Version classiqueVersion mobile

Le porc en Égypte ancienne

 | 
Youri Volokhine

Chapitre I. Le porc en Égypte et ses historiens Une rétrospective

Texte intégral

Combien se prennent là-haut pour de grands rois, qui seront ici comme porcs dans l’ordure, laissant de soi un horrible mépris.
Dante, La Divine Comédie. L’Enfer, VIII.50.

  • 1 Voir ci-dessus : p. 15-17.

1Depuis plus d’un siècle et demi, des historiens, des archéologues, des anthropologues, des zoologues et des égyptologues se sont intéressés à différents aspects concernant le porc en Égypte ancienne, aussi bien dans une perspective liée à l’histoire de l’agriculture dans la vallée du Nil, que, plus spécifiquement, aux valeurs que l’animal peut prendre dans la pensée religieuse. Un parcours chronologique dans l’histoire de la recherche s’impose. À l’instar de bien d’autres cas, les idées que les Grecs se firent du statut de l’animal en Égypte ne sont pas sans avoir influencé la recherche ; non seulement parce qu’il s’est agi pour certains de comprendre quelle réalité factuelle du monde pharaonique pouvait recouvrir telle ou telle assertion d’un auteur gréco-romain, mais aussi parce que le discours grec, en lui même, révèle des données originales tout en proposant une grille d’interprétation1. Nous allons dans les pages suivantes suivre le parcours de la recherche moderne et contemporaine pour établir un état de la question raisonné. Je m’attarderai quelque peu sur les travaux les plus anciens, notamment ceux du xixe, car ces études, devenues désuètes pour la science actuelle, sont généralement peu lues, si ce n’est par les férus de l’histoire de la discipline. Néanmoins, il est fort intéressant d’y voir comment nombres d’idées exprimées autour du porc sont largement issues de vieux préjugés, tirés notamment de la littérature antique, adaptés à leur tour par l’exercice de la philologie et de l’archéologie naissantes.

Vers la redécouverte du porc pharaonique

  • 2 Sur le regard de la Grèce porté sur l’Égypte, et sa place dans la structure de la mémoire en Occide (...)
  • 3 S. Bochart, Hierozoicon sive bipartitum opus de animalibus sacrae scripturae, Pars Prior (…), 1663, (...)
  • 4 Bochart, Hierozoicon, p. 695.
  • 5 « Rien n’est immonde dans la nature », car, poursuit-il, tout ce que Dieu a créé est bon ; Bochart, (...)
  • 6 Bochart, Hierozoicon, p. 701.
  • 7 II 47-48. Voir chapitre v, p. 187-189.

2Dans la première moitié du xixe siècle, à la suite du déchiffrement des hiéroglyphes, la jeune science égyptologique renouvelle le regard porté sur l’Égypte ancienne. Pour autant, les chercheurs des premières générations de l’égyptologie s’inscrivent encore dans une tradition de réflexion pour laquelle les avis et interprétations que l’on peut retirer des sources gréco-romaines, sans cesse glosées par les savants « antiquaires », définissent des cadres conceptuels bien délimités2. Un bon exemple est celui de Samuel Bochart, qui, au début du xviie siècle, livre tout un dossier déjà très bien constitué sur le porc, dans son immense Hierozoicon, qui le conduit de l’examen des sources gréco-romaines aux sources arabes et juives, qu’il lit tour à tour au gré de sa grande érudition3. La question de l’interdit l’arrête plus particulièrement, et il y reconnaît un trait qu’il constate aussi chez les voisins des Juifs, « les Arabes et les Saracéens, les Phéniciens et les Égyptiens, auxquels s’ajoutent les Barcéens, les Éthiopiens et les Indiens »4. À vrai dire, Bochart est un peu embarrassé pour rendre compte des raisons de l’interdit ; il n’ignore pas l’avis de Maïmonide, qu’il cite, mais précise que, à son avis, le porc n’est pas fondamentalement une bête immonde : natura enim immundum nihil est5. Ce sont donc les opinions des hommes qui sont en cause, et non la nature de l’animal. Pour connaître les motivations de l’interdit juif, il renvoie finalement dos à dos tous les avis émis par les Grecs, de Manéthon à Plutarque, pour retenir au bout du compte que le rejet de la chair de l’animal chez les Juifs est dû « à des causes variées » et surtout « à la superstition et à la démence »6. Quoi qu’il en soit, la somme de Bochart révèle parfaitement que, pour un savant de l’époque moderne, le porc fait émerger une problématique complexe et ancienne. Et en ce qui concerne le cas précis du porc en Égypte, cela n’est pas sans jouer un certain rôle. En effet, une place bien délimitée lui avait déjà été attribuée par les auteurs grecs dans le cadre de leur vision de la religion égyptienne : celle de l’impureté, à laquelle l’associe Hérodote7.

3Accompagnant l’armée de Bonaparte en Égypte, Dominique Vivant Denon copie avec passion les monuments, contribuant par son talent et son courage à la fameuse Description de l’Égypte, qui inaugure une nouvelle ère, non seulement dans la recherche archéologique sur ce pays (recherche savante qui va devenir sous peu l’égyptologie), mais encore dans l’histoire de l’Égypte proprement dite, qui sera bouleversée par cette intrusion. Tout comme pour ses savants compagnons de voyage, la lecture des textes antiques sur l’Égypte sert de guide à Vivant Denon. Lui-même, à l’instar des Grecs, pratique l’interprétation ; ou plutôt, il se sert de l’interprétation grecque pour essayer de comprendre les figures qu’il copie sur les monuments, lettres muettes en cette fin du xviiie siècle qui n’avait pas encore percé le secret des hiéroglyphes. Fatalement, des erreurs émaillent toutes ses lectures des monuments. C’est ainsi que Vivant Denon va considérer que les représentations de la déesse Taouret (« Thouéris », être composite, hippopotame, léonine et humaine tout à la fois), vues par lui comme les images d’un monstre effrayant (ce que cette entité protectrice n’est pas fondamentalement), seraient des représentations du fameux Typhon — lequel est l’interprétation grecque de Seth — meurtrier d’Osiris et principe du mal, qui avait à ce titre largement intéressé les Hellènes (dont Plutarque). Du coup, il considère comme « temple de Typhon » des édifices qui en réalité n’ont rien à voir avec ce dernier, mais qui sont des temples « de la naissance » (les mammisis), dans lesquels l’image de Taouret est très présente. Voici ce qu’il dit de la représentation qu’il découvre dans le mammisi d’Ermant (Hermonthis), au sud de Louqsor, monument aujourd’hui détruit :

  • 8 D. Vivant Denon, Voyage dans la Basse et la Haute Égypte, 1998, p. 200. Cf. l’édition originale : P (...)

(…) La figure de Typhon ou d’un Anubis est si souvent répétée dans l’intérieur de ce temple (= Hermonthis) qu’on peut croire que ce monument lui est consacré ; il est représenté debout avec un ventre de cochon surmonté de mamelles semblables à celles des Égyptiennes d’à présent ; j’en fis un dessin8.

4Vivant Denon n’est pas totalement dans l’erreur, dans la mesure où l’entité hippopotame n’est pas sans liens, comme nous le verrons, avec la déesse Reret, dont le nom signifie « la Truie ». En revanche, la comparaison ethnographique entre l’image de l’hippopotame et « les Égyptiennes d’à présent » repose visiblement sur moins d’érudition ! On se rend compte surtout que l’association du porc (dont Vivant Denon croit reconnaître le ventre dans l’image) à un être typhonien est une donnée tirée directement de la lecture des sources grecques. Vivant Denon est dans ce cas orienté fallacieusement par ses lectures pour découvrir un porc séthien là où, en fait, il n’y en a pas.

  • 9 J.G. Wilkinson, The Manners and Customs of the Ancient Egyptians, 1837. Une édition révisée est pub (...)

5Plus jeune de sept années que Champollion, Sir John Gardner Wilkinson (1797-1875) fait partie de cette première génération d’égyptologues qui eut le privilège d’aborder le monde pharaonique nouvellement débarrassé des vieilles spéculations précédant le déchiffrement des hiéroglyphes. Dans ses Manners and Customs (dont la première édition paraît en 1837), il entreprend de dresser le portrait ethnographique de l’égyptien antique, du fellah comme du noble, en faisant jouer de façon comparatiste les observations qu’il peut tirer du monde égyptien contemporain, qu’il a l’heur de connaître, et les informations qu’il retire de la lecture des monuments anciens (le titre programmatique de son œuvre est éloquent)9. On lit chez lui les premières observations de l’égyptologie moderne sur le porc en Égypte. Voici ce qu’il écrit du porc sauvage (ou sanglier : wild boar) :

  • 10 Wilkinson, Manners and Customs of the Ancient Egyptians, III, p. 21.

