Version classiqueVersion mobile

Le Bestiaire d’Héraclès

 | 
Corinne Bonnet
, 
Colette Jourdain-Annequin
, 
Vinciane Pirenne-Delforge

Héraclès, pourfendeur de dragons1 (Pl. II-IV)

Édith Gilis et Annie Verbanck-Piérard

Texte intégral

Il y a dragons et dragons

  • 1 Abréviations : LIMC = Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae. L’abréviation LIMC directement (...)

1En guise d’introduction, il n’est peut-être pas inutile de rappeler que le concept de « dragon » dans la pensée occidentale – concept global se référant à un monstre fabuleux, cracheur de feu, d’aspect reptilien, avec pattes et griffes de lion, ailes d’aigle et queue de serpent ou de saurien – ne connaît pas, dans les textes et l’iconographie de la Grèce antique, d’équivalent exact, mais correspond en fait à deux catégories véritablement distinctes :

2• d’une part, un premier bestiaire se référant au monde terrestre et englobant diverses espèces de serpents, réels ou fabuleux.

  • 1 P. Chantraine, Dict, étymologique de la langue grecque, Paris, 1968, s.v. δέρκομαι, p. 264-265.
  • 2 L. Bodson, ‘ΙΕΡΑ ΖΩΙΑ. Contribution à l’étude de la place de l’animal dans la religion grecque anci (...)

3Plusieurs termes grecs les désignent, principalement ὄφις ou encore δράκων. Or, précisément, dans le substantif δράκων se retrouve la racine de δέρκομαι, étymologie révélatrice1, puisqu’elle implique déjà la notion fondamentale de regard perçant, étincelant, et annonce la lointaine dérivation du mot dragon, qui se spécialisera dans le sens de « monstre fabuleux et redoutable ». Toutefois, à l’époque grecque classique, c’est bien de simples ophidiens qu’il s’agit, animaux chthoniens par excellence2.

  • 3 J. Boardman, The Ketos in India, in L. Kahil et al. Iconographie classique et identités régionales (...)

4• d’autre part, un second ensemble, directement lié à la faune marine, comprenant toutes les variétés de κήτη, c’est-à-dire de gros animaux aquatiques, soit existants (baleines, phoques,…), soit imaginaires, tels les compagnons familiers des Néréides, ou encore les horribles créatures surgissant des flots pour dévorer de belles princesses3

  • 4 À ce sujet : A. Verbanck-Pierard, Sur la piste des dragons antiques, in C. Sterckx (éd.), Dragons, (...)

5Que ce soit sur le plan sémantique ou dans l’imagerie, la confusion entre ces deux groupes zoologiques ne s’observe guère dans les sources gréco-romaines et il nous paraît prudent de respecter a priori cette spécificité antique4.

6Cet article n’abordera pas le sujet d’Héraclès éliminant les monstres marins. Il se limitera à observer différentes attestations, littéraires et iconographiques, de mise en présence d’Héraclès face aux serpents, aux « dragons » dans le sens le plus étymologique du terme. En bonne logique, le titre de cette contribution devrait donc être compris comme « Héraclès, pourfendeur de serpents ». Sans retenir ici tous les monstres serpentiformes ou anguipèdes, nous inclurons toutefois l’Hydre de Lerne dans cette catégorie. Elle ne surgit pas des profondeurs de la mer, elle rampe dans les marais de Lerne. Animal chthonien, ce serpent monstrueux est, nous le verrons, l’antithèse du drakôn du verger céleste.

  • 5 Bodson, supra n. 2.

7L’étude même de l’ambiguïté des fonctions attribuées au serpent, animal à la fois bénéfique et maléfique, redouté et salutaire, proche du surnaturel et titulaire d’immortalité, présente pour la compréhension de la religion grecque un incontestable intérêt, bien mis en évidence par L. Bodson5.

  • Les aspects bénéfiques, apotropaïques, sont couramment attestés dans les sources écrites et figurées. C’est bien connu, des serpents vénérés protègent les acropoles, décorent en épisème les boucliers hoplitiques, hantent les fontaines, soignent les blessures,… Dans les mythes les plus célèbres, ils veillent sur les trésors, les sources miraculeuses, et gardent de toute éternité les sites des futures cités ou des futurs sanctuaires.

    • 6 Le serpent donnant la mort n’est que peu attesté dans l’iconographie : Cf. LIMC, II (1984), s.v. Ar (...)

    Parfois malfaisants, ils peuvent donner la mort, ou être un agent de mort, par étouffement ou morsure, d’Eurydice à Cléopâtre6.

8Face à cette dualité de fonctions, nous nous sommes interrogées sur les rapprochements possibles entre le(s) serpent(s) et une figure aussi complexe que celle d’Héraclès. En effet, dans le cadre de ce Colloque, il nous semblait opportun que soit abordé ce sujet prometteur, non envisagé dans la suite des communications, qui traitent en priorité des comportements héracléens face à d’autres classes d’animaux, principalement les grands mammifères, sauvages ou domestiques, monstrueux ou proches de l’homme.

9De nombreuses données hétérogènes se rapportent au thème d’Héraclès et des serpents. Pour la clarté de l’exposé, nous n’avons retenu momentanément que trois ensembles propices à l’analyse :

  • Héraclès enfant étouffant les serpents

  • Héraclès et l’Hydre de Lerne

  • Héraclès et le Serpent des Hespérides, gardien des Pommes d’Or

10Nous nous proposons d’examiner les différents épisodes dans l’ordre de la carrière d’Héraclès, répartition purement formelle de la matière, qui ne préjuge pas d’un choix méthodologique particulier.

  • 7 LIMC, 2820 à 2833. Intéressante jonction avec l’iconographie d’Érichthonios : LIMC, IV – Add. (1988 (...)

11Toutefois, le texte de cette communication pourrait encore être complété ultérieurement par l’étude approfondie d’autres occurrences, non reprises pour l’instant, qui apparaissent tant dans les mentions littéraires que dans l’iconographie. Ainsi, les diverses attestations regroupées dans le LIMC, sous la rubrique Herakles fights a snake7, demeurent encore énigmatiques : allusions à un combat précis ? Ou plutôt mises en œuvre d’un schéma plus global, traduisant la maîtrise d’Héraclès sur les reptiles, thématique importante, dont nous allons à présent dégager les principaux traits.

12Un dernier point de méthode nécessite sans doute une brève mention. Si nous avons souhaité mener une double enquête, mettant en parallèle les sources littéraires et iconographiques, ce n’est certainement pas dans la perspective de retrouver dans les images une dérivation ou une illustration des œuvres des poètes et des mythographes. Point n’est besoin de rappeler que textes et représentations ont connu une évolution spécifique, répondant aux données, au répertoire et aux critères de leur genre respectif et exprimant le mythe avec leur propre code. C’est bien conscientes de cette évidence que nous avons entrepris notre double lecture du thème proposé ici, à la recherche de tendances communes entre les différents témoignages et à l’affût d’un renforcement positif et mutuel de nos observations, qui cautionnerait peu à peu les déductions formulées de part et d’autre.

1. Héraclès enfant étouffant les serpents8

1.1. Sources littéraires

  • 9 Pind., Ném., I, v. 59-88.

13• C’est au berceau qu’Héraclès accomplit son tout premier exploit : il étouffe les serpents envoyés par Héra pour le tuer. Cet épisode apparaît pour la première fois au début du ve siècle chez Pindare, dans la Première Néméenne9 :

… πειρᾶτο δὲ πρῶτον μάχας,
δισσαῖσι δοιοὺς αὐχένων
μάρψαις ἀφύκτοις χερσὶν ἑαῖς ὄφιας.
Άγχομένοις δὲ χρόνος
ψυχὰς ἀπέπνευσεν μελέων ἀφάτων.

De ses deux mains invincibles, il (Héraclès) saisit le cou des deux serpents; la durée de l’étreinte fit exhaler le dernier souffle de leurs corps gigantesques.

14Même si la lutte s’engage entre l’enfant et les serpents, Pindare ne décrit pas une scène de violence. Au contraire, cette œuvre met en valeur la force d’Héraclès et non l’aspect monstrueux des serpents. D’ailleurs Amphitryon se précipite à son aide, mais n’a pas besoin d’intervenir et ne peut qu’admirer

… ἐκνόμιον
λῆμά τε καὶ δύναμιν
υἱοῦ…
le courage et la force surhumaine de son fils.

15Le célèbre devin de Thèbes, Tirésias, intervient alors et annonce la carrière triomphale d’Héraclès agissant par le monde entier, sur terre comme sur mer, exterminant les fauves, punissant les hommes et enfin aidant les dieux à maintenir l’ordre dans l’univers. À travers cette prédiction se profile la marche grandiose du fils de Zeus à travers les épreuves vers l’immortalité et la félicité.

16• Phérécyde donne une interprétation différente de l’épisode et en fait une sorte d’ordalie antique :

  • 10 Phérécyde, 3 F 69 a Jacoby, cité par [Apollod.], Bibl., II, 4, 8.

Φερεκύδης δέ φησιν ‘Αμφιτρύωνα, βουλόμενον μαθεῖν ὁπότερος ἧν τῶν παίδων ἐκείνου, τοὺς δράκοντας εἰς τὴν εὐνὴν ἐμβαλεῖν, καὶ τοῦ μὲν ‘Iφικλέους φυγόντος τοῦ δὲ ‘Ηρακλέους ὑποστάντος μαθεῖν ἑς ‘Ιφικλῆς ἐξ αὐτοῦ γεγέννηται.
Amphitryon, voulant apprendre lequel des deux enfants était de lui, mit les serpents dans le berceau; comme Iphiclès prenait la fuite alors qu’Héraclès faisait face, il apprit qu’Iphiclès était son fils10.

17Par son attitude intrépide, Héraclès relève le défi imposé par son pseudo-père, se révélant ainsi face à tous comme le fils du plus puissant des dieux, Zeus.

  • Dans la tragédie d’Euripide, Héraclès se réveille au milieu des corps de sa femme et de ses fils. Il se lamente sur le sort qui s’acharne depuis sa tendre enfance :

  • 11 Eur., Hér., v. 1266-1268.

ἒτ’ ἐν γάλακτί τ’ ὄντι γοργωποὐς ὄφεις
ἐπεισέφρησε σπαργάνοισι τοῖς ἐμοῖς
ἡ τοῦ Διὸς σύλλεκτρος, ἑς ὀλοίμεθα.
J’étais encore à la mamelle lorsque des serpents aux yeux ardents s’introduisirent dans mon berceau, envoyés par l’épouse de Zeus pour me faire périr11.

18Euripide n’a pas besoin de détailler ce qui va suivre, le public athénien savait quel sort Héraclès allait réserver aux reptiles. De nouveau, cette évocation est un prétexte pour glorifier la puissance physique d’Héraclès; le tragique s’empresse d’ailleurs d’ajouter dans sa bouche :

  • 12 Ibid., v. 1269-1270.

