Version classiqueVersion mobile

Le problème des métaux dans la science antique

 | 
Robert Halleux

Deuxième partie. Les métaux dans les théories physico chimiques des anciens

Chapitre I. Les présocratiques

Texte intégral

  • 1 La fascination que pouvait exercer sur l’esprit curieux d’un Grec le travail de la forge est bien (...)

12.1. Le petit nombre des allusions à des questions métallurgiques chez les Présocratiques est certes dû au caractère fragmentaire de la documentation, mais aussi au fait que ces questions ne seront jamais qu’un aspect mineur de la réflexion sur la matière. Il reste toutefois que les premiers φυσιολόγοι se sont intéressés aux pratiques de chimie et de métallurgie. D’abord, ils n’étaient pas coupés du monde des artisans. Ensuite, l’éventail des phénomènes observables n’était pas si grand que les chercheurs de l’époque pussent négliger des processus où apparaissait, de façon fascinante, la transformation de la matière1.

  • 2 W. KRANZ, Gleichnis und Vergleich in der frühgriechischen Philosophie, dans Hermes, 73 (1938), pp. (...)
  • 3 Orphica, frg. 37 Abel = frg. 55 Kern = APION chez PSEUDO-CLÉMENT, Homil, VI, 4 (t. II, col. 198 Mi (...)
  • 4 ANAXAGORE, 59 A 1 = DIOGÈNE LAËRCE, II, 8 ; 59 A 2 = HARPOCRATION, s. v.; 59 A 19 = JOSÈPHE, Contr (...)
  • 5 ANAXAGORE, 59 A 1 = DIOGÈNE LAËRCE, II, 8, cfr. KRANZ, Gleichnis, p. 114 = Kl. Schr., p. 157.

2On en verra une preuve dans les comparaisons d’ordre technique par lesquelles les Présocratiques illustrent tel ou tel point de leur système2. Ainsi, une théogonie orphique compare la formation des mondes à la fusion au creuset3. Anaxagore compare le soleil à un μύδρος διάπυρος, c’est-à-dire à une loupe de fer, masse spongieuse de fer incandescent qui résultait de la réduction du minerai dans des bas fourneaux4. De même, la matière, composée de σπέρματα, est comparée à un objet d’or résultant de l’agglomération de ψήγματα, paillettes recueillies par orpaillage5. Ces observations posent, dès les origines, le problème de l’attitude du savant grec face à la technique.

  • 6 THALÈS, 11 A 22 = ARISTOTE, De anima, I, 5, p. 411 a 17; De anima, I, 2, p. 405 a 19.
  • 7 Voir W. FRANKL, Thales und der Magnetstein, dans Archiv für Geschichte der Philosophie, 28 (1923), (...)
  • 8 THALÈS, 11 A 1 = DIOGÈNE LAËRCE, I, 24, citant ARISTOTE, De anima, I, 2, p. 405 a 19, et HIPPIAS, (...)
  • 9 Sur l’ambre et ses propriétés magnétiques dans l’Antiquité, on consultera L. DEROY, R. HALLEUX, A (...)

32.1.1. Selon Aristote, Thalès aurait dit que tout était plein de dieux, et il aurait, en conséquence, attribué une ψυχή à la pierre (τὴν λίθον)6. Il s’agit évidemment de la pierre de Magnésie ou d’Héraclée, oxyde magnétique de fer (Fe3O4) qui attire le fer et dont les propriétés sont connues depuis la plus haute antiquité7. Diogène Laërce, citant Hippias8, prétend que Thalès y associait l’ambre (ἤλεϰτρον) qui, frotté, attire la paille et les brindilles9.

  • 10 Par exemple, P. TANNERY, Pour l’histoire de la science hellène, 2e éd. par A. DIES, Paris, 1930, p (...)
  • 11 Idée mise en lumière par M. ELIADE, Forgerons et alchimistes, Paris, 1954. Nous en avons développé (...)
  • 12 Comme les idées antiques sur la croissance des minéraux, la biologie moderne brise la cloison étan (...)

4On a depuis longtemps souligné que l’hylozoïsme sous-tendait la pensée de Thalès10. Pour lui, il n’y a pas de différence entre l’inorganique et l’organique, puisque le monde minéral est lui aussi vivant. On n’a peut-être pas assez remarqué combien cette idée rejoint les croyances les plus anciennes des mineurs et des métallurgistes, croyances qui cheminent dans l’underground de nombreuses civilisations, jusqu’au seuil du monde contemporain. Les métaux et tous les minéraux, doués de vie, croissent dans le sein de la terre comme des plantes, ou comme l’embryon dans le sein de sa mère. De là, chez les minéralogistes anciens, l’emploi d’un vocabulaire emprunté à l’obstétrique, la classification des pierres en « mâles et femelles », la croyance aux mines qui se remettent à produire après une période de jachère11. La donnée fondamentale, l’absence de solution de continuité entre inorganique et organique, n’est d’ailleurs pas sans modernité12.

  • 13 Sur les origines de la théorie des quatre éléments, J. PRZYLUSKI, La théorie des éléments et les o (...)
  • 14 EMPÉDOCLE, 31 A 34 Diels-Kranz = 459 Bollack (J. BOLLACK, Empédocle, II, Les Origines. Edition et (...)

52.1.2. La théorie empédocléenne des éléments aura une influence sur laquelle il est à peine besoin d’insister13. Tous les auteurs qui la reprendront, y feront une place à nos métaux. Il serait intéressant de voir quelle place Empédocle leur faisait, et s’il liait, par exemple, la fusibilité à la présence de l’élément eau. Mais il n’y a rien de tel. Toutefois, pour expliquer comment les quatre éléments se mélangent en conservant leur individualité, il semble avoir recouru à une comparaison technique : Galien le crédite, en effet, d’une comparaison avec le mélange de vert-de-gris (ἰός), de chalcopyrite (χαλϰῖτις), de calamine (ϰαδμεία) et de pyrite oxydée (μίσυ), que l’apothicaire broie pour en faire un médicament14.

  • 15 31 A 89 = 674 Bollack (J. BOLLACK, Empédocle. II. Les Origines, Edition et traduction, pp. 256-257 (...)
  • 16 J. BOLLACK, Empédocle. III. Les Origines. Commentaire, 2, Paris, 1969, pp. 567-568 (avec figure).
  • 17 S. SAMBURSKY, Das physikalische Weltbild der Antike, Zürich-Stuttgart, 1965, pp. 526-527.
  • 18 ALEXANDRE, loc. cit. : Pourquoi le fer ne se déplace-t-il pas chaque fois qu’il émet un effluve co (...)
  • 19 SAMBURSKY, op. cit., p. 525 : « umgekehrte Düsenprinzip » (principe du gicleur inversé).

62.1.2.1. Si Empédocle a abordé des questions de métallurgie, c’est dans le cadre de sa théorie des pores, applicable du reste à toute espèce de corps. Ainsi, selon les Questions et Réponses attribuées à Alexandre d’Aphrodise15, il tentait d’expliquer l’attraction du fer par la magnétite, question qui avait déjà suscité le θαυμάζειν de Thalès. Pour Empédocle, tous les corps émettent des effluves (ἀπόρροιαι) et possèdent des pores (πόροι). Les effluves émis par la pierre repoussent l’air qui obstruait comme un couvercle (ἐπιπωματίζοντα) les pores du fer. Le fer émet alors un effluve serré (ἁθρόα ἀπόρροια), proportionnel aux pores de la pierre. Il s’établit entre la pierre et le fer un courant attractif continu, et le fer suit ses effluves. Alexandre lui oppose une première objection : pourquoi la pierre ne va-t-elle pas vers le fer ? Dans le cadre du système, cela s’explique par le principe même de la symétrie des pores : les radiations de la pierre ne pénètrent pas dans le fer, qui n’a pas de pores symétriques : elles se bornent à en chasser l’air et à libérer les radiations du fer. Le fer, lui, a des effluves (radiations) adaptés aux pores de la pierre16. En réalité, l’attraction est réciproque. C’est un faux problème dû au fait que les anciens utilisaient pour cette expérience des blocs de magnétite relativement lourds et de petits morceaux de fer17. Les autres objections d’Alexandre sont évidemment mieux fondées18 : la principale erreur est le faux principe que le corps suit ses effluves19. Si imparfaite que soit cette interprétation, qui ne perçoit même pas l’identité de nature entre la magnétite et le fer, son intérêt est l’affirmation qu’il existe dans un métal (le fer) des pores, c’est-à-dire des intervalles, et on voit ici émerger une idée de structure, applicable notamment à nos métaux.

