Version classiqueVersion mobile

Le problème des métaux dans la science antique

 | 
Robert Halleux

Première partie. Enquête lexicale

Chapitre III. De l’usage de μέταλλον pour désigner le métal

Texte intégral

  • 1 On ne peut évidemment faire état des occurrences de μέταλλον au sens de « métal » dans le traité p (...)
  • 2 P. ROBERT, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, t. IV, Paris, 1959, p. (...)

11.3.1. Selon toute apparence, μέταλλον a tardé très longtemps à prendre le sens de « métal »1. Sans doute, on trouve, à partir de Diodore de Sicile, un petit nombre de textes grecs où le sens de « mine, galerie d’extraction » n’est plus possible, mais où celui de « métal » ne s’impose pas pour autant. Il semble que, dans certains cas, le nom ait été transféré de l’excavation à son contenu, c’est-à-dire aux masses minérales, métalliques ou non, qui s’y trouvent, puis en ont été extraites, ce que nous appelons les minerais. Rappelons à ce propos que si minéral est le nom générique de tous les corps inorganiques, on appelle minerai « tout minéral qui contient à l’état pur ou sous forme de mélange ou de combinaison, une ou plusieurs substances chimiques déterminées en proportion telle qu’on puisse les isoler industriellement »2.

  • 3 MACQUER, Dictionnaire de Chymie, t. II, p. 106, s. v. Mines métalliques : « Le mot de mines a deux (...)
  • 4 Par exemple, BUFFON, Histoire naturelle. Minéraux, dans Œuvres complètes, t. II, Paris, 1856, pp. (...)

2Pareille évolution sémantique n’est pas sans parallèles. On sait que les anciens minéralogistes français appelaient mines les minerais utiles, en place ou extraits, particulièrement la forme minéralisée des métaux3. Il en reste une trace dans notre « mine de plomb » qui désigne le graphite d’un crayon. Cette polysémie ne manquait pas d’entraîner des confusions, auxquelles on remédia en introduisant « minerai »4.

  • 5 DIODORE, V, 13, 1.

3Il est incontestable que μέταλλον signifie le « minerai en veine » dans un passage de Diodore décrivant l’île d’Aithaleia, c’est-à-dire d’Elbe5 :

πέτραν γὰρ ἔχει πολλὴν σιδηρῖτιν, ἣν τέμνουσιν ἐπὶ τὴν χωνείαν ϰαὶ ϰατασϰευὴν τοῦ σιδήρου, πολλὴν ἔχοντες τοῦ μετάλλου δαψιλείαν.

« Elle possède beaucoup de roche ferreuse, que l’on découpe en vue de la fusion et de la préparation du fer, car ils ont grande abondance de ce minerai. »

4L’expression τοῦ μετάλλου δαψιλείαν ne se réfère pas à une abondante production de métal, mais complète πολλὴν σιδηρῖτιν par une précision utile : la veine généreuse donne un minerai riche, qu’il suffit de débiter et de mettre au four.

  • 6 DIODORE, II, 36, 2.

5Un autre passage, consacré aux productions de l’Inde, est à peine moins probant6 :

ἡ δὲ γῆ πάμφορος οὖσα τοῖς ἡμέροις ϰάρποις ἔχει ϰαὶ φλέβας ϰαταγείους πολλῶν ϰαὶ παντοδαπῶν μετάλλων. Γίνεται γὰρ ἐν αῦτῇ πολὺς μὲν ἄργυρος ϰαὶ χρυσός, οὐϰ ὀλίγος δὲ χαλϰòς ϰαὶ σίδηρος, ἔτι δὲ ϰαττίτερος ϰαὶ τἆλλα τὰ πρòς ϰόσμον τε ϰαὶ χρείαν ϰαὶ πολεμιϰὴν παρασϰευὴν ἀνήϰοντα.

« Si la terre surabonde de produits cultivés, elle a aussi des veines souterraines de minerais nombreux et divers. Il s’y trouve beaucoup d’argent et d’or, pas mal de cuivre et de fer, de l’étain aussi, ainsi que les autres matières utiles à l’ornementation, à la vie courante et à l’équipement militaire. »

6Ainsi donc le sens de μέταλλον est passé, vers le début de notre ère, du contenant au contenu, mais il ne s’agit pas seulement de métaux : τἆλλα... se réfère à des μέταλλα non métalliques au sens moderne.