ἐπεὶ δὲ σαρκὸς περιβόλαι’ ἐκτησάμην
ἡβῶντα, μόχθους οὒς ἒτλην τί δεῖ λέγειν;
Du jour où la jeunesse eut garni mon corps de muscles vigoureux, est-il besoin de dire les travaux que j’ai accomplis12 ?

  • Pour Diodore de Sicile,

ὁ δὲ παῖς οὐ καταπλαγεὶς ἑκατέρᾳ τῷν χειρῷν τὸν αὐχένα σφίγξας ἀπέπνιξε τοὺς δράκοντας
l’enfant, au lieu d’être terrifié, attrapa le cou des serpents dans chaque main et les étrangla.

19Et grâce à cet exploit, le fils de Zeus reçoit son nom :

Ήρακλέα προσηγόρευσαν, ὄτι δι’ ‘’Ηραν ἒσχε κλέος

  • 13 Diod. Sic, IV, 9, 10 (éd. CH. Oldfather, London, 1935, Loeb Classical Library).

Ils l’appelèrent Héraclès, parce qu’il a gagné la gloire grâce à Héra13.

  • Dans un souci de rationalisation, le pseudo-Apollodore précise qu’Héraclès avait huit mois lorsqu’il étrangla de ses mains deux serpents envoyés par Héra pour le tuer. Ces derniers sont qualifiés d’énormes (ὑπερμεγέθεις), mais rien de monstrueux dans leur apparence :

  • 14 [Apollod.], Bibl., II, 4, 8. (éd. J.G. Frazer, London, 1921, Loeb Classical Library).

τοῦ δὲ παιδὸς ὄντος ὀκταμηνιαίου δύο δράκοντας ὑπερμεγέθεις ‘ֹ’Ηρα ἐπὶ τὴν εὐνὴν ἒπεμψε, διαφθαρῆναι τὸ βρέφος θέλουσα. ἐπιβοωμένης δὲ ‘Αλκμὴνης ‘Αμφιτρύωνα, ‘Ηρακλῆς διαναστάς ἄγχών ἑκατέραις ταῖς χερσὶν αὐτοὺς διέφθειρε.
Lorsqu’Héraclès eut huit mois, Héra, qui voulait faire périr le nourrisson envoya vers son berceau deux énormes serpents. Alcmène appela Amphitryon à grands cris, mais Héraclès se dressa et tua les serpents en les étouffant de ses deux mains14.

    • 15 Théocr., Idylles, XXIV.

    Un auteur s’éloigne quelque peu de la ligne tracée depuis Pindare à propos du premier exploit d’Héraclès, c’est Théocrite. En effet, celui-ci, dans le chapitre qu’il consacre à l’enfance d’Héraclès, présente un combat pseudoépique entre le nourrisson et les deux dragons envoyés par Héra15. Ceux-ci sont décrits comme des monstres :

… γαστέρας ἄμφω
αἱμοβόρους ἐκὺλιον. […]
… βαρὺν δ’ ἐξέπτυον ἰόν.

  • 16 Ibid., v. 17-19.

ils traînaient tous deux sur le sol leurs ventres avides de sang; […]
ils bavaient un épais venin16.

20La lutte qui s’engage est longue et incertaine, mais Héraclès triomphe :

… ὅ δ’ ἐς πατέρ’ ‘Αμφιτρύωνα
ἑρπετὰ δεικανάασκεν, ἐπάλλετο δ’ ὑψόθι χαίρων
κουροσύνα,…

  • 17 Ibid., v. 56-58.

il montrait les serpents à son père Amphitryon, il bondissait en l’air, joyeux d’une joie enfantine17.

21Bref, entre ses mains puissantes, les corps flasques des serpents morts ne sont que de vulgaires hochets.

22Cet épisode de l’Hérakliskos chez les principaux auteurs que nous venons de parcourir est une épreuve où le jeune fils de Zeus montre une des ses qualités essentielles : une exceptionnelle vigueur physique. L’aspect agressif des serpents est réduit à sa plus simple expression. Au pire sont-ils qualifiés d’énormes. De plus, les différents auteurs ne décrivent pas de scènes violentes, à l’exception de Théocrite, qui, par sa recherche de références littéraires implicites et de contrastes rhétoriques, renforce encore davantage l’éclat de la force triomphante du bambin.

23Les serpents chargés de tuer Héraclès ne s’analysent pas ici pour eux-mêmes, ils ne servent que de faire-valoir et mettent en évidence l’énergie interne, la puissance naissante d’Héraclès, qui se démarque très jeune des autres mortels.

1.2. Sources iconographiques

  • 18 S. Woodford, The Iconography of the Infant Herakles strangling the Snakes, in F. Lissarrague, F. Th (...)

24On observe dans les images une véritable analogie de date et d’éléments constitutifs par rapport aux textes. Nous ne développerons guère ici l’étude iconographique de ce motif, si bien analysé par S. Woodford18, entre autres. Mais nous serons sensibles à l’équivalence symbolique entre versions écrites et versions figurées du mythe.

  • 19 LIMC, 1650 à 1653.
  • 20 LIMC, 1650 (vers 480).
  • 21 LIMC, 1653 (vers 460-450).

25Les plus anciens témoignages connus ne remontent pas au-delà du début du ve siècle av. J.-C. et ce sont les vases attiques qui popularisent tout d’abord l’Hérakliskos face aux serpents19. On a souvent souligné les points communs qui permettent la comparaison entre le texte de Pindare et les représentations les plus célèbres, ainsi le stamnos du Louvre (G 192), du peintre de Berlin20, ou l’hydrie de New York (Metr. Mus. 25.28), du peintre de Nausicaa21. L’épisode est reproduit sur un mode narratif, le jeune héros se dressant sur sa klinè, au centre de l’image, encadré par ses parents et d’autres admirateurs.

  • 22 Pline, Hist. Nat., XXXV, 63.
  • 23 LIMC, 1655 (époque néronienne). Excellente reproduction : G. Cerulli Irelli et al., La peinture de (...)

26Cette formulation, parfois assez chargée, se perpétue tant sur les reliefs qu’en peinture : tel était, d’après Pline, le tableau de Zeuxis22. La célèbre fresque romaine de la Maison des Vettii à Pompéi témoigne encore de la constance et de la vigueur du thème, en exploitant admirablement l’opposition entre l’aigle protecteur, posé sur l’autel, et les serpents déjà vaincus par l’enfant-roi23.

  • 24 LIMC, 1619-1620; milieu du ive s. : LIMC, 1630-1632.

27Assez tôt également, dès les statères thébains du milieu du ve siècle av. J.-C.24, se détecte une autre tendance iconographique, qui isole la figure d’Héraclès-bébé aux prises avec les serpents et met en évidence la force emblématique et irrésistible du jeune champion. Monnaies, reliefs, lampes, gemmes, statuettes, … offrent diverses variantes de ce thème :

    • 25 LIMC, 1634 (Mus. Cap., Gall. 59, inv. 247; iie s. ap. J.-C), véritable petit « Mowgli » antique !

    versions souriantes, parfois édulcorées, où les reptiles deviennent de simples jouets sous les regards amusés d’Héraclès, comme dans la belle composition du Musée Capitolin, à Rome25;

    • 26 LIMC, 1647 (Trésor d’Hildesheim; Ier s. ap. J.-C).
    • 27 LIMC, 1646 (de Panaguristé; iiie s. av. J.-C); E. Simon, Der Goldschatz von Panagjuriste, in AK, 3 (...)
    • 28 Le personnage représenté au banquet est un Papposilène.

    ou encore œuvres plus denses, plus dramatiques, où l’Hérakliskos apparaît désormais dans toute sa future puissance et se comporte en véritable « Maître des Serpents » : à cet égard, le médaillon en haut relief de la coupe en argent conservée à Berlin (Staatl. Mus., Misc. 3779, 2) est assez saisissant26. La base de l’amphore en or du Musée de Plovdiv27 (fig. 1) généralise et valorise ce premier exploit en lui associant symétriquement le motif du festin, symbole de félicité28.

  • 29 À l’époque romaine se développe l’utilisation funéraire du motif de l’enfant divin vainqueur de la (...)

28Les conclusions de ce bref rappel iconographique rejoignent très nettement l’aperçu littéraire. Les « dragons » ne sont pas tant des adversaires redoutables que des révélateurs explicites de la force miraculeuse du fils de Zeus29.

  • 30 Le onzième chez [Apollod.], Bibl., II, 5, 11.

29Accompagnons à présent Héraclès sur la route de ses Travaux : c’est au deuxième exploit, puis au douzième30, que l’attendent les Serpents.

2. De l’Hydre de Lerne31 au Serpent des Hespérides32

2.1. Sources littéraires : comparaison des deux épisodes

30Ainsi que nous l’avons dit dans l’introduction, les fonctions attribuées au serpent sont ambiguës; cet animal est bénéfique et maléfique, redouté et sacré. Nous allons à présent essayer de présenter, en parallèle à cette ambiguïté, le paradoxe de l’attitude d’un Héraclès dans sa pleine maturité face d’une part à l’Hydre de Lerne et, d’autre part, au Serpent des Hespérides. En raison de l’ampleur et du nombre de sources, nous opérerons une sélection des principaux auteurs classiques, afin de dégager rapidement une vue d’ensemble.

2.1.1. Description des serpents

2.1.1.1. L’Hydre

• Hésiode
  • 33 Hés., Théog., v. 313-315. Pas d’allusion précise au corps serpentiforme.

31– L’Hydre, née de Typhon et d’Échidna, est désignée comme étant malfaisante (λυγρὰ ἰδυῖα) et a pour mission de satisfaire l’effroyable haine d’Héra (‘’Ηρη ἄπλητον κοτέουσα) contre Héraclès le Fort33.

2.1.1.2. Le Serpent des Hespérides

  • 34 Hés., Théog., v. 334-335. Remarquer que, dans sa traduction (éd. de 1947), P. Mazon propose de comp (...)

32– Le Serpent des Hespérides, descendant de Phorkys et Kètô, est un terrible serpent (δεινòς ὄφις), « qui, caché sous la noire terre, au milieu de ses immenses anneaux, garde des pommes tout en or »34 (...ὅς ἐρεμνῆς κεύθεσι γαίης / σπείρῃσιν μεγάλῃς παγχρύσεα μῆλα φυλάσσει).

• Phérécyde
  • 35 Phérécyde, 3 F 16 b Jacoby.

33Phérécyde décrit le Serpent gardien des Pommes d’Or et lui attribue une généalogie35 : « Le gardien de ces pommes était un serpent, fils de Typhon et d’Échidna; il avait cent têtes et des voix de toutes sortes » (έφὑλασσεν δέ αὐτὰ ὄφις ὁ Τυφῶνος καì ’Eχίδνης, ἒχων κεφαλὰς ρ’ καì φωνὰς παντοίας).

• Sophocle
  • 36 Soph., Trach., v. 836-837; προστετακώς comporte l’idée de « fondre, se consumer », qui n’est pas re (...)
  • 37 Pour une plus ample analyse de l’influence du poison de l’Hydre sur Héraclès nous renverrons au liv (...)

