Version classiqueVersion mobile

Henri Hubert et la sociologie des religions

 | 
Jean-François Bert

Textes d’Henri Hubert

Magia 

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

/1494/ Magia – L’usage comprend sous le nom de magie des phénomènes assez divers dont les liens et les traits communs sont encore mal déterminés. Faute d’une définition scientifique, nous devons circonscrire par tâtonnements le domaine de ce que nous appellerons la magie, en prenant soin que cette définition provisoire ne s’applique pas exclusivement à l’antiquité gréco-latine. Pour limiter les conclusions à tirer de cette étude, ajoutons que, d’une part, la magie des Grecs et des Latins ne forme un ensemble cohérent que du jour où les Latins entrèrent dans la civilisation grecque et que, de l’autre, nous ignorons à peu près complètement les formes primitives et originales de la magie en Italie et en Grèce.

L’extension des mots μαγεία et magia est variable. Dans leur emploi le plus restreint, ils signifient la science, l’industrie et la religion des mages1, c’est-à-dire des prêtres de la secte de Zoroastre, importées en Grèce. À cette magie persane on oppose la γοητεία2 et la φαρμακε...

© Presses universitaires de Liège, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search