Version classiqueVersion mobile

Le Bestiaire d’Héraclès

 | 
Corinne Bonnet
, 
Colette Jourdain-Annequin
, 
Vinciane Pirenne-Delforge

Hercule et les troupeaux en Italie centrale : une nouvelle mise au point (Pl. XXVI-XXXIII)

Frank Van Wonterghem

Texte intégral

  • 1 Dans la revue Alumni, 34 (sept. 1964), p. 45-54.
  • 2 F. Van Wonterghem, ILl culto di Ercole fra i popoli osco-sabellici, in C. Bonnet, C. Jourdain-Anne (...)
  • 3 L’importance du lieu n’était pas inconnue auparavant : cf. Forma Italiae (Regio IV – vol. I) : Sup (...)

1Le grand succès dont jouissait Hercule parmi les populations de l’Apennin central, du Gran Sasso au Matese, est bien connu. Un des premiers à en esquisser la problématique fut J.-Ch. Balty, publiant – il y a plus de trente ans -un article « À propos de quelques séries de bronzes italiques et du culte d’Hercule en Italie centrale : problèmes et orientation des recherches »1. Depuis la documentation s’est considérablement accrue et lors du premier Colloque Héracléen à Rome, en 1989, nous avons parcouru à l’aide des nombreux témoignages disponibles – surtout archéologiques et épigraphiques – les différentes étapes de la diffusion du culte herculéen en Italie centrale adriatique, depuis la période « archaïque » jusqu’à l’époque impériale2. Ces dernières années, de nouvelles découvertes ont encore enrichi cette documentation avec des sanctuaires jusqu’alors complètement inconnus, comme celui de la « Fonte S. Ippolito » près de Corfinio3.

  • 4 L’ouvrage de E. Gabba et M. Pasquinucci, Strutture agrarie e allevamento transumante nell’Italia r (...)
  • 5 Voir, par ex., la carte dans J.C. Duclos, A. Pitte (éds), L’homme et le mouton dans l’espace de la (...)
  • 6 Pour une confrontation de différentes opinions émises durant les dernières années voir par ex. A. (...)
  • 7 Cf. par ex. C. Letta, Aspetti della romanizzazione in area marsa : il centro di Amplero, in Comuni (...)
  • 8 Cf. G. De Benedittis, art. cit. 1990 (n. 4), p. 179-191 ; F. Coarelli, I culti sannitici nel Lazio (...)

2D’autre part, dans cette même région de l’Apennin central, l’élevage, et en particulier l’élevage transhumant, a depuis toujours constitué un moyen de subsistance essentiel pour ses habitants4. L’environnement et le climat y imposèrent, comme dans plusieurs autres régions autour de la Méditerranée5, un système d’élevage qui consiste en un déplacement périodique du bétail – surtout ovin, mais aussi bovin et même chevalin – entre deux territoires à distance plus ou moins longue (transhumance horizontale et verticale) mais complémentaires et utilisés alternativement : l’un situé dans la plaine ou dans une vallée, utilisé en automne et en hiver; l’autre en montagne, où les troupeaux trouvent leur nourriture au printemps et en été, pendant que les pâturages d’hiver peuvent éventuellement servir à l’agriculture. L’impact économique de ces activités pastorales en Italie centrale, connues à travers une documentation parfois équivoque ou anachronique, est aussi de temps en temps remis en question ou du moins redimensionné6. Quoi qu’il en soit, s’il faut probablement attendre le iiie ou même le iie siècle avant notre ère pour une transhumance réglementée à longue distance, dans des zones bien délimitées et le long d’un réseau bien organisé de calles publicae7, le rôle important de l’élevage, y compris la transhumance à longue distance, ne peut être sous-estimé à aucun moment de l’histoire, depuis l’âge du bronze8.

  • 9 Cf. C, Jourdain-Annequin, Héraclès aux portes du soir, Besançon-Paris, 1989, p. 478-487.
  • 10 Cf. A. Prosdocimi, Le religioni degli Italici, in G. Pugliese Carratelli (éd.), Italia omnium terr (...)
  • 11 Voir par ex. J.-P. Morel, Gli scavi del santuario di Vastogirardi, in Sannio : Pentri e Frentani…,(...)

3Vu les nombreux liens d’Héraclès ou Hercule avec le monde pastoral9, il est donc presque inévitable de relier la popularité d’Hercule en Italie centrale aux activités pastorales répandues dans cette même région. Mais à part ses qualités de « bouvier divin », Hercule est en vérité une divinité assez polyvalente10, et par conséquent ce lien, généralement admis, n’est pas de toute évidence et pourrait aussi être mis en question. Si les bergers transhumants pouvaient constituer une clientèle régulière pour les sanctuaires, il est peu probable qu’ils soient responsables de l’expansion monumentale que connurent certains sanctuaires. La monumentalisation et l’embellissement des sanctuaires herculéens (et aussi d’autres sanctuaires) à partir du iie siècle av. J.-C, ainsi que la présence de riches offrandes dans certains de ceux-ci, sont inconcevables sans l’intervention de personnages appartenant à des classes plus élevées de la société, comme des commerçants fortunés ou des notables locaux11. Les sanctuaires qui se trouvaient près d’une source tenue pour miraculeuse (parfois jusqu’à nos jours) étaient sans doute également fréquentés par d’autres fidèles que les seuls bergers transhumants.

  • 12 Cf. Letta, Isantuari rurali…, art. cit. (n. 2), p. 119.
  • 13 Cf. G. Barker, The Archaeology of the Italian Shepherd, in PCPhS, 215 (1989), p. 14.

4Mais qu’on le veuille ou non, malgré le caractère polyvalent du héros et la provenance de ces fidèles de tous les niveaux de la population12, et malgré les difficultés pour saisir archéologiquement les traces des troupeaux transhumants13, les sanctuaires herculéens restent toutefois des indices assez éloquents, quelquefois même incontestables, pour l’existence de liens entre le culte d’Hercule et l’élevage transhumant des bestiaux sur le versant adriatique de l’Apennin centro-méridional, en commençant par leur localisation (souvent la seule donnée connue) le long des drailles de la transhumance, les calles publicae, pour autant qu’on puisse les reconstituer.

  • 14 Cf. Pasquinucci, in Gabba-Pasquinucci, op. cit. (n. 4), p. 170 sq.
  • 15 Sur le problème de la continuité ou discontinuité de la transhumance, voir en dernier lieu G. Volp (...)
  • 16 Pasquinucci, loc. cit. (n. 14) ; EAD., art. cit. 1981 (n. 4).

5Dans les zones montagneuses, les itinéraires suivis par les troupeaux lors du passage des pâturages d’hiver aux pâturages d’été, et vice versa, étaient sans doute en grande partie imposés par la nature du terrain. Dans les plaines, afin d’éviter que les animaux ne causent des dégâts à l’agriculture, il a fallu délimiter des pistes ou plutôt des bandes de terre non labourée, réservées aux troupeaux transhumants. En Italie centro-méridionale, le réseau ainsi formé de calles publicae, parfois doublé de voies publiques d’époque impériale14, a constitué pendant longtemps le principal moyen de communication entre la Sabine, le Samnium et l’Apulie, et celà très probablement encore au Moyen Âge, quand les temps incertains avaient fortement réduit ou même fait disparaître la transhumance à longue distance15. Il n’est donc pas surprenant que, lorsqu’au xve siècle Alphonse Ier d’Aragon réorganise la transhumance à longue distance entre l’Apennin central et l’Apulie (à nouveau politiquement réunis dans le Royaume de Naples), les nouvelles drailles, « tratturi alfonsini », reprennent beaucoup de tronçons du réseau antique16 et par conséquent il n’est donc point injustifié d’utiliser les « tratturi » du Royaume de Naples pour reconstituer le réseau antique des calles publicae. Aux extrémités seulement du nouveau réseau, la Situation subit quelques changements : au nord le réseau « alfonsino » s’arrête aux confins du Royaume de Naples au lieu de se prolonger, comme les calles publicae, jusqu’au bassin de Rieti (hors du Royaume); au sud la nouvelle ville de Foggia devint le nœud principal des nouveaux « tratturi » et fit ainsi quelque peu dévier le réseau de calles publicae qui touchaient les différents centres dauniens disparus ou extrêmement réduits (Teanum Apulum, Arpi, Salapia, Herdonia, etc.).

  • 17 Cf. W. Capezzali, La civiltà del tratturo, L’Aquila, 1982, p. 10 ; La Torre, art. cit. (n. 11), p. (...)
  • 18 Cf. Van Wonterghem, art. cit. (n. 2), p. 320 sq. ; Letta, art. cit. (n. 2), p. 118 ; Pasquinucci, (...)

