Version classiqueVersion mobile

Fabriquer du divin

 | 
Nicole Belayche
, 
Vinciane Pirenne-Delforge

Points de vue sur les dieux. Temples et théâtres, problèmes de visibilité (Planches XI-XXII)

Olivier de Cazanove et François Fouriaux

Texte intégral

1Le lieu de culte que restitue la recherche archéologique est – en forçant le trait – toujours plus ou moins une coquille vide, quel que soit le soin avec lequel sont enregistrés les témoignages concrets des pratiques religieuses : résidus sacrificiels, (dé) placements d’offrandes. Aller plus loin et vouloir reconstituer, à partir de ce cadre purement matériel, les dynamismes de la représentation du divin, relève bien souvent de l’interprétation – ou de la surinterprétation.

2On peut du moins analyser le jeu des volumes architecturaux, des parcours tracés dans le sanctuaire, pour comprendre comment ils l’animent, comment ils arrivent à créer du mouvement et à orienter le regard – comment en somme la scénographie monumentale rend manifeste la majesté divine. La prise en compte de la visibilité est ici essentielle.

3Les restitutions en volume des sites et monuments antiques, avec les moyens classiques du dessin architectural (axonométrie, perspective cavalière), comme avec les nouveaux outils de l’informatique (3D), sont conçues pour donner l’image la plus exhaustive possible de leur objet, en faisant voir le maximum de ses faces, d’un observatoire virtuel en général surplombant. Elles sont par-là à la fois exactes dans l’absolu et trompeuses en réalité. Elles sont trompeuses, car personne n’a jamais pu voir ainsi un temple ou tout autre monument avant l’invention du ballon, sauf situation topographique exceptionnelle (et sans parler des obstacles naturels et artificiels – relief, arbres, autres bâtiments – qui les cachent toujours en partie). Ce point de vue surplombant, divin en quelque sorte, nettoyé de tout ce qui gêne le regard, c’est celui de l’architecte moderne. Ce n’est pas celui des hommes pour lesquels ces édifices ont été faits. Ceux-ci vivaient au niveau du sol, leur vision restait – littéralement – terre à terre, faite d’aperçus partiels des monuments dont ils s’approchaient, non d’une totalité embrassée d’un seul regard sauf (on y reviendra) lorsqu’ils entraient dans l’area même du temple et que sa façade s’offrait soudain tout entière à leur yeux.

4Un cas concret, celui du temple du Cigognier à Avenches, permettra d’illustrer cette progression visuelle, le rôle que joue le sanctuaire dans le paysage religieux de la ville. Par ailleurs, le Cigognier fait face à un théâtre et, malgré l’axialité stricte qui conjoint ces deux masses architecturales, leur rapport d’intervisibilité est loin d’être évident. Aussi, pour poursuivre la réflexion, il nous a semblé opportun de revenir ensuite brièvement sur une série bien connue de temples de l’Italie d’époque républicaine, qui organisent différemment les rapports entre temple et théâtre. Se disposant l’un derrière l’autre et non face à face, ils entretiennent entre eux une relation visuelle toute autre mais, là aussi, moins évidente qu’il n’y paraît.

Dehors et dedans : le sanctuaire du Cigognier à Avenches1

  • 1 Cette partie est due à F. Fouriaux.
  • 2 Bridel (1982) ; Bridel – Matter (2008). Sur le statut de la ville, la datation de sa parure monumen (...)
  • 3 Celui-ci a été créé à l’aide de données fournies par le Site et le Musée Romain d’Avenches que nous (...)

5Avenches-Aventicum, capitale (puis colonie) de la cité des Helvètes, s’est réduite à la fin de l’antiquité à un simple bourg, le principal vestige antique conservé en élévation demeurant alors la colonne du Cigognier au nom évocateur, qui atteint 15,61 m. Celle-ci n’est autre qu’un support hybride, au point de jonction entre le pronaos octostyle et le portique qui règne sur trois côtés de la cour du temple, comme les fouilles modernes l’ont montré. On dispose d’une étude architecturale complète de celles-ci avec la magistrale monographie de Philippe Bridel qui constitue la base de nos connaissances2. Les quelques réflexions qui suivent lui doivent beaucoup. C’est en se fondant sur ses plans, ses élévations, son axonométrie que nous avons pu réaliser une restitution tridimensionnelle numérique du sanctuaire du Cigognier (à l’aide du logiciel de modélisation et de rendu 3D Blender). Celle-ci permet de réfléchir sur la relation architecturale qu’il entretient avec son environnement à travers le filtre des portiques et du mur de façade qui l’enserrent. Pour comprendre comment le temple était visible depuis l’extérieur, à échelle humaine, en adoptant le point de vue de l’observateur, il fallait en outre construire un Système d’Information Géographique (SIG)3.

6Le calcul de visibilité est aujourd’hui largement utilisé comme étude préalable à l’implantation de structures dans le paysage. Une application courante consiste à mesurer ainsi l’impact visuel des éoliennes. On crée pour cela des cartes de visibilité au moyen d’un SIG intégrant la hauteur de l’éolienne et un Modèle Numérique de Terrain (MNT). Une visée est calculée pour chaque point du MNT vers l’éolienne, et l’angle minimum nécessaire à la vue de la cible est enregistré. Toutefois, cette méthode n’intègre pas l’environnement bâti qui constitue un masque important. De plus elle permet uniquement de savoir si l’élément visé est visible ou non depuis un point de vue donné. Or, dans le cas qui nous occupe, voir quelques centimètres du toit du temple ou bien l’élévation de sa façade presque entière n’a évidemment pas du tout le même sens. Pour les besoins de cette étude il était indispensable de savoir exactement quelle partie du bâtiment était visible. Nous avons donc développé un script de programmation qui intègre ces paramètres en calculant ce qu’on aperçoit du temple depuis un point de vue moyen situé à 1,50 m du sol (Pl. XI-XIIa). De plus, notre algorithme intègre plusieurs points significatifs de l’édifice. Si l’on utilise en effet un seul point central, on risque d’introduire un biais important : ce point peut être masqué, le calcul affiche alors « vue nulle » même si, en fait, une autre partie du bâtiment est visible.

7Autres paramètres : d’abord le bâti urbain qui gênait plus ou moins le regard. À partir des rapports de fouilles4, nous avons modélisé les bâtiments existant au moment de la construction du Cigognier par des vecteurs renseignés en altimétrie. Cette altitude est celle de la hauteur des toits restitués approximativement. Lorsque l’état des vestiges rend cette restitution impossible, nous avons fait le choix de leur donner une hauteur constante (10 m pour les bâtiments domestiques). On constate alors que, dans la zone urbanisée, certains points disposent d’une visibilité très réduite sur le temple ; si la hauteur des édifices était plus importante, cette visibilité deviendrait nulle. En revanche, nous n’avons pu modéliser le couvert végétal qui devait être largement présent intra-muros. Lui aussi devait créer un effet de masque important, mais rien ne peut nous renseigner sur sa nature ni sa forme. Sans doute l’ajout de ce paramètre apporterait-il du contraste à la carte de visibilité sans en changer radicalement l’aspect. Enfin, nous avons fait le choix de considérer le MNT actuel comme représentatif du terrain antique. Les sondages et les fouilles archéologiques ont en effet montré la faible profondeur d’enfouissement des vestiges.

