Version classiqueVersion mobile

Production institutionnelle de l’enfance

 | 
Véronique Pache Huber
, 
Charles-Édouard De Suremain
, 
Élise Guillermet

Petite enfance et prévention précoce, un débat de société

Du Conseil National de la Résistance à Pas de 0 de Conduite (France)

Early childhood and early prevention: a social debate. From the national council of resistance to the collective movement Pas de zéro de conduite (France)

Marie-Laure Cadart

Résumé

En France, deux modèles de prévention précoce dans le domaine du développement de l’enfant s’affrontent. Au-delà de simples querelles de spécialistes, ces modèles s’inscrivent dans des idéologies diamétralement opposées. Le modèle « soignant », celui de la prévention dite « prévenante », est centré sur l’enfant, sujet en devenir. Il s’appuie sur des bases psycho-dynamiques. L’autre modèle, que nous désignons ici comme « économique », promeut une prévention « mécanique » avec pour objectif de formater les enfants de telle sorte qu’ils adoptent les comportements et normes valorisés par le néolibéralisme. Face à l’hégémonie du second modèle, les défenseurs du premier organisent une résistance à dimension internationale.

Texte intégral

1La France connaît une forte natalité. En témoignent les ventres arrondis et les poussettes dans les rues… mais aussi les statistiques démographiques dont l’indice de fécondité qui est en première position des pays européens avec l’Irlande. Si les raisons d’avoir un enfant sont du domaine de l’intime, la façon de s’en occuper, en revanche, se conjugue avec les normes, les représentations, les lois et les systèmes d’aide en vigueur. Si chacun veut le meilleur pour son enfant et lui préparer un bel avenir, les modalités sont variables pour y arriver. S’il existe un consensus pour penser que l’action précoce auprès des jeunes enfants aura des répercussions dans sa vie future, il en est tout autrement du concept de « prévention précoce » dans le domaine du développement de l’enfant.

2Ici, deux conceptions s’affrontent, alimentant les débats depuis plusieurs années. Derrière ce qui a pu être perçu comme des querelles de spécialistes, s’opposent deux conceptions du soin et de l’éducation mais plus encore de l’existence. Dans une société en profonde mutation, se pose la question de ce qu’il faut prévenir, de ce qu’il faut préparer, pour qui, pour quoi. D’un côté, la prévention, dite « prévenante », centrée sur l’enfant, sujet en devenir, dans une conception humaniste où se conjuguent l’héritage des Lumières (avec les droits de l’Homme et l’autonomie du sujet), la médecine et la psychologie clinique. Ce modèle a prévalu en France jusqu’à la première décennie du xxie siècle, imprégnant les politiques publiques en faveur de l’enfance. De l’autre, une prévention que l’on pourrait qualifier de « mécanique », standardisée ou de masse, visant la performance et la normalisation des conduites, selon une conception néolibérale où prévalent l’économie et le modèle de l’entreprise. Ce modèle, originaire d’outre-Atlantique, s’étend actuellement aux politiques publiques de l’enfance, rencontrant engouement et résistances.

3Médecin et anthropologue, ayant exercé la médecine pendant de nombreuses années en pmi (Protection maternelle et infantile), j’ai fait partie des initiateurs du collectif Pas de 0 de conduite pour les enfants de 3 ans qui s’est opposé, en 2006, au dépistage des « comportements précurseurs de délinquance » chez des enfants de trois ans, ayant été ébranlée par cette proposition dans l’essence même de ma pratique professionnelle et son éthique. C’est de ma double place de médecin et d’anthropologue que je propose une analyse à la fois critique et engagée du concept de prévention précoce. Ainsi, après avoir abordé son émergence, j’analyserai les deux modèles de prévention (prévenante et mécanique) au regard des enjeux, des affrontements et des idéologies qui les sous-tendent.

La prévention « prévenante »

4La notion de prévention précoce apparaît dans l’après-guerre dans une version sanitaire et sociale soutenue par la création de la pmi et la promotion sur l’ensemble du pays de consultations de nourrissons gratuites. La lutte contre la très forte mortalité infantile passe par un suivi médical rapproché des nourrissons, des vaccinations et des mesures hygiéno-diététiques associées à la lutte contre les mauvaises conditions de vie. Si, à cette époque, l’essentiel du champ de la petite enfance ressort du domaine privé, dévolu particulièrement aux mères, l’organisation du suivi sanitaire de l’enfant relève de la santé publique. Par le versement des allocations familiales, l’État soutient financièrement les familles qui doivent soumettre leurs jeunes enfants à des examens de santé obligatoires.

Prémisses du concept

5Ce dispositif s’inscrit dans l’application du programme du Conseil national de la résistance qui, à la Libération, a impulsé de profondes réformes sur le plan économique et social, subordonnant les intérêts particuliers à l’intérêt général. Un vaste mouvement de nationalisation, de création et de développement de services publics a consacré une place de choix à la santé et à l’éducation à laquelle participe l’université avec ses deux pôles d’enseignement et de recherche. Préservés des pressions économiques, ceux qui travaillaient dans la fonction publique ont permis d’importantes avancées sociétales. Dans le champ de la petite enfance, une politique familiale généreuse a soutenu les familles en même temps que les professionnels bénéficiaient, dans leurs pratiques, de connaissances scientifiques récentes dans le domaine de la médecine mais aussi de la psychologie.

6La période de prospérité économique des Trente Glorieuses (1945-1975) voit une amélioration considérable de l’état de santé de la population et une forte diminution de la mortalité infantile. Les enfants étant pour la plupart en bonne santé physique, se pose alors la question de leur santé mentale et de leur développement cognitif et affectif.

7Dans les années 1960, la psychologie est associée à la prévention qui devient « médico-psycho-sociale », sous l’impulsion des pionniers de la pédopsychiatrie parmi lesquels Serge Lebovici, Roger Misès, Robert Diatkine, Françoise Dolto, Michel Soulé et Myriam David qui représentent différents courants de la psychanalyse en France. Cette jeune discipline qu’est la pédopsychiatrie s’alimente des découvertes récentes sur la psychologie de l’enfant issues de recherches dont certaines sont menées par le Centre international de l’enfance (Cie) sous l’égide de l’Organisation mondiale de la santé (oms), deux institutions récemment créées. Cette génération de chercheurs est marquée par la guerre et les effets de la folie collective qu’elle a engendrée. Certains ont connu la déportation et le souci du « plus jamais ça ! » les habite. Découvrant la spécificité du psychisme infantile en plein développement, ces médecins se questionnent sur la possibilité d’agir précocement pour éviter qu’un enfant se structure psychiquement sur un mode qui le fera souffrir et l’entravera dans ses relations aux autres et ses apprentissages. Confrontés à la souffrance psychique des enfants dont on sait depuis peu qu’elle peut laisser des séquelles parfois irréversibles, ils se positionnent en cliniciens et font tout pour tenter d’en comprendre les causes et mécanismes, et d’y remédier. Parmi eux, Myriam David analysera les effets traumatiques sur le jeune enfant des séparations précoces et travaillera à les éviter ou à les aménager — si elles s’avèrent nécessaires (David 2014 : 127-146).

8Pour Michel Soulé, « la notion actuelle de déficience intellectuelle secondaire justifie toutes les mesures préventives ». Premier chef de service de l’inter-secteur de psychiatrie infanto-juvénile du 14e arrondissement de Paris créé en 1975 et clinicien avant tout, il voit des enfants très perturbés, incapables d’apprendre à lire ou à écrire ou encore de communiquer ou de développer des liens affectifs. Persuadé qu’on aurait pu éviter cela en intervenant tôt et d’une façon adaptée, il défend et diffuse le concept de prévention précoce. Il s’appuie sur des données épidémiologiques pour convaincre et démontrer la pertinence de ce concept et l’efficacité des actions préconisées. Il développe la notion de « clignotants », d’indicateurs de risques, qui ne signent pas systématiquement l’existence de pathologies, mais constituent des indices à prendre en compte quand ils sont cumulés chez un même enfant. Pour Soulé, il ne faut pas attendre une demande explicite de soins de la part des familles trop en difficulté pour la formuler, mais considérer que l’existence de ces clignotants peut signer « l’émergence d’une demande masquée ». La prévention est pour lui une « ardente obligation »… Il passera sa vie à la mettre en œuvre et à la transmettre, tout en mettant en garde contre les risques de dérives des politiques de santé préventive :

Notre civilisation industrielle, notre vie urbaine nous ont conduits à des progrès incontestables sur le plan de la santé et des moyens efficaces de prophylaxie, mais en contrepartie, il est évident que la politique nouvelle doit s’accompagner constamment d’une réflexion pour maintenir les facteurs dynamiques que représentent la liberté d’un individu, son autonomie et même son goût du risque (Cité dans Cadart 2012b : 118-120).

9Ces médecins ont aussi conscience du coût de ces mesures et leur absence de visibilité à court terme, facteurs qui font hésiter praticiens et financeurs. Ils se débattent dans des dilemmes et des incompréhensions qui ont toujours cours aujourd’hui : « Les effets de mesures préventives sont toujours “à long terme” : l’absence de résultats visibles, immédiats, fait hésiter le praticien (médecin ou assistante sociale) à lui donner la priorité sur une mesure d’aide immédiate aux cas urgents et graves qui assaillent les services sociaux » (David 1962 : 23).

10Le modèle qu’ils ont initié est celui d’une prévention que l’on nomme aujourd’hui « prévenante ».

Une prévention centrée sur le sujet

11Chaque société façonne ses bébés à son image et la petite enfance constitue un terreau fertile de normalisation. Dans la nôtre, l’affirmation de la vie psychique du bébé fait aujourd’hui consensus. Celui-ci est considéré comme un sujet à part entière et en devenir, avec sa façon singulière d’être au monde, sa réalité psychique et relationnelle, inscrite dans son histoire affective, familiale et culturelle. Pourtant, il n’y a pas si longtemps, le développement du jeune enfant était considéré sur un plan strictement somatique. Le bébé était perçu comme un simple tube digestif ayant besoin de calme pour grandir. Parler à un bébé ou le stimuler était même dangereux. Le pensant insensible à la douleur, on pratiquait sur lui des interventions chirurgicales, telle l’ablation des amygdales sans anesthésie (Cadart 2013b). La prise en compte de la santé globale de l’enfant, intégrant sa vie psychique, s’est faite progressivement, en même temps que se diffusait dans le grand public une autre image du bébé.

12La formation à la psychologie a petit à petit intégré le cursus des soignants, des travailleurs sociaux, des éducateurs, et des enseignants. La qualification des professionnels s’occupant des enfants s’est accrue.

  • 1  Cf. la loi d’orientation de 1975 sur les personnes handicapées.
  • 2  Françoise Dolto a créé, en 1977 à Paris, la Maison Verte pour les enfants de moins de quatre ans a (...)

13Des institutions de soins pour enfants ont vu le jour sur tout le territoire au sein desquelles l’idée d’une prise en charge globale, individualisée, intégrant les découvertes sur la vie psychique et le développement de l’enfant ont fini par s’imposer : la pmi, la pédopsychiatrie avec l’implantation de centres médico-psychologiques infantiles (cmp), les Centres d’action médico-sociale précoce (camsp) autour du handicap et des maladies chroniques1. Les lieux de socialisation des jeunes enfants ont aussi été concernés tels que les écoles maternelles dans lesquelles interviennent les équipes de pmi et les Rased (réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté) ou les établissements d’accueil de jeunes enfants (crèches, haltes-garderies, jardins d’enfants qui se sont particulièrement développés à partir des années 1980, les lieux d’accueils enfants-parents à la suite de la Maison Verte de Françoise Dolto2, etc.).

14Dans tous ces lieux, les professionnels ont appris à faire le rapprochement entre des signaux d’origines multiples (maladies à répétition, hospitalisations injustifiées, tristesse, agressivité, retard de langage et/ou de développement, etc.) qui, pris isolément, n’ont aucune signification alors que leur somme constitue un motif de préoccupation.

15Pour illustration, prenons l’exemple d’un enfant de deux ans qui agresse les autres enfants à la crèche. Ce comportement qui dérange l’établissement n’a pas de signification univoque et peut être dû à de multiples facteurs dans lesquels interviennent les évènements familiaux et le contexte de vie, la qualité du travail des professionnels de la crèche mais aussi une psychopathologie possible de l’enfant dont le seul comportement ne permet pas le diagnostic. « S’agit-il d’un enfant présentant un trouble grave de la personnalité dont ce symptôme est un tout petit indicateur ou bien d’un enfant névrosé passant par un moment difficile et dont le symptôme sert d’appel sans paroles ? » (Delion 2008). Selon ce modèle de prévention, le symptôme signe une difficulté sans en déterminer la cause ; il constitue un appel à entendre rapidement et à prendre en compte, de façon adaptée et singulière pour chaque enfant, dans un contexte donné et non un simple trouble dérangeant à faire disparaître dans le seul souci d’efficacité immédiate. Ceci prend du temps et se fait d’une façon discrète mais efficace. Cela passe par la formation des professionnels, une organisation du travail qui tienne compte des savoirs sur l’enfant et de ses besoins, la coopération et l’écoute des parents.

