Version classiqueVersion mobile

Le problème des métaux dans la science antique

 | 
Robert Halleux

Annexe II. Origines et propriétés du mercure

Texte intégral

  • 1 E.S. DANA, A Textbook of Mineralogy, 4e éd. par W.E. FORD, New York, 1932, réimpr., 1966, p. 405.
  • 2 Bien qu’il soit connu des Chinois assez haut dans le premier millénaire av. J.-C. Cfr. R. SCHRIMPF (...)
  • 3 R.C. THOMPSON, A Dictionary of Assyrian Chemistry and Geology, Oxford, 1933, p. XX.
  • 4 M. LEVEY, Chemistry and chemical Technology in Ancient Mesopotamia, Amsterdam, 1959, p. 39.
  • 5 Comme le prétend, sans preuve, A. WEISKOPF, Der Quecksilber und seine Gewinnung dans Zeitschrift f (...)
  • 6 R.J. FORBES, Met., p. 159 ; SAT, VIII, p. 175, croit en trouver une attestation dans « l’eau de sé (...)
  • 7 M. VASSITS, Vitruve et la métallurgie de Vinča, dans Revue Archéologique, 43 (1954), pp. 60-66.
  • 8 G.A. DUCH, La voie héracléenne, voie du mercure et du cinabre dans Revue Archéologique de l’Est, 1 (...)

11.1. Le mercure est un métal facile à obtenir, puisqu’il peut se rencontrer à l’état natif, sous forme de gouttelettes qui accomgnent son principal minerai, le cinabre (HgS)1. Toutefois, ses propriétés exceptionnelles font qu’il ne peut guère en rester de traces archéologiques. Rien ne permet de dire qu’il ait été connu avant la période grecque classique2. R.C. Thompson3 et M. Levey4 ont cru trouver sa trace dans l’expression sumérienne IM.KAL.GUG « sublimé du rouge » qui apparaît dans des textes d’époque assyrienne, mais rien ne prouve que les techniciens de Mésopotamie soient parvenus à condenser cette vapeur en mercure liquide. Son utilisation par les Phéniciens5 est aussi peu certaine que son attestation dans les textes bibliques6. Enfin, les fours métallurgiques pour le traitement du cinabre découverts à Vinča sur le Danube remontent au plus à la civilisation archaïque ionienne7 et le but principal de l’exploitation paraît moins l’extraction du mercure que la dessication du cinabre, dont la belle couleur rouge était recherchée par les peintres. De même, la célèbre mine de cinabre d’Almaden (Sierra Morena) fut peut-être exploitée dès 400 avant notre ère, mais l’utilisation de son mercure n’est pas prouvée8.

  • 9 L. AITCHISON, A History of Metals, t. I, London, 1960, p. 149. — D’autre part. E.O. VON LIPPMANN, (...)

2En fait, la première attestation sûre du mercure est dans le De anima d’Aristote. Le mercure est donc le dernier métal que les anciens aient produit à l’état métallique9.

  • 10 ARISTOTE, De anima, I, 3, p. 406 Β 19, citant DÉMOCRITE, 68 A 104. Cfr. J. TRICOT, Aristote. De l’ (...)

31.2. Dans le De anima, Aristote réfute une théorie de Démocrite selon laquelle l’âme aurait des mouvements spatiaux correspondant point par point avec ceux du corps dans lequel elle réside et auquel elle communique ses mouvements10 :

ἔνιοι δὲ ϰαὶ ϰινεῖν φασι τὴν ψυχὴν τὸ σῶμα ἐν ᾦ ἐστιν, ὡς αὐτὴ ϰινεῖται, οἶον Δημόϰριτος, παραπλησίως λέγων Φιλίππῳ τῷ ϰωμωδοδιδασϰάλω. φησὶ γὰρ τὸν Δαίδαλον ϰινουμένην ποιῆσαι τὴν ξυλίνην Ἀφροδίτην ἐγχέαντ’ ἄργυρον χυτόν · ὁμοίως δὲ ϰαὶ Δημόϰριτος λέγει · ϰινουμένας γάρ φησι τὰς ἀδιαιρέτους σφαίρας διὰ τὸ πεφυϰέναι μηδέποτε μένειν, συνεφέλϰειν τε ϰαὶ ϰινεῖν τὸ σῶμα πᾶν.

  • 11 Les atomes.

