Version classiqueVersion mobile

Le problème des métaux dans la science antique

 | 
Robert Halleux

Annexe I. Le Traité des Métaux de Théophraste

Texte intégral

  • 1 V. ROSE, Aristoteles pseudepigraphus, Leipzig, 1863, pp. 254-261 ; Aristotelis opera, t. V, Berlin (...)
  • 2 Cfr. P. MORAUX, Les listes anciennes des ouvrages d’Aristote. Louvain, 1951.
  • 3 ALEXANDRE D’APHRODISE, In Meteorologica, p. 178, 10-15 Hayduck εἰπὼν δὲ ταῦτα ϰαθόλου μέν φησι ϰαί (...)
  • 4 THÉOPHRASTE, De lap., 1 = frg. 254.
  • 5 DIOGÈNE LAËRCE, V, 44. Cfr. SOUDA, s. ν. Θεόφραστος · περὶ λίθων, περὶ μετάλλων.
  • 6 HÉSYCHIOS, s. ν. προσφανῆ = frg. 255 ; HARPOCRATION, p. 172, 15, s. ν. ϰεγχρεών = PHOTIOS, s. v. = (...)

11. Valentin Rose a édité à trois reprises parmi les fragments d’Aristote les maigres restes d’un Traité des métaux1. Or, les listes anciennes d’ouvrages d’Aristote ne mentionnent jamais un tel ouvrage2. Alexandre d’Aphrodise et Olympiodore3 disent expressément que le Stagirite n’a pas abordé cette question et que cette lacune a été comblée par son disciple Théophraste. Ce dernier cite lui-même son περὶ τῶν μεταλλευομένων4, Diogène Laërce met sous son nom un περὶ μετάλλων5 et la plupart des auteurs qui citent des fragments d’un traité des métaux les attribuent à Théophraste6.

  • 7 POLLUX, VII, 99 = frg. 261 (première partie).
  • 8 OLYMPIODORE, In Meteora, pp. 5, 33 - 6, 6 Stüve ἐν δὲ τῷ πέρατι τοῦ τρίτου περὶ τινων ἀψύχων διαλέ (...)
  • 9 SIMPLICIUS, In librum de coelo, pp. 2, 29 - 3, 4 Heiberg ὡς δὲ oἱ ἕτεροί φασιν, τῶν φυσιϰῶν σωμάτω (...)

2Les seules indications autorisant une attribution au Stagirite sont des contradictions de citants. Pollux cite une fois sous le nom de Théophraste, mais dit dans une autre citation du même fragment7 : εἴτε Ἀριστοτέλους ἐστὶ τὸ βιβλίον εἴτε Θεοφράστου. Olympiodore, si formel dans son commentaire à la fin du livre III, semble, dans un autre passage, mettre au compte d’Aristote une μονόβιβλος περὶ μετάλλων ἐπιγεγραμμένη8, ce qui est repris, avec la même imprécision d’expression, par Simplicius9.

  • 10 I. HAMMER-JENSEN, Das sogenannte IV Buch der Meteorologie des Aristoteles dans Hermes, 50 (1915), (...)
  • 11 Le Lapidaire d’Aristote, abondamment cité dans le Moyen Age arabe et occidental, est un ouvrage ar (...)

3De toute façon, l’existence d’un traité théophrastéen des métaux est irrécusable. Si on veut en attribuer un aussi à Aristote, il faut supposer un autre traité, dont il n’y a nulle trace certaine : on ne peut en faire le quatrième livre perdu des Météorologiques sans contredire les commentateurs anciens10. En outre, ce traité remplirait bien mal la promesse de III, 6, qui fait attendre, en même temps, un traité des pierres11.

  • 12 F. SOLMSEN, Aristotle’s System of the Physical World, New York, 1960, p. 402.
  • 13 V. ROSE, Aristoteles pseudepigraphus, pp. 254-255; O. REGENBOGEN, art. Theophrastos dans RE, Suppl (...)

4Il est plus raisonnable de penser avec F. Solmsen12 qu’Aristote a simplement tracé un programme de recherches pour ses disciples. C’est Théophraste qui a assumé cet point du programme. Il n’y a pas à s’étonner que, dans l’Ecole, cette œuvre, qui comblait une lacune dans l’œuvre du maître, ait été de temps en temps, par mégarde, mise sous son nom13.

