Version classiqueVersion mobile

Le problème des métaux dans la science antique

 | 
Robert Halleux

Avant-propos

Texte intégral

1En 1887, Hugo Blümner consacrait à la métallurgie de l’Antiquité gréco-romaine un volume de sa fameuse Technologie und Terminologie der Gewerbe und Künste bei Griechen und Römern. Malgré les progrès considérables de la philologie, de l’archéologie, de l’histoire des sciences et des techniques, l’œuvre de Blümner n’a pas été remplacée dans son propos fondamental : tirer des textes anciens tous les enseignements techniques qu’ils contiennent, et les confronter avec les documents archéologiques, spécialement avec les analyses de laboratoire. C’est la tâche que nous entreprenons dans nos recherches de métallurgie antique, dont on a ici le premier volume.

2Avant toute utilisation de ces textes, il nous a paru nécessaire de les replacer dans leur ambiance intellectuelle et d’étudier les idées des anciens sur les métaux en général : les origines d’un concept scientifique de métal, les théories sur la nature, les propriétés et la formation des métaux, les premières intuitions de leur structure. Il s’agit, non d’une doctrine systématique, mais de considérations éparses chez les savants de l’Antiquité, de membra disjecta, qui montrent l’éveil d’une réflexion théorique dans un domaine apparemment laissé aux artisans.

3En pareil domaine, on devine que science et technique sont étroitement imbriquées. Aussi, force nous a été d’anticiper sur nos recherches ultérieures en consacrant deux appendices à des difficultés techniques qui ont gêné longtemps la science : la fusion du fer et les propriétés exceptionnelles du mercure. Un autre appendice est consacré à l’analyse des maigres fragments qui nous restent du Traité des Métaux de Théophraste.

4Au terme de cette enquête, c’est pour nous un agréable devoir de remercier les maîtres qui ont bien voulu lire ce volume et l’ont enrichi de leurs remarques : M. l’Abbé Joseph Mogenet, professeur à l’Université Catholique de Louvain ; M. Paul Faure, professeur à la Faculté des Lettres de Clermont-Ferrand ; M. Corneille Ek, professeur à la Faculté des Sciences Appliquées de l’Université de Liège ; MM. Marcel De Corte, Louis Deroy, Etienne Evrard, Henri Limet et ]ean Servais, professeurs à la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège. Ma gratitude va particulièrement à M. Jules Labarbe, doyen de cette dernière Faculté, qui a bien voulu m’accorder un patronage dont la clairvoyance et l’efficacité ne se sont jamais démenties.

5Liège, le 31 décembre 1973.

© Presses universitaires de Liège, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search