« Certains prétendent aussi que l’âme meut le corps où elle se trouve, de la même manière dont elle est mue : tel Démocrite, proche dans ses dires de Philippe le metteur en scène. Il dit en effet que Dédale anima une Aphrodite de bois en y versant de l’argent liquide. Démocrite s’exprime de la même manière : il dit que les sphères indivisibles11, de par leur nature, ne restent jamais en repos, qu’elles attirent et meuvent tout le corps. »

  • 12 JEAN PHILOPON, In Arist. de anima, I, 3, pp. 114, 35 - 115, 3 Hayduck, cfr. p. 175, 14-17.

4On ne peut évidemment traduire ἄργυρος χυτός par « argent en fusion » : il s’agit bel et bien de mercure, employé dans une machine que Jean Philopon12 explique comme suit :

τὸ αὐτὸ, φησι, λέγοντες τῷ ϰωμιϰῷ Φιλίππψ, ὃς ἔλεγε τὸν Δαίδαλον ποιῆσαι ξυλίνην Ἀφροδίτην ϰινουμένην. ϰοιλώματα γάρ τινα ποιήσας ἐν τῷ ξοάνψ, ὁ Δαίδαλος ἐνέχεεν ὑδράργυρον, ἵνα ϰινούμενος ὁ ὑδράργυρος (εὐϰίνητος γάρ ϰαὶ συνεχῶς μεταϰυλιόμενος ϰαὶ τῇ ἑαυτοῦ ὤσει ϰινῶν τὸ ξόανον) φαίνεσθαι ποιῇ ἐξ αὑτοῦ ϰινούμενον τὸ τῆς Ἀφροδίτης ξόανον.

« Ils affirment, dit-il, la même chose que le comique Philippe, qui disait que Dédale avait fait une statue d’Aphrodite en bois qui se mouvait. En effet, ayant pratiqué des creux dans la statue, Dédale y versait du mercure pour que le mercure en se déplaçant (car il est mobile, toujours en mouvement et mouvant la statue par sa poussée), provoque un mouvement, spontané en apparence, de la statue d’Aphrodite. »

  • 13 É. LITTRÉ, Dictionnaire de la langue française, t. I, Paris, 1863, s. v. culbuteur. Cfr. M. BERTHE (...)
  • 14 THÉMISTIOS, In libros Aristotelis de anima paraphrasis, p. 19, 5-12 Heinze ὅλως γὰρ οἱ ϰινουμένην (...)
  • 15 Au Moyen Age, les machines prétendant réaliser le mouvement perpétuel seront fondées sur les mêmes (...)

5Cette première utilisation du mercure évoque une machine bien connue des anciens cabinets de physique, le culbuteur chinois, petite figure représentant grossièrement un homme et qui descendait toute seule les degrés d’une sorte d’escalier en faisant une culbute à chaque marche par le seul déplacement de son centre de gravité13. Selon Thémistios14 et selon Jean Philopon, Dédale racontait simplement avoir construit une telle statue. Mais ne peut-il avoir existé, à côté des marionnettes athéniennes, des jouets d’enfant appliquant se principe, mais remplis de sable comme on le fait encore aujourd’hui. Quoi qu’il en soit, cette première utilisation ludique applique la propriété la plus apparente du vif-argent, sa mobilité15.

  • 16 Vie d’Aristophane, p. 158 Westermann ; THOMAS MAGISTER, Vie d’Aristophane, p. 160 Westermann ; SOU (...)
  • 17 IG II2, 2325, 1. 140; A. WILHELM, Urkunden Dramatischer Aufführungen in Athen, Wien, 1906, réimpr. (...)
  • 18 A. MEINEKE, Fragmenta comicorum Graecorum, I, Historia critica comicorum graecorum, Berlin, 1839, (...)
  • 19 T. KOCK, Comicorum atticorum fragmenta, t. II, Leipzig, 1884, pp. 172-173 en fait le frg. 22 d’Eub (...)
  • 20 Fragments 21 et 23 Kock.
  • 21 Erreur de méthode bien soulignée par A. KÖRTE, art. Philippos 35 dans RE, XIX, 2 (1938), col. 2338 (...)
  • 22 Notre frg. est le 1 A de J.M. EDMONDS, The Fragments of Attic Comedy, t. II, Leiden, 1959, p. 16.

