent hostiles le plus souvent. Zimri-Lim conduisit lui-même une grande bataille qui tourna à la déroute des nomades ; leurs tribus se soumirent ou quittèrent le pays. C’est précisément à un succès du roi sur les Benjaminites qu’un de ses correspondants attribue la disparition des Iamaḫamû : « Depuis le jour où mon seigneur a frappé dans les campements des Benjaminites, ils sont partis, il n’y en a (plus) aucun dans mon district » (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 992). Ici, en opposition avec le reste de la documentation, les Iamaḫamû semblent avoir partie liée avec les Benjaminites, qu’ils ont accompagnés dans leur fuite. Néanmoins, le fait n’est pas suffisant à lui seul pour faire supposer que les Iamaḫamû étaient apparentés aux Benjaminites plutôt qu’aux Ḫanéens. Sans doute, ce ne serait pas le seul cas où les deux peuples sont confondus ; un texte nous parle de « Ḫanéens benjaminites » (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 989). Mais on ne pourra aborder cette question qu’après avoir étudié les Benjaminites eux-mêmes.

33Sous les règnes successifs de Šamši-Addu et de Zimri-Lim, les Ḫanéens prêtent indifféremment leurs services au Palais.

34Au temps de Zimri-Lim, ils constituent un des éléments essentiels de l’armée, mais ils ne fusionnent pas avec le reste des troupes. « Que le roi arrive aux bords de l’Euphrate avec les Ḫanéens et toutes ses troupes ! » réclame d’urgence un haut fonctionnaire en s’adressant à un gouverneur de province (Dossin, Arch. ép., p. 122).

  • 54 Le correspondant de Zimri-Lim spécifie : « les Ḫanéens, serviteurs de mon seigneur » (l 11').

35Ils fournissent des garnisons locales. La liste déjà citée fait état de deux cent cinquante-huit Ḫanéens cantonnés, les uns à Mari, les autres à Ṣuprum. Comme ils résident d’ordinaire dans leurs campements situés dans la steppe ou aux alentours des villes, la première tâche consiste généralement à les rassembler (ARM, II, 33 : 12’ ; 48 : 7 ss. ; III, 14 : 14-16 ; Dossin, Signaux, p. 183, note 2, 1. 9). Le roi peut compter sur eux pour tous les besoins du service. Ils procèdent à une tournée d’inspection dans le Haut-Pays (ARM, II, 33 : I7'-18'), font lever le siège de la ville de Kurda (Ch. Jean, RÉS, 1938, p. 128) et ont leur place dans les contingents que Zimri-Lim met à la disposition de son allié Ḫammurabi de Babylone (ARM, II, 23 : 16 ; 25 : 13 ss.54 ; 67 : 7’ ; Thureau-Dangin, RA, 33 [1936], p. 172). Us accomplissent également des missions de protection, escortant de hauts personnages dans leurs déplacements (ARM, III, 46 : 14) ou des messagers (II, 123 : 16). Une troupe, forte de plusieurs centaines d’hommes, qui comprend un détachement de Ḫanéens et des soldats levés dans différentes villes, est placée sous le commandement d’un officier ḫanéen, un certain Iasarum (VI, 68 : 6'-12'). La liste mentionnée ci-dessus livre les noms de quatre chefs de section et de neuf laputtû. Les officiers subalternes qui encadraient les contingents Ḫanéens se recrutaient donc parmi les Ḫanéens eux-mêmes.

  • 55 Le fait est sans doute à mettre en rapport avec la têbiblum des Ḫanéens dont il est question dans (...)

36Si les témoignages sont plus rares pour l’époque de Šamši-Addu, ils suivent du moins la même ligne. Trois mille Ḫanéens accompagneront Iasmaḫ-Addu en expédition (ARM, I, 42 : 10, 28). Šamši-Addu fait partir pour Qatna un détachement de cent Ḫanéens (II, 5 : 5-10) et Isme-Dagan en envoie une troupe à son frère (I, 134 : 5-9). Quatre cents autres sont désignés pour monter la garde aux portes du palais de Šamši-Addu, sans doute à Šubat-Enlil (II, 1 : 10-11)55. Il est intéressant d’observer les conditions particulières dans lesquelles ces hommes vont accomplir leur service, selon leur état de fortune : les pauvres seront hébergés au palais tandis que les « fils de famille » seront entretenus au domicile paternel (l. 18-23).

  • 56 Le préfet du palais signale au roi que les Ḫanéens recevront des « clous de bronze » (isà-am-ra-t (...)

37Sur la façon de combattre des Ḫanéens, sur leur armement, nous n’avons aucune information56. Leurs contingents ne sont jamais très nombreux ; ils atteignent rarement plusieurs milliers d’hommes (ARM, I, 42 : 10, 28 ; III, 14 : 14 ( ?) ; Gadd, Chagar Bazar, n° 957). Ces données représentent en même temps tout notre matériel démographique. Pour en finir sur le plan militaire, il faut citer la lettre d’un officier qui fait part à Zimri-Lim de l’état d’esprit des Ḫanéens en train de se concentrer sous ses ordres : pas de mauvaise humeur, rien que rire et allégresse ; pour toute préoccupation, l’action des armes et le massacre de l’ennemi (ARM, II, 118 : 15 ss.) ! Si le rapport n’est pas flatté, les auxiliaires de Zimri-Lim avaient, dirait-on de nos jours, un excellent moral. Mais il a pour nous plus qu’une valeur anecdotique : aux traits qu’il nous dépeint, on reconnaît des guerriers de profession.

38Les Ḫanéens jouant un rôle important dans l’armée, il est naturel qu’on les soumette à des inspections périodiques, comme le reste des troupes. J’ai déjà eu l’occasion de traiter de cette question dans un article sur « Le recensement dans les textes de Mari » (St. mariana, p. 99-110), mais cette étude doit être revue en divers points. Le problème dépasse assurément les limites du sujet qui nous occupe, mais il intéresse les Ḫanéens aussi bien que les Benjaminites, de sorte qu’il n’est pas hors de propos de l’aborder ici, au moins d’une façon succincte.

  • 57 Deux termes servent à désigner les « rations » : NÍG.DU = napianum (cf. ci-dessus, p. 6, n. 1) et (...)
  • 58 Selon une communication personnelle de M. A. L. Oppenheim, une autre allusion aux rites de purific (...)

39Il semble évident que l’institution désignée sous le nom de têbibtum a eu pour fin première un rite purificatoire. On ne comprendrait pas qu’une cérémonie cultuelle, destinée à accompagner les opérations du recensement, ait pu imposer son nom à l’ensemble de la manifestation. Or, ici, têbibtum n’a jamais pu signifier autre chose que « purification ». Que, dans la suite, on ait mis à l’avant-plan d’autres aspects de la têbibtum n’infirmerait aucunement cette constatation, car c’est la raison d’être fondamentale de l’institution qu’il faut atteindre. Cette raison d’être subsista ; on en a la meilleure preuve dans un billet qu’Išme-Dagan adresse à son frère Iasmaḫ-Addu pour lui annoncer qu’il a « purifié » le pays. « Le cœur du pays, ajoute-t-il, a été apaisé » (ARM, IV, 57 : 11-12). On ne croira pas qu’une simple immatriculation ait pu procurer aux habitants du pays une telle satisfaction. Seule, une cérémonie purificatoire, ayant pour effet l’absolution des fautes, a pu ramener la paix dans leur cœur. Aussi bien, les documents eux-mêmes révèlent l’existence de manifestations religieuses. Parmi les textes de Chagar Bazar, on a retrouvé deux groupes de documents relatifs à des « purifications », l’une concernant les habitants du district de Kirdaḫat, l’autre, un contingent de Ḫanéens conduits par Iasmaḫ-Addu (cf. ci-dessus, p. 6). Il s’agit de listes de rations57 allouées aux différents individus venus dans la ville à l’occasion de la têbibtum. Au premier rang des bénéficiaires figurent des personnages porteurs de titres non encore expliqués, mais qui les mettent en relation certaine avec les rites cultuels accomplis : ce sont les « šu-gu-nu-ú des dieux » et les « za-ak-ku ša-qú-ú qui vont avec les dieux » (Gadd, Chagar Bazar, nos 971, 978, 990 et 996)58.

  • 59 « Purification » des habitants du district de Kirdaḫat : nos 926, 950, 971, 978, 990 et 996 ; « pu (...)

40Nous savons que ces cérémonies revêtaient une certaine ampleur ; Šamši-Addu et Zimri-Lim leur ont consacré chacun un nom d’année. Sous Šamiš-Addu, l’année de l’éponymat d’Adad-bani est aussi appelée : « année où la purification a eu lieu dans le pays » (G. Dossin, St. mariana, p. 54). Quant à Zimri-Lim, il intitule une de ses années de règne : « année où Zimri-Lim a purifié le (variante : son) pays » (ibid., p. 58, date n° 26). L’étude des textes permet de regrouper plusieurs références sous la première de ces dates. Nous avons vu plus haut (p. 6) que les deux « purifications » rapportées par les textes de Chagar Bazar avaient eu lieu sous l’éponymat d’Adad-bani59. Toutes deux font partie de la même « purification » générale qui a donné son nom à l’année ; il va de soi que les opérations particulières qui se déroulèrent dans les différentes provinces durent s’étendre sur plusieurs mois pour couvrir l’ensemble du territoire. C’est pareillement à une « purification » de grande envergure que font allusion plusieurs lettres datant de cette époque (ARM, I, 62 : 1-16 ; 129 : 25-29 ; IV, 7). A Chagar Bazar, la « purification » des gens de Kirdaḫat est prise en charge par Išar-Lim et un autre officier (Gadd, Chagar Bazar, n° 926) ; or c’est encore Išar-Lim qui procède à la « purification » des Ḫanéens du district de Naḫur et des environs (ARM, V, 51 : 9-19). Ailleurs, on « purifie » en même temps les pays d’Êkallâtum, de Iaḫrurâ et de Razamâ en Iamutbal (II, 18 : 4-8), ou encore Mari, Qattunân et les Ḫanéens de la région (I, 82 : 9-15). Il se peut en fin de compte que la plupart des témoignages se rapportent aux mêmes circonstances, c’est-à-dire à la « purification » générale qui marqua l’éponymat d’Adad-bani. Certains passages pourtant font croire que ces rites purificatoires n’étaient pas exceptionnels au point de n’avoir lieu qu’une fois par règne. A la veille de partir en campagne, Iasmaḫ-Addu a suggéré, semble-t-il, de faire « purifier » ses troupes, mais son père lui rétorque : « Les hommes de ton district n’ont plus été « purifiés » depuis longtemps et le moment de la « purification » a été retardé, mais, dans les conditions actuelles, tu ne peux « purifier » les hommes ; à ton retour seulement, tu « purifieras » les hommes » (ARM, I, 42 : 15-20). Dans une autre lettre, Šamši-Addu donne à son fils l’ordre suivant : « Lorsque tu te déplaceras à Mari, fais partir avec toi les hommes d’Abdu-Amim ; dès qu’ils arriveront, on les « purifiera ». Depuis trois ans, ces hommes n’ont plus été « purifiés » (I, 36 : 23-29). Puisqu’un intervalle de trois ans semble déjà long, il n’eût pas été indiqué de rappeler un événement aussi courant dans un nom d’année. Il appert donc que l’on procédait plus ou moins souvent à des cérémonies de purification à l’échelon local, tandis que des rites plus solennels, intéressant l’ensemble du royaume, n’étaient tenus que d’une manière exceptionnelle. Ceux-ci seulement ont pu servir à désigner l’année où ils furent accomplis. La documentation qui se rapporte au règne de Zimri-Lim est trop réduite (ARM, II, 130 : 33 ; III, 19 ; 20 ; 21) pour qu’on puisse en tirer d’utiles déductions.

  • 60 On trouvera un rapprochement avec la pratique romaine des lustrations dans mon article précité, St(...)
  • 61 Išar-Lim et Sin-tiri, qui s’occupent de la purification des gens de Kirdaḫat (Gadd, Chagar Bazar, (...)

41L’accent mis sur l’aspect religieux de l’opération ne doit pas faire oublier son aspect corrélatif : l’enregistrement des hommes. L’un ne va pas sans l’autre ; la « purification » a pour résultat pratique l’établissement d’états nominatifs (ARM, I, 82 : 22-25 ; III, 19 21 ; V, 35 : 5-10 ; 51 : 10-19). Naturellement, de tels états pouvaient être dressés indépendamment. C’est ainsi que Iasmaḫ-Addu est tenu d’envoyer à son père la liste nominative des hommes qui l’accompagneront en expédition, alors que la « purification » aura lieu seulement au retour de la campagne (I, 42). Mais la « purification » semble toujours accompagnée d’un dénombrement. Elle peut aussi être suivie d’un partage des terres, fondé évidemment sur un recensement préalable (I, 6 : 39-40 ; 7 : 32-36). Il serait intéressant, mais on ne peut songer à le faire ici, d’étudier de plus près la nature du lien qui unissait les deux opérations60. La têbibtum est donc à regarder en même temps comme une institution militaire. C’est avant leur départ en campagne que Iasmaḫ-Addu avait eu l’intention de « purifier » les Benjaminites qu’il emmène (I, 6 : 5-21) ou ses propres troupes (I, 42 : 15-20) ; c’est après avoir « purifié » des Ḫanéens qu’il enrôle quatre cents d’entre eux pour monter la garde au palais de son père (II, I : 10-12). Aussi bien les fonctionnaires qui président aux « purifications » sont-ils eux-mêmes des militaires61. On peut être assuré que c’est sous cet angle-là que les souverains considéraient avant tout ces rites.

  • 62 Le terme têbibtum est employé dans un document juridique vieux-babylonien : a-šar te-bi-ib-tim i-n (...)

42En résumé, la têbibtum comportait une cérémonie religieuse qui avait pour but de purifier les assistants avant de les inscrire sur les rôles de l’armée. Jusqu’ici, cette coutume n’apparaît que dans les textes de Mari62 ; elle est pratiquée en particulier sous le règne de Šamši-Addu. Si l’on tient compte de cette circonstance et du fait que l’institution est en vigueur sur toute l’étendue des possessions de Šamši-Addu, tant en Assyrie propre et en Haute Mésopotamie qu’au Moyen-Euphrate, on supposera légitime- ment qu’elle n’était pas née à Mari. De fait, si elle y avait été coutumière, Iasmaḫ-Addu n’aurait pas dû faire appel à un fonctionnaire de Šamši-Addu pour être mis au courant de la marche des opérations (ARM, I, 62 : 6-12). Mais là s’arrêtera notre enquête, faute de témoins. On notera encore que l’institution, qui constitue un fait de civilisation non négligeable, porte un nom accadien, dont seul le sens est spécial ; c’est un phénomène qui n’est pas exceptionnel dans la langue de Mari.

43A plusieurs reprises, les Ḫanéens prennent part à des « purifications » du temps de Šamši-Addu. Elles se déroulent dans différentes régions du pays, surtout en Haute Mésopotamie : à Ḫašum de Membida (ARM, I, 37 : 32-41), dans l’Idamaraṣ (V, 51), à Chagar Bazar (cf. ci-dessus, p. 6), également à Qattunân (I, 82 : 13-15), et sans doute dans la province de Mari elle-même (I, 87 : 4-6). Il n’est pas exclu, on le sait, que ces diverses « purifications » aient eu lieu au cours de la même année, à savoir sous l’éponymat d’Adad-bani.

