Version classiqueVersion mobile

Le problème des métaux dans la science antique

 | 
Robert Halleux

Première partie. Enquête lexicale

Chapitre I. Le sens fondamental du grec μέταλλον, du latin metallum et des termes apparentés

Texte intégral

11.1.1. Le mot grec μέταλλον signifie proprement « mine », c’est-à-dire cavité souterraine d’extraction. En ce sens, il est fréquent et bien connu. Le plus souvent, il est employé au pluriel, parce que les galeries sont généralement nombreuses ou complexes, et qu’une exploitation est rarement isolée.

  • 1 Le sens de « mines d’or » ressort du contexte chez HÉRODOTE, VI, 47; THUCYDIDE, I, 100, 2 ; I, 101 (...)
  • 2 ARISTOTE, frg 459 Rose = CLÉM. ALEX., Strom., I, 75 ; DIODORE, I, 33, 3 ; XXXI, 8, 7; STRABON, XV, (...)
  • 3 THUCYDIDE, IV, 105 ; THÉOPHRASTE, Lap., 51 ; DIODORE, I, 49 ; XVI, 8 ; STRABON, VII, 34 ; POLLUX, (...)
  • 4 HÉRODOTE, III, 57; VI, 46; VII, 112; IX, 75; cfr. A. THUMB et Α. SCHERER, Handbuch der griechische (...)
  • 5 ZÉNOBE, IV, 34 Leutsch-Schneidewin ; EUSTATHE, Ad. Dion., 517, p. 316 Müller; 525, p. 319 M. — Pou (...)
  • 6 Le sens de « mines » est explicitement indiqué par le contexte chez HÉRODOTE, V, 17 et VII, 144.
  • 7 DIODORE, I, 33, 3 ; XXXI, 8, 7; STRABON, XII, 3, 19, p. 549.
  • 8 THUCYDIDE, II, 55; VI, 91, 7; THÉOPHRASTE, Lap., 51; POLYBE, X, 10; X, 38, 7; DIODORE, I, 49; V, 3 (...)
  • 9 HÉRODOTE, III, 57; V, 23; VII, 112; une attestation de ἀργυρᾶ EUSTATHE, Ad. Dion., 525, p. 319 M.
  • 10 CALLIAS, frg. 24 Kock; XÉNOPHON, Revenus, IV, 4 et al.; ARISTOPHANE, Cavaliers, 362; Guêpes, 659; (...)

2Pour préciser la signification, la première question est de savoir quels sont les corps extraits de pareilles mines. Le plus fréquemment, dans les textes, il s’agit de mines d’or1 : χρυσοῦ μέταλλα2, χρύσεια μέταλλα3, plus rarement χρύσεα μέταλλα (ionien)4 et χρυσᾶ μέταλλα5. Moins souvent, il est question de mines d’argent6 : ἀργύρου μέταλλα7, ἀργύρεια μέταλλα8, plus rarement ἀργύρεα μέταλλα9. Les Attiques emploient souvent μέταλλα sans adjectif ni complément en parlant des mines du Laurion10.

  • 11 DIODORE, I, 33, 3 ; V, 36, 2 ; STRABON, X, 1, 9, p. 447 ; XIII, 1, 51, p. 607 ; ÉTIENNE DE BYZANCE (...)
  • 12 POLLUX, VII, 98 : γῆ ὑπόχαλϰος. οὐ γὰρ χαλϰῖτις, οὐδὲ χαλϰεῖα μέταλλα, ὥσπερ ϰαὶ σιδήρου μέταλλα ϰ (...)
  • 13 DIODORE, I, 33, 3 ; V, 36, 2 ; STRABON, X, 1, 9, p. 447; XII, 3, 19, p. 549.
  • 14 Si τò χαλϰεῖον a le sens de « forge », on trouve τὰ χαλϰωρυχεῖα : THÉOPHRASTE, Lap., 25 ; 51 ; STR (...)

3Pour désigner les mines de cuivre ou de fer, les attestations de μέταλλον sont moins nombreuses, peut-être parce qu’à la différence de l’or et de l’argent, le cuivre et le fer se trouvaient communément, parfois à ciel ouvert, et qu’il était superflu d’en parler. On trouve cependant χαλϰοῦ μέταλλα11, mais il semble qu’on ait évité χαλϰεῖα μέταλλα12. De même, on trouve σιδήρου μέταλλα13. Pour désigner les mines de cuivre et de fer, il semble que d’autres termes aient été en usage14.

  • 15 DIOSCORIDE, V, 85 (le contexte ne laisse pas de doute). Ce métal est lui-même rare.
  • 16 STRABON, III, 2, 10, p. 148. Strabon note justement que ce plomb ne contient pas assez d’argent po (...)

4La mention de mines de mercure (ὑδραργύρου) est rare15, de même que celle de mines de plomb16, car les mines de plomb produisent aussi de l’argent et sont généralement citées comme telles.

  • 17 HÉRODOTE, IV, 185, 2.
  • 18 Le γεωψάνειον de Samos : POLLUX, VII, 99-100; ÉPHORE, frg. 59 Jacoby = HARPOCRATION, s. v.; BEKKER (...)
  • 19 POLLUX, VII, 100 : πολλὰ δ ἂν ϰαὶ ἄλλα εἴη μέταλλα, ὥσπερ τὰ ἐν Μήλῳ ϰαὶ τὰ ἐν Νισύρῳ τοῦ θείου.
  • 20 THÉOPHRASTE, Lap., 52 ; ONÉSICRITE, frg. 32 Jacoby = STRABON, XV, 2, 14, p. 726. Je traduis par ve (...)
  • 21 STRABON, XII, 3, 40, p. 562, à propos de la mine dite Σανδαραϰούργιον dans le Pont. Le réalgar (σα (...)
  • 22 STRABON, XI, 14, 9, p. 529 : μέταλλα τῆς σάνδιϰος ϰαλουμένης. Sur le σάνδυξ, pigment à base d’oxyd (...)
  • 23 Sur λατόμιον etc., BLÜMNER, TT, III, p. 69; R. MARTIN, Manuel d’architecture grecque, t. I, Matéri (...)
  • 24 On sait qu’à Paros, le marbre était extrait de galeries (description dans A. T’SERSTEVENS, Le péri (...)

5On pourrait conclure de ces emplois que le terme μέταλλον signifie spécifiquement un lieu où l’on extrait un métal. Rectifions tout de suite cette conclusion en signalant qu’un petit nombre de textes, depuis Hérodote, emploient le même nom en parlant de mines de sel17, de terre à potier18, de soufre19, de vermillon20, de réalgar21, de pigments22, et même de pierres et de marbre. Le mot usuel pour les lieux d’extraction du marbre et des pierres est λατομίαι, λατόμιον, λιθοτομίαι23. Il s’agit de carrières. Quand on trouve μέταλλον, il s’agit peut-être d’une extraction par galeries, à moins que le mot n’ait connu une extension secondaire24.

  • 25 POLYBE, XVI, 11, 2 : ἤρξατο πολιορϰεῖν διὰ τῶν μετάλλων.

6Une preuve que μέταλλον est spécifiquement l’exploitation par galeries nous est fournie par les auteurs qui l’emploient à propos de sapes minant un rempart25.

  • 26 R.J. FORBES, Bergbau, Steinbruchtätigkeit und Hüttenwesen, dans F. MATZ, H.G. BUCHHOLZ, Archaeolog (...)

7Ainsi donc, le terme μέταλλον n’est pas lié à une catégorie de produits naturels, mais à une forme particulière d’exploitation du sol, la mine par galeries26.

  • 27 Dérivé de substantif, comme ἱππεύς, ἀροτρεύς, ἀνθραϰεύς. Cfr. P. CHAN-TRAINE, La formation des nom (...)
  • 28 LYSIAS, frg. 89 S = HARPOCRATION, s. ν. Μεταλλεῖς = SOUDA, s. ν. μεταλλεῖς ; PLATON, Lois, 678 D; (...)
  • 29 DIODORE, XX, 94.
  • 30 POLYEN, II, 1, 26; ATHÉNÉE, VI, 23, p. 233 D ; POLLUX, III, 87 ; VII, 97 ; HÉSYCHIOS, s. v. ; SOUD (...)
  • 31 DIODORE, XVIII, 70, 5 ; JOSÈPHE, Antiquités, 17, 10, 3, § 267 ; POLYEN, VII, II, 5 ; « creuser un (...)
  • 32 STRABON, III, 2, 8, p. 146; LUCIEN, Sacrifices, 11 ; Charon, 11 ; DENYS LE PÉRIÉGÈTE, 1114.
  • 33 DIODORE, V, 37, 2.
  • 34 LXX, Deutéronome, 8, 9 ; LYCOPHRON, 485.
  • 35 PALAEPHATOS, De incredibilibus, IX (X).
  • 36 THÉOPHRASTE, Lap., 52.
  • 37 THÉOPHRASTE, Lap., 26. Cfr. D.E. EICHHOLZ, dans CR, 72 = N.S. 8 (1958), pp. 221-222.
  • 38 NICANDRE, Thériaques, 672 ; Anthologie, VI, 302, 5 (Léonidas de Tarente); PORPHYRE, Ad Marcellam, (...)
  • 39 STRABON, XIV, 5, 28, p. 680 ; POLLUX, VII, 97. Cfr. BLÜMNER, TT, IV, p. 104, n. 1.
  • 40 POLYBE, I, 42, 12; XVI, 31, 8; PHILON, Bel., 99, 13.