8Ainsi a été obtenue une série de cartes géoréférencées qui permettent d’étudier la visibilité réelle (id est la hauteur effectivement vue) du temple et du sanctuaire depuis tous les points du territoire et de la ville. Les deux premières cartes (visibilité à longue distance, puis dans un rayon de 20 km) ne sont pas reproduites ici parce qu’elles n’apportent que des informations à la fois élémentaires et qui restent théoriques : le temple, tout comme le reste de la ville, est visible depuis certains points en altitude… avec de bonnes conditions atmosphériques. Plus intéressante, dans la deuxième carte, l’existence de zones linéaires sans aucune visibilité, qui correspondent aux deux voies principales d’accès, est et ouest, de la ville. En les empruntant, il n’était pas possible de voir le temple.

  • 5 Pury-GISEL (2008), p. 29.
  • 6 Datation dendrochronologique : Bridel (1982), p. 181-183.
  • 7 Bien entendu, tous ces monuments n’apparaissent que progressivement : le forum se développe de l’ép (...)

9Il en allait tout autrement lorsqu’on passait la porte orientale. L’éminence sur laquelle elle se situe constitue le meilleur point de vue possible intra-muros sur le temple et ses portiques (plus précisément : sur le côté est du sanctuaire) (Pl. XIIb). Davantage : on embrasse depuis la porte, en enfilade, la dépression aux marges de la trame urbaine dans laquelle se situe le « quartier religieux occidental » comme l’appellent les fouilleurs d’Avenches. Rappelons que l’enceinte est édifiée à partir de 72 (une fois la ville devenue colonie)5, le Cigognier à partir de 986. De l’observatoire privilégié que constitue la porte est, c’est donc non seulement le paysage religieux en cours de constitution de la Colonia Pia Flavia Constans Emerita Helvetiorum Foederata qui s’offre aux regards, c’est plus généralement encore, pour qui entre en ville, la vision panoramique d’une nouvelle dignité urbaine avec ses marqueurs monumentaux – forum, rues, quartiers d’habitation, édifices de spectacle, temples7.

  • 8 Trois baies seulement sont restituées, et pas de fenêtres : l’entrée principale au sud, deux entrée (...)

10L’autre côté du temple – mais pas sa façade – était visible dans un cône de vision étroit au sud-est de la porte occidentale, tandis que de la porte elle-même on ne pouvait l’apercevoir. En revanche, le fronton du Cigognier n’était visible de face que depuis le sud, une zone non bâtie dans l’antiquité (actuel village de Donatyre), si du moins le couvert végétal le permettait (Pl. XIIIa). Tout autre était l’impact visuel des murs probablement presque aveugles des portiques8. On les voyait entièrement du sud et de l’est – donc d’une bonne moitié de l’aire intra-muros (mais pas du centre urbain lui-même) (Pl. XIIIb). Ils masquent le temple aux regards extérieurs et en même temps marquent fortement l’emplacement du sanctuaire dans le paysage.

  • 9 Hellmann (2006), p. 196-199 ; Gros (1996), p. 216-219.
  • 10 Bridel (1982), p. 147-151 ; Gros (1996), p. 169-170. Cette filiation supposée pose cependant des pr (...)

11La façade du temple ne se laisse donc pleinement appréhender que de la cour portiquée (Pl. XIIIa). Cette constatation n’est pas nouvelle : on connaît la tendance des sanctuaires grecs et romains à s’isoler progressivement de l’extérieur, y compris visuellement, par un écran de portiques9. La perspective qui installe le temple au point focal de l’écrin architecturé ne se révèle que de l’intérieur du sanctuaire. Au bout de cette logique, il y a la juxtaposition des forums impériaux de Rome, refermés sur eux-mêmes, centrés sur leur temple (sauf le forum de Trajan !) – et l’on sait que l’un d’eux, le forum de Vespasien (Templum Pacis) est généralement considéré comme le modèle du Cigognier10. Toutefois, grâce à la restitution tridimensionnelle numérique qu’il a fallu élaborer pour l’étude de visibilité du sanctuaire d’Avenches, on peut virtuellement suivre, à hauteur d’homme, les cheminements qui conduisent à l’intérieur du temple, en revivant en quelque sorte l’expérience visuelle de l’observateur (Pl. XIV).

  • 11 Selon la restitution de Bridel (1982), p. 51-52 ; 118 ; pl. 104, 2.
  • 12 C’est là qu’a été trouvé l’autel portant une dédicace à Mars Caturix (AE 1946, 238) : Meylan Krause(...)
  • 13 Bridel – Matter (2008), p. 54, qui parle d’un « véritable theatron, qui peut recevoir près de 1200  (...)

12Le premier de ces cheminements est l’axe principal qui mène du théâtre au temple. La succession des vues (Pl. XVa-d) parle d’elle-même. La perspective est d’abord barrée par l’imposant mur de façade sud du sanctuaire, haut de plus de 16 m11, très vraisemblablement percé d’une seule baie d’entrée. L’avant-cour, clôturée par un simple mur bahut sommé d’une grille qui n’arrête pas le regard, est un espace de transition12, au moment où l’on commence à apercevoir l’intérieur du sanctuaire au-delà de la porte. Celle-ci une fois franchie, le temple et l’ensemble du décor intérieur s’imposent enfin pleinement à la vue. L’axe principal obligé est matérialisé par l’allée dallée et la base (statue ? autel ?) placée au premier tiers de sa longueur. Axe obligé parce qu’on ne peut accéder de la cour aux portiques latéraux, sinon en gravissant l’escalier qui mène au podium du temple, haut de 2,30 m, entre deux massifs d’échiffre. Les degrés des portiques, comme le suggère Ph. Bridel13, servent alors de gradins pour des spectateurs qui regardent l’allée centrale. En somme, que ce dispositif permette d’admirer des processions, des sacrifices ou tout autre rituel, la cour du temple est l’espace où les points de vue se croisent désormais sans obstacle : de l’entrée principale et de l’allée vers la façade octostyle du temple, des portiques vers l’allée dallée et, pourquoi pas, de la statue au fond de la cella vers l’entrée, l’allée et la base.

13Un ou des cheminements secondaires permettaient aussi d’aborder latéralement le sanctuaire par l’angle nord-est du portique (et peut-être, par symétrie, nord-ouest). En ce cas, ne s’offraient à la vue que deux branches du déambulatoire, puis la cour, enfin le temple, mais toujours plus ou moins de trois-quarts (Pl. XVIa-c). Ce parcours ne permet jamais de récupérer la perspective axiale (sauf en passant par le pronaos) et cela aussi est significatif.

  • 14 Supra, n. 8.
  • 15 Fincker – Tassaux (1992), p. 57-62 ; Brunet-Gaston (2008).
  • 16 Fincker – Tassaux (1992), p. 68.

