Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le problème des métaux dans la science antique

 | 
Robert Halleux

Deuxième partie. Les métaux dans les théories physico chimiques des anciens

Chapitre VI. Astrologues et alchimistes

Texte intégral

12.6.1. Dès l’époque alexandrine, la recherche physique piétine. Aussi, à côté de la tradition philosophique se développe une autre tradition. D’abord, les faits ne sont plus étudiés pour eux-mêmes, mais pour leurs applications, particulièrement leurs applications techniques et médicales. Ainsi, les livres XXXIII et XXXIV de Pline l’Ancien, les papyrus chimiques de Leyde et de Stockholm constituent de véritables traités de métallurgie, sans s’élever au niveau de l’explication et sans que la nature des substances minérales soit abordée en aucune manière. Ces textes sont de précieux documents pour l’historien de la métallurgie, mais intéressent très peu notre présent propos.

  • 1 Voir A.J. FESTUGIÈRE, La révélation d’Hermès Trismégiste, t. I, L’astrologie et les sciences occul (...)
  • 2 Voir ci-dessous le paragraphe 2 : les astrologues.
  • 3 Sur ce point, voir mon article Fécondité des mines et sexualité des pierres, dans RBPH, 49 (1970), (...)

2On assiste également à une véritable poussée d’irrationnel : la science naturelle privilégie le fait rare, étonnant, voire saugrenu. Elle cherche moins les propriétés physiques des animaux, des plantes et des minéraux que leurs propriétés occultes et, pour les découvrir, fait moins confiance à la raison qu’à des révélations, souvent venues de l’Orient1. Les pierres et les métaux seront mis en rapport avec des parties du corps, des plantes, des astres, et par conséquent utilisés comme amulettes dans des combinaisons subtiles2. On va voir ressurgir quantité de superstitions anciennes, notamment les croyances à la fécondité des mines et à la sexualité des minéraux, qui n’avaient jamais complètement disparu3.

  • 4 PLINE, XXXIII. 84.
  • 5 PLINE, XXXIII, 81.
  • 6 PLINE, XXXIV, 137.
  • 7 PLINE, XXXIV, 146.
  • 8 PLINE, XXXIV, 151. Sur les superstitions relatives au fer, voir J.G. FRAZER, The golden Bough, t. (...)

3Pline se fait l’écho de ces bizarreries : l’or préserve les enfants des maléfices, mais il est lui-même maléfique pour l’homme qui le porte sur la tête, pour les poulets et pour les petits du bétail4. Les coupes d’électrum (alliage d’or et d’argent) détectent le poison en changeant de couleur et en sifflant5. La famille Servilia nourrit une petite monnaie de cuivre qui dévore l’or et l’argent et qui, par son accroissement ou sa diminution, présage le sort de la famille6. Le sang humain se venge du fer qui, lorsqu’il en a subi le contact, rouille plus vite7. En traçant un cercle avec le fer autour des enfants, on les protège contre les drogues nuisibles. En plantant sur son seuil des clous de fer arrachés à une tombe, on écarte les hallucinations8.

  • 9 Sur la notion de sympathie universelle, voir T. WEIDLICH, Die Sympathie in der antiken Literatur, (...)
  • 10 PLINE, XXXIII, 94. Toutes ces remarques sont techniquement exactes.
  • 11 PLINE, XXXIV, 150.

4Dès la fin du troisième siècle avant notre ère, ces propriétés magiques ou naturelles avait été intégrées dans la doctrine générale des sympathies et des antipathies, dont le principal représentant fut Bolos de Mendès, le Démocritéen. Cette doctrine suppose des relations occultes de convenance ou d’incompatibilité entre des êtres pris aux trois règnes de la nature9. On en trouve mainte trace chez Pline : ce sont ces relations qui expliquent ( ?) que l’or puisse être soudé au moyen de la χρυσοϰόλλη, le plomb au moyen de l’étain, le cuivre au moyen de la cadmea (oxyde ou carbonate de zinc) et que l’or ne fonde bien qu’à un feu de paille10. De même, la rouille est l’« antipathie » du fer11.

  • 12 PLINE, XXXIV, 147 (habet concordiam cum ferro) ; PLUTARQUE, Quaest. conv., II, 7, p. 671 C : ἡ δὲ (...)
  • 13 XÉNOCRATE chez S. JÉROME, Commentaire à Amos, III, 7 ; PLINE, XX, 2 (cfr. XXVIII, 148) ; XXXVII, 5 (...)
  • 14 PLINE, XXXVII, 61 ; S. AUGUSTIN, Cité de Dieu, XXI, 4 ; PRISCIEN, Périégèse, 1068-1070 ; SOLINUS, (...)
  • 15 A.G. HAUDRICOURT, Ethnominéralogie, dans Ethnologie générale. Encyclopédie de la Pléiade, Paris, 1 (...)

5La magnetite possède évidemment de la sympathie pour le fer, mais elle perd cette sympathie quand elle est frottée d’ail12. L’adamas, le plus dur de tous les corps, possède une antipathie pour le sang de bouc, qui le désagrège13, et pour la magnétite, qu’il empêche d’attirer le fer14. On mesure l’abaissement où est tombée la science d’Aristote et de Théophraste. Il n’y a plus que des croyances qui ressortissent au domaine de l’ethnominéralogie15.

  • 16 C.A. LOBECK, Aglaophamus, Königsberg, 1829, réimpr., Darmstadt, 1961, t. II, p. 936 ; M. BERTHELOT (...)
  • 17 PROCLOS, Commentaire au Timée, p. 14 Β (p. 43 Diehl), commente l’expression du Timée (18 Β) τὸ μἡτ (...)

