Version classiqueVersion mobile

Production institutionnelle de l’enfance

 | 
Véronique Pache Huber
, 
Charles-Édouard De Suremain
, 
Élise Guillermet

En quête « d’unité du soi » face à la discontinuité des trajectoires de vie

Des parcours de placements sous contraintes (France)

Pierrine Robin

Résumé

Aux prises avec des liens familiaux éclatés, les parcours des enfants confiés témoignent de modes alternatifs du « faire famille ». Ces derniers sont élaborés en interaction avec les intervenants et les mesures proposées et se construisent dans le contexte normatif d’une parenté unique. La disjonction entre les différentes formes juridique, biologique et quotidienne de la parenté est source de souffrance pour les enfants confiés, notamment du fait de l’absence d’un travail sur leur histoire familiale et d’un manque de reconnaissance sociale — manifesté par un vide linguistique – pour exprimer la complexité de leur situation familiale et de leurs ressentis. Ces lacunes identifiés dans les discours des enfants attestent de la difficulté, pour l’institution de l’aide à l’enfance, de concevoir et soutenir la parenté plurielle.

Texte intégral

1Dans le champ de la protection de l’enfance en France, l’enfant est souvent réduit, dans le discours politique et institutionnel, à un enfant-problème et très peu de place est laissée à la pensée d’un enfant sujet (Wolff et al. 2013). De plus, peu de recherches se sont portées sur le vécu de l’enfant dans les dispositifs de protection de l’enfance. En effet, la parole des enfants confiés a longtemps fait l’objet de suspicion chez les professionnels qui les percevaient comme dans l’incapacité de comprendre leur situation familiale (Holland 2001), comme chez les chercheurs qui étaient réticents à les interroger par crainte de les fragiliser d’avantage (Irwin 2006). Dans les différents champs d’expertise, la problématisation de l’enfant qui est à l’œuvre est souvent source d’une mythification, dans laquelle les enfants ne se reconnaitraient guère (Javeau 2006). D’où l’importance de référencer scientifiquement l’expérience quotidienne des enfants pour comprendre la différence existant entre l’enfant idéal et l’enfant réel, entre la famille idéale et la famille réelle. En effet, comme l’a montré l’anthropologue Nieuwenhuys (1997) en étudiant l’enfance dans les pays du Sud, la domination sociale sur les enfants discriminés et stigmatisés ne trouve pas seulement son origine dans les conditions matérielles de vie mais aussi dans les conditions de production de connaissances.

2Les entretiens biographiques, visant à reconstituer les parcours familiaux complexes des familles soumises à l’Aide sociale à l’enfance, commencent seulement à se développer en France. Ils cherchent à expliciter le point de vue des professionnels, des parents, mais aussi des enfants et des jeunes (Abels-Eber 2006 ; Potin 2012). Ce qui ressort principalement des récits des enfants et des jeunes interrogés, c’est un sentiment de dépossession de leur trajectoire de vie, une quête de sens et de cohérence dans l’élaboration de leur parcours, face à des évènements perçus principalement comme subis (Hofgesang 2006).

3Suite à une intervention de l’État dans la sphère privée, les enfants sont soumis à une expérience familiale singulière. Confrontés à une disqualification ou à un délitement des liens avec « la famille de sang » et de nom, ces enfants vont être amenés à construire de nouveaux liens dans le quotidien de la prise en charge. Dans ces parcours de déplacements contraints, la difficulté de concilier des liens et des espaces de vie pluriels entre la famille de sang et de nom et la famille du quotidien (Giraud 2005) est source permanente de questionnements.

De la parenté dissociée…

4Pour ces enfants, les « trois dimensions de la filiation, le sang, le nom, le quotidien ne sont pas nécessairement superposées ni au commencement de la vie, au moment de la prise en charge et à la fin de la vie » (Weber 2005). Comme l’a montré Cadoret (1995) dans son ouvrage Parenté plurielle, anthropologie du placement familial, ces enfants expérimentent une double parenté, « l’une évidente » (celle du sang et du nom), « l’autre incertaine » (celle du quotidien). Cette parenté du quotidien qui n’oblige que ceux qui la revendiquent est une « parenté en creux » qui ne peut être désignée que par des périphrases puisqu’« aucun mot ne correspond aux liens vécus » (Cadoret 1995 : 11). Elle s’élabore au gré des interactions entre enfants accueillis et familles d’accueil et diffère selon le statut juridique de l’enfant au sein de l’Aide sociale à l’enfance et les figures de familles d’accueil. Elle évolue aussi selon les époques de prise en charge et la philosophie du dispositif qui prédomine alors, avec des parents de sang écartés jusque dans les années 1960, puis réintroduits en force. Les sentiments et affects construits dans le quotidien ne sont donc pas sans lien avec leur contexte social de production et les interventions socio-éducatives proposées.

5D’où l’importance d’une analyse socio-anthropologique des effets de la politique d’aide sur les trajectoires telle qu’a pu la mener Potin (2012). En croisant des données objectives sur la continuité et la discontinuité des trajectoires de vie (Frechon 2013 ; Stein 2008) et des données subjectives sur la qualification des liens entre les acteurs, Potin a pu identifier trois catégories d’enfants — les enfants « placés », « déplacés » et « replacés » — et relève trois types de parcours à l’Aide sociale à l’enfance, qui attestent trois formes de construction des liens de parenté (Chapitre 1). Pour les enfants « placés » ayant connu un accueil long, stable et précoce dans une même famille d’accueil, la parenté quotidienne prend le pas sur la parenté de sang. A contrario, les enfants « replacés », ayant connu des allers-retours entre leur famille d’origine et les différents accueils, se définissent avant tout comme l’enfant de leur famille de sang et de nom. Enfin, les enfants « déplacés », qui ont connu une succession de lieux d’accueil sans retour en famille, sont face à une absence de supports disponibles pour se définir.

6Il n’en reste pas moins que les enfants partagent en commun l’expérience de la dissociation des trois formes de parenté du sang, du nom, du quotidien. Selon Weber (2005 : 22) : « Lorsque ces trois dimensions sont dissociées, les individus font la difficile expérience de l’incohérence de la filiation : les mots leur manquent pour désigner ceux dont ils sont proches, comportements et sentiments perdent de leur évidence, des conceptions différentes de la filiation s’affrontent . »

… à la quête de cohérence identitaire

7Face à la pluralité des expériences et des liens, il revient alors à ces individus un travail particulièrement important d’unification de l’expérience éclatée et de mise en sens de leur trajectoire de vie. En effet, comme l’ont montré Singly (2003) et Corcuff (2012), dans cette identité labile « à géométrie variable », les individus modernes et réflexifs sont amenés à hiérarchiser leurs différentes dimensions identitaires. Le vertige peut saisir les individus devant les réglages qu’ils doivent opérer pour se construire, notamment ceux qui souffrent d’absence de relations d’ancrage et de la faiblesse de supports disponibles pour se définir. De plus, ces individus peuvent se voir imposer de manière autoritaire une partie de leur identité dans l’interaction sociale. La hiérarchie identitaire attribuée ne correspond pas toujours à celle qui est revendiquée. L’« identité pour soi » peut se heurter à « l’identité pour autrui ». Pour Singly, l’imposition d’une identité dominante à un individu est une forme d’abus de pouvoir qui ne correspond pas à sa situation. C’est précisément à ces individus, laissés en marge du processus de construction identitaire par Singly, et qui peuvent se voir imposer une partie de leur identité par l’intervention des pouvoirs publics, que nous intéressons.