Il est remarquable que le porc sauvage (wild boar) ne soit jamais représenté parmi les animaux d’Égypte, bien qu’il soit originaire du pays — et qu’il est même mangé aujourd’hui, en dépit des interdits religieux des Musulmans, par de nombreux habitants des régions où il vit : — je ne peux fournir aucune raison pour cette omission, sauf le fait qu’il ne fréquente pas ces régions où les scènes de chasse sont représentées, étant confiné dans les zones marécageuses du nord Delta, et les rives du lac Moéris. En Thébaïde, il est inconnu ; les sculptures et les peintures de Diospolis concernent principalement les régions voisines de Haute Égypte, et les monuments du Delta et de Basse Égypte sont trop peu nombreux pour nous permettre d’affirmer qu’il y était aussi omis. L’âne sauvage, non plus, ne se rencontre pas dans ces peintures, ni en Haute ni en Basse Égypte, alors qu’il est commun dans les déserts de la Thébaïde.10

  • 11 Wilkinson, Manners and Customs, II, p. 8-9.
  • 12 Wilkinson, Manners and Customs, II, p. 181-183.
  • 13 Il semblerait que Wilkinson, comme plusieurs de ses devanciers, confondent ici les Taouret avec des (...)
  • 14 Élien, X. 16.

6Le regard sur le porc entraîne à évoquer la question de l’interdit. Interdit musulman d’une part (qui connaît des dérogations), interdit pharaonique d’autre part, lequel est relaté par la tradition antique. En somme, une longue histoire de l’impureté du porc s’écrit en Égypte, reliant, sous cet aspect seulement, la tradition islamique à la vieille loi pharaonique. Wilkinson cherche le « porc sauvage » dans les scènes figurées pharaoniques (déjà relativement bien documentées de son temps), mais ne le trouve pas : il subodore donc son absence dans l’écosystème de Haute Égypte, mais suppose sa présence dans les scènes (disparues) que la documentation de Basse Égypte pourrait fournir. Au « porc sauvage » (wild boar) s’ajoute le porc domestique (pig). Pour ce dernier, Wilkinson fonde d’emblée son jugement à partir des sources classiques (Hérodote, Plutarque, Élien sont cités) : le porc, animal de Typhon (Seth) est en Égypte « l’emblème du péché » (sin), voire du « mal » (evil)11. À l’appui de son interprétation, Wilkinson inclut un tableau (Fig. 1) réunissant, pour la première fois, plusieurs images (considérablement stylisées) de ces porcs « rarement vus » dans les scènes peintes ou gravées (voir ci-dessous chapitre V). La raison de cette carence iconographique du porc résulterait de l’« horreur » qu’en avaient les anciens Égyptiens12 ; emblème de Typhon « l’Être Mauvais » (the Evil Being), l’image du porc dans les scènes « sacrées » ou dans les tombes serait celle des êtres mauvais réincarnés en un principe impur13. Toutefois, malgré cette détestation religieuse, Wilkinson reconnaît que le porc servait à l’agriculture, notamment en enfouissant les grains et en protégeant les récoltes des oiseaux (une idée placée par Wilkinson sous l’autorité d’Eudoxe, via Élien)14.

Fig. 1. Porcs dans les scènes agricoles (d’après Wilkinson, Manners and Customs, III, p. 34)

  • 15 Livre des Portes scène 33 ; cf. C. Manassa, RdE 57, 2006, p. 109-150 ; pour la discussion de cette (...)

7Avec l’exploration des richesses archéologiques, de nouvelles images surgissent, comme celle du tableau illustrant notamment plusieurs versions du Livre des Portes (qui figure dans des tombes de la Vallée des Rois) dans lequel un porc, se tenant sur une barque, semble conduit par un singe armé d’un bâton devant le tribunal osirien15. La scène est reproduite dans le cadre de la Description de l’Égypte, et Édme François Jomard va y voir une illustration de la réincarnation :

  • 16 Description de l’Égypte, 1821, p. 157-158. Pour Horapollon, cf. Hieroglyphica, 37 : « Ce qu’ils sig (...)

Vers le haut de la peinture, on voit dans une barque la figure d’un porc ou d’un hippopotame chassé par un cynocéphale, et précédé par un autre, tous deux armés d’une verge ; et ces trois figures se dirigent en sens inverse des neuf personnages. Quand j’ai vu pour la première fois cette peinture sur place, il m’a paru que c’était l’image frappante de la transmigration des âmes dans les corps des animaux ; et quelque étude j’en ai faite depuis, j’avoue que rien ne s’est offert à mon esprit sous une couleur plus vraisemblable. Je pense qu’elle peut s’interpréter de la manière suivante ; le dieu vient de juger une âme, il l’a trouvée coupable, et il l’a condamnée à retourner sur la terre pour y habiter dans le corps d’un pourceau ou d’un hippopotame (en note : « Le pourceau était un animal immonde chez les Égyptiens ; l’hippopotame était le symbole de plusieurs vices, tels que l’ingratitude, l’injustice et la violence, et était pour ce peuple un objet d’aversion. Voy. Horapollon (…) »)16.

8Cette scène et le tableau qui l’entoure avaient d’ailleurs donné son nom à cette tombe : « la Catacombe de la métempsychose », que décrit encore M. Costaz :

  • 17 Description de l’Égypte, p. 211-212 ; cf. Cl. Traunecker, dans Henry Laurens, Charles Gillispie, Je (...)

Le dieu vient de prononcer sa sentence fatale contre un méchant ; il l’a condamné à recommencer sa vie sous la forme d’un animal immonde ; Mercure, conducteur des âmes, préside à l’exécution du jugement17.

9Le porc en tant qu’« animal immonde » est ainsi la forme promise pour la réincarnation des mauvais. Cette scène a également retenu toute l’attention de Jean-François Champollion qui, découvrant dans les hypogées thébains ce qu’il nomme « le type primordial de l’Enfer de Dante », évoque ce tableau dans sa « treizième lettre », datée du 26 mai 1829 :

  • 18 Emprunté à Hérodote, le mot désigne une barque égyptienne ; pour Court de Gébelin, la « baris » est (...)
  • 19 J.-Fr. Champollion, Lettres écrites d’Égypte et de Nubie en 1828 et 1829, 1868, p. 190 ; pour « l’E (...)

(…) on y voit le dieu Atmou assis sur son tribunal, pesant à sa balance les âmes humaines qui se présentent successivement : l’une d’elle vient d’être condamnée, on la voit ramenée sur terre dans une bari18, qui s’avance vers la porte gardée par Anubis, et conduite à grands coups de verges par des cynocéphales emblèmes de la justice céleste ; le coupable est sous la forme d’une énorme truie, au-dessus de laquelle on a gravé en grand caractère gourmandise ou gloutonnerie, sans doute le péché capital du délinquant, quelque glouton de l’époque19.

  • 20 En fait, lire « l’avaleur ».
  • 21 Cf. également, (Sous la direction de) J.-Fr. Champollion, Monuments de l’Égypte et de la Nubie, Pla (...)

10À la différence de ses prédécesseurs, Champollion — qui abandonne la théorie de la métempsychose — était désormais capable de lire la légende de l’animal, qu’il traduit par « gourmandise », « gloutonnerie »20. Ce qui va renforcer dans son esprit une partie de l’interprétation déjà énoncée par les savants de la Description de l’Égypte. En effet, Champollion fait de l’image du porc (dans lequel il voit une truie) celle du damné, le vouant par cette interprétation radicale à une condamnation bien plus grande encore que toutes celles auxquelles les Égyptiens ont pu penser, lui qui serait précisément puni pour son vice, qui lui sert de légende21(Fig. 2). Le cochon du Livre des Portes est certes un glouton ; et cette gloutonnerie n’est pas sans rapport avec le jugement négatif que les Égyptiens pouvaient porter sur l’animal, comme nous le verrons (chapitre iii). Toutefois, il ne s’agit pas tant ici du « péché de gourmandise » que d’une allusion à un mythe précis, central pour la compréhension du statut de l’animal, que Champollion ne connaissait pas encore à cette époque.

Fig. 2. La prétendue « truie gloutonne » (porc du Livre des Portes) (d’après Champollion, Monuments de l’Égypte et de la Nubie, III, 1845, pl. CCLXXII)

Une « bête malfaisante »

  • 22 Il est le fils de Charles Lenormant (1802-1859), égyptologue qui accompagnait Champollion lors de s (...)
  • 23 Notes sur un voyage en Égypte, 1870.
  • 24 Fr. Lenormant, dans Compte rendu de l’Académie des Sciences Morales et Politiques (Institut de Fran (...)
  • 25 É. Naville, Textes relatifs au mythe d’Horus recueillis dans le temple d’Edfou, 1870.
  • 26 Lenormant fonde ses observations sur les dessins publiés dans l’édition de Naville. À vrai dire, le (...)