  • 7 RUFUS, frg. 11 p. 298 Daremberg-Ruelle = ORIBASE, Collections, V, 3, 21.
  • 8 HIPPOCRATE, Des airs, des eaux, des lieux, 7, t. II, p. 28 Littré. Cfr. intra, deuxième partie, ch (...)

7Un autre bel exemple de cette évolution sémantique se trouve dans un fragment de Rufus d’Ephèse conservé par Oribase7. Le passage a trait aux différences entre les eaux, dans la tradition du traité hippocratique des Airs, des Eaux, des Lieux8. Rufus note que la qualité de l’eau dépend du terrain :

μεγίστη δὲ τοῖς ὕδασι διαφορὰ ϰαὶ ἐπισημοτάτη ἔϰ τε μετάλλων ϰαὶ βοτανῶν πεφυϰυιῶν αὐτόθι · τὰ μὲν οὖν μέταλλα εἴς τε τὴν ἄλλην οἴϰησιν ϰαὶ εἰς τὴν τῶν ὑδάτων πόσιν βλαβερά.

« La plus grande et la plus évidente différence entre les eaux vient des minéraux et des plantes qui y poussent. Car les minéraux sont nuisibles pour l’utilisation et notamment pour la consommation des eaux. »

  • 9 RUFUS, frg. 66 Daremberg-Ruelle, § 16, p. 344 = AETIOS, III, 165 : τὰ ἐν μετάλλοις χρυσοῦ ϰαὶ ἀργύ (...)

8Une autre version du même fragment, transmise par Aétios d’Amida9, substitue à μετάλλων une énumération où se trouvent l’alun et le soufre, ce qui prouve que le sens de μέταλλον n’était restreint ni aux métaux ni aux minerais métalliques. Au reste, l’opposition μετάλλων-βοτανῶν dans notre passage suffirait à le démontrer.

  • 10 ORIGÈNE, De principiis, III, 1, 2, p. 108 Delarue = p. 196 Koetschau — SVF 988, t. II, p. 28 Von A (...)

9La même traduction s’impose pour le passage suivant d’Origène10 :

ἐν ἑαυτοῖς δὲ ἔχει τὴν αἰτίαν τοῦ ϰινεῖσθαι ζῷα ϰαὶ φυτὰ ϰαὶ ἁπαξαπλῶς ὅσα ὑπò φύσεως ϰαὶ ψυχῆς συνέχεται, ἐξ ὧν φασιν εἶναι ϰαὶ τὰ μέταλλα.

  • 11 On verra plus loin (deuxième partie, chapitre I) que les anciens croyaient à une croissance dans l (...)

« Ont en eux-mêmes la cause du mouvement, les animaux, les plantes et, d’une manière générale, les êtres qui tiennent leur unité de la nature et de l’âme, parmi lesquels, dit-on, il y a aussi les substances minérales11. »

  • 12 CE. RUELLE et F. DE MELY, Les lapidaires de l’Antiquité et du Moyen Age, t. II, Paris, 1898, p. 12 (...)

10C’est également le sens de « masse minérale dans la terre » qu’il faut probablement donner à μέταλλα dans un passage des Cyranides. Le sens de « masse métallique dans la terre », n’est toutefois pas exclu. A la fin de la troisième Cyranide, l’auteur anonyme termine son exposé par des considérations morales sur les biens. Selon lui, la divinité a rendu facile l’accès aux biens nécessaires à la vie, mais elle a mis hors d’atteinte les autres, notamment ceux qu’il appelle οἱ τίμιοι λίθοι ϰαὶ τὰ μέταλλα12. Et il ajoute :

πρῶτον μὲν περὶ τῶν ἐν τῇ<γῇ> μετάλλων τὴν ἱστορίαν ποιήσομεν θεοῦ ἡγήσει ϰαὶ ἐνεργείᾳ.

« et d’abord nous ferons, sous la conduite et l’influence de Dieu, l’histoire des minéraux qui sont dans la terre. »

  • 13 Idée fréquente dans l’Antiquité, à laquelle Pline l’Ancien fait de fréquentes allusions dans ses l (...)
  • 14 C’est ainsi que comprend le Vieil Interprète latin du xiie s. édité par L. DELATTE, Textes latins (...)