6Pour que les spectateurs de Philippe et les lecteurs d’Aristote fussent à même de saisir le sel de l’allusion, il fallait à tout le moins une certaine connaissance du mercure à Athènes. On connaît mal la chronologie de Philippe, poète de la comédie moyenne que la tradition donne pour un fils d’Aristophane16. Dans la liste des vainqueurs aux Lénéennes, il figure peut-être deux places avant Anaxandride et quatre avant Eubule17. A. Meineke18 et Th. Kock19 se fondent sur son titre de ϰωμῳδοδιδάσϰαλος et sur la présence d’un Dédale dans les œuvres d’Eubule20 pour refuser à Philippe la paternité de ce fragment, en supposant que Philippe aurait mis en scène une pièce d’Eubule. Mais alors la confusion remonterait, non seulement à Thémistios, mais encore à Aristote21. C’est pourquoi on conservera, avec J.M. Edmonds22 ce fragment dans les lambeaux de l’œuvre de Philippe, et on situera sa comédie au début du ive siècle.

  • 23 W.B. DINSMOOR, The archons of Athens in the Hellenistic Age, Cambridge (Mass.), 1931, réimpr., Ams (...)
  • 24 L. THORNDIKE, Disputed dates, civilization and climate, and traces of magic in the scientific trea (...)
  • 25 PLINE, XXXIII, 113. Dans ce cas, le de lapidibus se situe au plus dix ans après cet archontat pris (...)
  • 26 J.G. SCHNEIDER, Theophrasti Eresii Opera, t. IV, Leipzig, 1818, p. 585.
  • 27 F. WIMMER, Theophrasti Eresii opera, quae supersunt, omnia, Paris, 1866, p. 349.
  • 28 E. ZELLER, Die Philosophie der Griechen, III, 2, 4e éd., Leipzig, 1921, p. 378, n. 6.
  • 29 W. VON CHRIST, W. SCHMID, O. STÄHLIN, Geschichte der Griechischen Literatur, II, 1, München, 1927, (...)
  • 30 E.R. CALEY, J.F.C.RICHARDS, Theophrastus on Stones, Columbus (Ohio), 1956, p. 201, trouvent des co (...)
  • 31 D.E. EICHHOLZ, Theophrastus de lapidibus, Oxford, 1965, pp. 8-12.
  • 32 Selon G.P. MARINOS, W.E. PETRASCHEK, Laurion, Athènes, Institute for Geology and Subsurface Resear (...)

71.3. Le témoignage de Théophraste permet de préciser quelque peu la chronologie. Au chapitre 59 de son De lapidibus, il raconte la préparation du cinabre à Athènes par un certain Callias et ses efforts infructueux pour en tirer de l’or. Et il ajoute : οὐ παλαιὸν δ’ἐστὶν ἀλλὰ περὶ ἔτη μάλιστ’ ἐνενήϰοντα εἰς ἄρχοντα Πραξφουλον Ἀθήνησι. L. Thorndike traduit : « Cela n’est pas vieux, mais remonte à environ quatre-vingt-dix ans, sous l’archontat de Praxibule23. » Mais cette traduction est forcée. Praxibule fut archonte en 315-314 avant notre ère24. Il faut comprendre, comme le faisait déjà Pline25 : « Cela remonte à environ quatre-vingt-dix ans avant l’archontat de Praxibule.» C’est l’opinion de Schneider26, de Wimmer27, de Zeller28, de von Christ et Schmid29. E.R. Caley et J.F.C. Richards30, ainsi que D.E. Eichholz31 ont démontré que ce procédé de datation était familier à Théophraste. Par conséquent, les travaux de Callias sur le cinabre du Laurion32 datent des environs de 400 avant notre ère. Ces expériences n’ont pas pu ne pas donner de mercure, comme on va le voir par les modes de fabrication.

81.4.1. Les textes anciens nous conservent la trace de trois procédés de fabrication. Le premier se trouve exposé dans la suite du même traité de Théophraste (§ 60), après la description du cinabre artificiel (oxyde de plomb) :

  • 33 On donne ici le texte d’EICHHOLZ. La conjecture ϰιννάβαρι de SCHNEIDER n’est pas absolument nécess (...)