11Dans la seconde moitié du xixe siècle, les progrès de l’égyptologie de terrain vont tendre à reléguer à l’arrière-plan le recours aux auteurs anciens pour expliquer les faits de civilisation des anciens Égyptiens. La première tentative visant à rendre compte synthétiquement et spécifiquement du statut et de l’histoire du porc en Égypte ancienne est due à François Lenormant (1837-1883)22. Helléniste de formation, il portera l’essentiel de son attention sur l’Orient ancien (il sera professeur d’archéologie à la Bibliothèque Nationale, dès 1874) ; il visite l’Égypte en 1869, et retire de cette expérience un livre regroupant une série d’observations historico-archéologiques, portant notamment sur les animaux (il s’intéresse à l’introduction du cheval et de l’âne en Égypte)23. En 1870, il présente à l’Institut de France une série de conférences portant sur l’étude des animaux domestiques, thème qui lui est cher, en s’appuyant, selon ses propres mots, sur l’archéologie et la philologie24. Lenormant met en avant les faits suivants : le porc est absent des scènes comme des textes des époques les plus anciennes de l’Ancien Empire et du Moyen Empire ; ceci est dû à « l’idée d’impureté absolue que la religion égyptienne attachait au porc sauvage et domestique » ; dès lors, les paysans devaient tuer l’animal « comme une bête malfaisante ». Cet aspect, selon Lenormant, a été reconnu à sa juste valeur par Hérodote, et l’on peut être assuré du fait que Moïse a puisé en Égypte, comme il l’a fait en ce qui concerne bien d’autres « prescriptions rituelles », l’idée de l’impureté du porc. Du côté de la symbolique égyptienne de l’animal, Lenormant relie le porc à l’hippopotame, et aussi à la « Grande Dévoreuse de l’Enfer », qui serait une truie punissant les damnés. Dans les planches des scènes du temple ptolémaïque d’Edfou, nouvellement publiées par Édouard Naville25, Lenormant observe la substitution de l’image du porc à celle de l’hippopotame représentant le dieu Seth / Typhon26 ; ces scènes rendent compte du massacre de l’animal décrit par Hérodote, lors des fêtes « à la Lune et à Dionysos ». Lenormant conclut de la manière suivante son exposé :

  • 27 Lenormant, dans Compte rendu de l’Académie des Sciences Morales et Politiques (Institut de France) (...)

L’idée d’impureté que la religion attachait ainsi au porc chez les anciens Égyptiens explique pourquoi cet animal ne fut pas réduit en domesticité ni élevé par eux pendant toute la durée des âges primitifs, où leur civilisation avait son caractère le plus original et le plus à part, sans aucune des influences étrangères qui commencèrent à agir au temps des conquêtes asiatiques de la XVIIIe et de la XIXe dynastie ; pourquoi aussi le sanglier, indigène dans une portion de leur pays, ne fut jamais considéré par eux comme un gibier noble, représenté sur les monuments. Nous avons peut être trop insisté sur cette question qui n’intéresse que bien peu la zoologie, appartenant plutôt au domaine de l’archéologie pure. Il nous a paru cependant assez curieux de montrer l’origine de la prescription relative à l’impureté de la viande de porc, qui, adoptée dans la loi mosaïque, a passé de là dans l’islamisme, lequel la maintient encore en vigueur dans un grand nombre de peuples27.

  • 28 Lenormant, o.c., p. 952-956.

12Dans une seconde communication28, également prononcée à l’Institut de France, Lenormant entreprend d’examiner l’histoire du porc égyptien après le Nouvel Empire. Nous avons vu qu’il pensait que si le sanglier était un autochtone de la vallée du Nil, méprisé pour les raisons religieuses que nous venons de rappeler, le destin du porc domestique avait été sensiblement différent. Dans les tombes de Gournah de la XVIIIe dynastie, il observe les quelques timides apparitions iconographiques du porc, désormais domestiqué ; puis à l’époque ramesside, une nouvelle spéculation théologique fait état d’une constellation céleste nommée « La Truie ». Dès cette époque, le porc égyptien se présente sous l’aspect d’un animal plutôt menu, rappelant selon lui le « cochon de Siam » et le cochon « grec », c’est-à-dire celui couramment offert en sacrifice à Déméter, parfois représenté comme un animal au pelage plus dru, ce dont la figure publiée par Wilkinson (ci-dessus Fig. 1) que cite Lenormant, donne bonne idée. Cela dit, pour l’auteur, ces porcs sont des importations :

  • 29 En ce qui concerne ces prétendues « minutieuses purifications », le texte d’Hérodote dit seulement (...)
  • 30 Lenormant, o.c., p. 953.

(…) le porc doit être classé, comme le cheval, au nombre des animaux domestiques qui furent introduits de l’Asie dans ce pays avec l’invasion des Pasteurs, et qui se naturalisèrent sur les rives du Nil pendant la domination des étrangers venus par le désert de Syrie (…) ce n’était évidemment pas à l’usage de la population de race proprement égyptienne, puisqu’il leur était interdit par la religion de manger de la viande de porc autrement que dans le sacrifice dont nous avons parlé à notre Note précédente et que tout Égyptien à qui il était arrivé de toucher seulement un cochon par hasard était obligé de se soumettre à de minutieuses purifications (Hérodote II, 4729). C’était, suivant toute apparence, pour l’usage et la nourriture des tribus de races étrangères qui étaient restées en grand nombre du temps de l’invasion sur le sol de la Basse-Égypte (… )30.

  • 31 Lenormant cite à ce propos Adolphe Pictet, Les origines indo-européennes ou les Aryas primitifs, 18 (...)
  • 32 Il n’en est rien, bien sûr. Voir ci-dessous, chapitre ii, p. 68-70 pour l’examen de ces substantifs
  • 33 Lenormant remarque ensuite que le nom sémite du porc (khazir, khanzir) signifie « celui qui retourn (...)

13Le porc attesté en Égypte serait donc essentiellement destiné à la nourriture des Sémites et des Libyens. À l’appui de cette curieuse idée, Lenormant, lecteur d’Adolphe Pictet31, invoque la philologie. Il relève à cette occasion les deux noms du porc en égyptien : « rer », qui est pour lui une onomatopée empruntée au grognement (un mot indigène, donc), et « schaau » (copte « eschô »), qui serait quant à lui un nom « curieux », découlant d’une origine étrangère32: en effet, ce nom serait à rapprocher du nom le plus répandu du cochon parmi les peuples « du rameau aryen » : le grec σὖς, ὒς, le latin sus, l’allemand Sau, l’anglais sow, etc. Le nom égyptien du porc (šꝪỉ) tout comme l’espèce la plus récente, serait donc un emprunt aux « Aryas », qui auraient domestiqué de bonne heure l’animal, et qui l’auraient ensuite transmis aux « Sémites »33. Il n’y a pas besoin de grands trésors d’érudition pour ruiner cette idée fantaisiste. En effet, sans même invoquer la phonétique, il suffirait d’avancer que le mot égyptien šꝪỉ est attesté dès le Moyen Empire (au sein du corpus des Textes des Sarcophages), une date bien trop haute donc pour supposer un emprunt à l’indo-européen. Je retiendrai seulement de cette argumentation développée par Lenormant que, pour ce dernier, le porc pose problème en Égypte, et qu’il ne peut se résoudre à le considérer comme « égyptien », lui inventant du coup une origine « aryenne » ; dans cette mesure, tout se passe comme si pour Lenormant l’interdiction juive sur la consommation de la chair de l’animal, qui serait elle-même un emprunt aux règles alimentaires égyptiennes, fonctionnait comme une résistance culturelle des peuples sémitiques contre les « Aryens » mangeurs de porc. En quelque sorte, le porc serait un marqueur de la différence, une idée qui n’est pas sans intérêt dans l’histoire de la recherche sur ce sujet.

Nouvelles idées sur une antique antipathie

  • 34 Ch.W. Goodwin, ZÄS 9, 1871, p. 144-147.
  • 35 Voir ci-dessous chapitre iii.

14Peu après l’étude de Lenormant, un court article paraît sous la plume de Charles Wycliffe Goodwin à propos du chapitre 112 du Livre des Morts, dont un passage « n’a pas encore été clairement expliqué »34. La connaissance de ce texte va se révéler cruciale pour l’appréciation de la symbolique du porc en Égypte35. En effet, dans ce passage du recueil funéraire, il est fait mention de la blessure occasionnée à l’œil d’Horus par un porc noir, présenté comme étant une manifestation du dieu Seth ; de cet événement résulterait « l’abomination » envers le porc. Pour Goodwin, qui ne s’attarde pas à ce propos, il est clair cependant que c’est l’association avec Seth qui donne au porc son caractère « typhonien ».