44Aux cérémonies purificatoires, on pouvait associer une distribution de terres. Dans les deux passages dont nous disposons, il s’agit en réalité d’une redistribution. Šamši-Addu le dit expressément : « Les hommes seront « purifiés » et les champs mesurés, et on repartagera les champs pour la population » (I, 7 : 33-36). Le second cas nous intéresse davantage, car il concerne les Ḫanéens. Iasmaḫ-Addu avait demandé à son père s’il pouvait céder aux Ḫanéens des campements des champs sur la rive de l’Euphrate. Šamši-Addu lui interdit d’en rien faire pour éviter les récriminations : « Que chacun conserve seulement sa possession ancienne ; que les champs ne soient point bouleversés ! » (I, 6 : 36-37). Ce n’est qu’à l’occasion de la « purification » que l’on pourra songer à une redistribution (1. 39). Ces circonstances invitent à une comparaison avec l’année jubilaire des Hébreux, au cours de laquelle les biens aliénés étaient restitués à leurs anciens propriétaires. Quant aux Ḫanéens, on voit qu’ils pouvaient posséder des terres. Iasmaḫ-Addu s’était proposé de leur attribuer des champs, qui devaient être recherchés à cause de leur proximité du fleuve. Mais Šamši-Addu s’oppose, pour l’heure, à un repartage des terres et veut s’entenir au statu quo. Sa décision vaut aussi pour les Ḫanéens déjà propriétaires : « Que les Ḫanéens des campements qui détenaient des champs sur la rive de l’Euphrate continuent à détenir les champs de la même manière qu’auparavant ! » (I, 6 : 41-43). On peut supposer que les Ḫanéens faisaient cultiver par des paysans les terres qu’ils avaient acquises dans la zone irriguée ; en effet, comme le précise le texte, il s’agit de Ḫanéens des campements. D’autre part, deux lettres ont trait à l’installation de Ḫanéens sur les bords de l’Euphrate, dans un village pris aux Benjaminites (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 984). Le projet émane du roi ; il concerne également des Ḫanéens non encore sédentarisés puisqu’ils doivent d’abord « descendre » sur les bords du fleuve avant de s’établir dans le village qu’on leur destine. Il se peut donc que les souverains se soient efforcés de fixer définitivement cette population qui leur rendait de si grands services. C’est peut-être dans le même but que Zimri-Lim propose aux Ḫanéens de rassembler leurs campements près du fleuve ; ils pourront disposer du blé des Benjaminites après la défaite de ceux-ci (G. Dossin, loc. cit., p. 989).

  • 63 La correspondance appartenant à l’époque de Zimri-Lim nous montre divers personnages intervenant à (...)

45Jusqu’à présent, les bonnes relations qui existaient entre les Ḫanéens et le pouvoir central ont été mises en avant. Elles ne sont démenties qu’en de rares occasions, parmi lesquelles on ne peut compter de simples cas de désertion (ARM, I, 128 : 5-6 ; II, 98 : 7'-10'). On a vu aussi un exemple de mauvaise volonté collective : depuis cinq jours, les Ḫanéens résistent à un ordre de mobilisation (cf. ci-dessus, p. 13). Mais la situation n’est pas inquiétante ; le préfet du palais de Mari se fait fort de mater les insoumis par une seule exécution capitale (II, 48). Tout cela n’est pas grave. On aurait pu s’attendre à des déboires autrement sérieux avec cette population encore instable et qui devait, malgré tout, conserver une certaine liberté d’allure. C’est ainsi que la présence d’un agent de Zimri-Lim est requise pour établir la concorde entre les Ḫanéens et les habitants du pays d’Idamaraṣ (II, 37) et que le gouverneur de Terqa demande au roi d’intervenir pour faire passer le fleuve à un campement ḫanéen, menacé d’une agression (III, 15 : 22-27). Lorsqu’Išme-Dagan annonce à son frère que les Ḫanéens font preuve de bonnes dispositions depuis qu’il a remporté une victoire (IV, 40 : 5-8), nous ignorons quel était l’adversaire et la nature de la crise. En fait, il reste un seul cas d’hostilité ouverte : le raid des Ḫanéens contre Šubat-Enlil (IV, 80 : 4-5). On ne peut concevoir cet événement qu’en un temps de faiblesse du pouvoir central, c’est-à-dire après la disparition de Šamši-Addu. La mort du monarque entraîna le démembrement de ses états et la Haute Mésopotamie en particulier put se soustraire au contrôle de son successeur63. Il dut s’ensuivre une période de troubles qui fut mise à profit par les nomades de tout genre pour reprendre du terrain. Dès lors, le contrat était rompu, les Ḫanéens n’ayant plus rien à attendre de leurs anciens maîtres. Plus tard, l’anarchie reculant devant la reconquête de Zimri-Lim, ils passeront de nouveau au service des sédentaires.

  • 64 Disque de fondation publié par Fr. Thureau-Dangin, RA, 33 (1936), p. 49, 1. 3-5. Dans la brique de (...)

46La documentation recueillie jusqu’ici nous a permis de mieux apprécier la place tenue par le peuple ḫanéen dans l’histoire de Mari. Son rôle n’est pas à négliger ; il trouve son expression dans la titulature que nous rapportent les inscriptions du roi Iaḫdun-Lim : « roi de Mari, de Tuttul et du pays de Ḫana »64. Nous comprenons maintenant le sens exact de cette énumération. Certains ont voulu identifier Ḫana, qui n’est pas suivi du déterminatif ki, avec la ville de ‘Ana(t), sur l’Euphrate, au sud de Mari, une ville qui joue d’ailleurs un rôle fort modeste dans les archives de Mari, sous le nom de Ḫanat (voir ci-dessous, p. 44). En réalité, ma-at Ḫa-na désigne le pays occupé par les Ḫanéens et se confond donc sur la carte avec le territoire de Mari. L’énumération porte sur l’ensemble des sujets de Iaḫdun-Lim : d’une part, l’élément urbain, représenté par les deux chefs-villes du royaume, Mari et Tuttul, et de l’autre, les non-sédentaires qui reconnaissent l’autorité du roi. Les deux éléments sont complémentaires. Cette interprétation est heureusement confirmée par un passage d’une lettre du préfet du palais, Bahdi-Lim, au souverain : « [Si] tu es le roi des Ḫanéens, tu es [aussi] secondement le roi de l’Accadien (šar Ak-ka-di-im) » (ARM, VI, 76 : 20-21). Ici s’affirme clairement la dualité de la population, déjà révélée par la titulature de Iaḫdun-Lim. Les Accadiens, ce sont les sédentaires fixés dans les villes, ayant part de longue date à la civilisation babylonienne. Quant aux Ḫanéens, installés plus ou moins récemment dans le pays, l’importance de leur apport, ou de leur rôle, — car celui-ci peut être surtout militaire, — est soulignée par le fait qu’ils paraissent sur le même pied que les plus anciens habitants de Mari.

47On retrouve ailleurs cette dualité, sous l’une ou l’autre forme. Au retour de la grande expédition qui l’avait mené jusqu’aux rives de la Méditerranée, Iaḫdun-Lim eut à vaincre une coalition de trois rois. Chacun d’eux régnait à la fois sur une ville et sur un pays. Lâ’ûm était roi de Samanum et du pays d’Ubrabûm ; Baḫlu-kulim, roi de Tuttul et du pays d’Amnanûm ; Ayàlum, roi d’Abattim et du pays de Rabbûm (Dossin, Iaḫdun-Lim, p. 14, col. III, l. 4-9). Or Ubrabûm, Amnanûm et Rabbûm sont les noms de trois tribus benjaminites ou apparentées, que nous rencontrerons plus loin (ci-dessous, p. 49). Ainsi chaque ville est associée à la population nomade qui avait planté ses tentes dans le plat pays. Le nom d’Amnanûm figure encore, accolé cette fois à Uruk, dans la titulature de Sin-kâšid, contemporain des débuts de la première dynastie babylonienne. Aux habitants d’Uruk, l’antique cité, le souverain oppose la population amenée par les nouvelles vagues d’immigrants (cf. ci-dessous, p.51). Lafameuse « seisachthie »d’Ammiṣaduqa distingue pareillement les Accadiens et les Amorrhéens pour désigner l’ensemble de la population de la Babylonie (cf. ci-dessous, p. 173). Aussi bien s’agit-il là d’un phénomène constant. Entre les villes et les villages errent des groupes de non-sédentaires, refoulés par l’extension de la civilisation urbaine ou empiétant sur ses conquêtes, suivant les vicissitudes de l’autorité politique. Lorsque le pouvoir central est fort et fait régner la paix et la prospérité, la tendance normale à la sédentarisation s’accentue et de nouveaux éléments viennent s’agglutiner à la population existante. C’est sous cette forme qu’il faut se représenter généralement l’établissement des vagues successives d’envahisseurs qui ont déferlé sur la Mésopotamie. Le processus n’a pas de fin, car de nouveaux clans apparaissent sans trève dans les steppes. Bien entendu, ce ne sont pas les nomades complets, qui échappent au contrôle des autorités, dont nos textes font état, mais bien ceux de leurs frères qui abandonnent peu à peu le style de vie du désert.

  • 65 Ce curieux personnage, qui combattit aussi bien Šamši-Addu que Iaḫdun-Lim, ne reçoit jamais le tit (...)
  • 66 Disque, col. I, l. 16 : ab-bu-ú Ḫa-na (Thureau-Dangin, loc. cit., p. 54, lisait erronément ap-pu-û (...)

48Les deux inscriptions de fondation qui nous ont conservé les titres de Iaḫdun-Lim nous apprennent aussi ses hauts faits. Mais les deux récits qu’elles nous livrent ne se recouvrent pas. Les premières lignes du disque trouvé dans une salle du palais relatent comment le roi affermit son pouvoir à Mari. C’est le dieu Dagan qui proclama sa royauté et lui confia les armes de la victoire, grâce à quoi, nous dit le souverain, « sept rois, « les Pères de Ḫana », qui avaient combattu contre moi, je les fis prisonniers, j’annexai leur pays » (Thureau-Dangin, RA, 33 [1936], p. 51, col. I, l.15-20). Au début de son règne, Iaḫdun-Lim se heurta donc à une coalition de plusieurs princes, dont les dépouilles enrichirent son royaume. Comme il termine le récit de sa victoire par ces mots : « je fis demeurer mon pays en paix » (l. 24-25), il faut en conclure qu’il s’agit, non de conquêtes extérieures que Iaḫdun-Lim se serait certes plu à dénombrer, mais de la pacification de son propre territoire. L’inscription recueillie, en neuf exemplaires, dans les ruines du temple de Šamaš, commence par rappeler la campagne victorieuse que Iaḫdun-Lim avait conduite, premier de sa race, sur les bords de la Méditerranée et dans les montagnes de cèdres et de buis, à l’instar de Sargon d’Agadé. Revenant à Mari, le roi se heurte, la même année, à trois princes du Moyen-Euphrate, qui avaient reçu l’appui d’un condottière fameux du pays d’Alep, Sumu-epuḫ65. A peine les a-t-il défaits et a-t-il démantelé leurs cités qu’il doit donner l’assaut à la ville de Ḫaman, construite par tous les « Pères de Ḫana » ; la place est détruite et rasée ; son roi, nommé Kaṣûri-Ḫalâ, est capturé ; sa population est déportée (Dossin, Iaḫdun-Lim, p. 13-15). Ainsi, d’après chacun des textes, Iaḫdun-Lim eut à lutter contre les Ḫanéens. Les deux expéditions sont probablement différentes ; en effet, tandis qu’une version parle de sept princes, l’autre nomme une ville et son roi. Mais il est fait usage de part et d’autre de la même expression : « Pères de Ḫana »66). Le titre se rencontre encore ailleurs. Iaḫdun-Lim avait entretenu de bonnes relations avec les « Pères » de l’Idamaraṣ (Dossin, Arch. ép., p. 109). Nous savons qu’il y avait des Ḫanéens dans le pays (cf. ci-dessus, p. 9) ; peut-on mettre cette circonstance en rapport avec le titre de « Père » donné à ses chefs ? De toute façon, nous nous trouvons en présence d’une même organisation politique, une confédération de petits princes indépendants.

  • 67 La mention de la ville de Ḫaman semble contredire les observations faites précédemment au sujet de (...)
  • 68 Iaḫdun-Lim nomme son père dans ses deux inscriptions de fondation. Dans la lettre qu’il adresse à (...)
  • 69 D’autres épisodes sont rappelés dans les noms des années de règne du souverain (voir G. Dossin, St(...)
  • 70 Sur l’identification de ce canal avec le nahr Dawrîn, dont on reconnaît encore les traces aujourd’ (...)

49Ce renseignement nous aidera à remonter plus haut dans l’histoire des Ḫanéens. Ils étaient installés déjà solidement dans la contrée avant le temps de Iaḫdun-Lim67. L’ébranlement provoqué par la chute de la IIIe dynastie d’Ur se fit sentir jusqu’à Mari. S’il permit aux anciens vassaux de la dynastie déchue d’affirmer leur indépendance, il dut entraîner en même temps, par suite du morcellement politique et, partant, de l’insécurité, un recul de la civilisation urbaine. Entre l’époque des grands « patésis » de Mari, vassaux d’Ur, et celle de la dynastie qui s’éteignit avec Zimri-Lim, s’étend une période mal connue, mais on peut raisonnablement supposer que c’est vers ce temps-là que les Ḫanéens firent leur apparition sur le Moyen-Euphrate. Les origines de la dynastie des « Lim » sont encore obscures. Le premier nom connu est celui de Iaggid-Lim, père de Iaḫdun-Lim, mais nous n’avons sur lui que des témoignages indirects68. Il entra en conflit avec Ilâ-kabkabû, père de Šamši-Addu ; les deux adversaires n’étaient certainement que des roitelets locaux, aux moyens limités. Avec Iaḫdun-Lim, la situation change. On a vu ses exploits sur le plan extérieur69. A l’intérieur, selon les inscriptions précitées, le nouveau roi restaure les murs de Mari et de Terqa, construit à l’écart de l’Euphrate une ville qui porte son nom et creuse, pour l’alimenter en eau, le canal Išîm-Iaḫdun-Lim70 ; il bâtit un temple en l’honneur de Šamaš. Quand il proclame qu’il a affermi les fondements de Mari, il est permis de le croire, car les travaux qu’il avait entrepris exigeaient un pays unifié et stable. Or, pour faire régner la paix, il fallait d’abord l’imposer à ceux qui ne cessaient de la troubler, les non- sédentaires. Ce fut précisément une des tâches essentielles de Iaḫdun-Lim, le premier artisan de la grandeur de Mari, de mettre un terme à la puissance des Ḫanéens. Désormais, ils se soumettront à la loi des habitants des villes et feront cause commune avec eux. Dans la correspondance, il n’est plus question de rois ni d’indépendance pour les Ḫanéens ; ils sont tombés entièrement sous le contrôle des souverains de Mari.

  • 71 Pour ne point préjuger la question, j’emploie à dessein le terme trop vague de « ouest-sémitique » (...)
  • 72 Auparavant, on connaissait seulement les noms de trois Ḫanéens : Ša-pi-Èl (ARM, II, 79 :13), Ia-sa (...)
  • 73 Par exemple, Me-et-ine-ú-um (col. I, l. 3) et Me-zi-ri (col. V, 1. 22, 34).