11Bien que la partie de l’œuvre annoncée ici soit perdue, nous pouvons présumer qu’il s’agit bien ici des masses minérales du sous-sol, qu’il est mauvais de déterrer13. Si les métaux y occupent une place importante, ils n’en sont toutefois qu’une partie non autrement précisée14.

121.3.2. Entre la masse minérale in situ et le minerai extrait, la distinction est ténue et le pas fut aisément franchi qui devait aboutir à une spécialisation de μέταλλον pour désigner le métal. Mais il est souvent très difficile de la déceler dans les textes.

  • 15 F. PREISIGKE, Sammelbuch griechischer Urkunden aus Aegypten, t. I, Strasbourg, 1915, n° 4313 = W. (...)

13Il en est ainsi pour cette épigramme funéraire d’un orfèvre, gravée sur un cénotaphe d’Alexandrie (ier/iie s. après J.-C.)15 :

πατρὶς Ἀλεξανδρεία Μαϰεδονὶς Αἰγύπτοιο
ϰοσμοτρόφον δάπεδον μεγάλου Πλουτῆος ἄναϰτος
ἡ δὲ τέχνη χρυσοῖο ϰαὶ ἀργύρου ἠδὲ μετάλλων

« Ma patrie, Alexandrie, la Macédonienne d’Egypte, terre du grand roi Plouteus, nourricière du monde ; mon art, l’or, l’argent et les minéraux. »

  • 16 Ε. BERNAND, Inscriptions métriques de l’Egypte gréco-romaine, Paris, 1969, n° 19, p. 103.
  • 17 Un problème parallèle se pose dans la version grecque du livre d’Hénoch, pseudépigraphe biblique c (...)

14La traduction « métaux » que propose E. Bernand16 est forcée, car il peut s’agir d’autres substances minérales, par exemple des gemmes et des pierres semi-précieuses. On ne peut pas trancher17.

  • 18 PAUSANIAS, VIII, 18, 5-6.

15De même, Pausanias, parlant de l’eau du Styx, écrit18 :

ὕαλος μέν γε ϰαὶ ϰρύσταλλος ϰαὶ μόρρια ϰαὶ ὅσα ἐστιν ἀνθρώποις ἄλλα λίθου ποιούμενα ϰαὶ τῶν σϰευῶν τὰ ϰεραμεᾶ, τὰ μὲν ὑπò τῆς Στυγòς τοῦ ὕδατος ῥήγνυται. Κεράτινα δὲ ϰαὶ ὀστέινα σίδηρος δὲ ϰαὶ χαλϰός, ἔτι δὲ μόλιβδος ϰαὶ ϰαττίτερος ϰαὶ ἄργυρος ϰαὶ ἤλεϰτρον ὑπò τούτου σήπεται τοῦ ὕδατος · τò δὲ αὐτò μετάλλοις τοῖς πᾶσι ὁ χρυσὸς πέπονθε.

« Le verre, le cristal, les myrrhins, tout ce qui est fabriqué par les hommes dans une matière autre que la pierre, les objets qui sont en argile, sont brisés par l’eau du Styx. Les objets de corne ou d’os, le fer, le cuivre, le plomb, l’étain, l’argent, l’électrum sont putréfiés par cette eau. L’or, lui aussi, subit le même sort que toutes les substances minérales » (ou « que tous les métaux »).

16On hésite à traduire cette dernière phrase, car l’énumération précédente reprend tous les autres métaux connus des anciens, et aucun autre minéral.

  • 19 NONNOS, Dionysiaques, XI, 26.
  • 20 NONNOS, Dionysiaques, XXV, 392.

17Dans d’autres textes, où l’un ou l’autre de nos métaux se trouve dénommé μέταλλον, il est impossible de dire si la restriction de sens est faite. Ainsi, Nonnos, décrivant le Pactole, dit19 : ἀστράπτει ῥόος οὗτος ἐρευθιόοιντι μετάλλῳ « Ce fleuve étincelle de rougeoyant minerai ». On pourrait certes traduire « métal », mais n’y a-t-il pas là une audacieuse comparaison du fleuve avec une veine ? Le problème est d’ailleurs compliqué par le fait que l’or alluvionnaire est à la fois métal et minerai, et que les pépites charriées par le fleuve sont dans leur gîte sans y être. Ailleurs, Nonnos qualifie l’argent d’ἀpγύpεov μέταλλον20.