34– C’est dans les Trachiniennes que le rôle et l’aspect effroyable de l’Hydre nous semblent le mieux exploités. L’Hydre s’y révèle le plus meurtrier de tous les adversaires d’Héraclès. Son venin servira à enduire les flèches du héros et fera d’innombrables victimes, dont Héraclès lui-même. Après avoir revêtu la tunique jadis offerte par Nessos à Déjanire, Héraclès comprend que le poison de l’Hydre circule dans ses veines. Le monstre qu’il a tué est entré dans son corps. Même morte, l’Hydre de Lerne se regénère et reconstitue son pouvoir destructeur. Héraclès est infecté par le monstre et le Chœur s’exclame : « Terrible, l’Ombre de l’Hydre est là, collée à lui... »36(δεινοτάτῳ μὲν ὕδρας / προστετακὼς φάσματι). Celui qui combat les dragons devient lui-même un dragon37. Subtilement, sans décrire la monstruosité physique de l’Hydre, Sophocle met en scène son aspect le plus terrifiant. De nouveau, comme il l’a fait dans d’autres œuvres, le Tragique vivifie le mythe et lui donne un élan original.

    • 38 Soph., Trach., v. 1099-1100.

    Sophocle ne développe pas le thème des Hespérides dans les Trachiniennes, tout au plus mentionne-t-il : « le Serpent gardien des pommes d’or aux frontières du monde»38 (... τόν τε χρυσέων / δράκοντα μήλων φύλακ’ ἐπ’ ἐσχάτοις τόποις).

• Euripide
  • 39 Eur., Hér., v. 419-421. Expression très similaire aussi aux ν. 1274-1275.

35– Dans la tragédie Héraclès, l’Hydre est dépeinte en termes particulièrement forts; c’est la « chienne aux mille têtes, avide de sang »39 (μυριόκρανος πολύφονος κύων).

  • 40 Ibid., v. 1190.

36De plus, lorsque Thésée interroge Amphitryon sur le responsable du meurtre des enfants d’Héraclès, le vieillard lui répond que son fils, devenu fou, les a tués : « avec ses flèches teintes du venin de l’Hydre »40 (...ἑκατογκεφάλου βαφαῖς ὕδρας).

  • 41 Ibid., v. 397.

37– Le serpent qui défend l’arbre est simplement caractérisé par son aspect rutilant, son dos couleur de feu (πυρσόνωτος) et sa vigilance inabordable41.

• Diodore
  • 42 Diod. Sic., IV, 11, 5-6.

38– L’historien affirme que l’Hydre possède « cent têtes, dont chacune se terminait par une tête de serpent et lorsqu’une était coupée, deux repoussaient... pour cette raison, elle est considérée comme invincible »42 (ἑκατòν αὐχένες ἔχοντες κεφαλὰς ὄφεων διετετύπωντο. τούτων δ’εί μία διαφθαρείη, διπλασίας ὁ τμηθεìς ἀνίει τόπος. δι’ ἢν αἰτίαν ἀήττητος ὑπάρχειν διείληπτο).

  • 43 Diod. Sic., IV, 26, 2-4.

39– Le gardien des fruits d’immortalité est un dragon, peu connu dirait-on (δράκων τις), mais présumé effrayant (φοβερώτατος)43. Notons que, dans sa version évhémériste du mythe, Diodore interprète Drakôn comme un berger valeureux, qui excellait par sa force et son courage.

• Apollodore
  • 44 [Apollod.], Bibl, II, 5, 2.

40– D’après Apollodore, « l’hydre avait un corps gigantesque, avec neuf têtes, huit mortelles et la dernière, celle du milieu, immortelle. [...] Pour chaque tête abattue, il en poussait deux » (εῖχε δέ ἡ ὕδρα ὑπερμέγεθες σῶμα, κεφάλὰς ἔχον ἐννέα, τὰς μὲν ὀκτὼ θνητάς, τὴν δὲ μέσην ἀθάνατον. [...] Μιᾶς γὰρ κοπτομένης κεφαλῆς δύο ἀνεφύοντο). « Cette hydre, nourrie dans le marais de Lerne, sortait dans la plaine pour ravager les troupeaux et le pays »44 (αὔτη δὲ ἐν τῷ τῆς Λέρνης ἕλει ἐκτραφεῖσα ἐξέβαινεν εἰς τὸ πεδίον καὶ τά τε βοσκήματα καὶ τὴν χώραν διέφθειρεν).

  • 45 [Apollod.], Bibl., II, 5, 11.

41– Dans les paragraphes consacrés à la quête des Pommes des Hespérides, Apollodore rapporte la tradition qui veut que le reptile soit le gardien du Trésor divin. Sa description du serpent est directement dérivée de celle de Phérécyde45, « le gardien de ces pommes était un serpent immortel, fils de Typhon et d’Échidna; il avait cent têtes et des voix de toutes sortes, aux sonorités variées » (ἐφύλασσε δὲ αὐτὰ δράκων ἀθάνατος, Τυφῶνος καὶ ’Eχίδνης, κεφάλάς ἔχων ἑκατόν. ἐχρῆτο δὲ φωναῖς παντοίαις καὶ ποικίλαις).

42Que peut-on conclure de cette comparaison ?

43* En ce qui concerne l’Hydre de Lerne :

  • elle est présentée chez tous les auteurs comme une bête de cauchemar, surnaturelle, un monstre hideux surgi du fond des temps

  • et de surcroît nuisible pour l’homme et les troupeaux.

44* En ce qui concerne le Serpent des Hespérides :

  • il n’est pas décrit comme étant un monstre, il est parfois effrayant sans plus.

45Nous mentionnerons une exception dans cette unanimité sur la description du drakôn du verger divin : Phérécyde (suivi par Apollodore), qui nous parle d’un serpent à cent têtes. On a l’impression qu’il superpose l’image de l’Hydre à celle du Serpent des Hespérides. Les cent têtes du gardien des Pommes d’Or le rendraient-elles encore plus vigilant ? Ou le logographe aurait-il le souci de clarifier les généalogies mouvantes des monstres ? Quoi qu’il en soit, ce serpent n’est de toute façon pas un fléau pour son environnement. Nous retrouverons d’ailleurs un tel procédé d’assimilation par « polycéphalie » dans l’iconographie.

46– une constante précise revient dans tous les textes; ce serpent a la fonction attitrée de gardien d’un lieu sacré.

2.1.2 Description du combat

2.1.2.1. L’Hydre

  • 46 Hés., Théog., v. 316-318. Cette aide lui sera d’ailleurs reprochée, puisque, d’après certains témoi (...)

47Un combat terrible oppose toujours Héraclès à l’Hydre de Lerne. Les forces en présence sont tellement inégales que le fils de Zeus a besoin de l’aide de son neveu Iolaos et parfois même des conseils de sa protectrice divine, Athéna46.

  • Nous ne sélectionnerons qu’une source, qui nous paraît représentative. Apollodore est en effet l’un des auteurs qui nous raconte le plus précisément cette lutte acharnée, où le feu intervient en faveur d’Héraclès:

ἐπιβὰς οὖν ὔρματος, ἡνιοχοῦντος ’Ιολάου, παρεγένετο εἰς τὴν Λέρνην, καί τοὺς μὲν ἵππους ἒστησε, τὴν δὲ ὕδραν εὑρὼν ἒν τινι λόφῳ παρὰ τὰς πηγὰς τῆς ’Aμυμώνης, ὄπου ὁ φωλεὸς αὐτῆς ὑπῆρχε, βάλλων βέλεσι πεπυρωμένοις ἠνάγκασεν ἐξελθεῖν, ἐκβαίνουσαν δέ αὐτὴν κρατήσας κατεῖχεν. ἡ δὲ θατέρφ τῶν ποδῶν ἐνείχετο περιπλακεῖσα. τῷ ῥοπάλῳ δὲ τὰς κεφαλὰς κόπτων οὐδὲν ὰνύειν ἠδύνατο. μιᾶς γὰρ κοπτομένης κεφαλῆς δύο ἀνεφύοντο. ἐπεβοήθει δὲ καρκίνος τῇ ὕδρᾳ ὑπερμεγέθης, δάκνων τὸν πόδα. διὸ τοῦτον ἀποκτείνας ὲπεκαλέσατο καὶ αὺυτὸς βοηθὸν τόν ’Iόλαον, ὃς μέρος τι καταπρήσας τῆς ἐγγὺς ὕ λης τοῖς δαλοῖς ἐπικαἰων τὰς ἀνατολὰς τῶν κεφαλῶν ἐκώλυεν ἀνιέναι. καὶ τοῦτον τὸν τρόπον τῶν ἀναφυομένων κεφαλῶν περιγενόμενος, τὴν ἀθάνατον ἀποκόψας κατώρυξε καὶ βαρεῖαν ἐπέθηκε πέτραν, παρὰ τὴν ὁδὸν τὴν φέρουσαν διὰ Λέρνης εἰς ’Eλαιοῦντα.

  • 47 [Apollod.], Bibl., II, 5, 2.

Héraclès monta donc sur un char, avec Iolaos pour cocher, et se rendit à Lerne. Il fit arrêter les chevaux, trouva l’hydre sur une sorte de colline, près des sources d’Amymonè, où elle avait son repaire. En lui lançant des traits enflammés, il l’obligea à sortir et, quand elle fut dehors, il la saisit et la tint solidement. Mais elle enlaça l’une de ses jambes et s’attacha à lui. Il avait beau abattre ses têtes à coups de massue, il n’arrivait à rien, car, pour chaque tête abattue, il en repoussait deux. Un énorme crabe aidait l’Hydre et mordait (Héraclès) au pied. Après avoir tué le crabe, Héraclès à son tour appela au secours Iolaos, qui mit le feu à une partie de la forêt voisine et, avec des brandons, brûla les têtes à la racine pour les empêcher de repousser. Quand de cette façon il fut venu à bout des têtes toujours renaissantes, il trancha la tête immortelle, l’enfouit sous terre et plaça par dessus un lourd rocher, en bordure de la route qui va de Lerne à Éléonte47.

48* En ce qui concerne l’Hydre de Lerne :

49– un combat terrible les oppose. L’aspect monstrueux de l’Hydre est d’autant plus effroyable qu’il est renaissant; c’est la face pernicieuse de la regénération, qu’Héraclès ne peut vaincre seul.

2.1.2.2. Le Serpent des Hespérides

50Dans tous les passages principaux relatant le vol des Pommes d’Or au Jardin des Dieux, il n’y a pas de véritable description de lutte entre Héraclès et le Serpent des Hespérides. Soit les auteurs constatent qu’Héraclès tue le serpent, un point c’est tout; soit ils n’évoquent ni confrontation, ni mort du drakôn.

    • 48 Hés., Théog., v. 214-216 et 333-336.

    Hésiode, bien que mentionnant les Hespérides comme filles de la Nuit, gardiennes des Pommes d’Or, aidées par un terrible serpent aux immenses anneaux, garde le silence sur la présence d’Héraclès en ces lieux48.

