Version classiqueVersion mobile

Le problème des métaux dans la science antique

 | 
Robert Halleux

Deuxième partie. Les métaux dans les théories physico chimiques des anciens

Chapitre III. Aristote

Texte intégral

  • 1 ARISTOTE, De gen. et corr., I, 2, p. 315 A 29-33 ; 315 Β 31 ; 316 A 2-4 ; I, 8, p. 325 Β 19-35 ; I (...)
  • 2 L’hypothèse des exhalaisons possède plus d’un précédent dans la philosophie présocratique, cfr. P. (...)

12.3.1. Aristote a traité de la formation et de la nature des métaux à la fin du troisième livre des Météorologiques. Les bases d’explication restent les mêmes que chez Platon : physique des quatre éléments et origine des métaux dans l’humide. Mais, outre qu’Aristote rejette l’atomisme géométrique du Timée1, il intègre la formation des métaux et des pierres dans une théorie plus particulière, celle de la double exhalaison (ἀναθυμίασις), théorie météorologique par excellence2.

  • 3 Météorologiques, I, 2, p. 339 A 15-20.
  • 4 Météorologiques, I, 3, p. 340 Β 28-30 ; I, 4, p. 341 Β 6-24.

2Dans l’univers, les quatre éléments — terre, eau, air, feu — sont superposés dans cet ordre3. Quand la terre est échauffée par le soleil, l’exhalaison qui se produit est double. Celle qui vient de l’humide contenu dans la terre est humide, de la nature de la vapeur. C’est de l’eau en puissance. Celle qui vient de la terre elle-même est sèche, très inflammable, de la nature de la fumée4.

  • 5 Météorologiques, I, 4, pp. 341 Β 36 - 342 A 17.
  • 6 Météorologiques, I, 5, pp. 342 A 34 - 342 Β 24.
  • 7 Météorologiques, I, 6 et I, 7, pp. 342 Β 25 - 345 A 10.
  • 8 Météorologiques, I, 8, pp. 345 A 11 - 346 Β 15.
  • 9 Météorologiques, II, 4-6, pp. 359 Β 27 - 365 A 13.
  • 10 Météorologiques, II, 7 et II, 8, pp. 365 A 14 - 369 A 9.
  • 11 Météorologiques, II, 9 et III, 1, pp. 369 A 10 - 371 Β 17.
  • 12 Météorologiques, I, 9, pp. 346 Β 16 - 347 A 13.
  • 13 Météorologiques, I, 10, pp. 347 A 13 - 347 Β 11.
  • 14 Météorologiques, I, 11-12, pp. 347 Β 12 - 349 A 12.
  • 15 Météorologiques, I, 13, pp. 349 Β 3 - 351 A 18.
  • 16 Météorologiques, II, 1-3, pp. 353 A 32 - 359 Β 26.

3L’exhalaison sèche cause les feux célestes5, les aurores boréales6, les comètes7, la voie lactée8, les vents9, les séismes10, l’éclair, le tonnerre, les trombes et les tourbillons de feu11. L’exhalaison humide est la cause de la pluie, des nuages, du brouillard12, de la rosée, de la gelée blanche13, de la neige, de la grêle14 et, indirectement, des rivières15 et de la mer16.

  • 17 Météorologiques, III, 6, p. 378 A 15-21. Cfr. O. GILBERT, Die Meteorologischen Theorien des Griech (...)

42.3.2. A la fin du troisième livre des Météorologiques (III, 6), le Stagirite s’interroge sur le sort de ces deux exhalaisons lorsqu’elles sont enfermées dans la terre. Voici ce texte bien connu17 :

ὅσα δ’ἐν αὐτῇ τῇ γῇ, ἐγϰαταϰλειομένη τοῖς τῆς γῆς μέρεσιν, ἀπεργάζεται, λεϰτέον. ποιεῖ γὰρ δύο διαφορὰς σωμάτων διὰ τò διπλῆ πεφυϰέναι ϰαὶ αὐτή, ϰαθάπερ ϰαὶ ἐν τῷ μετεώρῳ. δύο μὲν γὰρ αἱ ἀναθυμιάσεις, ἡ μὲν ἀτμιδώδης ἡ δὲ ϰαπνώδης, ὥς φαμεν, εἰσίν. δύο δὲ ϰαὶ τὰ εἴδη τῶν ἐν τῇ γῇ γιγνομένων, τὰ μὲν ὀρυϰτὰ τὰ δὲ μεταλλευτά.

  • 18 O. GILBERT, Meteorologischen Theorien, p. 385, observe que cette distinction est déjà — sous une a (...)

« Il faut maintenant dire ce que produit dans la terre même l’exhalaison quand elle est enfermée par les particules de la terre. Elle produit deux espèces différentes de corps, en raison de sa nature, double elle aussi, exactement comme dans la région supérieure. Il y a, en effet, comme nous le prétendons, deux exhalaisons, l’une qui tient de la vapeur, l’autre de la fumée ; il y a pareillement deux sortes de corps formés dans la terre, les minéraux et les métaux18. »

  • 19 Météorologiques, III, 6, p. 378 A 21-26.

5Il énumère alors les produits de l’exhalaison sèche19 :

ἡ μὲν οὖν ξηρὰ ἀναθυμίασις ἐστὶν ἥ τις ἐϰπυροῦσα ποιεῖ τὰ ὀρυϰτὰ πάντα, οἷον λίθων τε γένη τὰ ἄτηϰτα ϰαὶ σανδαράϰην ϰαὶ ὤχραν ϰαὶ μίλτον ϰαὶ θεῖον ϰαὶ τἆλλα τὰ τοιαῦτα, τὰ δὲ πλεῖστα τῶν ὀρυϰτῶν ἐστιν τὰ μὲν ϰονία ϰεχρωματισμένη, τὰ δὲ λίθος ἐϰ τοιαύτης γεγονὼς συστάσεως, οἷον τò ϰιννάβαρι.

« L’exhalaison sèche est celle qui en brûlant produit tous les minéraux non métalliques, comme les espèces de pierres non fusibles, le réalgar, l’ocre, le vermillon, le soufre et les autres corps du même genre. La plupart des minéraux sont les uns de la poussière colorée, les autres une pierre résultant d’un tel conglomérat, comme le cinabre. »

  • 20 D.E. EICHHOLZ, Theophrastus de lapidibus, pp. 42-43, démontre que l’exhalaison sèche est cause eff (...)
  • 21 DIOSCORIDE, V, 104-105, décrit leur grillage sans fusion.
  • 22 Cfr. Météorologiques, II, 3, p. 359 Β 10-12 (à propos des eaux minérales). Cette génération de cer (...)
  • 23 D.E. EICHHOLZ, op. cit., pp. 45-47.

6Il faut comprendre qu’en s’enflammant et en brûlant la terre (ἐϰπυροῦσα)20, l’exhalaison sèche a desséché ces corps, leur enlevant toute humidité, en sorte qu’ils ne sont plus fusibles : l’ocre et le vermillon sont deux terres colorées par l’oxyde de fer ; le réalgar chauffé ne fond pas21, et Aristote ne savait pas que l’on peut en extraire l’arsenic métallique. Le soufre brûle en fondant. Enfin, si le cinabre donne un liquide, le mercure, ce n’est pas par fusion, mais par réaction à l’acide ou par distillation. Donc, pour la technique de l’époque, tous ces minéraux sont non fusibles. C’est à cause de cette intervention du feu22 qu’ils ont l’aspect d’une cendre poudreuse et colorée (ϰονία ϰεχρωματισμένη), éventuellement agglomérée23.

  • 24 Météorologiques, pp. 378 A 26 - 378 Β 6.

7En revanche, les effets de l’exhalaison humide nous intéressent directement. Rendons la parole à Aristote24 :

τῆς δ’ἀναθυμιάσεως τῆς ἀτμιδώδους, δσα μεταλλεύεται, ϰαί ἐστιν ἢ χυτὰ ἢ ἐλατά, οἷον σίδηρος, χρυσός, χαλϰός, ποιεῖ δὲ ταῦτα πάντα ἡ ἀναθυμίασις ἡ ἀτμιδώδης ἐγϰαταϰλειομένη, ϰαὶ μάλιστα ἐν τοῖς λίθοις διὰ ξηρότητα εἰς ἓν συνθλιβομένη ϰαὶ πηγνυμένη οἷον δρόσος ἢ πάχνη, ὅταν ἀποϰριθῇ. ἐνταῦθα δὲ πρὶν ἀποϰριθῆναι γεννᾶται ταῦτα, διò ἔστι μὲν ὡς ὕδωρ ταῦτα, ἔστι δ’ὡς οὔ. δυνάμει γὰρ μὲν ἡ ὕλη ὕδατος ἦν, ἔστι δ’οὐϰέτι, οὐδ’ἐξ ὕδατος γενομένου διὰ τι πάθος, ὥσπερ οἱ χυμοί, οὐ γὰρ οὕτω γίνεται τò μὲν χαλϰὸς τò δὲ χρυσός, ἀλλὰ πρὶν γενέσθαι παγείσης τῆς ἀναθυμιάσεως ἕϰαστα τούτων ἐστίν, διὸ ϰαὶ πυροῦται πάντα ϰαὶ γῆν ἔχει. ζηρὰν γὰρ ἔχει ἀναθυμίασιν. ὁ δὲ χρυσòς μόνος οὐ πυροῦται. ϰοινῇ μὲν οὖν εἴρηται περὶ αὐτῶν ἁπάντων, ἰδίᾳ δ’ἐπισϰεπτέον προχειριζομένοις περὶ ἕϰαστον γένος.

