Version classiqueVersion mobile

Le problème des métaux dans la science antique

 | 
Robert Halleux

Première partie. Enquête lexicale

Chapitre II. Première recherche d’un nom générique du métal

Texte intégral

11.2.1. C’est seulement au ive siècle que se manifeste en Grèce le besoin de désigner globalement la production minière. A cette fin sont alors utilisés plusieurs mots et expressions, notamment des dérivés du verbe μεταλλεύω, et des termes apparentés. Malheureusement, même lorsque l’un de ces termes génériques est suivi d’une énumération, celle-ci n’est jamais expressément limitative ou exhaustive, ce qui constitue un inconvénient majeur pour déterminer la signification du terme.

  • 1 PLATON, Critias, 114 E.

2En général, on peut affirmer que celle-ci ne recouvre pas exactement le groupe de nos modernes métaux. Certes, ceux-ci occupent, par leur abondance et leur importance économique, une place de choix dans la production minière, mais ils ne constituent pas toute cette production. Ceci apparaît clairement quand Platon décrit, dans le Critias1, les ressources minières de l’île Atlantide :

πλεῖστα δὲ ἡ νῆσος αὐτὴ παρείχετο εἰς τὰς τοῦ βίου ϰατασϰευάς, πρῶτον μὲν ὅσα ὑπò μεταλλείας ὀρυττόμενα στερεὰ ϰαὶ ὅσα τηϰτὰ γέγονε.

  • 2 PLATON, Œuvres complètes, t. X, Timée. Critias, éd. A. RIVAUD, 3e éd., Paris, 1956 (Coll. des Univ (...)

3Α. Rivaud2 traduit :

« La plus grande part des ressources nécessaires à la vie, l’île elle-même les leur fournissait. D’abord tous les métaux durs ou malléables que l’on peut extraire des mines. »

  • 3 Pour la discussion de ce problème, voir annexe III.
  • 4 A fortiori, on ne peut rien tirer de ce passage du Sophiste, 265 C : ὅσα ἄψυχα ἐν γῇ συνίσταται σώ (...)

4Mais en l’absence de précisions complémentaires sur l’identité de ces substances, la traduction nous paraît forcée. Rien n’exclut, en effet, la présence d’autres substances minérales aux côtés des métaux. Parmi les ὀρυττόμενα στερεά, c’est-à-dire les produits d’extraction durs, le fer, que les anciens ne savaient pas couler3, voisine avec toutes les espèces de pierres. Pareillement les ὀρυττόμενα τηϰτά, c’est-à-dire les produits d’extraction fusibles ou solubles comprennent les métaux comme l’or, l’argent et le cuivre, mais aussi d’autres corps comme le verre, le soufre, les pigments minéraux, et le sel4.

  • 5 PLATON, Politique, 288 D.

5Dans un passage du Politique5, l’Etranger, parlant de la matière qui est l’objet commun des différentes techniques, énumère :

χρυσόν τε ϰαὶ ἄργυρον ϰαὶ πάνθ δπόσα μεταλλεύεται ϰαὶ ὅσα δρυοτομιϰὴ ϰαὶ ϰουρὰ σύμπασα τέμνουσα παρέχει τεϰτονιϰῇ ϰαὶ πλεϰιϰῇ.

« L’or et l’argent et toutes les matières qui s’extraient des mines et celles que le bûcheronnage et la tonte sous toutes ses formes procurent à la construction et au tissage. »

6Ici encore, l’énumération nous laisse sur notre faim. Bien que les premiers mots désignent des métaux au sens moderne, il ne s’ensuit pas que δπόσα μεταλλεύεται désigne seulement les métaux, car le sens originel de μεταλλεύω « extraire d’une mine » était encore perçu.

  • 6 PLATON, Lois, VIII, 847 D.

7Il n’en va pas autrement d’une autre formule qui apparaît dans les Lois6 :

περὶ δὲ ὅπλων ϰαὶ ὅσα περὶ τὸν πόλεμον ἅπαντα ὄργανα, ἐάν τινος ἢ τέχνης εἰσαγωγίμου δέῃ γίγνεσθαι ἢ φυτοῦ ἢ μεταλλευτιϰοῦ ϰτήματος ἢ δεσμευτιϰοῦ ἢ ζῴων τινῶν ἕνεϰα τῆς τοιαύτῇς χρείας, ἵππαρχοι ϰαὶ στρατηγοὶ τούτων ἔστωσαν ϰύριοι εἰσαγωγῆς τε ϰαὶ ἐξαγωγῆς.

