Version classiqueVersion mobile

Henri Hubert et la sociologie des religions

 | 
Jean-François Bert

Annexes

Entre sociologues et anthropologues : la position d’Henri Hubert envers le totémisme

Rafael Faraco Benthien et Christine Lorre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans leur quête d’une religion sinon originelle, du moins élémentaire, et en cherchant à construire des outils globalisants de description et d’interprétation des faits sociaux, les durkheimiens se sont situés au cœur du débat qui concerne le totémisme au tournant du xxe siècle. Hubert, s’il n’a pas traité directement de cette hypothèse sociologique et anthropologique concernant l’existence d’une religion élémentaire de l’humanité, a tout de même voulu la tester dans le cadre des civilisations qu’il étudiait intensément (Grecs, Romains, Celtes, Germains). C’est comme cela qu’il s’est informé des derniers développements sur la question et qu’il a été reconnu comme un maître, mais surtout un contradicteur, du totémisme. Voilà ce qu’on peut retrouver, notamment en lisant les nombreux comptes rendus qu’il a rédigé pour L’Année sociologique et qui montrent assez clairement ses désaccords avec deux de ses mentors, Salomon Reinach et Émile Durkheim.

Parmi les thèmes qui ont en effet marqué ...

© Presses universitaires de Liège, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search