Version classiqueVersion mobile

Démons iraniens

 | 
Philippe Swennen

Le nom de la mère d’Aji Dāhaka

Éric Pirart

Résumé

Le nom avestique de la mère d’Aji Dāhaka nous est connu de façon indirecte puisque les textes conservés ne contiennent qu’une attestation de l’adjectif matronymique vaδaγana- (Vidēvdād 19.6) qui en dérive. Le zand en estImage mais, dans le Dādestān ī Mēnōy Xrad, nous trouvons vtk’n.

Pour le nom même de la mère d’Aji Dāhaka, les manuscrits des Livres pehlevis hésitent entre vtk| et ’vtk|. Les manuscrits K20 et K20b de la Zand-āgāhīh recourent aux caractères avestiques. Pour écrire ce mot et l’eżāfe qui le suit respectivement udaiie. ou udaWii., ils sont en faveur de la leçon ’vtk|. Ce nom doit avoir subi l’influence de l’adjectif vtk| « mauvais » qui sert parfois de désignation générique des démons. La lectio difficilior du nom de la mère d’Aji Dāhaka est donc clairement ’vtk|.

Une confirmation nous en est fournie par le Catalogue des pays présent dans le premier chapitre du Vidēvdād et dans la Zand-āgāhīh. En effet, le dernier des pays envisagés porte un nom que le commentaire médiéval de la Zand-āgāhīh explique, à demi-mots, par celui de la mère d’Aji Dāhaka : aoδaēšu, dans le Vidēvdād ; lcyh ou oδyh, dans le zand du Vidēvdād ; ’vt’d, selon le commentaire contenu dans ce zand ; ’vt’d, dans la Zand-āgāhīh ; OL dā, selon le commentaire qu’en offre ce livre.

Ceci conduit à penser que vaδaγanō serait fautif pour×auuaδaγanō et que la mère d’Aji Dāhaka se nommerait *auuaδaγā-. Je propose à tout hasard d’y voir le dérivé de la racine indo-européenne √*dhegu̯h qui explique le védique daghnóti et le grec φθάνω, combiné avec préverbe auua. La mère de Dāhaka serait alors « l’Intempestive » et son nom ferait allusion à la négligence des temps requis pour la célébration sacrificielle.

Texte intégral

  • 1 BTA = B.T. Anklesaria ; lo. = langue originale ; Md = Dh.M. Madan ; Mo = M. Moazami ; Sj = P.D. San (...)
  • 2 Sur l’ensemble des manuscrits de l’Avesta, voir Geldner 1895 et Kellens 1998, mais j’ai consulté le (...)

1 0. Convaincu1 que l’analyse de la démonologie zoroastrienne passe par un inventaire avant de chercher à questionner la pertinence qu’un pandémonion figurât au sein du système religieux iranien, je rassemble ci-dessous tout ce qu’il est possible de savoir à propos de la mère d’Aji Dāhaka dans le but de préciser son nom2.

  • 3 FiO 412 vaδaγa vk (Kn) sans doute est-il à laisser en dehors de notre discussion : au vu de FiO 413 (...)
  • 4 Voir Mayrhofer 1977, no 340.
  • 5 Voir Pirart 2006b, 196 n. 407.

21. Si nous devons penser avec Klingenschmitt que la mention de son nom dans le Frahang ī Ōīm est illusoire3, le nom avestique de la mère d’Aji Dāhaka ne nous est connu que de façon indirecte puisque les textes conservés ne contiennent qu’une attestation de l’adjectif matronymique vaδaγana-4 qui en dérive. La forme de ce nom, déduite empiriquement de l’adjectif matronymique vaδaγana- — à la suite de bien d’autres, j’avais proposé *Vadagā5 —, reste incertaine tout comme, partant, sa transcription pehlevie. Provisoirement, je conserverai cette lecture interprétative ci-dessous.

  • 6 Le découpage *vada+- « à la démarche meurtrière » (cf. védique vadhá- « qui tue ») paraissant peu (...)
  • 7 Le dérivé de +√daj (= RV 10.16.1,7 ví DAH).
  • 8 L’erreur de la syllabe initiale va° proviendrait d’une graphie×vii° (ou×vi.°) utilisée en lieu et p (...)
  • 9 1907, 612.

2. Dans un premier temps6, je n’écartais pas que ce fût plutôt *Vidāgā « Incinération, crémation »7. L’adjectif matronymique serait alors à corriger en×vīδaγana- (lo. *vidāgāna-)8, une forme qui, de toute façon, pourrait montrer un abrégement vocalique des deuxième et troisième syllabes en raison du tétrasyllabisme. La leçon vytn| que Jamasp9 avait adoptée pour le V 19.6.4 pouvait aller dans ce sens. Cependant, comme cette leçon est trop minoritaire pour ne figurer que dans le manuscrit DPS, tandis que la leçon largement majoritaire Imagereste impraticable, sans doute ceci demande-t-il donc un examen approfondi.

33. Cette unique attestation avestique que le Vidēvdād contient de l’adjectif matronymique ne nous apprend rien sur la mère d’Aji Dāhaka :

  • 10 Geldner 1886 – 1895, II 124 ; Jamasp 1907, 612.
  • 11 Cette première ligne comporte plusieurs anomalies : ahmāi est mis pour (ou šē) ; āat̰, présent d (...)
  • 12 Devons-nous restaurer l’octosyllabisme de cette ligne en restituant, sur base de V 19.7.1b, l’eżāfe (...)
  • 13 Devons-nous restaurer l’octosyllabisme de cette ligne en restituant l’interjection <āi> devant ašāu (...)
  • 14 Forme artificielle mise pour lo. *barθryāh, l’ablatif singulier de *barθrī- fém. « porteuse (d’un e (...)
  • 15 Nominatif sing. mis pour l’ablatif sing. de zāuuišī- « descendante de l’Oblation ». C’est ici le no (...)
  • 16 La thématisation secondaire (Kellens 1984, 98), exceptionnelle pour √stu, est-elle originale ?
  • 17 Ou vindāi. Mis pour lo. *vinadahai (Pirart 2006b, 196 n. 407) 2e sing. moy. du subj. prés. de √2vi (...)
  • 18 Ou vindat̰. C’est la 3e sing. moy. en *-at de l’injonctif présent (Pirart 2006b, 196 n. 407).

V 19.610 paiti ahmāi adauuata11 Vduždāmō12 aŋrō mainiiuš.·. mā mē dąma mәrәṇcaŋvhaVaṣ̌āum13 zaraθuštra.·. tūm ahi pourušaspahe puθrōVbarәθriiāt̰14haca zāuuiši15 <.·.> apa.stauuaŋvha16 vaŋvhīm daēnąm māzdaiiasnīmV †viṇdāi17yānәm yaθa viṇdat̰18 Vvaδaγanō daŋ́hupaitiš.·.
« Alors Ahra Manyu, (coupable) de mauvaises instaurations, lui rétorqua : Ne détruis pas mes instaurations, r̥tavan Zaraduštra. Toi, (si) tu es le fils que (Dugdagvā) Zāvišī a donné à Parušāspa, renonce (donc) à la Vahvī Dainā des mazdéens, (et) tu pourras voir tes souhaits exaucés de la même façon que le dahyupati descendant de Vadagā put voir les siens exaucés. »

  • 19 En plus de l’édition de Jamasp, j’ai consulté les deux principaux manuscrits, K1, 308v-309r (Barr – (...)

4En voici le zand19 :

  • 20 BTA pasukhv ô-ôi davît ; Mo passoxīh ō ōy *dawīd.
  • 21 K1 d’mmlncynyy ; L4 d’m mlncyn’k.
  • 22 K1 zltvšt|.
  • 23 L4 pvlvšsp.
  • 24 K1 APt.
  • 25 Mo burdār ī (mād) az *zāyišn. Voir Pirart 2008.
  • 26 L4 1.
  • 27 K1 šn’sym.
  • 28 L4 ’ytvn||.
  • 29 L4 nyd’k’nc.
  • 30 K1 om.
  • 31 L4 OL ; BTA han.
  • 32 K1 yšt|.
  • 33 K1 ’v| ; BTA han.
  • 34 K1 st’y.
  • 35 K1 ŠPYLdyn|.
  • 36 K1, Skj om.
  • 37 Skjærvø mazdēsnānīh.
  • 38 K1, L4 ZK V ; BTA, Mo, Skjærvø ān. C’est le corrélatif de ciyōn.
  • 39 Skjærvø ciyōn. L’enclitique  précise le statut d’agent de×vindād que nous devons reconnaître à nn (...)
  • 40 L4 vndyt ; K1 vndyt| ; BTA vindîṭ ; Mo, Skj windīd. La présence de l’enclitique  impose le prétér (...)
  • 41 L4 dhyvpt.

+pshvš OL dvst+20 dvšd’n’k gn’gmynvd.·. AYK AL ZNE Y L ×d’m mlncynyy×21’hlvb| zltvšt22.·. LK HVEyy pvlvš’sp|23 BRE APt|24 +bvlt’l {AM} MN zvš’n+25 {’y26šn’symt27 AYT| MNV ’ytvn|28 YMRRVNyt ’y nyd’k’n|c29 Y30 LK+KN31 yšt32 HVEm APm LKc+KN33 YDBHVN}.·. LAVHL st’d34 ŠPYL dyn|35 Y36 mzd<y>sn’n|37 <V> HŠKHVNyy ×KN38 nyvkyh cygvnš39 ×vnd’t40 ImageY dhyvpt|41.·.

(+passaxv-iš ō-davist+duždānāg gannāg-mēnōy.·. kū ma ēn ī man×dām murnjēnē× v ašauu° zardušt.·. tō hē pourušasp° pusVu-t+burdār {mād} az zavišān+ {ay šnāsēm-itVast kē ēdōn gōvedVay niyāgān-iz ī tō×ōh yašt hemVu-m tav-iz+ōh yaz}.·. abāz stāy veh dēn ī mazdyasnānV <ud> vindē×ōh nēkīhVciyōn-iš×vindādImagedaŋ́hu.pait°.·.)