  • 14 DIOGÈNE LAËRCE, V, 44 περὶ μετάλλων αβ ; OLYMPIODORE parle de μονόβιβλος ; THÉOPHRASTE, se citant (...)
  • 15 H. USENER, Analecta Theophrastea, thèse, Bonn, 1858, pp. 19-20 = Kleine Schriften, V, Leipzig, 191 (...)

52.1. Le nombre de livres que comportait le Traité des métaux de Théophraste est inconnu. Diogène Laërce parle clairement de deux livres, Olympiodore d’un ; les autres citants restent dans le flou14. L’étendue de la matière traitée fait présumer qu’il y avait plutôt deux livres15. Les rares fragments édités par Rose suffisent, en effet, à évoquer la richesse et la diversité de l’œuvre. Mais toutes les citations ne sont pas nominales et toutes ne sont pas nécessairement authentiques.

  • 16 Frg. 254 = De lap., 1 τῶν ἐν τῇ γῇ συνισταμένων τὰ μέν ἐστιν ὕδατος, τὰ δὲ γῆς. ῦδατος μὲν τὰ μετα (...)

62.2.1. Le fragment 254 est une citation de Théophraste lui-même qui, au début de son Traité des pierres, rappelle la théorie générale de leur formation et renvoie, pour la formation des métaux, à son περὶ τῶν μεταλλευομένων16.

  • 17 Frg. 255 = HÉSYCHIOS, s. ν. προσφανῆ · Θεόφραστος ἐν τῷ μεταλλιϰῷ χρυσίου συρροάς.
  • 18 Frg. 258 = HARPOCRATION, p. 172, 15, s. ν. ϰεγχρεών = PHOTIOS, s. v. = SOUDA, s. v.
  • 19 Frg. 261 = POLLUX, VII, 99 + POLLUX, Χ, 149 (dans des listes de mots relatifs à la métallurgie). C (...)

7Le fragment 255, conservé par Hésychios, est consacré à l’or alluvionnaire et au lavage à la batée17. Le fragment 258, conservé par Harpocration, par Photios et par la Souda, traite de la préparation du minerai d’argent par flottation dans les mines attiques18. Le fragment 261, conservé par Pollux, est relatif à l’outillage : le creuset où l’on fabrique l’acier s’appelle περίοδος, le crible pour trier le minerai s’appelle σάλαξ19.

8Ce sont les seuls fragments sûrs, c’est-à-dire portant le nom de Théophraste. Ils permettent déjà de dire que le περὶ τῶν μεταλλευομένων traitait de la théorie générale des métaux, de la métallurgie de l’or, de l’argent et du fer, avec un intérêt particulier pour les techniques de préparation du minerai et pour l’outillage.

  • 20 Déjà attribués à Théophraste par Jan de Meurs dans I. MEURSIUS, Theophrastus sive de illius libris (...)
  • 21 Frg. 260 = HÉSYCHIOS, s. ν. σϰαρψών · εἶδος ϰαμίνου ἐν τῷ μεταλλιϰῷ.
  • 22 Frg. 262 = HÉSYCHIOS, s. ν. σύζωσμα· ἐν τῷ μεταλλιϰῷ τὸν ἐϰρέοντα χαλϰόν.

92.2.2. Rose ajoute un certain nombre de fragments qui ne portent pas de nom d’auteur. Les fragments 260 et 262 sont cités par Hésychios avec la référence ἐν τῷ μεταλλιϰῷ. Il y a quelque probabilité que cet ouvrage, assez célèbre pour se passer d’auteur, soit celui de Théophraste20. Le fragment 260 conserve le nom d’un type de four21, le fragment 262 est relatif à la coulée du bronze, métal qui manque justement dans les fragments sûrs22.

  • 23 Selon V. ROSE, Aristoteles pseudepigraphus, pp. 255 et 280-281, les chapitres 1-32 des Histoires M (...)

10Les fragments 255 (deuxième partie), 256, 257, 259, 263, 264, 265 sont extraits du traité pseudo-aristotélicien des Histoires merveilleuses (De mirabilibus auscultationibus). Cette compilation paradoxographique amalgame des sources diverses, mais les érudits s’accordent à reconnaître, au moins dans les 77 premiers chapitres, l’œuvre de Théophraste23, et le caractère particulier des chapitres 42-50, 61-62 de ce traité les dispose à provenir du Traité des métaux. Que ces fragments se trouvent dans une œuvre paradoxographique n’implique pas que Théophraste ait manqué de rigueur scientifique. Les faits rapportés sont explicables du point de vue métallurgique, donc Théophraste devait être capable de les expliquer.