8C’est pourquoi, nous souhaiterions comprendre, au travers des récits des enfants confiés, quelles recompositions des liens de filiation s’opèrent dans des contextes de prises en charge contraintes par l’intervention des pouvoirs publics dans la sphère privée. Comment des enfants confiés à l’Aide sociale à l’enfance, pris dans des situations de déplacements contraints, parviennent-ils à unifier, à l’âge adulte, leurs expériences de vie ? Que nous apprennent leurs récits sur la redéfinition du soi, des liens de parenté et des déplacements des formes du « faire famille » ? En quoi ces reconfigurations s’inscrivent-elles dans des contraintes normatives fortes, liées à une conception dominante de la famille ?

9Il nous semblait intéressant de présenter cette recherche, construite dans les champs des sciences de l’éducation et de la sociologie, dans le cadre de cet ouvrage, car nous empruntons à l’anthropologie le concept de parenté et l’approche biographique, à laquelle nous donnons un sens un peu différent.

Méthodologie : « Une variation à plusieurs voix »

10Le choix de l’approche biographique, courante en anthropologie, renvoie à son double caractère heuristique et éthique. Elle permet d’articuler dynamiques individuelles et contraintes normatives, tout en tenant compte des contextes sociohistoriques (Bessin 2009). Les récits des enfants confiés imposent « à la réalité sociale, discontinue, faite d’évènements et d’expériences incohérents, de bruits et de fureur, une ligne narrative qui confirme la continuité psychique et sociale de l’individu » (Weber 2005 : 254). Pour Weber (2005 : 22), les individus peuvent surmonter l’incohérence des formes de filiation « à l’aide des récits de filiation où se forge une illusion identitaire, historiquement fictive mais psychologiquement efficace. La tâche de l’ethnographe est alors de réinscrire les pratiques, contre ces récits de filiation, dans des histoires sociales multidimensionnelles et d’inscrire les relations dans une histoire interpersonnelle, elle-même susceptible de plusieurs interprétations . »

11Que les récits biographiques soient effectués dans des moments de crises, comme dans des moments routiniers, les narrations produites sont nécessairement rétrospectives et font l’objet de multiples réinterprétations des sentiments. Si nous partageons avec Weber (2005) l’assertion que ces récits sont nécessairement rétrospectifs, construits dans une logique du futur antérieur où causes et effets sont analysés dans le même temps (Cadoret 1995), nous pensons néanmoins avec Ricœur (1990) que ces récits ne sont pas des illusions. En effet, comme a pu l’analyser Truc (2005) à partir des travaux de Ricœur (1990) dans son article De la désillusion narrative de Bourdieu à Ricœur, l’acteur qui a besoin de donner sens à son existence n’a pour seul recours que l’interprétation au temps présent du passé. La narration permet à l’individu, qui n’est pas l’auteur de ses actions, et dont il ne maîtrise pas les conséquences, d’en rester le coauteur par le sens. Nous reconnaissons en ce sens une capacité à l’acteur dans la mise en sens de son récit. Aussi, d’un point de vue éthique, la mise en intrigue par le récit peut redonner à des acteurs stigmatisés, la possibilité d’un agir créateur, en rouvrant le chemin de la reconnaissance (Butler 2007). Le récit peut permettre alors à des acteurs qui ont eu à subir de se voir imposer ouvertement des pans entiers de leur vie, comme les jeunes interrogés ici, de se positionner, au moment de l’énonciation, comme les narrateurs de leur propre histoire, dont ils sont seuls à conserver la mise en sens. De plus, les récits ne sont pas seulement rétrospectifs mais aussi prospectifs par la promesse d’avenir qu’ils contiennent. La « promesse de l’aube », pour paraphraser Gary, « mise en intrigue » dans le récit, stabilise la pluralité des expériences qui éclatent l’identité.

12C’est avec cette approche que nous souhaitons restituer une partie des résultats d’une recherche, conduite en 2008, dans le département de la Drôme, en France. Cette enquête sur le parcours d’enfants confiés à l’Aide sociale à l’enfance a été menée à la demande du directeur « Enfance Famille » du conseil général de la Drôme, en vue de la révision du schéma départemental de protection de l’enfance.

13La méthodologie consistait, à partir d’un tirage au sort aléatoire de dossiers pour construire un échantillon de situations diverses en termes d’âge, de sexe, d’origine géographique et de type d’accueil, à mener un travail ethnographique sur 12 parcours de prise en charge. Nous avons mené dans un premier temps une analyse de dossiers pour construire, à partir de la méthode Ageven, des frises, permettant de retracer des éléments objectivables du parcours de vie, dans ses multiples dimensions (familial, scolaire, sanitaire, et d’accompagnement social). Puis, l’étude visait à conduire des entretiens de parcours avec 12 adolescents et jeunes de 16 à 25 ans, afin de comprendre leur perception subjective de leurs trajectoires et de leur accompagnement. L’originalité de la démarche de recherche consistait également, pour chaque situation, à interroger 5 personnes désignées par l’adolescent ou le jeune comme ayant compté dans son parcours.

14Cette démarche de recherche initiée par le département de la Drôme dans une « variation à plusieurs voix » nous semblait intéressante, car elle permet d’articuler l’engagement biographique et l’intérêt collectif, dans un double mouvement de transformation de questions privées en questions publiques et de convocation de la face privée des questions sociales. Elle présente la spécificité de recourir à « l’élaboration collective des vécus intérieurs jusque vers leur expression publique » (Deriès 2010 : 97).

15Nous avons été mis en relation avec les enquêtés par le service de l’Aide sociale à l’enfance du département après un tirage d’un panel aléatoire et l’acceptation par les enquêtés de la démarche de recherche. Sur les 12 jeunes contactés, 10 uniquement ont pu être rencontrés (l’une était hospitalisée en hôpital psychiatrique au moment de l’étude, l’autre s’est rétractée par la suite). Par ailleurs, chaque jeune contacté nous a ensuite dirigée en moyenne vers deux autres personnes ayant compté dans son parcours. On notera que pour certains, il était difficile de citer spontanément des personnes ayant compté : « Quelqu’un qui sache vraiment dans quelle situation j’étais, j’en ai pas ! » ; certains préfèreront alors citer des lieux, comme la bibliothèque. Parmi les personnes citées, les enquêtés indiquent majoritairement un professionnel avec lequel ils ont construit un lien particulier dans leurs lieux d’accueil (9/10). Ainsi, six familles d’accueil, trois éducateurs de foyers ou de lieux de vie ont été cités. En second plan, apparaissent les référents éducatifs de l’Aide sociale à l’enfance (6/10). Peu citent des personnes de leurs familles (4/10). Et parmi ces personnes de la famille, seulement un cite sa mère. Au total 32 personnes ont été rencontrées durant cette étude. Pour préserver l’anonymat, les prénoms des personnes interrogées ont été changés.