81.1.2. Le sens des dérivés de μέταλλον confirme cette conclusion. Le nom d’agent27 μεταλλεύς désigne le mineur28 ou le sapeur29. Le verbe μεταλλεύω signifie creuser une mine30 ou une sape31, extraire d’une mine de l’or32, de l’argent33, du cuivre34, du fer35, du vermillon36, de l’émeraude37. Au sens figuré, c’est « chercher »38. Ce verbe possède deux composés, ἐϰμεταλλεύω « épuiser une mine »39 et ἀντιμεταλλεύω « creuser une sape contre celle de l’ennemi »40.

  • 41 STRABON, XII. 3, 19, p. 549; XII, 3, 40, p. 562; Manethoniana, IV, 259 ; « carrier », MOERIS, s. ν (...)
  • 42 STRABON, IX, 2, 18, p. 407.
  • 43 STRABON, XV, 1, 30, p. 700.

9De μεταλλεύω est dérivé le nom d’agent μεταλλευτής, qui ne diffère pas apparemment de μεταλλεύς41. Cependant, dans deux passages de Strabon, il semble désigner spécialement un ingénieur des mines, si nous pouvons donner ce titre à un certain Cratès, qui dirigeait les travaux de déversement du lac Copaïs42, et à un nommé Gorgos qui écrivit sur les ressources minières de l’Inde43.

  • 44 PLATON, Critias, 114 C; DÉMÉTRIOS DE PHALÈRE, frg. 138 A Wehrli = STRABON, III, 2, 9, p. 147; STRA (...)
  • 45 DIODORE, XVI, 74 (sg); XX, 94 (pl.).
  • 46 PLATON, Lois, VI, 761 C.
  • 47 MAXIME DE TYR, XI (XVII), 2 C : ἡ μεταλλεία τοῦ ἀληθοῦς.
  • 48 PLATON, Lois, VIII, 842 D ; DÉMÉTRIOS DE PHALÈRE, frg. 138 Β Wehrli = ATHÉNÉE, 233 C ; DIODORE, V, (...)

10On appelle μεταλλεία l’exploitation minière, c’est-à-dire le travail de la mine44, parfois aussi le travail de sape45, le travail souterrain de canalisation46 et, métaphoriquement, la recherche47. Le pluriel présente le sens concret d’installations pour l’exploitation minière48.

  • 49 PALAEPHATOS, IX (X), variante de μεταλλεία.
  • 50 PHILON, Bel, 91, 19 (sapes).
  • 51 PLATON, Lois, III, 678 D (Clinias évoque le malheur des hommes après le déluge) : σίδηρος γὰρ ϰαὶ (...)

11Parallèlement à μεταλλεία, le substantif rare μετάλλευσις désigne, au singulier, le travail de la mine (au sens abstrait)49 et, au pluriel, les travaux miniers (au sens concret)50. C’est également le sens d’« exploitations minières » qu’il faut donner à τὰ μεταλλεῖα, hapax de Platon où les commentateurs ont souvent vu à tort une désignation des métaux51.

  • 52 Sur le suffixe, E. SCHWYZER, Griechische Grammatik, I, München, 1939, pp. 497-498.
  • 53 DIODORE, V, 36, 4.
  • 54 DÉMOSTHÈNE, Contre Panténétos (XXXVII), 35.
  • 55 ARISTOTE, Ath. Pol., 59, 5; DÉMOSTHÈNE, Contre Panténétos (XXXVII), 35; 36; 37.
  • 56 HÉSYCHIOS, s. ν. ξοίς (burin).
  • 57 B.G.U., 697, 14; 18; 22 (iie s. apr. J.-C); WILCKEN, Chr., 321, 18 (iie apr. J.-C). Ces poids serv (...)
  • 58 ATHÉNÉE, VII, 322 A; HÉSYCHIOS, ss. w. σταγών et σύρβη. Pour le traité de Théophraste, voir Annexe (...)
  • 59 P. Lond., I, 324, 6 (iie s. apr. J.-C); PTOLÉMÉE, Tetrabiblos, I, 3, p. 13 ; PROCLOS, Paraphrase d (...)
  • 60 Bien que de tels médicaments soient connus dès les traités cnidiens du Corpus Hippocratique, l’exp (...)
  • 61 P.S.I., 8.962 Β 28 (iie s. apr. J.-C.) : τὴν μεταλλευτιϰὴν ἐρ[γασ]ίαν.
  • 62 ARISTOTE, Politiques, I, 11, 4, p. 1258 Β 31 ; Economiques, 2, p. 1343 A 27 ; PHILODÈME, Oec, VIII (...)

12L’adjectif μεταλλιϰός signifie « minier », relatif à la mine ou aux mines52. Avec cette épithète, ἐργασία désigne le travail minier53, νόμος une loi concernant les mines54, δίϰη un procès relatif aux mines55, σϰεῦος un outil de mineur56, τάλαντον un poids en usage dans les mines57. Ὁ μεταλλιϰός (sous-entendu λόγος) est le titre de divers traités de l’art des mines58. Ὁ μεταλλιϰός (sous-entendu ἀνήρ) est un nom rare du mineur59. Enfin, les médecins appellent μεταλλιϰὰ φάρμαϰα des substances, métalliques ou non, extraites des mines et utilisées dans la pharmacopée60. L’adjectif μεταλλευτιϰός est parfois synonyme de μεταλλιϰός61. Le féminin substantivé ἡ μεταλλευτιϰή (sous-entendu τέχνη) désigne la technique minière62.

  • 63 HÉSYCHIOS, s. ν. μεταλλῖτις · γῆ τις. — G. REDARD, Les noms grecs en -της, -τις et principalement (...)

13Au témoignage d’Hésychios, μεταλλῖτις signifiait une certaine terre, provenant sans doute de l’extraction, mais est-ce le minerai, comme en grec moderne, ou le déblai qui forme les terrils63 ?

  • 64 DIODORE, V, 37 ; DIOSCORIDE, V, 74, 4, où le sens de « métallurgiste » n’est nullement imposé. Sur (...)
  • 65 DIODORE, V, 36; DIOSCORIDE, V, 74, 4.
  • 66 DIODORE, V, 38, 2. Cfr. BLÜMNER, TT, IV, 104.

14Le composé μεταλλουργός signifie « ouvrier de la mine, mineur » (et non métallurgiste)64. De là procèdent μεταλλουργέω « travailler à la mine »65 et μεταλλουργεῖον « mine »66.

  • 67 Code Justinien, XI, 41, 7.
  • 68 OGIS, 660, 1. 2 (Egypte, ier s. apr. J.-C. = A. BERNAND, De Koptos à Kosseir, Leiden, 1972, n° 41) (...)
  • 69 F. BILABEL, Die Kleineren Historikerfragmente auf Papyrus, Bonn, 1923, n° 8 (= P. Bert. 11. 632), (...)
  • 70 Scholie à NICANDRE, Alex., 518 : ἅλα πηϰτòν, τòν ὀροϰτòν, τòν ἐϰμέταλλον.
  • 71 (PAUL LE SILENTIAIRE), « Εἰς τὰ ἐν Πυθίοις θερμά », 44 (μεταλλόχρυσον γαῖαν).
  • 72 PAUL LE SILENTIAIRE, « Ἔϰφρασις τοῦ νάου τῆς ἁγίας Σοφίας », 621 (μεταλλευτῆρι ὀδόντι).

15Enfin, il convient de signaler quelques termes rares et tardifs : μεταλλίζομαι « être condamné aux mines »67 ; μεταλλάρχης « directeur de mine »68 ; μεταλλωρύχος « sapeur »69 ; ἐϰμέταλλος ἅλς « sel gemme »70 ; μεταλλόχρυσος « riche en mines d’or »71; μεταλλευτήρ « qui creuse »72.

16Tous ces termes se réfèrent explicitement à une mine, c’est-à-dire à une cavité souterraine d’extraction. Le mot μέταλλον n’a jamais d’autre sens à l’origine.

  • 73 Thesaurus Linguae Latinae, t. VI, col. 991, s. v. fodina. Par exemple chez CATON, Origines, frg. 9 (...)
  • 74 VARRON, De re rustica, I, 22, 2 (argenti fodinas aut alia metalla).
  • 75 Thesaurus Linguae Latinae, t. VIII, Leipzig, 1966, col. 870-873, s. v. metallum.
  • 76 LUCRÈCE, VI, 811; PROPERCE, III, 15, 5; PLINE, III, 30; VI, 30; VI, 74; VII, 10; VII, 197; VIII, 2 (...)
  • 77 PLINE, III, 30; VI, 74; XXXIII, 86; XXXIII, 111; XXXIII, 119.
  • 78 VITRUVE, VII, 9, 6; PLINE, III, 30; VI, 98; XXXIII, 86; XXXIV, 3.
  • 79 PLINE, III, 30; VI, 98; XXXV. 35; XXXVII, 202.
  • 80 PLINE, II, 158; III, 30; XXXIII, 86; XXXIII, 119; XXXIV, 164.
  • 81 VITRUVE, VII, 9, 4; PLINE, VI, 98; XXXIII, 118. Les Latins appelaient minium aussi bien le vermill (...)
  • 82 PLINE, VI, 98. Le latin auripigmentum est l’équivalent du grec ἀρσενιϰόν, sulfure jaune d’arsenic (...)
  • 83 VITRUVE, VII, 7, 5 ; VII, 12, 2. Sur le réalgar (sandaraca, σανδαράχη), cfr. supra, n. 21.
  • 84 ULPIEN, Digeste, XXVII. 9, 3, 6.
  • 85 ULPIEN, Digeste, XLVIII, 19, 8, 10.
  • 86 VITRUVE, VII, 7, 3, pigment melinum, grec Μηλία γῆ, sorte de terre alumineuse à propriétés astring (...)
  • 87 PLINE, XVII, 45.
  • 88 PLINE, III, 30. Cfr. C.E.N. BROMEHEAD, The forgotten use of selenite, dans Minerals Magazine, 26 ( (...)
  • 89 SILIUS ITALICUS, VIII, 480 ; Code Théodosien, X, 19, 1 ; X, 19, 13.
  • 90 LUCAIN, VI, 34; STACE, Silves, I, 5, 36; II, 2, 85; ULPIEN, Digeste, VII, 1, 13, 5.

