Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

Des politiques institutionnelles aux représentations de l’enfance Perspectives d’Amérique latine et d’Europe

p. 7-22


Texte intégral

1Cet ouvrage réunit huit contributions de chercheurs en sciences sociales (anthropologie, sociologie, sciences de l’éducation, socio-démographie, psychologie) ayant effectué des recherches dans différents pays d’Amérique latine et d’Europe. À partir d’études de cas variées, les auteurs s’interrogent sur la manière dont différentes institutions construisent l’enfance, une période plus ou moins étendue qui représente un stade temporaire du cycle de la vie et dont la conception varie à travers l’histoire et les sociétés1. S’inscrivant dans la mouvance de la « nouvelle anthropologie » et de la « nouvelle sociologie » de l’enfance, le présent volume se fonde sur le constat selon lequel les enfants sont une composante structurelle permanente de toute société (Qvortrup 1994 ; Razy & Rodet (eds.) 2012 ; Bonnet, Rollet & Suremain (eds.) 2012). À ce titre, chaque génération d’enfants est concernée — d’une façon spécifique en fonction de son positionnement dans l’ordre générationnel — par les événements et processus sociaux, culturels, économiques et politiques qui agissent dans une société. Privilégiant une approche générationnelle (Alanen & Mayall 2003 ; Mayall 2000), les différents chapitres examinent la position des enfants, construite en relation avec celle des adultes, dans ces processus. Plus particulièrement, les textes se penchent sur les enjeux que représentent les enfants pour les pouvoirs publics ; ils examinent la manière dont la vie quotidienne des enfants est affectée par des politiques institutionnelles qui concernent leurs droits, protection et intérêt. Dans la volonté de prendre en compte le point de vue et la marge de manœuvre dont disposent les enfants, l’ouvrage souligne que ces derniers sont des acteurs sociaux à part entière, dotés d’une capacité d’action, elle-même modelée par des rapports de pouvoir et de domination (James & Prout 1990).

2Cet ouvrage ne vise pas à définir la notion d’institution qui est employée classiquement par les sciences historiques, sociales et juridiques (Guéry 2003) ; il s’inspire toutefois de plusieurs questionnements et constats d’anthropologues et de sociologues ayant engagé une réflexion sur les institutions. Ainsi, dans son ouvrage Comment pensent les institutions (1999), Mary Douglas relève que ces dernières sont déterminées par les représentations que s’en font les individus et indique par ailleurs que les institutions modèlent la manière dont les individus appréhendent et catégorisent leur entourage et le monde. De façon plus générale, l’auteur souligne la tendance des acteurs à naturaliser les classifications sociales produites par les institutions. La prise en compte de ce processus de naturalisation s’avère particulièrement pertinente dans l’analyse des différentes figures de l’enfance rencontrées à travers le monde, dans la mesure où cette dernière s’exprime couramment en termes d’âge et de maturation.

3Les auteurs de cet ouvrage s’approprient par ailleurs l’analyse de Pierre Bourdieu (1982 : 59) qui met l’accent sur le caractère dynamique de l’institution et note que le « rite d’institution » est un « acte de magie sociale, qui peut créer la différence ex nihilo ou bien, et c’est le cas le plus fréquent, exploiter en quelque sorte des différences préexistantes », c’est-à-dire « faire méconnaître en tant qu’arbitraire et reconnaître en tant que légitime, naturelle, une limite arbitraire ». Bourdieu relève par ailleurs que :

Ces actes de magie sociale […] ne peuvent réussir que si l’institution, au sens actif d’acte tendant à instituer quelqu’un ou quelque chose en tant que dotés de tel statut et de telle ou telle propriété, est un acte d’institution en un autre sens, c’est-à-dire un acte garanti par tout le groupe ou par une institution reconnue.

4L’analyse des mécanismes mis en évidence par Bourdieu est particulièrement appropriée pour comprendre la manière dont certaines normes et pratiques soutenues par les politiques publiques cautionnent ou renforcent certaines institutions, parfois au détriment d’autres. Ce questionnement s’avère adéquat pour comprendre les enjeux que recouvre la défense de l’intérêt de l’enfant, autour de laquelle se mobilisent — au nom des enfants et pour leur bien-être supposé — différentes institutions, publiques et privées. Les chapitres vont également dans le sens des travaux de Marc Abélès (1995 : 82) qui souligne l’hétérogénéité des normes susceptibles de circuler au sein des institutions et affirme que :

Loin d’être traitée comme une structure formelle, [l’institution] doit être pensée comme un espace de confrontation entre des représentations […] et des trajectoires en quête de pouvoir. Ce qui fait la vie de l’institution, c’est bien cette quête multiforme, les tensions qu’elle manifeste entre représentations hétérogènes et les conflits qu’elle occasionne.

5Nourries de ces perspectives théoriques complémentaires, les contributions se focalisent sur diverses institutions qui jouent un rôle central dans la vie d’enfants et de leur famille, c’est-à-dire les services de protection de la jeunesse (Émilie Potin, Pierrine Robin), les services de prévention (Marie-Thérèse Casman & Angèle César), les hôpitaux (Sarra Mougel), le parlement et les médias (Chantal Medaets & Fernanda Bittencourt Ribeiro). Les textes traitent également d’espaces de la vie quotidienne où, selon l’expression d’Holloway & Valentine (2001 : 173), « les identités et les vies des enfants sont faites et refaites », en se concentrant sur la rue (Robin Cavagnoud) et le village (Medaets & Bittencourt Ribeiro, María Dolores Cervera Montejano). La rue, souvent identifiée à un no man’s land, est investie par les pouvoirs publics, notamment par la police, ainsi que par des Organisations non gouvernementales travaillant tant au niveau local, régional, national qu’international. Poursuivant des stratégies d’adaptation et de subsistance (Gaujelac & Taboada Léonetti 1994), les enfants adoptent une sorte de nomadisme institutionnel et naviguent entre la rue, les ONG, la prison et leur famille d’origine.