50Tout ce que nous venons de voir laissait présager que l’arrivée des Ḫanéens se rattachait à la grande migration des populations « ouest-sémitiques »71. La publication récente, par M. Birot, d’une longue liste de rationnaires comprenant un important contingent de Ḫanéens [RA, 49 [1955], p. 16-19), confirme définitivement cette vue72. En effet, la plus grande partie des noms relève de l’onomastique « ouest-sémitique ». Ce n’est pas sans intérêt que l’on y remarque des noms portés par d’illustres personnages, à Babylone et à Ugarit : Ḫa-mu-ra-bi (col. II, l. 52) et Ia-qa-rum (col. II, l. 23) ; Sur un total d’environ deux cent vingt-cinq noms suffisamment bien conservés, il n’y en a pas vingt-cinq qui soient accadiens. A peu près autant sont encore difficiles à classer pour le moment, mais plusieurs d’entre eux doivent être « ouest-sémitiques ». Il n’est pas exclu que l’un ou l’autre soit étranger au monde sémitique73 ; dans ce cas, ils constitueraient une exception que pourraient expliquer les contacts des Ḫanéens avec les autres groupements ethniques de la Haute Mésopotamie. Nous avons donc affaire à des clans d’origine « ouest-sémitique », qui achèvent de se fixer sur les rives de l’Euphrate au temps de Zimri-Lim.

  • 74 Cf. Ch. Jean, RÉS, 1941, p. 99 ; St. mariana, p. 85. Sur la signification du nom, que Bauer consid (...)

51Par la même occasion, cette précieuse liste nous renseigne sur les sentiments religieux des Ḫanéens. Comme on l’a déjà observé à propos de la population « ouest-sémitique » en général (cf. Bauer, Ostkan., p. 91), c’est le dieu El qui intervient le plus souvent dans les noms théophores. Suivent, dans l’ordre, Adad, Ḫammu, — sous ses diverses graphies, — Ištar, Lim, Dagan et Eraḫ, pour s’en tenir aux divinités qui paraissent jouer un rôle important. On notera la place occupée par le dieu Lim, dont le nom revient à huit reprises. Or on sait que ce dernier était particulièrement vénéré à Mari, au point qu’on a pu le considérer comme le patron de la dynastie74.S’il ne s’agit pas d’un culte plus ou moins localisé, il est permis peut-être de voir dans cette circonstance un indice tendant à établir que la famille régnante était elle-même d’origine ḫanéenne.

  • 75 Cf. G. Dossin, RHA, 5 (1939), p. 74-75 ; E. Weidner, Bibl. orient., g (1952), p. 158.

52Une lettre de Baḫdi-Lim, préfet du palais de Mari, à Zimri-Lim contient un passage fort intéressant, auquel il a été fait allusion plus haut (p. 31). Il mérite d’être reproduit en entier : « Que [mon seigneur] honore sa tête royale ! [Si] tu es le roi des Ḫanéens, tu es [aussi] secondement le roi de l’Accadien. Que [mon seigneur] ne monte pas de chevaux, que ce soit dans un char (iṣnu-ba-lim) ou sur des mules seulement que mon seigneur monte, et qu’il honore sa tête royale ! » (ARM, VI, 76 : 19-25). On a déjà souligné l’apparition relativement fréquente du cheval dans les textes de Mari et de Chagar Bazar (cf. O’Callaghan, Aram Naharaim, p. 69). Les attelages du prince Iasmaḫ-Addu sont renommés (cf. Gadd, Chagar Bazar, nos 972 et 981) ; Šamši-Addu insiste pour que son fils les lui envoie à l’occasion de la fête de l’akîtu, car les délégués du roi d’Esnunna seront présents (ARM, I, 50). On élève des chevaux dans le district de Kirdaḫat (Gadd, Chagar Bazar, n° 929 ; cf. n° 938) ; à Chagar Bazar, c’est-à-dire Šubat-Enlil, il y a des chevaux (ibid., n° 979) et même des entraîneurs : awilmu-ša-ḫi-zi (ibid., nos 946 et 968). Un messager de Zimri-Lim revient d’Elaḫut, en Mésopotamie supérieure (cf. ci-dessous, p. 254, n. 2), en compagnie d’un homme de cette ville ; ils mènent avec eux dix ânes et un cheval, que des brigands leur ravissent (ARM, II, 123). Zimri-Lim a chargé son ambassadeur auprès du roi de Carkémis, Aplaḫanda, de lui demander des chevaux blancs pour attelage. Aplaḫanda fait répondre qu’il n’en a pas pour le moment, mais qu’en attendant, il fera conduire à Mari des chevaux bais originaires de Ḫarsamnâ, une région d’Asie Mineure réputée pour ses chevaux75 (cf. G. Dossin, RA, 35 [1938], p. 120).

  • 76 Sur les diverses questions relatives au cheval, on pourra consulter la bibliographie donnée par O’(...)
  • 77 Avant l’époque des archives de Mari, le cheval était déjà connu des textes cappadociens. Voir à ce (...)

53En Syrie aussi, le cheval est bien connu. De nombreux documents économiques recueillis à Alalaḫ prévoient des rations de fourrage pour des chevaux (Wiseman, Alalakh, n°s 239, 241, 243, 244, 249, et passim) ; certains appartiennent au roi (nos 240, 245), d’autres, au « Grand Roi » (n° 269,1. 48, 70), qui doit être le souverain d’Alep. Un cheval fait partie du prix d’achat d’un village (n° 54, l. 8). Un homme exerce la profession de gardien de chevaux (ibid., p. 159, s. v. rê’um). C’est d’une région encore plus méridionale, au sud de Qatna en tout cas, que proviennent les chevaux « amorrhéens » dont il est question à plusieurs reprises (cf. ci-dessous, p. 179). Qatna même semble être le centre d’un commerce de chevaux. Sur le désir d’Išme-Dagan, le roi de Qatna, Isḫi-Addu, lui a procuré deux chevaux de grand prix, mais en contrepartie des dix mines d’argent qu’ils représentent, il n’a reçu que vingt mines d’étain. Et Išḫi-Addu de blâmer la conduite mesquine de son « frère » (ARM, V, 20). Ce qui nous frappe dans cette affaire, c’est que le souverain assyrien fait venir ses chevaux de Syrie et non des régions montagneuses de l’Est, où l’on s’accorde à situer l’habitat primitif du cheval76. Ceci signifie que l’élevage du cheval était déjà pratiqué à cette époque en Anatolie, comme le révèle de son côté la mention de Ḫarsamnâ, d’où il avait pénétré en Syrie du Nord et en Mésopotamie77.

  • 78 Cf. notamment H. A. Potratz, Das Pferd in der Frühzeit, Rostock, 1938, p. 22-23. Pour les périodes (...)

54La route suivie par le cheval ne nous est pas indifférente, parce que les Ḫanéens semblent avoir été en contact avec lui. En effet, le discours de Baḫdi-Lim prouve deux choses. D’abord, que l’idée de monter à cheval n’était pas absolument étrangère aux esprits, puisque le roi est invité à ne pas le faire. Or, jusqu’ici, cet usage était considéré comme beaucoup plus récent ; la charrerie a notoirement précédé la cavalerie78. Toutefois, il n’est jamais question de chars de combat à Mari ; le cheval est toujours employé à des fins pacifiques, surtout pour la pompe. En second lieu, qu’il y a un lien entre les traditions ethniques et l’emploi du cheval. Si le souverain entend garder sa dignité, il ne doit pas oublier qu’il compte parmi ses sujets aussi bien des Accadiens que des Ḫanéens ; par conséquent, il ne se permettra pas de monter à cheval, mais il se présentera dans un char ou bien à dos de mule. Pour les Accadiens, c’est la mule (kudanum) l’animal noble ; quant au cheval, on peut l’atteler, mais non le monter. Les Ḫanéens, eux, ne feraient pas d’objection, semble-t-il. Est-ce parce qu’ils n’avaient nul respect des convenances ? Mais la pratique de l’équitation n’est pas attestée ailleurs ; on ne peut l’imputer à la population locale. On en arrive finalement à penser que ce sont les Ḫanéens eux-mêmes qui l’avaient fait connaître.

  • 79 Cf. A. Goetze, Hethiter, Churriter und Assyrer, Oslo, 1936, p. 110-111. Notons que J. Lewy a même (...)

55On attribue généralement l’introduction du cheval en Mésopotamie aux éléments indo-européens qui se sont mêlés aux différentes vagues d’envahisseurs venus des montagnes de l’Est, comme les Cassites. On sait aussi le rôle que les Hurrites ont joué dans le développement de la charrerie79. Pour les Ḫanéens, ils n’ont pu apprendre à connaître le cheval qu’au contact d’une population déjà familiarisée avec cet animal. On ne saurait imaginer d’autre intermédiaire que les Hurrites. Précisément, on le verra plus loin, les Hurrites étaient déjà nombreux à cette époque en Haute Mésopotamie et en Syrie septentrionale ; Ḫanéens et Hurrites ont vécu côte à côte dans le territoire qui s’étend du triangle du Ḫabur à l’Euphrate. Nous découvrons ainsi la voie suivie par les Ḫanéens pour pénétrer jusqu’à Mari, voie qui passait par les steppes de la Mésopotamie du Nord.

  • 80 Voir Taha Baqir, Sumer, 5 (1949), p. 45 et 69. Ḫana est orthographié Ḫi-na dans un cas (copie, p. (...)
  • 81 Une étude poussée des vicissitudes de Rapiqum, dont l’emplacement exact n’a pas été-retrouvé (cf. (...)
  • 82 Plusieurs lettres témoignent de l’avance des troupes d’Ešnunna le long du fleuve, au delà de Rapiq (...)

56L’intégration des Ḫanéens dans la population du Moyen-Euphrate, où l’élément « ouest-sémitique » tenait une grande place, dut s’accomplir sans difficulté. Néanmoins, leur présence dans la contrée ne fut pas oubliée de sitôt. Ceci explique l’usage de l’expression « pays de Ḫana » pour désigner le royaume de Mari, même à l’époque des archives. En effet, la 10e année de règne du roi Ibal-pî-El II d’Ešnunna est intitulée : « année où les armées de Subartu et de Ḫana furent vaincues par les armes »80. Par Subartu, il faut entendre de toute façon un territoire englobant l’Assyrie (cf. Gelb, HS, p. 42) ; Ḫana est le pays de Mari. La victoire d’Ešnunna fut acquise cinq ans après la disparition de Šamši-Addu, la 5e année d’Ibal-pî-El II étant datée de la mort du grand souverain. On sait que c’est à la suite de cet événement que Zimri-Lim put recouvrer l’héritage paternel. Les circonstances particulières qui déterminèrent la chute de Iasmaḫ-Addu à Mari et le retour de Zimri-Lim ne sont pas encore éclaircies. Toutefois, il paraît bien que Iasmaḫ-Addu parvint à se maintenir à Mari pendant quelque temps encore après la mort de son père (cf. J.-R. Kupper, RA, 42 [1948], p. 52), si bien que l’année envisagée nous porte, soit à l’extrême fin du règne de Iasmaḫ-Addu, soit au début de celui de Zimri-Lim. Or la date d’Ešnunna associe Mari et l’Assyrie ; comme, de toute évidence, Zimri-Lim ne pouvait être alors l’allié d’Išme-Dagan, qui avait succédé à Šamši-Addu sur le trône d’Assyrie, c’est la première hypothèse qui semble la plus légitime. On peut même se demander, comme M. G. Goossens me l’a suggéré, si ce n’est pas précisément cette campagne du roi d’Ešnunna qui aurait mis fin au régime « assyrien » à Mari, en frayant la voie à la reconquête de Zimri-Lim. La 9e année d’Ibal-pî-El II est marquée par la prise de Rapiqum, une ville qui avait appartenu antérieurement à Šamši-Addu81 ; sa capture permet de suivre la progression de l’armée d’Ešnunna en direction du Moyen-Euphrate82. Quelle que soit la chronologie adoptée, la date de la cinquième année après la mort de Šamši-Addu correspond, à Mari, à une époque de crise et d’affaiblissement. C’est pourquoi, Mari ayant perdu momentanément son prestige, Ibal-pî-El en revint à l’ancienne expression ; la chose s’explique d’autant plus aisément que le royaume était alors entre des mains étrangères.

  • 83 Išar-Lim : TCL, I, n° 237, sceau. (Ḫ)ammurapiḫ : Syria, 5 (1924), p. 276 (inscription sur ex-voto) (...)
  • 84 Ḫammurabi n’a pas rayé la ville de la carte, comme le montre notamment la lettre VAB, VI, n° 238 ( (...)

57Une situation semblable se représentera plus tard, après la chute de Zimri-Lim et la ruine définitive de sa capitale, sonnant le glas de la puissance politique des pays du Moyen-Euphrate. Pourtant, après quelques décades, postérieurement en tout cas au règne de Samsu-iluna, on voit apparaître un petit état indépendant, connu seulement par une douzaine de documents économiques, qui avait pour centre la ville de Terqa et qu’on a coutume d’appeler le royaume de Ḫana. A bon droit, car deux de ses princes, Išar-Lim et Ḫammurapih, s’intitulent « roi de Ḫana »83. On devine sans peine leurs raisons. Soucieux d’accroître leur prestige et d’asseoir plus solidement leur autorité, les nouveaux souverains reprennent souvent des titres anciens, même lorsque ceux-ci sont dépouillés de leur signification véritable. Or Mari était complètement déchue84 ; Terqa, qui abritait le sanctuaire principal du dieu Dagan, n’avait jamais accédé au rang de centre politique. De la titulature de Iaḫdun-Lim, Ḫana était le dernier lambeau dont on put encore se parer.

  • 85 Selon C. J. Gadd, le pays de Ḫana n’aurait été qu’une étape sur le chemin du retour (CR IIe RAI, p (...)

58La tradition était fortement ancrée, elle fut longue à disparaître. Encore plusieurs siècles plus tard, vers la fin du millénaire, un roi de Mari du nom de Tukulti-Mer se proclame roi de Ḫana, ainsi que son père Ilu-iqîša (cf. E. Weidner, Anal, orient., 12 [1935], p. 336-338). Il n’est donc pas surprenant que l’expression se retrouve même dans des documents extérieurs à la région. Un des rois de la dynastie cassite, Agum II, a raconté comment il envoya reprendre les dieux Marduk et Ṣarpanitum « au pays lointain, au pays des Ḫanéens (mât Ḫa-ni-i) », pour les ramener dans leur sanctuaire de l’Esagil (V R 33, col. II, 1. 9-17 = KB, III, p. 138-140). Il est difficile de voir dans Ḫa-ni-i, comme Albright l’a proposé, un gentilice tiré erronément de Ḫatti (BASOR, n° 126 [avril 1952], p. 25, n. 3). Si l’on doit admettre, au départ, une méprise de la part des scribes babyloniens, mieux vaut encore corriger franchement Ḫanî en Ḫattî, à la suite de B. Landsberger (Ass. Königsliste, p. 65, n. 160, et p. 116). Quoi qu’il en soit, il faut reconnaître que le pays de Ḫana ne méritait guère l’épithète de « lointain » (rûqti), du point de vue de Babylone, et qu’on n’a pu expliquer d’une manière satisfaisante pourquoi les dieux babyloniens y avaient été emmenés en captivité85.

