Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Bestiaire d’Héraclès

 | 
Corinne Bonnet
, 
Colette Jourdain-Annequin
, 
Vinciane Pirenne-Delforge

Héraklès, le monstre de Poseidon et les chevaux de Tros1

Paul Wathelet

Texte intégral

  • 1 Les traductions de la plupart des passages homériques sont, pour l’Iliade, de Paul Mazon et, pour l(...)

1Avant d’aborder ce qui constitue le sujet même de mon intervention, la prise de Troie par Héraklès et le rôle qu’y jouent le monstre de Poseidon et les chevaux de Tros, je crois indispensable d’insister sur deux constatations qui, d’ailleurs, se rejoignent : 1 ) Le nom d’Héraklès est bien attesté dans la tradition épique dès l’époque mycénienne; 2 ) L’Iliade et l’Odyssée comportent une série d’allusions à Héraklès, allusions occasionnelles qui prouvent que l’auditoire d’Homère connaissait bien ces récits dans leur ensemble.

  • 1 CJ. Ruijgh, D’Homère aux origines proto-mycéniennes de la tradition épique. Analyse dialec-tologiqu (...)
  • 2 Λ 690 (nom.) : E 638, Τ 98, λ 601 (acc.) ; Β 666 (gén.) ; Β 658, O 640 (dat.).
  • 3 Théog., 289, 982 (nom.) ; 943 (acc.) ; 332 (gén.) ; 315 (dat.).
  • 4 Bouclier, 115, 349, 416 (nom.) ; 52, 69 (acc.) ; 452 (dat.).
  • 5 Dans la langue épique, on trouve également les formules parallèles βίη Ίφίκληέίη (λ 296 ; gén. λ 29 (...)
  • 6 Sur le génitif en -κλέος de noms en -κλης en ionien, cf. A. Thumb, A. Scherer, II, p. 260, § 311, 1 (...)
  • 7 L’étymologie du nom d’Héraklès continue de susciter interrogations et recherches. Cf. P. Chantraine(...)

2Le personnage d’Héraklès était fameux dans la tradition épique depuis des temps très anciens, en tout cas depuis l’époque mycénienne, comme C.J. Ruijgh l’a bien montré1. Il existe, en effet, deux formules où le nom du héros apparaît dans un ensemble qui remonte au moins au temps des tablettes en linéaire B. Le savant hollandais mentionne la formule βίη Ήρακληείη « sa force Hérakléenne », à divers cas et en fin de vers, dans sept passages de l’épopée homérique2, avec des attestations dans la Théogonie d’Hésiode3 et dans le Bouclier pseudo-hésiodique4. La formule βίη Ήρακληείη est susceptible de recouvrir gwῐᾱ ΗηρακλεŦεhεια qui serait achéenne. L’adjectif Ήρακληείη, qui introduit un vers spondaïque, chose que les aèdes évitent, représente une forme artificielle pour l’ionien Ήρακλείη5. Ήρακληείη a été constitué sur le génitif Ήρακλῆος-, pour Ήρακλέος, artificiel lui aussi, mais qui a été bâti par les aèdes ioniens sur des alternances du type Πηλέος / Πηλῆος6. ‘Ηρακληείη recouvre ΗηρακλεFεσ -εια, dérivé en -ειος du composé fait de Ηηρα- et de KλεFεσ –, du même radical que τὸ κλέος « la gloire »7.

  • 8 Oeῖoς et δῖoς sont deux épithètes du nom d’Achille, mais, comme le note C.J. Ruijgh (art. cit. [n. (...)
  • 9 P. Wathelet, Les traits éoliens dans la langue de l’épopée grecque, Rome, 1970, p. 239-242 ; C.J. R(...)

3La seconde formule ‘Ηρακλῆος ѳείoιo « du divin Héraklès », à la fin de deux vers de l’Iliade (O 25 et Y 145) et d’un vers du Bouclier (138), recouvre le mycénien HηρακλέFεhoς θεhίοιο. Ici encore, la substitution permet à nouveau d’éviter un vers spondaïque8. θείοιο atteste de surcroît un génitif thématique en -oιo propre à l’achéen et au thessalien9.

  • 10 Héraklès dans l’épopée homérique, in C. Bonnet, C. Jourdain-Annequin (éds), Héraclès d’une rive à l (...)

4Je passe au second point : les allusions à Héraklès en dehors du siège de la Troie de Laomédon. Le héros est cité dans un certain nombre de passages de l’épopée homérique. Les mentions d’Héraklès chez Homère ont été évoquées par Claude Baurain10, lors du colloque de Rome en 1992. Je me bornerai à les rappeler rapidement.

  • 11 Il s’agit sans doute d’un de ces Catalogues qui aidaient la mémoire des aèdes. Aristarque avait ath (...)

5Au chant XIV de l’Iliade, Héra tente de séduire son mari pour que, pendant son sommeil, les Achéens soient aidés et que Zeus cesse de favoriser les Troyens. Elle se pare pour le séduire et, la voyant, le Cronide est effectivement pris d’un tel désir d’amour que, jamais, il n’en a éprouvé un pareil, et d’énumérer avec complaisance une série de ses bonnes fortunes. « Jamais », dit-il, « je n’ai été aussi amoureux quand je me suis épris de… ni d’Alkmène à Thèbes, celle qui enfanta Héraklès aux desseins puissants » (Ξ 323-324)11.

6La naissance du héros est encore évoquée au chant XIX (T 96-133) de l’Iliade et dans la Nékyia de l’Odyssée (λ 266-268). La ruse d’Héra y est rappelée. Alors que Zeus se vante d’avoir engendré un fils qui régnera sur tous ses voisins, Héra lui fait confirmer sa proposition par un serment, puis, le serment acquis, elle hâte la naissance d’Eurysthée à Argos, en retardant la délivrance d’Alcmène à Thèbes.

7Héraklès a grandi et, au chant XV de l’Iliade, Hector tue Périphétès de Mycènes, fils de Kopreus « qui longtemps au puissant Héraklès porta l’ordre des Travaux » (O 638-640). Des célèbres travaux il n’y en a qu’un seul qui soit directement mentionné, l’enlèvement de Cerbère, encore le nom de ce dernier n’est-il pas donné. Au chant VIII (Θ 362-369), Athéna se plaint de l’attitude de Zeus qui favorise les Troyens et qui interdit aux dieux de participer au combat. Elle lui reproche de ne pas se souvenir qu’elle a sauvé son fils, quand il était épuisé, au cours des travaux d’Eurysthée particulièrement quand Héraklès alla chercher le chien d’Hadès. « Que n’ai-je su cela », dit-elle, « en mon âme prudente, aux jours où Eurysthée l’expédiait chez Hadès aux portes bien closes, pour lui ramener de l’Erèbe, le chien du cruel Hadès ! » L’enlèvement de Cerbère s’est apparemment accompagné d’une blessure infligée à Hadès et que rappelle Dioné. Cette dernière tente de consoler Aphrodite blessée par Diomède, au chant V (E 395-397). Héra a connu le même sort qu’Hadès : « elle a été atteinte au sein droit par un trait acéré » (E 392 – 394).

  • 12 Pylos passait pour une des portes de l’Autre Monde (P. Chantraine, Dict, étym., p. 953-954, s.v. πύ (...)