6Le village constitue pour sa part un espace où interviennent de façon plus ou moins directe certaines structures étatiques (écoles) ou privées (médias). Certaines contributions (notamment celle de Medaets & Bittencourt Ribeiro) examinent d’ailleurs la manière dont s’articulent des processus locaux et globaux et, plus spécifiquement, des pratiques et des représentations locales, nationales et internationales concernant l’éducation, la parentalité et l’enfance. En contrepoids, un chapitre (Cervera Montejano) met plus spécifiquement l’accent sur les représentations et la transmission de l’identité en pays rural maya, et la façon dont les mères s’approprient la définition du développement de l’enfant telle qu’elle est énoncée par les tenants des politiques institutionnelles.

7De façon récurrente, les politiques publiques ayant les enfants comme groupe-cible revendiquent le droit d’agir au nom de l’intérêt de l’enfant, en congruence avec la Cide, la Convention internationale des droits de l’enfant2. En vertu de ce principe, et ainsi que le montrent clairement les différents textes, l’État intervient directement et indirectement dans la vie quotidienne des enfants, et les relations que les enfants entretiennent avec leur entourage. Plusieurs contributions se réfèrent à l’institution de la parenté. Les relations prises en compte incluent non seulement les relations de parenté « biologique et juridique », mais également sociales avec les relations de « pseudo-parenté » (Fine 1998), de « parenté du quotidien » (Weber 2013) ou encore d’« affinité horizontale » (Suremain 2006), c’est-à-dire électives, qui se construisent, se manifestent et s’épuisent dans les activités ordinaires. Plusieurs textes traitent de l’intervention des pouvoirs publics dans la sphère familiale, plus particulièrement dans les relations intergénérationnelles entre parents et enfants3. Potin, Robin et Casman & César mettent en regard la manière dont les pouvoirs publics, mais aussi les enfants et les parents, appréhendent et manipulent les différentes formes de parenté. Medaets & Ribeiro expliquent pourquoi et comment les pouvoirs publics brésiliens cherchent implicitement à réformer les pratiques éducatives de parents appartenant aux classes populaires brésiliennes. Les auteurs évoquent par ailleurs les représentations et pratiques éducatives observées dans un village amazonien, en les opposant au discours promu par les pouvoirs publics. Pour sa part, Cavagnoud évoque les relations de parenté que les enfants en situation de rue entretiennent avec leur famille d’origine et celles de pseudo-parenté qu’ils établissent au sein de groupes de pairs. Quant à Mougel, elle analyse la manière dont les structures hospitalières appréhendent le lien parent-enfant. Après l’avoir considéré comme contreproductif, le corps médical est désormais favorable au renforcement de ce lien qui joue un rôle important dans le processus de guérison des enfants.

Des approches et des terrains divers

8Les différents textes portent sur l’Amérique latine et l’Europe, en particulier la Belgique (Casman & César), la France (Cadart, Mougel, Potin, Robin), le Brésil (Medaets & Bittencourt Ribeiro), la Bolivie (Cavagnoud) et le Mexique (Cervera Montejano). Cette ouverture internationale, même limitée, introduit une perspective comparative qui souligne des similarités et des différences dans la production institutionnelle et politique de l’enfance. La focalisation sur certains pays est, pour sa part, le fruit des circonstances.

9La plupart des contributions a été présentée sous forme de communications lors du colloque international « Pour une anthropologie de l’enfance et des enfants » organisé à Liège (Belgique) en 2011. L’une des ambitions du colloque était de mettre en perspective différentes traditions académiques de recherche sur l’enfance4. Enrichi de plusieurs contributions, l’ouvrage nourrit plus généralement la réflexion sur les figures de l’enfant (sidéen, orphelin, soldat, travailleur, de la rue…), figures sur lesquelles se fondent l’action et l’intervention des ONG et les politiques publiques (Suremain & Bonnet 2014).

10Les outils de recherche mobilisés par les contributeurs de cet ouvrage reflètent quelques-unes des principales orientations méthodologiques actuelles dans le champ de l’anthropologie et de la sociologie de l’enfance et des enfants. La plupart des auteurs privilégient la restitution du point de vue de l’ensemble des acteurs concernés par le sujet, à savoir les jeunes enfants, les parents ou autres responsables quotidiens, et les professionnels qui représentent les institutions. La confrontation des perspectives adoptées par les différents acteurs, par l’usage de la triangulation, motive la trame d’au moins quatre des textes (Potin, Casman & César, Robin, Medaets & Bittencourt Ribeiro), dont trois (Casman & César, Potin, Robin) ont été rédigés à la suite d’une commande institutionnelle. Le calendrier de recherche, rythmé par des considérations politiques et institutionnelles, motive le choix d’une méthodologie « efficace » qui implique dans un premier temps un travail quantitatif (par l’analyse de dossiers ou la soumission de questionnaires à plusieurs centaines de participants). Cette première étape permet d’affiner la compréhension du contexte et de définir l’échantillon des participants au volet « qualitatif » de l’étude (Potin, Cervera Montejano, Casman & César, Robin). La sélection des informateurs procède par idéaux-types, puis par la sélection de cas spécifiques (dossiers d’enfants) considérés comme représentatifs. La technique de l’« échantillonnage raisonné », toujours épineuse dans l’approche anthropologique, est alors parfois mobilisée pour prendre en compte divers acteurs qui sont intervenus dans le parcours biographique de l’enfant (Robin).