59En revanche, les annales de Tukulti-Ninurta Ier n’offrent pas matière à contestation. Vainqueur de Kaštiliaš III, le roi d’Assyrie étend ses conquêtes et s’empare des pays de Mari, Ḫana (mát Ḫa-na) et Rapiqu (KAH, II, 60 : 69). Si les pays de Mari et de Ḫana sont réellement considérés comme des entités géographiques distinctes, il est possible que le second ait représenté la région de Terqa, centre de l’ancien royaume de Ḫana.

  • 86 Le texte vient d’être publié de nouveau et longuement commenté par E. Weidner (loc. cit., p. 1-24 (...)

60Il faut enfin citer pour mémoire la mention d’un pays de Ḫa-nu-ú, qui semble désigner un territoire extrêmement étendu, dans le célèbre texte géographique ΚAV, n° 92, décrivant l’empire de Sargon d’Agadé. On ne saurait en tirer parti ; elle provient d’un texte tardif, corrompu et souvent remanié, utilisant une nomenclature disparate86.

  • 87 D’après la collation de E. Weidner, loc. cit., p. 6, n. 15.

61Le pays de Ḫana figure également dans des listes géographiques. Un document étudié jadis par F. Weissbach livre l’équation suivante : kur Ḫé.a.na.ki = šad Ḫa-ni-e (ZDMG, 53 [1899], p. 657, col. II, l. 26). On ne peut douter que l’auteur songe à une montagne (à la ligne 10, on lit kur = šá-du-ú), mais, à voir la suite de l’énumération, on se demande s’il faut bien en tenir compte. Une seconde liste, provenant d’Assur (ΚAV, n° 183), est plus circonstanciée. Elle contient quatre colonnes, qui offrent successivement la prononciation sumérienne, la graphie sumérienne, la prononciation accadienne et la réalité géographique recouverte par l’expression à l’époque de la rédaction du texte. A la ligne 9 on lit : ku-ur-ḫa-an = kur Ḫé.a.na.ki = šad Ḫa-ni-ì = Ka[š]-šú-u lugúd.da.meš87.

  • 88 Voir Thureau-Dangin, Chron. Ire dyn. bab., p. 22-24 ; Landsberger, Ass. Königsliste, p. 62 et suiv

62La dernière équivalence de la série, la plus intéressante, reste malheureusement obscure. On se souviendra toutefois que c’est dans la région de Ḫana que l’on trouve les traces les plus anciennes de l’installation des Cassites, notamment avec le roi Kaštiliašu, l’un des représentants de la dynastie dite de Ḫana88. Il serait tentant de mettre le fait en rapport avec le terme Kaššû.

  • 89 La traduction « genévrier » est due à B. Landsberger : cf. W. von Soden, ZA, 43 (1935), p. 260. C. (...)

63Une montagne de Ḫana se rencontre aussi dans un document de caractère religieux. Parmi les montagnes que le texte énumère et qu’il convient d’invoquer pour obtenir l’absolution de ses péchés, on trouve : šad Ḫa-na (lipšur) šad burâši (II R 51, n° 1, l. 10a) « Que la montagne de Ḫana (absolve), la montagne du genévrier ! » L’allure artificielle du texte, qui contient bien des difficultés, empêche de se servir utilement du renseignement ; de plus, l’accord n’est pas fait sur le sens de burâšum (šim. li)89.

64Un seul texte historique nomme une montagne de Ḫana : c’est le monument bien connu sous le nom d’» Obélisque brisé ». La première partie du document relate les exploits cynégétiques d’un roi, dont l’identité est discutée (cf. ci-dessous, p. 123) ; ils ont notamment pour théâtre la montagne de Ḫa-a-na, au bord de la montagne des Lullubû (I R 28, 1. 17a). La graphie Ḫa-a-na est unique et le contexte nous mène en Mésopotamie orientale. La montagne de Ḫâna n’a donc rien à voir avec le pays de Ḫana, sur le moyen Euphrate ; en revanche, il faut peut-être y reconnaître la montagne sainte du texte précédent. Pour notre confusion, il se trouve malheureusement que la première liste géographique citée fait suivre la « montagne des Ḫanéens » de la « montagne des Lullubû » (l. 27).

65La question, secondaire pour notre propos, de savoir s’il faut, ou non, identifier ces prétendues montagnes avec le pays de Ḫana, en entraîne forcément une autre : avons-nous le droit d’utiliser ici les renseignements que nous fournissent les textes lexicographiques ? La montagne de Ḫana est évoquée seulement par des documents récents et elle ne peut rivaliser en réputation avec le pays de Ḫana, dont le souvenir s’est perpétué au moins jusqu’à la fin du deuxième millénaire. Les indications des textes lexicographiques, qui sont d’ordre matériel, ne peuvent convenir, à mon sens, qu’aux Ḫanéens riverains de l’Euphrate.

  • 90 JNES, 4 (1945), p. 160, 1. 73 : udu.nam.en.na = ḫa-nu-ú. Le terme hanû revient à la l. 265 du même (...)
  • 91 Les lignes 74-75 du texte offrent : udu.nam.en.na.AG.a = bit-ru-ú et šap-ṣu. L’éditeur de la table (...)

66La tablette de la série ḪAR.ra = ḫubullu qui traite des tissus et vêtements, énumère divers pays voisins de la Babylonie, renommés pour leur laine. Après Mari, Subartu, Élam, Gutium et Amurru vient la laine de ana : síg ḫé.a.na.ki = šu-tum, c’est-à-dire ḫanâtum (V R 14, l. 190-d). L’ordre géographique n’est pas respecté ; on relèvera aussi la distinction faite entre Mari et ana. La production de la laine est fonction de l’élevage du mouton. Or une autre tablette de la même série mentionne un genre de mouton appelé ḫanû90. Toutefois, le contexte est différent de celui qu’on attendrait et il n’est pas absolument certain que nous ayons bien affaire ici à des moutons d’origine ḫanéenne91.

  • 92 Pour l’identification de ce vêtement, la donnée fournie par la série SIG7. ALAM = nabnîtu : [túg]. (...)

67La tablette qui nous fait connaître l’existence de la laine ḫanéenne nomme aussi un vêtement d’un type particulier : túg. gab.gab ḫé.a.na.ki = ḫa-nu-ú (V R 15, l. 15c-d). Il pourrait s’agir d’un vêtement dont la mode avait été répandue par les habitants du pays de Ḫana92, à moins qu’il n’ait été tissé d’ordinaire avec de la laine dite « ḫanéenne ».

  • 93 Mu-tu-Ka-na-ta (ARM, IV, 80 : 10 ; cf. Dossin, ARMT, IV, p. 132) et Ḫa-na-ta-an (RA, 47 [1953], Ρ (...)
  • 94 Cf. S. Horn, ZA, 34 (1922), p. 130 ; Fr. Thureau-Dangin, RA, 33 (1936), p. 54.
  • 95 D’après la lettre babylonienne VAB, VI, n° 238, Ḫanat est soumise à l’autorité du gouverneur de Su (...)

68La relation qu’on a voulu établir entre Ḫana et la ville de Ḫanat a déjà été signalée. Cette ville avait pour patronne la déesse Ḫanat, à laquelle les habitants de Mari rendaient un culte peu fervent. Jusqu’à présent, en effet, on n’a relevé son nom qu’une seule fois93, sur une tablette de comptabilité qui enregistre la sortie des moutons destinés aux sacrifices en l’honneur des différentes divinités de la capitale (G. Dossin, St. mariana, p. 43, l. 15). Elle n’est l’objet d’aucune allusion dans les lettres ; deux noms propres seulement lui sont consacrés 1. La ville qui tire d’elle son origine (cf. G. Dossin, Syria, 21 [1940], p. 159) a son nom précédé parfois du déterminatif divin : dḪa-na-atki (ARM, I, 56 : 9 ; VI, 71 : 3, 2' ; Dossin, Arch. éc., p. 106). On sait qu’elle intervient également dans une lettre babylonienne plus récente que nos archives (VAB, VI, 238 : 14) et qu’elle réapparaît dans les documents assyriens sous la forme Anat et à l’époque classique sous la forme Anatho, pour survivre de nos jours dans la localité de ‘Ana(t), sur l’Euphrate, à environ 125 kilomètres en aval de Mari94. Elle faisait partie du pays de Suḫi95 et se trouvait en dehors du territoire ḫanéen proprement dit ; c’est autour de Terqa, à 200 kilomètres au nord, que se centrera le royaume dit de Ḫana, après la ruine de Mari. La reconnaissance de la nature réelle du pays de Ḫana permet d’écarter définitivement le rapprochement proposé.

  • 96 La plupart des listes citées ne sont ni transcrites in extenso, ni offertes en copie dans le volum (...)

69Le pays de Ḫana n’est pas seul à reparaître dans les sources postérieures aux archives de Mari ; on y trouve aussi la mention des Ḫanéens. Les témoignages les plus anciens nous sont fournis par les textes d’Alalaḫ de la seconde période, qui date du xve siècle avant J.-C. (cf. ci-dessous, p. 233). Le terme « Ḫanéen », devenu ḫaniaḫḫe en hurrite, y a acquis un sens particulier ; il s’applique maintenant aux membres d’une classe sociale inférieure, hommes ou femmes (Wiseman, Alalakh, nos 148 et 149). Dans les dénombrements, où les mariannu occupent le premier rang, les Ḫanéens sont associés parfois aux ḫupšu « manants » (ibid., nos 129 et 131) et enregistrés d’ordinaire dans la catégorie la plus basse, celle des ṣâbê namê (ibid., nos 133, 135, 143, 148, 149, 152), c’est-à-dire les « gens de la campagne ». A son tour, cette dénomination doit avoir une portée sociale, car les « gens de la campagne » constituent invariablement dans chaque village l’élément le plus nombreux. On y rencontre des artisans, comme des menuisiers (ibid., n° 134). En tout cas, il ne semble pas que l’on puisse admettre pour namû le sens de « campement », tel qu’il est attesté à Mari. Lorsqu’on dresse la liste des maisons d’une localité, on les distingue d’après le statut juridique de leurs occupants ; c’est ainsi qu’on dénombre les maisons appartenant aux Ḫanéens (ibid., nos 186, 187, 189, 190, 192, 198, 202, 226). Les Ḫanéens eux-mêmes exercent divers métiers ; on cite des musiciens, des bergers, des gardiens de chevaux et même des palefreniers royaux (nos 131 et 158). Certains viennent de l’étranger, par exemple du pays de Mitanni (ibid., n° 135). Comme le matériel onomastique de l’époque est hurrite pour la plus grande part, il n’y a pas lieu de supposer une exception pour les noms portés par les Ḫanéens96. L’évolution subie par le terme n’offre guère de difficulté ; les Ḫanéens installés dans le pays auront fini par s’assimiler complètement à la population locale, tandis que leur nom restait attaché à une catégorie d’individus peu considérés. Par conséquent, nous sommes contraints de postuler la présence, dans l’ancien royaume de Iamḫad, d’un nombre beaucoup plus grand de Ḫanéens que notre documentation ne nous le laissait croire. La raison de cette erreur de perspective gît dans le fait que la classe de textes, comprenant des recensements de tout genre, qui a été mise à profit pour la période récente, n’est pas représentée à Alalaḫ à l’époque antérieure.

  • 97 Une chronique, où figure le nom de Darius, mentionne des « soldats ḫanéens » : awilâbê Ḫa-ni-e (C (...)
  • 98 BM 35603, 1. 8 : ina mât Ḫa-ni-i. La tablette a été publiée par A. J. Sachs et D. J. Wiseman dans (...)
  • 99 On n’a pas à s’occuper ici des noms de personnes commençant par l’élément Han-, particulièrement n (...)

70De longs siècles plus tard, des textes néo-babyloniens emploient un terme ḫanû, qui semble spécialisé dans le domaine militaire97. Mais une liste chronologique récemment publiée rapporte que le roi Séleucus Ier fut assassiné dans le pays de Ḫanî98. Or les sources classiques nous apprennent que le souverain trouva la mort en Europe, sur la rive occidentale des Dardanelles. Il est clair que les soldats Ḫanéens des textes néo-babyloniens doivent être rapprochés de ce pays de Ḫanî, qui n’a rien à voir avec notre pays de Ḫana99.

71En parcourant l’ensemble des informations recueillies dans les archives de Mari, nous avons vu se dégager peu à peu la physionomie du peuple ḫanéen, peuple de moutonniers semi-nomades, en voie de sédentarisation, qui avaient autrefois dominé dans les steppes du Moyen-Euphrate, mais qui avaient fini par se ranger sous la tutelle des souverains de Mari, leur prêtant leurs bras pour défendre la vallée fertile contre les incursions de leurs frères du désert. Notre recherche a mis aussi en lumière la permanence du souvenir que les Ḫanéens avaient laissé dans le territoire où ils avaient choisi jadis de planter leurs tentes.

Notes

1 La graphie courante est Ḫa-na, mais c’est un pseudo-idéogramme, comme le prouvent les graphies phonétiques, plus rares, Ḫa-nu-ú (ARM, II, 79 : 13 ; 124 : 12 ; RA, 49 [1955], p. 19, col. V, 1. 58), Ḫa-ni-i (ARM, I, 128 : 5 ; 134 : 5, 15 ; et passim) et Ḫa-ni-i-im (V, 51 : II), qui établissent la forme Ḫanûm. On écrit indifféremment ḪA.NA (I, 6 : 26, 41 ; 87 : 4 ; et passim) ou ḪA.NA.MEŠ (II, 1 : 10, 24 ; 14 : 8 ; et passim) le plus souvent, mais aussi ḪA.NA.Kl.MEŠ (I, 37 : 37), LÚ.ḪA.NA(.MEŠ) (II, 14 : 8 ; 53 : 10 ; Jean, Arišen, p. 22, 1. 2', 7', 13'), et même LÚ.ḪA.AN.MEŠ (RA, 33 [1936], p. 172,1. 9) et ḪA.NA.A (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 989, avant-dernière ligne). A noter aussi l’écriture irrégulière Ḫa-nu (Jean, Arišen, p. 22, 1. 8').

2 Un billet du gouverneur de la ville annonce qu’une délégation d’Anciens des Ḫanéens est partie pour la capitale (ARM, III, 65). Des Ḫanéens paissent leurs troupeaux aux environs de Dûr-Iasmaḫ-Addu (V, 81 : 9-12). une localité qui est à situer dans la région de Sagarâtim, selon Dossin, Arch. èp., p. 115 ; elle est sise en tout cas entre cette ville et Terqa (cf. ARM, V, 65 : 17-24). Dans Bibl. orient., 9 (1952), p. 168-169, j’ai proposé d’identifier Sagarâtim avec l’actuel village de Sečer, sur la rive gauche du Ḫabur, à une vingtaine de kilomètres de son embouchure ; A. Goetze est arrivé, de son côté, à une conclusion identique (Itinerary, p. 58). Toutefois, M. Dossin, qui a procédé à une brève reconnaissance archéologique sur les deux rives du Ḫabur, de son embouchure à Tell Ṣuwar, en décembre 1952, me signale que le prétendu tell de Sečer, qui figure sur la carte publiée dans ARMT, III, p. 112, n’est en réalité qu’une colline appartenant à la falaise qui borde par places la rivière. Aussi bien, sur la rive gauche du Ḫabur, entre Besireh et Tell Cheikh Ahmed, situé à une vingtaine de kilomètres au nord de Ṣuwar, on ne relève pas trace de vestiges antiques. Quant à la rive droite, trois tells jalonnent la vallée entre l’embouchure du Ḫabur et Ṣuwar : le tell Djib, le tell Talfis et le tell Fedein. Le premier est insignifiant ; le second, plus important, n’a pu cependant recouvrir les restes d’une grande ville. Il en va tout autrement du tell Fedein, qui se présente avec des ruines s’étendant sur une superficie d’environ 800 m. de long sur 200 m. de large ; le tell atteint 25 à 30 m. de hauteur à son point culminant. Ces ruines, situées à peu près à mi-chemin entre Ṣuwar et Besireh, marquent certainement l’emplacement d’une ville ancienne considérable. On pourrait y chercher l’emplacement de Sagarâtim. Mais le site de Ṣuwar, proposé autrefois par M. Dossin (Signaux, p. 185, n. 2), peut également entrer en ligne de compte, bien que son éloignement de Terqa, la capitale du district voisin, rende l’hypothèse moins vraisemblable. J. Lewy est d’avis qu’il y avait deux villes de Sagarâtim ; il place la première à Sečer et la seconde sur l’Hirmas (Mél. Lévy, p. 301-304).