62.6.2. La mise en rapport des métaux avec les astres visibles est une idée fort ancienne, du moins pour l’or, associé au soleil, et l’argent, associé à la lune. Aux époques alexandrine et romaine, cette doctrine s’étend jusqu’à mettre systématiquement en rapport des substances minérales et les sept astres visibles : Soleil, Lune, Mars, Vénus, Mercure, Jupiter et Saturne16. Il s’agit d’abord d’une simple correspondance astrologique, mais on en arrive bientôt à l’idée que les métaux croissent dans la terre sous l’influence des astres, conception qui est particulièrement claire dans le commentaire de Proclos au Timée de Platon, qui affirme17 :

« Or, argent, chacun des métaux, comme chacune des autres choses, naissent dans le sol sous l’action des dieux célestes et de l’effluence d’en haut. Il est sûr du moins que, à ce que l’on dit, l’or appartient au soleil, l’argent à la lune, le plomb à Saturne, le fer à Mars. Ces métaux sont donc engendrés d’en haut, mais se forment dans la terre, non pas dans ces astres qui envoient les effluves — car les astres n’admettent rien qui vienne de la réalité matérielle — et, bien qu’ils soient tous issus de tous les astres, il n’en domine pas moins en chacun d’eux une propriété différente, ici une propriété saturnienne, là une propriété solaire : c’est justement pour avoir eu regard à cela que les amateurs de ces spéculations réfèrent tel métal à telle propriété astrale, tel autre à telle autre. »

  • 18 Cfr. F.D. ADAMS, Birth and Development of the Geological Sciences, pp. 282-285.
  • 19 Hermippus de asttologia, 130, p. 59, 4 Kroll-Viereck. L’auteur explique que toutes les choses de l (...)
  • 20 Tous les auteurs depuis Berthelot citent Didyme, Scholie à l’Iliade, E, 386, qui aurait appelé Mar (...)

7Cette théorie aura une grande influence au Moyen Age18, et le petit dialogue byzantin Hermippe ou de l’astrologie (xive s.) est à cet égard très explicite19. Le tableau ci-après reprend les concordances les plus anciennes20.

TABLEAU DES CONCORDANCES ENTRE LES METAUX ET LES ASTRES

TABLEAU DES CONCORDANCES ENTRE LES METAUX ET LES ASTRES
  • 21 PINDARE, Isthmiques, V, 1, 3 (simple question de couleur).
  • 22 Allégories homériques du Codex regias 2556 (xive s.) remontant à l’époque hellénistique ou romaine (...)
  • 23 Scholie Β à PINDARE, Isthmiques, V, 2, t. III, p. 242 Drachmann.
  • 24 LUCIEN, Histoire vraie, I, 20. Le traité entre les Héliotes et les Sélénites est gravé ἐν στήλῃ ἠλ (...)
  • 25 ORIGÈNE, Contre Celse, VI, 22. Celse décrit les initiations mithriaques. Sept portes, faites de mé (...)
  • 26 VETTIUS VALENS, Anthologies, éd. W. KROLL, Car. cod. astr. graec. II. Codices venetos, Bruxelles, (...)
  • 27 NONNOS, Dionysiaques, V, 390-393 (sur le bouclier d’Olympos, le soleil est fait d’or et la lune d’ (...)
  • 28 PROCLOS. Commentaire au Timée, p. 14 Β (p. 43 Diehl). Cfr. supra.
  • 29 OLYMPIODORE, In Aristotelis Meteora, III, 6, pp. 266, 37 - 267, 9 Stüve, avec justification « phys (...)
  • 30 RHETORIUS (astrologue du vie s.), édité par F. BOLL, Catalogus codicum astrologorum graecorum, VII (...)
  • 31 STÉPHANE D’ALEXANDRIE (alchimiste du viie s.), De magna et sacra arte, IX, t. II, p. 247, 30-37 Id (...)
  • 32 Anecdota astrologica du ms. Laurentianus XXVIII, 34 (xie s.), fol. 155 r., édité par Α. LUDWICH, M (...)
  • 33 Liste alchimique ancienne conservée par le Marcianus 299 (M), f. 6, par le Scorialensis, I Ψ 13 (x (...)
  • 34 Liste alchimique ancienne conservée par le Parisinus 2327 (A), fol. 280 r.; le Parisinus 2329 (E), (...)
  • 35 Liste alchimique du Codex Senatus Atheniensis 126 (xviiie-xixe), folio 3 recto. Edité par A. SEVER (...)
  • 36 EUSTATHE, Ad IL, I, 15, p. 25, 2 : le sceptre d’Apollon est en or, car l’or, c’est le soleil. Les (...)

Note 2121
Note 2222
Note 2323
Note 2424
Note 2525
Note 2626
Note 2727
Note 2828
Note 2929
Note 3030
Note 3131
Note 3232
Note 3333
Note 3434
Note 3535
Note 3636

  • 37 C’est le septième métal dans le texte d’ISIDORE, XVI, 17, cité p. 58.
  • 38 A cause de son attribution à la planète Mercure, l’argentum vivum deviendra le mercurius dans l’al (...)
  • 39 G. AGRICOLA, Bermannus, 3e éd., Basel, 1546, p. 447 ; De natura fossilium, Basel, 1546, p. 339.
  • 40 G. AGRICOLA, De ortu et causis subterraneorum, Basel, 1546, p. 73 (voir les corrections dans Epist (...)
  • 41 De natura fossilium, p. 341.
  • 42 De natura fossilium, p. 186.

8La première conséquence de ces spéculations fut de réduire à sept, pour près d’un millénaire, le nombre des métaux. Parmi ceux-ci, l’or, l’argent, le plomb, l’étain, le cuivre et le fer se retrouvent dans toutes les listes, mais une certaine incertitude subsiste longtemps à propos du « septième métal ». L’électrum, alliage naturel d’or et d’argent37, est en concurrence avec le verre, qui présente au feu le même comportement que les métaux fusibles. Sous l’influence des alchimistes, le mercure s’introduit38 et l’électrum, reconnu pour un alliage, est exclu. Mais ce processus est lent ; on le voit par les listes où plusieurs corps ont le même patronage astral. Au terme de l’évolution, chez les alchimistes au moyen-âge arabe et occidental, on obtient une liste où il n’y a plus que des métaux, et qui permet un approfondissement dans l’étude de leurs propriétés communes, mais où le numerus clausus bloque l’extension du concept pour près d’un millénaire. Il faudra, à la fin du moyen âge, la découverte de l’antimoine et du bismuth, pour que s’effondrent à la fois le nombre canonique et les correspondances astrales. Au xvie siècle, Agricola démontrera que le bismuth (plumbum cinereum) est un véritable métal inconnu des anciens39 et que dès lors le nombre des métaux excède celui des « planètes »40. Il soulignera également le caractère métallique de l’antimoine41 et il introduira ces métaux dans une liste nouvelle, susceptible d’extension ultérieure42.

