Version classiqueVersion mobile

Le problème des métaux dans la science antique

 | 
Robert Halleux

Deuxième partie. Les métaux dans les théories physico chimiques des anciens

Chapitre V. D’Épicure à Hiéroclès

Texte intégral

12.5. Durant la période qui va du iiie siècle avant notre ère à la fin de l’époque impériale, on ne peut dire que la connaissance positive des substances métalliques ait fait des progrès sensibles. Les considérations sur les métaux se ramènent souvent à des combinaisons de théories antérieures, considérées comme définitives, à des variations sur des problèmes souvent simplifiés et réduits à l’état de lieux communs.

  • 1 ÉPICURE, frg. 293 Usener (H. USENER, Epicurea, Leipzig, 1887, réimpr. Stuttgart, 1966, pp. 208-211 (...)

22.51.1. Parmi les questions physiques abordées par Epicure, la pierre de Magnésie est expliquée par le principe traditionnel du gicleur inversé : les atomes émanant de la pierre et du fer sont proches par la forme, de sorte qu’ils s’agglomèrent aisément : chacun se heurtant au composé d’en face rebondit dans l’espace intermédiaire, s’attache à un autre et attire le fer1. Ce sont les célèbres « atomes crochus ».

  • 2 Quaest. conv., VIII, 3. La scène est à Athènes chez Ammonios, à une époque où il est stratège pour (...)
  • 3 Sur Boëthos, ZIEGLER, op. cit., 33.
  • 4 ÉPICURE, frg. 323 Usener, pp. 222-223 = PLUTARQUE, Quaest. conv., VIII, 3, 2, pp. 720 F - 721 D.

3On trouve une autre référence à Epicure dans un passage des Symposiaques de Plutarque2. La question posée est de savoir pourquoi le bruit se transmet mieux la nuit que le jour. L’épicurien Boëthos3, se référant à Epicure4, donne l’explication suivante : entre les atomes de l’air se trouve dispersé beaucoup de vide. Quand l’air est répandu, qu’il a de l’espace et de la mobilité, il y a entre ses atomes de petits vides, mais quand l’air est comprimé en un endroit, il y a à l’extérieur de grands vides. C’est ce qui arrive la nuit. En effet, la chaleur écarte, dilate, dissout les concentrations — c’est pourquoi les corps bouillants, amollis par la chaleur ou fondus, occupent plus de place — tandis que le froid contracte les particules les unes contre les autres. Un son qui heurte une masse de particules serrées, ou bien est assourdi ou bien est déformé et répercuté. Dans un espace vide, il a une course continue et sans heurt jusqu’à l’organe de l’ouïe. Ainsi, les vases vides résonnent mieux que les pleins. Et Boëthos continue (721 C) :

αὐτῶν τῶν σωμάτων χρυσòς μὲν ϰαὶ λίθος ὑπò πληρότητος ἰσχνόφωνα ϰαὶ δυσηχῆ ϰαὶ ταχύ ϰατασβέννυσι τοὺς φθόγγους ἐν αὑτοῖς · εὔφωνος δὲ ϰαὶ λάλος ὁ χαλϰός, ᾖ πολύϰενος ϰαὶ ὄγϰον ἐλαφρός ϰαὶ λεπτός, οὐ πολλοῖς συντεθλιμμένος ἐπαλλήλοις σώμασιν, ἀλλ’ἄφθονον ἔχων τò τῆς παρειϰούσης ϰαὶ ἀναφοῦς μεμιγμένον οὐσίας, ἣ ταῖς τ’ἄλλαις ϰινήσεσιν εὐπορίαν δίδωσι τήν τε φωνὴν εὐμενῶς ὑπολαμβάνουσα παραπέμπει, μέχρις ἂν ἁψάμενός τις ὥσπερ ἐν ὁδῷ ϰαταλάβῃ ϰαὶ τύφλώσῃ.

  • 5 Traduction V. BÉTOLAUD, Plutarque. Œuvres morales et oeuvres diverses, t. III, Paris, 1870, p. 429

« Parmi les corps eux-mêmes, l’or et la pierre, en raison de leur densité, rendent un son faible et difficile à entendre ; et même encore les sons par eux produits s’amortissent promptement. Au contraire, le cuivre est sonore et bruyant, parce qu’il a beaucoup de vides, parce que sa masse est légère et déliée, qu’elle ne se compose pas de plusieurs corps pressés les uns contre les autres, mais qu’elle offre abondamment le mélange d’une substance qui cède facilement et ne résiste pas au toucher. Cette substance laisse libre jeu aux autres mouvements, et par elle le bruit de voix qu’elle a reçu avec complaisance est transmis jusqu’à ce qu’il vienne à être retenu en quelque sorte sur sa route, et que s’assourdisse le vide où il circulait5. »

  • 6 Sur les tendances philosophiques de Plutarque, K. ZIEGLER, op. cit., col. 17; 282 ; 301.
  • 7 Quaest. conv., VIII, 3, 3, p. 721 DE.

4Plutarque, en bon Académique6, ne peut admettre le vide. Aussi répondra-t-il7 que le son est un impact sur un corps qui le conduit, à savoir l’air dans le cas présent. On reviendra plus loin sur cette idée. Quoi qu’il en soit, il n’y a pas, chez Epicure, de progrès sensible touchant notre problème. Tout cela était déjà chez Démocrite.

  • 8 LUCRÈCE, VI, 1087-1089. — Sur la chimie de Lucrèce, E.O. VON LIPPMANN, Die Lehren der Atomistik be (...)
  • 9 LUCRÈCE, VI, 921-1008. De même, en VI, 830 sq., les émanations de l’Averne détruisent aussi l’air.
  • 10 LUCRÈCE, VI, 1009-1011.

52.5.1.2. Lucrèce mentionne l’explication épicurienne du magnétisme8, mais il en développe une autre : de tous les corps provient une émanation, et tous les corps, faits d’atomes et de vide, sont poreux. L’émanation de la magnétite détruit l’air entre magnétite et fer ; dans ce vide se précipite l’émanation du fer, que le fer lui-même suit de toute sa masse9, car il n’y a pas de corps plus compact10 :

nec res ulla magis primoribus ex elementis
indupedita suis arte conexa cohaeret
quam validi ferri natura et frigidus horror.

  • 11 LUCRÈCE, VI, 1022-1041.
  • 12 LUCRÈCE, VI, 1058-1061.
  • 13 PLUTARQUE, Quaest. Plat., VII, 7, p. 1005 B-D. Cfr. infra.
  • 14 R.A. FRITZSCHE, Der Magnet und die Athmung in antiken Theorien, dans Rheinisches Museum, N.F., 57 (...)

6C’est pourquoi quelques molécules de fer ne peuvent s’échapper dans le vide sans que tout le fer suive. Mais Lucrèce fait intervenir ici une autre cause11 : l’air qui se trouve derrière le fer le projette en avant dans l’espace laissé libre, comme le vent dans les voiles. Si l’or n’est pas attiré par la magnétite, c’est qu’il est trop lourd, c’est-à-dire, dans la conception atomique, trop peu poreux, tandis que le bois est trop poreux12. Lucrèce a donc essayé d’unifier deux théories, celle de Démocrite et une autre qui se retrouve clairement chez Plutarque13 et qui aurait son origine dans une théorie médicale de la respiration14.

  • 15 LUCRÈCE, V, 1241-1243 :
    Quod superest, aes atque aurum ferrumque repertumst
    et simul argenti pondus (...)
  • 16 LUCRÈCE, VI, 1244-1280. Il faut évidemment traduire aes par « cuivre », et non par « bronze » comm (...)

7Pour le reste, Lucrèce a clairement l’idée que les métaux forment un bloc technologique quand il raconte leur découverte. Il attribue, en effet, l’invention du cuivre, de l’or, de l’argent, du fer et du plomb15 à un incendie de forêt, fortuit ou intentionnel. Les hommes de ce temps virent ruisseler l’or et l’argent, le cuivre et le plomb16 qui se réunissaient dans les creux de la terre et gardaient, une fois refroidis, l’empreinte du creux dont ils provenaient. Alors ils eurent l’idée que les métaux, fondus au feu, étaient capables de se couler dans toutes les figures et les formes d’objets possibles. On utilisa d’abord l’argent et l’or, puis on les trouva trop mous et on utilisa le cuivre et le bronze (aes).

  • 17 LUCRÈCE, V, 1286-1296, spécialement 1287-1288 :
    et prior aeris erat quam ferri cognitus usus
    quo [ac (...)

8Bien que le fer soit annoncé au début du passage, son origine est racontée seulement plus loin, et elle ne s’explique pas par l’incendie de forêt17. Dans cette histoire apparaît donc en filigrane la distinction, déjà traditionnelle, entre les métaux fusibles et le fer.