  • 36 E. Lefébure, Le mythe osirien. Première partie. Les Yeux d’Horus, 1874.
  • 37 Lefébure, Le mythe osirien, p. 44.

15« La religion égyptienne, qui attirait si vivement l’active curiosité de Champollion, reste peu connue quant à ses principes (…) » : par ces mots, Eugène Lefébure débute le premier volume de son Mythe osirien, consacré plus particulièrement à l’explication de la symbolique des « yeux d’Horus »36. Au cœur de cet ouvrage qui paraît en 1874, on découvre l’analyse du chapitre 112 du Livre des Morts, sur lequel l’attention avait été attirée par Goodwin. Le progrès dans la publication des différentes versions du Livre des Morts permettait déjà à cette époque d’entreprendre une analyse critique du texte en tenant compte des variantes. Il s’agissait donc de mieux comprendre la nature de cet « accident » (comme l’écrit Lefébure) qui était survenu à l’œil : c’est surtout à cela que s’intéresse l’auteur, dans son troisième chapitre intitulé « le porc dans les hiéroglyphes », où il traite de « l’origine légendaire de l’impureté du porc chez les Égyptiens »37. Lefébure confronte les sources grecques aux textes égyptiens, qui les éclairent désormais. Relisant Hérodote, et surtout Plutarque, il arrive à cette conclusion :

  • 38 C’est-à-dire (l’œil) oudjat.
  • 39 Lefébure, Le mythe osirien, p. 45.

Le traité d’Isis et Osiris nous apprend aussi qu’on n’immolait que des animaux désagréables aux dieux. On peut conclure de ces citations que le porc était, pour quelque motif, désagréable à la Lune, et que s’il est déclaré au ch. 112 l’abomination d’Horus dont il avait mis l’œil en danger, cet œil était l’ut’a38 qui représentait la lune (… )39.

  • 40 Lefébure, Le mythe osirien, p. 91.

16Pourquoi, cependant, est-ce le porc qui est l’instrument de cette calamité qu’est la blessure de l’œil divin ? Pour Lefébure, l’idée que le phénomène de l’éclipse est dû à un monstre cosmique se retrouve chez de nombreux peuples « très anciens » ; ainsi les Chinois (chez qui le responsable est un dragon). Il s’agit d’une figure mythologique quasi universelle ; un « monstre hostile à la lumière ». Dans les hymnes védiques, le sanglier est la forme prise par le « nuage ennemi du jour », et c’est aussi sous cette forme que peut se présenter Rudra « dieu des tempêtes » ; de même cet Ase scandinave « à cheval sur un sanglier » ; ou encore le sanglier meurtrier de la mythologie, cet animal contre lequel luttent tant de héros (Adonis, Thésée, Ulysse, Hercule, etc.)40. L’Égypte n’est pas oubliée dans cette mythologie universelle de l’adversaire monstrueux :

  • 41 « Abominable ».
  • 42 Lefébure, Le mythe osirien, p. 50.

(…) la forme adoptée fut celle du pourceau, bête vorace, et emblème ordinaire de l’impureté, de la gloutonnerie, et de toutes les passions basses qu’Horapollon (II, 37) désigne par le mot ἐξώλης41. Animalum hoc maxime brutum, dit Pline (VIII, 87), animumque ei pro sale datum non illepide existimabatur. La couleur noire lui a été attribuée pour peindre la noirceur de l’éclipse42.

17C’est ainsi que la bête immonde fut choisie pour être l’objet d’une nouvelle accusation : le porc est coupable d’une catastrophe cosmique — l’éclipse lunaire — , menaçant la stabilité de la marche du cosmos :

  • 43 Lefébure, Le mythe osirien, p. 91-93.

La laideur, l’irascibilité et la voracité grossière du porc, imitant en quelque sorte l’allure des fléaux naturels, le prédestinaient à devenir leur image. De là vint en Égypte l’horreur qu’il inspirait, et qui se traduisait par la défense de manger sa chair, interdiction qui ne doit pas venir seulement d’un motif hygiénique, car elle était levée à des jours fériés, et d’ailleurs elle existait avec beaucoup d’autres pour lesquelles une semblable cause n’est pas admissible (…). C’est chez les Égyptiens, le peuple de l’Antiquité qui, à cause de ses habitudes graphiques, confondit le plus les animaux avec les dieux et qui fut aussi le plus religieux de tous, au dire d’Hérodote, que la haine du pourceau, répandue encore en Palestine, en Syrie, en Lybie, et suivant Hérodote (IV, 63) jusqu’en Scythie, s’accentua le plus nettement par la situation de parias faite aux porchers qui ne pouvaient ni pénétrer dans les temples, ni se marier autrement qu’entre eux ; ce sentiment de répulsion pour la bête typhonienne, qui se montrait si vif aux bords du Nil, subsiste toujours chez les peuples pour les ancêtres desquels l’Égypte fut un centre intellectuel, c’est-à-dire parmi les populations arabes, juives et abyssiniennes43.

  • 44 É. Naville, Le chapitre 112 du « Livre des Morts », 1885. Inclus également dans Études archéologiqu (...)

18C’est encore à ce même extrait du Livre des Morts que l’égyptologue genevois Édouard Naville — célèbre éditeur de ce corpus — consacre peu après une petite plaquette44 :

Ce texte bizarre (…) donne l’explication de l’antipathie que les Égyptiens éprouvaient pour le porc, antipathie qu’ils partageaient avec d’autres nations et en particulier les Israélites. La raison en est que le porc est un animal typhonien considéré comme l’un des emblèmes de Set (sic). Mais, chose curieuse, tandis que d’autres animaux réputés impurs étaient représentés sur les monuments, et même sur les murailles des temples, tandis que nous rencontrons souvent le crocodile et l’hippopotame, nous ne voyons presque jamais le porc. L’aversion pour cet animal paraît avoir été générale. Il semblerait même à en juger par la rareté des représentations que la simple vue du porc était odieuse, qu’elle passait pour avoir une influence nuisible : preuve en était la mésaventure d’Horus qui pour avoir regardé un porc noir avait reçu une blessure dans l’œil.

19De surcroît, selon Naville, cet interdit général de consommation de l’animal, avait conduit les Égyptiens à substituer à la représentation du porc celle de l’hippopotame. C’est ainsi que la rareté des scènes le concernant est expliquée. Ainsi à Edfou, dans les scènes (que Naville avait lui-même publiées) représentant le sacrifice décrit comme étant celui de l’hippopotame « c’est évidemment un porc qui est la victime, quoique le bas-relief nous montre un hippopotame ». Mais ce sont surtout les scènes figurées de la « chasse à l’hippopotame » (dans les tombes privées notamment) qui révéleraient pour Naville une étrange litote picturale ; le défunt, comme Horus, doit abattre Seth, c’est-à-dire, tuer l’hippopotame :

Mais il est probable que ce n’est là que la représentation conventionnelle du divertissement moins dangereux auquel il se livrait jadis : la chasse au sanglier, qui alors, comme aujourd’hui, peuplait les marais du Fayoum et de la Basse Égypte.

20Nous touchons ici à une question intéressante de taxonomie égyptienne, dont Naville pressent qu’elle est peut-être liée à une théologie (concernant Seth), mais pour laquelle il déploie une explication difficilement soutenable. En effet, il est bien plus simple de penser que lorsque les Égyptiens représentent un hippopotame, c’est effectivement de cet animal qu’il s’agit ; en revanche, les relations entre l’hippopotame et le porc au sein de la pensée égyptienne ne sont pas sans intérêt, et il y a fort à parier que les Égyptiens les rapprochaient. Plusieurs points de l’argumentation de Naville posent donc problème : en effet, il tire de sa lecture du Livre des Morts l’idée d’un interdit général — ce qui n’est pas le cas ; il suppose un jeu de substitution iconographique pour lequel il n’apporte pas d’arguments probants ; et surtout, il ne dispose pas encore des éléments archéologiques nécessaires pour se faire une idée de la place du porc en Égypte. D’emblée, comme ses prédécesseurs, il oriente son raisonnement sur l’idée d’interdit, qu’il entreprend de penser à la lumière de la situation de l’animal dans le monde islamique ou juif.

Porc et tabou

  • 45 J.G. Frazer, Le Rameau d’Or, vol. 3, 1983, en particulier p. 213-222 ; cf. The Golden Bough, Part V (...)
  • 46 Fr.K. Movers, Die Phoenizier, I, 1841, p. 218-224.
  • 47 W.R. Smith, Lectures on the Religion of the Semites, 1894, p. 150, 153, 448.