« L’imbécile Ahra Manyu lui rétorqua : Ne détruis pas mes instaurations, r̥tavan Zaraduštra. Toi, tu es le fils de Parušāspa et ta porteuse {= mère} est originaire du (clan) Zāviša. {Aurement dit : Je connais ta (famille). Il y a qui dit ceci (= Certaines sources rapportent ce discours) : Si tes ancêtres m’ont bien rendu un culte, toi aussi, rends-moi donc un culte !} Renonce à la Vahvī Dainā des mazdéens, et tu obtiendras beauté comme l’obtint le roi Vadagāna ! »

  • 42 2008, 545 n. 38 : « Manuscripts wwγn| as if for Avestan vōiγnā- « *inundation »».
  • 43 1907, 612.
  • 44 1949, 374.
  • 45 Voir West 1880 – 1897, II 217 n. 4 ; Darmesteter 1892 – 1893, II 261 n. 23 ; Klingenschmitt 1968, 1 (...)

4. Remarquons tout d’abord que les manuscrits de la traduction pehlevie du V 19.6.4 restent peu fiables concernant la graphie de cet adjectif matronymique. C’est que, dans la plupart des manuscrits, l’avestique vaδaγana- est rendu en pehlevi par l’impraticable Image Skjærvø42 paraît interpréter cette graphie comme une corruption due à l’influence du rendu pehlevi de l’avestique vōiγnā- « inondation », mais Jamasp43 adoptait la leçon vytn| que donne le manuscrit DPS. Si, pour sa part, Anklesaria44 orthographie vataghan, sans doute est-ce sur la base du parallèle que le Dādestān ī Mēnōy Xrad offre de ce passage45 :

  • 46 La référence est MX 57.24 – 25 chez West (1880 – 1897, III 103) et chez Bharucha (1912, 154). Je n’ (...)
  • 47 Afin de préciser la fonction de ’hlmn| comme agent de dl’dyt|.
  • 48 Avec Skjærvø (2008, 545), afin d’introduire le génitif complément du nom dyn|.
  • 49 K43a mzdyst’n|.
  • 50 K43a hvt’s.
  • 51 Sur base du pāzand, sans quoi le statut datif de vtk’n dhyvpt| dh’k ne serait pas apparent.
  • 52 Il n’y a pas à faire suivre ce mot ou le suivant de l’eżāfe s’ils sont adjectifs par rapport à dh’k(...)
  • 53 Épithète de ×hvt’yyh.
  • 54 Skjærvø (2008, 545) : xwadāyīh ī gēhān.
  • 55 Pāz. (West 1871, 53 ; Bharucha 1912, 154) ci pǝ̄dā ku āharman ō zaraθušt drāīt̰ ku agar әž iṇ dīn i (...)

MX 57.23 – 2446 ME pyt’k AYK<š>47 ’hlmn| OL zltvhšt| dl’dyt| AYK HT| MN ZNE dyn| Y ŠPYL <Y>48 +mzdysn’n|49 LAVHL YKOYMVNyy ADYNt 1000 ŠNT| ×hvt’yyh50 Y gytyyh YHBVNm cygvn <OL>51 vtk’n52 dhyvpt| dh’k YHBVNt.·.
(cē paydāg kū<> aŋr°main° ō zarduxšt drāyīdVkū agar az ēn dēn ī veh <ī> +mazdyasnān abāz ēstēVēg-it+hazār-sāl53 ×xvadāyīh ī gaēiθii°īh54 dahemVciyōn <ō> vaδaγan° daŋ́hu.pait° dahāk° dād.·.)
« Car, (selon la Dainā, ) il s’avère qu’Ahra Manyu proféra ceci à Zaraduštra : Si tu renonces à cette Vahvī Dainā Māzdayasni, alors je te donne pour mille ans la souveraineté sur le monde comme (je l’ai) donnée (jadis) <au> dahyupati Dāhaka Vadagāna. »55

55. Sur base de la graphie pehlevie que le Dādestān ī Mēnōy Xrad nous donne de l’adjectif matronymique, le nom de la mère d’Aji Dāhaka devrait donc être vtk|, mais pareille graphie ne se rencontre pas toujours ailleurs. En effet, elle n’est présente que dans les manuscrits du Dādestān ī Dēnīg et dans un d’un passage du Dēnkard : ailleurs, nous trouvons ’vtk| ou ’vtk. Voyons tout d’abord les passages du Dādestān ī Dēnīg :

  • 56 K35 : 184r5 – 6 (Christensen 1934b, I), mais je n’ai pu consulter le ms. TD2 (JamaspAsa et al. 1978 (...)
  • 57 Avec West (1880 – 1897, II 217 n. 5), contre K35 bvm.
  • 58 K35 : 187r11 – 16 (Christensen 1934b, I), mais je n’ai pu consulter le ms. TD2 (JamaspAsa et al. 19 (...)
  • 59 Avec West.
  • 60 Darmesteter (1892 – 1893, II 261 n. 23) parle d’« inceste », mais West (1880 – 1897, II 217), de «  (...)
  • 61 Avec West (1880 – 1897, II 228 n. 3) qui n’écarte pas cette lecture au lieu de ’vlvt’sp (acceptée c (...)

DD 71.556 V ’yvk| vtk| Y dh’k| AM MNVš pltvm lvspykyh krt| hcš vsp|tvhmk|yh ’švpt| ’plm’ndyh BOYHV<N>yt V ’pyd dstvbl Y švd LVTE×BRE57 BRE hmgvmycšn YHHVNyt|
(ud ēk vaδaγ° ī dahāk° mād Vkē-š fradom rōspīgīh kard V <ud> aziš visp-tōhmagīh ×višuftV <ud> abarmāndīh×xvāhēdVud abē×dastvarīh ī šōyVabāg×pus pus hamgumēzišn baved)
« Et l’un (de ces méchants) est Vadagā, la mère de Dāhaka, qui fut la première à se livrer à l’adultère, à troubler de ce fait l’ensemble de sa lignée, à s’approprier l’héritage et à jeter la confusion du fils avec le fils sans le consentement de son mari. »
DD 77.258 p’shv| HNA AYK lvspyk<yh> <Y> b’lk| Y gl’d <Y> ’p’lvn AYT| Y pltvm dh’k| krtn| ’šn’k| PVN ’p’lvn gvmycšn|[yh] ZYš k’mk| LVTE vtk| Y AMYtl BYN zyvndkyhY h[v]lvt’sp ZYš ABYtl <V ’pyd59> dstvbl<yh> Y h[v]lvt’sp MNVš švd YHVVNt|Y vtk| MNVš BNPŠE| ’dstvblyh’ <V> ’d’tst’nyh’ vn’s vlcšn|yh gl’d ’pyl KBD
(pāsaxv ēdV×rōspīgīh <ī> ×bazakkar (?) ī grāy <ī> abārōnVast ī fradom dahāk° kardan āšnāgVpad abārōn×gumēzišnVī-š kāmag abāg vaδaγ° ī mādarVandar zīndagīh ī×xrutāsp° ī-š pidarV <ud abē>×dastvarīh ī×xrutāsp°Vkē-š šōy būd ī vaδaγ°Vkē-š xvad adastvarīhā <ud> adādestānīhāVvināh-varzišnīh grāy abēr vas)
« Voici la réponse : C’est l’adultère60 criminel, lubrique et fautif. Il se fait que Dāhaka est connu pour avoir été le premier à commettre le mélange fautif et en avoir eu le désir avec sa mère Vadagā du vivant de Xrūtāspa61, lequel était son père, et sans le consentement de ce dernier qui était le mari de Vadagā, laquelle n’hésitait pas à se livrer fort souvent à cette pratique criminelle. »

6 6. Les manuscrits des attestations que nous trouvons du nom de Vadagā dans le Dēnkard sont partagés entre deux leçons fondamentales :

  • Dk 9.9.3.462 : vtk| (K43b, MR, Sj, Md) ;
  • Dk 9.20.463 : ’vtk| (K43b, DH, Sj, Md) ; ’vtk (MR).

7Ces passages accusent respectivement Vadagā d’avoir engendré d’ignobles rejetons (vad-hunušagīh) et d’avoir poussé Yama à vénérer les Daiva.

87. Par contre, les manuscrits d’un passage de la Zand-āgāhīh paraissent unanimes sur cette seconde leçon fondamentale. Il s’agit de celui qui dresse la généalogie de Dāhaka, laquelle comprend neuf générations tant du côté de son père que de celui de sa mère (ud az mādar) si l’on sait que les trois premiers ancêtres, du côté de son père, sont à restituer (Ahura Mazdā, Gaya Martan et le couple Martiya + Martiyānī). Dans l’état actuel des connaissances, il est bien évidemment impossible d’éditer correctement cette généalogie puisque sa quasi-totalité est faite de noms propres complètement inconnus par ailleurs, face auxquels les manuscrits peuvent se montrer extrêmement versatiles, voire perplexes. Et nous le sommes aussi. Comme souvent, les noms propres y sont laissés en avestique, que ce soit en recourant aux signes avestiques ou aux pehlevis :

  • 64 Anklesaria 1956, 292 sq. ; DH, 226v4 – 7 (Khanlari 1971) ; TD1, 97v17 – 98r3 (Khanlari 1970) ; TD2, (...)
  • 65 Aucun des manuscrits ne donne l’eżāfe : DH, TD1, K20 et K20b dh’k ; TD2 dh’k|.
  • 66 DH, TD1 et TD2 hlvt’sp Y ; K20 xrutāsp Y ; K20b hlvt’sp| V ; contre Skjærvø 2008, 540 n. 20.
  • 67 Cf. Yt 19.93. Voir Mayrhofer 1977, I no 410. La ZA 33.9.1b (kē-š zahr pad cašm dāšt) nous explique (...)
  • 68 DH et TD2 z’’nnysp1 (<*z’yn|g’p Y ?) ; TD1 z’’nnysp Y (<*z’yn|g’p Y ?) ; K20 zainigāvi ; K20b zynng (...)
  • 69 DH et TD2 s1 Y l’lcyhh nygy ; TD1 2viralc šyh vdynh ; K20 virafšŋi ; K20b pyplpyhmaŋ.
  • 70 Éponyme des Arabes (phl. t’cyk|).
  • 71 DH et TD2 t’c Y ; TD1 t’y. ; K20 tāzi. ; K20b t’cyk.
  • 72 DH, TD1 et TD2 plv’k Y ; K20 frāvāk. ; K20b frāvāk.
  • 73 Personnage connu du Livre des Rois.
  • 74 DH et TD1 syd’mkY ; TD2 syd’mk ; K20 siiāmk. ; K20b sydmk| ; Skjærvø (2008, 540 n. 20) : siyāmag ī.
  • 75 K20 әj.
  • 76 Avec K20, contre DH et TD2 AMYtl’n| ; TD1 AMYtl’n ; K20b AM’tl ; Skjærvø (2008, 540 n. 20) : mādarā (...)
  • 77 K20b dh’k.
  • 78 Skjærvø (2008, 540 n. 20) : ōdag.
  • 79 DH et TD2 baiiaki. ; TD1 baiki ; K20 baýaki ; K20b bavaki..
  • 80 DH et TD2 tam.baiiak ; TD1 tam.baii (WW) ak ; K20 tambaiiaki ; K20b tambiiak..
  • 81 DH ōβōix. i ; TD1 ōβōixi. ; TD2 ōβōixi ; K20 oβoxmi. ; K20b ōžō.ximi..
  • 82 DH pairiur.vo ; TD1 pairiur.vu ; TD2 pairiur vo ; K20 paiur ; K20b pairi.uruua..
  • 83 DH ruuaēsmi. ; TD1 ouuaēsmi. ; TD2 uruuaēsmi. ; K20 uuaēsmi. ; K20b uruuaēsimi..
  • 84 DH gadβiθβi. ; TD1 gaβiθβi. ; TD2 gadβiθβi ; K20 gaδβiθβi ; K20b gaδviθβi.
  • 85 DH et TD2 dlv’sk’nY ; TD1 dlvc’sk’nY ; K20 družiaiīaskāi ; K20b dlvci.aiiapkā. ; Skjærvø (2008, 540 (...)
  • 86 DH et TD1 gn’kmynvd ; TD2 gnn’kmynvd ; K20 gWā mainiiō. ; K20b gn’gmnvd.

ZA 35.764
dh’k <Y>65
×xrutāsp. Y×66
×zainigāv.67 Y×68
×avirafšiiaŋh. Y×69
×tāz. 70 Y×71
×frāvāk. Y×72
×siiāmak.73 Y
<… >
<… >
<… >
V×74 MN 75 m’tl 76
dh’k Y77
’vtk78 Y (K20 udaiie. ; K20b udaWii.)
×baiiak. Y×79
×tam.baiiak. Y×80
×ōβōixm. Y×81
×pairi.uruu. Y×82
×uruuaēsm. Y×83
×gaδβiθβ. Y×84
×drujiiaskān. Y×85
×gnn’k mynvd×86

9Lorsque les manuscrits se contentent de signes pehlevis, l’aleph initial caractérise le nom de la mère d’Aji Dāhaka, ce qui est aussi reflété par les manuscrits qui recourent à des signes avestiques et donnent u° pour sa syllabe initiale. Ceux-ci, par l’usage qu’ils montrent de la forme °ii(e) de l’eżāfe consécutive semblent indiquer en outre — c’est la règle en persan — que ce nom devait s’achever par un °ā long, ce qui, soit dit en passant, pourrait nous pousser à restituer un aleph derrière le t de ’vtk, mais nous ne pouvons savoir de façon sûre si la forme udã° est du pāzand plutôt que de l’avestique. Quoi qu’il en soit, je vois mal comment passer de la séquence initiale avestique va° à u°.

108. Surprise : la graphie ’vtk| est aussi celle du nom d’un démon que force nous est de distinguer de la mère d’Aji Dāhaka au vu de ce qu’en dit la Zand-āgāhīh :

  • 87 Anklesaria 1956, 236 sq. ; DH, 212r19 – 212v1 (Khanlari 1971) ; TD1, 77v5 – 10 (Khanlari 1970) ; TD (...)
  • 88 DH, TD2 et K20 om.
  • 89 DH ’vtkl.
  • 90 K20 mltvm’n.
  • 91 TD2 hvyš g’s ; K20 hvyšg’s g’s.
  • 92 TD1 et K20 YTYBVNyt.
  • 93 TD1 et K20 AMT.
  • 94 K20 hvlšn.
  • 95 TD1 OŠTEN|d ; TD2 OŠT|ENd ; K20 OŠTEN.
  • 96 DH mynvdyh’ ; K20 m’nvdyh’.
  • 97 DH ptgvvd pvš ; TD1 ptgvv pvš ; TD2 ptgvvd pvs ; K20 švvk QDM pvšt.
  • 98 K20 W WYTVNyt.
  • 99 K20 l’st. Les mots qui suivent sont illisibles.
  • 100 DH et TD1 om.
  • 101 TD1 dl’dšn| ; TD2 dl’dšn ; K20 illisible.
  • 102 TD1 et TD2 dl’dšn ; K20 illisible.
  • 103 TD1 et TD2 dl’dšn| ; K20 illisible.
  • 104 TD2 om.
  • 105 TD1 dl’dšn| ; K20 illisible.
  • 106 TD1 et K20 mycyt.
  • 107 K20 illisible.
  • 108 TD2 ’hv|.
  • 109 K20 YHMTVNyt. J’attendais le subjonctif (voir Brunner 1977, 237), mais, il est vrai, nous ignorons (...)
  • 110 Ponctuation selon K20.
  • 111 Cf. Dk 9.8.2, 9.18.1.

ZA 27.2387 V88 ’vtk89 (K20 uda) <Y> ŠDYA ZK MNV AMT mltvm90 PVN hvyšg’syh91 YTYBVNd92 ’yvp AMT|93 hvlšn|94 OŠTENd95 mynvdyh’96 ×ptgvp|yh97znyt|98 AYKBRA dl’d99 V100 BRA nk’l AYK dl’y’n101 OŠTENyt102 V dl’y’n103 lyyt104 V dl’y’n|105 mycyt|106 ++AYK OD ’v| ZK Y++107 p’hlvm ‘hv’n108 LAYHMTVNyt|109.·.110
(ud ’vtk <ī> dēv ānVkē ka mardōm pad xvēš-gāθ°īh nišīnendVayāb ka xvarišn xvarendVmēnōyīhā×pad-gubīh zanedVkū be drāy ud be nigār {kū drāyān xvarēd v ud drāyān rīyēd Vud drāyān mēzēd Vkū tā ō ān ī pāṣ̌om axvān nē rasēd}.·.)
« Et le Daiva ’vtk est celui qui, lorsque les humains sont assis avec la qualité de posséder leur propre socle (= s’assoient à satisfaire quelque besoin naturel) ou lorsqu’ils viennent à consommer nourriture, les incite à deviser (en disant) : Parle et fais des commentaires {=111Mangez en parlant, déféquez en parlant, urinez en parlant, de façon à ne pouvoir atteindre le Vahišta}. »

119. Et ce démon doit être celui que nomme un passage du Fravardīn Yašt :

  • 112 Geldner 1886 – 1895, III 187.
  • 113 Mf3, K13.38, H5, F1 (in this a appended sec. m.), Pt1, E1, L18, (L18) ; aōtāt̰ Lb5, K37 ; hutāt̰ K1 (...)
  • 114 Le ciθra, comme nous le savons notamment par le Y 58.1 (Pirart 2006b, 62), est la caractéristique o (...)

Yt 13.89.2112 yō paoiriiō ciθrәm uruuaēsaiiataVdaēuuāat̰ca haotāt̰113 mašiiāat̰ca.·. « (Zaraduštra) qui fut le premier à frustrer du ciθra114 le Daiva Haota et le (mauvais) mortel. »

12S’il est, entre autres choses, lié à la façon d’uriner et que c’est au même motif que fait allusion le passage gâthique (Y 48.10) qui mentionne l’urine en étroite connection avec l’ivresse de Hauma, il se pourrait que ce démon fût une sorte de Hauma négatif et que son nom vieil-iranien fût tout simplement à lire *Huta « le (mal) pressuré ». Dans cette hypothèse, il faudrait orthographier hvtk| et taxer la forme uda que nous trouvons dans le manuscrit K20 de graphie pāzand hasardeuse ou défectueuse en raison de l’absence d’aspirée initiale et dans laquelle la dentale sonore intervocalique serait le fruit du traitement moyen-iranien de la sourde vieil-iranienne, tandis que, pour le nom de la mère de Dāhaka, nous conserverions la graphie ’vtk| et considérerions la dentale sonore de K20 comme authentique plutôt que comme un développement moyen-iranien.

1310. Un autre démon est à écarter qui porte un nom dont la graphie se rapproche de celle du début de celui de Vadagā. C’est celui que l’Ayādgār ī Zāmāspīg fait intervenir dans le combat final qui opposera Miθra et Išma :

  • 115 Messina 1939, 70.
  • 116 Les VZ 28.4 et le Dk 8.31.30 – 32 font état de l’existence d’un livre avestique intitulé Jōrdāykāre (...)
  • 117 Cf. ZA 29.8, 33.33.

AZ 16.38 – 39115 ud pas miθr° ud aēšm°Vāgenēn be pahikōbēndVud andar ān pahikōbišnVdraojin°-ēv ī vtkyvk’r xvanīhedVud pad xvadāyīh ī yim° bast ēstādVud pad xvadāyīh ī baēuuarә.asp° az band be rast.·. ud baēuuarә.asp° pad ān draojin° hampursagīh dāštVud ān draojin° kār ēnVkū bar ī jōrdāyān be kāhēnīdanV
« Ensuite, Miθra et Išma s’affronteront et, lors de cet affrontement, (il y aura) un Draujana qui est appelé Vadag-jav-kār (« qui cultive du mauvais grain » ou « mauvais cultivateur de grain »)116 et (dont on sait que, ) sous le règne de Yama, il fut enchaîné, mais que, sous celui de (Dāhaka) Baivaraspa, il fut délivré de ses chaînes117. Et (l’on sait aussi que Dāhaka) Baivaraspa s’était entretenu avec ce Draujana et (que) l’action de ce Draujana consiste à diminuer le fruit du grain (= nuire au mûrissement du grain). »

  • 118 Sur ce démon védique, voir Mayrhofer 1986 – 2001, I 359. Sans doute donc l’iranien portait-il ce mê (...)
  • 119 Contre Messina (1939, 115) qui a été abusé par dlvc| dont il fait une Druj au lieu d’un Draujana.

14L’incise à laquelle ce passage fait place en son sein et qui lui permet de définir le démon, faut-il remarquer, recourt à un syntagme kār ēn kū que nous retrouvons dans la ZA pour la définition de nombreux démons, ce qui conforte l’idée du caractère traditionnel de l’information. Si nous devons reconnaître en Vadag-jav-kār celui que la R̥gvedasaṁhitā nomme Kúyava118 « mauvais grain », ce démon est de sexe masculin119. J’y verrais ainsi une sorte de Ζῆθος négatif. Le passage de l’AZ nous montre aussi que le démon en question appartient au sillage d’Išma et que Dāhaka lui avait rendu un culte.

  • 120 1874 – 1928, XVIII 27.
  • 121 Y 13.4, etc.

1511. Le nom pehlevi de ce *Kuyava, pour recourir à l’adjectif vadag dans le rendu du préfixe péjoratif *ku+ (/*kā̆+) — mais c’est la seule fois que ce préfixe disposerait d’une traduction médiévale explicite —, n’est pourtant pas dénué d’intérêt dans le cadre de notre examen du nom de Vadagā. En effet, nous pourrions être incités à considérer la graphie vtk| que certains manuscrits en montrent comme une lectio facilior si l’adjectif pehlevi pour « mauvais » obéit à pareille orthographe. Il est d’ailleurs assez éloquent que les spécialistes des livres pehlevis aient parfois voulu reconnaître Vadagā là où elle n’était pas. Plusieurs attestations du nom de Vadagā ainsi sont-elles à biffer. Par exemple, c’est une mauvaise interprétation du Dēnkard 9.39.8 qui a conduit Sanjana120 à y reconnaître Vadagā : « And this, too, that the Ameshaspentas injure the demon Vadaka and wicked people, but they do not injure righteous people and the pious sages ». Dans cette traduction, Sanjana sort hudānāg de la désignation pourtant habituelle121 des Amr̥ta Spanta et détruit le parallélisme des deux volets de la phrase :

  • 122 Le passage n’est accessible que dans le ms. B (Dresden 1966, 162 : 21 – 22) ; Sanjana 1874 – 1928, (...)

Dk 9.39.8122 V ZNEc <QDM> AYK vn’synd vtk| ŠDYA V dlvnd mltvm <V> LA vn’synd ’hlvb| mltvm V hvd’n’k ’mhrspnd.·.
(ud ēn-iz <abar>Vkū vināhēnd vadag dēvVud druvand mardōmV <ud> nē vināhēnd aṣ̌auu° mardōmVud hudānāg amәṣ̌°spand.·.)
« Et ce (17e chapitre du Huuarәšt°mąθr° Nask°, celui qui correspond à la Spәṇtāmainiiu Hāiti), traite aussi du fait que sont dommageables les funestes Daiva et les humains drugvant (qui les honorent) à l’inverse des humains r̥tavan et des Amr̥ta Spanta, (eux qui sont huxšaθra et) hudāh. »

  • 123 Ou : « Je déclare me désolidariser ». Kellens (2007c, 135) traduit comme suit : « Je renie l’allian (...)
  • 124 Est-ce la désignation des bons textes et d’autres bons ingrédients rituels ? Voir Pirart 2007b, 75.
  • 125 Le zand en est le suivant (d’après Mf4, 202.2 – 4 [JamaspAsa – Nawabi 1976, I]) : BRAMNŠDY’n|1Y2 vt (...)

16Le passage établit l’opposition de deux tandems, celui des démons et des hommes drugvant face à celui des dieux et des hommes r̥tavan. Si les épithètes que les uns et les autres reçoivent doivent en refléter d’avestiques, vtk|, au vu de passages tels que Y 12.4.1ab vī daēuuāiš aγāiš auuaŋhūš anarәtāiš akō.dābīš sarәm mruiiē « Je me déclare indépendant123 des funestes Daiva qui, dépourvus de vahu124 et de r̥ta, ne peuvent que faire du mal »125, n’est jamais ici que la traduction de aγa- « funeste ». Pour se confondre avec cette qualification générale des démons, vtk| pourrait donc constituer une lectio facilior dans notre approche du nom de la mère d’Aji Dāhaka.

  • 126 Voir Gignoux – Tafazzoli 1993, 156.

1712. L’identification faite de cette qualification générale des démons dans Dk 9.39.8 nous permet aussi de mieux appréhender deux autres passages, parallèles entre eux126, où l’on a voulu semblablement reconnaître Vadagā et de les rejeter alors en dehors de la discussion.

  • 127 Le passage n’est accessible que dans le ms. B (Dresden 1966, 346.16) = Madan 1911, II 612.7 – 8 ; S (...)

18En effet, le Dēnkard 7.1.64127 finit avec une référence

pyt’k AYK cygvn[š] YHVVNyt ZK Y vtk| [V] h’vndš YHVVNyt mlgyh
(paydāgVkū ciyōn[-iš] baved ān ī vadagV [ud] hāvand-iš baved margīh)
« Il est déclaré (dans la Dainā) que, tout autant que celle du funeste (Daiva), sa destruction surviendra »

19dont on retrouve les mots au terme d’un passage des Vizīdagīhā ī Zādsparam :

  • 128 Gignoux & Tafazzoli 1993, 58 sq. Je n’ai consulté que le ms. K35, 247v15 – 17 (Christensen 1934b, I (...)
  • 129 TD om.
  • 130 K35 sans |.
  • 131 K35 ’ygvnš.
  • 132 TD YMRRVNyt ; K35 YMRVNd.
  • 133 K35 APt|.
  • 134 J’attendais hāvand-it.
  • 135 Cf. Gignoux – Tafazzoli 1993, 59.

VZ 4.14128 APt| PVN129 lvb’n| dvšhv’lyh ’vgvn YHVVNyt|130 cygvn PVN dyn| pyt’k AYK cygvnš131 YHVVNyt| OLE Y vtk| AMTš SLYtlyh YMRRVNd132 APt133h’vndyh YHVVNyt| mlgyh
(u-t pad ruvān dušxvārīh ōvōn bavedVciyōn pad dēn paydāgVkū ciyōn[-iš] baved ōy ī vadagVka-š vattarīh gōvendV †u-t hāvand[-iš]134 baved margīh)
« et le malheur pour ton âme surviendra ainsi qu’il est révélé dans la Dainā, à savoir que, de la même façon qu’à celle du funeste (Daiva) si (les sages) disent sa méchanceté, la destruction te surviendra. »135

  • 136 Comme le suggère Mayrhofer 1986 – 2001, II 207.

20Le mythe auquel ces deux reflets d’une phrase avestique inconnue font allusion doit être l’idée que les Daiva et, en particulier, Aji Dāhaka, le démon terrestre, ne survivront pas à la grande conflagration qui marquera la fin du temps linéaire et le retour à la fixité de l’infini. Certains crimes pourront être la cause d’une même élimination de leurs adorateurs drugvant alors que la plupart des autres drugvant humains, au terme de châtiments purificateurs subis en enfer, seront récupérés ou sauvés. Retournement de situation donc : si la désignation du fils de Vadagā peut, de la même façon que celle de cette dernière, apparaître sous la graphie vtk|, ne serait-ce donc que tous deux sont, tout autant l’un que l’autre, de funestes personnages paradigmatiques. Le nom de Vadagā ne serait ainsi pas distinct de cet adjectif, mais ceci reviendrait à dire que l’étymon de l’adjectif pehlevi vad (vt|) offrirait la clé de l’explication de ce nom. Or, il se fait que cet étymon est mal connu : si, au vu du khotanais bata- « petit », nous devions poser *vata-136 pour l’étymon du pehlevi vad et que le nom de la mère d’Aji Dāhaka devait en dériver, sa forme vieil-iranienne attendue serait *vatakā-, voire *vatikā- « petite salope ». Ce retournement de situation nous a donc menés sur une voie sans issue.

2113. Pour être complet, le dossier doit encore faire place à l’analyse de l’une des entrées du fameux Catalogue des Pays dont nous connaissons deux moutures, l’une dans le premier fragard du Vidēvdād, l’autre dans l’encyclopédique Zand-āgāhīh. C’est que le dernier des pays envisagés porte un nom que, très bizarrement, mais à demi-mots, le commentaire médiéval que la Zand-āgāhīh nous offre cherche à expliquer précisément par celui de Vadagā, sans que, de prime abord, nous sachions si c’est de façon hasardeuse ou sur la base d’une tradition respectable. En effet, il y est expliqué que son nom viendrait de l’ancêtre de l’éponyme des Arabes (phl. tāzīg), lequel, savons-nous par la généalogie que ZA 35.7 donne d’Aji Dāhaka, n’est autre que Vadagā :

  • 137 DH, 220r6 – 8 (Khanlari 1971) ; TD1 : 89r2 – 5 (Khanlari 1970) ; TD2, 208.13 – 209.1 (JamaspAsa et (...)
  • 138 TD1 ’lvnd.
  • 139 Avec Anklesaria, contre DH, TD1, TD2 hvšk.
  • 140 DH, TD2 APš OL dā.
  • 141 DH, TD1, TD2 ptyd’lk.
  • 142 TD1 YHSSNs.

ZA 31.37 – 38137 <V> 16vm ’vt’d ‘lng138 p’hlvm YHBVNt| <…>×hvnvšak139Y t’cyk’n|++OL dā APš++140 ×ptyd’lkyh141 ZNE vyš mt| AYKš srd’l PVN srd’l LA YHSNNd142 V zmst’nc TME gl’d YHVVNyt| APš t’cyk QDM KTLVNd
(<ud> sāzdahom ’vt’d <ī> arangVpāṣ̌om būdV <… > hunušak ī tāzīgān ōdāVu-š paitiiār°agīh ēn vēš madVkū sālār pad sālār nē dārendVud zamestān-iz ānōh grāy bavedVu-š tāzīg abar mānend)
« Et le seizième excellent (pays) fut ‘vt’d de la Rahā. <Il faut en savoir ceci> : ‘vt’d n’est autre que l’engeance des Arabes ; l’adversité gagna fortement ce (pays) en ce sens que (ceux-là) n’en reconnaissent pas le chef comme étant (leur) chef tandis qu’un rigoureux hiver s’abat sur ce (pays) ; les Arabes y habitent. »

  • 143 Pirart, dans Pirart – Tremblay 2009, 221 sqq. Voir Pirart 2006a, 169.
  • 144 Voir Pirart 2006a, 169.

22Comme le Rašn Yašt143 (Yt 12.18) confirme le nom avestique de ce pays, upa aoδaēšu raŋhaiiā̊ « sur les flots de la Rahā », que fournit la mouture que le Vidēvdād contient de cette entrée du Catalogue des Pays, et qu’il l’oppose à upa sanake raŋhaiiā̊ « sur la berge de la Rahā » (Yt 12.19), nous savons que l’explication médiévale est erronée. Je ne vais bien sûr pas m’appesantir sur l’identification du pays historique que les Sassanides ont cru ou voulu reconnaître dans ce passage — c’est en dehors de mon propos —, mais ce qui est sûr au vu de sa mention dans le Rašn Yašt, c’est que son caractère historique original est clairement à nier. À ce propos, remarquons que c’est la dernière entrée du Catalogue et que la Rahā, ailleurs144, fait figure de bout du monde. En outre, les Arabes que les livres pehlevis nomment tāzīg pourraient bien avoir été introduits dans la dernière entrée de cette mouture du Catalogue sous l’influence du possible ethnique taožiia- figurant dans la version qu’en donne le Vidēvdād :

  • 145 Geldner 1886 – 1895, II 6. Je n’ai pu consulter que les mss. K3a, 9r14 – 9v11 (Barr – Ibscher 1941  (...)
  • 146 L’antécédent est bien, en principe, aoδaēšu.
  • 147 Mis pour le nominatif pluriel. Selon Bartholomae (1904, col. 210), le mot signifie « ohne Haupt », (...)
  • 148 Ce verbe, si la voix qui, à la 3e personne de l’indicatif présent, ne peut jamais être assurée en e (...)
  • 149 « The Pahlavi rendering of “taozyâca daṇ heush aiwishtâra” is omitted in all MSS. The words therefo (...)
  • 150 Bartholomae (1904, col. 624) fait de taožiia- un ethnique sur base de la traduction persane « ān za (...)
  • 151 Selon Bartholomae (1904, col. 95), aiβištāra- serait un mot masc. signifiant « Eigner, Besitzer, He (...)

V 1.19145 xšuuaš.dasәm asaŋhąmca šōiθranąmcaVvahištәm frāθβәrәsәmVazәm yō ahurō mazdā̊Vupa aoδaēšu raŋhaiiā̊Vyōi146 asārō147 aiβiiāxšaiieinti148.·. āat̰ ahe paitiiārәm frākәrәntat̰Vaŋrō mainiiuš pouru.mahrkōVziiąmca daēuuō. dātәmV149 taožiiāca150 daŋ́hǝ̄ušaiβištāra151.·.
« L’excellent seizième des lieux ou terroirs que, moi qui suis Ahura Mazdā, je configurai est sur les flots de la Rahā qui ne respectent aucun chef, mais, en contrepartie, Ahra Manyu, (coupable) de nombreuses destructions, y produisit l’hiver Daivadāta et les sauvages envahisseurs du pays. »

23Le zand de cette entrée est le suivant :

  • 152 K3a et K3b om.
  • 153 K3b avec |.
  • 154 K3a et K3b blyhynyt ; K1 blhynyt.
  • 155 K3a OL gyv’k hlvhst’n| Y hlvm ; K3b oδāi. Y hlvhst’n| Y hlvm.
  • 156 « Corrected from iADo, generally read « ojâe. » As this is a rendering of the Av. « Aodhaeshu », I (...)
  • 157 ’lv’st’n|. « In DJJ it is expressed in a Persian gloss by ﻋﺮﺳﺗﺎﻦﺭﻭﻢ, in BU by ﺧﺮﺍﺳﺎﻦ ; in the Gujar (...)
  • 158 « “Asârô” is thus rendered in all MSS. It is perhaps a corruption of the Av. “asârô” into “asaoâr”, (...)
  • 159 DR, DJE, DN zvtzvt.
  • 160 K3a °yt.
  • 161 K3a avec |.
  • 162 K3a ’y ’vt’d ; K3b glosé ﺧﺪﺍ « dieu ».
  • 163 Avec K3a et K3b, contre K1 ’v|.
  • 164 K3a sans °yh.
  • 165 K3b klyhynyt V.
  • 166 K3b gn’mynvd.
  • 167 K3b ŠDYAAA’n.
  • 168 Le texte que la traduction persane (voir ci-dessus la note concernant taožiiāca…) suggère de recons (...)

<V> š’cdhvm MN gyv’k’n| V152 lvst’k’n153 [hm] p’hlvm pr’c×blyhynytn154 <Y> L MNV ’vhrmzd HVEm.·. QDM [PVN]155lcyh (ou oδyh)156 Y ’lngyst’n|157 Y hlvm.·. MNV ’s|’l158 QDM m’nšn| HVEd.·. AYK zvt159 LAVHL YKOYMVNd160.·. AYT161MNV ’ytvn| YMRRVNyt <AYK> ’vt’d162 PVN ’vt’d LA YHSNNd.·. APš PVN ZK Y OLE163 ptyd’lkyh164 pr’c klynyt165 gnn’mynvd166 <Y> pvlmlg.·. zmst’n|c ŠDYA’n167d’tsthmktl byt168.·.
(<ud> sāzdahom az gyāgān ud rōstāgānV [ham] pāšom frāz brehēnīd<anVī> man kē ohrmazd ham.·. abar[-pad]-aoδaēš° ī arangestān ī hrōm.·. kē asār° abar mānišn hend.·. kū zaot° abāz ēstend.·. ast kē ēdōn gōvedV <> ’vt’d pad ’vt’dnē dārend.·. u-š pad ān ī ōy paitiiār°agīh frāz kirrēnīdVgannāg mēnōy <ī> purrmarg.·. zamestān-iz dēvān dādV <ud>×stambagdar×dar <ī ān ī taožii° šahr>.·.)
« Et le seizième des lieux et terroirs excellents que, moi qui suis Ahura Mazdā, je configurai est upa.aoδaēšu de l’Arangestān de Hrōm dont les Asāra font leur résidence {= (c’est là où) les zautar se désistent. Il y a qui dit ceci : Ils considèrent que ’vt’d n’est pas ’vt’d (×hvt’y « dieu » ?)}, mais, en contrepartie, Ahra Manyu, (coupable) de nombreuses destructions, y produisit l’hiver Daivadāta et les palais oppressants de la ville des Taožiia. »

La Zand-āgāhīh coïncide avec le Vidēvdād à donner du nom du dernier des pays du Catalogue une graphie ’vt’d ou, en caractères (partiellement) avestiques, ×ōd/δāi, qui conforte l’idée que le nom de la mère de Dāhaka comporte un °ā° long que l’adjectif matronymique, du fait de son nombre de syllabes, aurait abrégé. Cependant, lorsque la Zand-āgāhīh explique le nom de ce pays par celui d’un ancêtre des Arabes, ce ne serait qu’une donnée secondaire basée sur la présence supposée de ce peuple parmi les fléaux que le Vidēvdād sait affliger ce pays, mais aussi sur la ressemblance que ce nom entretient avec celui de la mère de Dāhaka. Si, au vu de l’avestique aoδaēšu, nous sommes en droit d’exclure de la liste des attestations du nom de Vadagā le passage que la Zand-āgāhīh consacre à ce dernier pays, il n’est pas moins vrai que la spéculation à laquelle la Zand-āgāhīh fait place repose sur une ressemblance qui, donc, donne pourtant quelque crédit à la graphie ’vtk|, pourvue de l’aleph initial, que les manuscrits de divers textes donnent du nom de la mère de Dāhaka. Nous sommes donc bien invités à admettre que, pour sa syllabe initiale, cette leçon soit la bonne et à soupçonner l’attestation avestique de l’adjectif matronymique vaδaγanō d’être défectueuse. Remarquons un détail dans le nom du dernier pays du Catalogue ou plutôt dans celui de cet ancêtre des Arabes : tous les manuscrits écrivent OL dā, en recourant à l’araméogramme de la préposition ō pour sa première syllabe. Ceci conduit à penser que vaδaγanō pourrait être fautif pour×auuaδaγanō (ou×auuiδaγanō). Or il se fait que, dans le MX 57.24, nous avions dû restaurer <OL> ou <’v|> devant vtk’n et que, si nous le faisons tout en corrigeant l’adjectif matronymique en×’vtk’n, nous obtenons une séquence graphique Image particulièrement fragile à offrir le flanc à de possibles haplographies. Et cela sans compter que la leçon majoritaire pour le V 19.6 était Image La forme avestique pourrait ensuite s’être alignée sur cette corruption.

  • 169 Lire×anāpәrәθβa (*anāpartvā) adjectif verbal en -θβa- ?
  • 170 1974, 163.
  • 171 RV 1.33.7c ávādaho divá ā́ dásyum uccā́ « (ô Indra, ) du haut du ciel, tu as foudroyé le Dasyu ».
  • 172 RV 2.4.7ab sá yó vy ásthād abhí dákṣad urvīm paśúr náiti svayúr ágopāḥ « (Agni) qui a pris de l’amp (...)
  • 173 1986 – 2001, I 691.

2414. En conclusion ou dans un second temps, si ce qu’en disent les divers passages ne permet pas de faire d’elle le démon de la crémation — le V 1.16 pourrait d’ailleurs fournir le nom de ce dernier : aγa anāpәrәθa169 śiiaoθna yā nasuspaciia « les funestes actions inexpiables consistant à cuire la charogne » — et si nous devons corriger vaδaγanō en×auuaδaγanō, force m’est de renoncer à l’étymon que j’ai proposé dans un premier temps du nom de la mère d’Aji Dāhaka et d’accepter l’idée de Jean Kellens qu’il n’est pas analysable170. C’est que la graphie avestique correspond curieusement à la lectio facilior pehlevie si les signes vtk| peuvent refléter tout aussi bien le simple adjectif vadag « mauvais » tandis que la difficilior nous renvoie de façon impraticable vers un autre démon. Et recourir au védique áva DAH « réduire en cendre, foudroyer »171 ou abhí DAH « raser de ses flammes »172 pour poser un étymon *auuaδā̆γā- ou *auuiδā̆γā- ne mène à rien de vérifiable. Peut-être resterait-il à explorer la possibilité d’y retrouver la racine ie. √*dhegu̯h, étymon de védique daghnóti et de grec φθάνω, pour laquelle Mayrhofer173 enregistre le sens de « nicht zur rechten Zeit sein, den rechten Augenblick verfehlen ». La mère de Dāhaka serait-elle « l’Intempestive » et ce nom ferait-il allusion à la négligence des temps requis pour la célébration sacrificielle ? Chemin faisant, je pense avoir pourtant exhumé de l’oubli les noms de deux démons inconnus, haotaet *kuiiauua-, dont les figures sont très anciennes, la première pour correspondre à une idée gâthique et la seconde parce que la R̥gvedasaṁhitā la connaît aussi. Et les pièges du commentaire médiéval que la Zand-āgāhīh offrait d’une entrée du Catalogue des pays ont pu être déjoués.

25Résumons-nous :

– les attestations de l’adjectif matronymique montrent v° : V 19 vaδaγanō ; V 19 phl. Image ; MX 57 vtk’n ;

26– par contre, les attestations du nom de la mère de Dāhaka hésitent entre v° et ’v° : DD vtk| ; Dk 9.9 vtk| ; Dk 9.20 ’vtk| ; ZA 35 ’vtk ;

27– il faut laisser de côté ZA 27+hvtk, qui est à rapprocher de Yt 13 haota-, et AZ vtkyvk’r, qui est à rapprocher de RV kúyava- ;

28– il faut aussi laisser de côté Dk 9.39 vtk| plur., Dk 7 vtk| et VZ 4 vtk|, qui rendent l’avestique aγa-, mais peuvent avoir eu quelque influence sur la graphie du nom de la mère de Dāhaka ;

29– l’entrée aoδaēšu du Catalogue des pays (V 1, cf. Yt 12) est rendue en pehlevi par ’vt’d (V 1, ZA 31) ou oδ<i>š (V 1), mais la mise en relation que V 1 fait de cette entrée avec ZA 35 ’vtk confirme l’aleph initial de cette dernière leçon ;

30– la graphie correcte du nom de la mère de Dāhaka est donc ’vtk| ; celle de l’adjectif matronymique qui en dérive,×’vtk’n ;

31– nous n’en savons pourtant pas assez pour déterminer la forme exacte du nom de la mère de Dāhaka, c’est-à-dire son étymon.

Notes

1 BTA = B.T. Anklesaria ; lo. = langue originale ; Md = Dh.M. Madan ; Mo = M. Moazami ; Sj = P.D. Sanjana.

2 Sur l’ensemble des manuscrits de l’Avesta, voir Geldner 1895 et Kellens 1998, mais j’ai consulté le facsimile ou la photo des mss. J2 (Mills 1893), K1 (Barr – Ibscher 1941 – 1942), K3a (Barr – Ibscher 1941 – 1942), K3b (Barr – Ibscher 1941 – 1942), K5 (Barr 1937 – 1939), L4 (http://ada.usal.es), Mf4 (JamaspAsa – Nawabi 1976). Sur les mss. des livres pehlevis, voir les éditions respectives, mais j’ai consulté le facsimile ou la photo des mss. B (Dresden 1966), DH (Khanlari 1971), K20 (Christensen 1931), K20b (Christensen 1931), K35 (Christensen 1934b), K43a (Christensen 1936 : I), K43b (Christensen 1936 : II), MR (Dresden 1966), TD1 (Khanlari 1970), TD2 (JamaspAsa et al. 1978).

3 FiO 412 vaδaγa vk (Kn) sans doute est-il à laisser en dehors de notre discussion : au vu de FiO 413 qui concerne un autre animal daivique et du fait que FiO ne comprend pas de noms propres, il s’agirait plutôt de×vazaγa×vzk « la grenouille » (Klingenschmitt 1968, 132 sq. ; Kellens 1974, 162 sq. ; cf. V 5.36 etc. vazaγacit̰).

4 Voir Mayrhofer 1977, no 340.

5 Voir Pirart 2006b, 196 n. 407.

6 Le découpage *vada+- « à la démarche meurtrière » (cf. védique vadhá- « qui tue ») paraissant peu pratiquable si +- ou +ga- ne serait pas autrement documenté en iranien.

7 Le dérivé de +√daj (= RV 10.16.1,7 ví DAH).

8 L’erreur de la syllabe initiale va° proviendrait d’une graphie×vii° (ou×vi.°) utilisée en lieu et place de ×°.

9 1907, 612.

10 Geldner 1886 – 1895, II 124 ; Jamasp 1907, 612.

11 Cette première ligne comporte plusieurs anomalies : ahmāi est mis pour (ou šē) ; āat̰, présent dans adauuata (univerbation de āat̰ et de dauuata) et attendu, est placé à contretemps.

12 Devons-nous restaurer l’octosyllabisme de cette ligne en restituant, sur base de V 19.7.1b, l’eżāfe <> devant duždāmō ? Ce dernier est-il fautif pour×duždāma (lo. *duš+dāmā, nom. masc. sg. de *duš+dāman-) sous l’influence de V 19.7.1b yō spitāmō zaraθuštrō ?

13 Devons-nous restaurer l’octosyllabisme de cette ligne en restituant l’interjection <āi> devant ašāum ?

14 Forme artificielle mise pour lo. *barθryāh, l’ablatif singulier de *barθrī- fém. « porteuse (d’un enfant), enceinte ».

15 Nominatif sing. mis pour l’ablatif sing. de zāuuišī- « descendante de l’Oblation ». C’est ici le nom de famille et la désignation de Dugdagvā (Pirart 2008).

16 La thématisation secondaire (Kellens 1984, 98), exceptionnelle pour √stu, est-elle originale ?

17 Ou vindāi. Mis pour lo. *vinadahai (Pirart 2006b, 196 n. 407) 2e sing. moy. du subj. prés. de √2vid ? Si nous voulions sauver l’octosyllabisme de cette ligne, il faudrait réaménager les jambages de viṇdāi pour y retrouver la 1e sing. moy. de l’optatif présent,×viṇdiia (lo. *vindīya), admettre qu’une haplologie *vindī[ya]yānam eût été résorbée et considérer que la phrase constituât un discours direct : « Renonce à la Vahvī… (en ayant à l’esprit) : “Puissé-je voir exaucé…” ».

18 Ou vindat̰. C’est la 3e sing. moy. en *-at de l’injonctif présent (Pirart 2006b, 196 n. 407).

19 En plus de l’édition de Jamasp, j’ai consulté les deux principaux manuscrits, K1, 308v-309r (Barr – Ibscher 1941 – 1942, II) et L4, 265r-265v (http://ada.usal.es), ainsi que les travaux de Anklesaria (1949 [BTA]), de Moazami (2002, 154 et 162 [Mo]) et de Skjærvø (2008, 545).

20 BTA pasukhv ô-ôi davît ; Mo passoxīh ō ōy *dawīd.

21 K1 d’mmlncynyy ; L4 d’m mlncyn’k.

22 K1 zltvšt|.

23 L4 pvlvšsp.

24 K1 APt.

25 Mo burdār ī (mād) az *zāyišn. Voir Pirart 2008.

26 L4 1.

27 K1 šn’sym.

28 L4 ’ytvn||.

29 L4 nyd’k’nc.

30 K1 om.

31 L4 OL ; BTA han.

32 K1 yšt|.

33 K1 ’v| ; BTA han.

34 K1 st’y.

35 K1 ŠPYLdyn|.

36 K1, Skj om.

37 Skjærvø mazdēsnānīh.

38 K1, L4 ZK V ; BTA, Mo, Skjærvø ān. C’est le corrélatif de ciyōn.

39 Skjærvø ciyōn. L’enclitique  précise le statut d’agent de×vindād que nous devons reconnaître à nnKnn Y dhyvpt|.

40 L4 vndyt ; K1 vndyt| ; BTA vindîṭ ; Mo, Skj windīd. La présence de l’enclitique  impose le prétérit.

41 L4 dhyvpt.

42 2008, 545 n. 38 : « Manuscripts wwγn| as if for Avestan vōiγnā- « *inundation »».

43 1907, 612.

44 1949, 374.

45 Voir West 1880 – 1897, II 217 n. 4 ; Darmesteter 1892 – 1893, II 261 n. 23 ; Klingenschmitt 1968, 132 sq.

46 La référence est MX 57.24 – 25 chez West (1880 – 1897, III 103) et chez Bharucha (1912, 154). Je n’ai pu consulter que le ms. K43a : 172v2 – 5 (Christensen 1936, I).

47 Afin de préciser la fonction de ’hlmn| comme agent de dl’dyt|.

48 Avec Skjærvø (2008, 545), afin d’introduire le génitif complément du nom dyn|.

49 K43a mzdyst’n|.

50 K43a hvt’s.

51 Sur base du pāzand, sans quoi le statut datif de vtk’n dhyvpt| dh’k ne serait pas apparent.

52 Il n’y a pas à faire suivre ce mot ou le suivant de l’eżāfe s’ils sont adjectifs par rapport à dh’k (contre Moazami 2002, 154).

53 Épithète de ×hvt’yyh.

54 Skjærvø (2008, 545) : xwadāyīh ī gēhān.

55 Pāz. (West 1871, 53 ; Bharucha 1912, 154) ci pǝ̄dā ku āharman ō zaraθušt drāīt̰ ku agar әž iṇ dīn i vǝ̄h i mazdaiiasnąn aβāž ǝ̄stae aigit hazār sāl x́adāī i gǝ̄hąn dahōmV cūn ō vadagąn dahǝ̄βat̰ dahāk dāt̰ ; scr. (West 1871, 116 ; Bharucha 1912, 154) yataḥ prakaṭaṁ yad āharmano jarathuśtram pratyavocad yad yady asyā dīner×uttamasyā mājdaīasnyā anyathā bhavasi tatas tubhyaṁ varṣasahasraṁ rājyam pr̥thivyā dadāmi || yathā vadaganarājñe dahākāya dattam ||.

56 K35 : 184r5 – 6 (Christensen 1934b, I), mais je n’ai pu consulter le ms. TD2 (JamaspAsa et al. 1978, II). La référence est DD 72.5 chez West 1880 – 1897, II 217.

57 Avec West (1880 – 1897, II 217 n. 5), contre K35 bvm.

58 K35 : 187r11 – 16 (Christensen 1934b, I), mais je n’ai pu consulter le ms. TD2 (JamaspAsa et al. 1978, II). La référence est DD 78.2 chez West 1880 – 1897, II 228.

59 Avec West.

60 Darmesteter (1892 – 1893, II 261 n. 23) parle d’« inceste », mais West (1880 – 1897, II 217), de « adultery » ; Mackenzie (1986, 72) et Skjærvø (2008, 540), pour rōspīgīh, donnent le sens de « whoredom », sans doute d’après le persan.

61 Avec West (1880 – 1897, II 228 n. 3) qui n’écarte pas cette lecture au lieu de ’vlvt’sp (acceptée chez Skjærvø 2008, 540) qui resprésenterait l’avestique auruuat̰.aspa- et, de façon surprenante, ferait du père de Dāhaka un homonyme du père de Vištāspa. Le nom de *Xrūtāspa pourrait avoir le sens de « au cheval saigné », mais il reste que le Livre des Rois le nomme Image (<*mrta+aspa- ?). Darmesteter (1883 : II 212 n. 1) voyait dans Imagele fruit d’une corruption graphique pour Image (sic).

62 Édition et traduction chez Pirart 2007a, 173. La référence est Dk 9.10.3 chez West 1880 – 1897, IV 185.

63 Édition et traduction chez Pirart 2007a, 142 sq. La référence est Dk 9.21.4 chez West 1880 – 1897, IV 212.

64 Anklesaria 1956, 292 sq. ; DH, 226v4 – 7 (Khanlari 1971) ; TD1, 97v17 – 98r3 (Khanlari 1970) ; TD2, 228.15 – 229.4 (JamaspAsa et alii 1978, I) ; K20, 127r12 – 17 (Christensen 1931) ; K20b, 17v6 – 10 (Christensen 1931). La référence est Bd 31.6 chez West 1880 – 1897, I 131 sq.

65 Aucun des manuscrits ne donne l’eżāfe : DH, TD1, K20 et K20b dh’k ; TD2 dh’k|.

66 DH, TD1 et TD2 hlvt’sp Y ; K20 xrutāsp Y ; K20b hlvt’sp| V ; contre Skjærvø 2008, 540 n. 20.

67 Cf. Yt 19.93. Voir Mayrhofer 1977, I no 410. La ZA 33.9.1b (kē-š zahr pad cašm dāšt) nous explique que son regard était venimeux.

68 DH et TD2 z’’nnysp1 (<*z’yn|g’p Y ?) ; TD1 z’’nnysp Y (<*z’yn|g’p Y ?) ; K20 zainigāvi ; K20b zynng’k.

69 DH et TD2 s1 Y l’lcyhh nygy ; TD1 2viralc šyh vdynh ; K20 virafšŋi ; K20b pyplpyhmaŋ.

70 Éponyme des Arabes (phl. t’cyk|).

71 DH et TD2 t’c Y ; TD1 t’y. ; K20 tāzi. ; K20b t’cyk.

72 DH, TD1 et TD2 plv’k Y ; K20 frāvāk. ; K20b frāvāk.

73 Personnage connu du Livre des Rois.

74 DH et TD1 syd’mkY ; TD2 syd’mk ; K20 siiāmk. ; K20b sydmk| ; Skjærvø (2008, 540 n. 20) : siyāmag ī.

75 K20 әj.

76 Avec K20, contre DH et TD2 AMYtl’n| ; TD1 AMYtl’n ; K20b AM’tl ; Skjærvø (2008, 540 n. 20) : mādarān.

77 K20b dh’k.

78 Skjærvø (2008, 540 n. 20) : ōdag.

79 DH et TD2 baiiaki. ; TD1 baiki ; K20 baýaki ; K20b bavaki..

80 DH et TD2 tam.baiiak ; TD1 tam.baii (WW) ak ; K20 tambaiiaki ; K20b tambiiak..

81 DH ōβōix. i ; TD1 ōβōixi. ; TD2 ōβōixi ; K20 oβoxmi. ; K20b ōžō.ximi..

82 DH pairiur.vo ; TD1 pairiur.vu ; TD2 pairiur vo ; K20 paiur ; K20b pairi.uruua..

83 DH ruuaēsmi. ; TD1 ouuaēsmi. ; TD2 uruuaēsmi. ; K20 uuaēsmi. ; K20b uruuaēsimi..

84 DH gadβiθβi. ; TD1 gaβiθβi. ; TD2 gadβiθβi ; K20 gaδβiθβi ; K20b gaδviθβi.

85 DH et TD2 dlv’sk’nY ; TD1 dlvc’sk’nY ; K20 družiaiīaskāi ; K20b dlvci.aiiapkā. ; Skjærvø (2008, 540 n. 20) : drujaskān ī.

86 DH et TD1 gn’kmynvd ; TD2 gnn’kmynvd ; K20 gWā mainiiō. ; K20b gn’gmnvd.

87 Anklesaria 1956, 236 sq. ; DH, 212r19 – 212v1 (Khanlari 1971) ; TD1, 77v5 – 10 (Khanlari 1970) ; TD2, 184.8 – 12 (JamaspAsa et al. 1978, I) ; K20, 122r18 – 122v2 (Christensen 1931). La référence est Bd 28.19 chez West 1880 – 1897, I 109.

88 DH, TD2 et K20 om.

89 DH ’vtkl.

90 K20 mltvm’n.

91 TD2 hvyš g’s ; K20 hvyšg’s g’s.

92 TD1 et K20 YTYBVNyt.

93 TD1 et K20 AMT.

94 K20 hvlšn.

95 TD1 OŠTEN|d ; TD2 OŠT|ENd ; K20 OŠTEN.

96 DH mynvdyh’ ; K20 m’nvdyh’.

97 DH ptgvvd pvš ; TD1 ptgvv pvš ; TD2 ptgvvd pvs ; K20 švvk QDM pvšt.

98 K20 W WYTVNyt.

99 K20 l’st. Les mots qui suivent sont illisibles.

100 DH et TD1 om.

101 TD1 dl’dšn| ; TD2 dl’dšn ; K20 illisible.

102 TD1 et TD2 dl’dšn ; K20 illisible.

103 TD1 et TD2 dl’dšn| ; K20 illisible.

104 TD2 om.

105 TD1 dl’dšn| ; K20 illisible.

106 TD1 et K20 mycyt.

107 K20 illisible.

108 TD2 ’hv|.

109 K20 YHMTVNyt. J’attendais le subjonctif (voir Brunner 1977, 237), mais, il est vrai, nous ignorons quelle pouvait en être la forme de la 2e plur. (d’où l’obèle).

110 Ponctuation selon K20.

111 Cf. Dk 9.8.2, 9.18.1.

112 Geldner 1886 – 1895, III 187.

113 Mf3, K13.38, H5, F1 (in this a appended sec. m.), Pt1, E1, L18, (L18) ; aōtāt̰ Lb5, K37 ; hutāt̰ K14, K37, J10 ; hutaδa P13. Darmesteter (1892 – 1893 : II 528) émet la conjecture hasardeuse que haotāt̰ est mis pour *hauuatāt̰ (phl. hāvand) « l’homme qui lui ressemble ». Semblablement Bartholomae : « der zuerst (sein) Gesicht abkehrte von dem Daēva- und Menschen-gezücht » (Wolff 1910, 242).

114 Le ciθra, comme nous le savons notamment par le Y 58.1 (Pirart 2006b, 62), est la caractéristique ou le corollaire bénéfice du sacrifice marqué par la bonne pensée, la bonne parole et le bon geste.

115 Messina 1939, 70.

116 Les VZ 28.4 et le Dk 8.31.30 – 32 font état de l’existence d’un livre avestique intitulé Jōrdāykārestān « le Livre des Semailles » (Gignoux – Tafazzoli 1993, 93). Cf. ZVY 4.44c ud bar ud tōhm ī jōrdāyān be baved « et (le vent) emportera fruit ou semence du grain » ; ZVY 4.18bc ud bar ī jōrdāyān pad dah hašt be kāhed « et le fruit du grain viendra à diminuer de 80 % ».

117 Cf. ZA 29.8, 33.33.

118 Sur ce démon védique, voir Mayrhofer 1986 – 2001, I 359. Sans doute donc l’iranien portait-il ce même nom de *Kuyava en vieil iranien s’il faut se détourner de Dužyāriyā qui est une Parīkā (voir Pirart 2006a, 45 et 96) plutôt qu’un Draujana.

119 Contre Messina (1939, 115) qui a été abusé par dlvc| dont il fait une Druj au lieu d’un Draujana.

120 1874 – 1928, XVIII 27.

121 Y 13.4, etc.

122 Le passage n’est accessible que dans le ms. B (Dresden 1966, 162 : 21 – 22) ; Sanjana 1874 – 1928, XVIII 36 – 37 ; Madan 1911, II 861 : 5 – 7.

123 Ou : « Je déclare me désolidariser ». Kellens (2007c, 135) traduit comme suit : « Je renie l’alliance avec les démons mauvais, étrangers à ce qui est bon, contraires à l’Agencement, qui rendent (tout) mauvais ».

124 Est-ce la désignation des bons textes et d’autres bons ingrédients rituels ? Voir Pirart 2007b, 75.

125 Le zand en est le suivant (d’après Mf4, 202.2 – 4 [JamaspAsa – Nawabi 1976, I]) : BRAMNŠDY’n|1Y2 vtk’n <Y>3 ’[p]vyhyh’n4 Y5 ’d’tst’n’n6 Y7SLYtl dh’k’n7 <AYK> ’dh’n srd’lyh YMRRVNm8AYK PVN srd’lyh LA ’p’dynd9 d’štn|.·. (bē az dēvān ī vadagān <ī>×a-vehīhān ī a-dādestānān ī vattar-dahāgān {<> a-dahān} sālārīh gōvem {kū pad sālārīh nē abāyend dāštan}.·.) « Je retire (toute) autorité aux Daiva, eux qui, mauvais, dépourvus de bontés et sans loi, ne font que du mal {<c’est-à-dire : > ne font pas de cadeaux}, {en ce sens qu’ils ne sont pas dignes de détenir l’autorité} ». La traduction sanscrite (Spiegel 1861, 78 ; Bharucha 1910, 34) est incomplète : r̥te devebhyo viduṣṭebhyo10 ’nuttamebhyaḥ10 <…>bhyo10 ’nyāyatarebhyo nikr̥ṣṭadānebhyaḥ svāmitvam bravīmi | kila devāḥ svāmitve na yujyate dhartum ||. Notes :1. ŠDYA’n K5 : 84v3 – 5 (Barr 1937 – 1938 : I), J2 : 115v12 – 15 (Mills 1893). |||2. V K5, J2. |||3. Avec K5, J2. |||4. ’vyhyh’n K5 ; ’vyhyh’n| J2. Bartholomae (1904, col. 174) différemment. |||5. V K5. |||6. ’DYNA’n K5 ; ’d’tst’n| J2. |||7. vtldh’k’n| K5 ; vtldhk’n| J2. |||8. YMLLVNm J2. |||9. ’p’synd J2. |||10. Spiegel om.

126 Voir Gignoux – Tafazzoli 1993, 156.

127 Le passage n’est accessible que dans le ms. B (Dresden 1966, 346.16) = Madan 1911, II 612.7 – 8 ; Sanjana 1874 – 1928, XIII 41. La référence est Dk 7.2.64 chez West (1880 – 1897, V 32) et chez Molé (1967, 26 sq.).

128 Gignoux & Tafazzoli 1993, 58 sq. Je n’ai consulté que le ms. K35, 247v15 – 17 (Christensen 1934b, II). La référence est VZ 12.13 chez West 1880 – 1897, V 136.

129 TD om.

130 K35 sans |.

131 K35 ’ygvnš.

132 TD YMRRVNyt ; K35 YMRVNd.

133 K35 APt|.

134 J’attendais hāvand-it.

135 Cf. Gignoux – Tafazzoli 1993, 59.

136 Comme le suggère Mayrhofer 1986 – 2001, II 207.

137 DH, 220r6 – 8 (Khanlari 1971) ; TD1 : 89r2 – 5 (Khanlari 1970) ; TD2, 208.13 – 209.1 (JamaspAsa et al. 1978, I).

138 TD1 ’lvnd.

139 Avec Anklesaria, contre DH, TD1, TD2 hvšk.

140 DH, TD2 APš OL dā.

141 DH, TD1, TD2 ptyd’lk.

142 TD1 YHSSNs.

143 Pirart, dans Pirart – Tremblay 2009, 221 sqq. Voir Pirart 2006a, 169.

144 Voir Pirart 2006a, 169.

145 Geldner 1886 – 1895, II 6. Je n’ai pu consulter que les mss. K3a, 9r14 – 9v11 (Barr – Ibscher 1941 – 1942, II) et K3b, 11r12 – 11v12 (Barr – Ibscher 1941 – 1942, II). La référence est V 1.20 chez Jamasp 1907, 18 – 19.

146 L’antécédent est bien, en principe, aoδaēšu.

147 Mis pour le nominatif pluriel. Selon Bartholomae (1904, col. 210), le mot signifie « ohne Haupt », c.-à-d. « ohne Oberhaupt, ohne Oberherrn ».

148 Ce verbe, si la voix qui, à la 3e personne de l’indicatif présent, ne peut jamais être assurée en est bien l’active, devrait avoir le sens de « contrôler, surveiller » et régir un accusatif au vu du Yt 1.19hi mąnaiiәn ahe yaθa hazaŋrәm narąm ōiium narәm aiβiiāxšaiiōit̰ « dans une mesure comparable à un millier d’hommes chargés d’en surveiller un seul » (trad. Pirart 2007b, 56), mais ici l’absence de ce régime et la présence du bahuvrīhi asāra- employé au nominatif nous invitent à douter de cette diathèse.

149 « The Pahlavi rendering of “taozyâca daṇ heush aiwishtâra” is omitted in all MSS. The words therefore, evidently belong to the commentary ». Je ne partage pas cette opinion de Jamasp en raison de °ca… °ca.

150 Bartholomae (1904, col. 624) fait de taožiia- un ethnique sur base de la traduction persane « ān zamistān sitambatar dar ān šahr i tūzī ». Partie de cette traduction paraît reproduire les mots sthmktl byt du zand dont il faut alors reconnaître le caractère fragmentaire. Peut-être devons-nous rapprocher taožiia- de véd. tújya- (sur TUJ, voir Mayrhofer 1986 – 2001, I 670) et y voir une désignation de sauvages ou de barbares.

151 Selon Bartholomae (1904, col. 95), aiβištāra- serait un mot masc. signifiant « Eigner, Besitzer, Herr » qu’il faudrait expliquer comme le composé de aiβi et d’un dérivé de √is (= véd. ĪŚ) : « und die taožischen Herrn des Landes » (Wolff 1910, 319). Ne pourrait-on y voir la graphie retouchée et défectueuse de *auuištārō et y reconnaître le nominatif pluriel du nom d’agent en - tar- tiré de ā+√vis (= védique ā́VIŚ) « envahir, subjuguer » : lo. *āvaištārah ?

152 K3a et K3b om.

153 K3b avec |.

154 K3a et K3b blyhynyt ; K1 blhynyt.

155 K3a OL gyv’k hlvhst’n| Y hlvm ; K3b oδāi. Y hlvhst’n| Y hlvm.

156 « Corrected from iADo, generally read « ojâe. » As this is a rendering of the Av. « Aodhaeshu », I would read it « Odhashê » or perhaps « Odhasâe » ; but at any rate it cannot be read « ojâe » as is hitherto done ». Une lecture oδ<i>š n’est pas exclue.

157 ’lv’st’n|. « In DJJ it is expressed in a Persian gloss by ﻋﺮﺳﺗﺎﻦﺭﻭﻢ, in BU by ﺧﺮﺍﺳﺎﻦ ; in the Gujarati version also khorāsān. I have not changed the spelling of the word, but I read it as a compound « Arangistân » (reading the middle a as gi), i. e., the country bordering on the river Arang (Gara of Bundeheshno) ».

158 « “Asârô” is thus rendered in all MSS. It is perhaps a corruption of the Av. “asârô” into “asaoâr”, or the original nrasa was miswritten as above, or it may have been thus written by mistake for a-sardâr. At any rate it is not asvâr meaning a horseman. In its present form I would read the word as asvâr (Arabic swr a city wall or rampart, pl. “asvâr”) ; but in this case some such particle as ‘a’ or ‘an’ will have to be prefixed to the word to make it a rendering of the Av. ‘asâro’ : sic ’n’sv’l or ’’sv’l meaning ‘having no rampart.’ Spiegel-Bleeck — “without king.” Darmesteter — “having no chiefs.” Bunsen and Haug — “without ramparts.” » Il est difficile de souscrire à cette note de Jamasp si, dans la ZA, les mots asārō aiβiiāxšaiieinti sont reflétés par sālār pad sālār nē dārend.

159 DR, DJE, DN zvtzvt.

160 K3a °yt.

161 K3a avec |.

162 K3a ’y ’vt’d ; K3b glosé ﺧﺪﺍ « dieu ».

163 Avec K3a et K3b, contre K1 ’v|.

164 K3a sans °yh.

165 K3b klyhynyt V.

166 K3b gn’mynvd.

167 K3b ŠDYAAA’n.

168 Le texte que la traduction persane (voir ci-dessus la note concernant taožiiāca…) suggère de reconstituer est grosso modo le suivant :××V sthmbktl BBA Y ZK Y tvzyk štr| (ud stambagdar dar ī ān ī taožii° šahr) « et les palais oppressants de la ville des T° ».

169 Lire×anāpәrәθβa (*anāpartvā) adjectif verbal en -θβa- ?

170 1974, 163.

171 RV 1.33.7c ávādaho divá ā́ dásyum uccā́ « (ô Indra, ) du haut du ciel, tu as foudroyé le Dasyu ».

172 RV 2.4.7ab sá yó vy ásthād abhí dákṣad urvīm paśúr náiti svayúr ágopāḥ « (Agni) qui a pris de l’ampleur brûle sur son passage toute la vaste (terre) comme le bétail, sans bouvier, livré à lui-même, (broute tout) ».

173 1986 – 2001, I 691.

Auteur

Université de Liège

© Presses universitaires de Liège, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search