  • 20 31 Β 91 = 680 Bollack = ALEXANDRE, loc. cit. En revanche, dans la comparaison de l’apothicaire, le (...)
  • 21 A.L. PECK, Aristotle’s Generation of Animals, London, 1943 (Loeb Classical Library), p. 250, tradu (...)
  • 22 31 Β 92 = 682 Bollack (t. II, pp. 258-259) = ARISTOTE, Gen. an., Β 8, p. 747 a 34 sq. Sur ce fragm (...)
  • 23 Voir le commentaire de BOLLACK, III : Les Origines, Commentaire, 2, pp. 571-573, et I, Introductio (...)
  • 24 E. ZELLER, Die Philosophie der Griechen, I, II6, Leipzig, 1920, p. 956. — ARISTOTE, loc. cit., rem (...)
  • 25 ARISTOTE, Gen. an., Β 8, p. 747 a 37. La théorie aristotélicienne de l’alliage est, en revanche, e (...)

72.1.2.2. Cette même théorie des pores lui servira à expliquer un important problème métallurgique, l’alliage, qui n’est, somme toute, qu’un cas particulier de mélange. Si le vin et l’eau se mélangent bien mieux que l’eau et l’huile, c’est qu’il y a ajustement parfait des creux de l’un avec les pleins de l’autre20. Selon Aristote dans son livre De la génération des animaux, Empédocle explique de même comment les mulets sont stériles et comment le cuivre21 et l’étain, qui sont mous, donnent le bronze dur (ἐϰ μαλαϰῶν σϰληρόν)22. Il se produit un emboîtement des creux de l’un et des pleins de l’autre pour donner un corps nouveau. C’est le même cas pour les semences molles du cheval et de l’âne, qui produisent un fruit dur, en sorte qu’il est stérile23. Le cuivre et l’étain sont mous, soit par nature (ils plient, en effet, aisément), soit par fusion, mais leurs structures se complètent. On voit que l’alliage est ici une liaison purement mécanique24, comme on en trouvera chez les Atomistes. Il n’y a pas formation d’une nouvelle matière. Par dissociation, on retrouvera les mêmes constituants. Aristote renvoie pour la théorie correcte relative au cuivre et à l’étain, à un passage de ses Problèmes qui ne nous est pas parvenu25. Quoi qu’il en soit, on trouve chez Empédocle l’intuition que les métaux, comme d’autres corps, possèdent une structure, et, par suite, une explication de l’alliage en termes de structures.

  • 26 GORGIAS, 82 Β 5 = THÉOPHRASTE, De igne, 73. La théorie de la réflexion remonte à Empédocle, cfr. A (...)

82.1.2.3. Un disciple d’Empédocle, Gorgias, expliquera par la même théorie des pores, une autre propriété commune au bronze, à l’argent et au verre : celle de former des miroirs qui concentrent la lumière du soleil et allument des feux26. Il n’a donc pas eu l’idée de l’éclat métallique comme propriété caractéristique des métaux.

  • 27 On s’étonnera peut-être de ne voir aucun paragraphe consacré à Anaxagore de Clazomènes. A part les (...)
  • 28 DIOGÈNE D’APOLLONIE, 64 A 33 = ALEXANDRE D’APHRODISE, Quaestiones, II, 23, t. II, p. 73, 11 Bruns. (...)

92.1.3. A l’occasion du problème rebattu du fer et de la magnétite, Diogène d’Apollonie27 a formulé sur les métaux des considérations extrêmement originales, conservées dans le même traité d’Alexandre d’Aphrodise28. Ce sont surtout les prémisses de l’explication qui nous intéressent. « Diogène d’Apollonie, raconte Alexandre, prétend que tous les corps malléables (τὰ ἐλατά) émettent naturellement une certaine humeur (ἰϰμάδα) et en attirent du dehors, les uns plus, les autres moins. Ceux qui en émettent le plus sont le cuivre et le fer ; à preuve que ces corps se la laissent enlever par combustion et par déperdition au feu, et qu’enduits de vinaigre et d’huile, ils rouillent (ἰοῦσθαι). Ils subissent, en effet, cette altération parce que le vinaigre fait sortir l’humeur. Le feu, lui, d’une part, consume ce qui suinte et d’autre part, pénétrant dans chaque corps, fait sortir et détruit l’humeur qui y est contenue. »

  • 29 Propriété physique étudiée par ARISTOTE, Météorologiques, IV, 385 a 16. Dans la suite, le cuivre ἐ (...)
  • 30 Par exemple, pour l’or, HÉRODOTE, I, 50 ; pour le fer, HÉRODOTE, I, 68. Une feuille de métal s’app (...)
  • 31 Cfr. infra, annexe III.

10Deux de nos métaux sont donc rangés ici, sur une base technique, dans une catégorie plus vaste, celle des ἐλατά, corps qui se laissent allonger au marteau, c’est-à-dire malléables plutôt que ductiles29. En effet, ἐλαύνω et ses dérivés, se disent, en métallurgie, des travaux de laminage et de martelage30. Il est remarquable que, cherchant la propriété commune au cuivre et au fer, Diogène ne parle pas de fusibilité. En effet, on verra plus loin que les anciens ne sont parvenus à couler le fer que dans des cas exceptionnels31. Diogène choisit la malléabilité, qui est en quelque sorte le plus grand commun dénominateur. Mais la catégorie des ἐλατά comprend, outre nos métaux, plusieurs substances organiques comme le cuir.

  • 32 Iliade, XVII, 389-393.

11C’est d’ailleurs au monde organique qu’est repris le concept d’ἰϰμάς. Le premier emploi de ce mot est chez Homère32, dans une comparaison où le poète décrit le tannage d’une peau de taureau que l’on étire après l’avoir imprégnée d’huile :

ώς δδτἀνὴρ ταύροιο βοὸς μεγάλοιο βοείην
λαοῖσι δώῃ τανύειν, μεθύουσαν ἀλοιφῇ
δεξάμενοι δἄρα τοι γε διαστάντες τανύουσι
ϰύϰλοσ, ἄφαρ δὲ ἰϰμὰς ἔβη, δύνει δέ τ ἀλοιφῇ
πολλῶν ἑλϰόντων, τάνυται δέ τε πᾶσα διὰ πρό.

  • 33 Traduction P. MAZON, Collection des Universités de France.

« On voit parfois un homme donner à tendre à ses gens le cuir d’un grand taureau, tout imprégné d’huile. Ils le prennent et s’écartent, en faisant cercle pour le tendre. Aussitôt l’humidité sort ; l’huile pénètre d’autant mieux qu’il y a plus d’hommes à tirer, le cuir se distend en tous sens33. »

  • 34 Voir le commentaire de L. LACROIX, Ikmalios, dans Hommages à Waldemar Deonna (Collection Latomus, (...)
  • 35 ANAXIMÈNE, 13 A 7, par. 5 (sueur de la terre); EMPÉDOCLE, 31 A 70 (suintement des plantes, cause f (...)
  • 36 DIOGÈNE D’APOLLONIE, 64 A 18 = Scholie APOLL. RHOD., IV, 269 (l’humeur contenue dans la terre qui (...)

12Dans ce procédé primitif de tannage à l’huile, ἰϰμάς désigne l’humidité organique contenue dans la peau et que l’on expulse par étirement34. Dans de nombreux passages parallèles, ἰϰμάς désigne toute espèce de sécrétions organiques35. Le texte de Diogène se situe directement dans la tradition homérique. La malléabilité apparaît liée à la présence d’une humidité conçue sur un modèle organique. Au vu des autres attestations du mot ἰϰμάς chez Diogène, on peut dire que ce n’est pas un liquide coulant, mais une humidité suintante, prompte à s’évaporer36.

  • 37 Cfr. annexe III.
  • 38 Cfr. A.M. WOODWARD, ’Απουσία, dans Numismatic Chronicle, 6th ser., 11 (1951), pp. 109-111.
  • 39 SAPHO. frg. 141 Bergk = 204 Lobel-Page = PAUSANIAS, VIII, 18, 5 + Scholie à PINDARE, Pythiques, IV (...)
  • 40 SIMONIDE, frg. 4 Bergk = 5 Diehl = 26 (531) Page, vers 4; BACCHYLIDE, frg. 4, 72 Snell-Maehler ; T (...)