14À Avenches, le vis-à-vis du théâtre et du sanctuaire du Cigognier ne vaut donc pas intervisibilité. Deux hauts murs-écrans se font face (le revers de la frons scaenae et celui du « mur montant à pilastres d’applique » que restitue Ph. Bridel au Cigognier14) et ne laissent que peu entrevoir des volumes architecturaux qui se trouvent derrière. De manière plus générale, le rapport topographique et perspectif qu’entretiennent temple et théâtre dans la Gaule impériale n’est pas réductible à un schéma unique : les combinaisons sont variées15, alors même qu’on suppose d’habitude l’existence de parcours processionnels de l’un à l’autre16.

En haut et en bas : les théâtres surplombant les temples17

  • 17 Cette partie est due à O. de Cazanove.
  • 18 Le point sur les incertitudes concernant la documentation ancienne (Canina, Baltard) autour du théâ (...)
  • 19 Tertullien, Des spectacles, 10, 5 : Pompeius Magnus solo theatro suo minor… Veneris aedem superposu (...)
  • 20 Strazzulla (1971), p. 9.
  • 21 Tagliamonte (2011) ; Tagliamonte (2012) ; Tagliamonte (sous presse).
  • 22 L’hypothèse qu’un temple dominait le théâtre de Teanum – tous deux entièrement édifiés sur des subs (...)
  • 23 Liv., VII, 2, 3. La bibliographie, énorme, ne peut être résumée ici.
  • 24 Ap. Liv., XXXVI, 36, 4.
  • 25 Cic., La réponse des haruspices, 12 : de illis ludis… quos in Palatio nostri maiores ante templum i (...)
  • 26 Hanson (1959), p. 15.

15Dans l’Italie républicaine, en revanche, on trouve semble-t-il un agencement récurrent. J.A. Hanson, en 1959, mettait en évidence cet « architectural pattern », créant ainsi une catégorie à laquelle le titre de son livre, Roman Theater Temples, donnait un nom. Pour lui, l’exemple le plus abouti de la série est le théâtre de Pompée à Rome, mal connu archéologiquement à son époque18, et un peu mieux par des textes. Entre autres un fameux passage de Tertullien qui, selon Hanson, donne une clé d’explication pour comprendre le pourquoi d’un dispositif architectural si particulier : « Pompée le Grand – seul son théâtre est plus grand – … plaça au-dessus de celui-ci un temple de Vénus. En invitant par un édit le peuple à la dédicace, il ne l’appela pas ‘théâtre’, mais ‘temple de Vénus’, ‘au-dessous duquel, dit-il, nous avons mis des gradins pour les spectacles’ »19. Soulignons-le : alors que la question des « théâtres-temples » italiens s’est progressivement détachée du théâtre de Pompée et déplacée vers le sud (avec Pietrabbondante dans le Samnium, que le livre de 1959 ne pouvait connaître, le temple B étant découvert justement cette année-là20, tandis qu’en Campanie du Nord on a maintenant les cas de Pietravairano, une très belle et toute récente découverte21, et sans doute celui de Teanum22), Hanson part de la ville de Rome pour isoler et décrire un groupe homogène de monuments. C’est en cherchant des précédents au théâtre de Pompée qu’il met en série le sanctuaire de Junon à Gabii, celui de Fortuna Primigenia à Préneste, celui d’Hercule Vainqueur à Tivoli. C’est également parce qu’Hanson pense ses Theater Temples à partir de Rome qu’il accorde une place centrale aux ludi scaenici, introduits dans l’Urbs dès 364, d’après un texte fameux et controversé de Tite-Live23, ou seulement en 191 selon Valerius Antias24 – une erreur manifeste pense-t-on généralement, cette dernière date étant en fait celle de l’institution des Megalesia. Quoi qu’il en soit, Hanson met en valeur le témoignage de Cicéron qui parle « de ces jeux que nos ancêtres ont voulu célébrer aux Megalesia sur le Palatin, devant le temple et sous le regard même de la Mère des Dieux »25. La déesse voit les Jeux ; les spectateurs qui y assistent la voient en retour26. La catégorie des Theater Temples naît ainsi, avant toute analyse architecturale, du rapprochement de deux citations. Pour que les jeux scéniques se déroulent sous le regard des dieux (Cicéron), il faut placer des gradins en contrebas de leurs temples (Tertullien).

  • 27 Pensabene (1996), p. 206. Il est par ailleurs frappant de constater que Pessinonte, d’où vient le c (...)

16La réalité est plus complexe. D’abord, les fouilles de l’angle sud-ouest du Palatin ont révélé que devant le temple avait été édifiée une esplanade sur des substructions d’opus incertum, sans doute pour les spectacles des Megalesia (Pl. XVIIa)27, et non une cavea théâtrale. Et lorsque, en revanche, une cavea existe en avant (et en contrebas) d’un temple, on se rend compte que l’analyse de la visibilité donne des résultats très divers.

  • 28 On laisse ici volontairement de côté le problème des possibles modèles hellénistiques, de Sicile (S (...)
  • 29 AlmagroGorbea (1982), p. 61-63.
  • 30 Visconti (1797), p. 16-18. Le rapprochement avec le théâtre de Pompée est déjà fait : « Il tempio [ (...)
  • 31 Delbrück (1912), p. 5 et suiv.

17Un examen des « théâtres-temples » d’Italie archéologiquement attestés doit commencer par le sanctuaire de Junon à Gabii (Pl. XVIII), considéré comme le plus ancien de la série (vers 160-150 av. J.-C.)28. Toutefois, les fouilles de l’École Espagnole d’Archéologie à Rome, exhaustivement publiées en 1982, n’ont pas touché le secteur supposé du théâtre29, qu’une longue tradition d’études, depuis Ennio Quirino Visconti30, situe devant le temple, où le terrain dessine une dépression semi-circulaire et où auraient été vus des blocs isolés31. L’estimation de la visibilité entre théâtre et temple est donc hautement hypothétique. On sait du moins que ce dernier culminait à une quinzaine de mètres. Un observateur placé au centre du diamètre de la cavea aurait pu voir le fronton et le haut des colonnes dépassant du mur bas percé d’une porte qui séparait le théâtre (s’il existait) du reste du sanctuaire.

  • 32 Coarelli (1982), p. 146. Contra Rous (2010), p. 196 : « the construction of a temporary scaena is m (...)
  • 33 Kähler (1958).
  • 34 Fasolo – Gullini (1953), p. 191 ; contra Coarelli (1987), p. 45. Rakob (1990) revient à l’idée d’un (...)
  • 35 Fasolo – Gullini (1953), pl. XII.
  • 36 Il en aurait existé un, au contraire, devant l’hémicycle ouest de la « terrasse des hémicycles », d (...)
  • 37 On admet aujourd’hui que le « sanctuaire inférieur » n’est autre que le forum (Coarelli [1987], p.  (...)
  • 38 Coarelli (1987), p. 47, fig. 14.
  • 39 Rakob (1990), fig. 24.
  • 40 Fasolo – Gullini (1953), pl. XIII.
  • 41 Rakob (1990), p. 75. Coarelli (1987), p. 56-61 propose une restitution toute différente du temple r (...)