    • 49 Phérécyde, 3 F 16 a-d et 17 Jacoby.

    La source la plus ancienne de la rencontre entre Héraclès et le Serpent des Hespérides est Phérécyde49.

51Selon cet auteur, le serpent a été envoyé par Héra car les filles d’Atlas avaient la désagréable habitude de dérober les Pommes d’Or. Dans cette version, Héraclès ne cueille pas lui-même les fruits sacrés. Sur les conseils de Prométhée, il envoie Atlas les cueillir à sa place pendant qu’il soutient la voûte céleste. Grâce à une ruse, Héraclès convainc Atlas de reprendre le Ciel, saisit les pommes et va les rapporter à Eurysthée.

52Dans ces différents fragments, Phérécyde ne fait pas mention du meurtre du serpent. Tout combat est inutile puisqu’il n’y a pas de face à face entre le fils de Zeus et le gardien des fruits divins.

  • Par contre, chez Sophocle et chez Euripide, le fils de Zeus cueille les fruits lui-même et tue le serpent. Dans les Trachiniennes, Héraclès étendu sur une civière, hurlant de douleur tandis que le venin de l’Hydre circule dans ses veines, se lamente sur son courage et sur sa force qui sont en train de l’abandonner :

… ̔̑Ωχέρες, χέρες,
ὦ νῶτα καί στέρν’, ὦ φίλοι βραχίονες,
ὑμεῖς ἐκεῖνοι δὴ καθέσταθ’ οἵποτε
[…]
βίᾳ κατειργάσασθε,…
[…]
… τόν τε χρυσέων
δράκοντα μήλων φύλακ’ ἐπ’ ἐσχάτοις τόποις

  • 50 Soph., Trach., v. 1089 sq.

Ô mains, ô mains, ô reins ! ô poitrine ! ô mes bras ! c’est bien vous qui avez abattu… (…) le dragon gardien des Pommes d’Or aux frontières du monde50.

  • Euripide décrit la scène un peu plus en détail :

‘Υμνῳδούς τε κόρας
ἤλυθεν ἑσπέριον ἐς αὐλάν, χρυσέων πετάλων ἄπο μηλοφόρον χερὶ καρπὸν
μέρξων, δράκοντα πυρσόνωτον, ὃς (σφ’) ἄπλατον ἀμφελικτὸς ἕλικ’ ἐφρούρει,
τανών.

  • 51 Eur., Hér., v. 394-400.

Il (Héraclès) arriva jusqu’au jardin où chantent les vierges Hespérides; là pendaient à des rameaux d’or les pommes que sa main devait cueillir. Un serpent entourait l’arbre des replis de son dos fauve et en défendait l’approche; il lui donna la mort51.

  • Chez Diodore, l’allusion est très brève:

  • 52 Diod. Sic., IV, 26, 2-4.

ó δ’ ‘Ηρακλῆς τὸν φύλακα τῶν μήλων ἀνελών…
Héraclès, après avoir tué le gardien des pommes, …52.

  • 53 Jourdain-Annequin, op. cit. (n. 32), p. 546 sq.

53L’historien s’interroge également sur le possible jeu de mots relatif aux deux sens de μήλα (pommes ou troupeau). Sans reprendre ici ce débat53, il n’est pas indifférent de le signaler dès à présent, dans la mesure où il pourra trouver un écho dans l’interprétation iconographique.

  • Apollodore consigne les deux variantes connues. En effet, après avoir expliqué, à la suite de Phérécyde, comment Prométhée conseille à Héraclès de demander les fruits à Atlas, cet auteur ajoute :

  • 54 [Apollod.], Bibl, II, 5, 11.

ἔνιοι δέ φασιν οὐ παρὰ ‘’Ατλαντος αὐτὰ λαβεῖν, ἀλλ’ αὐτὸν δρέψασθαι τὰ μῆλα, κτείναντα τὸν φρουροῦντα ὄφιν.
D’autres disent qu’il ne reçut pas les pommes d’Atlas, mais alla les cueillir lui-même, après avoir tué le serpent qui les gardait54.

54* Deux versions mythographiques de la façon dont Héraclès obtient les pommes d’or se dégagent :

  • soit Héraclès tue le serpent; toutefois, il faut noter que les textes sont très peu prolixes sur la mort du dragon-gardien et n’évoquent pas de longue lutte.

  • soit Héraclès ne l’approche même pas.

55Dans l’un ou l’autre cas, le contraste avec le massacre de l’Hydre est assez net.

56Il est temps maintenant d’ébaucher une conclusion sur ce que les textes littéraires nous laissent entrevoir à propos de la relation entre Héraclès et les δράκοντες, de l’Hydre aux Hespérides.

  • 55 Pour une étude plus détaillée, voir Jourdain-Annequin, op. cit. (n. 32); Fontenrose, op. cit. (n. 4 (...)

57Il est bien évident et reconnu par tous que le combat où Héraclès tue l’Hydre, monstre néfaste, est le symbole de l’ordre civilisé triomphant des forces du chaos55 et vise à protéger le futur territoire de la cité contre l’envahissement d’une nature encore sauvage. Car l’Hydre est trop proche de l’eschatia, Héraclès doit donc la détruire et repousser les limites. Les Anciens, soucieux de l’équilibre cosmique, admettaient et même souhaitaient un Héraclès champion de la culture et de la civilisation. À cet égard, la tradition relative au Deuxième Travail est unanime.

58Mais comment accepter un Héraclès tueur d’un inoffensif serpent, gardien d’un lieu sacré ? Cet acte ne correspond plus à l’image d’un Héraclès respectueux de la vie civilisée. Même si, dans la mentalité grecque antique, le serpent a, par nature, un rapport avec le monde funéraire et chthonien, dans l’épisode des Hespérides, Ladon n’est pas agent de mort et ne mérite pas d’être pourchassé. Il n’est pas dangereux pour l’ordre du monde. Au contraire, il est bénéfique, ami fidèle des divinités. En tuant le protecteur des fruits d’immortalité, Héraclès rompt le phénomène sacré. Il court-circuite la relation entre la sphère humaine et la sphère divine. Les auteurs anciens ne savent comment interpréter cette attitude qui semble les gêner. Loin de cautionner le meurtre du drakôn, ils vont édulcorer ce passage : simple mention du serpent mort, ou recours à une autre version.

59L’ambiguïté de la situation est admirablement mise en scène par Apollonios de Rhodes. Dans les Argonautiques, il donne du combat une vision dramatique, particulièrement intéressante à analyser.

60Au cours du livre IV, les Argonautes arrivent chez les Hespérides peu de temps après la défaite du dragon :

… ἷξον δ’ ἰερὸν πέδον, ᾧἔνι Λάδων
εἰσέτι που χθιζὸν παγχρύσεα ῤύετο μῆλα
χώρῳ ἐν ‘’Aτλαντος, χθόνιος ὄφις, ἀμφὶ δέ Νύμφαι
‘Εσπερίδες ποίπνυον ἐφίμερον ἀείδουσαι.
Δἠ τότε γ’ ἤδη κεῖνος ὑφ’ Ήρακλῆι δαϊχθεὶς
μήλειον βέβλητο ποτὶ στύπος, οἰόθι δ’ ἄκρη
οὐρὴ ἔτι σκαίρεσκεν, ἀπὸ κρατὸς δὲ κελαινὴν
ἄχρις ἐπ’ ἄκνηστιν κεῖτ’ ἄπνοος. ἐν δὲ λιπόντων
ὕδρης Λερναίης χόλον αἵματι πικρὸν ὀιστῶν,
μυῖαι πυθομένοισιν ἐφ’ ἕλκεσι τερσαίνοντο.

  • 56 Apollon. Rh., Argon., IV, v, 1396-1407.

Ils parvinrent sur le sol sacré où, la veille encore, dit-on, Ladon, le dragon né de la terre, gardait les pommes en or massif […] Maintenant, terrassé par Héraclès, il était étendu contre le tronc du pommier; seul, le bout de sa queue remuait encore; mais, depuis la tête jusqu’à l’extrémité de sa noire échine, il gisait sans vie et, comme les flèches avaient imprégné son sang de l’amer venin de l’Hydre de Lerne, les mouches se desséchaient sur ses plaies putrides56.

61Les Hespérides s’exclament :

῏H ἄρα δὴ μέγα πάμπαν ἐφ’ ὑμετέροισιν ὄνειαρ
δεῦρ’ ἔμολεν καμάτοισνν ὁ κύντατος, ὅς τις ἀπούρας
φρουρὸν ὄφιν ζωῆς παγχρύσεα μῆλα θεάων
οἴχετ’ ἀειράμενος. στυγερὸν δ’ ἄχος ἄμμι λέλειπται.
ἤλυθε γὰρ χθιζός τις ἀνὴρ ὀλοώτατος ὕβριν
καὶ δέμας, ὄσσε δέ οί βλοσυρᾧ ὑπέλαμπε μετώπῳ,
νηλής ἀμφὶ δέ δέρμα πελωρίου ἔστο λέοντος
ώμόν, άδέψητον. στιβαρὸν δ’ ἔχεν ὄζον ἐλαίης
τόξα τε, τοῖσι πέλωρ τόδ’ ἀπέφθισεν ἰοβολήσας.

  • 57 Ibid., ν. 1432-1440. Les éditeurs traduisent πέλωρ par « monstre », mais le contexte nous incite à (...)

Ah ! certes, il est d’un bien grand secours dans vos épreuves, le scélérat qui vint ici, cet inconnu qui, après avoir ôté la vie au dragon placé en sentinelle, est parti avec les pommes en or massif des déesses et ne nous a laissé qu’une amère douleur. Oui, hier est arrivé un homme, redoutable entre tous par son insolence et sa stature; ses yeux flambaient sous son front terrible, le sauvage ! Il était vêtu de la peau brute, non tannée, d’un énorme lion; il tenait un solide tronc d’olivier et un arc avec lequel il fit périr cet animal prodigieux à coups de flèches57.

  • 58 Jourdain-Annequin, op. cit. (n. 32), p. 543. Cette connotation religieuse est encore plus perceptib (...)

62Dans cet extrait, tout témoigne d’une évolution du mythe. Pour la première fois, le Serpent des Hespérides porte un nom : Ladon. Cette dénomination nous le rend plus proche, plus familier, plus intime. Par contre, Héraclès, le plus fameux des héros, est un inconnu aux yeux des Hespérides. Les rôles se renversent. Apollonios anéantit la dimension prodigieuse, voire divine d’Héraclès. Celui-ci est une brute à la main lourde qui détruit tout, sans motif particulier. Par la bouche des Hespérides qui pleurent leur allié, Apollonios blâme le comportement d’Héraclès. Dans le schéma présenté ici, c’est Héraclès qui est néfaste, maléfique, tandis que le drakôn est clairement du côté du sacré, du bénéfique. À ce sujet, comme l’a judicieusement rermarqué Colette Jourdain-Annequin58, « les Hespérides… font dans les Argonautiques presque fonction de desservantes d’un culte et c’est sur un sol sacré qu’elles officient en d’aimables psalmodies ». Cette constatation renforce notre hypothèse d’un serpent sacré gardien d’un lieu divin.

63Héraclès pourfendeur de dragons ? Pas nécessairement !

64Si le mythe d’Héraclès destructeur du monstre de Lerne est parfaitement adopté par les différents auteurs, il n’en va pas de même pour son comportement dans le mythe des Hespérides et du Serpent gardien des Pommes d’Or. À la lumière de notre brève analyse, nous pouvons conclure que les textes nuancent l’image traditionnelle d’un Héraclès pourfendeur de dragons. Ce n’est pas la lutte, ni la mise à mort, ni l’aspect monstrueux du drakôn qui constituent l’enjeu central de cet épisode. Au contraire, les différents auteurs veulent atténuer cette confrontation. Le passage extrait d’Apollonios de Rhodes semble d’ailleurs être l’aboutissement de ce paradoxe. L’auteur condamne clairement l’attitude destructrice d’Héraclès. Pour lui, seul un barbare peut avoir tué un serpent sacré. Par un mouvement de balancier, l’aspect monstrueux passe du drakôn à Héraclès, le plus noble entre tous les hommes, et le rôle principal de cet épisode glisse de plus puissant des héros à une pauvre victime de la force brutale.

65Les textes littéraires ne nous permettent pas de pousser plus loin l’analyse de l’évolution de la confrontation entre Héraclès et les ophidiens. Les images le pourront-elles ?

2.2. Sources iconographiques

2.2.1. L’Hydre

66Afin de ne pas alourdir inutilement le dossier, nous ne retiendrons de l’iconographie de l’Hydre que quelques jalons marquants, dans la mesure où, comme les textes, les images de ce mythe ne cessent d’affirmer pendant des siècles que l’Hydre est une bête féroce, ignoble et haïssable. Visuellement, le combat d’Héraclès et de l’Hydre, exploit à part entière et l’un des plus anciens, ne vise qu’à l’anéantissement du monstre.

  • 59 Quelques variantes : personnages secondaires, armes (à noter que le recours au feu et aux torches n (...)
  • 60 LIMC, V, 1 (1990), p. 41.

67La constance iconographique est certainement l’un des traits remarquables de ce motif et nous ne noterons que peu de variantes significatives au cours du temps59. À cette stabilité d’un schéma fort ancien, sans doute d’origine orientale60, répond d’ailleurs une stabilité de sens : aucune équivoque, aucun pardon pour ce fléau venimeux, qui symbolise le chaos dans ce qu’il a de plus négatif, stérilité, danger, néant. L’Hydre ne garde rien, ne protège rien, ne deviendra rien après sa mort, sinon, on le sait, une effroyable menace pour Héraclès. Dans l’imaginaire occidental, elle finira même par personnifier les vices, toujours renaissants, et l’hérésie.

  • 61 LIMC, 2019 (Londres, Br. Mus. 3205; vers 700 av. J.-C.) et LIMC, 2020 (Philadelphie, Univ. 75.35.1; (...)

68L’affrontement est conçu selon une structure iconique simple et forte, comme pétrifiée depuis ses premières attestations, qui sont aussi parmi les plus anciens témoignages de l’iconographie mythologique grecque : les fibules béotiennes en bronze, d’époque géométrique61. Tous les éléments essentiels de l’iconographie sont déjà présents : l’Hydre polycéphale, Héraclès aidé de Iolaos, la serpe, les armes (ici hoplitiques), le crabe, …

  • 62 LIMC, 1992 (vers 590 av. J.-C).
  • 63 Autre sens possible, complémentaire : pour récolter le sang empoisonné de l’Hydre; Cf. LIMC, V, 1 ( (...)

69En céramique corinthienne, le sujet connaît un réel succès et se déploie en versions assez complètes et colorées, qu’anime souvent un réel sens décoratif. Sur l’aryballe corinthien de Bâle (Antikenmus. BS 425)62 (fig. 2), Athéna assiste au combat; elle tient un petit aryballe pointu, qui souligne, dans l’image, la valeur athlétique de l’exploit, déjà implicite dans la forme même du vase figuré63.

  • 64 LIMC, 2021.
  • 65 LIMC, 2036 (vers 520-500); Euphronios, peintre à Athènes au vie s. av. J.-C, cat. d’exposition, Par (...)

70Le relais est bien assuré en Attique. Sur l’Acropole, un fronton archaïque des années 560 av. J.-C. (Acr. Mus. 1) accordait en quelque sorte à ce thème un droit de cité64. Parmi les nombreuses représentations sur vases, tant en figure noire qu’en figure rouge, nous isolerons ici, pour sa qualité, mais aussi son ambiguïté, la belle amphore attique à figure rouge de Saint-Pétersbourg (Mus. de l’Ermitage, Β 2351- Β 6l0), attribuée à la manière d’Euphronios65.

71L’Hydre, isolée sur l’une des faces, s’est fixée à un support : un arbre, dont on remarquera les gros fruits rouges. Dès lors, s’agit-il bien de l’Hydre ou ne peut-on aussi supposer, comme certains commentateurs, que le peintre a représenté le Serpent des Hespérides ? Le débat est loin d’être clos, mais certains éléments renforcent plutôt l’hypothèse de l’Hydre :

  • 66 2 têtes : LIMC, 2685, 2692 / 3 têtes : LIMC, VI (1992), s.v. Ladon I, 13 / 4 têtes (?) : LIMC, 2680 (...)
  • 67 Aucune confrontation avec Héraclès n’est relevée sur ces quelques témoignages. Bel ex. : hydrie de (...)

– la polycéphalie (7 têtes sur cette amphore) est le principal argument. En effet, le Serpent des Hespérides ne présente qu’une seule tête, à de très rares exceptions près66, où le maximum autorisé n’excède guère deux ou trois. Dans ces quelques exemples, la démultiplication de l’avant-corps de Ladon paraît davantage souligner sa fonction de gardien vigilant que son aspect redoutable67.

  • 68 LIMC, 2680 (= 1702).

C’est sur les remarquables fragments de cratère à volutes du peintre de Kléophradès, du Getty Museum à Malibu (77.AE.11)68, que la proximité visuelle, voulue, entre l’Hydre et Ladon (ici à 4 ou 5 têtes ?), l’un et l’autre représentés à quelques centimètres d’intervalle, est la plus troublante. Mais, dans ce cas, la juxtaposition des deux thèmes, dans un Cycle de Travaux, évite toute confusion.

– Sur l’amphore de Saint-Pétersbourg, l’aspect gigantesque de l’animal, sa largeur et son étalement prodigieux, sa queue bifide renvoient davantage à l’image de l’Hydre qu’au Serpent des Pommes d’Or. On y perçoit aussi une agressivité latente, relayée sur l’autre face par un curieux détail : l’extrémité supérieure de la massue est dessinée comme une tête de serpent, prête à mordre Héraclès à la cuisse, comme le fait souvent l’Hydre, sinon le crabe ! Notons aussi un autre contraste entre les deux faces : l’ornementation du col est rendue selon l’ancienne technique au-dessus de l’Hydre et par de superbes palmettes à figures rouges du côté du vainqueur.

  • 69 LIMC, 2031 (coffre de Kypsélos à Olympie, milieu du vie s. av. J.-C, connu par la description de Pa (...)
  • 70 LIMC, 1743 (mosaïque romaine du ve s. ap. J.-C.) et 1744 = 2744 (tissu copte du vie s. ap. J.-C); m (...)

– L’arc pourrait éventuellement servir de critère d’interprétation; même s’il n’est utilisé que très rarement dans l’iconographie de l’Hydre69, il faut se rappeler que la tradition est unanime pour dire qu’Héraclès avait trempé ses flèches dans le sang du monstre. Pour le Serpent des Hespérides, l’usage des flèches n’est attesté que sur deux documents très tardifs70.

  • 71 LIMC, 2040 (métope du Temple de Zeus à Olympie : à ce sujet, Cf. B. Cohen, From Bowman to Clubman : (...)

– Dernier point : la présence d’un arbre comme étai de l’Hydre est attestée dans d’autres documents, certes peu fréquents, mais où l’interprétation ne prête généralement pas à confusion71.

72Si l’on admet que c’est bien l’Hydre qu’affronte ici Héraclès avec son arc, deux suppositions méritent d’être formulées :

    • 72 Cf. supra (n. 36).

    sous-jacentes à l’image de l’Hydre, les belles pommes rouges qui pendent aux branches ne peuvent être malgré tout dissociées de l’allusion indirecte aux fruits d’immortalité habituellement gardés par Ladon. Le peintre n’aurait-il pas voulu construire une image où l’Hydre défende effectivement l’accès à l’immortalité ? Menace insurmontable, qui anticiperait la version angoissante mise en scène par Sophocle72 ?

    • 73 Cf. supra (n. 44).
    • 74 Cf. supra (n. 52, 53). Cf. aussi n. 34.

    si l’on se réfère au texte d’Apollodore relatant les méfaits de l’Hydre dans la plaine de Lerne, où elle dévaste les troupeaux et la chôm73, l’image créée par. Euphronios pourrait aussi évoquer implicitement le danger que représente le monstre des marais pour les cultures. Peut-être même le double sens de μήλα, que nous rappelle Diodore74, était-il familier au peintre ?

73Quoi qu’il en soit, on observe, une fois de plus, que les compositions savantes, novatrices, du célèbre Pionnier sont aussi élaborées par leur recherche iconographique que par leur invention technique. Euphronios nous propose ici, à partir d’un motif pourtant ancien, une variante hautement intéressante, où les thèmes héracléens s’entrecroisent, mais sans se confondre, et s’amplifient d’une richesse sémantique inédite.

74Dans l’ensemble de l’imagerie de l’Hydre, il n’est pas inutile d’observer de surcroît la remarquable variété des armes utilisées par Héraclès et Iolaos. Au-delà des inévitables préférences d’époque et d’atelier, on peut relever, outre la fameuse harpè, l’épée, la massue, l’arc, les tisons, … Comme si, dans cet exploit, ce n’était pas tant la force athlétique, ni la ruse, qui permettent au héros de vaincre, mais plutôt son recours à divers moyens techniques.

  • 75 LIMC, 2044 (ier s. av. J.-C). Cf. le commentaire de Schefold, op. cit. (n. 8), p. 144.
  • 76 L’origine de ce nouvel aspect de l’Hydre remonte peut-être à l’époque grecque classique ou hellénis (...)

75La suite de l’évolution du thème d’Héraclès et de l’Hydre tendra à mettre davantage l’accent sur un véritable corps à corps des deux protagonistes : la lutte à mort est à son paroxysme, et c’est essentiellement cette formule qui se verra développée et diffusée, via les créations de Lysippe, dans l’art hellénistique. À ce titre, le dynamisme du relief votif du Musée de Bâle (BS 210)75 atteste de la puissance évocatrice du thème, qui se teinte progressivement de valeurs politiques ou morales. L’époque romaine diffusera le Deuxième Exploit tant en peinture que sur de nombreux sarcophages, souvent inséré dans la suite du Dôdékathlos. Parallèlement aux représentations directement héritées de l’art grec, apparaît aussi une image de l’Hydre à tête ou buste de femme, promise à une long avenir iconographique76.