11Trois chapitres sur huit rendent compte, quant à eux, de données produites par une ethnographie de longue durée combinant entretiens, observation participante et analyse documentaire. Le texte de Medaets & Bittencourt Ribeiro restitue l’analyse de ces différents matériaux. Ceux de Cavagnoud et Cervera Montejo, inspirés par la même approche, mettent davantage l’accent sur une partie des données, privilégiant l’analyse d’un point de vue : celui des enfants et des jeunes, pour Cavagnoud, et celui des mères, pour Cervera Montejo. La connaissance du contexte acquise par ces auteurs grâce à l’immersion prolongée est largement mise à profit pour l’interprétation des données. Il est à noter que ces études sont rendues possibles par le cadre institutionnel qui les soutient (université ou institut de recherche).

12Enfin, nourris eux aussi d’une longue expérience de recherche (Mougel), voire d’une forte implication militante sur le terrain (Cadart), deux textes offrent une analyse des processus institutionnels et politiques. Ils témoignent de la variation des angles d’observation que l’ouvrage souhaite promouvoir : d’une part celle des normes et des pratiques et, d’autre part, celle des politiques telles qu’elles sont vécues sur le terrain.

Vers une « scientifisation » des politiques de lenfance ?

13Au-delà de la diversité des terrains et des approches, les textes traitent de trois thèmes principaux : la scientifisation des politiques de l’enfance, les enjeux institutionnels et politiques entourant les figures de l’enfance, et la notion d’agencéité.

14Plusieurs chapitres examinent la manière dont les politiques publiques — centrées sur la protection, la prévention et la santé (dont les soins médicaux) des enfants — se fondent sur un discours donné pour scientifique, venant cautionner la démarche institutionnelle. Cadart analyse plus particulièrement la référence à certains courants de recherche en neurosciences sur lesquels s’appuient les campagnes de prévention élaborées dans un contexte politique marqué par une orientation néolibérale et des préoccupations sécuritaires. Reflétant des champs de tensions, liés à des divergences fondamentales dans les représentations relatives aux besoins de l’enfant et à la finalité des campagnes de prévention, l’auteur examine en détail les conflits entre les différents protagonistes impliqués (services étatiques, syndicats de professionnels, associations, collectifs…), lesquels renvoient à des horizons disciplinaires et politiques très divers.

15Medaets & Bittencourt Ribeiro soulignent, pour leur part, que les recherches en neurosciences sont partiellement invoquées par les pouvoirs publics et les médias brésiliens pour justifier les campagnes « anti-fessée ». La maltraitance enfantine décriée par ces campagnes est « objectivée » et même « quantifiée » avec des critères dits « scientifiques » : elle s’exprimerait même dans diverses substances détectables dans le sang des enfants… En l’occurrence, les analyses sanguines exprimeraient un taux (trop) élevé de cortisol, encore appelée l’« hormone du stress », laquelle serait imputable à la « maltraitance parentale ».

16Le recours relativement récent aux sciences naturelles, aux neurosciences notamment, dans la justification des choix effectués par les politiques publiques relatives à l’enfance montre la résurgence d’un vieux paradigme qui semblait définitivement abandonné : celui de l’approche « naturaliste » du social et donc de l’enfance. L’approche naturaliste marque une prise de distance, très grande dans certains contextes, avec le paradigme jusqu’alors dominant de la psychologie et la psychanalyse, ces derniers ayant joué un rôle central dans la prise en charge des enfants, notamment en contexte hospitalier (Mougel). La légitimité croissante de ces disciplines dans les services pédiatriques, que vient renforcer le recrutement de spécialistes, introduit des changements fondamentaux dans la prise en charge des enfants.

Les figures de lenfance comme enjeux institutionnels et politiques

17Les contributions montrent que les institutions véhiculent et diffusent des représentations diverses de l’enfance et des enfants, et que les caractéristiques mises en exergue (vulnérabilité, dépendance, malléabilité, etc.) sont indissociables de l’agenda des institutions et de la finalité des politiques publiques prenant ces enfants comme « groupe-cible ». Plusieurs textes, placés en début de l’ouvrage, traitent de l’intervention des pouvoirs publics dans la vie quotidienne d’enfants perçus comme « vulnérables ». Se concentrant sur la figure de « l’enfant placé », Potin et Robin étudient le placement d’enfant qu’impose l’État en raison de l’absence, de la maladie ou de l’« incompétence » des parents biologiques. Les auteurs analysent les enjeux et conséquences de la délégation de la prise en charge d’enfants « en danger » à des tiers non apparentés, dûment sélectionnés par l’État.