6Parcourant ces « tratturi », qui n’ont pas encore entièrement disparu du paysage, on rencontre de nombreuses chapelles ou églises rurales témoignant de la dévotion des bergers17. De la même façon, les calles publicae semblent avoir été jalonnées par de nombreux lieux de culte, isolés ou non et plus ou moins monumentalisés. L’itinéraire religieux ci-après, le long du réseau des drailles antiques, montre que dans la plupart de ces lieux de culte les témoignages de dévotion pour Hercule sont particulièrement nombreux, et, de surcroît, il se trouve que dans un grand nombre de ceux-ci Hercule était même la divinité principale ou titulaire. Si la diffusion du culte d’Hercule dans ces parages est sans aucun doute antérieure à la romanisation, sa popularité continue à l’époque romaine et les témoignages conservés – archéologiques et épigraphiques – sont pour la plupart datables entre le iie siècle av. J.-C. et le début de l’Empire, période à laquelle se réfèrent aussi la plupart des sources écrites relatives à la transhumance18.

  • 19 Pasquinucci, art. cit. 1990 (n. 4), p. 166-167.

7Comme le réseau formé par les trois principaux « tratturi alfonsini », le réseau antique de calles publicae comprenait sans doute aussi essentiellement trois axes (voir carte : fig. 1) : 1) un axe côtier reliant la plaine daunienne à la Maiella (Marrucini), au Gran Sasso (Vestini), aux Monti della Laga et au Cicolano près de Rieti (Aequiculi, Sabini); 2) un axe intermédiaire se dirigeant vers la Conque de Sulmona (Paeligni), le Fucino (Marsi) et le Monte Velino (Ager Albensisy, 3) un axe intérieur reliant la partie méridionale de la Daunie au Samnium, jusqu’à la vallée du Sangro (Samnites Pentri). À l’exception de certains points fixes ou passages obligatoires – comme les cols de montagne et les passages des fleuves, tout comme les abreuvoirs indispensables aux troupeaux – il reste encore très difficile, sinon impossible, de reconstituer en détail le tracé des calles publicae, qui d’ailleurs, déjà durant l’Antiquité, peuvent avoir subi des modifications19. Pour ce qui nous concerne ces variations ont peut-être moins d’importance, car, pour la plupart, les lieux de culte en question sont précisément situés à ces endroits « stratégiques » du parcours.

  • 20 Sur l’élevage dans le « Tavoliere » et le Gargano voir Volpe, op. cit. (n. 7), p. 72 sq. ; E. Anto (...)
  • 21 Antonacci Sanpaolo, Ricerche archeoambientali…, art. cit. (n. 20), p. 87 sq. ; EAD. & L. Quilici, (...)
  • 22 Cf. M. Caroccia, Contributo topografico all’identificazione di Buca nel territorio frentano, in At (...)
  • 23 CIL, IX, 2826 ; cf. Corbier, art. cit. (n. 4), p. 153-154, 164.
  • 24 A. Di Niro, Il culto di Ercole tra i Sanniti Pentri e Frentani. Nuove testimonianze, Salerno 1977, (...)
  • 25 L. Anelli, in NSA, 27 (1902), p. 125-126 (S. Rocco) ; E. Fabricotti (éd.), Il Museo Comunale di Va (...)

8Suivons d’abord la voie côtière. Si le premier « tratturo alfonsino », de Foggia à L’Aquila, sans doute pour des raisons de sécurité, restait toujours à une bonne dizaine de km de la côte, une draille antique suivait probablement la côte de plus près. Partant probablement près de Sipontum ou des salines de Salapia, et longeant d’abord le pied du Gargano, cette piste traversait ensuite le centre daunien de Teanum Apulum, qui dominait le passage du fleuve Fortore au « Ponte di Civitate »20. Au point le plus haut de l’habitat de Teanum Apulum, le « Coppa Mengoni », fut récemment reconnu un lieu de culte dédié à Hercule, certainement fréquenté durant les derniers siècles avant notre ère (fig. 2 : 1)21. Après Teanum Apulum, la draille se dirigeait probablement vers Campomarino (l’antique Buca ?)22, au passage du Biferno près de son embouchure, et Termoli, où le passage d’une draille antique semble attesté par une inscription tardive23. Longeant la côte nous arrivons au fleuve Trigno dont le passage est jalonné, sur les deux rives, de témoignages du culte d’Hercule : au sud sur le Monte Bello de Montenero di Bisaccia, et au nord sur le Colle Selvotta24. Il n’est pas exclu qu’à l’époque romaine les zones marécageuses aux embouchures du Trigno aient également abrité des salines. Après Vasto, l’antique Histonium, nous rencontrons à nouveau un lieu de culte herculéen au lieu-dit S. Rocco, et peut-être aussi près de la Punta di Penna25.

  • 26 R. Papi, in ArchClass, 31 (1979), p. 18-19, n. 2 et p. 20, carte fig. 1.
  • 27 Di Niro, op. cit. (n. 24), p. 27, 44-45, 59-60 ; Ε. De Felice, Larinum, Florence, 1994 (Forma Ital (...)
  • 28 E. Fabricotti, Il santuario di Atessa, in QIASA, 3 (1982-83), p. 85-119 ; EAD., Il bronzetto di At (...)

9Avant de descendre dans la plaine fluviale du Sangro, le prochain fleuve à traverser, près de la Madonna del Pozzo de Villalfonsina, le culte d’Hercule est à nouveau attesté26. Après le passage du Sangro, la draille antique se dirigeait probablement vers Lanciano (Anxanum), plus à l’intérieur du pays, et situé sur le tracé du premier « tratturo alfonsino ». Il est très possible qu’entre Teanum Apulum et Anxanum la draille côtière ait été dédoublée par une variante à 10-15 km de la mer, dont le tracé fut plus ou moins repris par un tronçon du premier « tratturo alfonsino ». Le long ou près de ce tronçon nous rencontrons de nombreux témoignages du culte d’Hercule à Larinum, connu comme centre d’élevage transhumant27, et un petit sanctuaire rural, dont l’attribution reste incertaine, au lieu-dit Passo Porcari près d’Atessa, au passage du fleuve Sangro28.

  • 29 La Torre, art. cit. (n. 11), p. 126-128 et 146, fig. 56.
  • 30 A. La Regina, Ricerche sugli insediamenti vestini, in MAL, s. VIII-XIII, 5 (1968), p. 421 ; CIL, I (...)
  • 31 La Regina, op. cit. (n. 30), p. 412-413 ; G. Angeletti, in SE, 51 (1983), p. 483-484 ; E. Mattiocc (...)
  • 32 Non loin du « tratturo », à l’église S. Silvestro, est attesté un collegius Herc(ulis) (CIL, IX, 3 (...)
  • 33 E. Mattiocco, Centri fortificati vestini, Chieti-Sulmona 1986, p. 96 et 107 ; Mattiocco-Van Wonter (...)

10Au-delà de Lanciano, une draille antique suivait probablement le même tracé que le premier « tratturo alfonsino », passant sur les derniers contreforts de la Maiella près de Vacri, Pretoro et Manopello, pour traverser le fleuve Pescara (Aternus) entre Scafa (Ceii) et Alanno. Dans un sanctuaire rural sur le Colle Porcareccia, près de Vacri, la dévotion pour Hercule est amplement attestée29 et plus loin à nouveau près de la Fonte S. Angelo, sur le territoire de la commune d’Alanno, dominant le passage du Pescara30. La draille continue ensuite son chemin vers le massif du Gran Sasso et traverse le dernier contrefort de ce massif par la Forca di Penne. Peu avant nous retrouvons, non loin de la draille, près de Pescosansonesco, dans les pâturages sur le versant E. du Monte Picca, un petit sanctuaire qui domine tout le cours inférieur du Pescara des Gorges de Popoli jusqu’à l’Adriatique31. Situé à environ 700 m d’altitude et près d’une nappe d’eau, ce sanctuaire de montagne, fréquenté apparemment du ve siècle avant jusqu’au iiie siècle après J.-C, conserve plusieurs indices de dévotion herculéenne. Après Forca di Penne la draille longeait les sources du Tirino, entre Ofena (Aufinum)32 et Capestrano, pour aboutir ensuite au plateau de Barisciano, à S. Maria dei Centorelli, une église isolée, flanquée d’un refuge pour les bergers. Le nom médiéval de cette église – S. Maria di Coronule – pourrait être dérivé de l’épithète d’Hercule Curinus33.