φανερὸν δ’ἐϰ τούτων ὅτι μιμεῖται τὴν φύσιν ἡ τέχνη, τὰ δ’ἴδια ποιεῖ, ϰαὶ τούτων τὰ μὲν χρήσεως χάριν, τὰ δὲ μόνον φαντασίας ὥσπερ τὰς ἀλοιφάς, ἔνια δὲ ἴσως ἀμφοῖν ὥσπερ χυτὸν ἄργυρον. ἔστι γάρ τις χρεία ϰαὶ τούτου, ποιεῖται δὲ ὅταν <ϰιννάбαρι>33 τριφθῇ μετ’ ὄξους ἐν ἀγγείω χαλϰῷ ϰαὶ δοίδυϰι χαλϰῷ.

« Il est clair d’après cela que l’art imite la nature. Il a aussi ses propres productions, les unes pour l’usage pratique, d’autres seulement pour la fantaisie, comme les enduits, certaines peut-être pour les deux, comme le vif-argent. Car il y a un usage de celui-ci. On le fait lorsque (le cinabre) est broyé avec du vinaigre dans un mortier de cuivre (ou de bronze) au moyen d’un pilon de cuivre (ou de bronze). »

  • 34 PLINE, XXXIII, 123.

9Un texte de Pline, qui utilise certainement Théophraste, est beaucoup plus allusif34 : aenis mortariis pistillisque trito minio ex aceto.

  • 35 H.O. LENZ, Mineralogie, p. 26; BLÜMNER, TT, IV, p. 98; A. JACOB, art. Hydrargyrum dans DSP, III, 1 (...)
  • 36 E.O. VON LIPPMANN, Entstehung und Ausbreitung der Alchemie, p. 602. Cfr. Η. MICHELL, Economics of (...)
  • 37 K.C. BAILEY, The Elder Pliny’s Chapters on Chemical Subjects, t. I, London, 1929, p. 223 ; D.E. EI (...)
  • 38 E.R. CALEY, J.F.C. RICHARDS, Theophrastus on Stones, pp. 204-205.

10Il s’agit donc d’un procédé à froid, où le sulfure de mercure est broyé avec de l’acide acétique en présence du cuivre. Les premiers commentateurs ont estimé cette opération impossible35. Il n’y a toutefois aucune impossibilité sur le plan théorique : le cinabre dissous dans le vinaigre donne un acétate de mercure et du soufre. Tous deux agissent sur le cuivre et donnent un acétate de cuivre et un sulfure de cuivre, libérant ainsi le mercure36. Mais ce procédé, reconstitué expérimentalement par K.C. Bailey37, est lent et donne peu de résultats. Toutefois, si on chauffe légèrement, la réaction est très rapide, mais le mercure libéré s’amalgame très vite avec le cuivre. Il faut alors une opération additionnelle : chauffer l’amalgame et condenser le mercure38. Mais cela supposerait une pratique de la distillation trois siècles avant sa première attestation sûre.

  • 39 Voir É. SAGLIO, art. acetum dans DSP, I (1877), p. 23; A. STADLER, art. Essig dans RE, VI (1906), (...)
  • 40 Voir la mise au point de L.G. STEVENSON, On the meaning of the words cerussa and psimithium, dans (...)
  • 41 ZOSIME L ALCHIMISTE, III, 20, 2, p. 172 Berthelot-Ruelle (traduction, t. III, p. 171).
  • 42 M. BERTHELOT, La chimie au moyen âge, t. II, Paris, 1893, réimpr., 1967, pp. 85-86 et 247 n. 1.

11Il faut toutefois noter que nous sommes très mal renseignés sur le vinaigre des anciens, qui n’était pas de l’acide acétique pur, mais du vin gâté, ayant subi la double fermentation, alcoolique et acéteuse39. Il en va pour le mercure comme pour la céruse des anciens (carbonate de plomb), produite par réaction du vinaigre sur le plomb, opération qui ne peut donner qu’un acétate, non un carbonate40. La méthode de décomposition du cinabre à froid restera attestée jusqu’à la fin de l’Antiquité chez les alchimistes grecs41 et, au Moyen Age, chez les alchimistes syriaques et arabes42.

12Cette méthode ne peut avoir produit le mercure que sur une petite échelle, et son emploi reste limité (ἔστι τις χρεία ϰαὶ αὐτοῦ). Il ne paraît pas avoir atteint le stade industriel.

  • 43 VITRUVE, De architectura, VII, 8, 1-2.

131.4.2. Le second procédé est décrit accidentellement par Vitruve dans un chapitre consacré au cinabre que l’on emploie en peinture43. Le cinabre a l’aspect de blocs rougeâtres (glaebae) d’où exsudent des gouttes de mercure (argentum vivum). Voici leur traitement :

hae glaebae, cum collectae sunt, in officina propter umoris plenitatem coiciuntur in fornacem, ut intetarescant, et is qui ex his ab ignis vapore fumus suscitatur, cum resedit in solum furni, invenitur esse argentum vivum. exemptis glaebis, guttae eae, quae residebunt, propter brevitates non possunt colligi ; sed in vas aquae converruntur et ibi inter se con-gruunt et una confunduntur.

« Quand elles sont réunies, ces mottes dans l’atelier sont mises au four à cause de l’abondance d’humidité, pour qu’elles sèchent, et la fumée qui s’élève de celles-ci à cause de la chaleur du feu, lorsqu’elle se pose sur la sole du four, se trouve être du vif-argent. Quand on enlève les mottes, les gouttes qui restent ne peuvent être réunies à cause de leur petitesse, mais on les balaie dans un vase d’eau et là elles se rassemblent et se confondent. »

14Le procédé, qui a pour but de débarrasser le cinabre du mercure excédentaire, applique une réaction très simple : le cinabre, en présence d’oxygène, donne du mercure métallique (HgS + O2 = Hg + SO2). Ce dernier se sublime, puis se condense sur les parois plus froides ou s’envole en vapeurs délétères.

  • 44 M. VASSITS, Vitruve et la métallurgie de Vinča dans Revue Archéologique, 43 (1954), pp. 60-66.
  • 45 M. VASSITS, op. cit., p. 63, fig. 6.
  • 46 VITRUVE, VII, 9, 1.

15On a découvert à Vinca de petits fours où l’on traitait le cinabre de la sorte44. Le cinabre y était mêlé à du charbon de bois sur une sole inclinée, munie à son extrémité inférieure d’un rebord ou d’un canal pour recueillir les gouttelettes45. Le cinabre non grillé était ensuite broyé46. Ce procédé très imparfait a dû faire perdre beaucoup de mercure, ce qui suggère que le produit principal était le cinabre, non le mercure.

  • 47 Voir E.O. VON LIPPMANN, Die chemischen Kenntnisse des Diosku-rides dans Zeitschrift für Angewandte (...)
  • 48 DIOSCORIDE, V, 95.

161.4.3. La troisième méthode, attestée dans le fonds commun à Pline et à Dioscoride, préfigure de façon frappante les techniques modernes de sublimation et de distillation, ce qui rend ces deux textes très célèbres47. Voici tout d’abord celui de Dioscoride48 :

θέντες γὰρ ἐπὶ λοπάδος ϰεραμεᾶς ϰόγχον σιδηροῦν ἔχοντα ϰιννάβαρι, περιϰαθάπτουσιν ἄμβιϰα περιαλείψαντες πηλῷ, εἴθ’ ὑποϰαίουσιν ἄνθραξιν. ἣ γὰρ προσίζουσα τῷ ἄμβιϰι αἰθάλη ἀποψηχθεῖσα ὑδράργυρος γίνεται.

« On met sur un plat d’argile une coquille de fer contenant du cinabre, on y adapte une coupe, on lute avec de l’argile, puis on allume un feu. La vapeur qui s’attache à la coupe, une fois raclée, devient du mercure. »

  • 49 PLINE, XXXIII, 123.

17Le texte de Pline correspond presque mot pour mot49 :

patinis fictilibus impositum ferrea concha, calice coopertum, argilla superinlita, dein sub patinis accenso follibus continuis igni atque ira calici sudore deterso, qui fit argenti colore et aquae liquore.

« Le cinabre dans une coquille de fer est placé dans un plat d’argile et recouvert d’une coupe. On enduit d’argile par dessus, puis sous le plat on allume du feu par une soufflerie continuelle. Puis on débarrasse la coupe de sa sueur, qui a la couleur de l’argent et la liquidité de l’eau. »

  • 50 ARISTOPHANE, Cavaliers, 1034; Guêpes, 511 ; EUBULE, frg. 109; PLATON LE COMIQUE, frg. 173, 12 Kock (...)
  • 51 ISIDORE, XVI, 19, 2, qui s’inspire largement de Pline, fait reposer directement la coquille sur le (...)
  • 52 POSEIDONIOS, frg. 15 Jacoby = 67 Edelstein-Kidd = ATHÉNÉE. IV, 152 Β ; ATHÉNÉE, XI, 480 D.

