Version classiqueVersion mobile

Le problème des métaux dans la science antique

 | 
Robert Halleux

Première partie. Enquête lexicale

Chapitre IV. Le sens de l’emprunt latin metallum

Texte intégral

  • 1 Pour éviter d’alourdir l’exposé, on négligera les dérivés latins de metallum, qui sont rares, tard (...)

11.4. Comme il arrive souvent pour des mots d’emprunt, on ne retrouve pas dans la langue preneuse l’évolution sémantique observée dans la langue donneuse. Des sens très différents peuvent coexister chez le même auteur. Si, jusqu’à la fin de la République, seul le sens de « mine » est attesté pour metallum, on voit, dès l’époque augustéenne, ce sens coexister avec ceux de « masse minérale dans la terre » et de « minéral extrait de la terre »1. Comme, parmi les corps minéraux, nos métaux sont largement majoritaires, il n’est pas étonnant de voir certains d’entre eux rangés parmi les metalla. Mais, en fait, jusqu’à la fin de l’Empire, on trouve metallum appliqué à des substances non métalliques. C’est seulement dans quelques textes relativement tardifs que la spécialisation au sens de « métal » apparaît vraiment.

21.4.1. Voici quelques exemples de cette coexistence de sens. Ils sont pris à la poésie de l’époque augustéenne et impériale, et à la prose de Pline l’Ancien.

  • 2 Géorgiques, II, 165-166.

3Dans le célèbre éloge de l’Italie au livre II des Géorgiques, Virgile écrit2 :

Haec eadem acgenti rivos aerisque metalla
ostendit vents atque auro plurima fluxit

« Elle montre à la fois dans ses veines des ruisseaux d’argent et des filons de cuivre, et elle est une coulée d’or en abondance. »

  • 3 Enéide, VIII, 445. Cfr. Enéide, VI, 144 (à propos du rameau d’or) : simili frondescit virga metall (...)

4Le contexte assure que metallum est la masse minérale enfouie dans le sol. Dans l’Enéide, Virgile décrit en ces termes la forge de Vulcain3 :

Fluit aes rivis aurique metallum

« Le cuivre y ruisselle avec le minerai d’or. »

5C’est la même matière, mise au feu.

  • 4 Métamorphoses, X, 220.

6On lit chez Ovide, à propos de la ville chypriote d’Amathonte4 :

At si forte roges fecundam Amathunta metallis

« Si d’aventure tu t’enquiers d’Amathonte, féconde en filons. »

  • 5 Métamorphoses, X, 531.
  • 6 Fastes, IV, 785-786. — Ovide atteste aussi le sens de « cavité d’extraction », dans Métamorphoses, (...)

7L’expression se retrouve ailleurs, mais avec l’adjectif gravidam5. La métaphore est évidemment relative aux masses minérales encloses dans le sein de la terre. Ovide encore écrit dans les Fastes, à propos d’une cérémonie de lustration des troupeaux par le feu6 :

Omnia purgat edax ignis, vitiumque metallis
excoquit : idcirco cum duce purgat ovis ?

« Le feu vorace purifie tout : il expulse par la fusion l’impureté des minerais : est-ce pour cela qu’il purifie les moutons avec leur guide ? »

  • 7 Punica, I, 228-230.

8Parlant des richesses minières de l’Espagne, Silius Italicus7 écrit :

hic omne metallum :
electri gemino pallent de semine venae
atque atros chalybis fetus tellus horrida nutrit.

« Ici, tous les filons. Les veines pâlissent de la double semence de l’électrum, et la terre horrifiée nourrit les noirs embryons de l’acier. »

  • 8 Punica, II, 403.
  • 9 Punka, VIII, 616.
  • 10 Punica, Χ, 118.
  • 11 Punica, IV, 156.

9L’allusion n’est pas à des métaux traités, mais à des minerais enfouis dans la terre. Mais, d’autre part, le poète appelle metallum le fer d’une cuirasse8 et d’une épée9, ainsi que l’or qui décore une cuirasse10 et un cimier11, et il faut bien y voir le métal traité.

  • 12 Bellum Civile, IV, 233-234.

10Lucain, déplorant les conséquences néfastes de la technique, imagine un monde où l’on n’extrairait rien de la terre12 :

non chalybem gentes penitus fugiente metallo eruerent.

« Les peuples n’extrairaient pas l’acier au plus profond du filon qui se dérobe. »

  • 13 Bellum Civile, IX, 364. Le sens est obscur en VII, 740 : plena metallis castra.

11D’autre part, il appelle metallum l’or du jardin des Hespérides13, dont on peut malaisément dire s’il était déjà traité.

  • 14 Silves, I, 5, 36 ; II, 2, 85 ; III, 1, 5 ; IV, 3, 99.
  • 15 Silves, I, 3, 47-48.

12Stace, qui emploie souvent metallum au sens de « carrière de pierres ou de marbres »14, écrit dans les Silves15 :

Vidi artes veterumque manus variisque metalla viva modis.

« J’ai vu des œuvres d’art, et la maîtrise des anciens, et la matière rendue vivante de diverses façons. »

  • 16 STACE, Thébaïde, XII, 493-494 (description d’un bois sacré), nulla autem effigies, nulli commissa (...)

13Metallum n’y est guère traduisible, car l’énumération qui suit comprend les ouvrages d’or, d’argent, d’ivoire et de gemmes. Ce sens vague de metallum apparaît encore dans deux autres passages, où il semble comprendre aussi le marbre16.

  • 17 MARTIAL, VIII. 51, 5; IX, 61, 3 ; XIV, 95, 1.
  • 18 MARTIAL, IV, 55, 11.

14Martial appelle metallum l’or17 et le fer traités. C’est évidemment de fer qu’il s’agit quand il évoque sa ville natale, célèbre pour la trempe18 :

Saefo Bilbilin optimam metallo

« Bilbilis, la meilleure pour le cruel métal. »

  • 19 MARTIAL, VI, 42, 11.

15Mais dans un autre texte, où il décrit une luxueuse installation de bains19, il s’agit de toute évidence de marbre vert :

in balneo Taygeti virent metalla

« dans la salle de bains, verdissent les produits des carrières du Taygète. »

161.4.2. Certes, la langue poétique n’est pas astreinte à la précision technique. Mais on va voir que, dans la prose de Pline l’Ancien, la sémantique est pareillement compliquée. En effet, à côté du sens de « cavité d’extraction » de matières diverses, Pline atteste la signification de « masse minérale dans le sol », par exemple quand il écrit :

  • 20 PLINE, Hist. Nat., II, 158.

penetramus in viscera (terrae) auri argentique venas et aeris ac plumbi metalla fodientes20.

« Nous pénétrons dans les entrailles de la terre, extrayant les veines d’or et d’argent, les filons de cuivre et de plomb. »

  • 21 Vena en est venu aussi à désigner le produit extrait : PLINE, XXXIII, 86; 95; 118; XXXIV, 145 et 1 (...)

17Dans ce développement d’allure rhétorique, il est clair que metallum est presque synonyme de vena. Les deux substantifs possèdent d’ailleurs des évolutions parallèles de sens21.

  • 22 Hist. Nat., XXXIV, 149. Même sens (non toujours le seul possible) en II, 207 ; III, 138 ; XXXIV, 1 (...)
  • 23 Hist. Nat., XXIX, 118; XXXIII, 1 ; XXXV, 29; XXXV, 30.
  • 24 Hist. Nat., XXXIII, 95; XXXV. 37; XXXVI, 195; XXXVI, 199; XXXVI, 72.
  • 25 Hist. Nat, XXXIII, 69. On trouve un sens voisin en XXXIII, 121 : minium secundarium robigo quaedam (...)
  • 26 Hist. Nat., XVIII, 114.
  • 27 Hist. Nat., XXXVII, 105.

18L’équivalence apparaît encore quand Pline dit du fer : metallorum omnium vena ferri largissima est22. « De tous les filons, la veine de fer est la plus généreuse. » Mais, d’autre part, Pline intitule metalla les deux livres de l’Histoire Naturelle où il parle de métallurgie23. Il est vrai que les métaux y voisinent avec diverses substances qui les accompagnent dans la nature. Le sens de metallum y est donc celui de « minerai extrait ». Ainsi Pline parle de argenti metalla, plumbi metalla, aeris metalla, auri metalla pour parler d’un produit extrait du sous-sol24. Le sens de métal ne s’impose même pas quand Pline, expliquant les mots techniques utilisés en Espagne, définit la scorie : spurcitia in omni metallo scoria appellatur25 « Le déchet dans tout minerai est appelé la scorie. » Enfin, on trouvera une dernière preuve que Pline n’est pas allé jusqu’au sens de « métal » dans le fait qu’il qualifie de metallum la craie (peut-être par ironie)26 et la sardoine27.