2.2.2. Le Serpent des Hespérides

76L’opposition iconographique du thème de l’Hydre avec celui des Hespérides est flagrante, comme nous allons à présent le constater, et cette opposition va nous permettre d’appréhender tout autrement les relations d’Héraclès avec un serpent non monstrueux, connoté positivement comme Gardien de trésor, et plus particulièrement, de trésor divin.

77Comme dans les textes, différentes variantes coexistent, variantes qui postulent ou non la mort du dragon comme condition d’accès aux Pommes d’Or, ou encore qui mettent en scène l’épisode d’Atlas, etc… Le but ne sera pas ici de détailler toutes ces typologies, mais bien de souligner certaines tendances de cette importante iconographie, prélude d’Apothéose, bien attestée depuis le viie siècle av. J.-C. jusqu’à la fin de l’époque romaine, vaste dossier dans lequel nous privilégierons de manière générale la céramique attique, archaïque et classique, particulièrement intéressante à analyser pour notre propos.

78La suite de notre raisonnement implique d’opposer ici deux séries d’images.

  • 77 LIMC, 2691, 2695, 2697.
  • 78 LIMC, 2692 (peintre du Cactus, vers 500 av. J.-C). Un des rares ex. où le serpent a deux têtes. Pas (...)
  • 79 LIMC, 2695 (cratère à reliefs de Berlin, Staatl. Mus. F 2882, d’Italie du Sud; fin ive s. av. J.-C) (...)
  • 80 Hygin, Astr., II, 3, 1 et 6, 1. Le Musée royal de Mariemont conserve une très belle édition illustr (...)

792.2.2.1. Le moment où Héraclès affronte le Serpent et où il s’empare des Pommes par la force est illustré par quelques œuvres77, ainsi sur le lécythe à figures noires conservé à Berlin (Staatl. Mus., V.I. 326l)78 où Héraclès semble se contenter de contourner prudemment l’arbre et d’apprivoiser le dragon. Ce motif est davantage attesté à l’époque hellénistique et romaine79. Le catastérisme se référera également à cette idée de combat : dans la version astrale, c’est bien le drakôn des Hespérides qui, sous la menace éternelle d’Héraclès, entoure les Ourses et le Pôle au centre de la voûte céleste80.

  • 81 LIMC, 2694; Les Antiquités égypt., grecques, étrusques, romaines el gallo-rom. du Musée de Mariemon (...)
  • 82 Notons également que la constellation d’Hercule sur la voûte céleste est aussi appelée l’Agenouillé (...)

80Les relations entre les deux protagonistes sont clairement basées sur la méfiance respective et le rapport de force, principalement lorsqu’Héraclès brandit sa massue. De plus, à date tardive, le divin Serpent est représenté inerte, tué par Héraclès. C’est le cas sur cet impressionnant relief du Musée de Mariemont (inv. Β 159)81, dont la structure iconique originale exprime avec une intensité dramatique la force triomphante mais brutale d’Héraclès (fig. 3). L’artiste a non seulement repris le schéma vigoureux de la lutte contre la Biche de Cérynie, immobilisée par le genou du héros82, mais il fait désormais porter le poids de l’action d’Héraclès sur la branche noueuse, qui semble se refuser à rompre.

  • 83 Cf. supra (n. 57).

81Il convient d’observer que cette rencontre conflictuelle se déroule généralement en l’absence des Hespérides. Si les Nymphes du Soir assistent à la scène, elles s’en affligent et figurent alors comme pleureuses; leur chagrin touchant remet en mémoire les vers d’Apollonios de Rhodes83. Le schéma de la lutte, ou de la simple confrontation, isolant Héraclès, l’arbre et le Serpent en un seule unité visuelle, renforce certainement l’idée de victoire. Souvent aussi, à ce titre, il constitue le point d’orgue de la série des Douze Travaux.

82Mais la version de la confrontation et/ou du meurtre du Serpent ne constitue pas le motif dominant. Par contre, l’idée du Jardin des Hespérides, comme lieu idyllique où jaillit l’arbre de vie, et d’où est bannie toute forme de violence, est tôt retenue par les peintres. Ce sera notre deuxième série iconographique :

2.2.2.2. Héraclès au Jardin

  • 84 Il serait intéressant d’analyser, comme le propose C. Leduc, les différentes espèces d’arbres chois (...)
  • 85 LIMC, 2701 (peintre de Syracuse, vers 470-460 av. J.-C).

83Dans cette formulation de la conquête des Pommes d’Or, l’on constate que les Hespérides vont jouer un rôle d’intermédiaires, de pacificatrices, entre le Gardien de l’arbre84 et le prédateur que constitue Héraclès. C’est très net par exemple sur l’hydrie à figures rouges de Champaign, en Illinois (Krannert Art Museum, 70/8/4)85.

  • 86 LIMC, 2717 (vers 410 av. J.-C).
  • 87 C. Couëlle, Le repos du héros : images attiques de la fin du ve s. av. J.-C., in A.-F. Laurens (éd. (...)

84L’apogée de ce thème, on le sait, peut être situé pendant l’épanouissement du style fleuri attique, à la fin du ve siècle av. J.-C, dont il constitue sans doute l’expression la plus adéquate. Très célèbre et souvent analysée, l’hydrie du peintre de Meidias, l’un des joyaux du British Museum (Ε 224)86, propose une version déjà canonique : Héraclès, en pleine jeunesse, est assis à quelque distance du pommier miraculeux qu’entourent les Hespérides au nom évocateur. Sans entrer dans toutes les questions d’interprétation que suscite cette iconographie complexe, en raison notamment de l’identification des multiples personnages de la frise inférieure du vase, nous serons sensibles au symbolisme implicite de cette composition : Héraclès est figuré ici dans l’attitude caractéristique des scènes « d’hommage », de « mise en gloire ». Ces court scenes, que l’on retrouve essentiellement pendant la seconde moitié du ve siècle av. J.-C. dans l’iconographie d’Héraclès, de Dionysos et d’Apollon notamment87, transposent les figures ainsi assemblées, sur un mode non narratif, dans une ambiance idéalisée de félicité, qu’elle soit olympienne ou élyséenne.

  • 88 LIMC, 2726 (vers 350-330). Il faut rappeler que, dans les rituels ou dans les mythes, ce sont surto (...)

85On a répertorié de nombreux exemples de cette iconographie « idyllique » appliquée au mythe des Hespérides. Toujours, dans les attestations où le Serpent est représenté (car il est parfois omis), les jeunes femmes l’apaisent par des gestes presque rituels, qui ne sont pas sans rappeler, ou mieux anticiper, l’iconographie de Médée la magicienne. Sur le lécythe apulien de Naples (Mus. Nat., H 2893)88, parmi bien des exemples, l’une des Hespérides tend une phiale au serpent, tandis qu’une autre offre à Héraclès un rameau chargé de fruits.

86Les images permettent d’aller plus loin encore.

  • 89 LIMC, 2720 (peintre de Pasithéa, vers 380-360 av. J.-C); en présence d’Okéanos.
  • 90 C’est également le nom d’une Néréide et d’une Grâce, promise à Hypnos; LIMC, VII, 1 (1994), s.v. Pa (...)

87Observons la pélikè attique à figures rouges de New York (Met. Mus., 08.258.20)89. Un net rapprochement visuel, presque tactile, s’amorce entre Héraclès et le Serpent, sous l’œil bienveillant des Hespérides, qui assurent l’accueil, l’intégration d’Héraclès dans le Jardin merveilleux. Au centre de l’image, l’Hespéride assise auprès de l’arbre se nomme Pasithéa, la Toute-divine90.

  • 91 LIMC, 2703 (peintre d’Hippolyte, vers 360-350 av. J.-C).
  • 92 LIMC, 2721 (de Cyrénaïque; atelier du Peintre d’Hippolyte; vers 375 av. J.-C).
  • 93 LIMC, 2723 (vers 350 av. J.-C), avec Nikè, Pan, Satyre, jeune h.

88Sur d’autres œuvres de la première moitié du ive siècle av. J.-C, la proximité d’Héraclès et du Serpent est désormais totale; les rapports sont pacifiques, la méfiance a disparu. Mieux encore, le Serpent semble adopter, voire protéger Héraclès. Ainsi sur la pélikè attique à figures rouges d’Amsterdam (Allard Pierson Mus., n° 3505)91, la tête du reptile repose sur l’épaule du nouveau dieu (fig. 4). L’apparition d’un Amour nuance encore le tableau par une allusion à la félicité nuptiale. La même harmonie est perceptible dans la belle composition de la pélikè de New Haven (Yale Univ. 1913-138)92 ou encore sur l’hydrie de New York (Met. Mus., 24.97.5)93.

  • 94 LIMC, 2769 = 374, = s.v. Ladon, 22 (de Byblos; 1er s. ap. J.-C).

89Cette nouvelle conception du lien qui unit Héraclès et le Serpent des Hespérides n’est pas seulement une invention limitée aux peintres attiques du ive siècle av. J.-C. Une statuette en bronze conservée à Londres (Brit. Mus., Br. 827)94 atteste également de l’écho du thème en sculpture.

90Nous sommes donc en présence d’une variante bien établie et chargée de sens, dont la cohérence paraît entraîner Héraclès dans un processus d’analogie de plus en plus marquée envers d’autres représentations de divinités au(x) Serpent(s) : dieux et déesses assimilés aux puissances souterraines, à la terre féconde, à l’au-delà, mais aussi divinités guérisseuses.

  • À titre de comparaison, il faudrait donc ouvrir ici les dossiers relatifs à l’iconographie des puissances chthoniennes comme Zeus Meilichios (Philios, Téléios, ..), comme Pancratès, auquel est précisément assimilé Héraclès dans un sanctuaire d’Athènes, comme. Agathos Daimôn et autres démons de fertilité chers au cœur de Jane Harrison; sans oublier la présence de serpents dans l’entourage des déesses éleusiniennes, de Dionysos, Sabazios… La liste est longue.

    • 95 Une image d’Héraclès au Jardin semble particulièrement proche d’une « épiphanie » d’Asclépios : l’h (...)

    D’autre part, parmi les divinités les plus fréquemment accompagnées d’un serpent comme attribut, c’est la figure d’Asclépios qui s’impose. Les représentations en sont de plus en plus nombreuses dès le ive siècle av. J.-C. précisément95.

    • 96 J.-M. Dentzer, Le motif du banquet couché dans le Proche-Orient et le monde grec du viie au ve s. a (...)
    • 97 Les Antiquités (…) de Mariemont, op. cit. (n. 81), p. 83 (G 49), pl. 30 (P. Lévêque); Dentzer, op. (...)