8Peut-être faut-il rapprocher de l’expédition d’Héraklès aux Enfers, une intervention d’Héraklès à Pylos12. À Pylos, Héraklès a fait un massacre des Néléides, ainsi que le rappelle Nestor, jamais las de raconter ses souvenirs (Λ 670-697). « C’est que nous n’étions pas nombreux, nous autres, à Pylos, » dit Nestor. « Le puissant Héraklès était venu déjà nous malmener les années précédentes, et nos meilleurs hommes avaient été tués. Douze fils étaient nés à Nélée sans reproche : j’avais seul survécu, les autres avaient péri ».

9Autre méfait d’Héraklès : dans l’Odyssée (φ 13-33), Ulysse rappelle que, lors d’une ambassade qu’il fit dans sa jeunesse, en Messénie, il avait rencontré Iphitos. Celui-ci lui avait donné son arc. Iphitos cherchait des cavales perdues, il devait s’adresser à Héraklès qui le reçut chez lui, mais qui le tua.

  • 13 Une situation analogue vaut pour Orion montré comme une ombre dans la Nékyia de l’Odyssée (λ 572-57 (...)

10Chez les Phéaciens, Ulysse souligne la valeur d’Héraklès comme archer (θ 216 – 233) La mort d’Héraklès est évoquée dans l’Iliade par Achille qui annonce son propre trépas. Il souligne que c’est le lot commun, puisque Héraklès, lui-même, n’y a pas échappé, bien qu’il fût cher à Zeus (Σ 114-119). Enfin, dans la Nékyia de l’Odyssée (λ 601-627), Ulysse rencontre l’ombre d’Héraklès. Il ne s’agit que d’un fantôme puisqu’en fait le héros a, depuis lors, été élevé au rang des immortels et que, chez les dieux, il a épousé Hébé13. Il n’empêche que l’ombre d’Héraklès reconnaît Ulysse et qu’elle se lamente sur leurs malheurs communs, Héraklès évoque notamment l’enlèvement du chien des Enfers, enlèvement effectué avec l’aide d’Athéna et d’Hermès.

11Du survol un peu rapide de ces deux premiers points, il ressort que le public d’Homère connaît bien les exploits d’Héraklès et qu’Homère peut se borner à de simples allusions. Le lien entre le nom du héros et des formules qui remontent au stade achéen de la composition épique indique de surcroît que les exploits d’Héraklès constituaient, depuis très longtemps, le sujet de poèmes épiques.

12Passons maintenant à la prise de Troie par Héraklès, prise de Troie qui s’est produite une génération avant celle qui a été conduite par Agamemnon.

13Les poèmes homériques ne racontent pas in extenso cette première prise de Troie, mais ils y font des allusions diverses, plus ou moins longues. Avant d’examiner ces allusions, résumons les grandes lignes d’une histoire qui comporte deux épisodes. Pour un méfait dont la nature nous est inconnue, Poseidon et Apollon ont été obligés par Zeus de servir un mortel comme ouvriers pendant un an. Les deux dieux entrent ainsi au service du roi de Troie, Laomédon, le père de Priam. À la fin de l’année, alors qu’ils avaient accompli leur besogne, ils sont renvoyés violemment par le roi, qui refuse de leur payer leur salaire et qui menace de les vendre comme esclaves. Colère des deux divinités. Pour se venger, Poseidon envoie un monstre marin qui désole la Troade. Afin de se débarrasser du fléau, Laomédon doit exposer sa fille qui sera livrée au monstre. C’est ce qu’il fait et la malheureuse aurait péri, mais, heureusement, Héraklès est arrivé. Il se rendait chez les Amazones et Laomédon lui promet de lui donner les chevaux merveilleux qu’il possède s’il libère sa fille. Héraklès tue le monstre, mais Laomédon refuse d’honorer sa promesse. Colère du héros qui, avec une troupe modeste, s’empare de Troie, tue Laomédon et remet la royauté au jeune Priam, lequel n’a pas approuvé l’attitude de son père. Le retour du héros vers la Grèce est retardé par une tempête envoyée par Héra et qui l’amène à Cos.

14Telle est la trame du récit. Voyons à présent, dans l’ordre des événements, les allusions qui y sont faites dans l’épopée homérique.

  • 14 Y 237. Le patronyme Λαομεδοντιάδης est appliqué à Priam en Γ 250. – Pour Laomédon, Tros, Ilos, Assa (...)
  • 15 P. Wathelet, Diet, des Troyens, p. 375-384, n° 76 Γανυμήδης. – Ce sont les dieux et non Zeus qui on (...)
  • 16 Le texte ne permet pas de savoir si Anchise vit encore à l’époque de la guerre de Troie. Il s’agit (...)
  • 17 C’est avec ces chevaux que, lors des jeux funèbres en l’honneur de Patrocle, Diomède remportera la (...)

15Chez Homère, Laomédon14 est donné comme père de Priam. L’arbre généalogique complet de Priam est fourni par Énée au chant XX de l’Iliade, on y reviendra plus loin. Bornons-nous à rappeler ici qu’un des ancêtres de Priam, Tros, avait eu trois fils, Ilos, qui devait lui succéder, Assarakos, le père d’Anchise, et enfin le beau Ganymède15, que les dieux enlevèrent pour en faire l’échanson de Zeus (Y 234). Comme compensation pour la perte de Ganymède, Zeus avait donné à Tros des chevaux merveilleux. Laomédon avait hérité de cette espèce extraordinaire et, à son insu, Anchise16 avait fait saillir ses juments par des étalons du roi. Il a ainsi obtenu des coursiers remarquables, dont deux tirent le char d’Énée. C’est ce que rappelle Diomède à son cocher, Sthénélos, au moment où il s’apprête, au chant V de l’Iliade, à affronter Énée et Pandare (E 263-273). Diomède tuera Pandare, blessera Énée et s’emparera des chevaux17.

  • 18 L’épopée ne donne pas la raison de ce servage. On y a vu la suite d’une tentative d’avoir voulu ren (...)

16Le servage de Poseidon et d’Apollon est évoqué deux fois dans l’Iliade, avec une légère variante18. La première allusion est très brève; elle figure au chant VII (H 442-453) : Poseidon se plaint auprès de Zeus de ce que les Achéens ont entouré leur camp d’un mur, tel qu’on oubliera l’autre, « celui que nous avons, Phoibos Apollon et moi, bâti ensemble, pour le héros Laomédon, en échange d’un salaire ».

  • 19 Sur l’attitude d’Apollon, cf. P. Wathelet, Apollon dans l’Iliade ou le protecteur des Troyens, in M (...)

17Plus loin, au chant XXI, Zeus a de nouveau autorisé les dieux à reprendre le combat et ils ne se privent pas de s’affronter suivant leurs préférences. Seul Apollon reste loin de Poseidon, qu’il répugne à attaquer19. L’Ébranleur de la Terre s’en étonne : il le provoque à commencer, parce qu’il est plus jeune et il lui montre combien son attitude de défenseur des Troyens est absurde. Il n’a pas eu tant de raisons de se louer d’eux (Ф 436-460).

  • 20 La variante est une illustration des nombreuses attributions d’Apollon, dieu gardien des troupeaux (...)