18L’appareillage est d’une grande simplicité : une coquille de fer50, un plat (λοπάς) d’argile, c’est-à-dire une sorte de poêle à frire51, sur laquelle on retourne un ἄμβιξ. On connaît la fortune de ce mot chez les alchimistes. Il s’agit ici tout simplement d’une coupe haute et pointue, probablement sans pied52. Pline traduit simplement calice. Le tout est luté pour empêcher la perte de métal par volatilisation. On chauffe à feu vif — Pline parle de soufflets —, le mercure se sublime aisément et ne s’amalgame pas avec le fer. Le soufre du cinabre réagit avec le fer, et on obtient du sulfure de fer et du sublimé de mercure qu’il suffit de refroidir.

  • 53 DIOSCORIDE, I, 72, 3, pour distiller la poix, avec un appareil qui sera repris par les alchimistes (...)
  • 54 E.O. VON LIPPMANN, Entstehung und Ausbreitung der Alchemie, p. 49.
  • 55 F.S. TAYLOR, A Survey of Greek Alchemy dans JHS, 50 (1930), pp. 136-137, fig. 8 et 9.
  • 56 Les premiers alchimistes refroidissaient le tuyau de décharge avec des éponges. Cfr. R.J. FORBES, (...)

19Ce dernier procédé n’est donc pas à proprement parler une distillation, que Dioscoride connaît par ailleurs53. Le mercure est produit dans un appareil à sublimation très rudimentaire, puisque la condensation se fait dans le casque. On ne peut, par conséquent, y traiter que de petites quantités de cinabre54. C’est l’école alchimique de Marie la Juive qui ajoutera au chapiteau le tuyau de décharge et le récipient55, et des alchimistes ultérieurs l’appareillage de refroidissement du tuyau de décharge56.

20La production du mercure recourt donc, dès les origines, à des techniques totalement différentes des autres métallurgies. Si on y ajoute les propriétés étonnantes du métal lui-même, on comprend son isolement dans le monde naturel et la fascination qu’il exerce.

Notes

1 E.S. DANA, A Textbook of Mineralogy, 4e éd. par W.E. FORD, New York, 1932, réimpr., 1966, p. 405.

2 Bien qu’il soit connu des Chinois assez haut dans le premier millénaire av. J.-C. Cfr. R. SCHRIMPF, art. Mercure dans Dictionnaire archéologique des techniques, t. II, Paris, 1964, p. 622.

3 R.C. THOMPSON, A Dictionary of Assyrian Chemistry and Geology, Oxford, 1933, p. XX.

4 M. LEVEY, Chemistry and chemical Technology in Ancient Mesopotamia, Amsterdam, 1959, p. 39.

5 Comme le prétend, sans preuve, A. WEISKOPF, Der Quecksilber und seine Gewinnung dans Zeitschrift für angewandte Chemie, 14 (1901), p. 429.

6 R.J. FORBES, Met., p. 159 ; SAT, VIII, p. 175, croit en trouver une attestation dans « l’eau de séparation » de Nombres, 31, 22-23, mais cette eau n’attaque pas les métaux.

7 M. VASSITS, Vitruve et la métallurgie de Vinča, dans Revue Archéologique, 43 (1954), pp. 60-66.

8 G.A. DUCH, La voie héracléenne, voie du mercure et du cinabre dans Revue Archéologique de l’Est, 15 (1964), pp. 123-131, pense que le mercure d’Almaden était utilisé par les Gaulois pour l’étamage.

9 L. AITCHISON, A History of Metals, t. I, London, 1960, p. 149. — D’autre part. E.O. VON LIPPMANN, Entstehung und Ausbreitung der Alchemie, t. I, Berlin, 1919, p. 601, voit une mention du mercure natif chez CTESIAS, Indica, 3, qui décrit une fontaine d’argent liquide en Inde.

10 ARISTOTE, De anima, I, 3, p. 406 Β 19, citant DÉMOCRITE, 68 A 104. Cfr. J. TRICOT, Aristote. De l’âme, Paris, 1947, p. 31, n. 3.