3 Qattunân, sur le Ḫabur, est l’étape obligée en direction des villes de la Haute Mésopotamie. C’est à cet endroit, semble-t-il, que la rivière cessait d’être navigable (cf. ARM, l, 7 : 24 ss. ; 98 : 17 ss.). A. Goetze a suggéré (loc. cit., p. 58, n. 38) d’identifier Qattunân avec la localité de Qatnu (Qa-at-ni, Qat-ni), où firent étape Adad-nîrâri II (KAH, II, n° 84, l. 109), Tukulti-Ninurta II (V. Scheil, Annales de Tukulti-Ninip II, Paris, 1909, rev., l. 27) et Aššur-nâṣir-apal II (Budge-King, AKA, p. 348, col. III, l. 5). D’après ces différents itinéraires, Sûru étant identifiée avec Ṣuwar et Šadikanni étant placée vraisemblablement à ‘Arbân (cf. en dernier lieu E. Unger, BASOR, 130 [avril 1953], P· 20-21), Qattunân /Qatnu serait à rechercher en aval de Tell Sheddade.

4 La lecture « occidentale » Addu paraît désormais assurée : cf. J. Bottéro, ARMT, XV, p. 86, n » 399, 20.

5 L’habitude d’appeler Assur « la Ville », connue notamment par les tablettes cappadociennes, se retrouve également ailleurs ; c’est le cas par exemple, comme M G Goossens me l’a fait remarquer, dans la lettre CT, XXIX, 24 (= VAB, VI, n° 112) en provenance d’Assur (à preuve, le nom de l’expéditeur et la mention du dieu Assur, invoqué en dernier lieu dans la salutation), où l’on relève trois fois l’expression ištu âlim « de la ville », sans autre référence. La ville d Assur n’est donc pas absente des textes de Mari, circonstance qu’on estimait favorable à son identité avec Šubat-Enlil (cf. Gelb. HS, p. 43. n. 134). La « Ville » (âlumki) est encore attestée dans d’autres lettres de Mari : ARM. I. 36 : 6 ; 69 : 8 ; 110 : 10. 18 ; 116 : 28 ; 44 : 43, 44 ; certains passages sont douteux : 1, 86 : 17 ; 106 : 5 ; IV, 27 : 35 51 : 24. A la vérité, ces références sont peu nombreuses, mais il est normal que la correspondance échangée avec Mari s’occupe plus spécialement de la partie occidentale de l’empire. Ninive non plus n’est pas citée souvent (1, 7 : 13, 10 : 10' ; 60 : 14'. Il faut ajouter que la ville d’Assur apparaît aussi sous son vrai nom (II, 42 : 10', 14').

6 A la ligne 13, il faut restituer, collation faite sur l’original, nu-ba-at-ta-t [u-ia] « [mes] étapes ». Ce point important semble avoir été négligé par J. Lewy dans son étude sur l’itinéraire en question (Studies, p. 1 et suiv.), si bien que les deux premières étapes qu’il a en vue sont démesurées ; il n’a pas été tenu compte ici des localisations proposées dans cette étude, parce qu’elle postule au départ l’identification de Šubat-Enlil avec Assur.

7 Des archives de Chagar Bazar provient un bon de sortie de fourrage destiné à des bœufs appartenant à la ville de Talḫayûm, « lorsqu’ils partirent de Tillâ » (Gadd, Chagar Bazar, n° 952, p. 51). Talḫayûm ne doit pas être bien loin, des troupeaux de bœufs ne pouvant parcourir de longues distances. Sur Tillâ, voir aussi ci-dessous, p. 8, n. 1.

8 Sur l’importance stratégique de Chagar Bazar, voir M. E. L. Mallowan, Iraq, 3 (1936). P. 7 ; 4 (1937), P. 92.

9 La grande majorité des 94 textes catalogués appartient à quelques mois d’une seule année (cf. Gadd, Chagar Bazar, p. 23), et parmi les documents datés de cette année, près d’un tiers se rapporte aux mêmes circonstances (cf. ci-dessous, p. 24). Il est permis de croire qu’il y avait là un important dépôt comptable, qui a échappé aux recherches ou qui avait disparu depuis longtemps. Notons que le bâtiment où l’on a recueilli, dans une seule chambre, l’ensemble des tablettes, n’a pas été complètement dégagé (cf. M. E. L. Mallowan, Iraq, 9 [1947], P. 82 et plan, pl. LXXXIII).

10 ŠE.BA É Šu-ba-at-dEn-lilki : Gadd, Chagar Bazar, n° 980, p. 56 ; nos 985 et 986, p. 57 ; nos 998 et 1000, p. 60.

11 ŠE.BA é-kál-lim : ibid., n° 974, p. 54 ; n° 982, p. 56 ; n° 987, p. 57 ; n° 993, p. 59.

12 On pourrait objecter qu’on trouve également un état du personnel employé au palais d’Êkallâtum (n° 991, p. 58 ; cf. aussi n° 932, p. 49), mais il s’agit d’un recensement (IGI.LÁ), sans indication de rations. La présence de ce document, envoyé vraisemblablement pour contrôle à Chagar Bazar, ne fera donc que rejoindre mes conclusions.

13 A Chagar Bazar comme à Mari, NÍG.DU se trouve pour naptanum et désigne « le repas » (cf. apud J. Bottéro, ARMT, XV, p. 92 ; A. Falkenstein est arrivé de son côté à la même conclusion : Bibl. orient., II [1954], p. 114). Le document porte donc bien sur les rations (un sila de pain et un sila de bière par jour) distribuées aux hommes de Kirdaḫat.

14 Le nombre d’hommes n’est pas donné, mais il est calculé sur la base du n° 926 (3 250 sila, à raison d’un sila par tête). L’indication i-nu-ma te-bi-ib-tim est omise sur la tablette en question, mais elle apparaît sur une autre tablette du même groupe (n° 956), ainsi que la mention du lîmu, qui figure partout ailleurs. La première date que l’on relève est celle du 6e jour de Magrânum (n° 921 ; peut-être déjà le 4 : 924, ou le 5 : n° 962), la dernière, du 15 du même mois (n° 957). Livraisons de fourrage pour les attelages de Iasmaḫ-Addu : nos 972 et 981.

15 Le sceau de Mašum n’est apposé que sur les tablettes appartenant à ce groupe (cf. Gadd, Chagar Bazar, p. 40). Sur le personnage de Mašum, voir G. Dossin, St. mariana, p. 60, n. 19, et ci-dessous, p. 194.

16 Cf. Gadd, loc. cit., p. 28 et 33, qui observe toutefois que le silence des tablettes quant au travail du métal est peut-être fortuit. Un inventaire du personnel occupé dans les ateliers textiles de Chagar Bazar ne livre que 140 noms environ (ibid., n° 992, P. 58).

17 Lire ma-ri-i et non ba-ri-i : 1o le signe est clairement ma dans le seul texte reproduit (n° 976 : II, pl. II) ; 2° un des chefs-bouviers mentionnés dans ce texte se nomme Ia-ku-ia (l. 8) ; or, ailleurs (n° 983 : 1, p. 56), on confie à ce personnage un bœuf a-na nam-ra-tim « pour l’engraissement » (cf. W. von Soden, Orient., N.S., 21 [1952], p. 79 ; A. L. Oppenheim, JNES, 11 [1952], p. 132) ; 3° le terme marûm est attesté maintenant à Mari (cf. Dossin, ARMT, V, p. 135, note au n° 46).

18 Le premier signe : NU ou BE, est douteux (cf. Gadd, Chagar Bazar, p. 24).

19 Les considérations théoriques ne sauraient prévaloir sur les données des textes. C’est pourquoi je ne puis accepter les conclusions de J. Lewy dans l’étude mentionnée ci-dessus, p. 3. Il n’est pas possible d’étudier ici en détail l’itinéraire d’Urbana. Notons toutefois que la reconstitution offerte par J. Lewy présente de sérieuses difficultés. Ainsi, il faudra cinq étapes à la troupe pour parcourir les 40 km. Qui séparent Sippar de Mankisum. En revanche, il y a plus de 200 km. à vol d’oiseau entre Ḫarrân et Atmi ; or la distance sera couverte en trois étapes. On s’étonne aussi de rencontrer sous le calame du scribe babylonien le terme employé par Šamši-Addu pour désigner le quartier officiel de la capitale assyrienne.

20 A. Goetze a attiré l’attention sur des tablettes à attribuer au règne de Narâm-Sin d’Ešnunna et qui sont datées de la prise d’Ašnakkum (Itinerary, p. 59). Ceci en dit long sur l’étendue des conquêtes de ce souverain, qu’il faut vraisemblablement identifier avec Narâm-Sin d’Assur (cf. W. von Soden, WO, 1, 3 [1948], p. 191, n. 2 ; Landsberger, Ass. Königsliste, p. 35, n. 24). De toute façon, la campagne de Narâm-Sin avait eu lieu avant l’avènement de Šamši-Addu, mais les rois d’Ešnunna n’avaient pas oublié la route de la Haute Mésopotamie, du temps de Zimri-Lim. Dans la lettre ARM, II, 21, il est expressément question des menées de l’« homme » d’Ešnunna dans le Haut-Pays (1. 17-18). Dans la lettre II, 135, le représentant de Zimri-Lim à Ilânṣûrâ signale qu’un contingent de soldats ešnunnéens (pour la restitution awîl au lieu de a-na au début de la 1. 14, voir A. Finet, ARMT, XV, p. 122, n. 1) a quitté Šubat-Enlil, se dirigeant soit vers Ašnakkum, soit vers Šurušim. L’itinéraire d’Urbana permet à présent de voir clair dans cet épisode. Comme l’expéditeur de la lettre fait part de la nouvelle le jour même où les troupes se sont mises en marche, on peut en conclure que les villes de Šubat-Enlil et d’Ilânṣûrâ ne devaient pas être trop distantes l’une de l’autre. Le roi d’Ilânṣûrâ propose à Zimri-Lim d’attaquer avec lui Tillâ, la première station vers le sud en venant de Šubat-Enlil (ARM, II, 62 : 16’-21’). Notons que la ville d’Ilânṣûrâ, qui apparaît également dans un texte de Boghaz-Köi, a été située beaucoup plus à l’ouest par W. F. Albright, entre Ḫarrân et Carkémiš (BASOR, n° 78 [avr. 1940], p. 29-30). J. Lewy, qui ne fait pas mention de la ville d’Ašnakkum des lettres de Mari, situe une (seconde) ville d’Ašnakkum en Assyrie, au sud du Zab inférieur (Mél. Lévy, p. 308-310).

21 Cf. Bilgiç, Ortsnamen, p. 23, et Goetze, Itinerary, p. 67. L’hypothèse de J. Lewy, qui place Naḫur près de l’embouchure du Balîḫ (Studies, p. 280-286), s’insère dans une tentative plus vaste, visant à retracer les voies commerciales qui reliaient Assur à Kaniš ; ses résultats ont été infirmés sur bien des points par l’étude de Goetze. La ville de Naḫur fait partie du royaume de Zimri-Lim ; elle est administrée par le gouverneur Itûr-Asdu (cf. G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 992 ; Signaux, p. 184 ; RA, 42 [1948], p. 125).

22 Pour Talḫayûm dans les textes de Chagar Bazar, voir ci-dessus, p. 5, n. 1. D’autres indications intéressantes sont fournies par les archives de Mari, notamment l’énumération suivante : E-lu-ḫu-utki awilLu-ul-li-[e] Ḫa-aḫ-ḫi-imki ma-a-at Za-al- ma-qí-im[ki] Pu-ru-un-di-imki ù Ta-al-ḫa-yi-imki (Jean, Arišen, p. 20, 1. 27-30). Des gens de Talḫayûm et des Ḫabiru lancent ensemble un rezzou contre la ville de Lu-ḫa-ia, en face du pays de Zalmaqum (cf. ci-dessous, p. 254). Le roi de Talḫayûm porte un nom « ouest-sémitique » : Ia-wi-Èl (Dossin, Arch. éc., p. 109). Ces données (ajouter encore ARM, I, 53 : II ; II, 4 : 9 ; Jean, loc. cit., p. 23) ont conduit J. Lewy à abandonner sa première hypothèse, qui consistait à situer Talḫayûm /Talḫat en Anatolie, au nord du Taurus, et à localiser la ville en Syrie septentrionale, plus précisément en Cyrrhestique (Studies, p. 395, n. 4, et p. 425) ; les faits rapportés ici ne se concilient pas avec cette vue. A propos de Kirdaḫat, rappelons que les habitants du district qui portait ce nom se rendaient à Chagar Bazar à l’occasion de la têbibtum (cf. ci-dessus, p. 6). Une autre pièce comptable fait état de fourrage destiné à des chevaux et des ânes qu’on élevait dans le même district (Gadd, Chagar Bazar, n° 929).

23 Notons encore que Ḫurrâ est mise en relation avec Urgiš (ARM, II, 38 ; IV, 40) ; or nous savons maintenant, grâce à l’itinéraire d’Urbana, que le célèbre centre hurrite se trouvait à une étape seulement à l’est d’Ašnakkum (rev., col. III, 1. 22), ce qui a incité Goetze à le situer dans le secteur occidental du triangle du Ḫabur (Itinerary, p. 63). J. Lewy revient à l’hypothèse des deux Urgiš, plaçant l’une au sud-est de Nisibe et l’autre au delà du Tigre, près du Djebel Hamrîn (Mél. Lévy, P· 304-307). Sur Ḫurrâ, voir aussi Gelb, HS, p. 50-51, et Goetze, loc. cit., p. 59. J. J. Finkelstein a signalé récemment un texte inédit, qui situe Ašlakkâ en Mésopotamie : álAš-la-ak-kaki bi-ri-it nârim (JSC, 9 [1955], P. 1-3).

24 Cf. notamment Th. Jacobsen, AfO, 12 (1939), p. 364 ; Thureau-Dangin, Chron. 1re dyn. bab., p. 19-20 ; de Liagre Böhl, Bibl. orient., 8 (1951), p. 53 (où deux passages intéressants sont omis : PS, XVI, nos 80, l. 1 et 82,l. 6). Suivant l’inscription commémorant la fondation de Dûr-Samsu-iluna, publiée par A. Poebel dans AfO, 9 (1934). P. 241 et suiv., le pays d’Idamaraṣ s’étendait « de la frontière de Gutium à la frontière d’Élam » (col. 1,l. 25-28).