18Cadart, qui renvoie à des campagnes de prévention en France, évoque l’émergence d’une figure de l’enfant considéré comme un « délinquant potentiel » et dont les dysfonctionnements psychiques sont susceptibles d’être repérés de manière précoce et d’être corrigés par des dispositifs permettant de « formater » ou de « normaliser » les individus. Selon ce modèle, il s’agit de « faire fonctionner » un enfant. Les symptômes qu’il manifeste sont interprétés comme l’expression d’une anormalité à éradiquer ou comme un signe d’inadaptation sociale préjudiciable à l’enfant ainsi qu’à la société toute entière. On ne cherche donc ni la cause du symptôme ni à agir sur le contexte ou l’entourage, même s’ils sont clairement pathogènes. Les moyens employés renvoient à la rééducation comportementale, voire à l’administration de médicaments. En démontrant l’hétérogénéité des points de vue et des démarches à l’œuvre dans les campagnes de prévention, Cadart souligne que le modèle de prévention orchestré par le biopouvoir et notamment les tribunaux — dont les maîtres mots sont « prévention-dépistage », « prédiction », « mécanique de dépistage » — est décrié par les protagonistes habituels de la prévention (pédopsychiatres, psychologues, assistants sociaux…). Ces derniers condamnent la vision sécuritaire et médicalisée de l’enfance, et invoquent une campagne de prévention « prévenante » qui « vise à l’épanouissement de la pensée et de l’affectivité de chaque enfant pour qu’il puisse inscrire librement ses propres défis dans la société de demain ».

19Toujours dans le domaine de la protection, Medaets & Bettencourt Ribeiro font émerger deux figures de l’enfance très contrastées et mettent en évidence le lien potentiel entre politique locale de protection de l’enfance et politique des relations internationales. Dans un premier temps, à partir de l’analyse des discours tenus par les promoteurs de la campagne « anti-fessée », les auteurs mettent en évidence la figure de « l’enfant battu ». Traumatisé par les châtiments physiques infligés par ses parents, il serait, de ce fait, enclin à la violence et condamné à chercher une échappatoire en dehors de la sphère domestique. Il chercherait, autrement dit, son salut dans l’espace public. Ce faisant, la campagne « anti-fessée » évoque indirectement la figure de l’« enfant de la rue », désigné simultanément comme vulnérable et potentiellement dangereux. Cette figure largement médiatisée motive une collaboration entre État et partenaires internationaux, en conformité avec la politique nationale en faveur de l’enfance. En effet, l’État brésilien prône des principes éducatifs et une réforme de l’exercice de la parentalité qui doit favoriser l’émergence d’une société pacifiée, sans que soit évoquée la question des inégalités sociales. La campagne « anti-fessée » permet ainsi au pouvoir central de montrer publiquement sa volonté de promouvoir des normes et des pratiques tenues pour progressistes, modernes, conformes à celles qui sont défendues par les agences internationales. Cette campagne fournit l’occasion au pays de se positionner favorablement, de façon plus politiquement correcte, sur l’échiquier international des pays qui font de l’enfance une priorité. Dans la deuxième partie du texte, les auteurs confrontent le discours institutionnel et les ethnothéories parentales dans un village amazonien où l’État et les médias exercent une présence importante. Les villageois considèrent que le corps est un lieu d’apprentissage global et tolèrent de ce fait les châtiments physiques a minima dans des circonstances précises. Dans les représentations locales, il s’agit de protéger l’enfant de divers risques (physiques, sociaux, surnaturels…) et, plus généralement, de parfaire son éducation en l’aidant à devenir un adulte respectueux de l’ordre socio-cosmique. Quand il est employé à des fins éducatives, le recours occasionnel et mesuré au châtiment physique ne fait donc pas l’objet de critiques. En revanche, la négligence parentale (qui se reflèterait dans un laxisme vis-à-vis de comportements considérés comme dangereux ou socialement inacceptables) est fortement critiquée, car elle expose non seulement l’enfant à des risques inconsidérés mais aussi le prive d’une éducation appropriée. L’analyse des ethnothéories parentales permet ainsi de dégager la rupture existante entre des normes diffusées par l’État et celles des individus auxquels s’adressent les campagnes de prévention. En soulignant ce décalage, le texte montre le caractère arbitraire des principes éducatifs et pose clairement le problème posé par l’imposition d’une norme de « bonne parentalité » comme condition préalable de d’accès à une reconnaissance et à des ressources étatiques.

20Se focalisant sur la figure de l’« enfant malade », Mougel révèle que le milieu hospitalier a véhiculé des représentations de l’enfance qui se sont considérablement modifiées du fait de l’évolution des soins. Jusqu’à la fin du xixe siècle, l’offre en soins médicaux à l’hôpital était faible et s’adressait de surcroît aux enfants des familles démunies issues du lumpenprolétariat. Dépourvues de moyens suffisants pour faire soigner l’enfant à domicile, ces dernières le conduisaient à l’hôpital, un lieu pourtant identifié comme l’antichambre de la mort. Pour l’institution, l’enfant malade était un patient affecté par la pauvreté et par l’inadéquation de son entourage familial : les parents étaient considérés comme des sources de contagion et de désordres institutionnels et devaient par conséquent être tenus à distance. Il faut attendre les années 1940 pour que l’hôpital se dote de moyens thérapeutiques efficaces (grâce, en particulier, aux antibiotiques) et s’adresse aussi aux enfants des classes moyennes et bourgeoises. Dans ce nouveau contexte, la mise à distance des parents est indésirable aux yeux du corps médical ; elle constitue une cause potentielle de traumatisme pour les enfants, désormais considérés comme dotés de besoins psychiques et dépendant affectivement de leurs parents. À partir des années 1980, l’enfant malade est considéré comme un « être en relation » qui, durant son hospitalisation, doit rester en contact non seulement avec ses parents mais également avec les autres composantes de la société (malades, camarades de classe, clowns, éducateurs, enseignants…). Leur fréquentation serait même indispensable pour garantir une reprise aisée de la vie quotidienne post-hospitalière. L’enfant se doit par ailleurs d’être « autonome » et, idéalement, « heureux » ; il doit être capable d’assumer un rôle actif dans les soins qui lui sont prodigués, d’interagir avec le personnel et de profiter des distractions proposées par l’hôpital. La redéfinition des compétences comme des besoins des enfants malades est inséparable de la redéfinition des modalités de prise en charge hospitalière. Cette dernière se doit, notamment pour des raisons financières, d’être aussi brève que possible : à cette fin, elle met à profit les compétences des enfants et table aussi sur la collaboration de leurs parents, qui sont appelés à soutenir efficacement le processus de guérison pendant le séjour à l’hôpital, puis à la sortie.

21Au nombre des figures de l’enfance déjà évoquées, s’ajoute celle de l’« enfant de la rue », plus précisément « en situation de rue », qui a été abondamment étudiée en Amérique latine (Lucchini 1993 ; Invernezzi 2001, 2003 ; Cavagnoud, Suremain & La Riva Gonzalez (eds.) 2013 ; Suremain 2013). À partir de récits de vie, Cavagnoud analyse les trajectoires et stratégies de survie des enfants, lesquelles reflètent à la fois la grande précarité des conditions de vie et l’importante capacité d’action des enfants. Cervera Montejano, pour sa part, explicite certaines ethnothéories parentales, essentiellement du point de vue des mères, relatives à l’éducation des enfants et fait émerger la figure d’un enfant dont le développement est considéré comme « inné, continu et graduel » par ses parents. En grandissant, l’enfant acquiert une compréhension croissante de son environnement et de son entourage ; il prend d’une façon accrue conscience de « son rôle dans la famille et la communauté » et assume diverses responsabilités en son sein qui l’incitent à respecter l’étiquette, à participer aux tâches domestiques et faire ses devoirs de façon autonome. L’auteur compare les représentations des mères à plusieurs années d’intervalle et dans deux villages différents pour démontrer comment le développement de l’enfant résulte de son exposition à divers contextes sociaux : il est modelé par son aptitude à interagir avec des adultes (proches parents, voisins…) et des pairs (frères et sœurs) ; il est aussi favorisé par la fréquentation d’un milieu institutionnel, celui de l’école, ainsi que par la participation régulière à la vie communautaire. Peu à peu, l’acquisition de la compréhension permet aux individus d’agir positivement (ou activement) sur leur propre destinée.

Institutions, acteurs et agencéité

22Prenant en compte les réflexions d’Anthony Giddens (1987) sur l’articulation entre structure et agencéité, les contributions examinent les contraintes institutionnelles exercées sur les enfants, tout en relevant leur capacité d’action effective ou potentielle. Ce faisant, elles montrent que les enfants sont de véritables acteurs sociaux qui ne cessent de s’interroger sur leur agencéité. Comme le souligne David Lancy (2012), cette agencéité, qui se concrétise dans la capacité des acteurs à agir plus ou moins directement sur les institutions qui balisent leur cadre de vie, ne peut faire l’objet d’une simple affirmation de principe. Elle se doit d’être examinée avec toute la nuance requise5. En considérant l’institution comme un espace de négociation entre des acteurs dotés de ressources variables, qui poursuivent des agendas spécifiques, convergents ou contradictoires, l’ouvrage participe au débat qui oppose parfois de façon trop binaire structure et agencéité (structure/agency). Sur ce point, il offre des éléments de discussion sur l’articulation entre normes et pratiques, et entre structures sociales et action.

23Tout en soulignant l’hétérogénéité des normes qui coexistent dans une même institution, Potin scrute les points de vue des différents protagonistes impliqués dans le placement des enfants. Elle établit quatre parcours types de prise en charge : enfants placés, déplacés, replacés et pseudo-placés. L’auteur montre que les dispositifs mis en œuvre sont variables et génèrent des vécus différents, marqués par des expériences plus ou moins positives. Elle explore aussi les marges de manœuvre plus ou moins grandes dont disposent les enfants. Potin rappelle que la définition institutionnelle de l’intérêt de l’enfant « recouvre rarement celle de l’enfant », mais exprime davantage le « résultat final d’une concertation et d’une négociation » entre acteurs (parents, enfants, familles d’accueil, assistants sociaux) dotés de ressources variables, qui poursuivent des buts spécifiques et entretiennent des rapports de pouvoir inégalitaires. « Si les enfants participent de plus en plus à définir par et pour eux-mêmes leur cadre de références, souligne Potin, ils ne peuvent pas être pour autant dans une position égale à celle des adultes, car ils ont besoin d’eux pour grandir… »

24Robin, qui part du point de vue des enfants placés, analyse la manière dont ces derniers se représentent leur trajectoire et comment ils articulent leurs liens avec les membres de leur parenté « de sang » et leur parenté « du quotidien » (Weber 2013) : « La disjonction des différentes formes — juridique, biologique et quotidienne — de la parenté est source de souffrance, surtout quand une absence de travail sur l’histoire familiale ne rend pas possible leur élaboration » (Robin). La contrainte exercée sur les enfants, qui se voient placés dans des familles qu’ils ne choisissent pas et où ils restent pendant une période sur laquelle ils n’ont pas prise, marque une restriction extrême de leur marge de manœuvre. De plus, il apparaît que « les attaches nouées au cours des parcours de placement dans le partage d’un quotidien de vie ne sont guère prises en compte », ceci étant dû au fait que les enfants et les tiers non apparentés qui s’en occupent pendant le placement ne sont pas non plus écoutés, le but visé par l’institution étant « un retour en famille » (Robin). Le parti pris institutionnel venant soutenir cette option accentue la prévalence de la « parenté juridique et biologique » au détriment de la « parenté du quotidien », pourtant décisive du point de vue social et affectif. Cette prise de position reflète la difficulté à concevoir une parenté plurielle, en vertu de laquelle un individu se verrait le droit de reconnaître lui-même ses « parents », en ne se limitant pas à la parenté juridique et biologique.