18Le sanctuaire de Fortuna Primigenia à Préneste constitue, malgré sa notoriété, un cas à part, dont certains éléments constitutifs posent problème (Pl. XIX). Avant tout l’hémicycle supérieur à gradins. S’agit-il d’un simple escalier en demi-cercle, complétant et variant le mouvement ascensionnel qui anime l’ensemble de cet imposant sanctuaire à terrasses ? Ou d’une cavea théâtrale sans scène, celle-ci n’étant édifiée qu’à certaines occasions32 ? Le temple rond derrière le portique en arc de cercle in summa cavea est de restitution également difficile : tholos ouverte33 ou rotonde fermée, à un ou deux étages, dépassant ou ne dépassant pas derrière le toit du portique34. À voir certaines restitutions, on a presque l’impression d’un sanctuaire sans temple35 (et d’ailleurs sans autel central36). À tout le moins ce petit temple apparaît-il fortement disproportionné par rapport au système complexe de terrasses qui y mène, en particulier à l’ample « terrazza della cortina ». La publication monumentale de Fasolo et Gullini (1953) a fait l’objet de critiques37. Leurs analyses avaient néanmoins le mérite de poser le problème du champ de vision de l’observateur antique, à toutes les étapes de sa montée vers le temple. Les études postérieures ont également reconnu l’importance de la visibilité pour une appréhension correcte du sanctuaire (Coarelli38, Rakob39). Dans la restitution de ce dernier, une baie vaste et profonde où se logeait un escalier, d’une largeur égale à l’entraxe des colonnes centrales du portique in summa cavea, mettait celui-ci en communication avec la rotonde située derrière (Pl. XIX). Par conséquent, on pouvait voir l’intérieur de celle-ci40 (et la statue dorée au centre, illuminée d’en haut par un oculus dans l’hypothèse Rakob41) depuis le portique, depuis la cavea et même dès qu’on débouchait sur la « terrazza della cortina », à une soixantaine de mètres de là (Pl. XIX) – mais seulement lorsqu’on se trouvait sur l’axe médian du complexe. Inversement, la statue – s’il y en avait une – avait à peu près le même angle de vue que les spectateurs assis sur les gradins.

  • 42 Les inscriptions mentionnant des IVviri situent l’achèvement des travaux après la guerre sociale (I (...)
  • 43 Giuliani (1970) ; Giuliani (1998-1999) ; Giuliani (2004) ; Giuliani (2006).
  • 44 Giuliani (2002), p. 58-80.
  • 45 Ten (2006) ; Giuliani (2006) ; Pintucci (2007).

19Le sanctuaire d’Hercule Vainqueur à Tivoli, un peu plus récent42, a bénéficié ces dernières années de nombreuses études43. Elles ont considérablement enrichi nos connaissances sur ce complexe monumental dont demeurent surtout les imposantes substructions artificielles que traverse en galerie la via Tiburtina. Néanmoins, l’Envoi de rome que Charles-Alphonse Thierry lui consacra en 1863 reste fondamental. Son exactitude et sa beauté ont souvent été soulignées44. La coupe transversale du sanctuaire restitué suggère – sous réserve de vérification avec un relevé moderne – une bonne intervisibilité entre ses parties : on voyait presque en entier la façade octostyle du temple depuis les parodoi, tandis qu’au seuil du pronaos le regard plongeait librement sur la scène (Pl. XX). Cette vue dégagée dans les deux sens s’explique par la position très dominante du temple (stylobate à 8,80 m au-dessus du sol de la terrasse, sommet du fronton à 25 m !) qui s’élève sur un podium lui-même construit sur une première plateforme à laquelle permettait d’accéder un escalier monumental. On notera aussi que cet escalier se trouvait à peu de distance (8 m à peine) de la limite supérieure de la cavea théâtrale, ce qui ne devait guère favoriser la circulation d’une partie à l’autre de la terrasse et vers la plateforme du temple, mais créait en revanche une perspective ascensionnelle, les deux volées de marches, de la plateforme et du podium, se situant dans le prolongement les gradins de la cavea. Cela dit, le théâtre est incontestablement un vrai théâtre, avec sa scène, son décor et sa machinerie, et pas un simple escalier ornemental45.

  • 46 Un autre exemple se trouve peut-être à Rocca Vecchia di Pratella (Campanie, province de Caserte) : (...)
  • 47 D’après les plus hauts blocs d’opus polygonal conservés, tels qu’ils apparaissent sur le relevé de (...)
  • 48 Autre indice, la baie axiale s’ouvrant sur la summa cavea. S’il s’agissait d’une vraie porte sommée (...)

20Le lien visuel entre théâtre et temple s’établit en revanche plus difficilement dans les trois exemples connus en Italie centro-méridionale46. À Pietrabbondante (Pl. XXIb et XXIIa), que voyait du temple celui qui entrait au théâtre par les parodoi latérales, au niveau de l’orchestra ? Tout dépend de la hauteur qu’on restitue pour le mur de soutènement en demi-cercle qui délimite la cavea. Il culmine au minimum à 7 m au-dessus du sol de l’orchestra47 – et, en ce cas, le regard pouvait embrasser toute la façade du temple, depuis la corniche supérieure du podium jusqu’au faîte. Mais d’autres indices, avant tout la pente du parapet de l’analemma sud48, amènent à restituer un mur de soutènement nettement plus haut, culminant à 8,7 m environ au-dessus du sol de l’orchestra – c’est-à-dire, à peu de chose près, au niveau supérieur du podium. À ce compte, la partie inférieure des colonnes du pronaos était masquée.

21Le théâtre-temple de Pietravairano, qui n’a été découvert qu’en 2001 et fait encore aujourd’hui l’objet de fouilles de la part de G. Tagliamonte, est à la fois le plus petit de la série (cavea : 34 m de diam. seulement) et celui qui s’étage sur la plus forte pente (plus de 17 m entre la base de l’édifice de scène et celle du temple) (Pl. XXIIc-d). Comme, de plus, le temple tripartite s’élève sur une terrasse en fort surplomb et nettement en retrait, on ne devait voir, de l’orchestra, que le fronton dépasser. De l’autre côté, depuis le temple, le théâtre demeurait invisible. Il fallait s’avancer jusqu’au rebord de la terrasse pour l’apercevoir. Il devait en être de même à Teanum Sidicinum, malgré des dimensions beaucoup plus importantes. Si l’on s’en tient à la coupe schématique restituée de la première phase du complexe, on ne voyait rien du théâtre depuis le temple, et presque rien du temple depuis l’orchestra (Pl. XXIa et XXIIb).

22En définitive, la formule architecturale reconnaissable entre toutes et apparemment homogène des théâtres-temples recouvre des situations assez différentes en réalité : temples à cella unique ou bien tripartites (Pietrabbondante, Pietravairano), présence ou absence (à Palestrina) d’un pulpitum et d’une frons scaenae, intervisibilité presque totale, partielle ou quasi nulle entre les deux parties du complexe.

  • 49 Une autre proposition, qui remonte elle aussi à Hanson (1959), p. 37-39, consiste à voir dans le bi (...)
  • 50 De même, en Gaule, à Augst, Mandeure… (Brunet-Gaston [2008]). À Rome, le theatrum et proscaenium ad (...)
  • 51 Genainville, Champlieu… Brunet-Gaston (2008). On ajoutera le temple de Janus et le théâtre des « Ha (...)
  • 52 En Italie, le sanctuaire de Castelsecco (Arezzo) ne peut être rangé parmi les « théâtres-temples » (...)

23La fonction pratique des théâtres-temples semble claire : installer un auditoire en contrebas du dieu, tournés l’un et l’autre dans la même direction, regardant la même scène. Étant admis que ce qu’il y a à voir sur cette scène, ce sont des jeux scéniques49, et que ceux-ci font partie du calendrier religieux, les théâtres-temples semblent donc tout simplement conçus pour permettre le déroulement des ludi scaenici au plus proche de la divinité dont c’est la fête. Toutefois, d’autres agencements sont possibles pour organiser cette proximité, comme on l’a vu à propos du Cigognier où théâtre et temple se font face50. Ils peuvent également se disposer différemment l’un par rapport à l’autre : côte à côte, à 90°51, à quelque distance52, etc.

  • 53 Hanson (1959), p. 14-15 et fig. 3.
  • 54 C’est essentiellement la pompa circensis qui est attestée, avec le transport des divinités et de le (...)
  • 55 Suet., Claud., 21 : ludos dedicationis Pompeiani theatri, quod ambustum restituerat, a tribunali po (...)

24L’enfilade théâtre-temple n’est donc qu’une des manières possibles de connecter les deux bâtiments. Elle présente l’avantage d’établir le temple, en majesté, au sommet de la cavea. Hanson va plus loin : si les spectacles ont lieu ante templum, c’est pour être sous le regard même, in ipso conspectu, de la divinité. En réalité, nous l’avons vu, l’intervisibilité entre temple et théâtre le permet rarement, sauf à supposer que la divinité est présente, au moins symboliquement, au fronton de son temple (c’est justement l’hypothèse Hanson dans le cas de la Magna Mater53). Plus généralement on peut sans doute admettre que le temple vaut, par synecdoque, pour la divinité. Qu’il soit visible, même partiellement au-dessus de la cavea, revient à installer la divinité au spectacle, derrière et au-dessus des hommes. Mais il existe aussi une autre solution : supposer que la divinité se déplace pour voir les ludi. S’il en est ainsi, dans certains cas au moins le temple est moins un observatoire que le point de départ d’une procession54. Une analyse différente devrait alors être menée : rechercher quels accès, quels cheminements mettent en communication le théâtre et le temple, en permettant la circulation des personnes et pas seulement le passage du regard. Là aussi, différentes solutions existent : rampes latérales (Pietravairano, Teano) ou escalier axial (Pietrabbondante, le théâtre de Pompée à Rome55, et peut-être Gabii). En définitive (et comme pour le Cigognier dont il a été question plus haut), c’est en prenant en compte à la fois les contraintes de visibilité et de circulation qu’on peut tenter de restituer, jusque dans le détail, non seulement la fonction de ces complexes mais encore la perception qu’on en avait.

Bibliographie

M. Almagro-Gorbea (éd.), El Santuario de Juno en Gabii. Excavaciones 1956-1969, Madrid-Rome, 1982 (Bibliotheca Italica de la Escuela Española de Historia y Arqueología en Roma, 17).

A. Balasco, « Il teatro-santuario di Teano. Il complesso architettonico nella fase tardo ellenistica ed augustea », in F. Sirano (éd.), Il teatro di Teanum Sidicinum. Dall’antichità alla Madonna delle Grotte, Teano, 2011, p. 71-86.

Ph. Bridel, Le Sanctuaire du Cigognier, Lausanne, 1982 (Cahiers d’archéologie romande, 22. Aventicum, 3).

— , L’Amphithéâtre d’Avenches, Lausanne, 2004 (Cahiers d’archéologie romande, 96. Aventicum, 13.).

— , G. Matter, « Sanctuaire du Cigognier, théâtre antique et temples du Lavoëx : un cas particulier ? », in D. Castella, M.-F. Meylan Krause (dir.), Topographie sacrée et rituels. Le cas d’Aventicum, capitale des Helvètes, Bâle, 2008, p. 51-58.

V. Brunet-Gaston, « Temple et théâtre en Gaule : une relation architecturale complexe », in D. Castella, M.-F. Meylan Krause (dir.), Topographie sacrée et rituels. Le cas d’Aventicum, capitale des Helvètes, Bâle, 2008, p. 283-286.

D. Caiazza, « Il problema della civiltà sannita » in D. Caiazza (éd.), Safinim. Studi in onore di Adriano La Regina per il premio I Sanniti, Piedimonte Matese, 2004, p. 39-51.

A. Cherici, « Una nota sul santuario etrusco di Castelsecco (Arezzo) », in Παλαια φιλια. Studi di topografia antica in onore di Giovanni Uggeri, Galatina, 2009, p. 357-370.

F. Coarelli, Lazio (Guide archeologiche Laterza), Rome/Bari, 1982.

— , I santuari del Lazio in età repubblicana, Rome, 1987.

— , Il Campo Marzio. Dalle origini alla fine della Repubblica, Rome, 1997a.

— , « Le théâtre de Pompée », Dialogues d’Histoire Ancienne 23/2 (1997b), p. 105-124.

A. Degrassi, « Epigraphica, 4. Quando fu costruito il santuario della Fortuna Primigenia di Palestrina ? », MemLinc 14 (1969-70), p. 111-141.

S. De Caro, « Mensa di altare ad Apollo da un tribuno della plebe di Teanum Sidicinum », in Studi sull’Italia dei Sanniti, Milan, 2000, p. 223.

— , La Terra nera degli antichi Campani. Guida archeologica della provincia di Caserta, Naples, 2012.

S. Delbarre-Bärtschi, « Les mosaïques du forum d’Aventicum (Avenches, Suisse) », in J. Boislève, K. Jardel, G. Tendron (éd.), Décor des édifices publics civils et religieux en Gaule durant l’antiquité, Ier – IVe siècles. Peinture, mosaïque, stuc et décor architectonique. Actes du colloque de Caen, 7-8 avril 2011, Caen, 2012, p. 63-75.

R. Delbrück, Hellenistische Bauten in Latium, Strasbourg, 1907.

F. Fasolo, G. Gullini, Il santuario della Fortuna Primigenia a Palestrina, Rome, 1953.

M. Fincker, F. Tassaux, « Les grands sanctuaires ruraux d’Aquitaine et le culte impérial », Mélanges de l’École Française de Rome. Antiquité 104 (1992), p. 41-76.

M. Fuchs, « Décors officiels à Avenches et à Nyon (Suisse) », dans J. Boislève, K. Jardel, G. Tendron (éd.), Décor des édifices publics civils et religieux en Gaule durant l’antiquité, Ier – IVe siècles. Peinture, mosaïque, stuc et décor architectonique. Actes du colloque de Caen, 7-8 avril 2011, Caen, 2012, p. 447-465.

C.F. Giuliani, Tibur. Pars prima, Rome, 1970 (Forma Italiae, Regio I, 7).

— , « Il linguaggio di una grande architettura. Il santuario tiburtino di Ercole Vincitore », Atti della Pontificia Accademia romana di archeologia. Rendiconti 71 (1998-99), p. 53-110.

— , « Charles-Alphonse Thierry (1830-1907), temple d’Hercule à Tivoli, 1863 », in Italia Antiqua. Envois de Rome des architectes française en Italie et dans le monde méditerranéen aux XIXe et XXe siècles, Paris, 2002, p. 58-80.

— , Tivoli. Il santuario di Ercole Vincitore, Tivoli, 2004.

— , « Problemi di interpretazione del santuario di Ercole Vincitore a Tivoli », in Lazio e Sabina, 3. Terzo incontro di studi sul Lazio e la Sabina. Atti del convegno, Roma 18- 20 novembre 2004, Rome, 2006, p. 23-28.

P. Gros, Architecture et société à Rome et en Italie centro-méridionale aux deux derniers siècles de la république, Bruxelles, 1978.

— , L’Architecture romaine. 1. Les monuments publics, Paris, 1996.

J.A. Hanson, Roman theater-temples, Princeton, 1959.

M.-C. Hellmann, L’Architecture grecque. 2. Architecture religieuse et funéraire, Paris, 2006.

H. Kählern, « Das Fortunaheiligtum von Palestrina-Praeneste », Annales Univ. Saraviensis 7 (1958), p. 189-240 (= Studi su Praeneste, Pérouse, 1978, p. 219-272).

W. Johannowsky, « Relazione preliminare sugli scavi di Teano », Bollettino d’Arte 48 (1963), p. 131-165.

— , « La situazione in Campania », dans P. Zanker (éd.), Hellenismus in Mittelitalien. Kolloquium in Göttingen vom 5. bis 9. Juni 1974, Göttingen, 1976, p. 267-288.

A. LA Regina, (F. Coarelli), Abruzzo Molise (Guide archeologiche Laterza), Rome/Bari, 1984.

G. Maetzke, « Il santuario etrusco italico di Castelsecco (Arezzo) », Atti della Pontificia Accademia romana di archeologia. Rendiconti 55-56 (1982-84), p. 35-53.

G. Matter, Das römische Theater von Avenches-Aventicum. Baugeschichte, kulturhistorische Aspekte, Lausanne, 2009 (Cahiers d’archéologie romande, 114. Aventicum, 15).

I.H. Mert, « Der Theater-Tempelkomplex von Stratonikeia », in Patris und Imperium. Kulturelle und politische Identität in den Städten der römischen Provinzen Kleinasiens in der frühen Kaiserzeit, Leuven, 2002, p. 187-203.

M.-F. Meylan Krause, S. Bosse Buchanan, « Des dieux et des hommes. Cultes et rituels dans les sanctuaires d’Aventicum », in D. Castella, M.-F. Meylan Krause (dir.), Topographie sacrée et rituels. Le cas d’Aventicum, capitale des Helvètes, Bâle, 2008, p. 59-78.

A. Monterroso Checa, Theatrum Pompei. Forma y arquitectura de la génesis del modelo teatral de Roma, Madrid, 2010.

— , « Aller aux théâtres antiques de Rome, les contourner et les traverser. Entre architecture, viabilité et cérémonial », Histoire urbaine 38 (2013), p. 19-36.

J. Morel, P. Blanc, « Les sanctuaires d’Aventicum. Évolution, organisation, circulations », in D. Castella, M.-F. Meylan Krause (dir.), Topographie sacrée et rituels. Le cas d’Aventicum, capitale des Helvètes, Bâle, 2008, p. 35-50.

J. Morel, S. Bujard, D. Castella et al., Le Palais de Derrière la Tour à Avenches, 1. Bilan de trois siècles de recherches. Chronologie, évolution architecturale, synthèse, Lausanne, 2010 (Cahiers d’archéologie romande, 117).

J.E. Packer, « Drawing Pompey. Three centuries of documenting Pompey’s Theater (1833-2006) », in A. Leone, D. Palombi, S. Walker (éd.), Res bene gestae. Ricerche di storia urbana su Roma antica in onore di Eva Margareta Steinby, Rome, 2007, p. 257-278.

— , M.C. Gagliardo, J.N. Hopkins, « The Theater of Pompey in 2009. A new excavation », Bollettino della commissione archeologica comunale di Roma 111 (2010), p. 71-96.

P. Pensabene, « Magna Mater, aedes », in E.M. Steinby (éd.), Lexicon Topographicum Urbis Romae, III, Rome, 1996, p. 206-208.

A. Pintucci, « La ricostruzione della decorazione architettonica del teatro del santuario di Ercole Vincitore a Tivoli », in Lazio e Sabina, 4. Quarto incontro di studi sul Lazio e la Sabina. Atti del convegno, Roma 29-31 maggio 2006, Rome, 2007, p. 47-50.

A. DE Pury-Gisel, « Aventicum, capitale des Helvètes », in D. Castella, M.-F. Meylan Krause (dir.), Topographie sacrée et rituels. Le cas d’Aventicum, capitale des Helvètes, Bâle, 2008, p. 21-33.

F. Rakob, « Die Rotunde in Palestrina », Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts. Römische Abteilung 97 (1990), p. 61-92.

A.K. Rieger, « Lokale Tradition versus überregionale Einheit : der Kult der Magna Mater », in C. Bonnet, S. Ribichini, D. Steuernagel (éd.), Religioni in contatto nel Mediterraneo antico : modalità di diffusione e processi di interferenza, Pise/Rome, 2007, p. 89-120.

B.D. Rous, Triumphs of compromise : an analysis of the monumentalisation of sanctuaries in Latium in the late republican period (second and first centuries BC), Amsterdam, 2010 (dissertation on line).

F. Sirano, A. Balasco, H.J. Beste et al., « Il teatro di Teanum Sidicinum. Attraverso un progetto di rivalutazione », Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts. Römische Abteilung 109, 2002, p. 317-336.

F. Sirano (éd.), Il teatro di Teanum Sidicinum. Dall’antichità alla Madonna delle Grotte, Teano, 2011.

M.J. Strazzulla, Il santuario sannitico di Pietrabbondante, Rome, 1971.

G. Tagliamonte, « Un bollo laterizio dal santuario del Monte San Nicola di Pietravairano », dans Corollari. Scritti di antichità etrusche e italiche in omaggio all’opera di Giovanni Colonna, Pise, 2011, p. 232-235.

— , « Il santuario del Monte San Nicola a Pietravairano », Annali della Fondazione per il Musea Claudio Faina 19 (2012), p. 465-483.

— , « Le sanctuaire de Monte San Nicola à Pietravairano », Revue Archéologique (bull. de la Société Française d’Archéologie Classique), sous presse.

A. Ten, « Le recenti acquisizioni nel teatro del santuario di Ercole Vincitore a Tivoli », in Lazio e Sabina, 3. Terzo incontro di studi sul Lazio e la Sabina. Atti del convegno, Roma 18-20 novembre 2004, Rome, 2006, p. 29-32.