  • 24 Dans le De lap., 5, Théophraste est sceptique à propos des « pierres qui enfantent». Sur ces super (...)

11Les fragments 255 bis (Mir., 42) et 256 (Mir., 43-44) rapportent de vieilles croyances sur la croissance des minerais et sur les mines qui, délaissées, se remettent à produire. Théophraste ne reprenait sûrement pas à son compte ces superstitions de mineurs24 et on voudrait savoir quelle explication scientifique il en donnait.

  • 25 Malgré l’invraisemblance des faits rapportés, l’attribution au Traité des Métaux est proposée par (...)

12Le fragment 257 (Mir., 45-46-47) énumère des pépites d’or qui étaient remarquables par la taille ou par l’abondance, du moins pour un Grec. Le fragment 259 (Mir., 48) rapporte la préparation de l’acier chalybdique ou amisénien par le traitement de minerais alluvionnaires. Les fragments 263 (Mir., 49) et 265 (Mir., 62) ont trait au bronze indien et à la fabrication du laiton par les Mossynèques. Enfin, la première partie du fragment 264 (Mir., 50) explique par la théorie aristotélicienne de l’ἀντεπερίστασις le fait que l’étain celtique aurait fondu dans l’eau froide. La seconde partie (Mir., 61) rapporte que le plomb indien, versé chaud dans l’eau froide, saute hors du bain25. Sur ce dernier point, il faut noter que Théophraste ne rejetait pas a priori ces « faits maudits ». Ou bien il leur trouvait une explication scientifique, ou bien il manifestait son scepticisme. Mais le compilateur paradoxographe n’a pas manqué de négliger les réserves ou l’explication.

  • 26 Codex Parisinus Graecus, 1310 (papier - xve siècle), fol. 444 B, texte intitulé περὶ τῶν εὑρισϰομέ (...)

13Enfin, le texte que Rose ajoute sous le numéro 266 n’est sûrement pas authentique. C’est une description des mines de Chypre, conservée par un Parisinus du xve siècle. Certes, il cite Ἀριστοτέλους περὶ φυσιολογιϰῶν, περὶ οὐσίας γῆς ϰαὶ λίθων ϰαὶ μετάλλων, mais on n’a aucune trace de pareil ouvrage. Il cite aussi, et surtout, les ouvrages pharmacologiques de Galien et contient des expressions alchimiques26. S’il y a un noyau théophrastéen, il est indiscernable.

  • 27 Insertion proposée par MÜLLENHOFF, op. cit., p. 427, η. 1, par O. REGENBOGEN, op. cit., col. 1407 (...)

142.3. Si on admet que les mentions métallurgiques des Histoires merveilleuses proviennent du Traité des métaux, on est obligé d’ajouter aux fragments réunis par Rose les chapitres 58 et 59 du même traité, relatifs aux curiosités minières de l’île de Démonèse en Propontide : malachite et azurite, beauté du cuivre, caverne avec stalactites. Il est logique d’intégrer ces chapitres au Traité des métaux, malgré certaines considérations adventices, médicales et historiques. Qui échappe à la manie de la digression27 ?

  • 28 M.Y. HASCHMI, Die griechischen Quellen des Steinbuches von al-Beruni dans Annates Archéologiques d (...)

15Enfin, il y a peut-être un fragment chez le polygraphe persan al-Biruni, qui compare le poids spécifique des différents métaux28.

  • 29 C. SCHMIDT, Hesychii Lexicon, t. IV, Iena, 1864, p. 5 et p. 172, cite comme fragments du Traité de (...)

16Hormis ces fragments, l’œuvre a péri. Pline l’Ancien, qui cite si souvent le Traité des pierres, ne fait pas la moindre allusion au Traité des métaux. C. Schmidt suppose sans preuve que des vestiges en sont dispersés dans les gloses d’Hésychios29, mais il a existé d’autres μεταλλιϰοί.

Notes

1 V. ROSE, Aristoteles pseudepigraphus, Leipzig, 1863, pp. 254-261 ; Aristotelis opera, t. V, Berlin, 1870, pp. 1523-1524 (édition de l’Académie de Berlin); Aristotelis Fragmenta, Leipzig, Teubner, 1886, pp. 204-209, frg. 254-265. Ces trois éditions présentent les fragments dans des ordres différents et avec des numéros différents. On cite d’après la troisième.

2 Cfr. P. MORAUX, Les listes anciennes des ouvrages d’Aristote. Louvain, 1951.

3 ALEXANDRE D’APHRODISE, In Meteorologica, p. 178, 10-15 Hayduck εἰπὼν δὲ ταῦτα ϰαθόλου μέν φησι ϰαί ϰοινῶς εἰρῆσθαι περὶ αὐτῶν τῶν τε ὀρυϰτῶν ϰαὶ τῶν μεταλλευτῶν, τίς τε αὐτῶν ἡ διαφορὰ ϰαὶ πόθεν ἡ γένεσις ϰαὶ ποῦ. ῖδίᾳ δὲ δεῖν φησιν ἕϰαστον τῶν εἰρημένων γενῶν προχειριζομένους τὰ οἰϰεῖα αὺτοῖς ἐπισϰοπεῖν. Περὶ ὦν Θεόφραστος πεπραγμάτευται ἔν τε τῷ περὶ τῶν μεταλλευομένων ϰαὶ ἐν ἄλλοις τισίν. — OLYMPIODORE, In Meteora, p. 266, 33-36 Stüve ϰαὶ ταῦτα μὲν ϰαθολιϰῶς περὶ μετάλλων παραδίδωσιν ὁ Ἀριστοτέλης, ὑπισχνούμενος ϰαὶ ἰδίᾳ γράφειν. οὺϰ ἔγραψε δὲ δσον ἡμᾶς ϰαὶ τοὺς πρὸ ἡμῶν εἰδέναι. ὁ μέντοι τούτου μαθητὴς Θεόφραστος ἔγραφεν ἰδίᾳ περὶ ἑϰάστου μετάλλου.

4 THÉOPHRASTE, De lap., 1 = frg. 254.

5 DIOGÈNE LAËRCE, V, 44. Cfr. SOUDA, s. ν. Θεόφραστος · περὶ λίθων, περὶ μετάλλων.

6 HÉSYCHIOS, s. ν. προσφανῆ = frg. 255 ; HARPOCRATION, p. 172, 15, s. ν. ϰεγχρεών = PHOTIOS, s. v. = SOUDA, s. v. = frg. 258 ; POLLUX, X, 149 = frg. 261 (2e partie).

7 POLLUX, VII, 99 = frg. 261 (première partie).

8 OLYMPIODORE, In Meteora, pp. 5, 33 - 6, 6 Stüve ἐν δὲ τῷ πέρατι τοῦ τρίτου περὶ τινων ἀψύχων διαλέγεται, οἶον περὶ τῶν μετάλλων, ἐν δὲ τῷ τετάρτφ περὶ τῶν ἁπλῶς συνθέτων ὁμοιομερῶν, ἀψύχων φημί ϰαὶ ἐμψύχιον. ἐπεὶ δὲ τῶν ὁμοιομερῶν ἐμνήσθημεν, χρὴ μὲν εἰδέναι ὅτι τῶν συνθέτων τὰ μὲν ὁμοιομερῆ τὰ δὲ ἀνομοιομερῆ. ϰαὶ ἑϰάτερον τούτων τριττόν ἐστι · σύνθετα ὁμοιομερῆ ἄψυχα, ἄπερ διδάσϰει ἐν τῷ πέρατι τοῦ τρίτου λόγου τῆς παρούσης πραγματείας ϰαὶ ἐν τῇ μονοβίβλω περὶ μετάλλων ἐπιγεγραμμένῃ. ἔστι δὲ ἄλλα σύνθετα ὁμοιομερῆ ἔμψυχα, ἂ διδάσϰει ἐν τῇ περὶ ζφῷν ἱστορίᾳ. — Olympiodore ne dit donc pas expressément que ce traité est d’Aristote. Il peut faire allusion à un traité de l’École inséré dans le corpus aristotélicien.