92.6.3. Les alchimistes.

  • 43 L’abondante littérature qui se publie chaque année sur l’alchimie manque souvent d’esprit critique (...)
  • 44 Comme le Catalogue des manuscrits alchimiques grecs ne publie pas les textes recensés, la seule éd (...)

10La question de savoir dans quelle mesure l’alchimie grecque a fait progresser la connaissance positive de la matière est, aujourd’hui encore, vivement controversée43. L’ampleur de la documentation, son caractère cryptique et la mauvaise qualité de l’unique édition existante44 nous empêchent de l’aborder ici. On se bornera à formuler quelques remarques sur le texte le plus ancien, tant pour souligner sa continuité avec ce qui précède que pour y déceler les germes de l’évolution ultérieure.

  • 45 Edité dans Collection, t. II, pp. 42-53 et traduit ibid., t. III, pp. 43-57. Il semble avoir compr (...)
  • 46 Mentions réunies par H. DIELS et W. KRANZ, Die Fragmente der Vorsokratiker, t. II, 6e éd., Berlin, (...)
  • 47 P. Holm. α 13, p. 3 Lagercrantz (O. LAGERCRANTZ, Papyrus Graecus Holmiensis. Rezepte für Silber, S (...)
  • 48 H. DIELS, Antike Technik, pp. 127-129 ; 146-147 ; WELLMANN, Die Φυσιϰά des Bolos, pp. 54 ; 68 ; 77 (...)

11Ce texte, auquel les alchimistes grecs ne cesseront de se référer, est le traité des φυσιϰὰ ϰαὶ μυστιϰά, attribué à Démocrite45. Il n’a rien à voir avec l’Abdéritain. En effet, sous le nom de Démocrite circulaient, dès l’époque alexandrine, des recettes pour contrefaire l’or, l’argent, les pierres précieuses et la pourpre46. Certaines de ces recettes ont passé dans les papyrus chimiques de Leyde et de Stockholm47, et l’on y soupçonne depuis longtemps l’influence de Bolos de Mendès48.

  • 49 PS. DÉMOCRITE, Phys. et Myst., 1 et 2, t. II, pp. 41-42 ; t. III, pp. 43-44.
  • 50 PS. DÉMOCRITE, Phys. et Myst., 4-18, t. II, pp. 43-49 ; t. III, pp. 46-53.
  • 51 PS. DÉMOCRITE, Phys. et Myst., 20-28, t. II, pp. 49-53 ; t. III, pp. 53-57.
  • 52 Pour une interprétation technique de telles recettes, voir R. HALLEUX, Le sens d’ἄσημος dans le pa (...)

12Or, les φυσιϰὰ ϰαὶ μυστιϰά sont consacrés presque exclusivement à la fabrication de la pourpre synthétique49, du faux or50 et du faux argent51. Il s’agit toujours de chauffer un métal vil, plomb ou cuivre, avec des produits minéraux ou organiques pour obtenir, soit une teinture du métal par une cémentation plus ou moins profonde, soit un alliage à bon marché ayant l’aspect du métal précieux. Du point de vue technique, il n’y a rien de très original par rapport aux recettes des papyrus52.

  • 53 PS. DÉMOCRITE, Phys. et Myst., 3, t. II, pp. 42, 21-43, 24 ; 14, pp. 46, 22-47, 3 ; 19, p. 49, 8-9 (...)
  • 54 PS. DÉMOCRITE, Phys. et Myst., 3, t. II, p. 43, 20-21 ἡ φύσις τῇ φύσει τέρπεται, ϰαὶ ἡ φύσις τὴν φ (...)
  • 55 Les rapports entre Bolos et les Phys. et Myst. ne sont pas universellement admis : LAGERCRANTZ, Pa (...)

13La philosophie de la nature qui sous-tend ces opérations est présentée comme le fruit d’une révélation53. Elle est synthétisée de façon frappante par l’axiome constamment répété « la nature jouit de la nature, la nature domine la nature, la nature triomphe de la nature », où l’on n’aura nulle peine à reconnaître la doctrine des sympathies et des antipathies54. C’est pourquoi il n’est pas interdit de penser que cet amalgame d’opérations techniques et de spéculations occultes remonte, lui aussi, à Bolos55.

  • 56 E.J. HOPKINS, Transmutation by color. A study of earliest Alchemy, dans Studien zur Geschichte der (...)

14Quoi qu’il en soit, on trouve, à la racine même des procédés, une profonde conscience de l’unité de la matière derrière la hiérarchie des métaux, puisque le plomb et le cuivre peuvent devenir de l’or et de l’argent par incorporation d’une teinture qui les transforme de la surface jusque dans les profondeurs56.

  • 57 Par exemple, Phys. et Myst., 7, t. II, p. 44, 25 ; 9, p. 45, 9-10.
  • 58 Cfr. le traité contemporain Isis la prophétesse à son fils Horus, 8, t. II, p. 30, 24-26 (trad., t (...)

15Certains passages prescrivent d’incorporer au métal vil un peu d’or57. Il y a là, outre le but pratique, l’idée occulte que le germe d’or ainsi semé croîtra dans le cuivre ou le plomb58.

  • 59 Comme l’a très justement remarqué C.S. SMITH, A History of Metallography, Chicago, 1960, p. 2.

16Il n’y a pas, chez le pseudo-Démocrite, la moindre référence à la structure des corps traités. Les métaux sont traités comme des masses homogènes. C’est là un trait caractéristique de l’alchimie en général59.

  • 60 DIOSCORIDE, V, 95, parlant du mercure écrit : ἔνιοι δὲ ἱατοροῦσι ϰαὶ ϰαθ’ἑαυτὴν ἐν τοῖς μετάλλοις (...)

17Enfin, leur élément constituant, leur substrat commun n’est pas indiqué. Rien ne prouve que l’auteur se soit déjà affranchi des quatre éléments. Plus tard, interviendra la fascination du mercure qui remplacera l’eau comme élément constituant des six autres métaux. Quoi qu’on en ait dit, l’idée que le mercure est l’élément constituant des métaux ne se trouve, dans l’Antiquité, que chez les alchimistes60.

  • 61 Voyez, par exemple, la définition du métal dans la Summa perfectionis de GEBER, I, 16 metallum est (...)
  • 62 A. MIELI, Pagine di storia della chimica. Roma, 1922, pp. 169-172 ; E.O. VON LIPPMANN, Entstehung (...)
  • 63 ALBERT LE GRAND, De mineratibus, III, 1, 2, pp. 155-158 Wyckoff ; III, 2, 1, p. 186 ; IV, 1-2, pp. (...)

18Les savants arabes approfondiront la nature et les propriétés des métaux61 et introduiront un système où le mercure est à la base de la fusibilité, de l’éclat métallique et de la malléabilité, le soufre à la base de la combustibilité, c’est-à-dire de l’oxydabilité62. Au xiiie siècle, Albert le Grand essaiera de concilier cette théorie avec celle de l’origine aqueuse63 et au xvie, Paracelse ajoutera un troisième élément, le sel.

Notes

1 Voir A.J. FESTUGIÈRE, La révélation d’Hermès Trismégiste, t. I, L’astrologie et les sciences occultes, 2e éd., Paris, 1950, pp. 5-13 ; 19-44 ; 194-195. Sur l’évolution de la minéralogie, E. ODER dans F. SUSEMIHL, Geschichte der griechischen Literatur in der Alexandrinerzeit, I, Leipzig, 1891, pp. 856-867 ; T. HOPFNER, art. Αιθιϰά dans RE, XIII, 1 (1926), col. 747-769 ; M. WELLMANN, Die Stein- und Gemmenbücher der Antike, dans Quellen und Studien zur Geschichte der Naturwissenschaften und der Medizin, 4, 4 (1935) ; K.W. WIR-BELAUER, Antike Lapidarien, thèse, Berlin, 1937.

2 Voir ci-dessous le paragraphe 2 : les astrologues.

3 Sur ce point, voir mon article Fécondité des mines et sexualité des pierres, dans RBPH, 49 (1970), pp. 16-25.

4 PLINE, XXXIII. 84.

5 PLINE, XXXIII, 81.

6 PLINE, XXXIV, 137.

7 PLINE, XXXIV, 146.

8 PLINE, XXXIV, 151. Sur les superstitions relatives au fer, voir J.G. FRAZER, The golden Bough, t. I, 2e éd., London, 1900, pp. 345-350.

9 Sur la notion de sympathie universelle, voir T. WEIDLICH, Die Sympathie in der antiken Literatur, Program des Karlsgymnasiums Stuttgart, 1894 ; Ε. STEMPLINGER, Antike Aberglaube in modernen Ausstrahlungen, dans das Erbe der Alten, II, 7 (1922) ; W. KROLL, Sympathie und Antipathie in der antiken Literatur, dans Forschungen und Fortschritte, 1934, pp. 111-112. Sur Bolos (ν. 200 av. J.-C), on verra H. DIELS, Antike Technik, 2e éd., Leipzig, 1920, pp. 127-129, 147 ; M. WELLMANN, Die Georgika des Demokritos, APAW, 1921, 4 ; Die φυσιϰά des Bolos Demokritos und der Magier Anaxilaos aus Larissa, APAW, 1928. 7 ; W. KROLL, Bolos und Demokritos, dans Hermes, 69 (1934), pp. 228-232.

10 PLINE, XXXIII, 94. Toutes ces remarques sont techniquement exactes.

11 PLINE, XXXIV, 150.

12 PLINE, XXXIV, 147 (habet concordiam cum ferro) ; PLUTARQUE, Quaest. conv., II, 7, p. 671 C : ἡ δὲ σιδηρῖτις λίθος οὐϰ ἄγει τòν σίδηρον ἂν σϰορόδῳ χρισθῇ (cfr. THORNDIKE, History, I, 213) ; PAMPHILOS dans Geoponica, XV, 1, 28 ; LYDUS, De mensibus, IV, 13, p. 77 Wünsch. Une autre magnétite repousse le fer et a donc de l’antipathie pour lui : PLINE, XX, 2 ; XXXVI, 130.

13 XÉNOCRATE chez S. JÉROME, Commentaire à Amos, III, 7 ; PLINE, XX, 2 (cfr. XXVIII, 148) ; XXXVII, 59-60 ; S. AUGUSTIN, Cité de Dieu, XXI, 4 (cfr. THORNDIKE, History, I, p. 511) ; SOLINUS, LII, 56 ; PRISCIEN, Périégèse, 1066 ; ISIDORE, Etymologies, XII. 1, 14 ; XVI, 13, 2 ; ANATOLIOS (NEPTUNALIOS), De sympathiis et antipathiis, 56, p. 298 Fabricius (Bibliotheca graeca, t. II, 2e éd., Hamburg, 1723).

14 PLINE, XXXVII, 61 ; S. AUGUSTIN, Cité de Dieu, XXI, 4 ; PRISCIEN, Périégèse, 1068-1070 ; SOLINUS, LII, 57 ; ISIDORE, XVI, 13, 3 ; ORPHÉE, Lithica, 194 ; DAMIGERON, Lapidaire, 3. Sur les réactions de la magnétite au sang de bouc, voir les textes précités de Lydus et de Pamphile.