G. Tosi, « La tipologia del teatro-tempio : un problema aperto », in ead. (dir.), Gli edifici per spettacoli nell’Italia romana, Rome, 2003, p. 721-750.

E.Q. Visconti, Monumenti gabini della Villa Pinciana, Rome, 1797.

M. Waelkens, « The Imperial Sanctuary at Pessinus. Archaeological, Epigraphical and Numismatic Evidence for its Date and Identification », Epigraphica Anatolica 7 (1986), p. 37-73.

Notes

1 Cette partie est due à F. Fouriaux.

2 Bridel (1982) ; Bridel – Matter (2008). Sur le statut de la ville, la datation de sa parure monumentale et particulièrement celle du sanctuaire du Cigognier au sein du « quartier religieux occidental », voir infra, n. 7-9.

3 Celui-ci a été créé à l’aide de données fournies par le Site et le Musée Romain d’Avenches que nous remercions vivement : le plan des structures archéologiques de l’ensemble de la ville et le MNT de la zone (avec une résolution de 3 m). Afin d’étendre la zone de calcul nous avons téléchargé un MNT (résolution 200 m) étendu du territoire suisse (http://www.swisstopo.admin.ch).

4 Disponibles sur le site http://retro.seals.ch.

5 Pury-GISEL (2008), p. 29.

6 Datation dendrochronologique : Bridel (1982), p. 181-183.

7 Bien entendu, tous ces monuments n’apparaissent que progressivement : le forum se développe de l’époque tibérienne au IIe s. de notre ère (Fuchs [2012], p. 458-462 ; Delbarre-Bärtschi [2012]) ; la monumentalisation du « quartier religieux occidental » est graduelle, depuis l’érection du temple de Derrière la Tour et du temple rond (mi-Ier s. de notre ère), puis de celui de la Grange des Dîmes et du Cigognier à la fin du siècle, enfin, autour de 164, des temples et de l’enclos du Lavoëx (Morel – Blanc [2008], p. 37-50) ; le théâtre date du début du IIe s. (Matter [2009]), c’est-à-dire qu’il fait partie du même programme architectural que le Cigognier, malgré des différences dans les techniques de construction, et dans le degré d’adhésion aux modèles romains ; l’amphithéâtre, édifié vers 130, s’agrandit dans la 2e moitié du siècle (Bridel [2004]) ; le palais de Derrière la Tour atteint son apogée au IIIe s., à partir d’une demeure préexistante (Morel – Bujard – Castella et al. [2010]).

8 Trois baies seulement sont restituées, et pas de fenêtres : l’entrée principale au sud, deux entrées secondaires pourvues d’escaliers à l’est et à l’ouest : Bridel (1982), pl. 107.

9 Hellmann (2006), p. 196-199 ; Gros (1996), p. 216-219.

10 Bridel (1982), p. 147-151 ; Gros (1996), p. 169-170. Cette filiation supposée pose cependant des problèmes. Non seulement on sait que le forum de Vespasien a aussi été un modèle pour des bibliothèques monumentales (avant tout celle d’Hadrien à Athènes, également siège de la province d’Achaïe : Gros (1996), p. 365-366, fig. 418-419 – d’ailleurs le templum Pacis abritait une bibliothèque : Gell., XVI, 8, 2), mais encore l’exèdre axiale de plain-pied du forum de Vespasien à Rome ne devait pas du tout produire le même effet visuel que le temple du Cigognier élevé sur un haut podium avec escalier d’accès frontal. Au Cigognier, l’absence de communication entre portique et cour centrale est une autre particularité (Bridel – Matter [2008], p. 54 ; voir ci-dessous).

11 Selon la restitution de Bridel (1982), p. 51-52 ; 118 ; pl. 104, 2.

12 C’est là qu’a été trouvé l’autel portant une dédicace à Mars Caturix (AE 1946, 238) : Meylan Krause – Bosse Buchanan (2008), p. 74.

13 Bridel – Matter (2008), p. 54, qui parle d’un « véritable theatron, qui peut recevoir près de 1200 spectateurs ».

14 Supra, n. 8.

15 Fincker – Tassaux (1992), p. 57-62 ; Brunet-Gaston (2008).

16 Fincker – Tassaux (1992), p. 68.

17 Cette partie est due à O. de Cazanove.

18 Le point sur les incertitudes concernant la documentation ancienne (Canina, Baltard) autour du théâtre de Pompée et du temple de Vénus Victrix est utilement fait par Tosi (2003), p. 724-735, qui souligne l’« anomalie » d’une aedes « culminant à plus de 40 m de haut » (p. 733). Depuis 2003, toutefois, la situation a radicalement changé, grâce à de nouveaux sondages qui ont confirmé la fiabilité de ceux de Baltard (Packer [2007] ; Packer – Gagliardo – Hopkins [2010]), mais aussi grâce à une monographie (Monterroso Checa [2010]) qui, en déplaçant ailleurs un fragment de la Forma Urbis qu’on croyait jusqu’ici être pertinent au complexe de Pompée, propose de replacer l’aedes Veneris (et les cultes associés) dans l’espace même de la cavea.

19 Tertullien, Des spectacles, 10, 5 : Pompeius Magnus solo theatro suo minor… Veneris aedem superposuit et ad dedicationem edicto populum vocans non theatrum sed Veneris templum nuncupavit cui subiecimus inquit gradus spectaculorum.

20 Strazzulla (1971), p. 9.

21 Tagliamonte (2011) ; Tagliamonte (2012) ; Tagliamonte (sous presse).

22 L’hypothèse qu’un temple dominait le théâtre de Teanum – tous deux entièrement édifiés sur des substructions artificielles à la fin du iie s. avant notre ère – est en circulation depuis la fouille de 1960 : Johannowsky (1963), p. 152 et suiv. ; Johannowsky (1976), p. 272 et suiv. et fig. p 271 ; Gros (1978), p. 44 ; SIrano et al. (2002) ; Balasco (2011), p. 74-76. On a même proposé de l’attribuer à Apollon (De Caro [2012], p. 196), une dédicace sur table d’autel à Apollon (début IIe s. av. J.-C.) ayant été trouvée, sans doute en remploi, dans la frons scaenae sévérienne du théâtre (De Caro [2000], p. 223).

23 Liv., VII, 2, 3. La bibliographie, énorme, ne peut être résumée ici.

24 Ap. Liv., XXXVI, 36, 4.

25 Cic., La réponse des haruspices, 12 : de illis ludis… quos in Palatio nostri maiores ante templum in ipso Magnae Matris conspectu Megalesibus fieri celebrarique uoluerunt.

26 Hanson (1959), p. 15.

27 Pensabene (1996), p. 206. Il est par ailleurs frappant de constater que Pessinonte, d’où vient le culte romain de la Magna Mater, possède un theatron à pans coupés juste au-dessous d’un temple (Waelkens [1986]) (Pl. XVIIb). Mais celui-ci est daté de la 1re moitié du Ier s. de notre ère (il recouvre toutefois des structures antérieures d’époque hellénistique) et il est hypothétiquement attribué au culte impérial – sur de faibles indices, fait remarquer Rieger (2007). Pour elle, le temple associe Cybèle et les Divi. Il témoignerait d’un transfert à rebours, d’une réimportation du culte romain de la déesse dans sa région d’origine. S’il y a eu aussi transfert de la formule architecturale théâtre-temple, on peut au moins se demander dans quel sens il s’est effectué : de ou vers Rome ?

28 On laisse ici volontairement de côté le problème des possibles modèles hellénistiques, de Sicile (Syracuse) ou d’Asie Mineure (plus qu’à Pergame ou Mitylène, souvent cités, on pensera à Stratonicée, mais avec un temple augustéen à bien 50 m du koilon : Mert (2002) ; voir aussi note précédente ; ici Pl. XVIIc). On ne prend pas non plus en considération dans cet article les réalisations d’époque impériale – pour la plupart déjà citées par Hanson (1959) ; réexamen critique dans Tosi (2003) – qui combinent de diverses manières cavea et aedes (ou simple exèdre) in summa cavea.

29 AlmagroGorbea (1982), p. 61-63.

30 Visconti (1797), p. 16-18. Le rapprochement avec le théâtre de Pompée est déjà fait : « Il tempio […] doveva sollevarsi maestosamente su i gradi sottoposti, come sorgeva quel di Venere Genitrice sulla scalinata semicircolare del teatro Pompejano. »

31 Delbrück (1912), p. 5 et suiv.

32 Coarelli (1982), p. 146. Contra Rous (2010), p. 196 : « the construction of a temporary scaena is made more difficult by the height difference between the terrace on which the cavea is built and the lower piazza della cortina from which the cavea could be reached. It is therefore unlikely that actual theatrical performances were staged here. »

33 Kähler (1958).

34 Fasolo – Gullini (1953), p. 191 ; contra Coarelli (1987), p. 45. Rakob (1990) revient à l’idée d’une rotonde basse à coupole reposant sur de puissantes fondations, invisible depuis la terrazza della cortina.

35 Fasolo – Gullini (1953), pl. XII.

36 Il en aurait existé un, au contraire, devant l’hémicycle ouest de la « terrasse des hémicycles », dont on ne conserve que les fondations ; des ossements de petits animaux proviendraient du même secteur : Fasolo – Gullini (1953), p. 147 et pl. VI.

37 On admet aujourd’hui que le « sanctuaire inférieur » n’est autre que le forum (Coarelli [1987], p. 38-41). Quant à la datation traditionnelle – syllanienne (depuis Delbrück [1907]) — , elle avait été déjà remise en cause par Fasolo – Gullini (1953), qui placent la construction du sanctuaire « poco dopo la metà del II sec. a. C. » (p. 322). Il reviendra à Degrassi (1969) de la fixer définitivement au dernier quart du IIe s. avant notre ère (cf. aussi Coarelli [1987], p. 61-66).

38 Coarelli (1987), p. 47, fig. 14.

39 Rakob (1990), fig. 24.

40 Fasolo – Gullini (1953), pl. XIII.

41 Rakob (1990), p. 75. Coarelli (1987), p. 56-61 propose une restitution toute différente du temple rond.

42 Les inscriptions mentionnant des IVviri situent l’achèvement des travaux après la guerre sociale (ILLRP, 679-680).

43 Giuliani (1970) ; Giuliani (1998-1999) ; Giuliani (2004) ; Giuliani (2006).

44 Giuliani (2002), p. 58-80.

45 Ten (2006) ; Giuliani (2006) ; Pintucci (2007).

46 Un autre exemple se trouve peut-être à Rocca Vecchia di Pratella (Campanie, province de Caserte) : Tagliamonte (sous presse).

47 D’après les plus hauts blocs d’opus polygonal conservés, tels qu’ils apparaissent sur le relevé de B. Di Marco (Strazzulla [1970]).

48 Autre indice, la baie axiale s’ouvrant sur la summa cavea. S’il s’agissait d’une vraie porte sommée d’un linteau, et non un simple passage entre deux murets, la hauteur minimale du mur de soutènement était de 7,8 m. D’un autre côté, la marche supérieure de ce passage axial se trouve seulement 5,30 m plus haut que le sol de l’orchestra. Il faut, ou bien restituer d’autres marches (même si les murs d’échiffre ne se prolongent pas), ou bien supposer des gradins de bois sur la faible pente du sol de la cavea.

49 Une autre proposition, qui remonte elle aussi à Hanson (1959), p. 37-39, consiste à voir dans le binôme curie-comitium (Cosa, Paestum, Rome… et, depuis Hanson, Alba Fucens et Fregellae) un autre modèle possible du couplage temple-cavea. Elle a particulièrement été reprise par LA Regina (1984), p. 254-255, pour Pietrabbondante. Et cependant le théâtre de Pietrabbondante (comme la majorité des autres théâtres examinés dans cet article) possède les caractéristiques essentielles d’un édifice de spectacle et doit en avoir été un avant tout, même si d’autres usages ne peuvent ponctuellement être exclus.

50 De même, en Gaule, à Augst, Mandeure… (Brunet-Gaston [2008]). À Rome, le theatrum et proscaenium ad Apollinis (Liv., XL, 51, 3) est d’habitude restitué tournant le dos au temple d’Apollon, comme le fera plus tard le théâtre de Marcellus (Coarelli [1997a], p. 364, fig. 74). Mais on a récemment proposé qu’il lui ait fait face (Monterroso Checa [2013], p. 25, fig. 3).

51 Genainville, Champlieu… Brunet-Gaston (2008). On ajoutera le temple de Janus et le théâtre des « Hauts du Verger » à Autun hors-les-murs, le temple et le théâtre de Sanxay, etc.

52 En Italie, le sanctuaire de Castelsecco (Arezzo) ne peut être rangé parmi les « théâtres-temples » parce que les deux édifices ne sont pas assez près l’un de l’autre (Maetzke [1982- 1984] ; Cherici [2009]).

53 Hanson (1959), p. 14-15 et fig. 3.

54 C’est essentiellement la pompa circensis qui est attestée, avec le transport des divinités et de leurs attributs sur des fercula et des tensae tandis que pour les autres sortes de ludi, on en est réduit aux extrapolations : voir toutefois récemment, pour les processions au théâtre, Letellier (2013), p. 57-59.

55 Suet., Claud., 21 : ludos dedicationis Pompeiani theatri, quod ambustum restituerat, a tribunali posito in orchestra, commisit, cum prius apud superiores aedes supplicasset, perque mediam caueam sedentibus ac silentibus cunctis descendisset, « lors des jeux célébrés pour la dédicace du théâtre de Pompée, qu’il avait restauré après sa destruction partielle par le feu, il siégea sur un tribunal dressé dans l’orchestre, après avoir offert un sacrifice dans les temples de l’étage supérieur, d’où il descendit par le milieu des gradins, tous les spectateurs restant assis et gardant le silence » (trad. H. Ailloud, CUF). Cf. Coarelli (1997b), p. 117 ; Monterroso Checa (2010), p. 267-270.

© Presses universitaires de Liège, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search