  • 34 E. Mattiocco, Il culto di Ercole tra i peligni, Sulmona, 1973 (Quademi di Abruzzo, 8), p. 8, n. 14 (...)
  • 35 H. Fuhrmann, in AA (1941), c. 629 sq. ; G. Iaculli, in Prima Italia, Bruxelles, 1980, p. 226-227, (...)
  • 36 La Regina, art. cit. (n. 30), p. 402 sq. ; CIL, I2, 394.

11Entre Manopello et Centorelli existait probablement déjà à l’époque romaine une variante qui (comme le tratturo Centorelli-Montesecco) traversait le Pescara près d’Interpromium, un passage également protégé par un lieu de culte herculéen à Fara di Bolognano34. Bien que situé à quelques km au sud du tratturo, en direction de la Maiella, on ne peut passer sous silence cet autre lieu de culte herculéen, connu par le dépôt votif de Caramanico, retrouvé tout près de l’église de S. Tommaso (Salle)35. Après Interpromium cette draille continuait par Bussi et Navelli (Incerulae) – où se trouvait un sanctuaire dédié à Hercules lovius36 – vers la Madonna dei Centorelli.

  • 37 Ibid., p. 393-400. – Sur le culte d’Hercule dans ces parages, voir aussi ibid. p. 378 ; F. Giustiz (...)
  • 38 N. Persichetti, in NSA, 27 (1902), p. 471 sq. ; La Regina, art. cit. (n. 30), p. 376 sq.

12Au-delà de Centorelli le tracé correspond à la Via Claudia Nova et au tratturo L’Aquila-Foggia : traversant toute la ville de Peltuinum, une des cités principales des Vestini, particulièrement renommés pour leur fromagerie, et ensuite le vicus de Furfo, deux étapes où les témoignages du culte d’Hercule ne font pas défaut37. Plus loin la draille descend dans la vallée de l’Aterno et arrive à la zone de repos de Onna (Paganica), où tout près furent trouvés – au début du siècle – les restes du sanctuaire d’Hercule du Pagus Fificulanus38.

  • 39 S. Segenni, Amiternum e il suo territorio in età romana, Pise, 1985, p. 71, 79, 123.
  • 40 Cf. G. Barker, A. Grant et al., Ancient and Modem Pastoralism in Central Italy, in PBSR, 59 (1991) (...)
  • 41 M. Verzar, L’ara di Lucius Munius a Rieti, in MEFRA, 97 (1985), p. 295-323 ; M.C. Spadoni Cerroni, (...)
  • 42 Cf. G. Cerulli Irelli, Edizione archeologica della carta d’Italia al 100.000. Foglio 140 (Teramo), (...)

13Sous la ville de L’Aquila nous touchons l’extrémité N. du « tratturo » L’Aquila-Foggia, mais la draille antique poursuivait sans doute son chemin à travers le bassin d’Amiternum, où le culte d’Hercule est à nouveau amplement attesté39, et ensuite à travers les montagnes du Cicolano, aux abords de Rieti (Reate). Les montagnes du Cicolano, au SE de Rieti, constituaient probablement les pâturages d’été les plus lointains pour les troupeaux venant d’Apulie40. Pour ceux-ci le sanctuaire herculéen de Contigliano, à l’ouest de Rieti, aux abords des Monts Sabins41, se trouvait peut-être déjà hors de portée. Une ramification du « tratturo » L’Aquila-Foggia, le « tratturo » Frisa-Rocca di Roseto, qui après Lanciano continue à suivre la côte vers le nord jusqu’à Montesilvano (ad salinas) et se dirige ensuite vers les Monti della Laga, passant près du sanctuaire d’Hercule de Montorio al Vomano42, correspond probablement aussi à une réalité antique.

  • 43 Cf. Pasquinucci, in Gabba-Pasquinucci, op. cit. (n. 4), p. 178 sq., fig. 1.

14À l’époque romaine le parcours intermédiaire suivait grosso modo la direction du second « tratturo alfonsino » entre Celano et Lucera, qui fut par après dédoublé par les « tratturi » Celano-Foggia et Castel di Sangro-Lucera43. Comme le parcours exact de la partie centrale de ce second « tratturo alfonsino » est très mal connu, la reconstitution détaillée de la situation antique est pour l’instant également prématurée, mais on pourrait proposer un parcours suivant en grande partie le tronçon méridional du « tratturo » Castel di Sangro-Lucera et le tronçon septentrional du « tratturo » Celano-Foggia.

  • 44 Cf. G. Colonna, Bronzi votivi umbro-sabellici a figura umana I, Florence, 1970, p. 134, n° 401, pl (...)
  • 45 Cf. Colonna, op. cit. (n. 44), p. 155-156, n° 475, pl. CXVII.
  • 46 Di Niro, op. cit. (n. 24), p. 26 ; S. Capini, A. Di Niro (éds), Samnium : archeologia del Molise, (...)
  • 47 Di Niro, op. cit. (n. 24), p. 15 (Roccaspromonte), et p. 32-36, 43-44, 52-56 (Ripalimosani). Le no (...)
  • 48 Ibid., p. 27 et 79 sq. (Pietrabbondante), et p. 29-30, 51-52 (Vastogirardi).
  • 49 Cf. CIL, IX, 2795-2796 ; A. De Nino, in NSA, 11 (1886), p. 170. V. Balzano, Aufidena, Rome, 1923, (...)
  • 50 Forma Italiae, op. cit. (n. 3), p. 276 sq. – De nouvelles fouilles à l’ouest de Cansano semblent c (...)
  • 51 Forma Italiae, op. cit. (n. 3), p. 271, n° 159/2 ; Corbier, op. cit. (n. 4), p. 164.
  • 52 Mattiocco-Van Wonterghem, art. cit. (n. 3), p. 47 sq.
  • 53 Cf. supra (n. 3). Pour le sanctuaire du Monte Morrone voir Dalla Villa di Ovidio…, op. cit. (n. 3) (...)

15Dans la première partie du trajet les témoignages de dévotion herculéenne, sans être abondants, sont toutefois assez significatifs : d’abord à Lucera (Luceria)44, au passage des Monti della Daunia près de Volturara Appula45, dans la vallée du Tappino à Campodipietra46, au passage vers la vallée du Biferno à Ripalimosani et Roccaspromonte47, et entre le Trigno et le Sangro – à quelque distance – dans les sanctuaires de Pietrabbondante et Vastogirardi48. Près de la traversée du Sangro un sanctuaire d’Hercule semble avoir existé à l’endroit du monastère de S. Maria di Cinquemiglia, à l’Ε. de Castel di Sangro49. Pendant l’Antiquité, pour passer de la vallée du Sangro au bassin de Sulmona, les troupeaux évitaient probablement le « Piano di Cinquemiglia » (1260 m) pour traverser le Piano Primo Campo (1295 m) et passer à Iovis Larene près de Cansano50. Une inscription faisant référence à la transhumance a été trouvée le long de ce trajet aux abords du bassin de Sulmona (Sulmo)51. À partir de Cansano le culte d’Hercule est abondamment attesté dans tout le territoire des Paeligni, surtout dans les zones de pâturages aux bords du bassin de Sulmona et dans les vallées secondaires52. Récemment fut mis au jour, près de Corfinio, un sanctuaire d’Hercule qui apparemment ne devait pas céder en importance à celui d’Hercules Curinus sur le flanc du Monte Morrone près de Sulmona53.

  • 54 MattioccoVan Wonterghem, art. cit. (n. 3), p. 56.
  • 55 Reintegra dei regi tratturi ordinata dal presidente ed awocato fiscale della Dogana Alfonso Crivel (...)
  • 56 Cf. Pasquinucci, in Gabba-Pasquinucci, op. cit. (n. 4), p. 178 et fig. 1.
  • 57 Forma Italiae, op. cit. (n. 3), p. 82 sq., 97 sq., 101 ; Mattiocco-Van Wonterghem, art. cit. (n. 3 (...)
  • 58 Mattiocco-Van Wonterghem, op. cit. (n. 3), p. 66 sq.

16Après le bassin de Sulmona la draille en question pouvait rejoindre le massif du Velino dans le territoire d’Alba Fucens, suivant le tracé de la Via (Claudia) Valeria, comme le « tratturo » Celano-Foggia. Le long de ce trajet, le culte d’Hercule est attesté à Goriano Sicoli (Statulae)54 et, après avoir franchi le col du Mons Imeus (Forca Caruso, 1107 m), au Piano di S. Nicola, où l’épithète herculéenne « Curino » apparaît encore sur une ancienne carte du « tratturo » (fig. 3)55. Les troupeaux pouvaient aussi traverser toute la Valle Subequana et ensuite le plateau de Rocca di Mezzo, comme le second « tratturo alfonsino »56. Cette dernière possibilité est suggérée par la présence de plusieurs étapes herculéennes dans la Valle Subequana, en particulier près de fontaines, toujours fréquentées par les troupeaux, comme la « Fonte S. Agata » à Castelvecchio Subequo (Superaequum) ou la « Fonte S. Gregorio » près de Secinaro (fig. 4)57. À Superaequum, le centre de la vallée, se trouvait non seulement un important sanctuaire d’Hercule, mais probablement aussi un marché de bestiaux et de produits de l’élevage58.