21C’est bien à un problème d’histoire comparée des religions que nous avons affaire. Et c’est à ce titre que Sir James Frazer aborde le dossier égyptien dans son Rameau d’Or45. À vrai dire, un débat comparatiste sur la question de l’origine de l’interdit du porc avait été initié par divers anthropologues et historiens du xixe siècle. L’orientaliste et théologien Franz Karl Movers, par exemple, dans une étude sur la « religion orientale », avait quelque peu réfléchi sur la place de l’animal chez les Sémites et les Égyptiens ; mais pour comprendre ce qui se passait chez ces derniers, Movers ne travaillait encore qu’à partir des textes grecs46. Pour William Robertson Smith, c’était une « question ouverte » que de savoir si chez les « Syriens », la chair de porc était « taboue » parce que l’animal était considéré comme étant saint ou au contraire impur (holy or unclean)47. L’opinion commune des égyptologues d’alors était de penser que si le porc était l’objet d’interdits, c’était en raison de son lien avec Seth ; Frazer, quant à lui, va littéralement renverser la perspective. Selon lui, le porc est un animal « équivoque », et à ce titre il occupe chez les anciens Égyptiens la même place que chez ses voisins orientaux (en Syrie ou en Palestine) : à première vue, son impureté serait « plus évidente que sa sainteté ». Mais Frazer va se focaliser sur le texte d’Hérodote traitant du sacrifice annuel du porc « à la Lune et à Osiris », seule occasion d’en manger licitement :

  • 48 Frazer, Le Rameau d’Or, p. 213-214.

Il est difficile d’expliquer ceci, sauf par l’hypothèse que le porc était un animal sacré, que ses adorateurs mangeaient en manière de sacrement annuel. L’opinion que le porc était sacré en Égypte se trouve fortifiée par les faits mêmes qui sembleraient aux modernes prouver le contraire48.

  • 49 Manéthon fragment 81 chez Waddell, Manetho, p. 194-195 = Élien, De Natura Animalium, X, 16. Voir ch (...)

22Pour étayer son interprétation, Frazer déploie à sa manière toute une série d’observations puisées dans l’ethnologie. Un détail le frappe dans le discours sur le porc égyptien : selon Manéthon, en effet, boire du lait de porc causerait la lèpre49 ; or, pour Frazer, ce type de croyance correspond formellement à des opinions communes « chez les sauvages », de la Nouvelle-Guinée à l’Afrique, qui sont relatives à l’animal totem. La consommation de l’animal totem est réputée provoquer une maladie de peau. L’origine de ces croyances, selon Frazer, proviendrait du fait que les « sauvages » auraient remarqué que la consommation de viande « à demi putréfiée » est suivie d’éruptions cutanées ; de là, « l’horreur des Hébreux » pour la lèpre (entraînant la ségrégation des lépreux) aurait eu comme « point de départ des raisons religieuses, aussi bien que sanitaires ». La maladie est la conséquence de l’infraction à la loi du tabou. Puisant encore dans l’ethnologie, Frazer poursuit avec la contamination par le toucher (se fondant là encore, pour l’Égypte, sur Hérodote). Cette contagion est le propre du contact interdit avec l’animal sacré dans de nombreuses cultures. Ce serait donc aussi le cas en Égypte. Le porc y serait d’une « extrême sainteté, plutôt que (d’une) extrême impureté ». Au cours du temps, l’aversion l’a emporté en quelque sorte sur la vénération, et c’est de cette façon que l’animal en est venu à incarner Seth :

  • 50 Frazer, Le Rameau d’Or, p. 217.

Par conséquent, le sacrifice annuel d’un porc à Osiris, ajouté à la soi-disant hostilité de l’animal envers le dieu, tend à démontrer, d’abord, qu’à l’origine le porc était un dieu, et dernièrement qu’il était Osiris. Plus tard, quand Osiris fut devenu anthropomorphe, et qu’on eut oublié son rapport avec le porc, on commença par distinguer l’animal du dieu ; puis des mythologues, qui ne pouvaient expliquer pourquoi on tuait une bête associée au culte d’un dieu, sinon parce que cette bête était l’ennemie du dieu, opposèrent le porc à Osiris50.

  • 51 W.R. Smith, Lectures on the Religion of the Semites, en particulier p. 361-363, pour le sacrifice d (...)

23Alors que l’animal incarnait « l’esprit des blés », son comportement en tant que ravageur des cultures céréalières a contribué à le placer dans le pôle opposé, néfaste et séthien. Au gré d’une assez remarquable fantaisie, Frazer fait donc d’Osiris un « dieu porc » (à l’instar d’Adonis). Ce scénario, qui repose bien entendu sur le mythe savant du sacrifice de l’animal totémique forgé par W. Robertson Smith51, a l’originalité indéniable d’orienter la discussion vers un aspect bénéfique de l’animal, mais au prix d’une lecture parfaitement erronée. Autant dire que ces théories sur le porc égyptien n’eurent pour ainsi dire aucun écho dans la recherche.

Un étrange animal

  • 52 G. Daressy, BIFAO 13, 1917, p. 77-92.

24Revenons à présent du côté de l’égyptologie. Les progrès de cette discipline, à la suite des avancées de la philologie et aux missions archéologiques intensives menées depuis la seconde moitié du xixe siècle, permettaient aux chercheurs actifs au début du xxe siècle d’avoir déjà en mains une documentation considérable, à même d’être comprise et de donner un aperçu du porc en Égypte fondé sur des sources précises. La discussion sur le lien entre le porc et Seth va progresser considérablement à la suite de différentes études abordant la question de la relation du porc et de « l’animal de Seth », l’animal-sha. Georges Daressy, en 191752, rappelle d’emblée que ses prédécesseurs ont reconnu successivement dans cette étrange bestiole qui un oryx, qui un lévrier, qui un okapi, qui un oryctérope. Aucune de ces créatures ne semble correspondre à ses yeux à la « bête typhonienne », liée à Seth, tantôt « le Mal absolu », tantôt le dieu redoutable « allié du Soleil ». L’âne, qui est aussi associé au dieu, n’est pas susceptible pour Daressy d’être le prototype de l’animal-sha. En revanche, du côté des suidés, c’est une autre affaire. En effet, l’anecdote mythologique du chapitre 112 du Livre des Morts (sur laquelle Naville s’était arrêté, voir supra) révèle un sinistre « porc noir » responsable de la blessure de l’œil horien. Cet animal serait plus précisément le sanglier (et non le cochon domestique) :

  • 53 Daressy, o.c., p. 89.

L’idée que je voudrais soumettre est que le sanglier est le véritable animal réprouvé. La malfaisance de cette bête dangereuse, farouche, destructrice des récoltes, la rendait bien digne de symboliser le génie du mal et toutes les sensations douloureuses ; mais vu l’influence de son seul aspect on avait décidé de lui substituer dans les représentations un animal dont tous les caractères seraient juste l’inverse de ceux du Sus scrofa53.

25À l’appui de cette analyse, Daressy fournit un tableau, illustrant structurellement « l’opposition absolue » entre le sanglier et l’animal-sha (Fig. 3). L’animal-sha serait bel et bien une créature imaginaire, qui procèderait pour Daressy d’une inversion du porc sauvage. De cette manière, sa représentation n’était pas susceptible de causer du tort à Horus, lequel ne saurait souffrir ne serait-ce que la vue du sinistre sanglier noir.

Fig. 3. « L’opposition » entre le sanglier et l’animal-sha selon G. Daressy (d’après Daressy, BIFAO 13, 1917, p. 89)

  • 54 P.E. Newberry, JEA 14, 1928, p. 211-225.
  • 55 Cf. infra chapitre ii pour la discussion relative à cette créature.
  • 56 Il ressemblerait précisément non pas à sus scrofa (le « porc noir » de Daressy), mais à une espèce (...)
  • 57 Newberry, o.c., p. 219.
  • 58 Newberry, o.c., p. 224.
  • 59 Newberry, o.c., p. 213.

26La piste menant de l’animal-sha au porc est à nouveau examinée par Percy Newberry, qui consacre, en 1928, une étude fondatrice pour la compréhension du cochon en Égypte ancienne54. En effet, à la différence de Daressy, il appuie son raisonnement sur l’observation des données iconographiques et archéologiques. À ce titre, l’étude de Newberry mérite de figurer encore aujourd’hui dans le dossier scientifiquement exploitable pour la compréhension de l’animal en Égypte (notamment en ce qui concerne l’utile état de la question sur les théories anciennes relatives à la domestication des suidés dans le Proche-Orient). Je ne m’arrêterai ici que sur les aspects interprétatifs de cette contribution. Partant d’un examen zoologique visant à déterminer quelle espèce recouvre la dénomination égyptienne du porc (šꝪỉ), Newberry propose un rapprochement avec « l’animal cultuel » (cult-animal) du dieu Seth, l’animal-sha55. Pour Newberry, cet animal étrange serait représenté à l’image d’un porc semi-sauvage (feral pig, qu’il distingue du wild boar)56, dont l’agilité et l’aspect gracile n’est pas sans rappeler quelque canidé, par exemple le « Greyhound Pig » connu en Irlande. Fin analyste des mœurs et du comportement des cochons (Newberry rappelle au passage qu’il en a observé à loisir des centaines dans sa ferme du Kent)57, il s’ingénie toutefois à vouloir absolument montrer que l’animal-sha, un hybride fantastique, qui n’est certes pas sans liens avec le porc sauvage, est un porc (« a pig of some kind »58). Il ne peut évidemment fournir d’arguments pour rendre compte du fait que les Égyptiens les distinguent soigneusement dans l’iconographie. Obnubilé par l’improbable identité zoologique d’un animal fantastique, Newberry ne s’attarde pas vraiment sur la théologie égyptienne du porc. À ce sujet, ne souhaitant pas, semble-t-il, se distinguer de ses prédécesseurs anthropologues britanniques, il reconnaît qu’il s’agit d’un « animal sacré » : il constate dans la bête cette sacralité bipolaire mise en avant par W. Robertson Smith (holiness / uncleanness)59, que son lien avec Seth, qu’il incarne, justifie.

Le porc dans le bestiaire des égyptologues

27À partir des années 1920-1930, l’égyptologie, à l’instar d’autres disciplines, tend à se dégager progressivement des systèmes d’interprétation hérités de l’anthropologie et de l’histoire des religions du xixe siècle. Dès lors, les études scientifiques sur le porc en Égypte n’appartiennent plus tant à l’historiographie parfois anecdotique de la discipline, que je viens de parcourir cavalièrement, mais s’inscrivent dans une chaîne différente, les reliant à l’époque contemporaine. Nous aurons à plusieurs reprises l’occasion d’y revenir dans le cadre de ce livre. Je me contenterai pour l’instant de donner un rapide aperçu bibliographique.

  • 60 L. Keimer, CdÉ X, 1935, p. 26-33 ; Id. : BIÉ 19, 1936-1937, p. 147-156 ; Id. : BSAC IX, 1943, p. 94 (...)

28Parmi les études notoires sur le porc, il faut mentionner plusieurs travaux écrits par l’égyptologue féru d’ethnologie (il étudie notamment les tatouages et la musique) et de zoologie (il se consacre aux serpents, aux ânes, etc.) qu’était Ludwig Keimer, plein de finesse dans ses travaux et doté d’un sens de l’observation affuté. Keimer s’établit en Égypte à la fin des années trente, pour y demeurer, s’étant même fait naturaliser égyptien, jusqu’à sa mort (en 1957)60 :

  • 61 Keimer, BIÉ 19, 1936-1937, p. 147-148.

Pour ce qui concerne le porc dans l’Égypte ancienne (et nous prenons ici le mot dans le sens général, c’est-à-dire comme désignant à la fois le sanglier et le porc domestique), cet animal constitue pour nous un cas tout à fait particulier : il a de tout temps existé en Égypte, mais on l’y a toujours eu en aversion. Je crois que l’on a jamais clairement insisté sur l’existence du porc en Égypte depuis les temps les plus reculés et cela pour deux raisons : les égyptologues dans les rares occasions où ils se sont occupés de pareilles questions, n’ont jamais bien compris le rôle qu’a jadis joué ce pachyderme dans la vallée du Nil, tandis que les naturalistes ont très peu étudié la faune de l’Égypte ancienne et spécialement en ce qui concerne le porc aucun naturaliste n’a, autant que je sache, publié un travail d’ensemble sur cet animal61.

  • 62 Keimer se base notamment sur les travaux de Cl. Gaillard, Contribution à l’étude de la faune préhis (...)
  • 63 Dans une autre étude sur le « sanglier égyptien » (CdÉ X, 1935, p. 26-33), Keimer se penche essenti (...)

29Ludwig Keimer va, pour la première fois, insister sur l’apport de l’examen archéologique des restes osseux de l’animal, qui serait seul à même de prouver son importance dans l’alimentation humaine. Un bref parcours du matériel à disposition suffit à montrer que l’animal fut consommé durant toute l’histoire égyptienne, depuis le néolithique. Une constatation d’importance. L’examen des restes osseux comme de l’iconographie, permet de montrer clairement que deux espèces en tous cas sont connues en Égypte62, Sus scrofa ferus (le sanglier européen, ou, pour Keimer, « sanglier europo-égyptien »), dont le type domestiqué égyptien n’est pas une autre espèce, à distinguer soigneusement de Sus vittatus asiatique, espèce attestée anciennement en Méditerranée, qui s’engraisse beaucoup, et qui a été, comme le montre Keimer, sûrement introduite en Égypte par les Grecs puis les Romains. C’est donc cette variété de porc grassouillet qui est bien attestée notamment dans l’iconographie (surtout par les terres cuites), bien différente en apparence du porc égyptien, plus élancé et haut sur pattes. Cela posé, Keimer ne s’intéresse pas aux faits de religion, et il n’aborde pas la question du « tabou » portant sur l’animal, se contentant de remarquer que le porc était malgré tout consommé63.

  • 64 J. Vandier d’Abbadie, ASAE 40, 1940, p. 467-488, en particulier p. 481-488. Pour la discussion de c (...)
  • 65 P. Montet, Kêmi 11, 1950, p. 85-116 (spéc. p. 93-94).
  • 66 R. De Vaux, dans Von Ugarit nach Qumran (Fest. O. Eissfeldt), 1961, p. 250-265.
  • 67 Pour ce qui concerne plus spécialement l’époque gréco-romaine, cf. J. Bergman, Boreas 6, 1974, p. 8 (...)
  • 68 H.M. Hecker, JARCE 19, 1982, p. 59-71.
  • 69 R.J. Miller, JEA 76, 1990, p. 124-140.
  • 70 R. Lobban, dans International Journal of Middle East Studies, 26/1, 1994, p. 57-75 ; également, Id. (...)
  • 71 Exposé pertinent de la problématique et des sources chez W. Darby, P. Ghalioungui & L.Grivetti, Foo (...)
  • 72 M.N. Sarr, I-Medjat 2, 2008, p. 20-23 ; M. Loth, dans Ägypten. ein Tempel der Tiere, 2006, p. 42-44
  • 73 S. Pernigotti, dans L’alimentazione nell’ antichità, 1985, p. 149-166.
  • 74 H. Te Velde, Studia Aegyptiaca XIV, 1992, p. 571-578.
  • 75 J.-C. Moreno Garcia, RdE 50, 1990, p. 241-257 ; Id., JESHO 44/4, 2001, p. 411-450.
  • 76 P. Vernus, s.v. « Porc », dans P. Vernus & J. Yoyotte, Bestiaire des Pharaons, 2005.
  • 77 P. Vernus, dans « Parcourir l’éternité ». Hommages à Jean Yoyotte, 2012, p. 1059-1074.
  • 78 Fra. Pérez Vásquez, El cerdo en el antiguo Egipto, 2005.
  • 79 A.H. el-Huseny, Die Inkonsequente Tabuiesierung von Sus scrofa Linnaeus, 1758, im alten Ägypten : s (...)

30Quelques années après les travaux de Ludwig Keimer sur le porc, Jeanne Vandier d’Abbadie consacre quelques pages à l’animal — reprenant largement les constatations du savant germano-égyptien — à propos d’un ostracon figuré de Deir el-Médineh, une documentation dont elle s’était fait une spécialité64. En ce qui concerne la question du statut culturel du porc, elle l’envisage en termes de « disgrâce ». Pour Pierre Montet également, le cochon ne doit être envisagé que sous l’angle de cette mise à l’écart religieuse qu’est le bwt, « la chose interdite »65. La question du statut rituel du porc en Palestine, de son sacrifice occasionnel, est l’objet d’une petite étude du Père Roland de Vaux, dans laquelle il aborde l’Égypte et la Grèce, en passant par la Syrie, Ugarit, les Phéniciens, etc66. L’exemple égyptien, parcouru transversalement et avec prudence par le savant dominicain, lui révèle le porc séthien, ennemi d’Horus, et possiblement sacrifié comme « animal ennemi ». Associé à tous les autres exemples orientaux, ce rôle néfaste confirme pour De Vaux que le porc est, essentiellement, un « animal démoniaque ». « Chtonien » en Grèce, il serait du coup également « infernal », à l’instar de ce porc chassé par la Lamaštu mésopotamienne. Cela l’amène à envisager sous cet angle l’interdit alimentaire formulé dans le Lévitique (11.7) et le Deutéronome (14.8). L’interdit juif — pour lequel les textes bibliques ne donnent pas de « raisons suffisantes » —, découlerait d’un interdit pré-israélite, commun aux différents peuples de l’Orient ancien, dont la signification première serait religieuse, une signification qui se serait perdue. L’origine ou les motivations de l’interdit juif est certainement une question complexe — que les Grecs se posaient déjà — et qui ne va pas cesser de faire l’objet de discussions non seulement chez les biblistes, mais aussi chez les anthropologues. Chez les égyptologues, il s’agissait encore de tenir compte des données archéologiques et économiques, d’explorer la documentation iconographique, et de mettre en lumière les aspects négligés par la recherche sur la valeur symbolique de l’animal67. En ce qui concerne l’aspect socio-économique, plusieurs études vont contribuer à établir nettement ce que Keimer avait déjà signalé : quoi qu’il en soit des éventuels « interdits », le porc est effectivement un animal largement consommé en Égypte ancienne. L’étude fondamentale, du point de vue de l’archéozoologie, est celle de Howard Hecker68. Les aspects écologiques de l’élevage du porc en Égypte ont été présentés par Robert Miller69. Il y a quelques années, Richard Lobban a traité à différentes reprises du porc en Égypte, interprétant l’ensemble du dossier dans le cadre d’une théorie contestable sur l’origine des « tabous » alimentaires70. Le porc a souvent fait l’objet de notices dans des encyclopédies, dans des ouvrages plus généraux sur les animaux domestiques ou l’alimentation71, et dans quelques contributions synthétiques72. On remarquera particulièrement l’étude de Sergio Pernigotti73, qui expose l’essentiel de la problématique soulevée par l’animal. L’étude la plus poussée sur la place de l’animal dans la religion et la mythologie est celle de Herman Te Velde74. Juan-Carlos Moreno-Garcia s’est interrogé sur la place du porc dans l’économie rurale75. Il propose, dans ce cadre, une réflexion sur la place de l’animal dans l’alimentation, et les raisons éventuelles de son rejet et du dédain dont il fait l’objet dans la religion. Il y a peu, Pascal Vernus a écrit sur l’animal une excellente notice dans la somme d’érudition encyclopédique qu’est le vaste « Bestiaire » qu’il a cosigné avec Jean Yoyotte76. Le même auteur a publié dernièrement une enquête mettant parfaitement en lumière le rôle du porc dans les sacrifices77. Une monographie (en espagnol) sur le cochon en Égypte a été récemment écrite par Francisco Pérez Vásquez78. Enfin, Abdel-Hamid el-Huseny a consacré au sujet une vaste étude (en allemand), qui aborde de façon large la documentation archéologique et textuelle79. Il serait trop long et malaisé de détailler ici les positions de chacun, notamment sur les questions qui m’importent le plus, autour des interdits et du statut de l’animal dans l’idéologie. Je discuterai plus particulièrement des différentes opinions exprimées par ces auteurs dont je viens de faire le rappel, et d’autres encore, dans le cours du présent livre, lorsque l’occasion se présentera. Au-delà des divergences ou des convergences d’analyses ou d’avis, c’est grâce à ces nombreuses études que mon travail a pu se bâtir sur des bases documentaires déjà largement défrichées.

Notes

1 Voir ci-dessus : p. 15-17.

2 Sur le regard de la Grèce porté sur l’Égypte, et sa place dans la structure de la mémoire en Occident, voir J. Assmann, L’Égypte ancienne entre mémoire et science, 2009, p. 13-31.

3 S. Bochart, Hierozoicon sive bipartitum opus de animalibus sacrae scripturae, Pars Prior (…), 1663, livre I, chap. lvii, p. 695-710, s.v. « De Suibus & Siliquis ».

4 Bochart, Hierozoicon, p. 695.

5 « Rien n’est immonde dans la nature », car, poursuit-il, tout ce que Dieu a créé est bon ; Bochart, Hierozoicon, p. 700.

6 Bochart, Hierozoicon, p. 701.

7 II 47-48. Voir chapitre v, p. 187-189.

8 D. Vivant Denon, Voyage dans la Basse et la Haute Égypte, 1998, p. 200. Cf. l’édition originale : Paris, Didot, An X (1802), p. 121 et n° 4, pl. CXX (et commentaire p. 294, où son interprétation varie quelque peu : « génie bien ou mal faisant… un gros ventre et de longues mamelles donnant ou retenant l’abondance »). Cf. Description de l’Égypte, A, vol. I, pl. 95 n° 8 (mammisi d’Ermant).

9 J.G. Wilkinson, The Manners and Customs of the Ancient Egyptians, 1837. Une édition révisée est publiée par Samuel Birch (3 vols.), en 1878.

10 Wilkinson, Manners and Customs of the Ancient Egyptians, III, p. 21.

11 Wilkinson, Manners and Customs, II, p. 8-9.

12 Wilkinson, Manners and Customs, II, p. 181-183.

13 Il semblerait que Wilkinson, comme plusieurs de ses devanciers, confondent ici les Taouret avec des représentations d’êtres typhoniens et mauvais. Son interprétation de la réincarnation en Égypte est également erronée, et est probablement plus ou moins analogue à celle de Champollion, cf. infra.

14 Élien, X. 16.

15 Livre des Portes scène 33 ; cf. C. Manassa, RdE 57, 2006, p. 109-150 ; pour la discussion de cette scène (dans laquelle le porc est certainement une forme de Seth), voir ci-dessous, chapitre iii. p. 118-126.

16 Description de l’Égypte, 1821, p. 157-158. Pour Horapollon, cf. Hieroglyphica, 37 : « Ce qu’ils signifient en dessinant un porc. Lorsqu’ils veulent signifier un homme corrompu, ils peignent un porc, parce que le porc a une nature de cette sorte ».

17 Description de l’Égypte, p. 211-212 ; cf. Cl. Traunecker, dans Henry Laurens, Charles Gillispie, Jean-Claude Golvin & Claude Traunecker, L’expédition d’Égypte 1789-1801, p. 368 (et note 156).

18 Emprunté à Hérodote, le mot désigne une barque égyptienne ; pour Court de Gébelin, la « baris » est la barque d’Isis, qui donnera son nom à la ville de Paris. Cf. J. Baltrušaitis, La quête d’Isis, p. 21-22.

19 J.-Fr. Champollion, Lettres écrites d’Égypte et de Nubie en 1828 et 1829, 1868, p. 190 ; pour « l’Enfer de Dante », cf. p. 192.

20 En fait, lire « l’avaleur ».

21 Cf. également, (Sous la direction de) J.-Fr. Champollion, Monuments de l’Égypte et de la Nubie, Planches, III, 1845, pl. CCLXXII : « scène copiée dans le tombeau de Rhamsès V » ; légende (p. 4) : « grande scène du jugement (…) Les âmes coupables sont renvoyées sur la terre sous la forme des animaux qui sont les symboles des divers péchés : la truie qui figure dans cette scène est celui de la gloutonnerie ». L’animal est un porc, et non une truie, le dessin des mamelles est erroné.

22 Il est le fils de Charles Lenormant (1802-1859), égyptologue qui accompagnait Champollion lors de son voyage en Égypte de 1828.

23 Notes sur un voyage en Égypte, 1870.

24 Fr. Lenormant, dans Compte rendu de l’Académie des Sciences Morales et Politiques (Institut de France) 71, 1870, p. 849-852.

25 É. Naville, Textes relatifs au mythe d’Horus recueillis dans le temple d’Edfou, 1870.

26 Lenormant fonde ses observations sur les dessins publiés dans l’édition de Naville. À vrai dire, le monstre séthien représenté à Edfou est une forme hippopotame, et non porcine.

27 Lenormant, dans Compte rendu de l’Académie des Sciences Morales et Politiques (Institut de France) 71, 1870, p. 852.

28 Lenormant, o.c., p. 952-956.

29 En ce qui concerne ces prétendues « minutieuses purifications », le texte d’Hérodote dit seulement que celui qui touche un porc doit « aussitôt se plonger dans le fleuve tout habillé ».

30 Lenormant, o.c., p. 953.

31 Lenormant cite à ce propos Adolphe Pictet, Les origines indo-européennes ou les Aryas primitifs, 1859-1863, spéc. t. I, p. 369-375, sur la domestication du porc chez les « Aryas » dans leur premier état « pastoral ». Sur Pictet, voir M. Olender, Les langues du paradis, 1989, p. 126-141.

