Version classiqueVersion mobile

Le problème des métaux dans la science antique

 | 
Robert Halleux

Première partie. Enquête lexicale

Introduction à la première partie

Texte intégral

  • 1 G. DOSSIN, Le vocabulaire de Nuzi SMN 2559 dans Revue d’Assyriologie, 42 (1948), p. 26 et p. 32, n (...)
  • 2 Sur le sens du mot dans les tablettes mycéniennes, voir M. LEJEUNE, Les forgerons de Pylos dans Hi (...)
  • 3 A. ERNOUT et A. MEILLET, Dictionnaire étymologique de la langue latine, 4e éd., Paris, 1967, s. v. (...)
  • 4 POSEIDONIOS, frg 52 Jacoby = 243 Edelstein-Kidd = STRABON, III, 4, 15, p. 163 ; P. Leid. X, p. 3, (...)
  • 5 VITRUVE, VII, 11, 1; SCRIBONIUS LARGUS, 16; 25; 37; 201; 202; 206; PLINE, XII, 131 ; XXXIII, 93.
  • 6 PLINE, XXVIII, 95 ; XXXVI, 193 ; PALLADIUS, De agricultura, II, 15, 18; SPARTIEN, Caracalla, 9, 5; (...)

11. Avant d’aborder le groupe lexical de μέταλλον, il convient de remarquer que les noms mêmes des métaux présentent, en grec et en latin, d’étonnantes confusions. Le grec χαλκός, qui semble avoir été à l’origine un nom du bronze1, désigne, dès les plus anciens textes grecs, tout à la fois le cuivre et le bronze (alliage de cuivre et d’étain)2. Il en va de même pour le latin aes3. C’est à la fin de l’Antiquité que s’introduisent, pour le cuivre, les dénominations χαλϰòς Κύπριος4, aes cyprium5, d’où cyprum, cuprum6.

  • 7 Il y a peut-être une confusion entre le plomb et l’antimoine chez DIOSCORIDE, V, 84, 3. Décrivant (...)
  • 8 Plumbum album ou candidum désigne l’étain chez LUCRÈCE, VI, 1076 ; CÉSAR, De bello gallico, V, 12, (...)
  • 9 PLINE, XXXIV, 159-160.
  • 10 Stagnum désigne l’étain chez AVIÉNUS, Descr. orb. terrae, 743, et chez ISIDORE, XVI, 22. Cfr. MEYE (...)

2Même ambiguïté du côté des noms du plomb : si le grec μόλυβδος désigne quasiment toujours le plomb7, en latin plumbum seul ou plumbum nigrum signifie le plomb, mais plumbum album ou candidum l’étain8. Quant au mot stagnum, il s’applique d’abord au plomb d’œuvre, alliage de plomb et d’argent résultant du grillage de la galène argentifère9, avant de désigner, très tardivement, l’étain10.

  • 11 Sur les deux sens du mot, voir L. DEROY, R. HALLEUX, A propos du grec ἤλεκτρον « ambre » et « or b (...)

3Enfin, il n’est pas inutile de rappeler que les anciens appelaient ἤλεκτρον, electrum deux substances très différentes : l’ambre (résine fossile) et l’or blanc (or argentifère)11.

Notes

1 G. DOSSIN, Le vocabulaire de Nuzi SMN 2559 dans Revue d’Assyriologie, 42 (1948), p. 26 et p. 32, n. 4, trouve l’origine de χαλκός dans le sumérien URUDU kal.ga, glosé en akkadien e-ru-u dan-nu « cuivre fort », c’est-à-dire bronze.

2 Sur le sens du mot dans les tablettes mycéniennes, voir M. LEJEUNE, Les forgerons de Pylos dans Historia, 10 (1961), p. 411. — Pour les textes homériques, C. SANDULESCU, Remarques sur la terminologie du bronze et du fer chez Homère dans Studii Clasice, 6 (1964), p. 278 ; D.H. GRAY, Metal-working in Homer dans JHS, 74 (1954), p. 1, n. 4. — THÉOPHRASTE, Lap., 57 et PHILON, Bel., p. 70, 4, appellent le cuivre χαλκòς ἐρυθρός. Enfin, signalons que selon un scholiaste à APOLLONIOS DE RHODES, I, 430 Wendel et selon EUSTATHE, Ad. IL, I, 236, p. 93, 10, χαλϰός aurait aussi désigné le fer.

3 A. ERNOUT et A. MEILLET, Dictionnaire étymologique de la langue latine, 4e éd., Paris, 1967, s. v. aes. Pour désigner le cuivre pur, CELSE, V, 1, parle d’aes rubrum.

4 POSEIDONIOS, frg 52 Jacoby = 243 Edelstein-Kidd = STRABON, III, 4, 15, p. 163 ; P. Leid. X, p. 3, 1. 16 ; p. 11, 1. 15-16.

5 VITRUVE, VII, 11, 1; SCRIBONIUS LARGUS, 16; 25; 37; 201; 202; 206; PLINE, XII, 131 ; XXXIII, 93.

6 PLINE, XXVIII, 95 ; XXXVI, 193 ; PALLADIUS, De agricultura, II, 15, 18; SPARTIEN, Caracalla, 9, 5; VÉGÈCE, Mulomedicina, I, XIV, 3; Edit de Dioclétien, VII, 25. On trouve en grec ϰύπρος (Edit de Dioclétien, ibid.) ; ϰύπριον γραφεῖον dans P. Mag. Par. I, 1847 et ϰύπρινος ἦλος dans P. Mag. Lond. 121.466. En revanche, l’italien rame, l’espagnol alambre, le roumain arâma attestent un aeramen au sens de « cuivre ». Cfr. ERNOUT-MEILLET, s. v. cuprum ; A. WALDE, J.B. HOFMANN, Lateinisches Etymologisches Wörterbuch, I, 3e d., Heidelberg, 1938, p. 313, s. v. cuprum ; W. MEYER-LÜBKE, Romanisches Etymologisches Wörterbuch, Heidelberg, 1935, nos 242 ; 2444 ; 2445 ; V. BERTOLDI, La glottologia come storia della cultura, Napoli, 1946, p. 71 ; Antiche correnti di cultura greca nel Mediterraneo Occidentale dans la Parola del Passato, 1 (1946), pp. 65-67; Colonizzazioni nell’antico Mediterraneo Occidentale alla luce degli aspetti linguistici, Napoli, 1950, pp. 100-103.

7 Il y a peut-être une confusion entre le plomb et l’antimoine chez DIOSCORIDE, V, 84, 3. Décrivant la fusion de la stibnite (Sb2S3), il emploie le verbe μολυβδοῦται « se transforme en plomb » (c’est-à-dire en antimoine métallique).

8 Plumbum album ou candidum désigne l’étain chez LUCRÈCE, VI, 1076 ; CÉSAR, De bello gallico, V, 12, 4 ; PLINE, IV, 104 ; plumbum nigrum s’emploie quand les deux corps sont cités côte à côte, par exemple chez PLINE, IV, 112 ; XXXIV, 156; 158; 159.

9 PLINE, XXXIV, 159-160.

10 Stagnum désigne l’étain chez AVIÉNUS, Descr. orb. terrae, 743, et chez ISIDORE, XVI, 22. Cfr. MEYER-LÜBKE, 8217 B. A noter toutefois que le latin vulgaire a possédé, pour l’étain, un mot *peltrum. Cfr. H.M. FLASDIECK, Zinn und Zink. Studien zur abendländischen Wortgeschichte, Tübingen, 1954, pp. 17-70 ; J. BRÜCH, Vulgärlat. *peltrum « Zinn » dans SBÖAW, 233, 2, Wien, 1959, pp. 1-72.

11 Sur les deux sens du mot, voir L. DEROY, R. HALLEUX, A propos du grec ἤλεκτρον « ambre » et « or blanc », dans Glotta, 1974, pp. 36-52.

© Presses universitaires de Liège, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search