13C’est la même humeur qui lui permet de rendre compte de deux autres observations effectuées sur le cuivre et le fer : la perte au feu (ἀποϰαίεσθαι) et l’oxydation (ἰοῦσθαι). La perte au feu (freinte) peut s’entendre de deux manières : la perte de minerai dans la scorie, extrêmement importante dans la sidérurgie de l’époque37, et l’évaporation. Les textes grecs parlent souvent de freinte (ἀπόϰαυσις, ἀφέψησις, ἀπουσία), par exemple à propos de refonte d’offrandes38. Quant à l’oxydation, les Grecs avaient observé depuis longtemps que le fer et le cuivre se couvrent d’une rouille (ἰός)39, d’une crasse (εὐρώς)40. Diogène explique les deux phénomènes par une exsudation, par la montée d’un corps à la surface, comme plus tard Platon, dans le Timée, expliquera la rouille par la sortie de l’élément terreux.

14En conséquence de ces prémisses, Diogène explique comme suit l’attraction magnétique : tandis que le fer attire l’humeur et en dégage davantage, la pierre, elle, qui est plus poreuse que le fer et plus terreuse, attire l’humeur de l’air avoisinant plus qu’elle n’en émet. Attirant donc l’homogène, elle le reçoit en elle et elle repousse l’hétérogène. Or, pour elle, le fer est homogène. C’est pourquoi elle attire son humeur et la reçoit en elle et, par cette attraction, elle entraîne aussi le fer par l’attraction globale de son humeur. Mais le fer n’attire pas la pierre, parce que le fer n’est pas poreux au point de recevoir l’humeur de la pierre. C’est le faux problème que nous avons rencontré chez Empédocle, et la même explication par une structure plus serrée du fer.

15Il serait tentant d’étendre le raisonnement et l’analogie organique aux autres métaux. La comparaison est, en effet, implicite avec d’autres corps plus fixes au feu et moins oxydables, comme l’or et l’argent. On ne peut dire avec certitude que Diogène l’ait fait. S’il l’a fait, il a dû expliquer comment le cuivre, plus malléable que le fer et donc, dans notre hypothèse, contenant plus d’ἰϰμάς, n’est pas attiré par la magnétite ; comment l’or et l’argent, plus malléables encore que le cuivre (on lamine des feuilles d’or à 0,01 mm), contiennent plus d’ἰϰμάς, mais rouillent moins facilement et sont plus fixes au feu. L’absence de tout contexte nous empêche de dire s’il faisait à ces corps un sort quelconque.

  • 41 DÉMOCRITE, 68 A 1 = DIOGÈNE LAËRCE, IX, 44, cfr. J.M. STILLMAN, The story of alchemy and early che (...)

162.1.4. Chez Démocrite, la théorie atomique ne fait pas aux métaux une place privilégiée. Elle les ramène au même substrat que les autres corps, à savoir les atomes, et la documentation nous fait défaut pour préciser si Démocrite voyait dans un métal donné la réunion d’une seule sorte d’atomes (« corps simple »), de plusieurs sortes (corps composé), ou plutôt s’il faisait intervenir, au niveau intermédiaire entre l’atome et la substance métallique, l’un ou l’autre des quatre éléments qui sont chez Démocrite des agrégats d’atomes relativement stables, comparables aux molécules de la chimie moderne41, car l’atomisme démocritéen n’inclut pas, de soi, la notion de corps simple.

17Cependant, l’originalité de Démocrite est d’avoir approfondi la notion de structure, corollaire de sa philosophie corpusculaire, pour élucider des problèmes relatifs à certains métaux : rapport entre poids spécifique et dureté, conductibilité thermique, attraction magnétique.

  • 42 DÉMOCRITE, 68 A 135 = THÉOPHRASTE, De sensu, 61 et 62 (DIELS, Doxogr., pp. 516, 25 - 517, 7) : βαρ (...)
  • 43 De même, 68 A 60 = ARISTOTE, De caelo, IV, 2, pp. 309-310 Α.
  • 44 Ceci permet de ne pas tenir compte des différences de taille et de forme qui existent entre les at (...)
  • 45 H. BAUERREISS, Zur Geschichte des spezifischen Gewichtes im Altertum und Mittelalter, thèse, Erlan (...)

182.1.4.1. Dans un passage du De sensu42, Théophraste analyse la doctrine démocritéenne du lourd et du léger : pour les atomes séparés, le poids est fonction de la grandeur des atomes. Dans les corps composés de beaucoup d’atomes, les corps légers sont ceux qui contiennent beaucoup de vide, les corps lourds ceux qui en contiennent peu43. A volume égal, le poids dépend donc du serré des atomes, c’est-à-dire de la densité44. On est tout près de la notion moderne de poids spécifique45.

  • 46 68 A 135 suite = De sensu, 62.

19Démocrite explique de la même manière les rapports entre le dur (σϰληρόν) et le mou (μαλαϰόν)46. Ce qui est dense, de texture serrée (πυϰνόv) est dur ; ce qui est de structure plus lâche (μανόν) est mou.

  • 47 C’est le σόλος αύτοχόωνος d’Homère, Iliade, XXIII, 826.
  • 48 HOMÈRE, Odyssée, IX, 391-394 ; ANACRÉON, frg. 25 Gentili.

20Les deux oppositions sont liées à une question de vide, mais non dans le même sens. Ainsi, le fer, plus dur que le plomb, est plus léger que lui. C’est que les vides ne sont pas toujours également répartis dans la masse. Le fer a une structure irrégulière (ἀνωμάλως συγϰεῖσθαι). Très serré en de certains endroits, il possède des vides en de nombreux autres (τò ϰενòν ἔχειν πολλαχῇ ϰαὶ ϰατὰ μεγάλα, πεπυϰνῶσθαι δὲ ϰαὶ ϰατὰ ἔνια). Au total, il a plus de vides que le plomb. Le plomb a une structure généralement lâche, mais le vide y est uniformément réparti. Il a moins de vide au total, donc il est plus lourd, mais plus mou (ἔλαττον ἔχοντα ϰενòν ὁμαλῶς συγϰεῖσθαι ϰατὰ πᾶν δμοίως). Cette idée d’une répartition diverse des atomes à l’intérieur d’une masse a certainement des bases techniques : le martelage d’un bloc de fer spongieux résultant de la réduction du minerai en bas fourneau47 peut avoir suggéré l’idée des vides ; ou encore la fabrication d’une lame de fer, dont le métal, durci superficiellement par martelage, cémentation et trempe48, reste doux à l’intérieur.

  • 49 SÉNÈQUE, Quaest. nat., IV B, 9 (pour une raison que nous n’avons pu découvrir, le passage n’est pa (...)

212.1.4.2. Dans ses Questions naturelles, Sénèque se demande pourquoi l’air est plus chaud au voisinage de la terre. C’est, dit-il, parce qu’il est plus serré, et il cite à ce sujet l’opinion de Démocrite49, fondée sur une expérience de calorimétrie : plaçant au soleil un vase de bronze, un vase de verre et un vase d’argent, il s’aperçut que le premier s’échauffait plus vite et gardait la chaleur plus longtemps. Il a expliqué ce phénomène comme suit : les corps durs et compacts ont des vides plus petits, contenant moins d’air. De même que les chauffe-bains plus petits s’échauffent plus vite que les grands, ces pores minuscules et cachés sentent plus vite la chaleur et, à cause de leur étroitesse, ils la relâchent plus lentement. Il formule alors le principe : plus un corps est compact, plus vite il s’échauffe, plus longtemps il garde la chaleur.

  • 50 P. TASCH, Quantitative measurements and the Greek atomists, dans Isis, 38 (1948), pp. 185-190, obs (...)
  • 51 La chaleur spécifique est une grandeur caractéristique d’un corps solide, qui indique la quantité (...)