16Les professionnels ont appris à travailler en équipes pluridisciplinaires rassemblant des personnes de professions différentes, mais complémentaires, autour de l’enfant (soins, éducation, psychologie) et de ses parents pour leur proposer, le plus tôt possible, des soins appropriés. Ils ont appris la complexité d’un travail « en réseau » avec les partenaires d’autres institutions, la nécessité de la confidentialité et d’une éthique respectueuse des sujets. Dans ce sens, le temps d’analyse des pratiques professionnelles a été reconnu pour ces métiers que l’on peut qualifier « à hauts risques relationnels ».

17Une certaine idée de la prévention précoce s’est ainsi constituée dans la confiance et le respect des personnes, et particulièrement de l’enfant en devenir.

18Autour du jeune enfant, s’est forgé un savoir-faire professionnel original et multiple, non codifié, qui évoque celui du « bricoleur » de Claude Lévi-Strauss : « Le bricoleur est apte à exécuter un grand nombre de tâches diversifiées ; mais, à la différence de l’ingénieur, il ne subordonne pas chacune d’elles à l’obtention de matières premières et d’outils, conçus et procurés à la mesure de son projet […]. La règle de son jeu est de toujours s’arranger avec les moyens du bord » (Lévi-Strauss 1962 : 27). Ces « moyens du bord » de la prévention prévenante sont multiples, associant professionnalisme et effets de rencontres. Pour exemples, ici, c’est une sage-femme qui fait de la « pmi au bistrot », en liant conversation dans un bar avec une femme enceinte alcoolique, tentant ainsi d’établir la confiance indispensable pour amorcer l’accompagnement de cette femme et le suivi de sa grossesse (Cadart 2012a) ; là, ce sont des actions autour de la musique ou des livres en salle d’attente de consultation de pmi qui créent une enveloppe « contenante » et rassurante pour le bébé et sa famille, notamment en contexte de migration (Cadart 2013b).

19Il y a de l’« invention du quotidien » (Certeau 1990) quand des professionnels inventent de nouvelles modalités de travail au-delà des missions de base assignées et font preuve de créativité dans des interstices situés au sein même du quadrillage des dispositifs.

  • 3  « Bienveillance » : disposition favorable envers quelqu’un (Dictionnaire Larousse encyclopédique 1 (...)

20Loin des standards scientifiques de l’épidémiologie, cette modalité de prévention s’inscrit dans une communauté d’adultes bienveillants3 à l’égard de ces êtres particulièrement vulnérables que sont les jeunes enfants. Les parents peuvent avoir besoin d’être accompagnés et soutenus si nécessaire dans un temps qui n’est ni compté, ni codifié mais gage d’un apprivoisement et d’une reconnaissance mutuels entre parents et professionnels autour de l’enfant.

21Le modèle précédemment décrit est fondé sur la confiance : confiance dans les institutions mais aussi dans le lien social, dans les rencontres humaines, autorisant innovations et créativité, respectant la singularité et la liberté des personnes.

22C’est une attaque contre ce modèle qui déclenchera, en 2006, le mouvement Pas de 0 de conduite pour les enfants de trois ans sur lequel je reviendrai. Selon Pas de 0 de conduite, la « prévention prévenante » vise à l’épanouissement de la pensée et de l’affectivité de chaque enfant pour qu’il puisse inscrire librement ses propres défis dans la société de demain, répondant aux difficultés des enfants de façon individualisée, respectueuse des histoires et des choix de vie des familles ; « La prévention psychologique peut se penser comme toute démarche qui consiste à éviter des dommages occasionnés à la dimension humaine dans la personne. Cela en prenant soin de sa dignité et en soutenant sa capacité à renouer sa confiance en la société » (Le Collectif Pas de 0 de conduite 2011a : 16).

Médicalisation de l’existence, biopouvoir et prévention

23Les pionniers de la pédopsychiatrie qui ont impulsé ce mouvement de prévention prévenante sont animés par ce souci de l’autre auquel les renvoie leur formation médicale et psychanalytique, et le modèle républicain français des droits de l’Homme. Ils participent aussi à ce que Michel Foucault a nommé « biopouvoir », lié au développement du capitalisme et associé à la médicalisation de l’existence. Le biopouvoir est ce pouvoir exercé sur les individus pour qu’ils soient productifs, en bonne santé, normés et normaux, ayant intériorisé les normes et accepté contrôle et quadrillage minutieux de la société au nom du bien de tous (Foucault 1977).

24C’est à la fin du xixe siècle que la grande entreprise de santé publique a pris un essor particulier avec les découvertes pasteuriennes et l’installation progressive de la médecine au cœur des familles. Dans la seconde moitié du xxe siècle, la santé va devenir une valeur-phare, comme en témoignent les nombreuses institutions qui voient le jour à commencer par l’oms sur le plan international.

25Les soignants, imprégnés de culture médicale, y adhèrent comme une évidence et deviennent naturellement les relais de la pensée médicale, cette « façon de percevoir les choses qui s’organise autour de la norme, c’est-à-dire qui essaie de départager ce qui est normal de ce qui est anormal » et de « se donner, des moyens de correction qui ne sont pas exactement des moyens de punition, mais des moyens de transformation de l’individu, toute une technologie du comportement de l’être humain qui est liée à cela » (Foucault 1977 : 374). Cette pensée de la norme s’est diffusée dans les moindres interstices de la société faisant de chacun un relais possible et surtout nécessaire à sa cohésion.

26L’organisation des soins, notamment des soins préventifs fait partie intégrante du mouvement de médicalisation de l’existence visant à promouvoir et à maintenir la population en bonne santé. En son sein, est intégrée l’hygiène mentale qui va devenir la santé mentale, se structurant progressivement pour être au plus près de la population. Le biopouvoir ne concerne pas uniquement le corps, mais la personne toute entière. Les institutions scolaires, la justice, les établissements accueillant les jeunes enfants participent à l’exercice de ce pouvoir, en veillant à l’adaptation et à la conformité de l’enfant à la société, en préparant précocement l’individu à jouer son rôle selon les normes assignées, en sanctionnant ceux qui s’en écartent.

  • 4  « Le modèle magico-religieux et le modèle pastorien se présentent d’abord comme des systèmes intel (...)

27Dans son analyse du concept de prévention, Jean-Pierre Dozon (2001 : 42-44) y voit un invariant permettant à chaque société d’anticiper le malheur et de tenter d’en éviter la survenue selon des conceptions et des pratiques qui lui sont propres. Il classe la prévention selon quatre modèles4 pouvant se conjuguer, au gré des époques et des sociétés, modèles qui, bien que très différents, « procèdent de logiques qui les rendent au bout du compte non exclusifs, autorisant plutôt, entre eux, passerelles et interférences ».

28Étudiant le modèle contractuel actuellement dominant, il rejoint les analyses de Foucault sur le biopouvoir dans ce grand mouvement de médicalisation des corps et des consciences. Ce modèle fonctionne idéalement sur le mode d’une complémentarité nécessaire entre le travail d’objectivation des risques sanitaires (sciences biomédicales et épidémiologie) et un mouvement de subjectivation par lequel les individus doivent devenir des acteurs responsables de leur santé. Face à la place grandissante de la santé publique et de la responsabilité accrue des citoyens vis-à-vis d’eux-mêmes et des autres, il émet l’hypothèse que « nous serions en train de vivre le plein épanouissement [de ce modèle] sous forme d’une normalisation accrue » (Dozon 2001 : 42-44).

29Pour Foucault, quand on réduit l’analyse des conduites humaines au repérage des mécanismes d’adaptation, on se met au service du pouvoir en place.

La prévention « mécanique »

30En son principe, il s’agit de repérer les mécanismes d’adaptation pour les mettre au service d’une normalisation accrue. Ainsi pourraient se définir les ressorts d’une « prévention-dépistage », prédictive, que l’on peut qualifier de « mécanique ».

31La société change. La mondialisation est en marche. En 1994, la création de l’Organisation mondiale du commerce (Omc) et de l’Accord général sur le commerce des services (Agcs) introduit l’idéologie néolibérale dans des secteurs jusqu’alors protégés, dont celui de la santé et de la petite enfance qui se trouvent progressivement envahis. Coup de tonnerre dans le ciel serein du monde de la petite enfance, centré sur le développement de l’enfant selon un modèle sanitaire et éducatif, et qui se sent fort loin des contingences économiques et politiques… Avis de tempête ! Les professionnels de l’enfance, du soin et de l’éducation n’ont pas senti venir le vent soufflant d’outre-Atlantique, un vent porteur des graines du néolibéralisme qui allaient très vite germer sur des champs mentaux prédisposés.

  • 5  Les organismes communautaires sont à but non lucratif, enracinés dans une communauté, ils entretie (...)

32Le néolibéralisme, c’est l’intervention libérale de l’État qui réoriente les formes d’intervention publique de sorte à faire sauter les verrous qui entravent l’économie de marché (Denord 2007 : 5). Le modèle dominant est celui de l’entreprise avec une logique de rentabilité et de temps court. Ce modèle s’est installé au Québec dans le champ de la prévention précoce grâce à une « nouvelle philanthropie » très active qui estime que le social coûte cher, qu’il est « à perte », et critique l’administration et les organismes communautaires5.

Les acteurs de la nouvelle philanthropie tendent à vouloir effacer les frontières entre les secteurs à but lucratif et non lucratif, en faisant entrer les services dans une logique de marché qui, selon eux, profitera à tous. Ils souhaitent s’impliquer et faire la différence. Le regard critique qu’ils portent sur l’organisation sociale et sur l’action politique les pousse à adopter les stratégies employées dans le monde de l’entreprise privée. Ils croient celles-ci aussi applicables pour régler les problèmes sociaux et imposent ainsi une nouvelle manière de gérer le social (Ducharme 2012 : 19).

33La plus grosse fondation du Canada, la Fondation Lucie et André Chagnon (Flac), veut être plus efficace que les organismes communautaires et l’État en préconisant des méthodes inspirées du monde des affaires : objectifs bien définis sur des problématiques ciblées et délimitées dans l’espace et le temps, rendements prédéterminés et évalués dans ce sens… Selon Élise Ducharme (2012), le projet politique est clairement de s’immiscer dans la gouvernance de l’État pour changer les pratiques et le rôle du gouvernement, de brider l’autonomie et de conformer la mission des associations aux intérêts des nouveaux philanthropes :

Dans une société de plus en plus tournée vers l’économie du savoir et avec le vieillissement de la population, la bonne santé de la population et la performance économique des générations futures sont essentielles au maintien de l’ordre actuel. Les générations montantes devront non seulement être en santé, mais aussi davantage formées pour assurer la compétitivité des entreprises dans un monde globalisé, de manière à couvrir les frais engendrés par une population vieillissante. Ce contexte ouvre la voie à une ère de prévention visant à réduire les risques de vivre des situations entraînant des coûts pour le système public et valorisant un investissement dans le capital humain. On se tourne alors vers des programmes d’intervention préventive auprès des jeunes enfants (Ducharme 2012 : 21).

34Ces programmes intègrent des consultants scientifiques en petite enfance s’appuyant sur les neurosciences pour promouvoir scientifiquement un individu adaptable, normé, compétitif, concurrentiel et sain dont la société aura besoin. Ainsi se profile une sorte de « retour sur investissement humain » qui valorise ce qui est considéré comme économiquement rentable.

35Ces programmes de Développement des jeunes enfants (Dje) connaissent une popularité croissante qui dépasse le territoire canadien et sont arrivés en France où ils suscitent un engouement particulier des pouvoirs publics, d’autant qu’ils sont promus par des personnes influentes et différentes instances de gouvernance internationale dont l’Organisation de coopération et de développement économique (Ocde) et la Banque mondiale. Celles-ci les préconisent et considèrent l’investissement social dans la prévention précoce durant la petite enfance un retour à terme sur investissement :

The emergency science of brain development shows that to develop properly, a child’s growing brain needs nurturing long before formal schooling starts at age 6 or 7. Investments in prenatal health and early childhood development programs that include education and health are essential to realize this potential (World Bank 2011: 4).

36Selon ce modèle, il s’agit de « faire fonctionner » un enfant. Les symptômes qu’il manifeste sont vus comme une expression d’anormalité à éradiquer, un risque d’inadaptation sociale qui sera préjudiciable à lui et à la société ; on ne cherche donc pas la cause de ce symptôme, on ne cherche pas non plus à agir sur le contexte et l’environnement, même s’ils sont pathogènes. Les moyens employés sont la rééducation comportementale, voire des médicaments psychotropes.

  • 6  Les normes Afnor ont été créées en 1926 pour les produits industriels.

37Il s’agit de dépister précocement les dysfonctionnements pour y remédier selon des techniques standardisées, reproductibles pour le plus grand nombre : protocoles, grilles et échelles de dépistage, mais aussi programmes de formation des professionnels de l’enfance visant à promouvoir les « habiletés sociales » des enfants. Cette vision de la prévention est celle de la maîtrise des comportements humains. Nous pourrions la qualifier de « prévention Afnor6 », selon le modèle des normes industrielles visant à rendre un produit standard et sécurisé…

38Ce traitement de masse vise à rendre conformes, inoffensifs et adaptés des enfants vus comme potentiellement dangereux et à charge de la société. L’enfant n’y est plus considéré comme un être à protéger mais une menace potentielle. Ces programmes s’appuient essentiellement sur les neurosciences avec une promotion du développement cérébral du jeune enfant, gage de réussite future, de normativité, d’adaptabilité et de prévention de comportements à risque tels que la dépression ou la délinquance.

39Prenant le pas sur le « vivre ensemble », cette attitude du « tout préventif » jette la suspicion sur chacun et alimente la peur de tous les « dys » dont l’inflation ne cesse d’augmenter avec les programmes de dépistage et de rééducation précoce s’y référant. Le « dys » est un dysfonctionnement de l’enfant dans un apprentissage : dyslexie, dysorthographie, dyscalculie, dyspraxie… on peut ajouter à la liste les « dys » alimentaires, etc.

40Le développement d’un enfant n’est plus vu comme singulier, évoluant au rythme de chacun selon un modèle commun, mais comme une somme de compétences à acquérir le plus tôt possible.

41L’enfant est réduit à ses comportements, le langage à un outil cognitif de communication et d’apprentissage. Il s’agit de « normer » avant tout et de supprimer un trouble susceptible de gêner la collectivité. Le symptôme ne fait plus sens, il n’est plus le signal d’appel d’une souffrance. La dimension soignante disparaît au profit de celle d’adaptation sociale.

  • 7  Le dépistage précoce des troubles de la vision qui permet de dépister et de traiter l’amblyopie es (...)

42La « check list des dys » fait partie de la panoplie de dépistage. Se référant aux neurosciences et aux périodes-clés du développement cérébral, elle vise à repérer tôt les dysfonctionnements de l’enfant. Si cette prévention est nécessaire pour le dépistage précoce des troubles sensoriels qui peuvent passer inaperçus et entraîner des séquelles définitives7, entravant le développement et les apprentissages de l’enfant, elle ne peut pas s’appliquer à la vie psychique et sociale dont nous avons précédemment évoqué la complexité. Certains proposent des grilles de dépistage des troubles du comportement, des troubles du langage et de l’autisme. Certains préconisent que les parents remplissent eux-mêmes une « échelle d’évaluation du comportement », notamment chez les enfants d’école maternelle, pour sélectionner ceux qui auront droit à un bilan de santé avec le médecin de pmi. Cette présélection des « enfants à risque » permet d’éviter de voir tous les enfants en visite médicale et de limiter ainsi le coût des actions en école maternelle… Parmi les items recherchés chez des enfants de 3 à 4 ans (notés de 0 à 3 en fonction de leur fréquence), on trouve dans ces documents des signes aussi banaux que :

  • s’oppose, fait le contraire de ce qu’on lui dit ;

  • parle trop, bruyant ;

  • pense qu’il ne pourra pas réussir ;

  • suce son pouce et se sépare difficilement d’un objet familier.

43S’il convient de repérer et de prendre en compte précocement les symptômes qu’exprime un enfant comme autant de signes d’appel d’une souffrance, n’y a-t-il pas un risque à transformer parents et professionnels de la petite enfance en « auxiliaires de soins préventifs » ? Le plus grand danger de telles grilles et échelles de dépistage, outre le fait qu’elles imposent une représentation de l’enfant comme doté de caractéristiques données pour « normales », semble résider dans la sorte de diktat qu’elles imposent et dans le fait qu’elles risquent de se substituer à des professionnels compétents, capables de contextualiser des signes d’appels qu’ils doivent avoir intégrés et appris à reconnaître.

44La confiance interhumaine sur laquelle reposait le lien social est devenue suspecte, non fiable, balayée au profit de ces pratiques « scientifiques » et à efficacité immédiate (Cadart 2012b : 125). L’évaluation est comptable, les traitements doivent avoir des résultats rapides et une lisibilité chiffrée ; l’activité des professionnels fait l’objet de traçabilité. Une méfiance généralisée s’installe ; l’autre devient un danger potentiel. Les parents n’y échappent pas. Le modèle contractuel les rend responsables et donc vite coupables, en tout cas suspects, démissionnaires. Ils doivent se soumettre aux injonctions normalisantes qui leur sont faites (stage de responsabilité parentale…). La peur de l’autre fait glisser vers d’autres registres à des fins sécuritaires.

Utilisation politique de la prévention

45Déjà en 1979, Robert Castel et Anne Lovell mettaient en garde contre les dérives possibles des programmes de prévention à partir de ce qui se passait aux États-Unis : identifiant dans les discours politiques la notion d’enfants dangereux devant être la cible de programmes de prévention, ils ont analysé comment les pouvoirs administratifs et politiques risquaient de s’emparer des concepts de prévention précoce à d’autres fins que celles des soignants :

Les propositions comme celle de dépister systématiquement les enfants potentiellement dangereux n’ont pas reçu de commencement d’application de crainte de réactions trop hostiles. Cependant, ces projets ne sont pas pour autant enterrés et ressurgissent périodiquement sous des formes diverses. Il y aura toujours dans les laboratoires des savants désintéressés pour mettre au point la dernière technique d’intervention sur l’homme — quitte à l’expérimenter sur des rats ou des singes. Il y aura toujours dans les cabinets ministériels des administrateurs responsables pour y voir la solution de leurs problèmes. Le tout au nom du progrès, du savoir, de l’efficacité de la gestion des hommes et du bien des intéressés eux-mêmes. C’est ce qui risque de rendre les ripostes de plus en plus difficiles (Castel & Lovell 1979 : 244).

46En 2005, la prédiction de Castel et Lovell se réalise quand Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur et futur président de la République (2007-2012), propose un projet de loi de prévention de la délinquance qui prévoit un bilan de santé obligatoire des enfants de 3 ans, réalisé à l’école maternelle par des médecins de pmi, pour dépister des comportements précurseurs de délinquance. Ce projet s’appuie sur une « expertise collective » de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), Le Trouble des conduites chez l’enfant et l’adolescent. Cette expertise sous forme de méta-analyse est très controversée du fait d’une approche essentiellement comportementaliste et médicamenteuse, ignorant les autres approches et traitements pourtant très développés en France. Elle est fortement influencée par les travaux québécois de Richard Tremblay, professeur de psychologie à Montréal, sur lequel le pouvoir français s’appuie pour promouvoir sa politique en direction de l’enfance. Selon Richard Tremblay, il faut agir précocement car les comportements d’un jeune enfant sont les mêmes que ceux d’un adolescent, la force musculaire en moins ; agir tôt, c’est éduquer aux bons comportements :

Quand ils sont petits, les adultes arrivent à les maîtriser, mais plus ils deviennent grands et forts, plus ils sont menaçants, plus ils sont rejetés et plus les adultes font appel à la police et au système judiciaire. Ces jeunes deviennent alors officiellement des délinquants. Les comportements qu’ils avaient à trois ans et qui faisaient peur à leurs petits amis ne sont plus tolérés parce qu’ils font peur maintenant aux adultes y compris aux autres délinquants qui sont les victimes les plus fréquentes de leur manque de contrôle (Tremblay 2008 : 138).

47Sans contester les liens entre la petite enfance et l’adolescence, ces propos courts et simplistes à propos d’une problématique complexe ne sont pas sans danger, surtout quand il s’agit d’orienter des politiques publiques.

Des professionnels qui résistent, des citoyens qui soutiennent

48Directement concernés, et ne voulant pas être transformés en « auxiliaires de police », des médecins de Pmi se sont mobilisés avec le Syndicat national des médecins de pmi (Snnpmi). Ils se sentent « attaqués » sur un terrain qu’ils connaissent particulièrement bien puisque faisant partie intégrante de leurs missions de pmi, celui de la prévention précoce « prévenante ». Leur profession est de s’occuper d’enfants en souffrance, de les soigner, de les accompagner ainsi que leurs familles et ils en ont une toute autre lecture et pratique. Ne pas réagir aurait signifié consentir. Ils veulent se faire entendre et décident de lancer un cri d’alarme sous forme d’une pétition sur Internet, mode de communication alors très peu utilisé. Conscients de leur peu de poids, ils décident de faire alliance avec d’autres professionnels également concernés, à savoir des pédopsychiatres, des psychologues et des psychanalystes qui avaient été les premiers à lancer l’alerte contre l’expertise de l’Inserm lors de sa parution, quelques mois auparavant, dénonçant dans la presse une approche partiale et contestant sa scientificité8.

49L’idée est d’alerter l’opinion et de demander l’ouverture d’un vrai débat de société, considérant que la société française toute entière est touchée par cette vision sécuritaire de l’enfance. Selon eux, le débat doit être aussi scientifique sur le contenu de l’expertise et la méthode employée par l’Inserm. Très vite la pétition recueillera 200 000 signatures qui donneront de l’assise au collectif qui se constitue alors.

50Le gouvernement reculera sur certains points, retirant le bilan de santé de dépistage de la loi de prévention de la délinquance (et donc du champ policier) pour le faire cependant apparaître dans la loi de protection de l’enfance votée en 2007, du côté de « l’enfant en souffrance ».

  • 9  dsm (Diagnostic and statistical manual of mental disorders) : classification a-théorique nord-amér (...)

51Si le gouvernement a changé en 2012, portant la gauche au pouvoir, le mouvement de prévention mécanique continue, même s’il se manifeste d’une façon moins directement agressive. Sous prétexte de rationalisation des soins dans un contexte économique marqué par une crise qui dure, la restriction devient la norme. Ainsi voit-on diminuer le nombre de personnes qualifiées auprès des enfants, le nombre de Rased dans les écoles, le nombre de professionnels en cmp, le nombre de centres de pmi de proximité. Pour pallier ces diminutions et les justifier, sont proposés des tests standardisés permettant aux professionnels ou aux parents de dépister les troubles du comportement d’un enfant pour qu’il puisse bénéficier d’une consultation médicale ou psychologique, elle-même nécessaire pour intégrer un programme spécifique réservé aux enfants présentant des troubles identiques, objectivés et classés selon la classification nord-américaine du dsm9.

52Pour les enfants plus grands existent des programmes d’autodiagnostic promettant de dépister rapidement, avec résultats immédiats, les problèmes de santé mentale les plus fréquents : anxiété, dépression, tdah10, problèmes de comportement, tel le « Dominique Interactif » en vente pour 50 € sur Internet auxquels s’ajoutent 6 € de frais lors de chaque passation de test par un enfant11.

53Tout ceci est mesuré, classé et évalué à l’aune de la logique économique et gestionnaire et des standards de l’evidence-based medicine (médecine par les preuves) dans une démarche linéaire de cause à effet où la complexité n’a pas cours. La « machine à dépister » nécessaire au formatage des enfants dans leur trajectoire de normalisation des conduites n’est pas prête de disparaître. Elle n’est pas l’apanage des seules politiques de droite, mais l’outil d’un traitement de masse, objectivable, applicable de façon identique et à grande échelle dans une vision fonctionnaliste liée à l’idéologie néolibérale : planification à grande échelle, standardisation, populations ciblées, réduction de la complexité des causes à des explications simples à support scientifique, résultats rapides et quantifiables, coûts réduits… Le monde de l’entreprise s’est immiscé dans celui de l’enfance avec son modèle industriel. La tentative de production d’enfants en série n’est plus l’apanage de la science-fiction d’Orwell dans son roman Le Meilleur des mondes ou d’Andrew Niccol dans son film Bienvenue à Gattaca, mais bien le fruit d’une certaine rationalité qui transformerait l’enfant en produit conforme, avec ses outils de dépistage et de rééducation protocolisés. Ce modèle industriel, qui nie la singularité des sujets, ne cesse de séduire les régimes fascistes malgré les funestes conséquences dont l’Histoire porte témoignage.

54Dans l’industrie, que fait-on du rebut, du produit non conforme, du déficient ? Il repart en usine dans le meilleur des cas quand le coût du produit fini est tel que cela vaut le coup de le réparer. Mais la plupart du temps, dans les autres cas, il sera simplement jeté ! Ainsi en est-il aujourd’hui des rebuts de la société. L’Histoire ne cesse de produire de la barbarie dont le retour est toujours possible sous des formes variables, dès que l’on pense l’humain sur un mode industriel, dès que l’on fait fi de l’éthique du sujet, dès que l’on accepte que des êtres humains vivent dans les décharges les plus éloignées des villes. La montée des exclus et leur stigmatisation fait craindre le pire : « sans-papiers » cachés, traqués, enfermés puis expulsés (Benasayag & Del Rey 2008), familles roms exclues de ville en ville dont on fait brûler les campements, mères sortant de maternité sans domicile ni lieu d’hébergement, obligées d’appeler le 115, numéro du Samu social de Paris (Davoudian 2012)… Leurs enfants ne sont-ils pas ces surnuméraires, ces invisibles, ces humains non valables à qui aucune prévention n’est proposée ?

55C’est pourquoi le collectif Pas de 0 de conduite est toujours actif, occupant une place de vigilance dans la société française, faisant des propositions, restant mobilisé et nouant des alliances pour défendre cette conception globale de la prévention précoce pour tous. Depuis sa création, il a organisé trois colloques rassemblant chacun plusieurs centaines de personnes, publié cinq livres, pris position de nombreuses fois quand l’enfant-sujet est attaqué. Ainsi, en mai 2010, face au gouvernement qui organise les États généraux de la protection de l’enfance où la protection de l’enfance est liée à la prévention de la délinquance, Pas de 0 de conduite lance avec une centaine de partenaires (associations, syndicats, collectifs) les États générEux pour l’enfance avec l’élaboration d’un cahier de doléances pour la cause des enfants dont a été issu le livre Plaidoyer pour la cause des enfants (2012). En janvier 2012, le collectif a voulu mettre au grand jour la richesse et la diversité de pratiques efficaces qui se jouent sans faire de bruit avec les enfants en réunissant à Paris pendant deux journées de forum les acteurs au quotidien d’une prévention prévenante. L’initiative a connu un franc succès : deux jours de « ruche active », d’échanges et de ressourcement, en même temps que paraissait un livre rassemblant ces initiatives et illustrant ce que Pas de 0 de conduite promeut dans son Manifeste pour une prévention prévenante (collectif Pas de 0 de conduite 2011a et 2011b). Enfin, devant l’absence persistante de politique nationale cohérente pour l’enfance, pointée du doigt par le comité des droits de l’enfant de l’Onu, Pas de 0 de conduite a mené une nouvelle initiative rassemblant 88 organismes dans un nouveau collectif cepe (Construire ensemble une politique de l’enfance)12 pour demander la création de deux instances pour une véritable politique de l’enfance : une délégation interministérielle à l’enfance pour coordonner les actions des différents ministères et se donner les moyens de cette politique ; un Conseil national de l’enfance, tel qu’il a été proposé lors des États générEux pour l’enfance, organisme indépendant qui pourrait être saisi ou s’autosaisir de toute question concernant l’enfance, et qui serait constitué de représentants de la société civile, professionnels, parents, associations…

56Mais ces « attaques » contre les enfants ne se limitent pas à la France. Face à cette réalité, des contacts se sont noués outre-Atlantique. La résistance se mondialise. Au Québec, le Groupe d’étude critique sur la prévention précoce (aujourd’hui dissous dans différents collectifs) a impulsé actions et réflexions critiques auprès des travailleurs sociaux : il a invité, en 2011, des membres de Pas de 0 de conduite pour plusieurs débats avec des professionnels et universitaires sur la prévention précoce. Au Brésil, le Forum sur la médicalisation de l’éducation et de la société s’est créé en 2010 s’opposant au traitement médicamenteux des enfants présentant des difficultés d’apprentissage et des troubles du comportement. En juillet 2013, le Forum brésilien a organisé un colloque international à Sao Paulo auquel Pas de 0 de conduite a été convié avec des représentants d’Argentine, du Brésil, du Chili, de Cuba, d’Espagne, des États-Unis et du Portugal. Lors de ces journées a été confirmé le constat d’une mondialisation des pratiques et des traitements des enfants présentant des difficultés d’apprentissage ou des troubles du comportement, dans une approche comportementaliste et médicamenteuse, se référant à la classification américaine de la psychiatrie, le dsm5. À l’issue du colloque, est né le mouvement international pour la dé-pathologisation de la vie.

Conclusion

57Dans ce texte, j’espère avoir permis de saisir les enjeux sous-jacents aux deux modèles de prévention précoce, sans pour autant tomber dans un quelconque manichéisme. Être dans une position engagée comporte le risque contradictoire d’affaiblir des propos qui peuvent paraître excessifs. Je souhaite avoir évité ce piège et réussi à montrer les rapports de force inégaux qui se jouent autour de la prévention et mettent en danger un édifice pourtant solide et vivant, reposant sur les fondations construites par les pionniers de la pédopsychiatrie et qui se sont renforcées au cours des décennies au gré des découvertes.

58D’un côté, le soin humain, l’écoute et la rencontre qui permettent au petit d’homme de grandir et d’être accompagné dans ses difficultés. C’est le « prendre soin » des soignants et des éducateurs en contact direct avec l’enfant et sa famille qui tient compte de la singularité de chacun et des effets de l’inconscient autant que de ceux de la volonté.

59De l’autre, un soin standardisé, homologué, transposable qui cherche à dépister le plus grand nombre d’anomalies et le plus tôt possible pour mieux normaliser et adapter l’enfant, quel que soit son contexte de vie. Ce modèle repose sur l’investissement social dans la petite enfance qui devrait permettre de compenser, par les résultats obtenus à l’âge adulte, les sommes dépensées durant la petite enfance. Il n’y est plus question de sujets singuliers mais d’individus interchangeables. Ce modèle, qui s’appuie sur les neurosciences comme caution, est aussi celui des économistes, des statisticiens et des planificateurs. Calqué sur le monde de l’entreprise, il « croit » en la valeur positive de la concurrence et ouvre le champ au secteur privé lucratif dans le marché de la petite enfance.

60Pour autant, au quotidien, ces deux modèles ne sont souvent pas si clairement délimités, mais plutôt intriqués, dans une complexité qu’il peut être difficile de décrypter que ce soit pour les professionnels ou les familles. En effet, l’inflation des dépistages alerte parents et professionnels sur un nombre croissant de signes d’appel que manifestent les enfants, alors même que les institutions de soins ne peuvent les recevoir du fait de l’engorgement suscité par ces demandes trop nombreuses. Le souci de la performance des enfants, gage de réussite dans un monde rapide et concurrentiel, associé à la responsabilité individuelle des parents sur qui l’on fait reposer pleinement l’échec ou la réussite éducative de leurs enfants sans questionner la responsabilité de la société, vont trouver un écho dans les protocoles de dépistage précoce et les mesures de rééducation standardisées qui leur sont associées. La voie est ouverte aux coaching en tout genre, aux soutiens scolaires privés dès la maternelle, alors que, dans le même temps, le nombre de professionnels du soin et de l’éducation diminue dans le secteur public.

  • 13  Un monde sans humains, film de Philippe Borrel, production Cinétévé Arte. Diffusé le 23/10/2012 su (...)

61Constater que le mouvement de formatage des enfants et de diminution des dépenses dans le secteur public des soins est le même partout entraîne un double mouvement : impuissance face à l’ampleur du phénomène et force face à la compréhension du mécanisme. Comprendre est la première étape pour résister. Car que peuvent faire les promoteurs d’une prévention prévenante si ce n’est lutter face à la destruction de l’édifice qu’ils ont contribué à bâtir et face à la promotion d’une société dont ils ne veulent pas, une société qui écrase l’humain, le nie, le soumettant aux machines, rêvant même pour certains de l’homme-machine, un homme dont les performances seraient optimisées en même temps que ses constantes biologiques seraient en permanence contrôlées au moyen d’une carte à puce implantée sous la peau13.

62Nous traversons une crise de confiance alimentée par une peur latente, rampante, insidieuse, globale, peur qui entraîne un conformisme rabotant et excluant tout ce qui trouble son ordre. Notre société se cloisonne de plus en plus entre les inclus et les exclus dont le nombre ne cesse de croître. Ceux qui sont inclus ont peur de perdre leur inclusion, considérant comme dangereux tout ce qui sort du cadre établi. Ainsi en est-il de l’autre différent, du non conforme, de l’exclu. La machine à « normer » tourne en surrégime dans un fracas assourdissant. Et les cris d’alarme de ceux qui s’occupent des enfants, les connaissent, les soignent et les éduquent ne sont pas entendus. Gageons que la machine finira par s’arrêter mais il faudra, pour cela, un immense effort collectif.

Bibliographie

Références bibliographiques

Benasayag M. & Del Rey A. et des militants de Resf 2008. La Chasse aux enfants. Paris : La Découverte.

Cadart M.-L. 2012a. « Visites à domicile en pmi. Les enjeux en périnatalité » (101-108), in Y. Knibiehler, F. Arena & R.M. Cid Lopez (eds.) La Maternité à l’épreuve du genre. Rennes : Presses de l’Ehesp.

— , 2012b. « La prévention précoce en France ; rappel historique des débats » (114-126), in M. Parazelli, S. Lévesque & C. Gélinas (eds.) La Prévention précoce en question. Montréal : Presses Universitaires du Québec.

— , 2013a. « Le développement de l’enfant de l’Oms à l’Omc » (37-81), in C. Bauby & P. Suesser (eds.) Les Enjeux du développement de l’enfant. Toulouse : Érès.

— , 2013b. « La culture, une alliée de la prévention précoce en Pmi », Livret du DVD « Rencontres musicales dans les pmi de Seine Saint Denis ». Paris : Pantin, Enfance et Musique.

Castel R. & Lovell A. 1979. La Société psychiatrique avancée : le modèle américain. Paris : Grasset.

Collectif Pas de 0 de Conduite. 2011a. Manifeste pour une prévention prévenante. Toulouse : Érès.

— , 2011b. La Prévention prévenante en action. Toulouse : Érès.

David M. 1962. « Nouveaux regards sur la Pmi », Informations sociales 8-9 : 23-27.

— , 2014. Prendre soin de l’enfance. Toulouse : Erès

Davoudian C. 2012. Mères et bébés sans papiers. Toulouse : Érès.

De Certeau M. 1990. L’Invention du quotidien. Paris : Folio Essais.

Delion P. 2008. Tout ne se joue pas avant trois ans. Paris : Albin-Michel.

Denord F. 2007. Néo-libéralisme version française. Histoire d’une idéologie politique. Paris : Démopolis.

Dozon J.-P. 2001. « Quatre modèles de prévention » (23-46), in J.-P. Dozon & D. Fassin (eds.) Critique de la santé publique. Paris : Éditions Balland.

Ducharme E. 2012. « La “nouvelle philanthropie” : coup d’œil sur les impacts de sa présence en sol québécois » (114-126), in M. Parazelli, S. Lévesque & C. Gélinas (eds.) La Prévention précoce en question. Montréal : Presses Universitaires du Québec.

Foucault M. 1977. « Le pouvoir, une bête magnifique » (368-382), in M. Foucault Dits et écrits II Paris : Gallimard Quarto.

Les États Généreux pour l’Enfance. 2012. Plaidoyer pour la cause des enfants. Toulouse : Érès.

Lévi-Strauss C. 1962. La Pensée sauvage. Paris : Plon.

Tremblay R. 2008. Prévenir la violence dès la petite enfance. Paris : Odile Jacob.

World Bank 2011. Learning for All : Investing in people’s knowledge and skills to promote development. World Bank Group Education Strategy 2020. Washington DC : The International Bank for Reconstruction and Development-The World Bank.

Notes

1  Cf. la loi d’orientation de 1975 sur les personnes handicapées.

2  Françoise Dolto a créé, en 1977 à Paris, la Maison Verte pour les enfants de moins de quatre ans accompagnés d’un parent.

3  « Bienveillance » : disposition favorable envers quelqu’un (Dictionnaire Larousse encyclopédique 1977).

4  « Le modèle magico-religieux et le modèle pastorien se présentent d’abord comme des systèmes intellectuels où des dispositifs de prévention résultent de la mise en ordre préalable des causes ou des étiologies ». Le modèle de la contrainte profane et le modèle contractuel s’attachent aussi aux causes mais « mettent davantage en avant des logiques d’action et de prévention touchant à l’organisation pratique et politique de la vie commune » (Dozon 2001 : 26).

5  Les organismes communautaires sont à but non lucratif, enracinés dans une communauté, ils entretiennent une vie associative et démocratique et sont libres de déterminer leur mission, leurs approches, leurs pratiques et leurs orientations. Site du gouvernement québécois :http://www.mess.gouv.qc.ca/sacais/soutien-financier/soutien_sacais/FAACA/soutien_defense_droits/admissibilite.asp

6  Les normes Afnor ont été créées en 1926 pour les produits industriels.

7  Le dépistage précoce des troubles de la vision qui permet de dépister et de traiter l’amblyopie est remarquable d’efficacité : l’amblyopie est une baisse de l’acuité visuelle sans lésion organique de l’œil, mais par un mécanisme cérébral de neutralisation des images reçues par l’œil amblyope. Un dépistage et une rééducation précoces évitent une cécité rapide et définitive et permettent une récupération totale de la vision.

8  Pétition consultable sur le site : www.pasde0deconduite.org

9  dsm (Diagnostic and statistical manual of mental disorders) : classification a-théorique nord-américaine des maladies mentales fondée sur la description des comportements et leur classification. La dernière version (DSM5), parue en mai 2013, est particulièrement controversée y compris au sein de la communauté scientifique américaine par des psychiatres notamment par Allen Frances qui avait coordonné la précédente version et craint des sur-diagnostics notamment chez les enfants (Psychiatrie : DSM5, le manuel qui rend fou ; www.lemonde.fr, le Monde science et techno, 13/05/2013).

10  tdah : trouble de l’attention et hyperactivité.

11  http://www.dominic-interactive.com/index_fr.jsp

12  http://cep-enfance.blogspot.fr/

13  Un monde sans humains, film de Philippe Borrel, production Cinétévé Arte. Diffusé le 23/10/2012 sur la chaîne télévisuelle Arte.

Auteur

Médecin et anthropologue, Aix en Provence,
Médecin et anthropologue, elle a exercé de nombreuses années dans différents services de Protection maternelle et infantile (Pmi). Elle est également l’une des fondatrices du Collectif « Pas de 0 de conduite pour les enfants de 3 ans ». Depuis 2004, elle se consacre essentiellement à la formation continue de personnels de santé et à la recherche sur la petite enfance. Dans son dernier ouvrage (2014), elle a rassemblé l’œuvre de la pédopsychiatre Myriam David : Prendre soin de l’enfance, Paris, Érès. mlcadart@gmail.com

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search