Version classiqueVersion mobile

Le Bestiaire d’Héraclès

 | 
Corinne Bonnet
, 
Colette Jourdain-Annequin
, 
Vinciane Pirenne-Delforge

Héraclès et le bœuf. (Pl. XXXIV-XXXVIII)

Colette Jourdain-Annequin

Texte intégral

  • 1 Contrairement à l’adversaire du dodécathlos, le taureau de Crète (dont il ne sera pas question ici (...)

1C’est bien – comment ne pas en être convaincu en arrivant au terme de ce colloque – tout un bestiaire que la geste héracléenne fait graviter autour du héros, de l’adversaire monstrueux – ou simplement merveilleux – à l’animal auquel, manifestement, il s’identifie. Et si le lion paraît bien, nous l’avons vu, être l’un et l’autre à la fois, le bœuf, lui, n’est rien de tout cela1. Il est le compagnon d’Héraclès au long des routes qu’inlassablement il arpente, il est aussi la victime promise au sacrifice, ou bien encore, plus prosaïquement, le repas du héros, celui que l’Alcide dételle et dévore sans autre forme de procès…

2Figurant polysémique, donc, dans un cycle héroïque que l’activité mytho-poïétique des Grecs n’a cessé d’enrichir, le bœuf est là, dès nos premiers textes, et reste une donnée importante jusque dans les aventures – et le culte – du dieu romain. C’est cette permanence, cette complexité aussi qui m’ont retenue. Pourquoi le bœuf ? Telle n’est peut-être pas la question majeure pour notre propos mais bien plutôt celle de l’usage qu’en faisait Héraclès. Que veulent dire les Grecs lorsqu’ils invoquent Héraclès « qui dévore les génisses » ? Les aime-t-il comme les aiment les dieux ou les mange-t-il comme le font les hommes ? Et ces images qui représentent Héraclès et le bœuf, font-elles allusion au mythe ou parlent-elles du culte ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles nous tenterons de répondre sans prétendre faire autre chose que jeter quelques jalons et peut-être quelques interrogations supplémentaires sur ce parcours apparemment familier d’Héraclès et du bœuf.

I – « … le jour où il poussa ces bœufs au large front vers la sainte Tirynthe… » Hésiode, Théogonie, 291-292.

  • 2 C. Jourdain-Annequin, Héraclès aux portes du soir, Paris-Besançon, 1989.

3Il me paraît indispensable de revenir à une séquence majeure, et ancienne, de la geste du héros : la quête des bœufs de Géryon. Je me permettrai de passer rapidement sur un sujet que j’ai longuement développé ailleurs2 et ne ferai que rappeler ici quelques points essentiels.

  • 3 W. Burkert, Le mythe de Géryon : perspectives préhistoriques et tradition rituelle, in Il mito gre (...)

4Il y a dans le mythe de Géryon – Walter Burkert l’a d’ailleurs souligné avant moi3 – trois thèmes majeurs :

  • celui du voyage vers l’Occident, vers cette brumeuse Érythie où s’arrêtent les frontières du monde connu, où se croisent le jour et la nuit.
  • celui du combat contre Géryon, le monstre tricéphale, monstre infernal, figure bien reconnue aussi des initiations indo-européennes.
  • il y a enfin la capture du bétail, de ces bœufs – ou de ces vaches – « à la démarche torse » qu’Héraclès doit ramener vers Tirynthe, tout au long d’une marche pleine de péripéties qui fait d’abord et avant tout de lui, on ne saurait l’oublier, un bouvier soucieux de l’intégrité de son troupeau.

5I.1. – Si j’insiste sur ce point, c’est parce que la représentation donnée de cette séquence se limite souvent, conformément au topos du héros combattant, à la seule lutte contre le monstre triple. Or les troupeaux sont au contraire très présents sur les premières images conservées de cet exploit occidental. Deux exemples suffiront à le prouver :

  • la première représentation figurée de l’épisode est, semble-t-il, celle que donne une pyxide proto-corinthienne du Phalère conservée au British Museum et datée de 680-670 par T.J. Dunbabin, mais du milieu du viie siècle seulement par M. Robertson4. Héraclès y lutte (avec son arc) contre Géryon (3 têtes mais aussi, selon toute vraisemblance, trois paires de jambes). Toute la partie arrière de la frise est occupée par les troupeaux (fig. 1).
  • le deuxième exemple provient – c’est intéressant – de l’Héraion de Samos. Il s’agit d’une plaque de bronze, retrouvée brisée en trois fragments entre le grand autel et la mer et publiée en 1985 par Philip Brize5. Élément de bouclier, ou plutôt d’un très grand pectoral – tel que pourrait en porter un cheval – elle faisait manifestement partie d’un ensemble votif.
  • 6 Ph. Brize s’interrogeant sur de possibles modèles exclut Stésichore (d’autant plus impérativement (...)

6La scène représente, dans sa partie centrale, le combat d’Héraclès contre le monstre triple (trois têtes, comme l’imaginait Hésiode dès la fin du viiie siècle, mais une seule paire de jambes). C’est au corps à corps et à l’épée qu’Héraclès, abandonnant son arc (seul le carquois est représenté), achève Géryon après avoir tué – toujours comme chez Hésiode – le chien Orth(r)os et Eurytion le bouvier (Théogonie, 293-294). À gauche s’éloignent les troupeaux, dans une composition qui utilise à merveille l’espace s’amenuisant de la plaque de bronze et que rythme le jeu des têtes du bétail qui, tournées alternativement vers l’avant, puis l’arrière donnent une unité remarquable à la scène (fig. 2). L’auteur date ce chef-d’œuvre de la toreutique du dernier quart du viie siècle et l’attribue à un atelier samien6.

  • 7 Amphore à col de Vulci (Cabinet des Médailles 202). Cf. Jourdain-Annequin, op. cit. (n. 2), p. 476 (...)
  • 8 Bas-relief de la collection Cesnola, conservé à New-York. Cf. Jourdain-Annequin, op. cit. (n. 2), (...)
  • 9 Paus., III, 18, 13.

7On trouvera, bien sûr, d’autres exemples tant en Occident (avec la très belle amphore à col conservée au cabinet des médailles où le triple Géryon est figuré ailé comme dans le poème de Stésichore7) qu’à Chypre, avec le bas relief sculpté sur la base du colosse d’Athiénau où le troupeau, en rangs serrés, occupe à lui seul tout le registre inférieur de la représentation8. Quant à Pausanias, il laisse entendre qu’en Laconie, c’est encore « Héraclès emmenant les bœufs de Géryon » que Bathyclès avait choisi pour illustrer l’exploit du héros sur le trône d’Apollon à Amyclées9.

8Il reste que si le trésor des Athéniens dédié à Delphes après la bataille de Marathon développe encore le thème des troupeaux sur trois des six métopes consacrées à l’épisode, le temple de Zeus à Olympie impose bientôt sa représentation canonique en réservant l’espace sculpté d’une seule métope aux protagonistes du drame : Héraclès et Géryon. Les troupeaux ont tout simplement disparu.

  • 10 Photius, patriarche de Constantinople eut entre les mains au ixe s. une copie de la Bibliothèque e (...)

9I. 2. – Si le thème d’un Héraclès bouvier est ainsi très présent au début de l’archaïsme – et ce, d’une rive à l’autre de la Méditerranée – il est non moins manifeste que, progressivement, on tend à l’oublier. Pourtant, on retrouve ce lien d’Héraclès et des troupeaux dans le texte d’Apollodore, « très proche des plus anciens récits des Grecs », comme le dit Photius10.

  • 11 Cf. ici même la communication de Paolo Scarpi (p. 231-240) et la deuxième partie de ma thèse, op. (...)
  • 12 Apollod., Bibl., II, 63-64 – II, 4, 9.

10L’Héraclès d’Apollodore a déjà été évoqué11, j’irai donc très vite. Dès son plus jeune âge le héros trop violent (il vient de tuer Linos, son maître de musique !) doit quitter le palais de son père qui l’envoie « auprès de ses troupeaux de bœufs »12. C’est là qu’il grandit et qu’à dix-huit ans il tue son premier lion, celui du Cithéron, qui ravageait le bétail d’Amphitryon et de son voisin Thestius.

  • 13 Mon Héraclès en donne de multiples exemples p. 478-487 ou, sur le problème particulier du « travai (...)

11Je n’insiste pas, mais c’est bien en protecteur des troupeaux que, dans la Bibliothèque, Héraclès fait ses débuts dans la vie; protecteur des troupeaux, il le reste dans ses travaux péloponnésiens, y compris chez Augias où comme un valet de ferme et pour un misthos, – la dîme du bétail, ne l’oublions pas – il se voit confier les plus sales besognes13.

  • 14 Theocrite, Idylle 25, 85-95.

12Certes les Grecs répugnent à représenter – et même à raconter – cet exploit qu’ils jugent indigne du fils de Zeus et seule survit véritablement – l’Idylle 25 de Théocrite en est la preuve – l’habitude d’évoquer, avec le héros, l’image des troupeaux : pas un mot chez Théocrite du nettoyage des étables, pas un mot du misthos, mais une longue et poétique évocation du bétail du roi d’Élide qu’un vieux pasteur passe en revue en compagnie d’Héraclès : ils voient ainsi rentrer vers les étables « des myriades de bœufs… comme se pourchassent sans fin sur la mer, soulevées par la violence du vent, une vague après l’autre… »14.

13Protecteur des troupeaux (et pour cette raison même maître des fauves) Héraclès, dans une certaine mesure, le restera pour toute l’antiquité. C’est encore ainsi que l’évoque Archias dans l’Anthologie de Planude (92) : « dans les champs de Némée, ne tremblez plus, paysans, au profond rugissement du lion qui dévore les taureaux; le voilà terrassé : Héraclès le champion (‘Hρακλῆος άριστάθλοιο) lui a serré la gorge dans ses bras tueurs de fauves ».

  • 15 Pour cette analyse du retour d’Héraclès avec les bœufs de Géryon chez Apollodore (et la comparaiso (...)

14I. 3. – Mais c’est, bien sûr, dans la quête des bœufs de Géryon qu’Héraclès est présenté comme le bouvier par excellence, serviteur consciencieux et soucieux de ne perdre aucune de ses bêtes. Car, si l’on s’en tient au texte d’Apollodore, telle paraît bien être sa seule préoccupation… une préoccupation qui suffit à expliquer tous les épisodes de son retour mouvementé15 :

15C’est parce que dans la Ligurie Ialébion et Dercynos (ici donnés comme fils de Poseidon) voulaient lui enlever ses vaches pourpres qu’ils sont tués par Héraclès; c’est parce qu’à Messine un taureau se détache et traverse le détroit à la nage qu’Héraclès, à sa suite, passe en Sicile; c’est encore parce que ce même taureau a été mêlé à ses propres troupeaux par Éryx que, pour le récupérer, le héros affronte à la lutte le roi des Élymes et le terrasse… Et c’est, en définitive, avec beaucoup de difficultés provoquées tant par le Strymon que par Héra elle-même, qu’il ramène à Eurysthée ce qu’il restait des bêtes qu’il avait conquises de haute lutte.

Π – « … Il ramena ses vaches et les donna à Eurysthée qui les sacrifia à Héra… » APOLLODORE, II, 112.

16C’est encore l’exploit contre Géryon qui permet de faire le lien entre le héros, les animaux qu’il vient de dérober et le sacrifice.

17II. 1. — Apollodore, sur ce point est très clair : au terme de son voyage dans l’île brumeuse de Géryon Héraclès remet le bétail à Eurysthée. Ce dernier le sacrifie à Héra, la marâtre d’Héraclès avec laquelle, pourtant, tant de liens l’unissent aussi bien dans l’étymologie que dans le mythe… Un sacrifice «logique» si l’on songe que la grande déesse d’Argos est aussi la maîtresse de la terre riche en bœufs, qu’à Euboia, précisément, on la surnomme « boopis potnia Here », qu’elle est surtout grande consommatrice de bovins puisque sa fête, les Hécatombaia, conserve le souvenir des hécatombes qui lui étaient consacrées.

18C’est donc en pourvoyeur du sacrifice qu’apparaît l’Héraclès d’Apollodore.

  • 16 Apollod., II, 112.
  • 17 Pour la valeur du terme admetes, on se reportera à L. Kahn-Lyotard, in Il Mito Greco, op. cit. (n. (...)
  • 18 Plut., Luc., 10. Cf. Burkert, loc. cit. (n. 3), p. 282.

19Notons d’ailleurs que cette fonction est plus large que celle d’un simple missionnaire au service de la déesse d’Argos. Certaines des vaches volées à Géryon, en effet, n’arriveront jamais jusqu’à Tirynthe, et ce, parce qu’Héra elle-même en a décidé ainsi : c’est elle, en effet, qui envoie un taon, affole les bêtes et les disperse dans les montagnes de Thrace. Le héros ne réussira pas à rassembler toutes ces vaches folles; certaines resteront sur place et redeviendront sauvages (ἂγριαι dit Apollodore)16… sauvages, c’est-à-dire libres de tout lien, libres de tout travail pour l’homme, comme l’étaient bien souvent les bêtes promises au sacrifice, telles ces génisses indomptées de l’lliade (admetes) qu’aucun mortel n’avait encore mises sous le joug17, telles, encore, ces bêtes qui à Cyzique, au moment de la fête de Coré Soteira sortaient du troupeau paissant librement sur le continent, en face de l’île et traversaient d’elles-mêmes, à la nage, le passage qui les séparait du lieu du sacrifice18.

  • 19 Hymne homérique à Hermès, 68-75.
  • 20 Tite-Live, XXIV, 3, 2.
  • 21 Strabon, V, 1, 9.

20Troupeaux divins, comme l’étaient, par exemple, les vaches du soleil dans les prairies jonchées d’asphodèles de Piérie19 ou simplement troupeaux des sanctuaires comme ceux que Tite-Live a vu paître « sans bergers » dans les « grasses prairies » entourant le temple d’Héra Lacinienne20 – fondé précisément après le meurtre de Lacinios par Héraclès – ou comme ceux – plus sauvages encore – qui entourent Héra chez les Vénètes21.

  • 22 Lycos de Rhegion, FGrHist, III B, 570 F 1 a (Scholie à Aristophane) 1 b (Photius). Cf. aussi Souda (...)

21Dans le Nord de la Grèce, en tout état de cause, la légende des vaches dispersées par Héra rejoint une tradition liée à la localisation épirote des pâturages de Géryon. Un fragment de Lycos de Rhégion explique en effet l’origine des larinoi boes de Chaonie : ces bœufs indomptés garderaient le souvenir de Larinos, un berger épirote qui – un de plus ! – aurait, lors de son passage, dérobé le bétail d’Héraclès22.

  • 23 Ditt., Sylt., 407. Cf. S. Isager, Sacred Animals in Classical and Hellenistic Greece, in Symposium (...)
  • 24 Ditt. Syll., 963.

22Ainsi s’est manifestement tissé un lien étroit entre Héraclès et le sacrifice : les bœufs de Géryon alimentant, certes, les hécatombes destinées à Héra, mais aussi ces troupeaux sacrés dans lesquels puisent les sanctuaires au moment de leurs fêtes. Mais il faut en convenir, le mythe est, sur ce point, plus disert que l’épigraphie qui donne l’impression (il est vrai que nos sources sont rares et tardives !) qu’un animal sacré n’est pas autre chose qu’un animal possédé par le dieu, qu’il lui ait été donné – tels ces cinquante bœufs cédés à l’Apollon de Delphes en 275 par un village lacédémonien23 – ou qu’il soit simplement élevé sur ses propriétés. Une inscription du sanctuaire de Zeus à Arkésine, sur l’île d’Amorgos, précise ainsi que si le preneur à bail des terres sacrées prend sur lui d’y faire paître des animaux, ceux-ci seront considérés comme sacrés24.

  • 25 E. Bethe, Quaestiones Mythographae Diodoreae, Göttingen, 1887.
  • 26 Jourdain-Annequin, op. cit. (n. 2), Retour aux sources, p. 227 sq.

23II. 2. — Retrouvons donc le mythe et d’Apollodore, passons à Diodore. Si depuis Bethe25 les deux récits reconstitués que donnent l’un et l’autre des aventures d’Héraclès sont souvent rapprochés, ils ne s’en inscrivent pas moins dans des perspectives radicalement différentes et le décalage est tel qu’on ne peut se contenter de l’expliquer, comme on le fait souvent, par la rapidité avec laquelle Apollodore résumerait ses sources. Sans revenir sur un sujet que j’ai longuement traité26, je ne rappellerai ici que les conclusions d’un double travail opéré sur ces textes dans le cadre de la geste occidentale d’Héraclès :

  • l’insertion des deux récits dans l’économie générale de la Bibliothèque historique de Diodore et de la Bibliothèque du Pseudo-Apollodore (objectifs poursuivis, sources…)
  • l’analyse objective des deux textes en les inscrivant dans le cadre des schémas actantiels de Greimas.
  • 27 Parmi les sources avouées, la moitié des citations se concentrent sur trois noms significatifs (Hé (...)

24De façon très réconfortante l’étude philologique et la mise en structure se rejoignent et montrent à quel point – et pourquoi – s’opposent ces deux sources essentielles : alors que les structures subsistantes (celles qui renvoient à un héros primitif confronté à des dieux ne recouvrant qu’imparfaitement des forces naturelles) restent très perceptibles chez Apollodore – effectivement très proche des plus anciens mythographes27 – les schémas actantiels montrent à l’évidence que, dans le récit de Diodore, se sont élaborées des structures de remplacement :

25Alors qu’Apollodore dans la Bibliothèque cherche essentiellement à préserver la tradition, à « garder en mémoire » (toujours Photius qui l’a remarquablement bien jugé !) l’historien sicilien, lui, utilise le mythe à d’autres fins et, dans une certaine mesure le perd, mais pour mieux l’intégrer dans son projet d’histoire globale, pour en refaire le lieu où s’interpénètrent le passé lointain des Grecs et l’histoire du temps présent (celle de César, en l’occurrence qui, comme autrefois Héraclès, mérite d’être divinisé pour ses exploits) ceci dans la tradition d’une réinterprétation du mythe qu’on peut, à bon droit, qualifier de coloniale.

26Ainsi on pourrait croire que Diodore – qui abandonne Héraclès et ce qu’il reste de son troupeau sur « la route du Péloponnèse » – a oublié que les bœufs ravis à Géryon sont destinés au sacrifice. C’est lui, qui pourtant, donne à ce thème du sacrifice son plein développement, en le faisant entrer il est vrai, dans un autre plan d’isotopie. Tout au long du périple qu’accomplit le héros sur les rivages méditerranéens les bêtes qu’il pousse devant lui serviront à fonder des cultes, victimes désignées, semble-t-il, pour le sacrifice. C’est ainsi une nouvelle dimension que donne Diodore à la mission civilisatrice assignée à Héraclès : jusqu’à « l’océan qui baigne Gadès » il a purgé la Libye de ses fauves, donné des régions entières à l’agriculture, fondé des villes, tué les despotes xénophobes… mais, dès qu’il entre en possession des « fameuses vaches » il ajoute à ces fonctions celle de fondateur de cultes.

  • 28 Diod., IV, 23, 4.
  • 29 Diod., IV, 24, 3 et 4.
  • 30 Ovide, Fastes, I, 581-582.

27Il ne se contente pas, en effet, d’installer les dieux grecs garants de la sécu -rité de ceux qui le suivront en ces lieux mais – et c’est ce qui nous intéresse ici – il prélève les plus belles bêtes du troupeau qu’il conduit et apprend aux indigènes comment sacrifier aux dieux. C’est ainsi qu’en Sicile, non loin de la future Syracuse, il sacrifie aux Deux Déesses et établit « pour les indigènes » le rituel des fêtes qui, depuis lors, devaient être célébrées en l’honneur de Déméter et de Coré28 ; de même à Agyrion, il inaugure, à l’endroit même où ses vaches avaient laissé l’empreinte de leurs pas, les sacrifices qui seront perpétrés en l’honneur du «héros Géryon » et de Iolaos…29. À Rome enfin, récupérant les bêtes volées par Cacus, son premier soin (mais c’est Ovide qui, ici, le précise) est d’immoler un de ses bœufs à Jupiter30.

  • 31 Diod., IV, 18, 3.
  • 32 Ovide, Fastes, I, 581-582. Cf. aussi Diod., IV, 21, 1-4; Tite-Live, I, 17; Properce, Élégies, IV, (...)

28Mais Héraclès, s’il pourvoit aux sacrifices grâce aux bêtes qu’il pousse devant lui, s’il fonde des cultes, n’oublie pas le sien propre. En Ibérie, il cède ainsi une partie de son troupeau à un roi indigène qu’il distingue pour sa justice et sa piété; les bêtes resteront consacrées à Héraclès (toujours ce bétail aphetos, lié au culte) et, chaque année, lui seront sacrifiés les plus beaux des taureaux nés de ces vaches sacrées31. Et, pour ne plus mentionner que la plus célèbre de ses fondations : à Rome – qui n’existait pas encore lorsqu’il l’immortalisait ainsi – il triomphe de Cacus et, après avoir rendu grâce à Jupiter – nous l’avons vu –, « il appelle Évandre et sa rustique colonie et veut qu’on lui élève, sur la place qui a reçu le nom de Boarium, l’autel appelé le plus grand »32.

  • 33 Virgile, Énéide, VIII, 180; Servius ad. loc. v. 180.
  • 34 Varron, De ling. lot., VI, 54; Tite-Live, I, 7, 12; Denys d’Hal., Antiquités Romaines, I, 40, 3.

29Or, à l’Ara Maxima, on ne sacrifie que des taureaux à Héraclès33 ou bien encore des génisses qui n’ont pas connu le joug34, alors même que le porc, pouvait paraître à Jean Bayet, « la victime préférée d’Héraclès » en Italie.

30Bouvier de Dis, certes, mais aussi dieu lui-même, l’Hercule de l’Ara Maxima est un digne successeur d’Héraclès.

  • 35 Lucien, Icaroménippe ou le voyage au-dessus des nuages, 27.

31II. 3. — « Déméter nous fournit le pain, Dionysos le vin, Héraclès la viande » Ainsi parle Ménippe à la table des dieux35 et c’est effectivement autour de la viande que le mythe fait se croiser de multiples réseaux de signification qui unissent Héraclès aux animaux et se perpétuent dans ses cultes.

  • Protecteur et gardien des troupeaux mais aussi voleur et pourvoyeur de bétail tel paraît bien être Héraclès. Son exploit dans la rouge Érythie peut être lu, en effet, comme l’une de ces razzias par lesquelles, dans une société pastorale, on tente de s’approprier la richesse essentielle, celle qui règle aussi bien les rapports d’amitié que les échanges (transferts légalisés dans les sociétés traditionnelles comme le prouve l’abigeat, épreuves qualifiantes qui font le « balente » en Sardaigne, par exemple !)36. La longue marche avec le bétail de Géryon a sans doute aidé les pasteurs transhumants à reconnaître en lui le protecteur de leurs propres troupeaux, comme le prouvent tous ces petits bronzes retrouvés le long des calles publicae parcourues par Frank Van Wonterghem37. Mais ces animaux sont particuliers : familiers à l’homme, ils sont aussi très proches du divin à la fois par leur origine (les prairies de Géryon et celles d’Hadès sont voisines, on le sait bien !) et par leur devenir : promis au sacrifice (ou réservés pour le sacrifice) ils font entrer Héraclès dans la sphère du rituel… Là encore le culte de l’Ara Maxima est éclairant : la tradition romaine présente la dîme primitive, instituée par le héros lui-même, comme une offrande pastorale. Mais le caractère du banquet sacrificiel, qui prescrit la consommation de la victime, fait d’Héraclès non seulement le protecteur des troupeaux mais plus précisément encore le donne, par le sacrifice, comme celui qui pourvoit en viandes la communauté des hommes (plus tard, lorsque la dîme est acquittée en monnaie, elle se solde toujours par de grands festins).

32Peut-être faut-il préciser ici, qu’à la violence annoncée du rituel – celle du sacrifice sanglant – correspond un langage mythique qui lui aussi est violence, qu’il s’agisse du meurtre du tricéphale et de ses acolytes, qu’il s’agisse, sur le chemin du retour, de ces meurtres qui, comme celui de Lacinios, précèdent et sont la condition même de la fondation du sanctuaire ou du culte.

33Une exception toutefois : les sacrifices que, chez Diodore, Héraclès destine à son propre culte et c’est sur cette transformation de la mission d’Héraclès qu’il importe maintenant de s’interroger.

ΙII – « … Car je suis béotien, peu causeur il est vrai, mais fort mangeur… »

34Les images nous aideront-elles à passer du mythe au rituel ? Il nous arrivera sans doute d’hésiter mais les ambiguïtés mêmes de l’image sont, me semble-t-il, largement compensées par la possibilité qu’elle offre – contrairement aux grandes synthèses mythiques qui sont des « reconstructions » a posteriori -d’ancrer de manière souvent fort précise son sujet dans la réalité de l’histoire… pourvu, bien entendu, qu’on songe à la situer dans le temps !

  • 38 « Euphronios egraphsen» et « Chachrylion epoiesen». Euphronios signe comme peintre de 520 à 500 en (...)
  • 39 Pour ce parcours en image on pourra se reporter aux nombreuses représentations que donne J.L. Dura (...)

35Or il est manifeste qu’à cet égard, la période qui voit la figure rouge le disputer aux dernières figures noires – et qui consacre le triomphe de la céramique athénienne – marque une évolution essentielle. La représentation des troupeaux – nous l’avons déjà constaté dans la sculpture – devient rare : on pourrait, certes, citer encore la très belle coupe qu’Euphronios signe, comme peintre, à la fin du vie siècle38 mais de telles représentations de la Géryonide font bientôt place à l’image d’Héraclès seul avec le bœuf ce qui, naturellement, donne un sens nouveau aux rapports qu’il entretient avec l’animal. L’image des fabuleux troupeaux, décidément s’éloigne ! Que disent donc ces images39 ?

III. 1. – Elles désignent Héraclès dans un rôle effectif de pourvoyeur du sacrifice

  • 40 Berlin F1856 (cf. ABV, 370 [130], Durand, op. cit. [n. 39] fig. 72). Ici fig. 3.

36Une amphore à col attique à figures noires40 montre ainsi le héros conduisant la victime et s’approchant de l’autel où, manifestement, elle sera sacrifiée. Aucun doute à ce sujet : la colonne et l’autel où brûle le feu sont des codes suffisants pour définir l’espace sacrificiel. Quant à la massue, elle identifie Héraclès mais c’est peut-être aller un peu vite en besogne que de faire du héros le bouphonos en action (fig. 3).

  • 41 Boston 99538 (cf. ABV, 255 [6] et ARV2, 4 [12]. Ici fig. 4 a et b.
  • 42 Un fragment de dittos de Lydos montre ainsi, au milieu du vie siècle, un assistant portant l’étui (...)
  • 43 Sur ce refus de la violence, on se reportera à l’ouvrage de J.L. Durand, op. cit. (n. 39) et à son (...)

37L’amphore bilingue de Boston41 présente, quant à elle, la séquence immédiatement antérieure : en figures rouges et en figures noires le peintre d’Andokides, à la fin du vie siècle, représente la pompé, la procession : le bœuf est préparé pour la cérémonie et des bandelettes sont, comme il se doit, attachées à ses cornes. Sur l’image à figures noires se distingue parfaitement la longe qui permet au héros de diriger la victime, mais, dans le poing fermé qui la tient, Héraclès serre aussi – et même brandit – un faisceau d’obeloi. Ce n’est pas tant la violence qui frappe ici – on pourrait, en effet, en trouver d’autres exemples42 même s’il est vrai que les peintres préfèrent donner à voir le kanoun qui, sous les grains, dissimule la makhaira43 – ; c’est bien plutôt le caractère particulier de cette pompé « individuelle ». Si Héraclès est seul, en effet, s’il brandit les obeloi, il porte aussi, suspendues à son bras gauche, deux outres… le vin, donc, qui, sans aucun doute, accompagnera la consommation de la viande. L’image, en somme dit le festin (mais quel festin ? celui de la communauté ou celui du héros ?) avant même que le sacrifice n’ait été accompli. Et si l’image évoque la violence, c’est celle-là même qui se trouve au cœur du rituel, puisque sacrifier, c’est tuer pour manger (fig. 4 a et b).

38Pourvoyeur du sacrifice, Héraclès apparaît aussi comme sacrificateur et peut-être consommateur des viandes.

  • 44 New-York 41.162.29. Cf., ici même, la description et les représentations qu’en donne Cécile Jubier(...)

39Sur un lécythe attique à figures noires, le peintre de Sappho44 – toujours en cette fin de vie siècle – représente de manière très originale Héraclès, assis sur une hauteur et faisant rôtir les viandes. Je n’insiste pas sur ces images qui vous ont été remarquablement présentées… sinon pour rappeler que là encore, Héraclès est seul, si l’on excepte un chien, compagnon habituel des festins aristocratiques… à moins que, comme vient de le proposer Cécile Jubier, on ne voit en lui le chien des enfers !

  • 45 Berlin F. 1919 – ABV 536 (36) – J.L. Durand, op. cit. (n. 39), p. 168-170 donne d’autres exemples (...)
  • 46 Durand, op. cit. (n. 39), p. 159 sq. « la solitude du glouton ».

40Une olpé attique à figures noires45 (fig. 5) montre, enfin le héros embrochant directement la viande sur l’autel (alors que les obeloi se garnissent normalement sur la table où est découpée la victime)… un raccourci encore, car il devient évident qu’Héraclès ne se contente pas de sacrifier manifestement il va consommer… et consommer seul… un glouton solitaire, conclut Jean-Louis Durand46.

III. 2. – Quelques remarques s’imposent après cette lecture des images.

  • 47 Sur le passage de l’exploit héroïque à la biographie, cf. C. Jourdain-Annequin, in Discours religi (...)
  • 48 Aristoph., Les Grenouilles, 506.
  • 49 Pindare cité par Philostrate, Imagines, II, 24.
  • 50 Paus, V, 5, 4 : Athenee, X, 412 a et b.
  • 51 Théagène n’est peut-être pas le réformateur religieux que, fort astucieusement, Jean Pouilloux ava (...)

41Première remarque : Il paraît évident que ces représentations ne font pas référence au culte d’Héraclès, mais au mythe ou plus exactement au « personnage » mythique qu’est devenu le héros47. Dans ce rapport essentiel qu’établit le sacrifice entre l’homme et les dieux, Héraclès, en effet, joue ici, manifestement, le rôle de l’homme et, se saisissant de la viande pour la dévorer, c’est encore la part de l’homme qu’il revendique. Ces images du héros dévoreur renvoient d’ailleurs à tout un stock d’anecdotes qui font de lui un perpétuel affamé et du bœuf sa constante victime : c’est un bœuf entier qu’on fait rôtir pour lui dans les Grenouilles48 et c’est également un bœuf entier qu’il avale chez Corónos, l’un des Argonautes49. On rapportera plus tard l’agôn singulier qui l’oppose à Léprée, le petit-fils de Poseidon, pour savoir qui des deux aura, le premier, dévoré le bœuf (pour Pausanias) ou le taureau (pour Athénée)50 qu’ils ont égorgé… il faudrait encore évoquer Théagène de Thasos, cet athlète du ve siècle qui, comme son père présumé – Héraclès –, fut un incorrigible glouton capable d’engloutir un bœuf de Méonie et d’en redemander51 !

  • 52 Plut., Questions grecques, 58.
  • 53 Apollod., II, 118 – II, 5, 11.
  • 54 Apollod., II, 153 = II, 7, 7. Apoll. Rhodes, Argonautiques, I, 1211-1221 et scholie à I, 1212 -Cf. (...)

42Plus significatives encore sont sans doute les séquences, qui, dans le mythe, opposent Héraclès à des bergers ou à des bouviers (même si l’épisode des Méropes, à Cos, prouve que l’enjeu de la lutte n’était pas toujours un bœuf !52). L’une d’entre elles est particulièrement intéressante dans la mesure où elle explique une particularité du rituel héracléen dans l’île de Rhodes : le héros venait en effet de débarquer à Thermydres – le port des Lindiens – lorsqu’il rencontre un bouvier, dételle un des bœufs qui traînaient le chariot, le sacrifie, et s’en régale. Le bouvier, trop faible pour lui résister, se retire sur une hauteur et se met à l’accabler de ses imprécations. C’est pourquoi, de nos jours encore – conclut Apollodore –, les Rhodiens, lorsqu’ils sacrifient à Héraclès le font avec des injures53. Je me permets de renvoyer à mon Héraclès pour le détail, les variantes et les implications de ces séquences mythiques; je voudrais simplement souligner ici que, si l’aventure que vécut Héraclès chez les Dryopes (véritable doublet de l’épisode lindien) explique leur migration forcée et entre dans le plan d’isotopie d’un Héraclès civilisateur54, la lutte contre le bouvier rhodien, véritable aition du sacrifice lindien nous apprend que l’amateur de viande, le glouton de la farce, était à Lindos βουθοίνας épithète cultuelle qui nous replonge au cœur de la pratique sacrificielle des Grecs.

  • 55 P. Guillon, La Béotie Antique, Paris, 1948, p. 85.
  • 56 Épich., fr. 21 Kaibel. Cf. Athenee, X, 411 a-b.

43Deuxième remarque : On a parfois insisté sur le rôle d’Athènes dans l’apparition du thème du gros mangeur, du héros dévorant. P. Guillon a fait ainsi remarquer, à juste titre, à quel point la présentation parodique du personnage d’Héraclès rejoignait dans la comédie moyenne, la satire du Béotien un peu rustre, à l’esprit lourd, à l’estomac glouton55… C’est vrai, mais l’image d’un Héraclès adephagos était là depuis longtemps, qui ne demandait qu’à être développée : Athénée – qui s’en fait un écho complaisant – cite ses sources : le héros à la faim dévorante, qui engloutit « le rôti et les charbons avec », Ion l’a trouvé chez Pindare (un Béotien !) et rien n’est plus évocateur que la description d’Épicharme56 : si Héraclès fait mourir de peur son entourage lorsqu’il mange, si ses mâchoires font un bruit d’enfer, si ses canines grincent, c’est bien parce que son repas est celui d’un fauve !

  • 57 Cf. ici-même p. 217-230.

44Ce qui est propre à Athènes en revanche – et nous renvoie au thème de la communication de M. Padilla57 – c’est un drame satyrique d’Euripide qui raconte la mésaventure de Syleus, à qui Hermès avait réussi à vendre Héraclès comme esclave. Ce dernier se met aussitôt au travail, mais ses bras trop puissants arrachent la vigne au lieu de la soigner, sur les ceps entassés et enflammés il sacrifie à Zeus les plus beaux des bœufs qu’il était censé garder… et, bien entendu, festoie lui-même avec les meilleurs des vins de son maître… image d’un sacrifice dévoyé qui n’est pas sans rappeler ceux que les peintres athéniens évoquaient sur leurs vases.

  • 58 Cf. Κ. Schauenburg, CV Heidelberg (1), 1954 et Durand, op. cit. (n. 39), bestiaire pour Athéna p. (...)
  • 59 Paris – BN 219. On peut trouver un dessin chez Durand, op. cit. (n. 39), fig. 7, p. 34.
  • 60 Munich Antikensammlungen 1527, ABV 392 (5). Ici fig. 6.

45Troisième remarque : Le contexte athénien peut, à bon droit, paraître déterminant dans ce rapport entre Héraclès, le bœuf et le sacrifice ou, plus exactement, dans ce glissement qui fait d’Héraclès pourvoyeur du sacrifice, le bénéficiaire du sacrifice. Or, dans l’imagerie athénienne, le bœuf n’est pas en relation avec le seul Héraclès. Aussi souvent – plus souvent peut-être – il est mis en rapport avec Athéna, la poliade58. Et, sur ces images, Héraclès est souvent représenté, soit seul avec la déesse (comme sur une petite amphore attique à figures noires qui présente le bœuf sacrificiel devant Athéna59) soit en compagnie d’autres dieux : une amphore conservée à Munich60 figure ainsi la déesse au centre de la composition; l’animal est, ici, derrière elle, avec ses bandelettes sacrificielles et, de part et d’autre, Héraclès (à gauche) et Hermès (à droite) ont à leur côté un personnage féminin. Héraclès ici ne conduit pas le bœuf, il ne sacrifie pas, il ne mange pas; et dans cet autre rapport désormais établi avec l’animal offert, la thusia, Athéna, sans aucun doute, est médiatrice. C’est bien en qualité de protégé de la divinité poliade qu’il participe au sacrifice du bœuf, au sacrifice divin (fig. 6).

  • 61 Munich Antikensammlungen 2301 (vers 525), ABV 255. Ici fig. 7 a et b.
  • 62 Cf. S.R. Wolf, Herakles beim Gelage, Cologne, 1993, p. 88-91.

46Dernière image enfin. Avec une amphore bilingue du peintre d’Andokidès (fig. 7 a et b) nous retrouvons Héraclès au banquet61… gros mangeur certes, comme en témoignent les bandes de viandes qui pendent sur la table (alors qu’au ve siècle on présentera les chairs coupées en morceaux) mais on est loin du glouton solitaire que parfois donnent à voir les peintres athéniens : Athéna à ses côtés, il mange fort civilement et de surcroît, un canthare à la main. Dans un contexte béotien ou laconien on pourrait hésiter et songer à l’héroïsation, mais lorsqu’au vie siècle le canthare devient, en Attique, l’accessoire du banquet, c’est sans conteste au profit des dieux : Dionysos bien sûr, Hermès parfois, Héraclès assez souvent62. Le doute n’est plus possible : Héraclès est installé dans la commensalité des dieux. La présence d’Athéna est des plus logiques, elle qui, constamment vint en aide au héros – l’Iliade le disait déjà ! – elle qui, surtout, l’introduisit sur l’Olympe après une vie d’efforts innombrables.

  • 63 H. Metzger, L’évolution de la légende de Thésée, in Recueil Charles Dugas, Paris, 1960, p. 93-107 (...)
  • 64 Diodore (IV, 39, 1) attribue cette innovation aux habitants de Marathon. (Cf. aussi Paus., I, 15, (...)

47Ainsi, au moment même où les images athéniennes commencent à imposer une vision nouvelle de Thésée : celle d’un émule d’Héraclès qui désormais s’affirme comme un héros national athénien63, elles opèrent un autre glissement et proposent aux côtés de l’image traditionnelle de l’Alcide, une nouvelle manière de voir le fils d’Alcmène aux côtés du bœuf : grâce à la médiation d’Athéna, il a droit, comme les dieux, au sacrifice majeur. On ne s’étonne plus que Diodore ait accordé à l’Attique l’honneur d’avoir fait d’Héraclès un dieu !64

  • 65 Voir ici même p. 301-317.

48ΙII. 3. — Il est temps, maintenant, d’interroger les sources épigraphiques, les plus précieuses lorsqu’on enquête sur les cultes. La communication de Stella Georgoudi65 me permet d’être très rapide sur ce sujet.

  • 66 LSA, 1955, 42.
  • 67 IG, XII, Suppl. 414 (= LSCG n° 63) pour le rituel d’Héraclès thasios retrouvé en 1913 par Ch. Pica (...)

49Lorsqu’à Milet, vers 500 (c’est l’une des plus anciennes inscriptions qui à cet égard soit conservée) on lui sacrifie une victime (une brebis ?) noire et qu’on précise, semble-t-il, qu’il s’agit d’un holocauste66, il peut paraître raisonnable de conclure qu’en ce lieu, et à cette époque, Héraclès a été honoré comme un héros. À Thasos, quels que soient l’interprétation et le rapport établis entre le rituel conservé dans le passage des théores et le bail du verger d’Héraclès, on apprend du premier que la chèvre et le porc ne sauraient lui être offerts – ce qui laisse encore un choix certain ! – du second – et ce n’est pas forcément contradictoire – que le preneur à bail du verger devra livrer un bœuf pour une fête où se pratique l’enateusis…67.

  • 68 S. Woodford, Cults of Heracles in Attica, in Studies presented to George M.A. Hanfmann, Mainz, 197 (...)
  • 69 Pour les Salaminiens : LSS n° 19. Pour le calendrier de Thorikos, on se reportera à G. DAUX, in AC (...)
  • 70 Relief votif à Héraclès. Athènes, Musée Épigraphique, Inv. 3942. Ici fig. 8.
  • 71 Décret de la tribu Antiochis. Athènes, Musée National, Inv. 3491. Ici fig. 9.
  • 72 M.-F. Billot, Le Cynosarges, Antiochos et les tanneurs, questions de topographie, in BCH, 115 (199 (...)

50Et le bœuf revient très souvent parmi les offrandes, confirmant ainsi les conclusions de S. Woodford et A. Verbanck sur le caractère volontiers divin des cultes adressés à Héraclès68. On pourrait en effet continuer à glaner les références épigraphiques : remarquer qu’à Porthmos, l’Héracléion du Sounion, si les Salaminiens offrent un mouton à Iolaos, c’est un bœuf qu’ils sacrifient à Héraclès et que le calendrier de Thorikos précise de même (ligne 367) qu’en Élaphébolion Héraclès se voit attribuer une génisse (?) mais peut-être aussi un mouton69… Un relief votif du ive siècle prouve même qu’il arrivait à une communauté réduite au groupe familial de faire l’hommage d’un bœuf à Héraclès70 : derrière l’animal emmené par un enfant, marchent en effet le père et la mère puis une jeune fille portant la corbeille voilée (fig. 8). La représentation d’Héraclès, d’ailleurs est intéressante : jeunesse, nudité, déhanchement et chiasme caractéristiques du modèle de Lysippe, massue reposant sur un bloc de pierre, léonté négligemment portée au creux du bras gauche se retrouvent sur l’entête d’un décret – lui aussi du ive siècle – de la tribu Antiochis71 (fig. 9). C’est manifestement d’une statue cultuelle qu’il s’agit même s’il est difficile de savoir à quel sanctuaire elle appartient : celui d’Antiochos (où Héraclès serait ainsi offert conjointement avec son fils, à la piété des fidèles) ou celui du Cynosargues tout proche72 ?

  • 73 Public ou Privé ? À propos de quelques cultes d’Héraclès dans la cité grecque (Colloque de Paris, (...)
  • 74 À Delphes, la phratrie des Labyades règle ainsi la participation de ses membres aux repas sacrés ( (...)
  • 75 Voir supra, n. 67.

51Peu importe. Ce qui me paraît mériter tout notre intérêt, c’est la force avec laquelle – en totale contradiction avec l’image du glouton solitaire que parfois présentent les vases – tous ces cultes insistent sur la commensalité. Partout le dieu préside aux festins des hommes, quand ce n’est pas lui qui, comme à Marathon ou au Cynosargues les invite à sa table… Une étude conduite l’an passé pour le colloque du Centre Gernet73 m’avait permis de distinguer les modalités multiples de ces festins sacrés qui perpétuent sans aucun doute de très vieilles rencontres sur les lieux mêmes du sanctuaire. Proches parfois de l’eranos (ces réunions à frais communs que pratiquent encore les dèmes), elles confortent alors de simples relations de voisinage qui fondent la communauté (à l’exemple de Plothéia) ou parfois réaffirment l’appartenance familiale ou ethnique74… Mais il est d’autres cas où ce n’est plus ni le voisinage ni la parenté qui fondent le groupe, mais bien plutôt l’appartenance à une fonction, la communauté affirmant alors sa solidarité par l’accès collectif aux ressources alimentaires. Tel pourrait bien avoir été le rôle de l’hestiatorion de Thasos (dans l’édifice polygonal des débuts) et l’on imagine volontiers l’aristocratie militaire des premiers colons partageant ses repas avec le « Kallinikos » garant de ses succès… un hestiatorion que plus tard – et sans doute pour une communauté d’un autre type – le preneur à bail du berger est chargé d’agrandir (en même temps qu’il offre le bœuf !)75.

52Des troupeaux de Géryon alimentant les hécatombes de l’Héra argienne au bœuf offert en sacrifice à Héraclès le chemin a pu paraître long, comme a pu paraître inquiétante l’ambiguïté d’un héros à la fois protecteur du bétail et pourvoyeur de viandes mais toujours prêt, semble-t-il, à les confisquer à son seul profit.

53Dans ce champ du sacrifice où se délimitent volontiers les bornes de la civilisation par la médiation des rapports entretenus entre bêtes, hommes et dieux, Héraclès, il est vrai, est partout : presque une bête… pas tout à fait un dieu, au point qu’à son contact se brouille quelque peu le modèle classique de la thusia.

54Qui mieux que lui, pourtant – le conquérant des troupeaux de l’au-delà, le médiateur par excellence – pouvait garantir l’accès à la viande et patronner la commensalité du sacrifice ? On peut en juger par les banquets qui de Thasos à l’Ara Maxima partout l’honorent.

55Mais, dans le même temps, qui mieux qu’Héraclès – avec sa violence et ses appétits surhumains – pouvait en incarner le danger : ce mouvement précipité et irrésistible de la violence sacrificielle, que, sur le mode comique, le Syleus d’Euripide oppose à l’activité productrice ? Lui qui volontiers court-circuite le rituel en passant sans autre forme de procès de la bête à la viande, lui qui, abattant le bœuf par surprise fait éclater « la vérité du sacrifice » et qui, avec la bruta -lité qui est sienne, montre qu’au creux des rites se trouvent certes la violence et le meurtre, mais aussi, tout simplement, l’une des plus vieilles exigences de l’espèce humaine : se nourrir.

Liste des figures

56Fig. 1. : Pyxide proto-corinthienne, British Museum 65.7.20, d’après L. Tiberi, loc. cit. (n. 4), pl. xliv.

57Fig. 2. : Plaque de bronze, Samos, Musée de Vathy inv. B 25 18, d’après Ph. Brize, loc. cit. (n. 5), pl. ii.

58Fig. 3 : Amphore à col attique à fig. noires, Berlin F 1856, d’après J.-L. Durand, op. cit. (n. 39), fig. 72.

59Fig. 4 a et b : Amphore bilingue de Boston 99538.

60Fig. 5 : Olpè attique à fig. noires, Berlin F 1919.

61Fig. 6 : Amphore à fig. noires, Munich, Antikensammlungen 1527.

62Fig. 7 a et b : Amphore bilingue du peintre d’Andokidès, Munich, Antikensammlungen 2301.

63Fig. 8 : Relief votif à Héraclès, Athènes, Musée épigraphique inv. 3942, d’après M.-F. Billot, loc. cit. (n. 72).

64Fig. 9 : Décret de la tribu Antiochis, Athènes, Musée national inv. 3491, d’après M.-F. Billot, loc. cit. (n. 72).

Notes

1 Contrairement à l’adversaire du dodécathlos, le taureau de Crète (dont il ne sera pas question ici) pour lequel aucune hésitation n’est possible (il n’est jamais que lauros), le « bœuf », compagnon et victime à la fois recouvre une réalité plus complexe : il peut être tauros, lui aussi, ou damalis (génisse), il est surtout bous, au masculin comme au féminin, ce qui explique sans doute que, pour les troupeaux de Géryon en particulier, les Grecs soient si facilement passés de l’un à l’autre.

2 C. Jourdain-Annequin, Héraclès aux portes du soir, Paris-Besançon, 1989.

3 W. Burkert, Le mythe de Géryon : perspectives préhistoriques et tradition rituelle, in Il mito greco (Urbino 1973), Rome, 1977, p. 474-475.

4 T.J. Dunbabin, The Greeks and their Eastern Neighbours, Londres, 1957, p. 78; C. Brommer, Herakles, die zwölf Taten des Helden, in antiker Kunst und Literatur, Münster-Köln, 1953, p. 39-42; M. Robertson, Geryoneis Stesichorus and the Vase Painters, in CQ, 19 (1969), p. 207-221; L. Tiberi, Stesicoro e le raffigurazioni vascolari della Gerioneide, in Archeologia Classica, 29, 1 (1977), p. 175-179.

5 Musée de Vathy, Β 25-18. Cf. Ph. Brize, Samos und Stesichoros zu einem früharchaischen Bronzeblech, in MDAI (A), 100 (1985), p. 53-90, pl. 15 à 24 et fig. 2. Pour l’intérêt de ce document dans la constitution du type iconographique d’Héraclès, C. Jourdain-Annequin, Héraclès-Melqart à Amrith, contribution à l’étude d’un syncrétisme, Paris, 1992.

6 Ph. Brize s’interrogeant sur de possibles modèles exclut Stésichore (d’autant plus impérativement qu’il accepte la chronologie de M.L. West abaissant l’acmè du poète sicilien aux années 570-540) et propose Pisandre de Rhodes dont on sait qu’il composa une Héracléia. La tradition, il est vrai, veut que le poète de Camiros ait doté Héraclès de la massue et de la peau de lion mais il semble qu’on renonce à le placer, lui aussi, au viie siècle. En tout état de cause le récit en images est très proche, me semble-t-il, de celui d’Hésiode (Théogonie, 287-294).

7 Amphore à col de Vulci (Cabinet des Médailles 202). Cf. Jourdain-Annequin, op. cit. (n. 2), p. 476-477 pour la représentation et la bibliographie. Cf. encore une coupe de Vulci (Munich 2620) signée par le potier Cachrylion et le peintre Euphronios.

8 Bas-relief de la collection Cesnola, conservé à New-York. Cf. Jourdain-Annequin, op. cit. (n. 2), p. 479, pour le commentaire et la bibliographie.

9 Paus., III, 18, 13.

10 Photius, patriarche de Constantinople eut entre les mains au ixe s. une copie de la Bibliothèque et en laissa un commentaire très précieux. Cf. Photius, Bibliothèque (en fait, Enregistrement et énumération des titres lus par nous), 142 b.

11 Cf. ici même la communication de Paolo Scarpi (p. 231-240) et la deuxième partie de ma thèse, op. cit. (n. 2), p. 227-270, p. 480-487.

12 Apollod., Bibl., II, 63-64 – II, 4, 9.

13 Mon Héraclès en donne de multiples exemples p. 478-487 ou, sur le problème particulier du « travail », p. 440-474.

14 Theocrite, Idylle 25, 85-95.

15 Pour cette analyse du retour d’Héraclès avec les bœufs de Géryon chez Apollodore (et la comparaison éclairante que permet le texte de Diodore) je renvoie à ma thèse, Héraclès aux portes du soir, op. cit., (n. 2) p. 227 sq.

16 Apollod., II, 112.

17 Pour la valeur du terme admetes, on se reportera à L. Kahn-Lyotard, in Il Mito Greco, op. cit. (n. 3), p. 107-117 (et particulièrement p. 111 et n. 22). Cf. encore les vaches « au large front, si belles sous leurs cornes » de l’Odyssée (XII, 354-355).

18 Plut., Luc., 10. Cf. Burkert, loc. cit. (n. 3), p. 282.

19 Hymne homérique à Hermès, 68-75.

20 Tite-Live, XXIV, 3, 2.

21 Strabon, V, 1, 9.

22 Lycos de Rhegion, FGrHist, III B, 570 F 1 a (Scholie à Aristophane) 1 b (Photius). Cf. aussi Souda, s.v. Λαρινοί βοές.

23 Ditt., Sylt., 407. Cf. S. Isager, Sacred Animals in Classical and Hellenistic Greece, in Symposium d’Uppsala (1990), Uppsala, 1992, p. 15-19.

24 Ditt. Syll., 963.

25 E. Bethe, Quaestiones Mythographae Diodoreae, Göttingen, 1887.

26 Jourdain-Annequin, op. cit. (n. 2), Retour aux sources, p. 227 sq.

27 Parmi les sources avouées, la moitié des citations se concentrent sur trois noms significatifs (Hésiode : 14 occurrences; Phérécyde : 13 occurrences; Acousilaos : 10 occurrences). Mieux encore, l’utilisation de ses sources, les choix qu’opère Apollodore (chez Hérodore par exemple) le montrent en propagateur de la conception la plus archaïque, la plus traditionnelle qui soit de la mythologie.

28 Diod., IV, 23, 4.

29 Diod., IV, 24, 3 et 4.

30 Ovide, Fastes, I, 581-582.

31 Diod., IV, 18, 3.

32 Ovide, Fastes, I, 581-582. Cf. aussi Diod., IV, 21, 1-4; Tite-Live, I, 17; Properce, Élégies, IV, 9, 67-70.

33 Virgile, Énéide, VIII, 180; Servius ad. loc. v. 180.

34 Varron, De ling. lot., VI, 54; Tite-Live, I, 7, 12; Denys d’Hal., Antiquités Romaines, I, 40, 3.

35 Lucien, Icaroménippe ou le voyage au-dessus des nuages, 27.

36 Jourdain-Annequin, op. cit. (n. 2), p. 482-483 et notes 301 et 302.

37 Cf. sa communication ici même, p. 241-255.

38 « Euphronios egraphsen» et « Chachrylion epoiesen». Euphronios signe comme peintre de 520 à 500 environ. Il signera ensuite comme potier. Ici (coupe de Munich, Antikensammlungen, 8704) cinq vaches sont regroupées avec une maîtrise remarquable autour d’un taureau tournant la tête vers l’arrière.

39 Pour ce parcours en image on pourra se reporter aux nombreuses représentations que donne J.L. Durand, Sacrifice et labour en Grèce ancienne, Paris-Rome, 1986.

40 Berlin F1856 (cf. ABV, 370 [130], Durand, op. cit. [n. 39] fig. 72). Ici fig. 3.

41 Boston 99538 (cf. ABV, 255 [6] et ARV2, 4 [12]. Ici fig. 4 a et b.

42 Un fragment de dittos de Lydos montre ainsi, au milieu du vie siècle, un assistant portant l’étui aux couteaux, plus menaçants encore.

43 Sur ce refus de la violence, on se reportera à l’ouvrage de J.L. Durand, op. cit. (n. 39) et à son article (avec F. Lissarrague) du colloque de Rouen [1982], Image et céramique grecques, Rouen, 1983, p. 153-167).

44 New-York 41.162.29. Cf., ici même, la description et les représentations qu’en donne Cécile Jubier (p. 75-85).

45 Berlin F. 1919 – ABV 536 (36) – J.L. Durand, op. cit. (n. 39), p. 168-170 donne d’autres exemples de semblables représentations.

46 Durand, op. cit. (n. 39), p. 159 sq. « la solitude du glouton ».

47 Sur le passage de l’exploit héroïque à la biographie, cf. C. Jourdain-Annequin, in Discours religieux dans l’Antiquité. Colloque de Besançon (Janv. 1995), Paris, 1995, p. 93-114.

48 Aristoph., Les Grenouilles, 506.

49 Pindare cité par Philostrate, Imagines, II, 24.

50 Paus, V, 5, 4 : Athenee, X, 412 a et b.

51 Théagène n’est peut-être pas le réformateur religieux que, fort astucieusement, Jean Pouilloux avait cru deviner en lui, il le reconnaissait « quarante ans après » (BCH, 118, 1994, p. 199-206). Il n’en est pas moins devenu dieu et F. Chamoux a bien des raisons de lui attribuer l’autel reconnu en plein cœur de l’agora (BCH suppl. V, 1979, p. 143-153).

52 Plut., Questions grecques, 58.

53 Apollod., II, 118 – II, 5, 11.

54 Apollod., II, 153 = II, 7, 7. Apoll. Rhodes, Argonautiques, I, 1211-1221 et scholie à I, 1212 -Cf. Jourdain-Annequin, op. cit. (n. 2), p. 488-492.

55 P. Guillon, La Béotie Antique, Paris, 1948, p. 85.

56 Épich., fr. 21 Kaibel. Cf. Athenee, X, 411 a-b.

57 Cf. ici-même p. 217-230.

58 Cf. Κ. Schauenburg, CV Heidelberg (1), 1954 et Durand, op. cit. (n. 39), bestiaire pour Athéna p. 32-41.

59 Paris – BN 219. On peut trouver un dessin chez Durand, op. cit. (n. 39), fig. 7, p. 34.

60 Munich Antikensammlungen 1527, ABV 392 (5). Ici fig. 6.

61 Munich Antikensammlungen 2301 (vers 525), ABV 255. Ici fig. 7 a et b.

62 Cf. S.R. Wolf, Herakles beim Gelage, Cologne, 1993, p. 88-91.

63 H. Metzger, L’évolution de la légende de Thésée, in Recueil Charles Dugas, Paris, 1960, p. 93-107 et pl. XIX-XXV met l’accent sur l’introduction soudaine, simultanée et uniforme dans l’imagerie athénienne des exploits de Thésée adolescent sur la route de Trézène à Athènes (à partir de 525) et montre qu’elle correspond à une évolution importante dans la conception du héros. Cf. sur cette « création » d’un héros national athénien : C. Calame, Thésée et l’imaginaire athénien, Lausanne, 1990.

64 Diodore (IV, 39, 1) attribue cette innovation aux habitants de Marathon. (Cf. aussi Paus., I, 15, 3 et I, 32, 4). Il est vrai que Diodore affirme ailleurs que ce sont ses compatriotes d’Agyrion, en Sicile, qui ont été les premiers à honorer Héraclès comme un dieu (IV, 24, 1). Pur patriotisme sans doute !

65 Voir ici même p. 301-317.

66 LSA, 1955, 42.

67 IG, XII, Suppl. 414 (= LSCG n° 63) pour le rituel d’Héraclès thasios retrouvé en 1913 par Ch. Picard auprès d’un bâtiment qu’il croyait être le prytanée (date : v. 440) et IG, XII, Suppl. 353 (= LSCG n° 117), inscription plus tardive (fin ive s.). Sur le problème de l’Héraclès thasien, cf. essentiellement Ch. Picard, BCH, 47 (1923), p. 241-274; M. Launey, BCH, 61 (1937), p. 385-400 et surtout du même auteur, Le sanctuaire et le culte d’Héraklès à Thasos, Paris, 1944; voir aussi l’ouvrage essentiel de J. Pouilloux, Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos, de la fondation de la cité à 196 av. J.-C, Paris, 1954. Plus récemment, après les études de D. Van Berchem (loc. cit.), et de B. Bergquist, Héraklès on Thasos, Uppsala, 1973, les mises au point de J. Pouilloux, L’Héraclès thasien, in REA, 76 (1976), p. 305-316, de G. Roux, BCH, Suppl. V (1979), Thasiaca, p. 191-211 et, en dernier lieu, de C. Bonnet, Melqart, Namur-Louvain, 1988, et Jourdain-Annequin, op. cit. (n. 2).

68 S. Woodford, Cults of Heracles in Attica, in Studies presented to George M.A. Hanfmann, Mainz, 1971; A. Verbanck-Pierard, Le double culte d’Héraclès, légende ou réalité ?, in A.-F. Laurens (éd.), Entre hommes et dieux, Paris-Besançon, 1989, p. 43 – et, avec P. Leveque, Héraclès héros ou dieu ?, in C. Bonnet et C. Jourdain-Annequin (éds), Héraclès d’une rive à l’autre de la Méditerranée (Rome 1989), Bruxelles-Rome, 1992, p. 43-65.

69 Pour les Salaminiens : LSS n° 19. Pour le calendrier de Thorikos, on se reportera à G. DAUX, in AC, 52 (1983), p. 150-174. Il faut cependant noter que la restitution de δά[μαλιν οἶν] reste conjecturale (1. 36). Alcmène se voit pour sa part attribuer une victime adulte.

70 Relief votif à Héraclès. Athènes, Musée Épigraphique, Inv. 3942. Ici fig. 8.

71 Décret de la tribu Antiochis. Athènes, Musée National, Inv. 3491. Ici fig. 9.

72 M.-F. Billot, Le Cynosarges, Antiochos et les tanneurs, questions de topographie, in BCH, 115 (1992), 1, p. 119-156. Les deux représentations (fig. 9 a et b) sont empruntées à cet article.

73 Public ou Privé ? À propos de quelques cultes d’Héraclès dans la cité grecque (Colloque de Paris, 1996), à paraître.

74 À Delphes, la phratrie des Labyades règle ainsi la participation de ses membres aux repas sacrés (G. Rougemont, CID, I, n° 9 D 11); Cf. encore à Cos, à Halasarna, vers 200 avant notre ère (LSCG n° 173), ou en Attique les Mésogéiens (IG II2, 1244, 1245, 1247) et les Salaminiens (LSS n° 19). On se reportera à l’article cité n. 73.

75 Voir supra, n. 67.

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search