32 Il n’en est rien, bien sûr. Voir ci-dessous, chapitre ii, p. 68-70 pour l’examen de ces substantifs.

33 Lenormant remarque ensuite que le nom sémite du porc (khazir, khanzir) signifie « celui qui retourne (la terre) », qui fouit avec son groin. Un autre nom arabe (« ifs »), serait quant à lui aussi « d’origine aryenne » (cf. grec κάπρος, latin aper, ancien allemand ebur, epur, etc., qui seraient à rattacher au sanscrit kampra « violent ».

34 Ch.W. Goodwin, ZÄS 9, 1871, p. 144-147.

35 Voir ci-dessous chapitre iii.

36 E. Lefébure, Le mythe osirien. Première partie. Les Yeux d’Horus, 1874.

37 Lefébure, Le mythe osirien, p. 44.

38 C’est-à-dire (l’œil) oudjat.

39 Lefébure, Le mythe osirien, p. 45.

40 Lefébure, Le mythe osirien, p. 91.

41 « Abominable ».

42 Lefébure, Le mythe osirien, p. 50.

43 Lefébure, Le mythe osirien, p. 91-93.

44 É. Naville, Le chapitre 112 du « Livre des Morts », 1885. Inclus également dans Études archéologiques, linguistiques et historiques, 1885, p. 75-77.

45 J.G. Frazer, Le Rameau d’Or, vol. 3, 1983, en particulier p. 213-222 ; cf. The Golden Bough, Part V, Volume II, 1912, p. 24-39.

46 Fr.K. Movers, Die Phoenizier, I, 1841, p. 218-224.

47 W.R. Smith, Lectures on the Religion of the Semites, 1894, p. 150, 153, 448.

48 Frazer, Le Rameau d’Or, p. 213-214.

49 Manéthon fragment 81 chez Waddell, Manetho, p. 194-195 = Élien, De Natura Animalium, X, 16. Voir chapitre iii. p. 130.

50 Frazer, Le Rameau d’Or, p. 217.

51 W.R. Smith, Lectures on the Religion of the Semites, en particulier p. 361-363, pour le sacrifice du chameau totémique chez les Arabes Saracéens ; cf. notamment J. Henninger, Anthropos 50, 1955, p. 81-148 et M. Eliade, Occultisme, sorcellerie et modes culturelles, Paris, 1978, p. 14- 20 (« Repas totémiques et chameaux fabuleux »). Cf. Ph. Borgeaud, RHR 211, 1994, p. 387- 418, en particulier p. 394-396. A la même époque, Salomon Reinach pensait également (en s’inspirant du modèle de William Robertson Smith), à la nature totémique du porc chez tous les « peuples de Syrie » ; l’interdit juif, selon lui, serait analogue à une réaction de défense contre le totémisme primitif ; cf. S. Reinach, Revue des Études Juives 41, 1900, p. 144-147 ; cf. P. Birnbaum, La République et le cochon, 2013, p. 95-96.

52 G. Daressy, BIFAO 13, 1917, p. 77-92.

53 Daressy, o.c., p. 89.

54 P.E. Newberry, JEA 14, 1928, p. 211-225.

55 Cf. infra chapitre ii pour la discussion relative à cette créature.

56 Il ressemblerait précisément non pas à sus scrofa (le « porc noir » de Daressy), mais à une espèce semi-sauvage plutôt proche de sus indicus.

57 Newberry, o.c., p. 219.

58 Newberry, o.c., p. 224.

59 Newberry, o.c., p. 213.

60 L. Keimer, CdÉ X, 1935, p. 26-33 ; Id. : BIÉ 19, 1936-1937, p. 147-156 ; Id. : BSAC IX, 1943, p. 94-101. Cette dernière étude est prolongée, de façon contradictoire, par G. Michailidis, BSAC 16, 1962, p. 235-260.

61 Keimer, BIÉ 19, 1936-1937, p. 147-148.

62 Keimer se base notamment sur les travaux de Cl. Gaillard, Contribution à l’étude de la faune préhistorique de l’Égypte, 1934, en particulier p. 66 sq. ; Gaillard donne le nom de Sus scrofa aff. palustris au « Sus néolithique de Toukh » dont il a étudié les ossements trouvés sur ce site préhistorique de Haute Égypte.

63 Dans une autre étude sur le « sanglier égyptien » (CdÉ X, 1935, p. 26-33), Keimer se penche essentiellement sur l’histoire moderne de l’animal et sur celle de sa chasse, ou plutôt sur son « entrée dans l’histoire » : il semblerait en effet qu’en 1892 S.A. le prince Omar Toussoun en tua encore trois au Ouadi Natroun, dans le delta occidental ; un industriel grec établi en Égypte en abat encore un spécimen vers 1898 ; depuis, selon Keimer — déplorant cette perte et appelant à la protection de la nature sauvage — l’animal sauvage, qui causait encore beaucoup de dégâts dans les champs dans la seconde moitié du xixe siècle, ne serait plus signalé en Égypte.

64 J. Vandier d’Abbadie, ASAE 40, 1940, p. 467-488, en particulier p. 481-488. Pour la discussion de cette contribution, voir infra, chapitre v. p. 178-179.

65 P. Montet, Kêmi 11, 1950, p. 85-116 (spéc. p. 93-94).

66 R. De Vaux, dans Von Ugarit nach Qumran (Fest. O. Eissfeldt), 1961, p. 250-265.

67 Pour ce qui concerne plus spécialement l’époque gréco-romaine, cf. J. Bergman, Boreas 6, 1974, p. 82-109 ; D. Bonneau, CdÉ 66, 1991, p. 330-340. Également : L. Fóti, Bulletin du Musée Hongrois des Beaux-Arts 40, 1973, p. 3-8.

68 H.M. Hecker, JARCE 19, 1982, p. 59-71.

69 R.J. Miller, JEA 76, 1990, p. 124-140.

70 R. Lobban, dans International Journal of Middle East Studies, 26/1, 1994, p. 57-75 ; également, Id., dans Ancestors for the Pig, p. 137-148. Voir ci-dessus, introduction, p. 33-34.

71 Exposé pertinent de la problématique et des sources chez W. Darby, P. Ghalioungui & L.Grivetti, Food : the Gift of Osiris, 1977, p. 171-209. Voir aussi S. Ikram, Choice Cuts, 1995, spéc. p. 29-33 ; J. Boesseneck, Die Tierwelt des alten Ägypten, 1988, spéc. p. 76-78.

72 M.N. Sarr, I-Medjat 2, 2008, p. 20-23 ; M. Loth, dans Ägypten. ein Tempel der Tiere, 2006, p. 42-44.

73 S. Pernigotti, dans L’alimentazione nell’ antichità, 1985, p. 149-166.

74 H. Te Velde, Studia Aegyptiaca XIV, 1992, p. 571-578.

75 J.-C. Moreno Garcia, RdE 50, 1990, p. 241-257 ; Id., JESHO 44/4, 2001, p. 411-450.

76 P. Vernus, s.v. « Porc », dans P. Vernus & J. Yoyotte, Bestiaire des Pharaons, 2005.

77 P. Vernus, dans « Parcourir l’éternité ». Hommages à Jean Yoyotte, 2012, p. 1059-1074.

78 Fra. Pérez Vásquez, El cerdo en el antiguo Egipto, 2005.

79 A.H. el-Huseny, Die Inkonsequente Tabuiesierung von Sus scrofa Linnaeus, 1758, im alten Ägypten : seine ökonomische und religiöse Bedeutung, 2006. Je n’ai malheureusement pas pu me procurer ce volume, épuisé, indisponible auprès de l’éditeur, et qui ne figurait pas non plus dans les bibliothèques scientifiques auxquelles j’ai accès. Ayant néanmoins pu prendre connaissance d’extraits significatifs et de la table des matières, je constate qu’il s’agit d’un important travail documentaire. L’auteur, après avoir parcouru l’essentiel des sources, qu’il classe thématiquement, pose en conclusion de son examen (p. 406 sq.), qu’un « tabou » général sur la chair du porc est invraisemblable en Égypte, conclusion que je partage totalement.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Porcs dans les scènes agricoles (d’après Wilkinson, Manners and Customs, III, p. 34)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8282/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 2. La prétendue « truie gloutonne » (porc du Livre des Portes) (d’après Champollion, Monuments de l’Égypte et de la Nubie, III, 1845, pl. CCLXXII)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8282/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Fig. 3. « L’opposition » entre le sanglier et l’animal-sha selon G. Daressy (d’après Daressy, BIFAO 13, 1917, p. 89)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/8282/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

© Presses universitaires de Liège, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search