18« Tu ne te souviens même pas », lui dit-il, « des maux que, seuls parmi les dieux, nous avons soufferts tous deux, autour d’Ilion, quand nous sommes venus sur l’ordre de Zeus, louer nos services, à l’année, chez le noble Laomédon, pour un salaire convenu. Il était notre maître, il nous donnait des ordres. J’ai alors, moi, pour les Troyens, bâti autour de leur cité, une large et superbe muraille, qui rend leur ville inexpugnable, tandis que toi, Phoibos, tu faisais paître leurs bœufs cornus à la démarche torse, dans les vallons boisés de l’Ida aux replis sans nombre. Mais voici que, quand les joyeuses saisons amènent le terme fixé pour le paiement, brutalement, le terrible Laomédon nous ravit notre salaire et nous congédie avec des menaces : il nous lierait les pieds et – en remontant – les bras, puis nous vendrait dans des îles lointaines. Il clamait même qu’à tous deux il couperait les oreilles avec le bronze. Et nous rentrions ainsi, tous les deux, le cœur dépité, furieux à la pensée de ce salaire promis et non payé. Et c’est au peuple de cet homme que maintenant tu donnes ta faveur … ». Apollon lui répond très rapidement par une dérobade et il s’écarte sous les quolibets de sa sœur Artémis, qui, à son tour, est prise à partie par Héra. On a noté que, dans la première allusion, les deux dieux ont construit les remparts de Troie, tandis que, dans la seconde, Poseidon seul a bâti, tandis qu’Apollon gardait des troupeaux20.

  • 21 Homère ne dit pas pourquoi Héraklès passait par Troie. Bien entendu, la tradition ultérieure en sai (...)

19Au chant XX, Poseidon, Héra et Athéna s’installent en un endroit d’où ils pourront voir le duel déjà évoqué entre Achille et Énée. « Le dieu aux crins d’azur les conduit au rempart de terre, au rempart élevé que, pour le divin Héraklès21, naguère, avaient bâti les Troyens avec Pallas Athéné; c’est là qu’Héraklès devait se réfugier, s’il voulait échapper au monstre marin lancé à sa poursuite, du rivage jusque dans la plaine; c’est là que Poseidon s’assied à côté des dieux qui le suivent » (Y 144-149). L’allusion est sibylline, mais le monstre marin en question, le κήτος, est celui qui menaçait la fille de Laomédon et qu’avec l’aide d’Athéna et des Troyens Héraklès a tué. L’évocation de l’abri ainsi construit paraît impliquer que la victoire d’Héraklès ne se fit pas sans peine.

  • 22 Répartis en trois groupes dans lesquels on a parfois vu une évocation des trois tribus doriennes (c (...)
  • 23 P. Wathelet, Dict. des Troyens, p. 973-989, n° 302 Σαρττηδών.
  • 24 Dans l’Énéide du chant XX (Y 306), Poseidon signale que Zeus a pris en grippe la race de Priam.

20Dans la mêlée qui se déchaîne au chant V de l’Iliade figure notamment le récit du combat entre l’Héraclide Tlépolème et le roi de Lycie, Sarpédon (E 633-698). Au chant II (B 653-670), le Catalogue des Vaisseaux avait appris que Tlépolème, fils d’Héraklès, dirige le contingent des Rhodiens22. Fils d’Héraklès, Tlépolème est par conséquent petit-fils de Zeus. Sarpédon, quant à lui, est un curieux personnage23 : Homère souligne à diverses reprises qu’il est fils de Zeus. L’ensemble de la tradition post-homérique en fait un frère de Minos et de Rhadamante, trois fils qu’Europe auraient eus du Cronide. Ceci pose un problème de chronologie que les Anciens avaient déjà noté : le roi des Crétois au siège de Troie est Idoménée, lui-même petit-fils de Minos. On peut difficilement imaginer que Sarpédon, qui est de deux générations antérieur, puisse venir au secours de Priam. Il est inutile de vouloir à tout prix résoudre le problème. La solution est plus simple : la guerre de Troie fait beaucoup de victimes, Homère a besoin de nombreux personnages et il puise allègrement dans d’autres cycles épiques, sans trop s’attarder à la chronologie. D’ailleurs, il est conscient de la chose, et, quand, au début de la rencontre, Tlépolème déclare à Sarpédon « qu’on ment quand on le dit fils de Zeus » (E 635), il y a là un signe d’intelligence de l’aède à la partie de son public qui a pu s’étonner de trouver Sarpédon sous les murs de Troie. Quoi qu’il en soit, Sarpédon, fils de Zeus, est en quelque sorte son ambassadeur auprès de Priam. La mort du héros, au chant XVI, sous les coups de Patrocle, provoque la tristesse de Zeus, qui manifeste son sentiment par une pluie de sang. Elle illustre aussi la fin de la faveur que Zeus a marquée aux Troyens24. Peu après, Patrocle est tué par Hector, qui s’empare ainsi des armes d’Achille et amène le Péléide à revenir au combat.

  • 25 Sur le discours de Tlépolème, cf. R.P. Martin, The Language of Heroes. Speech and Performance in Il (...)

21La rencontre entre Sarpédon et Tlépolème commence, ainsi qu’il est d’usage, par un échange de provocations : Tlépolème souligne le manque de valeur de Sarpédon, qu’il oppose aux héros des générations antérieures, dont spécialement son père Héraklès25. « Ce fut lui qui vint ici jadis chercher les chevaux de Laomédon et, avec six nefs seulement et un petit nombre d’hommes, sut ravager la ville d’Ilion et vider d’hommes ses rues » (E 640-642).

  • 26 Ulysse survient et voudrait tuer Sarpédon, mais, toujours attentive, Athéna le détourne vers des Ly (...)

22Sarpédon lui réplique sur le même ton en faisant, lui aussi, allusion à la même affaire. « Tlépolème, si celui dont tu parles a ruiné la sainte Troie, ce fut pour la folie d’un homme, du superbe Laomédon qui à son bienfaiteur fit de méchants reproches et lui refusa les chevaux pour lesquels il était venu de si loin » (E 648-651). Après cette joute oratoire, le combat s’engage. Sarpédon est blessé à la cuisse, mais Tlépolème, frappé au cou, est tué. Sarpédon est entraîné par ses compagnons en dehors du combat. Ulysse tue plusieurs Lyciens26, mais Hector survient et éloigne les Achéens, alors qu’on étend Sarpédon au pied d’un « chêne de Zeus » (Ε 693). L’arbre était tout naturellement désigné : on soigne Sarpédon, qui se remettra de sa blessure. L’Héraclide Tlépolème est mort, son corps a été emporté, c’était sa seule intervention sur le champ de bataille troyen.

  • 27 Sur le rôle d’Héraklès à Cos, cf. Janko, op. cit. (n. 11) p. 191-192.

23La prise d’Ilion et le retour d’Héraklès sont évoqués rapidement en un autre passage. Nous sommes au chant XIV de l’Iliade. Effrayée par les progrès des Troyens, Héra voudrait endormir Zeus pour qu’il cesse de les aider. Elle va donc trouver le Sommeil pour tenter d’obtenir son aide, mais Hypnos est réticent. Il a déjà tenté l’expérience et elle n’a pas tourné à son avantage : « Une fois déjà obéir à ton ordre m’a servi de leçon : c’était le jour où cet arrogant fils de Zeus faisait voile loin d’Ilion, ayant détruit la cité des Troyens. J’endormis l’esprit de Zeus porte-égide; j’épandis ma douceur sur lui, et, pendant ce temps, ton cœur médita de mauvais desseins : tu fis se lever sur la mer les souffles des vents méchants et tu emportas ce fils de Zeus vers la bonne ville de Cos27, loin de tous les siens. Et Zeus, s’éveillant soudain, s’indignait : il malmenait les dieux dans son palais, et, avant tout autre, c’était moi qu’il cherchait » (Ξ 249-258). Héra arrivera néanmoins à ses fins et, comme il fallait s’y attendre, à son réveil, Zeus est furieux et il s’en prend à sa femme : « As-tu donc oublié le jour où tu étais suspendue dans les airs ? J’avais à tes pieds accroché deux enclumes et jeté autour de tes mains une chaîne d’or, infrangible; et tu étais là, suspendue, en plein éther, en pleins nuages » (O 18-20).

24Protestation des autres dieux qui avaient été jetés dehors sans ménagement. « Et, même ainsi, mon cœur ne se délivrait pas du tenace chagrin que lui donnait le divin Héraklès, Héraklès que tu avais, persuadant les bourrasques et aidée du vent Borée, mené sur la mer infinie selon tes méchants desseins, puis entraîné vers la bonne ville de Cos. Je le tirai de là, moi, et le ramenai à Argos, nourricière de cavales, en dépit de mille épreuves » (0 24-30). Bref, la première prise de Troie, exploit réalisé par Héraklès, se termine par une scène de ménage sur l’Olympe, une de plus !

  • 28 Le personnage de Télamon pourrait résulter d’une mauvaise interprétation de l’adjectif τελαμώνιος. (...)
  • 29 Il s’agit de Lampos, Klytios et Hikétaon, mentionnés comme fils de Laomédon en Y 238. Le développem (...)

25Les auteurs post-homériques nous ont livré l’ensemble du récit qui permet de resituer, dans leur cadre, les allusions, parfois peu explicites de l’épopée. Bien entendu, les auteurs ont ajouté des détails divers à la tradition. La fille de Laomédon s’appelait Hésione. Après la prise de Troie, Héraklès l’a donnée pour femme à Télamon28, le père d’Ajax et de Teukros. Télamon avait été le premier à monter sur les murs d’Ilion. Non seulement Héraklès avait tué Laomédon, mais aussi tous ses fils, sauf un, le dernier, le jeune Priam, qui échappe à la mort pour diverses raisons qui sont développées. Le meurtre de tous les fils de Laomédon sauf un est contraire à la version de l’Iliade, puisqu’Homère mentionne explicitement des frères de Priam, parmi les vieillards troyens qui siègent sur le rempart de la ville (Γ 147)29. Quoi qu’il en soit de tous ces développements, on notera que les allusions faites par l’épopée homérique à la première prise de Troie sont telles qu’elles ne pouvaient être saisies que par un auditoire qui connaissait déjà l’ensemble du récit.

  • 30 L’aide inattendue qu’Apollon apporte à Eumèle, fils d’Admète, lors de la course de chars implique q (...)
  • 31 Persée (Περσηΐάδης) est cité par Homère (T 116 et 123) – Le mythe de Persée est évoqué dans le Bouc (...)
  • 32 Des traits propres à la prise de Troie par Héraklès semblent apparaître aussi dans le récit de la p (...)

26On peut se demander d’où vient cette curieuse histoire et ce qu’elle apporte au personnage d’Héraklès. Notons tout d’abord que chacun des deux épisodes du récit reprend des thèmes bien connus ailleurs. La punition infligée à une divinité qui a commis quelque crime et qui doit faire une année de servage apparaît en Grèce même pour Apollon : après que le dieu a tué le serpent femelle Python à Delphes, il a dû servir un an chez Admète en Thessalie30. En outre, la délivrance d’Hésione par Héraklès est parallèle à la délivrance d’Andromède par Persée31, avec cette différence qu’Héraklès, déjà marié, ne peut épouser Hésione, mais il la marie à Télamon, etc.32

27Même à l’intérieur d’une seule culture, la lecture des récits mythiques ou des contes populaires fait souvent apparaître des traits identiques ou très proches qui se retrouvent dans des histoires différentes. Fréquemment, la démarche qui consiste à retrouver le trait d’un récit qui aurait servi de modèle aux autres se révèle vaine et aucune conclusion assurée ne peut être tirée. Mais il existe quelques exceptions, dont le récit qui nous occupe.

  • 33 Cf. P. Wathelet, Les Troyens de l’Iliade. Mythe et Histoire, Liège, 1989 (Bibl. de la Fac. de Phil. (...)
  • 34 L’influence de l’Iliade se marque notamment dans le développement du récit de la chasse au sanglier (...)

28La première prise de Troie par Héraklès s’inscrit dans un mouvement plus large. L’affaire troyenne a certainement constitué, à un moment donné, un récit épique parmi d’autres33, tels la guerre de Thèbes, l’expédition des Argonautes, la chasse au sanglier de Calydon ou les hauts-faits d’Héraklès. Puis, peut-être à la suite de l’installation des Éoliens à Lesbos et sur le rivage de l’Asie mineure, Éoliens qui pouvaient légitimement voir de glorieux prédécesseurs dans les Achéens prenant Ilion, la guerre de Troie est devenue le point central de l’histoire mythique de la Grèce autour de laquelle on a organisé les divers cycles épiques34.

  • 35 Dans l’Iliade, les Grecs sont appelés ‘Αχαιοί,’Apyeîoι ou Δαναοί, sans posséder de dénomination com (...)
  • 36 Il s’agit de Troyens, de Troyennes et d’alliés des Troyens, contemporains de la guerre de Troie, ou (...)
  • 37 P. Wathelet, La généalogie de Priam, in Actes du Colloque de Chantilly, 14-16 sept. 1995, sous pres (...)
  • 38 Faut-il souligner que ce long discours a fait les délices des analystes, d’autant plus qu’il contie (...)

29Dernière grande expédition de l’ensemble des Grecs, la prise d’Ilion a éveillé une nostalgie de l’unité35 qui ne cessera de hanter la Grèce aux époques archaïque et classique et jusqu’à l’avènement des Macédoniens. Nous ignorons ce qui s’est réellement passé à Troie, mais tout conduit à penser qu’un événement important s’y est produit, quelles qu’en soient les modalités, qui restent mystérieuses. Parmi les très nombreux Troyens qu’Homère mentionne nommément – il y en a 350 –36, très peu ont quelque chance d’avoir un prototype historique, sauf Priam, et sans doute aussi Pâris, dont les noms ne sont pas helléniques. S’ils ont reçu le nom de Priam d’une tradition très ancienne, les aèdes n’avaient aucune information sur la généalogie du roi de Troie. Or, dans la pensée mythique, la généalogie a une très grande importance. Comme ils ne connaissaient pas la généalogie de Priam et comme le personnage devait être prestigieux, les aèdes en ont forgé une de toute pièce37. Ainsi que je l’ai rappelé plus haut, au chant XX de l’Iliade, Énée est opposé à Achille par Apollon qui cherche à couvrir la retraite d’Hector. Selon l’usage, Achille lance un défi au fils d’Anchise et Énée lui répond par une interminable tirade de 59 vers dans laquelle le héros passe en revue tout son arbre généalogique. On ne s’attardera pas ici au caractère curieux d’un tel exposé sur le champ de bataille. Homère n’aime guère les héros trop marqués par le religieux et il s’amuse au détriment du fils d’Aphrodite38.

  • 39 C.W. Blegen, Troy and the Trojans, Londres, 1963, p. 147. D.L. Page, History and the Homeric Iliad, (...)

30Alors que la majorité des généalogies homériques remontent seulement à trois générations (le héros, son père et son grand-père), Homère gratifie Priam de cinq ancêtres : Dardanos, Érichthonios, Tros, Ilos et Laomédon. Dardanos, Tros et Ilos sont respectivement les héros éponymes des Dardaniens, des Troyens et d’Ilion. Une difficulté surgit du fait que Tros aurait dû fonder Troie et Ilos, Ilion, mais Homère se garde d’en parler. Les deux autres, Érichthonios et Laomédon, portent chacun un nom grec. Érichthonios est « très lié à la Terre » et, par conséquent, immensément riche. Il possédait des chevaux magnifiques. L’archéologie rejoint l’épopée pour souligner que les Troyens étaient de grands éleveurs de chevaux39. Quant à Laomédon, si Homère souligne son caractère trompeur et son υβρις, c’est pour mieux insister, par opposition, sur le caractère débonnaire de Priam. En somme, en puisant à des sources diverses, les aèdes ont construit, pour Priam, une généalogie prestigieuse. Dardanos est fils de Zeus. Pâris avait dû juger les déesses, mission dangereuse, mais aussi flatteuse, pour un mortel. Dans la même perspective, on rattachera à la généalogie des rois de Troie des personnages qui, au départ, n’avaient sans doute rien à y faire : Ganymède, fils de Tros, est enlevé par les dieux pour sa beauté et il devient l’échanson de Zeus; un frère aîné de Priam, Tithon, sera l’amant de l’Aurore. Toute la famille est donc constamment en contact avec les dieux, ce qui ne peut manquer de renforcer son prestige.

31La première prise de Troie par Héraklès s’inscrit dans le même mouvement qui consiste à donner à Ilion un passé glorieux. Laomédon avait atteint une telle puissance qu’il a hébergé, comme ouvriers, des dieux, et non les moindres. Mais, tel Tantale ou d’autres rois de la mythologie, il a été frappé par l’excès, l’ϋβρις, et amené ainsi à commettre deux fautes successives : il a trompé les dieux, puis il n’a pas tenu sa promesse à l’égard d’Héraklès, ce qui ne pouvait manquer de provoquer une double punition.

  • 40 P. Wathelet, Dict. des Troyens. p. 807. n° 260 Πάνδαρος. et p. 853 et n. 201, n° 263 Πάρις / ’Aλέξα (...)
  • 41 J. Boardman – O. Palagia – S. Woodford, art. Herakles. in LIMC. IV 1 (1988). p. 728-838. Les représ (...)

32L’intervention d’Héraklès à Troie est liée à la généalogie de Priam qui constitue elle-même une création assez récente. L’entrée en scène d’Héraklès dans l’affaire troyenne correspondait aussi à une autre préoccupation : Héraklès appartient à la catégorie des chasseurs de monstres. En général, ces derniers opèrent seuls, avec pour armes l’arc et les flèches. L’action de ces héros solitaires ne semble pas, à l’origine, être liée aux guerres et aux combats entre peuples. Si, pour les chasseurs isolés, le tir à l’arc est flatteur, ce n’est pas le cas dans les combats, où il est considéré comme l’arme d’un faible ou d’un lâche qui n’ose affronter l’ennemi au corps à corps40. En outre, Héraklès se déplace à pied et il semble, dans la plupart des cas, ignorer l’emploi du char tiré par des chevaux41.

  • 42 P. Wathelet. Dict. des Troyens. p. 253-254. n° 20 Άλάστωρ I.
  • 43 P. Wathelet, Dict. des Troyens. p. 466-506. n° 106 ‘Έκτωρ.

33Comme on l’a signalé plus haut, la guerre de Troie était devenue peu à peu le point central de la mythologie grecque : elle réunissait tout ce que la Grèce pouvait compter de héros dignes de ce nom ou, à défaut, les descendants des héros fameux qui manifestement appartenaient à des générations antérieures, même si les aèdes s’embarrassaient peu de chronologie. On a vu plus haut qu’Homère avait décalé Sarpédon de deux générations pour l’amener sous les murs de Troie. On pressent que le cas est loin d’être unique : Ulysse, doté d’un nom préhellénique, était sans doute à l’origine lui aussi un archer solitaire dont le principal exploit consistait à se rendre dans l’Autre Monde et à en revenir vivant42. On pourrait dire la même chose d’Ajax, d’Hector43, d’Achille, d’Énée et d’autres.

  • 44 A. Severyns, Homère. L’artiste. Bruxelles. 1948. p. 86-95.

34Ajax, fils de Télamon, porte un armement qui le renvoie bien avant la guerre de Troie. Son combat avec Hector, renouvelé à plusieurs reprises, est sans doute le souvenir d’un affrontement qui ne se déroulait pas en Troade. Ajax, lui aussi, est étranger au monde du cheval. Comme son père Pélée, Achille est le héros d’un conte populaire, introduit non sans peine dans l’aristocratie achéenne44. Parmi les Troyens, on peut en dire autant d’Énée, lui aussi, à l’origine, le héros d’un conte populaire.

35Un tel rassemblement de héros, tous plus valeureux les uns que les autres, ne va pas sans embarrasser les aèdes. Certains héros, sans doute glorieux à l’origine, ont perdu de leur lustre comme Ménélas et même Agamemnon; pour d’autres, Homère s’est arrangé pour leur ménager une aristie où ils tiennent le premier rôle avant de rentrer dans le rang. Les blessures reçues permettent au poète de les tenir à l’écart et de donner la première place à d’autres : successivement Diomède, Ajax et finalement Achille, occupent le premier rang dans l’Iliade. Ce qui était possible pour des héros certes très glorieux, mais dont la personnalité comportait encore des incertitudes, ne l’était plus pour Héraklès dont les hauts-faits étaient trop connus pour être adaptés au siège de Troie, où, de surcroît, il aurait été « encombrant », car il aurait dû y tenir la première place. Alors, dans leur embarras, les aèdes préhomériques ont trouvé une solution : Héraklès ne pouvait être au siège de Troie, parce qu’il y était déjà venu à la génération précédente, s’emparant seul, ou presque, de la ville pour se venger d’un roi qui n’avait pas tenu ses promesses. Tout le récit est bâti sur des remplois d’éléments de récits bien connus ailleurs où ils sont mieux à leur place.

36Sur le thème propre de notre rencontre, le bestiaire d’Héraklès, force m’est de constater que, si l’épisode de la première prise de Troie fait intervenir un monstre marin et des chevaux extraordinaires, on ne peut guère en tirer d’informations neuves quant au lien d’Héraklès avec ces êtres exceptionnels.

  • 45 On ajoutera l’adjectif très mystérieux κητώεσσαν, appliqué à Λακεδαίμονα en B 581. Comme il est dif (...)

37Homère ne nous dit rien du monstre marin envoyé par Poseidon, il est appelé κψος (Y 147). Le terme ne revient qu’une seule fois dans l’Iliade (N 27), pour évoquer les monstres marins qui accueillent Poseidon dans son palais sous la mer de Aigai45. Dans l’Odyssée, le mot désigne les phoques de Protée dont l’odeur incommode tant Ménélas (δ 443, 446, 452) ou un de ces monstres marins que redoute Ulysse naufragé (Є 421) ou que dévore Skylla (μ 97). Le terme est peu formulaire. Dans plusieurs récits, Poseidon manifeste sa colère par l’envoi d’un monstre marin, le dieu ayant lui-même un côté monstrueux. Fils de Zeus, Héraklès est, par nature, un tueur de monstres.

  • 46 Héraklès et le cheval, cf. ici-même. p. 151-172.

38Quant aux chevaux de Laomédon, il s’agit surtout d’un butin à conquérir. L’attitude d’Héraklès à l’égard du cheval sera examinée par Mme Françoise Bader46 à ce même congrès. Dans le cas qui nous occupe, les chevaux semblent spécialement liés aux Troyens et à leurs souverains : les Troyens sont dits ίππόδαμοι « dompteurs de chevaux », dans une formule fréquente. Dans la généalogie des ancêtres de Priam, mentionnée par Énée au chant XX, le successeur de Dardanos est Érichthonios, dont Homère souligne qu’il était d’une très grande richesse et qu’il possédait des chevaux extraordinaires : il avait trois mille cavales qui furent saillies par Borée, lequel avait pris la forme d’un étalon aux crins d’azur (κυανοχαίτης, épithète habituelle de Poseidon, le dieu chevalin). Faut-il souligner que les chevaux extraordinaires d’Érichthonios ne sont pas les mêmes que les chevaux non moins fameux donnés par Zeus à Tros en échange de Ganymède ? Les Troyens sont donc constamment liés au monde du cheval !

39Parallèlement à l’introduction d’Héraklès dans la geste troyenne une génération avant la guerre de Troie, on trouve l’Héraclide Tlépolème qui commande les Rhodiens et, hormis sa mention dans le Catalogue des Vaisseaux, n’apparaît qu’une seule fois dans l’Iliade pour s’opposer à Sarpédon et être tué par lui. Or Sarpédon appartient de fait à une autre génération que celle de la guerre de Troie. On se posera la question de savoir s’il n’en va pas de même pour Tlépolème.

40En résumé, la prise de Troie par Héraklès est une sorte de compromis que les aèdes avaient découvert pour concilier tout à la fois le caractère très fameux d’Héraklès dès l’époque mycénienne et l’impossibilité de le faire figurer parmi les guerriers achéens qui assiégeaient Troie. L’épisode de la punition de Laomédon a été rattaché, comme un épisode secondaire, à un des « grands travaux du héros », il a été constitué à l’aide d’éléments divers repris à d’autres récits.

  • 47 Renaud, op. cit. (n. 34), p. 110-112.

41Ajoutons encore qu’une même tendance apparaît qui consiste à introduire Héraklès dans d’autres cycles où il n’avait, à l’origine, rien à faire, et que la question est compliquée par la chronologie imposée par l’Iliade. Héraklès ne pouvait, dans de telles conditions, ne pas figurer au nombre des Argonautes, mais on s’arrange pour le faire quitter l’expédition assez tôt. De même, il n’est pas parmi les participants à la chasse au sanglier de Calydon, mais Bacchylide imagine que, dans son voyage dans l’Autre Monde, Héraklès a rencontré l’ombre de Méléagre47.

Notes

1 CJ. Ruijgh, D’Homère aux origines proto-mycéniennes de la tradition épique. Analyse dialec-tologique du langage homérique, avec un excursus sur la création de l’alphabet grec, in J.P. Crielaard, Homeric Questions. Essays in Philology, Ancient History and Archaeology including the Papers of a Conference organized by the Netherlands Institute at Athens (15 May 1993), Amsterdam, Gieben, 1995, p. 1-96, spéc. p. 81-83. – Il est possible sans plus que le nom d’Héraklès soit attesté sur une tablette mycénienne de Cnossos KN Xd 305 lra-ke-re-wel dans « The Room of the Chariot Tablets », où une autre tablette KN Vc 106 atteste l’anthroponyme a-ki-re-u (Άχιλλεύς). Ces tablettes appartiendraient au plus ancien dépôt de tablettes en linéaire Β (environ 1400 ?). Cf. J. Driessen, The Room of the Chariot Tablets at Knossos, Thèse de Louvain, 1989. Même en admettant que Xd 305 cite un « Héraklès », il n’est pas sûr que ces tablettes mentionnent les héros. Les noms pourraient être de simples anthroponymes, comme c’est le cas pour Hector.

2 Λ 690 (nom.) : E 638, Τ 98, λ 601 (acc.) ; Β 666 (gén.) ; Β 658, O 640 (dat.).

3 Théog., 289, 982 (nom.) ; 943 (acc.) ; 332 (gén.) ; 315 (dat.).

4 Bouclier, 115, 349, 416 (nom.) ; 52, 69 (acc.) ; 452 (dat.).

5 Dans la langue épique, on trouve également les formules parallèles βίη Ίφίκληέίη (λ 296 ; gén. λ 290) et βίς ΈτΕοκληείης (Δ 386) avec deux composés en -κλέης (cf. C.J. Ruijgh, Études sur la grammaire et le vocabulaire du grec mycénien, Amsterdam, 1967, p. 201, § 172).

6 Sur le génitif en -κλέος de noms en -κλης en ionien, cf. A. Thumb, A. Scherer, II, p. 260, § 311, 12).

7 L’étymologie du nom d’Héraklès continue de susciter interrogations et recherches. Cf. P. Chantraine, Dict, étym., s.v. ‘’Ηρα, p. 415-416 ; W. Burkert, Greek Religion, Harvard, 1985, p. 210 et p. 432, n. 21 ; H. von Kamptz, Homerische Personennamen, Göttingen, 1985, p. 197 et 203, § 66 ; Fr. Bader, Héraklès, Ogmios et les Sirènes, in C. Jourdain-Annequin, C. Bonnet (éds), Héraclès II. Les femmes et le féminin, Bruxelles-Roma, 1996, p. 145-185, spéc. p. 147, avec, dans chacun de ces ouvrages, des indications bibliographiques. – On considère en général qu’‘Ηρακλῆς est composé du théonyme ‘’Ηρα et de l’élément -κλέης de κλέος. Ce serait la « gloire d’Héra ». Cette étymologie pose un double problème, sémantique et de formation. On s’étonne de voir que le héros qui porte un tel nom soit, dès l’épopée homérique, l’objet constant de l’hostilité d’Héra (à moins de comprendre le composé, comme Fr. Bader, « celui qui doit sa gloire à Héra »). En ce qui concerne la formation de l’anthroponyme, on pourrait s’étonner, avec W. Burkert, que ce soit ‘Ηρακλήΐ avec un α bref, et non en ionien ** ‘Ηρηκλῆς, mais H. von Kamptz, p. 102 § 34 a 1 β, note avec raison que dans les composés dont le premier terme est un mot de la première déclinaison, celui-ci présente un degré zéro de la finale. C’est aussi le cas dans ‘Ηράκλειτος-, bien attesté dans l’anthroponymie. – On ne peut totalement exclure qu’‘Ηρακλ bref, et non en ς interprété comme la « gloire d’Héra » ne résulte d’une étymologie populaire sur un nom préhellénique, d’autant plus que le nom de la déesse est probablement préhellénique. Quoi qu’il en soit et même dans ce dernier cas, l’analyse faite par C.J. Ruijgh et reprise ici reste valable, l’étymologie populaire remontant à l’époque mycénienne.

8 Oeῖoς et δῖoς sont deux épithètes du nom d’Achille, mais, comme le note C.J. Ruijgh (art. cit. [n. 1], p. 81-82) on trouve en fin de vers Άχιλλῆος θείοιο et non Άχιλλῆος δíFyoιo, car ce dernier aurait donné un vers spondaïque. On ne lit jamais non plus en fin d’hexamètre ‘Ηρακλῆος δíFyoιo.

9 P. Wathelet, Les traits éoliens dans la langue de l’épopée grecque, Rome, 1970, p. 239-242 ; C.J. Ruijgh, art. cit. (n. 1), p. 53-54.

10 Héraklès dans l’épopée homérique, in C. Bonnet, C. Jourdain-Annequin (éds), Héraclès d’une rive à l’autre de la Méditerranée. Bilan et perspectives, Bruxelles-Rome, 1992, p. 67-105, sans que je puisse suivre l’auteur dans toutes ses conclusions. Cf. aussi, plus anciennement, W. Kullmann, Das Wirken der Götter in der Mas. Untersuchungen zur Frage der Entstehung des homerischen “Götterapparats”, Berlin, 1956, p. 25-31.

11 Il s’agit sans doute d’un de ces Catalogues qui aidaient la mémoire des aèdes. Aristarque avait athétisé les vers 317-27 (Schol. A en Ξ 317). Sur la discussion que le passage a suscitée surtout chez les Modernes, cf. R. Janko, The Iliad: A Commentary. Vol. IV: books 13-16, Cambridge Univ. Press, 1992, p. 201-203.

12 Pylos passait pour une des portes de l’Autre Monde (P. Chantraine, Dict, étym., p. 953-954, s.v. πύλη), cf. Ε 397, et G.S. Kirk, The Iliad: A Commentary. Vol. II: books 5-8, Cambridge Univ. Press, 1990, p. 101-102.

13 Une situation analogue vaut pour Orion montré comme une ombre dans la Nékyia de l’Odyssée (λ 572-575), alors qu’ailleurs Homère le cite comme astre, prouvant qu’il connaît le catastérisme (Σ 486 ; 488 = e 274 ; X 29).

14 Y 237. Le patronyme Λαομεδοντιάδης est appliqué à Priam en Γ 250. – Pour Laomédon, Tros, Ilos, Assarakos, Anchise, cf. P. Wathelet, Dict. des Troyens, p. 708-719, n° 206 Λαομέδων ; p. 1028-1030, n° 320 Τρώς 1 ; p. 606-611, n° 162 Ίλος ; p. 334-336, n° 60 Άσσάρακος ; p. 160-167, n° 8 Άγχίσης.

15 P. Wathelet, Diet, des Troyens, p. 375-384, n° 76 Γανυμήδης. – Ce sont les dieux et non Zeus qui ont enlevé Ganymède, l’épopée homérique ne présente aucun récit explicite d’amours homosexuelles ; ceci ne veut pas dire que de telles amours n’aient pas existé de tout temps, même peut-être dans des rituels initiatiques (cf. J. Bremmer, An enigmatic Indo-European Rite: Paederasty in Arethusa, 13 11980), p. 279-298, et B. Sergent, L’homosexualité dans la mythologie grecque, Paris, Payot, 1984, p. 237-247). Quoi qu’il en soit, le nom de Γανυμήδης est bien grec et signifie « à la pensée brillante ». Le sens de « brillant par les organes génitaux » attribué aux Grecs par W. Burkert (op. cit [n. 71, p. 399, n. 29) ne pourrait procéder que d’une étymologie populaire.

16 Le texte ne permet pas de savoir si Anchise vit encore à l’époque de la guerre de Troie. Il s’agit d’un personnage très marqué par le divin et qu’Homère évite de mettre en scène. La plus grande partie de la tradition post-homérique le fera survivre à la prise de Troie et emmener vers l’Occident par son fils Énée.

17 C’est avec ces chevaux que, lors des jeux funèbres en l’honneur de Patrocle, Diomède remportera la course de char, avec l’aide puissante d’Athéna, cf. P. Wathelet, Athéna chez Homère ou le triomphe de la déesse, in Kernos, 8 (1995), p. 167-185. Il vainc notamment Eumèle, fils d’Admète, protégé d’Apollon (ψ 287-565).

18 L’épopée ne donne pas la raison de ce servage. On y a vu la suite d’une tentative d’avoir voulu renverser Zeus (cf. A 399-400), ou bien, comme le suggérait Hellanicos de Lesbos (4 F 26 a Jacoby), une mise à l’épreuve du roi.

19 Sur l’attitude d’Apollon, cf. P. Wathelet, Apollon dans l’Iliade ou le protecteur des Troyens, in Minerva, 7 (1993), p. 57-77, spéc. p. 65.

20 La variante est une illustration des nombreuses attributions d’Apollon, dieu gardien des troupeaux et des débuts dans une entreprise et notamment des fondations de villes.

21 Homère ne dit pas pourquoi Héraklès passait par Troie. Bien entendu, la tradition ultérieure en sait plus : Héraklès se rendait chez les Amazones (Pind., Ν. III, 36-37) ou il accompagnait les Argonautes (Diod. SIC, IV, 42, 5 ; cf. J. Boardman, art. Herakles, in LIMC, V 1 [19901, p. 111-112).

22 Répartis en trois groupes dans lesquels on a parfois vu une évocation des trois tribus doriennes (cf. G.S. Kirk, The Iliad: A Commentary, Vol. I. books 1-4, p. 226-227).

23 P. Wathelet, Dict. des Troyens, p. 973-989, n° 302 Σαρττηδών.

24 Dans l’Énéide du chant XX (Y 306), Poseidon signale que Zeus a pris en grippe la race de Priam.

25 Sur le discours de Tlépolème, cf. R.P. Martin, The Language of Heroes. Speech and Performance in Iliad, Ithaca, Cornell Univ. Press, 1989, p. 228. – Dans la réplique de Sarpédon, on remarquera le soin que met Homère à opposer Priam et Laomédon, contrairement à la pensée mythique qui souligne d’habitude le lien étroit entre parents et enfants (cf. plus loin, n. 37).

26 Ulysse survient et voudrait tuer Sarpédon, mais, toujours attentive, Athéna le détourne vers des Lyciens qu’il tue en série. Ce ne sont que des figurants, dont les noms, grecs pour la plupart, sont liés à des récits qui concernent Ulysse (cf. P. Wathelet, Dict. des Troyens, p. 253-254, n° 20 Άλάοτωρ 1).

27 Sur le rôle d’Héraklès à Cos, cf. Janko, op. cit. (n. 11) p. 191-192.

28 Le personnage de Télamon pourrait résulter d’une mauvaise interprétation de l’adjectif τελαμώνιος. L’épithète était sans doute appliquée à Ajax avec le sens de « au baudrier» (de τελάμωυ « le baudrier, ce qui porte » cf. P. Chantraine, Dict. ét., p. 1100, s.v. τελάμων, avec toutefois une autre explication de l’anthroponyme). Ce baudrier pouvait faire allusion au fameux « bouclier-tour » du héros. À l’origine épithète, τελαμώνιος a pu être interprété comme un patronyme en -ιος, d’où l’apparition du personnage de Télamon. Comme père d’Ajax, il fallait le situer à la génération précédente. En le mariant à une princesse troyenne, on justifie le nom de Teukros, demi-frère d’Ajax, éponyme des Τευκροί. Ceux-ci sont mentionnés pour la première fois dans les sources que nous possédons par Callinos d’Éphèse (fr. 7 Bergk-West, IEG, cité par Strabon, XIII, 1, 48 [C604]) qui fait venir des Teucriens en Troade à partir de la Crète. La confusion entre Troyens et Teucriens est accomplie chez Herodote (II, 118).

