Version classiqueVersion mobile

Le porc en Égypte ancienne

 | 
Youri Volokhine

Transcription des termes anciens égyptiens

Texte intégral

1L’égyptien hiéroglyphique est noté en écriture moderne par un système de translitération phonétique. Ces notations peuvent à première vue dérouter le lecteur qui n’est pas familier avec la littérature égyptologique ; néanmoins, étant donné que les règles en sont fort simples, j’ai choisi d’utiliser ce système dans ce travail, par souci d’exactitude.

2Les caractères spéciaux, dont la prononciation est particulière, sont les suivants :

aleph |a|
âyn |â| « coup de glotte »
yod |i|
y double yod |y|
w waw |ou|
h « pointé » |h| aspiré
h « rond » |kh| comme dans « lachen » (allemand).
h « souligné » |kh| comme dans « ich » (allemand)
š chin |ch| comme dans « chat »
qof |q| comme dans « coq »
tch |tch| comme dans « tchèque »
dj |dj| comme dans « Djamel »

3Pour prononcer les translitérations, il s’agit en outre de restituer un « e » muet entre les consonnes lorsque cela est nécessaire. Exemples de prononciation :

4 rr : | rer | (le porc)

5 šꝪỉ : | chaï | (le porc)

6 šꝪỉ km : | chaï kem | (le porc noir)

7 ḥḏ : | hedj | (blanc, clair)

8 nṯr : | netcher | (le dieu)

9 Ꜥm n.f ỉb.f | am enef ibef | (« Il avala son cœur »)

10 ḫpr bwt šꝪ pw n ḥr | khéper bout cha pou en Her | (« c’est ainsi qu’advint

11l’interdit du porc pour Horus »)

12On trouvera un utile résumé de la langue égyptienne dans son évolution et de son système d’écriture hiéroglyphique dans Michel Malaise et Jean Winand, Grammaire raisonnée de l’égyptien classique, Liège, 1999, p. 1-50.

© Presses universitaires de Liège, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search