Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Bestiaire d’Héraclès

 | 
Corinne Bonnet
, 
Colette Jourdain-Annequin
, 
Vinciane Pirenne-Delforge

Héraclès et le cheval

Françoise Bader

Texte intégral

11. Étudier Héraclès et le cheval revient à suivre, au fil de sa carrière, le héros de ses Travaux chez Diomède et l’Amazone Hippolytè, puis de la mise à mort de Nélée, des Molions, d’Augias, à la fondation religieuse des concours olympiques (qui ont une préhistoire), et de la Thrace à Thémiskyra, domaine des Amazones contigu à la Vénétie de Paphlagonie d’où peuvent venir les chevaux de Pélops le Vénète et les chevaux vénètes d’Hippolyte, le petit cousin d’Héraclès, jusqu’à l’Élide où, à la génération d’Héraclès, Augias razzia un quadrige de concours à Nélée.

22. Je commencerai donc par les deux Travaux dans lesquels Héraclès a affaire à des chevaux, soit directement chez Diomède, soit métaphoriquement par le nom de son adversaire Hippolytè.

3À l’intérieur de l’ensemble des Travaux, considérés comme initiation d’Héraclès, ces deux épisodes, groupés dans la plupart des traditions (pour certains problèmes de variation d’ordre des Travaux, § 2.2), constituent l’initiation guerrière d’un héros parfois considéré comme représentant de l’un des deux types de guerriers indo-européens (point sur lequel je ne reviendrai pas : Héraclès, le héros civilisateur, est bien plus que cela); mais dès le Travail chez Diomède Héraclès se soumet à une initiation au cheval de course, qui ne prendra fin qu’avec la fondation d’Olympie à laquelle elle est destinée. On caractérisera donc l’initiation du héros qui est l’objet de cette étude comme initiation d’un guerrier au quadrige de course, en laquelle est enchâssée l’évolution du cheval de guerre au cheval de course.

42.1. Comme toujours dans les cas de ce genre, toutes les données sont présentes dans le premier épisode. Diomède est guerrier par son ascendance (il est fils d’Arès) et son comportement : il avait l’habitude de faire dévorer par ses chevaux les étrangers qui abordaient dans son pays. Mais ces chevaux, agressifs eux aussi, sont au nombre de quatre, et peuvent donc appartenir soit à deux biges guerriers, soit à un quadrige comme les chevaux d’Anchise (§ 2.4.4); leurs noms, Podargos, Lampros, Xanthos, Deinos, sont en faveur de la seconde hypothèse : seuls les deux derniers de ces noms ( « Rouge de la fonction guerrière » [nom d’un des chevaux d’Achille, Π 149, etc.] et « Terrible ») sont clairement guerriers, le bige de guerre se dessinant à travers eux : Podargos « aux pieds rapides » peut être guerrier (c’est par exemple le nom d’un cheval d’Hector, Θ 185) ou non; mais Lampros évoque la gloire « brillante » de la victoire hippique, cf. Pind., Ο., I, 23, λάμπει… κλέος pour la gloire d’Olympie caractérisée comme colonie de Pélops.

5Comme Diomède, les Amazones descendent d’Arès, et sont guerrières, mais de plus chasseresses (cf. Hdt., IV, 114; etc.); unies entre elles, la chasse et la guerre sont dissociées dans l’initiation d’Héraclès, la chasse (Lion de Némée, Sanglier de l’Érymanthe, Cervidé du Ladon, Oiseaux du Stymphale) précédant la guerre des épisodes de Diomède et des Amazones.

62.2. D’autre part, cette initiation à la guerre est conçue comme une initiation à des techniques, comme les Travaux précédents : techniques de chasse (lion, etc.); techniques hybrides complémentaires, assèchement des marais de l’hydre de Lerne, et irrigation chez Augias, symbole d’un « accroissement » (racine de augeō) né des techniques de la révolution néolithique : pâture, par les bœufs des étables que doit nettoyer Héraclès; agriculture, à laquelle est destiné le détournement des fleuves Pénée et Alphée (la fumure pouvant se joindre à l’irrigation); les groupements offerts par les diverses traditions sont en rapport avec la pâture-agriculture; et leurs variations d’ordre mettent en relief divers paramètres :

7le groupement Augias/Taureau oppose le domestique et le sauvage, le Taureau et les Chevaux concernant la domestication des grandes espèces animales; la précession des Oiseaux laisse homogène ce groupement animal; leur insertion entre Augias et le Taureau souligne au contraire l’agriculture, à laquelle les Oiseaux sont nuisibles, étant des prédateurs de fruits et récoltes dans le mythe; l’encadrement d’Augias et du Taureau par les Amazones et les Chevaux de Diomède met l’accent sur un autre type de prédation des récoltes et troupeaux, la guerre, tout en interrompant le trajet direct Est-Ouest qu’accomplit Héraclès du cap qui porte son nom au pays des Amazones aux « colonnes d’Hercule » occidentales.

82.3. Les techniques de l’initiation guerrière d’Héraclès communes à ses deux Travaux sont celles du liage et du déliage.

92.3.1. Chez Diomède, comme j’ai jadis essayé de le montrer, Héraclès domestique les chevaux en leur imposant le mors, cf. Eur., Hér., 380-385 (trad. Parmentier) : « Il monta sur un quadrige et soumit à la bride les cavales de Diomède, qui, libres de mors devant leurs crèches rougies, broyaient sous leurs dents avides des aliments sanglants, horrible festin où elles se nourrissaient de chairs humaines » :

380 Τεθρίππων τ’ ἐπέβα
381 καὶ ψαλίοις ἐδάμασε πώλους Διομήδεος,
382 αἳ φονίαισι φάτναις ἀχάλιν’ ἐθόαζον
385 κάθαιμα σῖτα γένυσι…

10Pour le harnachement de chevaux de guerre, cf. Τ 391-395, dernier des actes par lesquels Achille s’arme pour rentrer en guerre : (trad. Mazon) « Automédon et Alcime s’emploient à mettre les chevaux sous le joug; ils leur passent les belles courroies, ils leur mettent le mors aux mâchoires; ils tirent les rênes en arrière vers la caisse solide du char » :

Τ 392 Ἳππους δ’ Αὐτομέδων τε καὶ Ἂλκιμος ἀμφιέποντες
393 ζεύγνυον ἀμφί δὲ καλὰ λέπαδν’ ἓσαν, ἐν δὲ χαλινοὺς
394 γαμφηλῇς ἓβαλον, κατὰ δ ἡνία τεῖναν ὀπίσσω
395 κολλητὸν ποτὶ δίφρον.

112.3.2. Après le liage des chevaux de Diomède vient le double déliage de la reine des Amazones, conforme aux deux caractéristiques de celles-ci, cavalières et maniant des armes de jet : déliage de chevaux par le nom de la reine, d’un baudrier dans le mythe du Travail qu’Héraclès accomplit chez elle.

122.3.2.1. Le nom Ἱππολύτη « aux chevaux déliés » est un composé possessif à ordre des membres inversé, dont le second membre est un renouvellement lexical en grec de la vieille racine « lier » *seb2-, qui a fourni des noms comparables dans la phraséologie du grec et de l’indo-iranien; l’objet du (dé)liage en est le cheval (harnaché/délié) et l’homme (entravé/délié, libéré), à la guerre, p. ex. véd. áva-ita-, ví-ita- (áśva-, nár-) dans le lexique, av. Hitāspa-, Vĭštāspa- dans l’onomastique. Le grec a, dans le lexique, pour ce champ sémantique, ἡνία « rêne » de *seb2- (comme dans Ήσί-οδος), et plus souvent *sb2-ei- (comme dans Αἰσί-οδος) : Άνδραιμονίδης, H 168; Ίππαίμων Αἳμονος υίός, A.P., VII, 304, Ίππαίτης, Coll. 2580, 127, etc.; "Ιππαινος, MDAI(A), 13, p. 207 / Αἳνιππος, M. Guarducci, Epigrafia II, p. 496, fr. 137; Αἰνήσιππος, IG, XII 3, 109. Ces noms de sens « qui harnache des chevaux » sont des antonymes de Ἱππολύτη auquel répond séman-tiquement (mais non étymologiquement, en raison du renouvellement de ai- en λυ-) Vĭštāspa - (qui a pour antonyme Hitāspa-), et cf., en ordre inverse Λύσιππος, Λυσᾱνίᾱς. L’esprit doux de Αἳνιππος vient soit d’une psilose (cf. Αἰσίοδος), soit de l’interférence de *b2ei- « bondir » (« qui fait bondir les chevaux »). Le dérivé en *-mōn a valeur de nom d’agent dans Ίππ- / Άνδρ- αίμων et dans le syntagme de E 49, αἳμονα θήρης « lieur à la chasse, qui chasse avec des filets »; de nom d’action dans un composé du même champ sémantique que ce dernier, Παλαίμων nom de divinité marine « qui déploie les filets (de pêche) » à premier membre *pļb2-e- > παλ(α)- élidé.

13Pour le mythe, je cite Apollonios de Rhodes, dont les précisions géographiques me seront ensuite utiles.

