Version classiqueVersion mobile

Démons iraniens

 | 
Philippe Swennen

Representing the Lie in Achaemenian Persia

Bruce Lincoln

Résumé

Le présent article prend pour point de départ la phrase “la Tromperie devint grande” (drau̯ga… vasai̯ abava) attestée en DB §10. Après avoir souligné l’emploi particulier de l’adverbe vasai̯ afin de modifier le verbe bav-, on démontre que cette phrase décrit la Tromperie telle qu’émergée du néant, puis ramifiée, transmutée, démultipliée et répandue en tant que démon contagieux et corrupteur. S’ensuit une discussion qui explore la question de savoir comment ce processus fut théorisé. Elle se concentre sur les textes (avestiques, vieux-perses, plus quelques épisodes tirés d’Hérodote), où la Tromperie est associée à l’incapacité d’entendre ou de comprendre correctement ainsi qu’au fait, connexe, de n’avoir pas d’oreilles (avestique a-sru- et a-guš-). La mutilation des yeux, nez, oreilles ou langues des rebelles (DB §§32 – 33) pourrait être un aspect de la même construction idéologico-symbolique, associant la présence de la Tromperie à des défauts de compréhension et de communication.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

i

Within the Achaemenian corpus of royal inscriptions, demonic entities first appear in DB §10, a passage whose many subtleties demand close attention. Having recounted how Cambyses killed his brother, hid the deed, then embarked on foreign conquests in 525 B.C.E., the text records the consequences of his actions.

“When Cambyses went to Egypt, then the people/army became vulnerable to deception (kāra arīka abava) and the Lie became great (drau̯ga… vasai̯ abava) throughout the land/people — in Persia and Media and other lands/peoples.”1

Elsewhere, I have shown that the adjective arīka denotes a certain weakness of character or intellect that renders a person susceptible to believing a falsehood.2 All other occurrences of this word treat situations early in the reign of Darius (i.e. between 522–520) and in that context arīka is always the object of the verb “to be” (Old Persian ah-).3 Only in DB §10 is it governed by the verb “to become” (Old Persian bav-), signaling that at the earlier ...

© Presses universitaires de Liège, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search