22Du choix des matériaux, il ne faudrait pas inférer que Démocrite y voyait une catégorie particulière de corps. Tout au plus peut-on supposer qu’il leur reconnaissait des propriétés communes. L’originalité de Démocrite réside tout d’abord dans la façon dont il a conçu et réalisé une expérience quantitative50. Il expose les trois vases au soleil, ce qui lui permet de fournir à tous trois une quantité de chaleur identique, et d’éliminer par conséquent cette variable. Il lui eût été beaucoup plus difficile de contrôler et de doser une source de chaleur artificielle. De toute vraisemblance, les trois vases sont de même forme et de même dimension, car Démocrite connaît (voir infra) l’influence du volume. Pour montrer comment l’échauffement dépend de la nature du corps — nous dirions aujourd’hui de sa chaleur spécifique51 —, il reste deux possibilités : après un temps d’exposition identique, repérer la température des trois vases, ou bien mesurer le temps nécessaire à chacun pour atteindre une certaine température tombant sous le sens.

  • 52 On appelle conductibilité thermique la vitesse de transmission de la chaleur à travers un corps pa (...)
  • 53 Dans l’Antiquité, il n’y a guère que le thermoscope de Philon de Byzance, qui applique la propriét (...)

23C’est la seconde possibilité que choisit l’Abdéritain. La « chaleur spécifique » se mesure, en quelque sorte, à la vitesse d’échauffement. On est encore loin d’une loi mathématique de calorimétrie. Démocrite néglige, par exemple, la transmission de la chaleur par conduction52 et pose mal le problème du refroidissement. Mais cela tient surtout à l’inexistence d’un appareillage permettant un repérage adéquat des températures53. C’est cette difficulté qui a empêché une quantification plus poussée, et surtout l’établissement d’une échelle de conductibilité thermique où nos métaux auraient occupé une place de choix.

  • 54 DÉMOCRITE, 68 A 74 ; 101 ; 102. Cfr. ZELLER-MONDOLFO, I, V, p. 180, n. 59.

24Au niveau de l’explication, puisque l’atomisme postule l’unité de la matière, la « chaleur spécifique » elle-même dépend des structures variées des corps composés, c’est-à-dire des creux où se trouve de l’air. Ici Démocrite réintroduit au niveau moléculaire le principe très simple qu’un corps petit s’échauffe plus rapidement qu’un grand, avec la comparaison technique du chauffe-bain. Le refroidissement est expliqué de la même manière : ces pores étroits ne laissent pas échapper l’énergie calorifique, représentée ici matériellement par des atomes de feu, auxquels Démocrite assigne une petite taille et une forme ronde expliquant leur mobilité54.

  • 55 A. GERCKE, L. Annaei Senecae naturalium quaestionum libri VII, Leipzig, Teubner, 1907, p. 165 (d’a (...)
  • 56 P. OLTRAMARE, Sénèque. Questions naturelles, t. II, Paris, 1929, pp. 201 et 341.

25C’est donc, une fois de plus, une question de structure, c’est-à-dire de serré du grain. A. Gerke55 et P. Oltramare56 n’ont pas compris ce point. C’est pourquoi ils suppriment comme une interpolation la mention du vase d’argent, sous prétexte que Démocrite n’a pas pu donner au cuivre (poids spécifique 8,96) un poids spécifique plus grand qu’à l’argent (10,49). Mais qui parle de poids spécifique ? D’après le fragment précédent, on voit que pour Démocrite le serré de la structure (la densité, au sens étymologique), n’a rien à voir avec le poids, d’autant qu’il s’agit une fois de plus de la structure superficielle, en contact avec la chaleur. Pour Démocrite, le serré du grain est bien plutôt en rapport avec la dureté. Or, la dureté du cuivre martelé, et surtout celle du bronze, est supérieure à celle de l’argent. Quant à l’échauffement, il est difficile de dire, sans expérience, quelle substance devait s’échauffer la première. De toute façon, l’inexistence d’un appareillage de mesure a pu fausser l’opération.

  • 57 68 A 135 = De sensu, 75 (TANNERY, Science hellène, 374).

26C’est par la même pénétration d’atomes de feu que Démocrite expliquait la couleur rouge du fer chauffé : les corps rouges, moins chauds, ont absorbé de gros atomes en petit nombre, les corps brillants, poussés à incandescence, de petits atomes subtils57.

  • 58 68 A 165 = ALEXANDRE, Quaestiones, II, 23, t. II, p. 72, 28 Bruns. Cfr. PALM, Der Magnet, p. 4. Se (...)
  • 59 C’est justement sur ce point que s’acharne Alexandre. Il réfute Démocrite en demandant ce qu’il y (...)

272.1.4.3. Enfin, le problème rebattu du fer et de la magnétite est traité en termes d’attraction atomique. Au rapport d’Alexandre d’Aphrodise58, Démocrite aurait prétendu que la pierre et le fer sont composés d’atomes semblables. Or, les atomes semblables se portent les uns vers les autres et tout se porte dans le vide. La pierre est plus poreuse que le fer. Ses atomes, plus fins et plus rapides, se portent vers le fer, pénètrent dans les pores du fer et meuvent les atomes du fer qui sont précipités à l’extérieur et se portent naturellement vers les pores, plus nombreux, de la pierre. Le bloc de fer les suit. Comme dans les explications antérieures, le fer suit ses radiations. La pierre ne va pas vers le fer parce que le fer n’a pas autant de vides que la pierre et ne peut pas capter autant d’atomes. Toutefois, l’affirmation d’une similitude de nature entre la magnétite et le fer est nouvelle59. Il eût pourtant suffi, pour en avoir la preuve, d’opérer la réduction d’un bloc de magnétite.

  • 60 M. POHLENZ, Hippokrates und die Begründung der Wissenschaftlichen Medizin, Berlin, 1938, pp. 44-45 (...)
  • 61 L. EDELSTEIN, Περὶ ἀέρων und die Sammlung der Hippokratischen Schriften, Berlin, 1931 (Problemata, (...)
  • 62 HIPPOCRATE, Des airs, des eaux, des lieux, 7, 7 Heiberg (CMG, I, 1) = t. II, pp. 26-30 Littré = 50 (...)

282.1.5. On trouve une allusion assez étrange aux métaux, rangés parmi d’autres substances minérales, dans un passage du traité hippocratique Des airs, des eaux, des lieux. La recherche contemporaine a établi que ce traité appartient à un groupe composé entre 430 et 415 av. J.-C, et il y a quelque vraisemblance que leur auteur soit le grand Hippocrate lui-même60. Le passage consacré aux différentes qualités d’eau est universellement célèbre61. « Les plus mauvaises, écrit l’auteur62, sont les eaux stagnantes et marécageuses. Je considère de telles eaux comme mauvaises pour tous les usages. Viennent ensuite celles dont les sources sortent de rochers — car elles sont nécessairement âpres — ou d’une terre où se trouvent des eaux chaudes ou produisant du fer, du cuivre, de l’argent, de l’or, du soufre, de l’alun, du bitume ou du nitre. Car tout cela est produit sous l’effet de la chaleur. Assurément, une telle terre ne donne pas de bonnes eaux, mais des eaux âpres et enfiévrantes. »

  • 63 C.G. KÜHN, Hippocratis opera omnia, t. I, Leipzig, 1825, p. 534 : haec omnia caloris vi proveniunt (...)
  • 64 BOURGEY, Observation et expérience, pp. 236-237 et passim. Sur les rapports avec Empédocle, TANNER (...)
  • 65 ANTYLLOS chez ORIBASE, Collections, X, 3, 2, cfr. ORIBASE, Synopsis, I, 29, 2; RUFUS, frg. 11, p. (...)

29L’intérêt du texte est de réunir quatre de nos métaux et quatre corps non métalliques qui sont produits par l’action du feu (ὑπò βίης γίνονται τοῦ θερμοῦ)63. Sur le sens de cette expression, on pourrait penser à une prépondérance de l’élément feu, dans le cadre d’une théorie des éléments dont il y a plus d’une trace chez Hippocrate, notamment dans la théorie des humeurs64. Tous les médecins anciens, dans la tradition hippocratique, attribueront à ces eaux une vertu échauffante65. Il se peut que de telles eaux aient été reconnues expérimentalement comme enfiévrantes, et que l’action du feu intervienne pour expliquer d’où elles tiennent cette chaleur. Par ailleurs, le soufre, l’alun, le bitume et le nitre se trouvent fréquemment dans des régions volcaniques.