25L’État intervient directement et indirectement dans la vie quotidienne et les relations que les enfants entretiennent avec leur entourage. En Belgique, l’intérêt de l’enfant est mis en avant par les différents protagonistes (tribunaux, parents) intervenant dans les situations de séparation parentale (Casman & César). En France, la loi de 2006 privilégie l’hébergement égalitaire en cas de séparation ou de divorce, et prévoit que les enfants vivent, à égalité, au domicile de leurs deux parents. Ce dispositif doit préserver la symétrie du lien parental et filial du côté des deux parents et se fonde sur des représentations spécifiques de l’enfance et de la parentalité. Ces dernières font écho à des théories issues de la psychologie et véhiculent une vision normative de la « bonne parentalité ». Implicitement, l’application de cette norme tend à cautionner des pratiques qui restent accessibles aux seules catégories sociales et économiques pourvues d’une disponibilité et d’une flexibilité suffisantes ainsi que des finances nécessaires pour faire face aux contraintes de l’hébergement égalitaire. Les enfants, pour leur part, semblent n’avoir qu’une marge de manœuvre limitée quant au choix du mode de garde et voient même leurs conditions de vie déterminées par la qualité des relations établies entre les parents. Leur agencéité semble toutefois s’accroître avec le temps : avec le passage des ans, les enfants sont en mesure d’influencer l’alternance des séjours chez leurs deux parents, en mettant en avant leur ancrage scolaire ou la fréquentation d’amis établis à proximité du domicile de l’un des deux parents.

26Cavagnoud éclaire sous un jour nouveau la figure de l’« enfant de la rue » évoquée plus haut. Les récits de vie de ces enfants démontrent leur capacité d’action, tout en soulignant la précarité extrême qui affecte leur quotidien et leurs perspectives d’avenir. Les propos tenus illustrent le fait que la sphère privée ou le domicile familial peuvent être perçus comme des environnements bien plus « abusifs » que la rue… et indiquent que la décision de rester dans la rue représente non pas « un choix d’entrée dans une carrière déviante » mais une « alternative réconfortante ». Dans le contexte de la rue, les enfants développent également des relations de pseudo-parenté, ou d’« affinité horizontale » (Suremain 2006) avec des pairs, fondées sur le partage du quotidien (Weber 2013). Pour subvenir à leurs besoins, ils parviennent par ailleurs à combiner les ressources variées fournies par diverses personnes et institutions (repas, logement, soins, formation, distraction…). Leur capacité d’action se reflète par ailleurs dans la variété de leurs activités économiques qui comprennent aussi bien des activités légales qu’illégales (collaboration pour des achats, cirage de souliers, vol…).

Structuration de louvrage

27Les chapitres ont été regroupés en fonction de la thématique principale que les auteurs ont explorée : les quatre premiers abordent la question du placement des enfants ; les deux textes suivants traitent des campagnes de prévention ; quant aux deux derniers, ils analysent sous un angle particulier (celui des enfants, celui des mères) un aspect important de la vie des enfants (l’expérience de la vie dans la rue, le processus de croissance) qui met les enfants et leurs proches en relation avec diverses institutions. Bien entendu, chaque texte aborde le plus souvent plusieurs des thématiques mentionnées.

28Ainsi, les quatre premières contributions qui traitent de l’intérêt de l’enfant, en mettant l’accent sur le placement ou l’hébergement — au domicile des parents ou en milieu institutionnel, notamment hospitalier. Le premier texte s’intitule La Protection de l’enfance. De l’intérêt de l’enfant aux intérêts défendus par les enfants (Potin) ; le deuxième s’appelle En quête « d’unité du soi » face à la discontinuité des trajectoires de vie : des parcours de placements sous contraintes (Robin). À ces deux textes, vient s’ajouter un troisième intitulé Intérêt supérieur de l’enfant et choix d’hébergement en cas de séparation parentale : guide ou chimère ? Le cas de la Belgique (Casman & César). Dans ce dernier, l’intérêt de l’enfant ne renvoie pas à des parcours de placement et à l’articulation entre différentes formes de parenté, mais s’exprime dans l’orchestration de la vie quotidienne des enfants, appelés à résider alternativement chez l’un et l’autre parent. Le quatrième texte, L’enfant et sa famille au prisme de l’hôpital, xixe-xxe siècles (Mougel), vient renforcer la réflexion sur la prise en charge des enfants. Adoptant une perspective diachronique, il montre que la prise en charge hospitalière des enfants s’est considérablement modifiée ces dernières décennies et que les changements survenus se sont largement cristallisés dans la perception de l’importance du lien parental et filial, ainsi que dans l’implication des parents dans le processus thérapeutique, pendant et après l’hospitalisation.

29Les deux chapitres suivant portent sur les campagnes de prévention. La première, qui confronte deux modèles de campagne de prévention (mécanique versus prévenante), est intitulée Petite enfance et prévention précoce : un débat de société. Du Conseil national de la résistance à pas de 0 de conduite en France (Cadart). La seconde, Projet de loi « anti-fessée ». Enjeux politiques, débats publics et pratiques parentales au Brésil (Medaets & Bittencourt Ribeiro), analyse les enjeux que recouvre la diffusion, par l’État et les médias, de nouvelles normes éducatives, en décalage par rapport aux ethnothéories parentales en vigueur dans plusieurs villages amazoniens.

30Enfin, les deux dernières contributions traitent de deux textes portant sur la prise en charge de l’éducation des enfants en Amérique latine. La première, intitulé Comprendre la notion de survie au fil des parcours d’enfant en situation de rue à La Paz et El Alto (Cavagnoud), remet en question l’étiquette d’« enfants des rues » en raison du nomadisme institutionnel et de la multiplicité des liens que ces enfants entretiennent avec différentes catégories de personnes et d’institutions. La seconde, intitulé Studying yucatec maya children through the eyes of their mothers (Cervera Montejano), montre que la fréquentation de l’école est perçue par les mères comme une contribution spécifique et limitée au développement des enfants, lequel repose surtout sur l’apprentissage et l’entretien de liens de parenté impliquant des relations avec des pairs et avec des adultes.

31Les éditeurs ont renoncé à fournir une conclusion, préférant laisser les lecteurs établir des liens entre les textes, à partir de leur propre questionnement. En revanche, les éditeurs ont souhaité joindre une postface qui offre un point de vue à la fois informé, critique et « libre » sur l’ensemble de l’ouvrage. Karl Hanson revisite à cet effet les contributions à partir de son point de vue de spécialiste des droits de l’enfant, et met en exergue les thèmes qui lui semblent les plus importants, ce qui confère un caractère original au propos conclusif. Il articule plus particulièrement ses travaux novateurs avec la thématique générale du livre, contribuant de ce fait à élargir la pluridisciplinarité de l’ouvrage et à ouvrir encore la portée des contributions.

32Au vu de ces éléments, cet ouvrage s’adresse aussi bien aux spécialistes de l’enfance (académiques et/ou professionnels), qu’aux étudiants (en sciences sociales, politiques ou pédagogiques) et aux pouvoirs publics. Il participe à la réflexion sur la production institutionnelle de l’enfance, grâce à la diversité des points de vue pris en compte, la multiplicité des contextes institutionnels étudiés et la richesse des données issues, pour certains, d’enquêtes ethnographiques de longue durée. Tout à la fois diverses et complémentaires, les contributions réunies ont pour vocation d’alimenter de façon constructive les débats académiques et politiques focalisés sur l’enfance et les enfants.

33Les éditeurs souhaitent enfin exprimer toute leur reconnaissance aux nombreuses personnes qui ont participé à l’élaboration de ce livre, au premier rang desquelles figurent les auteurs qui ont offert leurs précieuses contributions. Nous remercions également Karl Hanson d’avoir accepté de rédiger une postface qui conclut l’ouvrage de façon novatrice. Que soient également remerciés les évaluateurs anonymes pour leur compétence et leur temps : les uns ont lu et commenté un texte ; les autres ont lu le manuscrit dans son ensemble. Le volume s’est enrichi à la faveur de ces différents apports. Le texte est redevable des relectures serrées effectuées par Mme Isabelle d’Ussel, pour les textes en français, et Mme Suzanne Jacquet pour le texte en anglais. Toute notre gratitude va également au comité éditorial de la collection « Mondes de l’enfance » de l’Université de Liège, et plus particulièrement à Élodie Razy qui a accompagné le manuscrit de bout en bout. Nous sommes honorés et heureux que ce volume soit accueilli dans une collection prometteuse et saluons l’apparition de ce nouvel espace de réflexion et de dialogue pluridisciplinaire sur l’enfance et les enfants qui représentent un enjeu central pour les sciences sociales et la société.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Références bibliographiques

10.3406/hom.1995.369951 :

Abélès M. 1995. « Pour une anthropologie des institutions », L’Homme 35 (135) : 65-85.

Alanen L. & Mayall B. 2003. Conceptualizing child-adult relations. University of London : Institute of Education.

Alanen L. 2009. « “Generational order” » (159-174), in Qvortrup J., Corsaro W.A. & Honig M.H. (eds.) The Palgrave Handbook of Childhood Studies. New York : Palgrave Macmillan.

Ariès P. 1960 L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime. Paris : Plon.

Bonnet D., Rollet C. & Suremain (de) Ch.-É. (eds.) 2012. Modèles d’enfances. Successions, transformations, croisements. Paris : Éditions des Archives Contemporaines.

10.3406/arss.1982.2159 :

Bourdieu P. 1982. « Les rites comme actes d’institution », Actes de la recherche en sciences sociales 43 (43) : 58-63.

Cadoret A. 1995. Parenté plurielle. Anthropologie du placement familial. Paris : L’Harmattan.

Cavagnoud R., Suremain (de) Ch.-É. & La Riva González P. (eds.) 2013. « Infancia y niños en las sociedades andinas contemporaneas » (numéro spécial), Bulletin de l’Institut Français d’Études Andines 42 (3).

Douglas M. 1999. Comment pensent les institutions. Paris : La Découverte.

10.4000/books.editionsmsh.601 :

Fine A. (ed.) 1998. Adoptions. Ethnologie des parentés choisies. Paris : Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

10.14375/NP.9782070729685 :

Foucault M. 1975. Surveiller et punir. Paris : Gallimard.

Gaujelac V. (de) & Taboada Leonetti T. 1994. La Lutte des places : insertion et désintertion. Paris : Desclée de Bouwe.

Giddens A. 1987. La Constitution de la société. Éléments de la théorie de la structuration. Paris : Presses Universitaires de France.

10.7208/chicago/9780226330631.001.0001 :

Gottlieb A. 2004. Afterlife Is Where We Come From. Chicago : University of Chicago Press.

10.3917/cep.044.0007 :

Guery A. 2003. « Institution. Histoire d’une notion et de ses utilisations dans l’histoire avant les institutionnalismes », Cahiers d’économie politique 44 : 7-18.

Hanson K. & Nieuwenhuys O. (eds.) 2013. Reconceptualizing Children’s Rights In International Development : Living Rights, Social Justice, Translations. Cambridge : Cambridge University Press.

Holloway S.L. & Valentine G. (eds.) 2001. Children’s Geographies : Playing, Living, Learning. London : Routledge.

Invernizzi A. 2001. La Vie quotidienne des enfants travailleurs. Stratégies de survie et socialisation dans les rues de Lima, Paris : L’Harmattan.

James A. 2011. « Agency » (34-45), in Qvortrup J., Corsaro W.A. & Honig M. (eds.) The Palgrave Handbook Of Childhood Studies. New York : Macmillan.

James A. & Prout A. (eds.) 1990. Constructing And Reconstructing Childhood : Contemporary Issues In The Sociological Study Of Childhood. Basingstoke : Falmer Press.

Katz C. 2004 Growing Up Global. Economic Restructuring And Children’s Everyday Lives. Minneapolis : University of Minnesota Press.

Lancy D.F. 2012. « Unmasking Child Agency », AnthropoChildren 2 [http://popups.ulg.ac.be/]

Lucchini R. 1993. L’Enfant de la rue. Identité, sociabilité, drogue. Genève-Paris : Droz. [http://www.unifr.ch/socsem/Fichiers%20PDF/Carriere%20et%20sorties.pdf]

Mayall B. 2000. « Conversations With Children : Working With Generational Issues » (120-135), in Christensen P. & James A. (eds.) Research With Children. Perspectives And Practices. London : Falmer.

Pachehuber V. & Ossipow L. (eds) 2012. « Introduction » (19-35), in Pachehuber V. & Ossipow L. (eds.) « L’enfant comme enjeu et comme acteur : appartenances, logiques institutionnelles et structures sociales » (numéro spécial), Tsantsa. Revue de la Société Suisse d’Ethnologie 17.

Qvortrup J. 1994. « Childhood Matters : An Introduction » (1-11), in Qvortrup J., Bardy M., Sgritta G.B. & Wintersberger H. (eds.) Childhood Matters : Social Theory, Practice And Politics. Aldershot : Avebury.

Razy É., Suremain (de) Ch.-É. & Pache Huber V. 2012. « Introduction », in Razy É., Suremain (de) Ch.-É. « Anthropologie de l’enfance et des enfants à travers le monde » (numéro spécial), AnthropoChildren 1 [http://popups.ulg.ac.be/]

10.1515/9780691224893 :

Stephens S. (ed.) 1995. Children And The Politics of Culture. Princeton NJ : Princeton University Press.

Suremain (de) Ch.-É. 2006. « Affinité horizontale et stratégies de survie parmi les “enfants de la rue”. La bande Solitarios à la Paz (Bolivie) », Tiers Monde 185 : 109- 128.

— , 2013. « Des corps à la rue. Petite histoire d’une recherche-action participative auprès d’une bande d’enfants de la rue à La Paz (Bolivie) », Corps 11 : 213-224.

Suremain (de) Ch.-É. & Bonnet D. 2014. « Introduction. L’enfant dans l’aide internationale. Tensions entre normes universelles et figures locales », in Suremain (de) Ch.-É. & Bonnet D. (eds.) « L’enfant du développement » (numéro spécial), Autrepart 72 : 3-23

Taboada Léonetti I. 1994. « Les stratégies de réponses » (181-227), in Gaujelac V. (de) & Léonetti T. (eds.) La Lutte des places : insertion et désinsertion. Paris : Desclée de Brouwer.

10.3917/ulm.weber.2013.01 :

Weber F. 2013. Penser la parenté aujourd’hui. La force du quotidien. Paris : Éditions Rue d’Ulm-Presses de l’École Normale Supérieure.

Notes de bas de page

1  Les historiens, à commencer par Ariès (1960), se sont interrogés à partir des années 1960 sur les contours et la variabilité de l’enfance. En anthropologie, la question de l’enfance a été abordée par plusieurs pionniers de la discipline (Benedict, Boas, Firth, Fortes, Griaule, Malinowski, Mead, Van Gennep…) et s’est tout particulièrement développée à partir des années 1990. Le premier numéro de la revue en ligne AnthropoChildren (Razy, Suremain & Pache 2012, http://popups.ulg.ac.be/2034-8517/index.php?id=121) dresse un premier bilan international sur les recherches anthropologiques portant sur l’enfance et s’interroge sur les différentes références théoriques et méthodologiques mobilisées.

2  Signée en 1989, puis ratifiée par 191 pays, à l’exception des États-Unis, de la Somalie et du Sud-Soudan.

3  Cette contribution alimente un courant de recherche qui porte sur la globalisation de l’enfance et sur la manière dont s’articulent, dans les pratiques et les représentations d’acteurs individuels et institutionnels, normes locales, nationales et internationales relatives à l’enfance (Katz 2004 ; Hanson & Nieuwenhuys (eds.) 2013).

4  Ce colloque s’intitulait Pour une anthropologie de l’enfance et des enfants. De la diversité des terrains ethnographiques à la construction d’un champ — Towards an Anthropology of Childhood and Children. Ethnographic Fieldwork Diversity and Construction of a Field (organisateurs : Élodie Razy, Charles-Édouard de Suremain et Véronique Pache Huber).

5  Un dossier récent reprend en partie ces questions (Pache & Ossipow (eds.) 2012).

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.