« L’exhalaison vaporeuse, de son côté, est la cause de tous les corps qui s’extraient des mines et sont, soit fusibles, soit malléables, comme le fer, l’or, le cuivre. Tous sont produits par l’exhalaison vaporeuse qui, enfermée dans le sol et spécialement dans les pierres, se comprime en une seule masse par suite de la sécheresse et se condense, comme la rosée et le givre se condensent quand (l’exhalaison) s’est séparée. Mais dans le cas présent, c’est avant la séparation que ces corps se forment. C’est pourquoi ils sont d’une part comme de l’eau et d’autre part non. En puissance, en effet, la matière était de l’eau, mais elle ne l’est plus, il n’y a même pas quelque chose provenant de l’eau par quelque transformation comme les sérosités. Ce n’est pas ainsi que se forme d’une part le cuivre et d’autre part l’or, mais avant ce devenir par condensation de l’exhalaison, chacun d’eux est là. C’est pourquoi aussi tous rougissent au feu et contiennent de la terre. C’est qu’ils contiennent de l’exhalaison sèche. L’or seul ne subit pas le feu. Telle est donc la théorie générale relative à tous ces corps, mais il y a encore des théories particulières à examiner quand on s’occupe spécialement de chaque espèce. »

8On a déjà dit que pour la première fois chez Aristote était attestée une dénomination portant, exclusivement semble-t-il, sur nos métaux. La liste n’en est pas complète dans notre passage, mais l’extension du terme a été déterminée plus haut. Cette dénomination est assortie d’un essai de définition : ἢ χυτὰ ἢ ἐλατά. Ce ne sont pas les corps qui sont à la fois fusibles et malléables, mais les corps qui sont fusibles ou malléables. La malléabilité est en quelque sorte une propriété minimale qui permet d’inclure le fer et que les autres possèdent en vertu du principe « qui peut le plus peut le moins ». Cette propriété était déjà soulignée par l’Apolloniate. En revanche, la fusibilité associée à l’élasticité sera, dans le Timée de Locres, la base d’une définition très exacte des métaux.

  • 25 ALEXANDRE DAPHRODISE, In Aristotelis Meteorologica, p. 177, 24 Hayduck, explique ξηρότητα par τὴν (...)

9Les métaux sont donc formés par condensation de l’exhalaison humide, comprimée (συνθλιβομένη), par la sécheresse du milieu environnant et solidifée (πηγνυμένη)25 par le froid de ce milieu. Ce phénomène se passe surtout dans les pierres, et cela explique, sans doute, pourquoi le métal possède une gangue. Quant à la compression par le milieu pierreux, elle explique peut-être la dureté. La présence de l’élément eau explique que beaucoup de métaux soient fusibles.

  • 26 ALEXANDRE D’APHRODISE, In Aristotelis Meteorologica, p. 178, 1. 7 Hayduck : διὰ τοῦτο δὲ φησιν αὐτ (...)
  • 27 OLYMPIODORE, In Aristotelis Meteora, p. 270, 13-15 Stüve : τῶν μετάλλων τὰ πλεῖστα ϰαίεσθαι ϰαὶ ἰο (...)

10Mais l’exhalaison humide n’explique pas tout. Aristote connaît, en effet, des différences entre les métaux. Alors que les uns sont fusibles (χυτά), d’autres sont seulement malléables (ἐλατά). De plus certains sont affectés par le feu (πυροῦται), c’est-à-dire vraisemblablement qu’ils rougissent et subissent une perte (ἀπουσία)26, qui comprend la freinte par volatilisation et le métal perdu dans la scorie. Enfin, le commentateur Olympiodore y ajoutera la rouille, qui atteint les uns, non les autres27. Aristote est donc contraint de réintroduire l’élément terreux, comme Platon l’avait déjà fait, et d’arranger en ce sens la théorie de l’exhalaison.

  • 28 Météorologiques, I, 10, p. 347 A 13 - 347 Β 11.
  • 29 Météorologiques, II, 3, p. 358 A 21-22 : μεμιγμένης δ’οὔσης, ὥσπερ εἴπομεν, τῆς τε ἀτμιδώδους ἀναθ (...)
  • 30 C’est ainsi que l’a bien compris ALEXANDRE D’APHRODISE, pp. 177, 27 - 178, 6 : ἐπὶ δὲ τῶν ὁπò γῆν (...)

11Pour faire bien comprendre comment s’introduit l’élément terreux, Aristote compare la formation des métaux à celle de la glace et du givre, qui se forment lorsque l’exhalaison humide, séparée de l’exhalaison sèche qui l’a portée vers le haut, retombe. Quand il fait très froid, elle passe directement à l’état de givre. Lorsqu’il fait trop chaud pour cela, mais trop froid pour que l’humidité s’envole, c’est la rosée qui se produit. Quand elle passe à l’état liquide, puis à l’état solide, c’est la glace28. Mais à l’intérieur de la terre, les deux exhalaisons coexistent29. Elles peuvent se figer avant d’être dégagées et d’être séparées. L’exhalaison vaporeuse (humide) passe à l’état solide sans passer par l’état liquide. Avant même d’avoir pu devenir de l’eau, elle est déjà figée à l’état de métal. De la congélation des deux exhalaisons mêlées résultent des mélanges où la «terre» entre en proportions variables30. Il s’établit donc sur cette base une échelle des différents métaux selon leurs proportions d’ « eau » et de « terre ».

  • 31 Sur la formation des χυμοί voir De Sensu, 3, p. 441 Β 17 sq. : ils sont produits quand l’eau filtr (...)
  • 32 OLYMPIODORE, pp. 270, 29 - 271, 5 : ὁ μὲν Πλάτων πῆξιν ὕδατος λέγει εἶναι τὰ μέταλλα, ὁ δ’ Ἀριστοτ (...)

12Remarquons donc que les métaux résultent de la congélation immédiate d’une vapeur, sans qu’intervienne directement l’eau. C’est pourquoi ils ne deviendront jamais de l’eau et pourquoi l’eau ne deviendra jamais du métal. Les métaux sont de l’eau en puissance, mais jamais en acte, à la différence des sérosités (χυμοί), qui sont dues à des modifications qualitatives de l’eau à l’état liquide31. Ce qui distinguera toujours l’or de la glace, et les autres métaux de corps possédant des propriétés identiques, un même point de fusion et, semble-t-il, les mêmes proportions élémentaires (cire, résine, lave, verre), c’est que les métaux sont produits par la congélation d’un mélange gazeux et non d’une solution fluide, ce qui leur donnerait, selon Olympiodore, influencé par le platonisme, une λεπτομερεία32. Ainsi, Aristote sauve la spécificité des corps métalliques, de même que Platon en faisait un isotope de l’eau élémentaire. Mais ce point capital est seulement esquissé dans les Météorologiques. L’hypothèse des exhalaisons convient bien à la géologie des gîtes minéraux, où elle explique la gangue, les ramifications des filons, les phénomènes de paragenèse ; la géologie moderne leur a simplement substitué les solutions minérales. Mais l’hypothèse est moins adéquate du point de vue chimique et métallographique.

  • 33 C’est ce qu’ont bien compris Alexandre et Olympiodore : ALEXANDRE D’APHRODISE, In Meteorologica, p (...)
  • 34 Sur l’authenticité du livre IV, voir p. 39, note 24.
  • 35 JEAN PHILOPON, In Meteorologica, p. 3, 1. 14-19. Ce passage donne un sommaire de l’œuvre : ἐv δὲ τ (...)
  • 36 GALIEN, De natur. facult., III, 9, t. II, p. 167 K.
  • 37 F. DE MÉLY, Le lapidaire d’Aristote, dans REG, 7 (1894), pp. 181-191, reproduit dans Les Lapidaire (...)

13Aussi, le plan de recherche détaillé pour les pierres et les métaux que le Stagirite trace à la dernière phrase du livre III n’est réalisé dans aucune œuvre conservée33. On pourrait penser qu’un livre IV perdu aurait traité de ces questions. Mais les quelques indications en ce sens proviennent plutôt d’une interprétation erronée de la fin du livre III par un commentateur ancien34 35. Déjà Galien lisait comme livre IV celui que nous possédons à présent36. Quant au Liber de congelatione et conglutinatione lapidum, souvent joint aux traductions médiévales des Météorologiques, il n’est pas d’origine aristotélicienne comme d’aucuns l’avaient cru. C’est une section d’un ouvrage d’Avicenne37.