  • 66 R. JOLY, Le niveau de la science hippocratique, Paris, 1966, pp. 195-196.
  • 67 G. BACHELARD, La formation de l’esprit scientifique, 4e éd., Paris, 1960, pp. 172-176 ; 183 sq.
  • 68 F.D. ADAMS, Birth and development of the Geological Sciences, Baltimore, 1938, réimpr. New York, 1 (...)
  • 69 G.E. STAHL, Fundamenta Chymiae dogmatico-rationalis et experiment talis, t. II, Nuremberg, 1747, p (...)

30Dans un ouvrage récent, R. Joly a voulu retrouver dans cette intervention d’une violente chaleur une trace de mentalité préscientifique : ce serait la chaleur violente d’une génération ou d’une coction66, que G. Bachelard a analysée chez les naturalistes français des xviie et xviiie siècles67. Dans le cadre des idées antiques sur la génération des minéraux, ce serait, en quelque sorte, une chaleur utérine. Rappelons que, pour les alchimistes médiévaux, les métaux sont produits par le feu central68, et qu’au xviiie siècle, Stahl affirmera encore que les métaux sont faits d’une chaux (élément terreux) et de phlogistique (élément igné)69.

31Les deux explications sont possibles et se situent à deux niveaux différents.

  • 70 R. JOLY, Recherches sur le traité pseudo-hippocratique du Régime, Liège-Paris, 1960, pp. 203-209 ; (...)
  • 71 Sur les origines de ces idées, R. JOLY, Recherches, pp. 61-75.
  • 72 HIPPOCRATE, Du régime, I, 13, t. VI, p. 488 Littré. Pour la comparaison, voir JOLY, Recherches, pp (...)

322.1.5.1. Comme chez les Présocratiques, c’est souvent une comparaison, destinée à expliquer tout autre chose, qui contient l’interprétation d’un procédé technique ou d’une propriété des métaux. Il en va ainsi dans le traité pseudo-hippocratique du Régime, composé vers 400 avant notre ère70. Un long passage du livre I consiste dans une digression sur la μίμησις : les différentes τέχναι imitent la nature humaine71. Ainsi, au paragraphe 13, l’auteur compare le travail du fer par un ouvrier au travail qu’effectue le pédotribe sur le corps humain72 : « Instruments de fer. Par des procédés, on fond le fer, forçant le feu par l’air, ôtant le fonds présent de nourriture (τὴν ὑπάρχουσαν τροφήν) et raréfiant le fer (ἀραιόν ποιήσαντες), on bat, on rapproche, et il devient fort par l’aliment qu’une autre eau fournit. C’est le traitement de l’homme par le maître de gymnase ; il est dépouillé du fonds présent de nourriture par le feu à l’aide de l’action violente de l’air. Etant raréfié, il est frappé, frotté, purifié et il devient fort par l’introduction d’eaux venant d’ailleurs. »

  • 73 Sur la trempe, voir O. BADER et M. THÉRET, Dictionnaire de métallurgie, Paris, 1961, s. v. Il y a (...)
  • 74 L’adjectif ἀραιός contient toujours l’idée d’une structure assez lâche ; cfr. HIPPOCRATE, Du régim (...)

33C’est évidemment la description d’un procédé de trempe : une pièce de fer rouge est martelée en présence de carbone, il y a incorporation superficielle de carbone (cémentation) et production de cémentite, composé de carbone instable que l’on fixe par refroidissement rapide, obtenu par immersion dans de l’eau ou de l’huile73. L’interprétation qu’en donne l’auteur du traité, décompose l’opération en trois temps. Au feu, on enlève quelque chose au fer — on pense à l’ἰϰμάς de Diogène d’Apollonie — et ce composant que l’on enlève au fer est appelé τροφή, nourriture, ce qui est une allusion à la croissance des minéraux dans la terre. On a ainsi donné au fer une structure lâche, spongieuse (ἀραιός)74. Par martelage, on comprime la structure, et enfin l’eau de la trempe remplace l’aliment que le feu avait enlevé, aliment qui a par conséquent une forme liquide. Le rôle de l’air, dont on pouvait se passer, fait également penser à Diogène : il semble que cet aliment (τροφή), ôté par le feu, se résolve en air.

  • 75 R. JOLY, Recherches, pp. 178-179, y voit une influence d’Hérodicos de Sélymbrie.
  • 76 HIPPOCRATE, Du régime, I, 32, t. VI, p. 506 Littré : χαλϰὸς ὁ μαλαϰώτατός τε ϰαὶ ἀραιότατος πλείατ (...)
  • 77 Sur les diverses sources du Régime, JOLY, Recherches, p. 209.

342.1.5.2. Au paragraphe 32 du même traité, passage consacré à des problèmes de diététique75, l’auteur s’attache au mélange des éléments dans le corps et à leur équilibre, qu’il faut rétablir par la diététique. L’eau la plus ténue et l’air le plus léger forment la constitution la plus saine. « Ainsi, le cuivre le plus mou et le moins compact est susceptible du mélange le plus ample et devient le plus beau76. » Comme chez Démocrite, la mollesse est reliée à un manque de serré. Comme chez Empédocle, l’alliage s’explique par un emboîtement mécanique des creux et des pleins. C’étaient là des idées acquises, qui devaient être le bien commun d’une foule de penseurs au ve siècle77.

Notes

1 La fascination que pouvait exercer sur l’esprit curieux d’un Grec le travail de la forge est bien décrite par HÉRODOTE, I, 68.

2 W. KRANZ, Gleichnis und Vergleich in der frühgriechischen Philosophie, dans Hermes, 73 (1938), pp. 99-122, reproduit dans Studien zur antiken Literatur und ihren Fortwirken, Kleine Schriften, éd. Ε. VOGT, Heidelberg, 1967, pp. 144-164.

3 Orphica, frg. 37 Abel = frg. 55 Kern = APION chez PSEUDO-CLÉMENT, Homil, VI, 4 (t. II, col. 198 Migne). Sur ce texte, voir P. TANNERY, Le concept de chaos dans Mémoires scientifiques, éd. J.L. HEIBERG, t. VII, Paris, 1925, pp. 259-275, spéc. pp. 268-274. Il est difficile d’établir la date de cette comparaison. A noter que DIELS-KRANZ, Vorsokratiker, 6e éd., reprennent parmi les plus anciens fragments d’Orphée (1 Β 13) le fragment 36 Abel = 54 Kern de la même théogonie = DAMASCIOS, De princ, 123 bis, t. I, p. 319, 8 Ruelle.

4 ANAXAGORE, 59 A 1 = DIOGÈNE LAËRCE, II, 8 ; 59 A 2 = HARPOCRATION, s. v.; 59 A 19 = JOSÈPHE, Contre Apion, II, 265 + OLYMPIODORE, In Mete., p. 17, 1. 19 Stüve ; 59 A 72 = AËTIUS, II, 20, 6 (DIELS, Doxographi, 349); cfr. 59 A 20 A = Scholie à PINDARE, Olympiques, I, 91, p. 38, 6 Drachmann.

5 ANAXAGORE, 59 A 1 = DIOGÈNE LAËRCE, II, 8, cfr. KRANZ, Gleichnis, p. 114 = Kl. Schr., p. 157.

6 THALÈS, 11 A 22 = ARISTOTE, De anima, I, 5, p. 411 a 17; De anima, I, 2, p. 405 a 19.

7 Voir W. FRANKL, Thales und der Magnetstein, dans Archiv für Geschichte der Philosophie, 28 (1923), pp. 155-157. Sur la pierre de Magnésie, voir T.H. MARTIN, La foudre, l’électricité et le magnétisme chez les anciens, Paris, 1866 ; G.A. PALM, Der Magnet im Alterthum. Programm des Königlich Würtembergischen Evangelisch-Theologischen Seminars Maulbronn, Stuttgart, 1867 ; L. MEYER, A History of Electricity and Magnetism, Cambridge (Mass.), 1971. Nous préparons un ouvrage sur les connaissances anciennes en matière d’électromagnétisme.

8 THALÈS, 11 A 1 = DIOGÈNE LAËRCE, I, 24, citant ARISTOTE, De anima, I, 2, p. 405 a 19, et HIPPIAS, 85 Β 7.

9 Sur l’ambre et ses propriétés magnétiques dans l’Antiquité, on consultera L. DEROY, R. HALLEUX, A propos du grec ἤλεϰτρον « ambre » et « or blanc », dans Glotta, 1974, p. 40.