  • 18 SÉNÈQUE, Lettres, 90, 12. Sur les rapports de Lucrèce avec Poseidonios, voir P. RUSCH, De Posidoni (...)
  • 19 DIODORE, V, 35, 3 = POSEIDONIOS, frg. 117 Jacoby (argent seulement ; il devait y avoir du sulfure (...)
  • 20 PSEUDO-ARISTOTE, Mir. Ausc., 87 (argent seul ; texte très proche du frg. 47 J de Poseidonios).
  • 21 J. GEFFCKEN, Timaios Geographie des Westens, Berlin, 1892 (Phil. Unt., XIII), p. 95. Toute cette s (...)
  • 22 Des phénomènes de ce genre ont été observés dans les Alpes, dans les Pyrénées et au Pérou. Voir J. (...)

9L’explication par l’incendie de forêt est plus ancienne que Lucrèce : Sénèque l’attribue très précisément à Poseidonios d’Apamée18. Un fragment de Poseidonios, conservé par Diodore, par Strabon et par Athénée, attribue à un tel incendie la découverte des mines d’or et d’argent d’Espagne19. On trouve une version de la même histoire dans le traité pseudo-aristotélicien des Histoires merveilleuses20, et elle remonte à l’œuvre géographique de Timée de Tauromenion, qui fut utilisée à la fois par Poseidonios et par le paradoxographe pseudo-aristotélicien21. Poseidonios a généralisé la portée d’une observation très réelle22 pour expliquer la genèse de la métallurgie de tous les métaux fusibles.

  • 23 On sait (DIOGÈNE LAËRCE, VII, 137 et 142) que la physique de Zénon admettait les quatre éléments. (...)
  • 24 SÉNÈQUE, Questions naturelles, III, 15, 2-3; cfr. F. HOEFER, Histoire de ta chimie, t. I, Paris, 1 (...)

102.5.2. Les Stoïciens ont repris, avec la théorie des quatre éléments23, l’idée que l’eau est l’élément constituant des métaux. Ainsi, Sénèque affirme, dans les Questions naturelles, que la terre, organisme vivant, contient, comme le corps humain, des canaux où circulent l’air et diverses humeurs24 :

sic in terra quoque sunt umoris genera complura, quaedam quae mature durantur — hinc est omnis metallorum honos, ex quibus petit aurum argentumque avaritia — er quae in lapidem ex liquore vertuntur ; in quaedam vero terra umorque putrescunt, sicut bitumen et cetera huic similia.

  • 25 Tous les manuscrits de Sénèque ont humus, qui n’a pas de sens, puisque humus désigne justement la (...)
  • 26 Par exemple le cristal, Quaest. nat., III, 25, 12. La différence est que le cristal ne redeviendra (...)

« Dans la terre, il y a aussi toute espèce de liquides, certains qui durcissent le moment venu — c’est ce qui fait tout le prix25 des mines où la cupidité cherche l’or et l’argent —, et qui se transforment de liquide en pierres26 ; mais pour devenir certains autres, l’eau et la terre se détériorent. C’est le cas du bitume et de tous les corps analogues. »

11Dans cette conception extrêmement simplifiée, nos métaux sont considérés comme des sucs de la terre, ce qu’Aristote avait formellement nié. Toutes les différences s’expliquent par des différences qualitatives de liquides.

  • 27 Galien reste fidèle à la théorie des quatre éléments. Cfr. O. GILBERT, Meteorologischen Theorien, (...)

122.5.2.2. Un siècle plus tard, Galien se fera l’écho des mêmes spéculations. Dans le prologue au livre IX de son traité des Médicaments simples, il se soucie de replacer la pratique des μεταλλιϰὰ φάρμαϰα dans une théorie des quatre éléments d’inspiration stoïcienne27.

  • 28 GALIEN, Simpl. med., IX, 1, t. XII, pp. 165-166 Κ = ARNIM, SVF, II, n° 438, p. 144, 1. 1-10 : ἓν μ (...)
  • 29 On attendrait «plus il est sec» (ξηρότερα).

13Galien s’occupe d’abord de l’élément terreux28. Il importe, dit-il, de ne pas confondre la terre au sens commun avec la terre des philosophes, quand ils disent que les éléments des choses sont la terre, l’eau, l’air et le feu. Ils appellent terre l’élément extrêmement sec et froid. En réalité, aucun corps physique n’est fait exclusivement de terre élémentaire. Ceux qui en contiennent le plus sont l’adamas et les roches, et plus un corps est dur29, plus il est, disent-ils, terreux.

  • 30 SVF, II, n° 438, p. 144, 1. 10-20 = GALIEN, XII, 166-167 K.

14Il y a trois variétés de terre au sens philosophique30 : la première est la pierre, la seconde la production minière (τò μεταλλευτòν σῶμα), la troisième la terre cultivée. Et il ajoute :

διαφωνίας γεγονυίας παρ’αὐτοῖς περὶ τῶν χεσμένων μεταλλευτῶν σωμάτων, οἶον χαλϰοῦ ϰαὶ ϰασσιτέρου ϰαὶ μολύβδου, ταῦτα γὰρ ἔνιοί φασιν οὐ γῆς, ἀλλ’ὕδατος ἔχειν τò πλέον.

« Bien qu’il y ait discordance entre eux au sujet des corps miniers fusibles, tels que le cuivre, l’étain et le plomb. Quelques-uns, en effet, prétendent qu’ils ne contiennent pas de terre, mais de l’eau en majeure partie. »

  • 31 GALIEN, Simpl. Med., IX, 3, t. XII, p. 209 Κ. Cfr. L. ISRAELSON, Die Materia Medica des Klaudios G (...)
  • 32 Une telle opinion se trouve déjà dans les mêmes termes chez PLUTARQUE, De primo frigido, 21, p. 95 (...)

15La discordance reflétée chez Galien s’explique bien si on sait qu’il est au confluent de deux traditions. Dans la tradition médicale, τὰ μεταλλευτά est synonyme de τὰ μεταλλιϰά c’est-à-dire médicaments extraits des mines, métaux, sans doute, mais aussi substances minérales les plus diverses. Galien explique ailleurs que tous ces produits miniers sont fondamentalement de la terre et de l’eau, avec prédominance de terre31. Certains d’entre eux, qui sont brûlants et cicatrisants, contiennent en outre du feu, idée qui a été déjà rencontrée dans le Corpus Hippocratique. Cette classification, dont Galien fera état tout au long de ce chapitre, appartient tout entière à la pratique pharmaceutique32 et ne s’élève pas à l’explication de la matière. Aussi n’y a-t-il rien d’étonnant à ce qu’elle ne confère aucune individualité aux métaux et n’entre pas dans le détail de leur nature.

16L’autre tradition, que Galien cite simplement pour mémoire, est la tradition philosophique qui remonte à Platon et à Aristote : parmi les corps miniers, ceux qui sont fusibles sont faits d’eau.

  • 33 GALIEN, Simpl. med., IX, 1, 4, t. XII, pp. 184-185 K.

17Galien se réfère à cette seconde tradition à propos de la terre qui contient les métaux33 :

ἴδιον δὲ γῆς ἐστι τò μὴ χεῖσθαι πυρὶ πλησιάζουσαν, ὅπερ ὅ τε μόλυβδος ϰαὶ ϰαττίτερος, ἄργυρός τε ϰαὶ χρυσòς ἔχουσιν, ὥσθ’ὅταν ἀργυρῖτιν ἤ χρυσῖτιν ἢ σιδηρῖτιν ἀϰούσῃς γῆν, ὀνομάζουσι γὰρ οὕτως ἔνιοι τὰς ἐϰ τῶν μετάλλων λαμβανομένας, μὴ νόμιζε δι’ ὅλου ϰεϰρᾶσθαι τòν ἄργυρον ἢ τòν χρυσòν ἢ τòν σίδηρον τῇ γῇ · πλησιάζειν δὲ μορίοις μιϰροῖς τῆς γῆς ἀναμεμιγμένα μόρια μιϰρὰ, ϰατὰ μὲν τὴν χρυσῖτιν χρυσοῦ, ϰατὰ δὲ τὴν ἀργυρῖτιν ἀργύρου, ϰατά δὲ τὴν σιδηρῖτιν σιδήρου, ϰαὶ ταῦτ’ἐν ταῖς ϰαμίνοις ὑπò τοῦ πυρòς χεόμενα συνέρχεσθαι πρòς ἄλληλα, ϰατὰ δὲ τòν αὐτòν τρόπον ἡ τὴν ὕαλον ἔχουσα ψάμμιός ἐστιν, ἐν ψάμμιρ γὰρ μάλιστα τῆς τοιαύτης οὐσίας εὑρίσϰεται ψήγματα πολλάϰις μιϰρά.