17C’est donc naturellement et nécessairement avec ce sens de « mine » qu’il a été emprunté par le latin, bien que cette langue possédât déjà le mot fodina73. Le mot metallum est attesté à partir de Varron74 et ses références sont innombrables75. Partout, on entend par metallum l’endroit où on extrait un minéral du sol, non seulement l’or76, l’argent77, le cuivre78, le fer79, le plomb80, mais aussi le minium81, l’orpiment82, le réalgar83, l’alun84, le soufre85, divers pigments86, la craie87, la sélénite88, le marbre89 et — plus fréquemment que pour μέταλλον en grec — des pierres (par là, metallum rejoint lapicidina)90. Ainsi, même en faisant la part des extensions de sens, il reste qu’au moment de l’emprunt, metallum ne signifiait pas le lieu d’extraction des seuls métaux.

18Il appert donc que le sens ancien et ordinaire de metallum, comme celui de μέταλλον, est indépendant du produit extrait, mais lié à une forme particulière d’exploitation du sous-sol. Il n’y a nulle trace d’un sens originel de métal.

  • 91 Α. ERNOUT et Α. MEILLET, Dictionnaire étymologique de la langue latine, 4e éd., Paris, 1967, p. 40 (...)
  • 92 Le mot latin est à l’origine des mots romans et germaniques. Cfr. W. VON WARTBURG, Dictionnaire ét (...)
  • 93 P. CHANTRAINE, La formation des noms en grec ancien, Paris, 1933, p. 15.

191.1.3. On doit naturellement se demander si l’étymologie confirme cette conclusion. A vrai dire, l’étymologie de μέταλλον, d’où procèdent le mot latin metallum91 et les correspondants modernes92, a été longuement discutée et continue à faire difficulté93. Aussi, l’examen critique des étymologies proposées, si décevant qu’il soit, constitue le complément indispensable de notre enquête lexicale, puisque les étymologistes postulent souvent, à l’origine du mot, une notion de métal.

20Les anciens ont proposé deux étymologies, dont nous avons la trace chez Pline l’Ancien, chez Isidore de Séville et chez Eustathe. La première expliquait μέταλλα par μετ’ἄλλα « après les autres ». Ainsi Pline, parlant de l’argent, écrit :

  • 94 H.N., XXXIII, 96.

reperitur in omnibus paene provinciis ; sed in Hispania pulcherrimum, id quoque in sterili solo atque etiam montibus et ubicumque una inventa vena est, non procul invenitur alia, hoc quidem et in omni fere materia, unde metalla Graeci videntur dixisse94.

« On en trouve dans presque toutes les provinces, mais le plus beau est en Espagne et, qui plus est, dans un sol stérile et même dans les montagnes. Partout où l’on a trouvé une veine, non loin de là on en trouve une autre. C’est, à vrai dire, le cas pour presque toutes ces matières. De là vient apparemment que les Grecs ont dit metalla. »

21L’explication est un peu différente chez Eustathe :

  • 95 EUSTATHE, Ad Il. I, 550, p. 148, 10-15 Van der Valk. Même écho dans Ad. Od., I, 231, p. 1413, 59-6 (...)

... μέταλλα... ϰληθἐντα, φασίν, οὕτω διὰ τὸ μετὰ τὰ ἄλλα πάντα ἐπινοηθῆναι · ϰαὶ γὰρ ἔοιϰε τῶν περὶ γῆν πάντων τῶν ἄλλων εὐθετηθέντων, τότε δὴ μετὰ τὰ ἄλλα ἐϰεῖνα ἐπιχεφῆσαι τοὺς ἀνθρώπους ϰαὶ ταῖς γεωρυχίαις ϰαὶ ἀφεῖναι μὲν τὰ νῶτα τῆς γῆς, ἐπιχειρῆσαι δὲ τοῖς λαγόσιν αὐτῆς, ὡς ἂν ἔχοιέν τι ϰερδαίνειν ϰαὶ ἀπ’ αὐτῶν95.

« Les μέταλλα ont été, paraît-il, appelés ainsi parce qu’ils ont été inventés après toutes les autres choses. En effet, il semble que c’est seulement quand tout fut arrangé à la surface du sol que les hommes entreprirent, en un deuxième temps, de creuser la terre et abandonnèrent sa surface pour s’attaquer à ses entrailles, dans l’idée qu’ils avaient là aussi quelque chose à gagner. »

  • 96 JOSÈPHE, Antiquités Judaïques, 17, 10, 3, § 267.
  • 97 PHILODÈME, Oec., VII, 43, p. 26 Jensen.

22Dans les deux cas, la production minière est censée venue « après les autres ». Cette explication a dû être assez répandue. C’est par cette décomposition étymologique en μετ (α) + ἄλλα que s’expliquent, dans la conjugaison du verbe dérivé μεταλλεύω « creuser une mine », des formes tardives comme μετήλλευον96 et μετηλλεύϰασι97.

  • 98 P. BUTTMANN, Lexilogus, t. I, 4e éd., Berlin, 1865, réimpr. Hildesheim, 1968, pp. 139 sq.

23Cette étymologie antique a été adoptée à l’époque moderne sans modifications par P. Buttmann98.

  • 99 ISIDORE, Origines, XVI, 17, 2 : Metallum dictum Graece παρὰ τοῦ μεταλλᾶν quod natura eius sit ut u (...)

24L’étymologie transmise par Isidore de Séville est une curieuse contamination de la précédente et d’une autre dont nous ne connaissons pas l’origine. Pour lui, μέταλλον procède du verbe μεταλλᾶν « chercher », parce que « sa nature est telle que là où une veine est apparue, il y a une bonne raison d’en chercher une autre »99.

  • 100 P. ex. Iliade, I, 553 (μεταλλῶ); Odyssée, XXIV, 478 (διείρεαι ἠδὲ μεταλλᾷς); XVI, 465 (μεταλλῆσαι (...)
  • 101 A. FICK, Etymologien, dans Beiträge zur Kunde der indogermanischen Sprachen, I (1877), p. 335.
  • 102 H. OSTHOFF, Germanisch mund « Schutz », dans Indogermanische Forschungen, 15 (1904), pp. 104-105.
  • 103 W. PRELLWITZ, Etymologisches Wörterbuch der griechischen Sprache, 2e éd., Göttingen, 1905, p. 291, (...)
  • 104 F. EICHHORN, De Graecae linguae nominibus derivatione retrograda conformatis, Diss. Göttingen, 191 (...)
  • 105 P. KRETSCHMER, Zu den ältesten Metallnamen, dans Glotta, 32 (1952), p. 1, n. 1 (« postverbale Bild (...)
  • 106 P. KRETSCHMER, Literaturbericht für das Jahr 1912, dans Glotta, 6 (1915), p. 299, fait remarquer q (...)
  • 107 G. CURTIUS, Grundzüge der griechischen Etymologie, 5e éd., Leipzig, 1879, p. 551, s. ν. ἰάλλω (Cur (...)
  • 108 A. BEZZENBERGER, Lett. meklét, dans Beiträge zur Kunde der Indogermanischen Sprachen, 9 (1885), p. (...)

25Le rapprochement de μέταλλον ou plutôt de μέταλλα avec μεταλλάω est assurément tentant et il a séduit plusieurs linguistes modernes, mais il ne va pas sans difficultés. La première est que μέταλλον n’apparaît pas avant Hérodote, tandis que μεταλλάω est déjà homérique au sens d’« interroger »100. La seule solution est de supposer que μέταλλον (le plus souvent au pluriel μέταλλα) procède de μεταλλάω et que, puisque μεταλλάω signifie « interroger, chercher », le sens premier de μέταλλον aurait été « lieu de recherche ». C’est l’opinion soutenue par A. Fick101, par H. Osthoff102, par W. Prellwitz103, par F. Eichhorn104, et plus récemment par P. Kretschmer105. Mais une telle dérivation manque de parallèles106. Il est gênant aussi que le verbe μεταλλάω n’ait pas davantage d’étymologie défendable. A. Fick, puis H. Ost-hoff l’avaient rapproché de ματεύω et ματέω « chercher ». Mais le vocalisme s’y oppose. P. Kretschmer a bien proposé de partir du μετἄλλα des anciens et imaginé un verbe dénominatif signifiant « chercher parmi ou après les autres ». Mais pareille formation serait étrange et isolée. Quant aux rapprochements avec ἰάλλω « envoyer »107 et avec le lette meklét « chercher »108, ils ne résistent pas à l’analyse phonétique.

  • 109 EUSTATHE, Ad Od., I, 231, p. 1413, 58, expliquant hom. μεταλλᾷς · ὅ ἐστι πολυπραγμονεῖς, ἐϰ τῶν με (...)
  • 110 Cfr. P. CHANTRAINE, Morphologie historique du grec, 2e éd., Paris, 1961, p. 241, § 288.
  • 111 O. SCHRADER, Sprachvergleichung und Urgeschichte, 3e éd., Iéna, 1906, t. II, pp. 123-124, n. 1 ; O (...)