16Les jeunes rencontrés ont connu des parcours variés à l’Aide sociale à l’enfance. Certains ont été placés à la naissance, tandis que d’autres ont été accueillis à la veille de leurs 18 ans ; l’âge moyen à l’accueil sur notre corpus était de 6 ans. Ils ont pu connaître d’un à sept lieux d’accueil différents, le nombre moyen de lieux d’accueil fréquentés sur notre corpus étant de trois. Pour certains, la prise en charge à l’Aide sociale à l’enfance n’a été que ponctuelle, durant quelques mois, tandis que pour d’autres, elle s’est inscrite dans une durée pouvant aller jusqu’à 18 ans ; la durée moyenne de placement sur notre corpus était de 9 ans et demi. Notre corpus reflète néanmoins un contexte historique où les placements s’inscrivaient dans la durée, comme le confirme une éducatrice interrogée :

Il y a quelques vingt ou trente années de cela, les placements étaient longs : les enfants pouvaient passer toute leur enfance dans une même famille d’accueil. Aujourd’hui, on est tombé dans l’excès inverse : les placements durent en moyenne un an et demi, et le travail éducatif est complètement différent.

17Toutefois, au sein de ce même contexte historique, les parcours de prise en charge apparaissent comme différenciés. De l’analyse des dossiers, trois types de parcours émergent qui peuvent être référés à la typologie de Potin (2012). Le premier type de parcours (3/10) est caractérisé par un accueil long et stable à l’Aide sociale à l’enfance avec un placement en famille d’accueil intervenu très tôt dans l’enfance. Le second type de parcours correspond également à des accueils longs mais dans lesquels les déplacements entre plusieurs lieux d’accueil (familles d’accueil, établissements) sont fréquents (2/10). Enfin une troisième catégorie de situations correspond à des parcours marqués par des allers-retours entre lieu d’accueil et famille d’origine (2/10). À ceci, s’ajoutent trois situations de placements tardifs à l’adolescence, difficilement classables dans cette typologie.

18Dans ce chapitre, nous souhaiterions présenter différentes quêtes de l’unification des expériences dans des parcours contraints. Nous évoquerons trois extraits de récits de jeunes confiés, qui se réfèrent aux trois types de parcours mentionnés ci-dessus. Ces quêtes peuvent prendre des formes plurielles, selon les parcours de placement et les lectures de l’histoire familiale opérées par l’enfant. Trois figures de la quête se dessinent alors et se concrétisent par l’inscription dans une filiation élective, le développement d’affiliations métisses et la recherche d’une connexion entre deux mondes. Le récit croisé avec les professionnels permet de mieux comprendre les contraintes normatives dans le cadre desquels s’opèrent les reconfigurations du soi et du « faire famille ».

L’inscription dans une filiation élective

19Quand le placement s’inscrit dans la durée et s’accompagne d’une possible compréhension partagée du problème familial (Stein 2002), les récits donnent à voir une inscription élective de l’enfant auprès de ceux qu’il nomme « ses parents d’accueil ». Dans ce premier type de parcours, marqué par un accueil long et stable, l’enfant construit ce que Cadoret (1995) appelle une parenté d’accueil. Tout se passe comme si les « liens du cœur » prenaient alors le pas sur les « liens du sang ». Mais ces liens créés restent difficiles à nommer dans un langage social partagé (Winter 1995) et leur reconnaissance fait l’objet d’âpres négociations. C’est ce qu’illustre le récit d’Antoine, 19 ans, placé à l’âge de 3 ans et jusqu’à ses 18 ans dans une même famille d’accueil.

20Le récit d’Antoine est intéressant car il montre le lien existant entre la possibilité d’élaborer l’histoire familiale d’origine et celle de construire un lien d’affiliation avec la famille d’accueil :

Ben, déjà au départ mes parents étaient malades… enfin ils le sont toujours […]. Mon père a une pathologie. Il a un traitement qui est lourd et il vit seul chez lui, il n’aime pas trop le contact humain et je ne sais pas s’il pense encore ça maintenant, mais à l’époque il pensait que j’étais une réplique de lui en plus petit, et donc ce qu’il pensait c’était obligatoirement ce que je pensais.

21On note, par rapport aux autres jeunes de notre corpus, qu’Antoine a une représentation très construite et conceptualisée de son histoire et du problème de son père qu’il décrit comme ne parvenant pas à le concevoir comme distinct de lui-même. La conceptualisation du problème par le jeune homme est très proche de l’appréhension que peut en avoir le père d’accueil qui nous précise que « le père ne le distinguait pas de lui-même ». On peut penser, dans une logique de socialisation interprétative (Corsaro 1997), que le jeune homme s’est réapproprié l’analyse élaborée par la famille d’accueil.

22Or tout se passe comme si le fait d’avoir pu expérimenter, durant sa prise en charge, un espace de réflexivité sur son histoire familiale et bénéficier parallèlement d’un accueil long et stable (Stein 2002) permettait à Antoine de s’inscrire dans une nouvelle filiation. En effet, dans son récit, Antoine passe directement de l’évocation du problème familial initial à la description de sa famille d’accueil :

Donc là on peut enchaîner sur la famille d’accueil. En fait c’est une famille qui s’est consacrée à l’accueil de jeunes parce qu’ils ont eu dix enfants, enfin nous compris. Oui… et en fait mon petit frère est arrivé à trois mois, et il a 18 ans, donc il est arrivé deux ans après moi. Donc en fait nous on appartenait à la dernière génération d’enfants : ça faisait quatre enfants, donc un grand frère qui a 25 ans maintenant, moi, mon petit frère de 18 ans, et une petite sœur trisomique de 16 ans. En fait, l’enfant biologique, c’est la petite dernière. Mon grand frère a été adopté, c’est un marocain. Et… c’est un peu dur à expliquer. En fait, de base, mon père d’accueil avait eu deux enfants d’un premier mariage, ils ont entre 40 et 50 ans. Ensuite, ma mère, avant qu’elle le rencontre, elle avait déjà pris en accueil quatre enfants, donc ça nous fait six. Après il y a eu une petite période où les quatre enfants et mon grand frère étaient à peu près ensemble, et puis quand tous les grands sont partis, nous on est arrivé. Donc vous voyez à peu près ce que ça fait comme famille ? […] Bon, attendez je vais prendre une feuille, ça sera plus facile. Donc si vous voulez, mon père d’accueil a 70 ans, et puis ma mère a 55 ans on va dire, quelque chose comme ça. Et donc une fois qu’ils se sont connus, les deux enfants de mon père (issus d’un premier mariage) n’étaient plus là, puisqu’ils ont à peu près l’âge de ma mère. Après donc ils se sont mis ensemble et elle avait déjà les quatre, donc ils les ont élevés pendant une dizaine d’années ensemble, il y avait une fille et trois garçons […]. Et puis voilà la troisième génération : mon grand frère, mon petit frère et ma petite sœur Clémence.

23Le récit d’Antoine témoigne de son inscription dans la lignée de sa famille d’accueil dont il identifie plusieurs générations d’enfants, biologiques ou non, accueillis, et dont il partage les valeurs symboliques, sans pour autant partager le nom : « Ben la famille, l’entraide, l’honnêteté, enfin les grandes valeurs… ».

24Cette inscription subjective dans la filiation de la famille d’accueil repose sur le partage d’une vie quotidienne, au sein d’une maisonnée, et produit alors un décrochage entre les différentes dimensions juridique, biologique et quotidienne de la parenté. Ainsi, Antoine établit une claire distinction entre « ses parents géniteurs » au sens biologique et juridique du terme et ses « vrais parents » dans une dimension affective et quotidienne :

Ma vraie famille, c’est ma famille d’accueil. Je pense que je leur dois un peu tout. Souvent, on me pose la question : « Comment ça se fait que tu les considères comme tes vrais parents ? » Enfin c’est un peu injuste vis-à-vis des parents géniteurs […] pour moi, il faut faire la différence entre les parents géniteurs et ceux qui apprennent à vivre, et toutes les démarches qu’on va faire pendant la vie.

25C’est donc bien la parenté biologique qu’Antoine distingue ici de la « parenté quotidienne », qui est définie par Weber (2005 : 21) comme « les liens crées par le partage de la vie quotidienne et de l’économie domestique dans leur dimension matérielle […] et affective […] où s’effectue un travail de socialisation, largement inconscient et involontaire, qu’il s’agisse de la socialisation précoce ou tardive ». La valeur attribuée par Antoine à ce partage d’un quotidien de vie dans le cadre duquel s’est déroulée sa socialisation explique que ces liens du cœur l’emportent sur les liens du sang : « Enfin je trouve que le lien de cœur est plus important que le lien de sang. Parce que par exemple avec mon vrai père, on a eu des liens, mais jamais aussi proches que ceux qu’on a avec mes parents d’accueil. » Alors même que l’absence de partage du quotidien n’a pas permis à Antoine de créer des liens d’affiliation avec son père :

Moi quand je vais chez mes parents biologiques je me sens chez moi aussi, mais c’est plus le lien qui n’est pas aussi fort que… enfin c’est peut-être cru de dire ça, mais je considère plus mes vrais parents comme des relations que comme des parents véritables. Du fait que je n’ai pas partagé grand-chose… c’est pas en y allant un week-end par mois qu’on peut faire à mon avis.

26Il reste que cette affiliation, construite avec ses parents d’accueil qu’il nomme « papa » et « maman », a pu faire l’objet au cours de son parcours d’un tiraillement intérieur : « Non… enfin, à l’époque, j’essayais de faire un peu le jeu des deux. Je me souviens d’une fois par exemple au téléphone où j’appelais ma famille d’accueil pour je ne sais plus quoi, et j’avais appelé mon père d’accueil “papa” avec mon père à côté, ça l’avait mis en colère quand même. »

27De plus, la préservation de ces liens affectifs, construits durant le quotidien de la prise en charge, semble toujours l’objet de négociations et s’effectue parfois en dépit de l’institution :

En 6e, j’ai voulu faire sport-étude. Donc, c’était la première fois que je partais en internat, et sentimentalement ça a été une année dure puisque mes parents d’accueil me manquaient et puis il s’est trouvé que j’avais un éducateur qui prenait fait et cause pour mon père biologique, ce qui n’était pas le meilleur choix à faire. Il a fait toutes les démarches en fonction de ce que disait mon père et la famille d’accueil passait après, enfin quand elle passait ! Ben, par exemple, juste sur les week-ends, la démarche était d’aller une fois par mois les week-ends chez mon père et donc ça faisait deux semaines sans que je voie ma famille d’accueil et ça, à l’époque, c’était dur. Et puis l’éducateur n’a rien voulu changer là-dedans, dans ce système-là. Et puis l’année s’est passée tant bien que mal, et puis j’ai eu cet éducateur seulement un an, après ça a changé, et nos relations se sont rétablies.

28Ces liens affectifs semblent donc bénéficier d’une faible reconnaissance de la part de l’institution, voire susciter la suspicion :

Parce que le reproche que leur faisaient les éducateurs ou autre, c’était de prendre trop à cœur leur métier. Parce que dans certaines familles d’accueil, il y a les enfants de la famille et puis les enfants qui sont en accueil. Alors que nous on était les enfants, et ma petite sœur, c’est ma petite sœur, et ce n’est pas spécifiquement la fille des parents d’accueil, cataloguée comme ça. Il n’y a pas de choses comme ça.

29C’est également la difficulté de faire reconnaître ces liens affectifs sans être l’objet de suspicion qu’évoque le père d’accueil d’Antoine : « À un moment si on disait quoi que ce soit c’est qu’on voulait s’accaparer l’enfant. J’ai coupé les ponts quand l’éducateur a commencé à dire qu’Antoine était trop bien chez nous. Ils ont le pouvoir par rapport au placement, par rapport à ce qui se dit. » Le père d’accueil d’Antoine s’interroge sur l’absence de termes utilisables pour désigner cette parenté plurielle (Cadoret 1995) : « Pourquoi il n’y a pas de nom pour le lien qui s’instaure entre la famille naturelle et la famille d’accueil ? Pourquoi ce lien, on ne peut pas en parler ? »

30De même, pour Antoine cette forme du « faire famille » reste, au moment de l’entretien, difficile à expliquer à son interlocuteur : « Donc vous voyez à peu près ce que ça fait comme famille ? » Antoine semble avoir rencontré à de multiples reprises la difficulté d’expliquer ses liens de parenté complexes et disjoints parce qu’ils n’apparaissent pas correspondre à la norme de la filiation, comme il exprime par le recours à la notion de « lien filial normal » : « En général on a du mal à se construire parce qu’on cherche son père. Donc là la démarche est différente : je connais mon père, mais il n’y a pas le lien filial normal. » Pour mieux faire comprendre à son interlocuteur au moment de l’entretien ces liens complexes, Antoine cherche alors à recourir à un schéma : « Bon, attendez, je vais prendre une feuille, ça sera plus facile, par rapport à ma famille d’accueil ! » Mais il semble manquer de termes pour mettre en mots ces formes plurielles de parenté (Winter 1995 : 62). Antoine utilise en effet souvent les mêmes termes « père, parents véritables, vrais parents » pour désigner tantôt ses parents biologiques tantôt ses parents d’accueil, avec une tentative de résolution dans la jolie expression « mes parents respectifs ». Mais le caractère identique des termes utilisés ne renvoie pas pour autant à une confusion dans son esprit du rôle qu’il attribue à chacun. Cette confusion apparente est liée plutôt à la difficulté d’expliquer et de mettre en mots ces liens, du fait d’une absence de termes reconnus et partagés pour désigner cette parenté plurielle.

31Ceci étant, Antoine est, au moment de l’enquête, suffisamment assuré de la valeur et de la pérennité du lien affectif avec sa famille d’accueil pour ne pas éprouver la nécessité d’y associer un lien juridique par l’adoption : « Si je voulais, je pourrais me faire adopter et être sous leur nom. Ben… à quoi servirait un nom ? Je pourrais bien avoir le nom d’un autre, mais ça serait que le nom. Et là, je sais qu’il y a le lien et que le lien est plus fort que le fait de mettre un nom. »

32C’est précisément l’assurance de la pérennité des liens affectifs qui a fait défaut aux enfants ayant connu des parcours de déplacements.

« Des affiliations métisses »

33Dans un second de type de parcours, les déplacements multiples de lieux de prises en charge et l’absence garanties vis-à-vis des liens affectifs créés peuvent engendrer une perte du sentiment d’unité, surtout lorsque ces séparations sont marquées par le sceau du silence et du secret. Les stratégies d’existence s’inscrivent alors dans une tentative de « métissage d’affiliations » (Feldman & Moro 2008 : 215). Mais « cette infinie multiplicité » (Feldman & Moro 2008 : 219) est plutôt de l’ordre du morcellement.

34Pour comprendre ce type de parcours, intéressons-nous au cas d’Océane, 19 ans, entrée dans le dispositif de l’Aide sociale à l’enfance à l’âge d’un an, d’abord pour des accueils de jour, puis, à 7 ans, dans le cadre d’un accueil de type familial, et qui a connu, depuis, quatre lieux d’accueil.

35On note tout d’abord dans le récit d’Océane une approche très parcellaire de son histoire familiale et des éléments ayant déclenché l’aide : « Je suppose que ça a été mon papa qui a demandé de l’aide. Ma maman était malade. Mon père travaillait beaucoup. Il ne pouvait pas nous garder. Il a dû alerter aussi avant de se faire hospitaliser. » Son récit laisse percevoir le lourd silence qui a entouré les motifs de son accueil qu’elle n’est parvenue que très tardivement à se réapproprier, à accepter. Face à cette impossible mise en mots, se concevoir comme objet de danger est pour Océane un long processus d’intériorisation :

Dans mes souvenirs lointains, les gens de l’Ase, c’étaient des méchants […]. En grandissant, j’ai compris que c’était pour mon bien […]. Plus tard, j’ai discuté avec ma grande sœur que mon père était dans un sale état, que c’était dangereux. Cela a été une déduction plus tard. Un enfant qui vit chez des étrangers, je ne trouvais pas ça normal […]. Ça me semblait illogique dans ma tête […]. Ça m’a fait avancer dans la vie. Je ne regrette pas, ce que je regrette c’est qu’on n’ait pas pris le temps de m’expliquer […]. Après plusieurs réflexions, après plusieurs discussions avec des adultes du service, de mon entourage, on finit par comprendre mais tard.

36On voit ici confirmé un constat effectué de longue date, à savoir l’absence de représentation précise chez l’enfant des raisons du placement (Abels-Eber 2006), ce qui a pu être renvoyé à la réticence des professionnels à poser un diagnostic sur la situation familiale et à communiquer à l’enfant les motifs du placement par crainte de venir redoubler le traumatisme provoqué par la séparation (Robin 2009). Cette absence de connaissance de l’histoire familiale est partagée par la première famille d’accueil d’Océane, tenue à l’écart du diagnostic et de l’évaluation : « On n’a pas eu d’explications par rapport à la problématique familiale. » Les enfants sont donc face à un « déni organisé » de leur histoire (Feldman & Moro 2008 : 217). Face à la réticence des adultes à verbaliser sur leur situation, l’acquisition d’informations sur leur propre histoire est dès lors un processus long. Ce dernier inclut à la fois l’expérience de la prise en charge et des changements dans la conception de soi, comme l’avait montré également Bluebond-Langner (1980) aux États-Unis, dans un travail réalisé auprès d’enfants dans un service de cancérologie qui partageaient avec ceux de la protection de l’enfance l’expérience d’un déni sur leur diagnostic. Dans les deux cas, l’absence d’informations données aux enfants sur le diagnostic de leur situation est motivée par un souci de protection de la part des adultes, qui tend toutefois à vulnérabiliser les enfants encore davantage.

37Or on peut penser qu’il y a un lien d’analogie entre la difficulté d’élaborer leur histoire familiale et celle d’élaborer les nombreux changements de lieux d’accueil, tout aussi inexpliqués que la séparation initiale :

Au total, j’en ai faits trois. La première, on a changé avec mon frère car le service considérait qu’il maternait trop mon frère. Il ne fallait pas montrer de sentiments. Il fallait juste laver le linge. Il mangeait sur une chaise haute. Pour eux, c’était un acte de négligence de la famille. Moi, j’ai pas compris pourquoi on nous a changés de famille. On nous a pas expliqué cette raison. On nous a dit qu’on avait passé l’âge d’agrément. À cet âge on peut entendre la vérité. J’ai demandé à cette famille pourquoi on nous avait changés. Les éducateurs m’ont dit la vraie raison vers 14/15 ans. C’était de 7 à 11 ans. La deuxième, j’étais toujours avec mon frère. C’était de 11 à 14 ans. Avec la deuxième famille d’accueil, j’ai moins tissé de liens. Ils avaient deux enfants propres. Je sentais avec mon frère qu’on n’était pas traité comme les leurs. […] Après j’ai intégré un foyer de jeunes d’urgence pendant trois mois. Ce n’était pas agréable du tout […]. J’ai été dans une troisième famille d’accueil de 14 à 18 ans. Au début, j’étais un peu distante, je n’osais pas trop me confier. Vers l’âge de 16 ans, je l’ai considérée un peu comme une belle-mère, un lien maternel s’est tissé.

38Le récit d’Océane fait état de pertes et de séparations plurielles et répétées, liées à de nombreux changements de lieux d’accueil. Océane n’a pu bénéficier d’aucune garantie par rapport aux liens construits dans le quotidien de vie, avec sa première famille d’accueil, alors même qu’elle souligne l’importance de ce qui s’est joué dans la possibilité de cette affiliation, qui relève en quelque sorte d’une reconnaissance de son humanité, à travers celle de ses sentiments :

C’est un peu la famille. Ils ont un peu comme un rôle de parents mais sans remplacer les parents. Ils sont là pour aimer les enfants. Pour moi, c’était un peu comme ma grand-mère, comme ma tante. J’ai encore des contacts. On se voit, on se téléphone. On ne coupe pas les ponts avec des gens qui nous éduquent. La deuxième famille d’accueil, ils nous donnaient l’impression de faire ce métier juste pour l’argent. S’il n’y a pas d’affect, l’enfant ne peut pas évoluer. C’est comme s’il était éduqué par des robots.

39Si Océane établit une continuité subjective avec sa première famille d’accueil, qu’elle exprime dans la métaphore du « pont », c’est l’expérience de la discontinuité et d’un second déplacement subi qu’elle a vécue au motif de la manifestation de trop d’affects par sa première famille d’accueil. Sa première famille d’accueil se fait l’écho de ce déplacement contraint, en soulignant que la parenté quotidienne et affective avait été perçue comme concurrente à la parenté juridique et biologique :

Moi, à la fin, on m’a reproché d’être trop maternelle et les enfants ont dû changer de famille d’accueil. Le conseil général avait peur que je prenne la place de la maman. Les éducateurs ont pu dire que les enfants se sentaient trop chez eux chez moi.

40Dans le dossier, on découvre avec surprise que le changement de famille d’accueil est expliqué non pas au regard du caractère trop maternant de la famille d’accueil envers les enfants mais envers le père ! Mais il reste justifié par le fait qu’une place trop grande laissée à la dimension quotidienne de la parenté risquerait d’entraver les dimensions juridique et biologique de la parenté :

Bien que difficile au départ pour M.C. de se séparer de Mme B. avec laquelle il avait mené une relation quasi-maternante, le changement de famille d’accueil a permis à M.C. de prendre de plus en plus une place de père auprès de ses enfants, en leur achetant des vêtements par exemple. Il a été dans l’obligation de s’investir différemment dans le quotidien de ses enfants, la famille d’accueil occupant une position plus professionnelle, le renvoyant à ses obligations de détenteur de l’autorité parentale.

41L’assistante sociale rencontrée au moment de l’étude souligne l’ancrage socio-historique de cette lecture et de cette forme d’intervention qui visait à entraver, empêcher la possibilité qu’advienne cette parenté quotidienne pour ne pas concurrencer la parenté biologique et juridique : « À l’époque on pensait qu’il fallait déplacer les enfants quand il y avait beaucoup d’attachement. »

42Il reste que ce déplacement a mis à mal, pour Océane, les attaches nouées, a entraîné des difficultés ultérieures pour construire des liens avec sa seconde famille d’accueil, et l’a conduite à garder, dans un premier temps, une réserve vis-à-vis de sa troisième famille d’accueil. In fine ces déplacements fréquents peuvent conduire Océane à un sentiment de perte de l’unité de l’être, voire de l’essence de l’être, quand le sujet est assigné à un statut d’objet. En effet, dans ces déplacements inexpliqués et subis, Océane a eu l’impression d’être réduite à l’état « d’une valise », d’un objet :

Un éducateur m’a dit que j’allais changer de famille d’accueil […]. La décision s’est imposée à moi. Je ne voulais pas partir. Je me suis sentie comme une valise qu’on transporte d’un endroit à l’autre. On ne m’a pas demandé mon avis. On m’a présenté ces gens. On m’a emmené chez eux. On m’a dit : tu vas y aller.

43Face à ce sentiment d’éclatement des expériences, la seule stratégie d’existence possible restant à Océane est celle d’un métissage d’affiliations. En fonction du degré d’affinité et de la valeur des liens construits, Océane attribue à ces affiliations métisses tour à tour le nom de « nounou », de « tante », de « mère d’une copine », de « belle-mère ». Océane, qui a fait l’expérience de déplacements contraints, a pris l’habitude de mettre en mots ces liens affectifs dans un langage conforme aux attendus de l’institution. Elle préfére alors parler de belle-mère au lieu de mère, pour évoquer un lien maternel. De plus, pour éviter le risque de stigmatisation et d’exclusion sociale que comporte sa situation, Océane cherche « à masquer », voire à déguiser ces liens du quotidien pour les rapprocher de formes de liens socialement connus et partagés :

J’ai perdu beaucoup de camarades à l’école primaire. J’essayais de masquer ça en disant « ma nounou ». On essaye de camoufler ça comme on peut. C’était ma façon de me considérer comme tout le monde. La première famille d’accueil c’était ma nounou, la deuxième ma tante, la maman d’une copine, la troisième c’était ma belle-mère car il y avait vraiment un lien fort qu’était tissé. Elle a aussi gardé une fille de 6 mois à 14 ans. Pendant le temps des vacances, la jeune revenait ; elle l’appelait « maman » ; c’était un peu comme ma deuxième maman.

44On peut penser que cette stratégie lui sert tout à la fois à donner une forme socialement acceptable à ces liens pour l’extérieur et à leur donner une qualification intérieure.

À la recherche dune connexion entre les mondes

45La difficulté de concilier des liens et des espaces de vie pluriels est source également de questionnements pour les enfants connaissant des allers-retours entre le placement et leur famille d’origine. Dans ce troisième type de parcours, l’épreuve partagée par les enfants rencontrés est celle d’une vie tiraillée, suspendue entre deux familles (Moisset 2010). C’est ce difficile travail d’appréhension des lieux et des liens que Giraud (1995) nomme « la déterritorialisation de soi ». Il s’agit d’« une forme singulière de socialisation repérable par un mal-être psychique récurrent à autrui et à l’espace, qui se manifeste par une anxiété durable ».

46C’est ce qu’illustre la situation d’Aude, 21 ans, qui connaît toutefois un parcours atypique. Placée dès la naissance à la pouponnière, puis au sein d’une même famille d’accueil pendant les 14 premières années de vie, elle perdra peu à peu tout contact avec sa famille d’origine. À ses 14 ans, sa famille d’accueil entame, à sa demande, une démarche d’adoption. Le service de l’Aide sociale à l’enfance reprend alors contact avec ses parents d’origine afin qu’ils signent une déclaration d’abandon, mais ceci aboutira au contraire à une reprise de contact avec sa famille d’origine. Ses contacts de plus en plus réguliers la conduisent finalement à « retourner » vivre à ses 14 ans chez ses parents d’origine avant un retour à l’Aide sociale à l’enfance.

47On note tout d’abord, dans le récit d’Aude, la non-maîtrise de son histoire familiale, qui fait étrangement écho à la non-maîtrise par ses parents de sa naissance, comme de son prénom : « Tout ce que je sais, c’est que je suis née dans un camion de pompier. Je m’appelle Aude car mon frère a voulu m’appeler Aude, mon père, lui, il aurait voulu m’appeler Deborah. J’ai été placée car mes parents étaient alcooliques. »

48Le récit d’Aude fait également état de la non-maîtrise des décisions de placements et de déplacements ultérieures. Suspendue entre deux familles, entre deux mondes, Aude est mise face à un dilemme et un tiraillement indépassables :

J’ai été placée à la pouponnière puis placée en famille d’accueil jusqu’à 14 ans. Après je suis retournée chez mes parents biologiques. C’était compliqué : d’un côté, je voulais bien, d’un côté, je voulais pas. C’est l’assistante sociale qui m’a dit que ce serait bien. J’avais du mal à dire oui. Je pesais le pour et le contre, après je l’ai regretté. […] Si on disait non c’était non, si on disait oui on rentrait. […] Le juge me demandait, il me disait : « Est-ce que vous vous sentez prête ? Est-ce que vous savez pourquoi vous voulez rentrer ? » Il posait les bonnes questions. J’y répondais comme je pouvais. Je disais que oui je voulais rentrer mais que si je suis suivie. Je lui faisais comprendre que je voulais voir ma famille d’accueil quand je le désirais. J’avais ma vie à finir ici. Je n’avais pas les liens avec mes parents biologiques. […] Je me l’imaginais le retour. Je passais des super week-ends. On allait au bord de la mer, on allait manger au restaurant le premier soir dès que j’arrivais. J’avais à chaque fois des cadeaux. Ils suivaient mes cours. Je me disais que je serais heureuse. En fait, ce n’est pas du tout ce que j’ai eu. Je pensais que ça allait bien se passer. La première année où je suis rentrée, j’ai perdu mon père, ça s’est dégradé. Mon père me suivait pour les devoirs ou moi-même dans ma chambre. Après quand mon père est mort il y a personne qui me suivait. Mes notes au lieu d’être bien, elles chutaient de plus en plus. […] Avec ma mère de Salon-de-Provence, je n’avais pas la complicité que j’avais là. Quand je suis revenue, ça avait tout changé. […] Je suis restée seule avec ma mère. Il n’y avait pas de place pour moi là-bas. Après la mort de mon père, elle s’est remise à boire. […] Ils me laissaient pas revenir dans la famille d’accueil, pour un rien ils me disaient : « Non, t’es punie. » Ça, c’est bien dommage. […] Pour moi, ma famille d’accueil, c’est mes vrais parents. Ils auraient mieux fait de chercher plus mes parents biologiques à ma naissance mais après à 14 ans c’était trop tard pour que je rentre. […] Il aurait fallu que je les connaisse plus tôt, qu’ils m’amènent à eux pour que je puisse passer ma vie avec mes vrais parents.

49C’est le récit d’une bifurcation particulièrement douloureuse qui nous est donné à entendre ici. Tiraillée entre sa famille d’accueil et sa famille de sang, le monde d’ici et le monde de là-bas, Aude ne parvient pas à maintenir une unité du soi. Prise entre la tentation de l’oubli de son passé et la tentation du retour (Breviglieri 2010), sa quête pour retrouver une cohérence se heurte à de lourdes déceptions et risque de la laisser intiment désaffiliée. L’assistante sociale rencontrée exprime la violence de cette bifurcation :

Lorsqu’elle est rentrée chez ses parents, c’était extrêmement douloureux, douloureux pour la famille d’accueil, douloureux pour Aude qui s’inquiétait, douloureux pour la famille qui se demandait si elle serait à la hauteur. Ça a été violent. J’ai vu ce changement sur Aude, la cassure. […] Quand elle disait qu’elle voulait retourner vivre chez elle, elle voulait dire autre chose. […] On avait un gourou qui donnait la bonne parole, le psychanalyste. Il me disait : « Cet homme va mourir, dépêche-toi de faire rentrer Aude ! » De quel droit ils peuvent dire de telles choses ? Cette mère, si elle est devenue violente, si elle s’est alcoolisée, c’est qu’on lui a demandé quelque chose qui était impossible pour elle alors qu’elle ne buvait plus avant le retour d’Aude. Il faut qu’on arrête de penser que l’enfant doit rentrer chez lui. Il faut travailler en amont pour pas que la séparation ne se reproduise.

50Cette situation montre encore une fois la valeur attribuée à la parenté biologique et juridique au détriment de la reconnaissance sociale de la parenté quotidienne. Si cette situation est extrême et la plus déroutante de notre corpus, n’y aurait-t-il pas des dénominateurs communs à l’ensemble des parcours présentés ?

Conclusion

51En quête d’unité du soi, les jeunes confiés à l’Aide sociale à l’enfance adoptent différentes stratégies. Ils privilégient, en fonction des circonstances, une inscription dans une filiation élective ou le métissage d’affiliations, en passant par la recherche de connexion entre deux mondes. Ces quêtes d’unité s’élaborent en interaction avec les interventions proposées (en rapport au travail sur l’histoire et la continuité de la trajectoire de vie) et se construisent dans des contextes normatifs de définition des liens de parenté légitimes fortement contraints.

52Mais quel que soit le parcours, la disjonction des différentes formes juridiques, biologiques et quotidiennes de la parenté est une source de souffrance, surtout quand une absence de travail sur l’histoire familiale entrave leur élaboration. Ces souffrances sont également liées à l’absence d’un langage partagé permettant de penser et d’exprimer perceptions et affects. Ce langage fait partie des modes alternatifs du « faire famille » qui déplacent la norme dominante de la famille et de la parenté unique. Absence de termes qui renvoie à une difficulté de concevoir et soutenir la parenté plurielle par l’institution de l’Aide sociale à l’enfance. L’institution de l’Aide sociale à l’enfance semble en difficulté pour reconnaître des formes de parenté quotidienne au profit d’une focalisation sur la parenté juridique et biologique.

  • 1  Cf. Définition des objectifs de la protection de l’enfance dans la loi du 5 mars 2007, notamment a (...)

53En effet, les récits des enfants et des jeunes montrent que les attaches nouées au cours des parcours de placement dans le partage d’un quotidien de vie ne sont guère prises en compte. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette situation. On notera tout d’abord que le point de vue de l’enfant est peu pris en compte dans l’évaluation, tout comme est peu pris en compte le point de vue des acteurs de la prise en charge en cours de mesure (Robin 2009). Les liens construits durant l’accueil sont alors doublement invisibilisés dans le processus d’évaluation de la situation. À ceci s’ajoute une donnée non moins importante : la philosophie des dispositifs de protection de l’enfance qui vise à travailler le lien de l’enfant avec ses parents d’origine1, la finalité visée étant le retour en famille. Il s’ensuit que la préservation des liens du quotidien repose sur les jeunes, dont l’intérêt est d’adopter un langage conforme aux représentations des professionnels, ou même de taire les liens de parenté qu’ils ont pu construire. Exprimer la réalité de ces liens affectifs les expose sinon au risque de les voir jugés excessifs par les professionnels et de se voir déplacer. Peut-être (néanmoins) la réforme du 5 mars 2007, qui prévoit que « les liens d’attachement noués par l’enfant […] soient maintenus, voire développés dans son intérêt supérieur » (article 3), induira-t-elle des évolutions.

54Cette opposition entre une parenté uniquement fondée sur la nature et une autre, appuyée sur la volonté et la dimension sociale des liens témoigne selon Fine & Martial (2010) « d’une grande méconnaissance de l’univers des relations entre parents dans le monde occidental ». Notre droit et nos institutions semblent en difficulté pour reconnaître l’existence autour de plus d’un seul individu plus d’un seul père et d’une seule mère, comme ceci a été encore montré lors des débats autour de la loi « Famille » en 2014. Un modèle exclusif de la filiation est maintenu. Mais Cadoret souligne (1995 : 206) :

Cette obsession du biologique, d’un naturel qui en réalité a été plus « une naturalisation de la culture qu’une culturalisation de la nature » oublie la nécessaire mise en acte de l’homme par la construction du social et que l’un ne va pas sans l’autre mais peut-être aussi que l’un ne peut remplacer ou nier l’autre et qu’à partir du moment où les familles biologiques et les familles sociales ne coïncident plus, il faut non pas substituer l’une à l’autre mais les respecter toutes les deux. Sans doute y-a-t-il différentes manières de les accepter mais seulement une fois acceptés les deux principes suivants : la connaissance de l’histoire du déplacement et l’affection de la famille d’accueil.

55Il reste que les parcours des enfants confiés témoignent d’un déplacement subreptice des normes dominantes de la famille et de la parenté unique, au profit d’une parenté plurielle. Or Lasowski (2008 : 182) rappelle l’exigence éthique et épistémologique d’entendre ce « murmure des bas-côtés » pour entendre ce qu’il nous dit de nous-mêmes, de l’homme ordinaire et du terrain social. En quoi ce « balbutiement » nous renseigne-t-il sur la norme et « les déplacements imperceptibles » de la norme dans la vie ordinaire ? C’est bien ce détour par l’exception qui permet de penser les nouvelles formations du sujet (Butler 2007).