9 SIMPLICIUS, In librum de coelo, pp. 2, 29 - 3, 4 Heiberg ὡς δὲ oἱ ἕτεροί φασιν, τῶν φυσιϰῶν σωμάτων τὸ μὲν ἐστιν ἀίδιον, περὶ οὖ ἡ παροῦσα πραγματεία, τὰ δὲ ἐν γενέσει ϰαὶ φθορᾷ, περὶ ὦν μέλλων διδάσϰειν ϰοινῶς πρῶτον περὶ γενέσεως ϰαὶ φθορᾶς ἐποιήσατο τὸν λόγον ϰαὶ τότε τῶν γενητῶν ϰαὶ φθαρτῶν τὰ μὲν ἐν τοῖς μετεώροις διὰ τῶν Μετεωρολογιϰῶν παρέδωϰεν, τῶν δὲ ἐν γῇ συνθέτων τὰ μέν ἐστιν ἔμψυχα, τὰ δὲ ἄψυχα. ϰαὶ περὶ μὲν τῶν ἀψύχων τὰ περὶ μετάλλων γεγραμμένα διδάσϰει, τῶν δὲ ἐμψύχων τὰ μέν ἐστιν αἰσθητιϰὰ ϰαὶ ϰατὰ τόπον ϰινούμενα ὡς τὰ ζῷα, τὰ δὲ ἀναίσθητα ϰαὶ ϰατερριζωμένα ὡς τὰ φυτά. — La différence de formulation montre que Simplicius hésite à l’attribuer à Aristote. De même, dans son commentaire à la Physique : In Physica, I, préface, p. 3, 1-4 Diels : ϰαὶ τὰ μὲν ὅσα ἐν τῷ προσεχῶς ὑπὲρ ἡμᾶς συνίσταται τόπφ διὰ τῆς Μετεωρολογιϰῆς πραγματείας ἐδίδαξε, τῶν δὲ ἐν τῷ ϰαθ’ἡμᾶς τόπῳ ἐπειδὴ τὰ μέν ἐστιν ἔμψυχα τὰ δὲ ἄψυχα, περὶ μὲν τῶν ἀψύχων ἐν ταῖς περὶ μετάλλων πραγματείαις διδάσϰουσιν.

10 I. HAMMER-JENSEN, Das sogenannte IV Buch der Meteorologie des Aristoteles dans Hermes, 50 (1915), p. 130, pense que la μονόβιβλος serait le véritable livre IV perdu. Mais ce n’est pas l’opinion d’Olympiodore, qui est seul à citer le livre unique sur les métaux et qui ne le met nullement en rapport avec le livre IV, puisqu’il connaît le même livre IV que nous.

11 Le Lapidaire d’Aristote, abondamment cité dans le Moyen Age arabe et occidental, est un ouvrage arabe dérivé d’une compilation syriaque sur l’histoire naturelle. Voir V. ROSE, Aristoteles de lapidibus und Arnoldus Saxo dans Zeitschrift für Deutsches Altertum, 18 = N.F. 6 (1875), pp. 321-447 ; J. RUSKA, Untersuchungen über das Steinbuch des Aristoteles, thèse, Heidelberg, 1911 ; J. RUSKA, Das Steinbuch des Aristoteles, mit literargeschichtlichen Untersuchungen, nach der arabischen Handschrift der Bibl. Nat. herausgegeben und übersetzt, Heidelberg, 1912 ; M. WELLMANN, Aristoteles de Lapidibus dans SPAW, 11 (1924), pp. 79-82.

12 F. SOLMSEN, Aristotle’s System of the Physical World, New York, 1960, p. 402.

13 V. ROSE, Aristoteles pseudepigraphus, pp. 254-255; O. REGENBOGEN, art. Theophrastos dans RE, Suppl. VII (1940), col. 1417-1418; P. STEINMETZ, Die Physik des Theophrast, Berlin, 1964 (Palingenesia, I), p. 299.

14 DIOGÈNE LAËRCE, V, 44 περὶ μετάλλων αβ ; OLYMPIODORE parle de μονόβιβλος ; THÉOPHRASTE, se citant lui-même, dit ἐν ἄλλοις ; HARPOCRATION, POLLUX, HÉSYCHIOS disent ἐν τῷ comme s’il y avait un seul livre ; ALEXANDRE dit ἐν τῷ, mais son manuscrit Β a ἐν τοῖς ; SIMPLICIUS emploie le pluriel, mais il n’est pas exclu qu’il désigne, par ce pluriel, des œuvres différentes.

15 H. USENER, Analecta Theophrastea, thèse, Bonn, 1858, pp. 19-20 = Kleine Schriften, V, Leipzig, 1912, p. 66, pense que l’un des deux livres serait le Traité des Métaux, l’autre le De lapidibus que Diogène citerait une seconde fois à part. C’est peu vraisemblable. D’autre part, P. STEINMETZ, Die Physik, p. 300, pense que la matière traitée était assez vaste pour remplir deux livres, mais il n’explique pas l’embarras des citants.

16 Frg. 254 = De lap., 1 τῶν ἐν τῇ γῇ συνισταμένων τὰ μέν ἐστιν ὕδατος, τὰ δὲ γῆς. ῦδατος μὲν τὰ μεταλλευόμενα ϰαθάπερ ἄργυρος ϰαὶ χρυσὸς ϰαὶ τὰ ἄλλα […] περὶ μὲν οὖν τῶν μεταλλευομένων ἐν ἄλλοις τεθεώρηται. « Parmi les corps formés dans la terre, les uns sont d’eau, les autres de terre. D’eau sont les métaux, comme l’argent, l’or et le reste. On a traité ailleurs des métaux. » Cela signifie que le traité est antérieur au De lapidibus.

17 Frg. 255 = HÉSYCHIOS, s. ν. προσφανῆ · Θεόφραστος ἐν τῷ μεταλλιϰῷ χρυσίου συρροάς.

18 Frg. 258 = HARPOCRATION, p. 172, 15, s. ν. ϰεγχρεών = PHOTIOS, s. v. = SOUDA, s. v.

19 Frg. 261 = POLLUX, VII, 99 + POLLUX, Χ, 149 (dans des listes de mots relatifs à la métallurgie). Cfr. annexe III.

20 Déjà attribués à Théophraste par Jan de Meurs dans I. MEURSIUS, Theophrastus sive de illius libris qui injuria temporis interciderunt liber singularis. Accedit Theophrastearum lectionum libellus, Leiden, Elsevier, 1640, pp. 35-36, § LXIV.

21 Frg. 260 = HÉSYCHIOS, s. ν. σϰαρψών · εἶδος ϰαμίνου ἐν τῷ μεταλλιϰῷ.

22 Frg. 262 = HÉSYCHIOS, s. ν. σύζωσμα· ἐν τῷ μεταλλιϰῷ τὸν ἐϰρέοντα χαλϰόν.

23 Selon V. ROSE, Aristoteles pseudepigraphus, pp. 255 et 280-281, les chapitres 1-32 des Histoires Merveilleuses sont d’Aristote ou de Théophraste, les chapitres 33-41 de Théophraste, les chapitres 42-50 proviennent du Traité des Métaux, les chapitres 51-60 sont d’un auteur inconnu, les chapitres 61-62 proviennent du Traité des Métaux, les chapitres 63-77 sont d’Aristote ou de Théophraste. K. MÜLLENHOFF, Deutsche Altertumskunde, I, 2e éd., Berlin, 1870, pp. 426-442, spéc. 426-427, voit dans 1-30 l’œuvre d’Aristote ou de Théophraste, 31-32 d’un auteur inconnu, 33-52 de Théophraste, 53-57 de Phanias, 58-77 de Théophraste. J. GEFFCKEN, Timaios’ Geographie des Westens, Berlin, 1892, (Phil. Unt., XIII), pp. 84-92, attribue 1-15 à Aristote ou Théophraste, 16-35 à Théophraste, 36 à Théopompe, 37-50 à Théophraste, 51 à un inconnu, 52-62 à Théophraste, 63-77 à Aristote ou Théophraste ; O. REGENBOGEN, art. Theophrastos dans RE, Suppl. VII (1940), col. 1406-1407, voit dans les chapitres 1-77 l’œuvre de Théophraste, et attribue au Traité des Métaux les chapitres 42-50 et 58-61. Sur les Histoires Merveilleuses, voir aussi A. WESTERMANN, Παραδοξογράφοι. Scriptores rerum mirabilium Graeci, Braunschweig, 1839, réimpr., Amsterdam, 1963, pp. xxv-xxviii ; K. ZIEGLER, art. Paradoxographoi dans RE, XVIII, 3 (1949), col. 1149-1152; A. DILLER, A Source of the Mirabiles Auscultationes dans CPh, 46 (1951), pp. 239-240; A. GIANNINI, Studi sulla paradossografia greca (2) dans Acme, 17 (1964), pp. 133-135. Il n’y a rien de théophrastéen dans les chapitres 78-151.

24 Dans le De lap., 5, Théophraste est sceptique à propos des « pierres qui enfantent». Sur ces superstitions, voir deuxième partie, chapitre 1, paragraphe 1.

25 Malgré l’invraisemblance des faits rapportés, l’attribution au Traité des Métaux est proposée par GEFFCKEN, Timaios’ Geographie, p. 88 et par O. REGENBOGEN, art. Theophrastos, col. 1407.

26 Codex Parisinus Graecus, 1310 (papier - xve siècle), fol. 444 B, texte intitulé περὶ τῶν εὑρισϰομένων μετάλλων ἐν τῇ νήσῳ Κύπρω. L’auteur déclare se fonder (1. 1-2) sur τοῖς βίβλοις τῶν περὶ Γαληνὸν περὶ εἰδῶν, c’est-à-dire sur le traité des médicaments simples de Galien, sur Ἀριστοτέλους φυσιολογιϰῶν περὶ οὐσίας γῆς ϰαὶ λίθων ϰαὶ μετάλλων, ouvrage tout à fait inconnu, peut-être apparenté au Lapidaire d’Aristote, et (1. 8) sur le livre περὶ λίθων διαφορᾶς Ἀριστοτέλους peut-être identique au précédent. Il énumère les mines d’or, d’argent, de cuivre, l’alun lamelleux (halotrichite) et b’anc, de «véritable alun», de sory (pyrite de fer), de misy (pyrite oxydée) et de chalcitis (chalcopyrite). A côté de Galien, l’auteur utilise STRABON, XIV, 6, 5, p. 684 et présente des analogies avec ÉTIENNE DE BYZANCE, S. ν. Ταμασσός. Enfin, il qualifie le sory de «levure de l’or» (προζύμιον τοῦ χρυσαρίου) ce qui est une expression alchimique.

27 Insertion proposée par MÜLLENHOFF, op. cit., p. 427, η. 1, par O. REGENBOGEN, op. cit., col. 1407 (avec doute) et par P. STEINMETZ, Die Physik, p. 301. En effet, beaucoup des données se trouvaient dans la documentation de Théophraste : on trouve mention de la malachite et de l’azurite en De lap., 25-26, 39, 55 ; la seconde partie du chapitre 58, relative au cuivre et au laiton, se retrouve chez le paradoxographe ANTIGONE DE CARYSTE, Mir., 131 dont on sait qu’il se rattache à Théophraste à travers Callimaque : enfin, la mention de stalactites au chapitre 59 évoque le traité perdu que Théophraste avait consacré aux Pétrifications. Pour les détails qui n’ont rien à voir avec la métallurgie, REGENBOGEN, 1407 et STEINMETZ, 301 supposent une contamination des ἱστοριϰὰ ὑπομνήματα de Théophraste, œuvre connue par un seul fragment (165 Wimmer = scholie à APOLLONIOS DE RHODES, IV, 834, pp. 295-296 Wendel). Mais Théophraste ne dédaigne pas les digressions historiques, ainsi dans De lap., 24 à propos des obélisques égyptiens, 55 à propos des annales pharaoniques, 59 à propos des travaux de Callias sur le cinabre.

28 M.Y. HASCHMI, Die griechischen Quellen des Steinbuches von al-Beruni dans Annates Archéologiques de Syrie, 15, 2 (1965), p. 30. D’après la citation d’al-Biruni, il est impossible de dire s’il se réfère aux Problèmes de Théophraste ou à sa Physique. Dans le second cas, il y a des chances que la citation provienne du traité des métaux qui est, avec le de lapidibus, une partie de la Physique, comme l’a démontré P. STEINMETZ, Die Physik, pp. 9-13.

29 C. SCHMIDT, Hesychii Lexicon, t. IV, Iena, 1864, p. 5 et p. 172, cite comme fragments du Traité des Métaux les gloses φάρμαϰον, σύζωσμα, προσφανῆ, σϰαρφῶν, σταγών, φορεῖς. Au t. III, p. 232, s. ν. φάρμαϰον (trempe), il note que cette glose vient de Théophraste, ce que rien ne prouve, et p. 254, s. ν. φορεῖς (porteurs de déblais, dans les mines), il ne note rien, et rien dans le texte n’indique une origine théophrastéenne. Pour la glose σταγών, voir p. 138 et l’annexe III.

© Presses universitaires de Liège, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search