26Il reste naturellement à penser que, malgré la date des attestations, μεταλλάω pourrait être un verbe dénominatif procédant de μέταλλον109. avec un passage du sens de « creuser, fouiller » à celui d’ « explorer, interroger ». Mais il n’y a aucune trace d’une telle évolution. En outre, on attendrait *μεταλλέω, comme on a ϰτυπέω de ϰτύπος110. Une solution de compromis, proposée par O. Schrader111, fait procéder les deux mots d’une forme préhomérique *μετάλλᾶ « recherche », mais il est bien en peine de dépasser cette pure hypothèse.

27En réalité, la parenté des deux mots n’est rien moins qu’établie. A vrai dire, elle n’est pas requise et ne conditionne pas l’explication de μέταλλον, qui peut être cherchée indépendamment. C’est ce qu’ont fait d’autres étymologistes.

  • 112 O. LAGERCRANTZ, Zur griechischen Lautgeschichte, Uppsala, 1898 (Uppsala Universitetsårsskrift), p. (...)
  • 113 M. MAYRHOFER, Kurzgefasstes etymologisches Wörterbuch des Altindischen, I, Heidelberg, 1959, pp. 3 (...)

28O. Lagercrantz112 a cru retrouver dans le second terme *αλλο, de μέτ-αλλον, un thème *αδλο, qu’il rapproche du sanskrit adrih « pierre, rocher, montagne ». Ainsi μέταλλον signifierait « ce qui se trouve dans la montagne ». Mais le mot indien n’a pas d’étymo-logie assurée et les meilleures hypothèses vont dans un tout autre sens113.

  • 114 L. MEYER, Handbuch der griechischen Etymologie, t. IV, Leipzig, 1902, pp. 309-310, s. ν. μέταλλον (...)
  • 115 J.B. HOFMANN, Etymologisches Wörterbuch des Griechischen, München, 1950, réimpr., 1966, p. 199, s. (...)
  • 116 Ε. RENAN, Histoire générale et système comparé des langues sémitiques, 4e éd., Paris, 1863, p. 206 (...)
  • 117 A. RIEDENAUER, Handwerk und Handwerker in den homerischen Zeiten, Erlangen, 1873, p. 200.
  • 118 T.A. RICKARD, Man and Metals, London, 1932 ; tr. fr. V. LAPARRA, L’homme et les métaux, Paris, 193 (...)
  • 119 R.J. FORBES, Met., p. 13 (d’après Rickard). Dans SAT, VIII, p. 11, il fait dériver μέταλλον de μετ (...)
  • 120 Α. MÜLLER, Semitische Lehnworte im älteren Griechisch, dans Beiträge zur Kunde der indogermanische (...)
  • 121 H. LEWY, Die semitischen Fremdwörter im Griechischen, Berlin, 1895, pp. 131 sq. Cfr. W. MUSS-ARNOL (...)
  • 122 A. DEBRUNNER, art. Griechen. Β. Sprache. Geschichte, dans M. EBERT, Reallexikon der Vorgeschichte, (...)
  • 123 H. KRAHE, Die Vorgeschichte des Griechentums nach dem Zeugnis der Sprache, dans Die Antike, 15 (19 (...)
  • 124 P. KRETSCHMER, Die ältesten Sprachschichten auf Kreta, dans Glotta, 31 (1951), p. 13. Le savant au (...)

29Comme toujours lorsqu’un mot est inexplicable dans une langue donnée, il reste la possibilité d’un emprunt. Ainsi, pour L. Meyer114 et pour J.B. Hofmann115, μέταλλον n’est pas grec. L’origine sémitique a été alléguée par E. Renan116, A. Riedenauer117, T.A. Rickard118, et elle a été encore récemment adoptée par R.J. Forbes119. Mais le rattachement à la racine sémitique mtl « forger » soulève des difficultés sémantiques qui ont été soulignées par A. Müller120. L’hébreux mesōlā, mesūlā, mesūlā, « fond de vallée », invoqué par H. Lewy, n’est pas plus convaincant121. L’hypothèse d’un emprunt au substrat préhellénique, proposée par A. Debrunner122, a été reprise par H. Krahe123 et par P. Kretschmer124. Mais il est trop facile de rattacher au substrat les mots inexplicables et, à défaut de preuve, on voudrait du moins un indice.

  • 125 V. GEORGIEV, Vorgriechische Sprachwissenschaft, I, Sofia, 1941. pp. 92-93 (corrige une autre étymo (...)
  • 126 V.I. ABAEV, Opyt etimologii slavjanskogo mĕdĭ, dans Ezikovedski izsledovanija υ cest na akademik S (...)
  • 127 A.J. VAN WINDEKENS, Pelasgisch und Westindogermanisch. Neues Material, dans Die Sprache, 4 (1958), (...)
  • 128 C’est à cette racine que V. Georgiev rattache aussi v. sl. mĕdĭ, mais il n’utilise pas le sens ori (...)

30Deux étymologies « pélasgiques » ont aussi été proposées. VI. Georgiev125 a posé un indo-européen *smido-dhlo- « lieu du métal ». Le thème *(s)mido- serait apparenté à *(s)maidi représenté par le vieux-slave mĕdĭ « métal ». On objectera avec raison que μέταλλον n’a pas, à date ancienne, le sens de « métal » et que le vieux-slave mĕdĭ, clef de voûte du système, a une autre origine126. C’est sans doute pourquoi A.J. Van Windekens127 a préféré rattacher directement μέταλλον à la racine indo-européenne *maid- « tailler, piocher », représentée en germanique par le gothique maitan, le vieil-islandais meita et le vieux-haut-allemand meizan128. Il pose un abstrait verbal *mid-ol « action de piocher », d’où procéderait un adjectif en -jo, *mid-ol-jo « se rapportant à l’action de piocher ». Cet adjectif, substantivé au neutre singulier, serait à l’origine de μέταλλον. Mais les parallèles allégués s’expliquent différemment. De toute façon, la valeur des étymologies de Georgiev et de Van Windekens est liée à celle, très contestée, de l’hypothèse pélasgique.

  • 129 M.D. PETRUŠEVSKI, Das griechische Kulturwort μέταλλον ; seine Bedeutung und Herkunft, dans Linguis (...)
  • 130 M. SCHMIDT, Hesychii Alexandrini Lexicon, t. III, Iéna, 1861.

31Enfin, une étymologie plus simple et plus conforme au sens attesté de μέταλλον a été proposée récemment par M.D. Petruševski129. Le linguiste yougoslave se fonde sur une glose d’Hésy-chios telle que la donne l’édition de M. Schmidt130 d’après le manuscrit Marcianus : μέταλλος · λίθος.θάλασσα.προμνήστρια. Petruševski en tire l’équivalence μέταλλος · προμνήστρια et l’éclaire par une autre glose προμνήστρια ·ἡ συνιστῶσα ἀλλήλοις τοὺς γαμοῦντας. « celle qui met en rapport les gens qui se marient ». Ainsi il apparaît que ἡ μέταλλος signifie « l’entremetteuse », et que l’adjectif μέταλλος veut dire « intermédiaire, entremis », comme on l’attend d’un dérivé de μετά « entre, au milieu, parmi ». Le même adjectif μέταλλος, appliqué à θάλασσα, puis substantivé, peut signifier une mer entre deux terres (comme notre Méditerranée, issue du latin tardif Mediterraneum Mare). Quant au neutre τὸ μέταλλον, c’est, selon Petru-sevski, une expression elliptique (on peut sous-entendre ὄρυγμα) pour désigner la cavité centrale d’une mine, soutenue par des piliers (δρμοι, μεσοϰρινεῖς), par opposition aux galeries latérales.

  • 131 Κ. LATTE, Hesychii Alexandrini Lexicon, t. II, Copenhague, 1966.
  • 132 Sur Cyrille, voir K. LATTE, Hesychii Alexandrini Lexicon, t. I, Copenhague, 1953, p. xii et pp. xl (...)

32La démonstration est ingénieuse, mais appelle deux réserves. D’abord, après la publication de cet article a paru le second volume de l’Hésychios de Kurt Latte131. Or l’éditeur remarque que les manuscrits de Cyrille, branche parallèle de la tradition lexicogra-phique dont proviennent souvent les interpolations du manuscrit d’Hésychios132, ne donnent que μέταλλος · λίθος. C’est pourquoi Latte corrige θάλασσα en μεταλλῶσα et distingue deux gloses au lieu d’une :

  1. μέταλλος · λίθος
  2. μεταλλῶσα · προμνήστρια
  • 133 Sur la valeur inégale des corrections de LATTE, voir le C.R. de W. BÜHLER dans Gnomon, 42 (1970), (...)

33En effet, μεταλλῶσα, participe féminin de μεταλλᾶν, signifie bien « celle qui interroge, qui cherche à savoir ». Si on accepte cette correction de Latte, il est clair que l’argumentation de Petrusevski est à rejeter. Mais la correction ne s’impose nullement, car Hésy-chios a fort bien pu prendre la seconde partie de la glose μέταλλος · θάλασσα.προμνήστρια à des sources indépendantes de Cyrille. Son texte s’explique d’ailleurs clairement sans correction133. Il est, en effet, logique que ἡ μέταλλος, forme elliptique de ἡ μέταλλος θάλασσα, ait pu désigner une mer enserrée entre des terres, un bras de mer ou un détroit.

  • 134 E. LITTRÉ, Dictionnaire de la langue française, t. III, Paris, 1872, p. 1886, s. v. semelle 9 ; p. (...)
  • 135 C.N. BROMEHEAD, Mining and Quarrying, dans A History of Technology, t. I, p. 564.

34La seconde réserve qu’appelle l’hypothèse de Petruševski est qu’il n’est pas nécessaire de sous-entendre ὄρυγμα pour expliquer le neutre μέταλλον. On peut plus simplement considérer que τὸ μέταλλον signifiait « l’intervalle » comme τὸ μέσον « le milieu ». C’était la galerie creusée entre deux strates de terre ou de rocher inutilisable, qui en constituaient la semelle et le toit134. L’attaque du minerai par des galeries qui suivent le filon à partir d’un affleurement est la forme d’exploitation la plus ancienne. Elle est généralement antérieure à l’exploitation par puits, qui requiert de connaître préalablement l’existence et la position approximative du filon135.

  • 136 Tout ce qui précède montre qu’on ne peut reconnaître un *μεταλλιχόος « fondeur de métal ou de mine (...)

35L’étymologie la plus vraisemblable s’accorde donc avec les résultats de l’étude lexicale : μέταλλον a signifié d’abord la galerie souterraine, puis, le plus souvent au pluriel, l’exploitation minière tout entière. Il n’y a pas, à l’origine, de rapport avec un groupe particulier de produits du sous-sol136.

Notes

1 Le sens de « mines d’or » ressort du contexte chez HÉRODOTE, VI, 47; THUCYDIDE, I, 100, 2 ; I, 101, 3 ; PSEUDO-ARISTOTE, Mir. ausc. 42, 833 A 28.

2 ARISTOTE, frg 459 Rose = CLÉM. ALEX., Strom., I, 75 ; DIODORE, I, 33, 3 ; XXXI, 8, 7; STRABON, XV, 1, 34, p. 700; PAUSANIAS, X, 11, 2 ; etc.

3 THUCYDIDE, IV, 105 ; THÉOPHRASTE, Lap., 51 ; DIODORE, I, 49 ; XVI, 8 ; STRABON, VII, 34 ; POLLUX, III, 87.

4 HÉRODOTE, III, 57; VI, 46; VII, 112; IX, 75; cfr. A. THUMB et Α. SCHERER, Handbuch der griechischen Dialekte, t. II, Heidelberg, 1959, p. 253, § 311.6.

5 ZÉNOBE, IV, 34 Leutsch-Schneidewin ; EUSTATHE, Ad. Dion., 517, p. 316 Müller; 525, p. 319 M. — Pour désigner les mines d’or, on trouve aussi très souvent en grec τὰ χρύσεια ou τὰ χρυσεῖα : PLATON, Lois, 742 D ; XÉNOPHON, Helléniques, IV, 8, 37; THÉOPHRASTE, Lap., 26; 32; POLYBE, III, 57, 3 ; DIODORE, I, 15 : STRABON, I, 2, 39, p. 45 ; III, 2, 8, p. 146, etc. On trouve rarement τὰ χρύαεα, P.S.I., 6.601, 10 (IIIe s. av. J.-C.) et τὰ χρυαία, EUSTATHE, Ad. Dion., 517, p. 315 Müller. On trouve aussi χρυσωρυχεῖον : STRABON, III, 2, 8, p. 146 ; V, 1, 12, p. 218 ; XV, 1, 44, p. 706 ; Périple de la mer Erythrée, 63, p. 303 Müller. Rarement χρυσωρύχιον, AGATHARCHIDE, 24.

6 Le sens de « mines » est explicitement indiqué par le contexte chez HÉRODOTE, V, 17 et VII, 144.

7 DIODORE, I, 33, 3 ; XXXI, 8, 7; STRABON, XII, 3, 19, p. 549.

8 THUCYDIDE, II, 55; VI, 91, 7; THÉOPHRASTE, Lap., 51; POLYBE, X, 10; X, 38, 7; DIODORE, I, 49; V, 35; POLLUX, III, 87; VII, 98; PLUTARQUE, Thémistocle, IV; ALCIPHRON, I, 36; IV, 8, 9.

9 HÉRODOTE, III, 57; V, 23; VII, 112; une attestation de ἀργυρᾶ EUSTATHE, Ad. Dion., 525, p. 319 M.

10 CALLIAS, frg. 24 Kock; XÉNOPHON, Revenus, IV, 4 et al.; ARISTOPHANE, Cavaliers, 362; Guêpes, 659; Oiseaux, 593; ARISTOTE, Ath. pol., 22, 7 ; 47, 2 ; DÉMOSTHÈNE, Sur l’ambassade (XIX), 293 ; Contre Panténétos (XXXVII), 36; 37; 38; Contre Bοiotos (XL), 52; Contre Phainippos (XLII), 3 et 9 ; HYPÉRIDE, Pour Euxénippe, 35; IG, II2, 1582, 56 (table des polètes – ive s. av. J.-C). Pour désigner les mines d’argent, on dit très souvent aussi τὰ ἀργυρεῖα ou τὰ ἀργύρεια : PLATON, Lois, 742 D ; XÉNOPHON, Revenus, IV, 1, et al.; Mémorables, II, 5, 2; III, 6, 12; ISOCRATE, Sur la Paix, 117, p. 183 A; ESCHINE, Contre Timarque (I), 101 et 105; DÉMOSTHÈNE, Conrre Aristocrates (XXIII), 146; POLYBE, III, 57, 3 ; STRABON, I, 2, 39, p. 45, et al. En revanche, ἀργυρωρυχεῖα est un hapax : schol. à ESCHINE, Contre Timarque (I), 100 : ἀργυρωρυχεῖα ἃ λέγουσιν ἀργυρεῖα.

11 DIODORE, I, 33, 3 ; V, 36, 2 ; STRABON, X, 1, 9, p. 447 ; XIII, 1, 51, p. 607 ; ÉTIENNE DE BYZANCE, s. ν. Χαλϰῖτις.

12 POLLUX, VII, 98 : γῆ ὑπόχαλϰος. οὐ γὰρ χαλϰῖτις, οὐδὲ χαλϰεῖα μέταλλα, ὥσπερ ϰαὶ σιδήρου μέταλλα ϰαὶ γῆ σιδηρῖτις. En effet, la χαλϰῖτις est un minerai bien précis, la chalcopyrite. Il y a toutefois un exemple de χαλϰεῖα dans la langue relâchée et tardive d’EUSTATHE, Ad. Dion., 764, p. 349 M.

13 DIODORE, I, 33, 3 ; V, 36, 2 ; STRABON, X, 1, 9, p. 447; XII, 3, 19, p. 549.

14 Si τò χαλϰεῖον a le sens de « forge », on trouve τὰ χαλϰωρυχεῖα : THÉOPHRASTE, Lap., 25 ; 51 ; STRABON, XVII, 2, 2, p. 821 ; XVII, 3, 11, p. 830; PTOLÉMÉE, Géogr., IV, 2, 5. Plus fréquemment, χαλϰωρυχία : P. Petr., II, 9, 2, 3 (iiie s. av. J.-C); III, 130, 2 (iiie s. av. J.-C); PLUTARQUE, Quaest. Conv., III, 10, 3, p. 659 C. Aussi χαλϰουργεῖα : DIODORE, I, 15; II, 52, 3 ; V, 36, 2 ; STRABON, III, 2, 8, p. 146 ; VI, 1, 5, p. 255 ; ÉTIENNE DE BYZANCE, s. ν. Χαλϰίς. Pour le fer, σιδηρωρυχεῖα se trouve seulement chez PTOLÉMÉE, Géogr., II, 11, 11, et σιδηρουργεῖα seulement chez STRABON, IV, 2, 2, p. 191 ; V, 1, 8, p. 214 ; XVII, 2, 2, p. 821. A noter que τὰ σιδηρεῖα désigne une mine chez THÉOPHRASTE, Lap., 52 et chez STRABON, I, 2, 39, p. 45 ; III, 4, 6, p. 159 ; XII, 3, 23, p. 551 ; mais ailleurs, c’est une forge : ARISTOTE, Pol., 1259 A 25; THÉOPHRASTE, HP, 5, 9, 2 ; IG XI (2), 161 A 19 (Délos, iiie s. av. J.-C).

15 DIOSCORIDE, V, 85 (le contexte ne laisse pas de doute). Ce métal est lui-même rare.

16 STRABON, III, 2, 10, p. 148. Strabon note justement que ce plomb ne contient pas assez d’argent pour que la coupellation soit avantageuse.

17 HÉRODOTE, IV, 185, 2.

18 Le γεωψάνειον de Samos : POLLUX, VII, 99-100; ÉPHORE, frg. 59 Jacoby = HARPOCRATION, s. v.; BEKKER, Anecd., 227, 16; 232, 12; HÉSYCHIOS, s. v. ; Schol. NICANDRE, Alex., 149 ; Etymologicum Magnum, 229, 21, s. v. Sur cette mine, THÉOPHRASTE, Lap., 61 ; DENYS D’HALI-CARNASSE, Dinarque, 10. Cfr. BLÜMNER, TT, IV, p. 475, n. 1.

19 POLLUX, VII, 100 : πολλὰ δ ἂν ϰαὶ ἄλλα εἴη μέταλλα, ὥσπερ τὰ ἐν Μήλῳ ϰαὶ τὰ ἐν Νισύρῳ τοῦ θείου.

20 THÉOPHRASTE, Lap., 52 ; ONÉSICRITE, frg. 32 Jacoby = STRABON, XV, 2, 14, p. 726. Je traduis par vermillon le grec μίλτος (terre colorée en rouge par l’oxyde de fer).

21 STRABON, XII, 3, 40, p. 562, à propos de la mine dite Σανδαραϰούργιον dans le Pont. Le réalgar (σανδαράχη) est un sulfure d’arsenic AsS, utilisé en peinture et en pharmacie. Cfr. THÉOPHRASTE, Lap., 52.

22 STRABON, XI, 14, 9, p. 529 : μέταλλα τῆς σάνδιϰος ϰαλουμένης. Sur le σάνδυξ, pigment à base d’oxyde de plomb, voir P. FLOBERT, Sur un vers de Virgile (Buc., IV, 45) : la signification du sandyx, dans Revue de Philologie, 38 (1964), pp. 228-241.

23 Sur λατόμιον etc., BLÜMNER, TT, III, p. 69; R. MARTIN, Manuel d’architecture grecque, t. I, Matériaux et techniques, Paris, 1965, p. 147 ; A.K. ORLANDOS, Les matériaux de construction et la technique architecturale des anciens Grecs, t. II, Paris, 1968, p. 15.

24 On sait qu’à Paros, le marbre était extrait de galeries (description dans A. T’SERSTEVENS, Le périple des archipels grecs, Paris, 1960, p. 138); d’où son nom de λυχνίας (λυχνίτης) « extrait à la lueur des lampes » (ORLANDOS, p. 9). Mais ce n’est pas toujours le cas. Ainsi STRABON, IX, I, 23, p. 399, appelle μέταλλα les carrières du Pentélique, qui étaient à ciel ouvert (ORLANDOS, op. cit., t. II, p. 16 avec note 7); de même en IX, 5, 16, p. 437, μέταλλα désigne l’exploitation à ciel ouvert de Skyros (M. DEFNER, AE, 1923, pp. 102-116). La même extension de sens est perceptible dans d’autres textes ; DIOSCO-RIDE, V, 74, 4 ; SVF, III, p. 288, frg. 989 = ORIGÈNE, De Oratione, 6, t. II, p. 311, 6 Koetschau, p. 206 Delarue.

25 POLYBE, XVI, 11, 2 : ἤρξατο πολιορϰεῖν διὰ τῶν μετάλλων.

26 R.J. FORBES, Bergbau, Steinbruchtätigkeit und Hüttenwesen, dans F. MATZ, H.G. BUCHHOLZ, Archaeologia Homerica, Κ, Göttingen, 1968, p. 1, traduit bien « Bergwerk, Grube, Stätte, an dem man Gestein, Erz, Metall sucht und gewinnt ».

27 Dérivé de substantif, comme ἱππεύς, ἀροτρεύς, ἀνθραϰεύς. Cfr. P. CHAN-TRAINE, La formation des noms en grec ancien, Paris, 1933, p. 120.

28 LYSIAS, frg. 89 S = HARPOCRATION, s. ν. Μεταλλεῖς = SOUDA, s. ν. μεταλλεῖς ; PLATON, Lois, 678 D; THÉOPHRASTE, Lap., 52; POLLUX, VII, 97 ; MAXIME DE TYR, XI, 2. Nom métaphorique d’une fourmi, HÉSYCHIOS, s. ν. μεταλλεῖς.

29 DIODORE, XX, 94.

30 POLYEN, II, 1, 26; ATHÉNÉE, VI, 23, p. 233 D ; POLLUX, III, 87 ; VII, 97 ; HÉSYCHIOS, s. v. ; SOUDA, s. v.

31 DIODORE, XVIII, 70, 5 ; JOSÈPHE, Antiquités, 17, 10, 3, § 267 ; POLYEN, VII, II, 5 ; « creuser un égout » chez DENYS D’HALICARNASSE, Antiquités, IV, 44, 2.

32 STRABON, III, 2, 8, p. 146; LUCIEN, Sacrifices, 11 ; Charon, 11 ; DENYS LE PÉRIÉGÈTE, 1114.

33 DIODORE, V, 37, 2.

34 LXX, Deutéronome, 8, 9 ; LYCOPHRON, 485.

35 PALAEPHATOS, De incredibilibus, IX (X).

36 THÉOPHRASTE, Lap., 52.

37 THÉOPHRASTE, Lap., 26. Cfr. D.E. EICHHOLZ, dans CR, 72 = N.S. 8 (1958), pp. 221-222.

38 NICANDRE, Thériaques, 672 ; Anthologie, VI, 302, 5 (Léonidas de Tarente); PORPHYRE, Ad Marcellam, 26.

39 STRABON, XIV, 5, 28, p. 680 ; POLLUX, VII, 97. Cfr. BLÜMNER, TT, IV, p. 104, n. 1.

40 POLYBE, I, 42, 12; XVI, 31, 8; PHILON, Bel., 99, 13.

41 STRABON, XII. 3, 19, p. 549; XII, 3, 40, p. 562; Manethoniana, IV, 259 ; « carrier », MOERIS, s. ν. ϰίβδωνες ; « métallurgiste », PROCLOS, Paraphrase de Ptolémée, p. 250. Cfr. E. FRAENKEL, Geschichte der Griechischen Nomina Ageniis auf -τηρ, -τωρ, -της, t. II, Strasbourg, 1912, pp. 63-64.

42 STRABON, IX, 2, 18, p. 407.

43 STRABON, XV, 1, 30, p. 700.

44 PLATON, Critias, 114 C; DÉMÉTRIOS DE PHALÈRE, frg. 138 A Wehrli = STRABON, III, 2, 9, p. 147; STRABON, XV, 1, 30, p. 700 (μεταλλεία est distingué de χωνεία); POLLUX, VII, 97; PALAEPHATOS, IX (X); SOUDA, s. ν. μεταλλεία. Cfr. BLÜMNER, TT, IV, 103.

45 DIODORE, XVI, 74 (sg); XX, 94 (pl.).

46 PLATON, Lois, VI, 761 C.

47 MAXIME DE TYR, XI (XVII), 2 C : ἡ μεταλλεία τοῦ ἀληθοῦς.

48 PLATON, Lois, VIII, 842 D ; DÉMÉTRIOS DE PHALÈRE, frg. 138 Β Wehrli = ATHÉNÉE, 233 C ; DIODORE, V, 38, 2 ; STRABON, III, 2, 3, p. 142 ; POLLUX, VII, 100. Sapes chez DIODORE, XX, 94, 2.

49 PALAEPHATOS, IX (X), variante de μεταλλεία.

50 PHILON, Bel, 91, 19 (sapes).

51 PLATON, Lois, III, 678 D (Clinias évoque le malheur des hommes après le déluge) : σίδηρος γὰρ ϰαὶ χαλϰòς ϰαὶ πάντα τὰ μεταλλεῖα συγϰεχυμένα ἠφάνιστο, ὥστε ἀπορία πᾶσα ἧν τοῦ ἀναϰαθαίρεσθαι τὰ τοιαῦτα. — Ε. Des Places, dans son édition (Paris, 1951), comprend que « tous les minerais avaient disparu pêle-mêle, et il y avait toute difficulté pour en extraire à nouveau ». Mais cette interprétation ne tient pas compte du sens que peuvent avoir, dans le contexte du déluge, συγϰεχυμένα « noyées » et ἀναϰαθαίρω « dégager une galerie inondée » (STRABON, IX, 2, 18, p. 407). Aussi, on préfère traduire « Le fer, le cuivre, et toutes les installations minières, noyées, avaient disparu, à tel point qu’il y avait totale impossibilité de les dégager. » C’est ainsi que comprenait G. STALL-BAUM, Piatonis leges et Epinomis, I, Gotha-Erfurt, 1859, p. 262, note.

52 Sur le suffixe, E. SCHWYZER, Griechische Grammatik, I, München, 1939, pp. 497-498.

53 DIODORE, V, 36, 4.

54 DÉMOSTHÈNE, Contre Panténétos (XXXVII), 35.

55 ARISTOTE, Ath. Pol., 59, 5; DÉMOSTHÈNE, Contre Panténétos (XXXVII), 35; 36; 37.

56 HÉSYCHIOS, s. ν. ξοίς (burin).

57 B.G.U., 697, 14; 18; 22 (iie s. apr. J.-C); WILCKEN, Chr., 321, 18 (iie apr. J.-C). Ces poids servent à peser l’alun (στυπτηρία).

58 ATHÉNÉE, VII, 322 A; HÉSYCHIOS, ss. w. σταγών et σύρβη. Pour le traité de Théophraste, voir Annexe I.

59 P. Lond., I, 324, 6 (iie s. apr. J.-C); PTOLÉMÉE, Tetrabiblos, I, 3, p. 13 ; PROCLOS, Paraphrase de Ptolémée, 20.

60 Bien que de tels médicaments soient connus dès les traités cnidiens du Corpus Hippocratique, l’expression μεταλλιϰὰ φάρμαϰα apparaît pour la première fois chez MÉGÈS DE SIDON, frg. 3 Michler = ORIBASE, Coll., XLIV, 20, 2 (M. MICHLER, Die Alexandrinischen Chirurgen, Wiesbaden, 1968) et comprend l’alun, la rouille, l’écaille de cuivre. On la trouve ensuite chez SCRIBONIUS LARGUS, 23 (cuivre grillé, calamine, stibnite); CELSE, V, 17, 2 A ; V, 18, 12 G (sel, alun, écaille de cuivre, rouille etc.); PLINE, I, 33; I, 34; I, 35; DIOSCORIDE, Préface, 1 ; PHILON D’HYAMPOLIS chez PLUTARQUE, Quaest. Conv., IV, 1, 3, p. 663 C. — De même, μεταλλιϰόν χρῶμα désigne une couleur minérale (HÉSYCHIOS, s. ν. στίβη), μεταλλιϰὴ ὕλη la matière extraite des mines, déblais compris (HÉSYCHIOS, s. ν. φορεῖς), μεταλλιϰòς λίθος une pierre extraite des mines (HÉSYCHIOS, s. ν. φάϰος).

61 P.S.I., 8.962 Β 28 (iie s. apr. J.-C.) : τὴν μεταλλευτιϰὴν ἐρ[γασ]ίαν.

62 ARISTOTE, Politiques, I, 11, 4, p. 1258 Β 31 ; Economiques, 2, p. 1343 A 27 ; PHILODÈME, Oec, VIII, 43, p. 29 et XXVIII, p. 64 J ; DIOGÈNE LAËRCE, III, 100.

63 HÉSYCHIOS, s. ν. μεταλλῖτις · γῆ τις. — G. REDARD, Les noms grecs en -της, -τις et principalement en -ιτης, -ιτις, Paris, 1949, p. 108, traduit « terre riche en minerai ».

64 DIODORE, V, 37 ; DIOSCORIDE, V, 74, 4, où le sens de « métallurgiste » n’est nullement imposé. Sur la formation, F. BADER, Les composés grecs du type de Demiourgos, Paris, 1965, p. 48.

65 DIODORE, V, 36; DIOSCORIDE, V, 74, 4.

66 DIODORE, V, 38, 2. Cfr. BLÜMNER, TT, IV, 104.

67 Code Justinien, XI, 41, 7.

68 OGIS, 660, 1. 2 (Egypte, ier s. apr. J.-C. = A. BERNAND, De Koptos à Kosseir, Leiden, 1972, n° 41); PAUL D’ALEXANDRIE, Εἰσαγωγιϰά, Ν 4 Boer.

69 F. BILABEL, Die Kleineren Historikerfragmente auf Papyrus, Bonn, 1923, n° 8 (= P. Bert. 11. 632), col. I, 1. 20.

70 Scholie à NICANDRE, Alex., 518 : ἅλα πηϰτòν, τòν ὀροϰτòν, τòν ἐϰμέταλλον.

71 (PAUL LE SILENTIAIRE), « Εἰς τὰ ἐν Πυθίοις θερμά », 44 (μεταλλόχρυσον γαῖαν).

72 PAUL LE SILENTIAIRE, « Ἔϰφρασις τοῦ νάου τῆς ἁγίας Σοφίας », 621 (μεταλλευτῆρι ὀδόντι).

73 Thesaurus Linguae Latinae, t. VI, col. 991, s. v. fodina. Par exemple chez CATON, Origines, frg. 93 Peter = AULU-GELLE, II, 22, 28 : in regio-nibus ferrariae, argentifodinae pulcherrimae.

74 VARRON, De re rustica, I, 22, 2 (argenti fodinas aut alia metalla).

75 Thesaurus Linguae Latinae, t. VIII, Leipzig, 1966, col. 870-873, s. v. metallum.

76 LUCRÈCE, VI, 811; PROPERCE, III, 15, 5; PLINE, III, 30; VI, 30; VI, 74; VII, 10; VII, 197; VIII, 222; XXXIII, 80; XXXIV, 157; XXXVII, 202.

77 PLINE, III, 30; VI, 74; XXXIII, 86; XXXIII, 111; XXXIII, 119.

78 VITRUVE, VII, 9, 6; PLINE, III, 30; VI, 98; XXXIII, 86; XXXIV, 3.

79 PLINE, III, 30; VI, 98; XXXV. 35; XXXVII, 202.

80 PLINE, II, 158; III, 30; XXXIII, 86; XXXIII, 119; XXXIV, 164.

81 VITRUVE, VII, 9, 4; PLINE, VI, 98; XXXIII, 118. Les Latins appelaient minium aussi bien le vermillon (grec μίλτος) que l’oxyde de plomb ou le sulfure de mercure (cinabre).

82 PLINE, VI, 98. Le latin auripigmentum est l’équivalent du grec ἀρσενιϰόν, sulfure jaune d’arsenic (As2S3).

83 VITRUVE, VII, 7, 5 ; VII, 12, 2. Sur le réalgar (sandaraca, σανδαράχη), cfr. supra, n. 21.

84 ULPIEN, Digeste, XXVII. 9, 3, 6.

85 ULPIEN, Digeste, XLVIII, 19, 8, 10.

86 VITRUVE, VII, 7, 3, pigment melinum, grec Μηλία γῆ, sorte de terre alumineuse à propriétés astringentes. Cfr. LENZ, Mineralogie, 463.

87 PLINE, XVII, 45.

88 PLINE, III, 30. Cfr. C.E.N. BROMEHEAD, The forgotten use of selenite, dans Minerals Magazine, 26 (1943), p. 182.

89 SILIUS ITALICUS, VIII, 480 ; Code Théodosien, X, 19, 1 ; X, 19, 13.

90 LUCAIN, VI, 34; STACE, Silves, I, 5, 36; II, 2, 85; ULPIEN, Digeste, VII, 1, 13, 5.

91 Α. ERNOUT et Α. MEILLET, Dictionnaire étymologique de la langue latine, 4e éd., Paris, 1967, p. 401, s. v. metallum.

92 Le mot latin est à l’origine des mots romans et germaniques. Cfr. W. VON WARTBURG, Dictionnaire étymologique de la tangue française, 4e éd., Paris, 1964, p. 405, s. v. Métal ; E. KLEIN, A Comprehensive Etymological Dictionary of the English Language, t. II, Amsterdam, 1967, p. 970, s. v. metal ; F. KLUGE, Etymologisches Wörterbuch der deutschen Sprache, 18e éd. par W. MITZKA, Berlin, 1960, p. 476, s. ν. Metalt ; etc.

93 P. CHANTRAINE, La formation des noms en grec ancien, Paris, 1933, p. 15.

94 H.N., XXXIII, 96.

95 EUSTATHE, Ad Il. I, 550, p. 148, 10-15 Van der Valk. Même écho dans Ad. Od., I, 231, p. 1413, 59-60 : μέταλλα δέ, ἀπò τοῦ μετὰ τὰ ἄλλα τὰ ϰατὰ τòν βίον.

96 JOSÈPHE, Antiquités Judaïques, 17, 10, 3, § 267.

97 PHILODÈME, Oec., VII, 43, p. 26 Jensen.

98 P. BUTTMANN, Lexilogus, t. I, 4e éd., Berlin, 1865, réimpr. Hildesheim, 1968, pp. 139 sq.

99 ISIDORE, Origines, XVI, 17, 2 : Metallum dictum Graece παρὰ τοῦ μεταλλᾶν quod natura eius sit ut ubi vena apparuerit, ibi spes sit alterius inquirendi.

100 P. ex. Iliade, I, 553 (μεταλλῶ); Odyssée, XXIV, 478 (διείρεαι ἠδὲ μεταλλᾷς); XVI, 465 (μεταλλῆσαι ϰαὶ ἐρέσθαι).

101 A. FICK, Etymologien, dans Beiträge zur Kunde der indogermanischen Sprachen, I (1877), p. 335.

102 H. OSTHOFF, Germanisch mund « Schutz », dans Indogermanische Forschungen, 15 (1904), pp. 104-105.

103 W. PRELLWITZ, Etymologisches Wörterbuch der griechischen Sprache, 2e éd., Göttingen, 1905, p. 291, s. v. μέταλλον.

104 F. EICHHORN, De Graecae linguae nominibus derivatione retrograda conformatis, Diss. Göttingen, 1912, pp. 47 sq.

105 P. KRETSCHMER, Zu den ältesten Metallnamen, dans Glotta, 32 (1952), p. 1, n. 1 (« postverbale Bildung »).

106 P. KRETSCHMER, Literaturbericht für das Jahr 1912, dans Glotta, 6 (1915), p. 299, fait remarquer que le seul parallèle allégué par Eichhorn est τάλαντον - ταλαντάω. Or le verbe ταλαντάω n’est attesté que dans l’Etymologicum Magnum, 744, 15, et peut donc difficilement avoir donné τάλαντον. Néanmoins, quarante ans plus tard (voir la note précédente), Kretschmer a négligé cette difficulté. — Notons encore que le dictionnaire de LIDDELL-SCOTT-JONES, s. ν. μέταλλον, renvoie à μεταλλάω pour l’étymologie.

107 G. CURTIUS, Grundzüge der griechischen Etymologie, 5e éd., Leipzig, 1879, p. 551, s. ν. ἰάλλω (Curtius sépare μεταλλάω et μέταλλον). Cet avis est déjà qualifié de désuet et rejeté par É. BOISACQ, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, 4e éd., Heidelberg, 1950, s. ν. μέταλλον.

108 A. BEZZENBERGER, Lett. meklét, dans Beiträge zur Kunde der Indogermanischen Sprachen, 9 (1885), p. 134 (meklét viendrait de *metlét). Mais ce mot fait partie d’une famille bien attestée en baltique et en slave ; il se rattache fondamentalement à la racine i.-e. * « mesurer, penser ». Cfr. A. FRAENKEL, Litauisches etymologisches Wörterbuch, t. I, Heidelberg, 1962, pp. 428-429, s. v. méklinti.

109 EUSTATHE, Ad Od., I, 231, p. 1413, 58, expliquant hom. μεταλλᾷς · ὅ ἐστι πολυπραγμονεῖς, ἐϰ τῶν μετάλλων φασίν οἱ παλαιοί τὴν λέξιν ληφθῆναι, ἐπεὶ μηδὲν περιεργότερον τῆς μεταλλουργίας. — Etymologicum Magnum, p. 580, 52, s. ν. μεταλλῶ · δευτέρας συζυγίας τῶν περισπωμένων ϰαὶ σημαίνει τò πολυπραγμονῶ. ϰαὶ γίνεται ἐϰ τοῦ μέταλλον. — Même opinion chez APOLLONIOS LE SOPHISTE, Lexicon Homericum, p. 112, 13 Bekker ; dans scholie A à PINDARE, Olympiques, VI, 106, t. I, p. 176 Drachmann ; Anecdota Oxoniensia, I, 274, 28-33 ; Etymologicum Gudianum, p. 388, 39-45. — Cette opinion ancienne est reprise par les étymologistes modernes : J.B. HOFMANN, Etymologisches Wörterbuch des Griechischen, München, 1950, réimpr. 1966, p. 199, s. ν. μέταλλον; Η. FRISK, Griechisches etymologisches Wörterbuch, II, Heidelberg, 1970, pp. 216-217, s. ν. μέταλλον.

110 Cfr. P. CHANTRAINE, Morphologie historique du grec, 2e éd., Paris, 1961, p. 241, § 288.

111 O. SCHRADER, Sprachvergleichung und Urgeschichte, 3e éd., Iéna, 1906, t. II, pp. 123-124, n. 1 ; O. SCHRADER, A. NEHRING, Reallexicon der indogermanischen Altertumskunde, t. I, Berlin, 1917-1923, pp. 93-94. — Cfr. L. MEYER, Handbuch der griechischen Etymologie, t. IV, Leipzig, 1902, p. 309, s. ν. μεταλλά-ειν, qui pose un préhomérique féminin *μεταλλη, mais donne une autre origine à μέταλλον. O. SCHRADER a réaffirmé son étymologie dans Griech. μέταλλον dans P. DIERGART, Beiträge aus der Geschichte der Chemie dem Gedächtnis von Georg W.A. Kahlbaum gewidmet, Leipzig-Wien, 1909, pp. 100-102.

112 O. LAGERCRANTZ, Zur griechischen Lautgeschichte, Uppsala, 1898 (Uppsala Universitetsårsskrift), p. 95, n. 1.

113 M. MAYRHOFER, Kurzgefasstes etymologisches Wörterbuch des Altindischen, I, Heidelberg, 1959, pp. 30 et 548.

114 L. MEYER, Handbuch der griechischen Etymologie, t. IV, Leipzig, 1902, pp. 309-310, s. ν. μέταλλον (origine indéterminée).

115 J.B. HOFMANN, Etymologisches Wörterbuch des Griechischen, München, 1950, réimpr., 1966, p. 199, s. ν. μέταλλον (Fremdwort).

116 Ε. RENAN, Histoire générale et système comparé des langues sémitiques, 4e éd., Paris, 1863, p. 206 (avec doute).

117 A. RIEDENAUER, Handwerk und Handwerker in den homerischen Zeiten, Erlangen, 1873, p. 200.

118 T.A. RICKARD, Man and Metals, London, 1932 ; tr. fr. V. LAPARRA, L’homme et les métaux, Paris, 1938, p. 151.

119 R.J. FORBES, Met., p. 13 (d’après Rickard). Dans SAT, VIII, p. 11, il fait dériver μέταλλον de μεταλλάω d’après LIDDELL-SCOTT-JONES.

120 Α. MÜLLER, Semitische Lehnworte im älteren Griechisch, dans Beiträge zur Kunde der indogermanischen Sprachen, 1 (1877), pp. 278 et 293 : la racine sémitique signifie « allonger au marteau » et ne convient donc pas pour exprimer le travail de la mine.

121 H. LEWY, Die semitischen Fremdwörter im Griechischen, Berlin, 1895, pp. 131 sq. Cfr. W. MUSS-ARNOLT, On Semitic words in Greek and Latin, dans TAPhA, 23 (1892), p. 134. Voir les réserves de LAGERCRANTZ, op. cit., pp. 94-95.

122 A. DEBRUNNER, art. Griechen. Β. Sprache. Geschichte, dans M. EBERT, Reallexikon der Vorgeschichte, IV, 2, Berlin, 1926, p. 525, § 45 (mot de Substrat, inexplicable par le sémitique et par l’indo-européen).

123 H. KRAHE, Die Vorgeschichte des Griechentums nach dem Zeugnis der Sprache, dans Die Antike, 15 (1939), p. 181; Die Indogermanisierung Griechenlands und Italiens, Heidelberg, 1949, p. 21.

124 P. KRETSCHMER, Die ältesten Sprachschichten auf Kreta, dans Glotta, 31 (1951), p. 13. Le savant autrichien invoque le toponyme crétois Μεταλλάπυτον de GD7, 5075, 1. 69 (ier s. av. J.-C). Or, un autre toponyme de la même inscription (1. 68) Λαγινάπυτον, a un parallèle en Carie, Λάγινα. Il est donc composé de deux éléments préhelléniques. Il en résulte que Μέταλλα doit être aussi préhellénique. M. le Professeur Paul FAURE me communique que πύτον signifie tout simplement « le puits », emprunt au latin puteus. Il proposee d’autre part une origine préhellénique pour le toponyme Matala, dont le site au sud de la Crète est caractérisé par une falaise côtière trouée de galeries.

125 V. GEORGIEV, Vorgriechische Sprachwissenschaft, I, Sofia, 1941. pp. 92-93 (corrige une autre étymologie préhellénique proposée dans Die Träger der kretisch-mykenischen Kultur, ihre Herkunft und ihre Sprache, I, Sofia, 1937, p. 85).

126 V.I. ABAEV, Opyt etimologii slavjanskogo mĕdĭ, dans Ezikovedski izsledovanija υ cest na akademik Stefan Mladenov (Festschrift Mladenov), Sofia, 1957, pp. 321-328 : mĕdĭ serait issu de Μηδία comme cuprum de Κύπρος. En effet, au viie s. av. J.-C, les Slaves recevaient leur cuivre de TransCaucasie. L’hypothèse est cependant gênée par une difficulté : le nom iranien de la Médie est Māda avec ā et non ēò. C’est pourquoi L. ZGUSTA, Zur Etymologie von slaw. medi « Kupfer, Erz », dans Die Sprache, 4 (1958), pp. 98-100, suggère l’idée que des marchands grecs (ioniens) de Dioscourias, de Panticapée ou d’Olbia auraient servi d’intermédiaires entre les mondes iranien et slave. Parallèlement, J. POKORNY, Indogermanisches etymologisches Wörterbuch, t. I, Bern, 1959, p. 697, conteste le rattachement de mĕdĭ à i.-e. *mait-.

127 A.J. VAN WINDEKENS, Pelasgisch und Westindogermanisch. Neues Material, dans Die Sprache, 4 (1958), pp. 135-137.

128 C’est à cette racine que V. Georgiev rattache aussi v. sl. mĕdĭ, mais il n’utilise pas le sens originel pour expliquer μέταλλον.

129 M.D. PETRUŠEVSKI, Das griechische Kulturwort μέταλλον ; seine Bedeutung und Herkunft, dans Linguistique Balkanique, 6 (1963), pp. 25-28.

130 M. SCHMIDT, Hesychii Alexandrini Lexicon, t. III, Iéna, 1861.

131 Κ. LATTE, Hesychii Alexandrini Lexicon, t. II, Copenhague, 1966.

132 Sur Cyrille, voir K. LATTE, Hesychii Alexandrini Lexicon, t. I, Copenhague, 1953, p. xii et pp. xliv sq. La tradition de Cyrille et celle d’Hésychios se sont contaminées réciproquement. Beaucoup de gloses de Cyrille sont passées dans le texte d’Hésychios. Voir le stemma, p. li.

133 Sur la valeur inégale des corrections de LATTE, voir le C.R. de W. BÜHLER dans Gnomon, 42 (1970), pp. 339-354, spéc. 350-351.

134 E. LITTRÉ, Dictionnaire de la langue française, t. III, Paris, 1872, p. 1886, s. v. semelle 9 ; p. 2242, s. v. toit 5. Pour la partie inférieure, on dit aussi le mur : cfr. LITTRÉ, t. II, Paris, 1869, p. 668, s. v. mur 8.

135 C.N. BROMEHEAD, Mining and Quarrying, dans A History of Technology, t. I, p. 564.

136 Tout ce qui précède montre qu’on ne peut reconnaître un *μεταλλιχόος « fondeur de métal ou de minerai » dans le mycénien metarikowo, comme le font P. MERIGGI, Glossario Miceneo, Torino, 1955, p. 47, s. v. metarikowo, et L.A. STELLA, La civiltà micenea nei documenti contemporanei, Rome, 1965, p. 143. Le mot metarikowo se trouve seul sur une petite tablette de Cnossos (Vc 291). A. MORPURGO, Mycenaeae Graecitatis Lexicon, Rome, 1963, s. v., le considère comme un anthroponyme. En effet, les mots inscrits sur les autres tablettes de la même série semblent des désignations individuelles, y compris certains nom de métier ou de fonction. De toute façon, on ne peut penser à μέταλλον.

© Presses universitaires de Liège, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search