    Un autre ensemble iconographique important mérite d’être encore évoqué ici : celui des reliefs dits « au banquet héroïque »96, qu’ils soient ou non l’expression d’un Totenmahl. Prenons pour exemple le relief votif du Musée de Mariemont (inv. Β 149)97, où la référence au serpent est double puisque la femme du héros anonyme manipule elle aussi cet animal (fig. 5).

91Ces quelques pistes de comparaison permettent de souligner combien la nouvelle relation qui se tisse entre Héraclès et le Serpent des Pommes d’Or pourrait avoir un sens assez profond et pourrait intensifier certains aspects de la personnalité du fils de Zeus, en particulier dans son culte attique : dieu triomphateur de la mort, pourvoyeur de richesses, guérisseur, dispensateur des forces souterraines et des puissances en germe dans la terre, que symbolise le serpent. Les valeurs positives de ce drakôn interdisent certainement à Héraclès de l’exterminer.

  • 98 LIMC, 2686 (vers 340-320).
  • 99 Présence de Phôsphoros et d’Hélios.

92C’est donc véritablement une nouvelle eschatologie qui émane de telles images, de plus en plus emblématiques et dégagées des variantes épisodiques du voyage au pays des Hespérides. À cet égard, l’impressionnante composition du cratère à volutes apulien du Musée de Naples (inv. 81934/H 32 55)98, due au peintre de Darius, offre une des plus belles synthèses du mythe : par un subtil entrecroisement des plans, Héraclès, entre ciel et terre, désigne à la fois, sur l’axe du monde, Atlas et l’arbre au serpent, dont il prolonge l’élan vital dans la lumière du matin99.

93En conclusion, grâce au thème de la confrontation avec le Serpent, créature aussi paradoxale qu’Héraclès, nous pensons avoir confirmé une fois de plus l’extraordinaire pouvoir d’adaptation du mythe héracléen, dans ses récits et ses images; cette plasticité de la matière mythique, si souvent observée, lui permet de répondre, successivement ou simultanément, à la logique de chacune de ses composantes.

  • 100 Rôle des armes et du feu contre l’Hydre.

94En effet, dans les trois dossiers examinés, les réactions d’Héraclès face aux serpents ont été multiples, plus diversifiées même que nous ne le présupposions, puisqu’il a été possible d’y retrouver certaines des constatations mises en évidence dans d’autres exposés : modèle agonistique, domination technologique100 et volonté d’extermination, mais aussi harmonie et équilibre. Si nous avons effectivement croisé un Héraclès Pourfendeur de Dragons, pour le plus grand bien de la cité ou de l’humanité, nous avons aussi rencontré un inattendu Maître des Serpents, serpents dont, peut-être, il reçoit et transmute les pouvoirs.

95La méthode s’est donc révélée valide, et le sujet révélateur, non seulement pour l’étude d’Héraclès, qui est au centre de ce Colloque et de nos préoccupations, mais aussi pour l’étude des « dragons ». Car l’Antiquité grecque a certainement constitué, en ce qui concerne l’approche du serpent dans le monde occidental, un Âge d’Or, définitivement révolu depuis l’avènement du Christianisme. Le Serpent, assimilé au Mal absolu, perdra tous ses amis, même Héraclès.

Crédit photographique

96Pour la photographie et l’autorisation de publication

  • du vase de Bâle, Antikenmuseum, nous remercions vivement Mesdames M. Schmidt et V. Slehoferova.;

  • pour la pélikè d’Amsterdam, Allard Pierson Museum, nous sommes reconnaissantes à Monsieur H. Brijder.

97Nous adressons également nos remerciements à Madame K. Gex et à la Rédaction de la revue Antike Kunst pour l’autorisation de reproduction de la fig. 1 (= AK, 3 [1960], p. 8, fig. 1 (d’après Β. Svoboda et D. Concev, Neue Denkmäler antiker Toreutik, Prague, 1956, p. 147, fig. 131).

Liste des illustrations

98Fig. 1 : Héraclès enfant étouffant les serpents. Dessin de la base de l’amphore en or du Musée de Plovdiv (d’après AK, 3 [1960], p. 8, fig. 1).

99Fig. 2 : Héraclès et l’Hydre de Lerne. Aryballe corinthien de Bâle, Antikenmuseum, BS 425 (avec l’aimable autorisation du Musée).

100Fig. 3 : Héraclès et le Serpent gardien des Pommes d’Or. Relief en marbre du Musée royal de Mariemont, Β 159 (photo du Musée royal de Mariemont, Morlanwelz, Belgique).

101Fig. 4 : Héraclès et le Serpent gardien des Pommes d’Or. Pélikè attique à figures rouges d’Amsterdam, Allard Pierson Museum, 3505 (avec l’aimable autorisation du Musée).

102Fig. 5 : Banquet héroïque (détail). Relief en marbre du Musée royal de Mariemont, Β 149 (photo du Musée royal de Mariemont, Morlanwelz, Belgique).

Notes

1 P. Chantraine, Dict, étymologique de la langue grecque, Paris, 1968, s.v. δέρκομαι, p. 264-265.

2 L. Bodson, ‘ΙΕΡΑ ΖΩΙΑ. Contribution à l’étude de la place de l’animal dans la religion grecque ancienne, Bruxelles, 1978, p. 68-92; Ead., Les Grecs et leurs serpents, in AC, 50 (1981), p. 57-78; Ead., L’évolution du statut culturel du serpent dans le monde occidental de l’Antiquité à nos jours, in A. Couret, F. Oge, et al., Homme, Animal, Société, III, Histoire et Animal, Toulouse, 1989, p. 525-548 (je remercie Madame Bodson d’avoir bien voulu me transmettre une copie de cet article si remarquablement documenté).

3 J. Boardman, The Ketos in India, in L. Kahil et al. Iconographie classique et identités régionales = BCH, Suppl. 14, 1986, p. 447-453; ID., “Very like a Whale” – Classical Sea Monsters, in A.E. Farkas (éd.), Monsters and Demons in the ancient and medieval Worlds. Papers in honor of E. Porada, Mayence, 1987, p. 73-84; LIMC, VIII – Suppl. (1997), s.v. Ketos.

4 À ce sujet : A. Verbanck-Pierard, Sur la piste des dragons antiques, in C. Sterckx (éd.), Dragons, Monstres et Démons. les conflits paradigmatiques dans les mythes celtes et indoeuropéens. Actes de la 9e Journée belge d’études celtologiques et comparatives, 8 févr. 1997 (à paraître). Il faut regretter que de nombreux traducteurs et commentateurs modernes ignorent cette distinction pourtant très nette, Cf. par ex. J. Fontenrose, Python, a Study of Delphic Myth and its Origins, Berkeley, 19802.

5 Bodson, supra n. 2.

6 Le serpent donnant la mort n’est que peu attesté dans l’iconographie : Cf. LIMC, II (1984), s.v. Archemoros/Opheltes; LIMC, IV (1988), s.v. Eurydike 1, 7 (?); pour Cléopâtre : Égypte romaine, cat. d’exposition, Marseille, Musée d’Archéologie méditerranéenne, 4 avril – 13 juillet 1997, p. 28, n° 11.

7 LIMC, 2820 à 2833. Intéressante jonction avec l’iconographie d’Érichthonios : LIMC, IV – Add. (1988), s.v. Erechtheus, 40, kalpis à fig. rouges du Louvre, CA 1853, Cf. M. Schmidt, Die Entdeckung des Erichthonios, in MDAI(A), 83 (1968), p. 200-212.

8 Bibliographie générale : LIMC, IV, 1 (1988), p. 827-832 (S. Woodford). Cf. aussi K. Schefold, Die Urkönige, (…) Herakles und Theseus in der klass. und heilenist. Kunst, Munich, 1988, p. 129-132.

9 Pind., Ném., I, v. 59-88.

10 Phérécyde, 3 F 69 a Jacoby, cité par [Apollod.], Bibl., II, 4, 8.

11 Eur., Hér., v. 1266-1268.

12 Ibid., v. 1269-1270.

13 Diod. Sic, IV, 9, 10 (éd. CH. Oldfather, London, 1935, Loeb Classical Library).

14 [Apollod.], Bibl., II, 4, 8. (éd. J.G. Frazer, London, 1921, Loeb Classical Library).

15 Théocr., Idylles, XXIV.

16 Ibid., v. 17-19.

17 Ibid., v. 56-58.

18 S. Woodford, The Iconography of the Infant Herakles strangling the Snakes, in F. Lissarrague, F. Thélamon (éds), Image et céramique grecque. Actes du Colloque de Rouen, 25-26 nov. 1982, Rouen, 1983, p. 121-129.

19 LIMC, 1650 à 1653.

20 LIMC, 1650 (vers 480).

21 LIMC, 1653 (vers 460-450).

22 Pline, Hist. Nat., XXXV, 63.

23 LIMC, 1655 (époque néronienne). Excellente reproduction : G. Cerulli Irelli et al., La peinture de Pompéi, Paris, 1993 (éd. Hazan), I, pl. couleur 56. Pour le thème figuré de l’aigle et du serpent : Cf. Ch. Daremberg et E. Saglio, Dict. des Antiquités grecques et rom., II, 1, 1892, s.v. Draco, p. 406.

24 LIMC, 1619-1620; milieu du ive s. : LIMC, 1630-1632.

25 LIMC, 1634 (Mus. Cap., Gall. 59, inv. 247; iie s. ap. J.-C), véritable petit « Mowgli » antique !

26 LIMC, 1647 (Trésor d’Hildesheim; Ier s. ap. J.-C).

27 LIMC, 1646 (de Panaguristé; iiie s. av. J.-C); E. Simon, Der Goldschatz von Panagjuriste, in AK, 3 (1960), p. 3-29.

28 Le personnage représenté au banquet est un Papposilène.

29 À l’époque romaine se développe l’utilisation funéraire du motif de l’enfant divin vainqueur de la mort, modèle de salut. Le symbolisme politique est également important, pour Néron notamment : cf. Y. Perrin, Néron, Fortuna, Hercule, in Mélanges M. Le Glay, Bruxelles, 1994, p. 710 sq.

30 Le onzième chez [Apollod.], Bibl., II, 5, 11.

31 Biblio. générale : LIMC, V, 1 (1990), p. 34-43 (G. Kokkorou-Alewras). Cf. aussi Schefold, op. cit. (n. 8), p. 142-145.

32 Biblio. générale : LIMC, V, 1 (1990), p. 100-111 (G. Kokkorou-Alewras); LIMC, III, 1 (1986), p. 2-16, s.v. Atlas; V, 1 (1990), p. 394-406, s.v. Hesperides et VI, 1 (1992), p. 176-180, s.v. Ladon I. Cf. aussi Schefold, op. cit. (n. 8), p. 163-166; C. Jourdain-Annequin, Héraclès aux portes du soir, Besançon-Paris, 1989 (Annales litt. de l’Univ. de Besançon, 402. Centre de rech. d’Hist. ancienne, 89).

33 Hés., Théog., v. 313-315. Pas d’allusion précise au corps serpentiforme.

34 Hés., Théog., v. 334-335. Remarquer que, dans sa traduction (éd. de 1947), P. Mazon propose de comprendre μηλα dans le sens de moutons. Pour les deux sens possibles, cf. infra, notes 52, 53 et 74. L’utilisation du présent pour le verbe φυλάσσει semble impliquer que le serpent exerce sa fonction de toute éternité et n’aurait pas été tué.

35 Phérécyde, 3 F 16 b Jacoby.

36 Soph., Trach., v. 836-837; προστετακώς comporte l’idée de « fondre, se consumer », qui n’est pas rendue dans la traduction.

37 Pour une plus ample analyse de l’influence du poison de l’Hydre sur Héraclès nous renverrons au livre de J. Kott, Manger les dieux. Essais sur la tragédie grecque et la modernité, Paris, 1988.

38 Soph., Trach., v. 1099-1100.

39 Eur., Hér., v. 419-421. Expression très similaire aussi aux ν. 1274-1275.

40 Ibid., v. 1190.

41 Ibid., v. 397.

42 Diod. Sic., IV, 11, 5-6.

43 Diod. Sic., IV, 26, 2-4.

44 [Apollod.], Bibl, II, 5, 2.

45 [Apollod.], Bibl., II, 5, 11.

46 Hés., Théog., v. 316-318. Cette aide lui sera d’ailleurs reprochée, puisque, d’après certains témoignages, Eurysthée affirme que ce travail n’est pas valable et lui en ajoute un de plus.

47 [Apollod.], Bibl., II, 5, 2.

48 Hés., Théog., v. 214-216 et 333-336.

49 Phérécyde, 3 F 16 a-d et 17 Jacoby.

50 Soph., Trach., v. 1089 sq.

51 Eur., Hér., v. 394-400.

52 Diod. Sic., IV, 26, 2-4.

53 Jourdain-Annequin, op. cit. (n. 32), p. 546 sq.

54 [Apollod.], Bibl, II, 5, 11.

55 Pour une étude plus détaillée, voir Jourdain-Annequin, op. cit. (n. 32); Fontenrose, op. cit. (n. 4).

56 Apollon. Rh., Argon., IV, v, 1396-1407.

57 Ibid., ν. 1432-1440. Les éditeurs traduisent πέλωρ par « monstre », mais le contexte nous incite à préférer une expression moins négative.

58 Jourdain-Annequin, op. cit. (n. 32), p. 543. Cette connotation religieuse est encore plus perceptible chez Virgile, Én., IV, v. 484-486 : « Hesperidum templi custos… ».

59 Quelques variantes : personnages secondaires, armes (à noter que le recours au feu et aux torches n’est guère représenté), nombre de têtes de l’Hydre, orientation du combat, gestes d’Héraclès, … LIMC, V, 1 (1990), p. 43 : « the representations of the Labour illustrate eclectically all the literary evidence about the task ».

60 LIMC, V, 1 (1990), p. 41.

61 LIMC, 2019 (Londres, Br. Mus. 3205; vers 700 av. J.-C.) et LIMC, 2020 (Philadelphie, Univ. 75.35.1; déb. viie s. av. J.-C. + Heidelberg, Univ.). Pour une bonne illustration du frag. de Philadelphie avec Iolaos : R. Hampe et E. Simon, Un millénaire d’art grec, 1600-600, Fribourg, 1980, fig. 149.

62 LIMC, 1992 (vers 590 av. J.-C).

63 Autre sens possible, complémentaire : pour récolter le sang empoisonné de l’Hydre; Cf. LIMC, V, 1 (1990), p. 43.

64 LIMC, 2021.

65 LIMC, 2036 (vers 520-500); Euphronios, peintre à Athènes au vie s. av. J.-C, cat. d’exposition, Paris, Louvre, 18 sept. – 31 déc. 1990, n° 17, p. 131-133.

66 2 têtes : LIMC, 2685, 2692 / 3 têtes : LIMC, VI (1992), s.v. Ladon I, 13 / 4 têtes (?) : LIMC, 2680. Également deux exemples étrusques (LIMC, VI [1992], s.v. Ladon I, 15, 16). Outre l’arbre fruitier, la présence des Hespérides garantit généralement l’identification.

67 Aucune confrontation avec Héraclès n’est relevée sur ces quelques témoignages. Bel ex. : hydrie de Paris, Cab. Méd., LIMC, VI (1992), s.v. Ladon I, 13, où les trois « divisions » du Serpent des Hespérides s’identifient aux branches porteuses de fruits.

68 LIMC, 2680 (= 1702).

69 LIMC, 2031 (coffre de Kypsélos à Olympie, milieu du vie s. av. J.-C, connu par la description de Paus., V, 17, 11).

70 LIMC, 1743 (mosaïque romaine du ve s. ap. J.-C.) et 1744 = 2744 (tissu copte du vie s. ap. J.-C); mais dans le texte d’Apollonios de Rhodes (il est vrai fort exceptionnel en tous points), c’est avec l’arc qu’Héraclès sacrifie le serpent.

71 LIMC, 2040 (métope du Temple de Zeus à Olympie : à ce sujet, Cf. B. Cohen, From Bowman to Clubman : Herakles and Olympia, in ABull, 76, 4 [dec. 19941, p. 695-715, en partic., p.710-712), LIMC, 2058 (peinture romaine), 2082 (lampe romaine). Sur LIMC 2030, skyphos à fig. noires de la fin du vie s., la présence d’Athéna, la queue bifide du monstre, les rameaux indifférenciés de l’arbre plaident ici pour l’Hydre, mais le doute est permis, comme pour le vase de Saint-Pétersbourg qui est contemporain. Nous ne reprenons pas ici les arbres figurant le cadre naturel.

72 Cf. supra (n. 36).

73 Cf. supra (n. 44).

74 Cf. supra (n. 52, 53). Cf. aussi n. 34.

75 LIMC, 2044 (ier s. av. J.-C). Cf. le commentaire de Schefold, op. cit. (n. 8), p. 144.

76 L’origine de ce nouvel aspect de l’Hydre remonte peut-être à l’époque grecque classique ou hellénistique : cf. LIMC, V, 1 (1990), p. 42.

77 LIMC, 2691, 2695, 2697.

78 LIMC, 2692 (peintre du Cactus, vers 500 av. J.-C). Un des rares ex. où le serpent a deux têtes. Pas de fruits sur l’arbre.

79 LIMC, 2695 (cratère à reliefs de Berlin, Staatl. Mus. F 2882, d’Italie du Sud; fin ive s. av. J.-C). LIMC, V (1990), s.v. Hesperides, type B1.

80 Hygin, Astr., II, 3, 1 et 6, 1. Le Musée royal de Mariemont conserve une très belle édition illustrée du De Astronomia, un incunable imprimé à Venise chez Erhahd Ratdolt en 1485 (inv. 19667). Les gravures du Draco et d’Hercules sont reproduites dans le dossier de l’exposition Dragons d’Orient et d’Occident, Mariemont, 1994, pl. IV, 1 a et b.

81 LIMC, 2694; Les Antiquités égypt., grecques, étrusques, romaines el gallo-rom. du Musée de Mariemont, Bruxelles, 1952, p. 84-85 (G 50), pl. 30 (P. Lévêque). Parfois daté de l’époque hellénistique (selon P. Lévêque), il s’agit plus vraisemblablement d’un travail romain (A.H. Borbein), peut-être un frag. de sarcophage.

82 Notons également que la constellation d’Hercule sur la voûte céleste est aussi appelée l’Agenouillé, Έν γόνασιν, selon Hygin, Astr., II, 6,1.

83 Cf. supra (n. 57).

84 Il serait intéressant d’analyser, comme le propose C. Leduc, les différentes espèces d’arbres choisies pour représenter le Pommier merveilleux : on retrouve en effet dans les représentations des feuillages de laurier, d’olivier, …

85 LIMC, 2701 (peintre de Syracuse, vers 470-460 av. J.-C).

86 LIMC, 2717 (vers 410 av. J.-C).

87 C. Couëlle, Le repos du héros : images attiques de la fin du ve s. av. J.-C., in A.-F. Laurens (éd.), Entre hommes et dieux, Besançon-Paris, 1989 (Annales litt. de l’Univ. de Besançon, 391. Centre de rech. d’Hist. ancienne, 86), p. 127-144; pour l’entourage féminin d’Héraclès dans la sphère d’Hèbè : A.-F. Laurens, Identification d’Hèbè F Le nom, l’un et le multiple, in C. Bérard (éd.), Images et Société en Grèce ancienne. Actes du Colloque int. de Lausanne, 8-11 févr. 1984, Lausanne, 1987, p. 59-72.

88 LIMC, 2726 (vers 350-330). Il faut rappeler que, dans les rituels ou dans les mythes, ce sont surtout les femmes qui ont le pouvoir d’approcher et de manipuler les serpents sans danger apparent; c’est bien attesté dans l’iconographie des Hespérides, de Médée, des Ménades, …

89 LIMC, 2720 (peintre de Pasithéa, vers 380-360 av. J.-C); en présence d’Okéanos.

90 C’est également le nom d’une Néréide et d’une Grâce, promise à Hypnos; LIMC, VII, 1 (1994), s.v. Pasithea I, II et III.

91 LIMC, 2703 (peintre d’Hippolyte, vers 360-350 av. J.-C).

92 LIMC, 2721 (de Cyrénaïque; atelier du Peintre d’Hippolyte; vers 375 av. J.-C).

93 LIMC, 2723 (vers 350 av. J.-C), avec Nikè, Pan, Satyre, jeune h.

94 LIMC, 2769 = 374, = s.v. Ladon, 22 (de Byblos; 1er s. ap. J.-C).

95 Une image d’Héraclès au Jardin semble particulièrement proche d’une « épiphanie » d’Asclépios : l’hydrie à fig. rouges de New York (Met. Mus. 24.97.5, déjà citée n. 93, LIMC, 2723 = s.v. Hesp., 33), où le tronc de l’arbre s’est affiné au point d’évoquer le bâton au serpent du dieu guérisseur.

96 J.-M. Dentzer, Le motif du banquet couché dans le Proche-Orient et le monde grec du viie au ve s. av. J.-C, Rome, 1982 (BEFAR, 246), thème du serpent : p. 495-501.

97 Les Antiquités (…) de Mariemont, op. cit. (n. 81), p. 83 (G 49), pl. 30 (P. Lévêque); Dentzer, op. cit. (n. 96), cat. n° R 475 (ive s. av. J.-C).

98 LIMC, 2686 (vers 340-320).

99 Présence de Phôsphoros et d’Hélios.

100 Rôle des armes et du feu contre l’Hydre.

Notes de fin

1 Abréviations : LIMC = Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae. L’abréviation LIMC directement suivie d’un n° renvoie à l’article Herakles, dans les vol. IV, 1 (1988), p. 728-838 et V, 1 (1990) p. 1-192 (J- Boardman et al.). Pour les auteurs anciens, l’édition utilisée est celle des Universités de France (sauf indication contraire).

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search