15 A.G. HAUDRICOURT, Ethnominéralogie, dans Ethnologie générale. Encyclopédie de la Pléiade, Paris, 1968, pp. 1767-1771.

16 C.A. LOBECK, Aglaophamus, Königsberg, 1829, réimpr., Darmstadt, 1961, t. II, p. 936 ; M. BERTHELOT, Les Origines de l’Alchimie. Paris, 1885, réimpr., 1938, pp. 48-49 ; Collection des anciens alchimistes grecs, I, Paris, 1888, réimpr., Osnabrück, 1967 = Introduction à l’étude de la chimie des anciens et du moyen-âge, Paris, 1889, réimpr., 1938, pp. 73-85 ; A. BOUCHÉ-LECLERCQ. L’astrologie grecque, Paris, 1899, pp. 315 sq. ; W.H. ROSCHER et F. BOLL, art. Planeten, dans W.H. ROSCHER, Ausführliches Lexikon der griechischen und römischen Mythologie, III (1897-1909), col. 2532-2534 ; T. HOPFNER. art. Mageia, dans RE, XIV, 1 (1928), col. 326-327 ; W. et H. GUNDEL, art. Planeten, dans RE, XX, 2 (1950), col. 2163 ; J.R. PARTINGTON, The origins of the planetary symbols for the metals, dans Ambix, 1 (1937-1938), pp. 61-64 ; J.R. PARTINGTON, History, pp. 297-304.

17 PROCLOS, Commentaire au Timée, p. 14 Β (p. 43 Diehl), commente l’expression du Timée (18 Β) τὸ μἡτε χρυσòν μήτε ἄργυρον μἡτε ἄλλο μηδὲν νομίζειν ἴδιον αὐτῶν de la façon suivante : εἰ δὲ βούλει, ϰαὶ τοῦτον λεγέσθω τòν τρόπον φυσιϰῶς · ϰαὶ χρυσòς ϰαὶ ἄργυρος ϰαὶ ἕϰαστα τῶν μετάλλων, ὥσπερ ϰαὶ τῶν ἄλλων, ἀπò τῶν οὐρανίων ἐν γῇ φύεται θεῶν ϰαὶ τῆς ἐϰεῖθεν ἀπορροιας, λέγεται γοῦν Ἡλίου μὲν ὁ χρυσός, Σελήνης δὲ ὁ ἄργυρος, Κρόνου δὲ μόλυβδος ϰαὶ Ἄρεως ὁ σίδηρος, ταῦτα δὴ οὖν γεννᾶται μὲν ἐϰεῖθεν, ὑφίσταται δὲ ἐν γῇ ϰαὶ οὐϰ ἐν ἐϰείνοις τοῖς τὰς ἀπόρροίας ἀφιεῖσιν. οὐδὲν γὰρ ἀπò τῶν ἐνύλων ἐϰεῖνα εἰσδέχεται. ϰαὶ ἔστι πάντα μὲν ἐϰ πάντων, ἐπιϰρατεῖ δὲ ὅμως ἄλλη ἐν ἄλλοις ἰδιότης, οἶς μὲν Κρόνιος, οἶς δὲ Ἡλιαϰἡ, πρὸς ἣν ἀπιδόντες οἱ τούτων φιλοθεάμονες τὸ μὲν εἰς τήνδε, τò δὲ εἰς ἄλλην δύναμιν ἀναπέμπουσιν. Traduction A.J. FESTUGIËRE, Proclus. Commentaire sur le Timée, I, Paris, 1966, p. 75. Proclos formule aussi les correspondances en termes de sympathies dans son petit traité Sur l’art hiératique chez les Grecs, publié par J. BIDEZ, Catalogue des manuscrits alchimiques grecs, VI, Bruxelles, 1928, pp. 148-150.

18 Cfr. F.D. ADAMS, Birth and Development of the Geological Sciences, pp. 282-285.

19 Hermippus de asttologia, 130, p. 59, 4 Kroll-Viereck. L’auteur explique que toutes les choses de la terre ont leurs σπέρματα dans le ciel : ϰαὶ μὴν ϰαὶ τὰ τῶν ἑπτὰ μετάλλων εἵδη ϰαὶ τὰς ἴσας διαφορὰς τῶν χρωμάτων ϰαὶ τῶν ἰσαρίθμων χυμῶν τὰς ποιότητας ϰάλλιστα ἄν τις ἐντεῦθεν εἰδείη.

20 Tous les auteurs depuis Berthelot citent Didyme, Scholie à l’Iliade, E, 386, qui aurait appelé Mars l’astre de fer. Il ne nous a pas été possible de retrouver à quoi correspondait cette référence fausse. Pour le tableau qui suit, on s’est limité aux références les plus anciennes dans des textes grecs. On a éliminé les textes syriaques et arabes, ainsi que les listes suivantes :
a) Liste anonyme récente (xiie s.), éditée par C.O. ZURETTI, Catalogue Codicum Astrologorum Graecorum, XI, 2. Codices Hispanienses, Bruxelles, 1934, p. 119, 10 (Saturne-plomb) ; p. 120, 21 (Jupiter - τò στάνιον c’est-à-dire l’étain) ; p. 121, 29 (Mars-fer) ; p. 122, 31 (soleil-or).
b) Liste anonyme récente (xiiie s.), éditée par F. BOLL, Cat. cod. astr., VII, Codices Germanicos, Bruxelles, 1908, p. 96, 18 (Saturne-fer, plomb) ; p. 97, 16 (Jupiter-étain) ; p. 97, 32 (Mars-cuivre) ; p. 98, 8 (Soleil-or) ; p. 98, 17 (Vénus - ornements d’or et d’argent, plomb) ; p. 98, 35 (Mercure-mercure) ; p. 99, 13 (lune-argent).
c) Liste anonyme récente (mentionne les Turcs), éditée par F. BOLL, Cat. Cod. astr., V, 1. Codicum Romanorum partem priorem, Bruxelles, 1904, p. 181, 17 (Vénus-or et argent) ; p. 181, 23 (Mars-réalgar, adamas) ; p. 181, 30 (Queue du Dragon - or battu, cuivre blanc, stibnite et verre) ; p. 182, 7 (Saturne-fer, cuivre grillé) ; p. 182, 15-16 (Jupiter-émeraude, cuivre blanc, or travaillé) ; p. 182, 27 (Mercure-argent) ; p. 182, 34 (Lune-argent non porté par les femmes et les enfants) ; p. 183, 8-9 (Soleil-fer, plomb).
d) CONSTANTIN MANASSES, Compendium chronicum, 116-121 Niebuhr (comparaison de couleur). Sa liste est la même que celle de Rhétorius. En revanche, on a conservé toutes les listes alchimiques, qui remontent souvent très haut.

