Version classiqueVersion mobile

Naissance de l’idolâtrie

 | 
Daniel Barbu

Première Partie. Vie et mort de l’idolâtrie

Chapitre I. L’invention de l’idolâtrie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le dieu de la Bible a un corps1. Un corps, toutefois, qu’on ne représente pas. Dans le Deutéronome, Moïse rappelle aux Hébreux qu’ils n’ont vu aucune forme (temunah) lorsque Yahvé s’est manifesté au Sinaï : « Yahvé vous parla alors du milieu du feu ; vous entendiez le son des paroles, mais vous n’aperceviez aucune forme, rien qu’une voix2. » Dès lors, ils ne devront faire aucune image de la divinité, ni sous la forme d’un homme ou d’une femme, ni d’aucun animal. Le corps de Dieu échappe à l’image. De manière emblématique, l’épisode du veau d’or, sur lequel on reviendra, postule tout à la fois que l’on peut – ou qu’on a pu – représenter la divinité et qu’il est faux de le faire.

L’histoire des royaumes d’Israël et de Juda (et tout particulièrement d’Israël) apparaît dans l’historiographie biblique comme une longue série de répétitions de cette première erreur3. Les rois qui se sont conformés aux prescriptions iconoclastes du Deutéronome ont bénéficié de la bénédiction de Yahvé4 ; ceux...

© Presses universitaires de Liège, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search