11 Les atomes.

12 JEAN PHILOPON, In Arist. de anima, I, 3, pp. 114, 35 - 115, 3 Hayduck, cfr. p. 175, 14-17.

13 É. LITTRÉ, Dictionnaire de la langue française, t. I, Paris, 1863, s. v. culbuteur. Cfr. M. BERTHELOT, Introduction à l’étude de la chimie des anciens et du Moyen-Age, p. 257.

14 THÉMISTIOS, In libros Aristotelis de anima paraphrasis, p. 19, 5-12 Heinze ὅλως γὰρ οἱ ϰινουμένην ϰατὰ τόπον τὴν ψυχὴν ϰινεῖν τὸ σῶμα ἀποφαινόμενοι παραπλήσιόν τι λέγουσι Φιλίππω τῷ ϰωμῳδοδιδασϰάλῳ. φησὶ γὰρ ὁ Δαίδαλος παρ’αὐτῷ ϰινουμένην ποιῆααι τὴν ξυλίνην Ἀφροδίτην ἐγχέας ἄργυρον χυτόν.

15 Au Moyen Age, les machines prétendant réaliser le mouvement perpétuel seront fondées sur les mêmes propriétés du mercure. Cfr. L. WHITE, Technologie médiévale et transformations sociales, Paris - Den Haag, 1969, pp. 135-136.

16 Vie d’Aristophane, p. 158 Westermann ; THOMAS MAGISTER, Vie d’Aristophane, p. 160 Westermann ; SOUDA, s. ν. Ἀριστοφάνης.

17 IG II2, 2325, 1. 140; A. WILHELM, Urkunden Dramatischer Aufführungen in Athen, Wien, 1906, réimpr., Amsterdam, 1965, pp. 123 et 126.

18 A. MEINEKE, Fragmenta comicorum Graecorum, I, Historia critica comicorum graecorum, Berlin, 1839, p. 342.

19 T. KOCK, Comicorum atticorum fragmenta, t. II, Leipzig, 1884, pp. 172-173 en fait le frg. 22 d’Eubule.

20 Fragments 21 et 23 Kock.

21 Erreur de méthode bien soulignée par A. KÖRTE, art. Philippos 35 dans RE, XIX, 2 (1938), col. 2338-2339.

22 Notre frg. est le 1 A de J.M. EDMONDS, The Fragments of Attic Comedy, t. II, Leiden, 1959, p. 16.

23 W.B. DINSMOOR, The archons of Athens in the Hellenistic Age, Cambridge (Mass.), 1931, réimpr., Amsterdam, 1966, pp. 53 et 70 ; J. ZWICKER, art. Praxibulos 1 dans RE, XXII, 2 (1954), col. 1750.

24 L. THORNDIKE, Disputed dates, civilization and climate, and traces of magic in the scientific treatises ascribed to Theophrastus dans C. SINGER et H.E. SIGERIST, Essays on the History of Medicine presented to Karl Sudhoff, Oxford-Zürich, 1924, pp. 73-76. Dans ce cas, le de lapidibus daterait de 225-224 av. J.-C., et ne serait pas l’œuvre de Théophraste.

25 PLINE, XXXIII, 113. Dans ce cas, le de lapidibus se situe au plus dix ans après cet archontat pris comme date de référence. Sinon, Théophraste aurait dit « cent ans ». Cfr. PLINE, XIII, 101 et XIX, 32.

26 J.G. SCHNEIDER, Theophrasti Eresii Opera, t. IV, Leipzig, 1818, p. 585.

27 F. WIMMER, Theophrasti Eresii opera, quae supersunt, omnia, Paris, 1866, p. 349.

28 E. ZELLER, Die Philosophie der Griechen, III, 2, 4e éd., Leipzig, 1921, p. 378, n. 6.

29 W. VON CHRIST, W. SCHMID, O. STÄHLIN, Geschichte der Griechischen Literatur, II, 1, München, 1927, p. 63, n. 2.

30 E.R. CALEY, J.F.C.RICHARDS, Theophrastus on Stones, Columbus (Ohio), 1956, p. 201, trouvent des constructions parallèles dans THUCYDIDE, I, 13, 3 et THÉOPHRASTE, Histoire des plantes. VI, 3, 3.

31 D.E. EICHHOLZ, Theophrastus de lapidibus, Oxford, 1965, pp. 8-12.

32 Selon G.P. MARINOS, W.E. PETRASCHEK, Laurion, Athènes, Institute for Geology and Subsurface Research, 1956, p. 203, on trouve encore aujourd’hui dans le Laurion des échantillons (rares) de cinabre.