21 PINDARE, Isthmiques, V, 1, 3 (simple question de couleur).

22 Allégories homériques du Codex regias 2556 (xive s.) remontant à l’époque hellénistique ou romaine, dans le genre de Didyme, éditées par J.A. CRAMER, Anecdota graeca e codd. manuscriptis bibliothecae regiae Parisiensis, t. III, Oxford, 1841, réimpr. Hildesheim, 1967, p. 113, 1-7. Les matières sont dédiées (ἀναϰειμένων) aux astres.

23 Scholie Β à PINDARE, Isthmiques, V, 2, t. III, p. 242 Drachmann.

24 LUCIEN, Histoire vraie, I, 20. Le traité entre les Héliotes et les Sélénites est gravé ἐν στήλῃ ἠλεϰτρίνη c’est-à-dire un alliage du métal du soleil (or) et du métal de la lune (argent).

25 ORIGÈNE, Contre Celse, VI, 22. Celse décrit les initiations mithriaques. Sept portes, faites de métaux différents, sont consacrées chacune à un astre. Sur les rapports de Celse avec les mystères de Mithra, voir J. BIDEZ, F. CUMONT, Les mages hellénisés, Paris, 1938. t. I, p. 218 ; t. II, p. 338 et 340.

26 VETTIUS VALENS, Anthologies, éd. W. KROLL, Car. cod. astr. graec. II. Codices venetos, Bruxelles, 1900, p. 89, 4 (Soleil-or); p. 89, 15 (lune-ἀσήμου ϰαὶ ὑέλου); p. 89, 29 (Saturne-plomb); p. 90, 9 (Jupiter-étain); p. 90. 27 (Mars-fer); p. 91, 10 (Vénus-pierres précieuses): p. 92, 5 (Mercure-cuivre et monnaie). — Vettius Valens est également cité dans un traité anonyme Sur les planètes, qui figure aux fol. 184-194 du Marcianus 324 (xvie s.), édité ibid., p. 161, 16 (plomb-Saturne); p. 169, 29 (étain-Jupiter); p. 173, 32 (fer-Mars); p. 176, 12 (or-Soleil); p. 177, 22 (pierres précieuses - Vénus); p. 179, 5 (bronze et monnaie - Mercure); p. 179, 31 (argent-lune). Dans tous ces cas, il s’agit d’un simple patronage astral, l’astre préside (ϰυριεύει) au métal.

27 NONNOS, Dionysiaques, V, 390-393 (sur le bouclier d’Olympos, le soleil est fait d’or et la lune d’argent; simple question de couleur).

28 PROCLOS. Commentaire au Timée, p. 14 Β (p. 43 Diehl). Cfr. supra.

29 OLYMPIODORE, In Aristotelis Meteora, III, 6, pp. 266, 37 - 267, 9 Stüve, avec justification « physique » fondée sur l’aspect des métaux. Olympiodore dit reprendre sa liste au commentaire de Proclos sur le Timée, mais elle est plus complète que dans le commentaire conservé.

30 RHETORIUS (astrologue du vie s.), édité par F. BOLL, Catalogus codicum astrologorum graecorum, VII. Codices Germanicos, Bruxelles, 1908, p. 214, 19 (Saturne-plomb); p. 216, 10 (Jupiter-ἄσημος); p. 217, 22 (Mars-fer); p. 219, 17 (Soleil-or); 220, 11 (Vénus-étain); 221, 21 (Mercure-cuivre); 222, 26 (Lune-verre).

31 STÉPHANE D’ALEXANDRIE (alchimiste du viie s.), De magna et sacra arte, IX, t. II, p. 247, 30-37 Ideler (J.L. IDELER, Physici et medici Graeci minores, Berlin, 1841, réimpr., Amsterdam, 1963). Le texte donné par Ideler, qui utilise un Monacensis, est corrompu, de même que dans le célèbre Marcianus 299 (M) des alchimistes grecs (xie s.), folio 40 r. Ces ms. citent Saturne, Jupiter, Soleil et Lune, avec les correspondances Saturne-plomb et Jupiter-Mercure. Le texte correct de Stéphane est conservé dans le Parisinus 2327 (A) de 1478, fol. 73 v., et dans sa copie le Parisinus 2329 (E) du xvie-xviie s., fol. 158. Cfr. M. BERTHELOT, Introduction à l’étude de la chimie des anciens et du moyen âge, Paris, 1888, pp. 84 et 181 ; O. LAGERCRANTZ, Über das Verhältnis des Codex Parisinus 2327 (= A) zum Codex Marcianus 299 (= M), dans CMAG, II, Bruxelles, 1927, pp. 342-343, 349-350.c

32 Anecdota astrologica du ms. Laurentianus XXVIII, 34 (xie s.), fol. 155 r., édité par Α. LUDWICH, Maximus et Ammon, Leipzig, 1877, p. 121 (texte n° VI). Dans ce texte, les astres président (δεσπόζουσι) aux métaux. Selon F. CUMONT, Catalogus codicum astrologorum graecorum, IV. Codices Italicos, Bruxelles, 1903, p. 122, ce fragment appartiendrait à l’œuvre de Théophile d’Edesse, astrologue du viiie s.
Même texte, probablement tiré de la même source, dans le Parisinus 2419 (R) de 1462, fol. 46 v. Cfr. BERTHELOT, Introduction, pp. 79-80 ; F. CUMONT, Cat. Cod. Astr., VIII, 1. Codicum Parisinorum partem priorcm, Bruxelles, 1929. p. 28.

33 Liste alchimique ancienne conservée par le Marcianus 299 (M), f. 6, par le Scorialensis, I Ψ 13 (xvie s.), f. 3, et par le Vaticanus Graecus 1174 (xvie s.), f. 145 r. Titre : σημεῖα τῆς ἐπιστήμης τῶν ἐγϰειμένων ἐν τοῖς τεχνιϰοῖς συγγράμμασι τῶν φιλοσόφων ϰαὶ μάλιστα τῆς μυστιϰῆς παρ’αὐτοῖς λεγομένης φιλοσοφίας. Reproduction par Μ. BERTHELOT, Introduction, pp. 104-106, fig. 3, pl. I, et p. 152, fig. 28 ; par CO. ZURETTI, CMAG, VIII, Alchemistica signa. Bruxelles, 1932, p. 1, planche A, nos 1-7; p. 4, planche E, nos 145-151, avec commentaire p. 26.

34 Liste alchimique ancienne conservée par le Parisinus 2327 (A), fol. 280 r.; le Parisinus 2329 (E), fol. 213 v. ; le Parisinus 2250 (La), p. 241. Titre : ἐϰ τῶν μεταλλιϰῶν, ἅπερ ἀνατίθενται τοῖς ἑπτὰ πλανἡταις. Edité par Μ. BERTHELOT. CE. RUELLE, Collection des anciens alchimistes grecs, II, Paris, 1888, réimpr., Osnabrück, 1967, pp. 25, 5 - 26, 6 ; III, pp. 24-25, 4.

35 Liste alchimique du Codex Senatus Atheniensis 126 (xviiie-xixe), folio 3 recto. Edité par A. SEVERYNS, Catalogue des manuscrits alchimiques grecs, V, 2, Codices Athenienses, Bruxelles, 1928, p. 152 (12).

36 EUSTATHE, Ad IL, I, 15, p. 25, 2 : le sceptre d’Apollon est en or, car l’or, c’est le soleil. Les Anciens ont aussi attribué l’argent à la lune : ϰαὶ ἐτέρω τῶν πλανητῶν ἄλλο τι.

37 C’est le septième métal dans le texte d’ISIDORE, XVI, 17, cité p. 58.

38 A cause de son attribution à la planète Mercure, l’argentum vivum deviendra le mercurius dans l’alchimie médiévale. Le symbole chimique Hg continue de se référer au nom grec ὑδράργυρος.

39 G. AGRICOLA, Bermannus, 3e éd., Basel, 1546, p. 447 ; De natura fossilium, Basel, 1546, p. 339.

40 G. AGRICOLA, De ortu et causis subterraneorum, Basel, 1546, p. 73 (voir les corrections dans Epistula ad Meurerum, p. 471).

41 De natura fossilium, p. 341.

42 De natura fossilium, p. 186.

43 L’abondante littérature qui se publie chaque année sur l’alchimie manque souvent d’esprit critique. Pour une étude historique de l’alchimie grecque, on verra E.O. VON LIPPMANN, Entstehung und Ausbreitung der Alchemie, t. I, Berlin, 1919 ; t. II, Berlin, 1923 ; H. DIELS, Antike Technik, 2e éd., Leipzig, 1920, pp. 121-154 ; J.M. STILLMAN, The story of Alchemy and early Chemistry, New York, 1924, réimpr., 1960, pp. 78-183 ; F.S. TAYLOR, A survey of Greek Alchemy, dans JHS, 50 (1930), pp. 109-139 ; A.J. FESTUGIÈRE, Alchymica, dans l’Antiquité Classique, 8 (1939), pp. 71-95 ; W. GUNDEL, art. Alchemie, dans RLAC, I (1950), col. 239-260 ; R.J. FORBES, SAT, I, pp. 121-144 ; R.P. MULTHAUF, The origins of Chemistry, London, 1966, pp. 82-116 ; J. LINDSAY, The origins of Alchemy in greco-roman Egypt, London, 1970.

44 Comme le Catalogue des manuscrits alchimiques grecs ne publie pas les textes recensés, la seule édition utilisable reste celle de M. BERTHELOT et C.E. RUELLE, Collection des anciens alchimistes grecs, t. II, Texte, et t. III, Traduction, Paris, 1887-1888, réimpr., Osnabrück, 1967. Les textes sont édités en désordre et de façon peu critique. La traduction doit être consultée avec de grandes précautions.

45 Edité dans Collection, t. II, pp. 42-53 et traduit ibid., t. III, pp. 43-57. Il semble avoir compris quatre livres. Il est suivi d’un court livre V, dédié à Leucippe (t. II, pp. 53-56 ; t. III, pp. 57-60). Analyse dans P. TANNERY, Etudes sur les alchimistes grecs, dans REG, 3 (1890), pp. 282-288 ; E.O. VON LIPPMANN, Entstehung, I, pp. 27-46 ; A.J. FESTUGIÈRE, Alchymica, pp. 73-74.

46 Mentions réunies par H. DIELS et W. KRANZ, Die Fragmente der Vorsokratiker, t. II, 6e éd., Berlin, 1952, n° 68 Β 300. Le texte 14, repris à SÉNÈQUE, Lettres, 90, 32, rapporte des recettes de Démocrite pour amollir l’ivoire et pour faire de fausses émeraudes. Le texte 16, de GEORGES LE SYNCELLE, t. I, p. 471 Dindorf, attribue à Démocrite quatre livres περὶ χρυσοῦ ϰαὶ ἀργύρου ϰαὶ λίθων ϰαὶ πορφύρας, ce qui est confirmé par le texte 17, de SYNÉSIUS L’ALCHIMISTE, dans Collection, t. II, p. 56, 7. Enfin, le texte 19, P. Lond., 121, 5 B. 168 sq. = PGM, II, 7, conserve sous son nom diverses recettes de chimie domestique ou amusante.

47 P. Holm. α 13, p. 3 Lagercrantz (O. LAGERCRANTZ, Papyrus Graecus Holmiensis. Rezepte für Silber, Steine und Purpur, Uppsala, 1913).

48 H. DIELS, Antike Technik, pp. 127-129 ; 146-147 ; WELLMANN, Die Φυσιϰά des Bolos, pp. 54 ; 68 ; 77 ; Die Georgika des Demokritos, pp. 29-30.