142.3.2.2. Selon Apollonios de Rhodes (II, 963-969, trad. Delage), « les Argonautes laissaient derrière eux le fleuve Halys; ils laissaient le cours voisin de l’Iris et les alluvions de la terre assyrienne. Ces mêmes jours, ils doublèrent le cap des Amazones qui avoisine un bon port. C’est là que s’était avancée jadis la fille d’Arès, Melanippè, quand le héros Héraclès la prit dans une embuscade; pour rançon de sa sœur, Hippolytè lui remit son ceinturon (ζωστῆρα) ciselé; et il la renvoya sans lui faire de mal ». L’objet du travail, une ceinture, est un liage, qu’Héraclès doit faire délier; et c’est un objet guerrier, en tant que talisman donné par Arès qui symbolisait la prééminence à la guerre, et, surtout du point de vue de l’initiation, en tant que baudrier : cf. la note de Vian à Apollonios de Rhodes, II, 968 : «le ζωστήρ est une ceinture ouvragée munie de fermoirs métalliques, cf. Δ 132-135. D’après une épopée anonyme, celui des Amazones était un baudrier en or … Eur., Hér., 413-415, le conçoit plutôt comme une écharpe ou une ceinture brodée d’or » (κόρας Άρείας πέπλων I χρυσεόστολον, φάρος, I ζωστῆρος ὀλέθριους ἄγρας).

152.4. Dans ses deux Travaux, Héraclès a acquis diverses qualifications.

162.4.1. Pris ensemble, ces deux épisodes ont fait de lui un maître du (dé)liage nécessaire à un guerrier du début à la fin de son action guerrière : harnachement des chevaux, maniement d’une arme à « liage », la corde, appropriation des dépouilles de l’adversaire.

172.4.2. Ce sont ces dernières qualifications qu’il a acquises chez Hippolyte.

18Ce travail chez les lanceuses d’armes de jet que sont les Amazones fait d’Héraclès de manière plus spécialisée un archer, parce que l’arc demande un liage, la corde, cf. νεῦρα βόεια, Δ 122 pour la corde en boyau de bœuf de l’arc de Pandare, στρεπτὴ νευρή (Hés., fr. 33a M.W., v. 36), pour la corde de l’arc contre Nélée. D’autre part, en déliant le baudrier de la reine, il s’est approprié la partie de l’équipement de son adversaire en rapport avec sa maîtrise de l’arc, en d’autres termes l’a dépouillée, comme un homme de char de guerre tel que Nestor dépouille, au dernier acte de son initiation guerrière, le général de cavalerie, gendre d’Augias, de son char (Λ 738-746), puis les deux occupants (le conducteur et le guerrier) de cinquante autres chars, Λ 747-749; Héraclès, lui, ne pouvait pas dépouiller Hippolytè de son cheval (bien qu’il fût maître du harnachement du cheval) autrement que métaphoriquement (à travers son nom) : la maîtrise du harnachement du cheval déjà acquise chez Diomède est destinée au cheval de course, non de guerre : c’est Achille qui est maître de chevaux de guerre, deux chevaux, Xanthe et Balios, destinés à un bige.

19Et si chez Diomède, Héraclès devient un ἱππόδαμος (Hés., fr. 33a M.W. v. 27), c’est en tant que maître du liage qui impose le mors pour l’attelage, non en tant que combattant en char, comme par exemple l’un de ses adversaires qui est lui-même ἱππόδαμος en tant que guerrier, Κύκνος (Ps.-Hés., Boucl., 320-423), fils d’Arès ἱππόδαμος (346), qui possède un bige (352, δίφρον), et ne veut pas retenir ses chevaux, comme Héraclès le lui a demandé (352-353) Héraclès a bien bondi sur un char attelé de chevaux (321); mais seuls les chevaux des adversaires s’affrontent (347-348) : les deux héros sautent de leurs chars (370-371) pour se battre en un combat singulier, où Héraclès tue Kyknos (405-423).

202.4.3. La destination du (dé)liage des chevaux dont Héraclès s’est rendu maître (déliage métaphorique d’Hippolytè, harnachement des chevaux de Diomède, en une progression de la métaphore à l’acte), est en elle-même ambiguë; il peut s’agir d’un cheval monté comme celui d’une Amazone, qui tient des rênes, ou de chevaux attelés pour la guerre ou pour la course, mais pas nécessairement en même nombre, bien que les mêmes chevaux puissent servir successivement à la guerre et à la course, comme ceux d’Œnomaos (§ 5.3), ou de Diomède, lui aussi ἱππόδαμος (E 415, 781, H 404, I 51, 707, Θ 194) : Anchise a eu six poulains, en a gardé quatre pour lui, et donné deux à Énée, qui en sera dépouillé (E 323) par Sthénélos; et c’est avec ces deux chevaux que Diomède, fils de Tydée, homonyme du roi de Thrace adversaire d’Héraclès, gagnera la course des jeux funèbres de Patrocle (Ψ 538). Dans ce passage, comme dans les trois autres mentions des quatre chevaux de l’Iliade (§ 8.1), Homère a voulu poser le problème du rapport du nombre des chevaux à leur destination, guerre ou course, en intervertissant les données : les deux chevaux de Diomède, en théorie ceux d’un bige guerrier, serviront à la course; les quatre chevaux d’Anchise doivent, dans le contexte, être ceux de deux biges guerriers, mais par leur nombre pourraient être ceux d’un quadrige de course. Même ambiguïté pour les quatre chevaux de Diomède; et elle est soulignée par les noms des chevaux, §8.1. Le Travail chez Diomède est bien celui d’un guerrier s’initiant au cheval de course.

21La maîtrise du cheval de course se poursuivra, hors Travaux, par des actes guerriers dirigés contre des hommes de char de course. Ils ont la particularité d’être tous nommés dans l’Iliade à propos de rivalités de courses en char : Nélée à qui Augias a volé son quadrige de course (cf. § 3.3 pour ce quadrige), vol qui doit témoigner d’une rivalité entre Pylos et l’Élide pour le contrôle des premières courses de nous connues par un texte grec; et les gens d’Élide, Molions, vainqueurs de Nestor à la course des jeux funèbres du roi Amaryncée, et leur oncle lui-même, le roi des Épéens d’Élide, Augias; après quoi, Héraclès devenu maître et de l’Élide et du char de course, par appropriation des compétences hippiques de ses adversaires, comme de dépouilles, deviendra immédiatement habilité à fonder les concours d’Olympie.

223. Les actions menées par Héraclès pour la maîtrise du cheval de course, si on exclut le Travail chez Hippolytè, où le déliage du cheval n’est que métaphorique, sont au nombre de quatre (Diomède; Nélée; Augias; les Molions), probablement sans qu’il y ait ici de rapport avec le nombre de chevaux d’un quadrige : de même, l’initiation d’Épeios au charpentage du cheval de Troie comporte quatre actes (porteur d’eau des Atrides; sculpteur de l’Hermès d’Ainos; vainqueur au pugilat; vaincu au lancer de disque des jeux de Patrocle). Les deux initiations se raccordent l’une à l’autre : toutes deux se rapportent au cheval (attelé dans le cas des chevaux des adversaires d’Héraclès, « monté » dans celui du cheval de Troie), et à la préhistoire des concours olympiques par des épreuves complémentaires, de course et d’athlétisme.

233.1. On fera du combat victorieux d’Héraclès contre Nélée le troisième acte de son initiation, parce que dans la version où ce combat est décrit, le héros possède les qualifications qu’il a acquises dans ses Travaux contre Diomède et l’Amazone, d’ἱππόδαμος en tant que maître du joug, et d’archer.

24Assis en face du joug des chevaux d’Héraclès (cf. Hés., fr. 33b M.W. : τοῦ ζυγοῦ τῶν Ἡρακλέους ἳππων) et du renflement central de ce joug, l’ὀμφαλός, Nélée affirmait qu’il arrêtait la fureur guerrière du héros (Hés., fr. 33a M.W.) :

25 ἤ]τοι ὀ μὲν ζυγοῦ ἄντα βίης Ἡρακληείης
26 ὀ]μφαλ ἑζόμενος μεγάλων ἐπεμαίετο ἔργω[ν,
27 φ]ῆ θ’ Ήρακλῆοςστήσειν μένος ίπποδάμοιο,

25imbécile qu’il était de ne pas craindre l’archer qui allait lui décocher son trait :

28 νήπιος, οὐδ’ ἔδδεισε Διὸς ταλασίφρονα παῖδα,
29 αὐτὸν καὶ κλυτὰ τόξα, τὰ οί πόρε Φοῖβος Απόλλων
31 … τῷ δὲ γλαυκῶπις Άθήνη
32 Άμφιτρυωνι]ᾀδῃ θῆκ’ εύσχεθὲς ὲν παλάμῃσ[ι
33 τόξον…
35 … τάνυσεν χείρε[σσι φίλῃσι
36 τόξον, καὶ τα]χύν ỉὸν ἐπὶ στρεπτῆς [νευρῆς.

26L’hypothèse selon laquelle ce combat contre Nélée fait partie de l’initiation d’Héraclès se justifie par l’intervention d’Athéna. Elle est en effet la déesse des initiations de jeunes hommes à la guerre, en tant que déesse des techniques, notamment de celles de la guerre et du cheval, ainsi d’Épeios, le charpentier du cheval de Troie (Θ 493) τὸν Έπειὸς ἐποίησεν σὺν ‘Αθήνῃ, et de Nestor, dont elle dirige l’initiation au char de guerre (Λ 721).

