Version classiqueVersion mobile

Dévotion et légitimation

 | 
Marie-Élizabeth Ducreux

III. Actualisations hagiographiques : Célébrer, éduquer, convertir

L’hagiographie des saints patrons de la Bohême au XVIIe siècle dans la littérature vernaculaire en tchèque : usages identitaires patriotiques et religieux

Jan Linka
Traduction de Marie-Élizabeth Ducreux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si l’on considère comme un genre littéraire les vies des saints patrons de la Bohême, on constate au XVIIe siècle une double évolution : le besoin de redéfinir et d’élargir un groupe de figures symboliques sur lesquelles appuyer l’identité des habitants recatholicisés après 16201 et l’introduction retardée et progressive de techniques et de procédés littéraires caractéristiques des moyens esthétiques du baroque. Avant d’esquisser les grandes lignes de ce processus, nous voudrions distinguer sur deux exemples-types deux moments essentiels de l’hagiographie en langue tchèque du XVIIe siècle.

1630. La conversion par l’histoire sainte du royaume : « Les douze ordres des chevaliers de Dieu »

En 1630 parut chez l’imprimeur praguois Pavel Sessius un livre qui tranchait avec la production hagiographique catholique relancée depuis la fin du XVIe siècle. Intitulé « Les douze ordres des chevaliers de Dieu » (Dvanáctero řádu rytířův Božích)2, il distinguait douze groupes de saints rassemblés selo...

Auteur

Académie des Sciences de la République Tchèque (Traduit du tchèque par Marie-Élizabeth Ducreux)
Est rédacteur de la revue Česká literatura à l’Académie des Sciences de la République Tchèque. Il a édité en 2013 l’œuvre tchèque la plus l

ue de la période moderne, la Chronique Tchèque de Hájek de Libočany (Kronika česká, 1541) et en 2015 le poème spirituel Hodinky zlaté Bohmila (Les Heures d’or de Théophile, 1709).
Linka@ucl.cas.cz

© Presses universitaires de Liège, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search