33 On donne ici le texte d’EICHHOLZ. La conjecture ϰιννάβαρι de SCHNEIDER n’est pas absolument nécessaire. Les manuscrits ont ὅταν τι.

34 PLINE, XXXIII, 123.

35 H.O. LENZ, Mineralogie, p. 26; BLÜMNER, TT, IV, p. 98; A. JACOB, art. Hydrargyrum dans DSP, III, 1 (1900), p. 311.

36 E.O. VON LIPPMANN, Entstehung und Ausbreitung der Alchemie, p. 602. Cfr. Η. MICHELL, Economics of Ancient Greece, Cambridge, 1957, p. 119.

37 K.C. BAILEY, The Elder Pliny’s Chapters on Chemical Subjects, t. I, London, 1929, p. 223 ; D.E. EICHHOLZ, Theophrastus de lapidibus, Oxford. 1965, p. 128.

38 E.R. CALEY, J.F.C. RICHARDS, Theophrastus on Stones, pp. 204-205.

39 Voir É. SAGLIO, art. acetum dans DSP, I (1877), p. 23; A. STADLER, art. Essig dans RE, VI (1906), col. 689-692; J. ANDRÉ, L’alimentation et la cuisine à Rome, Paris, 1961, pp. 195-197.

40 Voir la mise au point de L.G. STEVENSON, On the meaning of the words cerussa and psimithium, dans JHM, 10 (1955), pp. 109-111.

41 ZOSIME L ALCHIMISTE, III, 20, 2, p. 172 Berthelot-Ruelle (traduction, t. III, p. 171).

42 M. BERTHELOT, La chimie au moyen âge, t. II, Paris, 1893, réimpr., 1967, pp. 85-86 et 247 n. 1.

43 VITRUVE, De architectura, VII, 8, 1-2.

44 M. VASSITS, Vitruve et la métallurgie de Vinča dans Revue Archéologique, 43 (1954), pp. 60-66.

45 M. VASSITS, op. cit., p. 63, fig. 6.

46 VITRUVE, VII, 9, 1.

47 Voir E.O. VON LIPPMANN, Die chemischen Kenntnisse des Diosku-rides dans Zeitschrift für Angewandte Chemie, 18 (1905), p. 1211 ; P. BRUNET, A. MIELI, Histoire des sciences. Antiquité, Paris, 1935, pp. 748-749; M.R. COHEN, I.E. DRABKIN, A Source Book in Greek Science, New York, 1948, réimpr., 1969, pp. 353-354.

48 DIOSCORIDE, V, 95.

49 PLINE, XXXIII, 123.

50 ARISTOPHANE, Cavaliers, 1034; Guêpes, 511 ; EUBULE, frg. 109; PLATON LE COMIQUE, frg. 173, 12 Kock; MENANDRE, Samienne, 150; DIOSCORIDE, II, 142.

51 ISIDORE, XVI, 19, 2, qui s’inspire largement de Pline, fait reposer directement la coquille sur le feu : fit etiam et ex mineo imposito conchulae ferreae patena superposita ; tum circumlito vasculo circumdantur carbones, sicquc argentum vivum ex mineo distillat. A remarquer l’emploi du verbe distillo.

52 POSEIDONIOS, frg. 15 Jacoby = 67 Edelstein-Kidd = ATHÉNÉE. IV, 152 Β ; ATHÉNÉE, XI, 480 D.

53 DIOSCORIDE, I, 72, 3, pour distiller la poix, avec un appareil qui sera repris par les alchimistes arabes, cfr. H.E. STAPLETON et R.F. AZO, Alchemical equipment in the eleventh century A.D. dans Memoirs of the Asiatic Society of Bengal, 1 (1905-1907), pp. 47-71.

54 E.O. VON LIPPMANN, Entstehung und Ausbreitung der Alchemie, p. 49.

55 F.S. TAYLOR, A Survey of Greek Alchemy dans JHS, 50 (1930), pp. 136-137, fig. 8 et 9.

56 Les premiers alchimistes refroidissaient le tuyau de décharge avec des éponges. Cfr. R.J. FORBES, Short History of the art of distillation from the beginnings up to the death of Cellier Blumenthal, Leiden, 1948, p. 17.

© Presses universitaires de Liège, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search