  • 59 H. Devijver, F. Van Wonterghem, in Acta Arch. Lov., 20 (1981), p. 60, 67 ; F. Coarelli, A. La Regi (...)
  • 60 Cf. Torelli, art. cit. (n. 20), p. 111 sq. ; Murolo, art. cit. (n. 20), p. 114 sq. ; Mastrocinque, (...)
  • 61 CIL, IX, 3961, inscription conservée à Tagliacozzo, Pal. Mastroddi ; cf. C. Letta, S. D’Amato, Epi (...)
  • 62 Dimensions : h. 11 cm, diam. 9 cm. Lecture incomplète chez F. De Visscher, in AC, 24 (1955), p. 80 (...)

17De même, dans la colonie latine d’Alba Fucens, on a pu identifier également un forum pecuarium placé sous la protection d’Hercule (fig. 5 et 6 : Τ)59. Au fond du petit sacellum, situé à l’extrémité NO de ce marché de bestiaux, fut trouvée une statue colossale d’Hercules Epitrapezios; dans la main gauche tendue le héros porterait une écuelle contenant du sel, apparemment une allusion à sa qualité de protecteur de l’approvisionnement en sel, élément vital pour hommes et animaux (fig. 7)60. Dans la même optique, les lettres SALA qui apparaissent à la fin d’une dédicace de la part de Cult(ores) Hercul(is), provenant du territoire d’Alba Fucens, sont aujourd’hui le plus souvent interprétées comme une forme abrégée de « Sala(rii) » (fig. 8)61. À la documentation épigra-phique relative au culte d’Hercule à Alba Fucens peut être ajouté un fragment de colonnette en calcaire – apparemment une base d’ex-voto – trouvé au macellum (cf. fig. 6 : M) et portant la dédicace : HIIR. D. D. L. M (fig. 9)62.

  • 63 G. Filippi, Recenti acquisizioni su abitati e luoghi di culto nell’ager Aequiculanus, in Archeolog (...)
  • 64 H. Devijver, F. Van Wonterghem, « Nuova » testimonianza epigrafica sull’allevamento transumante in (...)

18Au nord d’Alba Fucens, dans la vallée du Salto et les pâturages environnants du territoire des Aequiculi, plusieurs sanctuaires ruraux ont été repérés : S. Erasmo de Corvaro (Borgorose), S. Giovanni in Leopardis (Borgorose), S. Angelo de Civitella di Nesce (Pescorocchiano), Alzano (Pescorocchiano), S. Angelo in Cacumine (Fiamignano)63. Si de ces lieux de culte jusqu’à présent la divinité ne peut être identifiée avec certitude, Hercule figure toutefois parmi les possibles titulaires de plusieurs d’entre eux. Il faut noter cependant que les troupeaux passant l’été autour d’Alba Fucens et dans le territoire des Aequiculi pouvaient aussi descendre pour l’hiver vers les plaines du Latium. De la découverte à Alba Fucens de l’épitaphe d’un berger apparemment originaire de Praeneste, on pourrait déduire que la ville au pied du Monte Velino fut un centre d’élevage transhumant aussi bien vers le Latium que vers l’Apulie64.

  • 65 Coarelli-La Regina, op. cit. (n. 59), p. 268 sq.
  • 66 Ibid., p. 313 sq. ; AA. W., Iuvanum, in Papers in Italian Archaeology IV, Part IV, Oxford, 1985 (B (...)

19L’axe intermédiaire, que nous venons de suivre, reste toujours à quelque 40-50 Km des voies pastorales côtières, mais il était très probablement raccordé à celles-ci par quelques drailles transversales. Une piste entre Latinum et le cours moyen du Sangro suivait probablement plus ou moins le tracé du « tratturo » Ateleta-Biferno, passant tout près des sanctuaires de Schiavi d’Abruzzo et de Capracotta65, et une autre semble avoir passé plus au N., par Monte Pallano et Iuvanum, pour aboutir à Iovis Larene chez les Paeligni66.

  • 67 Pasquinucci, in Gabba-Pasquinucci, op. cit. (n. 4), p. 179 sq., fig. 30 ; Volpe, op. cit. (n. 7), (...)
  • 68 W. Johannowski, Circello, Casalbore e Flumeri nel quadro della romanizzazione dell’Irpinia, in La (...)
  • 69 CF. A. La Regina, Note sulla formazione dei centri urbani in area sabellica, in Studi sulla città (...)
  • 70 M. Gaggiotti, La fase ellenistica di Sepino, in La romanisation du Samnium…, op. cit. (n. 4), p. 3 (...)
  • 71 Cf. M. Mateini Chiari, in Saepinum. Museo documentario dell’Altilia, Campobasso, 1982, p. 125.
  • 72 Di Niro, op. cit. (n. 24), p. 60-63 ; Gaggiotti, art. cit. (n. 70), p. 36.
  • 73 AA. W., Campochiaro. Potenzialità di intervento sut beni culturali, Campobasso, 1982, p. 18-80 ; C (...)
  • 74 Cf. Torelli, art. cit. (n. 20), p. 116 ; supra, n. 60.

20Sur l’axe intérieur, le « tratturo » moderne Pescasseroli-Candela et son prolongement vers Canosa doivent correspondre plus ou moins à la callis publica qui dut exister à l’époque romaine entre l’Apulie et le Samnium67. Partant vraisemblablement au passage de l’Ofanto aux abords du centre lainier de Canusium (Canosa), cette draille se dirigeait directement vers l’intérieur et évitait ainsi de traverser les fleuves adriatiques. Après avoir longé ou traversé plusieurs centres samnites, jusqu’à présent archéologiquement encore mal connus (Aequum Tuticum, Casalbore, Circello)68, elle atteint, après un parcours de quelque 150 km, le pied du massif du Matese, qui pouvait déjà offrir d’excellents pâturages d’été. Les deux petites agglomérations antiques au pied du massif, toujours traversées par le « tratturo » et portant les noms significatifs de Saepinum (qui semble évoquer une enceinte pour les troupeaux) et Bovianum (se référant peut-être à un marché bovin)69, montrent bien la continuité en ces parages du chemin de la transhumance. Saepinum, dont l’aménagement urbain remonte à l’époque augustéenne, trouva très probablement ses origines dans un lieu de repos et de marché lié à la transhumance70. Même s’il est encore impossible d’identifier avec certitude l’emplacement du sanctuaire – peut-être un sacellum au côté SE du forum (cf. fig. 10 : A)71 – le culte d’Hercule y est amplement attesté par un dépôt de statuettes d’époque hellénistique et quelques fragments sculpturaux d’époque impériale, dont le fragment d’une statuette en marbre de type Lysippéen72. Avant d’arriver à Bovianum une ramification de la draille principale conduisait aux pâturages du Matese, passant par le sanctuaire d’Hercules Ranus près de Campochiaro73. Le qualificatif « Ranus » qui apparaît dans la source tardive qu’est la Tabula Peutingeriana, jadis interprété comme une forme corrompue de Curinus, est maintenant mis en rapport avec cette autre fonction d’Hercule, à savoir protecteur de l’approvisionnement en sel, comme à Alba Fucens74.

  • 75 Jusqu’à présent le culte d’Hercule n’y semble attesté que dans un culte familial (cultores Hercul( (...)
  • 76 Sur le problème de la localisation d’Aufidena, cf. Coarelli-La Regina, op. cit. (n. 59), p. 165 ; (...)
  • 77 Cf. supra n. 33.
  • 78 L. Mariani, Aufidena, in MonAL, 10 (1900), c. 260-263.
  • 79 Letta-D’Amato, op. cit. (n. 61), p. 104 sq. et 224 sq. ; G. Grossi, Topografia antica del territor (...)

21Aprés avoir longé le Matese, la draille antique, tout comme le « tratturo » plus récent, poursuivait sa route vers le centre de l’Apennin, passant la colonie latine Aesernia75 et traversant l’habitat samnite au lieu-dit « Curino », près d’Alfedena76. Mis à part le nom assez révélateur77, Hercule n’y est attesté jusqu’à présent que par plusieurs statuettes de bronze78. Au-delà d’Alfedena le « tratturo » moderne poursuit son chemin le long du cours supérieur du Sangro jusqu’à proximité des sources du fleuve près de Pescasseroli. Il est possible que la draille romaine ait longé également le Sangro et ait été reliée aux pâturages des Marsi autour de la Vallelonga, où un sanctuaire d’Hercule peut être repéré près de Trasacco (Supinum)79.

  • 80 Cf. Hor., epod. 16, 51 : … vespertinus circumgemit ursus ovile ; E. D’Orazio, La pastorizia abruzz (...)
  • 81 Cf. supra et n. 36. Pour les témoignages de Jupiter dans la région qui nous occupe cf. M. Buonocor (...)
  • 82 Cf. D’Ercole, op. cit. (n. 44), p. 226 sq. Le culte d’Hercule était probablement aussi présent dan (...)

22Il n’est pas toujours facile de trancher si et dans quelle mesure tous ces sanctuaires situés à proximité des calles publicae étaient vraiment fréquentés par les bergers et les troupeaux transhumants. Hercule était sans doute la divinité indiquée à laquelle les bergers pouvaient s’adresser pour qu’il protège leurs troupeaux contre les dangers qui pouvaient les menacer le long du voyage, surtout dans les passages dangereux (gués, cols), ou encore contre les animaux sauvages (loups, ours, …) qui étaient présents (et le sont toujours) dans les montagnes des Abruzzes80. Probablement s’adressaient-ils aussi à d’autres divinités comme Jupiter (cf. Hercules Iovius)81, ou Athéna (par exemple à Lucera, où furent trouvés beaucoup d’ex-voto d’animaux)82.

  • 83 Cf. par ex. la très suggestive restitution du sanctuaire d’Hercule de Serra Lustrante, près d’Arme (...)

23De plusieurs sanctuaires, connus seulement par une concordance de différents témoignages et indices, la localisation précise n’est même pas connue. D’autres peuvent être localisés avec précision mais ils ne firent jamais l’objet de recherches systématiques. Finalement très peu de sanctuaires ont été fouillés et encore moins ont été suffisamment publiés. Les données disponibles pour connaître l’aménagement interne, les pratiques cultuelles, les usagers, etc. sont donc assez réduites83. Plus particulièrement dans le cadre de notre enquête, il serait intéressant d’avoir des données sur les restes d’animaux trouvés dans les sanctuaires, ainsi que sur les ex-voto que les fidèles y ont laissés.

  • 84 Alvino, De Grossi Mazzorin, art. cit. (n. 63), p. 484-486.
  • 85 S. Sublimi Saponetti, I resti di animait di Gravetta (Lavello PZ), in Comunità indigene…, op. cit. (...)

24Le sanctuaire de Civitella di Nesce, dans la vallée du Salto entre Alba Fucens et Reate, est l’un des rares pour lesquels soient disponibles des données sur les restes osseux d’animaux. En l’occurrence ceux-ci sont constitués pour 85 % d’ossements ovins et caprins, vraisemblablement provenant d’animaux abattus à un âge assez élevé (à partir de 3 ans ou plus) pour des buts sacrificiels84. S’agit-il de sacrifices de la part des conducteurs de troupeaux pour implorer la protection d’Hercule, ou est-ce que les bergers n’étaient que les fournisseurs d’animaux de sacrifice, en l’occurrence des animaux trop vieux pour le voyage ? Par comparaison, le matériel osseux d’un autre sanctuaire, à Forentum, un nœud de chemins de transhumance entre l’Apulie et la Lucanie, où Hercule est également attesté, montre aussi une majorité, mais beaucoup moins forte, d’ossements ovins et caprins (27,59 %), à côté d’un même pourcentage d’ossements de chiens85.

  • 86 Alba Fucens (favissae sur la colline de S. Pietro) : J. Mertens, in Alba Fucens, II, Bruxelles-Rom (...)
  • 87 Sur les poids de métier à tisser cf. F. Ferrandini Troisi, Pesi da telaio. Segni e interpretazione(...)

25Le matériel votif de la plupart des sanctuaires est également encore insuffisamment connu, mais on peut déjà constater que tous les sanctuaires dédiés à Hercule – ou dans lesquels Hercule était vénéré parmi d’autres divinités – pour lesquels sont disponibles des données sur les ex-voto, livrèrent outre des statuettes d’Hercule, des statuettes en terre cuite (ou plus rarement en bronze) représentant des animaux : à Alba Fucens, Campochiaro, Corfinio (fig. 11), Corvaro, Lucera, Pescorocchiano, Sulmona, Vacri, Villalfonsina86. Dans tous les cas sont présents des bovidés, parfois aussi des chevaux, mais très rarement des moutons. Avec l’élevage de moutons sont peut-être à mettre en rapport les poids de métier à tisser la laine87. Tous ces ex-voto ne constituent toujours qu’une petite partie parmi le grand nombre d’autres objets comme statuettes et ex-voto anatomiques (sanatio).

  • 88 Mattiocco-Van Wonterghem, art. cit. (n. 3), p. 47 sq.

26Dans la région des Paeligni, où l’on rencontre peut-être la plus forte concentration de lieux de culte dédiés au héros en question (au moins sept sanctuaires), ceux-ci sont tous sans exception situés près d’une source, dans certains cas une source considérée comme guérisseuse jusqu’à nos jours, et le héros y fut très probablement invoqué, entre autres, comme divinité salutaire, par des fidèles de tous rangs88.

27Les rapports entre les lieux de culte herculéens et les troupeaux transhumants n’étaient vraisemblablement pas les mêmes dans tous les cas examinés. Certains lieux de culte situés sur le parcours des calles surgirent peut-être exclusivement en fonction de la transhumance et des activités commerciales concomitantes (Saepinum, Alba Fucens, Teanum Apulum,). D’autres existaient déjà avant l’organisation à grande échelle de la transhumance à longue distance et trouvent leur origine dans la présence d’une source tenue pour salutaire, bien qu’il ne soit pas exclu que pour certains d’entre eux, situés dans des zones de pâturages – par exemple chez les Paeligni – l’élevage ait déjà accompagné les origines du culte. Mais l’élevage et la transhumance ne peuvent expliquer qu’en partie le grand succès du culte d’Hercule en Italie centrale qui connaît sans aucun doute d’autres aspects encore.

  • 89 Cf. L. Todisco, Monetazione, in AA. W., Introduzione all’artigianato della Puglia antica, Bari, 19 (...)
  • 90 Cf. C. Evers, C. Massart, L’artigianato artistico, in Herdonia, op. cit. (n. 87), p. 245 sq., 263- (...)
  • 91 Cf. M. Mazzei (éd.), Bovino. Studi per la storia della città antica. La collezione museale, Tarent (...)

28Certaines données concernant l’Apulie, et en particulier la plaine de la Daunie, où beaucoup de troupeaux passaient l’hiver, nous manquent encore pour compléter ce cadre. Hercule n’y était certainement pas absent, comme en témoignent par exemple des monnaies de nombreuses villes apuliennes89. Il est aussi significatif qu’à Herdonia, le centre daunien le plus étudié jusqu’à présent, Hercule soit la divinité la plus représentée parmi les sculptures trouvées dans la ville90. Les témoignages concernant le culte d’Hercule en Daunie, et en particulier dans le Subapennin daunien, sont aussi en augmentation constante91.

Liste des figures

29Fig. 1 : Les principales calles publicae entre l’Apulie et la Sabine.

30Fig. 2 : Topographie générale du site de Teanum Apulum (d’après Quilici-Antonacci Sanpaolo, an. cit.).

31Fig. 3 : Le tratturo Celano-Foggia au Piano di S. Nicola (d’après l’atlas de la « Reintegra » de A. Crivelli).

32Fig. 4 : Secinaro : la « Fonte S. Gregorio » (a) et un des cippes votifs retrouvés remployés dans l’abreuvoir (b) (CIL I2, 3254).

33Fig. 5 : Alba Fucens : plan du forum pecuarium (d’après J. Mertens, in Alba Fucens, I, Bruxelles-Rome, 1969, plan II).

34Fig. 6 : Alba Fucens : le sacellum d’Hercule (a) (photo J. Ch. Balty) et l’entrée latérale O. au forum pecuarium (b).

35Fig. 7 : Alba Fucens : statue d’Hercules Epitrapezios (photo J. Ch. Balty).

36Fig. 8 : Tagliacozzo : dédicace des cult(ores) Hercul(is) Sala(rii ?) (CIL IX, 3961).

37Fig. 9 : Alba Fucens : base d’ex-voto avec dédicace à Hercule (photo F. De Visscher).

38Fig. 10 : Plan de Saepinum (d’après De Benedittis-Gaggiotti-Mateini Chiari, Saepinum, Campobasso, 1984).

39Fig. 11 : Corfinio : ex-voto en bronze (a) et en terre-cuite (b).

Notes

1 Dans la revue Alumni, 34 (sept. 1964), p. 45-54.

2 F. Van Wonterghem, ILl culto di Ercole fra i popoli osco-sabellici, in C. Bonnet, C. Jourdain-Annequin (éds), Héraclès d’une rive à l’autre de la Méditerranée. Bilan et perspectives, Bruxelles-Rome, 1992, p. 319-351. Sur la popularité d’Hercule en Italie centrale voir aussi C. Letta, I santuari rurali nell’Italia centro-appenninica : valori religiosi e funzione aggregativa, in MEFRA, 104 (1992), p. 117 sq. ; G. Iaculli, IL tempio italico di Colle S. Giorgio (Castiglione Messer Raimondo), Penne, 1993, p. 115 sq. (app. 1 : i santuari d’Abruzzo).

3 L’importance du lieu n’était pas inconnue auparavant : cf. Forma Italiae (Regio IV – vol. I) : Superaequum, Corfinium, Sulmo, Florence, 1984, p. 178 n° 51 ; E. Mattiocco, F. Van Wonterghem, La fortuna di Ercole tra i Peligni, in E. Mattiocco (éd.), Dalla Villa di Ovidio al santuario di Ercole, Sulmona, 1989, p. 51 ; Enc. Arte Ant., 2e suppl. (1971-1994), Rome, 1994, s.v. Corfinium, p. 297. – Pour les recherches récentes, voir M. Buonocore, IL santuario di Ercole a Corfinium (loc. S. Ippolito) : prime acquisizioni epigrafiche, in Xenia Antiqua, 4 (1995), p. 179-198 (p. 194-195 : aperçu des témoignages épigraphiques relatifs au culte d’Hercule dans la regio IV) ; A. Mastrocinque, Ercole e le miracolose acque d’Abruzzo, in Archeologia viva, anno XV, 58 n. s. (lugl.-ag. 1996), p. 34-41.

4 L’ouvrage de E. Gabba et M. Pasquinucci, Strutture agrarie e allevamento transumante nell’Italia romana (III – I sec. a.C.), Pise, 1979, reste capital. – Voir aussi M. Pasquinucci, La trans-umanza e il paesaggio : alcune mappe di tratturi e dei pascoli “fiscali” di Puglia, in Fonti per lo studio del paesaggio agrario (Atti III convegno CISCU, Lucca 1979), Lucca, 1981, p. 51-67 ; EAD., Aspetti dell’allevamento transumante nell’Italia centro-meridionale adriatica, in Sannio : Pentri e Frentani dal VI al I sec. a.C. (Atti del convegno, 10-11 nov. 1980), Matrice, 1984, p. 99-102 ; EAD., Aspetti dell’allevamento transumante nell’Italia centro-meridionale fra l’età arcaica e il medioevo. Il caso della Sabina, in RELig, 56 (1990), p. 165-177 ; G. De Benedittis, Note sull’uso del territorio in un’area del Sannio interno nel periodo preromano, ibid., p. 179-191 ; M. Corbier, La transhumance entre le Samnium et l’Apulie : continuités entre l’époque républicaine et l’époque impériale, in La romanisa-tion du Samnium aux iie et ier siècles av. J. -C. (Actes du colloque, 4-5 nov. 1988), Naples, 1991, p. 149-176 ; G. Barker, L’origine della pastorizia e della transumanza in Italia, in G. DE Benedittis (éd.), Il mutevole aspetto di Clio. Le conferenze del premio « E.T. Salmon » I, Campobasso, 1994, p. 75-98.

5 Voir, par ex., la carte dans J.C. Duclos, A. Pitte (éds), L’homme et le mouton dans l’espace de la transhumance, Grenoble, 1994, p. 14-15.

6 Pour une confrontation de différentes opinions émises durant les dernières années voir par ex. A. Giardina, in Storia di Roma IV, Turin, 1989, p. 91-99 ; E. Dench, From Barbarians to New Men. Greek, Roman and Modem Perceptions of Peoples of the Central Apennines, Oxford, 1995, p. 111 sq.

7 Cf. par ex. C. Letta, Aspetti della romanizzazione in area marsa : il centro di Amplero, in Comunità indigene e problemi della romanizzazione nell’Italia centromeridionale (IV-III sec. av. C), Bruxelles-Rome, 1991, p. 166, 239-240 ; G. Volpe, La Daunia nell’età della romanizzazione. Paesaggio agrario, produzione, scambi, Bari, 1990, p. 72-75.

8 Cf. G. De Benedittis, art. cit. 1990 (n. 4), p. 179-191 ; F. Coarelli, I culti sannitici nel Lazio meridionale, in Comunità indigene…, op. cit. (n. 7), p. 179, 241.

9 Cf. C, Jourdain-Annequin, Héraclès aux portes du soir, Besançon-Paris, 1989, p. 478-487.

10 Cf. A. Prosdocimi, Le religioni degli Italici, in G. Pugliese Carratelli (éd.), Italia omnium terrarum parens, Milan, 1989, p. 529.

11 Voir par ex. J.-P. Morel, Gli scavi del santuario di Vastogirardi, in Sannio : Pentri e Frentani…, op. cit. (n. 4), p. 40-41 ; G.F. La Torre, Il santuario di Ercole Curino, in Dalla Villa di Ovidio…, op. cit. (n. 3), p. 123 sq. ; P.A. Gianfrotta, Eracle, Peticio e il commercio marittimo, ibid., p. 177 sq.

12 Cf. Letta, Isantuari rurali…, art. cit. (n. 2), p. 119.

13 Cf. G. Barker, The Archaeology of the Italian Shepherd, in PCPhS, 215 (1989), p. 14.

14 Cf. Pasquinucci, in Gabba-Pasquinucci, op. cit. (n. 4), p. 170 sq.

15 Sur le problème de la continuité ou discontinuité de la transhumance, voir en dernier lieu G. Volpe, Contadini, pastori e mercanti nell’Apulia tardoantica, Bari, 1996, p. 289-297 (avec bibl. ant.).

16 Pasquinucci, loc. cit. (n. 14) ; EAD., art. cit. 1981 (n. 4).

17 Cf. W. Capezzali, La civiltà del tratturo, L’Aquila, 1982, p. 10 ; La Torre, art. cit. (n. 11), p. 118.

18 Cf. Van Wonterghem, art. cit. (n. 2), p. 320 sq. ; Letta, art. cit. (n. 2), p. 118 ; Pasquinucci, in Gabba-Pasquinucci, op. cit. (n. 4), p. 92 sq.

19 Pasquinucci, art. cit. 1990 (n. 4), p. 166-167.

20 Sur l’élevage dans le « Tavoliere » et le Gargano voir Volpe, op. cit. (n. 7), p. 72 sq. ; E. Antonacci Sanpaolo, Ricerche archeoambientali nella Daunia antica. Paesaggio vegetale e alle-vamento, in Agricultura e commerci nell’Italia antica, Rome, 1995 (Atlante Tematico di Topogr. Ant., I suppl.), p. 72 sq. ; EAD., in M. Mazzei (éd.), Arpi, Bari, 1995, p. 23. — Sur l’importance du sel pour l’élevage des bestiaux et les rapports avec Hercule, voir M. Torelli, Gli aromi e il sale. Afrodite ed Eracle nell’emporia arcaica dell’Italia, in A. Mastrocinque (éd.), Ercole in Occidente (Atti convegno, Trento 1990), Trento, 1993, p. 114 sq. ; N. Murolo, Le saline herculeae di Pompei. Produzione del sale e culto di Ercole nella Campania antica, in Studi sulla Campania preromana, Rome, 1995, p. 108 sq. (avec bibl. ant.) ; cf. infra : Alba Fucens et Campochiaro. – « Ponte di Civitate » : voir Pasquinucci, in Gabba-Pasquinucci, op. cit. (n. 4), fig. 36-37.

21 Antonacci Sanpaolo, Ricerche archeoambientali…, art. cit. (n. 20), p. 87 sq. ; EAD. & L. Quilici, Tiati – Teanum Apulum – Civitate : topografia storica del territorio, in Atti del 15° Convegno Nazionale di Preistoria, Protostoria e Storia della Daunia II, San Severo, 1995, p. 86-87 et fig. 10 (avec bibl. ant.).

22 Cf. M. Caroccia, Contributo topografico all’identificazione di Buca nel territorio frentano, in Athenaeum, 80 (1992), p. 199-206. – Un lieu de culte antique aurait été reconnu près du Ponte Cirillo.

23 CIL, IX, 2826 ; cf. Corbier, art. cit. (n. 4), p. 153-154, 164.

24 A. Di Niro, Il culto di Ercole tra i Sanniti Pentri e Frentani. Nuove testimonianze, Salerno 1977, p. 30-32, n° 5 (Monte Bello) ; CIL, IX, 2835 (Selvotta).

25 L. Anelli, in NSA, 27 (1902), p. 125-126 (S. Rocco) ; E. Fabricotti (éd.), Il Museo Comunale di Vasto, Chieti, 1984, p. 45-49, 124 e pl. XV-XVI, XXXVI.

26 R. Papi, in ArchClass, 31 (1979), p. 18-19, n. 2 et p. 20, carte fig. 1.

27 Di Niro, op. cit. (n. 24), p. 27, 44-45, 59-60 ; Ε. De Felice, Larinum, Florence, 1994 (Forma Italiae, vol. 36), p. 31 n. 112 (les témoignages du culte d’Hercule seraient tous antérieurs au ier s. av. J.-C).

28 E. Fabricotti, Il santuario di Atessa, in QIASA, 3 (1982-83), p. 85-119 ; EAD., Il bronzetto di Atessa, in Studi Miscellanei 28, Rome, 1991, p. 209-220.

29 La Torre, art. cit. (n. 11), p. 126-128 et 146, fig. 56.

30 A. La Regina, Ricerche sugli insediamenti vestini, in MAL, s. VIII-XIII, 5 (1968), p. 421 ; CIL, IX, 3347. – Dépôt votif retrouvé au lieu-dit Fonte S. Angelo : cf. E. Siena, in AA. W., Progetto Valle del Pescara, in Archeologia Medievale, 22 (1995), p. 329.

31 La Regina, op. cit. (n. 30), p. 412-413 ; G. Angeletti, in SE, 51 (1983), p. 483-484 ; E. Mattiocco-R. Tuteri, in Boll. di Arch., 9 (maggio-giugno 1991), p. 86, n. 2.

32 Non loin du « tratturo », à l’église S. Silvestro, est attesté un collegius Herc(ulis) (CIL, IX, 3383) et plus haut, vers le Gran Sasso, à Castel del Monte, nous rencontrons deux autres membres d’un collège de cultores Herculis (AE 1984, 353).

33 E. Mattiocco, Centri fortificati vestini, Chieti-Sulmona 1986, p. 96 et 107 ; Mattiocco-Van Wonterghem, art. cit. (n. 3), p. 57 sq. et n. 42.

34 E. Mattiocco, Il culto di Ercole tra i peligni, Sulmona, 1973 (Quademi di Abruzzo, 8), p. 8, n. 14 et tav. II.

35 H. Fuhrmann, in AA (1941), c. 629 sq. ; G. Iaculli, in Prima Italia, Bruxelles, 1980, p. 226-227, n° 149 (avec bibl. ant.) ; R. Papi, Testimoniame archeologiche dalla valle dell’Orte : il deposito votivo di Caramanico, in La valle dell’Orte (Atti convegno, Caramanico 1991), in Quademi di Abruzzo, 14 (1992), p. 123-148.

36 La Regina, art. cit. (n. 30), p. 402 sq. ; CIL, I2, 394.

37 Ibid., p. 393-400. – Sur le culte d’Hercule dans ces parages, voir aussi ibid. p. 378 ; F. Giustizia, Paletnologia e arcbeologia di un territorio, Rome, 1985, p. 98. — Sur la fromagerie des Vestini cf. Mart., epigr. ΧIII, 31 ; Pline, N.H. XI, 241 ; Apic., de re coq. IV, 117.

38 N. Persichetti, in NSA, 27 (1902), p. 471 sq. ; La Regina, art. cit. (n. 30), p. 376 sq.

39 S. Segenni, Amiternum e il suo territorio in età romana, Pise, 1985, p. 71, 79, 123.

40 Cf. G. Barker, A. Grant et al., Ancient and Modem Pastoralism in Central Italy, in PBSR, 59 (1991), p. 15 sq. ; E. Migliario, Uomini, terre e strade. Aspetti dell’Italia centroappenninica fra Antichità e Medioevo, Bari, 1995, p. 84 sq.

41 M. Verzar, L’ara di Lucius Munius a Rieti, in MEFRA, 97 (1985), p. 295-323 ; M.C. Spadoni Cerroni, A. M. Reggiani, Reate, Pise, 1992, p. 75 sq., 94, 98, 151-152.

42 Cf. G. Cerulli Irelli, Edizione archeologica della carta d’Italia al 100.000. Foglio 140 (Teramo), Florence, 1971, p. 68 sq.

43 Cf. Pasquinucci, in Gabba-Pasquinucci, op. cit. (n. 4), p. 178 sq., fig. 1.

44 Cf. G. Colonna, Bronzi votivi umbro-sabellici a figura umana I, Florence, 1970, p. 134, n° 401, pl. XCV ; G.M. Fazia, Il Museo Civico di Lucera, in E.M. De Juliis Archeologia in Puglia, Bari, 1983, p. 38-39 ; M. Mazzei (éd.), La Daunia antica, Milan, 1984, p. 219, fig. 263 ; M.C. D’Ercole, La stipe votiva del Belvedere a Lucera, Rome, 1990, p. 178-179 ; Torelli, art. cit. (n. 20), p. 117 et fig. 3-4.

45 Cf. Colonna, op. cit. (n. 44), p. 155-156, n° 475, pl. CXVII.

46 Di Niro, op. cit. (n. 24), p. 26 ; S. Capini, A. Di Niro (éds), Samnium : archeologia del Molise, Rome, 1991, p. 166 et 382 (pl. XIV).

47 Di Niro, op. cit. (n. 24), p. 15 (Roccaspromonte), et p. 32-36, 43-44, 52-56 (Ripalimosani). Le nombre de statuettes trouvées à Ripalimosani pourrait certainement faire penser à l’existence d’un lieu de culte (peut-être sur la colline de la Madonna della Neve dominant le « tratturo » ?).

48 Ibid., p. 27 et 79 sq. (Pietrabbondante), et p. 29-30, 51-52 (Vastogirardi).

49 Cf. CIL, IX, 2795-2796 ; A. De Nino, in NSA, 11 (1886), p. 170. V. Balzano, Aufidena, Rome, 1923, p. 83-85.

50 Forma Italiae, op. cit. (n. 3), p. 276 sq. – De nouvelles fouilles à l’ouest de Cansano semblent confirmer la localisation dans ces parages de la mansio Iovis Larene (connue de la Tabula Peutingeriana), proposé pour la première fois par V. Cianfarani (FA IV, 1949, n. 3926), contrairement à la localisation près de Campo di Giove, qui était généralement acceptée depuis Holstenius (cf. Forma Italiae, p. 273-274) ; cf. E. Mattiocco, F. Van Wonterghem, Sulmona italica e romana, in E. Mattiocco, G. Papponetti (éds), Sulmona città d’arte e poeti, Pescara, 1996, p. 15-16, fig. 18.

51 Forma Italiae, op. cit. (n. 3), p. 271, n° 159/2 ; Corbier, op. cit. (n. 4), p. 164.

52 Mattiocco-Van Wonterghem, art. cit. (n. 3), p. 47 sq.

53 Cf. supra (n. 3). Pour le sanctuaire du Monte Morrone voir Dalla Villa di Ovidio…, op. cit. (n. 3) ; E. Mattiocco et R. Tuteri, in Sulmona citta d’arte e poeti, op. cit. (n. 50), p. 24-29.

54 MattioccoVan Wonterghem, art. cit. (n. 3), p. 56.

55 Reintegra dei regi tratturi ordinata dal presidente ed awocato fiscale della Dogana Alfonso Crivelli, ed eseguita dal regio agrimensore Giacomo di Giacomo (1712), Archivio di Stato di Foggia, Dogana delle pecore di Foggia, s. I., vol. 19, f° 68 T. ; cf. Pasquinucci, art. cit. 1981 (n. 4), p. 58 sq. - Pour le toponyme « Curino » cf. supra n. 33.

56 Cf. Pasquinucci, in Gabba-Pasquinucci, op. cit. (n. 4), p. 178 et fig. 1.

57 Forma Italiae, op. cit. (n. 3), p. 82 sq., 97 sq., 101 ; Mattiocco-Van Wonterghem, art. cit. (n. 3), p. 63 sq.

58 Mattiocco-Van Wonterghem, op. cit. (n. 3), p. 66 sq.

59 H. Devijver, F. Van Wonterghem, in Acta Arch. Lov., 20 (1981), p. 60, 67 ; F. Coarelli, A. La Regina, Abruzzo Molise, Rome-Bari, 1984 (Guide Archeologiche Laterza), p. 87. – Cf. aussi Murolo, art. cit. (n. 20), p. 113-115.

60 Cf. Torelli, art. cit. (n. 20), p. 111 sq. ; Murolo, art. cit. (n. 20), p. 114 sq. ; Mastrocinque, art. cit. (η. 3), p. 40 ; Campochiaro voir infra. – Sur l’aspect artistique de la statue, cf. A. Latini, Il colosso di Alba Fucens e l’Epitrapezio di Lisippo, in RdA, 19 (1995), p. 62-74 (avec bibl. ant.).

61 CIL, IX, 3961, inscription conservée à Tagliacozzo, Pal. Mastroddi ; cf. C. Letta, S. D’Amato, Epigrafia della regione dei Marsi, Milan, 1975, p. 227 n. 17 ; Coarelli-La Regina, loc. cit. (n. 59).

62 Dimensions : h. 11 cm, diam. 9 cm. Lecture incomplète chez F. De Visscher, in AC, 24 (1955), p. 80 n° 42 ; cf. Van Wonterghem, art. cit. (n. 2), p. 331, n. 79.

63 G. Filippi, Recenti acquisizioni su abitati e luoghi di culto nell’ager Aequiculanus, in Archeologia Laziale IV, Rome, 1984, p. 165-177 ; G. Grossi, Insediamenti italici nel Cicolano : territorio della « res publica Aequiculorum », L’Aquila, 1984, p. 51 sq. ; A.M. Reggiani Massarini, Santuario degli Equicoli a Corvaro, Rome, 1988 ; G. Alvino, J. De Grossi Mazzorin, Santuari, culti e paesaggi in un’area italica, in Archeologia Laziale, XII, 2, Rome, 1995, p. 475-486.

64 H. Devijver, F. Van Wonterghem, « Nuova » testimonianza epigrafica sull’allevamento transumante in territorio albense (AE 1974, 308), in AncSoc, 19 (1988), p. 97 sq. – Sur Hercule et l’élevage au Latium, cf. Murolo, art. cit. (n. 20), p. 113-114 ; Van Wonterghem, art. cit. (n. 2), passim et cartes fig. 4-6.

65 Coarelli-La Regina, op. cit. (n. 59), p. 268 sq.

66 Ibid., p. 313 sq. ; AA. W., Iuvanum, in Papers in Italian Archaeology IV, Part IV, Oxford, 1985 (Brit. Arch. Rep., Int. Ser. 246), p. 119 sq., 138 sq. ; G. Pace, in Iuvanum (Atti convegno, Chieti 1983), Chieti, 1990, p. 53.

67 Pasquinucci, in Gabba-Pasquinucci, op. cit. (n. 4), p. 179 sq., fig. 30 ; Volpe, op. cit. (n. 7), p. 88.

68 W. Johannowski, Circello, Casalbore e Flumeri nel quadro della romanizzazione dell’Irpinia, in La romanisation du Samnium…, op. cit. (n. 4), p. 57 sq.

69 CF. A. La Regina, Note sulla formazione dei centri urbani in area sabellica, in Studi sulla città antica (Atti del convegno di studi su « La città etrusca e italica preromana », Bologna 1966), Bologne, 1970, p. 199-200 ; Coarelli-La Regina, op. cit. (n. 59), p. 168.

70 M. Gaggiotti, La fase ellenistica di Sepino, in La romanisation du Samnium…, op. cit. (n. 4), p. 35 sq. ; voir aussi Capini-Di Niro, op. cit. (n. 46), p. 250-253.

71 Cf. M. Mateini Chiari, in Saepinum. Museo documentario dell’Altilia, Campobasso, 1982, p. 125.

72 Di Niro, op. cit. (n. 24), p. 60-63 ; Gaggiotti, art. cit. (n. 70), p. 36.

73 AA. W., Campochiaro. Potenzialità di intervento sut beni culturali, Campobasso, 1982, p. 18-80 ; Capini-Di Niro, op. cit. (n. 46), p. 115-119, 237-241.

74 Cf. Torelli, art. cit. (n. 20), p. 116 ; supra, n. 60.

75 Jusqu’à présent le culte d’Hercule n’y semble attesté que dans un culte familial (cultores Hercul(is) Gagillani ?) : CIL, IX, 2679 ; cf. A. Viti, Res publica Aeseminorum, Isernia, 1982, p. 102-103.

76 Sur le problème de la localisation d’Aufidena, cf. Coarelli-La Regina, op. cit. (n. 59), p. 165 ; M. Buonocore, Aufidena, in Supplementa Italica, n.s. 8 (1991), p. 49 sq.

77 Cf. supra n. 33.

78 L. Mariani, Aufidena, in MonAL, 10 (1900), c. 260-263.

79 Letta-D’Amato, op. cit. (n. 61), p. 104 sq. et 224 sq. ; G. Grossi, Topografia antica del territorio del Parco Nazionale d’Abruzzo (III sec. a.C.-VI sec. d.C), in Il territorio del Parco Nazionale d’Abruzzo nell’Antichità (Atti convegno, Villetta Barrea 1987), Civitella Alfedena, 1988, p. 113 sq. et 131 n. 60.

80 Cf. Hor., epod. 16, 51 : … vespertinus circumgemit ursus ovile ; E. D’Orazio, La pastorizia abruzzese, Avezzano, 1982, p. 85 sq.

81 Cf. supra et n. 36. Pour les témoignages de Jupiter dans la région qui nous occupe cf. M. Buonocore, E. Mattiocco, Riscoperte ed inediti epigrafici dai territori dei Peligni e dei Vestini, in MGR, 17 (1992), p. 166-169.

82 Cf. D’Ercole, op. cit. (n. 44), p. 226 sq. Le culte d’Hercule était probablement aussi présent dans ce sanctuaire, cf. ibid. p. 178-179.

83 Cf. par ex. la très suggestive restitution du sanctuaire d’Hercule de Serra Lustrante, près d’Armento en Lucanie (sur le chemin de transhumance entre la côte ionienne et l’Apennin luca-nien) : A. Russo Tagliente, in I Greci in Occidente. Greci, Enotri e Lucani nella Basilicata meridionale, Naples, 1996, p. 190-195.

84 Alvino, De Grossi Mazzorin, art. cit. (n. 63), p. 484-486.

85 S. Sublimi Saponetti, I resti di animait di Gravetta (Lavello PZ), in Comunità indigene…, op. cit. (n. 7), p. 105-108. – Cf. CIL, I2, 3179.

86 Alba Fucens (favissae sur la colline de S. Pietro) : J. Mertens, in Alba Fucens, II, Bruxelles-Rome, 1969, p. 21 et pl. Villa ; ID., in DArch, s. III-6/2 (1988), p. 100. – Campochiaro : S. Capini, in Sannio : Pentri e Frentani dal VI al I sec. a.C. (cat. mostra), Rome, 1980, p. 216. -Corfinio : matériel inédit au musée (fig. 11) et Mastrocinque, art. cit. (n. 3), p. 39. – Corvaro : Reggiani Massarini, op. cit. (n. 63), p. 52-56. – Lucera : cf. n. 82. – Pescorocchiano : Alvino, De Grossi Mazzorin, art. cit. (n. 63), p. 479. – Sulmona : R. Tuteri, in Dalla Villa di Ovidio…, op. cit. (n. 3), p. 112 (p. 55, fig. 16-17). – Vacri : matériel inédit au musée de Chieti. – Villalfonsina : cf. n. 26.

87 Sur les poids de métier à tisser cf. F. Ferrandini Troisi, Pesi da telaio. Segni e interpretazione, in MGR, 10, (1986), p. 91-114 ; D’Ercole, op. cil. (n. 44), p. 244 ; Antonacci Sanpaolo, Ricerche archeoambientali…, art. cit. (n. 20), p. 90 ; S. Pesetti, Capua preromana : terrecotte votive, VI, Florence, 1994, p. 115 sq. ; R. Iker, L’artigianato, in J. Mertens (éd.), Herdonia. Scoperta di una città, Bari, 1995, p. 109-110.

88 Mattiocco-Van Wonterghem, art. cit. (n. 3), p. 47 sq.

89 Cf. L. Todisco, Monetazione, in AA. W., Introduzione all’artigianato della Puglia antica, Bari, 1992, p. 227 sq. (bibl. p. 252-253).

90 Cf. C. Evers, C. Massart, L’artigianato artistico, in Herdonia, op. cit. (n. 87), p. 245 sq., 263-264.

91 Cf. M. Mazzei (éd.), Bovino. Studi per la storia della città antica. La collezione museale, Tarente, 1994, p. 92, 306, 308, fig. 519-520 ; supra n. 44 et 45.

Auteur

K. U. Leuven
Faculteit Letteren
Blijde Inkomststraat 21, B – 3000 Leuven

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search