273.3. Le quatrième acte est celui où Héraclès va mettre à mort les hommes d’Élide qui risquaient de barrer ses ambitions (§ 5.1.2), et se trouvent être des adversaires de la maison de Pylos, non pas qu’Héraclès ait directement affaire à celle-ci, mais parce que Nestor est le porte-parole d’Homère en matière de choses hippiques vues (§ 6) : Augias, le roi des Épéens d’Élide allié d’Héraclès contre Pylos, qui a volé son quadrige de course à Nélée (Λ 699-701) – événement qu’Homère rattache à la vie de Nestor, son double, en en faisant le mobile de la guerre qui est à l’origine de l’initiation de Nestor au char de guerre (et donne le premier récit autobiographique de Nestor, Λ 670-762) –; et, à la génération suivante, les neveux du roi, les Molions, encore impubères au moment où Nestor a cessé de l’être (Λ 710), dérobés à son ardeur par Poséidon (Λ 750-752), probablement parce qu’ils sont hommes de char non de guerre, mais de course : ils vaincront Nestor à la course des jeux funèbres du chef épéen Amaryncée, ce qui forme le second récit de Nestor (Ψ 629-643); le récit de ces jeux est enchâssé dans celui des jeux de Patrocle, ce qui est une manière pour le poète de dire que ces derniers, dont la description repose sur un souvenir autobiographique non de Nestor, mais du poète (§ 8.3), ont une préhistoire. Dans la chronologie relative des étapes initiatiques d’Héraclès, le meurtre des Molions (et d’Augias) vient en dernier : ils sont plus jeunes d’une génération qu’Augias contemporain d’Héraclès puisqu’il a fait alliance avec lui contre Pylos.

28Pour se venger d’Augias qui ne lui avait pas payé le prix convenu pour le nettoyage de ses étables (ce dont je propose une explication § 7.2), Héraclès marcha contre Élis. Mais Augias leva contre lui une armée à la tête de laquelle il mit ses neveux, les Molions, qui anéantirent les troupes d’Héraclès et blessèrent mortellement son frère Iphiclès. Les mythographes expliquent cette défaite en disant qu’Héraclès était souffrant et que les Molions en profitèrent. Mon explication sera autre : cette défaite est elle-même un acte initiatique : c’est la seule défaite d’Héraclès au cours de son initiation, comme la défaite au lancer du disque est la seule défaite d’Épeios au cours de son initiation; car une initiation doit comporter aussi la maîtrise d’un échec. La nature guerrière d’Héraclès fait que l’échec est guerrier. Il est surmonté par un acte guerrier : Héraclès tue ses adversaires : Pind., O., X, 24-42 : « … cette fête suprême que, près de l’antique sépulcre de Pélops, Héraclès fonda, en élevant six autels, quand il eut tué Eurytos pour arracher, bon gré mal gré, à l’insolent Augias le prix de ses services. Il… les… immola… parce qu’un jour, jadis, ils avaient dispersé son armée postée au fond de l’Élide, ces Molions arrogants » (trad. Puech, modifiée pour Molions, non pas patronyme « fils de Molion », leur(s) père(s) institutionnel et biologique étant Actor et Poséidon, mais mètronyme, leur mère étant Molioné, fille de Molos; le mètronyme permet d’introduire dans leur désignation l’élément fonctionnel de « vainqueurs » [Molos est celui « qui moud = écrase » l’ennemi]). Puis vient le tour d’Augias : « Cependant le roi perfide des Épéens, peu après, vit sa patrie opulente, par la violence du feu, par les coups du fer, entraînée en un abîme d’infortune; il vit sa ville ruinée … Lui-même, dans son désarroi, le dernier de tous, il se trouva en face du vainqueur; il ne put éviter la mort, précipice ouvert sous ses pas ».

293.4. Chez Pindare, ce récit prend place entre celui de la fondation par Héraclès de six autels et la délimitation de l’espace-temps (§ 7.1) : Héraclès peut bien institutionnaliser ce que nous appelons encore « jeux olympiques » (à tort : ce sont des concours) : en tuant Augias et les hommes d’Élide, il s’est approprié leurs qualités d’hommes de char de course (Augias) et de courses (les Molions), comme de dépouilles. Il y a en effet trois sortes de dépouilles dans le mythe d’Héraclès, les unes banales pour un guerrier – dépouille du baudrier de l’Amazone, § 2.3.2.2, porteur d’armes offensives à côté de la dépouille du lion de Némée, devenue armure –, les deux autres métaphoriques : l’une est reléguée au rang de comparaison : c’est celle qui fait d’Héraclès un lion (Baurain, 1992, 85-88), l’animal dont il a acquis la force agressive en même temps qu’il a dépouillé le lion de Némée pour se protéger; l’autre est cette appropriation de la spécificité de l’adversaire, la connaissance du quadrige destiné à la course.

304. Héraclès a alors achevé son initiation au cheval de course en Élide. Mais il l’a accompagnée d’une initiation aux pays riches en chevaux comme l’Élide (Ἤλιδος ἱκιιοβότοιο, φ 347 - et cf. les « Épéens d’Élide », Λ 685 … 687, έν Ἤλιδι Έπειοί…, l’ethnique étant dérivé comme son éponyme de *ekwo-), Thrace et Thémiskyra, qui, initiations à l’Élide, nous feront revenir en arrière.

314.1. La Thrace est bien connue comme pays de chevaux : il suffira de rappeler ici les ἵπποι… I θρηίκιοι de K 559, chevaux de Rhésos dont le Diomède, homonyme de l’adversaire d’Héraclès vient de tuer le maître (cf. K 434-437, trad. Mazon) : « Voici les Thraces à part qui viennent d’arriver, à l’extrémité des lignes et au milieu d’eux Rhésos, leur roi. Il a les plus beaux coursiers, les plus grands que j’aie jamais vus; ils sont plus blancs que la neige, et pour la course, égaux aux vents » :

K 436 τοῦ δὴ καλλίστους ἵππους ἵδον ἠδέ μεγίστους
437 λευκότεροι χιόνος, θείειν δ’ ἀνέμοισιν ὁμοῖοι.

32Les Amazones dont Hippolytè est la reine ont pour domaine Thémiskyra et le Thermodon (le « cap de Thémiskyra », θεμισκύρειον… ἄρκην, Apoll. Rhod., II, 371, étant aussi appelé « cap des Amazones », ‘Αμαζονίδων… ἄρκην, Apoll. Rhod., II, 371., et plus souvent « cap d’Héraclès »), point d’extension orientale des Travaux du héros, avant son départ pour les confins occidentaux des « colonnes d’Hercule »; cf. Apoll. Rhod., II, 994-1000 (trad. Delage) : « ils quittèrent l’anse du cap où s’armaient les Amazones de la tribu de Thémiskyra. Car elles n’habitaient pas toutes ensemble la même cité, mais elles vivaient à travers le pays, dispersées en trois tribus : d’un côté résidaient les premières, celles sur lesquelles régnait alors Hippolytè; d’un autre côté, celles de Lycastia; d’un autre côté enfin, les ardières de Chadésia ».

334.2. Il suffit de regarder une carte pour voir que ce domaine des θεμισκύρειαι Ἀμαζόνες (A.R., II, 995) touche à la Paphlagonie qui a fourni le contingent des Vénètes de Paphlagonie, définis économiquement par l’élevage des mules

B 851 Παφλαγόνων δ’ ἡγεῖτο Πυλαιμένεος λάσιον κῆρ
852 ἐξ Ἐνετῶν, ὅθεν ἡμιόνων γένος ἀγροτεράων.

34Les mules vénètes, loin d’être « sauvages », paissent dans l’ἄγρός, terrain de pâture, l’emploi du suffixe d’opposition -tero- dans l’adjectif étant l’un des procédés de composition discontinue employé par le poète pour relier le catalogue des Vénètes de Paphlagonie à celui des Pélasges, définis économiquement par leur agriculture (B 841, ἐριβώλακα, épithète de leur Larissa qui pourrait s’appliquer à l’ἄρουρα opposée en grec à l’ἄγρος). Un texte grec nous parle indirectement de cette proximité géographique des Amazones de Thémiskyra et des Vénètes de Paphlagonie : Strabon, XII, 3 (C544), : « Thémiskyra est dans le territoire des Amiseni ». Cet ethnique, Άμισηνοί, est en effet porté par les hommes d’Amisos, port proche de l’embouchure de l’Halys, auquel a été identifiée la Venise de Paphlagonie, dont le nom, Ένετή, apparaît (au génitif Ένετῆς) comme variante ancienne de Ενετῶν en B 852 (Zénodote; Apollod. ap. Strabon, C553; et cf. Strabon, C543). À cette contiguïté géographique doit correspondre une identité de richesses en chevaux, pour le territoire des Amazones et pour celui des Vénètes de Paphlagonie qu’Homère définit par l’élevage de leurs mules. Les chevaux de ces territoires, où un cap a porté le nom d’Héraclès, et qui y sont élevés à la manière des trois mille chevaux d’Érichthonios dont s’éprit Borée (« qui paissaient dans le marais… et s’ébattaient sur la glèbe nourricière », Y 221 -229), peuvent être les chevaux (guerriers) des Amazones, les mères (plutôt que les pères, cf. l’importance des femelles pour la qualité des chevaux vénètes selon Strabon, § 4.3.2) des mules du Catalogue homérique (affectées au transport, peut-être du bois, du sésame ou du sel comme je le montrerai ailleurs, ainsi qu’au labourage, K 352-353), et les ascendants des chevaux de course des Vénètes de l’Adriatique, des « chevaux vénètes » d’Hippolyte, fils de Thésée, de Pélops, premier roi des Vénètes de Paphlagonie (§ 7.1).