25 A première vue, un passage semble contredire cette affirmation : on avertit Zimri-Lim que des troupes élamites et ešnunnéennes se dirigent en formation vers l’Idamaraṣ (ARM, VI, 66). Mais précisément, la nouvelle vient du roi d’Ilânṣûrâ, Ḫali-sumu, et l’on sait que l’armée d’Ešnunna poussait parfois jusqu’en Haute Mésopotamie (cf. ci-dessus, p. 8, n. 1). Il n’est pas impossible d’ailleurs que les deux textes ARM, II, 135 et VI, 66 aient trait aux mêmes événements, le général Lawila-Addu, qui commande les troupes quittant Šubat-Enlil, étant connu pour son activité au sein de l’alliance élamito-ešnunnéenne (cf. les lettres de Ḫammurabi ARM, VI, 51 et 52). C’est parce que le territoire menacé se trouve en Haute Mésopotamie que Ḫali-sumu peut appeler l’Idamaraṣ « le pays de Zimri-Lim » (1. 5-6).

26 Les textes de Mari indiquent seulement que Kaḫat se trouve dans le Haut- Pays (références chez A. Finet, ARMT, XV, p. 128) ; la ville fut prise par Zimri-Lim (G. Dossin, St. mariana, p. 55, date n° 4). Elle est dans la sphère économique de Chagar Bazar (envoi de pain et de bière à Kaḫat : Gadd, Chagar Bazar, n° 994). Les sources plus récentes nous aident davantage. Kaḫat figure parmi les places fortes mitanniennes conquises par Adad-nirâri Ier (AOB, I, p. 58, et AfO, 5 [1928-1929], p. 97 ; cf. E. Weidner, AOB, I, p. 59, n. 9 et p. 164, et Goetze, Itinerary, p. 67). D’après la stèle d’Assur WVDOG, XXIV, n°41, la ville appartenait à la province de Nisibe.

27 Par suite de la disette (traduire l. 5-6 : « Depuis trois ans, à cause des sauterelles, mon district n’a pas fait [i-pu-ú š-ma] de moisson »), les gens du district passent au pays de Zalmaqum, c’est-à-dire la région de Ḫarrân, et à Iapturum, qui intervient dans l’itinéraire d’Urbana comme l’avant-dernière station avant Šubat-Enlil, en venant du Tigre (col. II, l. 13 ; cf. Goetze, Itinerary, p. 57, 71). Le passage de la lettre de Mari empêche de situer Iapturum dans la vallée du Tigre, au sud d’Assur, comme le veut J. Lewy (Mél. Lévy, p. 316-317).

28 Le texte offre : Ḫa-š [i(?)]-imki ša Me-im-bi-da (1. 32-33). Même si la lecture est exacte, il ne faut pas confondre la localité avec la ville de Ḫaššum, située au nord-est d’Alep (cf. W. F. Albright, ΒΑSOR, n° 78 [avr. 1940], p. 28, et A. Goetze, Kizzu-waina and the Problem of Hittite Geography, New Haven, 1940. Ρ. 72 ; pour Mari, aux références données par A. Finet, ARMT, XV, p. 125, ajouter ARM, VI, 20 : 8) ; c’est pour éviter toute méprise que l’on aura spécifié « de Membida ».

29 La lecture [Ḫa-n] ameš d’après G. Dossin, ARMT, IV, p. 82, n’est pas tout à fait assurée, car le signe lu [n]a semble bien commencer la ligne dans la copie ; cependant, on ne voit pas quelle autre restitution proposer.

30 Le troisième signe paraît être une forme archaïsante du signe AḪ, suivant une suggestion de M. Dossin. Un Ḫanéen en garnison à Mari s’appelle la-ku-un-su-mu-a-bi-im (RA, 49 [1955], Ρ. 16, col. IV, 1. II). A propos de ces noms composés avec le nom du fondateur de la première dynastie de Babylone, voir ci-dessous, p. 202, et M. Birot, RA, 47 (1953), p. 163, n. 1.

31 ARM, II, 48 : 8 ; 59 : 4 ; III, 15 : 10 ; G. Dossin, Mil. Dussaud, p. 989 ; Ch. Jean, RÉS, 1937, Ρ. 109.

32 ARM, II, 35 : 7-8, 19 ; Dossin, Arch. ép., p. 109, l. 25, 29 ; Mél. Dussaud, p. 986, N. 1, p. 987, 1re ligne ; Ch. Jean, RÉS, 1937, Ρ. 109· Le verbe est constamment šakânum.

33 ARM, III, 15 : 26-27 : Dossin, Mél. Dussaud, p. 989.

34 ARM, II. 59 : 4-6 ; III, 15 : 10-13 ; VI, 42 : 18-19.

35 Selon les contextes, G. Dossin a proposé de traduire nawûm par « steppe », « installation », « territoire » (Mél. Dussaud, p. 986, n. 1), mais, dans la pratique, le sens le plus courant est celui de « campement ». Les Benjaminites s’apprêtent à razzier un campement sur la rive de l’Euphrate (ibid., p. 988, premières lignes ; cf. ARM, III, 15 : 10-15) ou dans le pays de Šudâ (Mél. Dussaud, p. 991). On installe des gardes pour empêcher certains individus, — sans doute des Ḫanéens, — de se diriger vers le campement (ARM, II, 98 : 7'). C’est la même traduction qui se recommande dans les expressions ana pân nawîm (ARM, II, 27 : 4) et ana Saplit nawîm (IV, 7 : 10). Le cas est évidemment différent dans un passage où Zimri-Lim confirme une information relative au nawûm de Carkémiš (G. Dossin, RA, 36 [1939]. Ρ. 49). Ici, il faut faire appel au sens de « steppe », ou bien à celui de « campagne environnant (une ville) » qui est familier aux textes de la première dynastie babylonienne (VAB, VI, n° 17 : 11 ; n° 22 : 10 ; n° 77 : 5 ; BE, VI, l, n° 72 : 3) et aux documents d’Alalaḫ (cf. Wiseman, Alalakh, p. 10). Normalement, le sens de « steppe » appartient, dans les lettres de Mari, au terme kaṣûm ou qaṣûm (cf. ci-dessous, p. 85, n. 2). Un texte parle même du « campement de la steppe » : na-wi-im ṣa qa-ṣi-im (ARM, II, 35 : 9-10). Sur le terme namû dans la langue classique, voir Fr. Thureau-Dangin, RA, 39 (1942-1944), Ρ. 12, n. 1. Noter aussi l’équivalence na-mu-ú = » (= a-lum), fournie par la série malku-šarru (CT. XVIII, 28, rev., col. 1,1. 6).

36 On retrouve même le pluriel là où on attendrait le singulier. Le gouverneur de Terqa veut interdire aux Benjaminites, revenant du Haut-Pays, de rentrer dans leurs villes : « Personne ... ne pourra plus venir du Haut-Pays dans ses villes » (ARM, III, 12 : 25). On pense aussitôt au cri de guerre « Chacun à ses tentes, Israël 1 » (II Samuel, XX, 1). En deux cas seulement apparaît le singulier, mais chaque fois avec le suffixe possessif (ARM, II, 92 : 15 ; III, 38 : 21).

37 Le texte porte : « entre les villes (bi-ri-it a-la-ni-e), jusqu’à Ḫutnim et Appân ». Les deux localités nommées, dont la seconde est bien connue (cf. ARMT, XV, p. 121), n’ont rien de commun avec les « villes » ḫanéennes, non plus que Samanum, Ilum-Muluk et Mišlân ne sont à compter parmi les « villes » benjaminites (Dossin, Signaux, p. 179, 1. 10-15) ; il s’agit chaque fois des installations des non sédentaires situées entre ces différentes localités (cf. ci-dessous, p. 57).

38 Voir I. J. Gelb, JNES, 13 (1954), P. 210-211 : a-ši-bu-tu kúl-ta-ri.

39 Cf. W. F. Leemans, Legal and Economic Records from the Kingdom of Larsa, Leyde, 1954, P. 89-90.

40 Texte étudié par A. Goetze dans A JSL, 52 (1936), p. 154, n. 66.

41 Voir AfO, 7 (1931), pl. I, fig. 1 et 3 ; description par D. Opitz, ibid., p. 7 et suiv. Sur l’habitat des nomades d’après les sources assyriennes et bibliques, voir A. G. Barrois, Manuel d’archéologie biblique, I (Paris, 1939). P. 82-84.

42 C’est le cas dans une lettre du gouverneur de Terqa, qui signale le retour, dans son district, des hommes des « villes » benjaminites : « ils sont (re)venus du Haut-Pays dans leurs maisons (ARM, II, 58 : 8-10). Il est clair qu’il faut donner ici au terme bîtum le sens occasionnel de « tente ». De même, c’est dans la tente paternelle (i-na bîtâtḫá a-bi-šu-nu-ma) que les Ḫanéens de condition aisée qui vont monter la garde au palais de Šamši-Addu, continueront d’être entretenus (ARM, II, 1 : 22 ; cf. ci-dessous, p. 22). Dans la lettre VI, 42, où il est question d’un campement et de certaines tribus nomades, il faut lire textuellement i-na bi-ta-ti-ma « dans les tentes », au lieu de corriger en i-na bi-ri( !)-ti-ma « à mi-chemin », comme je l’ai fait à. tort (ARMT, VI, p. 66-67, 1. 15). Pour un emploi semblable du terme bîtum à propos de campements militaires, cf. Landsberger, Ass. Königsliste, p. 63 et p. 66, n. 167. On notera aussi que le mot kuštaru est parfois précédé, dans les textes assyriens, de l’expression bît ṣéri, en guise de déterminatif (cf. Delitzsch, HWB, p. 361).

43 Voir toutefois ci-dessous, p. 32. Le roi de Ḫana dont parle une lettre, malheureusement très mutilée, publiée par Ch. Jean, ne peut être que Zimri-Lim en personne. Le passage en question (Lettres, p. 75, n° 12, 1. 10'-11') doit être compris comme suit : « mes serviteurs qui demeurent chez Atamrum et Ḫammurabi [m’ont rapporté] ce qui suit : « Atamrum et Ḫammurabi (= sujets) le roi de Ḫana (= objet) ... (verbe disparu) ».

44 Nom. sg : su-ga-gu-um ARM, I, 6 : 18 ; III, 38 : 17 ; Mél. Dussaud, p. 98616 ; su-ga-ag-šu (-nu) ARM, IV, 1 :12, 21 ; VI, 40 : 7. Nom. plur. : su-ga-gu ARM, 1, 13 : 10 ; II, 18 : 9 ; 53 : passim ; III, 21 : 7 ; IV, 16 : 11' ; V, 2 : 4' ; 72 : 10' ; Mél. Dussaud, p. 986, 1. II. Plur. cas obl. : su-ga-gi ARM, 1, 13 : 8, 23 ; 128 : 10 13 : 10 ; 98 : 9’ ; 103 : 12 ; III, 6 : 17 ; IV, 7 : 11 ; 74 : 21, 29 ; V, 15 : 12 ; VI, 32 : 16 ; 38 : 6, 6', et su-ga-gi4 II, 92 :12. Même graphie pour le substantif dérivé : su-ga-gu-ut (ARM, 1, 119 : 5), su-ga-gu-tim (V, 24 :20). Cette unanimité confirme la restitution sú-qa-[am], au lieu de sú-qa-[] (IV, 64 : 2'), proposée par W. von Soden, Orient., N. S., 22 (1953), p. 205. Il faut noter aussi, pour être complet, la graphie aberrante, citée par G. Dossin dans RHA, 5 (1939), p. 72,1. 14' : su-ka-ki.

45 Il ne s’agit ni de l’antique ville de Dêr, à l’est du Tigre, qui n’est pas encore attestée dans les textes de Mari publiés jusqu’à présent (cf. toutefois Dossin, Arch. ép., p. 115, et St. mariana, p. 48), ni d’une localité homonyme, située apparemment dans le district de Mari (cf. ARM, VI, 3 : 5, 9 ; 6 : 6, 14, 16 ; 7 : 5 ; 30 : 4), mais bien d’une ville à rechercher dans la direction de la Haute Mésopotamie, étant donné que les rois du Zalmaqum projettent de s’en emparer.

46 Sur le šâpirum d’une ville et son rôle dans l’organisation judiciaire, cf. Walther, Gerichtswesen, p. 139 et suiv. ; O. Krückmann, RLA, I, p. 445.

47 Ailleurs, Išme-Dagan distribue des vêtements à plusieurs catégories d’officiers ; on y voit les sugâgu faire suite aux GAL.MAR.TU et aux GAL.KUD (ARM, IV, 74 : 21), mais leur mention à cette place est peut-être fortuite. Dans la lettre ARM, II, 103, les sugâgu sont associés aux laputtû, que le Code de Ḫammurabi dote d’attributions militaires (§ 33 et 34) ; l’expression âlišam « dans chaque ville » montre qu’il s’agit de fonctionnaires locaux.

48 On relève, à propos du même personnage, les deux graphies Sú-ga-gi (CT IV 30a, l. 10) et Su-ga-gi (PBS, VIII, 2, n° 223,1. 4 ; CT, IV, 31a, l. 5). Les signes ZU et SU peuvent aisément se confondre dans l’écriture cursive ; la seconde graphie, très nette dans les deux cas, oblige d’adopter la lecture avec S.

49 A Ešnunna et à Hafadjé, on trouve aussi la variante Sukakum (Th. Jacobsen, lac. cit. ; JCS, 9 [1955]. P. 84, n° 42, l. 7), comme elle est attestée exceptionnellement à Mari (cf. ci-dessus, p. 16, n. 1). On peut en rapprocher le nom de Sú-ka-ki-ia, livré par la liste de Chiera (loc. cit., l. 26) et par un texte de Larsa (YOS, V, n° 154, l. 7).

50 Avec G. Dossin, on rattachera gâyûm à l’hébreu Image img01.jpg « peuple » (ARMT, V, p. 141, note au n° 87). Malgré l’argumentation de M. Birot (RA, 47 [1953] P. 127). il n’y a aucune raison de donner au terme le sens de « territoire », qu’il ne possède pas en hébreu (notons aussi que les noms des différents ga-yu énumérés dans le document publié par M. Birot ne sont jamais suivis du déterminatif géographique ki), ni non plus de l’expliquer par l’hébreu Image img02.jpg « vallée ». En revanche, on peut se demander s’il n’y a pas un rapprochement à faire avec le qaum des Arabes, — d’où est venu notre goum, — qui désigne chez les nomades un groupe de familles soumises à l’autorité d’un même chef (cf. Dussaud, Pénétration des Araba, p. 145). En ARM, VI, 28 : 7-8, il est question d’inspecter ( ?) les Ḫanéens « section par section et clan par clan » (cf. A. Falkenstein, Bibl. orient., 13 [1956], ρ. 31). Le mot ḫibrum semble désigner également le « clan » ou la « tribu » (cf. ARM, I, 119 : 10 ; Bottéro, Ḫabiru, P. 204).

51 Ce sont, dans l’ordre où ils sont mentionnés : Ia-am( ?)-sa, Ia-ka-li-it, A-mu-rum, Ka-zu, Na-ḫa-an, Ni-ḫa-at (qui revient à Mari et à Ṣuprum), Ia-ba-sa et E-er-sa.

52 Pour des raisons de facilité, je me conforme à la lecture adoptée par G. Dossin, bien que la valeur ya du signe PI n’y soit pas assurée. Contrairement à mes conclusions antérieures (RA, 45 [1951], p. 127-128), il ressort de plusieurs textes inédits que cette valeur apparaît parfois à Mari (voir aussi J. Bottéro, ARMT, XV, p. 45). Elle est attestée d’ailleurs dans des documents apparentés. A Chagar Bazar, on relève la graphie Be-li-a-PI-a-ba-aš (Gadd, Chagar Bazar, p. 37) ; dans les contrats de Ḫana, [A]d-di-ia-AN (MAOG, IV [1928], p. 2, l. 12) est écrit également ad-di-PI-AN (Babyloniaea, III [1910], pl. XVII, rev., l. 19, et p.267, n. 1). Sur un même emploi de PI dans des textes littéraires datant de la 1re dynastie de Babylone, voir J. Nou-gayrol, RB, 59 (1952), p. 248, n. 3. Il reste toutefois que cette valeur n’est pas fréquente jusqu’ici. Pour une autre lecture du nom de la tribu, voir ci-dessous, p. 73, n. 1.

53 La localité de Dûr-Iasmaḫ-Addu, où les Iamaḫamû vont mener paître leurs troupeaux, ne serait autre, suivant une heureuse suggestion de A. Finet (ARMT, XV, p. 123), que la ville de Dûr-Iaḫdun-Lim, rebaptisée après le changement de régime. Dûr-Iaḫdun-Lim se trouvait aux confins des territoires de Terqa et de Sagarâtim (J.-R. Kupper, RA, 41 [1947], Ρ. 161).

54 Le correspondant de Zimri-Lim spécifie : « les Ḫanéens, serviteurs de mon seigneur » (l 11').

55 Le fait est sans doute à mettre en rapport avec la têbiblum des Ḫanéens dont il est question dans un texte de Chagar Bazar (cf. p. 6). La lettre ARM, II, l montre en effet que Iasmaḫ-Addu ne se trouvait pas à Mari (l. 6) et que c’est aux portes du propre palais de Šamši-Addu que les Ḫanéens désignés allaient monter rde.

56 Le préfet du palais signale au roi que les Ḫanéens recevront des « clous de bronze » (isà-am-ra-tim), mais qu’ils n’ont pas de na-ab-la-am ( ?) ; la mention des chefs de section et des laputtû fait croire qu’il s’agit là de préparatifs militaires (ARM, VI, 69). Ailleurs, le même fonctionnaire écrit ce qui suit à Zimri-Lim : « A Iattin-Eraḫ et à Innaḫan, qui vont aller à la tête des Ḫanéens, que mon seigneur fasse porter deux vêtements mardatum (ṣubâtmar-da-tim)... ! » (ARM, VI, 67 : 11-14). Est-ce en raison de leur grade que les deux officiers vont recevoir ce vêtement ou plus particulièrement parce qu’ils vont commander des Ḫanéens ? Le vêtement mardatum (s’il s’agit bien d’un vêtement) est bien connu à Mari (cf. ARMT, XV, p. 223) et dans l’Ouest : à Byblos (Dossin, Arch. éc., p. III), à Alep et à Carkémiš (G. Dossin, RA, 36 [1939], p. 48). Il apparaît également dans les tablettes cappadociennes et dans les textes de Nuzi (cf. E. R. Lacheman, BASOR, n° 78 [avr. 1940], p. 22 ; A. L. Oppenheim, JNES, 11 [1952], p. 136-137) ; en somme, partout à la périphérie de la Mésopotamie. Il doit être d’origine étrangère (il faut le séparer du ṣubâtmar-du-tu, du rituel royal assyrien : cf. K. Müller, MVAG, XLI, 3 [1937], p. 41, note à la col. II, 1. 45), mais le passage de la lettre ARM, VI, 67 ne suffit pas à attribuer aux Ḫanéens sa diffusion à Mari.

57 Deux termes servent à désigner les « rations » : NÍG.DU = napianum (cf. ci-dessus, p. 6, n. 1) et SÁ.SAG (sic, au lieu de SÁ.DUG4 : cf. J. Bottéro, ARMT, XV, p. 87) = sattukkum (pour le sens de « ration », voir W. von Soden, Orient., N. S., 21 [1952], p. 77, sub Nr. 15).

58 Selon une communication personnelle de M. A. L. Oppenheim, une autre allusion aux rites de purification est peut-être contenue dans un passage d’une lettre de Šamši-Addu à Iasmaḫ-Addu. « Purifie promptement les Ḫanéens, enjoint le roi à son fils ; consulte-toi avec Iarîm-Addu, puis qu’ils se rassemblent soit à Gaššim, soit à Šunêm, là où il y a de l’eau » (ARM, II, 1 : 24-28). Ce dernier détail pourrait s’expliquer par la nécessité d’avoir de l’eau en abondance pour accomplir les rites d’usage.

59 « Purification » des habitants du district de Kirdaḫat : nos 926, 950, 971, 978, 990 et 996 ; « purification » d’un groupe de Ḫanéens, conduits par Iasmaḫ-Addu : nos 921, 924, 925, 927, 935, 945, 956. 953. 957 et 962 (cf. ci-dessus, p. 6, n. 2). Les documents du premier groupe s’étendent sur six jours au moins, ceux du second sur une dizaine de jours, mais les hommes de Kirdaḫat et les Ḫanéens ne sont mentionnés que sur une seule tablette de chaque série (nos 926 et 957). On peut donc se demander si les rites purificatoires qui se sont déroulés pendant les journées en question n’ont concerné que ces seuls intéressés.

60 On trouvera un rapprochement avec la pratique romaine des lustrations dans mon article précité, St. mariana, p. 103-104.

61 Išar-Lim et Sin-tiri, qui s’occupent de la purification des gens de Kirdaḫat (Gadd, Chagar Bazar, n° 926), sont deux officiers supérieurs, bien connus par les lettres de Mari (voir ARMT, XV, p. 149 et 155). Il ne me paraît pas possible de suivre Mme H. Lewy, qui a proposé récemment de reconnaître dans Išar-Lim le roi de Ḫana de même nom (On Some Problems of Kassite and Assyrian Chronology, dans Mél. Lévy, p. 249-252). Aucun indice ne permet, dans la correspondance de Mari, d’accorder à Išar-Lim la dignité royale. C’est un fonctionnaire, chargé à peu près exclusivement d’affaires militaires. A ce titre, il s’intéresse parfois aux Ḫanéens qui sont enrégimentés dans l’armée. Ses activités l’appellent aussi bien dans le district de Mari que dans la Mésopotamie septentrionale ou dans la vallée du Tigre. Il fait partie du petit groupe de conseillers qui entourent le jeune Iasmaḫ-Addu, dont il se dit le « serviteur » ; suivant l’usage du temps, un prince vassal eût employé le titre de « fils ». Comme le pays de Ḫana et le territoire de Mari ne font qu’un (cf. ci-dessous, p. 30), il n’y a pas place pour un royaume de Ḫana sous le règne de Šamši-Addu. Le terme « Ḫanéen » peut être précédé du déterminatif LÜ (cf. ci-dessus, p. i, n. 1) ; il n’y a donc pas lieu de traduire awîl Ḫana dans le texte n° 957 de Chagar Bazar par « le prince de Ḫana ». Enfin, comme on l’a vu ci-dessus (p. 6, n. 1), le terme NÍG.DU, invoqué par Mme Lewy, ne désigne pas, à Mari, un tribut dû au roi, mais bien un repas.

62 Le terme têbibtum est employé dans un document juridique vieux-babylonien : a-šar te-bi-ib-tim i-na bît dŠamaš (BE, VI, 1, n° 15 : 16-17). c’est ici le substantif qui correspond à l’action exprimée par le verbe ubbubum, en usage dans la langue juridique de l’époque (voir par ex. VAB, V, n° 171 : 18 ; n° 194 : 28 ; n° 195 : 21 ; n° 283 : 14 ; Code de Ḫammurabi, § 266,1. 79) ; il s’agit d’un serment prêté devant la divinité, généralement Šamaš (qui est le dieu de la têbibtum : CT, XXIV, 39,1. 30), pour se justifier (voir le texte du serment assertoire prêté par le défendeur dans VAB, V, n° 283). Partant, aucun rapprochement à faire avec l’institution observée à Mari. On relève encore, dans des documents contemporains, le terme ebbûtum, attesté également à Mari. Nulle part, il n’offre un point de contact avec l’institution de la têbibtum ; les personnages désignés sous ce nom, toujours employé au pluriel, ne paraissent être que des agents subalternes. On les convoque pour la tonte des moutons (OECT, III, 8 :4) ou pour l’enlèvement d’un chargement de blé (TCL, XVII, 9 : 9) ; on leur concède des terres (TCL, VII, 6 : 4) ; on leur distribue des rations alimentaires (TLB, I, n » 42, 1. 15 ; n° 43, 1. 13) ; on prend note de leurs arriérés en blé (JCS, 4 [1950], p. 70, NBC 6801,l.2 [le premier signe est à lire LAL.U = ribbâtum]). A Mari, ils s’occupent de comptes relatifs à la fabrication de statues (ARM, I, 74 : 25, 31, 36) ou sont mis en relation avec des travaux agricoles (Jean, Lettres, p. 73, l. 12-13). Comme la têbibtum en tant que rite purificatoire est propre aux textes de Mari et que rien n’invite effectivement à en rapprocher les ebbûtum, la cause paraît entendue. Mais elle est remise en question par les textes de Chagar Bazar, où les personnages, hauts fonctionnaires, scribes et prêtres, chargés d’organiser ou de surveiller la têbibtum, sont qualifiés ensemble de awîlimeš eb-bu-tim (nos 971, 978, 990 et 996). Ici le rapprochement est indéniable, alors qu’il semblait exclu partout ailleurs. Jusqu’à présent, je n’ai trouvé à ce problème aucune solution satisfaisante. Notons enfin que le verbe ubbubum est connu dans la langue juridique des tablettes cappadociennes, où il signifie « dégager quelqu’un d’une obligation envers un tiers » (cf. G. Eisser et J. Lewy, M VA G, XXXV, 3/4 [1935]. P. 87-88). Le terme têbibtum a encore d’autres acceptions fort différentes ; il désigne en effet un récipient à clarifier les liquides (voir Oppenheim, Beer, p. 45, n. 43) et l’opération consistant à parer les dattes (B. Landsberger, MSL, I, p. 60, l. 14).

63 La correspondance appartenant à l’époque de Zimri-Lim nous montre divers personnages intervenant à Šubat-Enlil : Atamrum, roi d’Andariq (ARM, II, 41 :5 ss. ; Jean, Lettres, p. 75, n° 12, rev., l. 2' ss.) ; un certain Šupram (ARM, II, 109 : 4-5 ; la restitution awîl Šu-[bar]-ti-im, proposée par A. Falkenstein dans Bibl. orient., 11 [1954], P. 116 ne paraît pas convaincante, parce qu’on attendrait plutôt un titre : « Šupram, ... de Šubat-Enlil ») ; un commandant de troupes d’Ešnunna (II, 135 : 12-16) ; Qarni-Lim et le roi d’Ešnunna (Ch. Jean, RÉS, 1938, p. 129 ; 1939, p. 62-63). L’avant-dernier passage mentionné est particulièrement intéressant ; on y voit les rois des environs de Šubat-Enlil désigner le fils de Qarni-Lim pour exercer la royauté dans la ville. L’absence du roi d’Assyrie lui-même vaut d’être relevée ; oh ne peut citer à cet égard qu’un passage, malheureusement mal conservé, où l’on paraît craindre qu’Išme-Dagan ne s’empare de Šubat-Enlil (ARM, II, 49 : 5'-6'). Autant d’arguments défavorables à l’identification de Šubat-Enlil avec Assur.

64 Disque de fondation publié par Fr. Thureau-Dangin, RA, 33 (1936), p. 49, 1. 3-5. Dans la brique de fondation publiée par G. Dossin, la mention de Tuttul est omise (Iaḫdun-Lim, p. 12, l. 19).

65 Ce curieux personnage, qui combattit aussi bien Šamši-Addu que Iaḫdun-Lim, ne reçoit jamais le titre de roi ; c’est pourquoi G. Dossin le considère comme un chef de bande, le comparant à Aziru, dont les exploits nous sont connus par les lettres d’Amarna (Iaḫdun-Lim, p. 27).

66 Disque, col. I, l. 16 : ab-bu-ú Ḫa-na (Thureau-Dangin, loc. cit., p. 54, lisait erronément ap-pu-û-ḫa-na). Brique de fondation : a-bu-ú Ḫa-na (col. III, l. 29).

67 La mention de la ville de Ḫaman semble contredire les observations faites précédemment au sujet des « villes » ḫanéennes (ci-dessus, p.13). Mais Iaḫdun-Lim précise que la ville avait été construite par tous les chefs Ḫanéens ; il s’agissait donc d’un point fortifié, qui devait servir de refuge et de centre de ralliement.

68 Iaḫdun-Lim nomme son père dans ses deux inscriptions de fondation. Dans la lettre qu’il adresse à son dieu, Iasmaḫ-Addu raconte les démêlés de son grand-père Ilâ-kabkabû avec Iaggid-Lim (ARM, I, 3). Une ville portant le nom de Dûr-Igid-Lim est mentionnée dans une tablette de Terqa (BRM, IV, n° 52 : 34).

69 D’autres épisodes sont rappelés dans les noms des années de règne du souverain (voir G. Dossin, St. mariana, p. 52) : démantèlement de la ville de Zalpaḫ, en Mésopotamie supérieure, non loin des sources du Balîḫ (cf. ci-dessous, p. 49), et victoire sur Imâr, sise sur l’Euphrate, en amont de l’embouchure du Balîḫ (cf. ci- dessous, p. 97). Aucun des événements rapportés par les inscriptions de fondation ne figure dans la liste des noms d’années ; elle est donc incomplète, ce qui oblige à allonger le règne de Iaḫdun-Lim.

70 Sur l’identification de ce canal avec le nahr Dawrîn, dont on reconnaît encore les traces aujourd’hui, voir ma note dans Bibl. orient., g (1952), p. 168-169.

71 Pour ne point préjuger la question, j’emploie à dessein le terme trop vague de « ouest-sémitique » pour désigner les populations que l’on appelle d’ordinaire « amorrhéennes » (ou « amurrites ») ou encore « est-cananéennes ». Cf. Noth, Mari uni Israel, p. 127.

72 Auparavant, on connaissait seulement les noms de trois Ḫanéens : Ša-pi-Èl (ARM, II, 79 :13), Ia-sa-ra-am (VI, 68 :10’) et Sa-ma-... (Dossin, Arch. éc., p. 106, in fine), sans compter celui du roi Ka-šú-ri-Ḫa-la, vaincu par Iaḫdun-Lim (Dossin, Iaḫdun-Lim, p. 15, col. IV, l. 2). Un autre nom est livré par les textes d’Alalaḫ : cf. ci-dessus, p. 12.

73 Par exemple, Me-et-ine-ú-um (col. I, l. 3) et Me-zi-ri (col. V, 1. 22, 34).

74 Cf. Ch. Jean, RÉS, 1941, p. 99 ; St. mariana, p. 85. Sur la signification du nom, que Bauer considérait comme « accadien dialectal » (Ostkan., p. 77, 93) voir G. Dossin. St. mariana, p. 49-50 : Dhorme, Recueil, p. 760.

75 Cf. G. Dossin, RHA, 5 (1939), p. 74-75 ; E. Weidner, Bibl. orient., g (1952), p. 158.

76 Sur les diverses questions relatives au cheval, on pourra consulter la bibliographie donnée par O’Callaghan, Aram Naharaim, p. 69, n. 1. Une étude intitulée Hippologica Accadica a été annoncée par A. Salonen (Die Landfahrzeuge des alten Mesopotamien, Helsinki, 1951, p. 6).

77 Avant l’époque des archives de Mari, le cheval était déjà connu des textes cappadociens. Voir à ce sujet A. Goetze, Kleinasien, Munich, 1933, p. 72 ; J. Lewy. Ar. Or., 18, 3 (1950), p. 396, n. 150. Plus récemment, A. Falkenstein a attiré ‘attention sur une mention du cheval dans un hymne à Šulgi (ZA, 50 [1952], p. 77).

78 Cf. notamment H. A. Potratz, Das Pferd in der Frühzeit, Rostock, 1938, p. 22-23. Pour les périodes anciennes, l’auteur ne connaît qu’une empreinte de cachet datant de l’époque gutéenne, où l’on distingue un personnage à califourchon sur un animal qui pourrait être un cheval (L. Legrain, PBS, XIV, n° 154, p. 188 et pl. XI).

79 Cf. A. Goetze, Hethiter, Churriter und Assyrer, Oslo, 1936, p. 110-111. Notons que J. Lewy a même proposé d’expliquer par le hurrite le vocable qui désigne le cheval dans les langues sémitiques (loc. cit., p. 393 et suiv.).

80 Voir Taha Baqir, Sumer, 5 (1949), p. 45 et 69. Ḫana est orthographié Ḫi-na dans un cas (copie, p. 83) et Ḫé-naki dans tous les autres (copie, p. 81). L’identification avec notre pays de Ḫana ne fait aucun doute ; les textes lexicographiques et géographiques ont toujours recours, dans la colonne sumérienne, à la forme Ḫé.a. na.ki (cf. ci-dessous, p. 41 et suiv.).

81 Une étude poussée des vicissitudes de Rapiqum, dont l’emplacement exact n’a pas été-retrouvé (cf. A. Goetze, JCS, 4 [1950], p. 95 ; J. Lewy, Studies, p. 276, n. 4), aiderait à voir clair dans la chronologie relative de l’époque de Ḫammurabi. Sous le règne de Sin-idinnam, la ville semble dépendre de Larsa (A. Goetze, ibid., Ρ· 94-95). Plus tard, elle tombe aux mains du roi d’Ešnunna Ibiq-Adad II (cf. Th. Jacobsen, Gimilsin Temple, p. 127-130). Mais, par la suite, elle retrouve son indépendance. Un souverain d’Ešnunna, que Jacobsen identifie avec Daduša (ibid., p. 129), marie sa fille au prince de Rapiqum. Du temps de Rîm-Sin, la cité se joint à Uruk, Isin, Babylone et aux Sutéens dans une vaste coalition, qui est défaite par le roi de Larsa en la 13e année de son règne (formule de la 14e année). Peu de temps après, elle passe sous le contrôle de Šamši-Addu (ARM, I, 36 : 9, 33, 47 V, 29 : 7 ss.). La victoire d’Ibal-pî-El II d’Ešnunna sur Mari et l’Assyrie est normalement précédée de la chute de Rapiqum, comme on vient de le voir. Il s’agit d’une victoire sans lendemain ; la ville sera conquise ensuite par les Babyloniens (11e année de Ḫammurabi). On peut se demander si Rapiqum fut jamais soumise à l’autorité de Zimri-Lim. En fait, jusqu’ici, la correspondance du roi de Mari ne mentionne la ville qu’une seule fois, et le passage n’est pas décisif (Dossin, Arch. ép.p. 122). Après la chute de Mari, la 42e année de Ḫammurabi rappelle la construction de murs à Rapiqum, sur la rive de l’Euphrate. On voit tout l’intérêt qu’il y aurait à suivre de près le déroulement de ces événements. Cf. récemment W. F. Leemans, RA, 49 (1955). Ρ. 203.

82 Plusieurs lettres témoignent de l’avance des troupes d’Ešnunna le long du fleuve, au delà de Rapiqum : l’ennemi a atteint Ḫarbê et menace Iabliya, plus en amont (ARM, IV, 74 et 88 ; Dossin, Arch. ép., p. 122). Un passage inédit, cité par G. Dossin (Mél. Dussaud, p. 982, n. 1), qui fait allusion à une défaite d’Išme-Dagan et à l’expulsion de Iasmaḫ-Addu de Mari, montre que la fin de l’occupation « assyrienne » à Mari fut la conséquence d’un revers militaire.

83 Išar-Lim : TCL, I, n° 237, sceau. (Ḫ)ammurapiḫ : Syria, 5 (1924), p. 276 (inscription sur ex-voto), et RA, 34 (1937), p. 184, sceau. Sur la chronologie de la dynastie, les considérations de Thureau-Dangin, Chron. Ire dyn. bab., p. 22-24, gardent leur valeur. Voir aussi Landsberger, Ass. Königsliste, p. 63-65. On a vu ci-dessus (p. 26, n. 2) qu’il n’y avait pas lieu d’identifier Išar-Lim de Ḫ ana avec son homonyme des textes de Mari et de Chagar Bazar, comme le proposait Mme H. Lewy. Il faut noter en outre que le seul document qui nous soit parvenu du règne d’Išar-Lim de Ḫana révèle des particularités qui empêchent de le ranger parmi les documents de Mari. Citons notamment l’emploi de KUR dans le sens de mâtum (l. 6 et sceau, l. 2) et de l’idéogramme XXX pour désigner le dieu Sin (1. 31), la présence du mois de Te-ri-tum (1. 35), inconnu à Mari. La graphie I-gi-id-Li-im (l. 25) et surtout l’absence de mimmation dans i-ka-ru (l. 32) lui attribuent une date certainement plus basse (cf. de même Iz-ra-aḫ-dDa-gan ša-pi-ṭú dans un texte daté de Kaštiliašu, ΤCL, I, n° 238, l. 33). Quant à la tablette AO 9052, découverte à Terqa (cf. Thureau-Dangin, Syria, 5 [1924], p. 277), elle appartient bien, elle, à l’époque de Mari, comme le prouve la date : mois de Bêlit-biri (cf. G. Dossin, RA, 36 [1939], p. 48, l. 14) et éponymat d’Aššur-malik. Un nouveau roi de Ḫana, du nom de Isiḫ-Dagan, a été signalé par J. Nougayrol, RA, 41 (1947), p. 42-45.

84 Ḫammurabi n’a pas rayé la ville de la carte, comme le montre notamment la lettre VAB, VI, n° 238 (cf. Landsberger, Ass. Königsliste, p. 63, n. 148), mais les époques plus récentes sont néanmoins pauvrement représentées sur le site. Le pays de Mari est encore mentionné dans les textes de Nuzi : cf. E. R. Lacheman, BASOR, n° 78 (1940), p. 22. La question de la destruction de Mari par Ḫammurabi a été soulevée récemment ; voir à ce propos Ch. Jean, RA, 46 (1952), p. 57, et H. Lewy, Mil. Lévy, p. 241 et suiv. Il me paraît en tout cas hors de doute que la ville a été conquise effectivement par Ḫammurabi. On a recueilli à Mari, non seulement une tablette portant les noms de plusieurs centaines de soldats babyloniens (cf. A. Parrot, Syria, 29 [1952], p. 198), mais aussi plusieurs étiquettes de paniers à tablettes, datées, comme le registre militaire, de la 32e année de Ḫammurabi (Fr. Thureau-Dangin, Symb. Koschaker, p. 118-119). Ces étiquettes portent la mention : « tablettes de serviteurs de Zimri-Lim » (ou de Šamši-Addu). Ainsi, à cette date, des fonctionnaires babyloniens inventoriaient et classaient les archives du palais de Mari. Or la 33e année de Ḫammurabi est datée précisément de la défaite de Mari.

85 Selon C. J. Gadd, le pays de Ḫana n’aurait été qu’une étape sur le chemin du retour (CR IIe RAI, p. 71). De son côté, E. Weidner n’accepte pas l’identification de ce pays de Ḫa-ni-i, qu’il ne sait où localiser, avec le pays de Ḫana du Moyen- Euphrate (AfO, 16 [1952], p. 6).

86 Le texte vient d’être publié de nouveau et longuement commenté par E. Weidner (loc. cit., p. 1-24 et pl. 1), lequel exclut tout rapprochement avec le pays de Ḫana des archives de Mari (ibid., p. 6). Le pays de Ḫanû, suivant le document en question, possède neuf rois ; on ne peut s’empêcher de penser aux sept rois ḫanéens vaincus par Iaḫdun-Lim (cf. ci-dessus, p. 32). Sur la valeur historique du document, cf. E. Weidner, loc. cit., p. 3, 23.

87 D’après la collation de E. Weidner, loc. cit., p. 6, n. 15.

88 Voir Thureau-Dangin, Chron. Ire dyn. bab., p. 22-24 ; Landsberger, Ass. Königsliste, p. 62 et suiv.

89 La traduction « genévrier » est due à B. Landsberger : cf. W. von Soden, ZA, 43 (1935), p. 260. C. Thompson défend la traduction « pin » (A Dictionary of Assyrian Botany, Londres, 1949, p. 258 ; suivi par R. Labat, Bibl, orient., 9 [1952], p. III), mais remarque justement, à propos du texte en discussion, que la région du Moyen-Euphrate ne convient guère à cet arbre.

90 JNES, 4 (1945), p. 160, 1. 73 : udu.nam.en.na = ḫa-nu-ú. Le terme hanû revient à la l. 265 du même texte, pour qualifier un chevreau.

91 Les lignes 74-75 du texte offrent : udu.nam.en.na.AG.a = bit-ru-ú et šap-ṣu. L’éditeur de la tablette, A. L. Oppenheim, a laissé ḫanû sans traduction (loc. cit., p. 161). Quant à l’équivalent sumérien, son sens paraît évident, mais son emploi présente certaines difficultés ; Oppenheim l’a rendu par « mouton engraissé », malgré les observations de B. Landsberger dans Fauna, p. 103. Un passage d’une lettre de Mari vient ici bien à propos : immerâtiḫá-ka ú-ḫa-na (ARM, V, 15 : 7). Le pi‘el indique qu’il faut comprendre : « soumettre les moutons au procédé qui les rendra hanû ». Comme les moutons du destinataire de la lettre, Iasmaḫ-Addu, connaissent la disette, et que son correspondant, le prince de Qatna, accepte de faire paître les troupeaux du vice-roi de Mari avec les siens, l’interprétation proposée par Oppenheim y trouve un appui, à condition de l’appliquer au terme accadien. On traduira dès lors le passage en question : « J’engraisserai tes moutons ». En revanche, Oppenheim traduit maintenant udu.nam.en.na = ḫa-nu-ú par « excellent sheep » = « Ḫana (sheep) » (CAD, VI, p. 826). Le verbe ḫanûm du texte de Mari n’a pas été repris dans CAD, VI ; G. Dossin le rattachait à l’hébreu Image img03.jpg « camper » (ARMT, V, p. 128), mais ce dernier n’est jamais employé à propos du bétail. Il existe un autre verbe ḫanûm, également attesté en vieux-babylonien, qui signifie approximativement « intervenir auprès de quelqu’un » (cf. CAD, VI, p. 83a).

92 Pour l’identification de ce vêtement, la donnée fournie par la série SIG7. ALAM = nabnîtu : [túg].GAB.GAB.a = kiš-šú šá ṣubâti (CT, XIX, 37, l. 4a), ne nous avance guère, car nous ignorons en quoi consistait le procédé de fabrication exprimé par le verbe kašašu. Dans la série ḪAR.ra = ḫubullu, ḫa-nu-ύ est précédé de tap-šu-ú (= túg.GAB.GAB) et de il-lu-ku (= túg .GAB.GAB. šú.a).

93 Mu-tu-Ka-na-ta (ARM, IV, 80 : 10 ; cf. Dossin, ARMT, IV, p. 132) et Ḫa-na-ta-an (RA, 47 [1953], Ρ. 122, col. I. l. 13).

94 Cf. S. Horn, ZA, 34 (1922), p. 130 ; Fr. Thureau-Dangin, RA, 33 (1936), p. 54.

95 D’après la lettre babylonienne VAB, VI, n° 238, Ḫanat est soumise à l’autorité du gouverneur de Suḫi. Anat est également au pays de Suḫi pour Téglath-phalasar Ier (Luckenbill, ARAB, I, § 287, 292, 308, 330) et pour Tukulti-Ninurta II (ibid.§ 409). Le terme de Suḫi est déjà en usage dans les lettres de Mari (cf. ARMT, XVp. 133).

96 La plupart des listes citées ne sont ni transcrites in extenso, ni offertes en copie dans le volume même ou dans le supplément publié ultérieurement par l’éditeur (JCS, 8 [1954], p. 1-30). Sur la composition de la population d’Alalaḫ à cette époque, voir aussi B. Landsberger, Ass. Königsliste, p. 56-57.

97 Une chronique, où figure le nom de Darius, mentionne des « soldats ḫanéens » : awilâbê Ḫa-ni-e (CT. XXXVII, 22, face, l. 5). Dans un passage fragmentaire d’une chronique de l’époque séleucide, on lit : « Les Ḫanéens ([awil]Ḫa-ni-i) que le roi, pour renforcer la garde, ... » (S. Smith, Babylonian Historical Texis, Londres, 1924, pl. XV, l. 16). Le premier texte est celui que S. Smith désigne sous le n° BM 36304 (op. cit., p. 146) ; l’autre passage qu’il invoque (K 468 = Harper, ABL, n° 121, 1. 8, 25) n’est pas valable, car il contient une forme assyrienne du démonstratif annû et non le pluriel du terme envisagé.

98 BM 35603, 1. 8 : ina mât Ḫa-ni-i. La tablette a été publiée par A. J. Sachs et D. J. Wiseman dans Iraq, 16 (1954), p. 202-211 et pl. LII-LIII. Au témoignage des éditeurs, le pays de Hanî apparaît encore dans des documents inédits (loc. cit., p. 206).

99 On n’a pas à s’occuper ici des noms de personnes commençant par l’élément Han-, particulièrement nombreux chez les Hurrites : cf. P. M. Purves, NPN, p. 213b ; Wiseman, Alalakh, p. 135. Pour les tablettes cappadociennes, cf. F. J. Stephens, Personal Names from Cuneiform Inscriptions of Cappadocia, p. 40 ; J. Lewy, Ar. Or., 18. 3 (1950). P. 409-410. Le nom Ḫa na est déjà attesté à Fara : WVDOG, XLV, p. 29, n° 41, 2. Selon la liste royale, le dixième roi d’Assyrie s’appelait Ḫanû (I. J. Gelb, JNES, 13 [1954], P. 210. l. 6 ; p. 211, l. 5). Pour terminer cet inventaire, on pourrait encore rappeler l’existence d’une divinité mineure appelée Hani (voir notamment T. Fish, Manchester Cuneiform Studies I, 4 [1951], p. 57) et d’un mois de Ḫa-ni-i, qui sert à dater, à Lagaš, un document de l’époque d’Agadé (Thureau-Dangin, RTC, n° 117 ; ailleurs, on trouve Ḫa-ni-it : cf. Gelb, MAD, I, p. 234).

© Presses universitaires de Liège, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search