49 PS. DÉMOCRITE, Phys. et Myst., 1 et 2, t. II, pp. 41-42 ; t. III, pp. 43-44.

50 PS. DÉMOCRITE, Phys. et Myst., 4-18, t. II, pp. 43-49 ; t. III, pp. 46-53.

51 PS. DÉMOCRITE, Phys. et Myst., 20-28, t. II, pp. 49-53 ; t. III, pp. 53-57.

52 Pour une interprétation technique de telles recettes, voir R. HALLEUX, Le sens d’ἄσημος dans le papyrus chimique de Leyde et dans l’alchimie gréco-égyptienne, dans Chronique d’Egypte, 1973, pp. 370-380.

53 PS. DÉMOCRITE, Phys. et Myst., 3, t. II, pp. 42, 21-43, 24 ; 14, pp. 46, 22-47, 3 ; 19, p. 49, 8-9. Sur la forme de la révélation au paragraphe 3, voir J. BIDEZ - F. CUMONT, Les mages hellénisés, Paris, 1938, II, pp. 311-321 ; A.J. FESTUGIÈRE, La révélation d’Hermès Trismégiste. I. L’astrologie et les sciences occultes, 2e éd., Paris, 1950, pp. 228-231.

54 PS. DÉMOCRITE, Phys. et Myst., 3, t. II, p. 43, 20-21 ἡ φύσις τῇ φύσει τέρπεται, ϰαὶ ἡ φύσις τὴν φύσιν νιϰᾷ. ϰαὶ ἡ φύσις τὴν φύσιν ϰρατεῖ. Une des trois parties de l’aphorisme est en outre répétée à la fin de chaque paragraphe du traité. Il faut comprendre « une nature se réjouit d’une (autre) nature », etc. Cfr. DIELS, Antike Technik, p. 131 ; BIDEZ-CUMONT, Mages, I, pp. 203-204 ; 244-246 ; II, p. 320, n. 11 ; FESTUGIÈRE, Révélation, pp. 231-233.

55 Les rapports entre Bolos et les Phys. et Myst. ne sont pas universellement admis : LAGERCRANTZ, Papyrus Holmiensis, pp. 108-115 ; DIELS Antike Technik, pp. 127-128, 138 ; WELLMANN, Die Φυσιϰά des Bolos, pp. 68, 69, 75 ; FESTUGIÈRE, Révélation, pp. 218-219 et 223-238 ; J. LINDSAY, Origins of Alchemy, pp. 100-108, affirment une influence lointaine de Bolos ; le rapport entre les deux œuvres est complètement nié par I. HAMMER-JENSEN, art. Demokritos (Sappl.), dans RE. Supplt. Bd. IV (1924), col. 222 sq. ; W. KROLL, Bolos und Demokritos, dans Hermes. 69 (1934), pp. 230-231 ; K. PREISENDANZ, art. Ostanes, dans RE, XVIII, 2 (1942), col. 1629.

56 E.J. HOPKINS, Transmutation by color. A study of earliest Alchemy, dans Studien zur Geschichte der Chemie. Festgabe E.O. von Lippmann, ed. J. RUSKA, Berlin, 1927, pp. 9-14.

57 Par exemple, Phys. et Myst., 7, t. II, p. 44, 25 ; 9, p. 45, 9-10.

58 Cfr. le traité contemporain Isis la prophétesse à son fils Horus, 8, t. II, p. 30, 24-26 (trad., t. III, p. 34) ὡς γὰρ προεῖπον ὅτι ὁ σῖτος σῖτον γεννᾷ ϰαὶ ἄνθρωπος ἄνθρωπον σπείρει, οὕτως ϰαὶ ὁ χρυσòς τòν χρυσòν θερίζει, τò ὅμοιον τò ὅμοιον.

59 Comme l’a très justement remarqué C.S. SMITH, A History of Metallography, Chicago, 1960, p. 2.

60 DIOSCORIDE, V, 95, parlant du mercure écrit : ἔνιοι δὲ ἱατοροῦσι ϰαὶ ϰαθ’ἑαυτὴν ἐν τοῖς μετάλλοις εὑρίσϰεσθαι τὴν ὑδράργυρον «certains prétendent que l’on trouve le mercure à l’état natif dans les mines », ce qui est exact du point de vue minéralogique. Plusieurs historiens ont cru à tort que Dioscoride, précurseur de l’alchimie, affirmait « le mercure est un élément constituant des métaux ». Tels F. HOEFER, Histoire de la chimie, I, Paris, 1843, p. 136 ; M. BERTHELOT, Origines de l’alchimie, pp. 68-69 ; J. LINDSAY, The origins of Alchemy in Greco-Roman Egypt, p. 29, avec référence fausse.

61 Voyez, par exemple, la définition du métal dans la Summa perfectionis de GEBER, I, 16 metallum est corpus miscibile minerale fusibile et sub malleo ex omni dimensione extensibile. Sunt autem sex numero : aurum, argentum, plumbum, stagnum, aes, ferrum.

62 A. MIELI, Pagine di storia della chimica. Roma, 1922, pp. 169-172 ; E.O. VON LIPPMANN, Entstehung und Ausbreitung der Alchemie, II, Berlin, 1923, p. 180, s. v. Quecksilber-Schwefel Theorie.

63 ALBERT LE GRAND, De mineratibus, III, 1, 2, pp. 155-158 Wyckoff ; III, 2, 1, p. 186 ; IV, 1-2, pp. 204-207 (D. WYCKOFF, Albertus Magnus. Book of Minerals, Oxford, 1967). Cfr. J. LAMINNE, Les quatre éléments, Bruxelles, 1903, pp. 45-46 ; 53 ; 71.

Table des illustrations

Titre TABLEAU DES CONCORDANCES ENTRE LES METAUX ET LES ASTRES
Légende Note 2121Note 2222Note 2323Note 2424Note 2525Note 2626Note 2727Note 2828Note 2929Note 3030Note 3131Note 3232Note 3333Note 3434Note 3535Note 3636
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/972/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 479k

© Presses universitaires de Liège, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540