354.3. L’intérêt pour les chevaux des Vénètes de l’Adriatique, l’une des branches de Vénètes provenant de la dispersion des Vénètes de Paphlagonie après la guerre de Troie, probablement à partir d’Amisos-Venise, ressort, entre autres faits, de ce que leurs héros fondateurs, l’un et l’autre ἱππόδαμος (cf. § 2.4.3 pour Diomède, et pour Anténor, Ζ 299, Ξ 473), sont le Troyen Anténor et le Grec Diomède, dans des conditions différentes, très grossièrement historiques pour le premier, mythiques pour le second.

364.3.1. Anténor est réputé avoir fondé la Vénétie après être passé par la Thrace, ce qui définit son lien aux chevaux, et aux Vénètes eux-mêmes : selon Strabon (XII, 3, 8), les Vénètes « passèrent en Thrace après la prise de Troie et finirent par arriver dans l’Énétie actuelle au terme de leurs migrations » (après avoir été en contact, dans leur marche balkanique, avec divers peuples férus en chevaux, comme les Triballoi (Eustathe, 36l), auxquels Philippe de Macédoine confia vingt mille juments qu’il avait razziées chez les Scythes (Justin, IX. 3, 3), ou les Sigynnes, à chevaux de transport, dont les frontières s’étendraient jusqu’au voisinage des Énètes de l’Adriatique, selon Hdt., V, 9).

37D’Anténor, Strabon nous dit, en V, 1, 4 (C212) : « quant aux Hénètes, leur origine est expliquée de deux manières. Les uns prétendent qu’ils sont aussi des colons celtes, issus de leur homonymes, les Vénètes des bords de l’océan, les autres qu’il faut les identifier avec certains Hénètes de Paphlagonie rescapés de la guerre de Troie et venus à cet endroit avec Anténor. Les seconds invoquent comme preuve en faveur de leur opinion le zèle des Hénètes pour l’élevage de chevaux (τὴν περὶ τὰς ἱπποτροφίας ἐπιμέλειαν), activité aujourd’hui complètement disparue, mais autrefois très en honneur chez eux en souvenir de cette antique prédilection pour les juments mulassières à laquelle Homère fait allusion… (B 852). Denys, tyran de Sicile, avait fait venir de chez eux les chevaux de concours de son haras (ἐντεῦθεν τὸ ἱπποτρόφιον συνεστήσατο τῶν ἀθλητῶν ἵππων), de telle sorte que les Grecs apprirent le nom des élevages des poulains Hénètes, et que, de plus, cette race devint chez eux célèbre pour longtemps ».

384.3.2. Strabon renvoie à ce dernier passage quand il parle de Diomède, en V, 1, 9 (C215) : « ce qu’on dit des honneurs rendus chez les Hénètes à Diomède est un fait historique. Et en effet, on lui sacrifie encore un cheval blanc… Des récits fabuleux se sont cependant ajoutés à cette tradition… On raconte… qu’un des notables de ce lieu, connu pour aimer s’offrir en caution et souvent raillé à ce sujet, rencontra un jour des chasseurs qui avaient pris un loup dans leurs filets. Comme ceux-ci s’étaient engagés, par manière de plaisanterie, s’il voulait bien se porter caution pour l’animal et payer les dégâts qu’il pourrait faire, à le libérer de ses entraves, il avait, disait-on, accepté le marché. Or, sitôt délivré, le loup avait rabattu vers l’écurie du cautionneur une forte harde de cavales non marquées; et celui-ci, sensible à cette preuve de reconnaissance, les avait marquées d’un loup au fer chaud, ce qui avait valu à ces bêtes, plus remarquables pour leur rapidité que pour leur beauté, le nom de cavales lycophores. Ses héritiers passaient pour avoir hérité du fer et avoir conservé ce nom à la race de ces chevaux, se faisant une loi de ne jamais en vendre une seule femelle à l’extérieur, afin de garder pour eux seuls la lignée authentique qui a depuis rendu célèbre l’élevage chevalin des Hénètes. Mais aujourd’hui, comme nous l’avons dit, cette industrie a tout à fait disparu » (trad. Lasserre).

39Le mythe de Diomède renvoie à bien autre chose que la Thrace par laquelle sont passés Anténor et les Vénètes : c’est un mythe relatif à la chasse des chevaux pour l’élevage, d’où la marque lycophore : en tant que marque, elle se réfère à l’élevage, et en tant que lycophore, à la chasse. Diomède a bien d’autres titres à être fondateur d’un pays d’élevage de chevaux : dans l’Iliade, c’est lui qui tue Rhésos, le maître des chevaux thraces (K 435-560), lui qui remporte la course des jeux funèbres de Patrocle (§ 8.1); et, par son père Tydée, Αἰτώλιος (Δ 399), il est de la même origine que ces Étoliens qui s’allieront aux Héraclides pour s’emparer de l’Élide (§ 7.2).

404.3.3. La réputation des chevaux vénètes arriva en Grèce (comme le dit Strabon dans le passage consacré à Anténor) : Alcman, fr. 1, 51 D. (= 3, 50-51 Calame), ὁ μὲν κέλης | ‘Ενετικός, pour un cheval monté, comme ceux des Amazones, ou celui de O 179); 91, Ένετίδας πώλως στεφανοφόρως pour des chevaux de course comme ceux d’Hippolyte : πώλους Ένέτας δαμαλιζομένα, Eur., Hipp., 231, dit par Phèdre (cf. 228-231, trad. Méridier : «Artémis, souveraine… des gymnases que font résonner les chevaux, que ne suis-je sur ton domaine à dompter des chevaux vénètes »); et, dit par le choeur après la mort du héros, 1131, Οὐκέτι συζυγίαν πώλων Ένετάν ἐπιβάσῃ.

41Le problème se pose de savoir si les chevaux vénètes de la tradition grecque sont des chevaux des Vénètes de l’Adriatique, ou des Vénètes de Paphlagonie, le scholiaste accusant Euripide d’anachronisme parce que lui-même pense aux premiers. G. Devereux a montré qu’il s’agit plutôt des seconds, dont le souvenir aurait été perpétué en Grèce grâce au mythe de Pélops le Vénète venu en Grèce avec ses chevaux (cf. § 7.1); pour ce qui est des chevaux vénètes d’Hippolyte, selon Devereux, le premier attelage vénète victorieux, celui de Léon de Lacédémone (85e Olympiade), eut pour effet que Denys de Syracuse acheta des chevaux de course vénètes; mais cette victoire ne fit probablement que rafraîchir la mémoire d’Euripide concernant les Vénètes de Paphlagonie.

424.4. Après la Thrace et le domaine des Amazones qui fait partie de celui de l’Amisos-Venise, c’est à l’Élide qu’Héraclès s’est initié lors de ses actions contre des hommes de chars de course : Nélée, les Molions, Augias dont il avait été l’allié lors du vol par celui-ci du quadrige de Nélée (cf. Λ 690-695). Son initiation est alors terminée dans l’espace aussi bien que par ses actes. Il est prêt à fonder les concours olympiques, fondation à laquelle il associera un spécialiste de char de course non encore rencontré, Pélops.

435. C’est par le biais d’Hippolyte, dont la mort est comparable à celle d’Œnomaos, beau-père de Pélops, que j’aborderai ce dernier. Le mythe d’Hippolyte se déroule selon Euripide à Trézène, ville d’Argolide, dans le Péloponnèse auquel Pélops a laissé son nom.

44Hippolyte entretient avec Héraclès des rapports aux plans de la parenté, et du (dé)liage des chevaux.

455.1. Par sa naissance, Hippolytè est lié à Héraclès à la fois par sa mère, une Amazone - et Hippolytè elle-même selon certaines traditions – et parce que son père, Thésée, est un cousin germain du héros.

465.1.1. Le nom de l’Amazone, sa mère, est tantôt Antiopè, tantôt celui de l’une des deux Amazones auxquelles Héraclès a eu affaire : cf., par exemple, Plut., Thésée, 27, 5 (trad. Flacelière-Chambry-Juneaux), « Clidèmos appelle Hippolytè, et non Antiope, l’Amazone qui vivait avec Thésée », précision apportée au cours du récit de la guerre des Amazones contre Athènes, dont Plutarque dit ceci (Thésée, 28, 1-2) : « d’après l’auteur du poème de la Théséide, la cause de l’entrée en guerre des Amazones, aurait été le mariage de Thésée avec Phèdre, et Antiope avec ses Amazones aurait attaqué Thésée pour se venger de lui, mais elles auraient été tuées par Héraclès. Ce récit est manifestement une fable, une pure fiction. Thésée n’épousa Phèdre qu’après la mort d’Antiope, dont il avait un fils, Hippolyte, que Pindare appelle Démophon » (fr. 176 Schroeder; Démophon passait plutôt pour un fils de Phèdre, parfois d’Ariane).

475.1.2. Hippolyte est en rapport avec des gens de chevaux non seulement par sa mère l’Amazone, mais par toute sa parenté paternelle, tournée du côté des chevaux de course.

48Voici, d’après Plutarque (Thésée, 25, 7, 1) et Euripide (Héraclides, 207-212), sa généalogie (à laquelle j’ajoute Œnomaos, à la mort duquel je comparerai celle d’Hippolyte).

49Héraclès et Hippolyte sont en quelque sorte héréditairement prédisposés à avoir affaire au cheval de course, puisque leur (arrière-) grand’mère Hippodamè est la fille d’Œnomaos qui avait promis sa main au vainqueur d’une course hippique, et que leur (arrière-) grand-père Pélops est celui qui la remporta; Hippolyte l’est de plus parce que, si son père ne l’a pas emporté dans une course, il est bien plus que cela, le fondateur des jeux isthmiques qui ont pour modèle les jeux olympiques : Thésée s’est alors conduit comme son cousin Héraclès, fondateur de ces jeux sans avoir lui-même remporté de course.

50Deux facteurs ont pu amener Thésée à la fondation de ces jeux. Selon Plutarque, Héraclès a servi de modèle à Thésée, et pour son initiation, qui a consisté à vaincre de monstrueux brigands (Thésée, 27, 7, 2 - 8, 1-3), et pour la fondation des jeux isthmiques : 28, 5, « et Thésée le premier établit (à l’isthme) un concours, par émulation à l’égard d’Héraclès : son ambition était d’y voir les Grecs, qui célébraient les jeux olympiques en l’honneur de Zeus à cause de ce héros, célébrer les jeux Isthmiques en l’honneur de Poséidon, à cause de lui ». De plus, comme Héraclès, Thésée est un arrière-petit fils d’Œnomaos, qui concourait avec les prétendants de sa fille en courant jusqu’à l’isthme, et un petit-fils de Pélops qui gagna cette course.

51Enfin, Thésée fut le compagnon d’Héraclès dans son Travail contre Hippolytè, selon une tradition remontant à Philochore, rapportée par Plutarque, mais à laquelle celui-ci ne croit pas.

525.2. Petit-cousin d’Héraclès, Hippolyte est, de plus, en rapport avec lui au plan du déliage des chevaux, qui est absence de savoir-faire, mortelle, dans le mythe de sa mort, laquelle démontre, a contrario, la nécessité d’acquérir ce savoir-faire comme Héraclès l’a fait chez Hippolytè : ayant ou non pour mère cette dernière, Hippolyte est mort de n’avoir pas su délier ses chevaux; son nom est alors contredit par son mythe, en une union des contraires, à l’inverse de ce qui se passe pour l’Amazone, au mythe de (dé)liage, § 2.3.2. On le sait, Hippolyte repoussa les avances de Phèdre qui prétendit qu’il avait voulu la violer, si bien que Thésée décida de faire mourir son fils; à sa prière, Poséidon envoya un monstre marin qui sortit des vagues alors qu’Hippolyte conduisait son char au bord de la mer, et effraya ses chevaux, si bien qu’ils s’emballèrent, et qu’Hippolyte en mourut : cf. Eur., Hipp., 1219-1239 notamment (trad. Méridier), « avec sa longue habitude des chevaux, il saisit les rênes à deux mains; il tire, comme un matelot qui ramène la rame; il se rejette en arrière, sur les courroies pesant de tout son corps. Mais les cavales, mordant de leurs mâchoires le frein… s’emportent, sans souci de la main du pilote, ni des sangles, ni du char bien ajusté. Vers un sol uni, gouvernail en main, dirigeait-il leur course ? apparaissant à l’avant, le taureau faisait faire volte-face au quadrige affolé de terreur; s’élançaient-elles sur les rocs, dans leur délire ? s’approchant en silence, il suivait le rebord du char. Finalement, il fit choir et culbuta le véhicule, en jetant la roue sur un rocher. Tout était confondu : les moyeux des roues volaient en l’air, et les clavettes des essieux. Lui-même, l’infortuné, enlacé dans les rênes, il se voit entraîné, pris à ce lien inextricable; sa pauvre tête est broyée contre les rocs, son corps brisé, et il pousse des cris affreux à entendre… ».

535.3. Déjà dans le Travail chez Diomède se profilait un mythe de déliage des chevaux annonçant la nécessité d’y procéder à laquelle Héraclès s’initiera chez Hippolytè; ayant harnaché les chevaux du roi de Thrace, Héraclès les emmenait vers Mycènes ainsi que le lui avait demandé Eurysthée, quand il fut attaqué par les indigènes venus défendre les chevaux; il confia alors ceux-ci à son compagnon Abdèros que les chevaux tuèrent en le traînant.

54Mais c’est surtout la mort d’Œnomaos qu’évoque celle d’Hippolyte. On sait qu’Œnomaos ne voulait pas de gendre, soit qu’un oracle lui ait prédit qu’il mourrait de la main de son gendre, soit qu’il ait été amoureux de sa fille Hippodamie, selon les traditions. Pour écarter les prétendants, il avait mis la main de celle-ci comme prix d’une course de char (dont le but était l’autel de Poséidon à Corinthe). Chaque prétendant devait prendre la jeune fille sur son char, et Œnomaos, monté sur le sien, s’efforçait de les rejoindre, ce qu’il faisait sans peine, car il possédait des chevaux d’une rapidité extrême, à lui donnés par Arès (et donc chevaux de guerre et de course, comme ceux du Diomède homérique, § 8.1), et qu’aucun attelage ne pouvait vaincre. Déjà Œnomaos avait remporté douze victoires (et cloué à sa porte les douze têtes de ses concurrents malheureux) quand arriva Pélops. Hippodamie en devint amoureuse, et obtint que le cocher de son père, Myrtilos, remplaçât les chevilles des roues du char d’Œnomoas par des chevilles d’arc, si bien que lors de la course, l’essieu de ce char se rompit. Et si, dans une tradition, Œnomaos fut tué par Pélops, dans une autre, il fut pris dans les rênes et traîné par ses chevaux; cf. Hygin, Fab., 84; Apollod., Epitomè, 2, 7-9; Apoll. Rhod., I, 752-758; Diod. Sic, IV, 73; Serv., ad Virg., Géorg. III, 7; etc.; et Hés., fr. 259a M.W. pour les noms des prétendants d’Hippodamie; pour la manœuvre d’Antiloque, § 8.1.

556. Nous sommes à l’aube de la consécration des concours par Héraclès, qui fonde à Olympie le sanctuaire de Zeus près du tombeau de Pélops (§ 7.2), à une date traditionnellement fixée comme -776, mais qui est un terminus post quem non. Et la course de Pélops n’est que la seconde de cinq courses dont nous parlent mythes et Iliade pour une période antérieure à cette institutionnalisation :

  1. la première fut celle qu’organisa Endymion pour savoir auquel de ses enfants léguer son royaume d’Élide (Paus., V, 1, 4). Le vainqueur en fut Épeios, à nom dérivé de la forme attendue pour *ekwo- « cheval », au lieu de ϊππος (le même nom étant porté à l’époque, postérieure, de la guerre de Troie, par le charpentier du cheval de Troie); il fut détrôné par Pélops (Paus., V, 1, 6-7);

  2. la seconde fut celle par laquelle, avec la main d’Hippodamie, Pélops remporta le pouvoir à Pise, point de départ de son extension dans le Péloponnèse, qui porte encore son nom;

  3. les trois autres se trouvent dans l’Iliade : rapt du quadrige de concours de Nélée par Augias, roi d’Élide (A 699-702), narré par Nestor; victoire sur Nestor, qui la narre, des Molions aux jeux funèbres d’Amaryncée, roi de Bouprasion, en Élide (Ψ 638-642); course des jeux funèbres de Patrocle (Ψ 262-652), au cours de laquelle Nestor prodigue des conseils techniques à son fils (Ψ 306-348).

56J’essaie de faire figurer tous les personnages dont il est question dans ces passages, ainsi qu’Héraclès (et Hippolyte), avec tout ou partie de leur ascendance :

57Je me suis fondée, dans l’établissement de ce stemma, sur le fait qu’Héraclès est l’allié des Épéens d’Élide au moment du rapt, par leur roi Augias, des chevaux de course de Nélée (A 690-702), sans pouvoir tenir compte du fait qu’Héraclès peut représenter les Héraclides. Il m’a été impossible aussi de tenir compte des demi-générations, qui m’ont permis, néanmoins, de mettre Agamemnon sur la ligne de Nestor (cependant plus vieux que lui à l’époque de la guerre de Troie), en ajoutant, sous Atrée, Thyeste, le sceptre de Pélops étant passé à Atrée, puis Thyeste, puis Agamemnon (B 105-107). Le stemma est incomplet : je n’y ai fait figurer ni tous les noms d’épouses, ni tous ceux des enfants de Pélops.

587. Au moment de la fondation des jeux olympiques, Héraclès va réserver des sorts différents à Pélops et aux Molions ainsi qu’à Augias.

597.1. De Pélops, Pindare a chanté le mythe dans la première Olympique, en deux parties, l’une relative à Tantale (O., I, 36-66), l’autre au mariage (qui est comparable au mariage indien du type rākasa-, comme je le montrerai ailleurs) de Pélops et d’Hippodamie (O., I, 67-95); entre elles est entrelacé le thème des rapports de Pélops et de Poséidon (en tant que dieu du cheval, cf. O., V, 21, Ποσειδανίαισιν ἵπποις à propos des courses, et dieu qui fera traverser la mer à Pélops et ses chevaux), qui aime le jeune homme (O., I, 25-26), l’enlève au banquet cannibale de Tantale (O., I, 40), et dont Pélops invoque l’aide pour son mariage. Le mythe est enfermé en composition circulaire entre deux mentions de la gloire que procure la victoire olympienne (trad. Puech) : O., I, 23-25 « la gloire de Hiéron brille (λάμπει δέ οί κλέος, 23) dans cette terre de héros, colonie de Pélops le Lydien » (ἐν εὐάνορι Λυδοῦ Πέλοπος ἀποικίᾳ); O., I, 93-95 « partout va resplendir, grâce à l’arène d’Olympie, la gloire de Pélops », … τὸ δὲ κλέος | τηλόθεν δέδορκε τᾶν Όλυμπιάδων ἐν δρόμοις | Πέλοπος. Ce mythe de Pélops est enchaîné en composition discontinue par Pindare au passage où le héros est associé par Héraclès à la fondation des concours olympiques, par les récurrences du «tombeau » et des «autels» : O., I, 90-93 « aujourd’hui, présent aux fêtes où coule le sang des victimes [Pélops] réside sur les bords de l’Alphée et les hôtes qui se succèdent auprès du plus vénéré des autels, circulent autour de son tombeau », τύμβον ἀμφίπολον ἔχων πολυξενωτάτῳ παρὰ βωμῷ (puis est chantée la gloire de Pélops, 93-95).

60Et c’est dans la dixième Olympique qu’est chantée la fondation du sanctuaire : Héraclès élève six autels près du tombeau de Pélops, O., X, 24-25, Ἀγῶνα… ὃν ἀρχαίῳ σάματι πὰρ Πέλοπος | βωμῶν ἑξάριθμον ἐκτίσσατο, délimite le territoire sacré (O., Χ, 43-54 b), et, après l’espace, fixe le temps de la fête (§ 33). Entre les passages consacrés l’un aux autels, l’autre à la délimitation de l’espace et du temps, vient le récit du meurtre des Molions et d’Augias par Héraclès, O., X, 25-43. On a vu (§ 3.3) que ce triple meurtre est le dernier acte de l’initiation du guerrier Héraclès au cheval de course. Mais ce qui va être en jeu maintenant est le caractère politique des traitements réservés par Héraclès à Pélops d’une part, aux Épéens d’Élide de l’autre : Pélops, son grand-père mort, était moins dangereux pour Héraclès que les hommes d’Élide, ses contemporains.

61Pélops est un étranger (son nom même signifie « de la classe des Migrants », et est apparenté à celui des Pélasges, comme je le montre ailleurs). Venu d’Asie mineure, c’est un Vénète, premier roi des Paphlagoniens, selon Apoll. Rhod., II, 358-359 :

358 Παφλαγόνων, τοῖσιν τ’ Ένετήιος ἐμβασίλευσε

359 πρῶτα Πέλοψ, τοῦ καί περ ἀφ’ αἵματος εὐχετόωντα,

62ce qui a amené Devereux à supposer qu’il est venu avec des chevaux vénètes, comme ceux d’Hippolyte (§ 4.3.3), le souvenir de ceux-ci s’étant perpétué en Grèce grâce précisément au mythe de Pélops. Sans la précision « vénète », Pélops est venu de Paphlagonie (Euphorion, fr. 116 Powell; schol. à Pind., O., I, 37), pays de son père Tantale (Diod. Sic, IV, 74, 1). Il est vrai que pour Pindare, il est lydien (O., I, 24), et phrygien pour Bacchylide (VIII, 30), et qu’il est venu dans le Péloponnèse avec des Phrygiens et des Lydiens, dont Tantale fut le roi, pour Athénée (XIV, 625f). Mais Athénée associe Tantale et Pélops aux modes musicaux phrygien et lydien; aussi peut-on se demander si l’origine lydienne ou phrygienne attribuée à Pélops par des poètes ne résulte pas d’une sorte de transcription musicale de son origine plus distante dans l’espace, et davantage liée au chevaux, celle que lui donne le très savant Apollonios : Pindare prend des flûtes lydiennes pour chanter Pise (§ 7.3).

63Pélops, de toute façon, est antérieur à Héraclès dont il est le grand-père maternel; et ce n’est pas par hasard si Héraclès procède à la fondation du sanctuaire d’Olympie près du tombeau de Pélops (§ 7.2) : bien mort, celui-ci ne risque pas de nuire aux ambitions d’Héraclès; de plus, en l’associant à sa fondation, Héraclès associe deux terres riches en chevaux, l’Asie mineure, terre des ἱππόδαμοι (dans l’Iliade, des Troyens, M 440, etc., et, sinon des Lydiens, du moins des Phrygiens, K 431), et dans la tradition à laquelle va ma préférence, la Vénétie de Paphlagonie.

647.2. Il n’en va pas de même pour Augias et les Molions, contemporains d’Héraclès et des Épéens d’Élide, d’une terre convoitée, πολυκτέανον dit Pindare (O., I, 6), par référence au nom Κτέατος de l’un des Molions : dans un premier temps, pour s’approprier cette terre, Héraclès, entendons les Héraclides, va faire alliance contre Pylos avec les Épéens, juste avant le rapt du quadrige de Nélée par Augias dans le déroulement du récit de Nestor chez Homère (Λ 690-695); mais il va ensuite se retourner contre eux, en s’alliant aux Étolides par l’intermédiaire d’Oxyle, descendant d’Aetôlos, frère d’Épeios exilé au moment où celui-ci put régner sur l’Élide grâce à sa victoire hippique, et contemporain d’Éleios : Héraclides et Étolides voulaient faire leur « retour » en Élide. C’est pourquoi Héraclès élimina les Épéens d’Élide de sa génération, leur roi Augias, dont il connaissait les ambitions hippiques par l’affaire du quadrige de Nélée, et ses neveux Molions, dont il connaissait la compétence hippique par leur victoire sur Nestor aux jeux d’Amaryncée. Augias devait d’ailleurs se méfier : c’est parce qu’il savait qu’Héraclès nourrissait les mêmes ambitions que lui à l’égard du pouvoir que la mainmise sur les courses pouvait procurer qu’il refusa le salaire qu’il lui avait promis, ce qui déclencha la guerre que mena contre lui Héraclès, d’abord battu par les Molions, puis mettant à mort ceux-ci ainsi que leur oncle, au dernier acte de son initiation guerrière au cheval de course.

65Au contraire, Héraclès put « récupérer » la gloire de Pélops, qui avait eu les mêmes ambitions que lui, mais jadis et venant d’ailleurs : Pind., O., IΧ, 7-10, « l’auguste promontoire de l’Élide que jadis, ποτε, le lydien Pélops, Λυδὸς ἥρως Πέλοψ, sut conquérir, dot magnifique d’Hippodamie » : sa diplomatie consista à s’assurer son patronage en élevant six autels près de son tombeau (τύμβον, O., I, 93; σάματι, O., X, 24).

667.3. La diplomatie du héros prend la forme d’un accord musical chez Pindare : pour chanter la gloire de la victoire olympique, le poète prend la lyre dorienne en l’honneur de Pise (O., I, 17-22 [trad. Puech] : « prends à son clou la lyre dorienne, Δωρίαν… φόρμιγγα si l’honneur de Phérénicos a subjugué ton âme du plus doux souci, quand il bondit sur le bords de l’Alphée … et conduisit à la victoire son maître »), et les flûtes lydiennes, O., V, 17-19, « Zeus sauveur, toi… qui aimes le large cours de l’Alphée… , je viens à toi, en suppliant, au son des flûtes lydiennes », Λυδίοις… αὐλοῖς. Par ces chants, Pindare transfigure la « récupération » par les Héraclides de la gloire de Pélops, une fois éliminés Augias et les Molions.

678. On ne saurait abandonner ces derniers au triste sort que leur réserve Héraclès sans signaler qu’ils appartiennent à une époque des plus importantes pour l’histoire du char de course : c’est la période de transition du bige de guerre puis de course au quadrige de course. Pour l’indiquer, je me fonderai sur des textes d’Homère (étant incompétente en archéologie).

688.1. Parce que le quadrige était une innovation à l’époque de la composition de l’Iliade, Homère a inséré dans celle-ci quatre mentions de quatre chevaux, le nombre des chevaux étant souligné par le fait même qu’ils font l’objet de quatre mentions, et par des jeux strophiques : les deux mentions centrales sont des quatrains; la première, qui mentionne six chevaux, est un sizain; la dernière comprend douze vers, parce que les quatre chevaux font partie des êtres sacrifiés sur le bûcher de Patrocle, dont les plus notables sont douze Troyens.

69La première des quatre mentions de quatre chevaux est celle des quatre chevaux qu’Anchise s’est réservés, sur les six que ses juments avaient enfantés, en donnant à Énée les deux chevaux avec lesquels Diomède allait remporter la course des jeux funèbres de Patrocle (E 267-273); il est probable que, par ces six chevaux, décomposés en 4 + 2, le poète a voulu opposer quadrige (de course) et bige (de guerre), en inversant les données de fait, les quatre chevaux d’Anchise constituant deux biges guerriers dans le contexte, et le bige de guerre d’Énée devenant le bige de course de Diomède, cela environ une génération après le rapt du quadrige de course de Nélée par Augias : la « période de transition » se marque au fait que le bige de Diomède est une conservation, le quadrige de Nélée une innovation.

70Ce quadrige est l’objet de la seconde mention de quatre chevaux, Λ 699-702, dont je donne enfin le texte après l’avoir si souvent mentionné :

699 τέσσαρες ἀθλοφόροι ἵπποι αὐτοῖσιν ὃχεσφιν,
700 ἐλθόντες μετ’ ἄεθλα περὶ τρίποδος γὰρ ἔμελλον
701 θεύσεσθαι τούς δ’ αὖθι ἄναξ ἀνδρῶν Αὐγείας
702 κάσχεθε, τὸν δ’ ἐλατῆρ’ ἀφίει άκαχήμενον ἵππων

quatre chevaux de concours avec leur char. Ils étaient venus pour les jeux; un trépied était le prix pour lequel ils devaient courir. Mais Augias, protecteur de son peuple, les avait gardés chez lui, en renvoyant leur conducteur, qui était revenu en deuil de ses chevaux (Mazon).

71Les deux dernières mentions de quatre chevaux n’ont plus de rapport aux courses, mais sont destinées à compléter les 4 x 4 : O 697-682 a trait à quatre chevaux attelés pour un exercice de voltige; Ψ 171-172, dans le passage de douze vers (Ψ 166-177) consacré aux victimes immolées pour Patrocle, dont douze Troyens, concerne les quatre chevaux inhumés sur le bûcher de Patrocle, très probablement deux biges guerriers, qui renvoient aux deux biges guerriers d’Anchise (mais ceux-ci troyens, ceux-là grecs), en composition circulaire.

72La réflexion d’Homère sur ces quatre chevaux, à quatre reprises, tient à ce que le poète doit avoir été contemporain de la préhistoire des jeux olympiques, celle qu’il narre dans les épisodes du vol du quadrige de Nélée par Augias, de la victoire des Molions sur Nestor, ainsi que dans la longue description de la course des jeux funèbres de Patrocle, où les conseils que Nestor donne à Antiloque (Ψ 319-348) concernent des techniques que, forcément, le poète connaît. Cette réflexion est amplifiée par le fait, exceptionnel dans le catalogue, que les chefs d’Élide sont aussi au nombre de quatre (B 618-624) : des cousins issus de germains, les petits-fils d’Actor, fils des Molions (B 620-621), un petit-fils d’Augias (B 623-624), et, entre les deux dans l’énumération, le fils d’Amaryncée (B 622), l’allié d’Augias, à la course des jeux funèbres duquel les vainqueurs sont les Molions.

738.2. Toutes les innovations du char de course, quatre chevaux, institution d’un prix, conducteur unique sont réunies par Homère dans le quatrain du quadrige de Nestor. Et c’est à ce conducteur unique, ἐλατῆρ(α) (Λ 702), que le poète revient, en l’opposant implicitement aux deux conducteurs de char que sont les Molions, en leur course contre Nestor.

74Jumeaux, ceux-ci sont des siamois, dans une tradition connue d’Homère, selon Aristarque (Arn/A à Ψ 641, Eustathe, 1321 sq.); et cf. Hés., fr. 18 M.W.; Ibycos, fr. 285 PMG; siamois, ils sont de nombre ambigu : un (cf. Ibycos, l.c., ἰσοκέφαλοι ἑνίγυιοι) ou deux ? Cette ambiguïté est le moyen, pour le poète, de représenter la transition des deux hommes d’un char de guerre, le conducteur et le guerrier (cf. Λ 748-749), au conducteur unique qu’a dû être Nestor, comme l’ἐλατῆρα de son père, ce qui, selon lui, justifie sa défaite : Ψ 638-642 (trad. Mazon modifiée), « ce fut leur nombre qui leur assura l’avantage… Or c’était des jumeaux (δίδυμοι); l’un se donnait tout entier à conduire, et, tandis qu’il était tout entier à conduire, l’autre excitait les bêtes avec son fouet ».

75Bien que le texte ne le dise pas, il est probable que Nestor court sur un quadrige, comme celui de son père – et déjà, à la génération de Pélops, des prétendants à la main d’Hippodamie, cf. τέθριππον… ἄρμα, Diod. Sic, VII, 3, 4 –, mais les Molions sur un bige, comme Diomède (§ 8.1), une relation implicite entre celui-ci et ceux-là étant établie par le poète par l’enchâssement du récit des jeux funèbres d’Amaryncée (où les Molions sont vainqueurs) dans le récit des jeux funèbres de Patrocle (où Diomède est vainqueur). La « période de transition » qui mène des deux conducteurs d’un char de guerre aux deux conducteurs d’un char de course, dont l’un devient inutile, est indiquée par un procédé de poète, la redondance de Ψ 641-642, ὁ μὲν ἔμπεδον ἡνιόχευεν, | ἔμπεδον ἡνιόχευ(ε), bien adaptée à des siamois; mais comme ils ne sont pas un, mais jumeaux, le poète leur attribue deux rôles différents, dont le second à être nommé, après cette répétition, le fouet (Ψ 642, ὁ δ’ ἄρα μάστιγι κέλευεν), est le substitut des armes du guerrier dont la présence est nécessaire sur un char de guerre à côté du conducteur. Le montre l’épisode du cocher de Patrocle, après la mort de celui-ci (P 459-465) : « Porté par (ses chevaux), Automédon combat, quelque chagrin qu’il ait pour son ami; il s’élance avec ses coursiers, comme un vautour sur des oies. Sans peine il se soustrait au tumulte troyen, sans peine il fonce et poursuit l’adversaire à travers la foule innombrable. Mais il ne tue pas d’hommes, quand il se lance ainsi à la chasse de l’ennemi. Il ne peut à la fois, sur le char qui s’élance, attaquer avec sa pique et tenir en main ses chevaux rapides ». C’est pourquoi intervient Alcimédon, son demi-double onomastique (la répétition de -μέδων étant liée comme celle de Ψ 641-642, à la présence de deux hommes sur le char, redondante en Ψ, mais nécessaire au char de guerre, P 466-483); Automédon se rend aux raisons de son ami, qui lui dit qu’il ne peut rester seul (οἶον, 471) : 479-483, « Allons ! prends de moi le fouet, les rênes luisantes, et je descendrai du char, pour combattre. Il dit, et Alcimédon, sautant de son char de guerre (βοηθόον ἄρμ(α), 481), vite prend en main le fouet et les rênes, tandis qu’Auto-médon saute à terre » (trad. Mazon modifiée pour 464, ίερῷ ἐνί δίφρῳ : char « qui s’élance » et non « sacré », de *b2ei- « se mouvoir par à-coups », ici *b2i-s-, au degré zéro et à élargissement -s-).

768.3. Si en ce début de pratique du quadrige de course, Nestor se fait battre par les Molions, c’est probablement parce qu’il n’est pas aussi expert en char de course qu’en char de guerre, n’ayant pas encore acquis toutes les techniques qu’il conseille à son fils de mettre en pratique, Ψ 306-348, peu avant de procéder au récit de la course d’Amaryncée. Antiloque en sait alors assez, au moment où il pourrait dépasser Ménélas, pour s’abstenir de le faire afin d’éviter un sort que nous avons vu être celui d’Hippolyte : Ψ 433-437, « ses bêtes prennent de l’avance en courant. Celles de l’Atride reculent; volontairement il s’abstient de les pousser : il craint trop de voir les chevaux aux sabots massifs se heurter sur leur route, renverser les chars tressés, et les hommes choir alors eux-mêmes dans la poussière, pour s’être trop hâtés vers la victoire ». Aussi, Antiloque fait le contraire d’Eumèle qui l’a précédé dans le déroulement du récit homérique, victime d’Athéna, protectrice de Diomède (l’homme fortement marqué du point de vue des chevaux : § 8.1) en tant que déesse des techniques hippiques (Ψ 391-397), « la déesse … rompt le joug qui tient son attelage. Ses juments poursuivent leur course en s’écartant l’une de l’autre, tandis que le timon tombe sur le sol, tandis qu’Eumèle alors roule à bas de son char à côté d’une roue, qu’il s’écorche les coudes et la bouche et le nez, et que son front, au-dessus des sourcils va donner contre terre. Ses yeux se remplissent de larmes; sa voix puissante est enchaînée » (Mazon). Mais Eumèle ne meurt pas, au contraire d’Œnomaos, victime comme lui d’un stratagème (§ 8.3) : il aura même un prix, tout en arrivant le dernier (Ψ 532 … 558-560).

77Tous ces événements sont censés se dérouler pendant la guerre de Troie; mais il ne faut pas être dupe du propre stratagème du poète : le récit de la course de char (et des épreuves d’athlétisme qui la suivent) est fait par un témoin qui transfigure en poésie ce qu’il a vu (comme il a pu voir l’exercice de voltige du troisième des quatre exemples mentionnant quatre chevaux, O 679-682) : c’est un récit autobiographique. Il est fait, comme tout bon récit, à la troisième personne. À la première personne, Homère parle par la bouche de Nestor : des deux récits de Nestor (§ 3.3), le premier (Λ 670-762) mêle l’ancien et le moderne : un récit d’initiation guerrière, traitant d’un thème qui a été transmis au poète; un trait qui relève de l’autobiographie : la description si précise de la destination des quatre chevaux de Nélée; le second (Ψ 629-643), récit fait par Nestor de la course où il a été battu par les Molions, est aussi autobiographique. Tout l’art du poète est d’avoir mêlé ses souvenirs de choses vues à l’histoire de l’Élide et des conflits qui s’y sont élevés pour le contrôle des concours, c’est-à-dire à une histoire dont il n’a pas forcément été témoin sur les lieux où elle s’est déroulée, mais qu’il connaît parfaitement, non, probablement, qu’on la lui ait transmise comme le récit d’initiation guerrière dont le héros est Nestor, mais parce qu’il a dû se renseigner sur l’histoire, toute proche de lui, des concours qu’il fait raconter par Nestor, son double incorporé à l’affabulation.

78Cette mémoire du poète donne la toile de fond historique devant laquelle se déroule l’initiation d’Héraclès au char, non de guerre comme Nestor, mais de course. La date de son aboutissement, -776, qui est celle que la tradition grecque attribue à la fondation olympique, jette peut-être quelque lueur sur l’époque de la composition des passages homériques auxquels a été rattachée cette initiation : les récits de Nestor, et la course de char sont contemporains du poète qu’on situe, après tout, généralement au – viiie siècle, au premier quart duquel peuvent appartenir les faits étudiés non seulement pour Homère, mais pour Héraclès; comme le dit Pindare (O., X, 54-59 [trad. Puech]), « le témoin unique de l’authentique vérité (fut) le Temps, Χρόνος. Le Temps, en s’écoulant, a appris à la postérité, par une tradition certaine, comment Héraclès partagea le butin de guerre (entendons les richesses de la maison des Épéens d’Élide que vainquirent les Héraclides) et en consacra les prémices, comment aussi il institua la fête quinquennale, par la célébration de la première olympiade, et les prix donnés pour la première fois aux vainqueurs ».

La langue des dieux : hermétisme et autobiographie, in LEC, 58 (1990), p. 3-26; 221-254.

Autobiographie et héritage dans la langue des dieux : d’Homère à Hésiode et Pindare, in REG, 103

Bibliographie

Indications bibliographiques

1. Cette étude sur Héraclès s’ajoute à celles que j’ai déjà publiées sur l’objet du présent Colloque (« Le bestiaire d’Héraclès ») :

1985 : De la préhistoire à l’idéologie tripartie : les Travaux d’Héraklès, in R. Bloch (éd.), D’Héraclès à Poséidon. Mythologie et protohistoire, Genève-Paris, Droz-Champion, p. 9-124..

1992 : Les Travaux d’Héraklès et l’idéologie tripartie, in C. Bonnet, C. Jourdain-Annequin (éds), Héraclès [I]. D’une rive à l’autre de la Méditerranée. Bilan et perspectives, Bruxelles-Rome, p. 7-42.

La première de ces études a une visée anthropologique; la seconde est une critique de certains points de vue de G. Dumézil; c’est pourquoi j’indique ici (§ 2) que je ne reviendrai pas sur le fait qu’Héraclès a été considéré comme représentant de l’un des deux types de guerriers indo-européens.

2. Le présent travail vient en complément d’une étude en cours de publication, dans Ollodagos (en trois livraisons) : D’Épeios à Pélops le Vénète, ou du cheval de Troie au quadrige olympique. J’y renvoie pour la bibliographie, ne citant ici que les travaux, que je mentionne, de G. Devereux :

3. Devereux, George :

1965a : Homers wild she-mules, in JHS, 85, p. 29-32.

1965b : The Kolaxian horse of Alkman’s Partheneion, in CQ, 15, p. 176-184.

1966a : The Enetian horse of Alkman’s Partheneion, in Hermes, 94, p. 129-134.

1966b : The Enetian horses of Hippolytus [Euripides, Hippolytos 231; 1131], in AC, 33, p. 375-383.

C’est dans 1966a que l’A. montre que la réputation des chevaux vénètes, qui sont pour lui des chevaux vénètes de Paphlagonie – point de vue adopté ici –, est parvenue aux Grecs par l’intermédiaire du mythe de Pélops; et dans 1966b qu’il pense que la victoire de Léon de Lacédémone (85e Olympiade) eut pour effet que Denys de Syracuse acheta des chevaux de course vénètes, ce qui ne fit probablement que rafraîchir la mémoire d’Euripide concernant des chevaux vénètes qui sont ceux de Paphlagonie.

4. S’agissant de liage, les formes ici données § 2.3.2.1. s’ajoutent à celles que j’ai étudiées dans l’article : Le liage, la peausserie et les Poètes-Chanteurs Homère et Hésiode: la racine *seh2-« lier», in BSL 85 (1990), p. 1-59.

5. J’ai étudié Nestor, qui joue un grand rôle ici, dans : Rhapsodies homériques et irlandaises, in R. Bloch (éd.), Recherches sur les religions de l’antiquité classique, Genève-Paris, Droz-Champion, 1980, p. 9-83- Ce travail était consacré, pour ce qui est du personnage que j’avais comparé à d’autres, à son initiation au char de guerre; je n’avais pas vu, comme ici, qu’il pouvait être un double d’Homère pour ce qui est du char de course, ni, par conséquent, que le poète mêle en lui l’ancien (l’initiation à schéma narratif hérité), et le moderne, cette autobiographie relative au quadrige de course.

6. Il y a d’autres témoignages d’autobiographie chez le poète et d’autres; je les ai étudiés dans :

(1990), p. 383-408; 104 (1991), p. 330-345.

Pour Homère, le principal de ces témoignages, hors de celui qui est étudié à propos de Nestor, est le σῆμα πολυσκάρθμοιο Μυρίνης de Β 814, en tant qu’il se rapporte à « la nécropole de Myrina » (LEC, 1990, p. 221-242). C’est une kenning, c.à.d. une désignation hermétique à double sens, Μυρίνης étant à la fois un toponyme et une Amazone qualifiée par le bondissement de son cheval, donc à la fois une référence autobiographique à un lieu et une référence poétique à un mythe qui est, comme celui de Nestor, relatif au cheval. Comme rien n’est fortuit dans le poème si savant qu’est l’Iliade, on peut penser à une complémentarité des deux êtres, Nestor renvoyant à des faits réels concernant le char (de course et de guerre), l’Amazone à un mythe étudié ici du point de vue d’Héraclès, le nom d’Hippolytè et l’épithète de Myrina se rapportant tous deux au cheval.

7. J’ai attribué au nom de cheval Xanthos un sens « rouge (de la fonction guerrière) » que j’ai étudié dans LEC, 58 (1990), p. 24-26. Il s’agit encore d’une kenning, où se superposent ce sens, qui renvoie à une conception mythique, et une couleur réelle, le fauve de la robe; le nom de l’autre cheval d’Achille, Balios ne renvoyant, lui, qu’à une particularité de cette dernière.

8. J’ai sollicité ici l’Iliade pour les vestiges historiques relatifs à la portion de l’histoire des courses hippiques antérieure à la fondation par Héraclès du sanctuaire d’Olympie, et pour les rapports d’Héraclès avec les gens et chevaux de course de la maison d’Élide, où naquit la première course hippique (celle d’Épeios, fils d’Endymion), rapports d’alliance, puis de lutte pour le pouvoir que procuraient les courses hippiques, probablement parce que, déjà, elles étaient l’occasion pour des Grecs venus de contrées diverses de s’y rassembler (et pas seulement pour des Grecs, si l’on songe à Pélops). Mon point de vue est donc différent de celui de Claude Baurain, Héraclès dans l’épopée homérique, in Héraclès, op. cit. (n. 1), p. 67-105.

9. Pour l’interprétation d’Héraclès en Λ 690 par « Héraclides », voir Bryan Hainsworth, The Iliad: a Commentary, G.S. Kirk general editor, C.U.P., ad loc.

10. Pour la domestication du cheval à laquelle il est fait allusion ici, il suffit de renvoyer à Juliet Clutton-Brock, Horse Power, Harvard University Press, Cambridge Ma., s.d., p. 53-62; et cf. p. 43-51 pour les mules; p. 96-102 pour les chevaux des Scythes, dont Hérodote parle à propos des Amazones (IV, 110-117); p. 165-168 pour les courses hippiques d’Homère et les jeux olympiques.

Auteur

E.P.H.E. IV 4, avenue de Villiers F - 75017 Paris

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter