Version classiqueVersion mobile

Le porc en Égypte ancienne

 | 
Youri Volokhine

Chapitre II. Entrée en scène entre désert et vallée

Texte intégral

Du cousté de la Transmontane advola un grand, gras, gros, gris pourceau, ayant æsles longues et amples, comme sont les æsles d’un moulin à vent. Et estoit le pennaige rouge cramoisy, comme est d’un Phœnicoptere, qui en Languegoth est appellé Flammant. Les œilz avoit rouges et flamboyans, comme un Pyrope. Les aureilles verdes comme une Esmeraulde prassine : les dens jaulnes comme un Topaze : la queue longue, noire comme marbre Lucullian : les pieds blancs, diaphanes et transparens comme un Diamant, et estoient largement pattez, comme sont des Oyes, et comme jadis à Tholose les portoit la royne Pedaucque. Et avoit collier d’or au coul, autour duquel estoient quelques lettres Ionicques, des quelles je ne peuz lire que deux mots : ΥΣ ΑΘΗΝΑΝ, Pourceau Minerve enseignant (…). Le monstre, ayant plusieurs foys volé et revolé entre les deux armées, jecta plus de vingt et sept pippes de moustarde en terre, puis disparut volant par l’air et criant sans cesse : « Mardigras, Mardigras, Mardigras ! ».
Fr. Rabelais, Le Quart Livre, chapitre xli.44-65.

  • 1 Voir par exemple B. Midant-Reynes, Aux origines de l’Égypte, 2003.
  • 2 M. Pastoureau procède de la sorte dans L’ours, 2007, tout en tentant de lier symboliquement la préh (...)

1Il est peut-être mal avisé d’initier le parcours d’une enquête d’anthropologie religieuse en s’interrogeant sur la documentation préhistorique. En effet, il ne faut pas sous-estimer le risque potentiel d’y projeter des idées façonnées par l’examen de la documentation ultérieure. Il s’agit aussi de ne pas croire que l’imaginaire des habitants de la vallée du Nil des époques néolithique et prédynastique, auquel nous n’avons qu’un accès fort limité, soit nécessairement à l’origine des idées que les premiers textes nous donnent à lire. Si ce que l’on appelle « la royauté sacrée » pharaonique émerge indéniablement des systèmes de pouvoir du IVe millénaire1, il est difficile de réaliser dans quelle mesure les idées des Égyptiens des époques historiques sur le monde et leur propre culture (en l’occurrence : sur le porc) s’enracinent en préhistoire. Changements, inflexions, nouvelles orientations et inventions peuvent nuancer la transmission de savoirs et de techniques composant l’histoire du porc en Égypte. Néanmoins, je prends le parti d’ouvrir le rideau nilotique sur le tableau lointain de l’Égypte des « origines »2. Car, si l’entrée en scène mythologique du porc se fait dans notre documentation à partir du corpus des Textes des Sarcophages, il faut en revanche réaliser que l’animal connaît effectivement une bien plus haute histoire dans la vallée du Nil. À l’instar de ce que l’on perçoit de son importance dans les autres cultures proche-orientales, la « préhistoire » égyptienne du porc n’est pas sans zones d’ombres, fait inhérent d’une part à la difficulté d’analyse des plus anciennes attestations et d’autre part à la rareté des témoignages autres que ceux offerts par les restes osseux. Il découle de cette situation que la plus ancienne symbolique culturelle de l’animal ne nous est pas clairement connue. La question consistant à savoir si cette symbolique — que l’on pressent, que l’on devine, mais que l’on ne peut fondamentalement comprendre — influe ou non sur les données que les textes les plus anciens nous donnent à lire est difficile à apprécier. Cependant, comme nous allons le voir, on peut raisonnablement admettre qu’une symbolique — quelle qu’elle soit — est certainement effective, d’emblée, autour de l’animal.

D’énigmatiques figurines

  • 3 Ägyptische Museum Berlin Inv. 1/69. Cf. J. Settgast & J. Karig, Ägyptisches Museum Berlin, 1983, p. (...)

2C’est avec une énigme que le porc entre en scène en Égypte. Une figurine de terre cuite, datée environ de 3600 av. J.-C., se trouve être le plus ancien artefact connu en Égypte représentant (pour partie) une divinité porcine (Pl. Ia-b)3. Cette haute chronologie inscrit d’ailleurs cette figurine parmi les plus anciennes figurations (probables) de divinités, à l’orée de la période historique. L’objet en question est une statuette achetée sur le marché des antiquités, qui est conservée au Musée de Berlin. Nous n’avons aucune information quant à sa provenance, si ce n’est que l’objet vient d’Égypte. La datation qui lui a été attribuée repose sur un examen de la terre cuite. Arrêtons-nous sur cet objet. Il s’agit d’une représentation d’un personnage féminin à tête de truie. L’objet de forme cylindrique est creux ; deux saillies pointues sculptées dans la partie supérieure évoquent les seins. Les deux bras sont repliés sous la poitrine. Le bas du corps, qui n’offre aucun détail, forme la base conique de la terre cuite, qui présente une ouverture triangulaire sur le côté gauche. La tête est sculptée avec soin ; elle présente un groin très reconnaissable, deux grands yeux, et était surmontée de deux oreilles pointues (l’une est brisée) qui surmontent un bourrelet strié pouvant évoquer soit un pelage, soit une sorte de coiffe quelconque. Sous cette forme — un corps humain à tête porcine — cette figurine n’offre aucun point de comparaison directe avec la documentation égyptienne prédynastique et pharaonique. Mais on peut admettre que cette image, en raison de cette combinaison signifiante entre corps humain et tête animale, puisse renvoyer à une divinité, laquelle nous demeure inconnue. Elle implique, du moins, une certaine importance du porc dans la société prédynastique, et le lien probable de l’animal à une symbolique à laquelle on ne peut accéder directement. En effet, avec l’appui des sources ultérieures, où la truie apparaît plutôt en lien avec le domaine de la fertilité et de la fécondité, on pourrait supposer que cette divinité puisse jouer déjà un rôle plus ou moins analogue. On ne peut étayer cette supposition par l’examen des documents contemporains, car, comme je l’ai dit plus haut, aucun autre artefact relevant de la documentation préhistorique n’est comparable.

Fig. 4. Double protome de suidé, prédynastique (d’après Keimer, BIÉ 19, 1937, pl. I)

  • 4 L. Keimer, BIÉ 19, 1936-1937, p. 152 et pl. I.
  • 5 La figurine dont nous publions ci-dessous (pl. I) une reproduction, a été récemment acquise par le (...)
  • 6 W.M.F. Petrie, Prehistoric Egypt, 1920, pl. XXXVI.65, XLII.22. Si l’on avait pensé jadis identifier (...)

3D’autres figures porcines émergent dans la documentation préhistorique, elles encore énigmatiques. C’est le cas d’un double protome de porc, qui faisait partie de la collection privée de Ludwig Keimer (Fig. 4)4. Très probablement prédynastique, cette terre cuite avait été achetée par le savant allemand à Louqsor, avant la seconde guerre mondiale. On peut voir sur les photos publiées par Keimer le museau allongé et massif de l’animal « admirablement bien observé » selon ses mots, qui présente incontestablement le faciès du porc sauvage europo-égyptien (Sus scrofa ferus). Munie d’un socle, la sculpture résiste à toute interprétation plus poussée, et l’on peut soupçonner une fonction cultuelle. On connaît aussi, datant probablement de la période Nagada I, des petites figurines en ivoire d’hippopotame représentant de façon stylisée des porcs5 (Pl. Ic). Datant de Nagada II, un vase en calcaire de l’University College de Londres, montre, finement représentées, deux têtes animales, figurées l’une sur l’autre, le groin retroussé (Pl. IIa)6. Cette vaisselle d’apparat met elle aussi sur la piste d’un usage cultuel. Cette fonction (éventuelle) ne peut être envisagée nettement en l’absence de points d’accrochage plus précis ; en revanche, la question de l’élevage (voire de la chasse) du porc est avérée dès cette haute époque. Le problème crucial de la relation entre l’idéologie, la pensée symbolique religieuse, et les pratiques agricoles ou cynégétiques, faisceau qui permet d’envisager de façon globale la relation d’un animal avec l’homme dans une société donnée, se posera tout au long de la présente étude.

  • 7 D.J. Osborn, The Mammals of Ancient Egypt, 1998, p. 142-143, et, surtout, H.M. Hecker, JARCE 19, 19 (...)
  • 8 Cf. el-Huseny, Die inkonsequente Tabuisierung, p. 41-81 (restes osseux trouvés sur les sites du néo (...)
  • 9 L. KRZyzaniak, BSFE 96, 1983, p. 4-13, spéc. p. 11.
  • 10 Cf. Hecker, o.c., tableau I p. 63. Aperçu utile chez D.J. Brewer, D.B. Redford & S. Redford, Domest (...)
  • 11 J.E. MacArdle, dans The Followers of Horus, 1992, p. 53-56, spéc. p. 55 sur les suidés.
  • 12 P. Wilson & G. Gilbert, EA 21, 2002, p. 12-13.
  • 13 À Bouto, les données sont toutefois différentes, une majorité d’animaux étant tués adultes ; la ten (...)
  • 14 Il y a toutefois de sensibles variations locales, cf. par exemple J. Boessneck, A. von den Driesch, (...)
  • 15 J. Boessneck & A. von Driesch, dans The Nile Delta in Transition : 4th-3rd Millenium B.C., 1992, p. (...)
  • 16 R. Abłamowicz, dans M. Chłodnicki et al., MDAIK 58, 2002, p. 88-117, spécialement p. 111- 113.
  • 17 P. de Miroschedji & M. Sadek, BSFE 152, 2001, p. 28-52, spécialement p. 39-40.
  • 18 B. Midant-Reynes & N. Buchez, Adaïma 1, 2002, p. 533, 542. Cf. pour les restes alimentaires, p. 530 (...)

4Le porc est donc bien connu en Égypte dans ce lointain horizon préhistorique qu’il nous est donné d’observer. En plus des artefacts (dont je n’ai cité que quelques exemples), ce sont les témoignages étudiés par l’archéozoologie qui se révèlent précieux. Les plus anciens restes osseux appartiennent au Paléolithique tardif (sébilien), et concernent manifestement des restes d’animaux chassés (ainsi, à Hélouan). Ensuite, l’importance du porc en Égypte est fort bien établie durant le néolithique7 ; l’archéologie atteste la présence d’os de porcins, portant des signes de consommation humaine, dans de nombreux sites de cette période8. Des os de porcs figurent parmi les plus anciens restes d’animaux domestiques (bovins, ovins, caprins et suidés) à Mérimdé Béni Salamé9. En ce qui concerne le néolithique final, des restes de porcs ont été trouvés notamment à Hierakonpolis, Adaïma, Badari, Toukh, Merimdé, Sais, Tell Ibrahim Awad, Kom el-Hisn, Minshat Abu Omar, Bout, el-Omari et Maadi, etc10. Les observations archéo-zoologiques apportent des renseignements précieux, car les restes animaux ont pu faire l’objet de quantifications et d’observations précises. En étudiant les ossements de suidés provenant de plusieurs sites prédynastiques, on a pu se rendre compte que les porcs égyptiens étaient parmi les plus petits observés au Proche-Orient, en Afrique et en Europe11. Ils étaient tués peu avant l’âge adulte (entre un et deux ans), et des marques de fractures réparées sur les pattes tendent à prouver que les animaux étaient entravés. Sur le site prédynastique de Sais (vers 3500 av. J.-C), les porcs fournissent la majorité des restes osseux animaux12 ; là aussi, ce sont essentiellement de jeunes individus ; très vite grassouillets, les porcs garantissent effectivement une nourriture rapidement disponible13 ; les ossements de bêtes adultes semblent concerner plus particulièrement les truies, qui devaient donc être gardées en vie plus longtemps pour la reproduction. De la vaisselle associée montre en outre que différents produits dérivés étaient utilisés (graisse, viande salée, par exemple). Des études comparatistes entre le matériel provenant de différents sites permettent de réaliser que le porc représente même la viande la plus consommée dans l’Égypte archaïque (préhistorique et prédynastique)14, puisque les restes osseux de suidés, liés à la consommation humaine, s’élève à 62,5 % de l’ensemble15. C’est en effet généralement à un chiffre de cet ordre que l’on parvient, si ce n’est plus. Par exemple, à Tell el-Farkha (Delta oriental), les restes de porcs sont de loin les plus nombreux, atteignant 72,6 % des mammifères identifiés (dans les couches Nagada) ; là aussi, les analyses ont montré que les porcs étaient tués entre l’âge de un et deux ans (79,7 %)16. L’examen des ossements a révélé en outre la présence sporadique d’animaux non domestiqués (porcs sauvages), ou d’hybrides entre animaux domestiques et animaux sauvages. Ici comme ailleurs, le porc domestique reste ainsi très proche de l’espèce sauvage. Au sud-ouest de Gaza, le site de Tell es-Sakan a révélé aussi la fréquence du porc dans les niveaux anciens (21 % dans les niveaux prédynastiques), puis la quasi disparition du porc dans les niveaux du cananéens (Bronze ancien III)17. Il est difficile de connaître exactement les raisons liées à ce désintérêt, qui seraient pour les archéologues « probablement culturelles », et à mettre en corrélation avec des données analogues fournies par d’autres sites contemporains (comme à Tell Yarmouth, en Israël). Malgré tout, on ne peut être assuré que l’absence ou la présence d’os de porcs dénote forcément d’un clivage culturel pour de si hautes époques, les raisons conduisant à retenir un animal plutôt qu’un autre pouvant être diverses. Enfin, si l’on retourne dans la vallée du Nil, notons encore que des sépultures de porcs sont aussi connues, ce qui peut relever de pratiques sacrificielles18.

5Retenons essentiellement de cette documentation brièvement parcourue, le fait que la consommation du porc est fort bien attestée dans l’Égypte prédynastique. Les statistiques, qui révèlent la faveur de l’animal dans l’alimentation, nous autorisent même à considérer le porc comme la viande par excellence dans l’Égypte de l’aube de l’Histoire.

Entre désert et vallée

19resḳr šꝪỉ(Fig. 5)

Fig. 5. Empreinte de sceau thinite ; tombe de Merneith à Abydos (d’après Kaplony, Die Inschriften der ägyptischen Frühzeit, 1963, n° 110)

re(Fig. 6)

Fig. 6. Empreinte de sceau thinite ; tombe de Adjib à Abydos (d’après Kaplony, Die Inschriften der ägyptischen Frühzeit, 1963, n° 246)

  • 20 Brooklyn n° 44.123.1 ; W. Needler, Predynastic and Archaic Egypt in the Brooklyn Museum, 1984, p. 3 (...)
  • 21 H.W. Müller, Ägyptische Kunstwerke, 1964, n° A 17 : l’objet est désormais à Brooklyn, cf. Needler, (...)

6Plusieurs petits objets datant de cette période représentent des suidés. Sur un sceau en ivoire conservé à Brooklyn, datant probablement de la Ire dynastie, la silhouette caractéristique du porc, au dos hérissé de poils drus, se laisse nettement observer (Fig. 7)20. On connaît aussi diverses figurines sous forme de cochons en faïence venant d’Abydos21. Dans ce cas, on pressent une fonction rituelle, mais l’on ne peut en dire plus.

7Avant d’aller plus loin, il faut s’arrêter sur le vocabulaire et les désignations différentes des suidés dans la langue égyptienne. En outre, quelques remarques sur les signes hiéroglyphiques représentant l’animal s’imposent.

Fig. 7. Sceau en ivoire, Ire dynastie, Musée de Brooklyn n° 305 (d’après Needler, Predynastic and Archaic Egypt, 1984, p. 376-377)

Le vocabulaire du porc

  • 22 W. Helck, V, 1984, 762-764.

8Plusieurs termes et expressions désignent en ancien égyptien le porc, la truie ou le verrat ; il faut à présent s’y arrêter. Ce vocabulaire s’inscrit dans une longue durée : il couvre plus de trois millénaires, de l’ancien égyptien jusqu’au copte22.

1. šꝪỉ

šꝪỉšꝪ23e24šꝪỉTextes des Sarcophages25iiišꝪ(ỉ) km26272829303132šꝪỉšꝪỉ ṯꝪỉ33šꝪỉ wꝪḏšꝪỉ ỉdt34šꝪỉt35iv36šꝪỉ37šꝪỉ38

2. rrỉ

šꝪỉrrỉ3940rrte41rrll /ll.t42lil-ll/rr434445

3. ỉpḥ

ỉpḥ46Ꝫpḥ47e48e4950

4. ḥḏr

  • 51 Chr. Theis, ZÄS 138, 2011, p. 79-88.
  • 52 P. Brooklyn 47.218.156, 4,1.5.7 et 5,3.8.

9On a récemment soutenu que le substantif ḥḏr, sporadiquement attesté, désigne le porc51, et non pas la gerboise ou le protèle comme on le pensait ; ce terme serait à rapprocher de la racine sémitique hanzîr. Incontestablement, le hiéroglyphe déterminant le mot dans la tombe de Nefermaât à Meidum représente un porc (Fig. 8c). Mais il ne faut pas pour autant exclure que le terme ait pu aussi désigner dans d’autres cas un hyénidé (le protèle). En tous cas, ce substantif, relativement rare, n’est pas un réel concurrent de šꝪỉ. C’est le cas également pour le vocable ḫḏrt tardivement attesté52, et qui, lui aussi, paraît provenir de la racine sémitique.

5. trpgs / tlpgs

  • 53 W. Clarysse & D.J. Thompson, Counting the People in Hellenistic Egypt, vol. 2, 2006, p. 212 et 215. (...)
  • 54 Clarysse & D.J. Thompson, o.c., p. 215. Voir encore ci-dessous, chapitre v, p. 202-203, pour la que (...)

10Ce mot n’est attesté qu’en démotique, où il recouvre la transcription égyptienne du grec delphax (cochon de lait)53. Cette dénomination signale « l’adoption d’une nouvelle forme de classification »54 basée à ce qu’il semble sur l’âge de l’animal.

Observations paléographiques

  • 55 A. Gardiner, Egyptian Grammar, p. 459.
  • 56 Voir les exemples cités par D. Meeks, Les architraves du temple d’Esna, 2004, p. 65 § 171.

11Le signe hiéroglyphique du porc (Sign-list E 12)55 est connu de l’Ancien Empire à l’époque gréco-romaine (voir une liste d’exemples Fig. 8a-v). Il peut être utilisé soit comme déterminatif, soit comme signe-mot. Dans les textes funéraires, écrits en hiératique ou en hiéroglyphes cursifs (Textes des Sarcophages, Livre des Morts), le dessin adopté par les scribes stylise le plus souvent le dos velu de l’animal (Fig. 8g-h) ; ce n’est pas toujours le cas dans les exemples hiéroglyphiques gravés sur pierre, où l’on reconnaît surtout l’animal à sa silhouette assez massive, mais avec des pattes plutôt grêles, à son groin (plus ou moins allongé) caractéristiquement dirigé vers le sol. Dans certains cas, c’est aussi la petite queue en « tire-bouchon » qui permet d’identifier sûrement le suidé (Fig. 8g-j, m, o, u). Toutefois, ce détail n’est pas systématique, et parfois l’animal est représenté avec une courte queue pendante (Fig. 8a-c, k-l, n, q-s), plus ou moins relevée (Fig. 8d, p, t). On remarquera que le signe est néanmoins très peu attesté, ce qui peut expliquer les fluctuations de son mode de représentation. D’ailleurs, dans la majorité des cas, les scribes ont préféré lui substituer le déterminatif de la peau animale (F 27/28), une substitution à laquelle on ne peut prêter aucune intention euphémique particulière. Ceci dit, les attestations hiéroglyphiques du signe sont rares, et j’ai regroupé les meilleurs exemples que je connaisse (voir Fig. 8)56.

  • 57 Les dessins (sauf la Fig. 8q) ont été réalisés par Julie Cayzac. Dans plusieurs cas, le dessin a dû (...)

Fig. 8 Exemples de graphies du signe hiéroglyphique du porc57

Sources des dessins

Fig. 8a

Inscription de Metjen (Berlin n° 1105) ; dessin d’après LD II, pl. 5. IVe dynastie.

Fig. 8b

Pierre de Palerme. Dessin d’après photographie. Ve dynastie.

Fig. 8c

Mastaba de Nefermaât (Meïdum). Dessin d’après W.F. Petrie, Meidum, pl. 21. IVe dynastie.

Fig. 8d

Stèle Caire 46048 (Stèle de Hornakht, JdE 46048, l. 2-3 / D3128). Dessin d’après H.-G. Fischer, Dendera in the Third Millenium B.C. 1968, p. 156-
157. Première Période Intermédiaire.

Fig. 8e et f

Conte du « Paysan ». Dessin d’après Möller, Hieratische Paläographie I, 1927, n° 145. Cf. R.B. Parkinson, The Tale of the Eloquent Peasent, Oxford, 1991, p. 29 (B1 191 ; ancienne numérotation : B1 161) et p. 23 (B1 128 ; ancienne numérotation B1 97). XIIe dynastie.

Fig. 8g et h

Papyrus de Nebseni, P. BM EA 9900 (Livre des Morts, chapitre 112). Dessin d’après photographie. XVIIIe dynastie.

Fig. 8i

Stèle de Montououser (New York, MMA 12.184). Dessin d’après photographie. XIIe dynastie.

Fig. 8j

Tombe de Renni à El-Kab. Dessin d’après photographie. XVIIIe dynastie.

Fig. 8k et l

Statue du scribe Amenhotep (dit Houy). Dessin d’après Petrie et al., Tarkhan I and Memphis V, London, 1913, pl. LXXX (col. 24). XVIIIe dynastie.

Fig. 8m

Medinet Habou, temple de Ramsès III. Dessin d’après Medinet Habu III, pl. 158. XXe dynastie.

Fig. 8n

Osireion d’Abydos. Dessin d’après H. Frankfort, The Cenotaph of Seti I

(planche). XIXe dynastie.

Fig. 8o

Papyrus Salt 825 (vignette) ; dessin d’après la photographie, chez Ph. Derchain, Le papyrus Salt 825, pl. IX. Époque ptolémaïque.

Fig. 8p

Stèle Leyde Inv. TV (= Leemans V 93). Dessin d’après photographie. XVIIIe dynastie.

Fig. 8q

Esna (architrave du temple). Dessin par Laïla Ménassa, Le temple d’Esna. Dessin des architraves, Esna IV2, IFAO, Le Caire, 1975, pl. XXIV. Époque romaine.

Fig. 8r

Caire CG n° 22182 (Stèle du Satrape). Dessin d’après photographie. Époque ptolémaïque.

Fig. 8s

Edfou. Dessin d’après Edfou XII, pl. 417. Époque ptolémaïque.

Fig. 8t

Livre des Morts d’Imouthès (New York, Metropolitan Musuem, 35.9.20a-w). Dessin d’après photographie. Époque ptolémaïque.

Fig. 8u

Livre des Morts d’Irtyourou (papyrus Milbank, Chicago OIM 10486). Dessin d’après photographie. Époque ptolémaïque.

Fig. 8v

P. Boulaq 17. Dessin d’après photographie. XVIIIe dynastie.

58Fig. 8s5960ḫꝪbs6162ivLivre des Morts63Livre des Morts64(Fig. 8t)6566*uiopotame6768rrr69tf70rrtrrtḫsbdḫsdb717273Wörterbuch74ḫs (r)-db75ḫwsỉ-sd-db7677

Le porc et l’étrange animal-sha

  • 78 J. yoyotte, dans G. Posener, avec la collaboration de S. Sauneron & J. Yoyotte, Dictionnaire de la (...)
  • 79 J. Kahl, GM 181, 2001, p. 51-57.
  • 80 P. Vernus, s.v. « Seth (animal de) », dans P. Vernus & J. Yoyotte, Bestiaire des Pharaons, 2005, p. (...)
  • 81 P. De Maret, BIFAO 105, 2005, p. 107-128. Cf. B. Mathieu, ENiM 4, 2011, spécialement p. 137-139.
  • 82 Par exemple : G. GRAFF & N. Manlius, GM 197, 2003, p. 135-142 ; G. Graff, dans Actes du neuvième Co (...)
  • 83 N. Manlius, ENIM 3, 2010, p. 189-192.
  • 84 Vernus, dans Bestiaire des Pharaons, p. 670.

12Il est nécessaire à présent de nous pencher rapidement sur l’animal associé au dieu Seth, une bête « élégante et bizarre »78 comme l’écrivait joliment Jean Yoyotte. Joachim Kahl a récemment proposé que l’on reconnaisse la figure de l’animal séthien sur des inscriptions provenant de la tombe U-j mise au jour par Günter Dreyer à Umm el-Qaab79, ce qui situerait l’origine de cette iconographie vers 3320 av. J.-C., c’est-à-dire à l’époque de l’invention égyptienne de l’écriture. Sous le nom « d’animal séthien », ou d’animal-sha, on désigne donc cette curieuse créature qui se présente comme un mammifère quadrupède, se singularisant par un long museau plutôt canin, de grandes oreilles dressées, et aux extrémités curieusement taillées à angle droit, pourvu d’une queue, qui le plus souvent semble fourchue80. Cette apparence fort étrange a depuis longtemps conduit à de pléthoriques et vaines identifications avec des animaux de la faune africaine ou saharienne. Comme on l’a vu au premier chapitre, une telle approche animait les travaux de Daressy et de Newberry au début du xxe siècle. Depuis, l’affaire a continué de faire couler passablement d’encre, sans que l’on puisse en fin de compte réellement se prononcer (et pour cause). Une hypothèse ayant une certaine faveur consiste à voir dans l’oryctérope — animal qui possède un long museau et des oreilles dressées, qui est furtif, nocturne, robuste et agressif, et qui vit dans le désert — le modèle de l’animal-sha81. Oryctérope que plusieurs spécialistes des époques prédynastiques ont pensé reconnaître dans leur documentation82. Mais l’identification précise des espèces animales n’est pas sans poser des difficultés ; là où certains voient parfois un oryctérope, on peut aussi, avec de bons arguments, distinguer un fennec83. On a aussi suggéré une identification avec le sarawat, un canidé sauvage de couleur rousse, qui a une longue queue touffue et des oreilles pointues. Cet animal se rencontre encore dans l’Égypte moderne, et y est manifestement toujours très mal vu et même craint84. Mais il apparaît en fin de compte que l’animal séthien n’est évidemment rien d’autre qu’une créature « de synthèse », un hybride, une représentation fantasmagorique. Ce qui importe donc pour notre sujet est de comprendre la position de cet animal dans l’économie de l’espace égyptien, et de voir en bref quelle place symbolique lui revient, afin de comprendre la nature des liens de cette créature fantastique avec le porc.

  • 85 CT V 86 c.
  • 86 Sur la présence de Seth dans les oasis, dès l’Ancien Empire, cf. C. Gobeil, BIFAO 110, 2010, p. 103 (...)
  • 87 En outre, dès la deuxième dynastie, est attesté un dieu nommé Ash. On le rencontre avec la tête de (...)
  • 88 Beni Hasan II, pl. IV.

13Mis à part la tête et la queue, l’animal séthien présente l’apparence d’un canidé, et sans doute plus particulièrement d’un lycaon. On constate le plus souvent que la queue est fourchue : en fait, il est très vraisemblable que cela résulte de la stylisation d’un panache de poils. En effet, les Textes des Sarcophages évoquent une touffe de poils à l’extrémité de l’appendice caudal de Seth85. L’animal emblématique du dieu Seth est donc lié, ou directement apparenté, à une sorte de canidé hantant les déserts sur lesquels veille le dieu86, que les textes désignent sous le nom de šꝪ et qui apparaît notamment dans les scènes de chasse figurées dans plusieurs tombeaux du Moyen Empire87. À Béni Hasan, on le voit dans un cortège d’animaux du désert88. Derrière un chasseur tirant à l’arc, suivi d’un chien de chasse, se déroule un défilé d’animaux, que l’on a usage de désigner comme « animaux fantastiques » : un « dragon » (nommé sḏꝪ, ayant un corps de félin et une tête de serpent) ; un griffon (appelé sfr, avec un corps de félin, une tête et des ailes de faucon) ; et enfin l’animal šꝪ. Ces différentes bêtes imaginaires dessinent le paysage inquiétant du désert. Elles sont autant de créatures hybrides, qui synthétisent, par leur étrange apparence, les peurs liées aux espaces sauvages et lointains. Dès lors, les identifications avec des espèces réelles sont évidemment vouées à l’échec. Tout au plus peut-on, comme on vient de le voir, être tenté d’identifier respectivement les différentes parties assemblées de façon composite pour constituer ces créatures. Dans les scènes de Béni Hasan, ces bêtes sont présentées au même plan que la faune bien réelle du désert, mais avec leur nom inscrit au-dessus de leur image. Cette donnée reflète une stratégie iconographique. En effet, en faisant figurer des animaux fantastiques dans le décor des expéditions de chasse du défunt, on veut signifier sûrement par là que celui-ci s’est aventuré au cœur de ce monde que l’on craint, jusqu’aux limites du possible en quelque sorte. Ce sont des représentations idéologiques au sens fort, véhiculant des idées plutôt que des faits.

14Ces différents éléments mettent sur la piste d’une grande affinité entre Seth et les autres dieux canidés du panthéon égyptien, dont les animaux emblématiques appartiennent à la faune de la savane ou du désert, ou font lien, à l’instar du chien domestique, entre ces deux mondes. En effet, le chien est un animal qui circule entre la domesticité et la sauvagerie, entre l’espace habité du village et les marges du désert. Cette position fera de lui un « passeur » idéal, idée que l’on retrouve évidemment derrière la figure du dieu canidé Anubis, patron de la momification.

  • 89 Vernus, dans Bestiaire des Pharaons, p. 668.
  • 90 N. Manlius, JEA 91, 2005, p. 187-189. Cf. N. Manlius & A. Gautier, Comptes rendus de l’Académie des (...)
  • 91 On n’en connaît qu’un fragment de dent datant de l’holocène, trouvé dans le désert à deux cent kilo (...)

15Or, le nom sha coïncide, on l’a vu, avec le substantif šꝪỉ/šꝪ qui désigne le porc. Plusieurs hypothèses peuvent être avancées pour rendre compte de ce fait « curieux »89, dont il est difficile de proposer une interprétation définitive. S’agit-il d’une homophonie sans conséquences ? Ou au contraire faut-il penser à un lien entretenu entre la créature fantasmagorique, le canidé du désert, et le porc ? Le nom même du porc pourrait-il être une désignation dérivée du nom de l’animal sha ? Ou alors les deux procéderaient-ils d’une même racine ? La question est aussi de savoir si, finalement, ce nom de sha ne serait pas lui-même originellement un nom générique pour les animaux du désert. C’est l’hypothèse que je favorise. Cela prédestinerait le porc, sous cet aspect, à endosser des comportements « séthiens », ce que la lecture des mythes va confirmer. Au demeurant, un pétroglyphe provenant de l’oasis de Dakhla (datation approximative, entre 3000 av. J.-C. et la VIe dynastie), représente la silhouette d’un mammifère qui montre à la fois la queue touffue de l’animal-sha et le groin allongé du porc (Fig. 8)90. On a proposé d’y voir soit un sanglier (« wild boar », Sus scrofa), soit un phacochère (Phaecocherus aethiopicus). Une fois encore, proposer une identification précise sur la base d’un dessin de ce type est difficile, d’autant plus que l’animal n’a pas les défenses proéminentes du phacochère (un animal qui n’est du reste pas connu en Égypte91).

16Mais si l’image représente bien un sanglier, comme le propose Manlius, alors on pourrait y voir iconographiquement le « chaînon manquant » entre l’animal-sha et le porc égyptien, ce qui confirme l’hypothèse que je soutiens, à savoir que le nom sha, racine linguistique commune pour le porc et l’animal séthien, est un générique pour désigner certains « monstres » du désert.

Fig. 8. Suidé (?) sur un pétroglyphe de Dakhla (d’après Manlius, JEA 91, 2005, p. 187-189)

Présence et absence du porc

  • 92 R.J. Wencke et al., JARCE 25, 1988, spécialement p. 18-19 (et tableau 2).
  • 93 M.-F. Moens & W. Wetterstrom, JNES 47, 1988, p. 159-173 ; R.J. Wenke & D.J. Brewer, dans House and (...)
  • 94 J.-C. Moreno Garcia, RdE 50, 1999, p. 252.
  • 95 R. Redding, « Pyramids and Proteins », texte consultable sur internet : http://www.aeraweb.org/arti (...)
  • 96 Voir chapitre vi, p. 233-238.
  • 97 M. Pastoureau, Le cochon, p. 29.
  • 98 Sur les colles, cf. A. Lucas & J.R. Harris, Ancient Egyptian Materials and Industries, 1989 (4e éd. (...)

17Le porc se retrouve en bonne place dans l’économie de l’Ancien Empire. Son importance est bien illustrée par les données issues de Kom el-Hisn, dans le Delta oriental ; les fouilles de ce village de l’Ancien Empire montrent que les restes de porcs constituent 30 % de tous les restes animaux, ce qui les met statistiquement en tête (comme ailleurs, ils sont abattus et mangés jeunes)92. Il est possible que le site ait fonctionné comme un lieu de production de bétail, destiné à soutenir la demande sans cesse grandissante des grands centres cultuels (comme Giza, ou Memphis, par exemple)93. Des centres qui, outre la nécessité d’avoir à profusion des animaux pour les offrandes (mais ce sont, en général, surtout les bovidés qui sont concernés), devaient nourrir les camps de travailleurs. Dans les chantiers de Giza, les restes osseux d’animaux consommés montrent que les ouvriers étaient plutôt des mangeurs de bovins, de brebis et de chèvres que de porcs94. Ici, le ratio est inverse de celui observé à Kom el-Hisn. Par rapport aux restes de bovidés, les ossements de suidés sont en effet minoritaires (mais attestés) dans la grande concentration de travailleurs qu’était Giza à la IVe dynastie, ce qui a poussé à déduire que le porc ne convenait pas à une alimentation sur une large échelle. Les arguments « rationalistes » utilisés pour soutenir l’hypothèse procèdent des théories utilitaristes ; selon Richard Redding, l’élevage du porc présenterait des désavantages qui, dans ce cas particulier, auraient agi en sa défaveur. Dans le cas des masses considérables de travailleurs qu’il s’agissait de nourrir dans les chantiers des grandes pyramides, l’administration centrale aurait « abandonné » le porc au profit des autres animaux95. Outre les arguments tirés des théories liées au « nomadisme pastoral » (cf. ci-dessus, Introduction), d’autres arguments sont déployés par Redding. Selon lui, le porc serait moins utile que d’autres animaux parce que les Égyptiens n’en utilisaient aucun produit dérivés ; affirmation qui me semble, à vrai dire, inexacte : en effet, la pharmacopée96 atteste l’usage de nombreuses parties du cochon (dents, graisse, abats). J’aimerais encore souligner que les arguments découlant des quantifications des restes osseux, qui nous éclairent sur certaines présences, sont toujours plus délicats à juger en ce qui concerne les absences. Prenant le cas du cochon dans l’Europe médiévale, on pourrait au contraire démontrer que le peu de restes osseux de porcs révélés par les fouilles ne témoigne pas de la défaveur de l’animal dans l’alimentation, mais au contraire du fait que tout en lui était réutilisé, et surtout les os, qui servaient notamment à produire de la colle97. Or, on sait que les Égyptiens utilisaient assez largement des colles, produites à bases de gélatines et de produits osseux animaux98 : sans doute des analyses pourraient-elles confirmer ou infirmer si les os de porc étaient en usage dans une telle production.

18Si l’archéologie confirme cependant toujours une certaine faveur du porc dans l’alimentation humaine (dans les communautés villageoises), une sorte de hiatus semble se profiler. En effet, sans que l’on puisse l’expliquer vraiment, il faut souligner l’absence remarquable du porc dans la documentation textuelle et iconographique de l’Ancien Empire. Une absence relative, toutefois. Le document le plus important est l’inscription qu’un fonctionnaire du début de la IVe dynastie, Métjen, a fait figurer dans sa chapelle funéraire (à Saqqara nord) ; il y fait la copie des documents officiels faisant état de ses possessions. On peut lire à cette occasion une évocation du bétail.

  • 99 LD II, pl. 5 ; Urk. I, 2.17-3.2. Berlin n° 1105 ; cf. A. Roccati, La littérature historique sous l’ (...)

(…) On lui a donné ses (= son père) biens, le scribe de l’état Inepou-emânkh, sans les céréales ni aucune chose du domaine, (mais) avec le personnel et le bétail — ânes et porcs99.

ꜤwtꜤwt100ꜤwtꜤwt101102eꜤwtTextes des Pyramides103e(Fig. 9)104

Fig. 9. Chiot ou goret ? Mastaba de Kagemeni, VIe dynastie (détail) (d’après Harpur et Scremin, The Chapel of Kagemeni, 2006, p. 62)

  • 105 J.J. Janssen & R. Janssen, Egyptian Household Animals, 1989, p. 34 ; S. Ikram, Choice Cuts, 1995, p (...)
  • 106 O.c., p. 377 ; même constat critique chez J. Boesseneck, Die Tierwelt des alten Ägypten, 1988, p. 1 (...)

19Cette scène a souvent été interprétée comme la représentation d’un goret, tenu dans les bras par son maître, qui lui donnerait du lait directement de bouche à bouche105. Mais un examen critique de cette représentation invite à reconsidérer l’identification de l’animal. Ainsi, comme le soulignent Y. Harpur et P. Scremin106, les traits caractéristiques de l’animal seraient ceux d’un petit chien (chiot ṯsm), et non d’un goret : le museau pointu, les oreilles molles, la queue dressée, les quatre griffes bien distinctes. Et les mêmes auteurs de préciser encore que l’image du petit animal est désormais abîmée, à la suite des multiples contacts des doigts des visiteurs, curieux d’observer ce prétendu petit cochon, signalé comme tel par de nombreux guides touristiques.

Fig. 10. Figurine en faïence, XIIIe dynastie, Musée Myers, ECM 1841 (dessinY. Volokhine)

  • 107 Égypte. Trois mille ans d’art décoratif. Musée Myers. Collection du Collège d’Eton, 2007, n° 16 (EC (...)

20On notera qu’une petite figurine (6 cm) en faïence du Musée Myers (XIIIe dynastie), montre un nain portant à sa bouche le museau d’un petit animal qu’il tient dans ses bras (Fig. 10)107. Là encore, on peut hésiter à reconnaître un goret ou un chiot, cette dernière solution, comme en ce qui concerne la scène du mastaba de Kagemni, étant peut-être préférable. Dans tous les cas, il s’agit d’une relation de tendre proximité avec un animal domestique, motif utilisé sûrement dans une finalité funéraire, liée à la célébration des plaisirs (et à la vitalité, la fécondité, etc.).

Fig. 11. Mastaba de Kaiemhéset, Ve dynastie (détail) (d’après Quibell & Hayter, Teti Pyramid, North Side, 1927, p. 17)

  • 108 J.E. Quibell & A.G.K. Hayter, Teti Pyramid, North Side, 1927, p. 17. Cf. Y. Harpur, Decoration in E (...)
  • 109 Un motif que l’on trouvera en relation avec le porc à la XVIIIe dynastie, voir chapitre v, fig. 35, (...)

21Enfin, une représentation provenant du mastaba de Kaiemhéset (Ve dynastie), pourrait concerner des porcs (Fig. 11) ; malheureusement, la scène est en mauvaise état, et les contours en sont peu distincts108. On distingue les contours de plusieurs animaux, et deux d’entre eux semblent être en train de copuler109 ; le contexte général paraît être celui du piétinement des grains (pour enfouissage) dans le sol meuble ; le dos rond du mâle qui semble couvrir la femelle ressemble à celui d’un porc. S’il s’agit donc bien de porcs dans cette scène champêtre, cette représentation serait leur unique représentation connue à l’Ancien Empire.

  • 110 Moreno Garcia, RdE 50, 1990, p. 241-257.
  • 111 Voir ci-dessous.
  • 112 Voir ci-dessous, et chapitre v.
  • 113 Voir chapitre iii.

22Habituellement, le porc n’est jamais représenté dans les scènes figurées des tombes de l’Ancien Empire. Ce fait problématique et a priori étonnant, a été interprété comme le signe d’un « mépris aristocratique » envers l’animal. En effet, cette situation marque un hiatus entre les habitudes de consommation humaine et la nature des denrées représentées en offrandes dans les scènes funéraires. Tout se passe comme si, à partir de l’Ancien Empire, les bovidés étaient désormais essentiellement les animaux de prestige110, et qu’ils avaient à cet égard gagné la compétition non seulement à l’égard des porcs, mais aussi sur tout le « petit bétail »111. Aux yeux de l’élite, les bovidés témoignent par excellence du prestige social. Le reste du bétail, les ânes et surtout les porcs, nourriture « du pauvre », sont dès lors dévalorisés. Il faut néanmoins garder en tête que cette explication, séduisante, demeure une conjecture. Certains aspects découlant de l’examen de la documentation ultérieure pourraient la démentir112. En outre, il est très difficile — et même peu souhaitable — de lier cette sorte de hiérarchie agricole (si c’est bien de cela qu’il s’agit), issue de préférences culturelles, avec des idées religieuses, lesquelles, en ce qui concerne le porc, émergent dans nos sources seulement avec le corpus des Textes des Sarcophages du Moyen Empire113.

  • 114 Voir H. Schäfer, Ein Bruchstück altägyptischer Annalen, 1902, p. 36 et photographie en pl. II.
  • 115 É. Naville, RT 25, 1903, p. 80.
  • 116 G. Daressy, BIFAO 12, 1916, p. 172.
  • 117 T.H. Wilkinson, Royal Annals of Ancient Egypt, 2000, p. 161. Même interprétation, par exemple, chez (...)
  • 118 A. Roccati, La littérature historique sous l’Ancien Empire égyptien, 1982, p. 47. Au lieu de lire « (...)
  • 119 Pour Wilkinson, Royal Annals of Ancient Egypt, p. 165, la lecture du groupe est « far from clear ». (...)

23Venons-en à présent à quelques documents posant, à différents degrés, des problèmes d’interprétation. Une mention éventuelle du porc figure sur la célèbre dalle dite « Pierre de Palerme », qui est un fragment d’un long texte annalistique, commémorant en abrégé des moments importants des règnes des souverains de l’Ancien Empire. On y trouve notamment la mention de célébrations et de fondations religieuses, mais aussi des hauts faits d’armes, de consécrations d’offrandes, etc. Or, un passage des annales du roi Sahourê (Ve dynastie) pose un problème d’interprétation touchant directement notre sujet, car il implique la lecture d’un signe hiéroglyphique qui a été considéré la plupart du temps comme celui du porc. Malheureusement, la portion de texte dans laquelle figure ce signe est en fort mauvais état, et sans le secours de photographies récentes, je ne peux me fier qu’aux anciens clichés, et aux différents relevés, plus ou moins fidèles (Fig. 12)114. Édouard Naville, partant de l’idée que le signe représente bien un porc (le relevé qu’il en donne étant largement magnifié par rapport aux traces correspondantes de l’original), avait pensé que ce dernier représentait Seth, comprenant le groupe indistinct comme « Horus et Seth » : « Quant au porc, je crois qu’il faut le considérer comme l’emblème de Set (sic), d’après ce que nous lisons au Chapitre 112 du Livre des Morts. Mais il ne serait pas un animal impur, parce qu’il serait associé à Horus »115. Le même avis a été notamment appuyé, jadis, par Georges Daressy116, à la différence près qu’il supposait justement que l’animal était déjà « prohibé ». Cette lecture a été généralement suivie. En dernier lieu, Toby Wilkinson comprend ce passage de la manière suivante : « troisième fois de (faire) l’inventaire de la Demeure d’Horus et Seth »117. Pourtant, cette interprétation n’est pas sans susciter quelques réserves : en effet, ce serait, à ma connaissance, le seul cas où l’on écrirait le nom du dieu Seth uniquement par le signe du porc. Que l’animal soit une incarnation du dieu dans les textes religieux, cela est bien sûr avéré ; mais que le signe de l’animal, plutôt que celui de l’animal-sha, soit utilisé sans autres compléments pour écrire le théonyme serait étonnant. Si c’était le cas, nous serions en présence de la plus ancienne attestation mettant en relation Seth et l’animal, avant même que les sources mythologiques ne l’expriment explicitement. Avant de tenir pour acquise une telle interprétation, il faut souligner que la lecture du passage comme du signe n’est pas vraiment avérée ; la pierre est, à cet endroit, particulièrement éraflée ; ainsi, Alessandro Roccati y voit toute autre chose ; voici sa traduction du même passage : « la troisième fois de trouver la pierre (?) à Éléphantine »118. En l’absence d’un examen direct de la pierre119, je préfère ne pas me prononcer sur ces lectures, laissant ce problème en suspens.

  • 120 H. Jacquet-Gordon, Les noms des domaines funéraires sous l’Ancien Empire égyptien, 1962, p. 446. Cf (...)

24Dans deux autres cas, des signes représentant un animal ressemblant à un porc sont connus à l’Ancien Empire, chaque fois associés à un nom de domaine. Le premier exemple, que j’ai déjà mentionné plus haut, provient du mastaba de Nefermaât à Meidoum, où un domaine funéraire, clairement déterminé par le signe d’un porc, est appelé ḥḏrr120.

Fig. 12. Un passage de la « Pierre Palerme », Ve dynastie
a : ancien relevé de Naville ; b : relevé de Wilkinson ;
c : photographie publiée par Schäfer (en négatif) (détails)

121ḥwt-šꝪỉ / ḥwt-rr122

Le porc « au désert »

25Au vu des éléments que nous venons de parcourir, et malgré le fait que la seule mention vraiment assurée soit celle de l’inscription de Métjen, nous pouvons établir que le porc est intégré à la vie agricole de l’Ancien Empire, y jouant un rôle certain en matière d’alimentation carnée. Le manque de documentation n’autorise pas à définir la position qu’il occupe dans l’imaginaire. Mais des informations plus substantielles sont à retirer de la documentation du Moyen Empire. C’est à partir de cette époque que nous pouvons réellement interroger la perception égyptienne de l’animal. Non seulement parce que le porc apparaît investi d’une fonction mythologique (dans les Textes des Sarcophages, voir chapitre iii), mais encore parce que différents documents nous informent mieux qu’auparavant sur la position du porc dans l’économie de l’espace et dans le monde agricole.

Fig. 13. Les suidés de la tombe de Khéty à Béni Hasan, XIe dynastie
a : d’après l’ancien relevé de Newberry, Beni Hasan II, pl. XI ;
b : d’après Darby, Ghalioungui & Grivetti, Food : the Gift of Osiris, 1977, p. 185

  • 123 P.E. Newberry, Beni Hasan II, 1894, pl. XI. Comparer ce relevé au dessin plus précis figurant dans (...)
  • 124 J. Vandier, Manuel d’archéologie V, p. 112, et p. 250-252.
  • 125 Cf. néanmoins la description de Darby et al., Food : the Gift of Osiris, p. 185-186 : « ambiguous “ (...)

26Dans la tombe d’un notable de Moyenne Égypte (tombe de Khéty à Béni Hasan), apparaît l’unique figuration d’un troupeau de porcs au Moyen Empire (Fig. 13)123. Cette image est la plus ancienne représentation assurée de ces animaux dans une tombe124. Au sein d’un vaste tableau illustrant les activités de chasse, une harde de quelques têtes, dont au moins un goret, est située dans un espace mi-sauvage, dans la frange proche du désert. Au centre, un mâle adulte se fait remarquer, notamment par son pelage dru, ce qui ne laisse aucun doute quant à l’identification à un suidé125. Figurés comme s’ils émergeaient d’un fourré de marécage, les animaux semblent menacés par des crocodiles, ce qui peut signaler que l’on a affaire ici à une scène de traversée d’un cours d’eau. L’absence de bergers, toutefois, peut laisser entendre que la scène concerne des animaux sauvages. On hésitera formellement à décider si, au vu de leur apparence dans cette image, nous avons affaire à des porcs domestiques ou à des sangliers, une distinction que les Égyptiens ne semblent du reste pas faire, ni dans le vocabulaire, ni dans l’iconographie. Quoi qu’il en soit, la scène évoque bien ces porcs « en marge » (ici le monde des marais), ailleurs situés « au désert » et décrits, à la même époque que celle de cette figuration de la tombe de Khéty, par une formule des Textes des Sarcophages :

  • 126 Textes des sarcophages, formule 80, CT II, 42-43. XIIe dynastie. Cf. P. Barguet, Textes des sarcoph (...)

Les faucons vivent d’oiseaux, les chacals de rapines, les porcs du désert (ꜤnḫšꝪw m ḫꝪst), les hippopotames des marais, les humains de Népri, les crocodiles de poissons, les poissons de l’eau qui est dans le Nil, conformément à ce qu’a ordonné Atoum, afin que je les mène, je les fasse vivre par ma bouche. Ma vie est dans leurs narines, (car) je conduis mon souffle dans leurs gorges ; je fixe leurs têtes grâce à cette parole créatrice (Hou) qui sort de ma bouche, que m’a donnée mon père Atoum, qui sort de l’horizon oriental. Je nourris les poissons-Khédjédjéou et les serpents qui sont sur le dos de Geb : je suis réellement le Vivant qui est en-dessous de Nout126.

27Le défunt s’identifie ici à Chou (le Vivant, la Vie), moteur de la création, qu’il anime sous la responsabilité du premier créateur, Atoum. C’est l’occasion d’une rapide évocation de quelques animaux et de leur place dans le monde et dans la « chaîne alimentaire ». Les porcs sont nommés entre les chacals et les hippopotames, deux espèces relevant du monde sauvage. Ils « vivent du désert (ḫꝪst) » : une localisation qui les place dans une position marginale, en dehors du monde agricole, dans le monde de la chasse. Il faut néanmoins prendre garde au fait que ce court passage ne donne pas une image représentative de la faune. En effet, seuls des animaux non domestiqués sont nommés ; cependant, ils apparaissent dans une série où l’homme prend place (décrit comme vivant de « Népri », c’est-à-dire de l’agriculture). Quoi qu’il en soit, le porc apparaît là plus comme un animal sauvage que comme du bétail. Quant à son mode d’alimentation, il n’est pas clairement défini : il faut comprendre sans doute que l’on considère que le porc mange ce qu’il trouve dans le gebel, ou sur les franges de la vallée. C’est-à-dire de tout : un omnivore.

Du désert à la vallée

28Les hardes sauvages, auxquelles les exemples que nous venons d’examiner semblent renvoyer, ne doivent pas faire oublier la présence des animaux domestiqués et participant à la vie agricole. Or, l’iconographie ne les atteste pas clairement avant la XVIIIe dynastie. En revanche, plusieurs allusions textuelles sont à relever antérieurement. C’est le cas, dans un fameux texte de la littérature de la XIIe dynastie, le « conte du paysan éloquent » :

  • 127 P. Berlin 3025 (B2), 135-141 ; R.B. Parkinson, The Tale of the Eloquent Peasant, 1991, p. 48. Cf. P (...)

Alors le grand intendant Rensi, fils de Mérou, envoya deux messagers [pour arrêter Nemtynakht]. Il fut donc amené et une liste de tous ses biens fut dressée. Il trouva : six serviteurs, ainsi que […] et son orge de Haute Égypte, son blé, ses ânes, ses porcs, et son petit bétail. [Alors les biens de Nemtynakht furent donnés] au paysan [… ]127.

29Cet extrait figure à la fin du texte. Nemtynakht est jugé coupable par Rensi d’avoir spolié le paysan de ses biens et de ses droits, et se trouve donc condamné à le dédommager. Comme on le constate, ânes et porcs figurent à la suite les uns des autres dans la liste des possessions de l’intendant, mentionnés juste avant le petit bétail (chèvres, etc.). Ce couplage de l’âne et du porc, son inclusion dans le « petit bétail », déjà constatés plusieurs siècles auparavant dans l’inscription de Métjen, est remarquable ; on le constatera encore dans les listes économiques ultérieures.

  • 128 Stèle de Hornakht, Caire JdE 46048, l. 2-3 (= D 3128), cf. H.G. Fischer, Dendera in the Third Mille (...)

30Qui dit porcs domestiques, implique qu’il y ait des porchers pour en prendre soin. Une stèle de la XIe dynastie nous apprend, sans trop de surprises à vrai dire, que dans une Égypte où chacun est à sa place et à sa tâche, « le pâtre est au côté des porcs (mnỉw r-gs šꝪw) » (Fig. 14)128. On en n’attend pas moins de lui ; mais au passage, on peut remarquer qu’il n’y a pas de terme spécialisé pour désigner le porcher, et que l’on use à son propos du terme usuel, mnỉw « le pâtre, le berger, (lit.) le gardien ».

Fig. 14. Stèle de Hornakht, Musée du Caire JdE 46048 (détail), Première Période Intermédiaire (d’après Fischer, Dendera in the Third Millenium B.C., 1968, p. 156-157)

31Un passage d’un texte littéraire relevant du genre (pseudo)-prophétique met le porc dans une situation particulière. Cette courte mention intervient dans une évocation du renversement des valeurs, motif illustré tout au long des « Admonitions » d’Ipouer :

  • 129 P. Leiden 244, r° 8.12-13 ; Complaintes d’Ipouer (« Admonitions »), cf. R. Enmarch, The Dialogue of (...)

Vois, les serviteurs mangent des oies, offertes aux dieux au lieu de troupeaux ; les servantes […] offrent des porcs (wdn Ꝫpḥw), (mais) les nobles dames [… ]129

  • 130 La lecture d’Enmarch améliore sensiblement celle de l’editio princeps de Alan Gardiner (qui avait t (...)
  • 131 J.-C. Moreno Garcia, RdE 50, 1990, p. 251-254.
  • 132 Cf. également MorenoGarcia, Dialogues d’histoire ancienne 29/2, 2003, p. 73-95.
  • 133 Moreno Garcia, Dialogues d’histoire ancienne 29/2, 2003, p. 82.

32Le porc, ici désigné par le substantif Ꝫpḥ, sert donc d’offrande130. On peut considérer de plusieurs façons le sens cette allusion, pour en comprendre la portée dans le cadre de la rhétorique du renversement propre à ce texte : les servantes offrent-elles des porcs alors que ceux-ci sont proscrits ? Alors qu’ils ne doivent pas être sacrifiés ni être offerts aux dieux ? Toutefois, il semble que le contraste voulu dans ce passage oppose les servantes et les « nobles dames », c’est-à-dire basses et hautes classes de la société. Faut-il comprendre alors que les pauvres disposent encore de porcs, alors que les notables n’ont plus de bétail noble (les bœufs) ? Ce texte pourrait être le révélateur d’une position culturelle particulière attribuée à la possession (voire à la consommation) de porcs. À l’appui des données archéologiques et archéo-zoologiques, Juan-Carlos Moreno Garcia a proposé l’interprétation suivante131 : le porc aurait été effectivement très largement consommé par les classes populaires à l’Ancien Empire et à la Première Période Intermédiaire (périodes qu’étudie spécialement l’auteur) ; toutefois, il aurait été peu à peu dédaigné par les classes supérieures, lui préférant les bovidés notamment, plus prestigieux. De ce fait découlerait le désintérêt de la représentation du porc dans les scènes des mastabas (à l’Ancien Empire), témoin d’une sorte de mépris, dont les textes religieux donneraient un autre écho (voir chapitre iii), en prêtant un rôle néfaste à l’animal132. Les raisons de ce désintérêt, qui se traduit finalement en hostilité à l’égard de l’animal, serait le produit de plusieurs causes associées. L’une des principales serait une sorte de « lutte des classes ». L’élevage du porc dans des petites communautés agricoles (rendement élevé, faible coût d’entretien) aurait fini par leur donner en matière de ressources alimentaire une certaine autonomie par rapport au pouvoir central. Avec la possibilité d’échapper à des contraintes fiscales. L’hostilité du système central « à l’égard d’une ressource qu’il ne contrôlait pas », selon les mots de Moreno-Garcia, se constate à la fois dans le désintérêt (révélé par l’iconographie, qui accorde la préférence aux bovidés), et devient « évidente à la lumière des tabous appliqués à la consommation de la viande de porc »133. Cette explication, qui permettrait de rendre compte de la tension entre l’offrande des riches et celle des plus pauvres que les Admonitions entendraient illustrer, paraît séduisante. En effet, elle tente de rendre compte de ce fait difficile à expliquer qu’est la rareté de la représentation de l’animal à cette période, couplé à un manque certain de documentations textuelles le concernant, en contraste avec ce que l’archéozoologie nous révèle de sa faveur dans l’alimentation de la population. Cette interprétation rejoint en partie le courant « rationaliste », cherchant dans les conditions socio-économiques les raisons présidant au choix électif des viandes.

33Mais si l’on veut vraiment penser que le porc est indigne de la table des nobles, alors certains documents soulèvent un épineux problème, et ébranlent les certitudes. Car les nobles se vantent parfois de posséder des troupeaux de porcs parmi leurs biens. En plus des cas que nous avons déjà évoqués plus haut, on trouve un exemple clair sur la belle stèle de Montou-ouser (XIIe dynastie), conservée au Metropolitan Museum of Art :

  • 134 New York, MMA 12.184 ; cf. The Metropolitan Museum of Art. Egypt and the Ancient Near East, 1987, p (...)

(…) j’ai exercé le rôle de directeur des (troupeaux de) bœufs, directeur des (troupeaux de) chèvres, directeur des (troupeaux d’) ânes, directeur des (troupeaux de) porcs (ỉmy-r šꝪw) (… )134.

34Dans cette autobiographie, ce haut notable évoque donc fièrement les troupeaux de porcs dans le cadre de l’étalage des biens qu’il avait à sa charge. Ce témoignage tend à mon avis à montrer que l’animal n’était pas forcément dédaigné par la classe supérieure.

  • 135 Voir chapitre iii.

35Le point qui pose le plus de difficulté, est celui de ce prétendu « tabou » que les textes religieux, comme le souligne Moreno-Garcia, auraient jeté sur la consommation de viande de porc. Or cela n’est précisément pas le cas135.

Une bête agressive ?

36La documentation jusqu’au Moyen Empire ne nous offre pas beaucoup de latitude pour tenter de déterminer la place réservée au porc dans l’imaginaire. Nous verrons (chapitre iii) comment s’écrit dès cette époque, dans les Textes des Sarcophages, un mythe construit autour d’un « porc noir » ennemi et mutilateur de l’œil d’Horus. Mais avant d’examiner en détail ces textes dont la compréhension est capitale pour notre sujet, j’aimerais encore tirer d’autres informations concernant les suidés, toujours dans ce même corpus. On y trouve en effet une formule qui n’est pas sans poser quelques problèmes. Il se pourrait — sous toutes réserves, comme nous allons le voir — qu’un aspect agressif de l’animal soit évoqué dans une formule spécifique :

  • 136 CT V, 293 a-e (B 12 c) ; Faulkner, AECT II, p. 77 .

Formule pour repousser les deux porcs
Ce N est sauf pour l’éternité ; ce N est Atoum, l’akh des akhou ; ce N est le Maître de l’éternité, le meilleur des meilleurs ; ce N est le maître des Deux Aimées, les Deux Amies de Rê (… )136.

ḫsf rrw.tyincipitḫsf mr[w]t[y]spells137138rḥty139CT
  • 140 N. Guilhou, EA & O 43, 2006, p. 31-37.
  • 141 Meeks, dans Perspectives in Ancient Egypt, 2010, p. 289-290.

37Un autre porc hostile est attesté ultérieurement dans la tradition funéraire ; mais il y doit sans doute sa présence à une réinterprétation, une sorte de confusion, révélatrice des intentions d’un scribe et de l’image que celui-ci pouvait se faire du porc. Le chapitre 36 du Livre des Morts fait partie d’un ensemble de formules destinées à repousser des animaux néfastes. L’ensemble formé par les chapitre 31 à 40 vise ainsi des serpents, des vers, une entité appelée « l’avaleur d’âne » (chapitre 40), et aussi les « deux Meret » que nous venons de rencontrer. Le chapitre 36 ne procède pas de la tradition des Textes des Sarcophages, et figure sur quarante-sept versions, de la XVIIIe dynastie aux époques tardives140. La vignette de ce chapitre, dans ses différentes recensions, montre le défunt en train de transpercer un insecte, désigné par le nom de ꜤpšꝪỉ (.t), et dont on a pu montrer qu’il devait correspondre à un nécrophage à mandibules crochues141. La formule est la suivante :

  • 142 Budge, BD, p. 102 (papyrus de Nou, BM n° 10477.8) ; cf. Guilhou, EA & O 43, 2006, p. 34-35. Cf. H. (...)

Formule pour repousser l’insecte nécrophage (rꝪ n ẖsf ꜤpšꝪỉt)
Réciter les paroles par N. : Te voilà éloigné de moi, Celui-au-mandibules-crochues (spty dbn), (car) je suis Khnoum, Maître-de-Péchénou qui transmet les paroles des dieux à Rê. J’ai rapporté le message à son maître142.

  • 143 E.A.Wallis Budge, The Book of the Dead. An English Translation of the Chapters, etc., 2e éd., 1974, (...)

38Or, le papyrus de Nakht, conservé au British Museum (BM n° 10471.16), propose une variante spectaculairement différente143. En effet, le nom du nécrophage « âpeshaït » (ꜤpšꝪỉt) est remplacé par « shaï » (šꝪỉ), « le porc » :

  • 144 Pour Séma (smꝪ), nom attesté par ailleurs, cf. LGG VI, 309 c. Le scribe a peut-être confondu ou déc (...)

Formule pour repousser le porc (r3 n ḫsf šꝪỉ)
Réciter les paroles par le scribe du roi, le général du maître des Deux Terres, Nakht, justifié, il dit : « Éloigne (toi) de (moi), Celui-qui-a-des-mâchoires (spty), (car) je suis Séma144, maître de Péchénou ; j’ai transmis les paroles de Rê ; j’ai transmis et j’ai rapporté les messages ».

  • 145 Darby, Ghalioungui & Grivetti, Food : the Gift of Osiris, 1977, p. 184-185.

39À ce texte, est associée une vignette montrant le défunt transperçant un porc, dont la tête se retourne sous le coup de la lance, qui lui cause une plaie béante et sanguinolente au flanc (Pl. IIb). Le fait que le porc se montre sous le jour d’un animal hostile dont le défunt craint les mâchoires découle d’une réinterprétation de la formule habituelle, dans laquelle c’est un insecte qui est l’objet du geste apotropaïque ; mais cela est finalement secondaire. En effet, dans l’esprit du scribe rédacteur du papyrus de Nakht, le porc pouvait bel et bien jouer ce rôle néfaste. Il le convie donc au rang des nécrophages : indirectement, ce fait laisse entendre que telle pouvait être la réputation de l’animal. On notera aussi l’étrange apparence des pieds du cochon sur cette vignette : il a été proposé que ce détail évoque de façon réaliste la déformation des paturons de l’animal qui serait observée lorsque le porc est confiné dans des espaces au sol trop dur145.

La cochonnerie est un défaut

40Plusieurs autres allusions mettent sur la piste d’une appréciation défavorable du caractère du cochon. Nous allons en discuter à présent.

41Une stèle datant de la XIIe dynastie provenant d’Abydos préserve l’autobiographie d’un notable nommé Antef (Fig. 15). Selon les règles du genre, le texte décline toute une série de qualités morales affirmées par le bénéficiaire. Si la plupart de celles-ci procèdent de formules stéréotypées, on trouve cependant une expression sans parallèles, qui, semble-t-il, concerne le cochon :

  • 146 BM n° 197 [581]. HTBM II, 1912, pl. 23 ; H. Te Velde, Studia Aegyptiaca XIV, 1992, p. 571.

(…) Je suis quelqu’un d’aimable dans les bureaux, calme, exempt de « cochonnerie » (šw m rrỉt), je suis aimable et pas impatient, quelqu’un qui n’empoigne pas un homme pour une parole (… )146.

Fig. 15. Stèle d’Antef, BM n° 197 (détail), XIIe dynastie (d’après HTBM II, 1912, pl. 23)

rrỉtrr147roaring148
  • 149 Wb V, 311.7-11 ; Cf. AnLex 79.3418.
  • 150 G. Möller, Hieratische Paläographie I, 1927, n° 145, classe le signe dans les mammifères.
  • 151 Wb V, 311.7. Cf. A.H. Gardiner, JEA 9, 1923, p. 23 (sur B1 97) : « clearly a quadruped ».

42D’autres indices philologiques nous conduisent encore du côté du mauvais caractère du cochon. Le verbe tnbẖ signifie « tressaillir, trembler »149 ; son champ sémantique conduit à la notion de peur, caractérisée par un mouvement désordonné ou un sursaut. Or, ce terme peut s’écrire avec un déterminatif figurant un animal, qui n’a pas été bien reconnu150, ou qui a été considéré comme un « animal indistinct »151. Toutefois, il est assez facile de reconnaître dans ce signe — au moins dans un cas (Fig. 16 en haut) — la silhouette caractéristique d’un suidé. Le second exemple (Fig. 16, en bas), attesté dans le même texte, est plus problématique, mais il n’y a pas de bonnes raisons pour penser qu’il s’agisse dans ce cas d’un autre animal. Ces deux attestations littéraires du mot figurent dans le « conte du Paysan » (XIIe dynastie). Dans les deux cas, il s’agit d’évoquer une attitude incarnant une propriété contraire à la rectitude :

  • 152 R.B. Parkinson, The Tale of the Eloquent Peasent, 1991, p. 29 (B1 191 ; ancienne numérotation : B1  (...)
  • 153 Parkinson, Tale of the Eloquent Peasent, p. 23 (B1 128 ; ancienne numérotation B1 97). Cf. Lefebvre(...)

Ne dis pas de mensonges, car tu es la balance. Ne sois pas « agité » car tu es la norme (m ḏd grg ntk ỉwsw m tnbẖ ntk tp-ḥsb)152.
Un homme juste et vrai qui est devenu un « agité » (mtyt mꝪꜤ ḫpr m tnbẖ)153.

Fig. 16. Déterminatif du verbe tnbẖ dans le Conte du Paysan (d’après Möller, Hieratische Paläographie I, 1927, n° 145)

  • 154 Voir chapitre iii.

43Si le signe hiéroglyphique du porc a pu être utilisé pour déterminer un terme dont le sens premier renvoie à une idée d’agitation ou de perturbation, c’est certainement parce que cet animal évoque ce comportement. On pourrait penser aussi, vu le contexte, à l’idée du mensonge, défaut que l’on verra à plusieurs reprises mentionné dans les mythes associés au porc154. Il faudrait donc verser cet exemple particulier à l’ensemble des propriétés néfastes du porc.

  • 155 Pastoureau, Le cochon, p. 38-39. Voir aussi M. Pastoureau, Les animaux célèbres, 2008, p. 171-182.

44Il est notoire qu’il n’est pas souhaitable de croiser un porc en vadrouille, surtout si celui-ci est un mâle robuste. L’histoire de France connaît de fameux cas de divagations de porcs et de rencontres fatales : c’est, par exemple, un cochon vagabond qui renversa et tua Philippe, fils du roi Louis VI Le Gros155. Rien de tel en Égypte ancienne ! Toutefois, il semble que cet aspect potentiellement dangereux de la relation entre hommes et porcs ait aussi été objet d’attention. C’est du moins ce que l’on peut déduire d’une liste de présages, datant du début de la XVIIIe dynastie, dans laquelle on lit la curieuse affaire suivante :

  • 156 Tablette de bois, coll. privée ; voir P. Vernus, RdE 33, 1981, p. 89-124 ; fig. 1 p. 119 (l.2-3), p (...)

(Événement du mois de Thot) (…) Si un porc mâle vient à passer devant toi, son attache (ayant été) cassée, tu diras : « on souffrira de la maladie, (mais) il n’y aura pas de mort dans ce pays tout entier » (… )156.

wꜤty n šꝪỉšꝪỉ
  • 157 LGG I, 214 c-d. Cf. CT II, 116 a, et CT II, 118 d (S1C) :

45Deux formules assez obscures des Textes des Sarcophages invoquent un intriguant dieu nommé Ibka, dont le nom est écrit avec le déterminatif du porc157. Un dieu-porc dont on paraît suffisamment craindre les mouvements pour l’attacher. Dans une autre formule (peu claire), le dieu est mis en relation avec les porcs ; en l’occurrence, la faiblesse des bestiaux (qui semble être ici antithétique de leur nature véloce) est un état fâcheux que le défunt doit éviter et conjurer.

  • 158 Le version G2T ajoute : « un crocodile ».
  • 159 CT II 118, b-e (S1C). Cf. Barguet, Textes des sarcophages, p. 144 ; Faulkner, AECT II, p. 104 (dont (...)

Le porc158 (rrỉ) s’affale ; un porc est passé. Ont-ils péri ? (dans ce cas) je péris (aussi). Or Ibka s’est affaissé, et, s’il s’affaisse, est-ce que je m’affaisse (aussi) ? (…)159.

  • 160 Cf. pour la traduction du passage, P. Barguet, Le Livre des Morts des anciens Égyptiens, 1967, p. 1 (...)

46La tradition ultérieure ne fait pour ainsi dire plus état de ce dieu, si ce n’est qu’il est mentionné allusivement dans le chapitre 65 du Livre des Morts. Rien ne signale dans ce cas sa nature porcine (son nom n’est pas écrit avec le déterminatif du suidé), mais on peut remarquer un élément intéressant : le dieu apparaît dans un contexte où il incarne manifestement une entité néfaste (sans doute séthienne) et mise en relation avec le mensonge. En effet, il est fait allusion à la mise sous les fers de Ibka, comparant celle-ci à la réclusion du mensonge ; inversement, détacher le dieu équivaut à délier le mensonge160. Nous retrouverons cette question du mensonge autour du porc, ennemi des dieux (chapitre iii).

47Dans la « Clé des Songes » du papyrus Chester Beatty V, on lit aussi une allusion mettant sur la piste d’une connotation néfaste liée au porc :

  • 161 P. BM 10683 r°9-16 (= P. Chester Beatty V) ; A.H. Gardiner, Hieratic Papyri in the British Museum, (...)

(Si l’on se voit en rêve) en train de copuler (avec) un porc (ḥr nk šꝪỉ) : mauvais : (cela signifie) être dépouillé de ses biens161.

  • 162 Ph. Abraham, dans De la domestication au tabou. Le cas des suidés au Proche-Orient ancien, 2006, p. (...)
  • 163 Artémidore, La clef des Songes, traduction A.J. Festugière, 1975, p. 227.

48D’autres pronostics oniromantiques figurant dans cette fameuse « clé des songes » révèlent des cas tout autant imaginaires de zoophilie, évoquant des rapports sexuels entre un homme et un bouc, un milan ou une gerboise. Dans le cas qui nous occupe, la copulation avec le porc est mise en corrélation avec l’appauvrissement, fait qui pourrait témoigner d’une forme de dédain envers la possession de porcs. Quoi qu’il en soit, j’hésiterais à verser cette pièce au dossier de la prétendue lubricité de l’animal, dans la mesure où les associations et les situations présentées par ce texte sont loin de nous permettre de tirer des informations au sujet des considérations réelles sur le comportement des bêtes. De surcroît, la documentation égyptienne, à la différence de celle provenant du monde mésopotamien, ne permet pas de se faire une idée d’une éventuelle représentation augurale du cochon162. Dans les pronostics associés au porc chez Artémidore, le cochon étant considéré comme un animal qui grandit vite, rêver de lui peut suggérer l’accroissement des maux (comme des biens)163. Il n’est pas interdit de penser qu’une logique plus ou moins analogue soit à l’œuvre également dans le manuel égyptien.

49L’idée que le porc puisse être un animal répugnant n’a pas été soulevée jusqu’à présent. Les défauts qui lui sont attribués dans les textes que nous avons examinés précédemment orientent plutôt vers la brutalité. On peut toutefois verser à la discussion de ce problème un passage de la « Satire des Métiers », texte connu par une tradition manuscrite remontant au Nouvel Empire (XVIIIe dynastie), mais dont l’élaboration remonte probablement à la XIIe dynastie. Ce texte est une apologie du métier de scribe, s’ingéniant à se moquer et à dénigrer toutes les autres professions. Voici comment y est évoqué le métier de potier :

  • 164 P. Sallier II, 6-9 ; Satire des métiers (enseignement de Douakhety) ; cf. W. Helck, Die Lehre des D (...)

Le potier est couvert de boue, bien qu’il se tienne encore parmi les vivants. Il fouille dans les ordures plus que les porcs pour cuire ses pots (ou : « les immondices l’infestent plus qu’un porc… »), tandis que ses vêtements sont raides de boue et que sa coiffe (ou : ceinture ?) est effilochée164.

  • 165 P. Vernus, Sagesses de l’Égypte ancienne, 2001, p. 184.
  • 166 Helck, Die Lehre des Dw3-Htjj, p. 57 ; cette traduction implique deux émendations (1) faire de šꝪwt(...)
  • 167 Wb IV, 402.1-3.
  • 168 Vernus, Sagesses de l’Égypte ancienne, n. 34 p. 198.
  • 169 Cf. les attestations relevées par Wb III 282.7-8, dans le sens, bien avéré, de « creuser ».

50Le texte pose ici plusieurs problèmes d’interprétations, pour lesquelles il est difficile de trancher. Pascal Vernus traduit de la manière suivante : « Les immondices l’infestent plus qu’un porc »165. Wolfgang Helck, quant à lui, comprenait : « il fouille les champs comme un porc pour pouvoir cuire ses poteries »166. Pascal Vernus propose de rapprocher le substantif šꝪwt du terme šꝪw167 (« excrément », terme du vocabulaire médical et quasi homophone du mot « porc »)168 ; le sens de « ordures » me paraît une autre option envisageable. Quant au verbe ḫmꜤ, faut-il le comprendre dans le sens de « infester » (selon Vernus), ou de « fouiller » (selon Helck), ou encore de « creuser » (selon Lichtheim) ?169 Les problèmes de compréhension inhérents à ce passage se reflètent dans les traductions assez divergentes qui en ont été proposées. Les traductions de Helck et de Lichtheim orientent vers une comparaison entre l’activité du potier, fouillant la terre pour rechercher sa glaise et celle du porc fouissant dans les champs. Pour Vernus, le passage décrirait le potier comme un être sale, à l’instar des porcs. Une solution moyenne entre ces interprétations, serait de comprendre « il creuse dans les ordures plus que les porcs ».

51Dans tous les cas, le passage met l’accent sur une activité des porcs, connotée négativement, considérée comme sale ou dégradante, qui serait le fait de « fouiller/creuser dans les ordures/excréments/boue/ » (ḫmꜤ r šꝪwt), selon le sens que l’on voudra bien prêter au vocabulaire utilisé ici. Si l’on admet le sens de « excrément » pour šꝪwt, ce passage serait alors la première association connue du porc à la scatophagie.

Du grain pour les porcs

52On aurait tort de croire que les excréments ou les ordures soient en Égypte le quotidien de l’alimentation des suidés, réduits au rang de fouilleurs de détritus. Au contraire, on se soucie de leur approvisionnement. C’est à nouveau dans les Admonitions que nous lisons quelque chose à ce sujet :

  • 170 P. Leiden 244, r° 6.1-3 ; Complaintes d’Ipouer (« Admonitions »), cf. R. Enmarch, The Dialogue of I (...)

Hélas ! L’on ne mange (que) des plantes, et l’on ne boit (que) de l’eau ! On ne trouve ni fruits ni fourrage pour les volailles ; on (en est réduit à) saisir le grain de la bouche des porcs (šꝪỉw) ! Aucun visage n’est plaisant à cause de la prostration due à la famine170.

53Ce passage évoque la famine frappant l’Égypte. La mention des grains (prỉỉt) destinés à nourrir les cochons va se retrouver dans quelques documents postérieurs. Ici, le sens de l’allusion est que l’Égypte est si affamée que l’on en est réduit à utiliser le fourrage des porcs pour tenter de se nourrir. Or, dans un document datant de la XVIIe dynastie (la « Tablette Carnarvon »), relatant les luttes du roi Kamosé contre ses ennemis Hyksos, le même thème de l’alimentation des cochons est mentionné, mais dans une autre situation. Les conseillers du roi Kamosé tentent de dresser un tableau favorable de la situation au roi. Alors que le pays est à moitié sous la domination des Hyksos, les courtisans essayent tout de même de trouver des arguments positifs : en effet, si le nord de l’Égypte est sous le contrôle des ennemis, en revanche le sud du pays n’est pas tombé. Evoquant ensuite que l’abondance règne encore, malgré la guerre, il est évoqué que les troupeaux de porcs sont convenablement nourris : l’abondance est bien là, car les porcs sont même nourris au grain :

  • 171 Tablette Carnarvon I ; cf. A.H . Gardiner, JEA 3, 1916, p. 103.

(…) Nous sommes en sécurité en notre Égypte ; Éléphantine est forte ; et la moitié (du pays) est avec nous jusqu’à Cusae. Le meilleur de leurs champs est labouré pour nous ; nos troupeaux (de bovidés) sont dans les marais ; du blé amidonnier est livré à nos porcs (bdt Ꝫb r rrỉwt.n) ; nos troupeaux ne sont pas saisis (… )171.

54Grâce à ce document, on est donc indirectement assuré non seulement de l’existence de troupeaux de porcs lors de la Deuxième Période Intermédiaire (ce dont on n’avait du reste aucune raison de douter), mais, aussi, que la confirmation de leur bonne santé, du fait qu’ils soient bien nourris, peut être considéré par les notables comme une source de satisfaction pour le souverain. Il semble aussi que l’on cherche à évaluer de façon très optimiste la situation économique : non seulement l’Égypte ne manque pas de blé, mais encore est-il si abondant que l’on peut en faire usage pour nourrir les troupeaux de porcs. Dans les deux cas (Admonitions et Tablette Carnarvon), l’usage littéraire du motif renvoie à une réalité économique, c’est-à-dire l’approvisionnement des porcs en fourrage céréalier, ce qui tend à indiquer que ceux-ci n’étaient pas considérés fondamentalement comme « éboueurs » ou se nourrissant de saletés et de rebuts.

Notes

1 Voir par exemple B. Midant-Reynes, Aux origines de l’Égypte, 2003.

2 M. Pastoureau procède de la sorte dans L’ours, 2007, tout en tentant de lier symboliquement la préhistoire de l’animal avec son histoire proprement dite.

3 Ägyptische Museum Berlin Inv. 1/69. Cf. J. Settgast & J. Karig, Ägyptisches Museum Berlin, 1983, p. 4.

4 L. Keimer, BIÉ 19, 1936-1937, p. 152 et pl. I.

5 La figurine dont nous publions ci-dessous (pl. I) une reproduction, a été récemment acquise par le Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en Laye. On peut la comparer avec une autre figurine en ivoire (collection privée) : J.-Cl. Chappaz, dans Animaux d’art et d’histoire, 2000, fig. 1 p. 19 (catalogue n° 51) ; cf. P. Vernus, The Gods of Ancient Egypt, 1998, p. 22. Il n’est pas certain que ces images représentent spécifiquement des truies.

6 W.M.F. Petrie, Prehistoric Egypt, 1920, pl. XXXVI.65, XLII.22. Si l’on avait pensé jadis identifier les animaux stylisés ici à des éléphants ou des hippopotames, Barbara Adams a suggéré d’y voir des figurations de porcs. Cf. B. Adams, Nekhen News 8, 1996, p. 10-11 et fig. 2.

7 D.J. Osborn, The Mammals of Ancient Egypt, 1998, p. 142-143, et, surtout, H.M. Hecker, JARCE 19, 1982, p. 59-71.

8 Cf. el-Huseny, Die inkonsequente Tabuisierung, p. 41-81 (restes osseux trouvés sur les sites du néolithique à l’Ancien-Empire).

9 L. KRZyzaniak, BSFE 96, 1983, p. 4-13, spéc. p. 11.

10 Cf. Hecker, o.c., tableau I p. 63. Aperçu utile chez D.J. Brewer, D.B. Redford & S. Redford, Domestic Plants and Animals, 1994, p. 93-96.

11 J.E. MacArdle, dans The Followers of Horus, 1992, p. 53-56, spéc. p. 55 sur les suidés.

12 P. Wilson & G. Gilbert, EA 21, 2002, p. 12-13.

13 À Bouto, les données sont toutefois différentes, une majorité d’animaux étant tués adultes ; la tendance se confirme d’ailleurs jusqu’à l’Ancien Empire ; cf. J. Boessneck & A. Von dem Driesch, dans Thomas VON DER Way, Tell el-Faraîn. Bouto I, 1997, p. 208-209. On ne s’explique pas bien cette spécificité locale.

14 Il y a toutefois de sensibles variations locales, cf. par exemple J. Boessneck, A. von den Driesch, dans Maadi III. The Non-lithic Small finds and the Structural Remains of the Predynastic Settlement, 1989, p. 100-103 ; les suidés forment à Maadi les 20 % des ossements retrouvés. La majorité des animaux ont moins de deux ans.

15 J. Boessneck & A. von Driesch, dans The Nile Delta in Transition : 4th-3rd Millenium B.C., 1992, p. 97-109, spécialement p. 97 (pour ce qui concerne Tell Ibrahim Awad) et tableau comparatiste p. 105. Voir aussi, la discussion entre les différents spécialistes, comparant leurs résultats en matière de trouvailles porcines, o.c., p. 481. Cf. Brewer et al., Domestic Plants and Animals, tableau 7.1. p. 96.

16 R. Abłamowicz, dans M. Chłodnicki et al., MDAIK 58, 2002, p. 88-117, spécialement p. 111- 113.

17 P. de Miroschedji & M. Sadek, BSFE 152, 2001, p. 28-52, spécialement p. 39-40.

18 B. Midant-Reynes & N. Buchez, Adaïma 1, 2002, p. 533, 542. Cf. pour les restes alimentaires, p. 530-531.

19 P. Kaplony, Die Inschriften der ägyptischen Frühzeit, 1963, n° 110, tombe de Merneith (Abydos) ; n° 735 tombe d’Adjib (Abydos) ; n° 246, tombe d’Adjib (Abydos). Vers 2900 av. J.-C. Voir à ce propos J. Kahl, Das System der ägyptischen Hieroglyphschrift in der 0.-3. Dynastie, 1994, n° 1203, 1609, 1617.

20 Brooklyn n° 44.123.1 ; W. Needler, Predynastic and Archaic Egypt in the Brooklyn Museum, 1984, p. 376-377 (n° 305). Notons que l’auteur (o.c., p. 164) refuse (à juste titre) de voir un sanglier dans le défilé d’animaux du célèbre manche d’ivoire du Musée de Brooklyn (n° 09.889.118) provenant de Abu Zaidan (Nagada III).

21 H.W. Müller, Ägyptische Kunstwerke, 1964, n° A 17 : l’objet est désormais à Brooklyn, cf. Needler, Predynastic and Archaic Egypt, n° 293 pl. 78 et p. 366-367 (n° 57.165.5) ; autres exemples analogues : W.M.F. Petrie, Abydos II, EEF, 1903, pl. VI n° 66 et 68 et p. 25 ; cf. J.E. Quibell, Hierakonpolis I, pl. XXII.8.

22 W. Helck, V, 1984, 762-764.

23 Wb IV, 405.7-8 ; Faulkner, Concise Dictionary, p. 260 ; AnLex 77.4067 ; 78.4028 ; R. Hannig, Ägyptisches Wörterbuch II, vol. 2., 2006, p. 2421 ; Chr. Theis, ZÄS 138, 2011, p. 84. Voir les tableaux dressés par Matthias Müller, dans O. Goldwasser, Prophets, Lovers and Giraffes : Wor (l) d Classification in Ancient Egypt, 2002, p. 30*-32*.

24 A. Gardiner, Egyptian Grammar, p. 459 (signe E 12).

25 R. Van derMolen, A Hieroglyphic Dictionary of Egyptian Coffin Texts, 2000, p. 600.

26 Cf. G. Roquet, BIFAO 76, 1976, spécialement p. 42.

27 CT II, 339 d (B1L).

28 CT II, 340 a (B9C).

29 Cet usage de l’ajout du déterminatif du phallus s’observe également pour d’autres espèces, comme les taureaux, les ânes, etc. Dans différents cas, malgré cet emploi, le mot peut désigner toute l’espèce, le mâle et/ou la femelle. Mais dans les exemples concernant le porc dans les Textes des Sarcophages, on peut néanmoins admettre qu’il s’agisse toujours du mâle qui est spécialement concerné, surtout dans les épisodes du mythe de l’œil d’Horus.

30 CT II, 340 a (B 17 C).

31 CT II, 339 d (B 17 C).

32 CT II, 339 d (B1C).

33 Wb IV, 405.9.

34 Wb IV, 405.10.

35 Wb IV, 405.11 ; AnLex 77.4068 ; 78. 4029.

36 Ainsi dans la tombe de Renni à El Kab (Urk. IV, 75.14-15), ou dans l’inscription d’Amenhotep (Houy) (Urk. IV, 1797.2).

37 The Demotic Dictionary of the Oriental Institute of the University of Chicago, s.v. šꝪ, (accès on line : http://oi.uchicago.edu/research/pubs/catalog/cdd/).

38 W. Crum, A Coptic Dictionary, 1939, p. 63 ; cf. W. Vycichl, Dictionnaire étymologique de la langue copte, Leuven, Peteers, 1983, p. 49 ; J. Černy, Coptic Etymological Dictionary, 1976, p. 40. Le terme copte désigne à la fois le mâle et la femelle.

39 Wb II, 438.7. Hannig, Ägyptisches Wörterbuch II, 1, p. 1503.

40 J. Osing, s.v. « Onomatopöie », IV, 1982, col. 572-573. Cf. notamment « miou », le chat, « iâa », l’âne, etc. Cf. P. Vernus, dans Bestiaire des pharaons, p. 78-79.

41 Wb II, 438.8-11.

42 Erichsen, Demotisches Glossar, p. 251.

43 D. Bonneau, CdÉ 66, 1991, p. 330-340.

44 P. Brooklyn 47.218.2 (X+III.16) ; cf. I. Guermeur, « Parcourir l’éternité ». Hommages à Jean Yoyotte, 1, 2012, p. 547.

45 G. Roquet, BIFAO 76, 1976, p. 59-60.

46 Wb I, 69.14.

47 Wb I, 9.4 (Admonitions 8,13).

48 KRI V, 164.6.

49 VI.9 ; D. Meeks, Mythes et légendes du Delta, 2006, p. 15.

50 Meeks, Mythes et légendes du Delta, p. 82 note 192.

51 Chr. Theis, ZÄS 138, 2011, p. 79-88.

52 P. Brooklyn 47.218.156, 4,1.5.7 et 5,3.8.

53 W. Clarysse & D.J. Thompson, Counting the People in Hellenistic Egypt, vol. 2, 2006, p. 212 et 215. Cf. The Demotic Dictionary of the Oriental Institute of the University of Chicago, (on-line), p. 265 (s.v. tlpgs).

54 Clarysse & D.J. Thompson, o.c., p. 215. Voir encore ci-dessous, chapitre v, p. 202-203, pour la question du vocabulaire du porc dans l’Égypte gréco-romaine.

55 A. Gardiner, Egyptian Grammar, p. 459.

56 Voir les exemples cités par D. Meeks, Les architraves du temple d’Esna, 2004, p. 65 § 171.

57 Les dessins (sauf la Fig. 8q) ont été réalisés par Julie Cayzac. Dans plusieurs cas, le dessin a dû être tracé à partir des relevés disponibles, à défaut de photographies. Cette collection de signes ne prétend pas établir la paléographie du signe du cochon, mais vise seulement à donner une idée générale de l’évolution et des variations du tracé.

58 Edfou III, 317. 2 (ḫps n ỉpḥ / rr) ; cf. ci-dessous, chapitre v. Le signe employé paraît représenter un animal au dos velu ; il faudrait vérifier sur l’inscription pour apprécier les détails du signe, mais malheureusement il figure sur une architrave de la salle hypostyle (cf. Edfou IX, pl. LXXX, relevé aux traits) pour laquelle je ne dispose pas de photographies.

59 Les Valeurs phonétiques des signes hiéroglyphiques d’époque gréco-romaine, 1988, p. 215 signalent (n° 87, p. 215) le signe du porc avec la valeur nwt (Nout) ; cependant, l’exemple mentionné (sarcophage Berlin 12 442) est ambigü, et atteste peut-être d’un hippopotameImage 100000000000004200000025565B3B67F173EE00.jpg: cf. D. Kurth, Der Sarg der Teüris, 1990, p. 20 (n. 223) et p. 40. Notons que la valeur phonétique r qui est mentionnée ensuite, renvoie à Étienne Drioton, RdE 1, 1933, p. 40, exemple qui ne concerne pas un signe d’époque ptolémaïque. Dernièrement, D. Kurth, Einfürhung ins Ptolemaïsche, 2007, p. 197 (3.10) mentionne le signe-mot rrỉ/rrt, ou šꝪw, mais ne donne pas d’exemples précis. Pour la valeur phonétique r, cf. Meeks, Les architraves du temple d’Esna, p. 65 § 171.

60 Edfou III, 298.6 (ỉpḥ) ; Edfou V ; 354.4 (ỉpḥ). Cf. P. Wilson, A Ptolemaic Lexikon, 1997, p. 63.

61 Wb III, 230.1-2.

62 Image 100000000000003800000028FA30CC9F61E98FB0.jpgcf. Chr. Leitz, Der Sarg des Panehemisis in Wien, 2011, p. 224 (§12).

63 Cf. J. Gesellensetter, Das Sechet-Iaru. Untersuchungen zur Vignette des Kapitels 110 im Ägyptischen Totenbuch, 1997.

64 New York, Metropolitan Museum, TM 57079, access number n° 35.9.20a – w. Le papyrus (inédit) est exposé à la Galerie 133 (le document est consultable intégralement on-line sur le site internet du MET). Il fait partie des documents liés à un prêtre de Meir, cf. J.-Cl. Goyon, Le papyrus d’Imouthès fils de Psintaês, 1999.

65 Cf. The Book of the Dead. Facsimile of the Papyrus of Ani in the British Museum, 1890, pl. 35 (ḥdt déterminé très clairement par hippopotame). Voir aussi Medinet Habu VI, pl. 469. Cf. A. BAyoumi, Autour du champ des souchets et du champ des offrandes, 1940, p. 77.

66 Th. G. Allen, The Egyptian Book of the Dead Documents in the Oriental Institue Museum, 1960, pl. LXXIV (vignette 110) (= P. Milbank OIM 10486, l. 602) ; cf. p 185 et comparer pl. XCIII, l. 1069. Cf. Gesellensetter, Das Sechet-Iaru, Taf. 10.1. Voir notre Fig. 8u.

67 Voir ci-dessous, chapitre iv. p. 154-162.

68 Meeks, Les architraves du temple d’Esna, p. 65.

69 É. Drioton, RdE 1, 1933, p. 29 (exemple pris sur la stèle Leyde V 93, où le groupe est lu sr).

70 Il y a une certaine ambigüité à identifier clairement l’animal, qui ne semble pas se présenter sous la forme d’une Taouret, mais bien comme un pachyderme ou une truie debout ; cf. Edfou III, 278.5. Cf. P. Wilson, Ptolemaic Lexikon, 1997, p. 1142 (qui ne signale pas cette graphie). Cf. Fr. Daumas, dans State and Temple Economy in the Ancient Near East, vol. II, 1979, p. 689-705, spécialement p. 701-702.

71 Wb III, 334.2 ; Valeurs phonétiques I, n° 835 ; Wilson, Ptolemaic Lexikon, p. 751.

72 Voir I. Guermeur, EA & O 46, 2007, p. 32 §4 : signeImage 10000000000000310000002AA0E7266B0E90DDD3.jpg.

73 Cf. par exemple S. Cauville, Le Temple de Dendara. Les chapelles osiriennes, Index, 1997, p. 434, qui interprête comme un suidé le quadrupède ; cf. Dendara X/2, pl. 26 (53), deux exemples (l’animal, massif, est trop petit sur le cliché publié pour que l’on puisse en juger). Mais cf. Sylvie Cauville, Dendara. Le fonds hiéroglyphique au temps de Cléopâtre, 2001, p. 26 (A342 ; le signe retenu représente bien un hippopotame).

74 Consultables sur internet : http://aaew.bbaw.de/tla/.

75 Proposition de H.W. Fairman, BIFAO 43, 1945, p. 108 et note 4, contre l’opinion (ancienne) de C.W. Goodwin, ZÄS 6, 1868, p. 7, qui comprenait « stop pig » (ḫsf-db). Pour la discussion de cette valeur, voir aussi S. Aufrère, L’Univers minéral dans la pensée égyptienne, 1991, p. 476.

76 G. Posener, Littérature et politique, 1956, p. 150.

77 Edfou II2, p. 277.14 (noter la correction proposée par les éditeurs) et Edfou XII, 417 a ; les Valeurs phonétiques, o.c., p. 215 n° 89, attribue à ce signe du « porc velu » un numéro spécifique. Cf. Aufrère, L’Univers minéral dans la pensée égyptienne, p. 753 (lu « contrée de ḫꝪb) ; cf. E. Chassinat, Le mystère d’Osiris au mois de Khoiak, vol. 2, 1968, p. 459.

78 J. yoyotte, dans G. Posener, avec la collaboration de S. Sauneron & J. Yoyotte, Dictionnaire de la civilisation égyptienne, 1954, p. 266.

79 J. Kahl, GM 181, 2001, p. 51-57.

80 P. Vernus, s.v. « Seth (animal de) », dans P. Vernus & J. Yoyotte, Bestiaire des Pharaons, 2005, p. 667-671, avec une riche bibliographie sur le sujet p. 795-796. Voir en outre, notamment, sur le lien de l’animal avec Seth, H. Te Velde, Seth. The God of Confusion, 1977, p. 7-26 ; D. Meeks, « Seth. De la savane au désert, ou le destin contrarié d’un dieu », dans Les dieux et démons zoomorphes de l’Ancienne Égypte, 1986, p. 1-51 ; T. DuQuesne, dans Egyptian Religion. The Last Thousand Years, 1998, p. 613-628.

81 P. De Maret, BIFAO 105, 2005, p. 107-128. Cf. B. Mathieu, ENiM 4, 2011, spécialement p. 137-139.

82 Par exemple : G. GRAFF & N. Manlius, GM 197, 2003, p. 135-142 ; G. Graff, dans Actes du neuvième Congrès international des égyptologues, 2007, p. 829-835.

83 N. Manlius, ENIM 3, 2010, p. 189-192.

84 Vernus, dans Bestiaire des Pharaons, p. 670.

85 CT V 86 c.

86 Sur la présence de Seth dans les oasis, dès l’Ancien Empire, cf. C. Gobeil, BIFAO 110, 2010, p. 103-114.

87 En outre, dès la deuxième dynastie, est attesté un dieu nommé Ash. On le rencontre avec la tête de l’animal-sha sur un scellé de Péribsen, et il figure entièrement anthropomorphe dans ce cas, dans le temple de Sahourê, où il est présenté comme le maître des Lybiens. Les graphies du nom de ce dieu montrent des variantes Châ, mettant sur la piste d’une analogie entre celui-ci et l’animal-sha (métathèse). Ce dieu serait donc le patron des confins lybiques, et occupe une position qui est aussi celle de Seth et de son animal emblématique.

88 Beni Hasan II, pl. IV.

89 Vernus, dans Bestiaire des Pharaons, p. 668.

90 N. Manlius, JEA 91, 2005, p. 187-189. Cf. N. Manlius & A. Gautier, Comptes rendus de l’Académie des Sciences de Paris, 1999, p. 573-577.

91 On n’en connaît qu’un fragment de dent datant de l’holocène, trouvé dans le désert à deux cent kilomètres au sud de Dakhla, cf. Manlius, JEA 91, 2005, p. 189.

92 R.J. Wencke et al., JARCE 25, 1988, spécialement p. 18-19 (et tableau 2).

93 M.-F. Moens & W. Wetterstrom, JNES 47, 1988, p. 159-173 ; R.J. Wenke & D.J. Brewer, dans House and Palace in Ancient Egypt, 1996, spécialement p. 279.

94 J.-C. Moreno Garcia, RdE 50, 1999, p. 252.

95 R. Redding, « Pyramids and Proteins », texte consultable sur internet : http://www.aeraweb.org/articles/pyramids-and-protein/ ; cf. également, R. Redding, dans Animal Use and Culture Change, 1987, p. 20-30. ; Id., Paléorient 18, 1992, p. 99-107.

96 Voir chapitre vi, p. 233-238.

97 M. Pastoureau, Le cochon, p. 29.

98 Sur les colles, cf. A. Lucas & J.R. Harris, Ancient Egyptian Materials and Industries, 1989 (4e éd.), p. 3-5.

99 LD II, pl. 5 ; Urk. I, 2.17-3.2. Berlin n° 1105 ; cf. A. Roccati, La littérature historique sous l’Ancien Empire, 1982, p. 87. IVe dynastie. Cf. aussi les remarques de J. Vandier, Manuel d’archéologie égyptienne, V, 1969, p. 12.

100 P. Vernus, dans Bestiaire des Pharaons, Paris, Perrin, 2005, p. 17-18, p. 87. Voir D. Meeks, dans Et in Ægypto et ad Ægyptum, Recueil d’études dédiées à Jean-Claude Grenier, 2012, p. 517-547, particulièrement p. 524.

101 Vernus, o.c., p. 197.

102 Voir chapitre v, p. 186.

103 Nous la traiterons au chapitre iii, p. 107-108.

104 Mastaba de Kagemeni, mur nord, scène III ; Yvonne Harpur & Paolo Scremin, The Chapel of Kagemni, Scenes and Details, 2006, n° 98 p. 62.

105 J.J. Janssen & R. Janssen, Egyptian Household Animals, 1989, p. 34 ; S. Ikram, Choice Cuts, 1995, p. 30 ; R.A. Lobban, dans Ancestors for the Pigs : Pigs in Prehistory, 1998, p. 140 ; pour P. Tallet, La cuisine des pharaons, 2002, p. 14, il s’agirait du gavage d’un cochon.

106 O.c., p. 377 ; même constat critique chez J. Boesseneck, Die Tierwelt des alten Ägypten, 1988, p. 170. Cf. PM III2, p. 522 « feeding puppy ».

107 Égypte. Trois mille ans d’art décoratif. Musée Myers. Collection du Collège d’Eton, 2007, n° 16 (ECM 1841).

108 J.E. Quibell & A.G.K. Hayter, Teti Pyramid, North Side, 1927, p. 17. Cf. Y. Harpur, Decoration in Egyptian Tombs of the Old Kingdom, 1987, p. 163 et p. 505 fig. 137. Cf. Moreno-Garcia, RdE 50, 1999, p. 251 n. 51.

109 Un motif que l’on trouvera en relation avec le porc à la XVIIIe dynastie, voir chapitre v, fig. 35, p. 172.

110 Moreno Garcia, RdE 50, 1990, p. 241-257.

111 Voir ci-dessous.

112 Voir ci-dessous, et chapitre v.

113 Voir chapitre iii.

114 Voir H. Schäfer, Ein Bruchstück altägyptischer Annalen, 1902, p. 36 et photographie en pl. II.

115 É. Naville, RT 25, 1903, p. 80.

116 G. Daressy, BIFAO 12, 1916, p. 172.

117 T.H. Wilkinson, Royal Annals of Ancient Egypt, 2000, p. 161. Même interprétation, par exemple, chez N.C. Strudwick, Texts from the Pyramid Age, 2005, p. 72.

118 A. Roccati, La littérature historique sous l’Ancien Empire égyptien, 1982, p. 47. Au lieu de lire « la demeure d’Horus et de Seth » (pr ḥr stImage 1000000000000063000000226845172CA517C7E1.jpg), Roccati comprend manifestement ce groupe dans le sens de « (aller chercher) la pierre à Éléphantine (impliquant le lecture ỉnr m ꝪbwImage 10000000000000660000002ADA6898E7AB83604D.jpg). L’auteur considère donc le dernier signe, lu par d’autres comme celui du porc, comme celui de l’éléphant, lequel rentre dans la graphie du nom de la ville d’Éléphantine.

119 Pour Wilkinson, Royal Annals of Ancient Egypt, p. 165, la lecture du groupe est « far from clear ». En ce qui concerne l’interprétation du signe comme celui du porc séthien, Wilkinson renvoie à Daressy (o.c.).

120 H. Jacquet-Gordon, Les noms des domaines funéraires sous l’Ancien Empire égyptien, 1962, p. 446. Cf. Chr. Theis, ZÄS 138, 2011, p. 79-88.

121 Jacquet-Gordon, Les noms des domaines funéraires, p. 46 ; PM III, 239. Cf. L. Borchardt, Denkmäler des Alten Reiches, II, 1964, p. 11 (CG n° 1552).

122 Cf. R. Hannig, Ägyptisches Wörterbuch I, 2003 : qui propose comme lecture pour le groupe soit ḥwt « Schwein », soit ḥwt-rrỉ.

123 P.E. Newberry, Beni Hasan II, 1894, pl. XI. Comparer ce relevé au dessin plus précis figurant dans W. Darby, P. Ghalioungui & L. Grivetti, Food : The Gift of Osiris, 1977, p. 185.

124 J. Vandier, Manuel d’archéologie V, p. 112, et p. 250-252.

125 Cf. néanmoins la description de Darby et al., Food : the Gift of Osiris, p. 185-186 : « ambiguous “marsh-animals”, which bear a greater resemblance to swine than to hippopotami or other semiaquatic forms. Unfortunately, the artistic representation of the feet of these animals is vague and inconclusive ».

126 Textes des sarcophages, formule 80, CT II, 42-43. XIIe dynastie. Cf. P. Barguet, Textes des sarcophages, p. 473 ; Faulkner, AEPT I, p. 85.

127 P. Berlin 3025 (B2), 135-141 ; R.B. Parkinson, The Tale of the Eloquent Peasant, 1991, p. 48. Cf. P. Grandet, Contes de l’Égypte ancienne, 1998, p. 63.

128 Stèle de Hornakht, Caire JdE 46048, l. 2-3 (= D 3128), cf. H.G. Fischer, Dendera in the Third Millenium B.C. , 1968, p. 156-157 ; A. Abdalla, JEA 79, 1993, p. 249-250, et T. Musacchio, Antiguo Oriente 4, 2006, p. 76.

129 P. Leiden 244, r° 8.12-13 ; Complaintes d’Ipouer (« Admonitions »), cf. R. Enmarch, The Dialogue of Ipuwer and the Lord of All, 2005, pl. 41 ; Id., A World Upturned, 2008, p. 145-146. Ce manuscrit est daté de la fin XIXe dynastie ; sa rédaction initiale renvoie probablement à la Première Période Intermédiaire.

130 La lecture d’Enmarch améliore sensiblement celle de l’editio princeps de Alan Gardiner (qui avait transcrit « canards » au lieu de « porcs », d’où Lichtheim, AEL I, 157). Le terme Ꝫpḥ utilisé est certainement une variante de ỉpḥ « porc » (Wb I, 69.14).

131 J.-C. Moreno Garcia, RdE 50, 1990, p. 251-254.

132 Cf. également MorenoGarcia, Dialogues d’histoire ancienne 29/2, 2003, p. 73-95.

133 Moreno Garcia, Dialogues d’histoire ancienne 29/2, 2003, p. 82.

134 New York, MMA 12.184 ; cf. The Metropolitan Museum of Art. Egypt and the Ancient Near East, 1987, p. 33.

135 Voir chapitre iii.

136 CT V, 293 a-e (B 12 c) ; Faulkner, AECT II, p. 77 .

137 Voir W. Guglielmi, Die Göttin Mr.t, 1991, p. 274 sq, spéc. p. 275-276 n. a ; également : É. Drioton, BiOr XII, 1955, p. 62-66.

138 CT V 292, formule 439.

139 Voir R. Van der Molen, A Hieroglyphic Dictionary of Egyptian Coffin Texts, 2000, p. 286 « fearsome companions » ; FAulkner, AECT II, p. 77 évoque un « monster det[erminative] ; cf. sur ce déterminatif, D. Meeks, dans Perspectives in Ancient Egypt, 2010, p. 293-294.

140 N. Guilhou, EA & O 43, 2006, p. 31-37.

141 Meeks, dans Perspectives in Ancient Egypt, 2010, p. 289-290.

142 Budge, BD, p. 102 (papyrus de Nou, BM n° 10477.8) ; cf. Guilhou, EA & O 43, 2006, p. 34-35. Cf. H. Milde, dans Totenbuch-Forschungen. Gesammelte Beiträge des 2. Internationalen Totenbuch-Symposiums Bonn, 2006, spécialement p. 227-228 ; Barguet, Livre des Morts, p. 79.

143 E.A.Wallis Budge, The Book of the Dead. An English Translation of the Chapters, etc., 2e éd., 1974, p. 162. Le papyrus est consultable dans la base de données internet du British Museum (britishmuseum.org).

144 Pour Séma (smꝪ), nom attesté par ailleurs, cf. LGG VI, 309 c. Le scribe a peut-être confondu ou décidé de remplacer le signeImage 100000000000001600000020898BBBCEF6F72CC8.jpgparImage 100000000000001A00000028D96AC5EA32663F38.jpg, transformant ainsi un Khnoum en un « Séma ».

145 Darby, Ghalioungui & Grivetti, Food : the Gift of Osiris, 1977, p. 184-185.

146 BM n° 197 [581]. HTBM II, 1912, pl. 23 ; H. Te Velde, Studia Aegyptiaca XIV, 1992, p. 571.

147 Faulkner, Concise Dictionary, p. 151.

148 Cf. Lichtheim, AEL I, p. 122-123 ; le terme rr « porc », on l’a vu, est sans doute lui-même forgé sur une onomatopée du grognement.

149 Wb V, 311.7-11 ; Cf. AnLex 79.3418.

150 G. Möller, Hieratische Paläographie I, 1927, n° 145, classe le signe dans les mammifères.

151 Wb V, 311.7. Cf. A.H. Gardiner, JEA 9, 1923, p. 23 (sur B1 97) : « clearly a quadruped ».

152 R.B. Parkinson, The Tale of the Eloquent Peasent, 1991, p. 29 (B1 191 ; ancienne numérotation : B1 161). Cf. G. Lefebvre, Romans et contes égyptiens, 1949, p. 57 : « ne dis pas de mensonges, car tu es la balance. Ne perds pas l’aplomb car tu es la rectitude » ; P. Grandet, Contes de l’Égypte ancienne, 1998, p. 53 : « Ne dis pas de mensonges, car tu es un trébuchet ! Ne te montre pas sauvage, car tu es un modèle ! »

153 Parkinson, Tale of the Eloquent Peasent, p. 23 (B1 128 ; ancienne numérotation B1 97). Cf. Lefebvre, Romans et contes égyptiens, p. 53 « un homme juste et intégre qui est devenu fripon » ; Grandet, Contes de l’Égypte ancienne, p. 49 : « un homme précis et juste qui est devenu un animal sauvage ».

154 Voir chapitre iii.

155 Pastoureau, Le cochon, p. 38-39. Voir aussi M. Pastoureau, Les animaux célèbres, 2008, p. 171-182.

156 Tablette de bois, coll. privée ; voir P. Vernus, RdE 33, 1981, p. 89-124 ; fig. 1 p. 119 (l.2-3), p. 91 et 94.

157 LGG I, 214 c-d. Cf. CT II, 116 a, et CT II, 118 d (S1C) :Image 100000000000007000000028F1A24F19C331B1B8.jpg

158 Le version G2T ajoute : « un crocodile ».

159 CT II 118, b-e (S1C). Cf. Barguet, Textes des sarcophages, p. 144 ; Faulkner, AECT II, p. 104 (dont je suis l’interprétation).

160 Cf. pour la traduction du passage, P. Barguet, Le Livre des Morts des anciens Égyptiens, 1967, p. 106.

161 P. BM 10683 r°9-16 (= P. Chester Beatty V) ; A.H. Gardiner, Hieratic Papyri in the British Museum, III, 1935, Text p. 16-18, et pl. 7 .

162 Ph. Abraham, dans De la domestication au tabou. Le cas des suidés au Proche-Orient ancien, 2006, p. 267-282.

163 Artémidore, La clef des Songes, traduction A.J. Festugière, 1975, p. 227.

164 P. Sallier II, 6-9 ; Satire des métiers (enseignement de Douakhety) ; cf. W. Helck, Die Lehre des Dw3-Htjj, 1970.

165 P. Vernus, Sagesses de l’Égypte ancienne, 2001, p. 184.

166 Helck, Die Lehre des Dw3-Htjj, p. 57 ; cette traduction implique deux émendations (1) faire de šꝪwt une variante (inconnue) de š « champ », sous l’influence du mot suivant, šꝪw « porcs », (2) supposer une erreur du scribe, écrivant r au lieu de m « comme » (cette dernière émendation n’est pas obligatoire, on pourrait tout aussi bien comprendre « il creuse dans les champs plus que les porcs ». Cf. Lichtheim, AEL I ; p. 186 : « the potter is under the soil (…) he grubs in the mud more than a pig (…) ».

167 Wb IV, 402.1-3.

168 Vernus, Sagesses de l’Égypte ancienne, n. 34 p. 198.

169 Cf. les attestations relevées par Wb III 282.7-8, dans le sens, bien avéré, de « creuser ».

170 P. Leiden 244, r° 6.1-3 ; Complaintes d’Ipouer (« Admonitions »), cf. R. Enmarch, The Dialogue of Ipuwer and the Lord of All, 2005, pl. 37 ; Id., A World Upturned, 2008, p. 113-114.

171 Tablette Carnarvon I ; cf. A.H . Gardiner, JEA 3, 1916, p. 103.

Table des illustrations

Légende Fig. 4. Double protome de suidé, prédynastique (d’après Keimer, BIÉ 19, 1937, pl. I)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1k
Légende Fig. 5. Empreinte de sceau thinite ; tombe de Merneith à Abydos (d’après Kaplony, Die Inschriften der ägyptischen Frühzeit, 1963, n° 110)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 919 octets
Légende Fig. 6. Empreinte de sceau thinite ; tombe de Adjib à Abydos (d’après Kaplony, Die Inschriften der ägyptischen Frühzeit, 1963, n° 246)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 7. Sceau en ivoire, Ire dynastie, Musée de Brooklyn n° 305 (d’après Needler, Predynastic and Archaic Egypt, 1984, p. 376-377)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 889 octets
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 8 Exemples de graphies du signe hiéroglyphique du porc57
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 956 octets
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1022 octets
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1k
Légende Fig. 8. Suidé (?) sur un pétroglyphe de Dakhla (d’après Manlius, JEA 91, 2005, p. 187-189)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8k
Légende Fig. 9. Chiot ou goret ? Mastaba de Kagemeni, VIe dynastie (détail) (d’après Harpur et Scremin, The Chapel of Kagemeni, 2006, p. 62)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Fig. 10. Figurine en faïence, XIIIe dynastie, Musée Myers, ECM 1841 (dessinY. Volokhine)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende Fig. 11. Mastaba de Kaiemhéset, Ve dynastie (détail) (d’après Quibell & Hayter, Teti Pyramid, North Side, 1927, p. 17)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 12. Un passage de la « Pierre Palerme », Ve dynastiea : ancien relevé de Naville ; b : relevé de Wilkinson ;c : photographie publiée par Schäfer (en négatif) (détails)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5k
Légende Fig. 13. Les suidés de la tombe de Khéty à Béni Hasan, XIe dynastiea : d’après l’ancien relevé de Newberry, Beni Hasan II, pl. XI ;b : d’après Darby, Ghalioungui & Grivetti, Food : the Gift of Osiris, 1977, p. 185
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 14. Stèle de Hornakht, Musée du Caire JdE 46048 (détail), Première Période Intermédiaire (d’après Fischer, Dendera in the Third Millenium B.C., 1968, p. 156-157)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 998 octets
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 883 octets
Légende Fig. 15. Stèle d’Antef, BM n° 197 (détail), XIIe dynastie (d’après HTBM II, 1912, pl. 23)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 1021 octets
Légende Fig. 16. Déterminatif du verbe tnbẖ dans le Conte du Paysan (d’après Möller, Hieratische Paläographie I, 1927, n° 145)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8287/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5k

© Presses universitaires de Liège, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search