  • 38 F. SOLMSEN, Aristotle’s System of the Physical World. A Comparison with his predecessors. New York (...)

14En fait, comme l’a remarqué F. Solmsen38, l’hypothèse qui clôt le livre III est bien incommode. Non seulement les disciples d’Aristote préféreront les mixtes de terre et d’eau, mais le Stagirite lui-même n’en parle pas dans le reste de son œuvre, où les métaux sont de nouveau dispersés parmi les autres mixtes de terre et d’eau, organiques et inorganiques, doués des mêmes propriétés physiques.

  • 39 W. JAEGER, Aristoteles, 2e éd., Berlin, 1955, pp. 325-326, n. 1, date les Météorologiques de la fi (...)

15La théorie aristotélicienne des métaux n’est donc pas plus homogène que leur terminologie. Nous touchons ici au difficile problème de l’évolution de la pensée d’Aristote et de la chronologie des écrits du Corpus39.

  • 40 Métaphysique, IV, 4, p. 1015 A 8-10 : τῶν χαλϰῶν ἔργων πρòς αὐτὰ μὲν πρῶτος ὁ χαλϰòς, ὅλως δ’ἴσως (...)

162.3.3. Dans un passage de la Métaphysique, Aristote rappelle que la cause matérielle d’une statue est le cuivre, et plus généralement l’eau, puisque tous les corps fusibles sont faits d’eau40.

  • 41 De anima, II, 10, p. 422 A 17-19 : οὐδὲν δὲ ποιεῖ χυμοῦ αἴσθησιν ἀνεὺ ὑγρότητος, ἀλλ’ἔχει ἐνεργείᾳ (...)
  • 42 De sensu et sensibilibus, 5, p. 443 A 15 : ἔτι λίθος μὲν ἄοσμον, ἄχυμον γάρ, τὰ δὲ ξύλα ὀσμώδη, ἔγ (...)

17Aristote le dit encore à propos des propriétés sensibles : selon lui, pour qu’il y ait odeur ou saveur, il faut du sec dans de l’humide. Par conséquent, les éléments, qui sont seulement secs ou seulement humides, sont inodores et insipides41. Ainsi, l’eau n’a ni odeur ni saveur, mais la mer en a, et le bois aussi. La pierre est inodore et insipide. Un passage du De sensu42 applique le principe aux métaux : « Parmi les métaux, l’or est sans odeur, parce qu’il est sans saveur, mais le bronze et le fer sont odorants. Quand l’humide des métaux a été extrait par le feu, les scories de tous sont moins odorantes ; l’argent et l’étain ont davantage d’odeur que certains métaux, et moins d’odeur que d’autres, car ils sont aqueux. » Il existe donc une échelle des différents métaux selon les proportions d’eau et de terre.

  • 43 Météorologiques, IV, 8, ρ. 384 Β 30-34 : ἐϰ μὲν οὖν ὕδατος ϰαὶ γῆς τὰ ὁμοιομερῆ σώματα συνίσταται, (...)

182.3.4. La chimie qualitative du livre IV des Météorologiques, qui substitue à la double exhalaison l’action de deux qualités actives (le chaud et le froid) sur deux qualités passives (le sec et l’humide) range les métaux et les minéraux en général dans les corps homéomères, composés d’eau et de terre, avec un bref rappel de la double exhalaison destiné, sans doute, à servir de transition43. Les métaux y perdent ainsi toute spécificité.

  • 44 Météorologiques, IV, 8, p. 385 A 31-33 : les corps faits d’eau se solidifient par l’absence de cha (...)

19Ainsi, l’or, l’argent, le cuivre, l’étain, le plomb figurent avec le verre et beaucoup de pierres anonymes dans les corps où l’eau prédomine, puisque le chaud les liquéfie et que le froid les solidifie44.

  • 45 Météorologiques, IV, 10, ρ. 389 Α 11-18 : σίδηρος δὲ ϰαὶ ϰέρας ϰαὶ ὄνυξ ϰαὶ ὀστοῦν ϰαὶ νεῦρον ϰαὶ (...)
  • 46 Météorologiques, IV, 9, ρ. 385 Β 6-12 : μαλαϰτὰ δ’ἐστὶ τῶν πεπηγότων ὅσα μὴ ἐξ ὕδατος, οἶον ϰρύστα (...)
  • 47 Météorologiques, IV, 10, ρ. 388 Β 30-31 : les solides dont toute l’humidité s’est évaporée sont fa (...)
  • 48 Météorologiques, IV, 6, p. 383 A 25 - Β 5 (texte grec et commentaire à l’annexe III).

20Ce n’est pas le cas du fer, qui contient une plus grande proportion de terre45. En effet, il est, comme la corne, seulement amollissable par la chaleur46. A quoi cela est-il dû ? Comme les autres métaux, il s’est solidifié par le froid, mais il a perdu en se refroidissant la plus grande partie de son humidité47. Par conséquent, si on voulait faire fondre le fer, il faudrait lui appliquer simultanément du feu et de l’eau, ce qui est impossible. Dans certains cas, il semble qu’il soit possible par une chaleur extrême de ramener à l’état liquide le peu d’eau qu’il contient encore, peut-être en ajoutant de l’« eau » sous forme de fondants. Mais cela se fait au prix d’un grand déchet, qui correspond à la quantité de terre48. Malgré cet éventuel progrès technique, le problème du fer reste donc ce qu’il était du temps de Diogène d’Apollonie.

  • 49 Voir annexe II.
  • 50 De anima, I, 3, p. 406 Β 19. Le mercure gèle à —38,9° C, température qui n’a pu être observée par (...)
  • 51 Météorologiques, IV, 8, p. 385 Β 1-5 : ἄπηϰτα δὲ ὅαα μὴ ἔχει ὑγρότητα ὑδατώδη, μηδὲ ὕδατός ἐστιν, (...)

21Enfin, la théorie aristotélicienne a essayé d’intégrer un dernier métal, le mercure, pourtant connu dans le monde méditerranéen depuis une époque assez haute, et à Athènes depuis le début du ive siècle49. Dans le De anima, Aristote l’appelle ἄργυρος χυτός « argent liquide » et souligne son aspect perpétuellement liquide50. Pour expliquer cet aspect surprenant, le livre IV doit supposer qu’il est fait d’eau et d’air51 : « Non solidifiables sont les corps qui ne contiennent pas d’humidité aqueuse et ne sont pas de l’eau, mais qui comportent une majorité de chaleur et de terre, comme le miel et le moût — car ils sont en quelque sorte effervescents —, ainsi que les corps qui contiennent de l’eau, mais qui sont davantage formés d’air, comme l’huile, le vif-argent et tout ce qui est visqueux, comme la glu. »

  • 52 Ε.Ο. VON LIPPMANN, Entstehung und Ausbreitung der Alchemie, I, Berlin. 1919, p. 142.
  • 53 ALEXANDRE D’APHRODISE, In Aristotelis Meteorologica, pp. 214, 34 - 215, 5, et surtout OLYMPIODORE, (...)

22Donc, quoique le mercure soit tenu pour une espèce d’argent, Aristote est obligé de lui assigner une composition tout à fait différente, puisque l’argent est fait d’eau et de terre. L’air intervient pour empêcher la solidification52. Les commentateurs anciens ont remarqué avec justesse que, si la présence d’air est peu compatible avec le poids du mercure, elle explique en revanche très bien sa sublimation à la chaleur53.

23Un dernier point pourrait embarrasser : comment le Stagirite peut-il ranger le cinabre dans les ὁρυϰτά ? La façon dont le mercure était produit à partir du cinabre différait radicalement des autres métallurgies. En outre, le mercure était une acquisition récente de la technologie et ses propriétés ne laissaient pas d’embarrasser le chercheur soucieux de justification théorique. Pendant longtemps encore, les propriétés exceptionnelles du mercure interdiront un rapprochement avec les autres métaux.

24En résumé, Aristote a vu que l’or, l’argent, le cuivre, le fer, l’étain, le plomb constituaient un groupe qu’il a appelé τά μεταλλευόμενα. Nous n’avons aucune preuve qu’il y ait inclus le mercure. L’expression μεταλλευόμενα, se référant à la technique de production, ne dit rien sur la nature de ces corps. Aristote a discerné là des propriétés physiques particulières qu’il a tenté d’expliquer scientifiquement. Il a présenté ces corps comme le résultat de mélanges gazeux à proportions variables, ce qui les isole dans la nature. Qu’aurait été la chimie d’Aristote s’il avait su qu’on peut couler le fer et geler le mercure ? De toute façon, la tyrannie des quatre éléments l’aurait contraint à en faire des mixtes de terre et d’eau, et à restreindre par là leur spécificité. Si simpliste et si qualitative qu’elle soit, cette théorie des quatre éléments possède un solide fondement empirique et paraît tenir compte des données immédiates de la réalité. Aussi l’étude des métaux continuera de s’y référer jusqu’à la fin de l’Antiquité.

252.3.5. L’explication des métaux comme des mixtes de terre et d’eau ou comme des mélanges gazeux laisse sans réponse les questions de structure. A vrai dire, Aristote fait peu de place à ce genre de considérations, au point qu’à première vue les substances métalliques paraissent compactes et homogènes. Toutefois, deux passages du traité De la génération et de la corruption obligent à nuancer ce jugement et suggèrent qu’Aristote s’est à tout le moins posé le problème, même si ses remarques laissent le chercheur quelque peu désappointé.

  • 54 De gen. et corr. ; I, 9, p. 326 Β 31-34 : εἰ γάρ ἐστι τò μὲν δυνάμει τò δ’ἐντελεχείᾳ τοιοῦτον, πέφ (...)
  • 55 De gen. et corr., I, 9, pp. 326 Β 34 - 327 A 1.

262.3.5.1. En I, 7 et 8, discutant les conditions de l’action (ποιεῖν) et de la passion (πάσχειν), Aristote réfute l’hypothèse des pores. Il explique en I, 9, que la puissance de pâtir, de devenir τοιοΰτον, par exemple chaud, est diffuse dans les corps entiers. Tout ce que l’on peut admettre, c’est que dans certaines parties de ce corps, la puissance est plus ou moins intense « dans la mesure où le corps est plus ou moins tel»54, qu’il existe, somme toute, des lignes de plus grande susceptibilité. Et il ajoute55 :

ϰαὶ ταύτῃ πόρους ἄν τις λέγοι μᾶλλον, ϰαθάπερ ἐν τοῖς μεταλλευομένοις διατείνουσι τοῦ παθητιϰοῦ φλέβες συνεχεῖς.

  • 56 C. MUGLER, Aristote. De la génération et de la corruption, p. 38.

27C. Mugler traduit56 :

« Dans ce sens, on pourrait plus facilement parler de pores qui s’étendraient à travers les corps à la manière des veines continues de la matière susceptible d’affection qui s’étendent à travers les mines. »

  • 57 H.H. JOACHIM, Aristotle on coming-to-be and passing-away, p. 172.
  • 58 J. TRICOT, Aristote. De la génération et de la corruption, Paris, 1934, p. 81, n. 1.
  • 59 L. PAULING, Chimie générale, tr. fr., Paris, 1961, p. 496.
  • 60 H. BONITZ, Aristotelis Metaphysica, II, Bonn, 1849, réimpr., Hildesheim, 1960, p. 589, Aristoteles (...)
  • 61 De gen, et corr., I, 10, p. 328 Β 6-13. Nous suivons le texte de JOACHIM.

28Mais nous savons que τά μεταλλευόμενα ne peut se traduire par « mines », mais bien par « métaux ». Tout dépend alors du sens que l’on donne à ἐν. On peut traduire « dans le cas des métaux », et c’est alors une simple allusion à leur disposition en filons. Mais on peut aussi traduire : « c’est dans ce sens qu’on pourrait plutôt parler de pores, comme dans les métaux s’étendent des veines continues de matière susceptible d’affection ». Cette interprétation, qui était déjà celle de H.H. Joachim57 et de J. Tricot58, revient à dire qu’Aristote reliait la possibilité pour le métal de subir certaines transformations, à la présence en ce métal de fibres représentant une concentration de la matière. On pense ici à la conduction de la chaleur, mais aussi, par exemple, à la torsion du métal59. 2.3.5.2. Dans un passage, déjà étudié, de son traité De la génération des animaux, Aristote renvoyait, pour la théorie correcte de l’alliage, à un passage de ses Problèmes qui ne nous est pas parvenu. Mais on trouve des considérations voisines en I, 10, du traité De la génération et de la corruption. Dans ce chapitre, Aristote étudie les conditions de la μῖξις, c’est-à-dire de la combinaison chimique, type de mélange produisant une matière nouvelle qui possède des propriétés différentes de celles des composants60. Il faut pour cela des corps réciproquement passifs et aisément divisibles, ce qui est en particulier le cas des fluides. Puis il envisage deux cas où la μῖξις ne se produit pas : d’abord les corps visqueux, pour lesquels le volume augmente, mais le mélange, par exemple d’eau et d’huile, ne se fait pas. Le second cas est le suivant61 :

ὅταν δᾖ θάτερον μόνον παθητιϰόν, ἢ σφόδρα, τò δὲ πάμπαν ἠρέμα, ἢ οὐθὲν πλεῖον τò μιχθὲν ἐξ ἀμφοῖν ἢ μιϰρόν, ὅπερ συμβαίνει περὶ τòν ϰαττίτερον ϰαὶ τòν χαλϰόν. ἔνια γὰρ ψελλίζεται πρòς ἄλληλα τῶν ὄντων ϰαὶ ἐπαμφοτερίζει — φαίνεται γάρ πως ϰαὶ μιϰτὰ ἠρέμα ϰαὶ ὡς θάτερον μὲν δεϰτιϰόν θάτερον δ’εἶδος — ὅπερ ϰαὶ ἐπὶ τούτων συμβαίνει · ὁ γὰρ ϰαττίτερος ὡς πάθος τι ὤν ἄνευ ὕλης τοῦ χαλϰοῦ σχεδòν ἀφανίζεται ϰαὶ μειχθεὶς ἄπεισι χρωματίσας μόνον.

  • 62 Traduction J. TRICOT, op. cit., p. 92. C. MUGLER, op. cit., p. 44, traduit « cuivre ».

« Quand l’un des composants est seul passif, ou très fortement passif, le composé résultant de leur mixtion ou bien n’est en rien plus grand, ou bien l’est seulement un peu plus : c’est ce qui arrive pour l’alliage d’étain et de bronze. Certaines choses, en effet, manifestent une attitude hésitante et ambiguë l’une envers l’autre, car elles montrent une légère tendance et à se mélanger et à se comporter l’une comme réceptacle, l’autre comme forme. C’est précisément ce qui arrive pour ces métaux. L’étain, se comportant fois entré dans le mélange, s’évanouit, ayant seulement coloré le bronze62. »

  • 63 H.H. JOACHIM, op. cit., p. 188.
  • 64 De coloribus, 4, p. 794 Β 8-10 (explique que quand les toisons sont teintes, les poils se teignent (...)
  • 65 PLUTARQUE, De fraterno amore, 20, p. 491 A : ὡς γὰρ ὁ ϰασσίτερος ῥαγέντα τòν χαλϰòν συναρμόττει ϰα (...)

29Les traducteurs (Tricot, Joachim)63 rendent χαλϰός par « bronze ». En effet, la réaction évoquée ici est une absorption de l’étain qui colore l’autre corps. Or, Aristote observe que quand le cuivre absorbe l’étain, il ne change pas de couleur64. Il s’agit ici de l’addition d’étain à un bronze, par exemple pour réparer un bronze cassé65.

  • 66 C.S. SMITH, A History of Metallography, Chicago, 1960, réimpr., 1965, p. 112.
  • 67 JOACHIM, op. cit., p. 187 ; TRICOT, op. cit., p. 92, n. 1.
  • 68 Gen. corr., I, 10, p. 327 Β 14-17. Le cas de l’étain n’est pas assimilable à l’exemple étudié en g (...)

30Aristote se heurte ici à la constatation expérimentale que le volume d’un alliage n’est pas exactement égal au volume de ses composants. Ce problème, qui ne pouvait être résolu qu’en termes de structures, sera repris au xviie siècle dans le grand travail de Glauber sur la densité des alliages66. L’explication du Stagirite est assez laborieuse : le volume n’augmente pas parce que, par rapport au bronze, l’étain est passif à un haut degré. C’est pourquoi le bronze l’absorbe entièrement, le seul effet apparent étant un blanchissement du bronze. Le bronze et l’étain se comportent l’un par rapport à l’autre soit comme deux corps combinables67, soit comme matière et forme. Or, ni la couleur ni la forme ne sont mélangées avec le corps informé ou coloré68. Dans une philosophie corpusculaire, l’interpénétration des deux métaux n’eût soulevé aucune difficulté majeure.

  • 69 De coloribus, 3, p. 793 A 12-19.

312.3.5.3. Enfin, Aristote a observé une propriété essentielle des métaux, l’éclat métallique, mais sans en tirer parti. On lit en effet dans le petit traité Des couleurs69 :

ἔστι δὲ τò στίλβον οὐϰ ἄλλο τι ἢ συνέχεια φωτòς ϰαὶ πυϰνότης. τò γὰρ χρυσοειδὲς γίνεται, ὅταν τò ξανθòν ϰαὶ τò ἡλιῶδες πυϰνωθὲν ἰσχυρῶς στίλβῃ, διò ϰαὶ οἱ τῶν περιστερῶν τράχηλοι ϰαὶ τῶν ὑδάτων οἱ σταλαγμοὶ φαίνονται χρυσοειδεῖς τοῦ φωτòς ἀναϰλωμένου, ἔστι δὲ ἃ λειούμενα τρίψει ϰαὶ δυνάμεσί τισιν ἀλλοίας ἴσχει ϰαὶ ποιϰίλας χρόας, ὥσπερ ϰαὶ ὁ ἄργυρος παρατριβόμενος ϰαὶ χρυσòς ϰαὶ χαλϰòς ϰαὶ σίδηρος.

  • 70 Le verbe ατίλβειν désigne l’éclat de la lumière rayonnante ou réfléchie ; cfr. C. MUGLER, Dictionn (...)
  • 71 MUGLER, Dictionnaire optique, pp. 31-32, s. ν. ἀναϰλάν.
  • 72 Παρατρίβω désigne l’action de rayer un métal précieux à la pierre de touche à côté (παρα-) d’échan (...)

« L’éclat étincelant70 n’est autre chose que la continuité et le serré de la lumière. Un éclat doré se forme quand le jaune et l’ensoleillé, resserrés, brillent fortement. C’est pourquoi les cous des pigeons et les gouttes d’eau deviennent dorés quand la lumière s’y réfléchit71. Il y a des corps qui, lissés par frottement et par certaines forces, ont des couleurs différentes et variées, comme l’argent rayé72, l’or, le cuivre et le fer. »

32La première mention sans équivoque de l’éclat métallique avec la distinction entre couleur et rayure n’est donc pas intégrée au système aristotélicien et n’est pas exploitée, à côté de la fusibilité et la malléabilité, comme une propriété caractéristique des métaux.

Notes

1 ARISTOTE, De gen. et corr., I, 2, p. 315 A 29-33 ; 315 Β 31 ; 316 A 2-4 ; I, 8, p. 325 Β 19-35 ; II, 1, p. 329 A 13-24. Cfr. G.S. CLAGHORN, Aristotle’s criticism of Plato’s Timaeus, Den Haag, 1954.

2 L’hypothèse des exhalaisons possède plus d’un précédent dans la philosophie présocratique, cfr. P. TANNERY, Pour l’histoire de la science hellène, 2e éd. par A. DIÈS, Paris, 1930, p. 173 ; F. SOLMSEN, Aristotle’s system of the physical world, New York, 1960, pp. 407-412. On la trouve également dans la Collection Hippocratique, cfr. M. POHLENZ, Hippokrates und die Begründung der wissenschaftlichen Medizin, Berlin, 1938, p. 48 ; R. JOLY, Le niveau de la science hippocratique, Paris, 1966, pp. 92-93. Sur la mise en œuvre de cette hypothèse par Aristote, voir H. STROHM, Untersuchungen zur Entwikklungsgeschichte der Aristotelischen Meteorologie, Leipzig, 1935 (Philologus, Supplt. Bd. 28, 1), pp. 39-67 (exhalaison sèche) ; 67-79 (exhalaison humide).

3 Météorologiques, I, 2, p. 339 A 15-20.

4 Météorologiques, I, 3, p. 340 Β 28-30 ; I, 4, p. 341 Β 6-24.

5 Météorologiques, I, 4, pp. 341 Β 36 - 342 A 17.

6 Météorologiques, I, 5, pp. 342 A 34 - 342 Β 24.

7 Météorologiques, I, 6 et I, 7, pp. 342 Β 25 - 345 A 10.

8 Météorologiques, I, 8, pp. 345 A 11 - 346 Β 15.

9 Météorologiques, II, 4-6, pp. 359 Β 27 - 365 A 13.

10 Météorologiques, II, 7 et II, 8, pp. 365 A 14 - 369 A 9.

11 Météorologiques, II, 9 et III, 1, pp. 369 A 10 - 371 Β 17.

12 Météorologiques, I, 9, pp. 346 Β 16 - 347 A 13.

13 Météorologiques, I, 10, pp. 347 A 13 - 347 Β 11.

14 Météorologiques, I, 11-12, pp. 347 Β 12 - 349 A 12.

15 Météorologiques, I, 13, pp. 349 Β 3 - 351 A 18.

16 Météorologiques, II, 1-3, pp. 353 A 32 - 359 Β 26.

17 Météorologiques, III, 6, p. 378 A 15-21. Cfr. O. GILBERT, Die Meteorologischen Theorien des Griechischen Altertums, Leipzig, 1907, réimpr., 1967, pp. 385-386 ; W.D. ROSS, Aristotle, Oxford, 1923, tr. fr. Aristote, Paris, 1930, p. 157 ; W. CAPELLE, art. Meteorologie, dans RE, Suppl. VI (1935), col. 341 ; P. BRUNET et A. MIELI, Histoire des sciences. Antiquité, Paris, 1935, pp. 242-243 ; M.R. COHEN et I.E. DRABKIN, A Source Book in Greek Science, New York, 1948, réimpr., 1969, pp. 374-375 ; R.P. MULTHAUF, The beginning o[ mineralogical chemistry, dans Isis, 49 (1958), pp. 50-53 ; FORBES, SAT, VII, pp. 71-72 ; PARTINGTON, History, p. 96 ; F. SOLMSEN, Aristotle’s system of the physical world, New York, 1960, p. 402. On consultera surtout le remarquable article de D.E. EICHHOLZ, Aristotle’s theory of the formation of metals and minerals, dans Classical Quarterly, 43 (1949), pp. 141-146, repris dans Theophrastus de lapidibus, Oxford, 1965, pp. 38-47. Nous citons EICHHOLZ d’après ce dernier ouvrage.

18 O. GILBERT, Meteorologischen Theorien, p. 385, observe que cette distinction est déjà — sous une autre forme (terres et eaux) — dans le Timée.

19 Météorologiques, III, 6, p. 378 A 21-26.

20 D.E. EICHHOLZ, Theophrastus de lapidibus, pp. 42-43, démontre que l’exhalaison sèche est cause efficiente et non cause matérielle, à la différence de l’exhalaison humide.

21 DIOSCORIDE, V, 104-105, décrit leur grillage sans fusion.

22 Cfr. Météorologiques, II, 3, p. 359 Β 10-12 (à propos des eaux minérales). Cette génération de certains minéraux par le feu n’est pas sans analogie avec ce que nous avons rencontré chez Hippocrate.

23 D.E. EICHHOLZ, op. cit., pp. 45-47.

24 Météorologiques, pp. 378 A 26 - 378 Β 6.

25 ALEXANDRE DAPHRODISE, In Aristotelis Meteorologica, p. 177, 24 Hayduck, explique ξηρότητα par τὴν ἐϰείνων ξηρότητα. C’est la sécheresse de la terre et des pierres qui environnent. D.E. EICHHOLZ, Theophrastus de lapidibus, p. 40, observe bien que διὰ ξηρότητα n’est pas complément de πηγνυμένη. Ce qui solidifie est, en effet, le froid de ce milieu et non le sec. Eichholz utilise toutefois des passages du livre IV qui ne sont pas nécessaires, vu les doutes sur l’authenticité de ce livre.

26 ALEXANDRE D’APHRODISE, In Aristotelis Meteorologica, p. 178, 1. 7 Hayduck : διὰ τοῦτο δὲ φησιν αὐτὰ ϰαὶ πυροῦσθαι, τούτεστιν ἐξάπτεσθαι ϰαιόμενα ϰαὶ χωνευόμενα, ϰαὶ ἀπουαίαν τινὰ ποιεῖν « à cause de cela, il dit qu’ils sont affectés par le feu, c’est-à-dire deviennent incandescents quand on les brûle et les met au four, et qu’ils ont une freinte ».

27 OLYMPIODORE, In Aristotelis Meteora, p. 270, 13-15 Stüve : τῶν μετάλλων τὰ πλεῖστα ϰαίεσθαι ϰαὶ ἰοῦν διὰ τò μετέχειν γεώδους οὐσίας, ἥτις ἐστίν αὐτοῖς ἀπὸ τῆς ϰαπνώδους ἀναθυμιάσεως « La plupart des métaux brûlent et rouillent parce qu’ils participent à l’élément terreux, qui leur vient de l’exhalaison fumeuse. » Cfr. 1. 25.

28 Météorologiques, I, 10, p. 347 A 13 - 347 Β 11.

29 Météorologiques, II, 3, p. 358 A 21-22 : μεμιγμένης δ’οὔσης, ὥσπερ εἴπομεν, τῆς τε ἀτμιδώδους ἀναθυμιάεως ϰαὶ τῆς ξηρᾶς « vu le mélange, dont nous avons parlé, de l’exhalaison sèche avec l’exhalaison humide ».

30 C’est ainsi que l’a bien compris ALEXANDRE D’APHRODISE, pp. 177, 27 - 178, 6 : ἐπὶ δὲ τῶν ὁπò γῆν τῶν μεταλλευομένων ἡ γένεσις ἐϰ τῆς ἀτμίδος οὐϰ ἀποϰριθείσης πρῶτον ϰαὶ ὕδατος γενομένης, ἔπειτα παγείσης, ἀλλὰ πρò τοῦ διαϰριθῆναι ϰαὶ ἐνεργείᾳ ὕδωρ γενέσθαι πηγνυμένης. Διò ϰαὶ ἐξ αὐτῆς οὕτως πηγνὑμενά τε ϰαὶ γινόμενα, ἅπερ ἐστὶ τὰ μεταλλευτά, ἔστι μὲν ὡς ὕδατος εἶναι, ἔστι δὲ ὡς οὔ. « Quant aux métaux constitués sous terre, leur formation procède de la vapeur qui ne s’est pas d’abord séparée et qui n’est pas devenue de l’eau avant de se solidifier, mais de vapeur qui s’est solidifiée avant de se séparer et de devenir finalement de l’eau. C’est pourquoi il est possible que les corps qui sont ainsi solidifiés et formés à partir d’elle, comme les métaux, soient dans un sens de l’eau et dans un autre non. » — La même conception se trouve chez OLYMPIODORE, p. 270, 3-25 et p. 271, 6-7 : ἀλλὰ πρὶν εἰς ὕδωρ μεταβληθῆναι πήγνυται ϰαὶ ποιεῖ ἕϰαστον τῶν μετάλλων. « C’est avant de se changer en eau qu’elle se solidifie et produit chacun des métaux. »

31 Sur la formation des χυμοί voir De Sensu, 3, p. 441 Β 17 sq. : ils sont produits quand l’eau filtre à travers une matière terreuse et qu’elle acquiert ainsi une nouvelle qualité. Cfr. EICHHOLZ, Theophrastus de lapidibus, p. 41.

32 OLYMPIODORE, pp. 270, 29 - 271, 5 : ὁ μὲν Πλάτων πῆξιν ὕδατος λέγει εἶναι τὰ μέταλλα, ὁ δ’ Ἀριστοτέλης πῆξιν ἀτμοῦ. τί γάρ φησιν ; ὅτι ϰατά τι μὲν, ὕδατος πῆξίς ἐστι ταῦτα, ϰατά τι δὲ οὔ. ϰαθò μὲν γὰρ ϰαὶ ὁ ἀτμὸς ὁ πηγνύμενος ἐξ δδατóς ἐστι, ϰατὰ τοῦτο ϰαὶ τὰ μέταλλα ὕδωρ ἐστὶ πεπηγòς ὑπὸ ψύξεως · ϰαθὸ δ’ἄντιϰρυς, ὕδωρ ἐστίν, ἀλλὰ δυνάμει ὕδωρ, λεπτομερέστερον τοῦ ἐνεργείᾳ ὕδατος. ἀτμòς γάρ ἐστι μήπω μεταβληθεὶς εὶς ὕδωρ διά τινα περίστασιν. « Platon dit que les métaux sont une solidification d’eau, Aristote une solidification de vapeur. Qu’est-ce à dire ? Que dans un sens, c’est de l’eau solidifiée, dans l’autre non. En effet, dans la mesure où la vapeur qui se solidifie est de l’eau, les métaux sont de l’eau solidifiée par le froid ; dans l’autre sens, ils sont aussi de l’eau, mais de l’eau en puissance, aux particules plus fines que l’eau effective. Car c’est la vapeur qui n’est pas encore transformée en eau par quelque condition environnante. »

33 C’est ce qu’ont bien compris Alexandre et Olympiodore : ALEXANDRE D’APHRODISE, In Meteorologica, p. 178, 12-15 : ἰδίᾳ δὲ δεῖν φησιν ἕϰαστον τῶν εὶρημένων γενῶν προχειριζομένους τὰ οἰϰεῖα αὐτοῖς ἐπισϰοπεῖν, περὶ ὦν Θεόφραστος πεπραγμάτευται ἔν τε τῷ περὶ τῶν μεταλλευομένων ϰαὶ ἐν ἀλλοις τισίν. — OLYMPIODORE, In Meteora, p. 266, 33-36 : ϰαὶ ταῦτα μὲν ϰαθολιϰῶς περὶ μετάλλων παραδίδωσιν ὁ Ἀριστοτέλης, ὑπισχνούμενος ϰαὶ ἰδίᾳ γράφειν. οὐϰ ἔγραψε δέ, ὅσον ἡμᾶς ϰαὶ τοὺς πρò ἡμῶν εἰδέναι. ὁ μέντοι τούτου μαθητὴς Θεόφραστος ἔγραψεν ἰδίᾳ περὶ ἑϰάστου μετάλλου. — Sur l’attribution du περὶ τῶν μεταλλευομένων, voyez l’annexe I.

34 Sur l’authenticité du livre IV, voir p. 39, note 24.

35 JEAN PHILOPON, In Meteorologica, p. 3, 1. 14-19. Ce passage donne un sommaire de l’œuvre : ἐv δὲ τῷ τετάρτῳ ὅσα ὑπὸ τῶν αὐτῶν πάλιν ἐγϰαταϰλειομένων γίνεται τῇ γῇ, ὦν τὰ μὲν ἐστιν ὀρυϰτὰ τὰ δὲ μεταλλιϰά, διδάσϰει, ὡς τò σύμπαν τῆς Μετεωρολογιϰῆς πραγματείας εἶναι συγγενὲς περὶ τῶν συμβαινόντων ὑπò τῶν δύο ἀναθυμιάσεων εἴτε ἐναποϰλειομένων τῆ γῆ εἴτε ὑπὲρ αὐτήν ἀναθεουσῶν. « Dans le quatrième livre, il expose les corps qui sont produits par les mêmes exhalaisons, de nouveau enfermées dans la terre. Parmi ces corps, il y a les minéraux non métalliques et les métaux, dans l’idée que tout l’objet des études météorologiques est connexe des produits des deux exhalaisons, soit enfermées dans la terre, soit dégagées au-dessus d’elle. » — De même, In Meteorologica, pp. 8, 37 - 9, 1 : μετὰ γὰρ τὰ Μετεωρολογιϰὰ ἡ περὶ ζῴων ϰαὶ φυτῶν λείπεται θεωρία, περὶ γὰρ μετάλλων ἐν τῷ τετάρτῳ τῶν προϰειμένων ἐδίδαξε « Car après les Météorologiques reste l’étude des animaux et des plantes, car il a parlé des minéraux dans le quatrième livre de l’ouvrage précité. » Malheureusement, le commentaire de Philopon aux trois derniers livres est perdu. I. HAMMER-JENSEN, Das sogenannte IV Buch der Meteorologie des Aristoteles, dans Hermes, 50 (1915), p. 130, estime que cette indication de contenu repose sur une connaissance préalable assez superficielle, fondée surtout sur le « sommaire » de III, 6. Nous avons trouvé un autre indice que Philopon ne connaît pas bien le livre IV dans un passage de son commentaire à la Physique : JEAN PHILOPON, In Aristotelis Physica, pp. 1, 22 - 2, 2 Vitelli : ἐν δὲ τοῖς μετεώροις περὶ τῶν ἰδίᾳ τούτοις ὑπαρχόντων γέγραπται αὐτῷ ϰαὶ περὶ μετάλλων (τοιοῦτο δέ ἐστι ϰαὶ ὁ τῶν Μετεώρων τέταρτος). «Dans les Météorologiques, il a traité de ce qui caractérise ces phénomènes ainsi que des minéraux (tel est le quatrième livre des Météorologiques). » En fait, il est bien question de minéraux et de métaux dans le livre IV, mais ils ne constituent pas l’objet principal de ce livre.

36 GALIEN, De natur. facult., III, 9, t. II, p. 167 K.

37 F. DE MÉLY, Le lapidaire d’Aristote, dans REG, 7 (1894), pp. 181-191, reproduit dans Les Lapidaires de l’Antiquité et du Moyen-Age, t. III, Paris, 1902, pp. xxxiv-xl, édite un abrégé de ce traité figurant dans le Parisinus Latinus 16142, et des citations du même traité par Vincent de Beauvais. Il intitule le tout, on ne sait pourquoi, de mineris et y voit le livre IV perdu. Ce court traité envisage la formation des métaux et des pierres, puis des fossiles, des météorites et des montagnes. En fait, Mély ignorait que le texte du Parisinus est une version abrégée du Liber de congelatione et conglutinatione lapidum, ajouté vers 1200 par Alfred de Sareshel (Alfred l’Anglais) au livre IV traduit en 1156 par Henri Aristippe. Cet ouvrage qui comblait une lacune dans les Météorologiques a été souvent ajouté dans les manuscrits. Il a été édité pour la première fois à Bologne en 1501 sous le titre liber de mineralibus Aristotelis, puis réimprimé à diverses reprises sous son vrai titre liber de congelatione et conglutinatione lapidum, tantôt sous le nom de Geber, tantôt sous celui d’Avicenne. Il possède un original arabe, c’est partiellement une traduction, partiellement un commentaire d’une section du Kitâb al Shifâ (livre du remède), commentaire à Aristote écrit entre 1021 et 1023. Cfr. E.J. HOLMYARD et D.C. MANDEVILLE, Avicennae liber de congelatione et conglutinatione lapidum, being sections of the Kitâb al Shifâ, ed. and transl., Paris, 1927. Pour plus de détails sur la tradition médiévale des Météorologiques, voir F.H. FOBES, Medieval versions of Aristotle’s Meteorology, dans Classical Philology, 10 (1915), pp. 297-314 ; L. MINIO PALUELLO, Henri Aristippe, Guillaume de Moerbeke et les traductions latines médiévales des « Météorologiques » et du « De generatione et corruptione » d’Aristote, dans Revue Philosophique de Louvain, 45 (1947), pp. 206-235, spéc. pp. 208-209.

38 F. SOLMSEN, Aristotle’s System of the Physical World. A Comparison with his predecessors. New York, 1960, pp. 402-403.

39 W. JAEGER, Aristoteles, 2e éd., Berlin, 1955, pp. 325-326, n. 1, date les Météorologiques de la fin de la vie d’Aristote.

40 Métaphysique, IV, 4, p. 1015 A 8-10 : τῶν χαλϰῶν ἔργων πρòς αὐτὰ μὲν πρῶτος ὁ χαλϰòς, ὅλως δ’ἴσως ὕδωρ, εἰ πάντα τὰ τηϰτὰ ὕδωρ. Cfr. IV, 24, ρ. 1023 Α 26-29. En revanche, deux passages de la Métaphysique, VIII, 3, p. 1043 Β 27-28 et X, 3, p. 1054 Β 12-13, soulignant une similitude entre l’argent et l’étain, sont hors de notre propos, car c’est une simple question de couleur.

41 De anima, II, 10, p. 422 A 17-19 : οὐδὲν δὲ ποιεῖ χυμοῦ αἴσθησιν ἀνεὺ ὑγρότητος, ἀλλ’ἔχει ἐνεργείᾳ ἢ δυνάμει ὑγρότητα, οἶον τò ἀλμυρόν. εὔτηϰτόν τε γὰρ αὐτò ϰαὶ συντηϰτιϰòν γλώττης. — De sensu et sensibilibus, 5, p. 443 A 9-12 : τά τε γὰρ στοιχεῖα ἄοσμα, οἶον πῦρ, ἀήρ, γῆ, ὕδωρ, διὰ τὸ τά τε ὑγρὰ ϰαὶ ξηρὰ αὐτῶν ἄχυμα εἶναι ἄν μή τι μιγνύμενον ποιῇ.

42 De sensu et sensibilibus, 5, p. 443 A 15 : ἔτι λίθος μὲν ἄοσμον, ἄχυμον γάρ, τὰ δὲ ξύλα ὀσμώδη, ἔγχυμα γάρ. ϰαὶ τούτων τὰ ὑδατώδη ἦττον. ἔτι τῶν μεταλλευομένων χρυσòς ἄοσμον, ἄχυμον γάρ, ὁ δὲ χαλϰòς ϰαὶ ὁ σίδηρος ὀσμώδη. ὅταν δ’ἐϰϰαυθῇ τò ὑγρόν, ἀοσμότεραι αἱ σϰωρίαι γίγνονται πάντων, ἄργυρος δὲ ϰαὶ ϰασσίτερος τῶν μὲν μᾶλλον ὀσμώδη τῶν δ’ἦττον · ὑδατώδη γάρ.

43 Météorologiques, IV, 8, ρ. 384 Β 30-34 : ἐϰ μὲν οὖν ὕδατος ϰαὶ γῆς τὰ ὁμοιομερῆ σώματα συνίσταται, ϰαὶ ὲν φυτοῖς ϰαὶ ἐν ζῷοις, ϰαὶ τὰ μεταλλευόμενα, οἶον χρυσòς ϰαὶ ἄργυρος ϰαὶ ὅσα ἄλλα τοιαῦτα, ἐξ αὐτῶν τε ϰαὶ τῆς ἀναθυμιάσεως τῆς ἑϰατέρου ἐγϰαταϰλειομένης, ὥσπερ εἴρηται ἐν ἄλλοις ; Météorologiques, IV, 10, ρ. 388 Α 13-26. Texte cité supra. — Les corps homéomères sont des corps faits d’une seule espèce de matière, inorganique ou organique. Ils sont assemblés mécaniquement pour former des corps anhoméomères, qui sont spécialement des corps vivants (ZELLER, Philos, der Griechen, II, 24, Leipzig, 1921, pp. 476-477, av. n. 5, p. 476). Si on compare cette définition avec celle qui figure dans Parties des animaux, II, 1, p. 646 A 12-22, on remarque dans ce dernier texte que les homéomères y sont uniquement organiques, et qu’il y a trois niveaux dans le mélange des éléments (a) les mélanges élémentaires eux-mêmes, qui semblent comprendre le monde inorganique ; (b) les homéomères ; (c) les anhoméomères. (Cl. BAEUMKER, Das Problem der Materie in der Griechischen Philosophie, Münster, 1890, réimpr., Frankfurt, 1963, p. 244, n. 5). Les homéomères sont donc une notion biologique étendue quelque peu artificiellement dans ce livre IV où organique et inorganique sont nivelés par la chimie des qualités élémentaires.

44 Météorologiques, IV, 8, p. 385 A 31-33 : les corps faits d’eau se solidifient par l’absence de chaleur, τὰ δὲ θερμοῦ στερήσει (πηγνύμενα) ὑπὸ θερμοῦ τήϰεται, οἶον ϰρύσταλλος, μόλιβδος, χαλϰός. — IV, 10, ρ. 389 Α 7-9 : χρυσòς μὲν δὴ ϰαὶ ἄργυρος ϰαὶ χαλϰòς ϰαὶ ϰαττίτερος ϰαὶ μόλυβδος ϰαὶ ὕελος ϰαὶ λίθοι πολλοὶ ἀνώνυμοι ὕδατος · πάντα γὰρ ταῦτα τήϰεται θερμῷ.

45 Météorologiques, IV, 10, ρ. 389 Α 11-18 : σίδηρος δὲ ϰαὶ ϰέρας ϰαὶ ὄνυξ ϰαὶ ὀστοῦν ϰαὶ νεῦρον ϰαὶ ξύλον ϰαὶ τρίχες ϰαὶ φύλλα ϰαὶ φλοιòς γῆς μᾶλλον, ἔτι δ’ἤλεϰτρον, σμύρνα, λίβανος ϰαὶ πάντα τὰ δάϰρυα λεγόμενα, ϰαὶ πῶρος, ϰαὶ οἱ ϰαρποὶ οἶον τὰ χέδροπα, ϰαὶ σῖτος, τὰ τοιαῦτα γὰρ τὰ μὲν σφόδρα, τὰ δὲ ἦττον μὲν τούτων, δμως δὲ γῆς, τὰ μὲν γὰρ μαλαϰτά, τὰ δὲ θυμιατὰ ϰαὶ ψύξει γεγενημένα.

46 Météorologiques, IV, 9, ρ. 385 Β 6-12 : μαλαϰτὰ δ’ἐστὶ τῶν πεπηγότων ὅσα μὴ ἐξ ὕδατος, οἶον ϰρύσταλλος (πᾶς γὰρ ϰρύσταλλος ῦδατος) ἀλλ’ὅσα γῆς μᾶλλον, ϰαὶ μήτ’ἐξίϰμασται πᾶν τò ὑγρòν ὥσπερ ἐν νίτρψ ἢ ἁλσί, μήτ’ἔχει ἀνωμάλως ὥσπερ ὁ ϰέραμος, ἀλλ’εἰσίν ἑλϰτὰ μὴ ὄντα διαντά, ἤ ἐλατὰ μὴ ὄντα ὕδατος ϰαὶ μαλαϰτὰ πυρί, οἶον σίδηρος ϰαὶ ϰέρας ϰαὶ ξύλα.

47 Météorologiques, IV, 10, ρ. 388 Β 30-31 : les solides dont toute l’humidité s’est évaporée sont faits entièrement de terre. Ils ne peuvent être ni fondus ni amollis : ὅσα δὲ μὴ ὅλα, γῆς μέν ἐστι μᾶλλον, μαλαϰτὰ δ’οἶον σίδηρος ϰαὶ ϰέρας. — Météorologiques, IV, 7, ρ. 384 Α 33 - Β 15 (parmi les composés d’eau et de terre) : ἔτι δὲ τὰ μὲν λυτά ἐστιν, οἶον νίτρον, τὰ δὲ ἄλυτα, οἶον ϰέραμος, ϰαὶ τούτων τὰ μὲν μαλαϰτά, οἶον ϰέρας, τὰ δὲ ἀμάλαϰτα, οἶον ϰέραμος ϰαὶ λίθος, αἴτιον δ’δτι τὰναντία τῶν ἐναντίων αἴτια, ὥστ’ εἰ πήγνυται δυοῖν, ψυχρῷ ϰαὶ ξηρῷ, λύεσθαι ἀνάγϰη θερμῷ ϰαὶ ὑγρῷ, διò πυρὶ ϰαὶ ὕδατι (ταῦτα γὰρ ἐναντία), ὕδατι μὲν δσα πυρὶ μόνῳ, πυρὶ δὲ ὅσα ψυχρῷ μόνῳ. εἴ τι ὑπ’ἀμφοῖν συμβαίνει πήγνυσθαι, ταῦτα ἄλυτα μάλιστα, γίγνεται δὲ τοιαῦτα ὅσα θερμανθέντα ἔπειτα τῷ φυχρῷ πήγνυται. συμβαίνει γάρ, ὅταν τò θερμòν εἰσιϰμάσῃ ἐξιόν, τὸ πλεῖστον ὑγρόν συνθλίβεσθαι πάλιν ὑπὸ τοῦ ψυχροῦ, ὥστε μηδὲ ὑγρῷ διδόναι δίοδον. ϰαὶ διὰ ταῦτα οὔτε τò θερμòν λύει · ὅσα γὰρ ὑπò ψυχροῦ πήγνυται μόνου, ταῦτα λύει. οὔθ’ ὑπò ὕδατος · ὅσα γὰρ ὑπò ψυχροῦ πήγνυται, οὐ λύει, ἀλλ’ὅσα ὑπò θερμοῦ ξηροῦ μόνον, ὁ δὲ σίδηρος ταϰείς ὑπò θερμοῦ ψυχθεὶς πήγνυται, ὥστε πρòς πῆξιν ἀμφοτέρων δεῖται. διò ἄλυτον.

48 Météorologiques, IV, 6, p. 383 A 25 - Β 5 (texte grec et commentaire à l’annexe III).

49 Voir annexe II.

50 De anima, I, 3, p. 406 Β 19. Le mercure gèle à —38,9° C, température qui n’a pu être observée par les Grecs.

51 Météorologiques, IV, 8, p. 385 Β 1-5 : ἄπηϰτα δὲ ὅαα μὴ ἔχει ὑγρότητα ὑδατώδη, μηδὲ ὕδατός ἐστιν, ἀλλὰ πλέον θερμοῦ ϰαὶ γῆς, οἶον μέλι ϰαὶ γλεῦϰος (ὥσπερ ζέοντα γάρ ἐστιν) ϰαὶ ὅσα ὕδατος μὲν ἔχει, ἔστιν δὲ πλέον ἀέρος, ὥσπερ τò ἔλαιον ϰαὶ δ ἄργυρος ὁ χυτóς, ϰαὶ εἴ τι γλισχρόν, οἶον ἰξός.

52 Ε.Ο. VON LIPPMANN, Entstehung und Ausbreitung der Alchemie, I, Berlin. 1919, p. 142.

53 ALEXANDRE D’APHRODISE, In Aristotelis Meteorologica, pp. 214, 34 - 215, 5, et surtout OLYMPIODORE, In Aristotelis Meteora, p. 320, 17-23 ἀλλ’ἄξιόν ἐστιν ἀπορίας πῶς ὁ ὑδράργυρος, ϰαίτοι ἀερώδους ϰαὶ ὑδατώδους ὑπάρχων ούσίας, βρίθει ϰαὶ βαρύτατóς ἐστιν. ἢ λέγομεν, ὅτι εἰ ϰαὶ ἀερώδους ὑπάρχει οὐσίας ὁ ὑδράργυρος, ἀλλ’οὖν πολλὴ ϰαὶ συμπεπιλημένη ἐστὶν ἐν αὐτῷ ἀερώδης οὐσία. ϰαὶ διὰ τοῦτο πολλὴν ἄγει τὴν ὁλϰήν. ἀμέλει πυρούμενος μεχρὶ τῆς ὀροφῆς ἀναβράσσεται διὰ τò ἀναλύεσθαι τὴν ἀερώδη οὐσίαν τὴν ἐν αὐτῷ συμπεπιλημένην ϰαὶ χωρεῖν ἐπί τò συγγενές.
On sait que le mercure a un poids spécifique de 13,5959 à 0° C, que son point d’ébullition est de 357° C, mais que la volatilisation commence à 200° C.

54 De gen. et corr. ; I, 9, p. 326 Β 31-34 : εἰ γάρ ἐστι τò μὲν δυνάμει τò δ’ἐντελεχείᾳ τοιοῦτον, πέφυϰεν οὺ τῇ μὲν τῇ δ’οὔ πάσχειν, ἀλλὰ πάντῃ ϰαθ’ὅαον ἐστὶ τοιοῦτον, ἦττον δὲ ϰαὶ μᾶλλον ἦ τοιοῦτον μᾶλλον ἐστι ϰαὶ ἦττον. « Si, en effet, une chose a une certaine propriété, tantôt en puissance, tantôt en acte, elle subit naturellement les actions non pas de manière qu’elle en soit atteinte dans telle de ses parties sans en être atteinte dans telle autre, mais elle est affectée dans sa totalité, dans la mesure où elle a cette propriété, et elle est affectée plus ou moins selon que cette propriété y est plus ou moins présente. » (traduction C. MUGLER, Aristote. De la génération et de la corruption, Paris, 1966, p. 38). H.H. JOACHIM, Aristotle on coming-to-be and passing-away (de generatione et corruptione), Oxford, 1922, réimpr. Hildesheim, 1970, p. 172, pense que la matière est la même, mais qu’elle est diversement pure et concentrée.

55 De gen. et corr., I, 9, pp. 326 Β 34 - 327 A 1.

56 C. MUGLER, Aristote. De la génération et de la corruption, p. 38.

57 H.H. JOACHIM, Aristotle on coming-to-be and passing-away, p. 172.

58 J. TRICOT, Aristote. De la génération et de la corruption, Paris, 1934, p. 81, n. 1.

59 L. PAULING, Chimie générale, tr. fr., Paris, 1961, p. 496.

60 H. BONITZ, Aristotelis Metaphysica, II, Bonn, 1849, réimpr., Hildesheim, 1960, p. 589, Aristoteles μῖξιν eam appellat coniunctionem, per quam ex contrariis inter se elementis, activo altero, altero passivo, novum quidpiam fiat, ab elementis diversum et sibimet ipsum ὁμοιομερές.

61 De gen, et corr., I, 10, p. 328 Β 6-13. Nous suivons le texte de JOACHIM.

62 Traduction J. TRICOT, op. cit., p. 92. C. MUGLER, op. cit., p. 44, traduit « cuivre ».

63 H.H. JOACHIM, op. cit., p. 188.

64 De coloribus, 4, p. 794 Β 8-10 (explique que quand les toisons sont teintes, les poils se teignent, mais les espaces entre les pores ne se teignent pas ) : ϰαθ’αὑτò μὲν γὰρ τò μεταξὺ διάστημα τῶν πόρων οὐχ ὁρᾶται διὰ σμιϰρότητα, ϰαθάπερ οὐδὲ ϰαττίτερος τῷ χαλϰῷ ϰραθείς, οὐδὲ τῶν ἄλλων οὐδὲν τῶν τοιούτων « En soi, l’espace entre les pores ne se voit pas à cause de la petitesse, comme l’étain mêlé au cuivre, ni aucune autre chose de ce genre. »

65 PLUTARQUE, De fraterno amore, 20, p. 491 A : ὡς γὰρ ὁ ϰασσίτερος ῥαγέντα τòν χαλϰòν συναρμόττει ϰαὶ συγϰεράννυσι, τῷ ψαύειν ἑϰατέρου πέρατος οὶϰείως δμοπαθὴς γενόμενος, οὕτως δεῖ τòν φίλον εὐάρμοστον ὄντα ϰαὶ ϰοινòν ἀμφοτέροις τοῖς ἀδέλφοις προσϰαταπυϰνοῦν τὴν εὔνοιαν.

66 C.S. SMITH, A History of Metallography, Chicago, 1960, réimpr., 1965, p. 112.

67 JOACHIM, op. cit., p. 187 ; TRICOT, op. cit., p. 92, n. 1.

68 Gen. corr., I, 10, p. 327 Β 14-17. Le cas de l’étain n’est pas assimilable à l’exemple étudié en gen. corr., I, 10, p. 328 A 27-28, où une goutte de vin est jetée dans dix mille conges d’eau, car dans ce passage, la forme du vin est détruite, ce qui est juste le contraire. Au reste, la proportion d’étain n’est même pas indiquée. Cfr. R.P. MULTHAUF, The Origins of Chemistry, London, 1966, p. 71, avec n. 10.

69 De coloribus, 3, p. 793 A 12-19.

70 Le verbe ατίλβειν désigne l’éclat de la lumière rayonnante ou réfléchie ; cfr. C. MUGLER, Dictionnaire historique de ta terminologie optique des Grecs, Paris, 1964, pp. 368-370, s. ν. ατίλβειν, spéc. p. 370.

71 MUGLER, Dictionnaire optique, pp. 31-32, s. ν. ἀναϰλάν.

72 Παρατρίβω désigne l’action de rayer un métal précieux à la pierre de touche à côté (παρα-) d’échantillons de composition connue : BLÜMNER, TT, IV, p. 137, n. 6. L’argent est peut-être rayé ici parce qu’il noircit souvent.

© Presses universitaires de Liège, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search