Version classiqueVersion mobile

Naissance de l’idolâtrie

 | 
Daniel Barbu

Première Partie. Vie et mort de l’idolâtrie

Chapitre II. Idolâtrie et histoire des religions

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la fin du xvie siècle, alors qu’il rédige son Traité de la découverte des Indes, Juan Suarez de Peralta, dont le père avait participé aux côtés de Cortèz à la conquête du Mexique, évoque la première rencontre des Espagnols avec les religions amérindiennes :

Les rites et les coutumes des Indiens étaient purement et simplement les mêmes que celles des Maures idolâtres. Au temps où ils parvinrent en ces provinces, les Espagnols découvrirent de très grandes idolâtries du genre de celles qui sont décrites à propos des rites des païens de l’Antiquité : à savoir, pratiquer le sacrifice humain, avoir des temples et des statues d’idoles, adorer les animaux, les honorer en processions, de jeûnes et de sacrifices sanglants, s’adonner à la superstition d’observer les augures et posséder pratiquement tous ceux que l’on rapporte des Anciens1.

S’il est un mot qui autorise la comparaison entre le Nouveau Monde et l’Ancien, c’est bien celui d’« idolâtrie ». Pour l’Europe moderne, celle que façonnent...

© Presses universitaires de Liège, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search