10 Par exemple, P. TANNERY, Pour l’histoire de la science hellène, 2e éd. par A. DIES, Paris, 1930, p. 77.

11 Idée mise en lumière par M. ELIADE, Forgerons et alchimistes, Paris, 1954. Nous en avons développé les prolongements grecs et latins sous le titre Fécondité des mines et sexualité des pierres, dans la Revue Belge de Philologie et d’Histoire, 49 (1970), pp. 16-24. Sur les développements médiévaux et modernes, voir F.D. ADAMS, Birth and Development of the Geological Sciences, Baltimore, 1938, réimpr., New York, 1954, pp. 77-136 ; 289-296. Sur les survivances au xviiie siècle, H. METZGER, La genèse de la science des cristaux, Paris, 1918, réimpr., 1969, pp. 93-123.

12 Comme les idées antiques sur la croissance des minéraux, la biologie moderne brise la cloison étanche entre la vie et le monde inanimé. Toutefois, alors que les minéralogistes anciens absorbaient le monde minéral dans le monde vivant, la biologie et la biophysique moléculaires étendent au monde vivant les concepts de la physique, ce qui les rapprocherait plutôt des anciens atomistes. Cfr. J. DUCHESNE, Les molécules et la vie, dans Bulletin de l’Académie Royale de Belgique, Classe des Sciences, 1971, pp. 1304-1315.

13 Sur les origines de la théorie des quatre éléments, J. PRZYLUSKI, La théorie des éléments et les origines de ta science, dans Scientia, 54 (1933), pp. 1-9, cfr. Revue de l’ULB, 1932, pp. 283 sq. (origine iranienne) ; H.L. BURSTYN, The Empirical Basis of the Four Elements, dans XIIe Congrès International d’Histoire des Sciences, Paris, 1968, Actes, t. III A (1971), pp. 19-24; sur la théorie empédocléenne, J. BOLLACK, Empédocle. I. Introduction à l’ancienne physique, Paris, 1965, pp. 18-19. Sur les prolongements médiévaux et modernes, l’étude de J. LAMINNE, Les quatre éléments : le feu, l’air, l’eau et la terre. Histoire d’une hypothèse, dans Mémoires couronnés par l’Académie Royale de Belgique, t. 65 (1903), reste utile.

14 EMPÉDOCLE, 31 A 34 Diels-Kranz = 459 Bollack (J. BOLLACK, Empédocle, II, Les Origines. Edition et traduction des fragments et des témoignages, Paris, 1969, pp. 162-163) = GALIEN, In Hippocratis de natura hominis, I, 3, p. 19, 7 (CMG, V, 9, 1) = XV, 32 Kühn. Κ. REINHARDT, Kosmos und Sympathie, München, 1926, pp. 26-28, pense que cette comparaison ne remonte pas à Empédocle. En revanche, W. KRANZ, Empedokles und die Atomistik, dans Hermes, 47 (1912), pp. 24 sq. = Kl. Schr., p. 214; Gleichnis, pp. 101 sq. = Kl. Schr., p. 146 et J. BOLLACK, Empédocle. I. Introduction à l’ancienne physique, Paris, 1965, p. 38, affirment le fragment authentique. Bollack, op. cit., p. 299, n. 4, le situe dans le contexte de la fabrication des tissus organiques. Du point de vue technique, il faut toutefois remarquer que l’un des corps, la ϰαδμεία, oxyde ou carbonate de zinc, est inconnu de la pharmacologie hippocratique.

15 31 A 89 = 674 Bollack (J. BOLLACK, Empédocle. II. Les Origines, Edition et traduction, pp. 256-257) = ALEXANDRE D’APHRODISE, Quaestiones, II, 23, t. II, p. 72, 9 Bruns, cfr. PSELLOS, De Lap., 26 = A 89 Diels-Kranz = 675 Bollack (version abrégée du même fragment).

16 J. BOLLACK, Empédocle. III. Les Origines. Commentaire, 2, Paris, 1969, pp. 567-568 (avec figure).

17 S. SAMBURSKY, Das physikalische Weltbild der Antike, Zürich-Stuttgart, 1965, pp. 526-527.

18 ALEXANDRE, loc. cit. : Pourquoi le fer ne se déplace-t-il pas chaque fois qu’il émet un effluve continu ? Pourquoi la pierre est-elle seule à pouvoir déboucher les pores du fer ? Pourquoi les autres corps qui ont des pores symétriques ne se jettent-ils pas les uns sur les autres, par exemple le vin et l’eau ? Alexandre cite à ce propos Β 91 = 680 Bollack.

19 SAMBURSKY, op. cit., p. 525 : « umgekehrte Düsenprinzip » (principe du gicleur inversé).

20 31 Β 91 = 680 Bollack = ALEXANDRE, loc. cit. En revanche, dans la comparaison de l’apothicaire, les corps se mélangent sans gagner en dureté.

21 A.L. PECK, Aristotle’s Generation of Animals, London, 1943 (Loeb Classical Library), p. 250, traduit « bronze », ce qui enlève tout sens au texte.

22 31 Β 92 = 682 Bollack (t. II, pp. 258-259) = ARISTOTE, Gen. an., Β 8, p. 747 a 34 sq. Sur ce fragment, voir J. BURNET. Early Greek Philosophy, London, 1908, tr. fr. A. REYMOND, L’aurore de la philosophie grecque, Paris, 1952, pp. 266 et 279 (erroné); W. KRANZ, Gleichnis, p. 105 = Kl. Schr., 149-150.

23 Voir le commentaire de BOLLACK, III : Les Origines, Commentaire, 2, pp. 571-573, et I, Introduction à l’ancienne physique, pp. 217-218.

24 E. ZELLER, Die Philosophie der Griechen, I, II6, Leipzig, 1920, p. 956. — ARISTOTE, loc. cit., remarque bien qu’il y a là quelque chose d’analogue à la théorie atomique et se demande comment concilier ces pores, qui sont creux, avec la négation empédocléenne du vide.

25 ARISTOTE, Gen. an., Β 8, p. 747 a 37. La théorie aristotélicienne de l’alliage est, en revanche, exposée dans De gen. et corr., cfr. infra, p. 111.

26 GORGIAS, 82 Β 5 = THÉOPHRASTE, De igne, 73. La théorie de la réflexion remonte à Empédocle, cfr. AETIOS, Placita, IV, 14, p. 405 Diels.

27 On s’étonnera peut-être de ne voir aucun paragraphe consacré à Anaxagore de Clazomènes. A part les deux comparaisons mentionnées au début de ce chapitre, il ne paraît pas s’être occupé des métaux, et sa πανσπερμία (59 A 44 = LUCRÈCE, De nat., I, 834 sq.) est bien loin de la notion moderne de corps simple ; cfr. A. MIELI, Le teorie dette sostanze net presocratici greci. II. Anaxagora e gli Atomisti, dans Scientia, 14 (1913), pp. 329-344, Supplément (tr. fr.), pp. 194-211, spéc. 196-197; P. BRUNET, A. MIELI, Histoire des sciences, Antiquité, Paris, 1935, p. 139, n. 1 ; J.R. PARTINGTON, History, p. 22.

28 DIOGÈNE D’APOLLONIE, 64 A 33 = ALEXANDRE D’APHRODISE, Quaestiones, II, 23, t. II, p. 73, 11 Bruns. Cfr. PALM, Der Magnet im Alterthum, pp. 5-6.

29 Propriété physique étudiée par ARISTOTE, Météorologiques, IV, 385 a 16. Dans la suite, le cuivre ἐλατός (martelé) s’oppose souvent à χυτός (coulé) : NEARQUE, frg. 7, p. 61 A Müller (C. MÜLLER, Scriptores rerum Alexandri Magni, Paris, 1846); POLLUX, VII, 105; HÉLIODORE chez ORIBASE, Collections, XLIX, 3, 8 (opposé à l’aspect cassant du cuivre coulé) ; P. Oxy., 85.II.16 (ive apr. J.-C). Opposé à χωνευτός (même sens) chez THÉOPHILE D’ALEXANDRIE, à Autolycos, I, 1, p. 4 Otto. Se dit aussi de l’argent d’une trompette (LXX, Nombres, 10, 2), du fer d’une cuirasse (JULIEN, Discours, III, p. 57 Β Bidez).