29 Il s’agit de Lampos, Klytios et Hikétaon, mentionnés comme fils de Laomédon en Y 238. Le développement de la tradition montre l’introduction de deux thèmes mythiques répandus : celui du seul survivant d’un groupe et celui du cadet qui se distingue de ses aînés par ses qualités. Laomédon avait eu un autre fils, Boukolion, l’aîné « mis au monde en cachette par sa mère ». Il n’apparaît qu’une seule fois comme père d’Aisèpos et de Pédasos, tués par Euryale (Z 21-28).

30 L’aide inattendue qu’Apollon apporte à Eumèle, fils d’Admète, lors de la course de chars implique qu’Homère connaissait le mythe (ψ 383), cf. aussi Β 714-715 – G.S. Kirk, The Iliad: A Commentary. Vol. I, p. 232 (cf. encore ps.-Hésiode, Éhées, fgt 54 b et c. Merkelbach-West).

31 Persée (Περσηΐάδης) est cité par Homère (T 116 et 123) – Le mythe de Persée est évoqué dans le Bouclier pseudo-hésiodique (216-237) et dans les Éhées du même corpus (fr. 135 Merkelbach-West). Les deux récits mythiques relatifs à Admète et à Persée sont certainement très anciens.

32 Des traits propres à la prise de Troie par Héraklès semblent apparaître aussi dans le récit de la prise d’Œchalie par le même héros (cf. Ps.-Apoll., Β., II, 6, 1 et 7, 7, et Boardman, art. cit. [n. 21], p. 113).

33 Cf. P. Wathelet, Les Troyens de l’Iliade. Mythe et Histoire, Liège, 1989 (Bibl. de la Fac. de Phil. et Lettres de l’Univ. de Liège, 252), p. 176-181 et 189-196.

34 L’influence de l’Iliade se marque notamment dans le développement du récit de la chasse au sanglier de Calydon. La liste des participants à la chasse a été allongée des pères des combattants de la guerre de Troie, qui n’apportent rien d’essentiel au récit. J.-M. Renaud, Le Mythe de Méléagre Essais d’interprétation, chez l’auteur, 37, rue Naimette, B-4000 Liège, 1993, p. 63-72.

35 Dans l’Iliade, les Grecs sont appelés ‘Αχαιοί,’Apyeîoι ou Δαναοί, sans posséder de dénomination commune. Le terme d’‘Ελληνες désigne un des peuples sur lesquels règne Achille (B 684) et celui de Πανέλληρες (Β 530) sans doute les Grecs du nord. Ce n’est qu’à partir d’Hésiode (Trav., 653) qu’‘Eλλάς désignera l’ensemble de la Grèce. À cette dénomination unique s’opposera la notion de ßdpßapoc, dont la première attestation apparaît dans le composé βαβαρόϕωνος, appliqué par dérision aux Cariens dans le Catalogue Troyen (B 867). La même aspiration à l’unité des Grecs apparaît dans la création de jeux panhelléniques, comme les jeux olympiques institués en 776. Le sentiment d’appartenance à l’hellénisme a pu être confirmé par le développement de la colonisation.

36 Il s’agit de Troyens, de Troyennes et d’alliés des Troyens, contemporains de la guerre de Troie, ou bien de pères ou d’ancêtres de ceux-ci. Un nombre considérable de ces personnages ne sont que des figurants dont les noms (très souvent grecs) sont simplement énumérés afin de constituer un « tableau de chasse » pour un héros achéen. Parmi ces figurants, des noms reviennent dont il est parfois difficile de dire s’ils désignent un ou plusieurs personnages : le critère selon lequel, quand un guerrier a été tué, il ne peut reparaître au combat, n’est pas aussi assuré qu’il y paraît, si on songe au cas de Pylaiménès tué au chant V (E 576) et qui pleure la mort de son fils au chant XIII ( N 658) !

37 P. Wathelet, La généalogie de Priam, in Actes du Colloque de Chantilly, 14-16 sept. 1995, sous presse. Cette généalogie est d’autant plus remarquable, qu’à l’inverse de poètes plus marqués par le sentiment religieux ou la pensée mythique, comme Eschyle, Homère attache moins d’importance aux liens généalogiques. Cf. la communication de S. Saïd, Les utilisations tragiques de la dynastie des Atrides, au même colloque.

38 Faut-il souligner que ce long discours a fait les délices des analystes, d’autant plus qu’il contient la fameuse prédiction de Poseidon et selon laquelle « Énée et les enfants de ses enfants régneront sur les Troyens » (T 307 – 308). Cf. P. Wathelet, Le mythe d’Énée dans l’épopée homérique. Sa survie et son exploitation poétique, in Mythe et Politique. Actes du Colloque de Liège, Septembre 1989, Paris, 1990, p. 287-296.

39 C.W. Blegen, Troy and the Trojans, Londres, 1963, p. 147. D.L. Page, History and the Homeric Iliad, Berkeley, 1950, p. 71, malgré les réticences de J. Pinsent, The Trojans in the Iliad, in The Trojan War. Its Historicity and Context Papers of the first Greenbank Colloquium, Liverpool, 1981, Bristol, 1984, p. 137-162.

40 P. Wathelet, Dict. des Troyens. p. 807. n° 260 Πάνδαρος. et p. 853 et n. 201, n° 263 Πάρις / ’Aλέξανδρος.

41 J. Boardman – O. Palagia – S. Woodford, art. Herakles. in LIMC. IV 1 (1988). p. 728-838. Les représentations d’Héraklès sont très nombreuses, mais, surtout dans les « douze travaux ». les chevaux y apparaissent peu (sauf bien entendu pour l’épisode des cavales de Diomède. qui ne sont d’ailleurs pas attelées). Héraklès possédait néanmoins un char et son neveu. Iolaos. lui servait de cocher. Il apparaît monté sur un char dans quelques épisodes, notamment la gigantomachie, mais c’est surtout le cas dans les illustrations de l’apothéose du héros (J. Boardman, art. Herakles in LIMC. IV. n° 1411-1427, et in LIMC. V. parmi les n° 2877-2938, ainsi que n° 3300-3303).

42 P. Wathelet. Dict. des Troyens. p. 253-254. n° 20 Άλάστωρ I.

43 P. Wathelet, Dict. des Troyens. p. 466-506. n° 106 ‘Έκτωρ.

44 A. Severyns, Homère. L’artiste. Bruxelles. 1948. p. 86-95.

45 On ajoutera l’adjectif très mystérieux κητώεσσαν, appliqué à Λακεδαίμονα en B 581. Comme il est difficile d’imaginer que Lacédémone ait été « riche en monstres ». surtout marins, on sera tenté de chercher autre chose sous cette forme énigmatique, qui atteste une variante καιετάεσσαν. Cf. P. Chantraine, Dict. étym., p. 528. s.v. κητώεσσαν.

46 Héraklès et le cheval, cf. ici-même. p. 151-172.

47 Renaud, op. cit. (n. 34), p. 110-112.

Notes de fin

1 Les traductions de la plupart des passages homériques sont, pour l’Iliade, de Paul Mazon et, pour l’Odyssée, de Victor Bérard.

Auteur

Université de Liège
Langues et littératures classiques Place du 20-Août, 32 B – 4000 Liege

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter