Version classiqueVersion mobile

Naissance de l’idolâtrie

 | 
Daniel Barbu

Deuxième partie. Des Juifs et des images

Chapitre V. Juifs, Grecs et Égyptiens

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous avons pu observer comment un certain regard grec situe volontiers les Juifs quelque part entre la norme grecque et la norme égyptienne. L’expression la plus nette de ce « triangle théologique » apparaît chez Strabon, selon qui Moïse enseignait « que les Égyptiens et les Libyens étaient fous de prétendre représenter la divinité sous la figure d’animaux sauvages ou domestiques ; que les Grecs de leur côté n’étaient pas plus sages quand ils lui donnaient figure humaine1 ». Déjà Théophraste opposait les Juifs, sacrifiant la nuit des victimes animales, aux Égyptiens qui au contraire font de ceux-ci les images de leurs dieux2.

Chez Manéthon, on l’a vu, les lépreux alliés aux Hyksos s’en prenaient aussi bien aux statues des dieux qu’aux animaux sacrés3. L’envahisseur séthien est, du point de vue égyptien, un ennemi des dieux4. Appliqué aux Juifs, le motif de l’expulsion des Impurs envisage néanmoins ceux-ci comme des Égyptiens d’origine, ayant violemment rompu avec la norme égyptienne....

© Presses universitaires de Liège, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search