« Une particularité de la terre est de ne pas fondre quand on l’approche du feu, propriété que possèdent le plomb et l’étain, l’argent et l’or. Par conséquent, lorsque l’on entend parler de terre argentifère, aurifère ou ferrifère — car certains appellent ainsi les terres que l’on tire des mines — on ne doit pas penser que l’argent, l’or ou le fer est parfaitement mélangé avec la terre, mais que de petites particules de terre sont juxtaposées pêle-mêle à de petites particules d’or dans la terre aurifère, d’argent dans l’argentifère, de fer dans la ferrifère, et que dans le four ces particules liquéfiées par le feu se rapprochent. De la même manière, la terre qui contient le verre est sablonneuse, car c’est surtout dans le sable que l’on trouve de petites paillettes de cette matière. »

18La différence entre les métaux fusibles et le fer est ici estompée, car l’agglomération du fer en loupe est assimilée à la fusion. Le minerai est conçu, non comme une combinaison chimique (ce serait la ϰρᾶσις aristotélicienne), mais comme un mélange de particules. Le travail du métallurgiste consiste simplement à agglomérer ces particules. Enfin, la parenté de technologie entre les métaux et le verre amène à postuler, pour ce dernier, un minerai, c’est-à-dire des ψήγματα analogues aux paillettes aurifères et disséminés dans le sable.

  • 34 GALIEN, Simpl. med., IX, 3, 23, t. XII, pp. 230-233 K.
  • 35 GALIEN, Meth, med., IX, 17, t. X, pp. 656-657 Κ : ἡ μὲν τῶν λίθων οὐσία μόνιμός ἐστι διὰ ξηρότητα (...)
  • 36 GALIEN, Simpl. med., IV, 19, t. XI, p. 688 Κ : ὑδράργυρος, λιθάργυρος ϰαὶ ἕτερα μυρία παχυμερῆ μὲν (...)

19Dans le détail de l’exposé pharmacologique, Galien combine les deux traditions. Ainsi, le plomb possède une vertu réfrigérante, car il résulte de la solidification d’un mélange d’air et d’eau, avec très peu de terre. L’eau explique sa grande fusibilité. L’air explique qu’exposé à l’atmosphère, il augmente de volume et s’emplit rapidement de crasse (oxydation). C’est pourquoi les athlètes dorment avec des plaques de plomb sur les lombes, pour se préserver des pollutions nocturnes34. D’autre part, il range le cuivre, le fer et l’or dans les corps terreux35. Quant au mercure et à l’oxyde de plomb (litharge), ils contiennent du feu ; c’est pourquoi ils ont sur le corps humain le même effet néfaste que le fer rouge36.

  • 37 F. SUSEMIHL, Geschichte der griechischen Literatur in der Alexandrinerzeit, II, Leipzig, 1892, pp. (...)
  • 38 P. 217, 1. 17-22 Marg-Thesleff (W. MARG dans H. THESLEFF, The Pythagorean Texts of the Hellenistic (...)

202.5.3. La littérature platonicienne ne manque pas de faire écho aux conceptions du Timée. C’est le cas du Timée de Locres, petit « précis » du Timée en dialecte dorisant dont la datation varie entre le ive siècle avant J.-C. et le début de notre ère37. Au chapitre IX, l’auteur anonyme explique qu’il existe pour chacun des quatre éléments plusieurs espèces (πολλὰ εἴδεα) à cause de l’inégalité des triangles (διὰ τὰν ἀνισότατα τῶν ἐν ἑϰάστψ αὐτῶν τριγώνων). A propos de l’élément aqueux, il s’exprime en ces termes38 :

ὕδωρ τε τὸ μὲν ῥέον τò δὲ παϰτόν, ὁϰόσον χιών τε ϰαὶ πάχνα χάλαζά τε ϰαὶ ϰρύσταλλος, ὑγρῶν τε τò μὲν ῥυτòν ὡς μέλι, ἔλαιον, τò δὲ παϰτόν, ὡς πίσσα, ϰηρός. παϰτῶ δὲ εἔδεα τò μὲν χυτòν χρυσός, ἄργυρος, χαλϰός, ϰασσίτερος, μόλιβδος, σταγών, τò δὲ θραυστòν θεῖον, ἄσφαλτον, νίτρον, ἅλες, στυπτηρία, λίθοι τοι ὁμογενέες.

  • 39 On peut écarter un certain nombre d’interprétations fantaisistes ou vieillies, qui sont citées par (...)

« L’eau est soit coulante, soit figée comme la neige, le givre, la grêle ou la glace. L’humide est soit fluide comme le miel ou l’huile, soit figé comme la poix ou la cire. Les espèces de figé sont, l’une fusible comme l’or, l’argent, le cuivre, l’étain, le plomb, la fonte39, l’autre friable comme le soufre, l’asphalte, le nitre, les sels, l’alun et les pierres de même espèce. »

21Cette paraphrase est, on le voit, loin de la servilité, et c’est surtout à propos des « isotopes » de l’élément aqueux que se manifeste l’originalité de l’abréviateur. Tout d’abord, il distingue nettement le cycle de l’eau « naturelle » (ὕδωρ) du cycle de l’humide élémentaire (ύγρόν), distinction qui dans le Timée était seulement implicite.

22En effet, l’eau possède deux variétés : la variété liquide (τò ῥέον), qui se passe aisément d’exemples, et la variété figée (παϰτόν), dans laquelle il énumère la glace et la grêle (χάλαζα ϰαὶ ϰρύσταλλος), que Platon (59 E) rangeait dans le παγὲν ὑγρòν, ainsi que la neige et le givre (χιὼν ϰαὶ πάχνα), que Platon rangeait dans le ἡμιπαγὲς ὑγρόν. Ici, le pseudo-Timée unifie.

  • 40 BALTES, op. cit., p. 132, suppose correctement que Platon voyait la poix à l’état solide.

23Quant à l’élément humide, il possède lui aussi deux variétés correspondantes : une variété liquide (τò ῥυτόν) et une variété figée (τò παϰτόν). Dans la variété liquide, l’auteur range l’huile et le miel, que Platon (60 AB) classait dans les χυμοί, sucs faits de terre et de différentes espèces d’eaux. Dans la variété figée, on trouve la poix, que Platon rangeait dans les χυμοί40, et la cire, où Platon (61 C) voyait de l’eau et de la terre.

  • 41 BALTES, op. cit., pp. 130-133. Cfr. la traduction de W. MARG, Timaeus Locrus, p. 139 «Die Formen d (...)
  • 42 BALTES, op. cit., p. 133 : Eine TL entsprechende Aufteilung der Arten der Elemente ist mir nicht b (...)
  • 43 BALTES, op. cit., p. 135 : Die Terminologie lässt sehr zu wünschen übrig ; vgl das παϰτόν, das nic (...)

24Nos métaux figurent dans une phrase introduite par παϰτῶ δὲ εἴδεα. De toute évidence, le παϰτῶ reprend παϰτόν et l’auteur subdivise ici l’humide figé en deux catégories, l’une fusible qui comprend les métaux, l’autre friable qui comprend d’autres corps sur lesquels on reviendra. Mais M. Baltes n’est pas de cet avis41. Il observe que la suite du texte ne reprend pas les variétés de l’élément terreux et pense que l’auteur introduit par παϰτῶ δέ un concept plus large, englobant à la fois les métaux et les terres du Timée, les métaux étant alors rattachés à l’élément terre. Mais on aurait alors non seulement une classification en dehors de toute tradition42, mais une terminologie aberrante, puisque παϰτόν serait employé, à trois mots d’intervalle, avec deux sens différents43. Enfin, M. Baltes identifie le θραυστόν du pseudo-Timée au ϰραυότερον de Platon (60 D), sous prétexte que dans les deux catégories on trouve le nitre et le sel. Mais alors, pourquoi le pseudo-Timée ne reprend-il pas dans cette même catégorie des θραυστά les autres corps secs cités par Platon : pierre, brique, pierre noire ?

  • 44 Ces exemples ressortissent évidemment à la variété θραυστόν.
  • 45 Sur l’asphalte, voir R.J. FORBES, Bitumen and petroleum in Antiquity, Leiden, 1936, pp. 5-6; 17-18 (...)
  • 46 BALTES, op. cit., p. 135, comprend « non fusibles apparentés à la terre, comme la chaux, le gypse, (...)
  • 47 Sur les différents corps appelés nitrum (νίτρον), voir K.C. BAILEY, The Elder Pliny’s Chapters on (...)
  • 48 Voir infra (chapitre III) notre commentaire à Météorologiques, IV, 389 A 7. De même, les θραυστά s (...)

25En fait, il nous paraît que παϰτῶ δέ reprend tout simplement παϰτόν. Après avoir donné deux exemples d’humide figé44, le pseudo-Timée y introduit une bipartition : les fusibles et les friables. Les fusibles, qui peuvent retourner à l’état liquide, sont nos métaux, qui y figurent au complet si le σταγών est une espèce de fer. Dans ce cas, on aurait, pour la première fois, une idée nette de la parenté des substances métalliques, apparemment fondée sur leur seule fusibilité. Quant à la variété friable (θραυστόν), elle comprend le sel et le nitre, que Platon classait dans les variétés de terre, ainsi que le soufre, l’asphalte, l’alun et les « pierres du même genre ». Pourquoi ces corps sont-ils rattachés à l’élément eau ? C’est qu’ils sont, soit fusibles, soit solubles dans l’eau. Sont fusibles le soufre, l’asphalte45 et les pierres τοι ὁμογενέες, c’est-à-dire fusibles, comme la lave46. Les corps solubles, comme le sel, le nitre (potasse)47 et l’alun sont eux aussi rattachés à l’élément eau, car pour la physique des quatre éléments c’est bien entendu la même chose. En effet, il ne faut pas oublier que le Timée de Locres est de toute façon postérieur au Timée de Platon. Or, le « quatrième livre » des Météorologiques d’Aristote rattachera la fusibilité au feu et la solubilité dans l’eau à l’élément aqueux, avec des exemples qui sont à peu près les nôtres48. Il y a ici, pensons-nous, une influence des conceptions aristotéliciennes du livre IV.

26Mais pourquoi ces corps ne sont-ils pas groupés avec les métaux, et constituent-ils le groupe particulier des θραυστά ? C’est que, à l’état solide, ils ne sont pas élastiques comme les métaux, mais fragiles. C’est donc une incontestable originalité du Timée de Locres de nous conserver, dans le cadre d’une physique à quatre éléments, une idée claire de la parenté des métaux, et de la fonder sur la fusibilité associée à une certaine élasticité. Il convient toutefois de noter que cette dernière propriété ne reçoit aucune justification théorique.

272.5.3.2. Si Plutarque n’apporte pas sur les questions physiques de contribution très remarquable, il mentionne çà et là, à propos de questions diverses, des opinions glanées dans ses lectures et qui paraissent appartenir à une culture générale d’inspiration académique.

  • 49 PLUTARQUE, De primo frigido, 21, p. 954 D.

28Sur l’élément constituant des métaux, il ne nous dit rien, mais il n’est pas interdit de conjecturer que, formé à l’Académie, il voyait dans l’eau l’élément constitutif des métaux fusibles. Il reproduit toutefois l’opinion des médecins pour qui les μεταλλευόμενα, c’est-à-dire les drogues minérales, sont faits de terre49.

  • 50 PLUTARQUE, Quaest. conv., VIII, 3, 3, p. 721 EF.

29Sur la structure des métaux, il est plus explicite, et dans le passage précité des Symposiaques, il réfute Boëthos en faisant appel à des considérations qui évoquent le Timée50 :

χαλϰῷ δὲ ϰενοῦ μὲν οὐδὲν μέτεστιν, ὁμαλῷ δὲ πνεύματι ϰαὶ λείῳ ϰεϰραμένος εὔπληϰτός ἐστι ϰαὶ ἠχώδης. εἰ δὲ δεῖ τῇ ὄψει τεϰμαίρεσθαι, φαίνεται μᾶλλον ὁ σίδηρος ἒχων τι σαθρòν ϰαὶ πολύϰενον ϰαὶ τενθρηνῶδες, ἔστι δὲ ϰαϰόφωνος σφόδρα ϰαὶ τῶν μεταλλιϰῶν ϰωφότατος.

« Dans le cuivre, il n’y a pas de vide : un mélange d’air régulier et doux lui donne sensibilité au choc et résonance. Au contraire, s’il faut en juger à la vue, le fer paraît avoir davantage quelque chose de fissuré, de criblé ou d’alvéolé ; il a un son absolument mauvais et est le plus sourd des métaux. »

30L’idée qu’il y a de l’air entre les particules de cuivre est seulement implicite dans le Timée, mais la structure régulière du cuivre et irrégulière du fer remonte au Timée et se trouve déjà chez Démocrite.

  • 51 De Pyth. orac, 2, p. 395 B. Sur ces statues, R. FLACELIÈRE, Plutarque. Sur les oracles de la Pythi (...)
  • 52 R. FLACELIÈRE, op. cit., pp. 19-22.
  • 53 De Pyth. orac, 3, p. 395 D (texte de Flacelière) : ὅταν, ἔφη, τῶν πρώτων ϰαὶ φυσιϰωτάτων ϰαὶ ἐσομέ (...)
  • 54 Cette citation ne se retrouve dans aucune œuvre conservée d’Aristote, et Valentin Rose ne l’a pas (...)
  • 55 De Pyth. orac, 3, p. 395 EF : ζητῶμεν οὖν ϰοινῇ ϰαὶ πρότερον, εἰ βούλει, δι’ἣν αἰτίαν μάλιστα τῶν (...)
  • 56 En réalité, cette oxydation est due aux acides gras de l’huile qui rancit, comme l’observe justeme (...)

31Dans le dialogue Des oracles de la Pythie, Plutarque va puiser chez le même Platon une explication de la rouille et de la patine. L’étranger Diogénianos, visitant Delphes, admire la patine d’un bleu sombre qui recouvre les statues des Navarques lacédémoniens51. Ceci entraîne une discussion « scientifique» assez superficielle, sur la patine et la corrosion. Théon, porte-parole de Plutarque52, observe tout d’abord que, parmi les quatre éléments, le seul qui soit en contact avec le bronze est l’air53. C’est donc lui qui provoque la patine. Il fait ensuite observer que l’huile, plus que les autres liquides, fait apparaître la rouille (ἰός) et il explique, citant Aristote54, que les autres liquides, composés de molécules inégales et raréfiées, causent la disparition et la dissolution de la rouille, tandis que l’huile, par sa consistance, la protège et la conserve amassée55. Cela revient à dire que la rouille est soluble dans les autres liquides, qui ont une structure assez lâche pour l’absorber, tandis que l’huile est trop compacte (τῇ πυϰνότητι) pour l’absorber56. Ces indications apparaissent bien plus proches de Platon que d’Aristote.

  • 57 De Pyth. Orac, 4, p. 396 A : ἔφη τòν ἀέρα ἐν Δελφοῖς, πυϰνòν ὄντα ϰαὶ συνεχῆ ϰαὶ τόνον ἔχοντα διὰ (...)

32Théon explique alors que l’air de Delphes, comprimé entre les montagnes, est très consistant et compact, mais que ses particules sont ténues et acérées. C’est pourquoi elles pénètrent dans le bronze, en font sortir la rouille terreuse, que l’épaisseur de l’air empêche de se dissoudre57.

  • 58 Mais dans la physique de Platon, l’octaèdre d’air n’est pas un polyèdre coupant. Plutarque ne va p (...)

33Dans cette explication, la référence au Timée est évidente, puisque la rouille est l’élément terreux qui est présent dans le cuivre et en sort. Mais Plutarque combine cette explication avec l’action de l’air atmosphérique, lui-même envisagé sur le modèle platonicien, puisqu’il s’agit de particules coupantes58.

  • 59 De Pyth. orac, 4, p. 396 Β : ἀποδεξαμένων δ’ἡμῶν, ὁ ξένος ἔφη τὴν ἑτέραν ἀρϰεῖν ὑπόθεσιν πρὸς τὸν (...)
  • 60 De Pyth. orac, 4, p. 396 BC : τί γάρ, εἶπεν, ὦ ξένε, ϰωλύει ταὐτòν εἶναι ϰαὶ λεπτòν ϰαὶ πυϰνόν, ὥσ (...)

34C’est pourquoi l’Etranger, qui connaît bien son Timée, rétorque qu’il n’est pas nécessaire de faire intervenir la finesse des particules d’air, car la rouille peut se séparer sous l’effet du temps — παλαιούμενος, que Diogénianos reprend ici, est le mot même du Timée59 —, ce que Théon réfute en disant que la même chose peut être à la fois fine (λεπτόν) et compacte (πυϰνόν), et que la finesse de l’air intervient aussi pour la formation de la couleur, à laquelle elle mêle l’éclat60.

  • 61 Quaest Plat., VII, 7, p. 1005 BC.
  • 62 Quaest. Plat., VII, 7, p. 1005 D : ὁ σίδηρος οὔτε ἄγαν ἀραιός ἐστιν ὡς ξύλον, οὔτε ἄγαν πυϰνός, ὡς (...)

35Si éclectique que soit la formation de Plutarque, ses théories physiques ramènent presque toujours à Platon. Ainsi, la septième Question platonicienne essaie d’expliquer, sans l’intervention du vide, des phénomènes tels que la respiration, les ventouses et l’attraction magnétique, dans un sens dont on a déjà parlé61. Expliquant pourquoi le fer seul est attiré par la magnétite, il recourt aux mêmes considérations de structure que Lucrèce62 : le fer n’est pas trop poreux, comme le bois, ni trop dense, comme l’or et la pierre, mais il possède des pores, des passages, des aspérités qui, à cause de leur irrégularité, sont proportionnels à l’air, qui ne les traverse pas, mais s’accroche à des aspérités et pousse le fer. C’est la structure fendillée, alvéolée d’une masse de fer telle qu’elle est développée dans le passage précité des Symposiaques.

  • 63 Sur Lamprias et ses tendances philosophiques, voir R. FLACELIÈRE, Plutarque. Sur la disparition de (...)
  • 64 Explication typiquement démocritéenne selon A. DELATTE, Les conceptions de l’enthousiasme chez les (...)
  • 65 De defectu oraculorum, 41, p. 433 A. Traduction Flacelière.

36Dans le traité De la disparition des oracles, Plutarque effleure, par le biais de comparaisons, deux autres points de métallurgie. Pour expliquer le fluide prophétique, Lamprias, le frère de Plutarque, représentant d’idées aristotéliciennes et stoïciennes, développe l’idée que la faculté prophétique est innée en toute âme humaine, mais qu’elle est excitée par un fluide (πνεῦμα) jailli de la terre63. De cette excitation elle-même, Lamprias fournit plusieurs explications : le πνεῦμα peut agir par un échauffement, qui ouvre certains pores donnant accès aux images de l’avenir64. Lamprias continue65 :

τοὐναντίον τε πάλιν αὖ περιψύξει τινὶ ϰαὶ πυϰνώσει τοῦ πνεύματος οἶον βαφῇ σιδήρου τò προγνωστιϰòν μόριον ἐντείνεσθαι ϰαὶ στομοῦσθαι τῆς ψυχῆς οὐϰ ἀδύνατόν ἐστι. ϰαὶ μὴν ὡς ϰασσίτερος μανòν ὄντα ϰαὶ πολύπορον τòν χαλϰòν ἐνταϰεὶς ἅμα μὲν ἔσφιγξε ϰαὶ ϰατεπύϰνωσεν, ἅμα δὲ λαμπρότερον ἀπέδειξε ϰαὶ ϰαθαρώτερον, οὕτως οὐδὲν ἀπέχει τὴν μαντιϰὴν ἀναθυμίασιν οἰϰεῖόν τι ταῖς ψυχαῖς ϰαὶ συγγενὲς ἔχουσαν ἀναπληροῦν τὰ μανὰ ϰαὶ συνέχειν ἐναρμόττουσαν.

« D’un autre côté, tout au contraire, il n’est pas impossible que ce soit par la réfrigération et par la condensation du fluide que se tend et s’aiguise la partie prophétique de l’âme, de même que le fer se durcit par la trempe. Comme l’étain fondu avec le cuivre donne à ce corps lâche et poreux plus de cohésion et plus de densité, en même temps qu’il le rend plus brillant et plus net, rien n’empêche non plus que l’exhalaison divinatoire, ayant une affinité et une parenté avec les âmes, remplisse, groupe et ajuste leurs vides. »

  • 66 A. DELATTE, op. cit., p. 55.
  • 67 PLUTARQUE, Quomodo adulator ab amico internoscatur, 36, p. 73 CD ; De sanitate praecepta, 23, p. 1 (...)
  • 68 PLUTARQUE, De primo frigido, 13, p. 950 C. On trempait dans l’huile les objets auxquels on voulait (...)
  • 69 PLUTARQUE, De primo frigido, 2, p. 946 BC = ARNIM, SVF, II, p. 134, n° 407 : ἔνια δὲ μᾶλλον ἡ ψυχρ (...)
  • 70 PLUTARQUE, Quaest. conv., I, 5, 1, p. 622 D.

37La première interprétation, la « trempe de l’âme », où A. Delatte voit un trait stoïcien66, est une des comparaisons favorites de Plutarque, qui mentionne fréquemment la trempe dans l’eau67 ou l’huile68. Dans le traité Sur le principe du froid, il explique la trempe comme un resserrement de la structure du fer69, qui avait été relâchée par la chaleur70. C’est aussi une explication traditionnelle.

  • 71 R. FLACELIÈRE, Disparition des oracles, p. 253, note 247, renvoie à ARISTOTE, Gen. an., II, 8, en (...)
  • 72 PLUTARQUE, Amatorius, 7, p. 752 E (à propos d’un jeune homme qui épouse une femme riche) : μὴ συμμ (...)
  • 73 Cfr. supra, pp. 111-112.

38Quant à la comparaison de l’alliage cuivre-étain, on a vu que le cuivre était, pour Plutarque, un métal poreux de structure régulière. Par conséquent, l’étain pénètre dans les pores du cuivre pour le durcir. C’était déjà l’explication, purement mécanique, d’Empédocle71. Plutarque revient ailleurs72 sur le sujet, pour constater que l’étain disparaît dans le cuivre (ou le bronze) comme l’avait déjà remarqué Aristote73.

  • 74 Sur Hiéroclès d’Alexandrie, voir E. ZELLER, Die Philosophie der Griechen, III, 25, Leipzig, 1923, (...)
  • 75 HIÉROCLÈS, Commentaire aux Vers d’Or, p. 12 Needham = pp. 23, 1. 19 - p. 24, 1. 8 Müllach1 (F.G. M (...)

392.2.3.2. A la fin de l’Empire romain, le néoplatonicien Hiéroclès74 fonde encore sur le Timée des considérations justifiant la prééminence de l’or. Expliquant le titre des Vers d’or pythagoriciens, il écrit75 :

ἔστι δὲ ϰαὶ ὁ χρυσòς ἀϰίβδηλόν τι ϰαὶ γῆς οὐϰ ἀναπεπλησμένον, ὥσπερ τὰ συγγενῆ ϰαὶ ἐφεξῆς ὄντα τούτῳ, οἶον ἄργυρος ϰαὶ χαλϰòς ϰαὶ σίδηρος, πρòς ἃ ϰαὶ τò ὑπερέχον φύσει ϰέϰτηται ὁ χρυσός, μόνος τῶν ἄλλων ἰòν οὐ ποιῶν, ἐϰείνων ἑϰάστου, ϰαθ’ ὅσον γῆς μετέχει, ϰατὰ τοσοῦτον ϰαὶ εἰς ἰòν μεταβάλλοντος.

« L’or est quelque chose de non falsifié, qui n’est pas mélangé de terre comme les corps congénères qui se trouvent à sa suite, tels l’argent, le cuivre et le fer, sur lesquels l’or possède une supériorité naturelle, car il est le seul à ne pas rouiller. Chacun des autres se change en rouille en raison directe de sa proportion de terre. »

40Le noyau de l’explication est certes repris au Timée platonicien, mais on trouve, dans l’énumération, une idée beaucoup plus nette de la parenté des substances métalliques, fer compris, sans que l’on puisse dire si c’est une parenté de nature ou de technologie. Il y a peut-être, comme dans le Timée de Locres. une influence des recherches péripatéticiennes.

  • 76 Sur l’évolution parallèle de l’astronomie et de la médecine, voir C. PRÉAUX, Sur la stagnation de (...)

41Au terme de cet exposé, on remarquera que la science de la matière ne progresse plus. Elle se contente de recourir à des recettes éprouvées, à des lieux communs scientifiques résultant des recherches antérieures, tels que les quatre éléments, la structure lâche ou serrée, l’emboîtement des pleins dans les creux. En fait, elle tourne en rond76. Des courants anarchiques vont la bouleverser de fond en comble, y introduire un cocktail explosif de spéculations audacieuses et de rêveries irrationnelles.

Notes

1 ÉPICURE, frg. 293 Usener (H. USENER, Epicurea, Leipzig, 1887, réimpr. Stuttgart, 1966, pp. 208-211) = GALIEN, De natur. facult., I, 14, t. II, p. 45 Κ (Galien réfute Epicure en montrant qu’il n’est pas possible d’expliquer ainsi l’induction magnétique).

2 Quaest. conv., VIII, 3. La scène est à Athènes chez Ammonios, à une époque où il est stratège pour la troisième fois, c’est-à-dire au début du iie siècle. Cfr. K. ZIEGLER, Plutarchos von Chaironeia, 2e éd., Stuttgart, 1964 (2e éd. de son article de RE, XXI, 1), col. 33 et 77. Il faut tenir compte de ce décalage chronologique pour évaluer la fidélité de ce fragment à la pensée du maître.

3 Sur Boëthos, ZIEGLER, op. cit., 33.

4 ÉPICURE, frg. 323 Usener, pp. 222-223 = PLUTARQUE, Quaest. conv., VIII, 3, 2, pp. 720 F - 721 D.

5 Traduction V. BÉTOLAUD, Plutarque. Œuvres morales et oeuvres diverses, t. III, Paris, 1870, p. 429.

6 Sur les tendances philosophiques de Plutarque, K. ZIEGLER, op. cit., col. 17; 282 ; 301.

7 Quaest. conv., VIII, 3, 3, p. 721 DE.

8 LUCRÈCE, VI, 1087-1089. — Sur la chimie de Lucrèce, E.O. VON LIPPMANN, Die Lehren der Atomistik bei Lukrez, dans Mélanges Bidez, II, Bruxelles, 1934, pp. 585-601.

9 LUCRÈCE, VI, 921-1008. De même, en VI, 830 sq., les émanations de l’Averne détruisent aussi l’air.

10 LUCRÈCE, VI, 1009-1011.

11 LUCRÈCE, VI, 1022-1041.

12 LUCRÈCE, VI, 1058-1061.

13 PLUTARQUE, Quaest. Plat., VII, 7, p. 1005 B-D. Cfr. infra.

14 R.A. FRITZSCHE, Der Magnet und die Athmung in antiken Theorien, dans Rheinisches Museum, N.F., 57 (1902), pp. 363-391, fait intervenir le médecin Asclépiade ; M. BOLLACK, La chaîne aimantine. Lucrèce et ses modèles grecs, dans REL, 41 (1963), pp. 165-185, propose une origine platonicienne (Timée, 80 BC) et souligne la façon originale dont Lucrèce remanie les explications traditionnelles.

15 LUCRÈCE, V, 1241-1243 :
Quod superest, aes atque aurum ferrumque repertumst
et simul argenti pondus plumbique potestas
ignis ubi ingentis silvas ardore cremarat
Ici, plumbum comprend aussi l’étain.

16 LUCRÈCE, VI, 1244-1280. Il faut évidemment traduire aes par « cuivre », et non par « bronze » comme le fait par exemple Ernout (Coll. des Universités de France).

17 LUCRÈCE, V, 1286-1296, spécialement 1287-1288 :
et prior aeris erat quam ferri cognitus usus
quo [acilis magis est natura et copia maior

18 SÉNÈQUE, Lettres, 90, 12. Sur les rapports de Lucrèce avec Poseidonios, voir P. RUSCH, De Posidonio Lucretii Cari auctore in carmine de rerum natura VI, thèse, Greifswald, 1882.

19 DIODORE, V, 35, 3 = POSEIDONIOS, frg. 117 Jacoby (argent seulement ; il devait y avoir du sulfure d’argent qui se grille aisément, donnant un oxyde peu stable ; Diodore ne cite pas sa source) ; STRABON, III, 2, 9, p. 147 = POSEIDONIOS, frg. 47 Jacoby = 239 Edelstein-Kidd (or et argent, citation nominale); ATHÉNÉE, VI, p. 233 E = POSEIDONIOS, frg. 48 J = 240 A EdK (concerne l’argent seul et situe l’épisode dans les monts Rhiphées, qu’il identifie aux Alpes).

20 PSEUDO-ARISTOTE, Mir. Ausc., 87 (argent seul ; texte très proche du frg. 47 J de Poseidonios).

21 J. GEFFCKEN, Timaios Geographie des Westens, Berlin, 1892 (Phil. Unt., XIII), p. 95. Toute cette section des Histoires Merveilleuses provient de Timée.

22 Des phénomènes de ce genre ont été observés dans les Alpes, dans les Pyrénées et au Pérou. Voir J. NAPIER, Manufacturing arts in ancient times, London, 1879, p. 4 ; T.A. RICKARD, Man and Metals, tr. fr. V. LAPARRA, L’homme et les métaux, Paris, 1938, p. 41 ; FORBES, SAT, VIII, p. 198.

23 On sait (DIOGÈNE LAËRCE, VII, 137 et 142) que la physique de Zénon admettait les quatre éléments. Cfr. O. GILBERT, Die meteorologischen Theorien des griechischen Altertums, Leipzig, 1907, réimpr., 1967, pp. 228-230 ; S. SAMBURSKY, Physics o[ the Stoics, London, 1959, p. 110.

24 SÉNÈQUE, Questions naturelles, III, 15, 2-3; cfr. F. HOEFER, Histoire de ta chimie, t. I, Paris, 1866, p. 185.

25 Tous les manuscrits de Sénèque ont humus, qui n’a pas de sens, puisque humus désigne justement la partie non liquéfiable (τὸ γεῶδες). Honos est une correction de P. Oltramare. Il faut lui donner le sens de gratia, dignitas, pretium dans un sens ironique (P. OLTRAMARE, Sénèque. Questions naturelles, t. I, Paris, 1929, p. 130, n. 4). Pour ma part je préférerais humor.

26 Par exemple le cristal, Quaest. nat., III, 25, 12. La différence est que le cristal ne redeviendra jamais de l’« eau », tandis que les métaux sont fusibles.

27 Galien reste fidèle à la théorie des quatre éléments. Cfr. O. GILBERT, Meteorologischen Theorien, pp. 391-392, n. 2 ; THORNDIKE, History, t. I, pp. 139-140 ; R.E. SIEGEL, Galen’s system of physiology and medicine, Basel, 1968, pp. 145-148. Beaucoup de ses mentions des quatre éléments se situent dans une perspective stoïcienne ; cfr. J. VON ARNIM, Stoicorum veterum fragmenta, II, Leipzig, 1903, réimpr., 1964, n° 412 = GALIEN, I, 487 Κ ; 415 = XI, 256 ; 416 = XIV, 698; 420 = I, 245; 424 = VIII, 672-674; 426 = XI, 423; 427 = XI, 626 ; 428 = XI, 405 ; 431 = XI, 510 ; 433 = XVII Β 161.

28 GALIEN, Simpl. med., IX, 1, t. XII, pp. 165-166 Κ = ARNIM, SVF, II, n° 438, p. 144, 1. 1-10 : ἓν μὲν δὴ τοῦτο σημαινόμενόν ἐστι τοῦ τῆς γῆς ὀνόματος ἅπασι σύνηθες, ἕτερον δὲ μόνον τοῖς φιλοσόφοις, ἐπειδὰν λέγωσι τῶν σωμάτων στοιχεῖα γῆν ϰαὶ ὕδωρ ϰαὶ ἀέρα ϰαὶ πῦρ · τò γὰρ ξηρòν ἐσχάτως σῶμα ϰαὶ ψυχρòν ὀνομάζουσι γῆν. ϰατ̠ὰ τούτους οὖν ούδὲν μὲν τῶν συνθέτων τούτων σωμάτων ἐστίν ἡ στοιχειώδης γῆ, πλεῖστον μέντοι τῆς γῆς ἔχειν αὐτά φασιν, οἶον τόν τε ἀδάμαντα ϰαὶ τὰς πέτρας, ϰαὶ ὅσῳ γ’ἂν ὦσι σϰληρότερα τò σῶμα, τοσούτφ μᾶλλον αὐτὰ εἶναί φασι γεωδέστερα. [...] ϰατὰ μὲν οῦν τò παρὰ τοῖς φιλοσόφοις σημαινόμενον αἱ τῆς γῆς διαφοραὶ τρισὶν ὁρισθἡσονται γένεσιν.

29 On attendrait «plus il est sec» (ξηρότερα).

30 SVF, II, n° 438, p. 144, 1. 10-20 = GALIEN, XII, 166-167 K.

31 GALIEN, Simpl. Med., IX, 3, t. XII, p. 209 Κ. Cfr. L. ISRAELSON, Die Materia Medica des Klaudios Galenos, thèse Dörpat, 1894, p. 159.

32 Une telle opinion se trouve déjà dans les mêmes termes chez PLUTARQUE, De primo frigido, 21, p. 954 D.

33 GALIEN, Simpl. med., IX, 1, 4, t. XII, pp. 184-185 K.

34 GALIEN, Simpl. med., IX, 3, 23, t. XII, pp. 230-233 K.

35 GALIEN, Meth, med., IX, 17, t. X, pp. 656-657 Κ : ἡ μὲν τῶν λίθων οὐσία μόνιμός ἐστι διὰ ξηρότητα ϰαὶ ψύξιν. Οὕτως δὲ ἡ τοῦ χαλϰοῦ ϰαὶ τοῦ σιδήρου ϰαὶ. ἡ τοῦ χρυσοῦ ϰαὶ συνελόντι φάναι πάντων τῶν γεωδῶν σωμάτων.

36 GALIEN, Simpl. med., IV, 19, t. XI, p. 688 Κ : ὑδράργυρος, λιθάργυρος ϰαὶ ἕτερα μυρία παχυμερῆ μὲν γάρ ἐστιν τὰ τοιαῦτα πάντα ϰαὶ δυνάμει θερμά. Mais cfr. Simpl. Med., IX, 3, 17, t. XII, p. 224 ; IX, 3, 32, t. XII, p. 237.

37 F. SUSEMIHL, Geschichte der griechischen Literatur in der Alexandrinerzeit, II, Leipzig, 1892, pp. 335-336, le situe au début de notre ère ou un peu avant ; E. FRANK, Plato und die sogenannten Pythagoreer, Halle, 1923, p. 142, lui assigne une date tardive, sans autre précision ; A.E. TAYLOR, Commentary, Oxford, 1928, pp. 655-664, le date du Ier siècle de notre ère ; R. HARDER, art. Timaios 4, dans RE, VI A 1 (1936), col. 1203-1226, le date du Ier s. apr. J.-C, mais pose un modèle d’époque hellénistique ; CORNFORD, Cosmology, p. 3, le date du Ier s. de notre ère ; J. ZÜRCHER, Das Corpus Academicum. Paderborn, 1954, p. 157, le date de 300 av. J.-C. ; H. THESLEFF, An Introduction to the Pythagorean Writings of the Hellenistic Period, Abo, 1961, pp. 62 et 102, reprend la datation de Harder; G. RYLE, The Timaeus Locrus, dans Phronesis, 10 (1965), pp. 174-190, suppose que le Timée de Locres serait une oeuvre de jeunesse d’Aristote, écrite vers 360 av. J.-C, un résumé du Timée à l’usage des Siciliens, identique au traité τὰ ἐϰ τοῦ Τιμαίου ϰαί τῶν Ἀρχυτείων que lui attribue DIOGÈNE LAËRCE, V, 25 ; W. BURKERT, dans Gnomon, 39 (1967), p. 555, le date du IIe s. av. J.-C. et M. BALTES, Timaios Lokros über die Natur des Kosmos und der Seele. Ein Kommentar, Leiden, 1972, pp. 20-25, spéc. p. 20, n. 2, le situe à la fin du Ier s. av. J.-C. ou au début du Ier s. apr. J.-C.

38 P. 217, 1. 17-22 Marg-Thesleff (W. MARG dans H. THESLEFF, The Pythagorean Texts of the Hellenistic Period, Åbo, 1965) = § 42, pp. 136 et 138 Marg (W. MARG, Timaeus Locrus, de natura mundi et animae. Überlieferung, Testimonia, Text und Übersetzung. Editio maior, Leiden, 1972).

39 On peut écarter un certain nombre d’interprétations fantaisistes ou vieillies, qui sont citées par BALTES, Timaios Lokros, p. 134. Il reste, en fait, deux possibilités :
a) Le scholiaste à ce passage, p. 22 De Gelder (J.J. DE GELDER, Timaeus Loccus De anima mundi et natura, Leiden, 1836) y voit une espèce de laiton : σταγών ἐστιν ὁ λεγόμενος ὀρείχαλϰος ἤτοι τò ἄσπρον χάλϰωμα (cuivre blanc). C’est l’interprétation de LIDDELL-SCOTT-JONES, p. 163, s. v. Or, σταγών est formé sur la racine de στάζω « distiller » qui est très exactement le mode de production du zinc. D’où la traduction « zinc » proposée par M. STEPHANIDES, Petites contributions à l’histoire des sciences, dans REG, 31 (1918), pp. 204-205; Zur Erklärung dreier Fragen. I. Platon und Locros, dans Philologische Wochen-schrilt, 1922, p. 1246, et dans mon article l’Orichatque et le Laiton, dans L’Antiquité Classique, 42 (1973), pp. 64-81.
b) Il existe d’autre part une glose d’Hésychios : σταγών · ἐν τοῖς μεταλλιϰοῖς τò ϰαθαρòν σιδήριον, ὅθεν ϰαὶ σταγονοθάλπον τòν διαιροῦντα ταῦτα ϰαλοῦσιν. Ce serait alors une espèce d’acier fondu. BALTES, p. 134, citant DE GELDER, p. 106, estime ce sens impossible, car l’auteur parle de produits naturels et non fabriqués, ce qui est peu probable, car les anciens ne faisaient pas la différence entre métal et minerai. On peut faire l’hypothèse suivante : le fer chez les Anciens a la réputation d’être non fusible, mais il semble que dans le livre IV des Météorologiques d’Aristote, une fusion sporadique soit décrite (cfr. annexe III). Par conséquent, les gouttes de fonte produites par cette opération pouvaient rejoindre la catégorie des χυτά et, par ce biais, celle des métaux.

40 BALTES, op. cit., p. 132, suppose correctement que Platon voyait la poix à l’état solide.

41 BALTES, op. cit., pp. 130-133. Cfr. la traduction de W. MARG, Timaeus Locrus, p. 139 «Die Formen des Festen (statt : Elements der Erde) sind : einerseits das Giessbare etc.

42 BALTES, op. cit., p. 133 : Eine TL entsprechende Aufteilung der Arten der Elemente ist mir nicht bekannt.

43 BALTES, op. cit., p. 135 : Die Terminologie lässt sehr zu wünschen übrig ; vgl das παϰτόν, das nicht weniger als dreimal in verschiedenen Sinne verwendet wird.

44 Ces exemples ressortissent évidemment à la variété θραυστόν.

45 Sur l’asphalte, voir R.J. FORBES, Bitumen and petroleum in Antiquity, Leiden, 1936, pp. 5-6; 17-18; 36-38.

46 BALTES, op. cit., p. 135, comprend « non fusibles apparentés à la terre, comme la chaux, le gypse, le ciment (sic) »; W. MARG, op. cit., p. 139, propose avec doute gleichformig, kristallinisch.

47 Sur les différents corps appelés nitrum (νίτρον), voir K.C. BAILEY, The Elder Pliny’s Chapters on Chemical Subjects, t. I, London, 1928, pp. 169-174.

48 Voir infra (chapitre III) notre commentaire à Météorologiques, IV, 389 A 7. De même, les θραυστά sont une des oppositions de Météorologiques, IV, p. 385 A 10.

49 PLUTARQUE, De primo frigido, 21, p. 954 D.

50 PLUTARQUE, Quaest. conv., VIII, 3, 3, p. 721 EF.

51 De Pyth. orac, 2, p. 395 B. Sur ces statues, R. FLACELIÈRE, Plutarque. Sur les oracles de la Pythie. Texte et traduction avec une introduction et des notes, Paris, 1937 (Annales de l’Université de Lyon, 3e série, fasc. 4), p. 55. Sur la patine des statues antiques, p. 156, n. 5.

52 R. FLACELIÈRE, op. cit., pp. 19-22.

53 De Pyth. orac, 3, p. 395 D (texte de Flacelière) : ὅταν, ἔφη, τῶν πρώτων ϰαὶ φυσιϰωτάτων ϰαὶ ἐσομένων ϰαὶ ὄντων, πυρòς ϰαὶ γῆς ϰαὶ ἀέρος ϰαὶ ὕδατος, μηδὲν ἄλλο τῷ χαλϰῷ πλησιάζη μήδ’δμιλῆ πλὴν μόνος ὁ ἀήρ, δῆλος ἐστιν ὑπò τούτου πεπονθὼς ϰαὶ διὰ τοῦτον ἐσχηϰὼς ἣν ἔχει διαφορὰν ἀεὶ συνόντα ϰαὶ προσϰείμενον. Si l’eau de pluie n’est censée jouer aucun rôle, c’est que les statues étaient couvertes d’un toit ; cfr. E. BOURGUET, Les ruines de Delphes, Paris, 1914, pp. 44-45.

54 Cette citation ne se retrouve dans aucune œuvre conservée d’Aristote, et Valentin Rose ne l’a pas reprise dans son édition des fragments.

55 De Pyth. orac, 3, p. 395 EF : ζητῶμεν οὖν ϰοινῇ ϰαὶ πρότερον, εἰ βούλει, δι’ἣν αἰτίαν μάλιστα τῶν ὑγρῶν ἀναπίμπλησιν ἰοῦ τοὔλαιον · οὐ γὰρ αὐτό γε δἡπου τῷ χαλϰῷ προατρίβεται τòν ἰόν, ἅτε δὴ ϰαθαρòν αὐτῷ ϰαὶ ἀμίαντον πλησίαζον. — Ούδαμῶς, εἶπεν ὁ νεανίας, ἄλλο δ’αὐτῷ μοι δοϰεῖ τούτου τò αἴτιον ὑπάρχειν. λεπτῷ γὰρ ὄντι ϰαὶ ϰαθαρῷ ϰαὶ διαυγεῖ προσπίπτων ὁ ἰὸς ἐϰφανέστατός ἐστιν, ἐν δὲ τοῖς ἄλλοις ὑγροῖς ἀφανίζεται. — Καὶ ὁ θέων’εὖγε, εἶπεν, ὦ παῖ ϰαὶ ϰαλῶς.σϰόπει δέ, εἰ βούλει, ϰαὶ τὴν ὑπ’ Ἀριστοτέλους αἰτίαν λεγομένην [...] Φησὶ τοίνυν τῶν μὲν ἄλλων ὑγρῶν πιόντα διέχειν ἀδήλως ϰαὶ διασπείρεσθαι τòν ιòν ἀνωμάλων ϰαὶ μανῶν ὄντων, τοῦ δ’ἐλαίου τῇ πυϰνότητι στέγεσθαι ϰαὶ διαμένειν ἀθροιζόμενον.
On garde ici le texte des manuscrits. Flacelière propose τὴν λεπτότητα διαχεῖν au lieu de πιόντα διέχειν d’après Schwartz, et introduit τῶν μορίων après άνωμάλων d’après Strijd. En fait, les autres liquides, qui ont une composition irrégulière, absorbent la rouille qui les « boit » (πιόντα) et se détache ainsi (διέχειν) du bronze. Les corrections ne sont donc pas nécessaires.

56 En réalité, cette oxydation est due aux acides gras de l’huile qui rancit, comme l’observe justement FLACELIÈRE, op. cit., p. 157, n. 11. La digression sur l’huile a l’air en dehors du sujet, car pourquoi enduire les statues d’huile ? Nous pensons que c’est une allusion au labeur des φαιδ(ρ)υνταί, qui «ciraient» les statues à l’huile pour les faire reluire : PAUSANIAS, V, 14, 5 ; Inscr. Olymp., 466, 5. Cfr. B.G.U., 362.II.I.8-10 ; II.VII.14-16 ; II.X.15-17 (comptes de temple de l’Arsinoïte, 215 apr. J.-C).

57 De Pyth. Orac, 4, p. 396 A : ἔφη τòν ἀέρα ἐν Δελφοῖς, πυϰνòν ὄντα ϰαὶ συνεχῆ ϰαὶ τόνον ἔχοντα διὰ τὴν ἀπὸ τῶν ὀρῶν ἀνάϰλασιν ϰαὶ ἀντέρεισιν, ἔτι ϰαὶ λεπτòν εἶναι ϰαὶ δηϰτιϰόν, ὥς που μαρτυρεῖ ϰαὶ τὰ περὶ τὰς πέψεις τῆς τροφῆς, ἐνδυόμενον οὖν ὑπò λεπτότητος ϰαὶ τέμνοντα τὸν χαλϰὸν ἀναχαράσαειν πολὺν ἰòν ἐξ αὐτοῦ ϰαὶ γεώδη, ατέγειν δὲ τοῦτον αὖ πάλιν ϰαὶ πιέζειν, τῆς πυϰνότητος <διάχυσιν> μὴ διδούαης, τòν δὲ ὑφιστάμενον αὐτῷ διὰ πλῆθος ἐξανθεῖν ϰαὶ λαμβάνειν αὐγὴν ϰαὶ γάνωμα περὶ τὴν ἐπιφανείαν. L’argument tiré de la cuisson des aliments (πέψις) fait sans doute allusion au point d’ébullition de l’eau, qui est plus bas à Delphes en raison de l’altitude. Sur l’air de Delphes, FLACELIÈRE, op. cit., p. 157, n. 12.

58 Mais dans la physique de Platon, l’octaèdre d’air n’est pas un polyèdre coupant. Plutarque ne va pas jusqu’à la représentation mathématique du Timée.

59 De Pyth. orac, 4, p. 396 Β : ἀποδεξαμένων δ’ἡμῶν, ὁ ξένος ἔφη τὴν ἑτέραν ἀρϰεῖν ὑπόθεσιν πρὸς τὸν λόγον · ἡ δὲ λεπτότης, ἔφη, δόξει μὲν ὑπεναντιοῦσθαι ϰαὶ πρòς τὴν λεγομένην πυϰνότητα τοῦ ἀέρος, λαμβάνεται δὲ οὐϰ ἀναγϰαίως. Αὐτòς γὰρ ὑφ’ἐαυτοῦ παλαιούμενος ὁ χαλϰòς ἀποπνεῖ ϰαὶ μεθίησι τòν ἰόν, ὃν ἡ πυϰνότης συνέχουσα ϰαὶ παχνοῦσα ποιεῖ ἐϰφανῆ διὰ τò πλῆθος.

60 De Pyth. orac, 4, p. 396 BC : τί γάρ, εἶπεν, ὦ ξένε, ϰωλύει ταὐτòν εἶναι ϰαὶ λεπτòν ϰαὶ πυϰνόν, ὥσπερ τὰ σηριϰὰ ϰαὶ τὰ βύσσινα τῶν ὑφασμάτων. [...] ϰαὶ μὴν οὐ μόνον πρòς τὴν ἀναχάραξιν τοῦ ἰοῦ χρήσαιτο ἄν τις τῇ λεπτότητι τοῦ ἀέρος, ἀλλὰ ϰαὶ τὴν χρόαν αὐτὴν ποιεῖν ἔοιϰεν ἡδίονα ϰαὶ γλαυϰοτέραν, ἀναμιγνύουσα τῷ ϰυάνω φῶς ϰαὶ αὐγήν.

61 Quaest Plat., VII, 7, p. 1005 BC.

62 Quaest. Plat., VII, 7, p. 1005 D : ὁ σίδηρος οὔτε ἄγαν ἀραιός ἐστιν ὡς ξύλον, οὔτε ἄγαν πυϰνός, ὡς χρυσὸς ἢ λίθος, ἀλλὰ ἔχει πόρους ϰαὶ οἰμούς ϰαὶ τραχύτητας διὰ τὰς ἀνωμαλίας τῷ ἀέρι συμμέτρους, ὥστε μήτε ἀπολισθαίνειν, ἀλλὰ ἕδραις τισὶν ἐνισχόμενον ϰαὶ ἀντερείσεσι περιπλοϰὴν σύμμετρον ἐχούσαις, ὡς ἂν ἐμπέση πρòς τòν λίθον φερόμενος ἀποβιάζεσθαι ϰαὶ προωθεῖν τòν αίδηρον.

63 Sur Lamprias et ses tendances philosophiques, voir R. FLACELIÈRE, Plutarque. Sur la disparition des oracles, Paris, 1947 (Annales de l’Université de Lyon, 3e série, fasc. 14), pp. 17-22; 39-40; 42-47.

64 Explication typiquement démocritéenne selon A. DELATTE, Les conceptions de l’enthousiasme chez les philosophes présocratiques, dans L’Antiquité Classique, 3 (1934), pp. 54-56. Suit une explication par la dessication, qui cite Héraclite.

65 De defectu oraculorum, 41, p. 433 A. Traduction Flacelière.

66 A. DELATTE, op. cit., p. 55.

67 PLUTARQUE, Quomodo adulator ab amico internoscatur, 36, p. 73 CD ; De sanitate praecepta, 23, p. 136 A ; Septem sapientium convivium, 13, p. 156 Β ; De primo frigido, 20, p. 954 C ; etc.

68 PLUTARQUE, De primo frigido, 13, p. 950 C. On trempait dans l’huile les objets auxquels on voulait donner une trempe fine, cfr. BLÜMNER, TT, IV, 347.

69 PLUTARQUE, De primo frigido, 2, p. 946 BC = ARNIM, SVF, II, p. 134, n° 407 : ἔνια δὲ μᾶλλον ἡ ψυχρότης, ἂν λάβῃ θερμότερα, πήγνυαι ϰαὶ συνάγει, ϰαθάπερ τòν βαπτόμενον σίδηρον.

70 PLUTARQUE, Quaest. conv., I, 5, 1, p. 622 D.

71 R. FLACELIÈRE, Disparition des oracles, p. 253, note 247, renvoie à ARISTOTE, Gen. an., II, 8, en oubliant que c’est un frg. d’Empédocle et non la théorie admise par Aristote.

72 PLUTARQUE, Amatorius, 7, p. 752 E (à propos d’un jeune homme qui épouse une femme riche) : μὴ συμμίξαντες αὐτὸν ὄγϰφ ϰαὶ βαρεῖ τοσούτῳ λάθoιμεν ὥσπερ ἐν χαλϰῷ ϰασσίτερον ἀφανίσαντες. « Si nous le jetons au milieu d’une telle abondance et d’un tel luxe, nous risquons, sans nous en douter, de faire disparaître, pour ainsi dire, l’étain dans le cuivre. » (Trad. R. FLACELIÈRE, Plutarque. Dialogue sur l’amour (Eroticos), Paris, 1953 (Annales de l’Université de Lyon, 3e série, fasc. 21), p. 54.)

73 Cfr. supra, pp. 111-112.

74 Sur Hiéroclès d’Alexandrie, voir E. ZELLER, Die Philosophie der Griechen, III, 25, Leipzig, 1923, pp. 812-817. H. DÖRRIE, art. Hierokles 6 dans Der Kleine Pauly, lief. 12 (1966), col. 1133.

75 HIÉROCLÈS, Commentaire aux Vers d’Or, p. 12 Needham = pp. 23, 1. 19 - p. 24, 1. 8 Müllach1 (F.G. MÜLLACH, Hieroclis in aureum Pythagoreorum carmen commentarius, Berlin, 1853, réimpr. Hildesheim, 1971) = p. 417 Müllach2 (Fragmenta philosophorum Graecorum, t. I, Paris, 1860).

76 Sur l’évolution parallèle de l’astronomie et de la médecine, voir C. PRÉAUX, Sur la stagnation de la pensée scientifique à l’époque hellénistique, dans American Studies in Papyrology I, 1965 (Essays in Honor of C. Bradford Welles), pp. 235-250.

© Presses universitaires de Liège, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search