19Il est donc patent que Pline n’emploie pas metallum au sens spécial de notre moderne métal. Il en reste au sens plus général et plus vague de « minerai, produit extrait du sous-sol ».

201.4.3. En revanche, la spécialisation au sens de « métal » semble réalisée chez Juvénal. Constatant la décadence de l’humanité au cours des âges d’argent, de bronze et de fer, le poète dit son amertume :

  • 28 JUVÉNAL, XIII, 30.

huic aetati nomen a nullo posuit natura metallo28

« A notre époque, la nature n’a assigné le nom d’aucun métal (?) »

21Encore faudrait-il savoir s’il n’incluait pas dans la suite possible de la liste d’autres corps que les métalliques.

  • 29 SPARTIEN, Pescennius Niger, 12, 5-6 ; PRUDENCE, Contre Symmaque, I, 348.
  • 30 APULÉE, Métamorphoses, IX, 24.
  • 31 Scholie à HORACE, Odes, 4, 12, 17.
  • 32 CLAUDIEN, Carm. min., 29, 40.
  • 33 CASSIODORE, Variae, 3, 9, 3.
  • 34 HILAIRE. Commentarius in Matthaeum, 24, 6, t. 9, col. 1050 Migne.
  • 35 MARTIANUS CAPELLA, I, 16.

22Notre exposé n’a aucune prétention à l’exhaustivité. Tout au plus veut-il signaler la concordance des sens de l’emprunt latin avec ceux de son modèle grec. Des influences inverses ont d’ailleurs peut-être joué. Quoi qu’il en soit, on trouve jusqu’à la fin de l’Empire romain le mot metallum pour désigner, outre nos métaux, le marbre29, le soufre30, l’onyx31, la magnétite32, la pierre33, le cristal34 et le verre35.

  • 36 SERVIUS, Ad Aen., XII, 87 (cite ensuite l’or, l’argent, le fer, le cuivre). Cfr. VII, 527 ; VIII, (...)

23Comme en grec, la restriction du sens à « métal » n’apparaît avec toute la clarté désirable que dans des textes techniques, tardifs et peu nombreux. Ainsi, Servius, rapportant la théorie lucrétienne des origines de la métallurgie, raconte que, dans les anciens temps, par suite d’un incendie de forêt, la terre, qui fortuitement produisait tout, fit exsuder les métaux par la chaleur de l’incendie : terra casu fertilis omnium, ex incendii calore desudavit metalla36. Il s’agit bien de nos métaux.

  • 37 ISIDORE, XVI, 17, 2. Même définition dans C. Gl. Lat., IV, 537, 33. Cependant, le sens reste très (...)

24Au terme de l’évolution, le sens est parfaitement clair chez Isidore de Séville, qui affirme catégoriquement37 :

septem sunt genera metallorum : aurum, argentum, aes, electrum, stagnum, plumbum et, quod domat omnia, ferrum. « Il y a sept espèces de métaux, l’or, l’argent, l’électrum, le cuivre, l’étain, le plomb et celui qui les vainc tous, le fer. »

  • 38 ISIDORE, XVI, 24.

25A noter toutefois que l’electrum est un alliage naturel et que le même mot désigne en outre l’ambre38. Quant à stagnum, il signifie à la fois l’étain et le plomb d’œuvre, c’est-à-dire un alliage de plomb et d’argent.

  • 39 CHARISIUS, Instit. Gramm., p. 34, 1. 20 Keil : item metallica semper singularia sunt, ut puta auru (...)

26La spécialisation de metallum au sens de notre métal s’est donc effectuée avec autant de difficulté en latin qu’en grec. Les grammairiens latins, gênés par l’imprécision du terme, ont préféré un autre emprunt au grec, metallica, pour désigner métaux et alliages39.

271.5. Dans les pages qui précèdent, on a vu comment la terminologie reflète la lente évolution par laquelle s’est formée la conscience de la spécificité des métaux. L’évolution terminologique s’est faite dans le cadre du groupe lexical de μέταλλον, à cause de la prépondérance des métaux dans la production minière. Aristote a recouru à un néologisme μεταλλευόμενα (μεταλλευτά), mais celui-ci ne s’est guère répandu en dehors de l’Ecole. Le simple μέταλλον et son emprunt latin metallum n’ont été employés que très tard, à l’époque impériale, pour désigner spécialement un groupe de corps qui comprend nos métaux (sauf le mercure), quelques alliages et le verre. Aux obstacles d’ordre technique et scientifique s’ajoutait un obstacle terminologique : le sens originel de « mine » était toujours perçu et la désignation se référait donc à l’origine minière, commune aux métaux et à beaucoup d’autres corps minéraux.

28Cette conscience se voit aussi dans les nombreux textes où des métaux sont cités ensemble, et dans un certain nombre d’expressions moins précises, où se lit en filigrane l’idée que l’or, l’argent, le cuivre, le plomb, l’étain, le fer formaient une certaine communauté :

29Platon, Lois, 842 D : αἱ τέχναι, ὅσαιπερ σιδήρου δέονται ϰαὶ χαλϰοῦ ϰαὶ τῶν τοιούτων ἁπάντων. « Les arts qui ont besoin de fer, de bronze et de tous les corps de ce genre. »

30Strabon, III, 3, 5, p. 154 : τò τοῦ χρυσοῦ ϰαὶ ἀργύρου ϰαὶ τῶν παραπλησίων πλῆθος. « L’abondance d’or, d’argent et des matières voisines. »

31Lucien, Charon, 11 : ὁ χαλϰός μὲν πολύς, ὥστε οὐ πάνυ σπουδάζεται ὑπ αὐτῶν. τοῦτον δὲ (τòν χρυσòν) ὀλίγον ἐϰ πολλοῦ τοῦ βάθους οἱ μεταλλεύοντες ἀνορύττουσι πλὴν ἀλλ ἐϰ γῆς ϰαὶ οὗτος ὥσπερ ὁ μόλυβδος ϰαὶ τὰ λοιπά. « Le cuivre est abondant, de sorte qu’il n’est pas très recherché par eux. L’or, qui est rare, les mineurs vont l’extraire à grande profondeur, alors qu’il est un produit de la terre lui aussi comme le plomb et les autres. »

32Palaephatos, De incredibilibus, IX (X) : Λυγϰεὺς πρῶτος ἤρξατο μεταλλεύειν χαλϰòν ϰαὶ χρυσòν ϰαὶ τὰ ἄλλα. « Lyncée le premier se mit à extraire le bronze, l’argent et le reste. »

33Homélies pseudo-clémentines, VIII, 14 : χρυσοῦ ϰαὶ ἀργύρου ϰαὶ τῶν δμοίων χύσιν. « La fusion de l’or, de l’argent et des corps semblables. »

34Hiéroclès, Commentaire aux vers d’or, intr., p. 417, Müllach (Fragmenta phitosophorum graecorum, I, Paris, 1860) : ἔστι δὲ ϰαὶ ὁ χρυσὸς ἀϰίβδηλόν τι ϰαὶ γῆς οὐϰ ἀναπεπλησμένον, ὥσπερ τὰ συγγενῆ ϰαὶ ἐφεξῆς ὄντα τούτψ, οἷον ἄργυρος ϰαὶ χαλϰòς ϰαὶ σίδηρος. « L’or est quelque chose de pur, non mélangé de terre, comme les corps voisins qui se trouvent à sa suite, tels l’argent, le cuivre et le fer. »

35Il importe maintenant de compléter l’étude lexicale par un examen des idées que les anciens possédaient sur la nature des métaux. On y cherchera si les savants de l’Antiquité percevaient entre les métaux une identité de nature qui les groupait dans le monde physique, ou si l’idée d’une communauté était fondée sur une perspective purement technique.

Notes

1 Pour éviter d’alourdir l’exposé, on négligera les dérivés latins de metallum, qui sont rares, tardifs et sans incidence sur notre problème. Ce sont : metallarius « mineur », metallicus « minier, minéral », metallifer « riche en mines », metallinus « minéral », metallare « exploiter une mine ».

2 Géorgiques, II, 165-166.

3 Enéide, VIII, 445. Cfr. Enéide, VI, 144 (à propos du rameau d’or) : simili frondescit virga metallo.

4 Métamorphoses, X, 220.

5 Métamorphoses, X, 531.

6 Fastes, IV, 785-786. — Ovide atteste aussi le sens de « cavité d’extraction », dans Métamorphoses, XV, 707, et peut-être dans Pontiques, III, 8, 5.

7 Punica, I, 228-230.

8 Punica, II, 403.

9 Punka, VIII, 616.

10 Punica, Χ, 118.

11 Punica, IV, 156.

12 Bellum Civile, IV, 233-234.

13 Bellum Civile, IX, 364. Le sens est obscur en VII, 740 : plena metallis castra.

14 Silves, I, 5, 36 ; II, 2, 85 ; III, 1, 5 ; IV, 3, 99.

15 Silves, I, 3, 47-48.

16 STACE, Thébaïde, XII, 493-494 (description d’un bois sacré), nulla autem effigies, nulli commissa metallo forma dei ; Silves, V, 1, 8-9 (un homme fait faire des statues de son épouse), curasque fatigat artificum inque omni te quaerit amare metallo. — Metallum désigne l’or dans Silves, I, 2, 153 ; Thébaïde, I, 144 ; Thébaïde, XI, 398.

17 MARTIAL, VIII. 51, 5; IX, 61, 3 ; XIV, 95, 1.

18 MARTIAL, IV, 55, 11.

19 MARTIAL, VI, 42, 11.

20 PLINE, Hist. Nat., II, 158.

21 Vena en est venu aussi à désigner le produit extrait : PLINE, XXXIII, 86; 95; 118; XXXIV, 145 et 173.

22 Hist. Nat., XXXIV, 149. Même sens (non toujours le seul possible) en II, 207 ; III, 138 ; XXXIV, 132 ; XXXIV, 142 ; XXXVII, 203.

23 Hist. Nat., XXIX, 118; XXXIII, 1 ; XXXV, 29; XXXV, 30.

24 Hist. Nat., XXXIII, 95; XXXV. 37; XXXVI, 195; XXXVI, 199; XXXVI, 72.

25 Hist. Nat, XXXIII, 69. On trouve un sens voisin en XXXIII, 121 : minium secundarium robigo quaedam metalli est.

26 Hist. Nat., XVIII, 114.

27 Hist. Nat., XXXVII, 105.

28 JUVÉNAL, XIII, 30.

29 SPARTIEN, Pescennius Niger, 12, 5-6 ; PRUDENCE, Contre Symmaque, I, 348.

30 APULÉE, Métamorphoses, IX, 24.

31 Scholie à HORACE, Odes, 4, 12, 17.

32 CLAUDIEN, Carm. min., 29, 40.

33 CASSIODORE, Variae, 3, 9, 3.

34 HILAIRE. Commentarius in Matthaeum, 24, 6, t. 9, col. 1050 Migne.

35 MARTIANUS CAPELLA, I, 16.

36 SERVIUS, Ad Aen., XII, 87 (cite ensuite l’or, l’argent, le fer, le cuivre). Cfr. VII, 527 ; VIII, 326. De même, OROSE, Historiae adversas paganos, V, 3, 7 appelle metallum le bronze de Corinthe et metalla ses composants.

37 ISIDORE, XVI, 17, 2. Même définition dans C. Gl. Lat., IV, 537, 33. Cependant, le sens reste très vague dans C. Gl. Lat., III, 30 (metalla aurum argentum aes ferrum et marmor) et IV, 537, 34 (metalli genus marmoris).

38 ISIDORE, XVI, 24.

39 CHARISIUS, Instit. Gramm., p. 34, 1. 20 Keil : item metallica semper singularia sunt, ut puta aurum stagnum argentum cassiterum [errum orichalcum aes aurichalcum plumbum = DIOMËDE, p. 328, 13 ; p. 550, 24. Cfr. BÈDE, De orthographia, p. 263, 1 Keil. — Orichalcum est le calque du grec ὀρείχαλϰος, désignant le laiton (alliage de cuivre et de zinc). Aurichalcum est à l’origine une graphie fautive pour orichalcum, mais les Romains y ont vu plus tard un alliage d’or et de cuivre. A ce sujet, voir notre article L’orichalque et le laiton, dans L’Antiquité Classique, 42 (1973), pp. 64-81.

© Presses universitaires de Liège, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search