Bibliographie

Références bibliographiques

Abels-Eber C. 2006. Pourquoi on nous a séparés ? Récits de vie croisés : des enfants placés, des parents et des professionnels. Ramonville-Saint-Agne : Erès.

Alderson P. 1995. Listening to Children : Children, Ethics and Social Research. London : Barnardos.

Bessin M. 2009. « Parcours de vie et temporalités biographiques : quelques éléments de problématique », Informations sociales 6 (156) : 12-21.

Bluebond-Langerm. 1980. The Private Worlds of Dying Children. Princeton : Princeton University Press.

Breviglieri M. 2010. « De la cohésion de vie du migrant : déplacement migratoire et orientation existentielle », Revue européenne des migrations internationales 26 (2) : 57-76.

Butler J. 2007. Le Récit de soi. Paris : Presses Universitaires de France.

Cadoret A. 1995. Parenté plurielle. Anthropologie du placement familial. Paris : L’Harmattan.

Castel R. 1995. Les Métamorphoses de la question sociale. Paris : Fayard.

Corsaro W. 1997. The Sociology of Childhood. Thousand Oaks-California : Pine Forge Press.

Corcuff P. 2002. La Société de verre, Pour une éthique de la fragilité. Paris : Armand Colin.

Deries B. 2010. « La santé communautaire dans la question urbaine : genèse d’une catégorie innovante de l’action publique » (86-107), in Les Transformations de l’intervention sociale collective et communautaire. Travail emploi formation 9. Bruxelles : Université libre de Bruxelles.

Feldman M. & Moro M.-R. 2008. « Enfants cachés : 1940-1944. Un vécu traumatique qui se poursuit », Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence 56 : 215-222.

Fine A. & Martial A. 2010. « Vers une naturalisation de la filiation », Genèse 1 (78) : 121- 134.

Fine A. & Neirinck C. (eds.) 2000. Parents de sang, parents adoptifs. Paris : Lgdj.

Frechon I. & Robette N. 2013. « Les trajectoires de prise en charge par l’Aide sociale à l’enfance des jeunes ayant vécu un placement. Difficultés vécues dans l’enfance, conséquence à l’âge adulte », Revue Française des affaires sociales 1-2 : 123-145.

Giraud M. 2005. « Le travail psycho-social des enfants placés », Médecine & Hygiène. Déviance & Société 4 (29) : 463-485.

Hamann P. 2002. « Quand le souvenir fait lien », Sociologie du travail 44 : 175-191.

Hofgesang B. 2006. « Stim (los) ikeit und Sinn (los) igkeit von Lebenserzählung » (73-89), in M. Bitzan, B. Eberhardt & H. Thiersh (eds.) Die Stimme der Adressaten : Empirische Forschung über Erfahrungen von Mädchen und Jungen mit der Jugendhilfe. Weinhem : Juventa.

Holland S. 2001. « Representing Children in Child Protection Assessments », Childhood 8 : 322-339.

Irwin J., Waugh F. & Bonner M. 2006. « The inclusion of children and young people in research on domestic violence », Communities, Families and Children Australia 1 (1) : 17-23.

Javeau C. 2006. « La problématisation de l’enfance, des enfants et de l’enfant, dans la société dite “du risque” » (297-231), in R. Sirota (ed.) Éléments pour une sociologie de l’enfance. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

Lasowski A.W. 2008. « Ritournelles de la vie ordinaire ou comment penser la précarité de la vie ? », Cités 1 (33) : 181-183.

Martucelli D. & Singly (de) F. 2012. Les Sociologies de l’individu. Paris : Armand Colin.

Moisset P. 2010. « Les violences des incasables : signes de parcours de socialisation sous tension », Sociétés et jeunesses en difficulté 10 (5), [https://journals.openedition.org/sejed/6910]

Nieuwenhuys O. 1997. « Space for the children of the urban poor : experience with participatory action research (PAR) », Environment and Urbanization 9 (1) : 234-249.

Potin É. 2012. Enfants placés, déplacés, replacés : parcours en protection de l’enfance. Toulouse : Erès.

Ricœur P. 1990. Soi-même comme un autre. Paris : Seuil.

Robin P. 2009. « L’évaluation du point de vue des enfants », Revista de Cercetare si Interventie Sociala 25 : 63-81.

Singlyf. (de). 2010. Les Uns avec les autres, quand l’individualisme crée du lien. Paris : Pluriel.

Sirota R. (ed.). 2006. Éléments pour une sociologie de l’enfance. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

Stein M. & Munroe E. 2008. Young Peoples’s Transitions From Care To Adulthood, International Research And Practice. Londond and Philadelphia : Jessica Kingsley Publishers.

Truc G. 2005. « Une désillusion narrative ? De Bourdieu à Ricœur en sociologie », Tracés 8 : 47-67.

Weber F. 2005. Le Sang, le nom, le quotidien : une sociologie de la parenté pratique. La Courneuve : Éditions Aux lieux d’être.

Winter J.-P. 1995. « Des liens innommables » (55-68), in I. Thery Recomposer une famille, des rôles et des sentiments. Paris : Textuel.

Wolff R., Flick U., Ackermann T., Biesel K., Brandhorst F., Heinitz S., Patschke M. & Robin P. 2013. Kinder im Kinderschutz. Zur Partizipation von Kindern und Jugendlichen im Hilfeprozess. Eine explorative Studie, hg. vom NZFH. Köln : Nzfh.

Notes

1  Cf. Définition des objectifs de la protection de l’enfance dans la loi du 5 mars 2007, notamment article. 1.

Auteur

Maître de conférences en sciences de l’éducation, université Paris Est Créteil, courriel : pierrine.robin@u-pec.fr
Après avoir été conseillère pour la protection de l’enfance, l’adoption et les familles vulnérables auprès de la Ministre déléguée à la famille, Madame Bertinotti, Pierrine Robin est actuellement Maître de conférence en sciences de l’éducation à l’Université Paris Est Créteil. Elle mène ses recherches en protection de l’enfance au sein du laboratoire Lirtes-Ouiep et collabore également aux travaux de l’équipe « Éducation familiale et interventions sociales auprès des familles » de Nanterre. Ses recherches portent sur l’évaluation de la maltraitance, le parcours des enfants confiés, et le passage à l’âge adulte après une mesure de protection. Elle dirige la « recherche par les pairs » sur la transition à l’âge adulte après une mesure de protection de l’enfance. Elle a engagé son université dans un réseau interdisciplinaire sur les droits de l’enfant, le Children’s Rights Erasmus Academic Network (Crean). Elle est membre de l’International Research Network on Transition to Adulthood from Care et du partenariat stratégique France-Québec-Actions sociales auprès des familles en situation de vulnérabilité, coordonné par Carl Lacharité et Catherine Sellenet. Elle a publié en 2013 L’évaluation de la maltraitance. Comment tenir compte de la perspective de l’enfant ? Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search