« A propos des armes et de tout l’outillage relatif à la guerre, s’il est besoin d’une technique étrangère, d’une matière végétale, d’un produit minier, d’un cordage ou d’animaux pour pareil usage, que les hipparques et les stratèges soient maîtres de l’importation et de l’exportation. »

  • 7 On lit dans la traduction de A. Diès (PLATON, Œuvres complètes, t. XII, 1, Les Lois, Paris, 1956, (...)

8L’expression μεταλλευτιϰὸν ϰτῆμα désigne toute espèce de produit du sous-sol. En fait, les exemples de Platon sont choisis dans les différents règnes de la nature — végétal, minéral, et animal — et n’impliquent rien de plus précis. Rien ne permet de croire que Platon restreint le sens des expressions précitées7.

  • 8 ARISTOTE, Politiques, I, 10, p. 1258 Β 31.

91.2.2. Il faut attendre Aristote pour constater cette spécialisation. Dans un passage des Politiques8, Aristote, énumérant les diverses activités d’acquisition, cite notamment la μεταλλευτιϰή, « l’activité minière », et ajoute :

αὕτη δὲ πολλὰ ἤδη περιείληφε γἐνη · πολλὰ γὰρ εἴδη τῶν ἐϰ τῆς γῆς μεταλλευομένων ἐστίν.

« celle-ci comprend beaucoup de variétés, car nombreuses sont les espèces de substances extraites de la terre. »

  • 9 Cfr. 1258 Β 34-35 : « De chacun de ces corps, on vient de parler en général. Un exposé détaillé es (...)

10Rien, dans ce texte, ne permet de dire si Aristote a dépassé le sens très général de « produits d’extraction »9.

  • 10 Météorologiques, III, 6, p. 378 A 19.

11Toutefois, un passage célèbre des Météorologiques10 est à cet égard plus explicite et révèle que le Stagirite emploie désormais μεταλλευόμενα (et son synonyme l’adjectif verbal μεταλλευτά) dans une acception très étroite. Aristote y distingue deux catégories de produits du sous-sol :

δύο δὲ ϰαὶ τὰ εἴδη τῶν ἐν τῇ γῇ γιγνομένων, τὰ μὲν ὀρυϰτὰ τὰ δὲ μεταλλευτά

« elles sont deux aussi les espèces de matières qui se trouvent dans la terre, les minéraux non métalliques et les métaux ».

  • 11 ARISTOTE, Météorologiques, III, 6, p. 378 A 22 sq.

12Nous pouvons traduire ainsi, car la suite du texte énumère les minéraux non métalliques (ὀρυϰτά)11 :

λίθων τε γἐνη τὰ ἄτηϰτα ϰαὶ σανδαράχην ϰαὶ ὤχραν ϰαὶ μίλτον ϰαὶ θεῖον ϰαὶ τἆλλα τὰ τοιαῦτα · τὰ δὲ πλεῖστα τῶν ὀρυϰτῶν ἐστιν τὰ μὲν ϰονία ϰεχρωματισμένη, τὰ δὲ λίθος ἐϰ τοιαύτης γεγονὼς συστάσεως, οἷον τὸ ϰιννάβαρι.

  • 12 Cfr. p. 8, n. 21.
  • 13 L’ocre (ὤχρα) est une terre colorée en jaune par le carbonate de fer ou par l’oxyde de fer hydraté (...)
  • 14 Cfr. p. 21, n. 20.
  • 15 Le cinabre est un sulfure de mercure (HgS), rouge, utilisé surtout en peinture. C’est le principal (...)

« les espèces de pierres non fusibles, le réalgar12, l’ocre13, le vermillon14, le soufre et les autres matières de ce genre. En général, les minéraux non métalliques sont, les uns, de la poussière colorée, les autres, de la pierre issue d’une concrétion analogue, comme le cinabre15. »

13Aristote énumère d’autre part les métaux (μεταλλευτά) :

ὅσα μεταλλεύεται ϰαὶ ἐστιν ἢ χυτὰ ἢ ἐλατά, οἷον σίδηρος, χρυσός, χαλϰός.

  • 16 ARISTOTE, Météorologiques, III, 6, p. 378 A 27-28.

« les corps qui s’extraient des mines et qui sont fusibles ou malléables, comme le fer, l’or, le cuivre16. »

  • 17 Sur ces procédés, voir annexe II.
  • 18 Cfr. O. BADER, M. THÉRET, Dictionnaire de métallurgie, Paris, 1961, p. 423, s. v. minerai.
  • 19 L. DEROY, Néologie et néologismes : essai de typologie générale, dans La Banque des Mots, 1 (1971) (...)
  • 20 Par exemple, POLLUX, III, 87. Cfr. aussi les substantifs χρυσωρυχεῖα, ἀργυρωρυχεῖα, χαλϰωρυχεῖα.
  • 21 D.E. EICHHOLZ, Theophrastus de lapidibus, Oxford, 1965, p. 39, n. 1.
  • 22 Les autres emplois d’ ὀρύσσω dans le corpus aristotélicien montrent qu’il s’agit toujours de creus (...)

14On reviendra plus loin sur ces énumérations et sur les propriétés qui fondent le classement des corps. Du point de vue terminologique, il nous suffira de constater ici qu’Aristote cite dans les minéraux non métalliques (ὀρυϰτά), des minéraux non fusibles (ocre, vermillon) et d’autres dont il ignore que l’on peut en extraire un métal. En effet, l’Antiquité n’a pas produit l’arsenic à l’état métallique. Quant au cinabre, il donnait le mercure, non par fusion, mais dans une réaction à froid avec le cuivre et le vinaigre17. Quant aux μεταλλευτά, le contexte montre qu’il s’agit bien de nos métaux. Notons cependant que ce qui s’extrait de la mine n’est pas, pour nous, le métal, mais le minerai métallique, c’est-à-dire une combinaison chimique où intervient le métal. Aristote ne fait pas de distinction terminologique entre le métal et le minéral dont il est extrait par transformation chimique, c’est-à-dire le minerai18. L’emploi des deux termes révèle, chez Aristote, une innovation lexicale, un effort conscient de néologie par création d’un sens nouveau, qui implique l’apparition d’une notion nouvelle19. Pareil effort ne va pas sans risques de confusion. En effet, du point de vue étymologique, il n’y a pas ou guère de différence entre ὀρύσσω et μεταλλεύω, puisque ὀρύσσω se trouve aussi pour « creuser une mine »20. Comme l’a remarqué D.E. Eichholz21, Aristote a spécialisé deux termes déjà existants pour en faire deux « étiquettes » commodes. Mais cette spécialisation n’est pas purement conventionnelle : il semble qu’ὀρύσσω) a d’abord été spécialisé par Aristote au sens d’ « extraire à ciel ouvert »22 et μεταλλεύω au sens d’« extraire par galeries ». Or, parmi les corps extraits par galeries, les métaux dominent, tandis que, parmi les corps extraits à ciel ouvert, les minéraux non métalliques sont majoritaires, encore que le soufre, le réalgar et le cinabre s’extraient aussi par galeries.

  • 23 De sensu et sensibilibus, 5, p. 443 A 15 sq.

15Quoi qu’il en soit, les μεταλλευτά (μεταλλευόμενα) sont nos métaux. On a vu qu’ils comprennent le fer, l’or et le cuivre. Le de Sensu donne une énumération plus complète : or, cuivre, fer, argent, étain23. Le plomb n’y figure pas, mais on ne voit pas pourquoi Aristote l’aurait exclu.

  • 24 Sur cette question, voir dernièrement F. SOLMSEN, Aristotle’s System of the Physical World. A Comp (...)
  • 25 ARISTOTE, Météorologiques, IV, 7, p. 384 Β 32 : ϰαὶ τὰ μεταλλευόμενα, οἷον χρυσòς ϰαὶ ἄργυρος ϰαὶ (...)
  • 26 Météorologiques, IV, 10, ρ. 388 Α 10 sq.

16Un problème se pose toutefois au livre IV des Météorologiques, dont l’authenticité est, depuis longtemps, mise en question24. Un passage de ce livre cite simplement l’or, l’argent et d’autres corps non spécifiés25. Cependant, dans un autre passage des Météorologiques, Aristote semble se contredire et inclure dans son énumération un corps étranger. Le passage a trait à la définition des corps homéomères26 :

λέγω δ ὁμοιομερῆ τά τε μεταλλευόμενα, οἷον χρυσόν, χαλϰόν, ἄργυρον, ϰασσίτερον, σίδηρον, λίθον ϰαὶ τἆλλα τὰ τοιαῦτα, ϰαὶ ὅσα ἐϰ τούτων γίγνεται ἐϰϰρινόμενα, ϰαὶ τὰ ἐν τοῖς ζῴοις ϰαὶ φυτοῖς, οἷον σάρϰες, ὀστᾶ, νεῦρον, δέρμα, σπλάγχνον, τρίχες, ἶνες, φλέβες, ἐξ ὧν ἤδη συνέστηϰε τὰ ἀνομοιομερῆ, οἷον πρόσωπον, χείρ, πούς, ϰαὶ τἆλλα τὰ τοιαῦτα, ϰαὶ ἐν τοῖς φυτοῖς ξύλον, φλοιός, φύλλον, ῥίζα ϰαὶ ὅσα τοιαῦτα.

« J’appelle homéomères les métaux comme l’or, le cuivre, l’argent, l’étain, le fer, la pierre et les autres corps de ce genre, ainsi que tout ce qui en naît par séparation, et aussi les éléments constitutifs des animaux et des plantes, tels que chair, os, nerf, peau, viscères, poils, fibres, veines, éléments à partir desquels se constituent les corps non homéomères comme le visage, la main, le pied, les autres corps de ce genre, et, dans les plantes, le bois, l’écorce, la feuille, la racine etc. »

  • 27 ALEXANDRE DAPHRODISE, In Meteorologica, p. 213, 6 Hayduck, comprend que les μεταλλευόμενα engloben (...)

17Les exemples de corps homéomères sont pris dans les minéraux, les végétaux et les animaux. Τὰ μεταλλευόμενα s’oppose à τὰ ἐν τοῖς ζῴοις ϰαὶ φυτοῖς, et le parallélisme des énumérations d’exemples introduites par οίον montre que les μεταλλευόμενα comprennent, outre cinq métaux, la pierre, les corps de même genre et divers sous-produits27.

18On constate donc, chez Aristote, indépendamment des réserves que nous avons formulées sur l’authenticité du livre IV des Météorologiques, la coexistence d’un sens spécialisé et d’un sens général, qui est le sens originel de μεταλλευόμενα (μεταλλευτά).

191.2.3. Si approximative qu’elle fût, cette désignation des métaux a fait fortune. Elle a été reprise par Théophraste dans la tradition de son maître. On peut le voir dans le premier paragraphe de son De lapidibus :

τῶν ἐν τῇ γῇ συνισταμένων τὰ μὲν ἐστιν ὕδατος τὰ δὲ γῇς. ὕδατος μὲν τὰ μεταλλευόμενα ϰαθάπερ ἄργυρος ϰαὶ χρυσὸς ϰαὶ τἆλλα.

« Parmi les corps qui s’agrègent dans la terre, les uns sont d’eau, les autres de terre. D’eau sont les métaux comme l’argent, l’or etc. »

  • 28 D.E. EICHHOLZ, Theophrastus de lapidibus, Oxford, 1965, pp. 4 et 121.
  • 29 De lap., 29 (ambre fossile); 37 (ivoire fossile); 42 (stéatite de Siphnos); 48 (la terre) τήϰεται (...)
  • 30 De lap., 9; cfr. 39 : τῶν δὲ λίθων πολλαί τινες αί φύσεις τῶν μεταλλευομένων. Eichholz traduit : « (...)
  • 31 De lap., 61, τῶν δὲ μεταλλευτῶν τὰ ἐν τοῖς γεωφάνεαιν ἔτι λοιπά. Sur le γεωφάνειον de Samos, cfr. (...)
  • 32 Le titre de περὶ τῶν μεταλλευομένων est suggéré par THÉOPHRASTE, De lap., 1 = frg. 254 Rose3 et ci (...)

20Il est vrai que Théophraste n’a pas reçu cette terminologie sans la critiquer. Selon D.E. Eichholz28, il aurait étendu le sens de μεταλλευόμενος des métaux aux minéraux et aurait tendu à restreindre ὀρυϰτός à des substances non minérales, c’est-à-dire des fossiles au sens moderne. En réalité, Théophraste évite l’expression maladroite τὰ ὀρυϰτά et emploie ὀρυϰτός pour des minéraux, métalliques ou non29, mais il réserve τὰ μεταλλευόμενα aux métaux30, sauf dans un passage où il s’agit de pigments tirés du même type de mines31. Sa terminologie reste essentiellement aristotélicienne. C’est pourquoi, parmi les titres qui nous ont été transmis pour son Traité des métaux, il faut préférer περὶ τῶν μεταλλευομένων à περὶ μετάλλων et à μεταλλιϰός32.

  • 33 PLUTARQUE, De primo frígido, 21, p. 954 D.

211.2.4. Ainsi s’est constituée à partir d’Aristote, une terminologie apparemment restreinte à la langue des physiciens. Les médecins, quant à eux, emploient μεταλλευόμενα au sens étymologique, comme un synonyme de μεταλλιϰά, pour désigner des minéraux employés en pharmacie, comme en témoigne un passage de Plutarque33 :

ἔτι γε μὲν τῶν ἰατρῶν ἀϰούομεν, ὡς πᾶσα γῆ τῷ γένει στύφειν ϰαὶ ψύχειν πέφυϰε, ϰαὶ πολλὰ τῶν μεταλλευομένων ϰαταριθμοῦσιν στυπτιϰὴν αὐτοῖς παρέχοντα ϰαὶ σχετιϰὴν εἰς τὰς φαρμαϰείας δύναμιν.

« En outre, nous apprenons des médecins que toute espèce de terre a une nature astringente et refroidissante, et ils énumèrent beaucoup de minéraux qui présentent une vertu astringente et rétentive dans les remèdes. »

  • 34 GALIEN, Simpl. med., IX, I, t. XII, p. 166 Κ = ARNIM, SVF 438 (t. II, p. 144, 1. 10). Cfr. GALIEN, (...)

22Par sa formation médicale et philosophique, Galien se trouve ainsi au confluent de deux traditions. Dans son traité des Médicaments simples, il introduit dans les médicaments simples une tri-partition que l’on pourrait croire fondée sur la notion aristotélicienne de μεταλλευόμενα34 :

ἔστι μὲν γάρ τò μέν τι λίθος αὐτῆς (τῆς γῆς), τò δὲ μεταλλευτόν τι σῶμα, τò δὲ τρίτον ἡ γεωργουμένη γῆ, διαφωνίας γεγονυίας παρ αὐτοῖς περὶ τῶν χεσμένων μεταλλευτῶν σωμάτων, οἶον χαλϰοῦ ϰαὶ ϰασσιτέρου ϰαὶ μολύβδου· ταῦτα γὰρ ἔνιοί φασιν οὐ γῆς, ἀλλ ὕδατος ἔχειν τò πλέον.

« La terre contient la pierre, la substance extraite des mines et la terre cultivée. Il y a cependant désaccord chez les savants au sujet des substances fusibles que l’on extrait des mines, comme le cuivre, l’étain et le plomb. Certains disent qu’ils contiennent principalement de l’eau, non de la terre. »

  • 35 GALIEN, XIII, 568.
  • 36 GALIEN, Simpl. Med., t. XII, p. 208 Κ : μεταλλιϰὰ φάρμαϰα προσαγορεὐειν ἔθος ἐστὶν τοῖς ἰατροῖς ὧν (...)
  • 37 ORIBASE, Collections, XIV, 23, 3 μεταλλιϰὰ ϰαὶ λιθώδη ϰαὶ γεώδη. Cfr. Ad Eunapium, II, I, Λ, et in (...)

23Il est clair que ces corps miniers fusibles sont nos métaux. Il semble dès lors logique d’identifier le μεταλλευτόν σῶμα de Galien avec les μεταλλευόμενα d’Aristote, mais en fait Galien traite μεταλλευόμενα et μεταλλευτά comme des synonymes de μεταλλιϰά35, dont la définition est, on l’a vu, très large36. Par conséquent, la division des médicaments minéraux en γεώδη, λιδώδη et μεταλλευτά, qui sera reprise par ses successeurs37, est indépendante de toute notion de métal. Pour rendre celle-ci, Galien recourt à l’expression χεόμενον μεταλλευτόν.

  • 38 ALEXANDRE D’APHRODISE emploie μεταλλευτά ou μεταλλευόμενα : In Aristotelis Meteorologica, p. 177, (...)

24Parmi les commentateurs d’Aristote, Alexandre d’Aphrodise conserve fidèlement sa terminologie38. A la même époque, μεταλλευόμενα est resté, chez Athénée, le terme technique pour désigner les métaux :

Πλάτων δὲ ὁ θεῖος ϰαὶ Λυϰοῦργος ὁ Λαϰὼν οὐδὲ εἴων ἐνεπιδημεῖν ταῖς ἰδίαις πολιτείαις οὔτε τῶν ἄλλων πολυτελῶν οὐδέν, ἀλλ οὐδὲ τòν ἄργυρον οὐδὲ τòν χρυσόν, τῶν μεταλλευομένων τòν σἴδηρον ϰαὶ τòν χαλϰòν ἀρϰεῖν νομίζοντες, ἐϰεῖνα δ ἐϰβάλλοντες ὡς λυμαινόμενα τὰς ὑγιαινούσας τῶν πόλεων.

  • 39 ATHÉNÉE, VI, 23, p. 233 B. En revanche, en 233 C (οὐχ oἱ μεταλλεύοντες μόνοι ἀλλα ϰαὶ οἱ τὰ μεταλλ (...)

« Le divin Platon et Lycurgue de Lacédémone ne permettaient l’introduction d’aucun objet de luxe dans leurs régimes respectifs, pas même d’argent ni d’or, estimant que, parmi les métaux, le fer et le cuivre suffisaient, et expulsant les premiers comme pernicieux aux cités saines39. »

  • 40 PLUTARQUE, Quaest. Conv., VIII, 3, p. 721 F.

251.2.5. La même spécialisation qui a restreint τὰ μεταλλευόμενα au sens de « métaux », se trouve une seule fois pour τὰ μεταλλιϰά. Il s’agit d’un passage de Plutarque où les métaux sont classés selon leur sonorité40, et sur lequel on reviendra dans la deuxième partie :

χαλϰῷ δὲ ϰενοῦ μὲν οὐδὲν μέτεστιν, ὁμαλῷ δὲ πνεύματι ϰαὶ λείῳ ϰεϰραμένος εὔπληϰτός ἐστι ϰαὶ ἠχώδης. Εἰ δὲ δεῖ τῇ ὄψει τεϰμαίρεσθαι φαίνεται μᾶλλον ὁ σίδηρος ἔχων τι σαθρòν ϰαὶ πολύϰενον ϰαὶ τενθρηνῶδες · ἔστι δὲ ϰαϰόφωνος σφόδρα ϰαὶ τῶν μεταλλιϰῶν ϰωφότατος.

« Dans le cuivre, il n’y a pas de vide ; un mélange d’air régulier et doux lui donne sensibilité au choc et résonance. Au contraire, s’il faut en juger à la vue, le fer paraît davantage avoir quelque chose de fissuré, de criblé ou d’alvéolé ; il a un son absolument mauvais et est le plus sourd des métaux. »

26Les textes qui précèdent laissent présumer que des formes nominales dérivées de μεταλλεύω ont été spécialisées dans le vocabulaire scientifique pour désigner un petit groupe de corps que nous appelons aujourd’hui les métaux. Si le verbe μεταλλεύω a pu jouer ce rôle, c’est que les métaux étaient majoritaires dans la production minière. Naturellement, cette évolution sémantique implique la perception de certains traits communs, d’une certaine analogie entre les corps ainsi désignés. Il nous faudra examiner plus loin si c’était une analogie de nature ou de traitement.

Notes

1 PLATON, Critias, 114 E.

2 PLATON, Œuvres complètes, t. X, Timée. Critias, éd. A. RIVAUD, 3e éd., Paris, 1956 (Coll. des Univ. de France), p. 265.

3 Pour la discussion de ce problème, voir annexe III.

4 A fortiori, on ne peut rien tirer de ce passage du Sophiste, 265 C : ὅσα ἄψυχα ἐν γῇ συνίσταται σώματα τηϰτὰ ϰαὶ ἄτηϰτα. « Tout ce qui s’agrège dans l’intérieur de la terre en corps inanimés, fusibles et non fusibles. »

5 PLATON, Politique, 288 D.

6 PLATON, Lois, VIII, 847 D.

7 On lit dans la traduction de A. Diès (PLATON, Œuvres complètes, t. XII, 1, Les Lois, Paris, 1956, p. 93), « s’il est besoin d’importer un métal, un cordage ». Mais le terme « métal » est sûrement téméraire.

8 ARISTOTE, Politiques, I, 10, p. 1258 Β 31.

9 Cfr. 1258 Β 34-35 : « De chacun de ces corps, on vient de parler en général. Un exposé détaillé est sans doute utile pour les activités pratiques, mais c’est une entreprise longue et fastidieuse. »

10 Météorologiques, III, 6, p. 378 A 19.

11 ARISTOTE, Météorologiques, III, 6, p. 378 A 22 sq.

12 Cfr. p. 8, n. 21.

13 L’ocre (ὤχρα) est une terre colorée en jaune par le carbonate de fer ou par l’oxyde de fer hydraté. Cfr. THÉOPHRASTE, De Lap., 40 ; 51 ; 53 ; H. MICHELL, Economics of Ancient Greece, Cambridge, 1957, p. 190.

14 Cfr. p. 21, n. 20.

15 Le cinabre est un sulfure de mercure (HgS), rouge, utilisé surtout en peinture. C’est le principal minerai de mercure, qui l’accompagne souvent sous la forme de gouttelettes. Cfr. THÉOPHRASTE, De Lap., 58-60 ; DIOSCORIDE, V, 94-95 ; MICHELL, Economics, p. 102, n. 5.

16 ARISTOTE, Météorologiques, III, 6, p. 378 A 27-28.

17 Sur ces procédés, voir annexe II.

18 Cfr. O. BADER, M. THÉRET, Dictionnaire de métallurgie, Paris, 1961, p. 423, s. v. minerai.

19 L. DEROY, Néologie et néologismes : essai de typologie générale, dans La Banque des Mots, 1 (1971), pp. 5-12 ; L. GUILBERT, La néologie scientifique et technique, ibid., pp. 45-54, spéc. p. 49.

20 Par exemple, POLLUX, III, 87. Cfr. aussi les substantifs χρυσωρυχεῖα, ἀργυρωρυχεῖα, χαλϰωρυχεῖα.

21 D.E. EICHHOLZ, Theophrastus de lapidibus, Oxford, 1965, p. 39, n. 1.

22 Les autres emplois d’ ὀρύσσω dans le corpus aristotélicien montrent qu’il s’agit toujours de creuser à ciel ouvert : Métaphysique, Δ, p. 1025 Β 16 ; Histoire des animaux, V, 33, p. 558 A 8 ; VI, 29, p. 579 A 1 ; X, 45, p. 630 Β 5 ; De respiratione, 9, p. 475 Β 12 ; Problèmes, XXIII, 21, p. 933 Β 33 ; 37, p. 935 Β 3 ; Mir. Ausc., 73, p. 835 Β 16 ; 134, p. 844 A 12.

23 De sensu et sensibilibus, 5, p. 443 A 15 sq.

24 Sur cette question, voir dernièrement F. SOLMSEN, Aristotle’s System of the Physical World. A Comparison with his Predecessors, New York, Cornell UP, 1960 (Cornell Studies in Classical Philology, XXIII), pp. 402-403; H.B. GOTTSCHALK, The authorship of Meteorologica, Book IV, dans Classical Quarterly, 11 (1961), pp. 67-79; D.E. EICHHOLZ, Theophrastus de Lapidibus, Oxford, 1965, p. 19, n.1. ; H. HAPP, Der chemische Traktat des Aristoteles. Meteorologie IV, dans Synusia, Festgabe für W. Schadewalt, Pfüllingen, 1965, pp. 289-322. Ces travaux donnent la bibliographie antérieure.

25 ARISTOTE, Météorologiques, IV, 7, p. 384 Β 32 : ϰαὶ τὰ μεταλλευόμενα, οἷον χρυσòς ϰαὶ ἄργυρος ϰαὶ ὅσα ἄλλα τοιαῦτα.

26 Météorologiques, IV, 10, ρ. 388 Α 10 sq.

27 ALEXANDRE DAPHRODISE, In Meteorologica, p. 213, 6 Hayduck, comprend que les μεταλλευόμενα englobent tout le monde minéral. En revanche, selon O. GILBERT, Die meteorologischen Theorien des griechischen Altertums, Leipzig, 1907, p. 388, n. 1, λίθον ne ferait pas partie des μεταλλευόμενα, mais seulement des ὁμοιομερῆ.

28 D.E. EICHHOLZ, Theophrastus de lapidibus, Oxford, 1965, pp. 4 et 121.

29 De lap., 29 (ambre fossile); 37 (ivoire fossile); 42 (stéatite de Siphnos); 48 (la terre) τήϰεται γὰρ ἅμα τοῖς χυτοῖς ϰαὶ ὀρυϰτοῖς ὥσπερ ϰαὶ ὁ λίθος « la terre qui accompagne les corps fusibles extraits du sol, fond avec eux comme la pierre » (qui les accompagne, cfr. Lap., 9). Les χυτὰ ϰαὶ ὀρυϰτά sont évidemment les métaux, dont la fusion entraîne celle de la gangue.

30 De lap., 9; cfr. 39 : τῶν δὲ λίθων πολλαί τινες αί φύσεις τῶν μεταλλευομένων. Eichholz traduit : « There are also many kinds of stones extracted from mines. » Ne pourrait-on traduire : « parmi les pierres, beaucoup sont les minerais des métaux » ? Cfr. deuxième partie, chapitre IV.

31 De lap., 61, τῶν δὲ μεταλλευτῶν τὰ ἐν τοῖς γεωφάνεαιν ἔτι λοιπά. Sur le γεωφάνειον de Samos, cfr. supra, p. 21, n. 18.

32 Le titre de περὶ τῶν μεταλλευομένων est suggéré par THÉOPHRASTE, De lap., 1 = frg. 254 Rose3 et cité par ALEXANDRE D’APHRODISE, In Meteor., III, 6, p. 178, 15 Hayduck. Le titre de μεταλλιϰός est donné par HÉSYCHIOS, s. ν. προαφανῆ = frg. 255 ; s. ν. σϰαρφών = frg. 260 ; s. v. σύζωσμα = frg. 262 ; par POLLUX, X, 149 = frg. 261 ; le titre de περὶ μετάλλων se trouve chez DIOGÈNE LAËRCE, V, 44 = SOUDA, s. ν. Θεόφραστος ; chez POLLUX, VII, 99 = frg. 261 ; HARPOCRATION, s. ν. ϰεγχρεών = PHOTIOS, s. v. = SOUDA, s. v. = frg. 258; et chez OLYMPIODORE, In Meteor., I, 1. p. 6, 5 Stüve ; SIMPLICIUS, In Phys., p. 3, 4 Diels ; In de caelo, p. 3, 3 Helberg. Le titre de περὶ μετάλλων est adopté par H. USENER, Analecta Theophrastea, p. 18 = Kleine Schriften, V, p. 65, et par V. ROSE dans ses trois éditions. En revanche, W. JAEGER, Diokles von Karystos, die griechische Medizin und die Schule des Aristoteles, Berlin, 1938, p. 114, et P. STEINMETZ, Die Physik des Theophrast, Berlin, 1964, p. 300, préfèrent περὶ τῶν μεταλλευομένων.

33 PLUTARQUE, De primo frígido, 21, p. 954 D.

34 GALIEN, Simpl. med., IX, I, t. XII, p. 166 Κ = ARNIM, SVF 438 (t. II, p. 144, 1. 10). Cfr. GALIEN, t. XII, pp. 159 et 167 Κ (même tripartition) et p. 220 K.

35 GALIEN, XIII, 568.

36 GALIEN, Simpl. Med., t. XII, p. 208 Κ : μεταλλιϰὰ φάρμαϰα προσαγορεὐειν ἔθος ἐστὶν τοῖς ἰατροῖς ὧν ἡ γένεαις ἐν τοῖς μετάλλοις ἐστίν, ἤτοι γε αὐτοφυὴς ἢ διὰ ϰαμίνου γινομένη· ϰαὶ τρίτα γε πρòς αὐτοῖς ἐστιν ὅσα πάλιν ἐϰ τούτων αὐτῶν οἱ ἄνθρωποι συσϰευάζουσιν ϰαθ ὁντιναοῦν τρόπον, οἷον ψιμμύθιον, ψωριϰόν, σάνδιϰα, φύϰον. « C’est l’usage chez les médecins d’appeler metallica les corps qui ont leur origine dans les mines, soit naturelle soit produite par le four. En outre, une troisième espèce est constituée par les corps que l’on prépare par composition des précédents, de n’importe quelle manière, comme la céruse, le psoricum, le plomb rouge. » Le psoricum est un mélange de calamine et de chalcopyrite (DIOSCORIDE, V, 99, 2) et le φύϰος un colorant rouge à base de plomb qui servait de succédané à l’orseille (GALIEN, XII, 244).

37 ORIBASE, Collections, XIV, 23, 3 μεταλλιϰὰ ϰαὶ λιθώδη ϰαὶ γεώδη. Cfr. Ad Eunapium, II, I, Λ, et introduction, § 5 ; AETIOS, II, 40.

38 ALEXANDRE D’APHRODISE emploie μεταλλευτά ou μεταλλευόμενα : In Aristotelis Meteorologica, p. 177, 1. 20, 31, 34 ; p. 178, 1. 9, 11, 15 Hayduck. Son traducteur latin GUILLAUME DE MOERBEKE emploie bien entendu metalla. Cfr. A.J. SMET, Alexandre d’Aphrodise. Commentaire sur les Météores d’Aristote. Traduction de Guillaume de Moerbeke, Louvain, 1968, p. 277. Les autres commentateurs des Météorologiques emploient μέταλλα.

39 ATHÉNÉE, VI, 23, p. 233 B. En revanche, en 233 C (οὐχ oἱ μεταλλεύοντες μόνοι ἀλλα ϰαὶ οἱ τὰ μεταλλευθἐντα συναγείροντες), τὰ μεταλλευθέντα signifie « ce qui a été extrait de la mine », déblais compris.

40 PLUTARQUE, Quaest. Conv., VIII, 3, p. 721 F.

© Presses universitaires de Liège, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search