30 Par exemple, pour l’or, HÉRODOTE, I, 50 ; pour le fer, HÉRODOTE, I, 68. Une feuille de métal s’appelle ἔλασμα, ἐλασμός, ἐλασμάτιον (BLÜMNER, TT, IV, p. 230). Les σφυρήλατα (variante σφυρήματα) sont des objets forgés au marteau (BLÜMNER, TT, IV, p. 241), par exemple chez HÉSYCHIOS, s. ν. σφυρήματα · τὰ σιοήρια, δτι оὐ χεῖται. Cfr. CHANTRAINE, Dictionnaire, II, p. 332 ; FORBES, Archaeologia homerica, Κ 14.

31 Cfr. infra, annexe III.

32 Iliade, XVII, 389-393.

33 Traduction P. MAZON, Collection des Universités de France.

34 Voir le commentaire de L. LACROIX, Ikmalios, dans Hommages à Waldemar Deonna (Collection Latomus, XXVIII), Bruxelles, 1957, pp. 315-316.

35 ANAXIMÈNE, 13 A 7, par. 5 (sueur de la terre); EMPÉDOCLE, 31 A 70 (suintement des plantes, cause feuilles et fruits); DÉMOCRITE, 68 A 135 = THÉOPHRASTE, De sensu, 50 ; 68 A 153 = ÉLIEN, HA, XII, 18 (dans le corps) ; HÉRODOTE, III, 125 (sécrétions d’un cadavre); HIPPO-CRATE, Des maladies, IV, 40, t. VII, p. 560 Littré (humeurs dans le corps) ; ARISTOTE, Part. an., 668 Β 4 (la sueur); Anthologie, V, 134 (Posidippe, le vin ἰϰμὰς Βάϰχου); Anthologie, VI, 109 (Antipater de Sidon, la glu du chêne). L. LACROIX, op. cit., pp. 310-321, tente d’expliquer ainsi Ikmalios, nom d’artisan chez Homère, qui serait le « nom parlant » d’un « artiste de placage ». Cfr. BOISACQ, Dictionnaire, 370, s. v. ; FRISK, Griech. Etym. Wtb., I, p. 717, s. v. ; CHANTRAINE, Dictionnaire, II (1970), p. 460 s. v.

36 DIOGÈNE D’APOLLONIE, 64 A 18 = Scholie APOLL. RHOD., IV, 269 (l’humeur contenue dans la terre qui s’évapore); 64 A 19 = De sensu, (l’humidité présente dans l’air empêche la pensée), cfr. 64 C 1 = ARISTOPHANE, Nuées, 236 (parodie de A 19) ; 64 C 3 A = HIPPOCRATE, De la maladie sacrée, 16 (imitation de A 19); 64 C 3 Β = HIPPOCRATE, Des maladies, IV, 34, t. VII, p. 544 Littré (humeurs contenues dans la terre). Rappelons que, pour Diogène, l’air est le principe de toutes choses, et l’ἰϰμάς se situe à mi-chemin entre l’air et l’eau.

37 Cfr. annexe III.

38 Cfr. A.M. WOODWARD, ’Απουσία, dans Numismatic Chronicle, 6th ser., 11 (1951), pp. 109-111.

39 SAPHO. frg. 141 Bergk = 204 Lobel-Page = PAUSANIAS, VIII, 18, 5 + Scholie à PINDARE, Pythiques, IV, 410 C, t. II, p. 153 Drachmann; THÉOGNIS, 449-451. Rappelons aussi l’épithète épique du fer ἰόεις (Iliade. XXIII, 850; Phoronis, frg. 2, v. 6 Kinkel = Scholie à APOLLONIOS DE RHODES, I, 1129, p. 102 Wendel).

40 SIMONIDE, frg. 4 Bergk = 5 Diehl = 26 (531) Page, vers 4; BACCHYLIDE, frg. 4, 72 Snell-Maehler ; THÉOGNIS, 452. Cfr. W. ALY dans Glotta, 5 (1914), pp. 63-64.

41 DÉMOCRITE, 68 A 1 = DIOGÈNE LAËRCE, IX, 44, cfr. J.M. STILLMAN, The story of alchemy and early chemistry, New York, 1924, réimpr., 1960, pp. 119-120; E. ZELLER, R. MONDOLFO, La filosofia dei Greci nel suo sviluppo storico, I, V, éd. A. CAPIZZI, Firenze, 1969, p. 180.

42 DÉMOCRITE, 68 A 135 = THÉOPHRASTE, De sensu, 61 et 62 (DIELS, Doxogr., pp. 516, 25 - 517, 7) : βαρὺ μὲν οὖν ϰαὶ ϰοῦφον τῷ μεγέθει διαιρεῖ Δημόϰριτος, εἰ γὰρ διαϰριθείη ϰαθ’ἓν ἕϰαστον, εἰ ϰαὶ ϰατὰ σχῆμα διαφέροι, σταθμòν ἂv ἐπὶ μεγέθει τὴν φύσιν ἔχειν. οὐ μὴν ἀλλἔν γε τοῖς μιϰτοῖς ϰουφότερον μὲν εἶναι τò πλέον ἔχον ϰενόν, βαρύτερον δὲ τò ἔλαττον. ἐν ἐνίοις μὲν οὕως εἴρηϰεν, ἐν ἄλλοις δὲ ϰοῦφον εἶναί φησιν ἁπλῶς τò λεπτόν. Traduction dans P. TANNERY, Pour l’histoire de la science hellène, p. 369 ; G.M. STRATTON, Theophrastus and the Greek Physiological Psychology before Aristotle, London, 1917, réimpr. Amsterdam, 1964, pp. 121 et 123. Sur ce problème, voir J.I. BEARE, Greek Theories of Elementary Cognition from Alcmaeon to Aristotle, Oxford, 1906, réimpr. Dubuque (Iowa), s. d., p. 182; K. FREEMAN, The Pre-Socratic Philosophers. A Companion to Diels, 3e éd., Oxford, 1949, réimpr. 1966, pp. 313-314; ZELLER-MONDOLFO, I, V, pp. 171-172; PARTINGTON, History, p. 42. — La deuxième phrase du texte de Théophraste, expliquant comment le poids des atomes isolés dépend de la grandeur, est corrompue. Essais de correction chez STRATTON, Theophrastus and the Greek Physiological Psychology, p. 192, n. 147; ZELLER-MONDOLFO, p. 172, n. 35; J.B. MC DIARMID. Theophrastus de sensibus 61-62 : Democritus’ theory of weight, dans Classical Philology, 55 (1960), pp. 28-30.

43 De même, 68 A 60 = ARISTOTE, De caelo, IV, 2, pp. 309-310 Α.

44 Ceci permet de ne pas tenir compte des différences de taille et de forme qui existent entre les atomes constituant le corps en question.

45 H. BAUERREISS, Zur Geschichte des spezifischen Gewichtes im Altertum und Mittelalter, thèse, Erlangen, 1914, p. 1, ne reprend pas le passage et pense que les Présocratiques n’ont pas abordé la question.

46 68 A 135 suite = De sensu, 62.

47 C’est le σόλος αύτοχόωνος d’Homère, Iliade, XXIII, 826.

48 HOMÈRE, Odyssée, IX, 391-394 ; ANACRÉON, frg. 25 Gentili.

49 SÉNÈQUE, Quaest. nat., IV B, 9 (pour une raison que nous n’avons pu découvrir, le passage n’est pas repris par Diels-Kranz). Cfr. H. BAUER-REISS, op. cit., p. 7 ; PARTINGTON, History, p. 40.

50 P. TASCH, Quantitative measurements and the Greek atomists, dans Isis, 38 (1948), pp. 185-190, observe un contraste entre l’existence de déterminations quantitatives chez les contemporains, par exemple dans le Corpus hippocratique, et l’absence chez Démocrite d’une quantification qui aurait pourtant bien servi son système. Démocrite aurait été incapable de réconcilier ces données avec la théorie atomique. P. Tasch ne connaît pas notre texte.

51 La chaleur spécifique est une grandeur caractéristique d’un corps solide, qui indique la quantité de chaleur nécessaire pour élever de 1° Celsius la température de l’unité de masse de ce corps. Si la chaleur spécifique est basse, le corps s’échauffera vite et inversement.

52 On appelle conductibilité thermique la vitesse de transmission de la chaleur à travers un corps par conduction, mesurée en calories, cm, cm2, secondes et degrés C.

53 Dans l’Antiquité, il n’y a guère que le thermoscope de Philon de Byzance, qui applique la propriété expansive de l’air (PHILON, Pneumatiques, 7 Schmidt, édité après Héron, t. I, pp. 474-477 ; traduction dans M.R. COHEN, I.E. DRABKIN, A Source Book in Greek Science, Cambridge, 1948, réimpr., 1969, pp. 255-256). Cet appareil sera compliqué par Héron d’Alexandrie [Pneumatiques, II, 8, t. I, pp. 224-225 Schmidt). Il est à la base du baro-thermoscope de Galilée. C’est le gadget encore connu de nos jours sous le nom de mesureur de tempérament. Sur ces problèmes, voir M.K. BARNETT, The development of thermometry and the temperature concept, dans Osiris, 12 (1956), pp. 269-341, spéc. pp. 269-275 ; J. BELFROID, Note sur l’histoire du repérage des températures, dans Les Etudes Classiques, 32 (1964), pp. 37-44, spéc. 37-38.

54 DÉMOCRITE, 68 A 74 ; 101 ; 102. Cfr. ZELLER-MONDOLFO, I, V, p. 180, n. 59.

55 A. GERCKE, L. Annaei Senecae naturalium quaestionum libri VII, Leipzig, Teubner, 1907, p. 165 (d’après une remarque de Koeler).

56 P. OLTRAMARE, Sénèque. Questions naturelles, t. II, Paris, 1929, pp. 201 et 341.

57 68 A 135 = De sensu, 75 (TANNERY, Science hellène, 374).

58 68 A 165 = ALEXANDRE, Quaestiones, II, 23, t. II, p. 72, 28 Bruns. Cfr. PALM, Der Magnet, p. 4. Selon DIOGÈNE LAËRCE, IX, 46 = 68 A 33 (t. II, p. 91, 16 Diels-Kranz) = 68 Β 11 k, Démocrite aurait écrit une monographie περὶ τῆς λίθου, ouvrage non classé dans les tétralogies de Thrasylle et relégué par lui dans les ἀσύταϰτα.

59 C’est justement sur ce point que s’acharne Alexandre. Il réfute Démocrite en demandant ce qu’il y a de semblable entre les atomes de la paille et de l’ambre. Or, l’ambre attire la paille et beaucoup d’autres corps dont les atomes ne sont absolument pas semblables.

60 M. POHLENZ, Hippokrates und die Begründung der Wissenschaftlichen Medizin, Berlin, 1938, pp. 44-45 ; F. HEINIMANN, Νόμος und φύσις. Herkunft und Bedeutung einer Antithese im griechischen Denken des V Jahrhunderts, Basel, 1945, pp. 172-180 ; L. BOURGEY, Observation et expérience chez les médecins de la Collection Hippocratique, thèse de Paris, 1953, pp. 37 et 102 ; R. JOLY, Hippocrate. Médecine grecque, Paris, 1964, p. 75.

61 L. EDELSTEIN, Περὶ ἀέρων und die Sammlung der Hippokratischen Schriften, Berlin, 1931 (Problemata, 4), pp. 25-31, voit — à tort — dans ces chapitres les vestiges d’un traité primitivement indépendant, ce qui l’oblige à dépecer l’introduction même du traité.

62 HIPPOCRATE, Des airs, des eaux, des lieux, 7, 7 Heiberg (CMG, I, 1) = t. II, pp. 26-30 Littré = 50 Jones. Cfr. POHLENZ, op. cit., p. 8; PARTINGTON, History, p. 29.

63 C.G. KÜHN, Hippocratis opera omnia, t. I, Leipzig, 1825, p. 534 : haec omnia caloris vi proveniunt ; R. KAPFERER, G. STICKER, Die Werke des Hippokrates, I, Stuttgart, 1933, p. vi/31 : alle diese Stoffe entstehen unter dem zwingenden Einfluss der Hitze ; H. DILLER, Hippocratis de aere aquis locis (CMG, I, 1, 2), Berlin, 1970, p. 37 : denn das entsteht alles durch die Gewalt der Hitze. En termes aristotéliciens, nous dirions que la chaleur est cause efficiente, mais elle est aussi, du moins en partie, cause matérielle ; il reste assez de chaleur pour rendre ces eaux enfiévrantes.

64 BOURGEY, Observation et expérience, pp. 236-237 et passim. Sur les rapports avec Empédocle, TANNERY, Science hellène, 329 ; J. JOHANNA, Présence d’Empédocle dans la Collection Hippocratique, dans ΒAGB, 1961, pp. 452-463.

65 ANTYLLOS chez ORIBASE, Collections, X, 3, 2, cfr. ORIBASE, Synopsis, I, 29, 2; RUFUS, frg. 11, p. 298 Daremberg-Ruelle = ORIBASE, Collections, V, 3, 21 ; frg. 66, 16, p. 344 = AETIOS, III, 165. Voir aussi ARIUS DIDYME, Fragmenta physica, 14 a, p. 854 Diels = STOBEE, Ed., I, 39 (34), 1, pp. 638-640 Hense ; ANONYMUS LONDINENSIS, XXIV, 39-48 Jones (W.H.S. JONES, The medical writings of Anonymus Londinensis, London, 1947, réimpr., Amsterdam, 1968, p. 95); PALLADIUS, Opus agriculturae, I, 4, 1. Sur le problème médical des qualités d’eau, voir M. POHLENZ, Hippokrates-studien, dans Nachrichten von der Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen, Phil. Hist. Kl., Fachgruppe I, 2 (1937), pp. 82-83.

66 R. JOLY, Le niveau de la science hippocratique, Paris, 1966, pp. 195-196.

67 G. BACHELARD, La formation de l’esprit scientifique, 4e éd., Paris, 1960, pp. 172-176 ; 183 sq.

68 F.D. ADAMS, Birth and development of the Geological Sciences, Baltimore, 1938, réimpr. New York, 1954, pp. 279-281.

69 G.E. STAHL, Fundamenta Chymiae dogmatico-rationalis et experiment talis, t. II, Nuremberg, 1747, p. 17.

70 R. JOLY, Recherches sur le traité pseudo-hippocratique du Régime, Liège-Paris, 1960, pp. 203-209 ; Hippocrate. Du régime, Paris, 1967 (Coll. Univ. France), p. xiv.

71 Sur les origines de ces idées, R. JOLY, Recherches, pp. 61-75.

72 HIPPOCRATE, Du régime, I, 13, t. VI, p. 488 Littré. Pour la comparaison, voir JOLY, Recherches, pp. 53-54. De même, au paragraphe 20 de ce traité, l’orfèvrerie est comparée à la fabrication du pain, mais la technique de l’or est exposée sans explications.

73 Sur la trempe, voir O. BADER et M. THÉRET, Dictionnaire de métallurgie, Paris, 1961, s. v. Il y a mention de trempe à l’huile chez HIPPOCRATE, Maladies, III, 16, t. VII, p. 146 ; Prénotions coaques, 378, t. VI, p. 664. Dans Maladies, IV, t. VII, p. 602, la formation de la lithiase est comparée au travail du fer à partir de son minerai, mais une fois de plus sans interprétation (voir annexe III).

74 L’adjectif ἀραιός contient toujours l’idée d’une structure assez lâche ; cfr. HIPPOCRATE, Du régime, I, 9, 1, p. 482; 38, 4, p. 532; 48, 1, p. 548.

75 R. JOLY, Recherches, pp. 178-179, y voit une influence d’Hérodicos de Sélymbrie.

76 HIPPOCRATE, Du régime, I, 32, t. VI, p. 506 Littré : χαλϰὸς ὁ μαλαϰώτατός τε ϰαὶ ἀραιότατος πλείατην ϰρῆσιν δέχεται ϰαὶ γίνεται ϰάλλιστος, ϰαὶ ὕδατος τò λεπτότατον ϰαὶ πυρὸς τò ἀραιότατον σύγϰρησιν λαμβάνοντα ὡσαύτως. — En effet, les particules fines d’eau s’emboîtent dans les pores nombreux du feu. Je cite la traduction Littré, p. 507. JOLY, Du régime, p. 25, traduit « le bronze », ce qui n’a rigoureusement plus aucun sens.

77 Sur les diverses sources du Régime, JOLY, Recherches, p. 209.

© Presses universitaires de Liège, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search