  • 21 A noter toutefois que le vocabulaire alchimique donne au mot μέταλλον le même sens que le langage (...)
  • 22 PROCLOS, Commentaire au Timée, p. 43 Diehl (pour le texte grec, cfr. p. 152).
  • 23 Ces listes astrologiques sont étudiées dans la deuxième partie, pp. 154-155.
  • 24 Hermippus de astrologia, 130, p. 59, 4 Kroll-Viereck. Ce dialogue d’astrologie chrétienne est prob (...)

18En fait, la spécialisation de μέταλλον au sens de « métal » n’apparaît avec toute la clarté désirable que dans la langue tardive d’un petit nombre de traités spéciaux, tels que les textes astrologiques21. Ainsi, le néo-platonicien Proclos, dans son commentaire au Timée, parle de χρυσòς ϰαὶ ἄργυρος ϰαὶ ἕϰαστα τῶν μετάλλων22. La suite du texte ajoute le plomb et le fer. Si nous combinons ces données avec d’autres listes astrologiques, il apparaît que désormais la signification de μέταλλον est restreinte à sept corps : l’or, l’argent, le cuivre, le fer, l’étain, le plomb, l’électrum. Toutefois certaines listes hésitent entre le verre et l’électrum23. Le petit traité byzantin Hermippe ou de l’astrologie emploiera, pour désigner ces corps, l’expression ἑπτὰ μέταλλα24.

  • 25 OLYMPIODORE, In Aristotelis Meteora, p. 266, 1. 33, 36; p. 269, 1. 11, 27, 29 ; p. 270, 1. 12, 13, (...)
  • 26 OLYMPIODORE, op. cit., p. 310, 17. Sur cette pierre, voir p. 114, n. 16.
  • 27 AGATHIAS, V, 9 Niebuhr, sur la restauration de Sainte-Sophie : ἀνεδομήσατο μεγέθους τε ὑπερβολῇ ϰα (...)

19La spécialisation de sens est tout aussi évidente chez Olym-piodore qui, dans ses commentaires aux Météorologiques, substitue μέταλλα à μεταλλευόμενα du Stagirite25. Encore faut-il remarquer qu’il appelle μέταλλον la pierre meulière (μυλίας), qui est une pierre fusible comme les métaux, la lave26. Toutefois, la langue des non-spécialistes désignera encore pendant un certain temps, sous le nom de μέταλλον, divers autres corps, comme en témoigne, au vie siècle de notre ère, tel passage d’Agathias27.

20Ainsi, au terme de son évolution en grec ancien, le mot μέταλλον, sans perdre son sens ancien de « mine » a servi à désigner globalement sept corps qui sont l’or, l’argent, le cuivre, le plomb, le fer, l’étain et, très souvent, l’électrum ou le verre. La mention de l’électrum, qui est pour nous un alliage d’or et d’argent, peut surprendre. Elle est cependant normale, car l’appellation μέταλλον est fondée sur la seule origine, et on sait que l’électrum est un alliage naturel, extrait dans les mêmes conditions que les métaux. Quant au verre, on verra dans la seconde partie qu’il a plus d’une analogie avec les métaux.

Notes

1 On ne peut évidemment faire état des occurrences de μέταλλον au sens de « métal » dans le traité pseudo-aristotélicien De plantis, II, 1, p. 822 A 26; 28 ; 31. Le texte grec de ce traité a été refait à la Renaissance d’après une traduction latine d’Alfred de Sareshel, elle-même faite sur un original arabe dérivé d’un traité grec de Nicolas de Damas.

2 P. ROBERT, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, t. IV, Paris, 1959, p. 584, s. v. Minéral 2, et p. 583, s. v. Minerai. La notion de minerai est donc plus économique que chimique.

3 MACQUER, Dictionnaire de Chymie, t. II, p. 106, s. v. Mines métalliques : « Le mot de mines a deux significations : on s’en sert pour désigner les endroits de la terre d’où on tire les métaux, et il se donne aussi aux composés naturels qui contiennent les métaux alliés à différentes substances. »

4 Par exemple, BUFFON, Histoire naturelle. Minéraux, dans Œuvres complètes, t. II, Paris, 1856, pp. 232 sq. « Il semble, écrit-il, que ce mot s’est introduit pour éviter l’équivoque que pourrait produire le mot « mine ». »

5 DIODORE, V, 13, 1.

6 DIODORE, II, 36, 2.

7 RUFUS, frg. 11 p. 298 Daremberg-Ruelle = ORIBASE, Collections, V, 3, 21.

8 HIPPOCRATE, Des airs, des eaux, des lieux, 7, t. II, p. 28 Littré. Cfr. intra, deuxième partie, chapitre I, p. 79.

9 RUFUS, frg. 66 Daremberg-Ruelle, § 16, p. 344 = AETIOS, III, 165 : τὰ ἐν μετάλλοις χρυσοῦ ϰαὶ ἀργύρου ἢ στυπτηρίας ἢ θείου ἢ τῶν ὁμοίων, ὅσοις τε ἐμπεφύϰασι ῥίζαι οὐϰ ἐπιτήδειοι. « Les eaux des mines d’or, d’argent, d’alun, de soufre et de corps semblables, et les eaux près desquelles poussent des racines qui ne conviennent pas. »

10 ORIGÈNE, De principiis, III, 1, 2, p. 108 Delarue = p. 196 Koetschau — SVF 988, t. II, p. 28 Von Arnim. — Même sens chez CLÉMENT D’ALEXANDRIE, Pédagogue, II, 3, 38, p. 191 Potter, 437 A Migne (à propos du Christ méprisant les richesses) : ἤσθιεν δὲ ϰαὶ ἔπινεν παρὰ τὰς εὐωχίας οὐ γῆς ἐξορύττων μέταλλα οὐδὲ ἀργύρου ϰαὶ χρυσοῦ, τοῦτ ἐστιν ἰοῦ προσόζουσι, σϰευαρίοις χρώμενος. Traduction de C. Mondésert (Paris, Cerf, 1965) : « Il mangeait et buvait dans les banquets, sans faire déterrer des minerais, sans user de ces instruments qui dégagent une odeur d’argent ou d’or, c’est-à-dire de vert-de-gris. »

11 On verra plus loin (deuxième partie, chapitre I) que les anciens croyaient à une croissance dans la terre non seulement des minerais métalliques, mais de toute espèce de substances minérales.

12 CE. RUELLE et F. DE MELY, Les lapidaires de l’Antiquité et du Moyen Age, t. II, Paris, 1898, p. 124 : τὰ δὲ οὐϰ ἀναγϰαῖα τῷ βίῳ δυσπόριστα μάλιστα ἔηϰεν ἵνα ὅπερ ἐλλείπει τῷ ἀναγϰαὶῳ τούτῳ ἃ παραζητεῖται οἷοι οἱ τίμιοι λίθοι ϰαὶ τὰ μέταλλα περὶ ὧν ἐξῆς διελευσόμεθα.

13 Idée fréquente dans l’Antiquité, à laquelle Pline l’Ancien fait de fréquentes allusions dans ses livres relatifs à la métallurgie, par exemple XXXIII, 1-3.

14 C’est ainsi que comprend le Vieil Interprète latin du xiie s. édité par L. DELATTE, Textes latins et vieux français relatifs aux Cyranides, Liège-Paris, 1942, p. 206 : alia vero non tantum necessaria vitae, repertum vero difficilia maxime relicta sunt nobis et consuevimus ea quaerere, velut etiam sunt lapides pretiosi et metalla, de quibus deinceps tractabimus. Et primum de metallis terrae veram expositionem et tractatum notum ponemus, deinde de lapidibus exsequemur.

15 F. PREISIGKE, Sammelbuch griechischer Urkunden aus Aegypten, t. I, Strasbourg, 1915, n° 4313 = W. PEEK, Griechische Vers-Inschriften, t. I, Grabepigramme, Berlin, 1955, n° 1015 (épitaphe de l’orfèvre Canope).

16 Ε. BERNAND, Inscriptions métriques de l’Egypte gréco-romaine, Paris, 1969, n° 19, p. 103.

17 Un problème parallèle se pose dans la version grecque du livre d’Hénoch, pseudépigraphe biblique composé vers 170 av. J.-C. (A.M. DENIS, Introduction aux pseudépigraphes grecs d’Ancien Testament, Leiden, 1970, pp. 15-30). Au chapitre VIII, l’auteur raconte que les anges rebelles apprirent les techniques aux hommes (VIII, 1) : ἐδίδαξεν τοὺς ἀνθρώπους ‘Αζαὴλ ποιεῖν ϰαὶ ὅπλα ϰαὶ ἀσπίδας ϰαὶ θώραϰας [διδάγματα ἀγγέλων] ϰαὶ ὑπέδειξεν αὐτοῖς τὰ μέταλλα ϰαὶ τὴν ἐργααίαν αὐτῶν ϰαὶ ψέλια ϰαὶ ϰόσμους ϰαὶ στίβεις ϰαὶ τò ϰαλλιβλέφαρον ϰαὶ παντοίους λίθους ἐϰλεϰτοὺς ϰαὶ τὰ βαφιϰά. « Azaël apprit aux hommes à faire des poignards, des boucliers et des cuirasses, et leur montra les minéraux et leur traitement, et les colliers, les parures, les fards, les fards à paupières et toutes les espèces de pierres choisies et les teintures. »

18 PAUSANIAS, VIII, 18, 5-6.

19 NONNOS, Dionysiaques, XI, 26.

20 NONNOS, Dionysiaques, XXV, 392.

21 A noter toutefois que le vocabulaire alchimique donne au mot μέταλλον le même sens que le langage courant : « masses minérales dans le sol ». Voir par exemple OLYMPIODORE L ALCHIMISTE dans BERTHELOT, Collection, II, p. 78, 1. 18. Pour la notion de « métal », l’alchimie grecque emploie σῶμα. Voir Collection, II, pp. 32, 43, 46, 51, 52, 53, 58, 59, 60, 61, 62, 63, 71, 75, 77, etc.

22 PROCLOS, Commentaire au Timée, p. 43 Diehl (pour le texte grec, cfr. p. 152).

23 Ces listes astrologiques sont étudiées dans la deuxième partie, pp. 154-155.

24 Hermippus de astrologia, 130, p. 59, 4 Kroll-Viereck. Ce dialogue d’astrologie chrétienne est probablement du xive siècle.

25 OLYMPIODORE, In Aristotelis Meteora, p. 266, 1. 33, 36; p. 269, 1. 11, 27, 29 ; p. 270, 1. 12, 13, 23, 25, 30, 36 ; p. 271, 1. 9 et 12.

26 OLYMPIODORE, op. cit., p. 310, 17. Sur cette pierre, voir p. 114, n. 16.

27 AGATHIAS, V, 9 Niebuhr, sur la restauration de Sainte-Sophie : ἀνεδομήσατο μεγέθους τε ὑπερβολῇ ϰαὶ σχήματος εὐπρεπείᾳ ϰαὶ ποιϰιλίᾳ μετάλλων ἐπιϰοσμήσας. Ἤρεψε δὲ αὐτδν ἐϰ πλίνθου ὀπτῆς ϰαὶ τιτάνου, πολλαχοῦ ϰαὶ σιδήρψ συνδήσας, ξύλοις τε ἥϰιστα χρησάμενος ὡς ϰαὶ μηϰέτι εὐϰολώτατα πυρπολοῖτο. « Il l’embellit par l’ampleur des proportions, la convenance de la forme et la variété des matériaux. Il le construisit en brique cuite et en chaux, avec souvent des joints de fer. Il utilisa le moins possible le bois, pour qu’il ne prenne plus feu avec facilité. »
On ne peut davantage trancher chez PAUL LE SILENTIAIRE, Ecphr., 6401-641 Bekker, et dans l’Anthologie Palatine, VII, 363, 1 : +τετμενάνης+ ὅδε τύμβος εὐγλύπτοιο μετάλλου || ἥρωος μεγάλου νέϰυος ϰατὰ σῶμα ϰαλύπτει. Ε. DES PLACES (Anthologie Palatine, t. IV, Paris, 1938, coll. Univ. de France) traduit « cette tombe de marbre bien taillé ».

© Presses universitaires de Liège, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search